Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 17:30
Egypt begins military exercise with Saudi Arabia

 

26 November 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Egypt and Saudi Arabia on Saturday began the naval exercise Morgan 14, which is taking place in the Red Sea.

 

The Egyptian armed forces said the exercise would last several days and would also involve observers from several African and Arab countries, Daily News Egypt reported.

 

As the exercise will take place at sea, it involves activities like searching for mines and submarines, boarding suspicious vessels and resupplying and refuelling at sea. The Navy will also work with the Air Force during the drill.

 

“These exercises come within the framework of the plan for joint training of the Armed Forces of Egypt and Saudi Arabia to measure the skills and capabilities of troops in the implementing and managing of tasks in joint combat,” the Egyptian military said in a statement.

 

Saudi Arabia and Egypt often carry out military training – in May this year they carried out the Tabuk 3 joint military endeavour in Saudi Arabia and every year hold the Morgan exercise, rotated between the two countries. The 2012 iteration, Morgan 13, took place around the Saudi city of Jeddah. The first such exercise was held in 2000.

 

Saudi Arabia has supported Egypt’s interim government and has allegedly offered to finance a proposed major Russian arms deal. Russian arms suppliers visited Egypt earlier this month where they discussed the sale of fighter jets, air defence systems and other hardware.

 

Defense News quoted Theodore Karasik of the Near East and Gulf Military Analysis think tank as saying that the Russian-Egyptian arms deal includes discussions on Su-25, T-50 PAK FA, MiG-35 and MiG-27 fighters. Also discussed are specialized equipment for the Egyptian Special Operations Forces, radio communications, special communications facilities, reconnaissance devices and the Vega-E radar system.

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:30
An Egyptian Ambassador III fast missile craft

An Egyptian Ambassador III fast missile craft

 

20 November 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Egypt has received the first of four Ambassador III class fast missile craft (FMC) from the United States, with the remaining three to be delivered late this year and next year.

 

The S Ezzat, first of class, was yesterday transferred to the Egyptian Navy at a ceremony in Pensacola, Florida, where the US has an international student programme, reports Defense News. The vessel, launched in October 2011, is named after Admiral Solilman Ezzat who was Commander in Chie of the Egyptian Navy from 1953 to 1967.

 

“The ship’s Egyptian officers have been training since July under US Navy instruction at the Pensacola Naval Air Station, where the transfer took place,” said Commander Bill Speaks, a Pentagon spokesman.

 

Rear Admiral Mohamed Abd El Aziz of the Egyptian Navy said during the S Ezzat’s naming ceremony in 2011 that the vessels would be used for maritime security, particularly combating the problems of illegal immigration and smuggling. They are ideally suited for protecting the Suez Canal region. Egypt has over 2 000 km of coastline in the Mediterranean and the Red Sea to protect, and also needs to enforce a blockade of the Gaza strip.

 

The second vessel, F Zekry, is almost complete, and will be delivered in December while the remaining two craft, the M Fahmy and A Gad, are due for delivery next year.

 

Each of the 62 metre, 700 ton craft carry an OTO Melara 76 mm super rapid gun, eight Harpoon block II missiles, Mk 49 Rolling Airframe Missiles, Block 1B Close-In Weapon Systems (CIWSs) and two M60 machineguns.

 

Powered by three MTU diesels, they have a top speed of 41 knots and with a crew of 38 they can operate at sea for up to eight days.

 

A construction contract for the four vessels was issued to VT Halther Marine in September 2008 and is worth an estimated $800 million.

 

The fast missile craft have escaped the freeze of military aid and equipment deliveries to Egypt following the Egyptian military’s overthrow of elected President Mohamed Mursi in July. The aid cuts stopped the delivery of four F-16 fighters, ten Apache helicopters, M1 Abrams tank kits, Harpoon anti-ship missiles as well as $260 million in cash (Egypt receives $1.3 billion in military aid every year).

 

Some aid continues, as the US uses it as a leveraging tool. For instance, aid continues to flow regarding equipment used for counterterrorism and civil security operations, as well as for spares and training.

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 18:30
La Russie livrera des systèmes de défense antiaérienne à l'Egypte

 

DUBAI, 19 novembre - RIA Novosti

 

La Russie livrera des systèmes de défense antiaérienne à l'Egypte, a annoncé lundi le président du holding russe de hautes technologies Rostec Sergueï Tchemezov, membre de la délégation russe au salon Dubai Airshow aux Emirats arabes unis.

 

"Les contrats sur des systèmes de défense antiaérienne sont à l'étude. Les parties sont proches de la signature de ces contrats, mais on est actuellement à l'étape des discussions en raison des problèmes financiers de la partie égyptienne", a indiqué M.Tchemezov à RIA Novosti.

 

Selon lui, la Russie et l'Egypte discutent en outre sur la livraisons d'hélicoptères et d'avions au Caire.

Repost 0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 13:56
Le Caire achètera des armes en Russie

 

MOSCOU, 15 novembre - RIA Novosti

 

Des négociations russo-égyptiennes ont eu lieu au Caire entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays. Ce format était une première dans les relations bilatérales, écrit le vendredi 15 novembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

Il s'agit de la première visite du ministre russe de la Défense au Caire depuis 40 ans. Une attention particulière a été accordée aux exportations d'armes russes à l'Egypte. En effet, la Russie passe à l'offensive, profitant du retrait temporaire des Etats-Unis du marché de l'armement égyptien.

 

L'ensemble des contrats potentiels pourrait atteindre 4 milliards de dollars, selon certains experts. Toutefois Rouslan Poukhov, directeur du Centre d'analyse stratégique et technologique et membre de la délégation du ministère de la Défense qui a participé aux négociations en Egypte, a mentionné un montant plus modeste : "Il s'agira de plusieurs centaines de millions de dollars, voire d'un milliard".

 

Selon lui, l'Egypte est avant tout intéressée par l'achat de systèmes antiaériens et d'avions militaires : "Je pense qu'ils n'auront pas suffisamment d'argent pour les S-300, et nous en avons nous-mêmes besoin. Les Egyptiens ont déjà reçu les systèmes de courte et moyenne portée Tor-M2 et Buk-M2. Par le passé ils en achetaient à doses homéopathiques par manque de moyens, aujourd'hui ils peuvent en acheter un plus grand nombre. Bien sûr, nous voudrions vendre aux Egyptiens des chasseurs MiG-29. Ils seront également promus sur le marché égyptien".

 

Actuellement, 60% de la défense antiaérienne égyptienne est d'origine soviétique. Le parc aérien de la république arabe comporte notamment des MiG-21 mais ils sont obsolètes. D'après les experts, le Caire est également intéressé par les chasseurs Su-30, les avions d'entraînement et de combat Iak-130, les hélicoptères de transport militaires Mi-17 et les vedettes lance-missiles.

 

Les dépenses pour la défense pourraient, par ailleurs, être prises en charge par l'Arabie saoudite qui avait soutenu le renversement des Frères musulmans représentés par l'ex-président Mohamed Morsi. Selon certains analystes, Riyad pourrait régler la facture du Caire à la société russe Rosoboronexport. Et même si Riyad refusait de le faire, la Russie étudierait la possibilité d'accorder un crédit à l'Egypte.

 

La présence, au sein de la délégation du ministère de la Défense, de personnalités comme Andreï Boïtsov, directeur général adjoint du Service fédéral pour la coopération militaro-technique, et Ivan Gontcharenko, directeur général adjoint de Rosoboronexport, n’est pas anodine. Cela signifie qu'on parle actuellement de choses concrètes.

 

L'aspiration de l'Egypte à diversifier ses achats d'armements s'explique par les récents problèmes dans la coopération militaro-technique avec les USA. Washington a décidé de sanctionner les autorités militaires égyptiennes pour leur "antidémocratie" en renonçant à la livraison de pièces détachées et d'armements pour l'armée égyptienne, ainsi qu'en suspendant son aide annuelle de 1,5 milliard de dollars. Après cette annonce le ministre égyptien de la Défense al-Sissi avait dévoilé ses projets de trouver une alternative en Russie.

 

Le Caire ne souhaite certainement pas renoncer complètement aux armements américains mais voudrait montrer à Washington qu’il est capable de diversifier ses sources de livraisons. De plus, ces contrats permettraient de renforcer la légitimité des autorités militaires égyptiennes grâce à cette confiance accordée par la Russie.

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:40
Cairo Considering Russian Arms Deal – Egyptian Minister

 

MOSCOW, November 12 (RIA Novosti)

 

Egypt’s foreign minister said ahead of a Russian delegation's visit that Cairo is considering deliveries of Russian arms.

Nabil Fahmy said in an interview with Russia’s state-owned RT television channel aired Tuesday that “the issue of purchasing new Russian weapons should be carefully examined.” He confirmed that the issue is under consideration in the Egyptian government.

Russia's defense and foreign ministers will travel to Cairo on Wednesday for a landmark two-day visit to discuss arms sales and political relations.

Earlier media reports indicated that Egypt, which has not bought Russian weapons since the early 1970s, is considering spending at least $4 billion on advanced weaponry from Russia.

The rumors circulating about Egypt turning to Russia for military assistance to meet its security needs follow the partial suspension of military aid and equipment deliveries from the United States.

A high-ranking official in Russia’s state arms exporter Rosoboronexport told RIA Novosti last week that new weaponry deliveries to Egypt would depend on the country’s ability to pay for them.

Sources cited by Donia Al-Watan, an independent Palestine territory-based online news outlet, claimed last week that an undisclosed Persian Gulf country had agreed to provide financing.

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:30
Varyag missile cruiser

Varyag missile cruiser

 

MOSCOW, November 11 (RIA Novosti)

 

The flagship of Russia’s Pacific Fleet, the Varyag missile cruiser, docked on Monday at the Mediterranean port of Alexandria, making it the first Russian warship to visit Egypt since 1992.

 

The Varyag’s arrival comes two days ahead of a visit by a Russian delegation led by Foreign Minister Sergei Lavrov and Defense Minister Sergei Shoigu to bolster military and political ties with Egypt.

 

During the six-day stay, the warship’s crew will exchange visits with local government and naval officials and take part in a series of cultural and sports events, said the Pacific Fleet’s spokesman, Capt. 1st Rank Roman Martov.

 

The Varyag, a Slava-class missile cruiser designed as a surface strike ship with anti-aircraft and anti-submarine capability, is currently part of Russia’s standing naval task force in the Mediterranean, which comprises some 10 warships from all four Russian fleets.

 

For Moscow, the improvement of ties with Egypt could signify a return in force to the Middle East while US diplomacy is failing all over the region.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 20:30
Méditerranée: le croiseur russe Variag fait escale à Alexandrie

 

MOSCOU, 11 novembre - RIA Novosti

 

Le croiseur lance-missiles russe Variag, qui fait partie du groupement naval russe déployé en Méditerranée, est arrivé lundi au port égyptien d'Alexandrie pour la première fois depuis plusieurs décennies, rapporte la flotte russe du Pacifique.

 

"Pendant la visite de six jours, les marins russes rencontreront le commandement de la base navale et le gouverneur de la province d'Alexandrie, se rendront à bord de navires de la Maine égyptienne et participeront à un tournoi de football avec les marins égyptiens", a déclaré le porte-parole de la flotte, Roman Martov.

 

Les représentants de la mission diplomatique russe et du commandement de la base navale d'Alexandrie ont accueilli le croiseur qui restera à Alexandrie jusqu'au 16 novembre.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:30
Mi-35M (Hind E)

Mi-35M (Hind E)

 

11.11.2013 Ilia Kramnik - La Voix de la Russie

 

Les exportateurs russes reviennent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Après la reprise de la collaboration militaro-technique avec l’Iran et la Libye, c’est au tour de l’Egypte. Selon certaines sources, ce pays pourrait acheter à la Russie de l’équipement militaire pour une somme qui dépasse 4 milliards de dollars. Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou se rendra en Egypte du 12 au 15 novembre.

 

Une coopération très prometteuse...

 

La coopération militaro-technique entre Moscou et le Caire, interrompue à l’initiative de l’Egypte dans les années 1970 a toutes les chances de reprendre. A cette époque cette collaboration a été interrompue à l’initiative du président égyptien de l’époque Anouar el-Sadate. La Russie et l’Egypte ont repris leur collaboration dans le domaine de l’armement dans les années 2000. Moscou a alors modernisé les missiles de défense aérienne égyptiens des années 1970 : les S-125 Petchora (la version Petchora-2M) les missiles automatiques de défense Kvadrat,les systèmes automatiques Chilka, et le système de missiles sol-air 9K38 Igla. En outre, l'Egypte a reçu de nouveaux complexes de missiles de moyenne et courte portée Bouk-M1-2 et Tor-M1E.

 

Le volume total de la coopération militaire russo-égyptienne n’est pas très conséquent – 1,852 milliard de dollars entre 2005 et 2012 (19,4 % du marché). La Russie est le deuxième plus grand fournisseur d'armes à l'Egypte, les Etats-Unis étant le premier. Pendant la même période, Washington a livré au 6,865 milliards de dollars de matériel militaire (soit 71,8 % du marché). La Chine arrive à la troisième place avec 341 millions de dollars (3,56 %), suivie par les Pays-Bas (165 millions de dollars), l'Italie (139 millions) et l'Espagne (100 millions de dollars).

 

Ce contrat pour 4 milliards de dollars risque d’augmenter la part de la Russie sur le marché russe de l’armement, permettant ainsi à Moscou de dépasser les Etats-Unis en termes de contrats signés. Les livraisons américaines des années 2013-2016 devraient atteindre 3,41 milliards de dollars. L’Espagne occupe actuellement la deuxième place avec 300 millions de dollars, et la Russie serait troisième avec 108 millions.

 

… avec un budget important

 

Il est très probable que le nouveau contrat avec la Russie puisse inclure plusieurs systèmes de défense aérienne modernes de courte et de moyenne portée, mais aussi des aéronefs. L'Egypte pourrait s’intéresser aux hélicoptères multicibles Mi -35, Mi-28 et la dernière version du Mi -17, ainsi que par des avions de combat MiG -29M et Su- 30MK2. Les systèmes de défense côtière pourraient être intéressants pour l’Egypte, mais aussi des systèmes d’ingénierie navale - les navires de guerre, des sous-marins de fabrication russe, des missiles côtiers et des complexes d'artillerie.

 

Concrètement, le premier contrat inclura des systèmes de défense aérienne et des hélicoptères de différents types, en très forte demande aujourd’hui.

 

Les mythes du « printemps arabe »

 

Les processus politiques qui ont commencé en hiver 2010-2011 en Tunisie et en Egypte et se sont étendues à d’autres pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Et ces troubles ont fait comprendre aux experts militaires russes nouvelle demande en armement va se créer dans les pays de cette région. Le premier grand contrat a été signé avec l’Irak, où un nouveau régime a été instauré avant le « printemps arabe », non pas suite à la révolution, mais avec l'aide de la puissance militaire américaine. Alors que le contrôle de la part des Etats-Unis était en train de faiblir, le nouveau gouvernement irakien, partant de ses intérêts stratégiques, a normalisé ses relations avec l’Iran et a repris les contacts dans le domaine militaro-industriel avec Moscou. Le contrat de 4 milliards de dollars est réalisé depuis automne 2013, commençant par des livraisons des hélicoptères Mi-35M.

Les relations avec la Libye ont également repris. Quant à la visite de la délégation russe en Egypte, il s’agit déjà d’une collaboration à grande échelle, et non pas des livraisons ponctuelles. Le soutien de la Russie du régime au pouvoir en Syrie a rendu à Moscou la réputation d’un partenaire fiable, perdue depuis l’éclatement de l’URSS. Et cette réputation sera à l’avantage du ministre russe de la Défense lors de sa visite en Egypte.

Repost 0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:30
L'Egypte compte acheter des armes russes pour 4 mds USD (médias)

 

LE CAIRE, 7 novembre - RIA Novosti

 

L'Egypte pourrait prochainement acheter des armes russes modernes pour 4 milliards de dollars, rapporte jeudi l'édition palestinienne Dounia Al-Watan se référant à des sources informées.

 

Selon l'édition, un pays du Golfe serait déjà prêt à financer l'acquisition d'armements par l'Egypte. Des sources de Dounia Al-Watan affirment que Moscou a proposé au Caire de "signer un contrat historique en permettant pour la première fois à l'Egypte de choisir des armes modernes sans aucune restriction".

 

Les informations sur l'éventuel achat d'armes russes par l'Egypte surgissent à la veille des visites officielles d'une importante délégation russe conduite par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou en Egypte et en Serbie du 12 au 15 novembre prochains, a annoncé jeudi à RIA Novosti un responsable du ministère russe de la Défense.

 

La délégation russe comprendra notamment le premier directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) Andreï Boïtsov et des représentants de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport).

 

L'Union soviétique a été le principal fournisseur d'armes en Egypte pendant les années 1950-1970. Les livraisons d'armes soviétiques ont cessé après que le président égyptien Anouar el-Sadate a opté pour la coopération avec les Etats-Unis.

 

Selon Dounia Al-Watan, le secrétaire d'Etat américain John Kerry aurait essayé, lors de sa récente visite au Caire, de dissuader le ministre égyptien de la Défense Abdel Fattah al-Sisi d'acheter des armes à la Russie en promettant de resserrer les liens américano-égyptiens bousculés par la destitution par l'armée du président égyptien Mohamed Morsi. D'après le journal palestinien, le ministre égyptien aurait rejeté les propositions de M.Kerry.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 17:30
Egypt criticizes U.S. decision to halt aid

10 October 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Egypt on Thursday criticized a decision by the United States to halt some military and economic aid to the army-backed government in the wake of a crackdown on the Muslim Brotherhood.

 

Washington's decision halts tank and fighter aircraft deliveries but continues support for counter-terrorism activities. Egypt is the second-largest recipient of U.S. aid after Israel.

 

"The decision was wrong. Egypt will not surrender to American pressure and is continuing its path towards democracy as set by the roadmap," Foreign Ministry spokesman Badr Abdelatty told a private Egyptian radio station.

 

The army ousted President Mohamed Mursi of the Muslim Brotherhood in July, installed an interim government and presented a political "roadmap" it promised would lead to fair elections.

 

The Brotherhood refuses to work with the military, which it says staged a coup and sabotaged Egypt's democratic gains after a revolt toppled autocratic President Hosni Mubarak in 2011.

 

Washington said it would withhold deliveries of tanks, fighter aircraft, helicopters and missiles as well as $260 million in cash aid from the military-backed government, pending progress on democracy and human rights.

 

But the State Department said it would continue military support for counterterrorism, counter-proliferation and security in the Sinai Peninsula, which borders U.S. ally Israel. It will also continue to provide funding in areas such as education, health and private sector development.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 11:30
Egypte: Washington cesse de livrer des hélicoptères et des missiles

 

WASHINGTON, 10 octobre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis ne livreront plus à l'Egypte d'hélicoptères Apache, de missiles et de pièces détachées pour chars, a déclaré mercredi soir un porte-parole du département d'Etat américain.

 

Auparavant, Washington a suspendu la livraison d'un lot de chasseurs F-16 au Caire.

 

Suite au renversement en juillet dernier du président égyptien Mohamed Morsi, Washington a annoncé son intention de "reconsidérer" l'octroi de l'aide militaire US au Caire, dont le volume s'élevait à environ 1,3 milliards de dollars par an.

 

Mercredi 9 octobre, le département d'Etat a annoncé que les Etats-Unis continueraient de coopérer avec l'Egypte dans la protection de ses frontières, la lutte antiterroriste et la non-prolifération, ainsi que dans le maintien de la sécurité dans le Sinaï. Dans le même temps, Washington a décidé de geler la fourniture de matériels militaires lourds ainsi que son assistance financière au gouvernement égyptien.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Les États-Unis suspendent une partie importante de leur aide à l'Égypte

09/10/2013 lefigaro.fr (AFP)

 

Les Etats-Unis ont annoncé aujourd'hui qu'ils "recalibraient" leur aide à l'Egypte en suspendant leur livraison de gros matériels militaires et une partie de leur aide financière en représailles à la sanglante répression contre les partisans du président déchu Mohammed Morsi.

 

Washington va geler sa fourniture de gros matériels "militaires et son assistance financière au gouvernement en attendant des progrès crédibles vers un gouvernement civil démocratiquement élu", a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, dans un communiqué. Le gel de l'aide militaire américaine - qui représente 1,3 milliard de dollars chaque année, auxquels s'ajoutent 250 millions d'aide économique - concerne notamment la livraison d'hélicoptères Apache, de missiles Harpoon et de pièces pour des chars d'assaut A1/M1, ont précisé des responsables américains. Ce gel n'a pas vocation a être permanent, ont-ils ajouté, sans donner de chiffres précis sur le montant de l'aide gelée, se contentant de souligner que ces armements valaient "des centaines de millions de dollars".

 

Depuis le 3 juillet et la destitution du président Mohammed Morsi, et la répression qui a suivi, l'administration du président Barack Obama est sous pression pour réduire l'aide versée chaque année au Caire. A la mi-août, Washington avait déjà annulé des exercices militaires conjoints avec l'Egypte et reporté la livraison de quatre avions de combat F-16 à l'armée égyptienne. Les Etats-Unis n'ont jamais qualifié le renversement de Morsi de "coup d'Etat"  -ce qui les aurait légalement contraint à mettre fin à leur aide -, mais ils ont condamné une répression "lamentable", réclamé la levée de l'état d'urgence et des élections démocratiques en 2014.

Repost 0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:45
Quels pays africains dépensent le plus pour leur armée?

21.09.2013 Jeune Afrique

 

Les entreprises d'armement internationales, de plus en plus dépendantes des exportations en raison de la baisse des dépenses militaires en Europe et aux États-Unis, lorgnent vers une Afrique dont les budgets d'armement vont exploser dans les dix prochaines années.

 

Selon l'hebdomadaire américain Defense News, les dépenses militaires en Afrique - en plein boom énergétique dans les régions de l'Ouest et de l'Est - vont augmenter de 20 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie contre plus de 40 milliards en 2012, selon le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri). Ce phénomène est lié au développement récent de plusieurs armées en Afrique qui, depuis la fin de l'époque coloniale, connaît bon nombre de guerres, d'insurrections et de coups d'État. D'autre part, l'Occident fait, depuis 2001, beaucoup d'efforts pour renforcer les capacités de lutte antiterroriste, particulièrement dans la zone sahélo-saharienne, la Corne de l'Afrique et la côte orientale où les groupes djihadistes demeurent très présents.

 

Protéger les ressources

 

"La ruée vers le marché de la défense africain vient tout juste de commencer, et il se poursuivra au cours de la prochaine décennie", estime le colonel Joseph Sibanda, officier retraité de l'armée du Zimbabwe, désormais consultant pour la défense, cité par Defense News. Il estime que les pays comme le Mozambique - ancienne colonie portugaise pauvre désormais en plein boom gazier de même que la Tanzanie voisine -, l'Ouganda et le Kenya devront rediriger leurs besoins de défense vers la protection de leurs gisements de pétrole et leurs infrastructures de gaz onshore et offshore.


"Le marché africain de la défense sera, dans les prochaines années, pratiquement au même niveau que celui de l'Asie du Sud-Est", annonce Sibanda. "Les avions militaires, véhicules blindés et système d'artillerie devront être modernisés afin de répondre aux nouvelles menaces qui planent sur la sécurité", poursuit-il.

 

Une bonne nouvelle pour l'Afrique du Sud

 

Jusqu'à maintenant, l'Afrique n'avait jamais été un marché-clé pour les grands contractants militaires occidentaux, même si des pays riches en pétrole comme le Nigeria, l'Algérie ou la Libye ont déjà acheté des systèmes d'armes de hauts niveau, des avions, des navires de guerre et des armes au fil des ans.

 

Les seul pays africains ayant des industries d'armement autochtones sont l'Afrique du Sud - bien que son secteur de la défense lié à Israël ait considérablement diminué depuis la fin de l'apartheid, en 1994 - et l'Egypte qui, depuis l'accord de paix signé en 1979 avec Israël, s'est davantage tournée vers les États-Unis.

 

Le secteur de la défense sud-africain est dirigé par Denel, capable de produire des systèmes de missiles avancés, de l'artillerie aux standards internationaux et des systèmes aérospatiaux. La plus grande économie d'Afrique pourrait bien être l'une des principales bénéficiaires de la mise à niveau majeure de l'équipement des forces armées du continent.

Qui dépense le plus pour l'armement en Afrique ?
(en millions de dollars, 2012)

1. Algérie 9 325
2. Afrique du Sud 4 470
3. Égypte 4 372
4. Angola 4 146
5. Maroc 3 402
6. Libye 2 987
7. Nigeria 2 327
8. Sud Soudan 964
9. Kenya 798
10. Tunisie 709
11. Côte d'Ivoire et Namibie 407

Source : Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:30
Sous-marins U-209 allemands

Sous-marins U-209 allemands

05/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Depuis son arrivée au pouvoir, Angela Merkel a décomplexé les industriels de l'armement allemands sur les ventes d'armes à l'exportation. Une rupture dans la doctrine de Berlin qui était réticent jusqu'ici à livrer du matériel militaire à des pays instables.

 

En Allemagne, les ventes d'armes autorisées par Berlin vers des pays sensibles, dont celles à destination des pays du Golfe et du Moyen Orient, font débat. Plus particulièrement celles vers l'Egypte, plongée actuellement dans une vague de violences entre les pro-Morsi, l'ancien président de l'Egypte renversé, et l'armée revenue au pouvoir. Cela n'a pas échappé à l'opinion publique allemande, qui demande aujourd'hui des explications à la Chancelière. Car depuis son arrivée au pouvoir en 2005, Angela Merkel a décomplexé les industriels de l'armement ainsi que les diplomates allemands sur le dossier des ventes d'armes « Made in Germany ». Berlin aurait même insisté pour que l'interdiction européenne d'exportation d'armements vers l'Egyptese cantonne exclusivement aux matériels de sécurité publique (répression d'émeutes).

Le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) a classé dans son rapport 2011 l'Allemagne au 3ème rang mondial des exportateurs d'armements conventionnels majeurs sur la période 2006-2010. L'Allemagne détient 11 % du marché mondial, devançant la France (7 %) et la Grande-Bretagne (4 %). Les Etats-Unis sont au 1er rang (30 %), suivis par la Russie (23 % ). Année après année, l'Allemagne est régulièrement classée troisième, quatrième ou cinquième exportateur mondial d'armes classiques en valeur.

 

Le blindé, best-seller de Berlin

 « S'il y a une chose que les Allemands savent bien faire, ce sont les blindés, écrivait Der Spiegel fin décembre 2012. Dans toutes les variantes, avec des roues, avec des chenilles, pour le combat, pour le transport ». Et les blindés allemands utilisés pour le maintien de l'ordre - les Fahd, dérivés des TH 390 de Rheinmetall et fabriqués sous licence sur place - ont été mêmes très efficaces en 2011 en Egypte contre les manifestants du printemps arabe.

Le SPD a critiqué les livraisons d'armes à l'Egypte et estime que la stratégie d'Angela Merkel d'utiliser les exportations d'armes comme un levier pour le maintien de la paix, est un échec. Ces derniers mois, l'Allemagne a réussi à vendre des chars Leopard au Qatar (62 exemplaires) et en Indonésie (104).

 

Les deux-sous marins de la discorde

 Mais il y a une affaire qui embarrasse au plus haut point Berlin : les deux sous-marins U-209 vendus pour environ 700 millions d'euros par HDW, filiale de TKMS (ThyssenKrupp Marine Systems) que l'Allemagne a autorisé à exporter en Egypte. Un contrat contesté par Israël mais finalement confirmé par Berlin fin 2011. L'Allemagne a décidé de… ne rien décider. D'autant que le premier sous-marins en construction à Kiel devrait être achevé en 2016. D'ici là, Berlin espère que la situation en Egypte se sera clarifiée et pourra ainsi autoriser la livraison. Le SPD, rival du CDU de Merkel, est également resté très prudent. Et pour cause. Il est très implanté au nord de l'Allemagne où sont construits les deux sous-marins.

 

TKMS a tous les coups gagnant

Enfin, TKMS n'est pas trop inquiet, le groupe naval pouvant faire jouer la garantie d'Hermes, l'équivalent allemand de la Coface, à hauteur de 700 millions d'euros en cas de problèmes politiques. C'est peut-être la marine allemande qui pourrait se retrouver avec deux sous-marins dépassés sur les bras. Berlin pourrait peut-être les proposer à la Pologne, dont la marine veut se doter de deux sous-marins. Pour l'heure, ce n'est pas la priorité de la Pologne, qui vient de réduire son budget de la défense. Mais en 2016, pourquoi pas...

Repost 0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:30
Chuck Hagel secrétaire américain à la Défense (Photo Glenn Fawcett DoD)

Chuck Hagel secrétaire américain à la Défense (Photo Glenn Fawcett DoD)

Aug. 28, 2013 Defense News (AFP)

 

JERUDONG, BRUNEI — Defense Secretary Chuck Hagel said Wednesday that he opposes cutting off US military aid to Egypt but vowed Washington would keep pressing for “reconciliation” in the country.

 

The United States earlier this month condemned Egyptian security forces for firing on protesters backing ousted president Mohamed Morsi in a crackdown that left nearly 1,000 people dead.

 

“The interim government has to get back on the path to reconciliation, stop the violence, put Egypt back on the path of economic, democratic reform,” Hagel said in an interview with the BBC aired Wednesday.

 

“Now do you do that best by cutting off all aid?

 

“Maybe eventually that happens, but I don’t think you can take that approach initially; you have to respond, and we’ve made it clear what we’d like to see happen,” said Hagel, in Brunei for a meeting of regional defense ministers.

 

Hagel did not rule out eventually shutting off the flow of $1.3 billion in annual military aid to Cairo, but he stressed the importance of maintaining the decades-long alliance with Egypt, calling it a source of stability that had reinforced US interests.

 

 

“We’ve had strong partnerships with Egypt for many years starting with the peace treaty between Israel and Egypt that the US brokered in 1979 that essentially prevented the region from breaking out into a regional war,” he said.

 

“Egypt has played a responsible part of that, been a very responsible partner.”

 

The United States “wouldn’t necessarily agree with the forms of government, the dictatorships, but... we would not want to see the disintegration of a relationship with a large important country like Egypt,” he said.

 

Echoing similar remarks he made earlier this month, Hagel said America’s influence with Egypt had limits.

 

“So we’ve tried to help where we can, within the boundaries where we can affect influence where we can,” Hagel said. “You can’t go in and impose. It’s up to the Egyptian people what kind of future they want and what kind of government they want.

Repost 0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:30
EU to Suspend Sale of Arms, Security Goods to Egypt

Aug 21, 2013 ASDNews (AFP)

 

European Union foreign ministers agreed to suspend the sale of security equipment and arms to Egypt, the EU's foreign policy chief Catherine Ashton said Wednesday.

 

Ministers of the 28-nation bloc holding emergency talks in response to the violence in Egypt also agreed to review aid to the country, she added.

 

"We strongly condemn all acts of violence and we do believe the recent actions of the military have been disproportionate," Ashton told a news conference at the close of a four-hour meeting between the ministers.

 

She said the EU called "on all sides" to halt the violence and urged all sides to come together in an inclusive process to agree a political solution to the country's crisis.

 

"We will review assistance to Egypt but assistance to the most needy will remain," Ashton added.

 

"All member states feel very strongly they want to continue to support the people of Egypt."

 

The ministers had agreed to suspend export licences to Egypt for any equipment which could be used for internal repression and to reassess arms export licences and review their security assistance with Egypt.

Repost 0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:30
Egypte: Washington suspend son aide militaire (CNN)

WASHINGTON, 20 août - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis suspendent de facto certains volets de leur aide militaire à l'Egypte, annonce mardi la chaîne télévisée CNN se référant au président de la commission juridique du Sénat américain Patrick Leahy.

 

Toutefois, la décision politique sur le gel de l'aide n'a pas été officiellement adoptée, a indiqué l'interlocuteur de la chaîne. Lundi, les représentants de la Maison Blanche et du Département d'Etat avaient rejeté les affirmations concernant l'arrêt de l'aide américaine.

 

Les Etats-Unis fournissent à l'armée égyptienne une aide de près de 1,3 milliards de dollars par an, cette dernière étant largement inférieure à celle accordée par les autres pays donateurs, notamment l'Arabie saoudite et le Qatar.

 

L'Egypte autorise aux Etats-Unis le transit via son espace aérien et le canal de Suez, ce qui permet à l'armée américaine, en cas de nécessité, de déplacer rapidement ses unités au Proche-Orient. L'aide militaire américaine constitue aussi un levier de pression sur le gouvernement provisoire de l'Egypte.

 

La position officielle des Etats-Unis est que Washington est en train de "réexaminer" son aide à l'Egypte.

Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 16:30
U.S. reviewing aid to Egypt in all forms: State Department

16 August 2013 defenceWeb (Reuters)

 

The United States said it will review aid to Egypt "in all forms" after President Barack Obama canceled joint military exercises with Egypt next month in response to a bloody clampdown by Egyptian security forces.

 

"Going forward, as you saw evidence of this morning with the announcement, we will continue to assess and review our aid in all forms," State Department spokeswoman Jen Psaki told a briefing.

 

Psaki also condemned the "reprehensible attacks" over the past few days against Coptic Christian churches and recent attacks on public buildings in Egypt. "These attacks are further aggravating an already fragile atmosphere," she added.

 

U.S. officials have been grappling with how to handle the $1.55 billion in mostly military aid Washington sends each year to Cairo, Reuters reports.

Repost 0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:30
F-16_Fighting_Falcon photo USAF

F-16_Fighting_Falcon photo USAF

24 juillet, 2013 – BBC Afrique

 

Les États-Unis ont annoncé qu’ils retarderaient la livraison de quatre avions de chasse F-16 à l’Egypte en raison des violences qui ont suivi le coup d’état militaire qui a renversé le Président Mohamed Morsi.

 

Le porte-parole du Pentagone George Little a déclaré que la décision a été prise "compte tenu de la situation actuelle en Egypte".

 

Auparavant, le chef de l'armée égyptienne a appelé à des manifestations pour donner aux militaires le mandat de faire face à "la violence et au terrorisme potentiel".

 

Mais Abdel Fattah al-Sissi a indiqué qu'il n’appelait pas à troubler l'ordre public.

 

Suite à ces déclarations, le mouvement des Frères musulmans, qui soutient Mohamed Morsi, a déclaré que « le général Sissi a appelé à la guerre civile».

 

Les quatre avions de chasse F-16 jets font partie d'une plus grande commande de 20 avions, dont huit ont déjà été livrés à Egypte.

 

Après la prise de pouvoir par l’armée le 3 Juillet, Washington a déclaré qu'il examinait si l'action constitue un coup d'état, car cela pouvait conduire à une obligation légale de couper l'aide.

 

Très récemment, le 11 juillet, les responsables américains avaient indiqué que les derniers quatre F-16 seraient livrés à l’Egypte.

 

Cependant, mercredi, le Pentagone a confirmé que la livraison avait était mis en attente.

 

«Compte tenu de la situation actuelle en Egypte, nous ne pensons pas qu'il soit approprié de poursuivre en ce moment la livraison des F-16, « a déclaré Mr Little aux journalistes.

 

"Nous restons attachés aux relations de défense américano-égyptiennes car elles restent un fondement de notre partenariat stratégique global avec l'Egypte et constituent un pilier de la stabilité régionale", a-t-il dit.

 

Le secrétaire américain à la défense, Chuck Hagel a informé le général Sissi de la décision dans un appel téléphonique tôt mercredi, a ajouté le porte-parole du Pentagone.

 

L'aide militaire américaine à l'Egypte est estimé à 1,3 milliard $ (860 €) par an.

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 11:30
L'Egypte et Israël déconseillés aux militaires russes habilités secret défense

MOSCOU, 23 juillet - RIA Novosti

 

Les militaires russes ayant accès aux documents top secret ne pourront plus se rendre en vacances en Egypte et en Israël, écrit le quotidien Izvestia du 23 juillet 2013.

 

Cette décision a été prise vu l'aggravation de l’instabilité politique dans ces deux pays, a-t-on expliqué à l'Etat-major des forces armées russes. "Le chef d'Etat-major général Valeri Guerassimov a approuvé la liste de pays où les militaires habilités secret défense peuvent passer les vacances. L'Egypte et Israël n'y figurent plus", déclare le porte-parole de l'Etat-major.

 

Il ajoute que la directive ordonne aux responsables, lors de la délivrance des autorisations au personnel, de "tenir compte de la situation militaro-politique et criminogène dans les pays d'accueil", ainsi que de ne pas laisser les officiers se rendre dans les pays inscrits sur la liste du ministère des Affaires étrangères (MAE) déconseillés aux Russes.

 

La liste en question comprend 39 pays où les officiers habilités secret-défense sont autorisés à se rendre : l'Abkhazie, l'Azerbaïdjan, Andorre, l'Autriche, l'Arménie, la Bulgarie, la Biélorussie, la Belgique, le Vietnam, la Hongrie, la Grèce, le Danemark, la République dominicaine, l'Inde, l'Indonésie, la Jordanie, l'Italie, Malte, le Maroc, la Moldavie, la Slovénie, la Slovaquie, la Pologne, l'Ukraine, la Norvège, Oman, les Emirats arabes unis, Cuba, Chypre, le Kazakhstan, la Thaïlande, la Turquie, la Tunisie, la Finlande, la France, la Croatie, le Monténégro, la République tchèque et la Suisse.

 

Un officier du renseignement ne pourra donc prendre ses congés que s’il indique l'un de ces pays dans la case "lieu". Il est à noter que les anciennes républiques soviétiques ne figurent pas toutes dans la liste : on note par exemple l'absence du Tadjikistan, du Kirghizstan, du Turkménistan, de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Géorgie, où les officiers ne seront pas autorisés à se rendre.

 

Konstantin Sivkov, premier vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques, pense que cette interdiction est justifiée.

 

"Les officiers habilités secret-défense pourraient être kidnappés par des combattants en arrivant dans une région instable et se voir soutirer des informations, d'autant qu'il existe aujourd'hui diverses méthodes psychotropes à cet effet. Par conséquent il est opportun et juste de prévenir le départ du personnel vers ces destinations", explique Konstantin Sivkov.

 

Selon lui les officiers russes ne doivent pas se rendre dans les pays où les positions des musulmans wahhabites sont fortes : l'Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie, la Syrie, la Libye, et même les USA. En revanche, les officiers n'ont rien à craindre dans les pays européens de l'Otan.

 

"Dans les pays de l'Otan les gens sont plus ou moins civilisés, contrairement aux Etats-Unis. L’alliance est très poreuse aujourd'hui, elle a été significativement affaiblie par les pays d'Europe de l'Est qui y ont adhéré", a fait remarquer l'expert.

 

Chypre fut le premier pays où les officiers du renseignement étaient autorisés à se rendre.

 

En 1996 le ministre de la Défense de l'époque Pavel Gratchev avait signé un ordre à cet effet. Les frais de voyage pour les officiers et les membres de leurs familles étaient pris en charge.

 

En 2006, le chef de l'Etat-major des forces armées russes Iouri Balouevski a approuvé une liste de 21 pays où les officiers habilités secret-défense pouvaient voyager : l'Arménie, l'Azerbaïdjan, Andorre, la Bulgarie, la Biélorussie, la Hongrie, l'Egypte, la Grèce, l'Espagne, l'Italie, Chypre, la Chine, la Slovaquie, l'Ukraine, la Lettonie, les Emirats arabes unis, la Croatie, la Turquie, la Tunisie, la Finlande et la République tchèque.

 

En 2009, l'ex-ministre de la Défense Anatoli Serdioukov avait décidé d'interdire la sortie du territoire russe des officiers habilités secret-défense et avait ordonné de préparer une directive à cet effet. Mais cette directive n'a pas été signée. En 2011 Serdioukov avait tout de même signé l'ordre 250 en conformité avec lequel seul le ministre de la Défense pouvait donner l'autorisation aux officiers de se rendre à l'étranger.

 

Le 24 décembre 2012, le ministre Sergueï Choïgou a délégué à ses adjoints et aux chefs de l'appareil du ministère de la Défense le droit d'autoriser les officiers du renseignement à partir à l'étranger, se réservant ainsi la possibilité d'analyser les demandes de congés du personnel ayant accès aux informations confidentielles.

Repost 0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 12:30
Egypte: deux navires de guerre US se rapprochent du littoral (agences)

MOSCOU, 12 juillet - RIA Novosti

 

Deux navires de guerre américains déployés au Proche-Orient se sont rapprochés du littoral de l'Egypte, en proie à une crise politique, rapportent vendredi les agences occidentales citant le chef des Marines, le général James Amos.

 

"L'Egypte traverse actuellement une crise. Quand cela arrive, nous devons fournir aux dirigeants de notre pays différentes options d'action", a déclaré M. Amos, indiquant qu'on ignorait pour le moment comment la situation allait évoluer.

 

Les deux navires dépêchés au large de l'Egypte font partie d'un groupe de trois navires qui patrouille depuis mai en Mer rouge et dans le Golfe persique.

 

Selon les agences, les forces navales américaines dépêchent régulièrement des navires de guerre à proximité des zones de conflit, pour avoir la possibilité d'évacuer leurs citoyens en cas de besoin.  

 

Le 3 juillet au soir, l'armée égyptienne a nommé Adly Mansour, président de la Haute Cour constitutionnelle, au poste de président intérimaire du pays, écartant Mohamed Morsi, président issu des Frères musulmans et contesté par des manifestations monstres. La Constitution a été suspendue, et la chambre haute dominée par les islamistes, qui assurait l'intégralité du pouvoir législatif, a été dissoute.

 

Selon les médias, M. Morsi serait actuellement retenu ans un site militaire.

Repost 0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 07:30
Des avions F16 américains pour l'Egypte

11 juillet, 2013 – BBC Afrique

 

Selon de hauts responsables américains, les Etats Unis vont maintenir leurs plans de fournir à l'Egyte des avions de combats F-16, malgré l'instabilité dans le pays.

 

Washington évalue toujours les tenants et les aboutissants du renversement la semaine dernière du président islamiste Mohammed Morsi.

 

Conformément au droit américain, les Etats Unis devraient suspendre leur importante aide militaire octroyée à l'Egypte si Washington parvenait à la conclusion que les événements du 3 juillet constituent un coup d'Etat.

 

Les Frères Musulmans, le mouvement auquel est affilié Morsi, demandent que le président déchu soit rétabli dans ses fonctions.

 

Et tandis qu'ils continuent de manifester, le Procureur de la république a lancé mercredi un mandat d'arrêt contre leur guide spirituel, Mohammed Badié.

 

Au moins, neuf autres hauts responsables de la Fraternité sont également sous le coup de mandats d'arrêt.

 

Mohammed Badié est accusé d'avoir incité aux violences de lundi qui se sont soldées par la mort de plus de 50 personnes.

 

De nombreux membres des Frères Musulmans ont déjà été arrêtés et des mandats auraient été émis pour l'arrestation d'une centaine d'autres militants du mouvement.

 

Par ailleurs, un porte-parole du Ministère des affaires étrangères a déclaré que le président déchu Mohammed Morsi est 'détenu en lieu sûr'.

 

Badr Abdul Atti, le Procureur de la république, a cependant déclaré lors d'une conférence de presse qu'il ignorait où est détenu Morsi, tout en indiquant que le sexagénaire est traité avec grand égard pour sa dignité.

 

Les responsables américains qui ont donné l'information soulignent que les avions de chasse seront livrés dans les prochaines semaines.

 

La livraison des F-16 entre dans le cadre d'une commande de vingt appareils, dont huit avaient déjà été livrés en janvier. Le réliquat de la commande devrait être honnoré cette avant la fin de l'année.

 

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a réitéré mercredi qu'il n'était pas de l'intérêt des Etats Unis de procéder à des modifications immédiates de leur programme d'assistance militaire à l'Egypte.

 

Il a ajouté que l'Administration Obama se donne le temps de cerner toutes les implications du renversement de Morsi.

 

Les Etats Unis apportent chaque annéeà l'Egypte une aide militaire estimée à $1,3 milliards.

 

Le président Obama a évité soigneusement d'utiliser le mot "coup d'état" pour qualifier la mise à l'écart de Mohammed Morsi, puisque reconnaître qu'il s'agit d'un putsch entraînerait la supension de l'aide.

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 16:30
Israel : The Borders Are Burning

July 11, 2013: Strategy Page

 

Most of Israel’s neighbors are undergoing violent upheavals. Lebanon has increasing violence between Sunni and Shia supporters of their respective factions in neighboring Syria. There, the civil war between the Sunni majority and the Shia minority dictatorship has killed over 100,000 people in two years and grinds on. In Egypt the uprising that overthrew the decades old Mubarak two years ago repeated itself when the disappointing and very unpopular Morsi government that replaced Mubarak was shut down by the army.  The 2011 uprising was against corruption and debilitating misrule. Egyptians have noticed that while many other nations have prospered in the last half century Egypt has stagnated. This sense of loss was behind all the Arab Spring uprisings, but most have subsequently suffered from new governments dominated by Islamic conservatives. This was because the dictatorships were able to stifle rival political parties to maintain their rule, but could not shut down what went on in the mosques or religious schools. Here opposition politicians who were Islamic conservatives (or radicals) could survive and reach large numbers of dissatisfied people with the message that Islamic law (Sharia) and politicians who were devout Moslems were the solution. History, both recent and ancient, has shown this to be a false hope but for most Moslems it was the most convenient alternative once the dictatorship was overthrown. In Egypt there had been active Islamic political groups for most of the last century. The main one was the Moslem Brotherhood, which was suppressed by the succession of army dominated governments (that pretended to be democratic but rigged the elections) that began in the 1950s. The Brotherhood split over this, with most of them returning to Mosque based politics and doing what they could to improve the lives of Egyptians. A minority of Brotherhood members went radical and were crushed in the 1990s, after a major outbreak of terrorism. Some of the leaders fled Egypt, and one of them now is the head of al Qaeda. Several of these Moslem Brotherhood leaders (and many followers) helped organize al Qaeda.

 

The 1990s experience left many Egyptians hostile to Islamic radicalism and suspicious of the Moslem Brotherhood in general. This all played out after the Mubarak government fell in early 2011 and the army helped organize the first honest elections seen in Egypt for decades. The Moslem Brotherhood was the only political force that was organized, experienced and allowed to participate (all the pro-Mubarak parties were banned). The Egyptian middle class (small businessmen and those with an education, even if poor) could not organize in time and the generals knew it. For a year after the uprising the army, and its many corrupt officers, ran a caretaker government and because the unrest had caused higher unemployment (because tourists have stopped coming and foreign and local investment has slowed down a lot because of the uncertainty) any new government would have to take quick action to revive economic activity. Fearing that the Islamic conservatives, who won most of the seats in the new parliamentary elections, would prosecute corrupt army officers and dismantle the economic empire the army has built over the last few decades, the military actively attacked demonstrators, journalists and organizations that advised on how to make a democracy work.  The urban democrats were uneasy about the Islamic conservative political parties and the possibility of a religious dictatorship. But Islamic conservatives, especially the Moslem Brotherhood insisted that this would not happen.  The foreign pro-democracy activists were helping Egyptians more effectively demonstrate against the army, and the army struck back. But Egypt depended a lot on foreign aid, much of it going directly to the army. These aid donors did not like seeing their citizens (foreign aid workers) locked up, and pressured the Egyptian generals to let them go. The army did not have to worry because the Moslem Brotherhood dominated government was beholden to other, often more radical, Islamic groups and imposed rules that hurt tourism and hinted at an attempt to establish a religious dictatorship. The military leaders knew that a religious dictatorship had not been good for their contemporaries in Iran and refused to do anything about the growing anti-government demonstrations and collapsing economy.

 

Then the army demanded that the Moslem Brotherhood dominated government resign and allow a new one, not dominated by the Islamic conservatives and radicals to be formed. President Morsi refused and was arrested. This was greeted with cheers by the millions of demonstrators still in the streets. Morsi and the Moslem Brotherhood are held responsible for the economic depression since the Arab Spring began two years ago and for generally ignoring the needs of the people. In practice, Morsi attempts to improve the economy were most often stymied by the wealthy (and largely pro-Mubarak) families that do not favor a real democracy, but rather an oligarchy (government controlled by the wealthiest families). It was these families and the army leadership that have the most to fear from a truly democratic government (that would and could punish the corrupt officials, businessmen and generals who profited the most from supporting Mubarak). The unspoken message to any post-Morsi government is that if you don’t mess with the families or the generals, perhaps we can get the economy going again. But the economy will never get into high gear as long as so much of it is controlled by corrupt factions that care more for their own power and wealth than for the overall prosperity of Egypt.

 

The revolution in Egypt is far from over. While all this unrest next door is uncomfortable for Israelis, it is not a major threat. The Egyptian military does not want war with Israel (which the generals know they would lose, big time, along with billions in American aid), nor do most Egyptians. The Islamic radicals, including Hamas in Gaza, do wish harm to Israel. But the Islamic radicals are anathema to most Egyptians and even the Morsi government was forced to crack down. The problem (or advantage) with Islamic radicals is that tend to turn on those who actually support them and hasten their own demise. Better relations with Israel would be of great economic benefit to Egypt but that is not likely to happen until the malign effects of generations of anti-Israel and anti-Semitic propaganda are tended to. That would take years and Egypt hasn’t even considered going there yet. What any new Egyptian government will have to do is show some economic results, and fast.

 

The Moslem Brotherhood and other Islamic conservative groups that supported the Morsi government are now organizing protests. Some of the more radical Morsi supporters are planning terror attacks. All this will only increase the popular dislike for the Brotherhood and Islamic radicals. There will always be Islamic conservatives in Egypt, but the memories of the 1990s linger, on both sides of this political fence.

 

The ouster of Morsi is bad news for Hamas in Gaza. Because Morsi favored Islamic radical beliefs, Hamas saw Morsi as a friend. Morsi, however, insisted that Hamas help control the Islamic radicals in Gaza who considered Morsi “too moderate.” Hamas was happy to comply, because these radical groups considered Hamas too mainstream as well. With the departure of Morsi, the political winds have shifted and not in favor of Hamas. To be on the safe side Hamas has not criticized the Egyptian Army for overthrowing Morsi and is hoping for the best, while bracing for the worst.

 

Israel has increased military training exercises on the Lebanese and Syrian borders. Reserve units are being prepared for any possible spillover of violence into Israel. On the Egyptian border Israeli cooperation with their Egyptian counterparts improved during the year of Morsi rule and that has not changed with the overthrow of Morsi. Most Egyptians, especially those in the security forces, are hostile to all forms of Islamic extremism.

 

The pro-Islamic government in Turkey was not happy with the overthrow of Morsi, who was not seen as an ally of Turkey, but at least a kindred (Islamic) spirit. Some Turkish Islamic conservatives blame Israel for the fall of Morsi, but then these guys blame Israel for everything bad. Turkey is suffering from anti-government demonstrations. Not because the government has hurt the economy (quite the opposite) but because there is growing fear that the Islamic conservatives that dominate the government are becoming less democratic and more dictatorial.

 

In the last two months anti-Israel violence in the West Bank is down by about two-thirds. Most of the violence consisted of throwing rocks or fire bombs (bottles full of flammable liquid) at soldiers, police and Israeli civilians. After the November 2012 “war” with Hamas in Gaza many Palestinians in the West Bank wanted to start another major wave of violence and the amount of such violence in the West Bank started to climb. But the Israelis identified and jailed most of the leaders and organizers of the increased violence and eventually even the Palestinian government in the West Bank agreed to cooperate as the increased violence and Israeli response (more movement restrictions) angered most Palestinians, who saw nothing good coming from it.

 

July 10, 2013: Although the Egyptian military role in overthrowing the Morsi government was technically a coup (by American definition) and U.S. law bans military aid to any country that suffers such a coup, the U.S. is continuing to deliver military aid to Egypt. The Americans cannot ignore the fact the Morsi was unpopular and his removal was very popular in Egypt. So the American lawyers and politicians are scrambling to create some plausible reason to continue aid to Egypt.

 

The army is using Moslem Brotherhood organized demonstrations and violence as justification to order the arrest of more Brotherhood leaders. The army is doing what it did two decades ago to cripple Brotherhood capabilities.

 

July 8, 2013: The military revealed that it had activated a new military Cyber War units dedicated to monitoring networks for Internet based attacks and organizing a quick response. Photos of the operations center for this new unit were shown.

 

For the first time since the F-16I was introduced in 1998, one suffered an engine failure and crashed. The two man crew ejected and were picked up off the coast. The air force temporarily grounded all its F-16s and F-15s until it could be determined that there was not some common problem at fault.

 

In Egypt the army opened fire on a demonstration by Islamic radicals and Morsi supporters, killing over fifty of the demonstrators and wounding over a hundred. The army said some of the demonstrators opened fire on the soldiers.

 

July 7, 2013: The government repeated warnings to Israelis to stay out of the Sinai Peninsula unless it was absolutely necessary. The government noted that Islamic terrorists are more active in the Sinai, as are Egyptian troops and police trying to control the situation.

 

Hamas revealed that its police had broken up a gang that was counterfeiting Israeli currency and getting it into circulation via Gaza market places. The 100 Shekel ($27.65) notes were good enough to fool some merchants but the counterfeiting was soon noted and the hunt for those responsible was on. The three arrested counterfeiters had already created about $5.5 million worth of these fake notes.

 

July 5, 2013: There was a large explosion at the Syrian naval base at Latakia. Syrian rebels said this was probably an Israeli missile attack on the warehouse holding new anti-ship missiles recently received from Russia. These high-speed P-800/Yakhont missiles have a range of about 300 kilometers and a 200 kg (440 pound) warhead.

 

In the Sinai Islamic terrorists made four attacks on security personnel, killing one soldier and wounding three. The attackers were believed to have come from Gaza, so the main border crossing from Gaza to Egypt at Rafah was closed indefinitely.

 

In Cairo there was a large demonstration by Islamic radicals and Morsi supporters. One demonstrator was killed.

 

The Egyptian military shut down parliament until new elections.

 

July 4, 2013: Explosions were heard near the Israeli city of Eilat (at the northern end of the Red Sea.) It was later discovered that at least one 122mm rocket was fired from the nearby Egyptian Sinai Desert. A week later Israeli troops found 122mm rocket fragments outside Eilat. The last such attack was last April. These attacks are launched by Islamic terrorists operating in the Sinai Peninsula.

 

July 3, 2013: President Morsi was arrested by the army and his government was replaced by military rule until new elections could be held.

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 07:30
U.S. to deliver fighter jets to Egypt

Jul. 10, 2013 – Defense News (AP)

 

WASHINGTON — The U.S. is moving ahead with plans to deliver four F-16s to Egypt despite the ongoing debate about the military’s overthrow of President Mohammed Morsi and whether it legally constitutes a coup that could shut off aid to the country.

 

Defense officials say senior administration leaders discussed the delivery and decided to let it continue. The fighters are part of a $1.3 billion package approved in 2010 that included 20 F-16s and some M1A1 Abrams tank kits. About half of the aid package has been dispersed, officials said.

 

Eight of the F-16s were delivered in January, the next four are expected to be delivered in the coming weeks and the final eight will be sent later this year.

 

News of the impending weapons delivery to the Egyptian military came as the administration continued to make the case that it is staying neutral in the crisis.

 

The White House and State Department reiterated the view Wednesday that it would not be in the United States’ national security interests to interrupt U.S. aid to Egypt, including to the armed forces, as would be required by law if Morsi’s ouster is determined to have been a coup.

 

“We do not believe it is in the best interests of the United States to make immediate changes to our assistance programs,” White House press secretary Jay Carney told reporters, adding that the administration is going to take its time to make any determinations about the removal of Morsi from power.

 

At the State Department, spokeswoman Jen Psaki noted that aid to Egypt “has been around for quite some time and has a range of reasons as to why we do it.”

 

The comments come after a week of violence and widespread demonstrations and as Defense Secretary Chuck Hagel and other U.S. leaders make repeated calls to their counterparts in Egypt urging an end to the violence and a quick transition to a civilian government. Hagel has spoken to Egypt’s defense minister, Gen. Abdel-Fattah el-Sissi, eight times in the last nine days, with one phone call lasting as long as 45 minutes.

 

U.S. officials have expressed satisfaction with the military-backed interim government’s plans to restore democratically elected civilian leaders.

 

Members of Morsi’s Muslim Brotherhood movement have denounced the ouster and have demanded Morsi’s release from detention and reinstatement.

 

Associated Press writers Matthew Lee and Josh Lederman contributed to this report.

Repost 0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 12:30
Egypte: les chefs militaires en réunion de crise

03 juillet 2013 Romandie.com (AFP)

 

LE CAIRE - Les chefs de l'armée égyptienne tenaient mercredi une réunion d'urgence, quelques heures après que le président islamiste Mohamed Morsi a rejeté tout départ anticipé, comme réclamé par des manifestations monstres, a indiqué à l'AFP une source proche de l'armée.

 

Cette réunion intervient alors que dans une déclaration diffusée lundi à 16H30 (14H30 GMT), l'armée a donné 48H00 au président Morsi pour satisfaire les revendications du peuple, faute de quoi elle présenterait une feuille de route visant à sortir de la crise.

 

Ils sont en discussions sur les détails de la feuille de route, a précisé cette source à l'AFP.

 

Au début de la réunion, les chefs militaires ont juré de défendre l'Egypte au prix de leurs vies.

 

Nous jurons devant Dieu que nous sacrifierons notre sang pour l'Egypte et son peuple, contre tous les (groupes) terroristes, extrémistes et ignorants, ont-ils affirmé dans une prestation de serment conduite par le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, selon la même source.

 

L'armée devrait publier un communiqué après l'expiration de l'ultimatum, a précisé cette source.

 

Des éléments de la feuille de route envisagée par l'armée ont été publiés mercredi par le quotidien gouvernemental al-Ahram, laissant entrevoir une période de transition sous étroite supervision de l'armée.

 

Le projet, selon le journal, prévoit notamment la nomination d'un conseil présidentiel de trois personnes dirigé par le président de la Haute cour constitutionnelle, et une suspension de la Constitution pouvant durer jusqu'à un an.

 

Un gouvernement de technocrates apolitiques serait formé pour la période de transition sous la direction d'un des chefs de l'armée, écrit le journal.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...
  • Chronique culturelle - 16 Déc. 2016
    Regiment de la marine (1757) - Planche extraite des Troupes du roi, infanterie française et étrangère, 1757, tome 1. Musée Armée 16.12.2016 source JFP 16 décembre 1690 : création des compagnies franches de la Marine. Par ordonnance, 82 compagnies franches...
  • Externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? - 15 Décembre
    Le Comité directeur de l'ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à la conférence : Vers une externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? Guillaume FARDE Maître de conférences à Sciences Po Paris, auteur de Externaliser la sécurité et la...
  • Chronique culturelle - 24 Nov.
    24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série 24.11.2016 source JFP 24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour...
  • Sortie en librairie le 21 novembre du livre LÉGIONNAIRE
    source MAREUIL EDITIONS Pour la première fois, un ancien officier de la Légion et un Légionnaire donnent la parole à 64 de leurs camarades. Pendant 2 ans, Victor Ferreira a rencontré près d’une centaine de Légionnaires à travers le monde en leur posant...

Categories