Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:50
photo European Parliament

photo European Parliament

 

19 janvier 2015 par Jean Quatremer - Coulisses de Bruxelles

 

« Ce qui nous hante, ce sont les erreurs commises par les Américains au lendemain du 11 septembre 2001 : le « Patriot Act », la zone de non droit de Guantanamo, la torture, etc. » Pour ce membre de la Commission européenne, « Robert Badinter a parfaitement défini le défi auquel nous devons faire face : répondre au  terrorisme sans pour autant créer la société voulue par les terroristes ». « L'Europe doit être unie pour défendre ses valeurs et ses libertés. Mais nos actions devront être guidées par la réflexion, et non par la peur », a déclaré à Libération Dimitris Avramopoulos, le commissaire chargé de la sécurité intérieure. Une position de principe partagée par le Parlement européen qu’il ne va pas être facile de tenir : la pression des Etats membres va s’accroitre d’ici au sommet européen du 12 février afin que l’Union renforce rapidement sa législation répressive au nom de la sécurité sans égard excessif pour les libertés publiques...

 

Suite de l'article

Repost 0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Jeunes et Défense européenne


15/10/2014  CAJ

 

Une rencontre inédite Organisée par la Commission armées-jeunesse

Mardi 25 novembre 2014 Paris / École militaire

 

La Commission armées-jeunesse organise pour la première fois une rencontre entre la jeunesse, les armées et des acteurs de la construction européenne, le 25 novembre 2014à partir de 13h. Ouverte à tous et gratuite, cette manifestation se tiendra sur le site de l'École militaire.

 

Intitulé « Jeunes et Défense européenne », cet événement a pour but de créer un espace d'information, de rencontre et d'échange sur les questions de défense européenne mais aussi sur l'Union européenne dans les domaines institutionnels, économiques, sociaux et culturels. Inscrivez-vous dès maintenant et venez participer à un parcours interactif déclinés en trois espaces distincts : l'Europe de la diversité, l'Europe de l'unité, l'Europe de l'avenir. Chaque espace sera composé de plusieurs ateliers animés par différents intervenants(1). Vous pourrez aussi assister à deux tables rondes, organisées en parallèle, sur les valeurs des jeunes Européens et l'Europe de la Défense.

Téléchargez (ci-dessous) le programme de la manifestation, ainsi que le formulaire d'inscription que vous enverrez à l'adresse suivante : genevieve.le-gal@intradef.gouv.fr

Attention : l'inscription est obligatoire (pour des raisons de sécurité).

 

(1) Liste des intervenants : Commission européenne, Parlement européen, Eurojust, Europol, Agence spatiale européenne, Centre européen de la consommation, Maison de l'Europe, Agence Erasmus +, Association Civisme Défense Armée Nation (CiDAN), Centre militaire d’observation par satellites (CMOS), École de guerre, Institut d'études de sécurité Union européenne (EUISS), Eurodefense, Service de santé des armées (SSA), Association Initiatives pour une Europe plurilingue, ...

 

Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:45
SEDE debates EU Border Assistance Mission in Libya
08-10-2013 SEDE

 

The SEDE subcommittee will exchange views with Col. Antti Hartikainen, Head of Mission, and Hansjörg Haber, Civilian Operations Commander and Director of CPCC, on EUBAM Libya.
 
When : 14 October 2013, 16:00-17:00

Further information
meeting documents
 
 
Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:30
Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 12:50
SWIFT Suspension? EU Parliament Furious about NSA Bank Spying

September 18, 2013  By Gregor-Peter Schmitz in Brussels – Siegel.de

 

Revelations the US is spying on international bank transfers has angered European parliamentarians. Some are calling for the suspension of the SWIFT deal between the EU and US. "Washington must make clear where it stands," says one.

 

The recent revelations regarding the degree to which the US intelligence agency NSA monitors bank data in the European Union has infuriated many in Europe. "Now that we know that which we had long been suspected, we have to protest loudly and clearly," Jan Philipp Albrecht, a legal expert for the Green Party in the European Parliament, told SPIEGEL ONLINE. He is demanding a suspension of the SWIFT agreement, which governs the transfer of some bank data from the EU to anti-terror authorities in the United States.

 

Read more

Repost 0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 07:30
Deterrent measures against Syria must not be excluded, says EU Parliament

12/9/2013 EU source: European Parliament Ref: EP13-033EN

 

Summary: 12 September 2013, Strasbourg - The use of chemical weapons in Syria is a war crime and a crime against humanity which demands a clear, strong, targeted and united response, not excluding eventual deterrent measures, Members of the European Parliament (MEPs) said in a resolution passed by a show of hands on Thursday. The EU should promote a region-wide de-escalation process and increase aid to Syrian refugees, they added.

 

MEPs strongly condemn the mass killing of civilians with chemical weapons on 21 August 2013 in the outskirts of Damascus and urge that measures be taken to prevent any further use of chemical weapons in Syria or elsewhere. They say the UN Security Council must get the report of the UN inspection team as soon as possible and they also voice support for the proposal to hand the Syrian chemical weapons to international community for its destruction as soon as possible.

 

UN must act

 

The international community's ultimatum must be accompanied by a binding United Nations Security Council resolution, which, if not respected, could be imposed on the basis of "all the instruments provided for in the United Nations Charter", MEPs underline.

 

Parliament says Russia and China must face their responsibility as permanent members of the Security Council to achieve a common position and a diplomatic solution to the Syrian crisis. In the event of a persistent blockage in the Security Council, the matter could be referred to the UN General Assembly, MEPs stress.

 

A lasting solution to the current crisis in Syria can be achieved only through an inclusive political process backed by the international community, MEPs say. They call for President Bashar Assad and his regime to step aside.

 

Step up support for refugees

 

The EU must live up to its humanitarian responsibility and step up its assistance to Syrian refugees, MEPs say, urging all sides of the conflict to facilitate the provision of humanitarian aid and assistance.

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 07:50
EU Parliament Civil Liberties Committee agree on surveillance inquiry's next steps

10/7/2013 EU source: European Parliament -  Ref: EP13-032EN

 

Summary: 10 July 2013, Brussels - The European Parliament inquiry into alleged spying by the US and EU countries will hold hearings with their authorities, legal and IT experts, NGOs, data protection authorities, national parliaments following this issue and private firms involved in data transfers, the Civil Liberties Committee decided on Wednesday. The first hearing takes place on 5 September.

 

The Civil Liberties Committee inquiry will gather information and evidence to investigate alleged surveillance activities by the US authorities and EU countries. It will then assess the impact of these activities on EU citizens' fundamental rights, in particular those to data protection and respect for private life, freedom of expression, the presumption of innocence and an effective remedy.

 

MEPs will also look into the best tools for redress should violations of these rights be confirmed, make recommendations to prevent further violations and advise on how to strengthen IT security in EU institutions, bodies and agencies.

 

Hearings

 

From September, the inquiry will hold public hearings of representatives of the US authorities, European Commission and Council, member states' representatives, participants in transatlantic experts groups, legal and IT experts, NGOs, data protection authorities, national parliaments and IT companies involved in transferring data to NSA or equivalent systems.

 

One of the first hearings is to be devoted to "the US PRISM programme and legal issues related to FISA" (the US Foreign Intelligence Surveillance Act). Possible speakers include the US Ambassador to the EU, US National Security Agency officials, legal experts and representatives of US organisations such as the Electronic Privacy Information Center (EPIC) and the American Civil Liberties Union (ACLU).

 

Studies

 

The Civil Liberties Committee will commission several expert studies. The first two will deal with surveillance programmes conducted by the US and EU countries and with the follow-up to recommendations made by the Echelon Committee.

 

Civil Liberties Committee delegation to Washington

 

Civil Liberties Committee MEPs could hold meetings related to this inquiry with US authorities and US Congress during a delegation visit to Washington already planned for the end of October. The Foreign Affairs Committee plans to pay a similar visit.

 

Next steps

 

MEPs' conclusions and recommendations will be set out in a report to be presented to Parliament as a whole by the end of the year. The political groups will have to agree swiftly on which MEP is to draft the report.

 

So far, twelve meetings have been scheduled to take place before the end of the year. The first will be held on 5 September in the afternoon.

 

In the chair: Juan Fernando López Aguilar (S&D, ES) and Sophie in 'T Veld (ALDE, NL)

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 16:35

http://farm9.staticflickr.com/8546/8637950626_623e2689d7_b.jpg

 

Brussels | Apr 11, 2013 European Defence Agency

 

A delegation of the Security and Defence Subcommittee of the European Parliament, including MEPs Arnaud Danjean (chairman), Tunne Kelam, Ioan Mircea Pascu, Johannes van Baalen and Charles Tannock , visited EDA on 11 April 2013. 
 

Members received presentations on the Agency’s work regarding implications of the Single European ATM Sky Research (SESAR) programme for the military and on Air-to-Air Refuelling. Claude-France Arnould, EDA Chief Executive, later discussed with the MEPs other topics such as support to crisis management, civil-military synergies in research & technology and cooperation with third parties. 

More information
  • The European Parliament Subcommittee for Security and Defence website
  • Pictures of the visit are available on Flickr
Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 00:28

Europe Flag

 

24-01-2013 - 17:39 - SEDE AFET Relations extérieures- REF. : 20130121IPR05423

 

Sous la présidence de: Arnaud Danjean (PPE, FR)

 

Les membres de la sous-commission de la sécurité et défense (SEDE) ont exprimé mercredi et jeudi leur étonnement devant la surprise des Etats membres face à l'offensive des groupes terroristes au Mali. Lors des débats avec des responsables civils et militaires français et européens, ils ont souligné que l'UE aurait dû être mieux préparée à l'escalade du conflit. Les Etats membres devraient se montrer plus solidaires et soutenir les opérations françaises sur le terrain.

 

 

En dépit des avertissements, des menaces clairement identifiées, notamment dans la stratégie de l'UE pour le Sahel de 2011, "nous sommes surpris que l'UE ait été surprise par l'offensive des islamistes" du nord du Mali, a déclaré Arnaud Danjean (PPE, FR), président de la sous-commission SEDE, rejoint par nombre de députés.

 

Ils ont souligné que la mission d'entraînement de l'armée malienne, confirmée formellement par le Conseil Affaires étrangères extraordinaire du 22 janvier dernier, était prévue de longue date. L'offensive des rebelles n'a fait qu'accélérer le processus.

 

Solidarité des Etats membres: fournir plus que des avions

 

Tout en saluant l'intervention française au Mali, les députés ont fortement critiqué l'absence de solidarité d'autres Etats membres avec la France, au-delà de la mise à disposition d'avions de transport ou d'équipes médicales. Ils ont notamment demandé pourquoi les groupements tactiques de l'UE (battlegroups) n'avaient pas été déployés au Mali. "A quoi servent les battlegroups s'ils ne peuvent pas combattre?" s'est exclamé Andrew Duff (ADLE, UK).

 

De nombreux députés ont également insisté pour que la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et ses services exercent davantage de pression sur les Etats membres.

 

Mission d'entraînement de l'armée malienne

 

Les députés ont exprimé leur soutien à la mission d'entraînement de l'armée malienne mais ont mis en garde contre d'éventuelles défections des militaires entraînés par l'UE pour rejoindre les rangs des rebelles, évoquant des précédents en Afghanistan ou en Somalie.

 

"La nouvelle armée malienne doit être militairement préparée et politiquement contrôlée" par des autorités démocratiques légitimes, a insisté Ioan Mircea Pascu (S&D, RO). Les membres de la sous-commission SEDE ont également souligné la nécessité dune 'approche globale pour le Mali et le Sahel, qui doit aller bien au-delà de la résolution, urgente, de la crise militaire.

 

Silence "assourdissant" de l'OTAN

 

Les députés se sont également étonnés du "silence assourdissant de l'OTAN" sur le Mali. Le général Gilles Rouby, représentant militaire de la France auprès de l'OTAN et de l'UE, leur a en effet confirmé qu'aucun membre de l'Alliance atlantique n'avait posé "de question officielle" (sur le Mali) "

 

Une mission militaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (la MISMA), à laquelle devrait participer dix Etats africains, est en cours de déploiement au Mali. Une conférence des donateurs se réunira le 29 janvier à Addis-Abeba, à l'issue du sommet de l'Union africaine,  pour traiter de son financement.

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 14:20

poolind and sharing

 

Brussels - 12 October 2012 European Defence Agency

 

During the latest session of the European Parliament’s Defence and Security subcommittee on 9 October, MEPs showed strong support for the European Defence Agency and its Pooling & Sharing initiative. Introducing EDA’s Chief Executive Claude-France Arnould, Arnaud Danjean the subcommittee’s chairman says, ”Pooling & Sharing is at the top of our list of priorities when it comes to defence.”

 

In her presentation, Claude-France Arnould stressed that the EDA worked only on the capabilities the Member States set priorities in. Successful examples like the Agency’s air-to-air refuelling initiative, field hospital project or multinational helicopter training exercises have been put forward and are led by Member States. The Chief Executive confirmed, “EDA works at the service of Member States. We provide à la carte  support where needed.”

 

The Agency invests particular efforts to avoid duplication with NATO. The EDA has recently also signed an agreement with Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) facilitating closer cooperation between these two bodies. Under the arrangement, EDA and OCCAR will share information on projects and programmes throughout their lifecycle, helping to guarantee a seamless handover in each case, with both parties remaining involved and informed at every stage.

 

The subcommittee received in the same session Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the European Commission, European External Action Service (EEAS) Deputy Secretary General Maciej Popowski as well as Eric Huybrechts, Deputy Director of OCCAR-EA.

Further information:

  • Video of the subcommittee’s session
Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 17:40
Une mission de la sous commission Défense en Libye

Fév 13, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

Plusieurs eurodéputés de la sous-commission défense du Parlement européen terminent aujourd’hui une mission d’information en Libye. Conduite par Arnaud Danjean, le président de la sous-commission, elle comprenait également Ana Gomes, rapporteure du Parlement sur la Libye. Elle a pu s’entretenir samedi avec les principaux responsables du pays : le President du Conseil National de Transition, Abdul Jalil, puis le Premier Ministre et les principaux membres du gouvernement libyen. La veille, des entretiens avaient eu lieu avec les acteurs internationaux ainsi que les « brigades » de Zintan & Misrata. Elle s’est ensuite rendue à Benghazi, dimanche et lundi, les chefs tribaux & membres du CNT.

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 20:30

http://www.bruxelles2.eu/wp-content/uploads/2011/05/ParachustisteAbyFreestyle@Fr1007-400x266.jpg

 

par Nicolas Gros-Verheyde BRUXELLES2

 

Le rapport qu’a adopté le Parlement européen mercredi dernier (11 mai) prône une nouvelle dynamique en matière de politique européenne de défense. C’est atypique dans le moment et cela mérite un détour approfondi, d’autant que (une fois n’est pas coutume), ce rapport recèle nombre de propositions concrètes.

 

Rédigé par l’Italien Roberto Gualtieri (S&D), et amendé de façon assez consensuelle par les principaux groupes (sauf le groupe de la Gauche unie démocratique – GUE), le rapport dresse, en effet, un constat sans concession de la politique européenne de sécurité et de défense commune (PSDC). Ces propositions (que nous avons rassemblées en dix points) sont plutôt réalistes mais, en même temps, elles peuvent sembler audacieuses, vu l’atonie du moment. Le Parlement s’affirme ainsi comme un gardien du temple, une des seules institutions européennes à revendiquer, haut et fort, une politique de défense européenne — alors que les autres acteurs du jeu institutionnel (Commission, Haut représentant, Conseil) semblent plutôt en retrait, voire absents — et à demander l’application de tout le Traité de Lisbonne, l’esprit et la lettre…

 

Un constat sans concession

 

Loin des rapports qui se gargarisent des bons résultats, le Parlement européen met le doigt où cela fait mal. Il note ainsi :

  • Le « contraste marqué entre les 200 milliards d’euros consacrés chaque année par les États membres à la défense, le manque de moyens dont dispose l’UE et les conférences prolongées à grand-peine sur la constitution d’une force pour les opérations militaires de l’UE ».
  • « En plus de douze ans, la méthode de constitution d’une force n’a de fait produit aucune amélioration quantitative ou qualitative au niveau des capacités militaires disponibles pour les missions de la PSDC »
  • Les « mauvais résultats obtenus par l’objectif global civil pour 2010 sur le plan des capacités civiles ». Il y a un « contraste entre les unités de personnel mises à disposition sur le papier par les États membres et celles effectivement disponibles pour les missions, et les progrès limités sur le plan de la formation des ressources humaines ».
  • Coté industriel, la « redondance généralisée de programmes de défense dans l’Union ». Il existe « plus de vingt programmes axés sur les véhicules blindés, six programmes différents axés sur les sous-marins d’attaque, cinq programmes axés sur les missiles sol-air et trois programmes axés sur les avions de combat ». Ce qui a pour conséquence « l’absence de réalisation d’économies d’échelle, le gaspillage de ressources économiques limitées et les prix exagérément élevés du matériel de défense européen (…) entretient la fragmentation de la base industrielle et technologique de défense européenne, freine la compétitivité de tout le secteur industriel européen lié à la sécurité ».
  • Côté opérations, la mission EUTM Somalie a été « l’unique intervention nouvelle ces deux dernières années ».
  • Enfin, « plus d’un an après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, l’on n’observe encore aucun signe apparent d’une approche communautaire exhaustive post-Lisbonne dans le cadre de laquelle les obstacles procéduraux et institutionnels classiques seraient levés ».

Les idées fortes du Parlement

Le Parlement milite pour une PSDC forte qui ne soit pas seulement l’addition des coopérations des Etats. Il prône une autonomie stratégique pour l’UE et une ambition nouvelle pour la PSDC. Et il demande au Haut représentant d’avoir une démarche « proactive ». Ces idées transcendent le rapport, faut-il préciser et se retrouvent exprimées à diverses reprises, parfois de façon différente.

 

L’Europe de la défense n’est pas la coalition des politiques de défense

 

« Une coalition de volontés ne peut remplacer la PSDC, cela aboutit à une renationalisation des politiques » a expliqué Roberto Gualtieri l’auteur du rapport. « Les coalitions de volontaires ou la coopération bilatérale ne sont pas des solutions viables pour remplacer la PSDC. Aucun État européen n’a les moyens de jouer un rôle significatif en matière de sécurité et de défense dans le monde du XXIe siècle ».

 

Une ambition stratégique

 

« L’Union européenne est appelée à améliorer son autonomie stratégique afin de maintenir ses valeurs, de défendre ses intérêts et de protéger ses citoyens ». « Des capacités militaires crédibles, fiables et disponibles sont une condition indispensable à une PSDC autonome ».

 

Le Parlement souhaite que le Conseil européen adopte une « stratégie de politique étrangère européenne adaptée aux évolutions du système international ». Une réponse commune aux événements en Libye est « indispensable » pour la crédibilité de la politique de voisinage au sud comme l’élaboration d’une stratégie pour la région du Sahel et la Corne de l’Afrique. Ce qui serait une occasion concrète pour l’UE de « prouver sa capacité d’action face aux défis tant en matière de sécurité que de développement ».

 

Un « nouvel élan aux missions »

 

C’est le terme même du rapport du Parlement. Les missions représentent le banc d’essai du mandat de la PSDC et un test important pour la crédibilité de l’Union en tant qu’acteur international. Le PE recommande notamment de préparer une « opération PSDC à moyen et long terme en Libye dans les domaines de la réforme du secteur de la sécurité, du renforcement institutionnel et de la gestion des frontières ».

 

Me la Haute représentante, agissez !

 

Sans mettre en cause directement la Haute représentante, le Parlement émet une critique structurée de son action (ou plutôt) de son inaction en matière de défense. Le rapport ne se fait pas faute de rappeler ainsi que : 1° « la VP/HR est soumise au vote d’approbation du Parlement européen et celui-ci adopte par codécision le budget de l’action extérieure de l’UE ». 2° Les pouvoirs et les responsabilités de la VP/HR « ne représentent pas seulement une « double casquette », mais constituent une fusion de fonctions et de sources de légitimation » qui la placent « au centre du processus de construction de la cohérence entre les divers instruments, acteurs et procédures de l’action extérieure de l’UE ». Et le Parlement d’inviter la HR à considérer sa fonction « de manière proactive ».

 

soldats finlandais en exercice dans le grand nord (crédit : ministère finlandais de la Défense)

Les dix propositions du rapport

Le Parlement ne se contente pas d’un rapport à charge ou à décharge, il met en avant son pouvoir de propositions, reprenant certaines revendications précédemment contenus dans des rapports (un Livre Blanc, un conseil des Ministres de la Défense…) et en avançant de nouvelles (le Conseil de gestion de crises, la tenue d’un Conseil européen…).

 

1. Appliquer le Traité de Lisbonne, la lettre et l’esprit…

 

Le Parlement revendique la tenue d’un Conseil européen extraordinaire sur la sécurité et la défense européennes.

Il souhaite voir aussi renforcer le rôle des ministres de la défense dans le cadre du format associé au Conseil « Affaires étrangères. Il réitère (sans trop de conviction) sa nécessité de rédiger un livre blanc de la sécurité et de la défense européennes.

 

Enfin, il voudrait voir les dispositions du Traité de Lisbonne entrer en vigueur. Il veut ainsi que soient élaborées des « lignes directrices politiques sur la clause d’assistance mutuelle » et que soit institué le fonds de lancement pour les activités préparatoires dans la conduite des opérations militaires.

 

2. Un QG permanent d’opérations

 

Il faut doter « l’UE d’une planification civile et militaire et d’une capacité de conduite permanente ou d’un poste de commandement opérationnel (PCO) ». C’est une vieille antienne des eurodéputés. Mais le rapport enfonce le clou, avec détermination et conviction. « Le Centre opérationnel actuel, même s’il représente un premier pas dans la bonne direction, est insuffisant et inadapté au degré d’ambition d’un PCO permanent et doit devenir un centre permanent et capable de gérer des missions plus importantes ». Le Parlement préconise ainsi le « regroupement du PCO militaire avec le poste de commandement civil afin de rendre possible la mise en œuvre l’ensemble des opérations militaires et civiles en profitant au maximum des synergies possibles tout en respectant les chaînes de commandement civiles et militaires spécifiques ».

 

3. Un Conseil de gestion des crises

 

Le PE souhaite qu’un « conseil de gestion des crises » se réunisse régulièrement. Ce conseil ne serait pas une nouvelle structure en soi. Il serait composé « de la CMPD, de la CCPC, de l’EMUE, du SITCEN, des unités de consolidation de la paix, de prévention des conflits, de médiation et de politique de sécurité, de la présidence de la PSC, des bureaux géographiques et des autres structures thématiques concernées (…) avec la participation des structures d’aide humanitaire, de protection civile et de sécurité intérieure de la Commission en fonction des circonstances ».

 

Ce conseil serait placé « sous l’autorité de la VP/HR et du secrétaire général exécutif » et les réunions seraient « coordonnées par le directeur général (de) la réponse aux crises ». Il aurait deux tâches principales : la « planification d’urgence unifiée à l’égard des scènes et des scénarios de crise potentiels », « gérer concrètement la réponse aux crises, à travers une plateforme de crise, en coordonnant, tant à Bruxelles que sur le terrain, l’emploi des divers instruments financiers et des capacités dont dispose l’Union ».

 

Cette structure devrait être dotée d’un « système efficace d’alerte et d’urgence », ainsi qu’une « grande salle opérationnelle unifiée ». Celle-ci serait située « au siège du SEAE, capable d’assurer une surveillance 24 heures sur 24, sept jours sur sept, évitant ainsi l’existence de chevauchements opérationnels, qui cadrent rarement avec la nécessité de disposer d’un système adapté de surveillance et de réaction rapide aux crises ». Une coordination devrait être assurée avec le centre européen pour l’intervention d’urgence.

 

4. Des missions mieux financées, mieux évaluées, plus intégrées…

 

Mieux financées. Le PE souhaite une révision du mécanisme Athena, afin de « rationaliser et d’augmenter la part de coûts communs (qui se situe actuellement à environ 10 %) en vue d’une répartition plus équitable des coûts des opérations militaires ».

 

Mieux évaluées. Le rapport souhaite des « mécanismes formels institutionnalisés plus solides, qui évaluent, à intervalles réguliers et en fonction de critères communs, le déroulement des missions sur le terrain ».

Plus intégrées. « Chaque mission (doit être) intégrée dans une stratégie politique bien définie (à moyen et à long terme). (…) Ces missions ne se substituent à une véritable politique ».

 

Mieux coordonnées. Le Parlement prône le « renforcement de la coordination sur le terrain entre les différents acteurs : différentes missions opérant sur une même scène, entre les missions PSDC et les autres acteurs et instruments de l’Union, entre les projets de coopération au développement et les missions PSDC, entre l’UE et les autres acteurs internationaux agissant dans le même domaine ».

 

5. Du personnel mieux formé

 

Le Parlement propose « un mécanisme communautaire pour renforcer les capacités civiles, surtout par la formation et l’augmentation du personnel civil du Collège européen de sécurité et de défense».

 

6. Revoir le concept des Battlegroups

 

Il faut « revoir sérieusement le concept et la structure de ces groupes (tactiques), qui n’ont jusqu’à présent pas été utilisés ». Le Parlement avance deux pistes : 1) la spécialisation de l’un des deux groupes tactiques dans des capacités de niche et/ou des capacités adaptées à des conflits de faible intensité qui exigent des missions hybrides (civiles/militaires) ; 2) imputer les coûts opérationnels y afférents au mécanisme Athena (dont la révision est prévue sous la présidence polonaise).

 

La spécialisation des battlegroups dans certaines fonctions pourrait être une solution pour le Parlement (Crédit : Ministère suédois de la défense, entraînement du Battlegroup suédois, mars 2011)

 

7. Un partenariat sur la recherche avec l’Agence de défense

 

Le Parlement milite sans ambages pour le renforcement de l’Agence européenne de défense, « la mieux à même, au niveau de l’Union, de relever et d’améliorer les capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises et de promouvoir et de renforcer la coopération européenne dans le domaine de l’armement ».

 

Il souligne aussi la nécessité d’une « coopération étroite » entre l’Agence et la Commission européenne en vue de renforcer les capacités à double usage (civil et militaire) et souhaiterait notamment que les fonds communautaires de la recherche puissent « aller davantage en faveur de projets de sécurité et de défense ». Ainsi il souhaite la mise en place d’un partenariat solide entre tous les participants pour la préparation du 8e programme-cadre en vue « d’investir dans des domaines technologiques présentant un intérêt commun ».

 

8. Compléter l’organigramme du SEAE

 

Le Parlement préconise certains ajustements dans l’organigramme actuel du SEAE. Il regrette notamment que celui-ci « ne comprenne pas toutes les unités chargées de la planification et de la programmation des interventions en cas de crise, de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix dans les structures de la PSDC ». Et il édicte trois demandes.

 

1° « Renforcer l’unité de planification opérationnelle des missions civiles de la CPCC ».

 

2° « Intégrer dans les structures de gestion des crises et de consolidation de la paix du SEAE le service des instruments de politique étrangère chargé de la planification et de la programmation des mesures de réponse aux crises ». Les douze postes AD et cinq postes AST d’ex Relex/A2 ont été intégrés dans l’unité 2 des nouveaux instruments de politique étrangère. Le Parlement a posé une réserve budgétaire dans le budget de la Commission. Et celle-ci ne « sera supprimée que si cette condition est réalisée ».

 

3° « Créer un centre de services partagés pour la gestion des missions PSDC ». Ceux-ci sont en effet dispersés entre l’ unité 3 « Opérations PESC des instruments de politique étrangère » de la Commission (anciennement, Relex/A3) et l’unité de « soutien aux missions » de la CPCC. Le Parlement souhaite (logiquement) que ces unités soient réunies. Ce nouveau service, « en s’occupant des responsabilités en matière de personnel, de logistique, d’achats et de finances des missions civiles PSDC et en déchargeant les chefs de mission d’une partie de leurs tâches administratives, garantirait une plus grande efficacité, en mettant en commun les fonctions administratives, à partir du processus de sélection et de recrutement du personnel, et en centralisant l’acquisition et la gestion de l’équipement».

 

9. Développer les compétences du PE

 

Le Parlement veut aussi défendre, et étendre, ses compétences en matière de politique extérieure, estimant que l’exception contenue dans le Traité doit être interprété de façon restrictive, notamment en matière d’accords internationaux ou quand les intérêts de sécurités intérieure et extérieure sont mélangés. Il se veut également vigilant sur son rôle de contrôle budgétaire en matière de missions.

 

Accords internationaux. Le Parlement veut ainsi être tenu informé des accords internationaux négociés ou conclus dans l’intérêt de l’Union européenne. Le rapport cite un cas particulier : « les accords relatifs à l’échange d’informations confidentielles ». L’accord du Parlement est nécessaire — rappelle-t-il également — « pour conclure des accords internationaux, y compris ceux qui concernent essentiellement la PESC, à la seule exception de ceux qui la concernent exclusivement ». C’est une antienne régulière du Parlement et les Etats membres y sont réticents. On sait que la bataille ne cessera pas demain et se terminera, un jour, devant la Cour de Justice de l’UE.

 

Sécurité intérieure et extérieure. Le Parlement considère que divers secteurs comme le terrorisme, le crime organisé et la cyber-sécurité, ont des implications dans les deux dimensions de la sécurité, interne et externe. Dans ce cas, il estime que toutes les initiatives qui auraient un double impact ne pourraient « être lancées (que) dans le cadre de la compétence ordinaire intérieure communautaire », c’est-à-dire avec une base juridique « identifiée », la règle de la majorité qualifiée au Conseil, avec codécision au Parlement européen et contrôle judiciaire de la Cour de justice

 

Contrôle des missions. Le Parlement réitère enfin sa revendication « d’allouer une ligne budgétaire à chaque mission PSDC », afin de mieux contrôler les dépenses. Au passage, il s’inquiète des « coûts élevés des mesures axées sur la sécurité des missions dans EUJUST LEX Irak et EUPOL Afghanistan, confiées à des sociétés de sécurité privées ». La question devrait revenir lors du débat budgétaire.

 

10. Une présence de l’UE au Conseil de sécurité de l’ONU

 

Le Parlement souhaite que le Haut représentant assure la représentation de l’UE et de convaincre les Etats membres de « convenir d’un système de rotation qui garantira à l’Union un siège permanent au CSNU ».

 

Lire également :

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 06:00

http://www.europarl.europa.eu/eplive/expert/photo/20100921PHT83026/pict_20100921PHT83026.jpg

 

11 mai 2011 creusot-infos.com

 

Arnaud Danjean à Catherine Ashton: "la Politique de Sécurité et de Défense commune est une nécessité stratégique et vous devez être en première ligne pour prendre les initiatives qui s'imposent"

 

"La crise libyenne a de nouveau illustré les difficultés de l'Union Européenne à exister diplomatiquement et militairement, face à un enjeu de sécurité majeur aux portes immédiates de notre continent" a déclaré Arnaud Danjean, Président de la sous-commission Sécurité et défense, à l'occasion du débat consacré à la politique extérieure et de sécurité de l'Union européenne, en séance plénière du Parlement européen mercredi 11 mai.

 

S'adressant à la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton, Arnaud Danjean a déclaré: " Il serait injuste de vous attribuer exclusivement les insuffisances de volonté politique affichées par l'Union, même si nous sommes nombreux à penser que des initiatives plus énergiques auraient dû être prises. Il est vrai que les Etats-Membres portent aussi une très large responsabilité dans cette incapacité à construire une politique cohérente, efficace et visible sur ce dossier, alors même que nos amis américains s'en remettaient largement à l'Europe pour agir".

 

"On pourra toujours se consoler en constatant que ce sont bien quelques pays européens qui ont, diplomatiquement et militairement, pris les initiatives qui s'imposaient, et qui, d'ailleurs, suivaient en cela les recommandations diplomatiques, humanitaires et militaires contenues dans la résolution votée ici même, à une large majorité, le 10 mars dernier.

 

"Au-delà de cette crise libyenne, il faut bien être conscient des évolutions stratégiques majeures qui nous obligent à ne pas renoncer à l'ambition d'une politique de sécurité et de défense commune, inscrite dans le Traité de Lisbonne et dont vous devez être, madame la haute-représentante, l'inspiratrice, la garante et la porte-parole", a poursuivi Arnaud Danjean.

 

"La conjonction de contraintes budgétaires inédites sur les budgets de défense, de la multiplicité des crises internationales et du redéploiement stratégique américain sont des facteurs lourds qui ne nous laissent pas d'autres choix que de prendre notre destin en main.

 

Face à toutes ces crises et menaces, nous ne pouvons pas nous contenter de laisser les clefs à nos amis et alliés américains et à l'OTAN. Ce ne sont, par exemple, ni les Américains ni l'OTAN qui ont pu mettre un terme à la guerre russo-géorgienne et qui peuvent aujourd'hui en observer l'application du cessez-le-feu. Nous voyons bien en Libye que les Etats-Unis se souhaitent pas être en première ligne et que l'engagement minimaliste de l'OTAN ne règle pas tout."

 

"Madame la Haute-Représentante, la Politique de Securité et de Défense commune est un non seulement un acquis, non seulement une ambition inscrite dans les traités, c'est aussi une nécessité stratégique et vous devez être en première ligne pour prendre les initiatives qui s'imposent" a déclaré Arnaud Danjean en conclusion.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories