Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:55
photo ESCC - Armée de Terre

photo ESCC - Armée de Terre

 

17/11/2015 par ESCC – Armée de Terre

 

La traditionnelle cérémonie « sabres et casoars » s’est déroulée le samedi 14 novembre 2015 aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Présidée par le général de corps d’armée Christophe de Saint Chamas, officier général de zone de défense et de sécurité Ouest, commandant de zone terre Nord-Ouest, elle s’est déroulée en présence du général Frédéric Blachon, commandant les ESCC et de nombreuses autorités civiles et militaires.

 

Moment particulier, traditionnel et primordial  pour chacune des deux écoles, la cérémonie « sabres et casoars » marque la cohésion profonde du corps des officiers.

 

Reportage photos

 

Les 19 officiers sur titre du premier bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, les 150 élèves-officiers, français et étrangers, du troisième bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr et les 19 élèves officiers du centre international de formation ont reçu leur casoar des mains de leurs anciens de la promotion « Chef d’escadrons de Neuchèze » et des autorités présentes. Ce geste marque symboliquement leur entrée dans la communauté saint-cyrienne.

 

Les 83 élèves-officiers de la 55e  promotion de l’école militaire interarmes ont quant à eux reçu leurs sabres des mains de leurs parrains sous le regard de leurs anciens de la promotion « Lieutenant Nungesser », marquant ainsi leur entrée dans la communauté des officiers.

 

Une minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre a ponctué la cérémonie.

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 12:55
photo ESCC / DIRCOM

photo ESCC / DIRCOM

 

30.07.2015 par ESCC


Manifestation traditionnelle qui trouve son origine dans la visite du duc d’Orléans à Saint-Cyr en 1834, le Triomphe doit son nom à l’adresse d’un tireur au canon, l’élève-officier Lafitte, faisant but en pleine cible lors d’un exercice devant l’illustre visiteur ; Porté en triomphe par ses camarades, et récompensé par le duc d’Orléans d’une paire de pistolets, déclenchant une manifestation spontanée de joie dans toute l’école, il fut sans le savoir l’initiateur de ce qui devint au fil des ans une tradition désormais bien ancrée dans la vie de la Spéciale. Le triomphe marque désormais symboliquement la fin de l’année scolaire et le départ de Saint-Cyr des plus anciens ; cette année, les promotions « Lieutenant Thomazzo » de l’ESM et « Général Delayen » de l’EMIA ont quitté les écoles pour rejoindre les écoles d’armes de leur choix afin d’y suivre un an de formation spécialisée. C’est aussi à cette occasion que les nouvelles promotions sont baptisées.

Revivez la cérémonie nocturne du Triomphe 2015.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 16:55
photo ESCC / DIRCOM

photo ESCC / DIRCOM

 

30/07/2015 source Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

 

Le samedi 25 juillet 2015, à l’occasion des festivités du Triomphe, plus de 9 000 personnes ont ovationné les démonstrations de matériel militaire, la traditionnelle reconstitution du triomphe du tonneau et, plus exceptionnel cette année, les présentations de deux patrouilles acrobatiques de l’armée de l’Air. Retour sur un succès populaire marqué par le baptême des nouvelles promotions et le départ symbolique des promotions sortantes du 1er  bataillon de l’ESM et de la 1ère  brigade de l’EMIA.

 

Manifestation traditionnelle qui trouve son origine dans la visite du duc d’Orléans à Saint-Cyr en 1834, le Triomphe doit son nom à l’adresse d’un tireur au canon, l’élève-officier Lafitte, faisant but en pleine cible lors d’un exercice devant l’illustre visiteur ; Porté en triomphe par ses camarades, et récompensé par le duc d’Orléans d’une paire de pistolets, déclenchant une manifestation spontanée de joie dans toute l’école, il fut sans le savoir l’initiateur de ce qui devint au fil des ans une tradition désormais bien ancrée dans la vie de la Spéciale. Le triomphe marque désormais symboliquement la fin de l’année scolaire et le départ de Saint-Cyr des plus anciens ; cette année, les promotions « Lieutenant Thomazzo » de l’ESM et « Général Delayen » de l’EMIA ont quitté les écoles pour rejoindre les écoles d’armes de leur choix afin d’y suivre un an de formation spécialisée. C’est aussi à cette occasion que les nouvelles promotions sont baptisées.

 

Un pilote de chasse parrain de promotion à l’EMIA !

ESCC : le public fait un Triomphe aux Saint-Cyriens !

Cette année, fait exceptionnel, la 54ème  promotion de l’EMIA a reçu du général commandant les écoles le nom de lieutenant Charles Nungesser, pilote et as de l’aviation française pendant la 1ère  guerre mondiale. Engagé au 2ème  régiment de Hussards au début de la guerre, il y obtient la médaille militaire après seulement dix jours de combats ! Surnommé « le hussard de la mors » en référence à l’un de ses exploits (et par allusion aux hussards de la mort) il est autorisé à passer dans l’aviation après avoir été cité à l’ordre de l’armée. Il intègre alors une escadrille de bombardement avec laquelle il effectue 53 missions. Remarqué pour ses qualités de pilote, il rejoint l’escadrille de chasse N 65 avec laquelle il va particulièrement se distinguer : il remporte notamment dix victoires en combat aérien pendant la bataille de Verdun. Grièvement blessé, il terminera la guerre avec 43 victoires homologuées. Il est officier de la Légion d’honneur, décoré de la médaille militaire et titulaire de la croix de guerre avec 28 palmes et deux étoiles.

 

Le chef d’escadron Robert de Neuchèze guide désormais les pas de la nouvelle promotion de l’ESM.

 

ESCC : le public fait un Triomphe aux Saint-Cyriens !

La promotion 2014-2017 de l’école spéciale militaire a été baptisée « Chef d’escadron Robert de Neuchèze ». Sorti de Saint-Cyr en 1927, après 1 an à Saumur, il choisit le 19ème  régiment de dragons et sert en Allemagne occupée jusqu’en 1930. Très novateur dans son concept d’emploi de la cavalerie, il préconise la modernisation de l’arme et l’utilisation des blindés et des chars à l’instar d’un certain colonel de Gaulle. Après l’école de guerre dont il sort major en 1938, il est affecté à Saumur en qualité d’instructeur. Dès le mois de mai 1940, il se distingue dans la défense des ponts de la Seine à la tête du 1er  groupe franc motorisé de cavalerie (1er  GFC). Blessé pendant les combats, il dénombre plus de 9 impacts d’obus sur son char ! Il rejoint néanmoins son unité et participe aux combats pour la défense de la Loire au cours desquels il se révèle une nouvelle fois malgré le rapport de force très défavorable. Pour ses faits d’armes, le capitaine de Neuchèze reçoit les insignes de chevalier de la légion d’honneur. Refusant la capitulation, il va très rapidement rentrer en clandestinité et organiser des filières d’évasion vers l’Afrique. Arrêté par la Gestapo, il s’évade et reprend son combat de l’ombre. Promu chef d’escadron, il rejoint Alger et le 2ème  régiment de dragons en 1943 à la tête duquel il défile le 11 novembre. Le 30 aout 1944, le 2ème  RD débarque en Provence. Le chef d’escadron de Neuchèze est un des premiers à poser le pied sur le sol de France. Lors des combats pour libérer Autun, alors qu’il dirige une manœuvre de reconnaissance du haut de son char, il est abattu d’une balle en pleine tête par un sniper. Chevalier de la légion d’honneur, le chef d’escadron de neuchèze est titulaire de la crois de guerre 39-45 avec palme, de la médaille de la résistance et de la crois du combattant.

 

Revoir la cérémonie nocturne du Triomphe 2015 en vidéo

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 15:55
Baptême de la 54e promotion de l’ÉMIA - Promotion Lieutenant Nungesser

 

Source Promotion lieutenant Nungesser

 

Le samedi 25 juillet 2015, en présence du général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, la 54e promotion de l’École militaire InterArmes (EMIA) a reçu son nom de baptême au cours de la prestigieuse cérémonie nocturne du triomphe des Écoles de St Cyr Coëtquidan (ESCC). « Cette promotion portera le nom de lieutenant Charles Nungesser ». Ces mots prononcés par le général Antoine Windeck, commandant les ESCC et la base de défense de Vannes-Coëtquidan, scellent à jamais le nom de la 54, la promotion lieutenant Nungesser. Les élèves sont heureux et fiers de porter le nom de cet extraordinaire héros de guerre, d’autant que ce fut leur premier choix !

 

« Insigne promotion »

Jeune officier, que tu portes ou regardes cette insigne, sache que :

Sa forme est celle de la France en deuil, en l’honneur de ses héros disparus ;

L’épée représente ton héritage d’officier, gardien des valeurs chevaleresques ;

La légion d’honneur est ton exemple : la force, la gloire et le sacrifice de tes anciens ;

La hongroise, symbole des hussards auxquels appartenait ton parrain ;

Le coeur noir était son blason, celui qui inspirait la terreur dans le coeur de l’ennemi ;

Le drapeau, celui de sa patrie et de la tienne, était le symbole de son escadron ;

Les côtes françaises et américaine, aux couleurs de ton école symbolisent son ultime aventure ;

L’ensemble repose sur un fond blanc pareil à son célèbre avion.

Baptême de la 54e promotion de l’ÉMIA - Promotion Lieutenant Nungesser

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 10:55
Le Triomphe des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan 2015 : tout ce qu'il faut savoir

 

09/06/2015  ESCC

 

Le Triomphe des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, est une manifestation traditionnelle qui trouve son origine dans une visite du duc d'Orléans à Saint-Cyr, le 27 juillet 1834.

Aujourd'hui, il clôt les cycles de scolarité des élèves en dernière année (ESM1, EMIA1 ) tout en associant les autres recrutements. Lors de la cérémonie les nouvelles promotions (ESM3 et EMIA2) reçoivent solennellement leur nom de baptême.
C'est également une fête commune à l'ensemble des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (élèves, personnels civils et militaires du cadre) consolidant le lien armée-nation et qui engage la participation et les moyens de toutes les écoles et de nombreux extérieurs.

 

Le prochain Triomphe des Écoles se déroulera le samedi 25 juillet 2015.

 

Pour pouvoir assister aux activités du Triomphe, il est impératif de s'inscrire individuellement. Cette inscription génèrera une autorisation d'accès individuelle (pour les enfants à partir de 5 ans) qu'il faudra imprimer et présenter à votre arrivée aux points de contrôle.

 

Pour vous inscrire:  Formulaire d'inscription

Pour réserver: Bulletin de renseignements et bon de réservation Triomphe 2015.pdf 2,29 MB

Renseignements :

Bureau Organisation Triomphe

Tél : 02 97 70 72 57

Email : triomphestcyr@gmail.com

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

27-04-2015 par 3e REI Réf : 228 | 948

 

Le CEFE a reçu 4 sections de la 2e brigade de l'EMIA du 30 mars au 10 avril 2015 dans le cadre d'un stage d'aguerrissement du même type que celui effectué régulièrement aussi bien par les légionnaires du 3e REI que par les unités tournantes présentes en Guyane.

 

La formation des élèves-officiers semi-directs se déroule aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan et dure 2 ans : la 1ère année au sein de la 2e brigade, et la 2ème année au sein de la 1ère brigade. Depuis quelques années, un stage d'aguerrissement au CEFE est programmé pour chaque promotion. Cette année, 76 EOA se sont présentés au stage dont 6 élèves étrangers, qui sont formés en France pendant 2 ans, et 3 cadets tchèques, ayant rejoint l'EMIA uniquement pour le stage au CEFE.

 

Un stage d'aguerrissement s'articule autour de 3 domaines : la vie en forêt, l'entrainement physique et l'aguerrissement moral. Mis à la disposition des instructeurs et AMF du CEFE pendant 2 semaines, les EOA ont alterné les pistes d'audace individuelles et collective, l'instruction botanique, la natation, le franchissement de crique par tension de corde, 3 jours de survie... le tout amplifié par la découverte pour la plupart d'un nouveau milieu : la forêt équatoriale.

 

La confiance accordée par les Ecoles d'officiers au 3e REI pour participer à la formation des chefs de demain est directement liée à la qualité de travail qui caractérise la Légion étrangère. Cette rigueur dans l'exécution est largement encouragée au CEFE par le très bon niveau de ce type de stagiaires, tant dans l'état d'esprit que sur le plan sportif : presque 90% de cette promotion a été breveté !

 

Au CEFE, chaque stagiaire de l'EMIA est vu comme un futur chef de section et les instructeurs et AMF qui ont eu l'honneur de travailler avec eux pendant 2 semaines attendent naturellement que les meilleurs d'entre eux choisissent, dans 2 ans, de servir la Légion étrangère.

 

Reportage photos

 

Lexique :

 

Dolos : nom traditionnel des élèves-officiers de l'EMIA. Le dolo est à l’origine une marque de corned beef. Cela souligne leur caractère prétendument " bœuf "

CEFE : Centre d'entrainement en forêt équatoriale

EMIA : Ecole militaire interarmes, école de formation des officiers de recrutement semi-direct, accessible sur concours. La formation à l'EMIA dure 2 ans à l'issue desquels les élèves choisissent leur arme en fonction de leur classement. Ils rejoignent alors la division d'application de cette arme, pour 1 an en général, où ils sont formés plus spécifiquement, en même temps que les officiers d'autres recrutements (Saint-cyriens, officiers d'active des écoles d'arme, officiers sous contrat). Ils choisissent leur futur régiment durant cette année, toujours en fonction de leur classement

EOA : Elève officier d'active

AMF : Aide-moniteur forêt. Du grade de caporal à caporal-chef, ces légionnaires rigoureusement sélectionnés et entrainés dispensent des instructions sur la vie en forêt, quel que soit le niveau des stagiaires. Leur expérience du milieu, leurs qualités physiques, leur capacité d'autonomie et le sens pédagogique qu'ils développent au CEFE mettent en valeur leur potentiel et les font particulièrement apprécier quand ils retournent en section de combat. Un stage de 7 semaines, ouvert uniquement aux légionnaires du 3e REI volontaires pour servir au CEFE, a lieu chaque année pour les sélectionner.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 18:25
photo  Cellule COM / FAG – 3REI

photo Cellule COM / FAG – 3REI

 

27-04-2015 Cellule COM / FAG – 3REI Réf : 229 | 1440

 

" Si t'es pas mouillé, t'es pas guerrier ".

 

Benjamin Castaldi était présent sur le territoire guyanais du 3 au 8 avril 2015 dans le cadre de la série "En immersion avec Benjamin Castaldi" diffusée à compter de ce mois sur 13e rue.

 

En immersion au CEFE avec les instructeurs du 3e régiment étranger d'infanterie (3e REI), Benjamin révèle que "cet épisode est le plus dur mais le plus réussi". Compté parmi les élèves-officiers de l'Ecole Militaire Inter Armes (EMIA) de Coëtquidan pour un stage d'aguerrissement, Benjamin a dû faire preuve de dépassement de soi. Les élèves, d'anciens sous-officiers effectuent depuis plus de 8 mois une formation pour devenir officiers. Le stage d'aguerrissement au CEFE du 30 mars au 11 avril intervient au terme du premier 1/3 de cette formation.

 

Vivre une expérience hors du commun, pari gagné pour les instructeurs qui ont réservé un programme adapté au présentateur TV...  Accueilli par la 4e section de l'EMIA, Benjamin Castaldi n'était pas au bout de ses peines.

 

"Je m'attendais à quelque chose de très difficile mais pas aussi difficile que ça. L'accumulation des épreuves, le peu de répit m'ont épuisé et pourtant je n'ai participé qu'à 20% du stage. Quand on a fini une activité, c'est pour en commencer une autre. Nous sommes sollicités en permanence par des exercices et des épreuves extrêmement dures", souligne Benjamin Castaldi. Pensant être en forme pour affronter le CEFE avec une préparation physique hebdomadaire de 8 heures, Benjamin a vite déchanté. "Le physique et le mental sont mis à rude épreuve ! Que ce soit dans l'effort ou pendant les instants de repos, le corps subit les affronts du soleil de plomb", ajoute Benjamin.

 

Malgré tout, il gardera un excellent souvenir de ce stage formateur pour la survie dans la forêt équatoriale. "Le CEFE est un bel endroit de formation, c'est la référence en matière d'aguerrissement ! Je suis ravie d'avoir participé à ce stage en ce lieu mythique. Et la bonne surprise, c'est l'accueil non seulement des militaires stagiaires mais surtout des légionnaires du 3e REI. La révélation est donc du côté humain", rélève Benjamin. Avant d'ajouter "on apprend aux stagiaires à être les chefs de demain en leur montrant que la cohésion est la clé de la réussite. Et au CEFE, je me suis vite rendu compte que la cohésion était indispensable, l'esprit de groupe doit être entretenu sinon on recule et on se fait mal. Et quand on voit les excellents résultats qu'obtiennent les 4 sections de l'EMIA, on s'aperçoit que la solidarité est bien présente ".

 

"Droit et juste", voici les mots que retient Benjamin Castaldi pour qualifier les instructeurs et entre baignade et chaleur, sa devise "si t'es pas mouillé, t'es pas guerrier".

photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI
photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI
photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI

photo Cellule COM / FAG – 3REI

Partager cet article

Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 10:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

14/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 31 mars au 12 avril, 76 élèves officiers de l’Ecole Militaire Interarmes de Coëtquidan ont effectué un stage d’aguerrissement au centre d’entrainement en forêt équatoriale (CEFE) du 3ème régiment étranger d’infanterie (REI), stationné en Guyane.

 

L’objectif de cette formation était l’aguerrissement des élèves officiers, ainsi que le développement du commandement et de la cohésion au sein des sections, avec une sollicitation constante à l’effort physique.

 

Audace, dépassement de soi, et intelligence de situation sont les maîtres mots de ce stage. Confrontés au décalage horaire, au climat humide et à un soleil de plomb, les quatre sections de stagiaires apprennent à apprivoiser le milieu équatorial. De nombreuses pistes d’audace, ainsi qu’une période de survie et de découverte de cet environnement hostile sont organisées pour leur permettre de mettre en pratique leur savoir-faire.

 

Au terme de leur première semaine de stage, la cohésion et l’entraide sont renforcées chez ces élèves de l’EMIA qui bénéficient de cette expérience forte et enrichissante dans le cadre de leur parcours d’officier.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

photo 3e REIphoto 3e REIphoto 3e REI
photo 3e REI

photo 3e REI

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:55
La promotion « général Delayen » de l’EMIA a célébré son parrain


3 déc. 2014 Armée de Terre

 

La promotion « général Delayen » de l’École militaire interarmes (EMIA) a organisé une journée de commémoration en l’honneur de son parrain, le 21 novembre à Saint-Raphaël, dans le Var.

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:55
photos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLO

photos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLO

 

27/11/2014 Armée de Terre

 

La cérémonie de remise des sabres et casoars, présidée par le général d’armée Jean-Pierre Bosser chef d’état-major de l’armée de Terre, s’est tenue aux ESCC le samedi 15 novembre 2014.

 

Rassemblés sur la cour Rivoli, les élèves-officiers du 3e  bataillon de l’ESM, de la section des officiers sur titre du 1er  bataillon, et de la 2e  brigade de l’EMIA ont successivement reçus des mains de leurs parrains, pour les uns le shako orné du casoar, pour les autres le sabre d’officier, symbolisant ainsi leur entrée dans le corps des officiers.
S’adressant à eux, le général Bosser a d’abord rappelé l’exigence qui devait être la leur : « Sachez  honorer le sillon que vos anciens ont tracé. Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan suscitent l’admiration du monde entier  », a-t-il notamment déclaré.

 

C’est ensuite dans un silence recueilli et impressionnant pour les familles présentes que les bazars(1)  du 3e  bataillon ont écouté, genou à terre, le père-système(2)  du 2e  bataillon leur rappeler les vertus cardinales du Saint-Cyrien. Ses mots résonnent entre les murs de cette place emblématique, rajoutant encore à la solennité de l’instant que même la pluie, pourtant menaçante mais s’abstenant de tomber, n’a pas voulu troubler. La remise du casoar qui suit symbolise alors, pour les jeunes élèves-officiers, leur accueil par leurs ainés dans la communauté Saint-Cyrienne et leur adhésion aux valeurs qu’elle porte. Au commandement(3) , les jeunes élèves-officiers désormais coiffés du casoar se sont levés comme un seul homme. Juste le temps d’évoquer La Gloire(4)  puis  d’entonner La galette(5) , et voici les cadets de la 2e  brigade de l’EMIA qui s’avancent ; aussitôt adoubés par leur parrain dans une gestuelle toute médiévale qui renvoie à la tradition chevaleresque : c’est en effet par ce geste, frappant du plat de l’épée les deux épaules, que le chevalier accueillait celui qui aspirait à le devenir dans la fraternité des hommes d’armes. Et c’est plus sûr d’eux(6)  qu’une fois adoubés, les cadets de l’EMIA entonnèrent d’une seule voix La prière , leur chant de tradition, qui figea d’émotion le public par son intensité.

 

Saint-Cyriens et cadets de l’EMIA ont enfin magnifiquement clôturé cette cérémonie en défilant chacun sur le chant de marche de son école(7)  déclenchant des tonnerres d’applaudissements avant de rejoindre leurs proches pour partager avec eux leur fierté et leur joie.

-------------

(1)  Le terme bazars désigne les élèves de première année. Il provient du bâtiment Novi Bazar dans lequel ces élèves étaient logés au lycée militaire de Saint-Cyr l’École.

(2)  Le Père Système, anciennement le dernier reçu au concours d’entrée et délégué de sa promotion, est aujourd’hui l’élève choisi par ses condisciples pour être le représentant de la promotion et en être le « Président à vie ».

(3)  « Debout, les hommes » : formule rituelle et traditionnelle qui suit immédiatement la remise du casoar.

(4)  La Gloire  est le poème de tradition de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr. Il livre une explication romantique de la teinte rouge des plumes de casoar ornant le shako : un saint-cyrien mourant mit le plumet, alors s’un blanc immaculé, sur sa blessure pour lui donner le baptême du sang.

(5)  La galette est le chant de tradition de l’école spéciale militaire. Créé par la promotion d’Isly (1843-1845), il se voulait un chant de protestation contre la suppression par le commandement de la contre-épaulette, dite « galette », que portaient les élèves moyennement classés. Il est depuis devenu l’hymne de Saint-Cyr.

(6)  Référence à La Prière, chant de tradition de l’EMIA,  et à ses paroles « pour que je sois sûr de moi … »

(7)  Le chant de marche de l’ESM est Les Casos , celui de l’EMIA est Sari Mares .

 

  

Voir la vidéo de la cérémonie >>

 

Retrouvez une sélection de photos de la cérémonie des sabres et casoars 2014 >>

photos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLOphotos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLO
photos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLO

photos ESCC / DIRCOM / Major Hervé KERAVAL et Adc Alain CARLO

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 17:55
Saint-Cyr Coëtquidan ouvre ses portes ce week-end

 

18.07.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Les écoles militaires du camp de Coëtquidan ouvrent leurs portes au public, depuis hier, à l'occasion du Festival du livre militaire, et de la fête des écoles. Mon camarade Olivier Cléro, de la rédaction de Ploërmel, répond à quelques questions.

 

À qui s'adresse le Festival international du livre militaire ?
À tous. Lancé il y a quatre ans, ce salon du livre militaire réunit quelque 120 auteurs, militaires et civils, dont 90 présents en dédicaces, qui écrivent sur le thème de la défense, l'histoire, les conflits contemporains, mais aussi la jeunesse, la BD, etc. Des conférences, projections de films et expositions de photos animeront ces deux jours de salon dans cette grande librairie spécialisée de 850 m2 implantée au coeur des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

 

Qu'est ce que le Triomphe ?
Le Triomphe, c'est la cérémonie qui clôture la formation des élèves officiers et plus particulièrement la formation de trois ans, ceux qui vont quitter Coëtquidan pour se spécialiser. Le Triomphe est aussi le moment où tous les sous-officiers de l'armée de terre devenus officiers cette année reçoivent leurs sabres. Le terme triomphe remonte à 1821, où un élève qui avait réussi à atteindre sa cible d'artillerie avait été porté en triomphe sur un tonneau. C'est devenu la fête traditionnelle des écoles, où cette scène de triomphe est rejouée par les élèves. Un spectacle à 14 h 30 mêlant démonstrations militaires et reconstitutions historiques l'après-midi qui est également l'occasion pour les écoles de proposer une journée portes ouvertes toute la journée de samedi avec des animations et des présentations de matériel militaire. La cérémonie officielle organisée le samedi soir à partir de 21 h 45.

 

Que regroupent les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan ?
Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan sont en fait une grande école de commandement qui regroupent plusieurs formations dont la prestigieuse École spéciale militaire, créée en 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle forme chaque année 200 officiers de recrutement externe, au cours d'une formation d'un ou trois ans. Son 4e bataillon forme, lui, quelque 1 200 stagiaires au cours de formations allant d'une semaine à six mois. L'École militaire interarmes, créée en 1961, forme, elle, une centaine d'officiers de recrutement interne au cours d'une formation de deux ans.

 

Que trouve-t-on sur le camp de Saint-Cyr ?
Le camp de Saint-Cyr Coëtquidan est une véritable ville dans la ville de Guer, avec une communauté de 5 000 personnes, dont 1 000 résidants. 250 familles et 120 célibataires ou célibataires géographiques y habitent. Le camp compte aussi 700 logements d'élèves. Ils sont 3 000 à s'y former pour des stages de quelques semaines à une formation de trois ans. L'encadrement militaire compte, lui, 465 personnes qui travaillent avec 199 enseignants et 85 personnels civils non enseignants. Ils se trouvent tous sur le camp bâti, jouxtant les zones de manoeuvre et de tirs séparées par la départementale 724. En surface, le camp s'étale sur 5 500 hectares le long de la nationale 24 Rennes-Ploërmel, dans les communes de Guer, Beignon et Saint-Malo-de-Beignon. Le camp a aussi la particularité d'avoir sa propre usine d'eau potable et un centre de production alimentaire qui fournit 2,5 millions de repas par an aux bases de tout le Nord-Ouest du pays.

 

D'où vient son nom Saint-Cyr Coëtquidan ?
Les écoles doivent leur nom à Saint-Cyr, du nom de la localité située à 5 km de Versailles qui accueillait l'école spéciale impériale militaire (Esim) jusqu'à sa destruction en 1940. Inaugurées en 1969 à Guer, elles ont repris le nom local qui vient du breton coët (bois) et idan (dessous).

 

Pratique:
Vendredi et samedi, Festival international du livre militaire à partir de 15 h vendredi aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan à Guer. Portes ouvertes et spectacle traditionnel samedi de 9 h à 20 h. Entrées libres. Accès tribunes pour le spectacle 15 €, 8 € pour les enfants de 5 à 10 ans.

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 21:55
Cne Hervouet, Eleve Officier à Saint-Cyr

Cne Hervouet, Eleve Officier à Saint-Cyr

 

16.07.2014 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Le capitaine Yves Hervouet commandait l'escadron de char schaffee M24 à Dien Bien Phu (10 tanks arrivés en pièces détachés). Cet officier du 1er RCC (régiment de chasseurs à cheval) était avant de rejoindre l'Indochine l'aide de Camp du Maréchal Juin. Il fut capturé à la chute du camp retranché et décédera en captivité. Il avait déjà donné son nom à une promotion des EOR / EAABC de Saumur en avril 1993.

 

Coëtquidan: le capitaine Hervouet, parrain de la promotion entrante de l'ESM

Par ailleurs, le parrain de la promotion entrante de l'EMIA est le général Jean-Louis Delayen, un marsouin né en 1921 et mort en 2002. Il a commandé le 2e RIMa.

Général Jean-Louis DELAYEN - source Amicale 2e RIMa

Général Jean-Louis DELAYEN - source Amicale 2e RIMa

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 11:55
14juillet - L'École militaire interarmes

 

11.07.2014 Armée de Terre

 

Le sous-lieutenant Tolstoï, élève officier à l'EMIA est particulièrement honoré et fier de défiler à la tête de sa promotion. Cet ancien caporal-chef du 8e RPIMa, est classé troisième de la promotion "Ceux d'Afghanistan" de l'école militaire interarmes.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 16:55
Arrivée groupée des blessés et des familles. Crédits : Armée de Terre

Arrivée groupée des blessés et des familles. Crédits : Armée de Terre

 

07/03/2014 Armée de Terre

 

Samedi 1er mars 2014, 700 athlètes se sont rejoints pour courir les 89 kilomètres pour ceux d’Afghanistan.

 

Les athlètes civils et militaires se sont retrouvés à l’école de Saint Cyr - Coëtquidan pour courir 89 kilomètres.

 

Pourquoi 89 ?

 

Afin de rendre hommage aux 89 militaires décédés en Afghanistan.

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 09:55
Sabres et casoars pour 273 élèves des écoles de Coëtquidan


20.11.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Actualité coëtquidantesque ce matin sur Lignes de défense: après l'annonce d'un Jeudi de la Défense costarmoricain, voici quelques photos de la traditionnelle cérémonie "sabres et casoars" qui s’est déroulée le 16 novembre 2013 aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. 

Cette cérémonie marque l'entrée dans la communauté des officiers par la remise des sabres et dans la communauté des saint-cyriens par la remise des casoars.

sabre.jpg

Les 102 élèves-officiers de la 53e promotion de l’école militaire interarmes ont ainsi reçu leurs sabres des mains de leurs parrains avant d’entonner avec eux le chant traditionnel de l’école militaire interarmes: "La Prière".

casoar.jpg

Les 13 officiers sur titre du premier bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr et les 158 élèves-officiers, français et étrangers, du troisième bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr ont quant à eux reçu leur casoar des mains de leurs anciens de la promotion "Lieutenants Thomazo".

Les trois batillons réunis ont ensuite chanté ensemble le chant de tradition de saint-Cyr : « la galette ».

Prochain rendez-vous le 30 novembre pour le 2s

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:55
Les sous-lieutenants effectuent un exercice d’ infiltration - Crédits : S. Auche

Les sous-lieutenants effectuent un exercice d’ infiltration - Crédits : S. Auche

06/09/2013 Laura Bataille - Armée de Terre

 

Du 23 au 30 août 2013, le premier bataillon de l’école spéciale militaire (ESM) et la première brigade de l’école militaire interarmes (EMIA) des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan ont réalisé leur exercice de rentrée au centre d’entraînement au combat en zone urbaine (CENZUB) de Sissonne, avec la participation des 120 élèves du séminaire HEC « leadership et esprit d’équipe ».

 

Dans un premier temps, les sous-lieutenants des deux écoles ont bénéficié de l’expertise des instructeurs spécialisés du CENZUB, lors d’une phase d’instruction par ateliers, sur le combat en zone urbaine. Un parcours de nuit  a clos cette première phase.

 

Après une opération aéroportée, près de 240 sous-lieutenants ont effectué un exercice de synthèse au cours duquel ils ont mené successivement une infiltration jusqu’au « village de Beauséjour ». Le but était de s’en emparer puis de le défendre et de finalement s’installer en contrôle de zone.

 

Enfin, les sous-lieutenants ont pu échanger avec les 120 élèves d’HEC qui étaient présents dans le cadre du séminaire HEC organisé pour la 8e année par les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Ceux-ci jouaient en effet le rôle de la population civile et des ONG présentes dans la zone de responsabilité des unités.

 

L’objectif de ces 10 jours d’entraînement était d’acquérir les savoir-faire tactiques de base de combat, en zone urbaine, et de les restituer dans le cadre d’une action de la compagnie.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories