Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 12:55
Vers une meilleure intégration de l'histoire militaire dans la formation des terriens

C'est dans l’imposante Salle des emblèmes que sont conservés les drapeaux confiés au Service historique de la Défense par les formations militaires au moment de leur dissolution. Ces drapeaux portent tous des inscriptions des victoires de la Grande Armée, illustrant l’héritage de l’épopée impériale dans l’institution militaire. - C. Bobbera


15.01.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense


A Coëtquidan, les élèves de l'ESM ne bénéficient que de 60 heures pour étudier l'histoire militaire, "soit 20 par semestre", résume, un peu dépité, l'un des enseignants.

Les futurs officiers ne sont pas les moins bien lotis: pour les sous-officiers et les mdr, histoire et géographie ne constituent que des enseignements très très annexes.

Or, comme l'a dit le CEMAT dans une récente directive (cité dans L'Estafette de Clio, le bulletin de liaison Histoire-Patrimoine de l'armée de terre), "la connaissance de l’histoire, et en particulier de l’histoire militaire, est absolument essentielle pour tout soldat. Elle permet à chacun de se situer dans le temps comme dans la société, de comprendre le sens de son engagement et d’approfondir ses savoir-faire".

"Tout soldat", c'est-à-dire des CFIM à l'Ecole de guerre!

D'où, dans le plan de recherche pluriannuel de l'armée de terre, six thèmes généraux puisque "l’histoire militaire concourt directement à la formation, à l’entraînement et à la préparation à l’engagement des chefs, des combattants et des unités terrestres tous niveaux confondus":
- Histoire des opérations extérieures: sur la base des archives, d’entretiens avec les acteurs et de témoignages personnels éventuellement publiés, écrire l’histoire de nos opérations extérieures depuis 1964,
- Histoire du système régimentaire à la française: Rechercher les fondements de l’organisation régimentaire depuis sa création, les justifications tactiques et organiques qui ont prévalu sur cette large période, identifier les périodes de rupture et les grandes étapes de son évolution jusqu’à la fin des années 1990,
- L’organisation du commandement territorial de l’armée de Terre depuis 1962: avec un focus particulier sur l’organisation de la défense opérationnelle du territoire (DOT) à partir du début des années 1980,
- L’organisation du commandement opérationnel de l’armée de Terre dans les années 1980-1990: avec un intérêt particulier pour les questions liées à la Force de réaction rapide, à la brigade aéromobile et au corps blindé mécanisé durant cette période,
- Le soldat français dans les missions de police: étude des atouts et des limites de l’emploi des forces de 3e catégorie dans le maintien de l’ordre et les missions de police sur le territoire national, à partir de cas concret.,
- L’histoire militaire dans la formation du personnel de l’armée de Terre: étude comparative en interarmées et interalliés, de la formation initiale du combattant à l’enseignement militaire supérieur.

Le processus sera long mais des étapes ont déjà été franchies dont la création d'un poste d'officier-référent au sein de l'EMAT (le colonel Rémi Porte, contactable à remi.porte@intradef.gouv.fr), la diffusion de la directive du CEMAT et la création d'une lettre électronique (L'Estafette de Clio).

C'est, par ailleurs, à Coëtquidan que va démarrer, le 19 janvier, un "audit" sur la place de l'histoire dans la formation militaire.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:55
Le CEMAT en visite Vigipirate

 

14/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Lundi 12 janvier, le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, s’est déplacé sur différents sites parisiens pour rencontrer les soldats de l’armée de Terre venus renforcer le plan Vigipirate. Il était accompagné du général de division Didier Brousse, sous-chef d’état-major « opérations aéroterrestres » de l’état-major de l’armée de Terre.

 

A la suite des récents attentats perpétrés à Paris, le plan Vigipirate a en effet été renforcé. En moins de 24h, différentes unités de l’armée de Terre ont rejoint la capitale pour participer immédiatement à la protection de la population.

 

Cette mission de renforcement engagera, au terme de sa montée en puissance, environ 10 000 soldats.

 

L’armée de Terre maintiendra ce dispositif aussi longtemps que nécessaire.

Partager cet article

Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:55
La STAT - Une section multifonctions

 

08/08/2014 Armée de Terre

 

Par délégation de l’état-major de l’armée de Terre (EMAT) et conjointement avec les unités de management de la direction générale de l’armement (DGA), la STAT assure la conduite et le suivi des opérations d’armement , en lien avec les bureaux de l’EMAT - plans (BPLANS), programme et système d’armes (BPSA) et programme et système d’information et de commandement (BPSIC), depuis le stade d’orientation jusqu’au retrait du service des équipements. 

 

La STAT est composée de plusieurs groupements, chacun étant compétent dans un domaine précis. S’appuyant sur une expertise de longue date, conjuguant connaissance technique et expérience opérationnelle de son personnel, elle veille à la mise à disposition des forces aéroterrestres de matériels et d’équipements satisfaisant les besoins exprimés par les unités dans les conditions de coûts, de délais et de performances définies par l’état-major des armées et l’état-major de l’armée de Terre.

 

Pour vérifier l’adéquation des nouveaux systèmes au besoin militaire destinés aux forces aéroterrestres, elle conduit leurs expérimentations technico-opérationnelles. Elle associe son action d’évaluation aux essais techniques de la DGA à travers les programmes communs d’essais et d’évaluation (PCEE) et éventuellement aux essais industriels. Elle propose ensuite au chef d’état-major de l’armée de Terre, les décisions d’adoption et de mise en service opérationnel des matériels et équipements.

 

Pour satisfaire des besoins urgents provenant de certains théâtres d’opération en cours, elle peut être amenée à proposer au CEMAT des autorisations d’emploi provisoires d’équipements pour les mettre rapidement en service bien que toutes les conditions de mise en service opérationnelle (MSO) ne soient pas réunies. Par ailleurs, la STAT fournit une expertise dans le domaine de la simulation de l’armée de Terre. Elle conduit des projets de simulation réalisés par maîtrise d’œuvre industrielle voire les développe et les soutient par une maîtrise d’œuvre interne. Enfin, elle appuie les forces dans les travaux de mise en place de la numérisation de l’espace de bataille.

 

A lire aussi : Equipement

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories