Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:50
Les 65 ans du 15 Wing

Photos : Jürgen Braekevelt

 

23/09/13 Stijn Verboven - mil.be

 

Le 15 Wing Transport aérien de Melsbroek a fêté ses 65 années d'existence. Lors des portes ouvertes de ces 21 et 22 septembre 2013, c'était également la fête pour les C-130 Hercules et le Falcon 20. Ces avions viennent en effet de célébrer leurs 40 années de service.

 

Pendant ses 65 années d'existence, le 15 Wing a pris part à de nombreuses missions comme en Afrique, en Afghanistan et au Liban, et contribue encore aujourd'hui à l'aide humanitaire et au transport de troupes. Il joue également un rôle important lors de missions moins connues. Ce fut le cas l'année dernière lorsque qu'un C-130 du 15 Wing a rapatrié en Belgique les victimes du terrible accident de car en Suisse.

 

Pendant les journées portes ouvertes, le public a pu voir en action les icônes de l'aviation militaire belge. Certains visiteurs ont même gagné un baptême de l'air en C-130. 

 

Le Falcon 20 a également pu souffler ses 40 bougies anniversaires. L'armée utilise cet avion d'affaire principalement pour transporter des autorités ou des VIP.

 

Il n'y en avait pas seulement pour les C-130 et le Falcon. Les visiteurs ont pu admirer toute la flotte du 15 Wing et visiter les ateliers de maintenance. Diverses démonstrations étaient aussi au programme. Ainsi, la police fédérale a mis ses hélicoptères en action.

 

Avec ses journées portes ouvertes, le 15 Wing a rassemblé pas moins de 40.000 visiteurs.

 

Photos >>

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:50
Saab cutting workforce

LINKOPING, Sweden, Sept. 23 (UPI)

 

Saab has announced plans to cut 150-175 workers from its Electronic Defense Systems business area because of decreased business volume and technology changes.

 

The cuts will occur at its facility in the city of Gothenburg, Sweden, and will be achieved through what it called a competence shift program, based on voluntary participation. Staff will be encouraged to take up other positions within Saab. Those who leave the company will be provided with various support services.

 

"We are a world leader within radar systems and are continuing to invest in the product portfolio in order to be even more competitive in the present technological shift," said Micael Johansson, head of Saab's Electronic Defense Systems business area. "Reduced business volumes have resulted in under-utilization of resources and staff [and] ... we must constantly adapt our business to ensure that we stay competitive on the global market.

 

"Competence shift following staff redundancy has been successfully implemented previously at our operations in Gothenburg and at other major Swedish companies. I am optimistic that this situation will present good opportunities for our employees."

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:45
Don't confuse piracy off the West African coast with Somali piracy in the East

09/23/2013 Andrew Elwell - DefenceIQ

 

Somali piracy in the Gulf of Aden was a $150 million business in 2011, the result of tens of thousands of hijackings. A report by the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) states that in 2013, this has fallen to zero. Nothing. Not one successful hijacking for ransom.

 

That’s an astonishing turnaround. The report, Transnational Organized Crime in Eastern Africa: A Threat Assessment, asserts that international cooperation has been pivotal to eradicating the issue of East African piracy.

But what about piracy off the West coast of Africa?

While piracy in the Gulf of Aden has been contained, the Gulf of Guinea off the Nigerian coast now offers a new challenge for African security forces.

“The Gulf of Guinea has become one of the most dangerous maritime areas in the world and piracy and sea robbery have become one of the most potent threats,” said Ghana’s Chief of Naval Staff, Rear Admiral Geofrey Biekro, at a recent conference on maritime security in Africa. “Therefore, criminal gangs are taking advantage of our failure to collaborate at the operational and tactical levels. They commit offence in territorial waters of one country and then move to another country for protection.”

While the piracy problem has migrated west, it appears the solution remains the same: international and regional cooperation.

However, there are two vital points that must be considered before governments and organisations in the region can even think about tackling the piracy issue on the west coast, according to a Defence IQ source who wished to remain anonymous with knowledge of the matter.

“From what I read about the initiatives taken in the Gulf of Guinea they are about to reproduce what has been done in Somalia, without [first] taking into account that it is a completely different issue since the networks are linked to oil smuggling, not piracy for ransom. And [second], building on the following lesson learnt: going after the guys at sea without going after the kingpins misses the point.”

If private security companies take a hold in the Gulf of Guinea they will be able to stamp out the pirates by systematically targeting and apprehending them. However, by the time this happens the organisations propping up the pirates will have accumulated so much money they will pose an even bigger threat on land.

“The criminal groups will need to find a new purpose for their newly acquired capabilities [such as weapons, trucks, soldiers, front companies, bribed officials] that they accumulated on land when everyone was busy sending navies and putting young boys in prisons,” our source said.

If piracy off the Nigerian coast is not to hasten the expansion of well connected, armed, motivated and radical criminal groups in Africa the problem must be addressed at the root and not with the pirates at sea. The only way this can come about is if international governments and organisations commit to information sharing within a framework of greater regional cooperation to identify and weed out the “kingpins” behind the piracy problem.

AFSEC 14 – the West African Coastal Surveillance and Maritime Security Summit – will allow key stakeholders to share best practice and push for greater regional integration and cooperation in the area of African maritime security and law-enforcement. To find out more please visit the website www.afsecevent.com.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:40
Industry Exec Gives Glimpse of Russia’s New ‘Secret’ Tank

Tanks designed by the Uralvagonzavod corporation

 

MOSCOW, September 23 (RIA Novosti)

 

Russia’s new-generation main battle tank will feature an unmanned, remotely controlled turret that will be digitally controlled by a crew located in a separate compartment, a defense industry official said Monday.

 

An Armata prototype will be demonstrated at “a restricted showing” this month during the 9th Russia Arms Expo 2013 international arms exhibition due to the “secret nature of the project,” said Igor Sevastyanov, deputy general director of Rosoboronexport, Russia’s state-run arms export monopoly.

 

Industry Exec Gives Glimpse of Russia’s New ‘Secret’ Tank

Another feature of the new tank, tentatively scheduled to enter military service in the Russian army in 2015, is an automated combat command and control system, he added.

 

Armata is a modular universal combat platform that will be used as a basis for a new tank, fire support vehicle, mine clearing vehicle, heavy flame throwing vehicle, bridge laying vehicle and other heavy equipment, Sevastyanov said.

 

A prototype Armata tank is ready for testing, and that process is due to begin in November, Lt. Gen. Alexander Shevchenko, commander of the Russian Tank Forces, said earlier this month in an interview with Ekho Moskvy radio.

 

The biannual Russian Arms Expo will run in the Urals city of Nizhny Tagil between September 25 and 28.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:40
Su-25 Attack Aircraft Crashes in Russia, Pilot Ejects Safely

MOSCOW, September 23 (RIA Novosti)

 

A Soviet-era Su-25 Frogfoot ground attack aircraft crashed during a routine training flight in Russia’s Krasnodar region on Monday, the Defense Ministry said in a statement.

 

The statement said contact with the pilot was lost at 8:17 p.m. Moscow time (16:17 GMT). The plane crashed 49 kilometers from the Primorsko-Akhtarsk airfield.

 

“The pilot was able to steer the falling aircraft away from populated areas and eject safely,” the statement said.

 

The ministry confirmed that there were no injuries or damages to structures on the ground.

 

A Ka-27 search-and-rescue helicopter has been dispatched to the crash site, the ministry reported, adding that all flights of Su-25 aircraft in the Southern Military Districts had been suspended while an investigation into the incident was under way.

 

The Su-25 is a single-seat, twin-engine jet aircraft developed by the Sukhoi Design Bureau to provide close air support for ground troops.

 

The aircraft has been in service with the Russian Air Force for more than 25 years. It has also been exported to dozens of countries

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:35
Teams Form for Australia Trainer Contest

BAE Systems has announced it has teamed with Beechcraft and CAE to bid for Australia's pilot training system. The bid will be based on Beechcraft's T-6C Texan II. (Beechcraft)

 

Sep. 23, 2013 - By NIGEL PITTAWAY  - Defense News

 

CANBERRA, AUSTRALIA — BAE Systems announced on Sept. 11 that it has teamed with Beechcraft and CAE to bid for the Australian Defence Force’s fixed-wing pilot training system.

 

John Quaife, BAE’s general manager for aviation solutions, said the team will provide a total flight training solution, based on Beechcraft’s T-6C Texan II turboprop trainer.

 

“Designed to meet the needs of undergraduate pilot training for the United States, Canada and other NATO air forces, the T-6C has amassed more than 2 million flying hours and has proven its ability as a versatile, cost-effective platform,” he said.

 

BAE Systems has provided services to Australia’s forces for flight screening and basic flying training since 1992 and won an AUS $88.8 million (US $83 million) Interim Basic Flying Training (IBFT) contract for a further six years in 2011. It also provides flying training and support in Australia for the Republic of Singapore Air Force, Royal Brunei Air Force and the Papua New Guinea Defence Force.

 

The company is also teamed with Beechcraft in the US to support T-6-based pilot training for the US Navy.

 

The Australian pilot training system competition, known as Project AIR 5428, has been underway since 2005, but a formal request for tender was released in August.

 

The BAE Systems/Beechcraft/CAE team is the first to break cover in the current incarnation of Air 5428. Raytheon Australia was an earlier team member, but the company declined to provide details regarding its status.

 

“Raytheon Australia maintains the same active interest in the AIR 5428 program that it has demonstrated over the last decade,” was all the company was prepared to say and was not prepared to attribute the statement to an individual.

 

Similarly, Boeing Defence Australia is also interested in the competition, but said only “There are a number of opportunities that Boeing is focused on in Australia. For competitive reasons, however, we decline to comment on specific projects.”

 

The Pilatus PC-21 is the main competitor to the T-6C, but the Swiss company is yet to reveal its plans for the pilot training system.

 

AIR 5428 will replace the separate fixed-wing basic and advanced flying training programs with a single system that will take a candidate from flight screening to wings and will make significant use of simulation and other synthetic training aids.

 

The tender is due to close in February and the successful system will graduate its first students in early 2017.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:30
Laser Crédits Andrea Pacelli

Laser Crédits Andrea Pacelli

20.09.2013 Benjamin Kupfer, Volontaire international chercheur à l'Université Bar-Ilan
 

Jadis, lorsqu'un paquet était susceptible de représenter un danger quelconque, un brave homme devait mettre en péril sa vie pour le bien de la communauté en vérifiant ce qu'il contenait. Puis, le génie robotique a permis à des hommes, tout aussi braves, mais à l'abri, de téléguider des robots pour effectuer cette tâche. Ainsi, pendant certaines vagues d'attentats en Israël, il était courant de voir un périmètre bouclé tandis qu'une machine, au long bras articulé, s'avançait sans peur vers une mallette suspecte. La situation s'est donc améliorée, mais le processus est long et laborieux, d'autant que des démineurs professionnels sont souvent requis. Une équipe de chercheurs du Technion - Israel Institute of Technology vient de breveter un laser de détection d'explosifs, qui rend la procédure beaucoup plus rapide.
 


Des alertes qui paralysent la vie de milliers de personnes

Le 5 juin 2013, à 13h00, une alerte au colis suspect fut déclenchée dans un magasin de téléphonie d'Angoulême. Tout s'arrête dans le centre-ville alors qu'un habitant dont la vie ne parait guère passionnante "se croit dans une série de Canal +" [1]. Les démineurs n'arrivent qu'à 15h45, certainement en raison de la difficulté d'acheminer le matériel et d'organiser la sécurité du voisinage. A 16h50, les démineurs font exploser la mallette : celle-ci ne contenait que des effets personnels. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres : chaque jour, dans une société de plus en plus anxiogène, des quartiers, des aéroports et des stations de métro sont bloqués en raison d'alertes, paralysant ainsi de manière ponctuelle la vie de plusieurs centaines ou milliers de personnes.

Détection en 1 minute chrono

La donne pourrait changer, grâce à une équipe du Technion, qui a récemment déposé un brevet pour une technique de détection par laser d'explosifs, mais aussi de drogues, qui ne prend qu'une minute à opérer [2]. Cette technique répondant au nom de MEES (Multiphoton Electron Extraction Spectroscopy) est le fruit d'un travail de 2 ans, conduit par l'équipe du Dr Isral Schechter du Département de chimie de l'institut israélien. Le laser est dirigé vers la cible suspecte qui, irradiée par des photons d'une longueur d'onde unique, émet des électrons dont la quantité permet l'identification.

Cette technologie a l'avantage considérable d'être mise en action par l'intermédiaire d'une machine de la taille d'un ordinateur portable. Cela réduira son temps d'acheminement vers les zones à risque et permettra son utilisation dans des lieux difficiles d accès. Par ailleurs, cette nouvelle méthode permet de détecter des traces infimes de drogues ou d'explosifs, jusqu'à un millionième de millionième de gramme. De telles quantités ne représentent certes pas un danger, mais les détecter peut permettre d'appréhender un individu ayant été en contact avec ces substances. Ainsi, un lavage de mains, même minutieux, ne devrait plus permettre à un terroriste ou à un dealer d'éliminer des traces de son implication. Preuve de l'efficacité du dispositif, des résidus de drogues et d'explosifs dans des sacs fournis par la police israélienne ont été immédiatement et correctement identifiés.

Un grand enthousiasme autour du dispositif

Le procédé, dont le développement a fait l'objet d'une étude publiée dans l'Analytical Chemistry Journal en 2010, est récemment devenu un brevet protégé qui fait beaucoup parler de lui dans le milieu spécialisé. Le Dr Schechter espère que "son prix sera assez bas pour pouvoir l'implémenter dans le système de sécurité des lieux sensibles comme les aéroports". En attendant, il goûte le succès de son dispositif. Invité à une conférence prestigieuse à Philadelphie sur le thème des explosifs, il fut étonné de ressentir "un grand enthousiasme à la place du scepticisme qu'il attendait; ils ont tout de suite vu le potentiel de nos travaux". Un enthousiasme que devraient partager nos amis Angoumoisins..

Sources

- [1] Julien Prigent, "Alerte au colis piégé : les démineurs ont fait exploser la mallette", Charente Libre, 5 juin 2013 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/fVlz9
- [2] Judy Siegel-Itzkovich, "Technion patents laser device for identifying explosives, narcotics", Jerusalem Post, 14 juillet 2013 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/Qm4ft

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:30
Oman Airman Dies In Second Training Accident In Weeks

Sep. 23, 2013 – Defense News (AFP)

 

MUSCAT — An Omani airman has been killed in the second training accident to befall the sultanate’s air force in less than a fortnight, the defense ministry announced Monday.

 

“Pilot Officer Abdelmalek Ben Yacoub al-Afifi was killed when the fighter he was flying crashed on Sunday evening,” the ministry said, without giving further details.

 

The accident came hot on the heels of the Sept. 11 death of air force pilot Capt. Alazhar al-Shraiqi in an accident involving two Jaguar fighter jets on a training mission in the Dhofar region in the south.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:20
U.S. Navy taps McKean for ship maintenance, modernization support

PHILADELPHIA, Sept. 23 (UPI)

 

A Naval Sea Systems Command contract has been given to McKean Defense Group LLC for services in support of the Deputy Commander for Surface Warfare.

 

Under the award, McKean will provide program management support, budget/finance support, operations support and administrative services to the Commander, Navy Regional Maintenance Centers (CNRMC) and the Surface Team One (ST1) initiative to enhance surface ship maintenance and modernization efforts.

 

The cost-plus fixed-fee award carries a value of more than $24.8 million. It is for three years.

 

"One of McKean's core competencies is surface navy maintenance, modernization and sustainment," McKean Defense Chief Executive Officer Joseph L. Carlini said Monday. "With this dedicated contract, Team McKean will be able to more efficiently execute the customer's mission."

 

McKean's team for the contract includes Alion Science and Technology Corporation, American Systems Corp., CACI Enterprise Solutions Inc., Delta Resources Inc., eNthusaProve LLC., Herren Associates Inc., Life Cycle Engineering Inc., Patrona Corp., Science Applications International Corp., Thor Solutions LLC. and Valkyrie Enterprises LLC.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:20
Raytheon completes critical component of ninth AN/TPY-2 ballistic missile defense radar

TEWKSBURY, Mass., Sept. 23, 2013 /PRNewswire

 

Production milestone keeps next radar on schedule for 2014 delivery

 

Raytheon Company has completed the manufacturing of an Antenna Equipment Unit for the AN/TPY-2 ballistic missile defense radar. An integral part of the Ballistic Missile Defense System (BMDS), the AN/TPY-2 searches, discriminates between threats and non-threats, acquires and tracks threat ballistic missiles.

AN/TPY-2 is a mobile X-band radar that helps protect the U.S., warfighters, and America's allies and security partners from the more than 6,300 ballistic missiles the Missile Defense Agency estimates are not controlled by the U.S., NATO, China or Russia. The Antenna Equipment Unit is one of the four major components that comprise the AN/TPY-2 ballistic missile defense radar, and completing the AEU is critical to ensuring Raytheon delivers the ninth radar system to the Missile Defense Agency in early 2014.

"Because of the high demand from forces worldwide, Raytheon remains committed to maintaining its track record of delivering the AN/TPY-2 on cost and on schedule," said David Gulla, vice president of Global Integrated Sensors for Raytheon's Integrated Defense Systems business. "The AN/TPY-2 has a record of flawless test performance and demonstrated capability against many classes of ballistic missiles; so it's important we get the system to those who need it."

The AN/TPY-2 may be deployed globally in either terminal or forward-based mode. In terminal mode, the AN/TPY-2 serves as the search, detect, track, discrimination and fire-control radar for the THAAD weapon system, enabling the THAAD missile to intercept and destroy threats. In forward-based mode, the AN/TPY-2 cues the BMDS by detecting, discriminating and tracking enemy ballistic missiles in the ascent phase of flight.

 

About AN/TPY-2
AN/TPY-2 is a high resolution, mobile, rapidly deployable X-band radar capable of providing long-range acquisition, precision track, and discrimination of short-, medium- and intermediate-range ballistic missiles.

  • AN/TPY-2 has performed flawlessly in both terminal and forward-based mode in all major tests.
  • On Oct. 25, 2012, two AN/TPY-2 radars – one terminal and one forward-based – participated in FTI-01, the MDA's largest and most complex exercise. In a complex raid scenario involving multiple targets, both radars met or exceeded all test objectives.
  • On April 15, 2011, a forward-based AN/TPY-2 extended the battlespace by enabling a Standard Missile-3 to launch on remote and intercept a separating intermediate-range ballistic missile.

 

About Raytheon
Raytheon Company, with 2012 sales of $24 billion and 68,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 91 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems; as well as a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

 

Note to Editors 
It takes Raytheon 30 months to build an AN/TPY-2 ballistic missile defense radar. The major components of the AN/TPY-2 are the Antenna Equipment Unit, Cooling Equipment Unit, Electronic Equipment Unit and Power Production Unit. 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:20
Industry Pushes Back Against Army Report

BAE, makers of the US Army's Bradley Fighting Vehicle, suppliers and labor unions say the Army is misreading what the industrial base will go through when the Bradley stops production in 2015 without a replacement program. (US Army)

 

Sep. 23, 2013 By PAUL McLEARY – Defense News

 

WASHINGTON — BAE Systems CEO Linda Hudson, the heads of 40 suppliers that help sustain the company’s Bradley Fighting Vehicle program and several labor unions penned a highly critical letter to Army Secretary John McHugh on Sept. 19.

 

The letter calls the Army to task for misreading the issues that the industrial base will face if the service goes through with stopping production of the Bradley in 2015 with no follow-on program to replace it until 2019.

 

The letter says that the company and the unions have “concerns with the Army’s recent report” and “we question the report’s initial observations and its implications on the Army’s short- and long-term plans for the Bradley industrial base.”

 

The industry partners did offer an olive branch of sorts, writing “we are hopeful that a dialog now will result in a more substantive and realistic plan which will allow us to retain the critical capabilities and jobs” in a supply chain that is responsible for 7,000 jobs across the country.

 

The July report, commissioned by the Army and carried out by consulting firm AT Kearney, was titled “M1 Abrams Tank Upgrade and Bradley Fighting Vehicle Industrial Base Study Preliminary Findings”

 

The report paints a rather grim picture of the manufacturing needs over the next several years, conceding that while “the demand profile for programs within the Army’s ground combat systems indicate a significant decrease in demand between 2015 and 2019” the government’s early findings indicate that the downturn should be sustainable since “the industrial base’s current manufacturing network has a significant amount of overcapacity.”

 

The industry group says that the initial 18-page report — a copy of which was obtained by Defense News —“lead us to question the potential final recommendations” which are due to be delivered to Congress on Dec. 15.

 

The most critical flaw in the report, BAE and its associates charge, is that it states since there is a shortage of skilled workers in the industrial base, shedding some workers over the next several years while keeping a small core of the most skilled is a “manageable risk” for the Army and for industry.

 

While AT Kearney and the Army said they did a deep dive into the supplier base for the report, the letter to McHugh charges that “few” of BAE’s Bradley suppliers were contacted for the study.

 

The government report also states that when it comes to heavy manufacturing capacity, the US defense sector actually “exceeds known demand for current programs and for planned future programs,” and that given the current defense downturn “most suppliers have mitigated the overall revenue impact with other work.”

 

BAE and its partners say that, in fact, just the opposite is true: Even those companies that found other work have done so outside of the defense industry and that “allowing these companies to exit the defense sector will impose resource, capability and cost implications on our nation’s armed forces now and in the future.”

 

Beginning in 2014, many ground vehicle programs will begin to transition from production to sustainment, and if some key new programs like the Joint Light Tactical Vehicle (JLTV), Ground Combat Vehicle (GCV), Armored Multi-Purpose Vehicle (AMPV) and the new Marine Corps amphibious vehicles manage to live past the coming budget ax, vehicle production is scheduled to ramp up sharply in 2019.

 

But until that happens, ground vehicle manufacturers like BAE, and General Dynamics, Navistar, and Oshkosh will struggle to hold on to as much of its critical supplier base as it can, with fewer orders to fill.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:20
Pentagon Bracing for US Government Shutdown

Sep. 23, 2013 - By ANDREW TILGHMAN and MARCUS WEISGERBER – Defense News

 

WASHINGTON — The Pentagon is bracing for a government-wide shutdown that would potentially force troops to work without a paycheck and send thousands of civilians home until Congress reaches a new budget agreement.

 

US Defense Department spokesman George Little said Monday that the Office of Management Budget has ordered the military to prepare for a shutdown, which includes reviewing which civilians might be considered essential and instructed to come to work despite the shutdown. It’s unclear whether those civilians would be paid for that work.

 

Troops will stay on the job regardless of a potential shutdown. Their paychecks might be delayed, but they would be entitled to retroactive pay after government functions resume.

 

The federal government will shutdown automatically on Oct. 1, which is the first day of fiscal year 2014, unless lawmakers agree to a budget or a continuing resolution that would allow the military to carry on under the same spending levels as fiscal year 2013.

 

Little said overseas operations, including the war effort in Afghanistan, would not be directly affected by the shutdown.

 

The last government shutdown was in January 1996 and ended after three weeks.

 

While the Pentagon has yet to issue shutdown guidance, prior drills the Pentagon conducted in anticipated a government shutdown show areas DoD is likely to exempt should government operations cease on Oct. 1.

 

In anticipation of a March 2011 government shutdown — DoD drafted guidance that detailed divisions and offices that would have been required to report to work. The Office of Management and Budget last week instructed federal departments to update 2011 guidance .

 

Exempted offices and operations included officials on deployment orders, including “administrative, logistical, medical and other activities in direct support of such operations,” the guidance stated. Activities and forces assigned to combatant commands to execute “planned on contingent operations necessary for national security” were also exempt as were command, control, communications, computer, intelligence, surveillance and reconnaissance activities.

 

Acquisition and logistics officials supporting these exempted activities were required to work. As were activities activities “required to contract for and distribute items authorized by the Feed and Forage Act,” which allows DoD to obtain clothing, subsistence, forage, fuel, quarters, transportation, medical and hospital supplies with an appropriations bill.

 

All military personnel were required to “continue in a normal duty status regardless of their affiliation with exempt or non-exempt activities,” the guidance stated. Civilian workers with non-exempt activities would have been furloughed.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 23:46
Dassault Aviation : le contrat de modernisation des Atlantique 2 bientôt notifié

La direction générale de l'armement devrait notifier à Dassault aviation et Thales un contrat pour moderniser la flotte d'Atlantique 2 de la Marine nationale

 

23/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le contrat portant sur la modernisation de quinze Atlantique 2 doit être notifié de façon imminente par la direction générale de l'armement à Dassault Aviation et Thales. Il est évalué à près de 400 millions d'euros. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian pourrait l'annoncer dans les prochains jours.

 

C'est une bonne nouvelle pour la marine et… pour les industriels (Dassault Aviation et Thales), qui vont enfin signer le contrat très attendu portant sur la modernisation de quinze avions de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL 2) sur les 27 exemplaires livrés entre 1989 et 1997. Une opération qui permettra de maintenir cette capacité dans la marine jusqu'à 2032… faute de pouvoir acquérir actuellement un autre avion "sur étagère" plus performant. La cible de 15 avions rénovée sera atteinte post 2019 alors que la marine souhaitait en moderniser 22 exemplaires. Au total, le contrat est évalué à près de 400 millions d'euros à partager à trois : Dassault Aviation, Thales et le service industriel de l'aéronautique (SIAé).

 

Les Atlantique 2 appuient entre autre discrètement la force océanique stratégique française (dissuasion). Selon des sources concordantes, la direction générale de l'armement (DGA) doit rapidement notifier - vraisemblablement dans la première quinzaine du mois d'octobre - le contrat à Dassault Aviation (autour de 200 millions d'euros), le concepteur de l'avion et responsable de sa navigabilité, et Thales (130 millions) comme principal équipementier ainsi que DCNS, en tant que sous-traitant de l'avionneur, et le SIAé. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian pourrait l'annoncer dans les prochains jours.

 

Fourchette financière basse retenue

 

C'est donc la fourchette basse de l'évaluation de la modernisation, qui a été retenue par la DGA. Cette dernière avait estimé cette première phase entre 330 et 700 millions d'euros. La seconde reste encore à déterminer et devra  être engagée à partir de 2016. « Une rénovation de l'ATL 2 était aujourd'hui indispensable, mais présente des difficultés, notamment dans la définition des travaux souhaitables au vu des ressources financières disponibles », expliquait récemment un rapport du ministère de la Défense.

 

La modernisation concerne le traitement des obsolescences et la mise en place d'un nouveau système de mission et de nouveaux équipements. Ce qui permettra à ces appareils de s'adapter à l'évolution de la menace avec la prolifération de sous-marins classiques performants et discrets, mis en opération dans les pays émergents, notamment.

 

Un programme à 12 milliards d'euros sur 40 ans

 

Le retrait du service de l'ATL 2 est prévu à partir de 2032 après plus de 40 ans d'activité au cours desquels les cellules et les moteurs auront été constamment maintenus, tandis que le système de combat faisait l'objet de nombreuses modifications. Le coût annuel du maintien en condition opérationnelle (MCO) de ces appareils est estimé à près de 140 millions d'euros et le coût d'utilisation à près de 30 millions d'euros.

 

Ainsi, pour les quarante ans de vie de ces avions, dont la fabrication a débuté à Toulouse (usine Bréguet), le coût global de possession serait de l'ordre de 12 milliards d'euros (5,6 milliards pour l'acquisition : 5,6 milliards et 6,4 milliards pour l'utilisation). Soit plus de 50 % consacrés à l'entretien, au fonctionnement et au soutien. « Celui-ci est particulièrement élevé, car pour préserver le capital opérationnel irremplaçable représenté par ces avions, de multiples ajouts d'équipements ou améliorations ont été nécessaires », ont expliqué les auteurs de ce rapport.

 

Un coût unitaire en hausse de 35 %

 

Par rapport aux évaluations initiales, le coût unitaire moyen d'un appareil a augmenté de près de 35 %, pour des causes techniques ou technico-opérationnelles et industrielles, souligne le rapport du ministère de la Défense. Le développement (930 millions d'euros), sous-estimé au lancement de l'opération - la définition très rapide avait ensuite nécessité de revenir sur certains choix initiaux  - a grimpé de 55 %, tandis que la production a diminué de près de 20 %, notamment du fait de la réduction de la cible d'appareils.

 

Il faut également ajouter l'ensemble des opérations complémentaires, qui ont, entre autres, permis l'installation de la liaison 11, une liaison de données tactiques autorisant des échanges automatiques de données entre des unités de surface, aériennes ou sous marine (norme Otan) et, enfin, l'adaptation de la torpille MU 90. Leur développement et leur production ont coûté 380 millions d'euros.

 

A quoi sert l'ATL 2 ?

 

L'ATL2 assure son activité principale de combat au profit de la force océanique stratégique (FOS). Ils sont prioritairement destinés à la lutte contre les sous-marins et les navires de surface. Ils servent également pour des missions de surveillance des côtes pour lutter contre les narco-trafiquants, la pêche illicite, les navires pratiquant le déballastage. Faute de pouvoir utiliser des drones de surveillance au Sahel, les Atlantique 2 ont également été déployés pour localiser les otages. Facilement déployables hors du territoire métropolitain, ces appareils disposent d'une grande autonomie de vol à basse altitude et nécessitent une grande cohésion de l'équipage, qui exige une formation et une régénération permanente.

 

C'est un programme ancien, étudié à partir de 1977 et dont l'entrée en service opérationnel a eu lieu en 1991. Il a connu des réductions de cibles successives, passant de 42 à 28, puis 22 appareils. Sa clôture a été prononcée en janvier 1998, soit plus de vingt ans après la phase de définition. La dernière modernisation est prévue à l'horizon 2016.

Dassault Aviation : le contrat de modernisation des Atlantique 2 bientôt notifié

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 22:45
Mali's New President Vows To Better Equip Army After 2012 Mutiny

Sep. 23, 2013 – Defense News (AFP)

 

BAMAKO — Mali’s new president Ibrahim Boubacar Keita vowed Sunday to go to all lengths to better equip the national army, in a bid to prevent a repeat of the 2012 mutiny over the lack of resources to fight rebels in the north.

 

Faced with an intensifying rebellion from Tuaregs and allied Islamists, scores of Malian soldiers mutinied and launched a coup in March last year, angry at the low level of support they were getting from the state.

 

The ensuing chaos in the capital gave the rebels the opportunity to snatch the vast desert north where they imposed a brutal form of sharia law, before military action launched by Paris in January ousted them.

 

Keita, who took office this month, said Sunday that it is an “absolute priority” for him to give the army what it needs to do its work, adding that “nothing would be too much” to meet that pledge.

 

To do so, “sacrifices ... will be made”, he said, adding however that “it is the job of the nation, it is my mission, and I will assume it.”

 

Mali needs a “better equipped army, an army that meets needs, an army that is trained to carry out its missions,” he told public television channel ORTM.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 22:45
Visite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de Koulikoro

23 septembre 2013 eutmmali.eu

 

Lundi 23 septembre, M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense français, s’est rendu au camp d’entraînement de Koulikoro, afin de rencontrer les instructeurs européens d’EUTM Mali et d’assister au stage de formation préliminaire actuellement suivi par les officiers du 3e bataillon malien, dont la formation débutera à compter du 30 septembre prochain.

 

M. Le Drian était notamment accompagné de M. Richard Zink, ambassadeur et chef de la Délégation de l’Union européenne au Mali, du général Dembélé, chef d’état-major général des armées du Mali, du colonel-major Fané, chef d’état-major de l’armée de terre malienne, du colonel-major Bamba, chef d’état-major de l’armée de l’air malienne, et du général  Guibert, commandant la mission européenne d’entraînement au Mali. Après avoir été accueilli par le lieutenant-colonel Traoré, commandant  le centre malien de formation « Boubacar Sada Sy » de Koulikoro, et le colonel Philippe Testart, chef de corps du camp d’entraînement de Koulikoro, le Ministre a assisté à un exposé de présentation des activités de formation menées sur le camp de Koulikoro. Il s’est ensuite rendu sur la zone d’entraînement du camp de Koulikoro, afin d’assister à une séance d’instruction tactique des chefs de section du 3e bataillon malien, dans le cadre du stage de formation préliminaire suivi par les officiers de ce bataillon depuis le 16 septembre dernier.

 

Dans son adresse à l’ensemble des instructeurs européens d’EUTM Mali, le Ministre a souligné l’importance que revêtait à ses yeux cette mission : « Elle est pour la France, pour l’Union européenne et pour le Mali, un motif de grande satisfaction. Pour vous qui en êtes les acteurs, elle est un motif de légitime fierté. Mais cette mission est également un motif d’espoir, et je me tourne ici vers l’avenir, car elle contribue directement au processus de réconciliation et de retour à la paix qui n’ont jamais cessé d’être notre priorité. »

 

Le Ministre a également mis en avant la dimension européenne de cette mission : « Malgré vos différences, je suis heureux de constater que vous formez un ensemble cohérent, qui travaille de manière solidaire dans une perspective commune. (…) Quelle que soit votre nationalité, j’ai pu constater ce matin que la vocation militaire vous rassemble et dépasse de loin tous les particularismes. Pour les européens que nous sommes, c’est un autre motif de grande satisfaction. (…) Les pays européens offrent à travers vous l’un des plus beaux exemples de ce que peut être une Europe de la Défense au service de la paix. »

 

Visit of French Defense Minister in Koulikoro training camp

 

Monday, September 23rd, Mr. Jean-Yves Le Drian, French defense minister, went to Koulikoro training camp to meet European instructors of EUTM Mali and attend the basic training course currently followed by the officers of the 3rd Malian Battalion of Mali, which training will begin on September 30th.

 

Mr. Le Drian was accompanied by Mr. Richard Zink, Ambassador and Head of Delegation of the European Union in Mali, General Dembele, general chief of staff of Malian armed forces, Colonel Major Fane, chief of staff of the Malian army, Colonel Major Bamba, Chief of Staff of the Malian Air Force, and general Guibert, commander of EUTM Mali. After being welcomed by Lieutenant Colonel Traoré, commanding officer of the Malian training center « Boubacar Sada Sy » of Koulikoro , and Colonel Philippe Testart, Koulikoro training camp commander, the Minister attended a presentation of training activities led in  Koulikoro training camp . Then, he went on the training area to attend a tactical training of the 3rd Malian battalion platoon leaders, in the frame of the basic training course followed by the officers of this battalion since September 16th.

 

In his address to all European instructors of EUTM Mali, the Minister stressed the importance of this mission: « This mission is for France, the European Union and Mali, grounds for satisfaction. For you, who are its actors, it is a reason for legitimate pride. But this mission gives grounds for hope, and I now turn towards the future, as it directly contributes to the reconciliation process and to the return to peace, both matters which have always been our priority. »

 

The Minister also highlighted the European dimension of the mission: « Despite your differences, I am happy to notice you form a coherent team, which works united, towards a common prospect. (…) Whatever your nationality, I noticed this morning that the military calling which unites you goes way beyond any particularizing considerations. For us Europeans, it is yet another reason for satisfaction. (…) European countries offer, through you, one the most beautiful examples of what a Europe for Defense and in the service of peace can be.  »

Visite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de KoulikoroVisite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de Koulikoro
Visite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de KoulikoroVisite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de Koulikoro
Visite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de KoulikoroVisite du Ministre de la Défense français au camp d’entraînement de Koulikoro

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 21:06
Le G2S analyse le Livre Blanc

23 septembre 2013 La Saint-Cyrienne

 

Le G2S, groupe de généraux en 2° section ayant exercé des responsabilités et poursuivant à titre bénévole l'étude et la présentation des enjeux de défense, a étudié avec recul le Livre Blanc.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:55
La frégate de surveillance Vendémiaire appareille pour Sydney

23/09/2013 Actu Marine

 

Le Vendémiaire a quitté la base navale de Chaleix à Nouméa pour la Mission 2013.2. Celle-ci le conduira tout d'abord à Brisbane puis à Sydney où il participera aux célébrations des cent ans de la marine australienne et enfin à l'entraînement Triton Centenary.

 

Plus de vingt marines sont attendues à l'occasion de la revue navale australienne: américaine, russe, chinoise, mais aussi tongienne, fidjienne, micronésienne ou encore papoue. Le Vendémiaire devrait continuer sur Port-Moresby en Papouasie-Nouvelle-Guinée, puis au Vanuatu, tout en effectuant deux patrouilles dans la zone économique exclusive (ZEE) de la Nouvelle-Calédonie.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:45
Prise d'otages au Kenya: environ 200 otages libérés par l'armée

MOSCOU, 23 septembre 20:04 - RIA Novosti

 

L'armée kenyane a libéré lundi près de 200 otages retenus par des terroristes depuis samedi dernier dans le centre commercial Westgate à Nairobi, ont annoncé les Forces armées kenyanes sur leur Twitter.

 

65 des 200 otages libérés ont été hospitalisés. Onze militaires blessés pendant l'opération spéciale se trouvent aussi à l'hôpital, selon l'armée.

 

Les forces de l'ordre ont pris le contrôle du centre commercial lundi matin, elles poursuivent la recherche des terroristes à tous les étages du bâtiment. Trois terroristes ont été tués et plusieurs autres blessés pendant l'assaut.

 

Un commando islamiste a attaqué le 21 septembre le centre commercial huppé Westgate, dans le centre de la capitale kényane, prenant en otages tous ses visiteurs. L'attaque a été revendiquée par le mouvement radical d'al-Shebab, proche de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda.

 

Selon le dernier bilan, l'attaque a fait 69 morts, dont des Français, des Canadiens, des Britanniques, des Sud-Coréens et des membres de la famille du président kényan, ainsi qu'environ 200 blessés. Suite à l'assaut, les terroristes ont relâché les otages musulmans.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:40
L'OTSC aidera le Tadjikistan à protéger sa frontière avec l'Afghanistan

SOTCHI, 23 septembre - RIA Novosti

 

Les pays membres de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) remettront gratuitement au Tadjikistan des armements et du matériel destinés à protéger la frontière avec l'Afghanistan, a annoncé lundi à Sotchi le secrétaire général de l'OTSC Nikolaï Bordiouja.

 

"Nous avons l'intention de bien équiper les gardes-frontière tadjiks. Ils sont assez nombreux", a indiqué M.Bordiouja, à la question de savoir si la Russie et d'autres membres de l'OTSC enverraient des soldats à la frontière tadjiko-afghane.

 

"Chaque Etat dressera une liste d'armements ou de matériel qu'il peut remettre à titre gratuit au Tadjikistan", a ajouté M.Bordiouja.

 

L'Organisation du Traité de sécurité collective réunit l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie et le Tadjikistan.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:30
Prise d'otages de Westgate: l'appui des Israéliens aux autorités kényanes

23 septembre 2013 à 17:16 Par RFI

 

Moins de 24 heures après le début de la prise d'otages à l'intérieur du centre commercial Westgate, à Nairobi, on apprenait dimanche qu'entre autres soutiens étrangers, des forces spéciales israéliennes étaient en appui des forces de sécurité, dans l'assaut mené contre les terroristes.

 

→ À LIRE SUR RFI : l'évolution de la situation à Nairobi heure par heure

 

À ce stade, on parle de conseillers israéliens, ce qui n'a rien d'étonnant, car la coopération bilatérale est forte entre le Kenya et Israël. C'est vrai d'un point de vue commercial, et ça l'est aussi en ce qui concerne la Défense.

Pour l'instant, rien ne vient confirmer le déploiement à Nairobi d'éléments de la célèbre Sayéret Matkal, l'unité d'élite des forces spéciales israéliennes, qui avait notamment mené le raid sur Entebbe (Ouganda) en 1976, après la prise d'otages dans un avion d'Air France.

Visiblement, des experts israéliens assistent les forces armées kényanes, mais certainement au niveau de la planification de l'assaut. De là à dire que des soldats israéliens participent directement aux opérations au cœur même du Westgate... rien ne vient le confirmer à l'heure actuelle.

En tout état de cause, depuis 2011, Israël participe à l'équipement et à la formation des unités kényanes déployées au sud de la Somalie.

On rappellera enfin que les intérêts israéliens ont déjà été pris pour cible au Kenya. En 2002, l'attaque contre un hôtel de Monbasa - fréquenté par des touristes israéliens - et la tentative d'attentat au missile sol-air contre un charter israélien.

En 2009, le responsable présumé de cette attaque, le Kényan d'origine yéménite Saleh Ali Saleh Nabhan, avait été éliminé durant un raid étranger dans le sud de la Somalie.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:30
Golan: des insurgés syriens déguisés en casques bleus (diplomate)

Austrian peacekeepers with the UN Disengagement Observer Force (UNDOF) consult a map while on patrol in the Golan Heights. UN Photo Wolfgang Grebien

 

NEW YORK, 23 septembre - RIA Novosti

 

Des insurgés syriens installés sur le plateau du Golan, zone de séparation entre Israël et la Syrie, se déguisent en casques bleus pour tromper les troupes gouvernementales, a annoncé à RIA Novosti une source diplomatique à New York. 

 

"Nous disposons d'informations fiables, confirmées par le commandement de la Force des Nations unies pour l'observation du désengagement entre la Syrie et Israël (FNUOD), selon lesquelles certains éléments armés de l'opposition syrienne sur le Golan portent de l'équipement et des casques identiques à ceux des soldats de l'Onu. L'équipement spécial aurait été volé lors d'une série d'incidents survenus par le passé", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. 

 

Selon la source, cette tactique viserait à tromper les soldats de l'armée syrienne.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:55
Assemblée Nationale : Rapport d'information n° 1388 - Contrôle de l'exécution des crédits de la défense pour les exercices 2011 et 2012

23.09.2013 Assemblée nationale

 

Rapport d'information de MM. François André et Philippe Vitel déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission de la défense nationale et des forces armées.
 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:55
Le premier A400M baptisé à Séville et Orléans le 30 septembre

23.09.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

La cérémonie officielle d'accueil du nouvel avion de transport militaire A400M Atlas au sein de l'armée de l'air française se déroulera le lundi 30 septembre sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy.

 

Un peu plus tôt ce même jour, la cérémonie pour la livraison des premiers A400M se sera déroulée à l'usine d'Airbus Military à Séville. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, fera d'ailleurs le voyage de Séville à Orléans à son bord...

 

L'arrivée de l'avion stratégique et tactique multi-rôles dans les forces aériennes françaises est l'aboutissement de l'un des plus grands programmes de défense en Europe (sept pays partenaires). L'un des plus coûteux aussi avec des surcoûts de plus de 7 milliards, 10 % du coût total...

 

La France a commandé 50 exemplaires (trois en 2013) pour un budget de 8,7 milliards d'euros. Il reste à observer le décalage précis des livraisons dans la prochaine Loi de programmation militaire 2014-2019. L'objectif est de quinze avions livrés en 2019.

 

Le premier A400M Atlas, arrivé réellement sur la base du Loiret en juin, se nommera " Ville d'Orléans " (comme on avait pu le lire ici). La DGA ne l'a réceptionné officiellement que le 1er août, avec trois ans de retard donc... Le programme A400M a connu des retards techniques moteurs. Il touche enfin au but.

 

A l'occasion de cette cérémonie sur la base 123, le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air, et le général Karl Müllner, son homologue de la Luftwaffe, signeront un partenariat franco-allemand de formation A400Mson h

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:55
La Toge et l’Epée: politiques et militaires

septembre 20, 2013 par Stephane Taillat - alliancegeostrategique.org

 

L’objectif des auteurs n’est pas de juger le bien-fondé des nouvelles attributions du ministère de la défense et du chef d’état-major des armées (CEMA) explicitées par un nouveau décret paru au Journal officiel du 13 septembre. Sa publication a suscité l’émoi de la communauté de défense (ici sur Secret Défense, et là : une tribune de l’ancien CEMA Henri Bentégeat) ainsi que des pistes de réflexion (EGEA). Nous comprenons aisément qu’il puisse engendrer des débats, qu’il s’agit de ne pas évacuer, et alimenter un processus d’exaspération ou de peur.

 

Le contexte de réforme (civilianisation, repyramidage, restructurations, etc.) y est propice, et il serait d’ailleurs intéressant d’en éclairer quelques aspects. Mais la question est révélatrice d’autres enjeux plus structurels que conjoncturels que nous nous proposons de présenter brièvement ici. En premier lieu, la question de l’interaction entre sphères politiques et militaires. Et en second lieu, celle de la place de l’institution et de la société militaires dans le processus politique.

 

Recadrant les attributions du ministre de la défense et du chef d’état-major des armées (CEMA), ce texte modifie les dispositions suivantes :

  • concernant le ministre, il indique qu’« Il est responsable de la préparation et, sous réserve des dispositions particulières relatives à la dissuasion, de l’emploi des forces. […] Il fixe l’organisation des armées ainsi que des directions et services du ministère. Il établit la programmation des effectifs, des équipements et des infrastructures ». En outre, il traduit les directives du premier ministre « en ordres et instructions pour les autorités subordonnées ».
  • concernant le CEMA, il est précisé que « le chef d’état-major des armées assiste le ministre dans ses attributions relatives à l’emploi des forces. Il est responsable de l’emploi opérationnel des forces. […] Le chef d’état-major des armées assure le commandement des opérations militaires. Il est le conseiller militaire du Gouvernement ».

 

Sans rentrer dans les détails juridiques des responsabilités de chacun, une interprétation de ce texte est le renforcement du rôle du ministre de la défense et la subordination plus étroite du CEMA à sa personne, notamment dans la chaine de décision relative à l’emploi de la force, chaine qui est un des précieux avantages comparatifs de l’outil de Défense français vis-à-vis de ses alliés. En d’autres termes, les dispositions du décret semblent construire une chaîne décisionnelle politique plus cohérente et éloigner le CEMA du cœur de certaines décisions. Du reste, il s’agit d’une évolution entamée depuis plusieurs années déjà : la précédente version de l’article fixant les attributions du CEMA (en date du 25 novembre 2008, et modifié le 19 juillet 2009) stipulait en effet que celui-ci est « responsable de la préparation et de l’emploi des forces, de la cohérence capacitaire des opérations d’armement et des relations internationales militaires ». Simultanément à la traduction dans les textes de la montée en puissance des responsabilités du ministre et de ses grands adjoints civils dans les faits, on constate donc une relativisation de celles du CEMA par effet miroir.

 

Retour sur le primat du politique :

 

« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens ». La formule clausewitzienne ne suggère pas seulement que la force armée puisse être un instrument de la raison politique, elle rappelle également que la guerre est traversée de dynamiques politiques, qu’elle en reflète les aspects les plus saillants, aussi bien entre les entités en conflit qu’en leur sein. Bien plus, la remarque de Clausewitz contient un aspect normatif : la sphère politique doit s’efforcer de contenir l’utilisation de la force afin qu’elle accomplisse les buts de guerre.

 

Le primat du politique découle donc à la fois de la nature de la guerre et de la soumission ultime de celle-ci aux fins politiques. Ce point est important car il suggère à la fois l’autonomie propre à la sphère militaire et le fait que la définition des buts politiques lui échappe.

 

On peut donc, en théorie, parler de deux sphères dont le dialogue est au cœur du processus de définition de la stratégie. Distinctes mais pas séparées, elles ne recouvrent pas tout à fait la distinction de statuts entre personnels civils et militaires. La sphère politique est celle où s’exerce la compétence politique (à qui reconnait-on la légitimité de prendre les décisions ?) tandis que la sphère militaire est caractérisée par l’expertise technique. Notons d’emblée que des militaires peuvent appartenir à la première sphère et que certains civils sont tout à fait légitimes à intervenir au sein de la seconde. Leur autonomie respective est toutefois théorique : il peut arriver qu’une décision politique découle d’une appréciation guidée par des considérations techniques. A l’inverse, la sphère politique peut s’ingérer dans la sphère militaire, que ce soit avec les programmes d’acquisition d’armement ou dans certains choix tactiques.

 

Plusieurs risques bien contemporains découlent de l’interpénétration indue dans la pratique de ces deux domaines. Les plus notables sont l’inversion des fins et des moyens d’une part, la micro-gestion d’autre part. Le premier cas intervient lorsque l’on considère qu’un ensemble de techniques ou de tactiques apporte une solution aux problèmes stratégiques sans considération des fins politiques. On le note par exemple dans les discours estimant que le succès d’une guerre de contre-insurrection dépend uniquement de la capacité d’une armée à adopter les « bonnes pratiques » sans tenir compte du contexte et de la dialectique propre à la guerre. Cette substitution du niveau tactique au niveau stratégique découle soit de la pression des militaires pour faire adopter leur stratégie, soit de l’absence de but clairement défini par le pouvoir politique. Le second cas s’observe lorsque le niveau politique, aidé en cela en partie par un ensemble de nouvelles technologies de communications, intervient directement pour dicter les orientations tactiques des techniciens sur la base d’une estimation généralement erronée de ce que peut ou non produire la force militaire.

 

Activité militaire et activité politique :

 

Toutefois, le problème posé par cette relation dialectique renvoie à la question de ce qui sépare, ou rapproche, l’activité militaire de l’activité politique. En d’autres termes, est-il justifié de s’en tenir à une approche qui opposerait systématiquement le technicien militaire au décideur civil ? Cette question a largement été débattue et analysée par les sociologues pour le cas américain et on trouvera une synthèse profitable dans les pages 72 à 97 du dernier ouvrage de Jean Joana ainsi que dans cet article  du même auteur.

 

Pour résumer, ce programme de recherche montre que le processus de professionnalisation des militaires – c’est-à-dire la création d’un corps d’officiers permanents et de procédures administrant leur recrutement, leurs carrières et leurs activités – ne conduit pas nécessairement à leur neutralité politique. Bien plus, elle leur donne des ressources matérielles, politiques et symboliques à exploiter leur permettant – et parfois les incitant – à promouvoir leurs opinions dans ce domaine. Il démontre également qu’on ne peut postuler une homogénéité de valeurs ou d’options stratégiques au sein de l’institution militaire, conclusion frappante dès lors que les observateurs se penchent avec acuité sur la diversité sociologique de cette institution. Enfin, il illustre dans certains cas le glissement de la défense de l’expertise militaire vers des logiques corporatistes.

 

Historiquement en effet, la concentration de l’activité guerrière au sein d’un segment de la société (cette spécialisation pouvant être caractérisée comme la « militarisation de la guerre ») pose le problème de la loyauté de ses membres. Le contrôle s’impose afin de garantir que l’autonomie de la sphère militaire ne débouchera pas sur l’indépendance de l’institution militaire voire sur la politisation ou l’intervention des militaires en politique. Or, ce contrôle a un coût. Menées principalement dans le cadre des forces armées américaines, ces recherches doivent être adaptées au cas français. La difficulté consiste donc à dénouer les tensions et possibles incompréhensions nées au début des années 1960 en France et accentuées par la perte progressive de culture politique au sein de la société militaire. Il n’en est pas de même aux Etats-Unis où les officiers masquent derrière leur apolitisme affiché une conception totalement différente de leur subordination aux décideurs. Interprétée de manière plus large qu’en France, celle-ci considère que la loyauté de l’institution (notamment à travers le rôle de conseil) s’adresse autant au pouvoir législatif  ou à l’opinion publique  qu’à la branche exécutive. D’où une plus grande aisance dans la prise de parole des militaires et l’expression de dissensions. Selon le politologue Peter Feaver – ancien membre du conseil national de sécurité de George W. Bush – les militaires tendraient à s’impliquer davantage dans les débats politiques. Baptisé « McMasterisme »  d’après la thèse du général Henry McMaster – selon qui l’enlisement au Vietnam serait dû à la trop grande réticence des chefs d’état major à s’opposer aux décisions de McNamara et de Johnson – ce phénomène renverrait à une attitude plus agressive et plus autonome des officiers quant à l’expression de leurs désaccords avec les décisions politiques (récemment encore sur la gestion de la crise syrienne par Obama ).

 

Nous comprenons qu’en France, où le contrôle politique étroit du corps des officiers s’est accompagné d’une interprétation très restrictive du devoir de réserve par les militaires eux-mêmes, il est plus malaisé de contester les décisions du pouvoir. En retour, sous la pression du contexte ou en fonction de la perception de l’environnement stratégique, ce dernier peut être tenté de resserrer son emprise sur l’institution et la sphère militaire.

 

Ainsi, la question de l’autonomie et de la spécificité de l’activité militaire  ne saurait se résumer à ma mise en œuvre du combat ni conduire à assimiler totalement haute fonction publique civile et hautes fonctions militaires.

 

La charnière politico-militaire :

Au fond, les rapports entre les deux sphères d’une part, entre activité politique et activité militaire d’autre part renvoient à un équilibre fragile. Celui qui prévaut entre la nécessité de contrôler l’utilisation de la force armée et la juste confiance donnée aux avis des spécialistes de cette dernière. Ce déséquilibre a probablement été accentué du fait de trois évolutions. En premier lieu, la fin de la conscription a produit un décalage susceptible d’influer sur les perceptions des militaires concernant les orientations des politiques de défense et la légitimité prêtée aux décideurs civils dans ce domaine (méconnaissances réelles ou construites). En second lieu, la disparition de menaces clairement identifiées a davantage souligné les dissensions quant à la perception du contexte stratégique. Certes, celles-ci s’expriment bien moins en France qu’aux Etats-Unis mais elles pourraient devenir un des coûts politiques découlant du contrôle des militaires. Enfin, la tendance du corps des officiers à vouloir se dégager des contingences politiques a créé un vide dans leurs relations avec les décideurs, notamment en entravant leurs capacités à se constituer en groupe de pression ou d’intérêts dont la présence serait admise sur la scène stratégique.

 

Ainsi, la question de la confiance et de la connaissance mutuelles est-elle cruciale. Si il est légitime que les décideurs politiques puissent interroger les logiques et le bien fondé des conseils émanant de la sphère militaire, on doit pouvoir supposer en retour une capacité des militaires à se faire entendre et à se faire comprendre. On le voit, le problème dépasse largement les considérations politiciennes, les rivalités bureaucratiques ou la question du contrôle des militaires en démocratie. Il présuppose donc un accès direct au plus haut niveau entre les autorités compétentes qui va au-delà d’un simple état-major particulier, nécessaire mais non suffisant. Il nécessite également de la part des décideurs politiques une connaissance approfondie des affaires stratégiques mais également des logiques profondes qui sous-tendent l’institution ET la société militaires.

 

Ce fait a très bien été étudié dans le domaine de l’économie industrielle à travers les différents dilemmes liés à la délégation de responsabilités par un principal à son agent. Une étude récente de Jacob Shapiro – politologue à Princeton – portant sur les organisations terroristes en illustre les ressorts, d’une manière qui peut servir d’analogie avec le contrôle démocratique de la sphère militaire. . Ces dilemmes s’expliquent par la cause même de la délégation : le fait que le principal ne maîtrise ni toutes les compétences, ni toutes les informations dont dispose son agent. De ce fait, le donneur d’ordre n’est jamais assuré de l’efficience de ses actions. Il peut également se faire que le résultat de l’action dépende d’un paramètre connu de l’agent mais pas du principal. Dans le cas d’organisations gérant la violence, on conçoit que s’ajoute le risque de la déloyauté, ou tout du moins la crainte liée à l’exagération de ce risque par le pouvoir politique. Dit autrement, le principal est confronté à un compromis sans cesse remis en cause entre la nécessité d’exercer un contrôle plus étroit sur son agent et celle de lui déléguer une partie sans cesse plus importante de ses responsabilités. Ce compromis a un coût et, dans le cas des organisations en charge de l’exécution du monopole de la violence légitime, peut s’avérer dangereux. Si on ne peut craindre en effet un coup d’état ou un interventionnisme excessif des militaires en politique, il y a tout de lieu de s’interroger sérieusement sur les conséquences d’un contrôle trop strict en termes d’efficacité ou de capacités.

 

On le voit, le mieux est souvent l’ennemi du bien. Si aucune solution simpliste ou universelle n’existe à ce problème du lien entre le pouvoir politique et la sphère militaire, c’est en raison de la nature même du lien qui les unit et de la spécialisation de l’activité guerrière. Là comme dans le reste de la vie sociale, c’est bien dans la confiance qu’est forgée une saine relation politico-militaire, et dans ce domaine les impressions comptent autant que la cause et l’action, et elles sont souvent réactualisées à chaque changement de personnalités.

 

Stéphane Taillat / En Vérité

Florent de Saint Victor / Mars Attaque

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:50
France et Espagne pour une Europe de la Défense forte et maritime

23.09.2013 Fondation Robert Schuman

 

Le 16 septembre 2013, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a accueilli à Brest son homologue espagnol, Pedro Morenés Eulate pour un Conseil franco-espagnol de défense et de sécurité. A l'issue de la réunion, ils ont signé une déclaration dans laquelle ils ont mis en avant leur conviction commune sur une Europe de la défense forte, et ont réaffirmé les relations d'amitié de longue date qu'entretiennent l'Espagne et la France en matière de défense et de sécurité. Ils ont également souligné leur volonté de soutenir "la mise en place d'une Stratégie de sûreté maritime de l'Union européenne (SSMUE)" dès 2014. Dans ce cadre-là, ils demandent la mise en place de programmes communs, à l'exemple de l'opération Atalante de lutte contre la piraterie en Somalie, et l'établissement de feuilles de route permettant de réagir très vite à tout risque d'instabilité...

 

Lire la suite

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories