Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:20
USAF Releases Reaper UAV Accident Report

 

July 1, 2014 defense-unmanned.com

(Source: US Air Force; issued July 1, 2014)

 

MQ-9 Reaper Accident Report Released

 

LANGLEY AFB, Va. --- A series of system malfunctions led to the crash of an MQ-9 Reaper into Lake Ontario, New York, Nov. 12, 2013. The crash occurred approximately 35 miles southwest of Fort Drum, New York according to an Air Combat Command Accident Investigation Board report released today.

 

The mishap aircraft and mishap aircrew were assigned to the 17 4th Attack Wing, Hancock Field Air National Guard Base, New York. The aircraft, valued at $10.6 million, was destroyed on impact; there was no damage to private property.

 

After the MQ-9 departed Wheeler-Sack Army Airfield, New York, for the Oswego

Military Operating area to conduct a routine tra ining mission, control of the MQ-9 was turned over from the launch recovery element (LRE) aircrew to the mission control element aircrew (MCE) at Hancock Field. During the training mission, the MCE aircrew noticed a series of warnings indicating a partial failure in the MQ-9's onboard GPS and inertial navigation system.

 

In response, the MCE aircrew at Hancock Field initiated the appropriate emergency checklist and informed the LRE aircrew of the situation. While the MCE aircrew was in the process of returning the MQ-9 to Wheeler-Sack Army Airfield, the aircraft lost link with the MCE aircrew and began to fly its pre programmed contingency return-to-base flightpath on its own. This pre-programmed flightpath allows the aircraft to return to base via a series of waypoints designed to safely avoid populated areas and potential obstructions.

 

The MCE aircrew followed the checklist instructions and disabled their command link to the aircraft to enable the LRE aircrew to attempt to gain control. While the LRE aircrew was initiating the link through their ground data terminal transmitter, the MQ-9 suffered an additional failure in its GPS and inertial navigation system. A few seconds later, the aircraft began an autopilot turn to the right that inverted the aircraft and eventually led to an unrecoverable flat spin. Shortly thereafter, the MQ-9 impacted Lake Ontario and was destroyed.

 

The accident investigation board president found by clear and convincing evidence that the cause of the aircraft crash was multiple failures within the MQ-9's GPS and inertial guidance system, in conjunction with that system passing invalid flight control data to the aircraft's autopilot system.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 22:30
MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

 

July 1, 2014 defense-unmanned.com

 (Source: U.S Department of Defense; issued June 27, 2014)

 

Armed, Remotely Piloted Aircraft Patrolling Skies Over Iraq

 

WASHINGTON --- Some of the manned and unmanned aircraft that the United States is flying over Iraq are armed to protect newly arrived American military advisers on the ground, Pentagon press secretary Navy Rear Adm. John Kirby said today.

 

The aircraft are being flown with the Iraqi government’s permission, the admiral said during a regular Pentagon briefing.

 

“The reason that some of those aircraft are armed is primarily for force protection reasons now that we have introduced into the country some military advisers whose objective will be to operate outside the confines of the embassy."

 

There are 90 U.S. service members on six teams assessing conditions in and around Baghdad. Another 90 Americans are setting up the joint operations center in Baghdad.

 

All told, there are around 500 American service members in the country sent by President Barack Obama to help the Iraqi military as it faces advances by Sunni militants from the Islamic State of Iraq and the Levant who have overrun much of the country’s northern and western provinces.

 

The aircraft are flying between 30 and 40 missions a day in and around Baghdad, Kirby said. The information gathered will feed into the team assessments and the information is being shared with Iraqi forces.

 

The president has made no decisions about the use of kinetic force, Kirby said, “but it would be irresponsible for us not to be planning, preparing and thinking and to be ready in case he should make that decision.”

 

Obama has however, decided to ask Congress for $500 million for fiscal year 2015 to help train and equip moderate elements of the opposition battling the Assad regime in neighboring Syria, where the civil war is being blamed for sending Sunni extremists across the border and destabilizing Iraq.

 

“That opposition, mind you, still has to be vetted,” Kirby said.

 

Defense officials say it’s imperative that such aid does not end up arming extremists. “But that doesn't mean that you stop the effort to try to enable and build the capacity of partners in a very tough part of the world,” Kirby said. “You don’t just turn it off because there’s a risk that … some of it may fall into the wrong hands.”

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 21:35
More RAF Reapers Take To The Skies

 

03 July 2014 Royal Air Force

 

The RAF’s newest Reaper remotely piloted aircraft have begun operations in Afghanistan.

 

Pictures released today show additional Reaper aircraft flying from Kandahar Airfield to gather vital intelligence in support of Afghan, UK and ISAF coalition forces on the ground.

 

The deployment of five new Reapers means there are now twice as many in Afghanistan operating alongside the Army’s Hermes 450. These aircraft provide real-time, life-saving video to ground commanders, which will continue to be vital to allied efforts to secure internal security in Afghanistan as we draw down allied forces from the country this year.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 15:50
Jean-Yves Le Drian : « Rapprocher Nexter et KMW pour mieux affronter la concurrence internationale »

 

01/07 Alain Ruello - lesechos.fr

 

Pour Jean-Yves Le Drian, le ministre de la défense, le rapprochement permettra aux deux entreprises d’atteindre la taille critique pour être compétitif à l’exportation.

 

Cela fait des années qu’on évoque la création d’un champion franco-allemand de l’armement terrestre. Pourquoi maintenant ?

 

C’est la première fois que l’on réalise une consolidation européenne de cette ampleur dans l’armement depuis EADS en 2000 et MBDA en 2001. Nous allons constituer un Airbus du terrestre. Cela permettra de mieux affronter la concurrence internationale : ensemble, Nexter et KMW formeront le premier groupe d’armement terrestre européen. C’est une réponse aux contraintes sur les budgets de défense en Europe. C’est une nécessité pour disposer d’une gamme complète et de capacités d’innovation majeures. Cela méritait d’en parler dans le cadre franco-allemand et de dépasser les blocages historiques. C’est une étape majeure. On rentre dans une phase de fiançailles pour aboutir au mariage en avril prochain.

 

Pourquoi ce schéma plutôt qu’un rapprochement avec Renault Trucks Defense par exemple ?

 

La co-entreprise Nexter-KMW va ouvrir des synergies importantes pour l’avenir en matière de R&D et de développement international. Le rapprochement va immédiatement créer de la valeur dans ces domaines. Ce schéma préservera les deux entreprises et les programmes de chacune d’entre elles puisque les commandes engagées resteront chez Nexter et KMW.

 

Nexter était menacé sinon ?

 

La dépendance de Nexter à l’égard des commandes françaises est importante. L’entreprise doit muscler ses capacités de développement international.

 

Quel est l’intérêt pour KMW, qui exporte très bien, de se rapprocher de Nexter ?

 

La nouvelle société vaudra plus que la somme actuelle des deux entités. Les entreprises mutualiseront leurs gammes et le groupe atteindra la taille critique pour être compétitif à l’export. C’est favorable pour l’emploi car chacun garde ses carnets de commandes et s’associe à l’autre pour innover et exporter. C’est aussi un plus considérable pour l’Europe de la Défense. Avec de la volonté, on parvient à des résultats.

 

Même si l’Etat conserve 50 %, il va falloir privatiser Nexter. Craignez-vous une levée de boucliers en interne ?

 

Nos intérêts seront parfaitement protégés. L’Etat conserve 50 % de cet ensemble ainsi qu’une action spécifique pour préserver ses intérêts stratégiques, dans le domaine des munitions.

 

Ce rapprochement en appelle-t-il d’autres ?

 

Une étape importante s’ouvre aujourd’hui, dont je souhaite le plein succès. Demain, cet ensemble pourra s’ouvrir à d’autres.

 

Ce qui est possible dans l’armement terrestre, l’est-t-il aussi dans le naval ? On évoque la nécessité d’un Airbus des sous-marins depuis des années entre DCNS et TKMS...

 

J’agis de manière pragmatique et concrète pour développer nos industries de défense. Nous évaluons nos intérêts, travaillons avec des partenaires éventuels et aboutissons à un résultat qui préserve notre industrie de défense et qui nous projette à l’export. La solution Nexter-KMW répond à ces conditions. Comme j’ai pu l’encourager dans le domaine spatial (Airbus Safran), la consolidation européenne peut concerner d’autres secteurs. J’en ai fait un objectif majeur car le ministère de la Défense est aussi celui des industries de défense.

 

Le divorce entre TKMS et Kockums vous donne-t-il des idées sur une alliance franco-suédoise ?

 

La ministre suédoise de la défense et moi-même avons évoqué toutes ces questions vendredi dernier. Nexter-KMW montrent qu’il y a de l’intérêt à se consolider tout en préservant ses atouts.

 

La ministre de la défense allemande va prendre position sur les drones. Attendez-vous un top départ pour un projet franco-allemand sachant que Dassault, Airbus et Finmeccanica piaffent d’impatience ?

 

En Allemagne, l’opinion publique a été marquée par le Global Hawk. Je fais de l’équipement de nos armées en drones une priorité et ma collègue allemande partage mon intérêt pour le sujet

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 17:20
L'US Air Force met l'accent sur le développement des drones

Le démonstrateur de drone de combat furtif Phantom Ray de Boeing fait la taille d'un avion de chasse.

 

24/06/2014 Par Julien Bergounhoux

 

Dans un document détaillant son programme de développement de drones, baptisé RPA Vector, l'Armée de l'air américaine révèle l'importance que les drones ont acquis au sein de la stratégie militaire au cours des dernières années, et la place proéminente qu'ils auront dans la guerre du futur.

 

L'Armée de l'air américaine travaille à l'élaboration d'une génération de drones constituant une véritable flotte à part entière. A terme, ces aéronefs sans pilote à bord ou avec pilote optionnel seront amenés à progressivement remplacer les avions de chasse traditionnels.

 

Cette stratégie de développement fait suite au rôle grandissant qu'ont tenu les drones lors des conflits armés ces dix dernières années et à l'appui indispensable qu'ils fournissent désormais aux forces armées américaines. Et s'ils restent pour le moment très limités dans leurs capacités par rapport aux chasseurs ou aux bombardiers classiques, cela pourrait bientôt (à l'échelle des projets aéronautiques) ne plus être le cas.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 17:20
An RQ-4 Global Hawk taxies on the flightline as a U-2 makes its final approach

An RQ-4 Global Hawk taxies on the flightline as a U-2 makes its final approach

 

June 25, 2014: Strategy Page

 

The U.S. Air Force has changed its mind about the RQ-4 Global Hawk UAV. The motivation here is the need to cut costs in the face of a shrinking air force budget. So now the air force is asking Congress for two billion dollars to upgrade some RQ-4s so they can fully replace the versatile, elderly and expensive-to-operate U-2 reconnaissance aircraft. The air force is saving a lot of money by retiring entire types of aircraft (like U-2s and A-10s). The A-10s will be completely replaced by F-16s and smart bombs.

 

For years the air force was dissatisfied with the performance and operating costs of the RQ-4, pointing out that the U-2 was cheaper and, because of better sensors, more useful. But the RQ-4 manufacturer brought down the costs and increased reliability. Despite that criticism from the U.S. Air Force, American aircraft manufacturer Northrop Grumman continued to find customers for its RQ-4. In large part that’s because the RQ-4 has been much improved since 2010. The RQ-4 has become more reliable, efficient and flexible. Several of the new customers (like South Korea and Japan) want to use it for maritime reconnaissance, something the U.S. Navy is already doing. The cost of operating the RQ-4 has also been greatly reduced over three years, from $40,600 an hour to $18,900. That happened largely because there were more RQ-4s in service and each was flying more hours. That spread overhead costs over more flight hours. There was also a sharp reduction (by $14,000 an hour) in contractor support costs, largely brought on by improved aircraft reliability. Another factor driving this decline in costs was the air force threat to get rid of many RQ-4s because it was cheaper, per flight hour, to use the much older manned U-2s. Now that is no longer the case and the air force has backed away from dropping its RQ-4s and instead wants to retire the U-2s instead.

 

Back in 2011 the U.S. Air Force very publically gave up on the RQ-4. This came in the form of an air force announcement that they had stopped buying the RQ-4. Not only that but ten of the thirty-one Block 30 models ordered were cancelled. None of the planned Block 40 aircraft were to be built. Global Hawk remained in production because there were other users who were not as displeased as the air force. The U.S. Navy is buying 68 MQ-4C “Triton” BAMS (Broad Area Maritime Surveillance) models plus the two prototypes. Triton is to enter service by 2017.

 

While the RQ-4 has always been hailed as a revolutionary and successful system, most of the recon and surveillance jobs in the last decade were handled by the more reliable, cheaper, and numerous Predator and Reaper UAVs. Meanwhile, the air force was having more and more problems with the RQ-4, and that led to the public denunciation of the RQ-4 and Northrop Grumman. But as the war on terror dies down and the potential opponents include countries with air defenses, the higher flying RQ-4 becomes more valuable.

 

The 2011 decision was the result of the air force and the manufacturer feuding over design, cost, and quality control issues. The last straw was the unreliability of the new Block 30 models. This renewed Department of Defense threats to cancel the program. But manufacturer Northrop Grumman lobbyists have made sure the key members of Congress knew where Global Hawk components were being built and how many jobs that added up to. While that delayed the RQ-4 Block 30 cancellation it did not stop it. The air force was placated for a while when Northrop Grumman fixed some of the problems (some of which the manufacturer said don't exist or didn't matter). The Block 30 was supposed to be good to go, but the air force was not convinced and decided that Block 30 was just more broken promises. Congress was also tired of all the feuding and being caught between Northrup lobbyists and exasperated air force generals. Then there was political decision to cut the defense budget over the next decade. Something had to go.

 

You'd think the RQ-4 would be somewhat perfected by 2011. It was closer to that than many believed and is now considered a lot more reliable. Development of the RQ-4 began in the 1990s, as a DARPA research project. By 2006, per-aircraft costs were twenty-five percent over the original price. By 2007, production schedules had slipped as well. The air force and Northrop Grumman disagreed over what caused these problems. The air force blamed it on poor management. Northrop Grumman said it's all about dealing with complex technology. The air force pointed out that the RQ-4 was not high tech. The sensors often are but they are added to the aircraft after they came off the production line. Northrop Grumman continued to stonewall the air force and showed no signs of making any basic changes. Some air force procurement officials believed Northrop Grumman diverted resources to foreign customers, while taking advantage of the fact that there was no other supplier the air force could go to for long range UAVs. There was a lot of bad blood between the user and the manufacturer, which is not a good thing.

 

There were sixteen of the RQ-4A ("Block 10") aircraft built, fourteen for the U.S. Air Force, and two for the U.S. Navy. The later models were the larger RQ-4B (block 20, 30, and 40). Production has been consistently behind what Northrop Grumman had earlier promised. The air force originally planned to buy over forty Block 30s and wanted to get them faster, and with the reliability problems fixed. That did not work out before the war on terror largely ended and with it the big defense budgets.

 

In 2011, the air force transferred its remaining seven early model (Block 10) RQ-4s to other government agencies. These UAVs began flying nearly a decade ago and each has spent, on average, some three-thousand hours in the air. Some have spent over seven-thousand hours in the air, while others have mostly stayed on the ground. On average, these Block 10 aircraft flew once a week. But some ninety percent of hours flown were in combat operations. Subsequent models (Block 20, 30, and 40) had greater carrying capacity and reliability. Many payloads (various sensors) are designed for the larger models. But the Block 10 is still useful for civilian missions (disaster monitoring, border patrol, and all sorts of research).

 

Things had started off on a more promising note. The RQ-4 was still in development on September 11, 2001, but was rushed into action. The first production RQ-4A was not delivered until August, 2003. Although the RQ-4 could stay in the air for up to forty-two hours, all of them had only amassed about four-thousand flight hours by 2004. But most of those four-thousand hours, which were originally planned to involve testing of a new aircraft, were instead used to perform combat missions. Global Hawk also got to fly under difficult conditions, something an aircraft still being developed would not do.

 

In 2008, an RQ-4A Global Hawk made the first non-stop crossing of the Pacific, flying twelve-thousand kilometers from California to Australia in twenty-three hours. The Global Hawk has previously crossed the Pacific in several hops but it always had the endurance to do it non-stop. In the last decade RQ-4s have flown over fifty-five-thousand hours, most of that combat missions, and many of them from Persian Gulf bases. The latest models can fly twenty hour missions, land for refueling and maintenance, and be off in four hours for another twenty hours in the sky. But the reliability issues with the Block 30 made the longer missions infrequent. Otherwise, the RQ-4 has been very reliable, with aircraft being ready for action ninety-five percent of the time. An RQ-4 can survey about four-thousand square kilometers an hour.

 

The U.S. Air Force pays over $150 million for a fully equipped RQ-4, but only about 35 percent of that is for the UAV itself. Include payload (sensors and communications) and development costs and it nearly triples. The B version is about ten percent larger (wingspan of 42.3 meters/131 feet, and 15.5 meters/48 feet long) than the A model and can carry an additional two tons of equipment. To support that, there's a new generator that produces 150 percent more electrical power. The B version is a lot more reliable. Early A models tended to fail and crash at the rate of once every thousand flight hours, mostly because of design flaws. It was those flaws and delays in fixing them that got the air force so angry. The first three RQ-4Bs entered service in 2006, with some of those flaws still present, and it took over five years to clear that up.

 

At thirteen tons the Global Hawk is the size of a commuter airliner (like the Embraer ERJ 145) but costs more than twice as much. Global Hawk can be equipped with much more powerful, and expensive, sensors than other UAVs. These sensors comprise most of the cost of the aircraft. The spy satellite quality sensors (especially AESA radar) are usually worth the expense because they enable the UAV, flying at over 20,000 meters (60,000 feet), to get a sharp picture of all the territory it can see from that altitude.  

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:50
EDA presents its roadmap on Remotely Piloted Aircraft Systems at international conference

 

Brussels - 24 June, 2014 European Defence Agency

 

The 16th UVS Annual Conference is organized within the framework of the European Remotely Piloted Air Systems (RPAS) roadmap.

 

They have proven essential in modern-day operations around the world : Remotely Piloted Air Systems, or RPAS, are now a key priority for the European Defence Agency whose teams are working on several ways to improve Member States’ capabilities in that domain.

Speaking today during the 16th UVS (Unmanned Vehicle Systems) Annual Conference held 23-26 June at the Royal Military Academy in Brussels, and which drew over 200 participants from 30 countries, Jean-Youri Marty, RPAS program manager at EDA, stressed that this domain was recognized a major priority by Heads of States and Government at the last European Council in December 2013. “We know we have the skills and industries in Europe not only to do this but also to become a first class player in the field”, he added.

 

Five pillars

EDA’s work on RPAS in channeled into five main workstrands. The first one focuses on the preparation of a future European Male RPAS programme, based on a Common Staff Target endorsed by Member States in November 2013. Outputs of this ongoing preparation phase are now expected around 2016.

Another area aims at optimizing the operational use of Male (Medium Altitude Long Endurance) RPAS currently in service in Europe. Seven EDA Member States have already decided to set up a dedicated Male RPAS community.

EDA also helps its Member States harmonizing airworthiness certification processes, in collaboration with the European Aviation Safety Agency. In the meantime, the Agency conducts several studies on the critical issue of military RPAS integration insertion in the general air traffic, again in close cooperation with the EASA but also with the European Commission, the Sesar Joint Undertaking and Eurocontrol. Finally, EDA supports its Members states in developing new technological solutions to prepare future RPAS.

 

More information

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 06:20
Tirs de drones contre des Américains: la justice publie un mémo les justifiant

 

24 juin 2014 45e Nord.ca (AFP)

 

Une cour d’appel fédérale a publié lundi des documents secrets autorisant des attaques de drones visant à l’élimination de citoyens américains sans procès, en l’occurrence Anwar al-Aulaqi, imam radical d’Al-Qaida assassiné en septembre 2011 au Yémen.

La cour d’appel de New York a accédé à la demande de l’Union américaine de défense des libertés civiques (ACLU) et du New York Times qui soulignaient, en février 2012, la nécessité de la plus grande transparence possible compte tenu de l’enjeu: le pouvoir de tuer des citoyens américains sans présenter de preuve et sans révéler les critères juridiques qui guident les décideurs.

Le gouvernement Obama s’était opposé à cette publication tout au long de la procédure judiciaire entamée fin 2011 mais a fini par renoncer à faire appel, quand la cour de New York a ordonné, fin avril, la publication du mémo du ministère de la Justice.

Dans ce document daté du 16 juillet 2010, David Barron, qui était alors un responsable du ministère et aujourd’hui juge d’appel, conclut à la légalité des raids ciblant un citoyen américain comme Al-Aulaqi, estimant que sa capture était de toutes les façons infaisable.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 19:50
Le drone de combat X-47B de Northrop Grumman (Northrop Grumman)

Le drone de combat X-47B de Northrop Grumman (Northrop Grumman)

 

23 juin 2014 par Benoît Maraval – 45e Nord.ca

 

Communément appelés « robots tueurs », les systèmes d’armes létaux autonomes (SALA) suscitent de nombreuses interrogations et inquiétudes sur lesquelles l’ONU travaille actuellement.

Une autonomie progressive qui pose question

 

Contrairement aux drones qui restent télé-opérés par l’homme, les SALA doivent permettre, une fois programmés – d’identifier, de sélectionner et d’engager n’importe quelle cible sans intervention humaine.

Si les SALA n’existent pas encore, des armes intègrent déjà des applications dotées d’un certain degré d’autonomie parmi lesquelles :

- “Phalanx” pour le système de combat Aegis (Etats-Unis) qui combine un radar de detection et d’acquisition de cible avec un calculateur de position associés à un canon multitube.

- Le système autonome « Harpy » de détection et de destruction d’émetteurs radars, développé par Israël.

-  Le drone britannique Taranis (toujours en stade de développement)

-  Le drone de combat X-47B de Northrop Grumman

-  Les robots de surveillance Techwin par Samsung, déployés dans la zone démilitarisée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

La multiplication de l’usage des drones ainsi que la progression de la robotique pourraient donc rapidement faire de ces technologies émergentes une réalité opérationnelle. Or, ces technologies soulèvent de nombreuses problématiques qui restent pour l’instant sans réponse :

-  Aucune définition précise et officielle des SALA n’a été agréée au niveau international

- Bien que de nombreux travaux sont en cours, le stade de développement technique des SALA est incertain

- La compatibilité de ces technologies avec le droit international (notamment avec le droit international humanitaire) est largement contestée

-  L’interrelation homme-machine et les questions éthiques – déjà problématiques dans le cas de l’utilisation des drones – soulevées par le développement des SALA n’a pas non plus fait l’objet d’études approfondies

- Les risques d’un recours à la force accru, d’une dissémination des technologies et d’une prolifération des SALA restent des sujets de réflexion théoriques.

 

Genève au travail

C’est justement pour tenter de répondre à ces questions que les Etats Parties à la Convention sur certaines armes classiques (CCAC) adoptée en 1980, ont décidé fin 2013 d’organiser une réunion d’experts sur le sujet afin de progresser sur ces différents sujets. Cette réunion s’est tenue du 13 au 16 mai dernier au siège des Nations unies à Genève et constituait le premier rassemblement international officiel d’Etats consacré au SALA.

Si toutes les interrogations précitées n’ont bien entendu pas reçu de réponse précise et définitive, certains éléments potentiels d’une future définition ont été évoqués, notamment la nécessité pour l’homme de conserver une forme de contrôle sur le système d’armes. D’un point de vue technique, la question de la marge d’erreur d’un « robot tueur » a également été soulevée.

Sujet de désarmement potentiel, les SALA pourraient également, selon certains responsables militaires invités à s’exprimer, être encadrés par des mécanismes de contrôle des armements – à l’image de certains dispositifs existants : registre des armes classiques des Nations unies, document de Vienne, traité sur les forces armées conventionnelles en Europe (FCE) – ce dernier étant malheureusement loin de représenter un « modèle » comme évoqué dans une chronique précédente.

Le président de la réunion d’experts, l’Ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel, représentant permanent de la France auprès de la conférence du désarmement, doit désormais élaborer un rapport de compte-rendu des débats qu’il soumettra à la prochaine réunion des Etats parties à la CCAC, prévue en novembre prochain.

 

La société civile en première ligne

La réunion a également offert l’occasion aux représentants de la société civile de présenter leurs positions sur les SALA. Outre le comité international de la croix rouge (CICR), de nombreuses autres ONG ont pu faire valoir leurs inquiétudes quant à la perspective de voir ces technologies naissantes être utilisées sur des cibles humaines de manière incontrôlée et imprévisible.

Afin de mieux faire entendre leur voix, 53 ONG venant de 25 pays se sont rassemblées depuis avril 2013 au sein d’une coalition intitulée « Campaign to stop killer robots », répétant ainsi le mode d’action qui a fait le succès de négociations passées sur le désarmement ou le contrôle des armements (campagne internationale pour l’interdiction des mines antipersonnel, campagne « contrôlez les armes », etc.).

Leurs principales préoccupations portent sur le droit international et sur la dimension morale de l’utilisation de « robots » armés dont l’autonomie leur conférerait droit de vie ou de mort sur un individu. Les ONG impliquées craignent également que l’emploi de SALA modifie le rapport des autorités politiques au recours à la force. « Envoyer des robots plutôt que des personnes sur la ligne de feu […] reviendrait à faciliter la décision d’entrer en guerre, générant ainsi davantage de conflits » s’inquiète Ian Kerr, directeur de la Chaire de recherche en éthique, droit et technologie de l’Université d’Ottawa et membre de la coalition « Stop killer robots ». Pour la section canadienne du mouvement, le gouvernement canadien doit prendre une part active dans l’interdiction préemptive des « robots tueurs », notamment en décrétant un moratoire national sur leur utilisation et en s’assurant que les activités liées au développement de SALA respectent le droit international humanitaire.

 

Le droit international au cœur des débats

Le débat juridique et la question des droits de l’Homme sont sans doute les points centraux des discussions en cours et à venir dans la mesure où, en l’état actuel de la recherche, il semble difficile pour un système d’armes automatisé de respecter en toutes circonstances le droit international humanitaire, en particulier les principes de distinction (discrimination entre cible militaire et populations civiles), de proportionnalité et de précaution.

Il y a 11 jours, le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires des Nations unies a présenté son rapport à Genève dans lequel il préconise au Conseil des droits de l’Homme de « rester saisi de la question des systèmes d’armes autonomes, et en particulier pour ce qui a trait aux droits à la vie et à la dignité », compte tenu du « risque que ces armes soient utilisées en dehors du champ géographique des conflits armés existants. ». En 2013, le Rapporteur spécial avait spécifiquement suggéré la mise en place de moratoires nationaux sur le test, la production, l’assemblage, le transfert, l’acquisition, le déploiement et l’utilisation de SALA.

En tout état de cause, une interdiction totale est sans doute difficilement envisageable. La nature duale de la robotique amène déjà de nombreux Etats à mettre en garde contre toute mesure ou décision trop ambitieuse sur les SALA susceptible de remettre en cause la recherche et le développement d’applications civiles potentiellement révolutionnaires dans les domaines de la santé, des opérations de sauvetage ou de l’agriculture.

Selon les sources, entre 4 et 8 pays développeraient actuellement des SALA ou auraient déjà déployé des systèmes aux degrés d’autonomie divers (Allemagne, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, Inde, Israël, Royaume-Uni, Russie). Rappelons cependant qu’au titre de l’article 36 du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève de 1949, un Etat partie à l’obligation de déterminer si l’emploi d’une nouvelle arme est interdit par ces engagements internationaux. L’Iran, le Pakistan et l’Inde, entre autres, ne sont pas tenus par cette obligation.

De son côté, le Canada est le seul Etat partie à la CCAC dont la déclaration liminaire n’a pas été rendue publique lors de la réunion d’experts à Genève. Un éventuel rôle de premier plan du Canada dans les discussions onusiennes mériterait en premier lieu un niveau de transparence accru sur ce sujet.

Nous sommes donc loin d’assister à la réalisation du « complexe de Frankenstein » et les « robots tueurs » restent du domaine du fantasme pour certains, du cauchemar pour d’autres. Sarah Connor peut encore dormir tranquille, mais pour combien de temps ?

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:55
Watchkeeper (Thales) - PatroWatchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran) ller (Sagem Safran)

Watchkeeper (Thales) - PatroWatchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran) ller (Sagem Safran)

 

 

20/06/2014 Par France 3

 

Au salon Eurosatory de Paris, l'un des plus grands salons d'armement au monde, les drones tactiques ont la cote. Le ministère de la Défense devrait lancer un appel d'offres à la fin juin.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:20
Drone Reaper de l’US Air Force – photo USAF

Drone Reaper de l’US Air Force – photo USAF

 

 22 juin Aerobuzz.fr

 

Au terme d’une année d’enquête, le Washington Post a recensé plus de 400 accidents de grands drones militaires américains depuis 2001. Les journalistes ont épluché plus de 50.000 pages de rapports d’enquête. Il en ressort que les causes essentielles de ces accidents qui ont entraîné la perte des engins sont liées à des problèmes mécaniques, à des erreurs humaines et aux conditions météorologiques. La plupart de ces crashs ont eu lieu lors de missions de guerre. Dans plus d’un quart des événements, l’accident est consécutif à une perte de contact avec le drone. Le ministère américain de la Défense fait remarquer, pour sa part, que le taux d’accident est en recul sensible au fil des ans.

 

Pour le Washington Post, les constructeurs de drones et les militaires ont une série de défis technologiques à relever pour améliorer la fiabilité de ces armes volants sans pilote. L’un des points faibles des drones est leur difficulté à détecter et s’adapter à une menace. Les caméras et senseurs embarqués ne remplacent pas les sens d’un pilote. Piloter un drone ne s’apparente définitivement pas à un jeu vidéo. C’est beaucoup plus complexe, d’où le taux des erreurs humains dans les causes d’accident. Des drones, conçus et fabriqués avec des tolérances moindre qu’un avion, présentent des défauts persistants. Enfin, la télécommunication entre le drone et son pilote demeure trop fragile.

 

Partant de son étude, le Washington Post estime qu’il est trop tôt pour ouvrir l’espace aérien aux drones.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 06:45
Mali: l’ONU veut déployer des drones

 

19 juin, 2014 – BBC Afrique

 

Des drones de surveillance devraient être utilisés par les Nations Unies dans le nord du Mali.

 

Le Conseil de Sécurité n'a pas encore voté et confirmé la décision, mais Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, a déclaré que ces drones contribueraient grandement à la protection des civils et des soldats.

 

Environ 8000 Casques Bleus ont été déployés pour aider à stabiliser la région, après que les troupes françaises et africaines aient évincé les militants islamistes des principales villes en 2013. Les rebelles séparatistes Touaregs et les militants d’Al-Qaïda restent actifs dans le nord.

 

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré que le gouvernement souhaitait la mise en service des drones "dès que possible".

 

Après avoir combattu dans la région de Kidal, en mai, trois groupes rebelles Touaregs ont accepté un cessez-le feu avec le gouvernement du Mali. M. Ladsous a souligné l'importance des pourparlers de paix pour la stabilité et le besoin urgent de sécuriser la région de Kidal.

 

"Un processus politique réussi est essentiel", a-t-il affirmé. Malgré des "débuts prometteurs" il y a un an, "le gouvernement et les groupes armés ont fait peu de progrès vers un véritable dialogue de fond. "

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 11:57
Sahel : Premier vol du drone Harfang depuis Cognac

 

20/06/2014 Armée de l'air

 

Le mardi 17 juin 2014, l’équipe de marque drones du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM), l’escadron de drones 1/33 «Belfort» et le détachement drones en bande sahélo-saharienne (BSS) ont conduit une expérimentation visant à valider la capacité de pilotage d’un drone Harfang décollé de sa base de déploiement en opérations extérieures, depuis un cockpit en France.

 

Ce vol est une première et valide le concept dit de Reachback ou de Remote Split Operations (RSO). D’une durée d’une heure environ, ce vol expérimental réalisé en condition opérationnelle, a consisté concrètement au transfert des fonctions de pilotage du drone et de mise en œuvre de son capteur principal, depuis le cockpit en BSS d’où il avait été décollé, à celui de Cognac, pourtant situé à près de 5000 Km de distance. À l’issue de ce créneau de vol assuré par le cockpit de Cognac, le détachement du théâtre a repris le contrôle du drone Harfang et terminé la mission.

Cette nouvelle capacité peut offrir des avantages pour la conduite de la manœuvre des drones. Elle permet en effet de disposer de la capacité d’augmenter l’offre ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance - renseignement, surveillance, reconnaissance) en cas de surge sur le théâtre sans quitter le territoire national. Elle permet aussi de maintenir une activité aérienne à Cognac dans le cas de contraintes techniques ou météo en France. En fonction de la bande passante et du potentiel disponible, il serait même envisageable de piloter ainsi simultanément deux drones basés à Niamey, un depuis Cognac, un autre depuis Niamey.

 

Cette opération s’est parfaitement déroulée et a pleinement donné satisfaction. Un C4I (Command, Control, Communications, Computers and Intelligence) robuste sur le plan cybernétique, dont le centre nodal pour l’armée de l’air est  le CNOA/JFACC*, assure la connexion entre le théâtre et le territoire métropolitain et a permis de réaliser cette expérimentation sans encombre.

Cette nouvelle capacité prometteuse doit cependant amener à développer les réflexions sur la notion de distanciation et ses conséquences, phénomène rencontré par nos alliés notamment. Dans ce cadre, la doctrine d’emploi de l’armée de l’air demeure le déploiement du plot drones au plus près de l’action et des troupes soutenues, gage d’efficacité et de réactivité.

Cette réussite technique et opérationnelle démontre une nouvelle fois la compétence technique et la maturité opérationnelle des équipages et mécaniciens dronistes de l’armée de l’air.

 

 

* Centre national des opérations aériennes / Joint Forces Air Component Command – Commandement de la composante aérienne des forces interarmées.

 

Le drone Harfang au décollage

Le drone Harfang au décollage

Opérateur de drone aux commandes d'un Harfang depuis la base aérienne de Cognac

Opérateur de drone aux commandes d'un Harfang depuis la base aérienne de Cognac

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 09:54
Défense : à quoi vont servir les 500 millions de ressources exceptionnelles

Avec les 500 millions de ressources exceptionnelles supplémentaires, Jean-Yves Le Drian compte lancer notamment le programme Scorpion

 

19/06/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian compte se servir de ces crédits extra-budgétaires pour lancer des commandes : avions ravitailleurs MRTT, programme Scorpion, drones MALE supplémentaires, quatrième Barracuda et, développement de la prochaine version du missile M51.

 

A quoi vont servir les 500 millions d'euros de ressources exceptionnelles (REX) supplémentaires si le ministère de la Défense les obtient de Bercy ? Selon Jean-Yves Le Drian, elles "conditionnent le lancement d'un ensemble de programmes structurants au cours de l'année 2014, à savoir : le programme d'avions ravitailleurs MRTT - Airbus A330 Multi Role Tanker Transport -, le programme Scorpion très important pour l'activité de l'industrie terrestre, l'acquisition de systèmes supplémentaires de drones Moyenne Altitude Longue Endurance - MALE -, la commande du quatrième sous-marin d'attaque Barracuda et, en ce qui concerne la dissuasion, le lancement des travaux de développement de la prochaine version du missile M51, le missile M51.3".

 

Un tour de passe-passe ?

Le ministère de la Défense avait déposé un amendement à l'article 3 de la loi de programmation militaire (LPM), qui "permettait de mobiliser 500 millions d'euros de recettes exceptionnelles au profit des investissements, pour le cas où cela se révélerait nécessaire en 2014 ou en 2015. Comme le projet de collectif budgétaire pour 2014 prévoit une encoche de 350 millions d'euros sur le budget de la Défense, j'ai demandé l'activation de cette clause", a-t-il expliqué lors d'une audition à l'Assemblée nationale fin mai.

Pour autant, ces 500 millions devaient initialement compenser les 650 millions d'euros annulés par Bercy fin 2013. "Sur le gel, qui a touché le ministère de la Défense au titre de la rigueur budgétaire (de 2013, ndlr), ces crédits sont bien annulés, avait expliqué fin novembre Jean-Yves Le Drian à La Tribune. Mais à l'issue d'une discussion avec Bercy, nous avons obtenu 500 millions d'euros de ressources exceptionnelles, sécurisant notamment le financement des équipements en fin d'année". Par un tour de passe-passe, Jean-Yves Le Drian explique maintenant que les 500 millions d'euros vont servir à compenser

 

Bataille budgétaire un peu "chaude"

Le ministre de la Défense a avoué que "les derniers jours" avant l'arbitrage du président de la République "ont été un peu chauds" mais "les déclarations du Premier ministre ont clarifié la situation". Et de rajouter que "de toute façon, soyez sans inquiétude : je maintiendrai, à long terme, une vigilance de tous les instants". D'autant que Jean-Yves Le Drian a conscience que la LPM est "tirée au cordeau". Mais selon lui, elle "n'en garantit pas moins les trois missions majeures de nos armées - dissuasion, intervention, protection du territoire -, aux termes d'un nouveau contrat avec elles, et permet de gérer du mieux possible nos capacités industrielles ainsi que l'emploi dans nos entreprises de défense". Dans le cas contraire, "si l'on veut faire d'autres choix budgétaires, à l'image de ceux de certains pays, nous n'aurons plus la même loi de programmation militaire. Voilà pourquoi je défendrai ce texte bec et ongles".

En revanche, Jean-Yves Le Drian est confronté aux aléas des recettes exceptionnelles. "Sur les 6,6 milliards d'euros de ressources exceptionnelles, nous avons un problème de tuilage : en attendant les produits de cessions que procurera la vente de la bande des 700 MHz, il faut trouver un dispositif transitoire. J'y consacre beaucoup de temps. Je le répète, je défends mon budget bec et ongles".

 

Le produit de la vente des fréquences pas avant 2016

Pour le ministre, "il faut encore sécuriser les ressources exceptionnelles dont le budget de la Défense doit impérativement bénéficier entre 2015 et 2017". Ce qui n'est pas encore le cas comme le reconnait le ministre : "un problème se pose, que j'espère toutefois pouvoir résoudre. Il apparaît peu probable que nous puissions compter pour 2015 sur le produit de la mise aux enchères de la bande des 700 MHz. Cette recette sera sans doute acquise, au mieux - mais il est possible de s'interroger là aussi - en 2016, pour des raisons liées à l'actualité et aux procédures nécessaires.

Pour trouver de nouvelles REX, le ministre discute actuellement avec Bercy, "dans le climat apaisé qui gouverne de nouveau nos relations, de la meilleure manière de dégager des solutions innovantes pour garantir les REX en 2015". Jean-Yves Le Drian a bon espoir d'y "parvenir".

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 08:55
Patroller photo Peter Bastiaans - Safran

Patroller photo Peter Bastiaans - Safran

 

20.06.2014 Sagem

 

Conçu pour effectuer des missions de surveillance, le système de drone tactique Patroller de Sagem (Safran) bénéficie de vingt ans d’expérience. Jean-Pierre Rayssac, conseiller militaire chez Sagem, revient sur cette expertise aujourd’hui unique en Europe.

 

Quelles sont les caractéristiques du système de drone Patroller ?

Le Patroller est un système de drone tactique multi-senseurs, conçu pour des missions de surveillance terrestre ou maritime et de support d’opérations. Pesant près d’une tonne, il est capable de voler 24 heures, en emportant 250 kg de charge utile et sa boule optronique, fonctionnant de jour comme de nuit. Le décollage et l’atterrissage sont automatiques sur des distances inférieures à 600 mètres. Il ne nécessite pas de dispositif spécifique de freinage, comme des câbles d’arrêt et peut donc être déployé de n’importe quel aéroport, voire d’une simple piste en herbe. Deux mécaniciens suffisent pour le mettre en œuvre. Quant à son pilotage, il est assuré par deux opérateurs qui interviennent depuis une station au sol.


Quelles sont les principales qualités de ce drone ?

Son premier atout est sa modularité. Sagem a conçu un système évolutif multi-senseurs, adapté à chaque mission (voir "En savoir plus" ci-dessous). Autre qualité : sa discrétion. Le Patroller est équipé d’un moteur central, avec un échappement dirigé vers le ciel, ce qui atténue sa signature infrarouge, le rend très discret et surtout très silencieux, un point essentiel dans le cadre d’opérations de surveillance.

 

Quelle est l’expérience de Sagem dans le domaine des drones tactiques ?

Sagem fournit depuis plus de quinze ans des drones tactiques aux forces armées françaises et de pays étrangers. Notre expertise technologique et industrielle, et notre retour d’expérience de neuf ans de support en opération au profit de trois nations nous ont conduits à développer sur fonds propres le Patroller, drone tactique de nouvelle génération. Depuis 2010, nous avons réalisé en France de nombreuses campagnes d’essais pour valider les équipements embarqués et obtenir les autorisations de vol, ainsi que des démonstrations sur le territoire national et à l’exportation.


Le Patroller a été développé en France… Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, ce sont plus de 100 collaborateurs de Sagem qui travaillent en France sur ce programme. Son développement est assuré dans le site d’Éragny, sa construction est réalisée à Montluçon, la boule optronique est assemblée à Dijon, et l’électronique à Fougères. Seule la cellule de l’aéronef a été fabriquée en Allemagne, par Ecarys, spécialiste allemand de cellules performantes en composite. La boule optronique de nouvelle génération, qui équipera bientôt le Patroller, est, quant à elle, le fruit d’une collaboration entre Thales et Sagem, au sein de leur coentreprise Optrolead.

L’offre multi-mission du drone Patroller

En savoir plus

Patroller, un drone multimission

La configuration du drone Patroller peut être déclinée en fonction des besoins des utilisateurs :

  • Pour la surveillance de théâtre d’opérations (opération de guerre électronique, interception et localisation de radiocommunications, détection d’activité, identification de menaces…)
  • Pour la surveillance maritime (détection de l’ensemble de l’activité marine, identification de bâtiments suspects...),
  • Pour la surveillance territoriale des Etats (frontières, côtes, routes, missions de police, protection des événements majeurs ou des sites sensibles, prévention ou gestion des catastrophes naturelles).

Sa conception multi-capteurs lui permet d’être équipé, selon la mission, de deux réservoirs supplémentaires, d’un radar à ouverture synthétique (SAR), d’un radar maritime, d’un télémètre laser, d’un désignateur laser, de capteurs de renseignement ou de guerre électronique (comint, elint), etc. Le drone pourra également être équipé d’un module « voir et éviter » qui lui permettra de s’insérer dans l’espace aérien civil.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 13:55
Eurosatory 2014 : Thales prépare son Watchkeeper pour la France

Le Watchkeeper fait l'objet d'une commande de 54 exemplaires par l'armée britannique.

 

17/06/2014 par Gabrielle Carpel – Air & Cosmos

 

Si la DGA n'a pas encore lancé son appel d'offre pour des drones tactiques en remplacement des actuels SDTI (Système de Drone Tactique Intérimaire), trois industriels se préparent d'ores et déjà à y répondre. Ainsi, en parallèle du Shadow M2 d'Airbus Defence and Space et du Patroller de Sagem, Thales avance son drone tactique "Watchkeeper".

 

Développé en partenariat avec l'armée britannique, le Watchkeeper s'appuie sur le "Hermes 450" de l'israélien Elbit Systems mais chez Thales, on insiste sur le fait que le drone est aujourd'hui une propriété britannique. "Le drone a complètement été reconstruit, il y a eu un transfert des technologies mais c'est une toute nouvelle plateforme" explique Pierre Eric Pommellet, directeur général adjoint en charge des systèmes de mission de défense chez Thales.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 12:55
Watchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran)

Watchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran)

 

17.06.2014 20minutes.fr

Le marché a longtemps paru réservé à Thales...

 

Tous les coups sont permis dans la bagarre entre industriels français pour le marché des drones tactiques, qui a longtemps paru réservé à Thales au titre de la coopération franco-britannique.

La France a prévu d'acquérir d'ici 2019 une trentaine d'avions sans pilote pour la reconnaissance du champ de bataille, un marché évalué de source industrielle à entre 200 et 300 millions d'euros.

Il s'agit de remplacer les vieux Sperwer développés par Sagem, une filiale du groupe Safran.

L'affaire semblait gagnée pour Thales puisque le traité de Lancaster House de novembre 2010 sur le rapprochement des défenses française et britannique prévoyait l'acquisition par les deux parties du même drone Watchkeeper, développé par Thales UK pour l'armée de Sa Gracieuse Majesté.

 

Pas de marché gré à gré

Mais Sagem qui développait un nouveau drone Patroller n'a pas voulu laisser la place sans se battre. Il a fait campagne pendant des années pour que le ministère de la Défense ne passe pas un marché de gré à gré avec Thales mais l'ouvre à la compétition.

Quand il a obtenu satisfaction, un troisième larron, Airbus Defence and Space, s'est lancé dans la course. Il a présenté au salon de l'armement Eurosatory, qui se tient actuellement près de Paris, un drone Shadow M2, basé sur une plate-forme américaine mais équipé de ses propres systèmes.

«Nous pensons que le Shadow est substantiellement moins cher que toutes les offres sur le marché. C'est une offre extrêmement attractive en ces temps de disette budgétaire», a déclaré Jean-Marc Nasr, directeur général d'Airbus Defence and Space pour la France.

 

Thales encore bien placé

Sagem fait valoir qu'une centaine d'emplois sont menacés s'il devait abandonner le segment des drones tactiques, pour lequel il est «le seul industriel européen à posséder toutes les briques technologiques clés», selon Frédéric Mazzanti, directeur de la division optronique et défense.

Il égratigne au passage le Watchkeeper, qu'il présente comme «un drone israélo-anglais», au motif qu'il serait fabriqué sous licence de la société israélienne Elbit, et le Shadow, «drone américain».

L'attaque fait bondir chez Thales. «Elbit est associé à notre projet mais a conçu en Angleterre, dans une joint-venture, un drone nouveau, parce que les Britanniques ont exigé dès le départ la propriété de l'ensemble des éléments y compris la plate-forme», explique Pierre Eric Pommellet, directeur général adjoint des systèmes de mission de défense.

Pour défendre le Watchkeeper, Thales devait présenter mercredi son équipe de sous-traitants français.

Thales semble encore avoir une longueur d'avance. Contrairement à ses concurrents, le Watchkeeper a été certifié en Grande-Bretagne. Il est entré en service et devrait être déployé cette année, en Afghanistan. Les industriels espèrent un appel d'offres avant la fin de l'année.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:50
RQ-7 Shadow 200 photo US Army

RQ-7 Shadow 200 photo US Army

 

17/06/2014  par Gabrielle Carpel – Air & Cosmos

 

Mardi 17 juin, Airbus Defence and Space (ADS) a profité du salon Eurosatory pour présenter son nouveau drone tactique pour répondre au futur appel d'offre de l'armée française. Le groupe européen devrait prochainement passer un accord de partenariat avec la société américaine Textron Systems afin de racheter sa plateforme de drone Shadow M2. Il s'agira ensuite pour ADS d'intégrer tous les systèmes du "Tanan", drone à voilure tournante d'Airbus, dans la plateforme afin de présenter "rapidement et pour pas cher" un drone tactique "adapté aux besoins français".

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 16:19
Eurosatory 2014 : Sagem maintient la pression avec le Patroller

Avec le Patroller, Sagem veut assurer la succession de son propre drone, le SDTI –photo  Sagem

 

17/06/2014 par François Julian – Air & Cosmos

 

Pour Sagem, le message est clair : pas question de laisser Thales et son Watchkeeper s'emparer du marché de remplacement des drones SDTI (Système de drone tactique intérimaire) de l'armée de Terre. Pour la filiale de Safran, il ne fait aucun doute que le drone Patroller, actuellement exposé au salon Eurosatory, est le mieux placé pour remporter l'appel d'offres SDT (Système de drone tactique) qui doit être lancé par la DGA d'ici la fin de l'année, et dont le la fiche de caractérisation militaire (FCM) est actuellement en cours d'élaboration.

 

L'objectif fixé par l’actuel LPM prévoit l'acquisition de "10 à 20 drones d'ici 2017", sachant qu'une cible finale de 30 est également évoquée.

 

Le drone Patroller a pour lui quelques arguments qui vont au delà du simple aspect "made in France" (à Montluçon, plus précisement). Certes, il permettra la création de quelques 200 emplois s'il est choisi. Mais Sagem met surtout en avant que son engin non-piloté est mieux adapté aux besoin de l'armée de Terre qui cherche à se doter d'un drone pour des missions de surveillance et de renseignement, ainsi que pour le réglage de son artillerie.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:17
Thales leads the way in the UAS industry

 

17.06.2014 Thales

 

In a video interview recorded ahead of the show, Pierre Eric Pommellet, EVP, Defence Mission Systems, explains why Thales is so well positioned in this rapidly expanding sector.

 

More information

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 11:55
Portes ouvertes et salon du drone au 61e RA, les 28 et 29 juin


17.06.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Dans le cadre de ses Journées Portes Ouvertes, le 61e RA organise une exposition de mini drones civils et militaires les 28 et 29 juin sur le site de Chaumont-Semoutiers (Haute-Marne). Vingt exposants sont inscrits.

 

Trois tables rondes sont prévues le samedi 28 juin:
- 11h30 sur la surveillance intelligente traitement d'image et suivi/traking animée par Pixel Drones
- 14h30 sur la filière drone : un enjeu national animée par le Pôle Astech et Peter Van Blyenburgh
- 17h15

Le dimanche matin à 10h: "Drones et Agriculture"

 

Démonstrations de mise en oeuvre du drone SDTI et vols de mini drones militaires

 

Ouverture le Samedi 28 juin à 10h (entrée par la commune de Villiers-le-Sec). Accès par l'Autoroute A 5 (sortie Chaumont-Semoutiers). Accès train par la Gare de Chaumont

 

Renseignements et inscriptions au 03 25 35 96 53.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 18:30
Drones US pas exclus en Irak

 

16.06.2014 Romandie.com (ats)

 

Les Etats-Unis envisagent des frappes de drones et même de collaborer diplomatiquement avec l'Iran pour freiner l'offensive lancée par les insurgés sunnites en Irak. Ceux-ci se sont emparés lundi de certains secteurs d'une ville du nord-ouest du pays, poussant à la fuite la moitié de la population.

 

Les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) tentaient de prendre la totalité de Tal Afar, une enclave chiite dans la province majoritaire sunnite de Ninive. Stratégique, cette villese trouve à 380 km au nord-ouest de Bagdad sur la route vers la frontière syrienne.

 

Les forces de sécurité irakiennes ont affirmé qu'elles avaient repoussé l'assaut des insurgés, mais plusieurs responsables et un habitant de Tal Afar ont assuré que les jihadistes avaient pénétré dans cette localité. Un responsable du gouvernement provincial de Ninive a même annoncé qu'ils en avaient pris totalement le contrôle.

 

Une autre ville, Saklaouiya, à l'ouest de Bagdad et proche de Falloujah, est tombée dans la journée dans l'escarcelle des jihadistes. Depuis la semaine passée, ils se sont emparés de Mossoul, seconde ville d'Irak, d'une grande partie de sa province, de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine, Diyala et Kirkouk.

 

Exil forcé

 

Quelque 200'000 personnes, soit la moitié de la population de Tal Afar et de ses environs, ont fui en raison de l'avancée des jihadistes, selon un responsable municipal, Abdulal Abbas, qui a réclamé une aide internationale.

 

L'EIIL a annoncé avoir massacré 1700 chiites membres des forces de l'armée de l'air irakienne, une affirmation qui n'a pu être vérifiée de manière indépendante, mais qui a provoqué une vive condamnation des Etats-Unis.

 

Dénonçant des actes "abominables", Washington a indiqué que Barack Obama procédait à "un examen minutieux de chaque option à sa disposition", y compris des frappes de drones.

Axe Washington-Téhéran

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué que son pays était disposé à parler avec Téhéran de la crise en Irak.

 

Mais Washington ne souhaite pas avoir de consultations d'ordre militaire avec l'Iran, a précisé dans la foulée le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, qui n'a toutefois pas écarté la possibilité de consultations politiques.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 17:55
Hermes 900 HFE photo Armasuisse

Hermes 900 HFE photo Armasuisse

 

16 juin Aerobuzz.fr

 

La Suisse a finalement opté pour le système de drones Hermes 900 HFE de l’entreprise israélienne Elbit Systems pour remplacer ses drones de reconnaissance ADS 95 Ranger. Ce système de drones de reconnaissance non armés a été préféré au Super Heron de l’entreprise concurrente Israel Aerospace Industries. Le système Hermes 900 HFE est un système de drones de reconnaissance non armés, pouvant être engagé par tous les temps et qui dispose de davantage de flexibilité, d’une meilleure autonomie et d’une plus grande portée que le système actuel, précise la Confédération suisse. La valeur de ce contrat est de 250 millions de francs suisses, soit 205 millions d’euros.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 12:59
Watchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran)

Watchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran)

 

16 /06/2014  Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr


Le ministère de la Défense va lancer un appel d'offres afin de remplacer les vieux Sperwer de l'armée de terre.

 

«Nous allons aller vite. Nous lancerons le programme Scorpion avant l'été, au plus tard en septembre, et l'appel d'offres pour remplacer les drones tactiques.» Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sait que l'armée de terre a besoin d'un sérieux «lifting».

Alors qu'elle engage 80 % de ses effectifs sur le terrain, elle ne reçoit que 20 % des crédits d'équipement (soit 2 milliards d'euros par an) de l'armée. Or, les fantassins et leur matériel n'ont jamais été autant sollicités. Ils attendent de nouveaux blindés (Scorpion) et des drones tactiques de nouvelle génération afin de prendre le relais de la vingtaine de Sperwer vieillissants. Ces engins sans pilote à bord sont devenus des auxiliaires indispensables pour surveiller et collecter des informations au plus près du terrain.

Les Sperwer fournis par Sagem (groupe Safran) doivent être remplacés à partir de 2017. «Le respect du délai de livraison est essentiel», insiste le lieutenant-colonel Chabbert, spécialiste des drones à l'état-major de l'armée de terre qui ne veut pas d'un «drone de papier». Les industriels qui se réunissent au salon Eurosatory (16-20 juin à Villepinte) sont dans les starting-blocks. Thales avec le Watchkeeper développé à partir de l'Hermes 450, une plate-forme israélienne, est en lice face à Sagem qui a autofinancé un nouveau drone, le Patroller. Il est conçu sur la base d'un S-15, un avion de missions de l'allemand Stemme, spécialiste des moto-planeurs. Les observateurs s'attendent à voir concourir Textron avec le Shadow 200 qui équipe l'US Army et le corps des Marines, et la Turquie avec le drone Anka.

 

Coopération avec les Britanniques

Développé pour 1 milliard d'euros par Thales UK pour l'armée de terre britannique, qui en a commandé 54, le Watchkeeper est le seul drone tactique européen de nouvelle génération qualifié et mis en service au sein d'une armée. Il est aussi le seul à être «bi-charge» (détection et identification), souligne l'armée française. Et le seul à s'inscrire dans l'esprit de la coopération militaire franco-britannique actée à Lancaster House en 2010.

«Nous avons évalué le Watchkeeper à Istres pendant quatre mois en 2013. Ces essais ont validé notre besoin opérationnel et l'intérêt d'une coopération avec les Britanniques, les seuls à avoir le même concept d'emploi que nous, explique le lieutenant-colonel Chabbert. Nous pourrions développer nos échanges, avoir un centre de formation et une structure de soutien communs qui permettraient de réduire les coûts.» Mais l'armée de terre «n'a pas de préférence». «Le Patroller répond aussi à nos besoins opérationnels, mais le champ de la coopération sera plus restreint», résume le lieutenant-colonel Chabbert.

«Le Patroller est un démonstrateur. Le Watchkeeper est un système déjà opérationnel, souligne Pierre-Éric Pommellet, vice-président exécutif des systèmes de mission défense de Thales. La compétitivité de notre offre repose sur une R & D qui a déjà été payée par les Britanniques et une valeur ajoutée française, principalement logée dans les PME.»

 

Retombées en France

Le groupe a formé «l'équipe France de Watchkeeper» avec une vingtaine de PME. Elles travailleront sur la version francisée, tout comme le site de Bordeaux, centre névralgique de l'activité drone de Thales, et ses usines en Bretagne, dans le Centre et en Lorraine.

De son côté, Sagem met en avant une expérience de quinze ans dans les drones et une crédibilité acquise auprès de ses clients (Canada, Grèce, Suède, Danemark, Hollande). «Nous travaillons sur une dizaine de projets export. La façon dont la France considérera le Patroller influera de façon sensible sur leur réussite», souligne le général Rayssac, conseiller militaire chez Sagem. Le Patroller et ses prédécesseurs «ont permis de maintenir et développer les compétences de la filière drone en France», ajoute-t-il en citant les sites de Montluçon, Fougères, Dijon et Poitiers avec leur bassin d'emplois. «Nous sommes capables de livrer le Patroller d'ici à mi-2017 afin de faire la jonction avec le Sperwer. De plus nous savons, s'il en était besoin, maintenir Sperwer au moins jusqu'en 2019-2020», ajoute le général Rayssac.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 11:00
photo MinDefFR

photo MinDefFR

 

16/06/2014 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr


Dans un entretien au Figaro, Christian Mons, président du GIcat, le syndicat patronal de l'armement terrestre et aéroterrestre, appelle à la modernisation des équipements de l'armée de terre, notamment en blindés et en drones tactiques.

 

Le Figaro. - Dans quel contexte dans lequel s'ouvre cette nouvelle édition d'Eurosatory?

 

Christian Mons. - Eurosatory est le premier salon mondial de la défense terrestre et aéroterrestre. Nous y recevons de plus en plus d'exposants étrangers. Cette année 15 entreprises japonaises sont présentes pour la première fois sur un total de 1500 exposants. En France, notre environnement est marqué par un budget militaire encore sujet à risque, en raison d'un budget très contraint et qui reste trop faible pour répondre aux ambitions affichées de la France dans le Livre blanc de la défense.

 

L'armée de Terre apparaît comme le parent pauvre de la défense. Que coûte-t-elle vraiment au budget militaire général?

L'armée de Terre qui engage 80 % des effectifs sur le terrain, et est en première ligne dans les opérations extérieures (type Mali ou Centrafrique) ne reçoit que 20 % des crédits d'équipement et de maintenance soit un peu moins de 2 milliards pour ce qui concerne les équipements sur les10 à 11 milliards d'euros par an d'investissement pour l'équipement des forces hors maintenance (MCO). L'armée de terre a pourtant gagné en technicité et en complexité et revendique un budget plus important.

 

Espérez-vous le lancement du programme Scorpion et de l'appel d'offres pour les drones tactiques en 2014?

Scorpion est un programme fondamental pour l'équipement des Groupements tactiques inter armes (GTIA) il est fondamental pour les industriels plateformistes dont l'encéphalogramme est plat. Ce sont 25 000 emplois directs et indirects qui sont en jeu dans la filière. Nexter par exemple, sans scorpion, aurait un plan de charge famélique pour 2015.

Ce programme représente 5 milliards d'euros sur dix ans avec notamment la livraison de nouveaux blindés VBMR pour remplacer les véhicules de l'avant blindés (VAB) et EBRC les engins de reconnaissance et de combat afin de renouveler des flottes vieillissantes. Nous espérons qu'au moins une première tranche de Scorpion sera notifiée dès 2014. Tout comme nous attendons le lancement de l'appel d'offres pour de nouveaux drones tactiques afin de remplacer le Sperwer obsolescent.

 

L'encéphalogramme de la consolidation européenne est également plat…

La France a entamé une première phase de consolidation. Panhard et Auverland se sont mariés puis se sont rapprochés de Renault Trucks Defense qui avait au paravent absorber Acmat. Nexter a repris récemment Eurenco consolidant ainsi la filière munition Mais au niveau européen, on n'en est nulle part! Il existe beaucoup trop d'acteurs en Europe qui se concurrencent à l'export alors que de nouveaux rivaux émergent en Turquie, Afrique du Sud, Israël, Corée… avec des prix plus bas, avantagés par une base de coûts plus faible que la notre. Même si nos industriels ont des arguments à faire valoir en terme de qualité et d'excellence technique la concurrence est rude.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories