Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 12:20
Game changers: disruptive technology and US defence strategy

The X-51 hypersonic test vehicle beneath a B-52

 

07 October 2013 by ADIT - defenceWeb

 

This month, the Center for a New American Security (CNAS) released a report focusing on the attractive although elusive concept of game changing technologies. The report is part of a larger project called NeXTech, led by the U.S Department of Defense’s (DoD) Rapid Reaction Technology Office.

 

The project has consisted of interviews with leading experts on leading edge technologies, as well as in war games involving the US Army War College, the US Naval Postgraduate School and the US Naval Academy. The simulations involved people from the US DoD as well as foreign militaries and civilians.

 

In this report, Ben FitzGerald and Shawn Brimley point out several key issues concerning disruptive technologies. To begin with, let’s have a look at the author’s definition of a “disruptive” or “game changing” technology. According to them, it is “a technology or a set of technologies applied to a relevant problem in a manner that radically alters the symmetry of military power between competitors. The use of this technology immediately outdates the policies, doctrines and organization of all actors.”

 

As we understand it, it is a shift from the prevailing paradigm. Such development gives headaches to strategist and military officers. The pace of technological innovations appears to have increased with the emergence of semiconductors. In this area, the “Moore’s law” states that the number of transistors on integrated circuits doubles every two years. The authors note that “if Moore’s Law hold true the way it has for the past 40 years, it presents immense complexity. For instance, between the current review of the US defense strategy and the moment when the Quadrennial Defense Report will be published, we will see a doubling of the technological power and complexity of our processing chips, computer and all that is powered with them.” In that respect, let’s just notice that the DARPA regularly awards contracts as part of the Technology Advanced Research Network (STARnet), a “nationwide network of multi-university research centers “focused on discovering solutions to the intractable problems that are forecast to lie in the future of integrated circuit progress and to lay the foundations for microsystems innovations once the improvements associated with Moore's Law are exhausted” (sic).

 

A good example of disruptive technology was the proliferation of unmanned vehicles, ten years ago. With time they became “random” with 8,000 unmanned aerial vehicles and 12,000 unmanned ground vehicle present in the US armed forces.

 

However, CNAS’ experts insist on the fact that technological dominance “is a strategic choice.” During the cold war, it underlines that “the choice to optimize investments in fewer, better platforms eventually generated game changing capabilities.” The author warns that since the collapse of the Soviet Union, such strategic choice is now “a matter of presumption.” Without any serious rivals, the unmatched technological edge and military superiority is now perceived as being in the nature of the US armed forces.

 

Over the past decades, many countries have “emerged” as military technology players, including China. Globalization is also a factor in the proliferation of advanced technologies. The NeXTech project identified several technologies that could be game changers.

 

Additive manufacturing (AM), which is an industrial way of production consisting of creating items layer by layer using lasers, is one of them. AM dramatically cuts the time between prototyping and serial production. It is also more flexible, since production lines can be adapted more rapidly.

 

The second type of disruptive technologies is autonomous systems. According to the report, it could be used in a broader range of military operation as well as intelligence activities. Directed energy weapons are also envisioned as revolutionary. These consist of weapon systems based on millimetre waves, high power microwaves, lasers, and electromagnetic pulses. The main advantage of lasers is that there is no flight time between the shot and the target since the beam basically travels at the speed of light. Some serious limits exist though: bad weather (or humidity) considerably diminish the use of such technology, and it requires a considerable source of energy. It could be a powerful defensive tool against missiles.

 

The cyberspace was not forgotten since “as with most fame changing tech, cyber technology has blurred previously well understood boundaries, exposed vulnerabilities and created new threats and industry.” The last game changer could be HPM, an acronym standing for Human Performance Modification. It consists of using drugs, techniques, machines or genes to enhance or degrade human performance. Concrete applications could be improving IQs or developing natural night vision. It is to be noted that several technological fields, which appeared to many A&D sector analysts as “disruptive” are not mentioned in the CNAS report. Indeed, no mention is made of anti-satellite (ASAT) weapons, or about the possible implications of Boeing’s X-37 unmanned reusable spacecraft. In addition to those weapons of “outer space,” it appears that hypersonic missiles or aircraft would have deserved to be included in the report.

 

Those technological gaps will face various challenges: the decreasing level of R&D spending, the resistance of the military to new, unproven, revolutionary technologies. To be certain that the US will keep its No.1 seat, the authors recommend that the Secretary of Defense issues an annual report on the state of defense R&D coupled with temporary or permanent subcommittees of the Senate and House Armed Services Committees tasked with overseeing the defense R&D spending. To conclude they insist, once again, one the fact that “America’s privileged position in military technology is not an inherent right.”

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:55
Le Drian détaille les coupes dans les armées

04 octobre 2013 Philippe CHAPLEAU - Ouest-France

 

Le ministre de la Défense a présenté [le 3 octobre]  le plan de restructuration pour 2014.L'an prochain, 7 881 postes vont être supprimés. Et des unités dissoutes.

 

Il ne s'agit « pas de construire une armée d'héritage », mais celle « de nos besoins ». Paraphrasant le général de Gaulle, Jean-Yves Le Drian a détaillé les dissolutions et les mouvements d'unités prévues dans le cadre de la dernière année de la loi de programmation militaire (LPM 2009-2014). Il a ainsi également répliqué à un groupe de généraux qui, sous le nom de Sentinelles de l'Agora (voir le blog Lignes de défense), a violemment critiqué la réforme du ministère de la Défense dans un texte diffusé lundi.

 

Une réorganisation pragmatique

 

Si la marine est épargnée pour 2014, l'armée de terre et l'armée de l'air sont touchées par le « plan de stationnement des armées » présenté hier. Le ministre assume ses choix et considère que les « embarras financiers » raillés par les Sentinelles de l'Agora sont dramatiques et obligent à « une réorganisation pragmatique du ministère de la Défense ».

 

L'armée de terre perd un régiment de chars Leclerc, le 4e régiment de dragons de Carpiagne (Bouches-du-Rhône) fort d'un millier d'hommes. Ses locaux phocéens seront ensuite occupés par le 1er régiment étranger de cavalerie (Légion étrangère, 900 hommes) qui va quitter Orange, ville dirigée par Jacques Bompard (Ligue du Sud).

 

L'armée de l'air fermera son détachement de Varennes-sur-Allier (Allier) et une partie de la plateforme de la base aérienne de Dijon. Elle réduira ses effectifs sur la base de Châteaudun (Eure-et-Loir) et dissoudra un escadron de défense sol-air à Luxeuil (Haute-Saône).

 

La somme des postes concernés par ces mesures n'atteint pas le total de 7 881 postes supprimés en 2014. D'autres le seront dans les états-majors de soutien défense (il en existe 5 en France) ; ainsi l'EMSD de Rennes et ses 90 militaires disparaîtront.

 

Et le reste ? Pas plus le ministre que ses conseillers n'ont apporté de précisions. Ce sera l'objet d'une « cueillette quasi individualisée, mais raisonnée » selon un militaire parisien, d'un saupoudrage de suppressions de postes qui affectera principalement l'administration et le soutien.

 

La même procédure, « sans coupes aveugles et systématiques » selon le ministre breton, sera adoptée pour les quatre premières années de la LPM 2015-2019 au cours de laquelle les armées vont devoir trouver 25 800 autres postes à supprimer.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:55
Renault Trucks Défense hybride le VAB

07.10.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

La DGA et Renault Trucks Défense communiquent aujourd’hui (seulement !) sur un Plan d’Etude Amont lancé en 2012 pour le développement d’un VAB hybride dont le moteur thermique classique est augmenté d’un moteur électrique. Comme pour les autres PEA, il s’agit de procéder à des développements exploratoires et de valider des options techniques. En ligne de mire de ce programme, le développement d’une solution de motorisation innovante qui pourrait trouver une application sur les futurs EBRC et VMBR de l’armée française.

 

RTD met en avant trois atouts majeurs pour un véhicule tactique à propulsion hybride. Le premier est la fourniture d’électricité, moteur thermique arrêté, pour les systèmes embarqués. Un point essentiel sur fond de numérisation des armées, avec des besoins croissants en énergie pour les systèmes de communication, d’observation et autres brouilleurs, ainsi que pour  les fantassins débarqués. Deuxième application, la marche silencieuse : avec sa motorisation électrique, un véhicule hybride sera capable de rouler en silence sur quelques kilomètres. Un atout essentiel pour les missions de reconnaissance et dont RTD verrait une application idéale sur le futur EBRC. Troisième caractéristique mise en avant pour la propulsion hybride, la possibilité de « boost » : l’utilisation de la puissance électrique, en même temps que la puissance thermique, apportera instantanément une centaine de chevaux supplémentaire au véhicule qui pourrait en avoir besoin pour sortir d’un mauvais pas (embuscade, terrain difficile…)

 

Pour ce développement, RTD s’est servi d’une technologie civile déjà mise en œuvre sur des bus et des camions du groupe Volvo auquel appartient la marque. L’intégration de la propulsion hybride est pour l’instant testée sur VAB statique, avec un moteur électrique positionné au plus près du moteur thermique, au centre du véhicule. Mais RTD annonce qu’un VAB Mk3 6×6 baptisé « Electer » roulera avec cet équipement avant la fin de l’année et sera sans doute présenté à Eurosatory 2014.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:50
Le drone Watchkeeper certifié

Cette certification ouvre, au drone Watchkeeper de Thales, la possibilité de vols militaires dans un espace aérien approprié partout dans le monde.

 

7 octobre Aerobuzz.fr

 

Thales UK annonce qu’un certificat de type (STDA ou Statement of Type Design Assurance en anglais) lui a été délivré par l’autorité de l’aviation militaire du Royaume-Uni (MAA1) pour son système de drone Watchkeeper.

 

Ce certificat de type confirme que le drone Watchkeeper est conforme aux normes de conception approuvées par la MAA et que le système dans son intégralité (cellule, stations sol et logiciels systèmes) a atteint un niveau de sécurité et d’intégrité acceptable. Il représente un élément clé du processus de certification, ouvrant la voie pour le MoD britannique vers la délivrance d’une autorisation de mise en service.

 

Watchkeeper est le premier drone à recevoir une certification de ce genre de la part de la MAA. Il s’agit-là d’une étape importante vers l’acceptation des drones au sein de l’espace aérien. Cela sous-tend la possibilité de vols militaires dans un espace aérien approprié partout dans le monde.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:45
En Somalie, les Navy Seals ont ciblé Al-Chabab

07.10.2013 Par Cyril Bensimon LE MONDE

 

Deux semaines après l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi, qui a fait au moins 67 morts, les forces spéciales américaines ont lancé samedi 5 octobre un assaut sur la ville côtière de Baraawe, à 180 kilomètres au sud de Mogadiscio, contre le mouvement islamiste Al-Chabab. L'opération commando menée par les Navy Seals aurait visé, selon des responsables américains cités par l'agence Reuters, un Kényan d'origine somalienne, connu sous le nom d'Ikrima. Après plus d'une heure d'intenses combats, selon des témoins, les soldats américains ont dû se retirer sans avoir capturé ce chef militaire d'Al-Chabab et sans avoir pu confirmer sa mort éventuelle.

 

Aussitôt après cette opération militaire, la plus importante menée par les Etats-Unis sur le sol somalien depuis que des forces spéciales ont tué, il y a quatre ans, le chef islamiste Saleh Ali Nabhan, le porte-parole d'Al-Chabab, Abdulaziz Abou Moussab, a assuré que ses combattants ont fait de "nombreuses victimes" parmi les forces étrangères, et fait état d'un mort dans les rangs du mouvement islamiste. Il a par ailleurs accusé la Grande-Bretagne et la Turquie d'être impliquées dans l'attaque, ce que Londres et Ankara ont fermement démenti.

 

D'IMPORTANTS REVERS MILITAIRES

On ignore si Ikrima, de son vrai nom Abdikadar Mohamed Abdikadar, a joué un rôle dans l'attaque perpétrée contre le centre commercial Westgate de Nairobi. En revanche, le nom de la cible des Navy Seals a été cité dans une série d'attentats menés sur le sol kényan. Tout d'abord, celui contre l'ambassade américaine à Nairobi en 1998, puis ceux menés quatre ans plus tard à Mombasa contre un hôtel et un avion israéliens.

Ces deux dernières années, Al-Chabab a subi d'importants revers militaires, infligés par les soldats ougandais, burundais et kényans déployés dans le cadre de l'Amisom, ainsi que par l'armée éthiopienne, mais les insurgés islamistes affiliés à Al-Qaida sont toujours présents dans le sud de la Somalie. Un territoire qui leur sert autant pour déstabiliser les fragiles autorités de Mogadiscio que pour préparer des opérations terroristes à l'étranger.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:45
photo Navy Seals

photo Navy Seals

L'opération en Somalie a été menée par les «Navy Seals», l’élite de la marine américaine

 

08 octobre 2013 Par Caroline Paré - RFI

 

Une capture « justifiée, légale », c’est le secrétaire d’Etat américain John Kerry qui juge ainsi l’arrestation d’un chef présumé d’al-Qaïda par les forces spéciales américaines il y a plus de 24 heures en Libye. « Légale » quand de son côté Tripoli dénonce un « enlèvement ». Un raid donc en Libye, apparemment l’objectif a été atteint. Ce qui n’est pas le cas pour l’autre attaque menée toujours samedi par les Etats-Unis, cette fois en Somalie avec les shebabs visés. Alain Rodier, directeur de recherche pour le Centre français de recherche sur le renseignement, répond aux questions de RFI.

 

RFI : Comment interpréter ces deux opérations américaines. Est-ce que Washington a voulu lancer un avertissement ?

 

Alain Rodier : Ces opérations rentrent dans la continuité des « covert operations », c’est-à-dire des opérations secrètes que l’administration Obama mène depuis qu’elle est en place. Généralement, ces opérations c’est plutôt via des drones que ça se passe, mais là ils voulaient prendre les cibles vivantes et causer un minimum de pertes collatérales. Donc ils s’y sont pris autrement par des raids humains, avec des gens sur le terrain.

 

Est-ce que cela signifie qu’il y a une double préoccupation de la part de Washington, c’est-à-dire maintenir ce que le ministre de la Défense décrivait comme une pression constante sur les groupes terroristes. Mais aussi, comme cela a été le cas au Pakistan, éviter le développement de sentiments anti-américains quand des drones frappent des villages ?

 

Oui, cette deuxième raison est tout à fait valable. J’en rajouterais une troisième : l’image de marque des Etats-Unis dans la région, en Afrique et au Proche-Orient, est très détériorée depuis les révolutions arabes parce que leur action a été un petit peu incompréhensible pour les gouvernants et pour les populations. Leur retrait de l’optique d’attaquer la Syrie, par exemple, a porté préjudice à leur image. Donc deux actions offensives coup sur coup, ça permet d’affirmer qu’ils sont encore présents et qu’ils sont capables de frapper leurs ennemis où qu’ils se trouvent.

 

On peut justement s’interroger sur l’impact en termes d’images en Libye puisqu’on a vu la réaction pour le moins embarrassée des autorités de Tripoli ?

 

Les autorités de Tripoli, c’est dommage pour elles, mais elles ne gouvernent que Tripoli. Pour le reste, on connaît l’état du pays qui est complètement compartimenté entre tribus et différentes factions, donc en réalité ça ne représente pas grand-chose aux yeux des Américains. Par contre en Somalie, ils ont reçu l’accord du gouvernement provisoire. Donc ça pose moins de problèmes. Je tiens aussi à souligner que ce sont des opérations secrètes et très généralement dans ce genre de choses, on ne demande pas l’autorisation au pays où ça a lieu.

 

Pour le cas somalien, cette mission est secrète. D’ailleurs depuis bientôt 48 heures, très peu d’informations ont filtré sur le résultat ou peut-être même l’absence de résultats de cette opération.

 

Oui, il semble qu’en fin de compte ils aient rencontré une défense acharnée. Les Navy Seals ont débarqué depuis des embarcations rapides et sans doute aidés par au moins un hélicoptère. D’ailleurs, quand on connaît un petit peu le coin, on sait que les défenseurs bénéficiaient de positions favorables. Et sous le feu de la garde rapprochée de ce responsable kényan qui se surnomme « Ikrima » et qui était recherché. Pour éviter les pertes inutiles, les Américains se sont repliés prudemment.

 

Parce que vous disiez Navy Seals, commando de marine, parce que c’était une attaque par la côte ?

 

Dans ce cas-là, ce sont des distinctions d’experts. Effectivement, ce sont vraiment les forces spéciales. C’est une « covert operation » mais pas vraiment une opération secrète. Ce qui n’était pas le cas en Libye où, là, c’est vraiment la CIA, éventuellement appuyée par le commando Delta, qui dépend de l’armée de Terre, qui serait intervenue. Mais là ils sont intervenus en civils, dans des voitures civiles. C’est une opération totalement secrète. Alors que les Navy Seals intervenaient en uniforme avec le drapeau américain sur la manche.

 

Dans le cas somalien justement, il y a des interrogations par rapport au calendrier, la proximité avec l’attaque du centre commercial de Nairobi ?

 

Des rumeurs courent mais la valeur accordée est balancée. Des interceptions téléphoniques auraient laissé à penser que les preneurs d’otages au Kenya avaient communiqué avec cette ville en Somalie. Les Américains auraient peut-être pensé que les ordres venaient de ce responsable qu’ils visaient. Cela dit, ça permet également de justifier un petit peu les manœuvres d’espionnage que mènent  les Etats-Unis pour montrer qu’en fin de compte, leurs écoutes sont tout de même utiles pour leur sécurité nationale.

 

A lire : La face cachée des révolutions arabes, Editions Ellipses en 2012, avec le Centre français de recherche sur le renseignement.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:30
Des réseaux d’Al-Qaida durement touchés, mais qui renaissent

07/10/2013 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

Depuis 2008, l'Administration Obama a lancé pas moins de 79 attaques de drones au Yémen.

Jamais al-Qaida n'a été aussi durement touchée par les attaques ciblées américaines, pas moins de 350 ordonnées par Barack Obama depuis sa première élection en 2008. Une période où la mouvance terroriste a perdu sa tête, Oussama Ben Laden, ainsi que plusieurs cadres importants, dont le dernier en date, Abou Anas al-Libi, capturé samedi lors d'un raid dans sa maison de Tripoli en­ ­Libye.

 

Pas moins de vingt-cinq des quarante plus importants responsables d'al-Qaida ont ainsi été mis hors d'état de nuire. Parmi eux: l'Américain d'ascendance yéménite Anwar al-Awlaqi, qui était retourné sur ses terres pour organiser le recrutement de musulmans en Europe et aux États-Unis, mais aussi le Saoudien Said al-Shiri, son adjoint à la direction d'al-Qaida dans la péninsule Arabique (Aqpa), qui constitue la principale menace pour les intérêts américains. Avec les zones tribales afghano-pakistanaises, c'est au Yémen que les forces spéciales américaines ont concentré leur lutte. Et s'il est vrai que les attaques de drones au Yémen - pas moins de 79 sous l'Administration Obama - ont décapité Aqpa, l'efficacité tactique de ces tirs ciblés n'a pas empêché la mouvance locale de prospérer.

 
 

Des tirs répétés de drones, même renforcés par des captures régulières de cadres d'al-Qaida, ne suffisent pas à affaiblir durablement une mouvance terroriste transformée en label, avec des filiales de plus en plus autonomes dans les territoires où elles se sont implantées. «Les succursales d'al-Qaida disposent d'une redoutable capacité d'adaptation au terrain sur lequel elles évoluent», analyse un expert d'al-Qaida en Irak et en Syrie. «Et ces filiales affichent une facilité déconcertante à renouveler leurs dirigeants», ajoute l'expert, qui rappelle que la disparition d'un djihadiste est inscrite dans la logique du combat de «ces fous de Dieu». Lorsqu'al-Awlaqi ou al-Shiri viennent à disparaître, il reste encore Nasser al-Wahaishi, l'ancien secrétaire d'Oussama Ben Laden, pour prendre les rênes d'Apqa. Et accessoirement répondre au téléphone d'Ayman Zawahiri, le patron «d'al-Qaida central», caché entre l'Afghanistan et le Pakistan. Au-delà des individus, tous partagent la même idéologie forgée à la guerre contre «l'Occident impie».

 

D'autre part, les dégâts collatéraux provoqués par les tirs de drones sur les populations civiles aboutissent souvent à rapprocher ces populations des cibles visées. Même si al-Qaida au Yémen ou sa vitrine Ansar al-Charia ont dû abandonner certaines zones sous le coup des attaques conjuguées de l'armée et des forces spéciales américaines, leurs membres ont pu se réfugier dans des régions où les chefs de tribu sont faibles et l'autorité de l'État défaillante, pour continuer à y assembler leurs explosifs. Et lorsque certaines branches locales d'al-Qaida ont été affaiblies par des défections répétées, comme les Chebab en Somalie, celles-ci sont davantage le résultat de divergences entre leaders locaux que des coups de boutoir assénés par les Occidentaux, qui ont toutes les peines du monde pour infiltrer une organisation cloisonnée.

 

Le chaos né des révoltes arabes a également favorisé la circulation de certains dignitaires d'al-Qaida, revenus en Égypte ou en Libye comme Abou Anas al-Libi. Abou Moussab al-Souri est un autre cadre militaire d'al-Qaida, qui a recouvré la liberté à la faveur de la grâce accordée aux djihadistes par le président syrien Bachar el-Assad au début du soulèvement. Où est-il aujourd'hui? Probablement chez lui en Syrie, ou en Irak voisin, où la mouvance al-Qaida, AQI, profite du conflit syrien pour rebondir. Et là encore, malgré les éliminations de ses différents chefs successifs depuis le sanguinaire Abou Moussab al-Zarqaoui, AQI n'a jamais rendu gorge. Au contraire, son actuel leader Abou Omar al-Bagdadi va et vient entre l'Irak et la Syrie.

 

La capacité de résilience d'AQI a été récemment renforcée par les prisonniers qui se sont fait la belle lors d'une attaque contre des centres de détention au nord de Bagdad. Des laboratoires chimiques clandestins aux mains d'al-Qaida ont également été repérés au nord de l'Irak par les services de renseignements occidentaux. Bref, l'instabilité qui parcourt le monde arabe de la Libye à l'ancienne Mésopotamie offre un terreau favorable à l'essor de la mouvance terroriste, malgré les coups sévères qui lui sont infligés.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:20
Le Canada renforce son appui à la première ligne des Forces armées canadiennes

7 oct. 2013 OTTAWA, ONTARIO-(Marketwired ) - L'honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale, a lancé aujourd'hui d'une importante initiative visant à renforcer l'appui aux investissements liés à la première ligne, grâce à la réduction des inefficiences, la simplification des processus opérationnels et la diminution des frais généraux de l'organisation de la défense du Canada.

« Conformément à la volonté du premier ministre de libérer des ressources de soutien pour les affecter à la capacité et à la disponibilité opérationnelles, la Défense nationale a déposé un plan ambitieux pour diminuer ses frais généraux, a déclaré le ministre Nicholson. Le renouvellement de la Défense aidera le ministère de la Défense nationale à continuer de fournir une force armée de premier ordre, prête à relever les défis de demain. »

On prévoit que cette initiative entraînera des économies entre 750 M$ et 1,2 G$ par année d'ici 2017-2018, qui seront réinvesties dans les priorités opérationnelles et de première ligne de la Défense. Depuis 2006, le gouvernement a augmenté le budget de la Défense de 4,5 M$ dans le but de soutenir les femmes et les hommes militaires du Canada. Voici quelques secteurs clés où l'on cherchera à augmenter l'efficience :

  • regroupement et synchronisation des programmes de formation des FAC pour toutes les compétences communes;
  • harmonisation et modernisation des systèmes d'information afin qu'il soit possible de mieux prévoir les exigences touchant les pièces de rechange et l'entretien, d'augmenter la précision de la prise d'inventaire et d'utiliser au maximum les articles déjà en stock;
  • amélioration du processus d'approvisionnement en biens et en services grâce à la simplification des modalités des marchés et du regroupement des achats, lorsque cela est possible.

Le renouvellement de la Défense ne constitue pas un exercice de réduction de coût, et l'intention globale n'est pas de réduire le nombre d'employés de la Force régulière, de la Réserve ou d'employés civils. Cependant, on prévoit redistribuer l'effectif afin de tenir compte de plus hautes priorités opérationnelles. Dans le cadre de cette redistribution de l'organisation de la Défense, l'objectif sera de réaffecter l'équivalent d'entre 2 800 et 4 800 postes de militaires et d'employés civils afin de s'acquitter de tâches à priorité plus élevée.

« En offrant à chacun des membres du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes la chance de se faire entendre à l'égard du renouvellement de la Défense, nous faisons la promotion d'une culture de changement et nous préparons notre avenir ensemble », a déclaré Richard Fadden, sous-ministre de la Défense nationale.

« Cette initiative a reçu l'appui du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes et sera menée par les niveaux supérieurs de l'organisation de la Défense, a expliqué le général Tom Lawson, Chef d'état-major de la défense. Grâce à cela, le renouvellement de la Défense nous donne l'occasion de chercher d'autres moyens de répartir de façon plus efficace les ressources limitées pour les affecter à des priorités plus élevées en matière de capacité et de disponibilité opérationnelles. »

Le ministère de la Défense nationale a mis en œuvre l'initiative de renouvellement de la Défense afin de positionner ses ressources et ses investissements de manière stratégique et de continuer d'offrir une force militaire moderne, polyvalente et apte au combat proposée par le gouvernement dans la Stratégie de défense Le Canada d'abord.

 

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site concernant l'annonce sur le renouvellement de la Défense

Pour plus d'information sur la Stratégie de défense Le Canada d'abord, veuillez visiter le site sur la Stratégie de défense Le Canada d'abord.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 07:20
Le chômage technique gagne l'industrie de la défense aux Etats-Unis

07.10.2013 Le Monde.fr (AFP)
 

Environ 3 000 salariés américains du géant de l'aérospatiale Lockheed Martin, principal fournisseur d'armement des Etats-Unis (il produit notamment l'avion de chasse F-35), devaient être mis en congés sans solde à compter de lundi 7 octobre.

Cette mesure témoigne des premiers effets sur le secteur privé, et tout particulièrement sur le secteur de la défense, très dépendant de l'administration, du blocage budgétaire, qui affecte depuis plus d'une semaine les Etats-Unis - le "shutdown".

Si les élus de la Chambre des représentants américains ont voté, samedi 5 octobre, à l'unanimité pour permettre aux 400 000 employés civils du Pentagone en congé sans solde d'être payés rétroactivement, l'absence d'accord au Congrès sur le budget perturbe en effet considérablement les contrats militaires. Avant tout parce qu'elles ne peuvent pas continuer de fabriquer du matériel sans les inspections - obligatoires - du ministère. Or, le bureau des audits est fermé depuis le début du "shutdown".

L'association des industries aérospatiales et l'association nationale des industries de défense, deux lobbys de l'armement, ont d'ailleurs adressé, dès jeudi 3 octobre, une lettre au ministre de la défense Chuck Hagel, soulignant que "l'inquiétude la plus immédiate est l'absence d'inspecteurs de l'agence de gestion des contrats de défense"

 

"IMPACT SUR LES LIGNES DE CRÉDIT"

Et si un certain nombre d'entreprises disposent de fonds pour les contrats déjà approuvés, la suspension du travail des services financiers et comptables de la défense, qui supervisent les versements de certains contrats d'armement, pourrait rapidement se faire ressentir, font également valoir les deux associations. "L'impact sur les lignes de crédit des PME [concernées] sera significatif à très court terme", avertissent-elles.

Lockheed Martin, qui a précisé sur son site internet que le nombre des salariés mis en congés sans solde est "susceptible d'augmenter si le blocage se poursuivait", n'est pas le seul à avoir pris des mesures conservatoires.

La directrice générale du géant britannique BAE Systems, Linda Hudson, a elle aussi prévenu, le 3 octobre, que 1 000 salariés américains travaillant sur des missions de renseignement et de sûreté étaient "dispensés de venir travailler" à cause du "shutdown". Cet événement "dissipe notre énergie, a regretté la dirigeante. A chaque jour qui passe, l'impact potentiel s'accroît pour tous nos employés, alors que les progrès au Congrès demeurent insaisissables."

L'avionneur Boeing a pour sa part indiqué, le 4 octobre, qu'il se préparait à "des mises en congés limitées d'employés dans certains domaines" de ses activités de défense, sans avancer de chiffre.

 

RÉINTÉGRATION

Par contre, Sikorsky, filiale du conglomérat américain United Technologies et fabricant de l'hélicoptère militaire BlackHawk, a annulé, dimanche 6 octobre, son projet de mettre 2 000 nouveaux salariés en congés forcés (3 000 personnes sont déjà obligées de rester chez elles).

La direction de l'entreprise a souligné les "efforts de ceux qui, dans l'administration et au Congrès, ont facilité le rappel des fonctionnaires mis en congé". "Nous sommes soulagés que les licenciements temporaires et autres perturbations aient été évitées. Nous nous focalisons à présent sur le retour à une production à pleins niveaux", a commenté le porte-parole.

A la suite du vote de la Chambre des représentants, samedi, Chuck Hagel a pu annoncer la réintégration de "la plupart des employés civils" du Pentagone, sans préciser quelles catégories de personnels sont concernées.

Cette annonce soulagera tout de même les Etats où sont concentrées les usines d'où sortent avions, chars et matériel militaire en tout genre, tout particulièrement la Floride et le Texas. Environ 10 % des employés d'usine aux Etats-Unis travaillent dans le secteur de la défense.

 

Lire aussi : "Quel sera le coût du blocage budgétaire américain ?"

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 19:30
Special arms for Syria rebels fall into Nusra hands

October 04, 2013 By Lauren Williams - The Daily Star / Lebanon News

 

BEIRUT: Some Saudi Arabian-supplied anti-tank missiles intended for mainstream Syrian rebels have inadvertently landed in the hands of the Al-Qaeda linked Nusra Front, throwing plans to arm moderates via neighbor Jordan into question.

 

The failure of the pilot plan has forced Western and Arab opposition backers to reconfigure efforts to arm and vet moderate opposition types, and shift these efforts to the northern, Turkish border, The Daily Star has learned.

 

Senior Free Syrian Army and Jordanian sources, along with video evidence, have confirmed that European-made anti-tank missiles were obtained, and in some cases sold, to the hard-line Nusra Front after being supplied to vetted Free Syrian Army battalions across the Jordanian border.

 

The debacle prompted Jordan to back away from arrangements to arm moderate rebels, and close its borders in May.

 

The plan to train and arm moderate rebels via Syria’s southern border gained Western and Saudi support earlier this year, as concerns mounted over gains by Bashar Assad’s forces, backed by his Lebanese ally Hezbollah, as well as the proliferation of hard-line Islamist rebel brigades.

 

Special Forces personnel from the United States and the United Kingdom are known to have conducted training operations for vetted opposition troops.

 

An investigation by Reuters revealed that Saudi Arabia began transferring small numbers of shoulder-fired anti-aircraft missiles to Syrian rebels under the command of Gen. Salim Idriss, the chief of staff of the FSA, through Jordan in March.

 

The supply was reportedly coordinated by Saudi Arabia in consultation with France and Britain.

 

But Jordan, weary of the presence of Islamists at home, voiced concern over plans to arm the rebels, fearing that the weapons might end up in the hands of radicals, further jeopardizing Jordan’s security.

 

Jordan’s foreign minister, Nasser Judeh, cast doubt early on about the ability to properly vouch for rebel elements.

 

“Our position was always, arming who? And do we have addresses and do we have CVs? ... We are a country that neighbors Syria, and therefore, while we don’t interfere in the internal affairs of Syria, we are certainly affected by the outcome of what’s going on in Syria,” Judeh told reporters, in response to questions about arming the rebels, during a joint news conference with U.S. Secretary of State John Kerry in Amman in May.

 

Those fears have only been compounded by hard-line jihadist gains in northern Syria. Increasing clashes between hard-line Islamist groups and Western-backed FSA battalions are also troubling Western opposition backers, who fear the Islamist rebels will prove hostile to their interests.

 

Complicating matters further, a group of over 30 mostly Islamist factions issued a statement late last month rejecting the authority of the Turkey-based, Western-backed Joint Military Council of the FSA, which has been struggling to unite armed opposition groups on the ground.

 

Those concerns appear to have come to fruition with the Saudi-supplied missiles apparently landing in the hands of the Nusra Front “within days” of arrival.

 

“Saudi [Arabia] supported the FSA with anti-tank missiles, which were worth about 1 million Syrian pounds ($5,000) each,” one Joint Military Council source told The Daily Star.

 

“But within days Nusra paid $15,000 for each.”

 

“So they are going in, and immediately being sold on.”

 

Whether FSA fighters were selling the missiles or Islamist fighters were acquiring them by force is unclear. But the effect was immediate.

 

Rebel fighters made steady gains in Deraa province on the border with Jordan in July and August, after the missiles began to be supplied.

 

But the growing role of Islamist groups in spearheading the fighting there was highlighted last week, when a group of mainly Islamist brigades, including the Nusra Front claimed to have taken control of the main Ramtha border crossing following days of intense fighting.

 

Jordan has closed its main borders to Syria for months, but officials and analysts say that events effectively ended the program and halted all weapons supply.

 

“Because Nusra has now taken control of the borders, arming has completely stopped,” said Fahd al-Khitan, political analyst and commentator at Al-Ghad newspaper.

 

“The transfer of weapons did not produce practical results on the ground.

 

Khitan noted incidents in which it appeared Nusra fighters had captured the weapons from their intended recipients during clashes.

 

“Jordan was always concerned that these shipments would reach radical groups and their concerns were proven correct,” he added.

 

Videos and photographs of Nusra Front fighters with the new weapons have recently circulated on the Internet.

 

“It was intended as a message from Nusra,” the Joint Military Council source said of one video statement.

 

“All this proves is that the SMC needs to work more on how to protect their property,” he said.

 

Blogger Eliot Higgins, aka Brown Moses, who maps the spread and use of weapons in the Syrian conflict, documented Nusra Front fighters using the Saudi-supplied missiles in joint operations in Deraa in March, but noted that in joint operations, it was unclear whether the intended recipients were also using the weapons.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 16:55
Premières rencontres nationales autour de l’intégration air-sol

source alins.fr/

 

De l’Afghanistan au Mali, les théâtres d’opération récents soulignent le rôle décisif de l’arme aérienne dans la délivrance d’un effet sur des objectifs terrestres.

Pourtant, les résultats ne doivent pas masquer la difficulté d’emploi du vecteur aérien dans un contexte de limitation des risques de dommages collatéraux et de tirs fratricides. Seul le recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et aux savoir-faire qui en dérivent permet aujourd’hui de conduire des missions de frappe en assurant la protection des civils et des soldats alliés. Ces pratiques émergentes qui combinent équipements de haute technologie et compétences opérationnelles se rassemblent dans le domaine dit de l’intégration air-sol, ou ALI (Air Land Integration).

Domaine émergent mais aux résultats probants, l’ALI s’appuie sur des technologies clés et des équipements novateurs permettant la captation, le traitement et la diffusion de l’information sous toutes ses formes (texte, image, son), à destination de tous les terrains d’opération et interopérable avec les forces alliées.

Développé et porté initialement par les Forces spéciales de l’Armée de l’air, l’ALI doit maintenant entrer dans une phase de développement méthodique, jouant sur les leviers scientifiques, technologiques et doctrinaux pour assurer son essor au profit de l’industrie française et de la défense nationale.

C’est dans ce contexte que ALIS (Air Land Integration Society) et NUMERICA (Pôle numérique régional de Franche-Comté) ont créé ALINS, think tank national rassemblant enseignants-chercheurs, industriels et militaires autour de l’ALI.

 

Programme (Jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2013)

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 16:55
Industrie(s) de défense : enjeux de marché, défis statistiques - 16 octobre 2013

source frstrategie.org

La Fondation pour la Recherche Stratégique et l'Université Panthéon-Assas
organisent une demi-journée d'étude :
 

Industrie(s) de défense : enjeux de marché, défis statistiques


qui se tiendra à Paris le 16 octobre 2013, de 9h00 à 12h30.
 

Structurée autour de deux table-rondes, 1-Entre concurrence et coopération : un marché défense en recomposition et 2-L'industrie de défense à l'épreuve de l'analyse économique et statistique, cette demi-journée d'étude entend appréhender les perspectives d'évolution du marché de défense (ambitions des Etats producteurs d'armement, stratégies industrielles, nouveaux modes de coopération), ainsi que les difficultés à mesurer l'impact économique de l'industrie de défense.

 

mercredi 16 octobre 2013, de 09h00 à 12h30
à la Maison de la Chimie, 28 rue Saint-Dominique, Paris 7ème (comment s'y rendre)
Inscription : contacter Marylène Pion (m.pion@frstrategie.org)

 

Programme de la demi-journée

 

8h30
Accueil des participants
 
9h00
Industrie de défense et Conseil européen de décembre 2013 : vers un changement de paradigme ?
HELENE MASSON, Maître de recherche, Pôle Défense&Industries, FRS
 
9h15
Entre concurrence et coopération : un marché de défense en recomposition

PRESIDENCE : JEAN BELIN, Maître de conférences en sciences économiques, Gretha, Université Bordeaux IV

Atouts et contraintes de l'industrie de défense russe sur le marché mondial de l'armement ISABELLE FACON, Maître de recherche, FRS

Les limites de l'industrie de défense de la République populaire de Chine VALERIE NIQUET, Maître de recherche, FRS

Brazil’s ambitions to strengthen its defense industry : present situation and opportunities for international cooperation PROFESSEUR EDUARDO SIQUEIRA BRICK, Universidade Federal Fluminense (UFFDEFESA)

Vers une européanisation de l'industrie de défense polonaise ? KRYSZTOF SOLOCH, Chercheur associé, FRS
 
10h45
Pause café
11h00
L'industrie de défense à l'épreuve de l'analyse économique et statistique

PRESIDENCE : MARIANNE GUILLE, Maître de conférences en sciences économiques, LEMMA, Université Panthéon-Assas

L'impact économique de l'industrie de l'armement, une estimation difficile JEAN BELIN, Maître de conférences en sciences économiques, Gretha, Université Bordeaux IV

The Economic Impact of Defence Industries: Knowns and Unknowns KEITH HARTLEY, Emeritus Professor of Economics, University of York

L'industrie de la défense et ses nouveaux défis en matière d'incitations, de production et de divulgation des connaissances NATHALIE LAZARIC, Directrice de recherche au CNRS-GREDEG, Université de Nice Sophia Antipolis
 
12h30
Conclusion
CLAUDE CARCENAC, Sous-directeur de la stratégie industrielle et de l'intelligence économique, DGA

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 16:55
Défense : la rigueur touche sévèrement l'armée de l'air

07/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En 2013, l'armée de l'air a dû limiter l'activité des équipages, a reconnu le chef d'état-major de l'armée de l'air. Du coup, elle restera insuffisante et sera en déficit de 20 % par rapport aux normes d'entraînement. Le général Mercier se dit inquiet.

 

Dur, dur actuellement dans l'armée de l'air. L'heure est à la rigueur. Et le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Denis Mercier, n'a pas le choix : il doit faire avec. En 2013, l'armée de l'air a ainsi dû limiter l'activité des équipages et prendre des mesures affectant le niveau de formation et d'entraînement telles que l'annulation de la participation à des exercices majeurs comme "Red Flag" aux Etats-Unis, par exemple, et à retirer de façon anticipée des équipages des unités de combat, a-t-il révélé aux sénateurs de la commission des affaires étrangères et des forces armées.

 

Et l'avenir à court terme n'est pas non plus réjouissant. Selon lui, "les perspectives 2014-2015 conduisent à maintenir le niveau d'activité de 2013, grâce à l'effort financier important consenti sur l'EPM (entretien programmé des matériels, ndlr) par la loi de programmation militaire (LPM) mais cette activité restera insuffisante (environ - 20 % par rapport aux normes d'entraînement)".

 

Le chef d'état-major de l'armée de l'air inquiet

 

Du coup, le général Mercier s'est dit inquiet. L'activité "ne pourrait être maintenue à ce niveau dans le temps sans dégradation considérable du niveau opérationnel. C'est pour moi une préoccupation majeure car le maintien de certaines compétences est dès à présent fragilisé".

 

Il compte faire "remonter l'activité aérienne au niveau requis après 2016" grâce notamment à la mise en place de l'entrainement différencié et un plan d'optimisation du Maintien en condition opérationnelle (MCO) élaboré par la SIMMAD (Structure Intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la défense) et la DGA (direction générale de l'armement).

 

Il manque plus de 1 milliard d'euros pour l'entretien des avions

 

Au rang des inquiétudes majeures du chef d'état-major, le MCO aéronautique, qui nécessite de disposer d'une dotation suffisante pour l'entretien programmé du matériel (EPM). "Cela n'a pas été le cas lors de la précédente LPM puisque la sous dotation de l'EPM a conduit à un déficit, sur la période 2009-2014, de plus de 1 milliard d'euros de crédits d'activité par rapport au besoin".

 

Dans ce cadre, il a rappelé que la "capacité opérationnelle repose sur le maintien en conditions de nos matériels aéronautiques qui nécessite un pilotage au plus près des forces et de leur activité réelle et une dotation suffisante en entretien programmé du matériel".

 

De nouvelles façons de travailler

 

Pour améliorer le MCO, l'armée de l'air, avec la SIMMAD, a réorganisé ses structures. Le chef d'état-major de l'armée de l'air a expliqué que "la SIMMAD, aux côtés des unités de soutien aéronautique et en lien avec les industriels et la DGA, a ainsi fait évoluer les marchés d'une logique de disponibilité vers une logique d'activité, en préservant la flexibilité exigée par les surprises opérationnelles et avec un souci constant de maitrise et de réduction des coûts. Le plus important est de disposer du nombre suffisant d'aéronefs disponibles lorsque nous en avons vraiment besoin".

 

Comment ? Grâce notamment à la mise en place de plateaux techniques. Cette "dynamique" a très rapidement porté ses fruits. L'identification des difficultés technico-logistiques et la définition en commun de solutions appropriées ont permis "d'aboutir à des résultats significatifs", selon le général Mercier. A Saint-Dizier, la qualité de l'activité des Rafale a été considérablement augmentée alors que la disponibilité en opération extérieure reste exceptionnelle. "Ces résultats démontrent la pertinence et la cohérence des choix qui ont été faits dans le domaine de la gouvernance du MCO, tant au niveau de la SIMMAD qu'à celui du soutien opérationnel sur les bases aériennes. Ces succès nous encouragent à poursuivre dans cette voie, mais il ne s'agit que d'une première étape, de nombreux efforts restent à faire".

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 15:45
Mali: des islamistes tirent à l’arme lourde sur Gao

07/10/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Quelques jours après avoir réalisé un attentat suicide dans la ville de Tombouctou, au nord du Mali, des islamistes ont tiré lundi à l’arme lourde sur Gao, signe de la présence persistante de poches islamistes armées actives au Mali.

 

Selon Idrissa Cissé, un officiel de la ville de Gao, «ce matin, à partir d’environ 06h30, quatre explosions ont retenti dans la ville. Un soldat malien a été blessé et une maison a été endommagée».  Selon lui et plusieurs habitants, ce sont des obus de mortier qui se sont abattus sur la ville.

Un membre du service de communication de Serval à Bamako a confirmé à l’AFP qu’il y a eu «effectivement cinq explosions ce lundi à proximité de Gao. On ne sait pas encore s’il s’agit de tirs d’obus ou de roquettes. On cherche».

«Deux maisons ont été touchées en ville. Côté bilan, pour le moment, on sait qu’un militaire malien a été blessé. Nous avons dépêché sur place des hommes aux côtés des troupes maliennes», a-t-il précisé.

En milieu de matinée, des hélicoptères de l’armée française survolaient la ville, où le calme était revenu.

Ces tirs sur Gao se produisent neuf jours après une attaque suicide d’Al-Qaïda au Maghreb islamique à Tombouctou, l’autre grande ville du nord du Mali. Le bilan officiel fait état de deux civils tués, en plus des quatre kamikazes eux-mêmes, et six soldats maliens blessés, dont les jours ne sont pas en danger

Ces actions des islamistes armés sont la preuve qu’une partie d’entre eux restent actifs dans le nord du Mali en dépit de l’intervention militaire franco-africaine initiée par la France en janvier pour les chasser de cette région qu’ils ont occupée pendant dix mois en y commettant de nombreuses exactions au nom de la charia (loi islamique).

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:55
Appelez le " Ville d'Orléans"  - Video

1 oct. 2013 ministeredeladefense

 

L'avion de transport militaire de nouvelle génération, l'A400M, a été officiellement reçu par l'armée de l'Air à Orléans-Bricy, le lundi 30 septembre. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a présidé la cérémonie d'inauguration.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:55
Café Stratégique AGS du 9 octobre - Olivier Lepick // Syrie : Requiem pour l'arme chimique

L'Alliance Géostratégique vous convie à son 28ème Café Stratégique, ce mercredi 9 octobre à 19h.

 

Nous accueillerons Olivier Lepick, chercheur associé à la FRS, spécialiste des armes chimiques et biologiques, autour du thème :

 

 

"Syrie : Requiem pour l'arme chimique".

Venez écouter, échanger, débattre…

Mercredi 9 octobre 2013 de 19h à 21h • entrée libre
Café Le Concorde, métro Assemblée Nationale
239 boulevard Saint-Germain 75007 Paris

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 12:30
Israël commande 3 nouveaux patrouilleurs Super Dvora

5 octobre 2013, Portail des Sous-Marins

 

La marine israélienne recevra trois nouveaux patrouilleurs rapides Super Dvora, utilisés pour des patrouilles quotidiennes et des missions de contre-terrorisme le long de la côte. C’est ce que vient d’annoncer Israel Aerospace Industries à JSSNews jeudi soir. Selon Joseph Weiss, Président d’IAI, lors d’un entretien avec JSSNews, « l’engagement de la marine israélienne est parmi les plus importants au monde. Il en va de la sécurité réelle d’Israël. »

 

Référence : JSS News (Israël)

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 12:17
Les États-Unis capturent un des chefs d'al-Qaida

06/10/2013 Par lefigaro.fr
 

Abou Anas al-Libi, recherché depuis quinze ans pour son rôle dans les attentats de 1998 contre des ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, a été capturé en Libye. Les forces spéciales américaines ont également mené un raid contre les Chebab en Somalie.

 

Quinze ans que les États-Unis souhaitaient sa capture. Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'al-Qaida, est depuis samedi soir entre les mains de Washington. L'homme de 49 ans, accusé d'être responsable des attentats meurtriers de 1998 contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya, a été arrêté en Libye lors d'un raid des forces spéciales mené en plein jour à Tripoli.

«Les Etats-Unis d'Amérique ne cesseront jamais leurs efforts pour que les responsables d'actes de terrorisme rendent des comptes», a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat John Kerry

 

224 morts en 1998

Abou Anas al-Libi, de son vrai nom Nazih Abdul Hamed al-Raghie, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl) avant de rallier le réseau d'al-Qaida. Durant des années, il s'est battu pour renverser le régime de Mouammar Kadhafi afin d'instaurer en Libye un État islamiste radical. Le Groupe islamique de combat libyen était dirigé depuis l'Asie centrale par un des tout premiers lieutenant d'Oussama Ben laden, Abou Laith al-Libi.

Abou Anas al-Libi a fini par rejoindre la mouvance al-Qaida, et aurait joué un rôle central dans les attentats du 7 août 1998. Ce jour là, une voiture piégée devant l'ambassade américaine à Nairobi avait fait 213 morts, dont seuls 44 travaillaient à l'ambassade. Simultanément, un camion-citerne piégé avait explosé devant l'ambassade américaine à Dar es-Salaam, en Tanzanie, tuant 11 passants.

 

 

La tête d'Abou Anas al-Libi était mise à prix depuis 15 ans: le FBI offrait 5 millions de dollars pour sa capture. L'opération qui a permis sa capture s'est faite avec l'accord du gouvernement libyen. L'homme est détenu «dans un endroit sûr à l'extérieur de la Libye», et devrait rapidement être transféré aux Etats-Unis pour y être jugé.

 

Opération contre les Chebab

24 heures plus tôt, dans la nuit de vendredi à samedi, les forces spéciales américaines se sont également attaquées à une base chebab en Somalie. Le résultat de cette opération, visant à mettre la main sur un leader chebab très recherché, est flou. L'homme n'a pas été capturé, mais aurait pu être tué lors des combats. «Les militaires américains ont pris toutes les précautions nécessaires pour évier des pertes civiles dans cette opération et se sont retirés après avoir infligé quelques pertes aux shebab», a déclaré un porte-parole américain.

Les chebab, eux, avaient annoncé dès samedi matin qu'ils avaient été attaqués par des forces occidentales, «mais on leur a infligé une leçon et ils ont échoué», ont-ils affirmé. «L'opération ratée a été menée par des Blancs», qui ont accosté à bord de «deux petits bateaux partis d'une plus grande embarcation en mer (...) Un garde shebab a été tué, mais les renforts sont arrivés rapidement et les étrangers ont fui», a raconté à l'AFP le porte-parole chebab, Abdulaziz Abu Musab.

«J'ai été réveillé par le bruit d'un hélicoptère tournant autour du quartier et quelques minutes plus tard, des coups de feu ont éclaté et duré près de 10 minutes», a raconté un témoin sous couvert d'anonymat. «Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, mais c'était une attaque organisée visant une maison où se trouvaient des commandants shebab». «Ce matin, on ne peut pas s'approcher du lieu de l'attaque, des shebab lourdement armés ont bouclé la zone», a indiqué un autre habitant.

Cette attaque américaine intervient deux semaines après la sanglante prise d'otages du centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya, revendiquée par les Chebab.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 07:55
Des alliages super performants

03.10.2013 Didier Locq, Ingénieur métallurgiste - ONERA

 

Les superalliages sont étonnants : ils supportent des températures de plusieurs centaines de degrés pratiquement sans se déformer. Ils sont d'une importance stratégique puisqu'ils composent 40% de la masse des moteurs d’avions comme celui du Rafale.

 

Pour écouter le podcast

 

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 22:40
BPC Vladivostok - sept-2013-source-lddef

BPC Vladivostok - sept-2013-source-lddef

MOSCOU, 4 octobre - RIA Novosti

 

Le Vladivostok, premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral produit pour la Russie, sera remis à la Marine russe le 1er novembre 2014, a annoncé vendredi à Moscou un représentant de l'industrie de défense russe.

 

"Le navire sera équipé et passera des essais en mer pendant un an, puis il sera remis à la Marine le 1er novembre 2014", a indiqué le responsable.

 

La mise à l'eau du BPC Vladivostok aura lieu le 15 octobre prochain à Saint-Nazaire, en France, selon la société française STX France, constructeur du navire. Le navire se rendra ensuite à Saint-Pétersbourg pour compléter son armement aux chantiers navals du Nord.

 

Le groupe français DCNS et l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) ont signé en juin 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux BPC de classe Mistral pour la Marine russe. STX France intervient en tant que sous-traitant du contrat signé par DCNS. La Russie assure 20% des travaux de construction de son premier BPC et 40% des travaux pour le second Mistral. Deux autres navires de type Mistral seront construits en Russie.

 

Le second bâtiment de la série, le futur BPC Sevastopol a été mis sur cale le 18 juin dernier chez STX France, avec près de six mois d'avance sur le planning.

 

D'une longueur maximale de 210 mètres, d'un déplacement de 22.000 tonnes et d'une vitesse supérieure à 18 nœuds, le BPC Mistral est capable de porter 16 hélicoptères, quatre vedettes de débarquement ou deux navires sur coussin d'air de faible tonnage. Son pont d'envol permet la mise en œuvre simultanée de 6 hélicoptères. Sa distance franchissable est de 20.000 milles nautiques. Le navire peut embarquer, outre ses 160 hommes d'équipage, un commando de 450 hommes.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:55
Rafale alignés sur le tarmac de la base aérienne de Ventiseri-Solenzara

Rafale alignés sur le tarmac de la base aérienne de Ventiseri-Solenzara

04/10/2013 armée de l'air

 

C’est la rentrée des classes pour la base aérienne 126 de Ventiseri-Solenzara. Depuis le 30 septembre 2013, les activités opérationnelles ont repris dans le ciel corse.

 

Des Rafale des bases aériennes de Mont-de-Marsan et de Saint-Dizier ont entamé leurs campagnes de tir air/air en mer et air/sol sur le champ de tir de Diane depuis le 30 septembre. Cette activité se poursuivra jusqu’au 18 octobre 2013.

 

Puis du 14 au 25 octobre, les Fennec des escadrons d’hélicoptères 3/67 « Parisis » de Villacoublay et 5/67 « Alpilles » d’Orange seront présents sur la BA 126 dans le cadre des entraînements spécifiques des tireurs d’élites MASA (mesures actives de sûreté aérienne), savoir-faire essentiel pour la protection de l’espace aérien national.

 

Ce sera ensuite l’édition 2013 de l’exercice Serpentex, qui se déroulera sur la plateforme corse du 25 novembre au 13 décembre 2013. Cet exercice originellement dédié à la mise en condition opérationnelle du personnel projeté sur le théâtre afghan a pour vocation d’entraîner les unités dans le domaine de l’appui aérien avant leur projection en opérations extérieures. Il rassemblera des Français, des Britanniques, des Canadiens, des Belges, des Espagnols et des Italiens.

 

Du 14 au 25 octobre, du 11 au 22 novembre puis du 9 au 20 décembre, les commandos de l’air de la brigade aérienne des forces de sécurité et d’intervention (BAFSI) effectueront, sur le champ de tir de Diane, une ultime mise en condition avant leur projection sur les théâtres extérieurs.

 

Le planning de cette fin d’année est susceptible d’évoluer en fonction de contraintes diverses qui peuvent survenir.

Fennec en campagne de tir MASA

Fennec en campagne de tir MASA

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:55
Avion de patrouille maritime Atlantique 2 - photo Marine Nationale

Avion de patrouille maritime Atlantique 2 - photo Marine Nationale

 

04/10/2013 Marine nationale

 

Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, a annoncé lors d'un déplacement à Brest le 4 octobre 2013, la rénovation du système de combat des avions de patrouille maritime Atlantique 2.

 

La rénovation entrera en réalisation fin 2013. Elle porte sur la modernisation de 15 avions sur les 27 exemplaires livrés entre 1989 et 1997. Cette rénovation a pour objectif de prolonger l'emploi opérationnel de l'avion jusqu'en 2032 et comprend le traitement des obsolescences critiques du système de combat, ainsi que la restauration de ses performances.

 

Elle inclut également les moyens sols associés, le système de préparation et de restitution de mission et moyens d’entraînement tactique. Afin de minimiser les conséquences de cette opération sur la disponibilité du parc, les modifications seront appliquées lors des visites d’entretien majeur des avions.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:50
Four rescued after Ministry of Defence site explosion

05 Oct 2013 By Edward Malnick, and Patrick Sawer - telegraph.co.uk

 

Four weapons testers were rescued from a bunker by an armoured vehicle after an explosion at a Ministry of Defence (MoD) site. Although MoD Shoeburyness is a military testing site there are civilians who live within its perimeter.

 

Around 22lb (10kg) of explosives were involved in the blast at a weapons testing centre at MoD Shoeburyness, near Southend-on-Sea, Essex, according to Essex Fire Service.

 

The weapons testers were freed by MoD officers in an armoured personnel carrier, but there were no injuries.

 

Five fire crews attended the incident, which happened at around 11am on Saturday.

 

A spokesman for QinetiQ, the private defence contractor that runs the Blackgate Road munitions centre, said: "No-one was hurt in the incident at our environmental test centre and we are conducting a full investigation into what happened as is part of our standard safety procedures."

 

Although Shoeburyness is a military testing site there are civilians who live within its perimeter. There is also a pub and a village shop.

 

Warning signs alert motorists that ordnance tests are carried out and roads through the site are closed to civilian traffic when tests are in progress.

 

In August 2002 Terry Jupp, a Government scientist, was killed when a secret bomb-making experiment left him with extensive burns.

 

An inquest held in 2010 found that the tests – intended to discover more about al-Qaida's bomb-making capabilities – had been poorly planned and organised.

 

Jupp, 46, who had worked for the Ministry of Defence for more than 20 years, was a member of a joint Anglo-American team conducting the experiment on the island of Foulness, part of the MoD's weapons testing site at Shoeburyness.

 

The jury at the inquest concluded that planning and risk assessment had not been appropriate.

 

It found that a small scale test could have been carried out in advance; adequate regard was not paid to personal protective equipment; and communication and organisation at the trials appeared inadequate.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:50
L'instructeur allemand du CFAA installé en place arrière

L'instructeur allemand du CFAA installé en place arrière

 

 

04/10/2013 armée de l'air

 

Mardi 1er octobre un vol symbolique a eu lieu au départ de Dijon vers l'Allemagne : le capitaine Christian Karotsch, instructeur allemand affecté au centre de formation à l’appui aérien (CFAA) de Nancy, a pu effectuer une mission de Close Air Support(CAS/appui aérien rapproché) en place arrière d'un Alphajet de l'escadron d’entraînement 2/2 « Côte d'Or » au-dessus du camp de Stetten (au sud de Stuttgart).

 

Cette mission fut un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations puisque le CFAA est l'unique école pour les deux pays. Unité interarmées et internationale, le CFAA forme tous les Forward Air Controllers  (FAC/contrôleurs aériens avancés) aux standards OTAN à la mission de CAS. Le FAC est un combattant aéroterrestre polyvalent, démultiplicateur d'effets sur le champ de bataille.

 

Le capitaine Christian Karotsch prend place à bord de l'Alphajet

Le capitaine Christian Karotsch prend place à bord de l'Alphajet

 

Chargé de localiser les objectifs et les positions adverses, il conseille le commandement des troupes engagées au sol et assure le guidage terminal des aéronefs vers leurs objectifs. À l'aide de puissants moyens optroniques, il peut aussi guider les munitions de précision sur les points tenus par les combattants hostiles. Expert de la « juste frappe », il met en œuvre toute une panoplie de matériels sophistiqués et jouit d'une grande autonomie de manœuvre pour remplir sa mission.

 

Le chef d'état-major de la Luftwaffe assistait ce jour-là, dans l'enceinte même du camp, à la cérémonie de dissolution du centre de contrôle radar « Sweet Apple ». Il a ainsi pu apprécier le travail d'un FAC qui a guidé, au sol, un défilé aérien. En cette année de commémoration du cinquantenaire du traité de l'Élysée, chaque exercice ou entraînement en commun permet d'affermir un peu plus un partenariat dont la force et la pertinence ne se démentent pas.

 

Un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations

Un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:45
Le 5e RHC se prépare pour l’opération Serval - video

04/10/2013 International

 

Du 23 au 27 septembre 2013, 30 aéronefs et 700 hommes se sont entrainés dans un cadre interarmes avant leur projection vers le Mali.

 

« Pour les pilotes, les mécaniciens, les contrôleurs aériens, les transmetteurs, cet entrainement est particulièrement important parce qu’au Mali nous travaillons d’une façon très intégrée avec toutes les capacités opérationnelles de l’armée de Terre » précise le colonel Richou, chef de corps du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau. C’est ici la dernière occasion de mettre en pratique et de valider tous les acquis avant le grand départ.

 oct. 2013 Armée de Terre

 

Du 23 au 27 septembre plus de 30 aéronefs et 700 hommes sont déployés dans la région du Béarn. Nom de code de l'exercice, Béarn 2013. Son but la validation avant projection au Mali du 5e régiment d'hélicoptère de combat.


Le 8e régiment parachutiste d'infanterie de marine ainsi que le 17e RGP et le 35e RAP participent aussi à cette manœuvre.


Dans quelques semaines le 5e RHC sera de retour sur le théâtre Malien, dans le cadre de la mission de régionalisation.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories