Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:50
Soldats français du SEA et américains 515th Transportation Company côte à côte durant TJ15

Soldats français du SEA et américains 515th Transportation Company côte à côte durant TJ15

 

28 octobre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

Depuis une semaine, plus de 36 000 soldats issus de 28 nations membres de l’OTAN et 9 pays partenaires sont engagés dans le plus grand exercice militaire allié de la décennie. Mobilisant plus de 140 avions, 7 sous-marins et 60 navires, Trident Juncture 2015 (TJ15) aura lieu jusqu’au 6 novembre prochain en Espagne, Italie et au Portugal. À ce titre, il s’agit du plus vaste exercice militaire allié depuis « Strong Resolve », mené en 2002 en Pologne et en Norvège.

 

Trident Juncture répond à quatre objectifs majeurs pour les forces de l’OTAN, à commencet par tester et certifier le « Joint Force Command Force Brunssum », état-major situé aux Pays-Bas et appelé à prendre les commandes de la force de réaction de l’OTAN (NRF) en 2016. TJ15 servira également à tester la nouvelle « Very High Readiness Joint Task Force » (ou VJTF). Fer de lance de la NRF, la VJTF doit assurer le déploiement d’une brigade de combat de 5000 hommes en l’espace de quelques jours. Enfin, cet exercice d’envergure permettra aux forces engagées de s’exercer aux missions ISR conjointes en utilisant les technologies de pointe en usage dans les armées alliées ; ainsi que d’améliorer l’interopérabilité des forces spéciales et la réalisation d’opérations maritimes complexes.

 

Les forces armées françaises participent à cet exercice considéré comme « indispensable à l’entretien et au perfectionnement de notre capacité d’engagement en interalliés », rappelle le ministère de la Défense. Ainsi, les composantes aériennes, navales et terrestres seront présentes, grâce au déploiement de 3 Mirage 2000-5, un détachement de défense aérienne [oeuvrant sur Crotale NG et SAMP/T], un détachement TOC APOD, la frégate légère furtive Surcouf, le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme et le chasseur de mines tripartite Sagittaire, » précise le ministère de la Défense. L’armée de Terre est particulièrement attendue pour son expertise en matière de soutien logistique opérationnel, et prendra à ce titre le commandement d’une unité multinationale de soutien pétrolier composée d’unités lituaniennes, américaines, britanniques, espagnoles et italiennes et armée par le SEA. Une section de soldats français spécialisés en matière de guerre électronique opérera également au sein du « Joint Electronic Warfare Core Staff », basé en Grande-Bretagne.

 

Rappelons que la France, par l’intermédiaire du Général Denis Mercier, est en charge de l’un des deux commandements majeurs de l’OTAN, à savoir le Commandement allié Transformation (SACT). En charge de l’amélioration des missions d’entraînement et des capacités, et de la mise en place des doctrines communes aux pays membres, le Général Mercier et le SACT sont donc à la fois au cœur et à la base d’un exercice tel que TJ15.

 

Certes, l’engagement de la France au sein de ces manœuvres reste modeste, mais il reste symboliquement fort pour un pays dont l’engagement opérationnel soutenu sur les théâtres d’OPEX et national nécessité la mobilisation de l’ensemble de ses forces vives.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:50
Increasing awareness of European Armament Cooperation

 

Brussels - 27 October, 2015 European Defense Agency

 

From 27 to 29 October 2015, an Awareness Level Module of the European Armament Cooperation Course (EAC) is taking place at the European Defence Agency’s premises. Organised by the European Defence Agency (EDA), the European Security and Defence College (ESDC) and the Austrian Ministry of Defence (MOD) and Sports, the course has attracted the highest number of attendees in its four-year history. Forty-six enrolled students represent thirteen EDA Member States, the European Commission, European External Action Service (EEAS) and Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR). 

 

The aim of the EAC course is to enhance mutual understanding of the armaments cooperation issues and to serve as a useful networking platform to foster and harmonise armaments cooperation among the Member States. Most of all, it addresses junior personnel who need to gain knowledge and experience in international acquisition and project management. The course also complements the curriculums of available national courses. “We believe that the practitioners who work in national and international armament cooperation can highly profit from the course. We are able to provide them with practical knowledge and understanding of the armament sector along with its frameworks, the stakeholders’ tools and processes as well as challenges and benefits available at the EU level,” says Massimo Guasoni, the EDA Head of Unit Education, Training & Exercise.

 

Towards Europe’s strategic autonomy 

Rini Goos, the EDA Deputy Chief Executive, welcomed the course participants and, in his speech, he pointed out the key elements for European strategic autonomy and freedom of action: “Apart from working on capabilities, first of all, we must strive to enhance investment in traditional defence research, particularly in collaborative Research & Technology. Secondly, we need a sound European industrial policy. Thirdly, I would like to mention standardisation: a pan-European standardisation approach is the key to increase European competiveness on a global scale and to strengthen the European Defence Technological and Industrial Base Strategy; it is also the main driver for interoperability. And last but not least, civil-military ‘dual-use’ synergies need to be better exploited. It is only if we move ahead along these four strands of work that Europe will be able to attain strategic autonomy and become a security provider rather than a security consumer”.  

 

Dr Wolfgang Sagmeister from the Austrian MOD being the Course Director will make sure that all the course objectives will have been met. The topics on the agenda are much varied and include the presentations of the EDA and the ESDC; military dimension of the Common Security and Defence Policy; EU military capability development along with the EDA Capability Development Plan, current trends in military defence capability development; intercultural aspects in international cooperation; EU Defence policies in a wider context, and other.  

The EAC course traditionally comprises two parts: an Awareness Level Module taking place in Brussels, and an Expert Level Course, which will be held from 23 to 27 November 2015 in Warsaw, Poland. However, in order to attend the course, it is mandatory to complete an Internet-based Distant Learning (IDL) module offered by the ESDC. 

 

Shaping an educational platform

Since 2006, the EDA had been working towards establishing a proper training frame in response to the growing needs for harmonised education in the armament acquisition field. In 2009, the Czech Republic’s EU Presidency supported the creation of a new European armaments cooperation course, providing an EU-wide training platform where a common understanding of a European approach to armaments cooperation could be promoted. The EDA Member States welcomed the initiative and later that year the EDA Steering Board, in the National Armaments Directors configuration, approved the top-level European Armaments Cooperation (EAC) Framework, under which the current course was established.

In 2013, thanks to the initiative of Austria and other like-minded countries, including the Czech Republic, Germany, Sweden, and the United Kingdom, the course took its current form. It followed the success of the pilot European Armaments Cooperation Course organised in Brussels and Stadtschlaining in 2012.

 

More information:

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:45
photo EMA / Armée de terre

photo EMA / Armée de terre

 

29/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

L’immensité désertique et l’étendue de la zone d’action figurent parmi les contraintes dont doit s’affranchir la force Barkhane. Dans ce contexte, la composante aéromobile occupe un rôle majeur dans la conduite des opérations. Permettant d’accroître la mobilité et d’inverser le principe d’incertitude, elle apporte à la force la capacité de mener, à l’endroit et au moment qu’elle choisit, des actions de feu, de renseignement et de mouvement, en appui et en complément des troupes déployées au sol.

 

Barkhane dispose d’un potentiel aéro-combat de 17 hélicoptères de manœuvre, de reconnaissance et d’attaque, répartis sur les bases de Gao, N’Djaména et Madama. Armée par deux sous-groupements aéromobiles (les 1er et 5erégiments d’hélicoptères de combat) et un groupement tactique air (armée de l’Air), la composante aéromobile apporte ses moyens et son expertise aux différentes missions menées par Barkhane, dans la conduite et l’exécution des actions en profondeur.

 

Mis en place pour appuyer la force dans la lutte contre les groupes armés terroristes, le groupement aéromobile couvre six missions. Les hélicoptères de manœuvre permettent d’assurer un appui à la mobilité au profit de la force Barkhane, notamment en termes de transport tactique d’unités ou de transport logistique.

 

Le groupement aéromobile est également composé d’hélicoptères de reconnaissance et d’attaque couvrant quatre missions spécifiques permettant de déceler et de neutraliser l’adversaire. Il effectue des missions de reconnaissance et de recherche de renseignements, en autonomie ou en évoluant en amont des forces. Il peut aussi réaliser des missions de protection ou être déployé sur des missions d’appui feu en complémentarité et en coordination avec les troupes du terrain avant d’effectuer leurs missions.

 

Depuis le lancement de l’opération Barkhane, la composante aéromobile a réalisé plus 5 000 heures de vol, permettant ainsi d’appuyer et de compléter l’engagement de la force sur la bande sahélo-saharienne.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:30
Chammal : La FAA Cassard rencontre les insérés français à Koweït

 

29/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 15 octobre 2015, l’équipage de la frégate anti-aérienne Cassard, déployé dans le golfe Arabo-Persique dans le cadre de l’opération Chammal, a effectué une escale à Koweït. Pendant cette escale, le commandant et une délégation de l’état-major du Cassard ont été reçus par les officiers français insérés au sein du CJTF-OIR, l’état-major opératif qui commande les forces de la coalition de l’Operation Inherent Resolve (OIR).

 

Cet état-major interallié de plusieurs centaines d’hommes issus des différentes armées de la coalition, assure la planification et la conduite des missions de l’opération OIR. Au sein de cet état-major interallié, les officiers français contribuent aux travaux de niveau opératif en apportant leurs expertises et leurs expériences.

 

À l’autre bout de la chaîne de commandement, au niveau tactique, le Cassard agit comme une tour de contrôle responsable d’une partie de la zone aérienne au-dessus du golfe Arabo-Persique. Il surveille et contrôle l’activité aérienne de la coalition. En parallèle, la frégate participe à la protection rapprochée des porte-avions ou porte-aéronefs américains dont les avions opèrent au-dessus de la zone d’opération tous les jours.

 

Les briefings et les entretiens entre officiers d’horizons très différents illustrent la synergie interarmées et le dialogue interallié permanent qui, à chaque niveau de l’opération, garantit la continuité et la cohérence de l’action de la coalition. Les officiers du Cassard ont ainsi pu mettre en perspective l’action de leur bâtiment qui contribue à la lutte contre Daech en Irak et en Syrie.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un appui (aérien et formation) aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N), d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et de la FAA Cassard.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:25
photo 3e REI - Légion Etrangère

photo 3e REI - Légion Etrangère

 

12-10-2015 par 3e REI Réf : 252 | 332

 

Les 3 et 4 octobre 2015, le 3ème régiment étranger d'infanterie a participé à la 3ème édition des Maîtres de la pagaie.

 

Plusieurs milliers de spectateurs ont afflué sur les bords du lac Bois Chaudat à KOUROU pour assister à ces courses de pirogues traditionnelles à la pagaie. L'équipe régimentaire n'a pas démérité devant des équipes dominant ce sport particulièrement physique.

 

Rendez-vous est pris pour l'année prochaine et promis, l'équipe finira dans le trio de tête. " En avant, toujours en avant " !

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:25
Activité cohésion pour les officiers du 3REI

 

03-09-2015 par 3e REI Réf : 248 | 931

 

Les 27 et 28 août dernier, les officiers du 3e REI aux ordres du chef de corps, le colonel Jérôme RANSAN, ont participé à une activité de cohésion au Centre d'entrainement en forêt équatoriale (CEFE) à Régina.

 

Organisée par le capitaine Jean Thomas, à la demande du chef de corps et faisant suite au stage d'initiation à la vie en forêt équatoriale des officiers nouvellement arrivés au PAM, cette activité de cohésion a permis aux officiers du 3e REI de se retrouver tous ensemble dans la " Selva ".

 

Au cours de ces deux jours, les officiers du 3e régiment étranger d'infanterie ont notamment effectué un parcours collectif de brancardage, avant de partager un repas forêt, préparé principalement avec des mets cueillis et chassés par l'encadrement du CEFE.

 

Ils ont ensuite visité une exploitation aurifère sur les bords de la Mataroni avant de se retrouver en bivouac où les chants de tradition de la Légion étrangère se sont mêlés aux bruits de la forêt.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
Une heure de vol de Rafale coûte près de 25 000 euros - photo EMA / Armée de l'Air

Une heure de vol de Rafale coûte près de 25 000 euros - photo EMA / Armée de l'Air

 

28-10-2015 Par Olivier Fourt - RFI

 

Depuis l'arrivée du président François Hollande à l'Elysée, la France s'est retrouvée engagée au Sahel, en Centrafrique, en Irak et en Syrie. Résultat : le coût des opérations extérieures devrait encore cette année dépasser le milliard d'euros. Plus de 7 000 militaires français sont engagés en missions extérieures.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
Journée nationale du réserviste 2016

 

09/10/2015 Actualités réserves

 

La Journée nationale du réserviste 2016 aura pour thème : "Une nouvelle réserve militaire pour de nouvelles menaces". Elle se déroulera sur la période allant du 7 mars au 2 avril 2016.

 

Plus d'informations sur la JNR 2016 dans les prochaines semaines.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
La bourse des emplois de la réserve sur SIREM

 

09/10/2015 16:02 Monde de la réserve

 

En service depuis la journée nationale du réserviste du 27 mars 2015, la bourse des emplois de la réserve (BdER) propose plusieurs centaines d'offres d'emploi, mises en ligne par les armées et services interarmées à l'intention des réservistes opérationnels.

 

Pour y accéder, rendez-vous sur le Site Interarmées des Réserves Militaires (SIREM)

 

Puis cliquez sur le pictogramme BdER qui apparait en haut à droite de votre écran.

 

La recherche s'effectue soit en sélectionnant un ou plusieurs des critères proposés, soit simplement en cliquant sur un département ou une collectivité d'outre-mer de la carte affichée.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
photo DCSSA

photo DCSSA

 

16/10/2015  Service de santé des armées

 

Le 8 octobre, la deuxième journée d’information initiale des réservistes citoyens du SSA, couplée cette année avec la journée de formation des nouveaux coordonnateurs régionaux et nationaux de la réserve, a rassemblé cinquante et un réservistes de toute la France.

 

Composée de collaborateurs bénévoles, agréés en raison de leurs compétences, de leur expérience, mais aussi de leur intérêt pour les questions relevant de la défense nationale, la réserve citoyenne a pour mission principale de contribuer à la diffusion de l'esprit de défense et au renforcement du lien armées-Nation. Employés notamment dans le cadre d'actions de communication et de relations publiques favorisant l'esprit de défense, la contribution au devoir de mémoire et l'aide au recrutement, les réservistes citoyens sont devenus au fil des années les acteurs incontournables du rayonnement des armées.

Suite de l’artilcle

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
Credits Ulstein

Credits Ulstein

 

28.10.2015 par Le Fauteuil de Colbert

 

L'audition du Chef d'Etat-Major de la Marine nationale (CEMM), l'amiral Rogel, devant la commission de la Défense et des forces armées de l'Assemblée nationale est l'occasion de faire le point sur le programme BATSIMAR (BATiment de Surveillance et d'Intervention MARitime). 

 

A priori, il ne ressort que très peu d'informations. Il n'aurait pas été question d'un avancement du calendrier de ce programme de 2024 à 2022. Le député Gilbert Le Bris utilisait encore la date de 2024 et l'amiral Rogel n'emploie pas un autre calendrier.

 

Toutefois, le Chef d'État-Major de la Marine (CEMM) ne cache pas la situation très difficile traversée par les moyens de l'Action de l'État en Mer. Et respecter l'actuel calendrier (Horizon Marine 2025), avec une entrée en service des deux premiers BATSIMAR en 2024, n'est pas une situation acceptable. "Si nous attendions 2024, nous serions en « rupture globale temporaire de capacité », car tous les patrouilleurs outre-mer vont s’éteindre les uns après les autres."

 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:50
 photo Belga

photo Belga

 

28 octobre 2015 par J.-B. M. - dhnet.be

 

Belgique Le patron de la composante Terre, le général Deconinck, inquiet du coût du déploiement des militaires en rue.

 

La Défense belge mobilise toujours entre 200 et 250 militaires, en faction à proximité des points sensibles ou en appui de cette opération baptisée Homeland. Depuis février dernier et le début du déploiement, le coût de cette opération a atteint les 10 millions d’euros. Ce n’est pas l’unique facture, il en est une autre dont la composante Terre s’acquitte déjà.

 

Laquelle ? Celle des jours/hommes, une unité de mesure employée pour jauger le coût en termes de ressources humaines; depuis le début d’Homeland, 70.000 jours/hommes y ont été investis. Sur 300.000 alloués à la partie terrestre de l’armée belge.

 

À titre de comparaison, les 300 hommes déployés sur les théâtres d’opération extérieure représentent une facture de 100.000 jours/hommes pour cette année. Un quart du budget de l’armée.

 

"Pour l’instant, je peux tenir dans la durée, pour autant que le déploiement à l’étranger reste faible" d’un point de vue quantitatif, nous assurait hier le général Jean-Paul Deconinck, chef de la composante Terre.

 

Toutefois, il prévient : "Je ne pourrais pas tenir un engagement de 1.200 hommes durant des années. On atteint les limites du système." Car pour un militaire engagé sur le terrain, il en est un autre au repos - celui qui vient d’être relevé - et un autre en préparation à la mission - celui qui prendra la relève.

 

"Sachant que je dois entraîner mes gens", ajoute le général Deconinck, qui rappelle la mobilisation de 782 militaires pour l’exercice Otan Trident Juncture, en Espagne, en cours. Un exercice indispensable puisqu’il vise à tester la capacité de la force de réaction rapide de l’Alliance.

 

Le général Deconinck fait ainsi suite au constat déjà posé par la… Défense elle-même, lorsqu’elle a ouvert quelque 700 places pour l’année 2015. Un nombre très faible au regard de l’attrition dans certaines unités et des futurs départs massifs à la retraite.

 

Côté syndical, même son de cloche. Pour Patrick Descy, de la CGSP-Défense, le dispositif Homeland déforce déjà la Défense en puisant dans ses ressources, au détriment de l’entraînement et de potentiels engagements à l’étranger. "La question de la vocation sécuritaire de ce déploiement interne se pose." Du côté de la direction de la Terrestre, on ne s’attend néanmoins pas à un retrait des militaires en rue de sitôt.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:45
photo 2e REI - Légion Etrangère

photo 2e REI - Légion Etrangère

 

23-10-2015 par 2e REI Réf : 383 | 402

 

Du 24 au 26 septembres 2015, les militaires des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) ont reçu la visite de Jean-Paul Fournier, sénateur maire de la ville de Nîmes et membre à la Haute Assemblé de la commission des Affaires étrangères et de la Défense.

 

Mr Fournier a profité de sa visite officielle à Abidjan au sein des FFCI, afin d’aller à la rencontre du groupement tactique interarmes (GTIA) précisément armé par le 2ème Régiment étranger d’infanterie.

 

Mr Fournier a, le temps de quelques heures, laissé de côté sa casquette de membre à la Haute Assemblé de la commission des Affaires étrangères et de la Défense pour revêtir celle de maire de la ville de Nîmes où le régiment est basé.

 

Ces chaleureuses retrouvailles qui sont l’illustration des étroites relations nouées au fil des ans entre le 2ème REI et la mairie de Nîmes, se sont déroulées sur le camp de Lomo Nord, une emprise des FFCI située à environ 200km au Nord-Ouest d’Abidjan. Le maire de la capitale gardoise a ainsi pu, se retrouver au contact des légionnaires qui étaient alors en pleine campagne de tirs.

 

Mr Fournier s’est dit très impressionné par la « motivation et le professionnalisme » dont font preuve les militaires français en Côte d’Ivoire. Enfin, il s’est montré particulièrement fier de retrouver dans un cadre opérationnel les légionnaires de sa garnison.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:30
photo IAF

photo IAF

 

27.10.2015 Tal Giladi, Zohar Boneh, Nadav Shaham & Eliyah Levitan - IAF

 

The threat of UAV’s became substantial in Operation “Protective Edge". The Air Control Division, responsible for discovering the threat and the “Patriot” Division responsible for its interception are preparing for the new threat

The "Patriot" SAM Division, a part of the Air Defense Division, responsible for protecting Israel's airspace from hostile aircraft. During Operation "Protective Edge", the "Patriot" batteries successfully intercepted two hostile UAVs that penetrated Israeli airspace.

"Following the operation, the division's focus was turned to the UAV threat", said Lieutenant Roy Dgani, "Patriot" Division Officer. "The "Patriot" system is very efficient when dealing with UAV penetration".

Following the Operation in the passing summer, the division's yearly training program was remodeled, as were the qualifications. "Specific UAV discovery training was added to the division's combat soldiers qualification", mentioned Lieutenant Dgani, "The cadets will learn how to differentiate between a friendly UAV and a hostile one, with the help of a specific system and other criteria".

When it comes to training exercises, in the past year since the division's interceptions they have doubled in number. Moreover, the cooperation with various squadrons, mostly combat squadrons has strengthened significantly and is considered an integral part of the soldiers training exercises.

"The batteries routine has changed, we have changed the procedures in order to suit the current situation and to cope with the modern threats", shared Lieutenant Dgani about the perceptual change in the division.

 

photo IAF

photo IAF

Discovery Abilities will also Improve

The Air Control Division, which is responsible for the supervision of all air traffic and specifically the supervision of aerial forces in operational activity, the management of the aerial space and assistance in its protection, is improving its readiness to cope with the changing arena.

The division has began the examination of the procurement of a new radar for the regional control units, that will be suited to face the future challenges that the Air Force will face in the next few years, with the most relevant being the UAV threat.

"The new radar will be a strategic asset to the state of Israel", declared Major Ronen, The Head of the Radar Department.

The radar will contain improved and more precise recognition and classification abilities than its predecessor (it can better differentiate civil aircraft and hostile UAVs). The ability to correct malfunctions will improve and by utilizing modern networks the efficiency of data transfer between the radars and the regional control units will improve.

"When designing the new radar, we are considering the next 20 years" said Major Ronen.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
photo 4e RE

photo 4e RE

 

23-10-2015 par 4e RE Réf : 531 | 203

 

Le mercredi 21 octobre 2015, le régiment a reçu les correspondants défense de l’Aude lors d’une réunion d’information. Une quarantaine de commune était représentée. Après le mot d’accueil du chef de corps, le DMD leur a présenté une actualité de la défense et les restructurations à venir. Ensuite les intervenants, Terre, Air et Mer ont chacun traité de la formation dans leur armée. Un officier du BIE a clôturé cette première partie par une présentation du 4RE et la formation du légionnaire. Après un repas pris en commun au cercle mess les correspondants se sont rendus à la ferme de BEL AIR et ont pu concrètement découvrir les légionnaires à l’instruction au travers de différents ateliers. Cette journée a suscité beaucoup d’intérêts et de questions de la part de ces élus.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Mission humanitaire en zone dangereuse : L’École du génie prépare des étudiants de l'UCO

 

26.10.2016 Armée de Terre

 

Mission humanitaire en zone dangereuse : L’École du génie prépare des étudiants de l'UCO les 28 et 29 octobre 2015

 

Deux journées de sensibilisation intitulées : « mission en zone post-conflictuelle : mode d’emploi » au profit des étudiants du master I et II «conflictualités et médiation» de l’Université Catholique de l'Ouest (UCO/IALH) seront organisées par le Centre National de Déminage Humanitaire (CNDH) de l’École du génie.

 

Objectif de la formation : permettre à des étudiants qui partiront avec une ONG en Afrique d'être sensibilisé sur les zones conflictuelles grâce au savoir-faire du génie.

 

Au programme : maîtriser ses déplacements en zone à risque, réagir face à une situation présentant un danger, acquérir les réflexes qui sauvent…

 

Encadrés par les spécialistes militaires de l’École du génie, les étudiants seront évalués sur leurs capacités à observer, identifier, rendre compte et décider en situation de crise.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Le CMA de Calvi décoré de la croix de la valeur militaire

 

02/10/2015 Service de santé des armées

 

Le centre médical des armées de Calvi a été décoré de la Croix de la valeur militaire le 27 septembre pour l’engagement sans faille de ses équipes médicales lors de l’opération Serval en 2013.

 

Le courage et le professionnalisme du personnel soignant engagé en opération extérieure sont une nouvelle fois récompensés. La croix de la valeur militaire a été épinglée sur le fanion du CMA de Calvi le 27 septembre par le MGA Debonne, directeur central du service de santé des armées, au cours d’une cérémonie organisée à l’occasion de la création du 2e REP.

 

De janvier à mai 2013, lors de l’opération Serval, médecins, infirmiers et auxiliaires sanitaires ont œuvré sans relâche avec un sang-froid remarquable pour assurer la continuité des soins des militaires français et alliés et pour permettre l’évacuation des blessés sous des combats intenses. Ils ont également pris en charge une soixantaine de militaires tchadiens blessés et près d’une vingtaine de morts. Dans la seule année 2013, la totalité du personnel soignant du CMA de Calvi a été engagé dans l’opération Serval.

 

Sur tous les théâtres d’opération, les équipes médicales du service de santé des armées interviennent au sein même des unités combattantes pour prodiguer les premiers soins aux blessés, assurer le premier triage médical et leur mise en condition de survie. Sept CMA arborent sur leur fanion la Croix de la valeur militaire, témoin de l’efficacité du Service de santé dans le soutien médical des forces armées.

 

Chaque année, 2000 soignants sont engagés sur tous les théâtres d’opération pour garantir aux blessés les meilleures chances de survie et les rapatrier en moins de 24 heures vers la métropole.

Le CMA de Calvi décoré de la croix de la valeur militaire

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Dossier Conférence internationale Climat et défense (14 oct. 2015)


 27/10/2015 par DGRIS

 

En amont de la COP21 qui se déroulera à Paris à compter du 30 novembre prochain, le ministère de la défense a organisé, avec le soutien du Sénat, une conférence internationale sur les enjeux des changements climatiques en matière de sécurité internationale et leurs impacts sur les politiques de défense des États.

Elle s'est tenu le 14 octobre 2015 à Paris, à l’École Militaire.

Pour la première fois au niveau international, cette conférence a permis aux plus hautes autorités de défense de nombreux pays de s’exprimer sur les risques et les menaces que peuvent exacerber les changements climatiques ainsi que sur les mesures prises par la Défense pour contribuer aux politiques publiques de développement durable.

Elle a réuni de nombreux ministres de la défense issus de l’ensemble des régions du monde, de hauts responsables des organisations internationales et régionales ainsi que des parlementaires et des experts académiques.

.

En savoir plus

> Interview

3 questions à M. Nicolas Regaud, conseiller auprès du directeur des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense, organisateur de la conférence

.

> Le dossier du participant (pdf)

  • Éditorial du ministre de la Défense
  • Enjeux par table-ronde
  • Programme
  • Ressources bibliographiques

.

> Les discours en ligne (vidéos)

  • Discours d’ouverture de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international
  • Intervention de M. Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète
  • Intervention de Mme Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie
  • Intervention de S.E. Smaïl CHERGUI, commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine
  • Discours de clôture de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense

.

> L'intégralité des tables rondes (vidéos)

  • Table ronde n°1 : Pression sur les ressources naturelles et sécurité alimentaire
  • Table ronde n°2 : Événements climatiques extrêmes et sécurité humaine
  • Table ronde n°3 : Quelles implications pour la politique de défense
  • Table ronde n°4 : La défense verte, la voie à suivre ?

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
photo 4e RE

photo 4e RE

 

15-10-2015 4e RE Réf : 528 | 599

 

IN BORDEAUX VERITAS......

 

Mardi 13 octobre, a eu lieu la remise de képis aux légionnaires de la 3e compagnie d’engagés volontaires du 4e régiment étranger de Castelnaudary.

 

Suite à une marche de 50 km avec charge, qui s’est déroulée du camp de Souge au Cap Ferret en 48 heures, les légionnaires se sont vu remettre le symbolique képi blanc. C’est une soixantaine de légionnaires de 35 nationalités différentes qui entrent ainsi dans la prestigieuse famille de la Légion étrangère et embrassent les valeurs de la France.

 

La cérémonie a été précédée d’une aubade de la Musique de la Légion étrangère et s’est déroulée en présence de l’association des Anciens de la Légion étrangère de Bordeaux, soulignant l’importance du lien intergénérationnel.

 

Un grand merci à la mairie de Bordeaux pour son accueil de très haute qualité.

photo 4e REphoto 4e REphoto 4e RE
photo 4e RE

photo 4e RE

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Point de situation réalisé en anglais par un officier français lors de l’exercice de conduite d’opération - photo ECPAD

Point de situation réalisé en anglais par un officier français lors de l’exercice de conduite d’opération - photo ECPAD

 

28/10/2015 Cne C. Thomassin  - DICOD

 

Chaque année, fin septembre, 80 officiers français et étrangers sont formés et qualifiés, durant quatre semaines, aux techniques d'un poste de commandent opératif. Nommé PROHN, préparation aux responsabilités opérationnelles de haut niveau, le stage est conduit par l’état-major interarmées de force et d’entraînement (EMIA-FE) à Creil (Oise) et au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine).

 

Du 28 septembre au 8 octobre 2015, l’état-major interarmées de force et d’entraînement (EMIA-FE) a conduit son stage annuel de préparation aux responsabilités opérationnelles de haut niveau (PROHN) au fort du Mont-Valérien, à Suresnes (92). Cette formation qualifiante enseigne la planification puis la conduite d’une opération sur la base des procédures de l’OTAN. Elle est destinée aux officiers du grade de capitaine à lieutenant-colonel appelés à servir dans un état-major interarmées de niveau opératif en France, à l’étranger, ou en opération extérieure. Délivrée en anglais, elle a regroupé cette année 77 stagiaires d’états-majors et unités variés, dont 15 étrangers provenant de pays membres de l’Alliance mais aussi de pays du Golfe.

 

Dans son allocution de clôture, le directeur de l’exercice et chef J3 de l’EMIA-FE a souligné la contribution des trois armées, des directions et services interarmées au sein des joueurs et des animateurs, sans laquelle cet exercice d’acculturation également à l’intercomposante ne pourrait avoir lieu.

 

Outil unique, l’EMIA-FE est le référent national en charge de la formation de niveau opératif et répond dans ce cadre, au besoin opérationnel exprimé par l’état-major des armées.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Baptême de promotion à l’École de santé des armées


05/10/2015 par DCSSA

 

Le samedi 3 octobre 2015, la promotion 2014 des étudiants en médecine de l’École de santé des armées (ESA) de Lyon-Bron a été baptisée du nom « Médecins de la Grande guerre » au cours d’une cérémonie présidée par le médecin général inspecteur Patrick Godart, directeur central adjoint du Service de santé des armées (SSA).

Ce baptême de promotion est l'un des événements les plus importants de la scolarité des santards (élèves de l’ESA). Traditionnellement, il a lieu aux alentours de la Saint Luc, patron du Service de santé des armées, qui a lieu le 18 octobre

Lauréats du concours de première année, les 93 élèves de la promotion 2014 ont choisi comme nom « Médecins de la Grande guerre», rendant ainsi hommage à des figures emblématiques du Service de santé des armées. Il s’agit désormais pour les jeunes élèves d’inscrire leurs pas dans ceux de leurs illustres parrains qui, il y a 100 ans, ont été engagés sur le front.

 

Baptême de promotion à l’École de santé des armées Baptême de promotion à l’École de santé des armées

L’Ecole de santé des armées (ESA)

Unique centre de formation initiale des médecins et des pharmaciens des armées depuis le 2 juillet 2011, l’École de santé des armées  accueille près de 650 élèves. La durée de formation pour les médecins est de 9 à 11 ans dont 6 ans passés à la fois à l’ESA et à la faculté de médecine de Lyon. Pour les pharmaciens, vétérinaires et dentistes, 6 ans de formation sont nécessaires.

En 2016, l’ESA accueillera les élèves de l’École du personnel paramédical des armées (EPPA) de Toulon.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:45
photo EUTM Mali

photo EUTM Mali

 

23 October 2015 by EUTM Mali

 

Les principaux acteurs de l’EUTM Mali sont les instructeurs et les conseillers. Les membres du Quartier Général sont  aussi essentiels. Mais tous ces hommes et ces femmes ne pourraient rien faire s’ils devaient s’occuper eux-mêmes de leur sécurité. Cette mission est dévolue à des unités de Force Protection, et ils font parfaitement leur travail.

 

La Mission Européenne d’Entraînement au Mali (EUTM Mali) a deux piliers fondamentaux :  le conseil et l’instruction. Tous les membres de la mission participent à leur succès. La sécurité est un enjeu fondamental pour ces soldats. En effet, on ne peut travailler de la meilleure façon que  quand on sait que quelqu’un protège ses arrières.

 

La sécurité est la mission permanente des deux unités de Force Protection de l’EUTM Mali. Ces unités sont différentes dans leur constitution et dans leur mission. Ainsi, l’unité de Force Protection tchèque sert à Bamako tandis que la Compagnie de Force Protection belgo-espagnole veille sur Koulikoro. L’Unité de Force Protection tchèque à Bamako a en charge la sécurité dans le Quartier Général de la mission. Ils contrôlent l’accès et les alentours de l’hôtel. Ils sont notamment formés à stopper tout type d’attaque. Tous les membres sont des soldats tchèques ; la plupart d’entre eux viennent du 41ème bataillon mécanisé (41. Mechanizovaný Prapor), situé à Žatec. Pour maintenir leurs capacités au meilleur niveau, ils réalisent régulièrement des exercices de tir, et pratiquent différents sports. Ils sont  ainsi en forme et prêts à toute éventualité.

 

La Compagnie de Force Protection (FP) belgo-espagnole est plus nombreuse, car ses missions sont plus diversifiées. Les soldats belges viennent du Bataillon ISTAR (Bataillon de Chasseurs à Cheval), situé dans le Haverlee. Les Espagnols viennent de la Brigade d’Infanterie des îles Canaries. Tous doivent assurer la sécurité des instructeurs où qu’ils soient. C’est pourquoi leur quantité de travail est parfois très élevée. Ils ont en charge une partie de la sécurité du Centre de formation de Koulikoro (en anglais Koulikoro Training Centre, KTC), bien que les Forces Armées Maliennes (FAMa) soient les principaux acteurs dans cette tâche. De plus, lorsque la formation est effectuée en dehors des installations de KTC, la compagnie FP assure la protection des formateurs.  Ainsi, les instructeurs peuvent se concentrer sur la formation avec la certitude qu’ils sont bien protégés.

 

Suite de l'article

photo EUTM Maliphoto EUTM Mali
photo EUTM Maliphoto EUTM Mali

photo EUTM Mali

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:45
Landward force makes up over half of SANDF strength

 

27 October 2015 by defenceWeb

 

The SA Army is by far the largest arm of service in the SA National Defence Force (SANDF), providing more than forty thousand of the force’s total strength of 78,011. This was at the end of the 2014/15 financial year with the two other combat arms of service – the SA Air Force (10,443) and SA Navy (7,575) – between them contributing less than half the landward force’s 40,215.

 

Other large contributors to the March 31, 2015 actual strength of 78,011 are the SA Military Health Service (SAMHS) with 8,145, the Logistics Division with 3,094, Joint Operations Division with 1,966 and the Military Police Division with 1,609.

 

The Department of Defence and the SANDF had 1,455 people employed in its Human Resources Division at the end of the 2014/15 financial year.

 

The Financial Management Division had 832 people keeping a weather eye on defence spend while the Defence Inspectorate Division, charged with ensuring rules and regulations are strictly adhered to, could call on the services of 125 people. Internal Audit had the services of 32 people for its work.

 

The personnel strength at Defence Intelligence was 884.

 

The Defence Policy, Strategy and Planning Division could call on the specialist knowledge of 91 people complemented by the 29 people in Military Policy, Strategy and Planning.

 

Three hundred and ninety people were on the strength of Defence Legal Services and its satellite offices at March 31 this year while 460 people worked in the Corporate Staff Division.

 

Defence and Military Veterans Minister, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, had a staff complement of 73 and Secretary for Defence, Dr Sam Gulube, had 43 people working in his secretariat.

 

The remainder of posts in the DoD/SANDF structure fall into categories including the Chaplain General, (18) Corporate Communication (53), Defence Reserves (27), Defence Foreign Relations (148), The Office of the SANDF Chief (19), Defence International Affairs (17), Command and Management Information Systems Division (140), Defence Materiel Division (83) and the Military Ombudsman (45).

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:35
SA Navy to attend India's International Fleet Review

 

27 October 2015 by Dean Wingrin - defenceWeb

 

The South African Navy (SA Navy) has accepted an invitation from the Indian Navy to participate in the Indian International Fleet Review next year.

 

Over 100 warships and submarines from 60 countries are expected to take part in the naval event which will be held at Visakhapatnam in the Indian state of Andhra Pradesh on February 6, 2016. This city, on the Indian east coast, is headquarters of the Eastern Naval Command of the Indian Navy.

 

The South African and Indian navies have a close relationship, with both services being members of the Indian Ocean Naval Symposium (IONS) as well as being partners, together with Brazil, in the IBSAMAR series of biennial naval exercises that takes place along the South African coast.

 

The International Fleet Review is being hosted by India to build better relationships with other nations. This will be the first time India will host an International Fleet Review, with all previous reviews having the status of Presidential Fleet Review.

 

An Indian Ministry of Defence spokesperson said “a Naval Fleet Review is a long-standing tradition of navies world-over. The Review was conceived as a show of naval might and readiness for battle. In India, thus far, 10 Reviews have been held, with the first in 1953 and the latest in 2011. The Review aims at assuring the country of the Indian Navy’s preparedness, high moral and discipline.”

 

Whilst the SAN has still to confirm the actual vessel that will make the 9,000 km (4,900 nm) voyage to the Indian sub-continent, it is likely the honour will fall to the frigate SAS Spioenkop (F147). Spioenkop is no stranger to Asia, having conducted a three month, six-country visit to the Far East, including China, during 2008.

 

Expected to depart Naval Base Simon’s Town on January 16, the frigate will transit to India via Mauritius and will participate in naval exercises with the Indian Navy. The two to three month expedition will return to South Africa via Sri Lanka and Tanzania (Dar es Salaam).

 

Other planned activities surrounding the Review at Visakhapatnam include an International Maritime Conference and an Exhibition on Naval Systems. It has not yet been confirmed if the Chief of the SA Navy, Vice Admiral Mosuwa Hlongwane, will join the other Navy Chiefs attending the review.

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/10/2015 Armée de l'air

 

Jeudi 22 octobre 2015 a eu lieu la remise des poignards aux aspirants de première année des promotions 2015 de l'École de l'air, de l'école des commissaires des armées «ancrage air» et du cours spécial de l'École de l'air.

 

C’est la première cérémonie marquant l’entrée dans la carrière d’officier. Comme le veut la tradition, la cérémonie s’est déroulée en présence des promotions de la génération précédente, à savoir les promotions 1995 de l’École de l’air, «Général Gauthier», et de l’École militaire de l’air, «Sous-lieutenant Terrien», ainsi que d’anciens des autres «promotions en 5» de l'École de l'air et de l’École militaire de l’air.

 

Cette manifestation a été précédée d’une veillée d’armes, réminiscence d’une époque chevaleresque où l’on s’engageait, l’épée à la main, à défendre certaines valeurs jusqu’à la mort. Chaque année, cette veillée des poignards se déroule dans la salle des marbres, à la lumière de bougies qui laissent entrevoir l’ombre des centaines de noms gravés dans la pierre. Fort de sens, ce moment est une invitation à s’interroger sur l’esprit de sacrifice.

 

La remise des poignards proprement dite a eu lieu le lendemain au cours d’une cérémonie intime et silencieuse, chargée de gestes et de symboles, au cours de laquelle les jeunes ont reçu à genoux le poignard d’officier des mains de leur parrain sous un aréopage attentif.

 

Tout au long de la journée, des rencontres sportives ont eu lieu entre les promotions 1995 et 2015, avant un office religieux.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories