Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:50
Les Français prennent l’alerte européenne de la force de réaction rapide

 

01.07.2015 Nicolas Gros-Verheyde – Bruxelles2

 

Les Français (et les Belges) ont pris le relais des ‘Nordiques » pour assurer le tour d’astreinte du battlegroup, la force de réaction rapide de l’UE, qui sera de permanence ce semestre jusqu’à la fin décembre 2015.

 

Un seul groupe d’astreinte

Une fois n’est pas coutume, il n’y aura qu’un seul battlegroup d’astreinte durant cette période. Mais ce n’est pas la première fois. Les plannings contraints des armées européennes comme les budgets à la baisse – et un certain manque d’entrain politique – ont entraîné quelques « trous » dans le planning.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 16:50
Le lieutenant général Ramirez reçoit le fanion du commandement par l’entremise du général allemand chef de la Défense Wieker - photo Eurocorps

Le lieutenant général Ramirez reçoit le fanion du commandement par l’entremise du général allemand chef de la Défense Wieker - photo Eurocorps

La Défense européenne en marche Photos : Eurocorps

 

26/06/2015 Virginie Flawinne – MIL.be

 

L'Eurocorps faisait l'objet d'une cérémonie hautement symbolique ce jeudi 25 juin à Strasbourg. Le lieutenant général belge Guy Buchsenschmidt transmettait le commandement de ce corps d'armée au lieutenant général espagnol Alfredo Ramirez. Cette passation coïncide avec l'engagement de l'Eurocorps dans des missions de l'Union européenne.

 

Le lieutenant général Buchsenschmidt a remis le fanion du commandement à son homologue espagnol après avoir précisé combien il était satisfait du travail de son équipe dans sa préparation à l'engagement opérationnel européen. « Nous vivons dans un monde tourmenté et l'Europe doit garantir sa propre sécurité. L'Eurocorps est une structure éprouvée dont la légitimité est basée sur sa multinationalité. »

 

photo Eurocorpsphoto Eurocorps
photo Eurocorps
photo Eurocorpsphoto Eurocorpsphoto Eurocorps

photo Eurocorps

Son successeur, le lieutenant général Alfredo Ramirez, abonde dans son sens : « Nous commencerons par envoyer un détachement de 57 hommes à l'EUTM (Mission d'entraînement des forces maliennes de l'Union européenne) en juillet, puis marquerons un grand coup avec le groupement tactique européen (EUBG). Tout ceci est, je l'espère, le germe de quelque chose de plus grand vers une Europe et sa défense commune. »

 

La parade militaire a vu les généraux quitter leur place et leurs remplaçants se mettre en position devant leurs détachements respectifs. Parmi eux, le général de brigade Herman Ruys. Il a pris la tête de la direction appui de l'Eurocorps. Il sera également le plus haut gradé belge sur place et défendra ainsi tant les intérêts belges qu'européens.

 

L'Eurocorps, qui effectuait exclusivement des missions OTAN, se présente dès à présent comme un acteur de la cohérence européenne en rejoignant ainsi sa vocation première.

 

Vidéo : Clint Soete

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 11:50
Sweden and NATO: getting closer?

 

1st July 2014  – by Oscar Jonsson * - europeangeostrategy.org

 

Sweden has been described as the North Atlantic Treaty Organisation’s (NATO) number one partner, and is known for carrying a heavier defence burden than many Allied nations. In 2002, Sweden officially gave up public claims to neutrality in favour of being ‘alliance free’, and in 2009 Sweden issued a declaration of solidarity to its neighbours who, except for Finland, are all NATO members. Furthermore, back in 2004, Sweden started transforming its Armed Forces to provide shell-defence capabilities with the rationale of being part of an alliance.

 

Despite these moves, the legacy and self-perception of Sweden as a neutral state persists. It is for this reason that Sweden has preferred to focus on the development of the European Union’s (EU) Common Security and Defence Policy (CSDP). CSDP is a different animal to NATO, and more amenable to the interests of a neutral state. Think how CSDP is couched within the Comprehensive Approach, and therefore within a policy paradigm that emphasises non-military approaches to security (aid, trade, etc.). While Sweden has taken a lead role in pushing the EU Battlegroup concept, and has put its weight behind the whole CSDP project, disagreements over the Chad mission, French re-integration into the military structures of NATO and the hesitancy over the Libya intervention has effectively killed the Policy.

 

It has taken Sweden a long time to come to terms with the ‘death’ of the CSDP, but it is slowly doing so. This partly explains why Sweden has pushed for regional cooperation through Nordic Defence Cooperation (NORDEFCO); such regional arrangements are becoming the norm in Europe. Nonetheless, NORDEFCO is an unsatisfactory solution even though its members share a similar political culture and it could reduce materiel and training costs. The truth is that two important members of NORDEFCO –Norway and Denmark –are NATO members, and there is still a lack of unity between the members: observe how Norway opted for the United States’(US) F-35 over Sweden’s Gripen fighter.

 

Sweden is stuck in a ‘no mans land’with a major discrepancy between its security policy (which stipulates non-alliance) and its defence policy (which stipulates alliance). Sweden’s security policy is explicitly based on giving and receiving help from others in a time of crisis, but it is utterly unclear who would help Sweden in a given crisis. Given the status of the CSDP and NORDEFCO a major question needs asking: why is Sweden not a NATO member?

 

Sweden’s NATO debate

 

There are a number of strong arguments keeping Sweden out of NATO. Firstly, it is argued that at present Sweden has more influence over the US because it is not a member of the Alliance. Owing to Sweden’s contributions to international missions, its defence industry and its intelligence cooperation with the US vis-à-vis Russia, it is claimed that Sweden gets more attention from the US than it ever would as a NATO member. If Sweden were to join NATO, runs the argument, it would rather be subjected to complaints of under-spending rather than applause for its current contributions.

 

The second argument against Swedish NATO membership is that the Alliance can never be a substitute for the proper functioning of the Swedish Armed Forces. Given the vast finance problems within the Swedish Armed Forces, there is a big risk that NATO might hinder their development if Sweden were to join NATO too soon. At least, that is how it has certainly been sold in public debates. This is important because, as the crisis in Ukraine has showed us, when a crisis starts, you have what you have where you have it. And if you are going to receive support, it will take a while, even if you have prepared for such a crisis. In short, Sweden still needs to rely on its own forces especially considering that, as it is now, a Swedish capacity for territorial defence is lacking.

 

Thirdly, public support is often cited as a major means barring Sweden’s NATO accession. While support for Swedish membership has been increasing it still lies at around 30%. Interestingly, in the only poll made after the Ukraine crisis, support for NATO actually decreased.

 

Fourthly, and related to the issue of public opinion, is the position of the political parties. The biggest party of the ruling coalition, the Moderates, have listed three prerequisites regarding Sweden’s potential NATO membership. These prerequisites are: 1) it needs to be done with the support of the Swedish Social Democrats; 2) Finland must also join NATO; and, 3) there must be public support. These are all very reasonable arguments, but they all have problems attached to them.

 

Illogical arguments keeping Sweden out of NATO

 

It is, however, possible to refute logically, to a certain degree, all the arguments against Sweden’s membership of NATO. Firstly, seeking consensus with the Social Democrats is good, but the notion of Swedish neutrality is still embedded in the party’s image. For the Social Democrats to accept membership, they would need to re-write their history and image. So it would be difficult to join with them, but joining without their support would entail a fragile membership. The first prerequisite would therefore be difficult.

 

However, the second condition –Finland’s NATO membership –can be refuted. Indeed, Finland has so far investigated NATO membership three times and the country already has a strong territorial defence. This makes the issue of membership much more pressing in Sweden, whose defence forces are already transformed to be a part of an alliance and cannot perform credible territorial defence. Finland’s NATO membership should not pose an absolute hindrance to Sweden’s own accession.

 

The third condition – public support – cannot be seen as authoritative yet because the question has not been tried publicly. Public support is inconsistent and polls show that the public is not overwhelmingly pro-NATO, but the crux of the matter is that no one has driven the question. Rather, the Moderates, who are pro-NATO, want to silence the question because supporting membership would be politically costly. Yet the public opinion argument would not have been tested until the ministers stand up and tell the people of their conviction that NATO is best for the country.

 

Furthermore, it is illogical to argue that NATO, as an alliance based on the doctrine of nuclear deterrence, would hinder Sweden’s work for disarmament and peace. This has not hindered Norway playing a role in peace and disarmament, even though it is a NATO member. Other arguments that hold that NATO would force Sweden to spend 2% of GDP on defence are also wide of the mark. While there is undoubted pressure to spend more within NATO, most members of the Alliance do not presently meet the 2% threshold.

 

Finally, some believe that NATO would force Sweden to deploy troops to conflicts in which Sweden has no national interest. Decisions about deployment are taken by consensus in NATO, and not all members deploy troops to each and every NATO mission. Indeed, while it is true that there is more pressure as a NATO member to contribute to the Alliance, Sweden is already involved in a number of missions anyway. For example, Sweden joined the intervention in Libya in 2011 when only 15 out of 28 NATO members actually participated. Additionally, last spring Sweden contributed troops to NATO’s Response Force (NRF) and the country has played a role in the Provincial Reconstruction Teams in Afghanistan.

 

Sweden should join NATO

 

Sweden should join NATO but only if it does not lead to a further operational loss for the Swedish Armed Forces. Indeed, NATO would add three important factors to Sweden’s security and defence: 1) Article 5 of the North Atlantic Treaty (1949) would strengthen Sweden’s political deterrence and security; 2) it would allow Sweden to deepen cooperation with NATO and allow it to contribute to the development of the Alliance; and 3) membership would allow Sweden to undertake the military planning and exercises that our defence policy is built upon.

 

These are important considerations for a country like Sweden. The country is no longer ‘neutral’ and it has given a declaration of solidarity to its neighbours and to all EU member states, 90% of which are NATO members. It is an inescapable fact that the security of Sweden, particularly in the present context with Russia’s annexation of Crimea, is dependent on the strength of the country’s partners and institutions. While it will be challenging to convince all of Sweden that NATO membership is in the best interests of the country, being without NATO seems increasingly impotent in providing for Sweden’s security needs.

 

* Oscar Jonsson is a PhD-Candidate at the Department of War Studies King's College London. He has held positions in the Swedish Armed Forces and the EU Institute for Security Studies. He writes here in a personal capacity.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 06:50
Le MGA s’entretient avec la ministre de la défense suédois

 

30/06/2014 Sources : EMA

 

Le 26 juin 2014, le Général d’armée aérienne Gratien Maire, major-général des armées (MGA), a reçu la ministre suédoise de la défense, madame Karin Enström.

 

Le général Maire a conduit cet entretien au nom du CEMA qui effectuait un déplacement en Afrique. A cette occasion, le MGA et madame Enström ont plus particulièrement évoqué la coopération militaire franco-suédoise dans le cadre d’engagements conjoints au sein de l’OTAN et de l’UE. En outre, les deux autorités sont revenues sur la montée en puissance du prochain Groupement Tactique de l’Union Européenne (GTUE), dont la Suède sera nation-cadre au premier semestre 2015. En cas de déploiement, ce GTUE opérerait depuis le Mont-Valérien.

 

Le général Maire et madame Enström ont ensuite fait le point sur les grands enjeux sécuritaires actuels, notamment la crise ukrainienne et la situation centrafricaine, avant d’évoquer la région du Sahel, qui constitue un sujet d’intérêt partagé. A l’occasion de cette rencontre et dans un contexte budgétaire communément contraints, les deux autorités ont pu échanger sur les réformes engagées dans le cadre du projet « cap 2020 ».

 

Enfin, le MGA et madame Enström ont salué les récentes coopérations opérationnelles franco-suédoises. Ils ont ainsi souligné l’engagement des forces suédoises qui, avec leur C17, ont soutenu les militaires français lors du déclenchement de l’opération Serval. Les deux autorités ont également évoqué le déploiement, début 2015, de 250 militaires suédois en RCA dans le cadre de la future MINUSMA.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 12:50
La Belgique est prête pour mener l'EUBG

 

13.06.2014 Belgian Defense

 

Quelque 2.300 militaires de six pays ont participé à l'exercice Quick Lion qui s'est déroulé dans les provinces de Liège et du Luxembourg, du 2 au 10 juin. Ce test a servi d'évaluation finale pour les troupes rassemblées dès le mois de juillet sous la bannière de l'European Union Battle Group (EUBG).

Partager cet article

Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 16:50
photo Composante Terre

photo Composante Terre

 

13 mai 2014 Belgian Defense

 

L'exercice Steady Lion au profit de l'European Union Battle Group s'est achevé le vendredi 9 mai. Un grand exercice de synthèse s'est déroulé pour la circonstance sur l'ancien dépôt de munitions d'Arendonk. L'unité d'intervention rapide de l'EUBG, composée pour l'exercice d'éléments belgo-néerlandais, était déjà à pied d'œuvre la veille dans le Limbourg.

Partager cet article

Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:50
Steady Lion s’achève

 

09/05/2014 Stijn Verboven – MIL.be / Foto Daniel Orban en Guy Pasteels

 

L’exercice Steady Lion au profit de l’European Union Battle Group s’est achevé le vendredi 9 mai. Un grand exercice de synthèse s’est déroulé pour la circonstance sur l’ancien dépôt de munitions d’Arendonk. L’unité d’intervention rapide de l’EUBG, composée pour l’exercice d’éléments belgo-néerlandais, était déjà à pied d’œuvre la veille dans le Limbourg.

 

Le jeudi 8 mai fut intense pour les troupes de l’EUBG. Avec la police locale, elles ont érigé des barrages locaux à Oud-Turnhout et contrôlé les véhicules des habitants à la recherche d’armes et d’explosifs. À Bourg-Léopold et Hamont-Achel, les militaires ont mené des actions cordon-and-search. Ils ont déterminé un périmètre et se sont mis à rechercher des rebelles. Ils en ont trouvé deux ainsi qu’une quantité d’armes à Hamont-Achel. L’un des rebelles a pu être maîtrisé après une brève rixe et l’autre blessé. Ils ont été immédiatement acheminés par hélicoptère vers un hôpital. L’action a été rondement menée en une heure.

 

La conclusion de l’exercice avait lieu le 9 mai avec l’attaque par l’unité d’intervention rapide, d’un camp d’entraînement d’une milice rebelle à Arendonk. Celle-ci a opposé une forte résistance. Les violents échanges de coups de feu ont cependant permis aux militaires de prendre l’avantage et de l’arrêter. Le contrôle du camp a rendu la découverte de diverses caches d’armes et d’explosifs possible.

 

L’attaque du camp rebelle a marqué la fin d’une semaine d’exercice pour une partie considérable du futur EUBG. Le colonel Philippe Boucké, chef de l’EUBG dès juillet prochain, peut être enchanté du chemin parcouru : « L’exercice s’est très bien déroulé. Notre personnel a bénéficié de nombreuses possibilités d’entraînement et aucun accident significatif n’est à déplorer. Je suis donc particulièrement satisfait. »

Partager cet article

Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 11:50
Le Bataillon de Chasseurs à Cheval s’entraîne pour l’EUBG

 

 

10/04/2014 Nadège Godefroid Photos : Daniel Orban – MIL.be

 

Depuis le 2 avril, le Bataillon de Chasseurs à Cheval d’Heverlee organise, dans la province de Luxembourg, un exercice de grande envergure nommé Yellow Lion. Mettant en œuvre près de 400 militaires et 100 véhicules, cet entraînement est une préparation à l’European Union Battle Group (EUBG) 2014-2.

 

« L’exercice a pour objectif de préparer nos éléments mis à la disposition de l’EUBG, avant l’exercice final Quick Lion qui aura lieu en juin » explique le lieutenant-colonel Jan Abts, chef de corps du Bataillon de Chasseurs à Cheval.

 

« Afin de mener à bien notre mission, nous avons déployé deux pelotons sur Pandur ainsi qu’un peloton de voltigeurs. Notre escadron de reconnaissance est également renforcé par une compagnie de reconnaissance luxembourgeoise. » L’escadrille 80 UAV (Unmanned Aerial Vehicule) de Florennes prend également part à l’exercice pour fournir des images aériennes des activités au sol. Enfin, le bataillon se voit doté d’éléments provenant du 1/3 Bataillon de Lanciers de Marche-en-Famenne ainsi que de l’Information Operations Group d’Heverlee.

 

« Le scénario est basé sur celui qui sera appliqué pour les autres exercices de préparation dans le cadre d’EUBG », poursuit le lieutenant-colonel Abts. « Nous nous trouvons dans la province fictive de Marchon située dans le Blue Land. Le pays est en proie à des conflits internes. L’EUBG doit intervenir pour créer un environnement sûr, non seulement dans la province de Marchon, mais également dans le reste de l’État. »

 

L’exercice prendra fin le 9 avril, mais le lieutenant-colonel Abts tire des conclusions de ces cinq jours de terrain : « Nous avons atteint les objectifs que nous nous étions fixés, même si nous avons rencontré quelques problèmes concernant notamment l’opérationnalité de nos véhicules. Mais aucun incident grave n’est à déplorer et les missions ont été correctement effectuées. Je suis donc satisfait du bon déroulement de Yellow Lion. »

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:50
EU battlegroups after the Central African Republic crisis: quo vadis?

 

2nd April 2014 by Niklas Novaky * - europeangeostrategy.org

 

This year will mark the 10th anniversary of the European Union’s (EU) battlegroup (BG) concept. Despite the approaching milestone, the EU is unlikely to celebrate it with much fanfare. This is because, although the EU has deployed three Common Security and Defence Policy (CSDP) military crisis management operations since the first battlegroups became operational in January 2005, none of them have been a BG-operation.

 

The future of the BG-concept was subject to heated debate in the run-up to last December’s European Council, where EU heads of state and government focused on CSDP for the first time since the Lisbon Treaty’s entry into force in 2009. Over the years, many EU countries have become frustrated by the BGs because using them in crisis situations has proven extremely difficult, although they are often hailed as CSDP’s ‘flagship capability’.

 

The latest opportunity to use them came last year when the security climate in the Central African Republic (CAR) deteriorated. In March 2013, the Séléka group, a loose coalition of Muslim militias, overthrew the CAR government of President François Bozizé. After President Bozizé fled the country, Séléka-leader Michel Djotodia became the country’s President. However, the situation in the country deteriorated further after clashes between various Christian and Muslim groups escalated in the second half of 2013.

 

In order to contribute to the international community’s efforts to stabilise the situation in the CAR, the EU began to consider the option of deploying a BG in November. It was considered that the BGs would be an ideal instrument for providing temporary relief on the ground by stabilising the situation in Bangui, the CAR capital. However, the idea of deploying a BG collapsed quickly.

 

In the second half of 2013, the only BG on standby was led by the United Kingdom (UK). However, Britain’s conservative-led coalition government refused to discuss deploying the BG because it would have been extremely difficult for it to justify using the BG for its Eurosceptic domestic audience. In the first half of 2014, the only BG on standby was led by Greece. However, this BG could not be used either because it lacked financial resources. According to member state officials, Greece was also reluctant to deploy the BG for political reasons; since the country has gone through dramatic cuts to balance its budget, deploying the BG would not have been popular among the Greek public.

 

The EU’s inability to use the BGs in the CAR raises tough questions about the future of the BG concept. Finland’s Foreign Minister Erkki Tuomioja, for example, expressed recently that ‘there is something fundamentally wrong in the EU’s capabilities’ if the BGs cannot be deployed when there is a clear need to deploy them. Furthermore, Sweden’s Foreign Minter Carl Bildt saw that the Union’s failure to use the BGs in the CAR could even spell the end of the BG concept as we know it.

 

The Nordics’ frustration is not just words. At the Athens informal EU defence ministerial in February, Sweden proposed that EU defence ministers should hold a workshop to study the conditions under which the BG could be deployed in the future. According to Finnish Defence Minister Carl Haglud, this shows that the member states are finally waking up to the reality that the BG concept simply ‘does not work’ in its current form.

 

In the author’s opinion, there are two options for increasing the deployability of EU BGs. The first one is the modularity idea, which was featured in High Representative Catherine Ashton’s annual report on CSDP in October 2013. According to Ashton, BG modularity ‘would allow incorporating the modules provided by the member states most interested in a given crisis, avoiding a too rigid and prescribed composition of the EU BGs, and allowing for more proportionate contributions according to member states’ means’. In other words, rather than having a rigid pre-determined structure, BGs could be assembled from EU member states’ modules on a case-by-case basis.

 

Modularity is an idea worth testing because it would increase the BGs’ flexibility. However, it is unlikely that it would significantly speed up the EU’s military deployment process. This is because the deployment of BGs would still depend on EU member states’ willingness to contribute the required modules, which is not guaranteed to happen. As the case of EUFOR RCA has show, EU member states have difficulties generating enough forces even for a relatively small operation of 1,000 troops. Thus, it is unclear how BG modularity would change the current dynamics in the EU’s force generation process.

 

In order to work, modularity needs to be complemented with second parallel reform, i.e. increasing common funding for possible BG-operations. In the event that the EU decides to launch a BG-operation, the vast majority of the operation’s costs would currently be funded according to the principle of ‘costs lie where they fall’. This means that each member state participating in a BG-operation would be responsible for covering the expenses of its own contingent without external assistance. The only exception to this rule is a small amount of common costs, which are funded through the Athena mechanism.

 

To improve EU member states’ incentives to participate in BG-operations, common funding should be increased significantly. The best-case scenario would be to have the Athena mechanism fund the majority of BG-operations’ costs. This way EU member states would not have to worry about funding issues at the time when they are making a decision on whether or not to contribute modules to a possible BG-operation. In other words, the idea of using a BG should never again collapse because there would not be enough funding for it!

 

Sweden’s proposal to hold a ministerial workshop on EU BGs is a good one, although it is likely that resolving the BGs’ current structural problems will take much more than one workshop. However, if EU member states could implement modularity in an effective way and increase the level of common funding for possible BG operations, the deployability of EU BGs is likely to increase.

 

 

* Mr. Niklas Novaky is a Doctoral Researcher at the University of Aberdeen. He is also a Visiting Researcher at the Institute for European Studies, Free University of Brussels. He writes here in a personal capacity.

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 12:50
Les "groupements tactiques", ces troupes européennes jamais déployées

 

19/12/2013 par Gaëlle LE ROUX - france24.com

 

Alors que s’ouvre le Conseil de l’Europe, la France veut proposer la création d’un fonds commun pour financer les opérations militaires extérieures. L’Union européenne dispose pourtant d’une défense commune, qui n’a jamais été mobilisée.

L’Union européenne rechigne à envoyer des troupes en Centrafrique. Il y a un an, elle se montrait fort réticente à s’engager au Mali aux côtés de la France. Lors du Conseil de l’Europe, qui s’ouvre jeudi 19 décembre, le président François Hollande apparaît déterminé à impliquer l’Union européenne (UE) coûte que coûte dans les opérations extérieures dont Paris est, depuis plusieurs années, l’instigateur. "L’Europe fait beaucoup mais elle fait ponctuellement. Il faudrait un fonds européen permanent, pas un fonds par opération", a lâché le chef de l’État français le 13 décembre, en marge d’un déplacement au Brésil.

François Hollande compte donc faire officiellement cette proposition lors du Conseil européen. Il n’est pas question, a ajouté le président, que l’Europe finance spécifiquement l’opération française en Centrafrique, les soldats tricolores n'étant "ni les mercenaires ni les gendarmes de l’Europe". Il entend, par cette bourse commune, inciter les pays d’Europe à s’engager davantage sur les terrains extérieurs. Au moins sur le plan financier, comme l’explique Federico Santopinto, spécialiste de la prévention et de la gestion des conflits dans l’UE pour le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (Grip) : "La France considère que ses interventions au Mali et en Centrafrique sont dans l’intérêt de tous les pays membres de l’Union européenne, et qu’il n’y a pas de raison qu’elle en assume seule le coût".

Un outil de défense européen

Pourtant, l’Europe est d’ores et déjà dotée d’un arsenal de défense, commun aux 28 États membres. Dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) ont été notamment créés les "groupements tactiques", une force d’intervention rapide destinée au maintien de la paix, à la prévention des conflits et au renforcement de la sécurité internationale. Ces groupements, appelés aussi "battlegroups", destinés à intervenir partout dans le monde, ont vu le jour en 2004 et sont pleinement opérationnels depuis 2007. Depuis presque sept ans, deux bataillons de 1500 soldats sont constamment mobilisés, les États membres assurant à tour de rôle, par groupe de deux ou trois, cette permanence.

L’objectif, en plus de permettre à l’Union européenne d’acquérir une certaine autonomie militaire, est de permettre une intervention européenne ultra-rapide sur les terrains sensibles. Ainsi, cette "armée européenne" doit pouvoir entamer ses opérations au maximum dix jours après l’adoption, par le Conseil de l’Europe, de la feuille de route d’une l’opération militaire. Leur mission dure au minimum un mois, mais elle peut être prolongée, sur décision de ce même Conseil européen, jusqu’à 120 jours.

Les "groupements tactiques" sollicités par l’ONU

Sur le papier, cet instrument militaire européen a tout pour être redoutablement efficace et apporter à l’Europe une crédibilité concrète en matière de politique extérieure. Mais jamais, en sept ans, ces "groupements tactiques" n’ont été mobilisés. Les occasions n’ont pourtant pas manqué.

En 2007, alors que la force d’intervention rapide européenne venait d’être mise sur pieds, l’ONU a demandé un renfort européen au Tchad et au Darfour, en proie à une crise humanitaire de grande ampleur. Alors que les troupes d’intervention rapide étaient prêtes à partir, l’Union européenne a préféré monter une opération spécifique, Eufor Tchad, qui est arrivée sur le terrain six mois après l’appel à l’aide de l’ONU. Les États membres considéraient, au contraire de l’ONU, que le Tchad n’était pour eux ni une priorité, ni une urgence.

À deux autres reprises, en 2008 et en 2012, l’ONU a appelé l’Europe à mobiliser ses troupes d’intervention rapide pour venir prêter main forte en République démocratique du Congo aux Casques bleus de la Monuc (mission des Nations unies en RDC) et mettre fin aux viols et exactions dans l’est du pays. Faute de consensus entre les Vingt-Huit, les "groupements tactiques" ne sont pas intervenus.

Et une fois de plus en 2013, à en croire le blog très au fait des questions européennes Bruxelles2, ces soldats resteront dans leurs casernes. Début décembre, alors qu’ils s’attendaient à partir pour la Centrafrique de façon imminente, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a fait cesser la mobilisation sous prétexte que le Royaume-Uni n’avait pas encore donné son accord. En la matière, l’opposition de Londres est connue comme le loup blanc : les Britanniques, traditionnellement proches des Américains, estiment que la sécurité européenne est, sur le terrain, assurée par l’Otan.

Manque de volonté politique

"Théoriquement, les ‘battlegroups’ auraient pu intervenir en Centrafrique mais aussi au Mali, [début 2013], leurs statuts entraient dans le cadre de ces opérations, précise Federico Santopinto. Mais le problème, c’est que l’Union européenne n’a jamais fait d’intervention militaire musclée." En cause ? Un manque de volonté des États membres et une absence de politique extérieure commune. "En créant un outil d’intervention commun sans déterminer de politique étrangère commune, le Conseil de l’Europe a mis la charrue avant les bœufs", estime l’analyste.

Et sans politique commune, difficile pour les Vingt-Huit de trouver l’unanimité nécessaire pour décider de la mobilisation de ses forces d’intervention rapide. D’autant que les règles de fonctionnement de ces forces n’incitent pas les pays qui en ont la charge à voter en faveur d’une intervention. Si les troupes d’intervention rapide européennes partent sur le terrain, il revient en effet aux deux ou trois pays en charge des "groupements tactiques" de risquer la vie de leurs propres hommes, mais aussi de financer l’opération en quasi-totalité, au nom de l’Europe.

Finalement, mobiliser ces troupes européennes est presque mission impossible. "La proposition de François Hollande de créer un fonds commun pour financer les opérations de défense est un aveu d’échec des ‘battlegroups’, analyse Federico Santopinto. C’est une solution de repli face au non fonctionnement des outils dont l’Europe dispose."

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 11:35
L'armée belge restera présente en Afghanistan jusque fin 2014

 

14 décembre 2013 RTBF.be

 

L'armée belge restera présente en Afghanistan tout au long de l'année 2014, jusqu'à la fin du mandat de la force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf, dirigée par l'Otan), et affectera au second semestre une frégate à l'opération anti-piraterie Atalanta de l'Union européenne autour de la Corne de l'Afrique, selon le projet d'"engagements opérationnels" approuvé par le Conseil des ministres.Actuellement, 215 militaires belges sont déployés dans ce pays.

 

    "La Belgique maintiendra la plupart de ses contributions actuelles dans les opérations en cours de l'Otan, de l'UE et de l'ONU en 2014", a expliqué samedi le cabinet du ministre de la Défense, Pieter De Crem, dans un communiqué.

 

    En ce qui concerne l'Isaf, la Belgique restera principalement présente sur deux sous-théâtres. Dans le nord de l'Afghanistan, l'armée continuera à participer à la formation de l'armée nationale afghane (ANA) en fournissant des instructeurs dans les centres d'instruction et en soutenant les efforts allemands dans la base de Mazar-i-Sharif. Dans le sud, à Kandahar, où est déployé un détachement d'une centaine d'hommes, six chasseurs-bombardiers F-16 continueront à fournir un soutien aérien aux troupes terrestres de l'Isaf.

 

    La mission de combat des troupes de l'Otan doit prendre fin le 31 décembre 2014. Mais l'Alliance atlantique prépare toutefois depuis des mois une opération "d'entraînement, de conseil et d'assistance" des forces de sécurité afghanes (ANSF), qui doit succéder à l'Isaf sous le nom de "Resolute Support", avec des effectifs allant de 8.000 à 12.000 personnes. Son déploiement effectif nécessite toutefois encore l'aval définitif de Kaboul et la conclusion d'un Sofa ("Status of Forces Agreement", accord régissant le stationnement de troupes), avec une "invitation claire" de la part des autorités afghanes,

 

    Le communiqué de M. De Crem - favorable à titre personnel au maintien d'une présence militaire belge en Afghanistan après 2014, une position qui ne fait pas l'unanimité au sein du gouvernement - ne mentionne aucun préparatif préalable à une participation à "Resolute Support".

 

    En 2014, la Défense poursuivra par ailleurs sa mission de déminage au Liban dans le cadre de la Force intérimaire des Nations unies au Sud-Liban (Finul) et fournira "une capacité limitée de génie de construction", poursuit le communiqué.

 

    Depuis la mi-2009, les Casques bleus belges de la Finul se concentrent sur des tâches de déminage, principalement le long de la "Blue Line", la démarcation tracée par l'ONU après le retrait israélien unilatéral du Liban sud en 2000 pour fixer la frontière libano-israélienne.

 

    Dans le cadre des opérations de l'UE, la Belgique continuera à contribuer à la mission d'entraînement des forces armées maliennes (EUTM-Mali) avec un détachement de "Force Protection" chargé d'assurer la sécurité des instructeurs européens, "éventuellement sous une forme adaptée à partir de mai 2014", selon le cabinet de M. De Crem.

 

    Actuellement, quelque 75 militaires sont déployés au Mali, principalement sur le site de l'académie militaire de Koulikoro, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de la capitale, Bamako, et lieu principal de la formation dispensée aux soldats maliens par les instructeurs européens.

 

    Au second semestre, la frégate "Léopold I" participera à l'opération Atalanta de lutte contre la piraterie somalienne autour de la Corne de l'Afrique, indique encore la Défense. Ce sera sa première mission depuis sa modernisation. Le bâtiment a déjà participé à deux reprises, en 2008 et 2009, au volet naval de la Finul en Méditerranée orientale.

 

    Durant tout le second semestre 2014, la Belgique assurera le commandement d'un groupement tactique (GT) européen - en anglais "EU Battle Group" (EUBG). Au total, 1.800 militaires belges qui seront concernés sur un effectif global de quelque 3.000, fournis par les Pays-Bas, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Macédoine.

 

    Dans le cadre du Programme de partenariat militaire (PPM) belgo-congolais, la Défense "continuera à suivre" le bataillon de réaction rapide des Forces armées de la RDC (FARDC) qu'elle a entrainé en 2013 à Kindu, le chef-lieu de la province du Maniema (est de la République démocratique du Congo), conclut le communiqué.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 11:00
Opérations militaires: il faut "un fonds européen permanent" (Hollande)

 

14/12/2013 latribune.fr

 

La France ne veut plus assumer seule les dépenses liées aux opérations militaires d'urgence. Si convaincre les partenaires européens s'annonce ardu, le Président français s'y emploiera tout de même lors du prochain Conseil européen.

 

"L'Europe fait beaucoup, mais elle le fait ponctuellement. Il faudrait un fonds européen permanent, pas un fonds par opération": François Hollande a plaidé jeudi depuis le Brésil en faveur d'un fonds commun permanent pour financer les opérations militaires.

 A l'occasion du Conseil européen qui se déroulera les 19 et 20 décembre prochain, Paris entend convaincre ses partenaires de créer ce fonds européen, destiné à financer les interventions d'urgence dans les pays en crise.

Il faut dire que la France est engagée dans plusieurs opérations fort coûteuses en Afrique. Si elle ne devrait pas atteindre les 650 millions d'euros qu'a coûté Serval au Mali en 2013, celle en Centrafrique pourrait à son tour faire exploser la facture. Et la France, condamnée à tailler dans les programmes militaires et à rogner les effectifs des armées en période de crise, ne veut plus assumer seule les dépenses.

"Il ne s'agit pas qu'on soit la force armée et qu'on demande à être payé, on n'est pas les mercenaires, ni les gendarmes de l'Europe", a assuré ce samedi le Président de la République.

 

Convaincre les autres pays s'annonce rude

Dès l'intervention franco-britannique en Libye en 2011, les critiques se sont élevées en France pour dénoncer l'apathie des Européens, qui refusent de s'engager militairement pour défendre la sécurité commune. Un fonds européen permanent permettrait de financer les interventions d'urgence jusqu'à ce qu'elles basculent sous statut d'opérations de maintien de paix des Nations unies, et bénéficient dès lors des crédits de l'ONU.

Si Paris aura du mal à convaincre ses partenaires dans un domaine, l'Europe de la défense, où les avancées sont souvent millimétriques, les Européens semblent disposés à accompagner financièrement les interventions militaires dès lors qu'on ne leur demande pas d'envoyer des troupes au sol. Ainsi Berlin, Bruxelles et Londres ont promis une aide en transport aérien de troupes et matériels pour la Centrafrique, et l'UE a décidé de débloquer 50 millions d'euros supplémentaires pour appuyer la montée en puissance de la force africaine qui doit prendre à terme le relais des Français.

 

Urgence sur les Groupements tactiques de l'Union Européenne

Pierre angulaire de cette Europe de la défense souvent qualifiée de "coquille vide", Paris veut bousculer ses partenaires.

"S'il y a une réflexion à avoir d'urgence, c'est sur le concept de groupement tactique. Comment l'utiliser à bon escient dans le cadre d'une relation entre l'Europe et l'Afrique qu'il faut remettre à l'ordre du jour", a estimé mercredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Ébauche d'une force de réaction rapide européenne, les GTUE (Groupements tactiques de l'Union Européenne) existent sur le papier mais n'ont jamais été mobilisés pour répondre aux situations d'urgence. Faute à un manque de volonté politique commune et à un mécanisme lourd qui nécessite l'accord des 28 membres de l'UE avant toute action. "Chacun a pu constater, y compris dans la situation en RCA, que les GTUE ne sont pas au rendez-vous", s'agace d'ailleurs Jean-Yves Le Drian.

Aucune décision ne devrait être prise les 19 et 20 décembre à Bruxelles, mais Paris pousse pour que le dossier "soit traité rapidement".

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 11:45
Battlegroup pour le Centrafrique ? Quand Cathy a dit stop !

Les hélicoptères en RCA ne seront pas européens. Ici, un hélicoptère Puma en route vers le Centrafrique (Crédit : Ministère FR de la défense)

 

Déc 13, 2013 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

Selon nos informations concordantes, la préparation du déploiement de la force de réaction rapide de l’Union européenne en Centrafrique a été stoppée net sur ordre… de la Haute représentante de l’UE, Catherine Ashton.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 10:50
Rapport d’information sur l’Europe de la Défense (synthèse)

 

27 novembre 2013 Assemblée Nationale

 

Déposé en application de l’article 145 du Règlement par la Commission des Affaires Etrangères sur l’Europe de la Défense, et présenté par Mme Elisabeth GUIGOU, Présidente

 

 

SYNTHÈSE DU RAPPORT

 

Lors du prochain Conseil européen, les 19 et 20 décembre 2013, les 28 chefs d’État et de Gouvernement de l’Union européenne examineront les moyens de relancer l’Europe de la Défense. Ce rapport a pour objet de permettre à la Commission des affaires étrangères d’apporter sa contribution à cette réflexion collective.

 

L’émergence de l’Europe de la défense est difficile, mais absolument nécessaire pour au moins cinq raisons :

 

1. Le « pivot » américain doit conduire à un engagement européen plus important dans la gestion des crises.

 

2. Les nouvelles menaces appellent une coopération européenne.

 

3. Les contraintes budgétaires exigent davantage de mutualisation et de coopération.

 

4. La base industrielle de défense européenne doit être préservée et consolidée.

 

5. Enfin et surtout, l’Europe de la défense contribue à l’influence de l’Europe dans la mondialisation.

 

Les avancées qui ont été réalisées dans les années 90 et au début des années 2000, du traité de Maastricht au traité de Lisbonne, ont malheureusement fait long feu.

 

Des décisions ont eu le mérite de faire avancer l’Europe de la Défense dans le passé.

 

Par exemple, les relations avec l’OTAN sont désormais clarifiées, puisque, selon ce cadre, il est admis que l’Union puisse intervenir militairement, soit avec les moyens de l’OTAN, soit avec des moyens nationaux, mais toujours de manière autonome par rapport à l’Alliance atlantique.

 

Autre avancée importante sur le plan conceptuel, le Royaume-Uni a, par la déclaration de Saint Malo, reconnu en 1998 qu’une politique de défense commune peut se développer au sein de l’Union européenne.

 

Le Conseil européen d’Helsinki, en 1999, a fixé l’objectif à l’Union d’être capable de mener à bien les missions de Petersberg, avec des forces devant atteindre l’effectif de 50 à 60 000 hommes, dotées des capacités nécessaires de commandement, de contrôle et de renseignement, ainsi que, en cas de besoin, d’éléments aériens et navals.

 

De réelles avancées au plan industriel ont été réalisées comme la création d’EADS à l’été 2000, ou le lancement, en 1991, des études du programme A400M.

 

Le traité de Lisbonne offre à la PSDC  une panoplie complète d’instruments (SEAE, coopération structurée permanente, etc.).

 

Ces difficultés ne sont pas propres à l’Union européenne. Il n’y a pas d’un côté une Alliance atlantique qui marche et une Europe à la traîne.

 

Tout d’abord, les interrogations croissantes sur l’opportunité du recours à la force concernent aussi bien les États-Unis que l’Europe. Une sorte de brouillard stratégique s’est levé progressivement depuis la crise irakienne. Cette guerre a ouvert un cycle de défiance croissante à l’égard des interventions extérieures qui a pris de l’ampleur au gré des crises : afghane, libyenne puis syrienne. L’intervention au Mali constitue une exception, dans la mesure où les objectifs militaires de l’intervention se sont accompagnés d’une stratégie politique et de développement crédible.

 

La baisse des budgets de défense en Europe a par ailleurs atteint un seuil critique et conduit à des ruptures capacitaires chez certains de nos partenaires, le Royaume-Uni en particulier. La rapporteure formule le vœu que la loi de programmation militaire soit respectée, sans quoi les capacités françaises pourraient elles aussi être mises en cause.

 

Enfin, la nouvelle stratégie américaine se caractérise par la fin de la guerre contre le terrorisme, mais aussi par un pivot vers l’Asie et un moindre engagement des États-Unis au Proche et Moyen Orient. L’envoi de troupes américaines sur des théâtres extérieurs est devenu plus qu’improbable. Les Américains demandent en conséquence aux Européens d’assurer davantage leur propre sécurité et celle de leur voisinage.

 

À ce contexte général s’ajoutent bien entendu les difficultés propres à l’Union européenne, l’absence de consensus entre ses membres sur les questions de défense.

 

Le Royaume-Uni est toujours sur une opposition de principe à l’intégration européenne ce qui n’empêche pas une coopération bilatérale très forte entre ce pays et la France. La crise budgétaire a conduit à de sérieuses réductions des capacités militaires britanniques.

 

La Pologne est entrée dans une phase de prise de distance à l’égard de l’Alliance atlantique qui l’a conduite à se rapprocher de l’Europe. C’est aussi l’un des rares pays européens à avoir une politique d’équipement ambitieuse. Mais la vision stratégique polonaise demeure essentiellement continentale, la Russie demeurant perçue comme une menace.

 

Quant à l’Allemagne, c’est une sorte de puissance militaire en sommeil. En effet, elle s’est, à partir des années 1990, engagée dans le maintien de la paix au-delà de ses frontières, mais l’emploi de la force demeure un tabou qui inhibe les dirigeants allemands, partagés entre le pacifisme et la conscience des responsabilités que l’Allemagne devrait assumer. Néanmoins, l’Allemagne dispose d’un budget militaire appréciable et la transformation de l’armée allemande est réelle.

 

Ce sont les raisons pour lesquelles l’avenir de l’Europe de la défense se situe au moins autant de l’autre côté du Rhin que sur l’autre rive de la Manche.

 

Les propositions sur les trois volets du Conseil européen de décembre 2013

 

Volet 1 : inciter l’Europe à davantage s’impliquer dans la gestion des crises, y compris dans leur dimension militaire.

 

Un consensus a émergé en faveur de ce que l’on appelle « l’approche globale », c’est-à-dire l’idée que la gestion des crises suppose la mobilisation et la coordination de divers instruments militaires et civils. La France soutient naturellement cette orientation, mais défend aussi la ligne que les outils militaires ne doivent pas être dilués ni dénaturés par cette approche.

 

Quatre sujets sont particulièrement importants.

 

1. L’avenir des groupements tactiques européens

 

Les groupements tactiques (Battle groups) de l’Union Européenne sont les seuls instruments de projection militaire de l’Union Européenne. Comme ils n’ont jamais été utilisés, certains États veulent les transformer en outils civilo-militaires alors que la France souhaite qu’ils demeurent des outils combattants, aptes à entrer en premier sur un théâtre d’opération. Ce rapport propose que l’on examine la possibilité de mettre ces groupes à la disposition de l’ONU, dans la phase préalable au déploiement d’une Opération de maintien de la paix (OMP) de l’ONU.

 

2. La plateforme d’aide à la décision

 

L’Union européenne et ses États membres devraient disposer d’une appréciation unique et commune de la situation de niveau stratégique, afin de faciliter la prise de décision, de permettre une meilleure synchronisation des actions de l’Union sur le terrain et de mesurer la performance de celle-ci. L’Allemagne et la Pologne sont favorables à ce projet ; en revanche les Britanniques sont réservés en raison de leur prévention à l’égard de tout ce qui ressemble à un état-major européen.

 

3. La rationalisation des moyens européens

 

Le Conseil doit réfléchir aux moyens de renforcer les pouvoirs de coordination de la Haute Représentante afin que l’Union puisse perfectionner les instruments qu’elle utilise pour mettre en œuvre l’approche globale de gestion des crises. Le fait, par exemple, que le SEAE planifie et conduise des actions de gestion de crise sans avoir le contrôle des instruments financiers de gestion de crise limite considérablement l’efficacité de son action.

 

4. Se préparer aux défis opérationnels

 

Le Conseil n’a pas pour objet de décider de nouvelles opérations, mais d’essayer de définir des stratégies ponctuelles.

 

Ainsi, la France propose une Stratégie de sûreté maritime de l’Union européenne afin de valoriser une approche globale et cohérente des sujets maritimes en capitalisant sur le succès de la mission Atalante. La nouvelle stratégie aurait comme champ d’intervention le golfe de Guinée où l’on constate un développement de la piraterie.

 

Le Conseil est également saisi de propositions dans les domaines de la cyberdéfense, du spatial et de la sécurité des frontières.

 

5. La question de la mutualisation financière des opérations extérieures

 

Cette question ne sera pas abordée lors du Conseil européen de décembre mais il serait logique d’aboutir à une plus grande mutualisation des dépenses induites par les opérations militaires qui contribuent à la défense européenne (élargissement du mécanisme Athena ou contributions volontaires à un fonds OPEX).

 

Volet 2 : améliorer le développement des capacités

 

La diminution des budgets militaires n’a pas spontanément abouti à une mutualisation des moyens. Le réflexe naturel lorsque les budgets baissent est de les réserver à l’industrie nationale. Il est paradoxalement plus facile de faire de la coopération dans le domaine des programmes d’armement lorsque les moyens sont en hausse.

 

Trois sujets sont particulièrement importants.

 

1. Le ravitaillement en vol et l’extension de l’EATC

 

L’initiative européenne sur le ravitaillement en vol est un projet emblématique de la démarche qui vise à optimiser le processus d’acquisition d’équipement et à mutualiser leur emploi. Elle peut se combiner avec une extension de l’EATC, structure de mutualisation des moyens de transport aérien militaire.

 

En proposant que l’EATC prenne en charge le ravitaillement des appareils qui assurent la composante aérienne de sa dissuasion, le ministre français de la Défense fait preuve d’une réelle volonté de faire progresser la mutualisation.

 

2. Les drones

 

La France a choisi d’acquérir 12 drones Reapers fabriqués aux États-Unis, décision qui, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie disposant déjà de Reapers, ouvre la possibilité de créer un « club d’utilisateurs européens » et de coopérer sur l’entrainement et la formation. Cela a été acté le 19 novembre 2013, entre le ministre français de la Défense et ses collègues allemand, grec, espagnol, italien, néerlandais et polonais. L’objectif, à terme, est de développer, à l'horizon 2020, un drone MALE européen de nouvelle génération, dans le cadre de l'Agence européenne de défense (AED).

 

3. Il serait utile de mettre en place des incitations fiscales qui n’existent pas dans l’Union.

 

Volet 3 : renforcer l’industrie de défense européenne

 

La Commission européenne a préparé un texte qui comporte un aspect positif, celui de mettre l’accent sur les concepts d’autonomie stratégique, de l’accès aux technologies et de la sécurité d’approvisionnement. Cela répond à la demande française de définition de la base industrielle et technologique de défense européenne (BITDE).

 

Il faut être vigilant à ce que la Commission ne produise pas de nouvelles normes, par exemple sur le contrôle des exportations. Cette logique bureaucratique, qui conduit à un empilage de normes, est dommageable pour les industries européennes car elle constitue un frein à l’initiative et à l’innovation et affecte in fine la compétitivité.

 

Enfin, certaines pistes proposées dans la communication de la Commission européenne présentent le risque de traiter la défense comme les autres marchés, alors que sa spécificité est incontestable puisque les Etats sont les seuls clients.

 

Les propositions pour une « feuille de route »

 

Le Conseil européen de décembre doit amorcer une nouvelle dynamique de la politique de défense au plus haut niveau politique de l’Union européenne, en prenant des décisions immédiates et concrètes mais aussi en définissant des objectifs et le calendrier des étapes à franchir dans les années qui viennent.

 

Le Conseil européen de décembre ne sera un succès que s’il propose une vision politique à moyen et à long terme, avec une « feuille de route » ambitieuse que les Etats s’engagent à respecter.

 

Le suivi des évolutions rend nécessaire de mettre en place des rendez-vous réguliers du Conseil européen consacrés à la défense, au moins tous les ans.

 

Cinq éléments devraient être présents dans cette feuille de route.

 

1. Faire le bilan de ce qui existe déjà et de ce qui fonctionne

 

Il faut éviter les débats trop institutionnels ou philosophiques qui ne débouchent au mieux qu’à très long terme et se concentrer sur les possibilités que nous offrent les traités pour avancer efficacement (possibilités offertes par la coopération structurée permanente ou l’article 44 du traité sur l’Union européenne), sur les opérations civiles et militaires achevées ou en cours, et sur les progrès concrets réalisés dans le domaine industriel.

 

2. L’élaboration d’une nouvelle stratégie européenne de sécurité

 

Le rapport sur la Stratégie européenne de sécurité, rédigé sous l’autorité de Javier Solana, remonte à 2003. Cette stratégie a été actualisée en 2008, et c’est aujourd’hui le seul texte de référence sur le rôle de l’Union européenne dans le monde et sur une conception commune des menaces.

 

Il serait souhaitable que le Conseil européen donne un mandat aux institutions de l’Union européenne qui seront renouvelées en 2014 et de les charger d’ici 2015 de définir une stratégie européenne de sécurité.

 

3. Clarifier la relation entre la Commission européenne et les Etats membres

 

Aujourd’hui la Commission européenne intervient à deux niveaux dans le domaine de la défense : dans le domaine industriel et dans le domaine de la gestion de crise. Au niveau industriel, il faudra à l’avenir chercher à mieux coordonner les Etats membres, la Commission européenne et l’Agence européenne de défense et à ne pas traiter la défense comme les autres marchés, alors sa spécificité est incontestable puisque les Etats sont les seuls clients. En matière de gestion de crise, les capacités de l’UE sont donc réparties entre différentes entités de la Commission et non regroupées au sein du SEAE.

 

Il serait donc utile que ce Conseil européen initie une réflexion sur la clarification des relations entre la Commission et les Etats membres sur ces deux sujets, car cette absence de cohérence globale entre la politique et les moyens d’action est dommageable pour l’efficacité et la visibilité de l’action extérieure européenne.

 

4. Relancer de grands programmes en coopération.

 

Actuellement, la coopération en matière d’armement est faible. Or, c’est une nécessité pour les Etats européens, afin qu’ils puissent acquérir des équipements de défense, et pour les industriels, afin de maintenir des compétences technologiques de pointe.

 

5. Approfondir le partenariat euro-américain

 

La politique des États-Unis constitue l’un des facteurs majeurs d’évolution de la donne stratégique mondiale, qu’il s’agisse de leur positionnement énergétique ou de leur plus grand intérêt pour la zone asiatique. Pour l’Union européenne, les États-Unis restent le partenaire prioritaire.

 

Le Conseil européen devrait charger le SEAE d’initier une réflexion sur les options possibles pour approfondir le dialogue stratégique entre l’Union et les États-Unis, sur tous les aspects de leurs relations, bien au-delà de la relation classique et nécessaire entre l’Union et l’OTAN.

 

La France a donc une responsabilité historique lors de ce Conseil européen : présenter des propositions, lancer des initiatives concrètes et s’assurer que les décisions prises ne resteront pas sans lendemain.

 

Pour cela, trois conditions doivent être préalablement remplies. D’une part, la volonté politique des autorités françaises doit être suffisamment forte pour saisir cette opportunité. D’autre part, la France doit être à l’écoute de ses partenaires, afin de déceler les ouvertures possibles et éviter de générer des blocages par des propositions qui seraient mal perçues. Enfin, la France doit faire œuvre de pédagogie pragmatique pour expliquer les enjeux et les risques d’un déclassement stratégique de l’Europe.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:50
Préparation de l’état-major de l’EUBG

 

 

02/12/13 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

L'état-major belge se prépare à prendre le commandement de l'European Union Battle Group (EUBG) en juillet 2014. D'où sa participation à l'exercice Adjacent Lowlands en novembre 2013 à Amersfoort, aux Pays-Bas.

 

Photos Daniel Orban >>

 

Une grande tente de campagne est montée à l'abri des barbelés. Les drapeaux réunis de la Belgique, des Pays-Bas, de l'Espagne, du Luxembourg, de l'Allemagne et de l'ancienne République yougoslave de Macédoine flottent au vent. « Bienvenue dans le quartier général de l'EUBG installé dans le pays fictif Blueland », annonce le colonel Philippe Bouqué, chef des troupes de l'EUBG. Il dirige près de 200 militaires dans le QG. Ensemble, ils commandent quelque 3.000 soldats sur le terrain.

 

Adjacent Lowlands est un exercice statique où l'état-major est sans cesse confronté à des problèmes. Aussi doit-il, au cours d'une opération, pouvoir faire face à un crash d'hélicoptère, un accident routier ou la mort d'un militaire. Il est donc essentiel de se préparer efficacement à la direction de l'EUBG. « Ici nous testons les procédures qui nous permettent de hiérarchiser les problèmes en opération », poursuit le colonel Philippe Bouqué. « Nous en conservons certaines, alors que d'autres sont supprimées ou améliorées. »

 

La Belgique n'en est pas à son coup d'essai. Elle a déjà pris le commandement de l'EUBG en 2009. Notre pays avait alors élaboré un scénario d'exercice comprenant des incidents. C'est ce script qui a inspiré le lieutenant-colonel néerlandais Lars De Jonge pour concevoir Adjacent Lowlands. « À chaque fois que nous le réécrivons, il se bonifie », lance-t-il.

 

Adjacent Lowlands est le premier exercice préparatoire d'envergure pour l'EUBG sous la direction belge. Ces préparatifs prendront finalement vie en juin 2014 lors de l'exercice grandeur nature Quick Lion. Tous y seront impliqués, du soldat au général.

 

Vidéo : Erwin Ceuppens

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 21:50
Des députés français pour un rôle militaire accru de l'UE

 

29/11/2013 par Emmanuel Jarry - zonebourse.com (Reuters)

 

Des députés français plaident dans un rapport rendu public vendredi pour l'utilisation de forces européennes, les "groupements tactiques européens", dans les phases de démarrage des opérations de maintien de la paix.

 

La présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, Elisabeth Guigou, estime que la situation actuelle en Centrafrique est un cas typique dans lequel ces GTUE pourraient être mis à la disposition de l'ONU.

 

"Il serait souhaitable que l'Union participe aux actions de stabilisation de la République centrafricaine", écrit-elle dans ce rapport, fruit d'un travail majorité-opposition.

 

Mis sur pied en 2007, les GTUE représentent chacun une force d'environ 1.500 hommes, fournis à tour de rôle par les Etats membres. Ils sont mis en alerte deux par deux pour six mois.

 

Ils constituent le seul instrument commun de projection de forces et de réaction rapide de l'Union européenne. Mais ils n'ont jusqu'ici jamais utilisés, alors qu'un groupe en alerte lors de la crise malienne, par exemple, était constitué de soldats français, allemands et polonais.

 

De même, le groupe en alerte lors du lancement de l'opération de démantèlement des armes chimiques syriennes, composé de soldats britanniques, n'a pas été utilisé.

 

Selon le rapport de la commission des Affaires étrangères, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie proposent de réduire l'ambition des GTUE en les dédiant à des actions dites de basse intensité ou à des missions non combattantes.

 

Elisabeth Guigou et les autres auteurs du rapport s'élèvent contre cette suggestion et dénoncent un manque de volonté politique des Etats membres.

 

EUROPE DE LA DÉFENSE EN PANNE

 

Ils plaident aussi pour une mutualisation des dépenses induites par les opérations militaires extérieures "qui contribuent à la défense européenne".

 

Ce rapport se veut une contribution à une relance de l'Europe de la défense en panne, censée être au menu du Conseil européen des 19 et 20 décembre.

 

La politique de sécurité et de défense commune, auquel ce dernier sommet des dirigeants européens en 2013 devait initialement être consacré, n'est plus qu'un chapitre de l'ordre du jour parmi d'autres, notamment l'union bancaire.

 

Interrogée sur le risque de voir cette question de nouveau expédiée au sommet de Bruxelles, Elisabeth Guigou, répond : "Oui j'ai cette crainte. C'est pour ça que j'ai fait ce rapport."

 

Ce document invite les dirigeants de l'UE à se mettre au moins d'accord sur une "feuille de route" prévoyant notamment l'élaboration d'une nouvelle stratégie européenne de sécurité.

 

Aujourd'hui, le seul texte de référence sur le rôle de l'UE dans le monde et sur une conception commune des menaces pesant sur elle a été rédigé en 2003 et actualisé en 2008.

 

Il serait "souhaitable" que le Conseil donne mandat aux institutions de l'UE de définir une nouvelle stratégie d'ici 2015, dit le rapport de la commission des affaires étrangères.

 

RISQUE DE DÉCLASSEMENT STRATÉGIQUE

 

Il invite aussi le Conseil à inscrire dans cette feuille de route une relance des programmes de coopération en matière d'armement et l'élaboration d'un partenariat renouvelé avec les Etats-Unis, dont l'attention se tourne aujourd'hui vers l'Asie.

 

Les auteurs du rapport estiment enfin que c'est à la France de jouer les aiguillons au sommet de décembre et de s'assurer que les décisions éventuellement prises ne resteront pas sans lendemain. "Seule la France peut impulser une nouvelle dynamique dans le domaine de l'Europe de la défense", écrivent-ils.

 

Le rapport insiste sur le risque d'une "rupture capacitaire" et d'un "déclassement stratégique" de l'UE en raison de l'impact des restrictions budgétaires sur les dépenses de défense.

 

Les dépenses militaires cumulées de la France, du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de l'Italie ne représentent plus que 13% des dépenses mondiales contre près de 20% en 2000, souligne le rapport, qui juge l'industrie de défense européenne en danger.

 

Dans un domaine où l'Europe se caractérise par une très forte hétérogénéité des budgets de défense, des conceptions en matière de stratégie et de coopération et d'implication dans les questions de sécurité, ses auteurs plaident pour une convergence entre la France, le Royaume-Uni, la Pologne et l'Allemagne.

 

Cette convergence, favorisée par la prise de distance de la Pologne avec l'Otan, se heurte aux réticences de Berlin envers toute intervention extérieure et à l'opposition britannique de principe à une intégration européenne. (Edité par Yves Clarisse)

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 17:50
Centrafrique: quel soutien européen pour l’intervention française ?

 

29 novembre 2013 par François d'Alançon – Vues du monde

 

La France s’apprête à jouer une nouvelle fois jouer le rôle du gendarme en Afrique.

 

François Hollande et son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ont annoncé le déploiement d’un millier d’hommes en République Centrafricaine (RCA) pour une période « de l’ordre de six mois« . Le calendrier de l’intervention est conditionné au vote dans les prochains jours d’une résolution par le Conseil de sécurité des Nations unies qui lui donnera un cadre légal.  L’opération consisterait à assurer la sécurité des principaux axes routiers et des grandes agglomération. Dans un deuxième temps, l’armée française appuierait la Mission Internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA), la force de maintien de la paix de l’Union africaine en RCA.

A la veille du conseil européen des 19 et 20 décembre 2013, en partie consacré aux questions de défense et de sécurité, la question se pose du partage du fardeau entre pays européens, quand la plupart d’entre eux n’ont aucune envie d’intervenir militairement aux côtés de la France, même s’il s’agit de la gestion des crises dans la façade sud du Vieux continent et donc, de la sécurité commune des européens.

L’Union européenne doit contribuer au financement de la MISCA, tout comme les États-Unis. De même, elle devrait apporter un appui à sa planification.

 

Sur le papier, plusieurs formes de soutien européen sont possibles:

- le déploiement des « battlegroups » ou « groupements tactiques » européens

Crées en septembre 2004, composés de 1 500 hommes, déployables en 15 jours pour une période d’au moins 340 jours, ils sont les seuls instrument de projection militaire de l’UE mais n’ont jamais été utilisés, faute de volonté politique. Lors de la crise du Mali, le groupe en alerte (France-Allemagne, Pologne) n’a pas été mobilisé. Certains pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie veulent les transformer en outils de gestion civile pour des actions de basse intensité ou non-combattantes.

Le groupement tactique actuellement en alerte se trouve être composé d’éléments britanniques, néerlandais et baltes, sous commandement britannique. Rien n’indique que Londres, La Haye et les autres capitales concernées donnent leur feu vert politique. Ne parlons pas du groupement tactique suivant, composé de Grecs, Roumains, Bulgares, Chypriotes et Ukrainiens…

- la mise en œuvre d’une mission ou opération militaire européenne de type EUFOR

Ce processus peut prendre plusieurs mois.

- des contributions bilatérales de pays européens en matériel, éléments logistiques, avions de transport, ravitailleurs, radio-communication.

- vers un « fonds OPEX européen » ?

Actuellement, les opérations conduites par un État membre sont entièrement à sa charge même lorsqu’elles bénéficient du soutien politique de l’Union, comme c’est le cas pour l’opération Serval au Mali (637 millions d’euros en 2013).

Dans un rapport d’information de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale sur l’Europe de la Défense, le groupe UMP a proposé la création d’un « fonds OPEX européen » pour le cofinancement par les États membres, en proportion de leur PIB,  des opérations militaires conduites par un membre de l’Union pour la sécurité commune de l’Europe. Mais cela reste pour l’instant une idée franco-française à faire partager par les autres pays européens.

En attendant ce très hypothétique engagement européen, la France endosse les habits du gendarme dans un pays « au confluent de la crise sahélienne, de celle de l’Afrique de l’Est et de celle de l’Afrique centrale et des grands lacs« .

Comme si l’outil militaire était le seul à pouvoir enrayer la spirale du chaos dans cette vaste zone de non droit, sans États et sans institutions, ouverte à tous les réseaux et à tous les trafics.

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:50
EUBG 2014-2, un défi pour la Défense

 

22/11/2013 Communiqué de presse 125

 

Pour la seconde fois, la Défense belge prendra la direction du « European Union Battle Group (EUBG) ». Elle sera prête de juillet à décembre 2014 à intervenir en cas de besoin avec le support d’environ 3000 militaires.

 

Le concept de l’EUBG existe depuis 2005. Les pays mettent à disposition de l’Union Européenne des moyens militaires à tour de rôle, et ce pour une période de six mois. Dans un délai très court, ces moyens peuvent être engagés dans une opération approuvée par l’Union Européenne.

 

Du 18 au 29 novembre 2013 à Amersfoort (Pays-Bas), l’exercice « Adjacent Lowlands» est organisé pour rassembler pour la première fois tous les pays contributeurs et entrainer le quartier général de l’EUBG 2014-2. Les pays participants sont la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Grand-Duché de Luxembourg, l’Espagne et la FYROM (Former Yugoslav Republic of Macedonia). Au cours de cet exercice, les différentes procédures, la coopération entre les différentes nations et la réaction sur une variété d'incidents seront testés.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 11:50
Royal Marines prepare themselves during a public order demonstration [Picture: Corporal Lu Scott, UK MoD]

Royal Marines prepare themselves during a public order demonstration [Picture: Corporal Lu Scott, UK MoD]

21 May 2013 Ministry of Defence

 

Royal Marines from 42 Commando have been exercising their hostile action skills with EU partner forces on Salisbury Plain.

 

The Royal Marines and personnel from Lithuania, Latvia, Sweden and the Netherlands all form the EU Battle Group (EUBG) which provides a military rapid response force. All these countries took part in the exercise which took place last week.

The EUBG is made up of an infantry battalion with additional combat support, combat service support, and enablers, totalling between 1,500 and 3,000 military personnel.

During the exercise, the EUBG personnel were faced with a number of scenarios including dealing with hostile action at a checkpoint and controlling a public disturbance.

Dr Andrew Murrison
Dr Andrew Murrison addresses troops on Salisbury Plain [Picture: Corporal Lu Scott, Crown copyright]

Minister for International Security Strategy, Dr Andrew Murrison, who attended the exercise, said:

Our primary focus remains on delivering European capabilities through NATO, but the EU can have a very important role in taking on tasks that are not suitable for NATO.

The UK supports the EU’s complementary defence role and has consistently made it clear that we would like to see many of our European partners do more to generate greater deployable capability, whether that’s through mechanisms such as the EUBG or bilaterally through arrangements such as the UKNL [UK/Netherlands] Amphibious Force, which recently celebrated its 40th anniversary.

I found the capabilities demonstrated on Salisbury Plain deeply impressive. The EUBG is an adaptable and capable force and also an effective vehicle for improving the armed forces of member states. It is very clear that the militaries of the 5 contributing nations are at ease with one another and ready to deploy together if the need arises.

The UK supports the EUBG and our participation this year follows similar contributions in 2005 and 2008, when we provided battle groups on a UK national basis, and in 2010, when the battle group was based on the UKNL Amphibious Force.

Salisbury Plain Training Area is maintained by the Defence Infrastructure Organisation (DIO), which delivers the Training Service.

Lieutenant Colonel Mark Hiskett, Principal Training Safety Officer, DIO Ops Training South West, said:

DIO’s priority is to support our Armed Forces and their allies as they prepare for operations. This exercise was the first of its kind for us and was an essential opportunity for these disparate organisations to come together and conduct joint planning and training.

The size and nature of Salisbury Plain means that it offers excellent training facilities, ideal conditions and the perfect backdrop for complex and diverse exercises such as these.

At over 38,000 hectares (94,000 acres) the Plain is the UK’s largest training area and offers first-class and diverse training facilities to enable the British Army to meet its training requirements to prepare for operations worldwide.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:53
CBA Vouilloux : « La démilitarisation de l’Europe est suicidaire »

 

30 mars 2013 ActuDéfense

 

Le chef de bataillon Jean-Baptiste Vouilloux, à l’occasion de la sortie de son ouvrage « La démilitarisation de l’Europe », a répondu aux questions d’ActuDéfense. Il rappelle que ses propos n’engagent que lui et en aucun cas l’institution militaire.

 

ActuDéfense : Vous décrivez dans l’ouvrage que vous venez de publier, « La démilitarisation de l’Europe », le processus par lequel nos pays ont progressivement réduit leurs budget de Défense. Quels ont été les grands moteurs de cette démilitarisation ?

 

CBA Jean-Baptiste Vouilloux : Depuis 2009, les Etats membres de l’Union européenne réduisent leurs budgets de défense avec constance et détermination : de 2010 à 2012, 21 des 27 Etats membres de l’Union Européenne ont baissé, ou simplement maintenu, leur budget de dépense. Parmi eux, 7 ont consenti des coupes de plus de 10%. A l’inverse, les dépenses militaires augmentent sur tous les autres continents : il existe donc un particularisme européen dont je tente de comprendre l’origine dans ce livre.

 

Bien évidemment, la crise financière de 2008 a accéléré cette dynamique de démilitarisation, mais celle-ci puise ses racines beaucoup plus profondément. En effet, les populations européennes, martyrisées par deux guerres mondiales, ont voulu conjurer une Histoire belliqueuse et meurtrière. La construction européenne s’est donc bâtie sur un projet profondément idéaliste, visant à bannir les rapports de force dans les relations internationales. Cette démarche fut un succès, puisque l’Europe a connu la plus longue paix de son histoire (à l’exception notable des Balkans).

 

Par ailleurs, les institutions militaires européennes ont été profondément ébranlées, et remises en cause, par les mutations sociétales des années 1960. Enfin, la disparition de la menace soviétique et la conviction que les Etats-Unis protègent l’Europe ont renforcé le sentiment diffus que, finalement, les armées ne servaient plus à grand-chose. Volonté de sortir de l’Histoire, éloignement de la guerre, culte du soft power, déresponsabilisation stratégique, tous ces ingrédients expliquent qu’en période de crise économique, les budgets de défense sont les premiers sacrifiés en Europe.

 

Les Européens ont-ils tous la même approche de cette question ? Suivent-ils tous cette même tendance dans les mêmes proportions ?

 

Au-delà de ces facteurs communs, les pays européens traduisent différemment cette démilitarisation. En simplifiant beaucoup, et au risque de paraître caricatural, la plupart des pays d’Europe centrale et orientale, à l’exception de la Pologne, pratiquent la politique du moindre effort en termes de défense et appuient leur stratégie sur le bouclier américain. D’autres pays (Grèce, Espagne, Portugal), littéralement asphyxiés par la crise économique, n’investissent plus dans leur défense et sacrifient des pans capacitaires complets. Par ailleurs, des Etats comme les Pays-Bas, l’Autriche ou la Belgique, tâchent encore de participer aux coalitions internationales mais ont quasiment renoncé aux capacités conventionnelles de haute intensité.

 

Quant à l’Allemagne, elle aurait les moyens de devenir la première puissance militaire européenne (nucléaire exclue) mais s’y refuse politiquement. Enfin, la Grande-Bretagne et la France, qui peuvent encore aspirer au statut de grande puissance militaire, sont soumises à des pressions budgétaires qui les contraignent à reconsidérer leur niveau d’ambition. On le voit donc, à des degrés divers, tous les Etats membres de l’Union Européenne sont touchés par cette dynamique de fond : il n’y a guère que la Suède qui envisage d’augmenter son budget de défense dans les années à venir.

 

Vous sous-titrez votre ouvrage « un suicide stratégique ? », laissant supposer par ce point d’interrogation une incertitude. Pourquoi ce terme et qu’est-ce qui vous laisse penser que cette tendance à la démilitarisation est un processus dangereux ?

 

La mondialisation correspond à une ouverture économique et culturelle, mais n’a en rien éradiqué les rapports de force dans les relations internationales, bien au contraire. C’est fort de ce constat que les puissances émergentes investissent massivement dans le secteur de la défense. Ce décalage entre l’Europe et le reste du monde est d’autant plus préoccupant que notre proche périphérie est hautement anxiogène : qu’il me suffise d’évoquer les conséquences incertaines du printemps arabe, l’implosion de la Syrie, les risques d’escalade entre l’Iran et Israël, sans parler des rodomontades russes. Par ailleurs, absorbés par leur nouvelle stratégie asiatique, les Etats-Unis se désengagent sensiblement de cette partie du monde et il n’est pas certain qu’ils garantissent notre sécurité ad vitam aeternam. Dans ce contexte, la démilitarisation de l’Europe est suicidaire et j’assume la violence de ce terme. Pour autant, j’utilise le point d’interrogation car je suis convaincu qu’il n’est pas trop tard. En effet, l’extraordinaire patrimoine militaire de l’Europe ne sera pas effacé d’un trait de plume. De plus un nombre croissant de penseurs et de décideurs politiques prennent conscience de ces enjeux et comprennent que les Européens ne seront plus capables de défendre leurs intérêts en poursuivant sur cette voie.

 

Beaucoup considèrent que les mutualisations et les coopérations européennes constituent l’unique solution pour remédier à cette pression budgétaire qui touche de plein fouet les budgets de défense. Qu’en pensez-vous ?

 

Puisque les Etats membres de l’Union Européenne n’ont plus les moyens de financer leurs outils de défense, autant mutualiser : c’est le fameux « Pool it or loose it » évoqué par Catherine Ashton. L’équation est séduisante… mais un peu simpliste. En effets, les projets de coopération trop ambitieux fonctionnent mal car les programmes strictement nationaux ont l’avantage de préserver les intérêts industriels des Etats. De plus, quand trop de pays sont impliqués dans un programme, les exigences de chacun et les différentes versions développées entraînent du retard et des surcoûts, c’est-à-dire l’inverse de l’effet recherché. En fait, pour l’instant, les programmes de coopération qui marchent vraiment impliquent un petit nombre de pays aux ambitions semblables, et sur des capacités qui n’impactent pas leur souveraineté. Quant aux unités multinationales, elles se heurtent aux différences de culture et aux divergences politiques des gouvernements concernés. Les Européens seront mûrs pour des grands projets de mutualisation quand ils développeront une vision stratégique commune et rationaliseront leur industrie de défense à l’échelle européenne, ce dont on est encore loin.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:55
La Belgique et les Pays-Bas s'engagent à renforcer leur coopération militaire

 

29 février 2012 RTBF.be

 

La Belgique et les Pays-Bas se sont engagés mercredi à renforcer leur coopération militaire dans l'année, en étudiant des projets concrets, comme la formation en commun de pilotes d'hélicoptères et de parachutistes ou l'achat d'équipements individuels pour les fantassins, avant, peut-être l'acquisition à terme ensemble de nouveaux avions de combat, ont indiqué les ministres de la Défense des deux pays.

 

"Nous allons faire plus dans les prochaines années", a affirmé le ministre néerlandais, Hans Hillen, lors d'une visite de son homologue belge, Pieter De Crem à la grande base navale de Den Helder (nord-ouest des Pays-Bas), qui abrite depuis 1996 un état-major opérationnel binational commun aux deux marines, "l'amiral Benelux" (ABNL).

 

Pieter De Crem était accompagné par des membres de la commission de la défense de la Chambre, dont plusieurs l'avaient récemment interrogé sur les formes de coopération militaire multinationales dans lesquelles l'armée belge est engagée et qui sont appelées à se multiplier sous l'appellation de "Pooling and Sharing" - en français "partage et mutualisation" - au sein de l'Union européenne et de "Smart Defence" pour l'Otan.

 

Cette coopération maritime, aussi appelée Benesam, "se passe bien et est exemplaire", a souligné Hans Hillen devant la presse belge et néerlandaise, en assurant qu'il s'agissait d'un "produit d'exportation" au moment où les pays de l'Otan et de l'UE sont contraints de réduire leurs budgets militaires.

 

Au fil des ans, la coopération opérationnelle s'est étendue aux aspects de formation et logistiques, a expliqué le "patron" de la Marine belge, l'amiral de flottille Michel Hofman, parlant opération "win-win". La frégate belge "Leopold 1" est ainsi en cours de modernisation à mi-vie dans l'arsenal néerlandais de Den Helder qui entretient les navires de ce type, alors que les chasseurs de mines des deux pays (six et cinq) sont entretenus par la marine belge à Zeebruugge.

 

"C'est un succès à élargir", a pour sa part lancé Pieter De Crem. Il a cité des exemples de nouvelles coopération en cours ou envisagées entre les deux armées, comme la formation en commun de pilotes d'hélicoptères - les deux pays ont acheté de appareils de type NH90 dans des configurations embarquées quasi-identiques - et des para-commandos, la mission de police aérienne assurée par les forces aériennes de chaque pays et la participation conjointe à des groupements tactiques européens (EUBG, des unités "en stand by" par semestre. Il a également évoqué une collaboration pour la mission de police aérienne assurée par les chasseurs F-16 des deux pays sous l'appellation de "Quich Reaction Alert" (QRA).

 

A terme, Belgique et Pays-Bas pourraient aussi acheter en commun, avec le Danemark et la Norvège, l'avion de combat qui succédera aux actuels F-16. "Mais aucun des deux pays n'a encore choisi" cet appareil, a souligné Hans Hillen, bien que les Pays-Bas soient fortement engagés dans le programme de chasseur américain F-35, alias "Joint Strike Fighter" (JSF), dont ils ont acheté deux prototypes.

 

Hans Hillen s'est toutefois dit confiant qu'à terme les deux pays feront "le même choix".

Partager cet article

Repost0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 06:50

http://defesaglobal.files.wordpress.com/2011/06/dscf6095b.jpg

 

June 27, 2011 by DEFESA Global

 

Since June 20, the Portuguese Army is conducting in the north of the country a training exercise with the aim of training the EUROFOR based EUBG 2/2011 high readiness military contingent.

 

The live exercise designed DRAGÃO/PADRELA 11 include the participation until June 29 of 1374 troops from Portugal, France, Spain and Italy in an geographic area comprising Vila Real and Vila Pouca de Aguiar cities.

 

From July 01, EUBG 2/2011 will be in standby for a period of six month. If necessary, the force of 1792 soldiers (740 Portuguese, 432 elements from Spain, 177 French troops and 443 Italians) could be projected anywhere in the world. EUBG 2/2011 HQ is located near Paris, France.

 

The French Army contingent is participating with several wheeled vehicles including the TRM 10000 tractor truck, GBC 180 heavy trucks, Scania trucks based fuel tankers, P4 light utility vehicles and as well as two PVP light armoured vehicles and VLRA TPK 4.25 light truck equipped with MISTRAL air defence system.

 

The Portuguese Air Force has participated in the exercise with the AW101 Merlin medium tactical transport helicopter and support equipment and maintenance personnel as well as a TACP team.

 

A newly received shelter based secured/encrypted communications system is being used by the Portuguese troops during the exercise. Due to sensitive issues, no additional information has been provided regarding this specific equipment.

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories