Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 18:45
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

27/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Malgré une zone d’action étendue sur cinq pays, la force Barkhane est en mesure de faire basculer ses efforts sur les différentes bases avancées en fonction des objectifs opérationnels. En effet, le Détachement de transit interarmées (DéTIA) basé à N’Djaména assure de façon permanente le soutien logistique aérien de l’opération Barkhane.

 

Articulé autour d’une vingtaine de femmes et hommes du 1er régiment du train parachutiste et de l’armée de l’Air, le DéTIA occupe un rôle clé dans la mise en œuvre des opérations de la force Barkhane. Sa mission consiste à soutenir la force en transportant le personnel et le matériel nécessaire au déroulement des opérations et des missions.

 

Le DéTIA assure la gestion des priorités de livraison par air entre les différentes emprises de la force mais également avec la France. Il met en œuvre la préparation et le conditionnement des palettes de matériels et de ravitaillement des unités.

 

Il assure aussi la formation du personnel militaire dans plusieurs domaines de spécialité, tels que la formation au posé d’assaut, l’instruction marquage au sol dans le cadre des livraisons larguées par air et le déconditionnement des colis.

 

Depuis le lancement de l’opération Barkhane, le DéTIA de N’Djaména a mis en place 1 400 vols, permettant le transport de 30 000 militaires et de plus de 6 000 tonnes de fret.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

11/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 juillet 2015, la force Sangaris  a effectué une livraison par air (LPA) au profit du Groupement tactique inter-armées (GTIA) Centurion, alors déployé en province.

 

Le détachement de transit interarmées (DéTIA) a mis à disposition ses moyens pour ravitailler par les airs le GTIA Centurion en rations et en eau. Principalement armé par le 1er Régiment du train parachutiste (1er RTP) et l’armée de l’Air, le DéTIA a ainsi largué plus de 11 tonnes de vivres à partir d’un avion de transport tactique C130 dont la force française bénéficiait pour appuyer l’ensemble de sa manœuvre. Au sol, la MINUSCA et les militaires français ont mené une opération conjointe pour sécuriser la zone préalablement au largage, puis ils ont procédé à la récupération des vivres.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 12:45
Barkhane : « Dans la peau » d’un agent de transit aérien

 

23/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le brigadier Ana, 31 ans, est déployé au Mali depuis le mois de novembre 2014 pour une durée de 4 mois. Agent de transit aérien sur la plateforme opérationnelle désert (PfOD) de Gao, elle participe jour et nuit à relever le défi logistique qui caractérise l’opération Barkhane. Face aux élongations hors du commun de la bande sahélo-saharienne, sa disponibilité et son sens de l’engagement contribuent à la réussite de sa mission. Son objectif est clair, « maîtriser les flux de matériels en transit sur la PfOD ainsi que les ressources vitales aux troupes déployées est un enjeu permanent ».

 

Affecté depuis 10 mois à l’escale de la base aérienne (BA) 107 de Villacoublay (78), elle exerce le métier d’agent de transit aérien, fonction qu’elle occupe depuis 2012 lors de sa première affectation sur une base aérienne, la BA 105 d’Evreux (27).

 

Entrée en service en 2008, le brigadier Ana a d’abord été secrétaire au bureau d’accueil du personnel de l’armée de l’air à Balard (75) avant de rejoindre les pistes d’envol des bases aériennes. Passionnée par l’univers de l’aéronautique, elle obtient en 2011 les qualifications nécessaires pour assurer la gestion du transit aérien militaire. Depuis, son professionnalisme et son enthousiasme lui ont permis de gravir les échelons. Très prochainement, elle sera élevée au grade de brigadier-chef suite à l’obtention de la sélection de niveau 1 (SN1).

 

A bientôt 7 ans de service, le brigadier Ana est chargé d’assurer le package des aéronefs (avions et hélicoptères) lors des phases de stationnement au sol, d’effectuer le contrôle IATA de transport de matières dangereuses et de gérer le fret militaire, de sa dépose à l’escale jusqu’à l’arrimage à l’avion. En contact avec plusieurs milliers de passagers par an, elle participe à faire que leur voyage se passe dans les meilleurs conditions (accueil, accompagnement dans les démarches administratives, manifeste passagers, etc.). Sur la BA 107 de Villacoublay, elle est également amenée à être en contact avec les autorités politiques et militaires dans le cadre de leurs déplacements en France et à l’étranger.

 

Sur la PfOD de Gao, une journée type à la cellule du détachement de transit interarmées aérien est bien chargée. Jour et nuit, les aéronefs tactiques de transport militaire atterrissent et décollent. « Chaque appareil demande en moyenne un temps de travail estimé à 2 H 30. Pour le bien de la mission, le DETIA assure l’ensemble des tâches liées à l’environnement de l’avion ». Lorsqu’un aéronef arrive sur la PfOD de Gao, le brigadier Ana anticipe déjà son départ, « une fois ses passagers et son FRET débarqués, il faut préparer l’avion pour qu’il puisse poursuivre son plan de vol et ses missions opérationnelles dans les meilleurs délais ». Traitement du fret et gestion de son suivi administratif, complètement en carburant des aéronefs, gestion des soldats à l’embarquement et au débarquement, face à la densité des flux logistiques et du personnel militaire transitant par Gao, le brigadier Ana peut compter sur ses savoir-faire et son allant.

 

L'opération Barkhane regroupe 3000 militaires dont la mission en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : « Dans la peau » d’un agent de transit aérienBarkhane : « Dans la peau » d’un agent de transit aérien
Barkhane : « Dans la peau » d’un agent de transit aérienBarkhane : « Dans la peau » d’un agent de transit aérien
Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:45
Mali : le DETIA International de Bamako

 

05/04/2014 Sources : EMA

 

Le Détachement de transit interarmées (DETIA) Serval basé sur  l’aéroport de Bamako-Ségou assure le suivi de la totalité des flux logistiques aériens, au profit de l’opération française au Mali. Sa mission concerne les liaisons entre la métropole et le Mali, les liaisons intra-Mali, et celles entre les différents théâtres africains.

 

Quotidiennement, les militaires du DETIA réceptionnent tous types de frets et conditionnent des palettes qui seront acheminées par voie aérienne sur les différentes bases militaires du théâtre malien ou vers la France. En 2013, plus de 7 000 tonnes de fret pour 2 000 aéronefs ont été traité. Le DETIA gère aussi tous les mouvements aériens de personnels. Près de 45 000 transits ont été assurés en 2013.

 

Le DETIA a la particularité d’être une plateforme de groupage et de dégroupage pour les théâtres voisins. Il est donc amené à traiter aussi les vols d’Antonov 124 et d’IL76 affrétés par le Centre Multimodal des Transports (CMT). Enfin, il peut aussi assurer des missions tactiques d’aérolargage de matériel, ou d’aéroportage de personnels, via sa composante livraison par air (LPA).

 

La chaleur est la principale contrainte du DETIA, car plus elle est élevée plus la capacité d’emport des aéronefs est réduite : un degré supplémentaire équivaut à plusieurs centaines de kilos en moins dans un avion.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : le DETIA International de BamakoMali : le DETIA International de Bamako
Mali : le DETIA International de Bamako
Repost 0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:45
Dans la peau d’un chef de détachement de transit interarmées

 

22/11/2013 Sources : EMA

 

Le maréchal des logis Elodie est projetée au Mali depuis le mois de mai 2013. Affectée au 1er régiment du train parachutiste (1er RTP), elle est chef d’équipage livraison par air (LPA). A son arrivée, elle a travaillé au détachement de transit  interarmées (DéTIA) aérien de Bamako en qualité de chef d’équipe transit. Depuis le mois de juillet, elle occupe le poste de chef de DéTIA sur la plateforme opérationnelle désert de Gao.

 

Sur place elle commande cinq militaires. Elle est l’interface entre l’armée de l’air et l’armée de terre pour tout ce qui concerne la gestion des flux logistiques aériens. Elle et son équipe conditionnent le matériel à charger dans les aéronefs, que ce soit dans les avions de transport tactiques ou stratégiques (ATT ou ATS). Elle dispose des engins de manutention permettant de charger les avions dont elle connait les caractéristiques techniques. Son travail, touche à la sureté des vols et demande donc beaucoup de rigueur et de précision. La gestion des volumes, des poids, des dimensions et des effectifs font son quotidien.

 

Son BAC sciences médico-sociales en poche en 2007, elle intègre Saint Maixent en 2010 et effectue son stage de corps de troupe au 1er régiment du train parachutiste (1er RTP) : « J’ai tout de suite été attirée par la spécialité de livraison par air. (LPA) ».« Mon travail me permet d’être toujours au plus près des avions ». Brevet parachutiste en poche, elle passe sa qualification LPA en 2012. Qualifiée sur Transall, elle a la possibilité d’évoluer dans sa spécialité en obtenant les extensions Casa CN235, Hercules C130, et par la suite A400 M.

 

Afin de parfaire sa formation dans le domaine des troupes aéroportées, elle tentera de devenir chef de groupe de saut en 2014 et pourra par la suite devenir largueur opérationnel (pour procéder au largage de personnel). Cette spécialité parachutiste reste au cœur de ses fonctions : « Quand nous sommes projetés en OPEX en transit aérien, nous sommes toujours en mesure d’effectuer du largage de matériel si les opérations l’exigent. »

 

Au cours de son mandat elle aura traité une moyenne de deux avions et plusieurs tonnes de fret par jour. En période de déploiement ou de relève, ce chiffre peut s’élever jusqu’à cinq ou six avions. Le matériel à conditionner ou charger est varié : véhicules, hélicoptères, groupes électrogènes, vivres etc. De plus elle doit prendre en compte le transport du personnel, en contrôlant qu’effectifs et poids soient conformes à la charge offerte par l’aéronef. « Ce qui me plait dans le travail au transit, c’est que l’on est constamment obligé de se remettre en question. De trouver des solutions pour que tout le fret à transporter arrive au plus vite à destination. C’est un défi de tous les jours ».

Dans la peau d’un chef de détachement de transit interarmées
Dans la peau d’un chef de détachement de transit interarmées
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories