Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:55
Journée des sciences navales à l’École navale (12 Fev. 2015)

 

16 Février 2015 Source : Marine nationale

 

La Journée des Sciences Navales visait à promouvoir le lien fort entre les enjeux technico-opérationnels du métier d’officier et sa formation scientifique. Élèves, acteurs militaires, académiques et industriels s’y sont côtoyés lors de conférences et d’un forum d’exposants pour confronter leurs expertises et leurs questionnements sur la place et l’évolution des connaissances et des technologies.

 

Le thème abordé traitait des « systèmes navals embarqués » et de l’innovation au service de la conduite des navires. En parallèle des conférences, DCNS avait installé à la disposition des participants sa passerelle de combat du futur.

 

Pendant cette journée, de grands acteurs maritimes (DCNS, l’ENSM, la DGA, SIRENHA, l’Irenav) ont confronté leurs idées et leurs visions. Hervé Guillou, président directeur général de DCNS, a notamment assuré la conférence introductive, ainsi que le captain Simon Petitt (Royal Navy), senior officer du porte-aéronefs HMS Queen Elisabeth.

 

Journée des sciences navales à l’École navale (12 Fev. 2015)Journée des sciences navales à l’École navale (12 Fev. 2015)

Vitrine de l’École navale, la journée organisée avec le soutien de DCNS, a permis de présenter et de valoriser l’activité scientifique de son institut de recherche (IRENav) et de ses élèves ingénieurs et masters. Par ailleurs, les officiers-élèves auteurs des meilleurs Projet de Fin d’Études (PFE) ont également été récompensés pour le travail accompli. Cette journée fut également marquée par la remise du prix Beauplet-Rollinat par l’amiral Roux, président de l’Association des anciens de l’École Navale (AEN), aux lauréats du Centre d’Expertise des Programmes Navals de Toulon.

 

Enfin, Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster Maritime Français, a donné son point de vue sur la nécessaire complémentarité des acteurs civils et militaires face à ces nouveaux enjeux avant la clôture de la journée par le commandant de l’école.

 

Moment important de la vie de l’établissement, cet événement a confirmé la place de l’innovation et du développement technologique qui attend les acteurs dans le domaine des sciences et de l’ingénierie maritime et navale. Enjeux pour lesquels l’École navale ne cesse de former ses élèves militaires et civils par une ouverture toujours plus grande à l’innovation aujourd’hui indissociable d’un objectif.

Partager cet article
Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:55
Il y a 50 ans, le Général de Gaulle inaugurait l’École navale le 15 Février 1965

 

source Ecole Navale

 

Lorsque le général de Gaulle revient au pouvoir en 1958, le contexte mondial est difficile. La fin des années 1950 voit un regain de tension dans le processus de « guerre froide » : en 1961, les Soviétiques font construire un mur pour séparer Berlin-Est et Berlin-Ouest et en 1962 surgit la crise de Cuba qui laisse planer la peur d’un affrontement direct entre les États-Unis et l’URSS.

C’est pourquoi, dès le début de sa présidence, de Gaulle inaugure une politique dite « d’indépendance nationale ». L’objectif est de permettre à la France, tout en soutenant le bloc occidental, de rejeter la domination des États-Unis en jouant son rôle de puissance à part entière. Pour cela, la France doit assurer elle-même sa défense, qui passe par la possession de l’arme nucléaire, et c’est ce qu’annonce le Général lorsqu‘il s’adresse, à l’École militaire de Paris, aux auditeurs de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale et aux stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur, le 3 novembre 1959 :

« il faut que cette défense de la France soit française.[…] La conception d’une défense nationale de la France et de la communauté, d’une défense qui soit française, cette conception-là doit être à la base de la philosophie de vos centres et de vos écoles. Il y a une conséquence. C’est qu’évidemment, il faut que nous sachions nous pourvoir d’une force capable d’agir pour notre compte. Il faut que nous sachions nous pourvoir, dans les années qui commencent, de ce qu’on est convenu d’appeler une force de frappe susceptible d’agir pour notre compte, à tout moment et n’importe où. Il va de soi qu’à la base de cette force doit être l’armement atomique, que nous le fabriquions ou que nous l’achetions, mais qui doit nous appartenir. Et puisqu’on peut détruire la France, éventuellement, à partir de n’importe quel point du monde, il faut que notre force, à nous, soit faite pour pouvoir agir en n’importe quel point du monde. […] ». [1]

Tout cela répond à la conception gaullienne de l’État-nation, concept aux contours et à la définition flous (« une certaine idée de la France »), qui possède des intérêts qui lui sont dictés par la géopolitique. Cet impératif domine tous les autres et implique que tout soit subordonné à la nécessité de défendre l’intérêt national. [2]

La politique militaire est alors mise au service de cette conception, où le souvenir des années 1930 et celui de l’effondrement militaire de 1940 se conjuguent pour renforcer l’idée que l’intérêt national exige la possession d’une force capable d’intimider l’adversaire. [3]

Ainsi les visites inaugurales des écoles militaires de l’École navale et de Saint-Cyr Coëtquidan les 15 et 16 février 1965 sont l’occasion de démontrer l’attachement du général à l’importance de la formation accordée aux futurs dirigeants de la Marine et de l’Armée de Terre, ainsi que leurs rôles dans la politique d’indépendance nationale.

 

Suite de l'article

 

[1Allocution du Général de Gaulle devant les auditeurs de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale et les stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur, à l’École Militaire (Paris), le 3 novembre 1959.

[2Serge BERSTEIN, La France de l’expansion, T.1 La République gaullienne, 1958-1969, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, T. 17, Editions du Seuil, Paris, 1989, p. 221.

[3Serge BERSTEIN, Idib.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:55
Chaire Cyber Défense

 

source Ecole Navale

 

Le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale, approuvé par le Président de la République en avril 2013, élève la cyber défense au rang de priorité nationale.

La cyber sécurité, et plus particulièrement la cyber défense, a été identifiée comme un axe stratégique du Livre Blanc Défense et du Pacte d’Avenir Bretagne rendu public en décembre 2013.

Le Pôle d’excellence en cyber défense en Bretagne se structure autour de deux composantes indissociables :

- la première est consacrée à la formation initiale, la formation continue et l’enseignement supérieur,

- l’autre concerne la recherche, garante d’un enseignement supérieur de qualité, et le développement d’un tissu industriel.

Il doit également s’appuyer sur l’organisation technico-opérationnelle pour mettre en place les plates-formes nécessaires à la formation, l’entraînement à la gestion de cyberattaques et l’expérimentation de nouveaux produits de sécurité informatique.

La composante navale de la cyber défense constitue l’un des axes essentiels au développement de telles compétences. L’École navale, TELECOM Bretagne, DCNS etTHALES ont depuis une vingtaine d’années une tradition d’échanges scientifiques et de collaborations dans les domaines des systèmes navals, des systèmes d’informations et de télécommunications. Les quatre partenaires créent, à l’automne 2014, avec le soutien de la région Bretagne et sous le haut patronage de l’Officier Général Cyber, une chaire dans le domaine de la cyber défense des systèmes navals dont le titulaire est le Dr. Patrick Hébrard.

  • PNG - 9.7 ko
  • PNG - 8.3 ko
  • PNG - 7 ko
  • PNG - 4.2 ko

Pour l’École navale, ce projet devrait permettre de développer une expertise au profit de la formation des élèves-officiers ingénieurs et des officiers SIC de la Marine nationale tout en renforçant les partenariats dans le domaine de la recherche avec les industriels du monde naval et le domaine du maritime civil.

Pour TELECOM Bretagne, ce projet d’inscrit dans une démarche de renforcement des activités dans le domaine de la cyber sécurité et son élargissement au domaine du naval (en savoir +).

Pour DCNS, il constitue un élément de concrétisation de sa politique de recherche et d’innovation en structurant des partenariats avec les acteurs académiques d’excellence dans ses domaines d’activités (en savoir +).

Pour THALES, il constitue un élément de concrétisation de sa politique de recherche et d’innovation en structurant des partenariats avec les acteurs académiques d’excellence dans ses domaines d’activités (en savoir +).

Cette chaire cyber défense constituera une plateforme de diffusion et de valorisation des résultats des recherches et des projets développés, tant sur le plan national qu’international, au profit des partenaires.

Les activités de la chaire prendront la forme de façon privilégiée de thèses de doctorat et de post-doctorat dont les modalités seront définies par le comité exécutif.

Le Programme Technique de la Chaire est organisé en un ensemble d’activités réparties entre l’École navale, TELECOM Bretagne, DCNS et THALES.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 07:55
La formation universitaire à la cyberdéfense maritime lancée en Bretagne à l'Ecole Navale

 

06 février 2015 par Mikaël Roparz - francebleu.fr/

 

La leçon inaugurale de la chaire de cyberdéfense des systèmes navals a eu lieu ce vendredi à l'Ecole navale de Lanvéoc-Poulmic dans le Finistère. L'idée est de former des spécialistes en cybersécurité dans le monde maritime.

 

La cyberdéfense est classée au rang des priorités par le gouvernement. Un plan d’investissement d’un milliard d’euros sur cinq ans a été dévoilé début 2014  pour faire face à cette nouvelle menace. Ces cyber-attaques inquiètent le monde maritime."Le transport et la logistique maritimes sont le prochain terrain de jeux des pirates informatiques" : c’est le BMI, le Bureau Maritime International qui le dit. L’organisme est spécialisé dans la lutte contre la criminalité envers le commerce maritime, notamment la piraterie et les fraudes commerciales ainsi que dans la protection des équipages.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:00
Leçon inaugurale Chaire de cyberdéfense des systèmes navals,

source Ecole Navale

 

Le Dr. Patrick Hébrard, titulaire de la chaire de cyberdéfense des systèmes navals, donnera sa leçon inaugurale le vendredi 6 février 2015 à 14h sur le site de l’École navale, Lanvéoc-Poulmic (29).

 

La chaire de cyberdéfense des systèmes navals, mise en place en novembre 2014 à l’École navale, sous le haut patronage de l’Officier Général à la cyberdéfense, a pour vocation de stimuler les enseignements et la recherche dans le domaine technique de la cyber sécurité appliquée au monde maritime.

Cofinancée par les sociétés DCNS et Thales avec le support de Télécom Bretagne, de l’École navale et du Conseil Régional de Bretagne, la chaire est mise en œuvre au sein de l’Institut de Recherche de l’École navale.

Ses travaux seront coordonnés avec la DGA, l’ANSSI ainsi qu’avec les autres chaires cyber. La chaire constitue l’une des actions du Pacte de Défense Cyber et du Pôle d’Excellence Cyber. Déjà identifiée dans le Livre blanc de 2008, confirmée dans le Livre blanc de 2013, la cyber sécurité, priorité nationale, est un enjeu essentiel dans le domaine maritime, quel que soit le navire : la corruption des systèmes d’information peut en effet avoir des conséquences graves en terme de sécurité maritime allant jusqu’à des collisions, des pollutions et potentiellement la perte de vies humaines. La même problématique se pose pour les systèmes de combat. La spécificité du milieu est donc très forte.

Les études menées au sein de la chaire s’attacheront ainsi à bien caractériser les menaces et les systèmes cibles afin de mieux définir les capacités de détection et de protection, ainsi qu’à explorer les pistes visant à améliorer la résilience des architectures face à la menace cyber.

 

TOUT SAVOIR SUR LA CHAIRE CYBER DÉFENSE

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 17:55
photos Patrice Donot - Marine nationale

photos Patrice Donot - Marine nationale

 

2 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Mercredi  28 janvier 2015, le réseau des attachés de défense et des attachés navals était reçu à l’hôtel de la Marine pour un séminaire qui s’est conclu par les vœux du  Chef d’état-major de la Marine, l’amiral Rogel.

 

Ce séminaire présidé par  le sous-chef relations  internationales, le contre- amiral Bléjean avait pour objet de leur présenter la stratégie maritime de la France (CV de Jerphanion) la coopération bilatérale (CV Duchenet), les masters de l’école navale (LV Rannou) ainsi qu’un bilan des opérations de la marine en 2014 (CV Rivière).

 

L’adresse du CEMM pour ses vœux a été l’occasion de rappeler que « Les événements de l’année écoulée montrent une fois encore toute l’importance pour nos pays de travailler ensemble pour répondre à ces défis et pour préserver la paix et la stabilité. »

 

Revenant sur l’importance de la coopération il a ajouté que les opérations que l’on conduit sont complexes, souvent de longue durée. « Elles demandent des moyens importants, qu’aucun pays n’est en mesure de fournir seul. La recherche d’une solution pérenne dans la gestion des crises s’enrichit de l’implication d’acteurs qui se complètent et de leurs différences culturelles. Ce n’est donc qu’ensemble que nous pourrons élaborer des solutions pour construire la paix et la sécurité demain ».

 

La Marine entretient de nombreux échanges avec les marines alliées afin de nourrir ses coopérations qui viennent étoffer le réseau diplomatique français parmi les plus importants au monde. La coopération est nécessaire à la prévention des crises et à la préparation des engagements militaires dans tous les domaines : opérationnels, formation,  échanges entre marine, exercices conjoints mais  aussi dans les partages et les mutualisations de capacités.

Les attachés de défense et les attachés navals reçus à l’état-major de la MarineLes attachés de défense et les attachés navals reçus à l’état-major de la Marine
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:55
12 février à l'École : La Journée Sciences Navales 2015 "Systèmes navals embarqués et innovation"

 

source Ecole Navale
 

Depuis 2006, l’Ecole navale organise avec le soutien de DCNS, la Journée Sciences Navales (JSN).

 

Des conférenciers reconnus, provenant du monde industriel, académique et scientifique partagent à cette occasion leurs expériences et réflexions sur un thème, différent chaque année.

 

En plus de ces interventions, la journée est l’occasion de rencontres et de discussions avec des exposants qui présentent sur le site leurs activités. C’est aussi l’opportunité de découvrir les activités et d’échanger avec les enseignants/chercheurs de l’Institut de Recherche de l’Ecole navale (IRENav). Enfin, c’est le lieu pour apprécier et se rendre compte de la valeur de la formation avec l’exposition des travaux de recherche des Elèves de retour de leur Projet de Fin d’Etudes.

 

Vitrine de l'Ecole Navale et élément majeur du calendrier de la formation des futurs officiers de la Marine nationale, cet événement ouvert à tous est un lieu de rencontres, de partages et d'échanges qui accueille chaque année plus de 400 personnes. 

 

Les inscriptions sont gratuites et ouvertes à tous.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 18:50
Séminaire HEC à l'Ecole navale

Un officier élève de l'Ecole navale met en pratique ses connaissances en matelotage au profit d'une élève d'HEC Entrepreneurs, lors des ateliers FPC . © F.Lucas - Marine nationale

 

17/11/2014 Marine nationale

 

Du 12 au 15 novembre 2014, pour sa 11 ème édition, l’École navale a accueilli 96 élèves d’HEC Entrepreneurs, pour un séminaire commun avec la promotion École navale 2013 sur le thème: «Le leadership en situation de crise».

 

Après l’allocution d’ouverture du contre-amiral Philippe Hello, commandant l’École navale, et de Bernard Ramanantsoa, président général du groupe HEC Paris, de nombreux intervenants ont pu faire profiter aux élèves de leur expérience dans leurs domaines de compétences respectifs, dont monsieur Frédéric Sanchez, président du Directoire du Groupes Fives et parrain de la promotion HEC 2014, et monsieur Patrick le Lay, ancien PDG de TF1.

 

Côté Marine, le vice-amiral Franck Baduel, ancien chef du centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), ainsi que le lieutenant-commandant Santrian, appartenant à la Royal Navy et commandant la « Royal Naval Leadership Academy », se sont exprimés lors de conférences centrées sur le leadership en opérations.

 

Séminaire HEC à l'Ecole navale

Les élèves d'HEC Entrepreneurs progressent sur le parcours du combattant de l'Ecole navale lors de leurs ateliers FPC (Formation Pratique au Commandement). © F.Lucas - Marine nationale

 

Durant trois jours, les élèves ont été mis en situation pratique et théorique, à travers des ateliers de formation au commandement et des conférences sur le leadership et le management en situation de crise. Les étudiants ont pu comparer leur méthode au regard de leur aspiration commune, celle de diriger à un fort niveau de responsabilités.

 

Séminaire HEC à l'Ecole navale

Conférence de l'Amiral Philippe Hello, commandant l'école navale et le groupe école du Poulmic, lors du séminaire HEC Entrepreneurs à l'Ecole navale, le 13 novembre 2014. © CG.Quillivic - Marine nationale

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:55
Le chaland Telenn Mor et l’ex-Georges Leygues réunis pour une opération d’embossage


12 Novembre 2014 Marine Nationale

 

Au départ de la Penfeld, en rade de Brest, le chaland releveur d’ancrages Telenn Mor de la base navale a assuré le 4 novembre 2014 l’embossage* de l’ex-frégate anti-sous-marine Georges Leygues devant l’École navale.

 

L’opération, qui consistait à embosser solidement la coque à l’entrée de la marina de l’École navale, a mobilisé pas moins d’une trentaine de marins de la base navale de Brest. Au total, six ancres de douze tonnes et 24 maillons de chaînes ont été fixées aux extrémités du Georges Leygues, qui sert désormais de brise-lames aux côtés du Tourville et du De Grasse. Cette manipulation exige un haut niveau de préparation, de concentration et de patience. Il faut avoir des yeux partout, à la fois sur le bateau mais aussi sur l’équipage, dont la sécurité demeure une priorité, rappelle le maître-principal Bernard Kersebet, commandant de la Telenn Mor.

Depuis près de trente ans, la Telenn Mor, admise au service actif en octobre 1985, effectue tous types de travaux portuaires. Méconnue du grand public, cette gabare, qui demeure la dernière en service dans la Marine nationale, est un outil robuste et polyvalent, qui assure aussi bien des opérations d’installation et de retrait de coffres, de corps morts, de pontons, de balises, que des manœuvres de mouillage ou de relevage d’ancrages.

La surface du pont est suffisamment dimensionnée pour permettre l’embarquement simultané en volume et en poids d’une ancre de corps mort de 8,5 tonnes et une ancre de corps mort de 6 tonnes, de 8 maillons de chaînes de calibre 80 mm, et d’ un coffre. Son faible tirant d’eau, sa forme aplatie de l’étrave et l’absence de quille lui permet d’assurer des travaux à proximité des berges. Son ancre de détroit disposée sur l’arrière est mouillée dès que nécessaire pour faciliter le déséchouement du bâtiment lors des travaux à marée descendante.

L’ensemble de ces opérations représente une activité annuelle de 160 jours.

Le chaland Telenn Mor et l’ex-Georges Leygues réunis pour une opération d’embossage

Rattachée au SMP (Service des Moyens Portuaires) de la base navale de Brest, la « harpe des mers » (Telenn Mor en breton), est composée d’un équipage de quatorze marins. Elle mène principalement ses missions dans le port militaire et autour de la rade de Brest : Landévennec, presqu’île de Crozon, Ile Longue, ainsi que dans le port de Lorient. Le haut niveau d’expertise et le savoir–faire de l’équipage lui vaut d’être régulièrement sollicité par les collectivités brestoises. Par ailleurs, la Telenn Mor a été particulièrement mobilisée pendant les fêtes maritimes de Brest 92, 96, 2000, 2004, 2008 et 2012.

 

* Embossage :Dans la marine, embosser un bateau consiste à amarrer ce dernier à l’arrière et à l’avant afin de le stabiliser.
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:56
L’Ecole navale et DCNS Universeaty innovent pour former les nouvelles générations

 

29.10.2014 DCNS Group
 

Le salon Euronaval se poursuit avec une deuxième journée d’affluence marquée plus particulièrement par la venue du ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian. En marge des stands des industriels du secteur du naval de défense, l’espace workshop du salon a quant à lui permis à Jean-Jacques Crosnier, Directeur de DCNS Universeaty, et le Commandant Pascal Le Claire, Directeur des études à l’École navale de s’exprimer sur un thème commun : l’innovation pédagogique au service des marines et des industriels du secteur naval.

 

news28-10

 

Apprendre mieux et plus vite dans le domaine naval: pourquoi innover aujourd’hui ?

  • La complexité et la diversité croissantes des opérations navales, liées à l’interopérabilité notamment, nécessitent la multiplication de scenarii d’apprentissage.

  • Les nouvelles technologies ont fait évoluer les comportements et les attentes des nouvelles générations. La pédagogie doit s’adapter. La notion d’ « expérience » est centrale pour les apprenants d’aujourd’hui d’où le succès du e-learning, des classes inversées* ou encore du « on-the-job training ». DCNS Universeaty et l’Ecole navale développent à cette fin de nouveaux outils d’apprentissage comme la réalité virtuelle ou la réalité augmentée.

  • La formation n’est pas épargnée par des contraintes croissantes de coûts et de délais et doit se renouveler pour répondre aux objectifs opérationnels. Le travail en réseaux et les partenariats deviennent indispensables.

Crée en 2013, DCNS Universeaty a vocation à faire monter en puissance l’offre de formation et de conseil du Groupe. Si elle est l’héritière de 400 ans de transmission des savoirs et de plus de 20 ans de transfert de technologie, cette nouvelle entité se donne comme fil rouge d’être un lieu d’innovation permanente. Elle s’adapte à ses clients en concevant des parcours de formation sur-mesure, en nouant des partenariats en France ou à l’international ou en utilisant les nouvelles technologies lorsqu’elles servent les objectifs pédagogiques. Les marins et les constructeurs de bateaux sont complices depuis des siècles ; c’est pourquoi le partenariat entre l’Ecole navale et DCNS Universeaty est naturel. Et comme certains fondamentaux rassemblent toutes les générations, un lexique illustré du naval de défense réunira tous les passionnés du naval.

* classes inversées : pédagogie permettant à l’étudiant d’apprendre la théorie avant d’aller en cours afin de privilégier le temps d’échange avec l’enseignant.

 

Lexique illustré du naval de défense / Illustrated glossary of naval defense : Speak & Sea

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 08:55
L’École navale, Télécom Bretagne, DCNS et Thales créent une chaire de cyberdéfense navale

 

31.10.2014 DCNS Group

 

L’École navale, Télécom Bretagne, DCNS et Thales se sont associés pour créer – avec le soutien de la région Bretagne – une chaire de cyberdéfense des systèmes navals. Couvrant les volets enseignement et recherche, cette chaire – universitaire mais aussi industrielle – ambitionne de stimuler la cyber-innovation en se concentrant en particulier sur les systèmes navals et le domaine maritime.

 

Avec la montée en puissance des navires de combat « numériques », caractérisés par l’intégration de nombreux systèmes d’information et réseaux informatiques, la cyberdéfense des systèmes navals revêt une importance stratégique majeure. Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013, en continuité de celui de 2008, place la sécurité et la défense des systèmes d’information au cœur des priorités stratégiques de la Nation. Les cybermenaces y sont clairement identifiées comme une menace majeure pour la sécurité nationale.

 

Dans ce cadre, la chaire de cyberdéfense des systèmes navalsa été créée et placée au sein de l’École navale. Elle est coordonnée par DCNS, leader mondial des systèmes navals de défense, en partenariat avec Thales, acteur majeur dans le domaine de la cybersécurité pour les systèmes d’information critiques, et l’école d’ingénieurs Télécom Bretagne – avec le soutien de la région Bretagne. La création de cette chaire s’inscrit dans la continuité du pacte Défense Cyber, présenté par le Ministre de la Défense en février 2014, qui encourage en particulier le développement de chaires de cyberdéfense dans les écoles d’officiers. Elle représente également une nouvelle concrétisation de ce pôle d’excellence cyber, implanté en Bretagne avec une portée nationale et un objectif de rayonnement international.

 

Le contenu de cette chaire de cyberdéfense des systèmes navals est fortement orienté vers les aspects techniques de la lutte contre les menaces du cyberespace. La chaire vise à stimuler l’innovation scientifique et technologique. Elle aura notamment pour vocation de répondre aux problématiques de vulnérabilité des navires à la mer (navires de guerre, méthaniers, porte-containers…) dotés d’installations informatiques et électroniques complexes et d’équipages réduits (et notamment en l’absence d’expert en cybersécurité à bord), susceptibles d’être exposés à des cyberattaques aux conséquences potentiellement gravissimes. La chaire de cyberdéfense des systèmes navals est placée sous le haut parrainage de l’Officier général Cyber de l’état-major des armées. Les travaux de la chaire se feront également en étroite coordination avec la Direction générale de l’armement (DGA), au titre de ses études amont.

 

Pour l’École navale un enjeu majeur pour la formation et la recherche

 

L’évolution des menaces amène aujourd’hui l’École navale à repenser les programmes de formation de ses officiers-ingénieurs et à préparer les officiers futurs spécialistes du domaine cyber naval. Dans ce cadre la mise en œuvre de cette chaire avec le soutien académique de Télécom Bretagne, de DNCS et Thales devrait permettre de développer une expertise de premier plan nécessaire au développement d’un creuset de compétences dans le domaine du cyber naval.

 

La cybersécurité, une préoccupation primordiale de DCNS pour ses clients

 

La mise en œuvre de systèmes d’information et de logiciels de plus en plus intelligents nécessite une protection robuste contre les attaques informatiques. La cybersécurité est donc une préoccupation primordiale de DCNS, qui s’est engagé dans ce domaine depuis une dizaine d’années, en investissant notamment significativement en R&D, et en accueillant des doctorants en partenariat avec des Grandes Écoles.

 

DCNS est concepteur et intégrateur de capacités de cyberdéfense à bord des navires que le Groupe conçoit pour ses clients. Ce positionnement est renforcé par une approche partenariale avec de grands industriels du domaine Cyber mais aussi des PME innovantes et spécialisées.

 

« La création de cette chaire de cyberdéfense navale constitue un élément de concrétisation des travaux de R&D chez DCNS en structurant des partenariats avec des acteurs industriels et académiques d’excellence » rappelle Michel Agostini, directeur des systèmes de mission intégrés chez DCNS « Cette chaire permettra, au travers des différents sujets de recherche lancés, de stimuler davantage encore l’innovation technologique de DCNS. »

 

L’expertise cybersécurité de Thales appliquée au monde maritime

 

La cybersécurité est une dimension essentielle des solutions d’avenir destinées au continuum Défense-Sécurité. Appliquée au domaine maritime, la cybersécurité innerve les systèmes navals de plus en plus interconnectés et donc plus vulnérables.

 

Thales se positionne aujourd’hui parmi les leaders européens en matière de systèmes d’information critiques et de cybersécurité, L’offre de cybersécurité de Thales propose une réponse globale pour sécuriser l’information critique des clients les plus exigeants. Présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la sécurité, Thales propose une gamme complète de solutions et de services tout au long du cycle de vie des systèmes d’information. L’expertise reconnue de Thales depuis plus de 40 ans dans le développement d’équipements de sécurité de haut niveau s’est complétée depuis une dizaine d’années de travaux de recherche et d’offres de solutions de cyberdéfense.

 

« Nous sommes très heureux de participer à ce projet ambitieux qu’est la création de cette chaire de cyberdéfense des systèmes navals. Le partenariat d’acteurs industriels et académiques d’excellence va nous permettre de développer des pistes de réflexion innovantes pour mieux répondre aux enjeux du domaine naval et maritime » explique Jean-Michel Lagarde, directeur délégué des activités systèmes d’information et de communications sécurisés. « L’expertise des 1 500 experts de Thales spécialisés dans la cybersécurité est d’ores et déjà une ressource sur laquelle cette chaire pourra s’appuyer pour mener à bien ses activités de recherche et de formation ».

 

La cybersecurité, une problématique essentielle tant en recherche qu’en enseignement à Télécom Bretagne

 

Pour Télécom Bretagne, cette chaire s’inscrit dans une démarche de renforcement de ses activités dans le domaine de la cybersécurité, en relation avec le Pôle d’excellence en cyber initié en début 2014.

 

Cette démarche s’insère dans le cadre de la direction scientifique du laboratoire Labsticc (UMR CNRS 6285) dont Télécom Bretagne est tutelle principale. Les enseignants-chercheurs de Télécom Bretagne œuvrant dans le domaine de la cybersécurité prennent en compte l’ensemble de la chaîne de traitement de l’information, des capteurs à la prise de décision. Ils assurent ainsi la définition et la mise à jour des politiques et des paramètres de cybersécurité ainsi que leurs déploiements.

 

Par ailleurs, Télécom Bretagne est impliquée dans les travaux de réflexion sur le renforcement de l’enseignement de la cybersécurité dans les établissements publics et privés, tant pour la formation des experts que pour la sensibilisation des différents acteurs susceptibles d’être confrontés à ces problématiques. Cette chaire est un moyen pour Télécom Bretagne d’élargir ses travaux de recherche en cybersécurité aux infrastructures critiques et de lever les verrous scientifiques tant au niveau de la protection et de la supervision qu’à celui de la réaction.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 07:55
 photo Marine nationale - C.Quillivic

photo Marine nationale - C.Quillivic

 

03.11.2014 Ecole Navale

 

Monsieur Éric Trappier, 5ème PDG du groupe Dassault Aviation, est intervenu devant plus de 300 élèves de l’École navale ce vendredi 24 octobre pour la conférence inaugurale de l’année scolaire 2014-2015, sur le thème : " L‘importance de l‘aéronautique dans les enjeux maritimes du XXIème siècle ".


Monsieur Trappier a notamment souligné l’importance de maintenir un esprit de défense dans notre pays. Forte d’une tradition aéronautique française centenaire, l’entreprise Dassault a construit plusieurs milliers d’aéronefs dont quelque mille avions de combat et deux mille avions d’affaires sont actuellement en service dans le monde entier. Cette industrie pionnière est aussi une industrie de pointe dans laquelle la France possède un savoir-faire mondialement reconnu, mais qui doit compter sur un soutien sans faille du pouvoir politique car il n’y a pas de vente d’avions de combat sans accord stratégique entre états. M. Trappier a souligné en conclusion que les grands succès de son entreprise dans le domaine industriel, mais aussi dans le domaine des logiciels sont ceux d’une entreprise profondément attachée à la France, tournée vers le monde et impliquée dans une démarche d’innovation permanente.
A l’issue de la conférence, monsieur Trappier a procédé à la signature du Livre d’Or dans le bureau du contre-amiral Philippe Hello, commandant de l'École navale.
Tout au long de l’année scolaire 2014-2015, plusieurs conférences d’intérêt général seront ainsi proposées aux élèves, dans le cadre de la formation humaine et militaire, afin d’acquérir une culture générale et maritime (conférence sur les valeurs, sur le droit des conflits armés, géopolitique etc.).

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 12:55
Former des marins opérationnels


25 Septembre 2014 Marine Nationale

 

DE L’ÉCOLE AUX UNITÉS 

 

Devenir un marin, un combattant, pouvoir mettre en œuvre les équipements les plus sophistiqués, tels sont les objectifs de la formation dans la Marine. L’excellence opérationnelle des unités de combat de la marine requiert cet investissement indispensable aux forces de surface, sous-marines, de l’aéronautique naval, des commandos Marine. Les compétences requises évoluent néanmoins avec le retour d’expérience opérationnel, les missions confiées aux unités de la marine et leurs nouveaux équipements. Adaptée en permanence à l’évolution de la marine, la formation inculque également le socle fondamental des savoir-être et des savoir-faire. C’est ainsi que se transmet l’ADN de la Marine. Retrouvez les bonus de ce reportage paru dans le magazine Cols bleus n° 3032 de septembre 2014.
 

Magazine Cols bleus
 

UNE MÉCANIQUE DE PRÉCISION 

 

 

 

UN SOCLE COMMUN 

 

 

 

L’ADN DE LA MARINE

 

 

 

UN MONDE EN MOUVEMENT

 

 

Bonus Colsbleus.fr
 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 05:55
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

11/10/2014 Sources : Marine nationale

 

Samedi 11 octobre 2014 s’est déroulée la cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte, présidée par le vice-amiral d’escadre Christophe Prazuck, directeur du personnel militaire de la Marine, en présence du vice-amiral d’escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique et du contre-amiral Philippe Hello, commandant l’École navale du Poulmic.

 

Après avoir assisté à une présentation en amphithéâtre de l’école et profité d’un déjeuner en famille avec les "fistots" et autres élèves-officiers, les familles et invités ont pu suivre la cérémonie, avec en toile de fond, sur l’eau, les bâtiments et voiliers servant à la formation maritime des élèves.

 

Six enseignes de vaisseau de la promotion École navale 2012 ont confié la garde du drapeau de l’École navale aux aspirants de la promotion École navale 2013. La garde du drapeau* est formée de six élèves officiers choisis parmi les plus méritants par le commandant de l’école.

 

La promotion école navale 2014 a été ensuite présentée à son drapeau ; arrivés fin août à l’École navale, les nouveaux élèves rejoignent ainsi la longue tradition des officiers de la Marine nationale. Parmi eux se trouvent les futurs chefs militaires de la Marine nationale et de la Défense de demain.

 

Dans son allocution, le contre-amiral Philippe Hello, commandant de l’école, a souligné l’importance de la préparation des futurs marins et des chefs, et la force de l’engagement pris par tous les élèves : « Élèves-officiers de la promotion 2014 de l’École navale, la présentation à votre drapeau vous renvoie à l’état d’officier auquel vous aspirez et auquel il faut vous préparer avec détermination. Vous devez devenir des marins et des chefs, bien sûr nous vous y aiderons, mais votre réflexion et votre engagement personnels seront déterminants. Les actions que vous mènerez prendront des formes que l’on ne peut prévoir, elles seront certainement encore plus empreintes d’incertitude et de complexité. Votre préparation vous aidera mais vous aurez besoin de repères intangibles. C’est ici, face à votre drapeau, que vous allez les trouver. Ayez foi dans les valeurs et les fondements symbolisés par ce drapeau, ils ont traversé toutes les périodes, glorieuses comme tragiques, de la Marine. Sur ce drapeau sont agrafées la Croix de chevalier de la Légion d’Honneur, les croix de guerre 1914-1918, 1939-1945 et des théâtres d’Opérations extérieures. 1203 officiers de l’École navale sont morts pour la France et dans l’accomplissement de leur devoir. Ces décorations témoignent de l’ardeur avec laquelle vos anciens ont servi la France. Elles rappellent la noblesse et le désintéressement de leurs sacrifices. Voici pour vous l’exemple à suivre. »

 

Les Officiers Sous Contrat (OSC), les Volontaires Officiers Aspirants (VOA) chef du quart et les élèves des Affaires Maritimes ont quant à eux été présentés au drapeau de l’École Militaire de la Flotte (EMF). Ce drapeau représente aujourd’hui les officiers spécialisés de la Marine mais aussi des officiers d’autres corps et statuts recrutés en interne tels que les officiers sous contrat.

 

Le contre-amiral Philippe Hello a souligné qu’ils serviront la Marine et la France avec la même ardeur et la même foi, et affronteront les mêmes épreuves : « Aux côtés de vos camarades de l’École navale, vous, élèves-officiers de la promotion 2014 d’officiers sous contrat, vous avez choisi de devenir officier de Marine. Vous servirez ensemble la Marine et la France avec la même ardeur et la même foi. Avec vos camarades de l’École navale, vous affronterez les mêmes épreuves. Vous partagerez aussi la fierté et les profondes satisfactions de vos futures responsabilités. Vos origines et vos parcours sont très divers, ils témoignent de la richesse de votre promotion et de la solide réflexion qui a conduit à votre engagement. Vous êtes invités aujourd’hui à partager les traditions de l’École Militaire de la Flotte qui a formé depuis 1968 de nombreux officiers en provenance comme beaucoup d’entre-vous du processus de promotion interne de la Marine. Ce drapeau témoigne de la cohésion de tous les officiers de la Marine autour de nos valeurs. Il nous rappelle que 1685 officiers issus des écoles de la Marine sont morts pour la France et dans l’accomplissement de leur devoir ; nous ne devons jamais oublier leur sacrifice. »

 

Le directeur du personnel militaire de la Marine, le vice-amiral d’escadre Christophe Prazuck, a quant à lui rendu hommage au lieutenant de vaisseau Stéphane le Bihan, dont « les compétences, l’engagement, le courage, la disponibilité mais aussi l’esprit de camaraderie et la très grande rigueur à l'entraînement comme au combat, constituent un exemple pour tous les élèves-officiers présentés aux drapeaux. Il a conclu par ces mots « Profitez de la période d’enseignement et d’instruction qui commence, tirez en le meilleur parti. Aiguisez votre intelligence, enrichissez votre culture, maîtrisez les savoir scientifiques qui vous seront indispensables, découvrez l’art du commandement des hommes, un art de responsabilité et d’exigence envers soi-même, cultivez autant la rigueur et le courage que la camaraderie et la bienveillance. Instruisez-vous car, au combat on n'invente plus rien, on ne découvre plus rien, on fait ce que l'on peut avec ce que l'on a et avec ce que l'on sait ».

 

*Les gardes et drapeaux représenteront les élèves toute l’année, à Paris et en région, lors des évènements militaires, cérémonies et commémorations officielles.

Présentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la FlottePrésentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la FlottePrésentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte
Présentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la FlottePrésentation aux drapeaux des promotions 2014 de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte
Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 10:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

08.08.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Le cotre Mutin de la marine nationale fait escale à Paimpol (Bassin 1), de ce vendredi 8 août au lundi 11 août . Il sera ouvert aux visites de la population vendredi, samedi 9 août et dimanche 10 août, de 10h à 12h et de 14h à 17h.

 

Affecté à l’école de pilotage de Saint-Servan, près de Saint-Malo, le cotre Mutin participe jusqu’en 1964 à la formation des pilotes de la flotte à l’exception d’une période d’activité en Méditerranée, de 1939 à 1946, due aux évènements de la seconde guerre mondiale.

 

Depuis 1964, il est affecté à l’école navale et c’est en 1976 qu’un grand carénage a permis à ce vieux gréement de retrouver une nouvelle jeunesse.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 21:55
Mission Jeanne d’Arc 2014 : Entraînement du groupe amphibie à Belle-Ile-en-Mer

Le 13 mars 2014, plage de Belle-Ile-en-Mer, sortie d'un VAB de l'EDA-R lors de l'entraînement « Mistral d'ouest » dans le cadre de la Mission Jeanne d’Arc 2014.

 

14/03/2014 Marine nationale

 

Quelques heures après son appareillage pour la mission Jeanne d’Arc 2014, le groupe amphibie articulé autour du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral et de la frégate légère furtive (FLF) La Fayette a procédé à un entraînement grandeur nature de débarquement à Belle-Ile-en-Mer (56) le jeudi 13 mars 2014.

 

Au cours de cet exercice baptisé « Mistral d’Ouest », le BPC Mistral a procédé à la mise à terre d’une quarantaine de véhicules, blindés pour la plupart, et d’environ 200 militaires, principalement des soldats du groupe tactique embarqué de l’armée de Terre. Ce débarquement a été réalisé par voie nautique grâce à l’action des engins de débarquement (un engin de débarquement amphibie rapide - EDAR et deux chalands de transport de matériel - CTM) et par voie aérienne au moyen d’hélicoptères du groupe aéromobile de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) embarqué sur le Mistral. Des Super Etendard Modernisés, guidés par un avion de patrouille maritime Atlantique 2, ont simulé des attaques contre les deux navires puis  ont ensuite simulé un appui-feu des troupes débarquées.

 

L’objectif des troupes déployées pour l’exercice : exfiltrer des militaires amis en situation délicate dans une zone aux mains de milices fictives et détruire un émetteur radio de propagande.

 

Ces manœuvres s’inscrivent dans le cadre de la montée en puissance du groupe Jeanne d’Arc. Programmées en début de mission, elles permettent de vérifier la pleine capacité opérationnelle du groupe, c'est-à-dire son aptitude à intervenir en situation réelle si le chef d’état-major des armées en donne l’ordre.

 

Mission Jeanne d’Arc 2014 : Entraînement du groupe amphibie à Belle-Ile-en-Mer

Le 13 mars 2014, à Belle-Ile-en-Mer, un membre du Groupe Tactique embarqué (GTE) indique la route à suivre aux engins de l'armée de Terre qui débarquent de l’EDA-R lors de l'entraînement « Mistral d'ouest ».

 

Mission Jeanne d’Arc 2014 : Entraînement du groupe amphibie à Belle-Ile-en-Mer

Le 13 mars 2014, le bâtiment de projection et de commandement Mistral et ses moyens amphibie, durant l'entraînement amphibie "Mistral d'ouest" dans le cadre de la mission Jeanne d'Arc 2014.

 

Les officiers élèves intégrés au groupe amphibie pour la mission Jeanne d’Arc 2014 ont participé à l’entraînement. Pour l’EV2 R., 23 ans, qui a assisté aux manœuvres à bord d’un CTM, « pouvoir suivre les actions amphibie de l’intérieur permet de bien en comprendre les contraintes, la temporalité et de bien identifier le rôle de chacun des acteurs. ». L’EV1 E., 25 ans, a vécu un enradiage (entrée d’un chaland de débarquement dans le radier du BPC) depuis la cabine d’un CTM aux côtés du SM M., patron du CTM. «La visibilité était extrêmement réduite à cause du brouillard. Il faut, en outre, prendre en compte dans la manoeuvre les courants présents à l’entrée du radier et se positionner correctement…C’est véritablement une manœuvre délicate ! ». L’EV P. 21 ans, a quant à lui suivi le débarquement depuis la plage aux côtés du « beach master », le major G. de l’armée de Terre. Ce dernier lui a expliqué comment il organise le dispositif mis à terre. « J’ai pris conscience de l’importance des contraintes environnementales dans une telle opération. Entre chaque rotation des engins de débarquement, il nous faut, par exemple, repositionner les « tapis » disposés sur la plage (depuis le point de plageage jusqu’à la sortie de plage) pour éviter l’enlisement des véhicules) en fonction de l’évolution de la marée.J’ai été frappé par la précision, l’endurance et la concentration des marins et du personnel de l’armée de Terre qui participent à ces manœuvres. »

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 11:55
Le BPC Mistral et la FLF La Fayette appareillent pour la mission Jeanne d’Arc 2014



13/03/2014 Marine nationale

 

Le 12 mars 2014, à Brest, l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine, a présidé la cérémonie de départ de la Mission Jeanne d’Arc 2014.

 

Lors de cette cérémonie, l’amiral Rogel a rappelé aux 154 officiers élèves les enjeux de la mission qui les attend et ceux de leurs futures carrières d’officiers de marine. « Cette mission opérationnelle et, pour vous, officiers-élèves, ce début de carrière, intervient dans un contexte stratégique mondial en pleine évolution »a-t-il déclaré. Il a souligné la chance qu’ils ont d’être «formés à la meilleure école, (…), celle de l’insertion au sein d’un équipage formé et entraîné. »

 

Le BPC Mistral et la FLF La Fayette appareillent pour la mission Jeanne d’Arc 2014

À l’issue de la cérémonie, le groupe amphibie a appareillé pour débuter sa mission. Il sera pré-positionné stratégiquement en océan Atlantique où il conduira des opérations militaires et des actions de coopération bilatérale. A cette occasion, les officiers-élèves de la promotion 2011 de l’Ecole navale et des officiers étrangers effectueront leur premier déploiement opérationnel. Il s’agit pour ces jeunes officiers d’acquérir une stature de chef militaire et de marin, grâce à la pratique in situ du métier et à l’expérience de la prise de responsabilités.

Le groupe amphibie est composé du BPC Mistral et de la FLF La Fayette. A bord du BPC Mistral, un détachement de la flottille amphibie (Engins de débarquement), un détachement de l’escadrille 22S (Hélicoptère Alouette III) ainsi que plus de 200 soldats de l’Armée de Terre constituent la force de réaction embarquée.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

 

10.03.2014 par Philippe Chapleau – Ligne de Défense

 

Changement de programme à Brest, mercredi. Ni le Premier ministre ni le ministre de la Défense n'assisteront au départ de la Mission Jeanne d'Arc 2014. Seul le chef d'état-major de la Marine sera présent dans le port finistérien pour assister à l'appareillage, à 16h, du BPC et de sa frégate d'accompagnement.

 

Le BPC et la frégate Lafayette arriveront mardi à Brest pour y embarquer les élèves officiers.

 

A noter que le 13 mars, à Belle-Ile, aura lieu un exercice amphibie, dans le cadre de la préparation opérationnelle du GTE. Un Eda-R sera mis à l'eau pour "beacher" les marsouins du groupement tactique embarqué.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 19:55
Toulon : Le Mistral prend le large

 

4 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

Mardi 4 mars 2014, le bâtiment de projection et de commandement Mistral a appareillé. Accompagné de la frégate La Fayette, les deux unités vont mettre le cap sur Brest d’où le départ de leur mission sera donné le 12 mars prochain.

 

La mission « Jeanne d’Arc » associe mission opérationnelle et mission de formation des officiers élèves.

 

Ils regagneront Toulon en juillet prochain au terme de 4 mois de navigation en Atlantique.

 

Source : Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 19:55
Les EOPAN en formation à l’École Navale


25.02.2014 Ecole Navale
 

La promotion EOPAN ("Élèves-Officiers Pilotes de l’Aéronautique Navale") 2014.1, composée de treize élèves de niveau BAC S jusqu’au Master 2, retrouve les bancs de l’École navale pour suivre les cours spécifiques de leur spécialité ("Unité de Valeur EOPAN") après une semaine d’entraînement nautique au CESSAN (Centre d’Entraînement à la Survie et au Sauvetage de l’Aéronautique Navale). Durant leur UV Culture de la Marine (CMN), la promotion a découvert le Famas et le HK lors d’une séance de tir.

Leur formation initiale officiers (FIO) avait débuté le 20 janvier.

Les élèves achèveront cette formation théorique sur le métier de l’officier le 28 février. Le pilotage et les sélections pourront ensuite commencer.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 17:55
L’École navale organise le 6 février prochain la 9ème Journée Sciences navales

 

 

29 janvier 2014. Portail des Sous-Marins

 

« Opérer sur et sous la mer » au coeur de la 9ème Journée Sciences navales

 

La neuvième édition de la Journée Sciences Navales est organisée le jeudi 6 février 2014 sur le site de l’École navale, de 08h30 à 16h30, sur le thème "Opérer sur et sous la mer". Ce colloque vise à promouvoir le lien fort entre le métier d’officier et sa formation scientifique en valorisant l’activité scientifique des élèves ingénieurs et masters de l’École navale au sein de son institut de recherche (IRENav).

 

Les enjeux d’innovations dans les domaines de l’installation des infrastructures, de la robotique et des interventions sous-marines ou en surface constituent le fil conducteur des interventions. Elèves, acteurs militaires, académiques et industriels confronteront ainsi leurs expertises et leurs questionnements sur la place des technologies et l’évolution des connaissances dans ce domaine.

 

De grandes entreprises maritimes (DCNS, ECA, SAIPEM...) confronteront également leurs idées et leurs visions avec des établissements étatiques (IFREMER, SHOM) et le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ENSTA, École navale). La Marine nationale y apportera son expertise, notamment sur le sauvetage sous-marin.

 

Alain Bravo, délégué général de l’académie des technologies, prononcera la conférence introductive sur « La sauvegarde maritime et l’action de l’État en mer ». Michel L’Hour, académicien de marine, offrira son point de vue et un regard croisé en clôture de la journée.

 

Inscriptions et programme complet de la journée sur : www.journee-sciences-navales.fr, le site internet dédié à la JSN.

 

Source : Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:55
Promotion 2010 de l'Ecole Navale diplômée

 

25.11.2013 Ecole Navale

 

La cérémonie de remise des prix aux officiers-élèves de la promotion École navale 2010 s’est déroulée ce jeudi 21 novembre 2013, sous la présidence du contre-amiral Philippe Hello, commandant de l’École navale et du groupe des écoles du Poulmic, et en présence des cadres de l’école, civils et militaires.

L’AEN (Anciens de l’École navale) était également représentée par son président, le capitaine de vaisseau de Cointet et son délégué, le contre-amiral (2S) Brunet de Courssou. Les attachés navals et de défense d’Italie, du Brésil, d’Espagne, d’Argentine et du Pérou ont fait l’honneur de participer à cet événement qui clôture la scolarité des Bordaches.

Les meilleurs élèves se sont vus récompensés et l’ensemble de la promotion a reçu son diplôme, le diplôme d’ingénieur de l’École navale, assorti du grade de master pour les élèves issus des classes préparatoires et le diplôme de master professionnel "Milieu maritime et opérations navales" pour ceux issus de concours spécifiques comme celui de l’École navale interne (ENI) qui permet un recrutement au sein de la marine.

Les enseignes de vaisseau fraîchement promus vont désormais rejoindre leurs unités ou leur école de spécialité afin de commencer une carrière exaltante dans les forces.

La promotion 2010 se compose de 96 élèves dont 8 femmes, répartis en 82 ingénieurs, 10 ENI et 4 étrangers.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:55
De retour sur l’eau

15.10.2013 Aspirant Nicolas Hoffmann EN 2012 – Ecole Navale

 

Pour leur première corvette de l’année, du 30 septembre au 4 octobre 2013, les aspirants de la promotion 2012 de l’École navale ont eu la chance de bénéficier de la bienveillance de Neptune ! A bord des bâtiments-école Chacal, Lion et Panthère et du BIN (Bâtiment d’Instruction à la Navigation) Églantine, ils ont goûté, pendant dix jours de formation, à un temps ensoleillé (malgré quelques passages dans la brume), à une légère brise d’Est et à la houle, traditionnelle mais modérée, du Golfe de Gascogne.

 

Suivant une habitude maintenant bien établie, des élèves de l’École de maistrance, entrés dans la Marine quelques semaines auparavant, étaient également embarqués et ont ainsi pu découvrir la vie en mer.

 

Sous la direction des instructeurs, les aspirants se sont confrontés aux différentes situations que peut rencontrer un officier chef du quart : homme à la mer, avarie de barre, manœuvres variées, navigation en visibilité réduite… Après une semaine à ce rythme intensif, dans une ambiance studieuse mais enthousiaste, l’escale de deux jours à Bayonne fut appréciée par tous !

 

Au bilan, au cours de ces deux semaines de corvette, les "bordaches" de cette première bordée ont pu travailler leur sens marin, la rigueur et le professionnalisme qu’exigent le métier mais aussi leurs qualités de chef. L’un d’entre eux à même été lâché chef de quart en titre.

 

Lorsqu’ils auront approfondi leurs connaissances à l’ École navale, ils seront fin prêts en juin pour la très attendue corvette « Gants Blancs », souvent première occasion d’escale à l’étranger.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:54
Cérémonie de présentation aux Drapeaux à l'École navale

08/10/2013 Marine nationale

 

Le 5 octobre 2013, se sont déroulées les cérémonies de présentation aux drapeaux de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte, présidées par l’amiral Bernard Rogel,  Chef d’état major de la Marine, en présence du vice-amiral d’escadre Jean-Pierre Labonne, préfet maritime de l’Atlantique et du contre-amiral Philippe Hello, commandant l’Ecole navale et le groupe des écoles du Poulmic.

 

Cérémonie de présentation aux Drapeaux à l'École navale

Six enseignes de vaisseau de la promotion École navale 2011 ont confié la garde du drapeau de l’École navale aux aspirants de la promotion École navale 2012. La garde du drapeau est formée de six élèves officiers choisis parmi les plus méritants par le commandant de l’école. La nouvelle promotion École navale 2013 a été présentée à son drapeau lors d’une cérémonie qui consacre les élèves de première année. Après un mois d’intégration et de découverte de la Marine, les nouveaux élèves rejoignent ainsi la longue tradition des officiers de la Marine nationale. Parmi eux, se trouvent les futurs chefs militaires de la Marine nationale et de la Défense de demain.

Cérémonie de présentation aux Drapeaux à l'École navale

Les officiers sous contrat (OSC) sont présentés au drapeau de l’École Militaire de la Flotte (EMF). Ce drapeau représente aujourd’hui les Officiers Spécialisés de la Marine mais aussi des officiers d’autres corps et statuts recrutés en interne tels que les officiers sous contrat. Ces gardes et drapeaux les représenteront toute l’année, à Paris et en région, lors des événements militaires, cérémonies et commémorations officielles.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:25
L'ambassadeur du Brésil en visite à l'école navale - Lanvéoc

10 octobre 2013 Ouest-France

 

L'année scolaire à l'école navale débute tous les ans par une conférence. Mardi, José Mauricio Bustani, ambassadeur du Brésil en France, est venu donner une conférence sur le thème « Stratégie et géopolitique : la défense brésilienne en marche vers la modernisation ». « Le Brésil est un pays pacifiste, mais il a besoin de se protéger en développant son secteur Défense. C'est un pays très stable avec des ressources en biocarburant et de vastes ressources naturelles », a-t-il dit.

 

Des projets de partenariat avec la France concernent entre autre, le développement du programme des sous-marins et le programme spatial, a-t-il rappelé. Il a également insisté sur les domaines énergétiques : « Le Brésil possède deux usines nucléaires, une 3 e est en cours de montage. Nous n'avons pas de problèmes avec le nucléaire. Les énergies éoliennes ou solaires ont leurs limites et ne peuvent satisfaire un pays aussi vaste. »

 

« Le Brésil, a ajouté l'ambassadeur, ce pays émergent fort de 10 pays frontaliers n'a pas de tradition guerrière. Nos conflits sont réglés avec le droit international. Nous sommes dans la seule zone du monde qui est exempte de l'arme nucléaire et nous l'avons inscrit dans notre constitution. »

 

Un partenariat basé sur des valeurs communes dans la formation du personnel avec un échange entre les deux écoles navales est en projet !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories