Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:40
Armes russes: Inde, Irak et Vietnam bientôt les principaux importateurs

 

 

MOSCOU, 4 décembre - RIA Novosti

 

D'ici quelques années, l'Inde, l'Irak et le Vietnam seront les plus grands importateurs d'armes russes, a annoncé mercredi à RIA Novosti le directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes (TSAMTO) Igor Korotchenko.

 

"De 2013 à 2016, la part de l'Inde dans l'ensemble des importations d'armes russes augmentera considérablement pour atteindre 32,75% contre 27,31% en 2005-2012", a souligné l'expert. Selon les prévisions du Centre TSAMTO, la part de l'Irak s'élèvera à 9,87% contre 0,54% en 2005-2012 et celle du Vietnam à 8,92% contre 4,86% en 2005-2012.

 

D'après M. Korotchenko, entre 2013 et 2016, ces trois pays pourraient totaliser 51,24% des exportations d'armes russes. 32,54% de ces exportations devraient revenir aux pays situés entre la quatrième et la dixième place du classement établi par le Centre.

"Il s'agit de la Chine, du Venezuela, de l'Algérie, de la Syrie, de l'Azerbaïdjan, du Brésil et de l'Iran, à condition de conclure avec ces pays des accords sur les systèmes de défense antiaérienne", a indiqué l'expert.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:35
South Korea Conducts Military Drill in China’s ADIZ

 

December 04, 2013 By Zachary Keck – The Diplomat

 

In defiance of Beijing’s new ADIZ, South Korea’s Navy conduct air and sea drills near Ieodo Rock.

 

On Tuesday, the South Korean navy launched an air and sea military exercise in the area that China recently claimed as part of its East China Sea Air Defense Identification Zone (ADIZ).

On Wednesday, the Korea Joongang Daily reported that, “The Korean Navy yesterday launched a joint sea and air military drill near the waters surrounding Ieodo” Rock.  The report said the drill consisted of two P-3C maritime patrol aircraft as well as one of the ROK Navy’s three Aegis destroyers.

The destroyer reportedly anchored around 200 meters from Ieodo, which both South Korea and China claim but Seoul administers. The Korea Joongang Daily report also said that the two P-3Cs, which are used in anti-submarine operations as well as for maritime surveillance, crossed into Japan’s ADIZ with the prior approval of Tokyo.

This fact suggests that South Korea and Japan are boosting their cooperation in the wake of China unilaterally declaring the East China Sea ADIZ two weekends ago. Seoul and Tokyo have long been at odds over their own territorial dispute as well as Prime Minister Shinzo Abe’s comments about Japan’s actions in the region during the first half of the 20th Century.

South Korea was undoubtedly seeking to send a strong signal to Beijing by notifying Japan that its military aircraft would be crossing into its ADIZ, despite Seoul refusing to identify its aircraft to Beijing.

This marks a dramatic reversal from just a few weeks ago when China and South Korea were presenting a unified front against Japan over questions about history and sovereignty disputes.

South Korea has also been coordinating closely with the United States since China announced its new ADIZ. For example, as previously reported, South Korea intends to expand its existing ADIZ so it will cover its southernmost islands as well as Ieodo Rock. Seoul reportedly decided to delay the announcement at the urging of the United States, and the two sides are now discussing how and when South Korea should unveil its new ADIZ, which is likely to heighten tensions with China.

Later this week, U.S. Vice President Joe Biden will be in South Korea for a previously scheduled trip that is likely to now focus almost entirely on the East China Sea ADIZ.

Biden began his three-nation trip to the region earlier this week with a stop in Japan. In a press conference with Japanese PM Abe following a meeting, Biden continued to deride China’s ADIZ, stating: “We, the United States, are deeply concerned by the attempt to unilaterally change the status quo in the East China Sea…. This action has raised regional tension and increased the risk of accidents and miscalculations.”

At the same time, Biden said that tensions since the ADIZ was created demonstrate the need for China and Japan to set up crisis management mechanisms at the highest levels of government. He also promised to discuss the new ADIZ in “great specificity” when he meets with Chinese President Xi Jinping on Wednesday.

In a possibly related event, South Korea announced over the weekend that it is entering into preliminary talks about joining the U.S.-led Trans-Pacific Partnership, the economic component of the pivot. Seoul joining the negotiations would be a huge boon for the trade pact.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:35
Des navires de guerre russe font escale à Singapour

 

 

VLADIVOSTOK, 4 décembre - RIA Novosti

 

Cinq navires de la flotte russe du Pacifique, qui font route vers Vladivostok après avoir accompli une mission en Méditerranée, ont jeté l'ancre mardi à Singapour, a annoncé mercredi le porte-parole de la flotte Roman Martov.

 

"Le grand navire de lutte anti-sous-marine Admiral Panteleïev, les navires de débarquement Admiral Nevelskoï et Peresvet, le remorqueur de sauvetage Fotiï Krylov et le pétrolier Petchenga ont fait escale à Singapour avant de rentrer à leur base à Vladivostok. Leur visite durera jusqu'au 6 décembre. Les équipages auront quatre jours pour se reposer et effectuer des travaux de maintenance à bord des navires", a indiqué le porte-parole.

 

Les bâtiments de guerre ont quitté le port de Vladivostok le 19 mars 2013. Pendant leur mission de huit mois, ils ont traversé les océans Pacifique et Indien, les golfes Persique et d'Aden et les mers Méditerranée, d'Arabie et Rouge. Les navires ont fait des escales à Bur Safaga (Egypte), à Bandar Abbas (Iran), à Salalah (Oman) et à Limassol (Chypre), ainsi qu'à Novorossiïsk, sur le littoral de la mer Noire.

 

"Le deuxième groupe de la flotte du Pacifique comprenant le grand navire de débarquement Admiral Vinogradov, le pétrolier Irkout et le remorqueur Kalar, se trouve actuellement en mer de Chine méridionale. Ces navires feront escale dans le port japonais de Maizuru du 16 au 20 décembre", a ajouté le porte-parole.

 

Le croiseur lance-missiles Variag de la flotte du Pacifique poursuit sa mission en Méditerranée au sein du groupement naval russe.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:30
Tsahal: Pertes en 1 an de $14 millions en Vols d'Armements

 

02.12.2013 Eric Hazan – Israel Valley

 

L’armée israélienne actuellement en restructuration totale, suite à d’importantes coupes budgétaires, a perdu pour l’année 2012 plus de 14 millions de dollars en vols d’armements divers. La direction de la logistique de Tsahal s’attend à une progression de ce chiffre en 2013, rapporte le journal israélien Haaretz.

 

Si le vol d’armement a toujours existé au sein de l’armée israélienne, et se limitait à des vols de cartouches et d’armes légères, ces dernières années, les voleurs, souvent avec la complicité de soldats dans les bases, sont passés au vol d’armes lourdes et de pièces détachées de blindés militaires ou de moteurs d’avions de combat.

 

Selon Haaretz, pour se prémunir contre ces vols, l’armée israélienne a installé des radars sur certaines bases pour protéger ses soutes à munitions. L’armée a également lancé une campagne pour exhorter les Israéliens à retourner le matériel militaire, qu’ils peuvent avoir dans leurs maisons.

 

ISRAELVALLEY PLUS

L’Armée de défense d’Israël, nom également traduit en français par Forces de défense d’Israël, est le nom officiel de l’ensemble des forces armées de l’État d’Israël. Elle est couramment désignée par l’acronyme Tsahal.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:20
USAF taps Aerojet Rocketdyne for new ICBM motor

 

SACRAMENTO, Dec. 4 (UPI)

 

The U.S. Air Force has contracted Aerojet Rocketdyne to demonstrate a medium-class Stage III motor for use on Minuteman Intercontinental Ballistic Missiles.

 

Work under the contract, issued as part of the Air Force Nuclear Weapons Center Propulsion Applications Program, covers the development, fabrication and demonstration of a full-scale motor designed to replace the aging SR-73 third-stage motors in the current Minuteman III ICBM.

 

The motor to be produced will use propulsion technologies that can be used by future propulsion systems.

 

"This is an important win for Aerojet Rocketdyne," Aerojet Rocketdyne Vice President of Missile Defense and Strategic Systems Michael Bright said. "It helps maintain critical industrial base capability in solid rocket motor design and development, and provides a cost competitive strategy to sustain the aging Minuteman III missile."

 

The value of the contract and its length were not disclosed.

 

Aerojet Rocketdyne said a full-scale static test of the motor, including a thrust termination demonstration, is planned.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:20
Northrop starts production of Global Hawk UAS for NATO

 

MOSS POINT, Miss., Dec. 4 (UPI)

 

NATO's first Global Hawk unmanned surveillance vehicle is starting to take shape on a Northrop Grumman production line, the company reports.

 

The NATO Alliance Ground Surveillance Block 40 Global Hawk has a cruise speed of 357 miles per hour, a range of 8,700 miles, a service ceiling of 60,000 feet and a flight endurance of more than 30 hours.

 

Once operational with NATO it will provide near real-time terrestrial and maritime situational awareness information throughout the full range of NATO military and civil-military missions.

 

NATO has ordered five of the aircraft, which will feature enhancements to meet the alliance's requirements for performing intelligence, surveillance and reconnaissance missions, Northrop said.

 

"The variety of sensors and ability to support a wide range of missions will revolutionize how NATO collects ISR," said Jim Edge, general manager of NATO's Air, Ground Surveillance Management Agency. "It was an honor to witness the start of production for the first NATO aircraft, and I'm excited at being one step closer to delivering the AGS system."

 

Production was kicked off with a ceremony at Northrop's facility in Mississippi, which was attended by representatives of the alliance, state government officials, community leaders and Northrop employees.

 

"Mississippi excels at advanced manufacturing, and the sophisticated aircraft that will be built at Northrop Grumman's Moss Point facility are a testament to the quality of the area's workforce," Gov. Phil Bryant said at the event. "Our state is also building a strong presence in the aerospace industry, and this operation will certainly bolster our reputation."

 

The NATO AGS system will be equipped with the multi-mode, Multi-Platform Radar Technology Insertion airborne ground surveillance radar sensor to provide all-weather, day or night intelligence. The system a suite of network-centric enabled line-of-sight and beyond-line-of-sight long-range, wide-band data links.

 

It also features European-sourced ground assets to provide in-theater support to commanders of deployed forces. Mobile ground stations, for interface between the AGS core system and a wide range of interoperable NATO and national command, control, intelligence, surveillance and reconnaissance systems are also part of the system.

 

"With the ability to fly up to 60,000 feet and for more than 30 hours, the NATO AGS system is uniquely suited to support NATO missions worldwide," said Jim Culmo, vice president, High-Altitude, Long Endurance Enterprise, Northrop Grumman Aerospace Systems.

 

Northrop said NATO is acquiring the system with 15 nations participating in the program. They are: Bulgaria, Czech Republic, Denmark, Estonia, Germany, Italy, Latvia, Lithuania, Luxembourg, Norway, Poland, Romania, Slovakia, Slovenia and the United States.

 

Companies participating in the project with Northrop include Cassidian, Selex ES, Kongsberg and defense companies from participating countries.

 

Details of the production/delivery schedule for the first and subsequent Global Hawks was not disclosed.

Northrop starts production of Global Hawk UAS for NATO
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:55
La LPM a été adoptée

 

4 décembre, 2013 FOB

 

C’est sans réelle surprise que la Loi de Programmation Militaire pour les années 2014 à 2019 a été adoptée hier, le gouvernement bénéficiant d’une large majorité à l’Assemblée Nationale. La LPM avait été adoptée en première lecture au Sénat dès le mois d’octobre.

 

Les députés UMP comme ceux de l’UDI ont voté unanimement contre, contrairement à l’adoption par le Sénat, où certains sénateurs de droite et de centre s’étaient soit déclarés en faveur, soit abstenus. Une adoption attendue, malgré le vote contre du groupe Europe Ecologie les Verts (EELV).

 

A relire l’interview de Patricia Adam, Présidente de la Commission défense de l’Assemblée

FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (1ère partie)

FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (2ème partie)

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:45
source Sénat.fr (Maritimisation - la France face à la nouvelle géopolitique des océans)

source Sénat.fr (Maritimisation - la France face à la nouvelle géopolitique des océans)

 

01 décembre 2013 Par Olivier Fourt - RFI

 

La semaine prochaine, les 6 et 7 décembre, va se dérouler à Paris un important sommet Afrique-France particulièrement orienté sur les questions de paix et de sécurité. Une quarantaine de chefs d’Etat africains participeront aux réunions. Au programme : la lutte contre le terrorisme, sécurisation des frontières, et renforcement des architectures africains de maintien de la paix.

France-Afrique : quelle coopération militaire française vers l’Afrique ?
(02:28)
 
 
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:45
Quel scénario politique en Centrafrique ? (actualisé)

 

1 décembre 2013 Henri Weill., Ainsi va le monde !

 

L'intervention militaire française a pour objectif premier de mettre fin au désastre humanitaire, "pré-génocidaire" pour reprendre une expression utilisée aux Etats-Unis. De reprendre la main, également, sur la Séléka, coalition-paravent que l'on pourrait comparer vaguement à ces compagnies de routiers ou de cottereaux que la France du Moyen-Age redoutait tant. Des soldats mercenaires qui s'enrôlaient dans une "armée" mais aussi pillaient et combattaient pour leur propre compte. L'hétéroclite Séléka abrite également des islamistes, trop heureux de bénéficier d'une totale autonomie dans un pays sans Etat, une zone de non-droit qui doit être protégée pour éviter qu'un arc de cercle formé par les Shebab, Aqmi, Boko Haram et d'autres ne se forme de l'Océan Indien à l'Atlantique. C'est là, le deuxième travail d'une armée française mandatée par l'ONU. Bien que les ex-présidents Patassé et Bozizé aient largement contribué à démanteler leurs forces armées, des officiers supérieurs centrafricains souhaitent apporter leur concours aux Français.

 

Reste le troisième élément d'une intervention qui ne peut réellement réussir que si elle est accompagnée d'un scénario politique. Michel Djotodia, président de transition est depuis toujours hors-jeu. Son Premier ministre, Nicolas Tiangaye n'apparaît pas non plus comme l'homme de l'avenir. Alors qui ? Des noms d'hommes en place circulent mais...Une personnalité n'ayant eu aucun engagement ces dernières années ? Les temps ont changé et la France n'imposera plus. Avec sourire et discernement, un opposant centrafricain dit : "Mais elle peut éclairer !". Le même rejoint par d'autres, espère que Paris a envoyé un émissaire prendre le poul d'Omar El-Béchir, "infréquentable" président du Soudan mais qui peut influer sur les Soudanais de la Séléka. Dans la région, le Cameroun est inquiet, le Congo voudrait jouer un rôle et le Tchad qui l'a joué s'y est brûlé. L'Afrique du sud, elle, concurrente économique et partenaire politique de la France est "dans les startings-blocks".

 

S'il n'y a pas pour l'instant d'homme providentiel face au gouffre, des scénarios sont murmurés. Ainsi, celui de la création d'un conseil de défense, composé de militaires, de membres du clergé et de la société civile. Une instance chargée de désigner un Premier ministre et un "gouvernement resserré". Mais pour l'heure, il ne s'agit que de supputations. Une autre hypothèse, évoque la nomination d'un haut représentant de l'ONU pour administrer provisoirement  le pays.

 

Ce qui est évident, c'est que la coulisse s'agite ! Y compris à Paris, qui a rappelé son ambassadeur à Bangui. Serge Mucetti pourrait être remplacé disait-on samedi soir, par un diplomate actuellement directeur de cabinet d'une ministre.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:35
The US is attempting to sell a portion of the MRAPS it has in Afghanistan. (US Army)

The US is attempting to sell a portion of the MRAPS it has in Afghanistan. (US Army)

 

 

Dec. 4, 2013 - By PAUL McLEARY – Defense news

 

WASHINGTON — The US government is working to sell as many as 2,000 of its hulking mine-resistant, ambush-protected (MRAP) vehicles in Afghanistan instead of sending them home or destroying them in place — provided the foreign buyers pay to ship the trucks out of the country themselves.

 

The cost of shipping an MRAP back to the US and fixing it up runs the Pentagon about $250,000 to $300,000 per vehicle. With about 11,000 MRAPs in Afghanistan, bringing them all back home is too expensive to contemplate, according to Pentagon officials. Overall, the US military is destroying about $7 billion worth of material in Afghanistan as US troops head for the exits.

 

A Pentagon spokesman said that several foreign countries have expressed interest in buying the Afghan MRAPs but no final agreements have been signed.

 

In the end, the US Army plans to retain about 8,000 MRAPs after completing its withdrawal from Afghanistan at the end of 2014, a number that carries a substantial logistics and maintenance bill.

 

Between January 2013 and the end of December 2014, it’s estimated that it will cost between $5 billion and $7 billion to bring all US equipment out of Afghanistan, either by ground transport through Pakistan or by air through the Northern Distribution Network.

 

The ground route is the cheaper — if longer — option, though the US military stopped all cargo traffic out of Afghanistan on Dec. 3 due to security concerns.

 

The route, which winds through dangerous mountain territory in Pakistan, runs from Torkham Gate at the Afghanistan-Pakistan border down to the port in Karachi in Pakistan.

 

There have been days of protests led by Pakistani politicians protesting US drone strikes in their country, which worried US officials who feared the convoys would be attacked.

 

Pentagon officials said that they expect the roads to reopen soon, but couldn’t put a date on it

 

If the roads through Pakistan remain open, the final price tag should be closer to the lower number; if weather or another breakdown in the relationship with Pakistan closes the roads, the cost will go up, according to Pentagon officials.

 

Before the shutdown, things were picking up. In October, the US shipped out a record 33,000 tons of equipment from Afghanistan, with about 56 percent going by road through Pakistan, said Mark Wright, a Pentagon spokesperson.

 

The NATO military command in Kabul also said the retrograde is proceeding as planned. US forces in the country continue to redeploy “in accordance with President Obama’s announced level of 34,000 troops in country by Feb. 1, 2014,” spokesman Lt. Cmdr. John Ripley emailed. There are currently 46,000 American troops deployed in Afghanistan.

 

However quickly or slowly the withdrawal proceeds, the Pentagon insists that it has plans to deal with it.

 

“When we started the retrograde we didn’t know what the final end state would be, so [a flexible end strength number] is more or less built into the plans we already have,” Wright said. The plans are “flexible enough to allow us to scale up or down” depending on the pace of the withdrawal and the potential size of an American and NATO follow-on force.

 

One of the most critical hubs in the Northern Distribution Network is the transit center at Manas, Kyrgyzstan, which the Pentagon will shut down in July 2014 when its lease with the Kyrgyz government expires. Since the United States will still be flowing troops and equipment out of Afghanistan, the US and Romania signed a pact in October allowing the Pentagon to use the Mihail Kogalniceanu Airbase on the Black Sea instead of Manas.

 

The Kyrgyzstan operation has been a matter of dispute for years, with the Kyrgyz government announcing it would cease American operations there in 2009, until the US agreed to triple yearly payments to about $60 million.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:50
New Zealand To Buy Penguin; Funding Provided for Joint Strike Missile

The Norwegian government will provide funding to continue development of the Joint Strike Missile. (Kongsberg Defence Systems Concept)

 

Dec. 4, 2013 - By ANDREW CHUTER – Defense news

 

The Norwegian government will provide funding to continue development of the Joint Strike Missile.

 

LONDON — Kongsberg has secured New Zealand as a customer for its Penguin anti-ship missile and agreed to a deal with the Norwegian government to provide stop-gap funding on its Joint Strike Missile (JSM) program while parliamentary approval is awaited to complete development of the weapon.

 

The missile deals were among four announcements made by Norway’s top contractor over the last few days.

 

The company said it has also signed a framework agreement with the Norwegian Defence Logistics Organisation (NDLO) to support and maintain systems it has supplied to the Norwegian Navy and is progressing efforts to integrate the JSM on Boeing’s F/A-18 Super Hornet fighter.

 

The New Zealand Defence Force has purchased a small number of Penguin Mk2 Mod 7 anti-ship missiles and associated equipment to equip new Kaman SH-2G (I) Super Seasprite helicopters acquired by the Navy.

 

New Zealand has purchased eight SH-2G(I)’s from a batch of machines originally purchased by Australia before the deal was canceled. The Penguins are thought to have come from the same original customer.

 

“This contract strongly confirms the Penguin missile’s position as the leading missile within its segment. The contract is for a limited number of missiles, however it is considered an important upgrade of New Zealand’s Navy,” said Pal Bratlie, the executive vice president at Kongsberg Defence Systems.

 

No contract value was given.

 

Kongsberg has also signed a NOK 480 million ($78 million) deal with the NDLO to continue work on the JSM ahead of the Norwegian Parliament’s expected approval of the final phase of development of the weapon.

 

An earlier version of the weapon, known as the Naval Strike Missile, has already been acquired by Norway and Poland for maritime and coastal defense roles.

 

The new JSM weapon is being developed principally, but not exclusively, for the Lockheed Martin F-35 joint strike fighter for anti-surface and naval fire support missions.

 

Norway has already committed to buying the F-35 and is looking to equip the fighter with the new long-range weapon, which can be carried internally in the bomb bay or externally.

 

Walter Qvam, Kongsberg’s CEO, said the international F-35 user consortium is showing great interest in the missile.

 

Phase 2 development is complete and Kongsberg said in a statement that to “ensure competence and progress between phase 2 and phase 3 the Norwegian Armed Forces have signed a bridging phase contract prior to Parliamentary proceedings and approval of the entire JSM development phase 3.”

 

Work in phase 2 included detailed design and early integration work on the F-35 as well as the F/A-18 and the F-16.

 

Kongsberg said it had recently completed a fit-check of the JSM on the external pylons of an F/A-18F at Boeing’s St. Louis facility.

 

In its most recent announcement, Kongsberg said Dec 3 that it had secured a NOK 165 million deal with the Norwegian Navy to support, maintain and further develop systems it had supplied, including Nansen-class frigates, Ula-class submarines and various training centers.

 

Missiles, sonar systems, command and control, and navigation equipment are all included in the six-year contract.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:50
Success of the EURidea Initiative for Novel Defence Research


Brussels | Dec 04, 2013 European Defence Agency
 

Ideas and research go hand in hand. Novel ideas, experiments, new paths, new ways is what research needs. Also defence research.

For first time through EDA’s EURidiea initiative, the R&T community experiments with a forum where new ideas are tested with policy-makers, administrators and experts. EDA invited researchers throughout Europe to submit new ideas for new technologies for defence. 

Researchers of 13 different countries reacted to our call, and sent in a total of 63 proposals.  33 were selected to be presented in the EUR-idea forum with a breakdown of 13 on Unmanned Systems and Technologies, 10 on Energy, and 10 on Materials and Nanotechnologies. The full list of proposals is available here.

This week, 6 December, researchers can convince decision-makers in this unique environment: the challenge is to win support and investment for the idea!

 

Success of the EURidea Initiative for Novel Defence Research
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:50
MaxxPro Plus with Frag Kit 6

MaxxPro Plus with Frag Kit 6

 

 

BUDAPEST, Hungary, Dec. 4 (UPI)

 

The United States has lent a dozen MaxxPro Plus Mine Resistant Ambush Protected armored vehicles to Hungary for military training.

 

The MRAPS, manufactured by Navistar International, were used by the U.S. European Command and were delivered to the Hungarian armed forces by a U.S. Embassy official in Budapest late last month.

 

"Due to the significant deterioration of the security situation in Afghanistan in 2010 the most modern assets capable to provide service members with the highest level of survivability had been requested from the U.S. government," Defense Minister Csaba Hende said at a handover ceremony. "In the areas of operations, Hungarian military personnel have been using similar vehicles for years and such assets have greatly contributed to the minimization of losses."

 

About 200 Hungarian troops are currently deployed to Afghanistan as part of the NATO-led International Security Assistance Force. The MRAPs, which are used in Afghanistan, are needed for training of Hungarian personnel in their use.

 

The vehicles will be used at Hungary's Bakony Combat Training Center and the Szentendre NCO Academy.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:35
Handover of UK headquarters team in Afghanistan

Joint Force Support flag-changing ceremony at Camp Bastion, southern Afghanistan [Picture: Sergeant Dan Bardsley, Crown copyright]

 

2 December 2013 Ministry of Defence

 

A new headquarters team has arrived at Joint Force Support (Afghanistan) in Camp Bastion, Helmand province.

 

In a short transfer of authority ceremony, in front of sailors, soldiers, airmen and civilians, outgoing Commander Joint Force Support (Afghanistan), Air Commodore John Bessell, handed over to Brigadier Martin Moore. The handover marks the start of another crucial chapter in the UK’s military drawdown in Afghanistan.

Brigadier Moore is taking command of the seventeenth rotation of Joint Force Support, which works in parallel with Task Force Helmand to provide logistical and technical support for UK Armed Forces across Afghanistan.

The span of responsibility of the headquarters is vast, ranging from personnel policy and logistics to infrastructure, training and commercial support.

As well as providing specialist expertise, Joint Force Support commands a range of force elements comprising thousands of military personnel, UK civil servants and military-supported contractors.

One of the key tasks of the staff has been the co-ordination of redeployment, which involves recovering aircraft, vehicles, weapons and surveillance equipment back to the UK in good order.

Speaking after the weekend handover, Air Commodore Bessell reflected on the successes of his 6-month tenure. A mark of the progress is that a third of the materiel has been returned home safely.

More than 1,300 vehicles and items of major equipment and the equivalent of 1,800 shipping containers of materiel have been redeployed from Afghanistan.

Air Commodore John Bessell with Brigadier Martin Moore
Air Commodore John Bessell (left) hands over the command of Joint Force Support to Brigadier Martin Moore at Camp Bastion [Picture: Sergeant Dan Bardsley, Crown copyright]

Air Commodore Bessell said:

Redeployment is a challenging problem, but resourceful people have made redeployment a reality.

In our time we have made a significant inroad into redeploying the future of the British military’s protected mobility fleet.

At the same time we have redeployed the Merlin helicopter and seen the C-17 aircraft come of age in delivering the fly and sail of equipment to the UK.

Brigadier Moore said:

This marks the change of the core of the headquarters, but it doesn’t change the direction of travel for Joint Force Support (Afghanistan).

The next 6 months will be crucial in positioning Operation Herrick for the conclusion of the campaign. The main focus will be sustaining current and future operations in order to see transition through into 2014.

In the margins, we will strive to build on the outstanding work of our predecessors to energise the redeployment effort so that the UK, working side-by-side with Regional Command (South West), can recover from Helmand on time and in good order.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:50
Kongsberg Signs Long Term Framework Agreement for Support and Maintenance

 

Dec 4, 2013 ASDNews Source : Kongsberg Gruppen

 

Support and Maintenance Of systems onboard the RNoN's combat vessels and training centers

 

KONGSBERG has signed a long term Framework Agreement with the Norwegian Defence Logistics Organization (NDLO) for support, maintenance and further development of systems delivered by KONGSBERG onboard the RNoN's combat vessels and training centers.

 

The Framework Agreement is valid from 1st January 2014 with duration of 6 years. The overall scope of the Framework Agreement is 165 MNOK. In addition, the Agreement enables NDLO to order additional services, spare parts and other necessary equipment upon need.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:50
Kosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationaux

 

 

04/12/2013 Sources : EMA

 

Les 20 et 21 novembre 2013, l’escadron d’éclairage et d’investigation (EEI) français a participé à deux instructions dans un cadre multinational.

 

Le mercredi 20 novembre, l’équipe médicale américaine du camp de Bondsteel a été héliportée sur le camp de Novo Selo pour mener une instruction au profit de brancardiers secouristes français et allemands. Le scénario a simulé l’impossibilité pour un hélicoptère de se poser pour récupérer un blessé. Les brancardiers secouristes, aux ordres d’un médecin américain, se sont donc entraînés à évacuer ce dernier par hélitreuillage.

 

Le 21 novembre, les militaires portugais du camp de Slim Line, près de Pristina, se sont rendus auprès de l’EEI pour leur enseigner les réactions à adopter en cas de manifestation et de lancers de « cocktails Molotov ». L’exercice a permis aux militaires français de s’entraîner en mettant en œuvre les méthodes de l’OTAN pour la gestion de conflit.

 

L’EEI, dans le cadre de son mandat de la KFOR, participe au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo, en coopération avec la Mission des Nations unies au Kosovo (MINUK) et la mission de l’Union européenne (EULEX). Environ 320 militaires français sont engagés dans l’opération TRIDENT, nom de la participation française à la KFOR, avec une unité de manœuvre (l’EEI) et un élément de soutien national (ESN).

Kosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationauxKosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationaux
Kosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationaux
Kosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationauxKosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationauxKosovo : l’EEI participe à deux exercices multinationaux
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:45
Tchad : AFRICOM rencontre la force Épervier

 

04/12/2013 Sources : EMA

 

Le 22 novembre 2013, le général d’armée David Rodriguez, chef du commandement régional des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) a rendu visite aux militaires engagés au sein de la force Épervier à N’Djaména.

 

La délégation américaine conduite par son excellence monsieur James Knight, ambassadeur américain au Tchad est arrivée vers 9h30 sur la base « SGC Adji Kosseï ». La visite a débuté par une présentation de la mission générale de la force Épervier par le colonel Alain Dupas, chef de l’état-major interarmées de la force. Elle s’est ensuite poursuivie par une visite du détachement américain implanté au sein du CAOC (Combined Air Operation Center, le Centre interarmées des opérations aériennes) qui a pour mission de planifier et de conduire l’ensemble des missions aériennes au profit des différentes opérations et forces stationnées en l’Afrique Centrale et de l’Ouest. Cette visite s’est achevée par le groupement Terre et le groupement Air qui ont présenté leurs implantations et effectué des démonstrations dynamiques de leurs matériels.

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale et du dialogue militaire régulier entretenu entre la France et les États-Unis. Créé en 2007 et stationné à Stuttgart en Allemagne, l’AFRICOM a pour mission de coordonner les activités militaires des États-Unis sur le continent africain. Il constitue un partenaire privilégié dans des régions où la France entretient une présence permanente à travers son dispositif de forces prépositionnées ou en opération, comme au Tchad.

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et sont en mesure de garantir, si nécessaire, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

Tchad : AFRICOM rencontre la force ÉpervierTchad : AFRICOM rencontre la force Épervier
Tchad : AFRICOM rencontre la force ÉpervierTchad : AFRICOM rencontre la force Épervier
Tchad : AFRICOM rencontre la force ÉpervierTchad : AFRICOM rencontre la force ÉpervierTchad : AFRICOM rencontre la force Épervier
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:45
EUTM Mali : visite du sous-chef opérations de l’EMA

 

04/12/2013 Sources : EMA

 

Le 21 novembre 2013, le général de corps d’armée Didier Castres, sous-chef opérations de l’état-major des armées (EMA) s’est rendu auprès des militaires français participant à la mission européenne d’entrainement des forces armées maliennes (EUTM), sur le camp de Koulikoro.

 

Accueilli par le général Bruno Guibert, commandant la mission EUTM, le sous-chef opération a assisté à un exercice de contrôle de zone mené par les soldats maliens du bataillon « Sigui », troisième bataillon malien à être formé par les instructeurs d’EUTM.

 

Cet entraînement s’inscrivait dans un exercice se déroulant sur trois jours. Il avait pour objectif de mettre en pratique les savoir-faire acquis au cours de sept semaines de formation. Il s’agissait de confronter les militaires à des situations auxquelles ils pourront avoir à faire face après leur déploiement et de valider l'intégration et la coopération entre les différentes unités du groupement tactique interarmes (GTIA). C’est une des dernières étapes de la formation de bataillon "Sigui" avant l'exercice final et l'achèvement de l’instruction dispensée sous la responsabilité d’EUTM Mali.

 

Différents incidents ont ponctué les trois jours d’exercice : IED, attaques du point de contrôle par des rebelles ou infiltrations de nuit. Des situations mettant en application les cours de droit international humanitaire dispensés tout au long de leur entrainement ont également été simulées. Ces incidents spécifiques avaient pour objectif d’apprendre aux militaires maliens à gérer des situations imprévues, tout en menant leur action principale.

 

EUTM Mali a pour mission de former les unités combattantes des forces armées maliennes sur le camp d’entraînement de Koulikoro. Elle a également un mandat d’expertise et de conseil, assuré par le détachement de liaison et d’expertise (ALTF), destiné à appuyer la réorganisation de l’armée malienne.

 

Commandée par le général français Bruno Guibert, la mission européenne d’entraînement au Mali regroupe 550 militaires européens, de 23 nationalités différentes, dont 110 militaires français. Les militaires français sont  principalement issus de l’état-major de la 1re Brigade mécanisée de Chalons en Champagne et du 1er Régiment d’infanterie de Sarrebourg.

EUTM Mali : visite du sous-chef opérations de l’EMA
EUTM Mali : visite du sous-chef opérations de l’EMA
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:45
Le Sénégal se dote d'un Centre des Hautes études de défense et de sécurité

 

3 décembre 2013 afriquinfos.com

 

DAKAR (Xinhua) - Le gouvernement sénégalais a mis en place un Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS) dans le but de parer aux "menaces d'ordre sécuritaire au S énégal", a appris Xinhua de source officielle mardi.

 

Des experts en défense et sécurité, des officiers de l'armée sénégalaise, des universitaires et des représentants d'organisations de la société civile ont participé à la réunion de lancement des activités du centre.

 

 Selon le directeur du CHEDS, le général Alain Jérôme Charlemagne Pereira, la création de ce centre a été motivée par un certain nombre d'observations, notamment un "environnement volatile, avec des menaces émergentes" Il a fait remarquer que dans le domaine de la sécurité, "il y a une certaine fracture entre les acteurs. C'est important qu'on s'assoie et se parle pour dégager une vision partagée sur des questions de sécurité". Le général Pereira a indiqué que le centre va développer un leadership fort, en amenant des experts de divers domaines, les universitaires, les professionnels des médias et les militants de la société civile à partager leurs expériences.

 

"Au Sénégal, il y a beaucoup de structures qui traitent des questions de stratégie. Mais, nous allons faire de la recherche- action, développer le suivi pour faire la différence et éviter que cela soit une structure de plus", a-t-il-ajouté 

 

 Parlant des activités du nouveau centre, le directeur a affirmé qu'au début, elle va faire de la formation de courte durée, à travers des ateliers et des rencontres d'échange entre leaders de différents domaines. "Il y aura des formations sanctionnées par un master ou un doctorat, mais elles ne commenceront pas avant fin 2014", a précis é le général Pereira.

 

Le gouvernement sénégalais a consenti dans le budget du ministère des Forces armées pour l'exercice 2014  un montant de 30 millions de Francs CFA pour le CHEDS.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:45
Corymbe : le Dixmude en escale à Douala

 

 

04/12/2013 Sources : EMA

 

Du 29 novembre au 4 décembre 2013, le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Dixmude, engagé en mission Corymbe, a effectué une escale à Douala au Cameroun.

 

Le BPC Dixmude est engagé en mission Corymbe dans le Golfe de Guinée depuis le 21 novembre 2013. Au départ de Toulon, il a embarqué un détachement composé de militaires de l’armée de terre appelé « réserve opérationnelle embarquée » (ROE). Cette ROE a vocation à intervenir en cas de besoin, dans un des pays riverains du golfe de Guinée. Au regard de la situation sécuritaire en RCA, le BPC a reçu l’ordre au cours de cette mission de débarquer la ROE à Douala.

 

Pendant les manœuvres de débarquement des véhicules, l’équipage a reçu la visite de Son Excellence Madame Christine Robichon, ambassadrice de France au Cameroun. Le même jour, le 30 novembre, le bord a reçu les stagiaires de l’Ecole Supérieure Internationale de Guerre de Yaoundé (ESIG) ainsi qu’une quarantaine d’officiers originaires de 17 pays d’Afrique, de France et des Etats-Unis pour une conférence sur la doctrine amphibie française.

 

Corymbe est une mission de présence quasi permanente des forces armées françaises dans le golfe de Guinée. Elle est armée par un ou plusieurs bâtiments de la Marine nationale qui peuvent être renforcés par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués.

 

Corymbe complète le dispositif français prépositionné en Afrique occidentale, au Gabon et au Sénégal depuis 1990, en mesure de soutenir toute opération en cours dans la région. Elle permet en outre la réalisation de missions de coopération bilatérale avec les pays de la région.

Corymbe : le Dixmude en escale à Douala
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:35
Ten reasons why India should preserve INS Vikrant

 

December 4, 2013 Shiv Aroor - indiatoday.intoday.in

 

New Delhi - The Indian Navy is used to irony -- it remains the smallest of India's armed forces, despite having in sheer quantity, the largest area of responsibility, including an enormous coastline. But the fact that the Maharashtra government has chosen the run up to Navy Week, that begins today, to announce its decision to abandon the INS Vikrant aircraft carrier museum ship, scores spectacularly on the irony sweepstakes: today, Navy Day, is a commemoration of the Indian Navy's blistering assault on the Karachi harbour as part of Operation Trident, and the 1971 war in general, one in which INS Vikrant brought to bear formidable firepower in East Pakistan with its floating fleet of strike aircraft.

 

But if the formidable sweep of history hasn't convinced the government to preserve the INS Vikrant in a nation that so easily forgets its military history, here's a list of 10 good reasons that should:

 

1. INS Vikrant was the Indian Navy's first aircraft carrier. Once HMS Hercules in the Royal Navy, she was sold to India and commissioned into the Indian Navy in 1961. In this day, with several aircraft carriers prowling the world's oceans, it is impossible to fully capture just how momentous it was for a young country like India to own such a capability.

 

2. In the 1965 and 1971 wars, the INS Vikrant became an obsession for the Pakistan Navy, which even suggested that it had sunk her in the 1965 operations even while the Vikrant was coolly in refit at the Mumbai naval dockyard.

 

3. In the 1971 war, after she successfully evaded Pak submarine PNS Ghazi in the Bay of Bengal, INS Vikrant unleashed furious air power on Chittagong, Khulna and Cox's Bazar, destroying masses of East Pakistani assets and vessels, completely decimating any defensive capability there. After six days of unrelenting attacks, the Vikrant's Sea Hawk's ensured East Pakistan was fully contained from the sea.

 

4. INS Vikrant's performance in the 1971 war cannot be understated. With severe mechanical problems, including a failed boiler that potentially crippled flight operations and cruising speed, she still managed to bring a formidable fight to the enemy, earning her crew 2 Maha Vir Chakra and 12 Vir Chakra gallantry decorations.

 

5. During the 1962 war with China, there was a brief possibility that INS Vikrant's deck aircraft would be sent on emergency detachment to shore airfields in the North-East for strike operations -- something that never happened, adding to the overall folly of deciding not to use aircraft in offensive operations against the Chinese. Vikrant sat out the war, as did all other airborne strike assets in the country.

 

6. INS Vikrant's vintage goes back to World War II. Her build, her construction is a throw-back to the inimitably brilliant construction philosophies of the age. She remains the only British-vintage World War II aircraft carrier currently still in visitable condition. To military historians, that alone is good reason to keep her in ship shape.

 

7. After INS Vikrant was decommissioned in 1997, she has been laid up at the Mumbai naval dockyard, open to the public for painfully brief intervals during the year, but mostly invisible to the Indian public, despite enormous interest in vintage warships across the world.

 

8. She was India's first and only aircraft carrier to use a steam catapult launch system for its aircraft. The Vikrant itself was modified with a ski-jump in the late 1970s to accommodate the country's new Sea Harrier jump jets. However, with the Indian Navy now mulling the possibility of returning to catapult launch dynamics for future aircraft carriers, a preserved Vikrant will be a living example of history coming full circle.

 

9. Several veteran navymen and aviators earned their wings training on the INS Vikrant. Former navy chief Admiral RH Tahiliani was among the first Indians to land an aircraft on the ship's deck.

 

10. Finally, it is hard to describe the emotions, ghosts, wisdom, laughter and spirit that would perish if the INS Vikrant were broken up and sold for scrap. For a country that has been resolutely sea blind for decades, preserving the Vikrant wouldn't just be a symbol of respect for all that the ship has done, but that history cannot simply be sunk.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:20
Rockwell Collins EP-8000 image generators selected for BoeingaEUR(tm)s Apache Longbow Crew Trainers

 

 

Dec 4, 2013 ASDNews Source : Rockwell Collins

 

Rockwell Collins will supply EP-8000 image generators for Boeing Apache Longbow Crew Trainers (LCT).

 

LeAnn Ridgeway, vice president and general manager of Simulation & Training Solutions for Rockwell Collins, said the contract is the latest example of providing reliability and innovation for the Apache LCT program.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 16:45
Les hélicoptères Gazelle attendent leur ordre de déploiement en République centrafricaine photo  Olivier Fourt RFI

Les hélicoptères Gazelle attendent leur ordre de déploiement en République centrafricaine photo Olivier Fourt RFI

04 décembre 2013 Olivier Fourt - envoyé spécial à Douala RFI

 

Le Dixmude, bâtiment de projection et de commandement des forces armées françaises (BPC), est à quai à Douala, au Cameroun, où il a débarqué 350 soldats et une centaine de véhicules. Ces moyens militaires sont en attente du feu vert pour prendre la route vers la République centrafricaine. En attendant, les hommes peuvent aller se promener à Douala, mais rentrent tous les soirs au bateau. Des consignes de sécurité, strictes, sont appliquées à tous les membres de la mission.

 

Nom choisi pour l'opération française en RCA : « Sangari », du nom d'une variété de papillon. Concrètement, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude est amarré à Douala depuis le jeudi 28 novembre. Le BPC était parti de Toulon, dans le sud de la France, le 16 novembre dernier, avec à son bord, 350 hommes et une centaine de véhicules.

 

En attente du feu vert de Paris

 

L’ensemble de ces moyens a été débarqué, jeudi 28 novembre dans la soirée. « Nous avons quitté Toulon, avec à bord un détachement de l’armée de terre, dans le cadre d’une opération de présence dans le golfe de Guinée classique. Nous avons reçu l’ordre au cours de cette mission de débarquer ce détachement de l’armée de terre à Douala. Il est en attente d’instructions et d’ordres d’autorités politiques pour, éventuellement, intervenir en RCA », précise le capitaine de vaisseau De Briançon, le commandant du Dixmude.

 

→ A (RE)LIRE : Centrafrique: cartographie des zones à risques

 
Les deux hélicoptères français «Gazelle», sur le pont du «Dixmude», dans le port de Douala.
RFI / Olivier Fourt
 

Les véhicules, blindés et containers sont maintenant stockés dans une zone fermée, surveillée par la gendarmerie camerounaise, dans une zone industrielle à Douala. Les hommes, des soldats parachutistes de l’armée de terre, ont récupéré leurs armes et leur paquetage. Ils attendent donc désormais le feu vert de Paris pour rejoindre, par la route, la République centrafricaine voisine.

 

 

Consignes de discrétion

En attendant, les hommes peuvent aller se promener en ville, mais rentrent tous les soirs au bateau. Les militaires ont par ailleurs reçu des consignes de sécurité. « Pour notre personnel, également, nous avons fait des sensibilisations pour qu’ils restent discret, ne cèdent pas aux provocations et qu’ils se déplacent groupés pour être capable de s’extraire de toute situation un peu difficile », insiste le commandant du Dixmude. « De toute façon, aujourd’hui, il n’y a plus d’escales tranquilles », conclut l’officier.

 

→ A (RE)LIRE : Les objectifs de la nouvelle opération française en Centrafrique

 

Quant aux 210 marins du Dixmude, ils reprendront prochainement la mer pour la mission Corymbe : trois mois de patrouilles et d’exercices en coopération avec les pays du golfe de Guinée.

 

Laurent Fabius sur RFI : en Centrafrique, les forces françaises « n’ont pas vocation à rester durablement »

Invité sur RFI ce mardi 3 décembre, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est revenu sur l’engagement de la France en République centrafricaine. Il a insisté sur le fait que l’objectif que se donne la France est de « rétablir la sécurité gravement menacée » dans le pays, et que les forces françaises « resteront mesurées dans leur nombre » et « n’ont pas vocation à rester durablement ».

 

« Notre action, celle des Africains d’abord, la Misca, la nôtre, celle des forces internationales, va consister à la fois à rétablir la sécurité gravement menacée, à rétablir aussi les droits humanitaires parce qu’il y a des exactions épouvantables. On va encore en découvrir. Et puis il faut préparer la démocratie, le fonctionnement de la démocratie et dans ce cas, de toutes les manières, ni le président actuel, ni le Premier ministre, ne peuvent se présenter, ça a été acté », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, réfutant l’idée selon laquelle la France s’apprêtait à contraindre Michel Djotodia, le président de la transition, à partir.

Jugeant que « terme d’implosion est juste » pour définir la situation en République centrafricaine, il estime qu’il convient de dissoudre « effectivement » les bandes armées qui composaient l’ancienne Seleka et « éviter [les] oppositions religieuses ». « Nos forces resteront mesurées dans leur nombre, et en plus elles n’ont pas vocation à rester durablement là-bas », a-t-il par ailleurs insisté.

 

→ A (RE)LIRE : L'intégralité de l'entretien de Laurent Fabius à RFI.


En vue du sommet « Paix et Sécurité en Afrique », qui se tiendra les 6 et 7 décembre à Paris en présence de nombreux chefs d'Etat africains, la présidence française a d'ores et déjà mis en place un site internet et un compte Twitter consacrés à l'évènement.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 13:50
Le général Mercier (2e en partant de la gauche) et le général Van de Voorde (à sa gauche) entourés de leurs pilotes

Le général Mercier (2e en partant de la gauche) et le général Van de Voorde (à sa gauche) entourés de leurs pilotes

 

 

04/12/2013 Armée de l'air

 

Le général Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) a reçu son homologue belge, le général Claude Van de Voorde, en visite officielle en France du 29 au 01 décembre 2013.

 

Le général Van de Voorde a, dans un premier temps, été accueilli sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier où il a réalisé un vol en patrouille sur Rafale biplace, aux côtés du général Mercier.

 

Avant d’assister en place arrière à la démonstration de l’éventail des capacités du Rafale, les deux chefs d’état-major avaient participé plus tôt dans la journée à une séance de simulateur au sein de l’escadron de transformation Rafale. Le voyage officiel du général Van de Voorde s’est poursuivi à Paris avec sa participation au dîner annuel de l’association des pilotes de chasse.

 

Par la suite, les deux chefs d’état-major se sont réunis, samedi 30 novembre, au siège de l’état-major de l’armée de l’air sur la base aérienne 117 de Paris-Balard, afin d’évoquer les relations unissant les forces aériennes françaises et belges.

 

Une riche coopération bilatérale unit les deux armées de l’air, renforcée par des liens d’amitié anciens. Au quotidien, elle se concrétise notamment par la formation commune en France des pilotes de chasse des deux pays au sein de l’AJeTS (Advanced Jet Training School) qui a vu le jour en 2004. Pour le futur, des réflexions sont à l’étude autour de perspectives communes dans le domaine capacitaire (A400M, MRTT, drones) mais aussi sur le commandement et la conduite des opérations aériennes (C2 air).

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 13:50
La participation de l`armée ukrainienne à la lutte politiques est exclue (ministre de la Défense)

 

04.12.2013 Par La Voix de la Russie

 

La participation des forces armées ukrainiennes aux événements politiques intérieurs est absolument exclue, alors que les allégations concernant un éventuel recours à l'armée sont une provocation, a déclaré mardi le ministre ukrainien de la Défense Pavel Lebedev.

 

« Suite aux récents événements politiques en Ukraine, certaines organisations politiques et publiques ont adressé des messages au commandement et aux effectifs de l'armée ukrainienne pour les convaincre de se ranger à leurs côtés et participer aux actions politiques, a-t-il souligné dans une déclaration diffusée par le service de presse du ministère de la Défense. Par ailleurs certains médias ont diffusé des informations, selon lesquelles des militaires et des engins blindés lourds seraient engagés pour disperser les manifestations pacifique en Ukraine ».

 

Dans ce contexte, « le ministère ukrainien de l'Ukraine annonce officiellement que conformément à la constitution ukrainienne la participation de l'armée ukrainienne, structure publique destinée uniquement à la défense de l'Ukraine, à la défense de sa souveraineté, de son intégrité territoriale et l'intangibilité de ses frontières, à la lutte politique intérieure est totalement exclue ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories