Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:35
The Pakistani defense market specializes in small arms and ammunition. Photo by Paki90

The Pakistani defense market specializes in small arms and ammunition. Photo by Paki90

 

ISLAMABAD, Oct. 7 (UPI)

 

Pakistan promoted its defense industry on Tuesday as its Defense Export Promotion Organization launched an exhibition center in Islamabad.

The inauguration of the display center showcased the latest products from the country's public and private sectors, with Pakistani military officials, including Defense Production Minister Tanveer Hussain, in attendance, according to IHS Janes.

The government of Pakistan has been active in developing the country's defense industry. Defense News reports the country has experienced mild success with its state-owned conglomerate, Pakistan Ordnance Factories, which produces small arms, ammunition, and explosives. While the country has historically been a top importer of arms, Pakistan's military officials said they are optimistic about the future of defense exports.

Read more

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:35
Unha-3 rocket

Unha-3 rocket

 

Oct 6, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Seoul - A senior US official warned Tuesday that North Korea will face "strong actions" from the international community if it goes ahead with a long-range rocket launch in violation of UN resolutions.

 

"We hope they rethink that idea. But if they don't it's very clear there will be strong actions taken by the international community," US Deputy Secretary of State Tony Blinken told reporters after talks with South Korean officials.

 

"We are absolutely unified and in solidarity with regard to challenges posed by North Korea," he added.

 

There has been speculation for months that the North might launch a long-range rocket to celebrate the 70th anniversary of its ruling Workers' Party on Saturday.

 

But South Korean officials said North Korea showed no sign of preparing for a rocket launch.

 

"We don't see any signs of making preparations for an imminent launch such as the movement of a launch vehicle" to the launch pad, a Unification Ministry official said on condition of anonymity.

 

"After moving components of a launch vehicle, it usually takes two to four weeks of preparations to launch."

 

Remarks by the head of the North's space agency had fuelled conjecture about a launch to mark the anniversary. Comments by the chief of the North's national atomic commission led to additional talk of a possible fourth nuclear test.

 

Pyongyang insists its space programme is purely scientific and designed to put peaceful satellites in orbit. But Washington and its allies have warned that any rocket launch will be deemed a test of ballistic missile technology in violation of UN resolutions.

 

"There is no evidence to support a long-range rocket launch on October 10," Joel Wit, an expert at the US-Korea Institute at Johns Hopkins University, said on Twitter on Monday.

 

"North Korea could be doing things at night that we cannot watch via satellite, but most government officials agree that there will not be a launch," he said at #38NorthPress.

 

Citing satellite images of the North's Sohae Satellite Launching Station, the US-Korea Institute said last month on its closely watched website 38 North that a launch on or before October 10 was possible but unlikely.

 

Pyongyang successfully launched a three-stage, Unha-3 rocket carrying a satellite on December 12, 2012 from the Sohae launching station.

 

It announced the planned launch 11 days before and notified neighbouring countries including Japan of the intended flight path.

 

That launch triggered fresh sanctions and a surge in military tensions that culminated two months later in North Korea conducting its third nuclear test.

 

South Korean President Park Geun-Hye last month warned Pyongyang of serious consequences if it pushes forward with either a rocket launch or nuclear test.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:30
Iran unveils new super Hi-Tech torpedo

 

04/10/2015 azeridefence.com

 

The Iran for the first time displayed to the public its recently developed super torpedo, “Hout”, which enjoys the state-of-the-art technologies and is capable of hitting targets in and outside water. The torpedo was unveiled in an exhibition in Tehran on Saturday on the Islamic Revolution Guards Corps (IRGC) Navy’s latest achievements, said Fars news agency.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:30
Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

 

07.10.2015 sputniknews.com

 

Le ministère russe de la Défense a publié mercredi une vidéo montrant la première utilisation en combat de ses missiles de croisière Kalibr, concurrents des Tomahawk américains.

 

Quatre navires de guerre russes ont tiré mercredi 26 missiles de haute précision Kalibr-NK, concurrents des Tomahawk américains, contre les sites du groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au président Vladimir Poutine.

 

"La Flottille de la Caspienne a rejoint mercredi l'aviation russe qui lutte contre les terroristes. Quatre navires ont tiré 26 missiles de croisière embarqués Kalibr qui ont détruit 11 cibles" à une distance de 1.500 kilomètres, a indiqué M.Choïgou.

 

Les missiles ont notamment frappé des usines de production d'obus et d'explosifs, des postes de commandements, des dépôts de munitions, de combustible et d'armes, ainsi que des camps d'entraînement des terroristes.

 

La mission a été accomplie par la frégate Daghestan (projet 11661K) et les corvettes lance-missiles Grad Sviajsk, Ouglitch et Veliki Oustioug (projet 21631). La frégate Daghestan, le premier navire russe à s'être doté des Kalibr-NK, a été aussi la première à tirer ces missiles contre les terroristes de l'EI.

 

Selon un responsable de l'industrie de défense russe, "il s'agit de la première utilisation de ces missiles en combat réel. Les tirs précédents de missiles Kalibr ont eu lieu dans le cadre d'exercices et de tirs d'entraînement".

 

"Les Kalibr ressemblent à peu près aux missiles de croisière embarqués américains Tomahawk. Mais le système russe est plus récent, il comprend des missiles plus variés, y compris supersoniques, antinavires et autres. Les missiles russes ont en outre une plus grande portée", a ajouté le responsable.

 

Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Selon les militaires, il a une portée d'au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan: SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL, qui équipent notamment le sous-marin nucléaire K-560 Severodvinsk (projet 885 Iassen).

 

Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites de l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, des Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:30
NATO Days in Azerbaijan Armed Forces

 

06/10/2015 azeridefence.com

 

NATO Days kicked off in the Azerbaijani Armed Forces on Oct.6.

 

A group of experts from NATO Allied Command Transformation (ATC) organized he event pursuant to the order of Azerbaijan’s Defense Minister, Colonel General Zakir Hasanov, the Defense Ministry told Azeri Defence. NATO delegation led by the chief of the military partnership department, Lieutenant General Ali Chetinkaya (Turkey) will visit the Military Academy of the Armed Forces of Azerbaijan, Higher Military School named after Heydar Aliyev and a training center, get acquainted with their activity, conduct briefings and discussions. The event will continue until October 8.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:30
Poutine: des navires de la Marine russe participent à l'opération anti-EI

 

07.10.2015 sputniknews.com

 

Outre les avions opérant en Syrie, des bâtiments de la Flottille russe de la mer Caspienne participent aux frappes contre l’Etat islamique, a annoncé le président russe Vladimir Poutine.

 

«Le fait que nous ayons réalisé ces frappes depuis les eaux de la mer Caspienne depuis une distance d’environ 1.500 km avec des armes de précision et que nous ayons atteint toutes les cibles atteste du bon niveau de préparation des entreprises du complexe militaro-industriel et de la bonne formation des personnels», a indiqué M.Poutine lors d'une rencontre avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

Toutes les cibles fixées ont été atteintes par les 26 missiles tirés par quatre navires, a poursuivi le président.

 

Quatre bâtiments de la flottille russe de la mer Caspienne ont détruit onze cibles en Syrie grâce à des missiles de croisière Kalibr. Il n'y a a pas eu de victimes parmi les civils, a précisé M. Choïgou.

 

Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites des terroristes de l'Etat islamique. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, de Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents. Les forces armées russes soulignent qu'elles agissent en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:20
Projet Resolve: «Astérix» le futur ravitailleur que doit fournir la Davie à la Marine est en route pour le Canada

Le projet Resolve de Chantier Davie prévoit une solution alternative pour palier le retard dans la livraison des navires ravitailleurs de la Marine royale canadienne: acheter un navire de type porte-conteneur qui, une fois démantelé, sera transformé en ravitailleur au chantier Davie, à Lévis, dans la circonscription du ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney. (Davieshipbuilding)

 

 

6 octobre 2015 par - 45eNord.ca

 

Astérix, le navire commercial acheté par le chantier maritime Davie de Lévis de la Rive-Sud de Québec dans le cadre du projet Resolve, est maintenant en route pour le Canada et les travail initial visant à en faire un navire de ravitaillement pour la Marine royale canadienne devrait commencer incessamment.

En juin dernier, devant le retard dans la livraison des ravitailleurs, le gouvernement canadien s’est entendu avec le chantier Davie sur le réaménagement d’un navire commercial à des fins militaires, d’ici à ce que les navires fabriqués par la Seaspan de Vancouver soient prêts, comme le lui avait proposé le chantier de Lévis quelques mois auparavant.

D’ici à ce que le chantier de Vancouver puisse livrer les ravitailleurs, en 2020 pour le premier et en 2021 pour le second, la marine royale canadienne pourra réaliser ses missions au courant des prochaines années grâce à ce ravitailleur « provisoire » que lui livrera la Davie.

D’ici là, des ententes ont été conclues avec l’Espagne et le Chili pour fournir aux membres de la MRC l’occasion de poursuivre leur instruction sur le ravitaillement en mer à bord de navires espagnols et chiliens en attendant l’arrivée des nouveaux navires de ravitaillement canadiens.

Chantier maritime Davis va maintenant rénover Astérix et le transformer en un véritable navire de ravitaillement pour ensuite le fournir à la Marine royale canadienne en vertu d’un contrat de location.

Les discussions sont toutefois toujours en cours sur les détails la proposition finale qui doit encore recevoir l’approbation du Conseil du Trésor, dans qu’on sache exactement quant les deux parties en arriveront à une entente finale. Le gouvernement canadien et la Davie devront, notamment, s’entendre sur la longueur ( 5 ou 7 ans) du bail de location du navire.

La Davie a cependant déjà reçu de l’argent du gouvernement canadien pour amorcer le projet.

Le navire arrivera incessamment au chantier Aecon de Pictou, en Nouvelle-Écosse, où les ingénieurs de projet Resolve, devraient commencer le travail initial. De là, le navire sera envoyé aux chantiers Davie avant l’hiver.

Le navire sera ensuite transféré plus tard sur la côte Ouest où seront installés les systèmes récupérés sur le NCSM Protecteur . Le système de ravitaillement en mer (RAS) n’avait en effet pas été endommagé par l’incendie de 2014 qui a mené au retrait au Protecteur.

Et, finalement,on passera aux essais en mer de l’Astérix qui se dérouleront eux aussi sur la côte Ouest.

En tout, l’ensemble du processus ne devrait prendre qu’environ 15 mois à compter de la date de signature du contrat, selon Chantier maritime Lévis.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:20
A truck is disabled by a Lockheed Martin laser weapon. Photo Lockheed Martin

A truck is disabled by a Lockheed Martin laser weapon. Photo Lockheed Martin

 

Oct 6, 2015 by Richard Tomkins. (UPI)

 

Bothell, Wash - A modular, high-power laser is being built for use from a U.S. Army vehicle by Lockheed Martin.

 

The 60-kilowatt fiber modules system is the first of a new generation of lasers that enters production this month at the company's facility in Washington State.

 

The system's modular laser design will allow the laser's power to be varied across a wide range -- from 60 kW to 120 kW -- depending on the specific mission and threat, Lockheed Martin said.

 

"A robust laser system with minimal operational down-time results from the integration of modular fiber-based lasers," said Iain Mckinnie, business development lead for Laser Sensors and Systems, Lockheed Martin Mission Systems and Training. "With modular lasers, the possibility of a complete system failure due to a single-point disruption is dramatically lessened."

 

Lockheed Martin said its laser combines multiple fiber modules to generate an intense laser beam. The layered approach reduces the chance for mission disruption as a result of a component failure, maintenance or repair time is also reduced.

 

"Laser weapons provide a compliment to traditional kinetic weapons in the battlefield," Lockheed Martin said. "In the future, they will offer reliable protection against threats such as swarms of drones or large numbers of rockets and mortars."

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 06:35
USS Benfold (DDG 60) - (Archives/photo US Navy)

USS Benfold (DDG 60) - (Archives/photo US Navy)

 

Oct 6, 2015 by Ryan Maass(UPI)

 

San Diego - The Alreigh Burke-class guided-missile destroyer USS Benfold left for Yokosuka, Japan from San Diego to join the U.S. 7th Fleet, the U.S. Navy announced on Tuesday. Benfold's mission is to enhance the presence in the 7th Fleet as part of the U.S. military's plan to reinforce the Indo-Asia-Pacific region. As a guided-missile destroyer, Benfold adds ballistic missile defense capabilities to the fleet. The U.S. Navy is aiming to station their most capable ships to the 7th Fleet, allowing for rapid response times if and when the need arises. Additionally, the ship will participate in maritime security operations and training exercises with allies. Cmdr. Michele Day, Benfold's commanding officer, says his team is proud to join the Forward Deployed Forces family in Japan.

Read more

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 06:20
U.S. Air Force Major Kevin Hall goes through his pre-flight checks before flying an F-35A at Hill Air Force Base, Utah. Hall is an F-35 test pilot. Photo by Airman 1st Class Joshua D. King/USAF

U.S. Air Force Major Kevin Hall goes through his pre-flight checks before flying an F-35A at Hill Air Force Base, Utah. Hall is an F-35 test pilot. Photo by Airman 1st Class Joshua D. King/USAF

 

WASHINGTON, Oct. 5 (UPI)

 

U.S. lawmakers and defense officials are concerned as more tests on the F-35 joint-strike fighter reveal more complications than they thought.

Defense News reports the concerns stem from the testing of the new Martin-Baker US16E ejection seat system, which testers discovered may put pilots at risk of fatal injury. During the tests, ejections performed during low-speed flights showed test dummies snapping their necks.

Test results revealed that when lighter pilots are operating the F-35, the Martin-Baker seats rotate too much. The U.S. military now prohibits pilots weighting under 136 pounds from operating the F-35.

In response to the potentially grim test results, some lawmakers are calling for increased oversight of the joint-strike fighter program. Rep. Jackie Speier, D-Calif., a member of the House Armed Services Committee, said the Pentagon is erroneously rushing the program.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 06:20
Lockheed Martin's PAC-3 MSE interceptor at launch. Photo: Lockheed Martin.

Lockheed Martin's PAC-3 MSE interceptor at launch. Photo: Lockheed Martin.

 

Oct. 6, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

Lockheed Martin delivers first enhanced PAC-3 missile interceptors to the U.S. Army.

 

DALLAS-- The U.S. Army has received its first enhanced range and improved mobility Patriot 3 interceptor missiles from Lockheed Martin. The Patriot Advanced Capability Missile Segment Enhancement, or PAC-3 MSE, interceptors were delivered Oct. 5, the company said, but the number involved was not disclosed. "We are proud to deliver these interceptors to the U.S. Army and are confident the men and women of the armed forces can count on the PAC-3 MSE when it matters most," said Scott Arnold, vice president of PAC-3 programs at Lockheed Martin Missiles and Fire Control.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 20:30
Syrie: au moins un avion de la coalition re-routé pour éviter des avions russes

 

07 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - La coalition contre le groupe Etat islamique a dû re-router au moins un de ses avions au-dessus de la Syrie pour éviter qu'il ne s'approche trop près d'un avion russe, a déclaré mercredi un porte-parole du Pentagone.

 

Il y a eu au moins une fois une circonstance ou la coalition menée par les Etats-Unis a dû agir pour modifier la route de l'un de ses avions, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone.

 

Les avions russes bombardent la Syrie depuis une semaine. Le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou a affirmé que 112 cibles avaient été touchées depuis le début des frappes.

 

Les Russes ont par ailleurs utilisé mercredi pour la première fois des missiles tirés depuis des navires en mer Caspienne pour toucher la Syrie.

 

Depuis le 30 septembre, début des bombardements russes, la coalition a de son côté mené 43 frappes dans le pays, selon un décompte de l'AFP sur la base des communiqués quotidiens de la coalition.

 

Pressé de questions pour savoir combien de fois exactement la coalition avait dû re-router des avions, le porte-parole n'a pas voulu répondre.

 

Nous avons faire du re-routage d'avion, mais cela se produit des milliers de fois par jour dans le ciel américain pour des avions civils, a relativisé le porte-parole.

 

Revigorée par l'appui des bombardements russes, l'armée syrienne a lancé mercredi une vaste offensive terrestre dans le nord de la province de Hama, dans le centre du pays.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 20:30
Su-25 photo Russia MoD

Su-25 photo Russia MoD

 

07 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les Etats-Unis ont affirmé mercredi que la quasi totalité des frappes de la Russie en Syrie ne visaient pas les jihadistes de l'Etat islamique ou les groupes proches d'Al-Qaïda mais des organisations armées syriennes modérées qui combattent le régime de Damas.

 

Plus de 90% de leurs frappes auxquelles nous avons assisté n'ont pas été contre l'EI ou des terroristes affiliés à Al-Qaïda. Elle ont été en grande partie contre des groupes d'opposition, a déclaré le porte-parole du département d'Etat John Kirby.

 

Depuis qu'a commencé l'opération de raids aériens russes sur la Syrie la semaine dernière, Washington martèle que Moscou ne s'en prend pas à l'EI ou aux groupes proches d'Al-Qaïda mais vise plutôt tous les opposants syriens et consolide de facto le régime de son allié, le président Bachar al-Assad.

 

Mais c'est la première fois que les autorités américaines fournissent une estimation chiffrée de l'impact des frappes russes dans ce pays en guerre.

 

Notre inquiétude, a souligné John Kirby, réside davantage dans l'impact de l'activité militaire à l'intérieur de la Syrie (...) à l'encontre de groupes qui ne sont ni l'Etat islamique ni les terroristes affidés à Al-Qaïda.

 

L'armée syrienne a lancé mercredi une vaste offensive terrestre, revigorée par les frappes de l'aviation et désormais la marine russe, une semaine après le début de l'intervention militaire russe qui a redonné de l'élan au régime Assad.

 

Le président Vladimir Poutine a annoncé que les opérations russes allaient s'intensifier.

 

C'est une erreur pour la Russie, a réaffirmé le porte-parole de la diplomatie américaine.

 

Les Etats-Unis et la Russie avaient eu la semaine dernière une première réunion entre leurs forces armées afin d'éviter des incidents aériens entre leurs aviations dans le ciel syrien. Mais aucune autre rencontre n'a été programmée.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 18:57
Des moyens de simulation adaptés pour affronter une complexité croissante

 

06.10.2015 par ONERA

 

Systèmes de défense : de la simulation avant l’action

La simulation « physique », tant numérique  qu’expérimentale, est indispensable pour imaginer et évaluer les concepts et matériels futurs dans un environnement représentatif de situations opérationnelles. L’ONERA capitalise sur une connaissance approfondie de la physique des phénomènes, des technologies et des processus, développée dans les différentes branches métier de l’ONERA : matériaux et structures, physique, mécanique des fluides et énergétique, traitement de l’information et systèmes.

Par ailleurs, les études et recherches sur l’efficacité des moyens de défense face à un adversaire, la défense anti-missile, la surveillance du champ de bataille, ou les systèmes de drones ont besoin d’une simulation complète et réaliste des acteurs et de leur environnement. Ce type de simulation « système » est par nature interdisciplinaire et plus proche des besoins opérationnels des armées.

 

Blade, le “battle lab” de l’ONERA

Blade, le “battle lab” de l’ONERA

Blade, le “battle lab” de l’ONERA

L’ONERA développe l’outil de simulation Blade, qui permet d’évaluer en situation les performances de systèmes, d’architectures, d’organisation et de concepts d’emploi. Blade permet d’intégrer des modèles ONERA concernant des capteurs, des systèmes d’armes, des aéronefs, des satellites… et aussi du traitement de l’information et de la communication. La structure informatique permet le contrôle de la simulation et la visualisation 3D.

Cet outil, complètement maîtrisé, est ouvert et parfaitement interopérable au travers d’un réseau sécurisé : systèmes opérationnels des trois armées, OTAN, laboratoire technico- opérationnel de la DGA, autres battlelabs des industriels. Des applications ont déjà été mises en oeuvre : pénétration de systèmes de défense par des missiles, tenue de situation tactique sur le champ de bataille.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 18:55
L’ONERA expert dissuasion aux côtés de l’état et des industriels depuis les années 60

 

06.10.2015 par ONERA

 

“Le temps de la dissuasion n’est pas dépassé” (François Hollande, discours sur la dissuasion nucléaire, Istres, 19 février 2015)

La force de dissuasion nucléaire de la France a deux composantes : l’océanique, avec des missiles balistiques intercontinentaux M51 lancés depuis des sous-marins, et l’aéroportée, avec des missiles ASMPA de croisière supersoniques à moyenne portée, largables depuis un Mirage 2000 ou un Rafale.

S’agissant des missiles balistiques (M4, M51 et suivants), l’ONERA apporte son expertise à la DGA, en matière d’augmentation des performances, de propulsion « solide », de guidage-pilotage et de pénétration stratégique.

Pour les missiles aéroportés (ASMP et suivants), l’ONERA contribue en co-traitance avec l’industriel MBDA, notamment sur l’aéro-propulsion par statoréacteur mais aussi sur l’aérodynamique, la furtivité, les matériaux, la navigation inertielle et la pénétration des défenses adverses.

 

DAMB - défense anti-missile balistique

La DAMB ou défense anti-missile balistique est une réponse à la prolifération de missiles d’une portée de plusieurs milliers de kilomètres. Elle s’appuie sur trois piliers : le dispositif d’alerte (drones, satellites, radars), le système de commandement et de contrôle et les moyens d’interception-neutralisation.

L’ONERA apporte son expertise à la DGA pour évaluer, analyser la menace, mais aussi pour réagir à toute question sur le positionnement de la France dans ce domaine (notamment au sein de l’OTAN). Un « battle lab » numérique ONERA fait partie des moyens de mise en oeuvre de cette expertise.

L’ONERA est impliqué sur l’alerte avancée, avec les développements de capteurs infrarouges embarquables et d’un radar de très longue portée déployable, le TLP (avec Thales et la DGA).

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 18:55
Quand l’ONERA propose des concepts novateurs pour des besoins stratégiques

 

06.10.2015 par ONERA

 

La veille spatiale française ne s’endort jamais

Pourquoi surveiller l’espace ? Parce que tous les jours, des milliers de satellites ou objets de plus de 10 centimètres orbitent autour de la Terre. Parmi eux, des satellites espions et des débris qui font peser des risques de collisions. Avant les années 90, seuls les Américains et les Russes disposaient d’un système de veille spatiale. La France, grâce à l’ONERA, a rejoint ce club très fermé depuis 2002.

Développé sous contrat du Ministère de la Défense, le système Graves (Grand réseau adapté à la veille spatiale), composé d’un radar dédié et d’un traitement automatisé, assure en toute autonomie la création et la mise à jour d’une base de données de trajectoires d’objets observés.

Grâce à sa multidisciplinarité – radars, environnement spatial, modélisation et analyse orbitales – l’ONERA a conçu de A à Z un système qui détecte mais aussi reconnait et identifie les objets. Une contribution décisive à la souveraineté de la France.

Depuis 2005, Graves, opéré par l’Armée de l’Air, observe et catalogue des milliers d’objets. Réactif, le système détecte tout changement de situation en moins de 24h.

 

Un moyen économique qui fait de grandes choses

Comparé aux systèmes américains dont le budget se compte en milliards de dollars, le système français Graves n’a coûté « que » 35 millions d’euros et il voit la plupart des satellites d’intérêt. En plus d’une conception économique, c’est le prototype de démonstration ONERA qui a été transformé à peu de frais en système opérationnel pour la Défense ! En outre, Graves peut se targuer d’être respectueux de son environnement radioélectrique puisque son fonctionnement par fréquence unique n’engendre quasiment pas de pollution des ondes.

La performance du système Graves, son coût optimal et sa discrétion ont conquis les états-majors : l’ONERA est mandaté pour pérenniser le système Graves et le mettre à niveau pour répondre aux nouveaux besoins de la Défense.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:56
Des métaux spécialisés performance et fiabilité pour les moteurs aéronautiques

 

06.10.2015 par ONERA

 

Superalliages superstars

Les moteurs d’avion sont constitués de pièces en alliages métalliques. Certaines sont soumises à des températures extrêmes (jusqu’à 1200°C) et peuvent en cas de rupture compromettre le moteur, voire l’avion entier.

Les superalliages, alliages aux propriétés exceptionnelles obtenus par précipitation de composants durcissants, sont très résistants à la chaleur, mais aussi à la corrosion et aux déformations.

Depuis les années 70, l’ONERA, qui a fait breveter de nouvelles compositions, dispose de savoir-faire complets : chimie – conception de l’alliage, mécanique – modélisation de la durée de vie des pièces, métallurgie compréhension de la microstructure.

Ainsi, l’ONERA est le partenaire des motoristes du groupe Safran, soucieux de développer des moteurs aux rendements toujours améliorés.

 

Les superalliages de l’ONERA sont dans l’air

Les superalliages brevetés (ou co-brevetés) par l’ONERA sont utilisés les motoristes Safran Snecma et Turbomeca.

Ainsi les matériaux AM1 et N18 constituent respectivement les aubes et disques de turbines du moteur M88-2 du Rafale. Les aubes des moteurs TP400 (A400M), SaM146 (Sukhoï Superjet 100) et Silvercrest (Citation Longitude et Dassault Falcon 5X) sont en AM1. Les turbines Arrius 2 et Arriel 2 qui propulsent les hélicoptères d’Airbus Helicopters, Agusta, Bell… contiennent les superalliages ONERA MC2 et AM3.

En cours de développement : le N19, dans la lignée du N18, dont l’objectif est la prolongation de la durée de vie en fatigue.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:55
Imageries aéroportées SAR et HYPERSPECTRALE : pour le renseignement et la connaissance


07.10.2015 par ONERA

Ramses-NG, Sysiphe : deux démonstrateurs technologiques pour voir l’invisible au sol.

La technique radar SAR (Synthetic Aperture Radar) de Ramses-NG aéroportée utilise une antenne compacte qui tire parti du déplacement de l’avion pour obtenir une grande résolution d’image, après traitement des données. Pour la Défense, l’ONERA développe ce moyen radar qui permet la cartographie jour/nuit par tous temps, la classification d’objets et de milieux, la réalisation de modèles numériques de terrain, la détection d’objets enterrés ou sous couvert…

Alors que la photographie recueille le rouge, le vert et le bleu, une caméra hyperspectrale acquiert des centaines de « couleurs », y compris dans l’infrarouge, formant un cube d’images très riche sur les détails de la zone observée.

Sysiphe, projet DGA piloté par l’ONERA, est un moyen innovant hyperspectral unique en Europe : il offre une image du sol avec une résolution de 50 cm dans plus de 500 bandes de couleurs, du visible à l’infrarouge lointain, exploitable par exemple pour la détection de cibles même camouflées, la caractérisation d’effluents, la détection de mines, de souterrains…

 

Lima, l’imagerie aéroportée ouverte à tous

Lima est la plateforme de recherche ONERA pour développer l’utilisation civile des nouvelles technologies d’imagerie aéroportée – hautes résolutions spatiale et spectrale, imagerie laser 3D.

L’ONERA propose là à ses partenaires et clients des campagnes aéroportées clé en main, du besoin aux données exploitées.

Un des principaux moyens de Lima est le pod Sethi, un dispositif aéroporté doté de capacités radar SAR et hyperspectrales. Les champs d’application sont nombreux : agriculture, urbanisme, détection et caractérisation de pollutions, feux de forêts, accidents industriels, inondations, surveillance de sites, de frontières, prospection de ressources, météorologie, archéologie…

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:55
Une nouvelle génération de capteurs pour la vision infrarouge

 

06.10.2015 par ONERA

 

Caméras miniaturisées, visions augmentées

La lumière infrarouge est invisible à nos yeux, mais elle peut servir à la vision nocturne, à l’imagerie des températures, à l’identification de gaz, etc. Les détecteurs infrarouges qui font les caméras IR n'ont cessé de se perfectionner et leur utilisation se démocratise pour des applications civiles.

Les applications de défense restent nombreuses : navigation, pilotage, reconnaissance et identification de cibles, guidage d'armement….

Avec le soutien de la DGA, plusieurs prototypes ont été réalisés à l’ONERA et sont passés au stade industriel, grâce à un partenariat avec la société Sofradir (depuis 2013).

Citons les caméras compactes « grand champ » imitant l'architecture de l'oeil humain, dédiées à la surveillance ou au pilotage des drones, les caméras ultra-compactes « sur puce » produisant plusieurs petites images de la même
scène, dont la combinaison permet d'augmenter l'information perçue – augmentation de la résolution, vision 3D, imagerie multi-spectrale (plusieurs « couleurs » infrarouges).

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:55
photo Musée de l'Armée

photo Musée de l'Armée


06.10.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Jean-Yves Le Drian a inauguré ce matin [6 Oct.] l'exposition Chevaliers et bombardes au musée de l'Armée. Bombarde? Rien à voir avec la Bretagne!

La bombarde en question, c'est celle qui tonne (quoi que...), qui canonne...

Le ministre s'est interrogé: "Comment comprendre – je dirais même, comment accepter – qu’un grand musée d’histoire comme le musée de l’Armée, ne dise rien ou si peu de la guerre froide, de la colonisation et de la décolonisation, ou encore les engagements militaires les plus récents de la France ?"

Il a bien sûr répondu (c'est moi qui souligne):"La singularité des musées d’histoire réside dans leur fragilité. S’ils n’évoluent pas en même temps que leur époque, ils sont condamnés à s’effacer. A cet égard, nous sommes ici devant un risque réel. Le décalage entre notre époque et les périodes les plus récentes évoquées par le parcours permanent du musée s’accroît d’année en année. Comment comprendre – et je le redis, comment accepter – que les opérations extérieures ne soient pas évoquées à l’endroit même où la Nation honore ceux qui sont tombés en son nom ? Comment ne pas regretter que le fait colonial et ses conséquences, si importantes pour la France aujourd’hui, ne soient pas développés ? A chaque fois, une même question : comment un peuple, des citoyens, peuvent-ils comprendre l’époque dans laquelle ils vivent, et penser leur avenir, dans l’ignorance de leur passé le plus récent ? Ici, le musée de l’Armée a un rôle à jouer bien plus grand encore que celui qu’il remplit aujourd’hui."

Donc, le musée de l'Armée va faire de la place pour la période récente de notre histoire militaire.

 

D'où le projet d'extension lancé par JYLD qui veut "conduire une réflexion globale sur la distribution des espaces au sein de l’Hôtel national des Invalides, que je veux renforcer dans sa vocation de haut-lieu du rayonnement de nos armées. Dans ce cadre, elle identifiera les conditions d’une extension du musée de l’Armée, qui permettra de répondre aux deux défis majeurs que je viens d’évoquer. Une première feuille de route me sera remise d’ici la fin de l’année."

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:55
photo  F. Pellan - CCH C. Piault / Armée de Terre

photo F. Pellan - CCH C. Piault / Armée de Terre

 

06/10/2015 Armée de Terre

 

Pour fêter ses 20 ans, le 48e régiment de transmissions d’Agen a organisé une cérémonie nocturne le 1er octobre 2015 avec, en point d'orgue, une aubade, des tableaux vivants et un feu d’artifice. La cérémonie était  présidée par le colonel Stéphane Allouche, commandant le 48e RT, et en présence du général d’armée Philippe Pontiès, inspecteur de l’armée de Terre. Le 48e RT a pour mission de mettre en œuvre à l’entraînement et en opérations l’appui au commandement des postes de commandement (PC) de force et tactiques de niveau 1 à 3.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:50
EUNAVFOR MED - OPERATION SOPHIA enters Phase 2

 

Rome, October 7 2015 EUNAVFOR MED

 

Today, as agreed by the EU Ambassadors within the Political and Security Committee on September 28, the EU naval operation against human smugglers and traffickers in the Mediterranean, "EUNAVFOR MED - OPERATION SOPHIA pdf - 407 KBfrançais (fr) ”, moved to phase 2 in International Waters.

After having achieved all the objectives of the first phase in terms of intelligence gathering, training and deployment, the Operation Commander, Admiral Enrico Credendino , stated the Force’s readiness for next stage.

During the second phase, the EUNAVFOR MED - OPERATION SOPHIA assets will conduct boarding, search, seizure and diversion, on the high seas, of vessels suspected of being used for human smuggling or trafficking.

In order to accomplish this highly operative part of the mission, the member States agreed to enhance the Force by deploying more assets at sea.  

At the moment EUNAVFOR MED - OPERATION SOPHIA can count on 6 naval units (the Italian flagship “Cavour”, 2 German, 1 UK, 1 French and 1 Spanish warships) and 7 air assets among planes and Helicopters. 3 more vessels will join the naval Force in the Area of Operation in few weeks. 

In its first phase, launched on 22 June 2015, EUNAVFOR MED - OPERATION SOPHIA patrolled on the high seas gathering information detecting and monitoring the smuggling networks. Nevertheless, the ships contributed to save more than 3000 migrant’s lives performing several rescues at sea and, Following our activities, 16 suspected smugglers and traffickers have been arrested by the Italian authorities. 

EUNAVFOR MED, established on 18 May 2015, is part of a wider EU’s comprehensive approach to migration, tackling both current symptoms and root causes such as conflict, poverty, climate change and persecution.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:45
ASF conference raises questions on ACIRC

 

07 October 2015 by defenceWeb

 

The 2015 conference on the "African Standby Force (ASF): Beyond 2015" stems from a co-operation MoU between the Faculty of the Royal Danish Defence College and the Faculty of Military Science, Stellenbosch University.

The 2013 conference in Dar es Salaam, the third one in the series, featured maritime security off Africa with a post-piracy theme.

 

This year the conference theme coincided with expectations and decisions on the readiness of the ASF and thus the "Beyond 2015" theme, said Professor Francois Vrey of the Military Science Faculty. The expectations of readiness and the emergence of ACIRC (African Capacity for Immediate Response to Crises) also underpins dynamics necessitating the beyond 2015 focus of the event.

 

Day One saw an overview of the Peace and Security Architecture of the African Union (AU) including the domains of civilian participation, the rise of maritime security, costs and burden-sharing as well as the viability of the state as a dominant organising concept for all.

 

Keynote speaker from Warwick University (UK) Dr David Anderson emphasised the Peace and Security Architecture of the AU, including the ASF, entailed costs and responsibilities with no avenue to avoid these two matters.

 

The Day Two keynote speaker, Dr Jakkie Cilliers of ISS South Africa, covered the rise of violence and terrorism in Africa from a statistical perspective after which follow-on speakers dealt with each of the five regional entities and their standby arrangements.

 

Of interest was the work done by ECCAS (Economic Community of Central African States) (FOMAC – La Force Multinationale de l’Afrique Centrale) and the NARC (North Africa Regional Capability) in North Africa, two regions not often the focus of discussion. In ECCAS the progress with maritime security in the Gulf of Guinea also caught the attention - a matter generally neglected when regional standby matters are addressed, Vrey pointed out.

 

The inclusion of the AIMS 2050 theme on Day One questioned the general understanding of ASF readiness beyond 2015. Although each region appears to be on its way, but with different modes and at different tempos, to bring the expected standby arrangements to fruition remains complex, particularly the process to move from military standby pledges and readiness towards political authorities and decisions to effect deployment.

 

The morning of Day Three covered ACIRC with a lively exchange of ideas including opinions on its intrusion into the ASF and the violation of the co-operative and consensus culture sought by the AU to that of a viable option to keep in step with rapidly unfolding of violent threats on the continent.

 

It was clear from discussions the matter of ACIRC did not reflect a mature consensus among the speakers and other delegates, Vrey said. While the operational readiness of ACIRC is being pushed forward rather quickly, it appears its deployment principles and political backing remain uncertain.

 

South Africa is a driver behind the African Capacity for Immediate Response to Crises (ACIRC), a precursor to the ASF, which will apparently be established by the beginning of 2016, resulting in no further need for the stopgap ACIRC. Between June and December South Africa will be leading whatever contingent is required to deploy as part of the ACIRC. The final strength of the ACIRC contribution from South Africa will be 1 800 personnel when they finally deploy.

 

Between October 19 and November 7 some 5 000 troops will descend on Lohathla for exercise Amani Africa II. The South African Army said that all AU members from East and West Africa will take part in the exercise while all countries with the exception of the Central African Republic will take part from Central Africa. Members from North Africa will only send staff officers.

 

The envisaged 25 000-strong ASF operating through five regional brigades is expected to be the backbone of the continent’s new peace and security architecture.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:45
Desert Wolf adding grenades to Skunk riot control UAV

A Desert Wolf Skunk UAV.

 

07 October 2015 by Guy Martin - defenceWeb

 

Local surveillance company Desert Wolf is adding grenades to its Skunk riot control unmanned aerial vehicle (UAV), which is currently being manufactured with four paintball markers.

 

Hennie Kieser, Director of Desert Wolf, told defenceWeb that the non-lethal grenades are being supplied by a company in South America and will be available in a number of different formats, including smoke, flash-bang, tear gas etc. Up to 48 grenades can be carried by the upgraded Skunk GL UAV.

 

The grenades will be dropped over crowds and descend via parachute, minimising collateral damage on the ground and allowing the smoke to spread from above.

 

The South American company commissioned development of the grenade version of the Skunk, which will be marketed jointly by both it and Desert Wolf.

 

Kieser said he expected test flights and customer acceptance of the grenade version by the end of December. Photos and videos of the Skunk GL will be made available in the next 6-8 weeks.

 

Desert Wolf is currently manufacturing its Skunk UAV in Europe. This version is fitted with four paintball markers able to fire a variety of different rounds, from hard plastic to pepper spray. Manufacturing is underway for seven different customers, which have ordered some 400 airframes. Two batches of aircraft have already been shipped and pilots trained. These seven orders should be completed by year-end, Kieser said.

 

The skunk riot control UAV is being developed into a whole family that can be used for a variety of duties, such as search and rescue, surveillance, LIDAR scanning and lifeguard.

 

The Skunk multirotor, armed with four paintball markers, cameras and a loudhailer, was unveiled at the IFSEC security exhibition in Johannesburg in May last year, where it generated a considerable amount of interest both locally and abroad.

 

The Skunk has evolved into the Skunk II. It features two high definition colour cameras, a thermal camera for night operations, spot/strobe lights, eye-safe pulsating lasers, speakers, police sirens and flashing blue lights and four paintball markers.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:45
Migrant crisis: EU to begin seizing smugglers' boats

 

07.10.2015 BBC Africa

 

The EU is beginning a new operation in the southern Mediterranean to intercept boats smuggling migrants.

 

Under Operation Sophia, naval vessels will be able to board, search, seize and divert vessels suspected of being used for people smuggling. Until now, the EU has focused on surveillance and rescue operations. So far this year, more than 130,000 migrants and refugees have crossed to Europe from the north African coast. More than 2,700 have drowned. However, many more migrants and refugees - mainly Syrians fleeing the country's civil war - are taking a different route. They are crossing overland into Turkey, before a short journey by sea to European Union member Greece and onwards to central and northern European countries, with Germany the preferred destination. The migrant crisis was one of the issues raised by French President Francois Hollande and German Chancellor Angela Merkel in a rare joint address to the European Parliament in Strasbourg on Wednesday.

 

Read more

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories