Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 18:45
Opération Barkhane: First Operational Helicopter Refueling

The French air force has carried out its first operational in-flight refueling of a helicopter when a US Marine Corps KC-130 tanker refueled a French AF Caracal in Africa. France currently lacks suitable tankers of its own. (French AF photo)

 

Nov 8, 2015 defense-aerospace.com

(Source: French air force; issued Nov 6, 2015)

 

In late October, a Caracal helicopter belonging to the 1/67 "Pyrénées" squadron detached to N'Djamena (Chad) was refueled in flight by an American C-130 Hercules.

The vastness of the Sahel desert, and the long distances involved, are a major logistical challenge for the airmobile force that is continuously supporting the troops deployed on combat operations on the ground. In-flight refueling of helicopters overcomes much of this constraint.

Operated to transport supplies and maintenance personnel, Caracal now offers the airmobile component the benefit of a longer operational range. This in-flight refueling by an American C-130 opens up new possibilities in terms of planning and conducting operations.

The airmobile component of the Barkhane Force has 17 helicopters, spread over bases in Gao, N'Djamena and Madama. Over 5,000 flight hours have been logged on missions to support and assist the deployment of combat forces throughout the Sahel-Saharan strip.

photo Armée de f'AIr

photo Armée de f'AIr

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:45
photo EMA

photo EMA

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

À la fin du mois d’octobre 2015, l’escadron d’hélicoptères 01.067 « Pyrénées » qui arme le détachement de N’Djamena a effectué un ravitaillement en vol d’un Caracal par un C130 Hercules américain. Ce premier ravitaillement en vol réalisé en opération extérieure ouvre ainsi les portes à de nouvelles possibilités en termes de planification et conduite des opérations.

 

En effet, dans l’immensité du désert du Sahel, les élongations constituent un défi majeur logistique pour la force aéromobile qui vient sans discontinuer appuyer les troupes engagées au sol. Le ravitaillement en vol des hélicoptères permet de s’affranchir de cette contrainte.

Le déplacement des hélicoptères et le soutien logistique apporté constituent une manœuvre complexe dans une zone aussi grande à couvrir. Le ravitaillement en vol, conjugué au transport de fret et des mécaniciens, offre désormais à la composante aéromobile une allonge beaucoup plus importante. Le domaine d’intervention des hélicoptères est alors démultiplié et ne rencontre plus d’autres limites que les capacités physiologiques de l’équipage et les contraintes météorologiques.

La composante aéromobile de la force Barkhane dispose de 17 hélicoptères répartis sur les bases de Gao, N’Djaména et Madama. 5 000 heures de vol ont été effectuées permettant d’appuyer et de compléter l’engagement de la force sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:50
photo NL MoD

photo NL MoD

 

October 10, 2015: Strategy Page

 

The Netherlands has ordered another 14 American CH-47F transport helicopters (at $67 million each). These will replace the eleven older CH-47Ds, which the Dutch are retiring rather than rebuilding as CH-47Fs. The 22 ton CH-47F can carry ten tons of cargo, or up to 55 troops, and has a maximum range of 426 kilometers. Its max speed is 315 kilometers an hour. Typical missions last no more than three hours. It is the best helicopter for use in placed like Afghanistan, having proved able to deal with the dust and high altitude operations better than other transport choppers. The Dutch already have six CH-47Fs, which they ordered in 2010 when Dutch troops were part of the NATO force in Afghanistan.

 

Back in 2010 the Dutch found out how useful the CH-47 was when they sent three of their CH-47Ds to replace five Cougars. The Eurocopter Cougar EC725 is an 11 ton aircraft with a useful load of 5.5 tons, a top speed of 324 kilometers an hour, a range of about 850 kilometers and can stay in the air for about five hours per sortie. The Cougars had been in Afghanistan since late 2009 and the Dutch found, as other countries had, that the CH-47 was more effective in places like Afghanistan than the EC725 (or the similar UH-60). The CH-47D is a 22 ton aircraft with a max load of ten tons. The first CH-47s entered service in 1962, able to carry only five tons. Some 750 saw service in Vietnam where 200 were lost in action. Between 1982 and 1994 500 CH-47s were rebuilt to the CH-47D standard. Now many CH-47Ds are being upgraded to the CH-47F standard. As a result of all this, the CH-47 will end up serving at least 75 years even without another major upgrade.

 

The Netherlands uses their military helicopters a lot for peacekeeping missions, where Dutch helicopters have become a welcome addition because of the skill of the Dutch crews and the reliability of their well-maintained helicopters. The Dutch don’t have a large army or a lot of special operations troops. But they maintain a modern and effective fleet of military helicopters and these are in big demand by peacekeepers.

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 06:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

04/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Les 16 et 17 juin 2015 le détachement d’hélicoptères de la base de N’Djamena, constitué de deux appareils de type EC 725 Caracal, a mis à profit deux vols au-dessus du Tchad pour conduire un exercice de maintien en condition opérationnelle des équipages de search and rescue (SAR) dans le cadre de ses missions de soutien et d’appui à la force Barkhane.

 

Doté d’une équipe de 6 commandos de l’Air issus du CPA (commando parachutiste de l’Air) 20, le détachement Caracal basé à N’Djamena assure les alertes de récupération de personnel isolé et d’évacuation sanitaire au profit de la force Barkhane au Tchad.

 

De leur côté, 36 militaires œuvrent à l’emploi et l’entretien des deux hélicoptères, de jour comme de nuit, prêtant une attention toute particulière au maintien en condition opérationnelle des machines et des capacités du détachement : les manœuvres sont répétées, les réactions coordonnées et les gestes maîtrisés.

 

Une dépose de commandos en zone hostile, un largage de colis ou encore la récupération d’un personnel isolé sur le théâtre d’opérations sont autant de missions auxquelles le détachement Caracal doit pouvoir faire face sur court préavis.

 

Les capacités d’appui feu, de ravitaillement, de transport de troupes et de fret, mais également de renseignement, font du Caracal un outil incontournable de la force Barkhane.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:50
Méga-contrat en Pologne : les trois clés du succès d'Airbus Helicopters

Défense l'armée polonaise a véritablement découvert les qualités de l'EC725 présenté par Airbus Helicopters à Kielce en 2012 (photo Armée de l'Air)

 

21/04/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La machine - le Caracal -, l'offre industrielle et les hommes ont été les trois facteurs déterminants du succès d'Airbus Helicopters en Pologne. Le constructeur de Marignane est présélectionné pour un contrat de l'ordre de 2 à 2,3 milliards d'euros pour la vente de 50 appareils.

 

Airbus Helicopters a remporté "le contrat de la décennie en Europe" dans le domaine des hélicoptères. C'est comme cela qu'en interne on désignait cette campagne majeure pour le constructeur de Marignane, qui a longtemps été considéré comme un simple outsider face à ses deux rivaux, l'américain Sikorsky et l'italien AgustaWestland, déjà très bien implantés industriellement en Pologne. Avec son partenaire le motoriste Turbomeca (Safran), Airbus Helicopters se sont d'ailleurs beaucoup engagés sur le plan industriel pour séduire la Pologne.

Avec succès finalement, le constructeur franco-allemand ayant été présélectionné pour entrer en négociations exclusives avec Varsovie. La signature du contrat est attendue en septembre tandis que les premières livraisons du Caracal sont prévues à partir de 2017.

 

Une compétition très, très dure

Que la compétition fut longue et extrêmement difficile pour les équipes d'Airbus Helicopters face à des concurrents prêts à tout, y compris à des opérations de piratage informatique. En outre, la saga de la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie a compliqué les chances d'Airbus Helicopters à l'automne 2014 et a miné le moral des équipes engagées dans cette campagne.

Le gouvernement polonais a également hésité sur les volumes qu'il souhaitait offrir à son armée, désireuse d'acquérir des hélicoptères de transport. Au bout du bout, il a finalement opté pour l'acquisition de 50 hélicoptères de transport (contre 70 appareils dans l'appel d'offre) pour un montant estimé entre 2 et 2,3 milliards d'euros. Trois compétiteurs - l'italien AgustaWestland (AW149), Airbus Helicopters (Caracal ou H225M) et l'américain Sikorsky (S-70) - se sont rapidement positionnés.

 

Comment Airbus Helicopters a gagné

Deux personnes, bien aidées par toutes les équipes d'Airbus Helicopters et d'Airbus Group mobilisées par cette campagne majeure pour l'avenir de l'entreprise, incarnent cette grande performance commerciale. Notamment les deux principales chevilles ouvrières de la campagne en Pologne, Olivier Michalon, patron des ventes Europe d'Airbus Helicopters, et son adjoint Mickaël Péru. Le vice-président exécutif en charge des ventes et des services au niveau mondial Dominique Maudet, a également beaucoup mouillé sa chemise pour la réussite du constructeur franco-allemand. Trois anciens de la maison qui ont su garder le cap et la tête froide malgré les montagnes russes par lesquelles ils sont passés pendant trois ans. Enfin, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, qui a rencontré depuis son arrivée à l'Hôtel de Brienne en 2012 au moins quinze fois son homologue polonais, Tomasz Siemoniak, ainsi que François Hollande se sont également beaucoup dépensé comme à leur habitude pour faire aboutir l'offre française.

Après avoir pris du retard à l'allumage en Pologne en 2012, en raison du manque de fair-play d'AgustaWestland, le constructeur franco-allemand a mis les gaz pour rattraper ses concurrents partis plus vite et surtout déjà bien installés en Pologne. Airbus Helicopters a proposé dans son offre que la Pologne devienne l'un de ses piliers pays au même titre que la France et l'Allemagne. Ainsi, le PDG d'Airbus Helicopters Guillaume Faury a joué à fonds la carte européenne et a démontré que cet appel d'offres peut déboucher sur des partenariats plus globaux.

"Nous sommes convaincus de la capacité d'Airbus Group de proposer des produits mais aussi d'offrir l'opportunité pour l'industrie polonaise de prendre part à un rôle plus important, de participer à l'avenir à des programmes d'envergure, que ce soit des programmes militaires ou civils, que le groupe Airbus lance et développe par nature", avait expliqué son PDG, Guillaume Faury, lors du salon de Farnborough en juillet 2014.

En outre, l'armée polonaise a véritablement découvert les qualités du H225M présenté par Airbus Helicopters à Kielce en 2012. Elle s'est montrée très intéressée par cet appareil, qui correspond bien à ses besoins opérationnels et qui a fait ses preuves au combat (combat proven) en Afghanistan, en Libye et au Mali même si dans ce pays du Sahel, les turbines ont souffert. Mais en règle général, H225M s'est très bien comporté sur tous ces théâtres d'opération. Mieux en tout cas que les deux autres appareils en compétition.

 

Des projets d'usine en Pologne

Dans le cadre de cette campagne stratégique, le constructeur basé à Marignane a signé en 2013 un accord industriel avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne la compétition. En outre, le groupe Airbus a ouvert en février un centre de recherche et de développement à Lodz, en Pologne. "Nous sommes maintenant à Lodz parce que nous avons trouvé ici de très bons ingénieurs, un très bon environnement pour des investissements", avait expliqué Guillaume Faury.

De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca, installera aussi une chaîne d'assemblage pour les turbines du H225M. Safran a déjà pour sa part une usine implantée à Sedziszow Malopolski dans le sud-est de la Pologne (Hispano-Suiza) et qui emploie plus de 500 personnes. Elle produit des pignons et des carters pour les transmissions de puissance et fait le montage. Elle produit des composants pour moteurs d'avions, d'hélicoptères et de nacelles.

 

Ce que proposait la concurrence

AgustaWestland et Sikorsky avaient également des accords industriels avec des groupes polonais s'ils remportent la compétition. Le groupe italien a racheté en 2010 l'usine de PZL à Swidnik (sud), qui produit des hélicoptères Sokol utilisés dans les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies et le transport, notamment militaire. Ils sont vendus en Pologne, en République tchèque et en Corée du Sud.

Sikorsky Aircraft produit, quant à lui, dans son usine de Mielec (sud) sa nouvelle version de l'hélicoptère Black Hawk, S70i, destinée à l'exportation.

 

Une extraballe

Pour AgustaWestland et Sikorsky, une seconde chance d'offre à eux. Le ministère polonais de la Défense polonais a lancé en juillet 2014 un programme d'achat d'hélicoptères (entre 20 et 30), estimé à près d'un milliard d'euros. L'appel d'offre pourrait être formellement lancé "d'ici à la fin de 2015", explique-t-on de source proche du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian. Il pourrait donc équilibrer leur choix, comme au Qatar (hélicoptères de transport pour la France, d'attaque pour les États-Unis). Le lancement de cette opération a été avancé de quelques années à la suite de la crise en Ukraine.

Airbus Helicopters concourt avec le Tigre contre l'Apache de l'américain Boeing et l'AW-129 Mangusta d'AgustaWestland. Les constructeurs intéressés avaient jusqu'au 1er août pour manifester leur volonté de participer à une étude du marché. Une demande d'informations (RFI) sera lancée mi-octobre et un appel d'offre (RFP) est attendu en 2015.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:55
AS532 Cougar rénové photo Thierry Rostang Airbus HC

AS532 Cougar rénové photo Thierry Rostang Airbus HC

 

13 mars Aerobuzz.fr

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné, ce vendredi 13 mars, deux AS532 Cougar rénovés, au profit de l’armée de Terre française. Trois et cinq AS532 Cougar rénovés ont été respectivement livrés en 2013 et en 2014. Sept appareils seront livrés cette année.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:50
H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

 

12/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon nos informations, Berlin a finalement autorisé très récemment la livraison à Tachkent de huit Cougar et de six Fennec. L'Allemagne a bloqué pendant quelques mois l'exportation de certains composants allemands non critiques, qui équipaient des systèmes optionnels non allemands.

 

Et une bonne nouvelle pour Airbus Helicopters : l'Allemagne a fini par donner son agrément pour l'exportation d'hélicoptères militaires à l'Ouzbékistan. Selon nos informations, Berlin a récemment autorisé la livraison à Tachkent de huit Cougar et de six Fennec, dont certains composants non critiques équipaient des systèmes optionnels non allemands. Ce qui va finalement permettre à Airbus Helicopters, qui planchait sur un plan B en vue de livrer l'Ouzbékistan, de respecter le calendrier de livraison initial d'un contrat qui s'élève à environ 180 millions d'euros.

Le 10 octobre, La Tribune révélait que l'Allemagne travaillait sur un éventuel blocage de livraisons d'hélicoptères d'Airbus Helicopters vers l'Ouzbékistan. Le 14 octobre, lors d'une conférence mi-octobre sur la sécurité à Berlin, le président d'Airbus Group Tom Enders confirmait que Berlin bloquait la livraison de 14 hélicoptères militaires à l'Ouzbékistan. Ces hélicoptères, construits principalement en France, contiennent des pièces fabriquées en Allemagne et pour lesquelles le gouvernement n'a pas donné son agrément à l'exportation, bloquant ainsi leur livraison, avait-il expliqué.

 

Airbus Helicopters a déjà livré des appareils

Pour autant, Airbus Helicopters a déjà pu livrer des appareils à Tachkent, notamment deux à l'été 2014. Des hélicoptères qui n'étaient pas équipés de ces fameux composants allemands soumis à l'agrément de Berlin en vue d'une exportation. "Le constructeur n'a jamais interrompu les livraisons", confirme-t-on à La Tribune. Du coup, Airbus Helicopters ne paiera pas de pénalités au titre de retard dans les livraisons mais cela est passé tout près.

Enfin, l'autorisation de Berlin en faveur d'Airbus Helicopters a coupé l'herbe sous le pied des Américains, très présents en Ouzbékistan en raison de sa frontière avec l'Afghanistan d'où les États-Unis se désengagent militairement. Ils étaient prêts à se substituer au constructeur franco-allemand en cas de défaillance.

 

Berlin a bloqué plusieurs livraisons d'armes françaises

L'Allemagne, qui a une politique de plus en plus restrictive en matière d'exportation sous l'impulsion du ministre de l'Economie allemand Sigmar Gabriel, bloque et débloque depuis quelques mois plusieurs contrats passés entre la France et des pays tiers. Notamment un contrat de MBDA en cours d'exécution et la finalisation d'une commande de Renault Trucks Defense (RTD) au Liban. Le missilier avait été empêché par l'Allemagne de livrer depuis le début de l'année 2014 des missiles antichars Milan ER (un programme en coopération) vers un pays du Golfe. Berlin bloquait les postes de tir fabriqués en Allemagne.

Récemment, Berlin aurait refusé à Krauss-Maffei Wegmann (KMW), qui va se rapprocher de Nexter, de vendre 50 Boxer à la Lituanie. L'Allemagne avait déjà interdit une vente de 200 Leopard A7 de KMW à l'Arabie Saoudite et avait également laissé planer une interdiction pour la livraison de 62 Leopard et 24 PzH 2000 (1,9 milliard d'euros) au Qatar.

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:35
Airbus Helicopters EC725 - Photo Anthony Pecchi Airbus HC

Airbus Helicopters EC725 - Photo Anthony Pecchi Airbus HC

 

February 20, 2015 Saurabh Joshi – Stratpost.com

 

Airbus Helicopters has initiated the process to get approval for a joint venture with an Indian partner to manufacture helicopters in India, with a majority stake held by the European company.

 

Airbus Helicopters is planning a joint venture for the production of helicopters with an Indian partner, which will have a majority stake controlled by the European company, formerly known as Eurocopter.

The company’s Vice President for Sales and Customer Relations in India, Rainer Farid, told StratPost at Aero India 2015 that they have ‘initiated the process’ for identifying and tying up with an Indian partner for the proposed JV before getting approval from the Indian government.

Farid says his company anticipates a requirement for more than 250 helicopters with both, the Indian Navy’s requirement for 123 Naval Multi Role Helicopters (NMRH) as well as a future Indian Army requirement for over 150 Tactical Transport Helicopter under the Long Term Integrated Perspective Plan. According to him, both these requirements could be met by Airbus Helicopters’ EC725.

The EC725 is a medium lift helicopter in the 11-ton class, which recently underwent Field Evaluation Trials (FET) for the Indian Coast Guard tender for 14 shore-based helicopters.

The NMRH requirement envisages Anti Submarine Warfare (ASW), Anti Surface Warfare (ASuW), Search and Rescue (SAR) and ELINT roles, as well as, special operations, while the army’s Tactical Transport Helicopter requirement would mostly be for transport in battlefield conditions with a larger cabin that could accommodate 25-28 troops.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 15:45
Barkhane: décès de l'ADJ Samir Bajja

 

30/11/2014 13:15 Sources : Etat-major des armées

 

Le 29 novembre 2014, vers 21h (heure française), un hélicoptère EC725 des forces françaises s’est écrasé dans le nord du Burkina Faso alors qu’il effectuait un vol nocturne d’entraînement, provoquant la mort d’un militaire (l’ADJ Samir Bajja) et blessant deux autres membres de l’équipage.

 

Le militaire français décédé est un adjudant du 4ème régiment d’hélicoptères des forces spéciales. Il appartenait au service des essences des armées.

 

Les deux militaires blessés ont immédiatement été transportés vers N’Djamena où ils ont été pris en charge au sein de la structure chirurgicale militaire française sur la base aérienne « Sergent-chef Adji Kosseï ». Leur pronostic vital n’est pas engagé.

 

Une enquête du Bureau enquêtes accidents défense (BEAD) déterminera les circonstances et les causes de cet accident, qui n’est en aucun cas lié à une action de combat.

 

Le militaire décédé est le deuxième soldat français à mourir au Sahel depuis le lancement de l’opération Barkhane le 1er août dernier. Cette opération vise à lutter, aux côtés de nos partenaires burkinabés, nigériens, maliens, mauritaniens et tchadiens, contre les groupes armés terroristes présents dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane: décès de l'ADJ Samir Bajja

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:35
Airbus Helicopters Hands Over Indonesia's 1st EC725 for Combat Search and Rescue Missions

 

Nov 6, 2014 ASDNews Source : Airbus Helicopters

 

Airbus Helicopters has handed over the first of six EC725 rotorcraft acquired by Indonesia for combat search and rescue (CSAR) missions. Present at Airbus Helicopters’ Marignane, France facility to accept the aircraft included members of the Indonesian Ministry of Defence, the Indonesian Air Force, as well as PT Dirgantara Indonesia (PTDI). The 11-ton twin-engine helicopter will be delivered to the Air Force by mid-2015 after PTDI completes the mission equipment outfitting and customization at its Bandung, West Java facility.

 

“We are pleased to receive this first EC725 from Airbus Helicopters, which will allow us to complete it in the CSAR version to be handed over to the Indonesian Air Force,” said PTDI President Budi Santoso. “We will continue to work closely with Airbus Helicopters to ensure the on-time delivery of the remaining units, as we anticipate an additional order from the Air Force for 10 more EC725s to complete its squadron of 16 helicopters.”

 

Read more

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:55
EC725 Caracal and Tiger : Hostage rescue mission


5 sept. 2014 Airbus HC

 

French Army demonstration

EC725 Caracal & Tiger in tandem

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 15:45
Vol d'un EC725 Caracal photo J.Fechter - Armée de l'air

Vol d'un EC725 Caracal photo J.Fechter - Armée de l'air

Armement - Les turbines du Caracal souffrent des conditions extrêmes au Mali

 

26/06/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Très utilisé par l'armée de terre et les forces spéciales sur le théâtre malien, l'hélicoptère de transport (EC725) rencontre des difficultés inédites. Les turbines des Caracal s'usent prématurément en raison des caractéristiques particulières du sable malien.

 

Au Mali, quand les hélicoptères de transport Caracal (Airbus Helciopters) ne sont pas cloués au sol moteurs cassés, ils ne peuvent voler à leurs performances maximales. "Il ne peut emporter que dix commandos à deux cents kilomètres à une température de 30°C et voit ses performances très dégradées lorsque la température excède 40°C", expliquent les sénateurs Daniel Reiner (PS), Jacques Gautier (UMP) et Gérard Larcher (UMP) dans un rapport consacré aux forces spéciales françaises. Selon la DGA (direction générale de l'armement), la capacité de transport maximum de cet appareil est de 28 commandos.

Ce qui rend furieuse l'armée de terre, très, très agacée par ces pannes à répétition du Caracal et des Cougar rénovés sur un théâtre d'opération il est vrai très exigeant. "Ce n'est pas normal", fulmine-t-on au sein de l'armée de terre. "Des problèmes majeurs de moteur sont constatés et des changements sont nécessaires entre 60 heures et 100 heures alors que la limite d'envoi en révision générale annoncée par le constructeur est de 3.000 heures", précisent les trois sénateurs.

 

Les Caracal victimes de la silice malienne

Ce ne sont même pas les djihadistes qui les mettent hors d'état de nuire mais... la silice malienne, un mélange de poussière très fine et de grains de sables grossiers qui use prématurément les turbines des Caracal (Makila 2). Des moteurs qui finissent par mordre un à un la poussière, contrairement au Tigre par exemple, qui n'en souffre pas. "Seulement deux hélicoptères de manœuvre (Caracal et Cougar) sur cinq sont disponibles simultanément", constatent les sénateurs. Pourquoi ? Parce que le Caracal, un hélicoptère lourd doté de cinq pales qui brassent beaucoup d'air et forment des nuages de sable, n'a pas le bon système de filtration pour protéger son moteur.

Problème, cet ennemi insidieux est omniprésent au Mali et pénètre trop facilement dans les turbines du Caracal, pourtant irréprochable lors des opérations en Afghanistan, Libye ainsi qu'à Djibouti. C'est le système de filtration, sous la responsabilité d'Airbus Helicopters, qui est mis en cause. "La granularité particulière du sable malien crée une érosion rapide des moteurs", confirme-t-on chez le constructeur. Il rappelle qu'initialement le Caracal était conçu pour des missions de récupération d'aviateurs dont l'appareil a été abattu en territoire ennemi. Un appareil développé pour l'armée de l'air après la guerre en Serbie.

Chez Airbus Helicopters, on met l'accent également sur les conditions d'emploi extrêmes des hélicoptères au Mali avec des missions très longues, de plus de douze heures. "Les pistes d'atterrissages et de décollages des hélicoptères ne sont pas préparées, les appareils bouffent beaucoup du sable. Et la façon, dont ils sont opérés, génère une usure plus rapide".

 

Une panne qui revient très chère

Un dysfonctionnement qui coûte cher à l'armée, les sénateurs dénonçant "le coût de l'heure de vol excessif". "Depuis janvier 2013, 22 moteurs ont été changés, précisent les auteurs du rapport. Enfin le coût du maintien en condition opérationnelle est lui aussi prohibitif. Le coût de réparation d'un moteur est de l'ordre de 300.000 à 600.000 euros hors taxe. Cette situation est inacceptable. Des mesures correctrices des industriels concernés s'imposent". Notamment le service après-vente qui "n'est pas à la hauteur de ce que l'Etat est en droit d'attendre"."Cela nous coûte trop cher", laisse entendre de son côté l'armée de l'air.

Airbus Helicopters en coopération avec le motoriste Turbomeca a trouvé une solution. Le constructeur a dans un premier temps proposé de mettre à disposition via son réseau mondial de son client militaire des lots de moteurs de rechange civils (EC225) pour assurer la disponibilité des Caracal au Mali, précise-t-on à La Tribune. Des lots de rechanges qui sont sous la responsabilité des militaires.

A qui la faute ? A personne. En accord avec le client, Airbus Helicopters a conservé pour le Caracal le même système de filtration que celui du Cougar, un hélicoptère pourtant développé dans les années 80 et doté d'un moteur moins puissant (Makila 1A1). Certains estiment qu'à l'époque le ministère avait voulu déjà faire des économies et éviter de payer des équipements plus solides et donc plus chers.

 

Pas d'impact à l'export ?

Pour autant, au-delà de l'amélioration des flux logistiques des moteurs, l'armée de terre et de l'air réclament un nouveau filtre à sable pour leurs hélicoptères. La DGA étudie la possibilité de développer un nouveau système de filtration à l'épreuve du sable malien. Turbomeca y travaille déjà. Le motoriste "développe des solutions de modifications plus robuste", assure-t-on à la Tribune.

Un dysfonctionnement qui peut être in fine facilement traité et n'impactera pas Airbus Helicopters dans ses campagnes export, notamment en Pologne. Par exemple, le Tigre possède déjà ce type de filtre à sable.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:25
Airbus Helicopters delivers the first EC725 produced in Brazil
From left to right : Mrs Perpetua Almeida, President of the Committee of Foreign Affairs and National Defense in the House of Representatives; Admiral Julio Soares de Moura Neto, Commander of the Brazilian Navy; Eduardo Marson, CEO of Helibrás; Admiral Wilson Barbosa Guerra, Commander of Naval Operations and Secretary of Science, Technology and Innovation of the Brazilian Navy; Richard Marelli, vice president of Industrial Helibrás. © Helibras

 

Itajubá, Brazil,,  17 June 2014 airbus-group.com

 

The first “built-in-Brazil” EC725 was provided to the Brazilian Navy last Friday, marking a major milestone in Airbus Helicopters’ cooperation with the country to supply mission-ready multi-role rotorcraft for its three military services and to develop a capable national helicopter industry.

This milestone aircraft’s handover occurred at the new rotary-wing center of excellence operated by Airbus Helicopters’ Helibras subsidiary at Itajubá in Minas Gerais state. Representing a €160 million investment, the facility includes the EC725‘s final assembly line, test benches, a paint facility, training resources and a state of the art engineering center.

“The delivery is another key achievement in a program that remains on schedule and within the contractual budget, underscoring the dedication of all partners to its success,” said Airbus Helicopters CEO Guillaume Faury. “It also highlights our long-term commitment to dual goal of enhancing Brazil’s heli-lift capabilities while developing a world-class rotorcraft industry in the country.”

Brazil’s armed forces have received a total of 12 EC725s to date, with the previous 11 helicopters either supplied from Airbus Helicopters’ production site in France or partially assembled at Helibras’ Itajubá facility.With this latest delivery, the Brazilian Navy now has three EC725s in its inventory, while another five are operated by the Air Force, and four by the Army.

These helicopters have logged a combined total of 5,000 flight hours with the three military services.

The milestone rotorcraft provided to the Brazilian Navy went through its complete assembly at Itajubá – including the integration of mission equipment, flight line activities and industrial acceptance.

“The cooperation between France and Brazil gave rise to extraordinary results” said Eduardo Marson, CEO of Helibras. “The helicopter was assembled on-site by highly committed Brazilian and French teams, who contributed to the success of another milestone in the transfer of technology and in nationalizing the EC725’s production". As part of developing an in-country supply chain for the EC725, Helibras already has signed contracts with 16 Brazilian companies for the supply of components, parts and services. Ultimately, EC725s supplied to the Brazilian armed forces will have 50 percent domestic content.

The EC725 is Airbus Helicopter’s latest member of its Super Puma/Cougar helicopter family. As a highly capable twin-engine helicopter in the 11-metric-ton category, it is designed for multiple missions, including combat search and rescue, long-range tactical transport, aeromedical transport, logistic support and naval duties.

About Airbus Helicopters

Airbus Helicopters, formerly Eurocopter, is a division of Airbus Group, a global pioneer in aerospace and defense related services. Airbus Helicopters is the world’s No. 1 helicopter manufacturer and employs more than 23,000 people worldwide. With 46 percent market share in civil and parapublic sectors, the company’s fleet in service includes some 12,000 helicopters operated by more than 3,000 customers in approximately 150 countries. Airbus Helicopters’ international presence is marked by its subsidiaries and participations in 21 countries, and its worldwide network of service centers, training facilities, distributors and certified agents. Airbus Helicopters’ range of civil and military helicopters is the world’s largest; its aircraft account for one third of the worldwide civil and parapublic fleet. The company’s chief priority is to ensure the safe operation of its aircraft for the thousands of people who fly more than 3 million hours per year.

Partager cet article

Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 10:50
Ravitaillement en vol de 2 Caracal par C130J italien

Ravitaillement en vol de 2 Caracal par C130J italien

 

11/04/2014 Armée de l'air

 

Du 7 avril au 11 avril 2014, l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 «Pyrénées» réalise la quatrième campagne de ravitaillement en vol d’hélicoptères EC725 Caracal conjointement avec la 46e brigade de transport aérien italien évoluant sur KC 130J Hercules.

 

Cette campagne se réalise pour la deuxième fois avec des vols en formation et pour la première fois au-dessus des terres. L’EH 1/67 engage deux Caracal à chaque ravitaillement sur les six qu’il possède.

 

Deux Caracal ravitaillés par un C130 J italien

Deux Caracal ravitaillés par un C130 J italien

Un tel entraînement permet de qualifier ou maintenir la qualification de pilotes de l’unité. Aujourd’hui quinze aviateurs de l’escadron sur dix-huit sont qualifiés au ravitaillement en vol (dont neuf en tant que moniteurs).

Vol d'un EC725 Caracal

Vol d'un EC725 Caracal

C’est aussi l’occasion d’entraîner l’unité avant leur participation, en mai, à l’exercice Angel Thunder dédié à la Personnel Recovery (récupération de personnel), aux Etats-Unis. Rare nation au monde à disposer d'une capacité de recherche et sauvetage au combat, la France est la seule en Europe à posséder un hélicoptère ravitaillable en vol.

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:45
François Hollande donnera-t-il un coup de pouce à Airbus Helicopters en Tunisie ?

Le constructeur européen tente depuis plusieurs mois de vendre six EC725 Caracal à Tunis destinés aux forces spéciales pour un montant de 300 millions d'euros environ

 

04/02/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La visite du président français en Tunisie pourrait faire avancer un des dossiers export d'Airbus Helicopters. Le constructeur souhaite vendre six EC725 Caracal aux forces armées tunisiennes.

 

La visite de François Hollande en Tunisie prévue vendredi pourrait faire avancer un des dossiers importants d'Airbus Helicopters. Le constructeur européen tente depuis plusieurs mois de vendre six EC725 Caracal à Tunis destinés aux forces spéciales pour un montant de 300 millions d'euros environ. "Le Figaro" avait révélé l'information en novembre dernier. Selon nos informations, le Caracal est le premier appareil sur la liste des Tunisiens. "Ils en ont besoin", explique-t-on à "La Tribune". Il serviront dans des opérations anti-terroristes.

 

En 2013, Airbus Helicopters a vendu 33 appareils dans la famille de Super Puma/Cougar (EC725/EC225) et 37 en 2012. La filiale d'Airbus Group a enregistré l'année dernière 422 prises de commandes contre 469 en 2012, mais ses livraisons ont progressé de près de 5 %, à 497 unités contre 475 l'année précédente.

 

Un appareil multimissions

 

L'EC725 est un hélicoptère destiné à accomplir des missions de recherche et de sauvetage en zone de combat, de transport de troupes sur longue distance et des missions spéciales. Il intègre des équipements spécifiques pour ce type de missions, tel que le ravitaillement en vol, un système de contre-mesures, une caméra infrarouge ou des instruments de localisation d'un pilote éjecté.

 

Hélicoptère biturbine de la classe des 11 tonnes, l'EC725 est le premier hélicoptère français équipé d'un système d'autoprotection complet, de visualisation par écran LCD et d'un blindage.

Il est aussi capable d'accomplir des missions de sauvetage en mer.

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 08:28
Deux hélicoptères Caracal en phase d'appontage sur un bâtiment de la Marine nationale

Deux hélicoptères Caracal en phase d'appontage sur un bâtiment de la Marine nationale

 

04/12/2013 Armée de l'air

 

Deux hélicoptères Caracal de l’escadron d’hélicoptères 1/67 «Pyrénées» ont embarqué à bord du porte-avions Charles de Gaulle, jeudi 28 novembre 2013, afin de participer à l’entraînement organique du groupe aéronaval.

 

Le détachement «embarqué» de l’armée de l’air se compose d’une trentaine d’aviateurs de l’escadron (équipages et personnel mécanicien), ainsi que d’une dizaine de spécialistes de la Personnel Recovery (récupération de personnel isolé) du commando parachutiste de l’air n°30.

 

Les hélicoptères de l’armée de l’air participent régulièrement à ce type d’entraînement conjoint avec la Marine nationale, afin de se familiariser avec l’ensemble des procédures propres aux bâtiments navals et au survol de milieu maritime.

 

 

Le groupe aéronaval mène actuellement en Méditerranée occidentale une période de dix jours de certification, avant de mettre le cap à l’est pour rejoindre le nord de l’océan Indien et le golfe arabo-persique, dans le cadre de l’opération Bois Belleau.

 

Plus d’informations

Commandos embarqués à bord d'un Caracal

Commandos embarqués à bord d'un Caracal

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 08:25
EC725 photo Helibras Felipe Christ

EC725 photo Helibras Felipe Christ

 

26.11.2013 Romain Guillot journal-aviation.com

 

Le premier exemplaire de l’EC725 Cougar intégralement produit au Brésil par Helibras (Helicópteros do Brasil S.A.), filiale d'Eurocopter, a effectué son vol inaugural le 21 novembre dernier depuis les installations de l’industriel à Itajubá (État du Minas Gerais). L’hélicoptère porte l’identifiant BRA 17.

 

Helibras précise que ce premier vol intervient deux mois avant la date limite du calendrier prévisionnel fixé pour ce programme. Cet appareil est destiné à la marine brésilienne avec une livraison prévue pour le second semestre de l’année prochaine. L’hélicoptériste brésilien ajoute que sept autres exemplaires sont actuellement sur la ligne d’assemblage.

 

Le Brésil avait signé un contrat avec Helibras pour l’acquisition d’une cinquantaine d’EC725 destinés à la marine, à l’armée de terre et à la FAB (Força Aérea Brasileira) en 2009. Si les huit premiers exemplaires de ce contrat ont été assemblés à Marignane, tous les autres appareils seront intégralement produits sous licence à Itajubá jusqu’en 2017. Ce contrat de 1,8 milliard d’euros comprend un certain nombre de transferts technologiques avec 50% des éléments des hélicoptères produits au Brésil.

 

Helibras a également rappelé que l’usine Itajubá avait nécessité un investissement de l’ordre de 136 millions d’euros pour la construction d’un hangar abritant la ligne d’assemblage, un nouveau banc d’essai, un atelier peinture ainsi que la formation des employés brésiliens en France. Elle produira également la version civile EC225 (Super Puma) destinée à des clients brésiliens et sud-américains, notamment pour des opérations offshore liées aux industries pétrolière et gazière.

 

Rappelons que les EC725/EC225 brésiliens sont équipés des turbines Makila 2 ainsi que des groupes auxiliaires de puissance Saphir 20 produits par la nouvelle usine de Turbomeca do Brasil à Xerèm, dans l’État de Rio de Janeiro.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 20:55
VOLFA 13-04 : les forces aériennes en action

 

21/11/2013 Lieutenant Simon PICCOT - Armée de l'air

 

Les 21 et 22 novembre 2013 s’est déroulée la 4èmeédition de l’exercice de synthèse VOLFA 2013, planifiée autour de la mission combat search and rescue / personnal recovery (recherche et sauvetage au combat / récupération de personnel). Cet exercice a pour but de s’entraîner au large spectre des missions dévolues au commandement des forces aériennes.

 

Le centre et le sud-ouest de la France sont aux mains de prétendus ennemis. Le scénario réaliste de VOLFA 13-04 prévoyait des frappes aériennes pour reprendre Aurillac, tombée aux mains des rebelles.

 

Par ailleurs, le crash simulé d’un C160 Transall en zone hostile va mener au déclenchement d’une mission de récupération. Cette mission complexe a mis en œuvre deux EC725 Caracal, escortés par 14 chasseurs, le tout supporté par des avions ravitailleurs et avitailleurs.

 

VOLFA 13-04 : les forces aériennes en action

Le convoi constitué a du faire face aux menaces aériennes, sol-air et sol des forces ennemies, pour assurer la récupération de 6 personnes.

 

VOLFA 13-04 : les forces aériennes en action

En marge de cet exercice, le groupement de transport s’est entraîné depuis le lundi 18 novembre. Le commandant Fabrice Decamp, directeur exercice du groupement de transport répond à quelques questions.

 

Mon Commandant, quels sont les objectifs de cet entraînement pour le groupement transport ?

L’implication du groupement de transport dans l’exercice VOLFA 13-04 a pour objectif d’entraîner et de valider des équipages transport aux qualifications Element leader (chef de mission à deux avions) et Package leader (chef de mission à trois avions ou plus).

 

Comment s’organise cet entraînement ?

L’entraînement est scindé en deux parties. La première est consacrée aux missions tactiques à plusieurs avions. Elles comportent notamment des phases de largage au profit des commandos de la brigade aérienne des forces de sécurité et d’intervention (BAFSI).

La seconde partie est entièrement consacrée à l’exercice VOLFA 13-04. Le groupement de transport est placé en support des deux hélicoptères EC725 Caracal afin de leur fournir l’avitaillement tactique nécessaire à l’exécution de leurs missions.

 

Quels sont les moyens humains et aériens engagés ?

 40 personnes sont déployées sur la base aérienne 123 d’Orléans, afin de mettre en œuvre deux C160 Transall et un CN235 Casa français.

 

La prochaine édition de l’exercice VOLFA se tiendra au premier trimestre 2014.

               

VOLFA 13-04 : les forces aériennes en action

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 10:55
Les secrets de l'A400M (4/4) : Atlas/Caracal, futur duo gagnant

11/10/2013 Par François Julian - Air & Cosmos

 

C'est une capacité qui n'existe pour le moment que sur le papier, mais que Airbus Military devrait prochainement tester en vol : la possibilité de ravitailler en vol un hélicoptère avec l'A400M, grâce à sa capacité à voler à de faibles vitesses (195-215 km/h de vitesse air indiquée).

 

Pour mémoire, sur l'A400M le ravitaillement peut être effectué grâce à deux nacelles tuyau/panier sous voilure ou à une unité centrale de ravitaillement FRU (Fuselage Refuelling Unit) installée dans le fuselage.

 

Pour autant, peu d'hélicoptères dans le monde sont capables d'être ravitaillés en vol : on peut citer le HH-60G Pave Hawk, le MH-53H, le V-22 ou le MH-47 Chinook.

 

En France, une seule voilure tournante a cette capacité : l'EC725 Caracal d'Eurocopter, et plus précisément les machines équipant l'escadron 1/67 « Pyrénées » de l'armée de l'Air.

 

Et faute d'un ravitailleur adéquat en France, les aviateurs doivent pour le moment s'entrainer à cette pratique avec leurs homologues italiens qui alignent des KC-130J. A raison d'un entrainement annuel depuis 2008, une dizaine de pilotes français sont actuellement qualifiés à cette pratique.

 

Sur le plan opérationnel, la plus-value est significative pour un hélicoptère de manœuvre : les hommes du « Pyrénées » ont ainsi réalisé sur Caracal des vols de 6 heures (contre trois habituellement) avec deux ravitaillements.

 

En attendant, pour étendre l'allonge des hélicoptères, il faut compter sur des procédures d'avitaillement plus classiques comme les FARP (Forward Arming and Refueling Points), c'est à dire l'installation d'un point de ravitaillement de campagne.

 

A400M ravitaillement

Essai de ravitaillement (sans contact) entre A400M et EC725.

 

Coté Airbus Military, les essais de ravitaillement entre A400M et un hélicoptère ont débuté en mai dernier avec un premier rapprochement entre EC725 (appartenant à Eurocopter) et l'un des avions d'essais (notre photo). Aucun contact n'a encore eu lieu.

 

 

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:25
H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

Sept. 17, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Brazilian Air Force; issued Sept. 17, 2013)

(Issued in Portuguese only; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

H-36 Caracal: One Thousand Flight Hour In Falcao Squadron

 

The Falcao Squadron, in Belem (PA), in September passed the 1,000 flight hour mark with the H-36 Caracal, the most modern helicopter in the Brazilian Air Force fleet. Received by the FAB in December 2011, the first aircraft was transferred to the unit that has the mission to explore all of the features of the H-36. Altogether, the Air Force will have 16 units of the model provided by the company Helibrás.

 

Over two and a half years of operation, the Falcao Squadron has used its first Caracals in real missions, such as fighting forest fire in Amapá, support for the Federal Police for the release of hostages in Mato Grosso, humanitarian missions in support of isolated communities and Indian tribes. The Air Unit also attended the FIDAE 2012, an exhibition of military aviation in Chile. For this, the H-36 made the long trip from Belém to Santiago, passing over the Andes.

 

The Falcao Squadron’s 1,000 hours also included training missions such as search and rescue at sea, navigation, and flight at low altitude, alongside the second H-36 it has now received. Able to carry up to 4.5 tons of cargo, and fitted with two winches for lifting people or loads, the Caracal H-36 has also been shown to be far superior to the old H-1H.

 

In addition to performing the flights in new aircraft, the Falcao Squadron also formed working groups to discuss the capabilities of the new helicopter. The upgraded version to be delivered in 2014 will include new equipment such as radar warning systems and sensors threat detection in the infrared spectrum. A group is also evaluating the feasibility of aerial refueling missions with helicopters, something now done only by the FAB fighter aircraft.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 11:50
Eurocopter and Poland: Meeting the country's multi-role military helicopter requirements

.... and supporting its industrial supply chain on a global scale

 

Sep 2, 2013 ASDNews Source : Eurocopter

 

Eurocopter’s participation at Poland’s MSPO defense industry exhibition underscores its long-term commitment to this country, which includes the company’s EC725 Caracal offer for the Ministry of National Defense’s multi-role helicopter acquisition, and its intention to build on well-established partnerships with the Polish industry.

 

As part of the presence at MSPO – being held September 2-5 in Kielce – Eurocopter has brought for a second time the EC725 Caracal helicopter. The machine operating recently in Afghanistan, Mali or Libya belongs to the French Air Forces. The Caracal is proposed for Poland’s acquisition of 70 multi-role helicopters, with Eurocopter and Turbomeca (Safran) signing industrial cooperation agreements that include the creation of full assembly lines in Poland for the Caracal and its Makila 2 turboshaft engines.

 

“Our Caracal is a proven and reliable choice for Poland’s multi-role helicopter tender, as demonstrated by its battle-proven experience and confirmed by a growing list of customers,” said Eurocopter CEO Guillaume Faury. “Eurocopter’s response to the tender is fully coherent with our long-standing strategy of working with Poland’s industry to further integrate its companies into the global supply chain. We are ready to build this partnership well beyond the Caracal tender, and to support the Polish defense industry’s development.”

Partager cet article

Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 21:50
source Video Airbus Military

source Video Airbus Military

30 mai 2013 AirEtCosmosFJ

Airbus Military vient de réaliser un premier essai de ravitaillement, sur pod latéral, avec un EC725 prêté par Eurocopter. L'essai vise à valider la capacité de l'avion à ravitailler à basse vitesse, de 105 à 130 nœuds.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 11:50
EC725 de l’EH 1/67 Pyrénées se ravitaillent sur un KC-130J italien

EC725 de l’EH 1/67 Pyrénées se ravitaillent sur un KC-130J italien

30.05.2013 Par Frédéric Lert (FOB)

 

L’armée de l’Air a fait le point récemment sur la capacité de ravitaillement en vol de ses hélicoptères EC725 Caracal en service au sein de l’escadron d’hélicoptères 1/67 Pyrénées. On explique à l’EH de Cazaux qu’une dizaine de pilotes de l’escadron sont aujourd’hui qualifiés. Le plus jeune n’avait que 80 heures de vol sur Caracal avant de s’essayer, avec succès, à l’exercice. Les pilotes sont pour l’instant uniquement aptes au ravitaillement en vol de jour, mais les qualifications pour le ravitaillement de nuit devraient être passées d’ici la fin d’année. C’est bien connu, le ravitaillement en vol de nuit c’est comme le ravitaillement de jour, sauf qu’il fait nuit et qu’il se pratique sous JVN.

 

La France est la seule en Europe (mis à part les Américains basés en Grande-Bretagne) disposant de ce savoir-faire et des hélicoptères idoines. Mais paradoxalement, l’armée de l’Air ne dispose pas encore d’avions ravitailleurs adaptés à cet exercice : les Transall peuvent ravitailler les avions mais pas les hélicoptères, le panier dans lequel vient se loger sensuellement la perche étant différent d’un exercice à l’autre. Bref, il faut aller chercher un coup de main ailleurs et les vols se sont jusqu’à présent déroulés en utilisant les C-130 de l’armée de l’air italienne, qui apprécie semble-t-il la douceur de vie de la région aquitaine. Des contacts ont été pris également avec l’USAF Europe, mais les calendriers chargés des uns et des autres n’auront pas permis jusqu’à présent la concrétisation de ces efforts.

 

Depuis leur mise en service en 2006, les Caracal du Pyrénées ont été pratiquement de toutes les opex. En 67 mois de présence en Afghanistan (le dernier appareil déployé est rentré en France en mars dernier), l’unité a accumulé 3200 heures de vol et plus de 220 missions d’évacuations sanitaires, sans accident. L’EH 1/67 est par ailleurs engagé au Mali depuis le mois de janvier, avec deux Puma basés à Bamako pour y assurer les missions SAR et de sauvetage au combat.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories