Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:45
Objectif Kidal pour l'armée malienne. Tout pour déplaire au MNLA et au MIA

08.05.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Pick-up et blindés bientôt en route pour Kidal? L'armée malienne semble décidée à réinstaurer la souveraineté de Bamako dans la ville du sud des Ifoghas. Officiellement, il s'agit de permettre au nouveau gouverneur de prendre ses fonctions. Il s'agit du colonel Adama Kamissoko, nommé gouverneur de la région de Kidal le 2 mai en conseil des ministres.

 

Mais ni le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), une dissidence du groupe Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali, ni le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA) ne sont prêts à accepter l'arrivée d'un gouverneur et surtout pas de troupes gouvernementales.

 

Les FAMA (forces armées maliennes) peuvent-elles compter sur la Misma? Non, si l'on en croit le président Alpha Condé (Guinée). "La Misma n’est pas mandatée pour aller désarmer le MNLA", a également précisé le porte-parole de la force africaine.

 

Sur le Tchad? Les forces tchadiennes ont quitté Kidal pour se repositionner à Tessalit.

 

Et sur la France? Jean-Yves Le Drian a déclaré, lors de son dernier passage au Mali qu'il ne pouvait "pas y avoir deux armées maliennes". Rien ne laisse toutefois penser que les forces françaises pourraient être engagées dans une opération de rétablissement de l'ordre républicain. A Kidal, il ne reste plus d'ailleurs qu'un petit contingent du GTIA2 (et parfois des éléments du dispositif Sabre).

 

Quant au tout nouveau Haut conseil de l’Azawad (HCA) qui vient de voir le jour à Kidal, il se veut catégorique sur trois points: pas question de revendiquer l’indépendance d’une partie du Mali, pas question de prendre ou de reprendre les armes, et enfin pas question de faire une alliance avec les islamistes. Des prises de position qui ne vont guère dans le sens du MIA et du MNLA.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:45
Tunisia links two wanted jihadist groups to Al-Qaeda

May 07, 2013 Spacewar.com (AFP)

 

Tunis - Tunisian authorities on Tuesday recognised that two jihadist groups which the army has been hunting on the Algerian border have links to Al-Qaeda, stressing their determination to take them out.

 

"There are two groups, one in the Kef region with around 15 people and the other in Mount Chaambi with around 20 people," interior ministry spokesman Mohamed Ali Aroui told reporters, referring to the groups being pursued by the army since last week.

 

"There is a connection between the two groups, and the one in the Chaambi region has ties with the Okba Ibn Nafaa brigade, which is linked to Al-Qaeda."

 

"We will respond militarily to anyone who takes up arms against the state," Aroui added.

 

Since the revolution in January 2011 that ousted Zine El Abidine Ben Ali, Tunisia has seen a sharp rise in the activity of radical Islamist groups that were suppressed under the former dictator.

 

Those groups have been blamed for a wave of violence, notably an attack on the US embassy last September and the assassination of a leftist opposition leader in February, cases which the ruling Islamist party Ennahda has sought to portray as isolated incidents.

 

The jihadists hiding out in the remote Mount Chaambi region are blamed for an attack on a border post in December that killed a member of the national guard.

 

The army says there have been no direct clashes with the group, but homemade explosive devices they have place in the area have so far wounded 16 members of the security forces involved in the hunt, five of who lost legs.

 

Explosives, coded documents, maps and mobile phones were discovered at a camp used by the group, and the army troops has been using mortar fire to try to demine the area.

 

Aroui said the Chaambi fighters were from "neighbouring countries," notably Algeria, while army sources on the ground have said some were veteran Islamist militants who fought in northern Mali.

 

"They wanted to make Chaambi their base, but we have dismantled it and they no longer have a refuge," said army spokesman Mokhtar Ben Nasr, adding that a search for the second group was launched on Tuesday in Kef, some 100 kilometres (60 miles) to the north.

 

"An extensive search is underway in the Kef and Jendouba mountains," also close to the Algerian border, Ben Nasr said, without elaborating.

 

Tunisia and Algeria share a long, porous border which is often used by smugglers, and the army spokesman said the two countries were cooperating in the hunt for the jihadists.

 

Tunisia's President Moncef Marzouki went to meet the troops involved in the search operations on Tuesday, according to his office.

 

"We are currently experiencing a crisis that requires a national effort," Marzouki's spokesman Adnene Manser told reporters.

 

"We need to have confidence in our army and give it strong support in combating this threat," he said.

 

Tunisia's opposition has strongly criticised the government for failing to catch the jihadists, accusing it of recognising the threat they pose too late, despite the problems they have caused, and condemning the poorly-equipped state of the armed forces.

 

In December, the authorities announced the arrest of 16 militants belonging to the Okba Ibn Nafaa brigade, described as a cell of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM ), in Tunisia's Kasserine region, where Mount Chaambi is located.

 

But they had not until now confirmed a link between those arrested and the "terrorist group" holed up in the Chaambi region that the security forces have been tracking since the deadly December attack on the border post.

 

The government has in recent months warned of jihadists linked to AQIM infiltrating Tunisia's borders and undermining its stability, especially since their occupation of northern Mali last year.

 

Bolstering those concerns, a leader of Al-Qaeda's north Africa affiliate urged Muslims worldwide to attack French interests in retaliation for France's military intervention in Mali, in a video recorded last month and posted online. There are an estimated 30,000 French citizens living in Tunisia.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:45
RDC: attaque contre un convoi de la Monusco, un Casque bleu tué

08 mai 2013 Romandie.com (AFP)

 

NEW YORK (Nations unies) - Un Casque bleu pakistanais a été tué mardi dans une attaque contre un convoi de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), a annoncé l'ONU.

 

L'attaque a été menée par des éléments armés non-identifiés dans le sud-Kivu (est de la RDC), a indiqué sans autres précisions le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné dans les termes les plus forts cette attaque et a rappelé que les attaques contre les casques bleus constituent un crime de guerre passible de poursuites devant la Cour pénale internationale.

 

M. Ban demande au gouvernement de la RDC de de traduire les auteurs de ce crime en justice, a ajouté M. Nesirky.

 

La Monusco a immédiatement ouvert une enquête sur cette attaque.

 

L'ONU doit renforcer la Monusco en déployant d'ici quelques semaines une brigade d'intervention de 3.000 sud-africains, tanzaniens et malawites pour combattre les groupes armés de l'Est congolais, dont le mouvement rebelle M23.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:45
Col di Sarra remet le diplôme au 3ème.

Col di Sarra remet le diplôme au 3ème.

29 avril 2013 EUTM Mali

 

Après 6 semaines d’un stage de renseignement tactique du niveau bataillon, 35 personnels de la Garde Nationale Malienne (GNM) ont reçu, le vendredi 26 avril 2013, leurs diplômes de fin de stage lors de la cérémonie de clôture présidée par le colonel-major Fane, Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre en présence du Colonel di Sarra, adjoint du commandant de la mission EUTM Mali.

Diplômes de renseignement pour la Garde Nationale Malienne

Force armée relevant du ministère de la Défense, mais détachée auprès du ministère de la Sécurité intérieure et de la protection civile, la GNM est actuellement le seul corps des Forces Armées Maliennes (FAMa) déployé sur la presque totalité du territoire national. Elle assure des missions de sécurité publique et de défense opérationnelle du territoire.

 

Ce sont trois cadres de l’équipe audit-conseil d’EUTM, qui ont organisé et encadré ce stage. Volontairement très concrète, la formation s’est attachée à canaliser, structurer et valoriser des habitudes de travail liées aux traditions locales et aux diverses formations déjà suivies. Après deux premières semaines consacrées aux savoir-faire individuels, les trois suivantes ont mis l’accent sur l’organisation du travail et la conduite du cycle du renseignement. Les stagiaires ont terminés leur formation par cinq jours de contrôle continu.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:40
Armée russe: Moscou rétablit les divisions

MOSCOU, 7 mai - RIA Novosti

 

La Russie continue le rétablissement du système de divisions aboli dans le cadre de la réforme militaire lancée par l'ancien ministre de la Défense Anatoli Serdioukov, a annoncé mardi un porte-parole du ministère russe de la Défense.

 

"Plusieurs unités et groupements du district militaire de l'Ouest formeront prochainement des divisions", a indiqué le porte-parole.

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déjà rétabli la division d'infanterie motorisée de la garde de Taman et la division blindée Kantemirov transformées en brigades en 2009. Ces deux divisions réunissent des unités cantonnées dans la région de Moscou.

 

En 2009, la Russie a lancé la réforme militaire la plus radicale de toute la période postsoviétique qui prévoyait notamment la réduction de moitié des états-majors et l'abolition de la structure par armées, divisions et régiments héritée de l'époque soviétique.

Nikolay II in Uniform of Preobrazhensky Guard Regiment.

Nikolay II in Uniform of Preobrazhensky Guard Regiment.

A présent, la Russie souhaite faire renaître les plus célèbres unités militaires de son histoire, selon le porte-parole. Le 154e régiment autonome et la 130e brigade d'infanterie motorisée autonome ont récemment reçu les noms glorieux des régiments Preobrajenski et Semenovski sur décision du président russe Vladimir Poutine. Créés au XVIIe siècle par l'empereur Pierre le Grand, les régiments Preobrajenski et Semenovski ont été les plus anciens régiments d'infanterie de la Garde impériale russe.

 

L'armée de la Russie post-soviétique célèbre mardi son 21e anniversaire. "Le 7 mai 1992, le premier président russe a signé le Décret sur la création des Forces armées de la Fédération de Russie", a rappelé le porte-parole.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:35
IAF to upgrade vintage Avro aircraft

May 8, 2013 SOURCE: TRIBUNE INDIA

 

One of the oldest warhorses of the Indian Air Force, the Avro transport aircraft will soon get a fresh lease of life, enabling it to soldier on for at least another decade or so.

 

IAF sources said the upgradation suite envisioned for the Avro includes incorporating a radar, installing an auto-pilot system and a new communication system, besides better avionics. Studies have shown that the aircraft still retains some residual technical life and their life extension is feasible.

 

Though the initial batches of Avro aircraft, also known as HS-748, were initially procured from the United Kingdom and later these were licence-produced by Hindustan Aeronautics Limited, the upgrade will be undertaken by a private vendor, sources said. The MiG 21 is the only aircraft in IAF inventory that matches Avro in vintage.

 

The move to upgrade these vintage aircraft comes in the backdrop of major acquisitions hanging fire. While the contract for VVIP helicopters from Italy has run into rough weather, the procurement of the 126 medium multi-role combat aircraft is still a long way from finalisation. The process to procure light utility helicopters remains grounded.

 

The IAF also plans to replace the existing Avro fleet and is seeking 56 transport aircraft in this category at an estimated price of $ three billion. The proposed aircraft would have a payload capacity of 6-8 tonnes.

 

The IAF began inducting Avro twin-engine turboprop aircraft in 1964. With 64 aircraft, this fleet formed the backbone of the IAF’s airlift capability till AN-12 and AN-32 were procured. At present about 30-odd aircraft still remain in service, mostly relegated to training and communication roles.

 

Avros also formed part of the IAF’s Communication Squadron designated for VVIP transport till this role was taken over the Brazilian Embrarer-135 executive jets in 2005.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:35
Flight Tests Set This Year for Australia-Developed Wing Kit for JDAM-ER

May. 7, 2013 By NIGEL PITTAWAY  - Defense news

 

MELBOURNE, AUSTRALIA — While Australia uses a variety of air-launched precision weapons it has not developed any such weapons beyond a wing kit for the GBU-38 Joint Direct Attack Munitions (JDAM), which are used on its F/A-18A/B Hornet and F/A-18F Super Hornet strike fighters.

 

The wing kit is manufactured in Australia and marketed by Boeing.

 

The wing kit was originally developed by Australia’s Defence Science and Technology Organisation (DSTO) in 2006 under a government-funded capability and technology demonstrator program known as Kerkanya, an Aboriginal word for kestrel hawk.

 

Boeing Australia was selected to manufacture and market the product, now called the JDAM-ER, and the Royal Australian Air Force became the first customer in 2011.

 

On March 13, Boeing announced it had selected Ferra Engineering of Brisbane to manufacture the kits on its behalf.

 

“The first wing kits will be used for JDAM-ER flight tests scheduled to be conducted later this year,” said Mike Kelly, minister for defense materiel. “Initial production orders are expected to be completed by 2015 and this program provides potential for further worldwide sales and exports.”

 

JDAM-ER utilizes a strap-on wing kit that pops-out after separation, significantly increasing stand-off range. During trials with two weapons in 2006, both struck within 1.5 meters of their intended target after a 40-kilometer-plus glide.

 

Australia is also the only country in Asia-Pacific other than the United States to use both the Lockheed Martin AGM-158A Joint Air to Surface Strike Missile (JASSM) and Raytheon AGM-154C Joint Stand Off Weapon (JSOW).

 

JASSM was acquired to provide the F/A-18A/B Hornet force with a precision stand-off strike capability between the retirement of the F-111C/AGM-142 combination in December 2010 and introduction of the F-35A, now due later in the decade.

 

Australia also became the first US Ally to operationally test the AGM-154C JSOW, with the successful launch of missile from an RAAF F/A-18F Super Hornet in December 2010. JSOW was acquired with the purchase of the 24 Super Hornets, again as a bridging capability between F-111C retirement and F-35A introduction, as it is a US Navy-standard weapon.

 

The upgraded AGM-154C-1is also being purchased for Australia’s Super Hornets, with final deliveries expected in 2014.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:35
Heavy logistic movement gave away Indian army's positions in Chumar to China: sources

08 May 2013 indiatvnews.com

 

New Delhi, May 8: Movement of heavy logistics, including surveillance equipment, by the army may have given away the location of its positions in Chumar in Ladakh region to the Chinese troops which started raising protests on it.

 

These positions are located at key heights at a place called Zhipugi Arla in Chumar area and from there, the Army troops were able to look deep inside the Chinese  erritory including some of its important road links, government sources said.

 

After the location of the position was compromised, the Chinese side started demanding that they be dismantled as they were built in violation of an understanding between the two sides against construction in disputed areas, they said.

 

The sources said following Chinese protest, the Indian side has only "taken-off" a "tin-shed" construction done in Chumar on April 18.

 

During the flag meetings between the two sides on the issue, the Chinese side was adamant that India dismantle its positions in Chumar before it could consider withdrawing from the Depsang Valley in Daulat Beg Oldi sector where they had pitched their tents since April 15.

 

The two sides held more than five flag meetings on the issue and agreed on Sunday evening to withdraw their troops to the pre-April 15 positions.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:30
Une heure suffira aux USA pour détruire l'aviation syrienne (expert)

 

 

WASHINGTON, 8 mai - RIA Novosti

 

Une heure suffira aux Etats-Unis pour détruire l'ensemble de l'armée de l'air syrienne, estime l'analyste de l'Institut américain des études sur la guerre (ISW) Christopher Harmer cité par la revue Foreign Policy.

 

"L'instauration d'une zone d'exclusion aérienne classique (en Syrie, ndlr) serait longue et onéreuse. Cependant, on pourrait couper les ailes aux forces aériennes syriennes en dépêchant des croiseurs et des destroyers depuis Norfolk, en Méditerranée orientale, et en tirant 250 missiles de croisière Tomahawk. La fin de l'aviation syrienne arrivera dans moins d'une heure", a indiqué l'expert.

 

Selon M.Harmer, les cibles d'une telle attaque seraient, outre les avions, les pistes de décollage, les radars et les réservoirs de carburant.

 

"Sans pénétrer dans l'espace aérien syrien, nous créerons de facto une zone d'exclusion aérienne par voie de destruction des forces aériennes du pays", a déclaré l'analyste.

 

Le coût d'un Tomahawk est estimé à 1,4 million de dollars. Ainsi, le coût total des missiles nécessaires pour une telle opération s'élèvera à 350 millions de dollars au total, indique M.Harmer.

 

"C'est sans compter le coût d'exploitation des navires et des actions de milliers de militaires (…). Or, ce n'est pas si grave par rapport aux dépenses destinées à d'autres opérations américaines. Il convient de rappeler que la présence militaire en Afghanistan coûte au Pentagone 10 milliards de dollars par mois", explique-t-il.

 

Toujours d'après lui, la Syrie dispose de moins de 100 avions de combat, dont la plupart sont en service depuis 30 ans au moins.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:55
photo Armee de l Air

photo Armee de l Air

07/05/2013 Par Alain Dulucq - SudOuest

 

L’escadron sol-air 12.950 Tursan de la base aérienne 118, ayant pour ville marraine Geaune, sera présenté au public demain avec tout le matériel dont il dispose pour effectuer ses missions de défense.

 

C’est donc sous le regard de la Tour des Augustins que le Mamba (Moyen anti-missiles balistiques) trouvera son site en ce 8 mai, à proximité de la salle des fêtes et des arènes, de 12 h 30 à 16 heures, après les cérémonies officielles de la matinée. Les concitoyens de Geaune et du Tursan pourront juger des efforts engagés dans des forces nouvelles pour garantir la liberté et la sécurité nationales.

 

Lanceurs sur camion

 

Attachée à la défense des points fixes tels que les infrastructures stratégiquement sensibles, la défense sol-air assure désormais la protection de zone de défense des forces projetées. Elle interviendra donc au profit d’une autre armée, sous commandement tactique du chef des opérations aériennes. La menace a évolué mais le but reste de frapper l’adversaire avant qu’il ne délivre son armement : il a donc fallu donner de l’allonge aux radars et aux munitions. Le Mamba (lanceur de missiles montés sur camion) répond à cette double attente.

 

Développé par le consortium franco-italien Eurosam, le Mamba permet de protéger une zone contre toute attaque aérienne, missiles balistiques tactiques compris. Le système est capable de détecter une cible dans un rayon de 3 à 80 kilomètres, voire 120 kilomètres s’il bénéficie d’informations délivrées par un Awacs via les liaisons de données tactiques. Il repose sur le missile Aster 30, dont la portée théorique est de 100 kilomètres pour une vitesse de mach 4,5, qu’il atteint 3 secondes et demie après avoir été lancé. Ce projectile détruit sa cible en explosant à proximité.

 

L’EDSA 12.950 a pour nom de baptême Tursan. Un nom qui évoque le terroir du Sud-Ouest. Et si les 50 ans de l’appellation du Tursan ont été fêtés en 2008, l’EDSA 12.950, avec plus de trente ans d’existence, reste une unité de combat jeune qu’il convient de faire vieillir pour en tirer toute la puissance et la dynamique que son nom lui confère.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:55
30e anniversaire du 4e Régiment de Chasseurs à Gap

Le 4e Régiment de chasseurs fête ses 30 ans de présence dans la ville de Gap.


En partenariat avec le ville de Gap, de nombreuses activités seront organisées pour replonger dans l'histoire du régiment et redécouvrir sa ville.


Au travers d'ateliers et d'activités familiales, laissez-vous transporter dans le temps, découvrez les missions de nos militaires.


La ville de Gap vous ouvre ses portes !

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:45
source lfpb-didairbus.blogspot.be

source lfpb-didairbus.blogspot.be

07-05-2013 Source : Gaboneco.com

 

Un accord d’assistance technique a récemment été signé entre les forces armées américaines et gabonaises. A l’initiative du Ministre de la Défense Nationale, Rufin Pacome Ondzounga et de l’ambassadeur des Etats-Unis au Gabon, Eric D. Benjaminson, cet accord a pour but de créer un climat de coopération entre les deux armées et de faire bénéficier le Gabon de l’expertise américaine.

 

Dans le cadre de l’impulsion d’une coopération militaire dynamique et productive entre les deux pays, le Ministre gabonais de la Défense, Rufin Pacome Ondzounga et l’ambassadeur des Etats-Unis au Gabon, Eric D. Benjaminson auraient récemment signé un accord militaire d’assistance technique.

 

Portant essentiellement sur la formation des techniciens de maintenance, cet accord permettra aux militaires gabonais de bénéficier de l’expertise américaine, notamment dans l’entretien des aéronefs de type C 130 de l’armée de l’air du Gabon.

 

Il contribuera également à rendre l’armée gabonaise moins dépendante de l’assistance extérieure en matière de maintenance de sa flotte aérienne, réduisant ainsi les coûts de celle-ci.

 

La concrétisation de cet accord sera certainement manœuvrée par le remplaçant d’Eric D. Benjaminson qui lui, quitte le Gabon dans quelques jours après 3 années passées dans le pays.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:35
Afghanistan : remise de décorations au contingent géorgien

07/05/2013 Sources : EMA

 

Le 6 mai 2013, lors d’une cérémonie sur le camp de Warehouse, les éléments français en Afghanistan ont officiellement remercié les militaires géorgiens avec qui ils assurent la sécurité du camp depuis 2009.

 

Au cours de cette cérémonie présidée par le général Adam, commandant les éléments français en Afghanistan, la médaille de bronze de la Défense nationale a été décernée à 8 officiers, sous-officiers et militaires du rang géorgiens, en remerciement de l’excellence des services rendus et de leur professionnalisme.

Afghanistan : remise de décorations au contingent géorgien

Depuis 2009, les militaires français et géorgiens se sont relayés pour assurer la protection et la garde du camp de Warehouse. Régulièrement, ils se sont entraînés côte à côte et ont effectué des séances de tirs communes.  Aux côtés de 50 militaires géorgiens, la compagnie protection est actuellement armée par le 1er régiment de Tirailleur (1er RT) d’Epinal.

 

Le général ADAM, lors de son discours, a tenu à rappeler ce lien : « Je me fais aujourd’hui le porte-parole de la France pour vous signifier toute sa reconnaissance pour les frères d’armes que vous êtes devenus pour elle. Cet honneur, vous le méritez pleinement  et vous pouvez être fier des missions que vous avez accomplies dans nos rangs. Nous espérons que vous garderez un peu de notre pays dans votre cœur au moment ou vous rentrerez dans vos foyers. Soyez assurés que nous conserverons tous la plus belle des images de la Géorgie et de son armée dont vous avez été les meilleurs ambassadeurs. »

 

Le capitaine Malkaz, commandant le contingent géorgien a remercié à son tour la France pour son accueil et émis le souhait de retravailler avec les militaires français. Depuis le 13 février 2013, ce contingent a effectué près de 30 missions, dans le but de sécuriser l’accès unique de Warehouse, sécuriser l’extérieur du camp à partir de tours d’observation et en effectuant des patrouilles à pied et en véhicules blindés.

 

Le dernier contingent géorgien sous commandement français quittera prochainement le camp de Warehouse.

Afghanistan : remise de décorations au contingent géorgien

La coopération opérationnelle mise en œuvre en Afghanistan a été favorisée par les mesures de coopération bilatérale engagées, et par ailleurs, à travers la formation, notamment dans le domaine de l’infanterie, et par la participation des forces géorgiennes aux cycles de mise en condition avant projection réalisés en France.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:35
Pacifique : la coopération multilatérale au cœur du South Pacific Defence Ministers’ Meeting

07/05/2013 Sources : EMA

 

Les 1eret 2 mai 2013, le général de brigade Jean-François Parlanti, commandant supérieur des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), et le colonel Jean-François Schoonmann, chef d’état-major interarmées des forces armées de Polynésie française (FAPF) accompagnaient l’ambassadeur Gilles Montagnier au royaume des Tonga pour représenter le ministre de la Défense et le chef d’état-major des Armées à l’occasion de la première réunion des ministres de la Défense du Pacifique Sud (South Pacific Defence Ministers’ Meeting– SPDMM).

 

Les pays disposant d’une présence militaire dans le Pacifique Sud se sont réunis, pour la première fois, dans un format rassemblant leurs ministres de la Défense et leurs chefs d’état-major d’armées, ou leurs représentants. Australie, Nouvelle-Zélande, Papouasie Nouvelle-Guinée, Tonga, France et Chili ont ainsi fait le point sur la coopération militaire et de sécurité dans le Pacifique et engagé une réflexion prospective. La rencontre a débuté par des discussions bilatérales avant l’ouverture d’un dialogue multilatéral le deuxième jour qui a été initié par une réunion des chefs d’états-majors suivi d’une séance plénière.

 

Cette première rencontre ministérielle matérialise, au niveau politico-militaire, l’existence d’une communauté de défense et de sécurité du Pacifique Sud. Engagées de longue date dans des opérations relevant de la sécurité des espaces maritimes, de l’assistance humanitaire et du secours aux populations victimes de catastrophes naturelles, les FANC et les FAPF interviennent régulièrement en coordination étroite avec les autorités civiles et les organisations compétentes de la région ainsi qu’avec les forces armées des pays partenaires. L’objectif de cette rencontre visait à approfondir la coopération dans certains domaines spécifiques comme l’échange d’informations, l’interopérabilité ou encore la planification des activités conjointes (opérations, exercices et entraînements). Il s’agit de rendre l’action des pays partenaires la plus efficiente possible dans chacun de ces domaines.

 

La France est le seul pays d’Europe à maintenir un niveau de forces significatif dans le Pacifique pour assurer la protection de ses communautés et la préservation de ses intérêts outre-mer. Cette présence s’inscrit dans la dynamique de ré-articulation des forces pré-positionnées conformément à une logique de « théâtre ». Ainsi, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française constituent nos principaux points d’appui militaires dans cette région du monde. Dans ce cadre, les FANC et les FAPF contribuent à la défense et à la sécurité sur le « théâtre » Pacifique et constituent des acteurs à part entière de la coopération militaire et de défense régionale.

 

Le prochain SPDMM, instauré désormais comme une réunion annuelle, se tiendra en 2014 en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:35
ASEAN : les ministres de la Défense réunis au Brunei

07/05/2013 VietnamPlus

 

Les ministres de la Défense de l'ASEAN se sont rencontrés mardi à Bandar Seri Begawan, au Brunei, afin de discuter des mesures et actions propres à renforcer la coopération dans la défense et la sécurité au sein de cette association.

 

Sous le thème "Protéger ensemble nos populations et notre futur", cette 7e rencontre des ministres de la Défense de l'ASEAN (ADMM) est destinée à promouvoir la confiance en approfondissant la compréhension mutuelle dans le domaine de la défense et de la sécurité, notamment en améliorant transparence et ouverture.

 

Cette conférence de trois jours privilégie en particulier le rôle des pays membres de l'ASEAN dans le processus d'édification de la Communauté de l'ASEAN ainsi que sur l'importance d'une ASEAN centrée sur l'homme en vue de regarder vers l'avenir.

 

Dans son discours d'ouverture, le ministre de l'Energie du Brunei, Haji Mohammad Yasmin, également président de l'ADMM, a appelé à une collaboration étroite pour relever les défis et maintenir un environnement de stabilité au service du progrès et de la prospérité dans la région.

 

Il a également salué la création d'un forum de dialogue ouvert aux partenaires de l'association, notamment dans le cadre de la Conférence élargie des ministres de la Défense de l'ASEAN (ADMM+).

 

L'ADMM, créée en 2006, a marqué un jalon important de l'histoire du développement de l'ASEAN en inaugurant un mécanisme de coopération officielle en matière de défense au sein de l'association.

 

Elle a adopté des initiatives de renforcement de la coopération dans ce domaine, dont l'ADMM+, le recours aux forces militaires pour l'aide humanitaire et la limitation des conséquences des catastrophes naturelles, la coopération entre établissements de défense et la société civile des membres de l'ASEAN en matière de défis de sécurité non-traditionnels, la coopération dans l'industrie de la défense de l'ASEAN, ainsi que la création d'un réseau de centres de maintien de la paix de l'ASEAN. - VNA

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:35
US shift to Asia on track despite budget cuts: admiral

May 8th, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

Plans to expand the American naval presence in the Pacific with new ships and hi-tech weaponry will go ahead despite steep budget cuts, the US Navy chief said before a trip to the region.

 

Admiral Jonathan Greenert told AFP in an interview he will seek to “reassure” partners during a nine-day trip to Japan, Singapore and South Korea that mounting pressure on military spending will not derail Washington’s much-publicized shift towards Asia.

 

Of the navy’s current fleet of 283 ships, 101 are deployed and 52 are in Pacific waters, with plans to increase the US presence in the region to 62 ships by 2020, he said.

 

“We’re going to grow. There’s no question about the next seven to eight years,” said the admiral, who departs Wednesday on his tour.

 

Greenert, who will meet counterparts at the IMDEX maritime security conference in Singapore, said during his talks he would outline a steadily expanding naval presence, particularly in Southeast Asia.

 

“I’ll talk to them on deployments and how we’re going to sustain our presence out there through this 2013-14 period,” he said.

 

Under automatic budget cuts, the Pentagon faces a reduction of $41 billion this fiscal year and possibly up to $500 billion over the next nine years if US lawmakers fail to break a political impasse.

 

Military leaders have warned that flight hours, ship maintenance and some exercises will be scaled back due to the belt tightening, even as China and other Asian powers pursue an arms buildup.

 

Greenert acknowledged the cuts could slow down the arrival of some new weapons, and if funding were slashed over several years, ship-building plans would suffer.

 

But he said there were 47 ships under construction or under contract that would not be affected by any budget slashing.

 

“Shipyards won’t go empty. There’s no plan to break the contracts.”

 

For the Pacific, he touted efforts to strengthen the navy’s role in the region, from more joint drills to “more grey hulls” in the western Pacific.

 

The strategic “re-balance” is illustrated by what Greenert calls operating “forward,” with 42 of the 52 vessels patrolling the Pacific permanently stationed in regional ports.

 

The approach paid off amid recent tensions with North Korea, he said, when two US destroyers were ordered to the coast off the Korean peninsula.

 

The warships were close at hand in Japan at the naval base in Yokosuka, instead of having to travel a vast distance from the US West Coast.

 

“They are where it matters, when it matters,” he said.

 

The military also plans to send the latest cutting-edge hardware to Asia, with the first squadron of the new P-8 Poseidon aircraft to arrive in Japan later this year, he said.

 

The new Littoral Combat Ship (LCS) will have a prominent role in the Pacific, he said, which would free up bigger amphibious ships and destroyers for duties elsewhere.

 

The first LCS, the Freedom, arrived in Singapore last month for its inaugural mission, with four of the ships due to use the port through 2017.

 

The Pentagon believes the smaller LCS vessels are more compatible with similar-sized ships used by other navies in the region, and more suited to an area plagued by territorial disputes.

 

Given tensions over territorial rights in the South China Sea and beyond, Greenert said he would use his trip to discuss “protocols” at sea with partners to prevent crises.

 

“We’ll talk about protocols — how we want to operate together at sea and, when together, how would we operate and conduct ourselves if challenged, say in the South China Sea or East China Sea?” he said.

 

China is often at odds with its neighbors over territorial rights and a Pentagon report issued Monday accused Beijing of cyber espionage against the US government.

 

But Greenert said he did not view the Asian power as threat.

 

Instead, relations with China represented an “opportunity,” which if not handled correctly “could turn into a potential adversary.”

 

Washington was focused on how to “understand each other and develop a meaningful dialogue.”

 

The four-star admiral, who travels to Seoul after his stop in Singapore, said North Korea remained the biggest threat in the region, but that tensions had receded after Pyongyang toned down its bellicose language in recent weeks.

 

North Korea still had the ability to launch missiles but “the likelihood has gone down,” he said. “The rhetoric has lowered.”

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:35
25 years of US propellant exports

07 May 2013 Thales group

 

Australian Munitions and US distributor Hodgdon Powder Company have celebrated a highly successful 25-year partnership at an event at the propellant manufacturing facility in Mulwala, NSW.

 

Australian Munitions’ civil propellants have built up a sizeable following in the US sporting shooter market following many years of effective promotion and support by Kansas-based Hodgdon. The clean-burning propellants from Australian Munitions account for a significant share of the US reloading market and are favoured by consumers for their Ballistic Temperature Independence – a characteristic achieved through a unique formulation that delivers performance consistency across a wide range of temperatures.

 

 

A significant proportion of Mulwala’s 450-strong workforce is engaged in supplying propellant to the US – a valuable contribution to long-term employment in regional NSW.

 

After an initial agreement in 1985, the first shipment of propellant was sent from Mulwala to Hodgdon in 1988. Since then, around seven million kilograms of propellant have been exported to the US market, with exports increasing significantly over the past five years.

 

Kevin Wall, Vice President of Thales Australia’s Armaments business and head of Australian Munitions, said: "For a quarter of a century we have been building an export business that is an Australian manufacturing success story. Our propellants have attracted widespread recognition among US sporting shooters and, working with Hodgdon, we will continue to introduce new products and grow in this very competitive market."

 

Tom Shepherd, President and CEO of Hodgdon Powder Company, said: "These excellent powders from Mulwala have been a big hit in the US, and we continue to sell increasing amounts. It’s been a great relationship between the two companies over 25 years – we’ve come a long way, and are looking forward to even more success in the future. The whole team in Mulwala should be proud of themselves because these are great products, and our customers keep coming back for more."

 

About Australian Munitions

 

Australian Munitions is the largest supplier of explosive ordnance to the Australian Defence Force, with a successful track record delivering ammunition, propellants, explosives and related services. Australian Munitions produces high quality propellant and ammunition for military and civilian domestic and international customers, and is also a principal supplier of small arms ammunition to the New Zealand Defence Force.

 

Australian Munitions is part of Thales’s global network of explosive ordnance expertise, which includes Thales Advanced Weapon Systems, Thales Missile Electronics, Junghans Microtec, TDA Armements and Forges de Zeebrugge (FZ). It has also formed strategic partnerships with renowned world-class companies: US-based General Dynamics Ordnance and Tactical Systems, Norway’s Nammo and Winchester Australia.

 

About Thales

 

Thales is a global technology leader for the Defence & Security and the Aerospace & Transport markets. In 2012, the company generated revenues of €14.2 billion (equivalent of AUD 17.6 billion) with 67,000 employees in 56 countries. With its 25,000 engineers and researchers, Thales has a unique capability to design, develop and deploy equipment, systems and services that meet the most complex security requirements. Thales has an exceptional international footprint, with operations around the world working with customers and local partners.

 

Thales Australia is a trusted partner of the Australian Defence Force and is also present in commercial sectors ranging from air traffic management to security systems and services. Employing around 3,300 people in over 35 sites across the country, Thales Australia recorded revenues of AUD 1 billion in 2012.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:33
Liban : Déploiement de la FCR en secteur espagnol

07/05/2013 Sources : EMA

 

Du 15 au 18 avril 2013, un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) de la Force Commander Reserve (FCR), s’est rendu sur le  camp Miguel Cervantes dans le secteur Est de la zone d’opération de la Force Intérimaire des Nation Unies au Liban (FINUL) placé sous commandement espagnol.

 

Ces déploiements permettent de développer l’interopérabilité entre les militaires français et les troupes déployées dans le secteur Est et avec lesquelles la FCR peut être amenée à effectuer des patrouilles de contrôle de zone. Dans ce secteur sont déployées entre autres des unités indiennes et indonésiennes.

 

Le SGTIA, composé d’une soixantaine de militaires était armé par un peloton de l’escadron d’éclairage et d’investigation (EEI) du 4e régiment de dragons (4e RD), une section de la compagnie d’infanterie du 152e régiment d’infanterie (152e RI), et un groupe du génie.

 

Durant 4 jours, ce SGTIA a effectué des patrouilles conjointes avec une dizaine de soldats libanais et une dizaine de soldats indiens.

Liban : Déploiement de la FCR en secteur espagnol

Dans le même temps, la compagnie d’infanterie de la FCR, issue du 152e régiment d’infanterie (152e RI), a dispensé des instructions techniques et tactiques sur l’Armement Léger d’Infanterie (ALI). Ils ont présenté le VBCI (Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie) ainsi que les matériels spécifiques du génie tels que la tenue de démineur, ou encore la sonde électromagnétique. Le dernier jour a été consacré à des exercices de tirs conjoints avec les soldats indiens et indonésiens. A cette occasion les Français ont pu s’entrainer au tir avec les fusils d’assaut de dotation de ces deux armées, l’INSAS indien et le SS1 indonésien.

Liban : Déploiement de la FCR en secteur espagnol

Présente depuis 1978 au Liban, la France est le cinquième pays contributeur de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), avec près de 900 soldats, derrière le Népal et l’Italie (1000 soldats chacun), l’Indonésie (950 soldats), et l’Inde (880 soldats).

 

La France arme la Force Commander Reserve (FCR) qui est en mesure d’agir en moins de trois heures au profit de tous les contingents déployés sur l'ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 19:55
Le ministre de la Défense a présidé à Bayonne l’hommage national rendu au sergent Stéphane Duval

 

07/05/2013 Ministère de la Défense

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, était cette après-midi au 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1erRPIMa) à Bayonne, pour présider l’hommage funèbre national rendu au sergent Stéphane Duval, mortellement touché dans des combats contre l’ennemi, lundi 29 avril, dans la région de Tin Keraten, au nord-est d’Imenas, à une centaine de kilomètres au nord de Gao.  Le sergent Duval est tombé alors qu’il appuyait les forces maliennes.

 

« Au moment de prendre la parole, je m’incline avec respect devant la douleur qui pèse dans le cœur de chacun – je pense à votre famille, je pense à vos frères d’armes », a souligné le ministre lors de son éloge funèbre. « Mais dans la gravité de cette cérémonie, j’entends aussi la fierté de tous devant l’exemple de votre dévouement et de votre bravoure. Cette fierté, je la partage, comme le Président de la République et la Nation entière, rassemblée par votre nom, celui d’un soldat mort pour la France.»

Le ministre de la Défense a présidé à Bayonne l’hommage national rendu au sergent Stéphane Duval

Jean-Yves Le Drian a rappelé le parcours du sergent Stéphane Duval, entré dans l’armée de Terre comme engagé volontaire au 1erRPIMa à 22 ans.

 

Pour le ministre de la Défense : «Votre action de combat, en appui de nos frères d’armes maliens, illustre de manière saisissante le sens de l’engagement de la France au Mali.»

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 19:55
Eloge funèbre du sergent Stéphane Duval

07/05/2013 M. Jean-Yves Le Drian

 

Éloge funèbre du sergent Duval à Bayonne, mardi 7 mai 2013

 

– Seul le prononcé fait foi –

 

Lorsque le président de la République a pris la décision d’engager la France au Mali, le 11 janvier dernier, il savait que derrière les menaces qui pesaient sur l’Etat et la population malienne, derrière celles qui pesaient sur nos ressortissants et notre pays même, il y aurait, pour nos forces, des épreuves difficiles, qui pourraient être dramatiques.

 

Alors que l’opération Serval entre dans une phase nouvelle, votre sacrifice rappelle ainsi à la Nation la dureté des missions qui demeurent celles de nos forces au Mali, comme la nécessité de mener cette lutte à son terme.

 

Aujourd’hui, au nom du président de la République, je m’incline avec respect devant la douleur qui pèse dans le cœur de votre famille, de vos frères d’armes. Mais dans la gravité de cette cérémonie, j’entends aussi la fierté de tous devant l’exemple de votre dévouement et de votre bravoure.

 

Cette fierté, je la partage, car ce sont ces qualités, les vôtres, celles d’un engagement déterminé, qui ont permis d’inverser le rapport de force que nous connaissions au Mali. Par votre action, nous avons fait changer la peur de camp. Et ce sont ces mêmes qualités qui continuent d’inspirer l’engagement de vos camarades, qui sont déterminés à mener à bien la dernière mission dans laquelle vous vous êtes illustré.

 

*

 

Sergent Duval,

 

Né le 22 août 1980, c’est à l’âge de 22 ans que vous vous engagez au 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Bayonne. Au terme de votre formation initiale, vous réussissez brillamment l’examen d’opérateur des réseaux mobiles spéciaux.

 

Dès lors, vous partez à de nombreuses reprises en missions extérieures : en Afghanistan en 2003 puis à nouveau en 2010, au Gabon en 2004, en Côte d’Ivoire en 2005 et 2007, et une première fois en Afrique de l’Ouest en 2011. A chaque fois, votre professionnalisme est souligné par vos chefs.

 

En 2011 en particulier, alors que vous êtes engagé à Ouagadougou en qualité d’opérateur radio de la cellule de mise en œuvre tactique, vos qualités militaires remarquables vous valent de recevoir une lettre de félicitations.

 

A l’exception des deux années que vous passez au 6e bataillon d’infanterie de marine au Gabon, entre 2008 et 2010, vous n’avez cessé de servir au sein du 1er RPIMa.

 

Le 29 avril dernier, alors que vous avez pris part à l’ensemble des missions confiées au Commandement des Opérations Spéciales depuis le début de l’opération Serval, vous êtes mortellement blessé au cours d’une opération de reconnaissance et de fouille dans le Nord-Est du Mali.

 

*

 

Sergent Duval,

 

Vos qualités militaires et humaines ont été saluées à de nombreuses reprises au cours de vos onze années de service au sein de l’armée de Terre. Cité à l’ordre de la division avec attribution de la croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent le 21 février 2012, par ailleurs décoré de la médaille outre-mer avec agrafe « République de Côte d’Ivoire », de la médaille d’argent avec agrafe « troupes aéroportées » et « missions d’assistance extérieure »,  vous êtes le sixième soldat français à mourir au combat depuis le lancement de l’opération Serval.

 

Au nom du président de la République, je tiens à exprimer à votre famille la solidarité de la Nation. En cet instant, mes pensées vont à vos proches, et spécialement à votre épouse, ainsi qu’à vos deux enfants. Ils grandiront dans l’amour d’un père absent et, au-delà du deuil, dans la fierté de l’exemple que vous offrez à tous. Cette lumière ne s’éteindra jamais.

 

A plusieurs milliers de kilomètres du théâtre où vos frères d’armes poursuivent pour quelques temps encore une mission difficile mais essentielle, vous entrez aujourd’hui dans le cœur des Français, qui sont fiers de leurs soldats, fiers de ce qu’ils ont déjà accompli au Mali, et qui sont déterminés à mener à son terme le combat que nous avons engagé contre les groupes terroristes qui voulaient nous menacer. Ce combat est à jamais le vôtre.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 18:50
Draft agenda - 16 May 2013 - Subcommittee on Security and Defence

 

Meeting Thursday 16 May 2013, 10.00 – 13.00

Brussels - Room: Altiero Spinelli (1G-2)

1.         Adoption of agenda

2.         Chair’s announcements

 

With the Council and Commission and EEAS

Jointly with the Committee on Foreign Affairs and the Committee on Development

3.         Exchange of views with Dioncounda TRAORÉ, Interim President of Mali

* * *

Jointly with the Committee on Foreign Affairs

4.         Presentation of the Committee on Foreign Affairs' and the Subcommittee on Security and Defence's study on the positions of Russia and China in the UN Security Council in the light of recent crisis

* * *

5.         EU's military structures: state of play and future prospects

            AFET/7/11451

                        2012/2319(INI)         

Rapporteur:

Marietta Giannakou (PPE)

PR – PE506.335v01-00
AM – PE508.239v01-00

Responsible:

AFET –

 
  • Further consideration of draft report
  • Consideration of amendments

6.         Any other business

7.         Next meeting(s)

  • 20 May 2013, 19.15 – 20.45 (Strasbourg)

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:55
Livre blanc de la défense : où est la réflexion stratégique ?

07/05 Par Alain Ruello – lesEchos.fr

 

Les banalités recensées tout au long de ces 160 pages laissent perplexe, quand on sait que ce document est censé tracer la nouvelle stratégie de sécurité de la nation pour les quinze années à venir.

 

S’il existait un prix Goncourt des poncifs, il est fort probable que le jury le décernerait à l’unanimité cette année au Livre blanc de la défense. Pour celui qui est prêt à y consacrer le temps nécessaire, sa lecture attentive est édifiante à de nombreux égards : la collection de banalités, de truismes et d’enfoncements de portes ouvertes tout au long des 160 pages laisse pour le moins perplexe venant d’un document qui, doit-on le rappeler, est censé tracer la nouvelle stratégie de sécurité de la nation pour les quinze années à venir.

 

Entre rappels historiques, géographiques et autres définitions qu’on pourrait croire tirées tout droit de Wikipedia, le tout sans aucune illustration, il ressort de ce Livre blanc un sentiment de platitude. Après neuf mois de réflexions, on pouvait espérer un peu plus de profondeur d’analyse, un peu plus de prise de risque. Petite sélection des meilleurs passages que n’aurait pas renié M. de La Palice.

 

Pour ceux qui ne s’en seraient pas rendu compte, on nous rappelle page 11 que « nous vivons dans un monde où le développement des réseaux et la circulation toujours plus intense des personnes, des marchandises, des capitaux et des informations relativisent la notion de frontière ». Au moins, le décor est planté. Un peu plus loin : « Face aux risques et aux menaces, la première condition du succès demeure la volonté déterminée d’y faire face en consentant l’effort nécessaire. » Soit.

 

Un peu de rattrapage scolaire pour continuer : « La France est présente sur tous les océans et sur la plupart des continents, notamment grâce aux outre-mer » ; « L’ouverture de la France au monde est également renforcée par la participation active de notre pays à de nombreuses organisations multilatérales » (liste fournie) ; « Membre fondateur de l’Union européenne, la France appartient à un ensemble de 500 millions de citoyens unis par des valeurs communes de démocratie, de justice et de paix. » Pas faux…

 

Nous voilà arrivés au chapitre II consacré aux « fondements » de la stratégie de défense et de sécurité nationale. Il en ressort (après de longues réflexions ?) que la France entend inscrire «  ses actions dans une légitimité nationale et internationale ». Le lecteur est rassuré. Enfonçons le clou pour les sceptiques : « Comme les autres membres de l’Union européenne, la France estime qu’un ordre international fondé sur le droit plutôt que sur la force est une condition essentielle de la sécurité internationale. » C’est dit.

 

Plongeons à présent dans l’état du monde pour y lire qu’une « crise majeure en Asie aurait des conséquences économiques, commerciales et financières très sérieuses pour l’Europe ». Petit rappel historique au passage : « La péninsule coréenne reste divisée par l’une des dernières frontières issues de la guerre froide. » Plus près de chez nous, avec d’importantes élections en vue, « l’Afghanistan s’apprête à vivre une période charnière de son histoire ». Ce que les talibans, on l’imagine, doivent se répéter tous les jours…

 

Le meilleur peut-être : « Une épidémie peut devenir pandémie si elle n’est pas enrayée dès l’origine. » A méditer ! A moins que ce ne soit cette sentence imparable sur la mondialisation : « C’est un accélérateur et un amplificateur, pour le meilleur comme pour le pire. » Ou celle-ci : « Une catastrophe naturelle ou technologique peut provoquer un dysfonctionnement grave des structures publiques et privées, voire un grand nombre de victimes, les blessés nécessitant des soins parfois très spécialisés, notamment en cas d’atteinte par des produits chimiques ou des radiations nucléaires. »

 

Trois autres perles pour finir : « L’Union européenne est désormais dans une situation de voisinage avec la Russie » ; « Un conflit dans le golfe arabo-persique pourrait avoir des répercussions graves et variées » ; « Notre capacité à mettre en œuvre nos accords en coordination étroite avec nos alliés est indispensable. » Quant au chapitre sur l’industrie, la concentration de déclarations d’intention est impossible à résumer, faute de place.

 

Dire qu’il a fallu une commission en grande pompe, nommée par décret de la République, pour aboutir à cela : des parlementaires, des hauts fonctionnaires, la fine fleur de l’armée française, des personnalités « qualifiées », deux étrangers « embedded », le tout sous la baguette d’un conseiller maître à la Cour des comptes. Conseil à ceux qui ne l’auraient pas encore lu   se limiter à la « conclusion récapitulative » (pages 133 à 140).

 

Soyons juste, le Livre blanc 2008 préfacé par Nicolas Sarkozy incorporait aussi son lot de banalités. A sa décharge, c’était le premier depuis 1994 : la nécessité de dépoussiérer la stratégie de sécurité nationale imposait d’en passer par là. Mais, avec celui qui vient d’être rendu public, on sombre dans le consensus mou. A tel point que la partie « utile » se limite aux priorités stratégiques (quasi inchangées), mais surtout au budget et à ce qui en découle : le format de l’armée. Et pour cause, puisque le fait majeur depuis 2008, c’est la crise de l’endettement qui impose un nouveau déclassement de la Grande Muette.

 

Plutôt qu’un nouveau Livre blanc, il eût sans doute été plus utile de se contenter d’une actualisation du contexte géostratégique en quelques semaines, pour attaquer plus tôt la préparation de la loi de programmation militaire, dont tout va dépendre en fait.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:35
Boeing, others investing in South Korea

SEOUL, May 7 (UPI)

 

Boeing and six other U.S. companies have reportedly promised to invest $380 million in South Korea.

 

The pledges of direct foreign investment were made Monday to South Korean government officials visiting the United States along with South Korean President Park Geun-hye.

 

"The decisions of the seven U.S. corporations demonstrate their trust in the South Korean economy without regard to various uncertainties in the country," Minister of Trade, Industry and Energy Yoon Sang-jick said.

 

"Based on the new administration's resolute diplomatic and security policies, we will make active and strategic efforts to attract foreign direct investment."

 

The Korea Times newspaper reported that Boeing will invest $120 million to establish a maintenance, repair and overhaul center for F-15K Slam Eagle avionics components in South Gyeongsang province. The facility will be the first Boeing MRO facility in Asia.

 

U.S. company Curtiss-Wright will invest $30 million in South Korea to shore up its capacity in nuclear reactor valves, while Almost Heroes, an animation studio, will make a $20 million investment for creation of products to will be screened in the United States.

 

The newspaper quoted the minister as saying the other U.S. companies would invest in solar cells, leisure facilities and logistics centers.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:30
La Cour des comptes fustige une Garde républicaine de prestige

7 mai 2013 Comptes-publics.fr

 

Mardi 7 mai 2013, la Cour des comptes a rendu public un référé sur la Garde républicaine. La juridiction financière recommande une réduction drastique des effectifs pour les rapprocher « de ceux strictement nécessaires aux besoins de sécurité » des palais nationaux. Il importe, précise la Cour, que soit définie « une doctrine d’emploi des moyens dédiés aux missions non spécifiques [missions de sécurité publique essentiellement] qui préserve leur caractère subsidiaire ».

 

Placée au sein de la gendarmerie nationale, la Garde républicaine entretient une identité forte basée sur ses missions de sécurité des palais nationaux et de services d’honneur. Elle est également symbolisée par son régiment de cavalerie et ses formations musicales que la Cour des comptes appelle à être « rationalisées ». C’est que la Garde républicaine coûte chaque année environ 280 millions d’euros, dont 77 millions d’euros de contributions au compte d’affectation spéciale « pensions ». Difficile à avaler quand « les missions de la Garde répondent davantage à des objectifs de prestige qu’à des besoins de sécurité », souligne la Cour.

 

Un budget de 280 millions d’euros par an

 

Pas si simple de réduire les effectifs, car cela nécessiterait « une revue du protocole d’Etat » s’agissant des services d’honneur et supposerait également « d’analyser les moyens d’assurer la sécurité des assemblées parlementaires à moindre coût ». La solution de la Cour ? Nommer « un rapporteur indépendant et de haut niveau, disposant de l’autorité suffisante pour mener des discussions directes avec les autorités d’emploi et faciliter des choix évidemment délicats ».

 

Dans son référé, la Cour des comptes n’épargne rien à la Garde républicaine, même si elle y met les formes, elle propose aussi de s’attaquer au régiment de cavalerie « au regard de son coût » en travaillant à une meilleure synergie dans la mise en place des postes à cheval entre les différentes polices. La Cour appelle, concernant les opérations de prestige réalisées pour des tiers (réceptions d’Etat, conventions…), à la mise en place de tarifs « déterminés en fonction des coûts complets ». La juridiction financière réclame enfin une réduction des effectifs des formations musicales de la gendarmerie nationale, par des opérations de fusion.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:20
Canada Drives Toward Precision Weaponry

May. 7, 2013 By DAVID PUGLIESE – Defense news

 

VICTORIA, BRITISH COLUMBIA — The Canadian military’s concern about civilian casualties, as well as improving its operational capabilities on land, sea and air, is driving a push toward more precision strike weapons.

 

The Canadian Forces has projects underway to acquire precision-guided artillery shells for the Army, upgraded torpedoes for the Navy and is planning for a family of network-enabled weapons for its future fighter aircraft, said military officers and industry representatives.

 

The Canadian Forces declined to comment on future precision strike plans. But at an April 9 meeting with defense industry executives in Ottawa, Royal Canadian Air Force officers listed the purchase of “low collateral damage weapons” and network-enabled weapons as service priorities. Network-enabled weapons are precision munitions with the ability to have targeting information updated in flight using a common data link, as well as allowing other aircraft to direct the weapon.

 

“The bottom line is that it comes down to return on investment — making sure these expensive weapons hit their target — and return on morality,” said Randall Wakelam, a professor at the Canadian Forces Royal Military College who specializes in precision effects on the battlefield.

 

That return on morality, he noted, is based on the desire to avoid civilian casualties, both for political and public relations purposes and because of moral issues.

 

The Army plans to order more Excalibur precision-guided artillery rounds, with a contract expected in the summer. Canada was among the first nations to use the BAE-Raytheon round in combat.

 

In the realm of improving operations, the Navy is upgrading the accuracy of its Mk-48 torpedoes. Through the US Navy this summer, the Royal Canadian Navy will order 36 Mod 7 advanced technology torpedo conversion kits to upgrade some of its existing Mk-48 torpedoes. Those torpedoes will be used by Canada’s Victoria-class submarines, and the conversion kits will provide the weapons with improved accuracy in shallow waters.

 

Denny Roberts, vice president of Raytheon Canada, said the Air Force has purchased the company’s Advanced Medium-Range Air-to-Air Missile (AMRAAM) and plans to acquire more air-to-ground Enhanced Paveway II weapons to replace the stocks used during the Libyan war.

 

He noted that the next-generation fighter aircraft that Canada hopes to purchase within five years will also need its own precision weapons.

 

The military estimates it will spend CAN $270 million (US $267 million) to CAN $300 million for its initial purchase of new weapons for those aircraft, according to the two-page report, “Estimating the Cost of Replacing Canada’s Fighter Jets.” The report was released Feb. 13 by the Library of Parliament’s research organization.

 

The Air Force has asked for and received briefings on extended-range AMRAAMs and small-diameter bombs, which improve striking at moving targets in all-weather conditions.

 

“They’ve been doing their homework,” Roberts said. “The use of so-called dumb weapons is over for Canada, and you’re seeing all three services go for more precision effects.”

 

Lessons learned from Canada’s participation in the 2011 Libyan war are partially behind the move to boost precision-strike capability.

 

Lt. Gen. Charles Bouchard, who helped coordinate the NATO air campaign over Libya, highlighted in 2011 and 2012 the need for acquiring munitions that limited damage to vital infrastructure while allowing for precision targeting. Bouchard, now retired, has pointed out that NATO forces were, at times, restricted in their ability to attack targets because of the proximity of civilians.

 

“We have to be able to operate in an environment where targets will be between two buildings, beside a school, between a school and a hospital,” Bouchard told journalists in February 2012. “We must have systems that can actually make the difference, attack the target you have to attack with minimal collateral damage being caused by a shock wave or, obviously, the impact of a larger-yield weapon.”

 

During the conflict, Canada introduced a number of measures aimed at improving strike capability or limiting civilian deaths.

 

Roberts, a former CF-18 fighter pilot, pointed out that the Air Force outfitted its Paveway IIs with a “height of burst” capability. That allowed pilots to determine the altitude at which the bomb exploded, controlling its range of lethality.

 

Air Force CF-18s also dropped joint direct attack munitions (JDAMs) during the campaign. The JDAM system uses GPS signals to guide the weapon.

 

Brig. Gen. Derek Joyce said in 2011 that the JDAMs were used because weather conditions over Libya made the use of laser-guided munitions more difficult.

 

He said Canada introduced JDAMs in the final days of the fighting, dropping 13 of the weapons

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories