Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:45
EUFOR RCA: tough start, smooth end

 

13 March 2015 Thierry Tardy Alert - No17 -  EUISS

 

On 15 March, the EU-led operation in the Central African Republic (CAR), EUFOR RCA, came to an end after slightly less than a year. The ninth EU military operation in the framework of the Common Security and Defence Policy (CSDP) was launched in April 2014 and deployed to the capital city, Bangui.  Mandated to provide stability in parts of Bangui, as well as secure the city’s airport for an initial period of six months, it was later renewed for a further three months before handing over to the UN operation (MINUSCA).

While the process of establishing the mission was painful and doubts were expressed over its added value, EUFOR RCA seems to have delivered on its mandate and contributed to stabilising the situation in Bangui. Sustaining these achievements – in part through the new EU advisory mission – is now one of the main challenges ahead.

 

Download document

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:45
photo EMA / Sangaris

photo EMA / Sangaris

 

19/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 13 mars 2015, la force Sangaris, qui contrôlait « le point kilométrique » PK12 au nord de Bangui, a transféré le poste de contrôle aux forces de sécurité intérieures (FSI) centrafricaines.

 

Point de passage stratégique pour l’approvisionnement des commerces de Bangui, un poste de contrôle fixe y avait été installé dès le déploiement de la force Sangaris afin de rétablir la libre circulation de la population et des biens. Le transfert du contrôle de ce point auprès des FSI est réalisé de façon progressive depuis mi-février.

 

Depuis la fin des consultations populaires dans le pays, les restitutions populaires ont fait l’objet de la préparation d’un rapport de synthèse qui permettra à l’Etat de transition de définir la date et les contours du Forum de Bangui. A Bangui, la prise à partie de la force par un groupe de trafiquants laisse présager du refus de certains de voir se restaurer l’autorité de l’Etat.

 

Environ 1 700 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 9 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

photo EMA / Sangarisphoto EMA / Sangaris
photo EMA / Sangaris

photo EMA / Sangaris

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 17:45
photo EUFOR-RCA

photo EUFOR-RCA

 

16/03/2015 EUFOR-RCA

 

A mission of the United Nations Security Council visited EUFOR last week in order to assess the situation in the Central African Republic.

 

Representatives of the 15 members of the organization currently chaired by France arrived in Bangui for a 48 hours stay, and attended meetings with transition authorities and the international community.

 

The group was welcomed in camp UCATEX by General Philippe Pontiès, Operational Commander of EUFOR RCA, and was briefed on the work and the results obtained by European soldiers.

 

According to the French ambassador to the United Nations, François Delattre, the visit aims in supporting efforts to end the crisis and move towards stability after more than a year of hostilities between former Séléka rebels and anti-Balaka militia.

 

Meanwhile, US Ambassador, Samantha Power assessed that security conditions have improved, although thousands of people remain displaced.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 15:45
photo EUFOR-RCA

photo EUFOR-RCA

 

15/03/2015 EUFOR-RCA

 

After 11 months of intensive operations EUFOR RCA has successfully completed its mission in Bangui and all components have left the Central African Republic to return to their countries, but at the same time the European mission EUMAM is deployed, to facilitate the reorganization of the Central African armed forces.

 

After having handed over the responsibility of the airport one the 17th of November, EUFOR has transferred the responsibility of both 3rd and 5th districts to MINUSCA on the 28th of February, at a symbolic parade with all International Forces and Transitional Authorities.

 

Initially agreed for a period of 6 months after achieving full operational capability of the force, the mandate of EUFOR RCA actually lasted 9 months, after the Central African authorities and the United Nations requested an extension, deploying on the ground about 750 soldiers from 14 European Countries.

 

During the last 11 months, the level of security in Bangui has significantly improved, facilitating the deployment and actions of humanitarian actors embodying a global approach which is the higher level benefit of the operations of the European Union. IDPs are going back to their homes while the first refugees are begining to return to Central African Republic. And thus the economic and social life has restarted, the iconic PK5 market continues its development, freedom of movement of people has improved significantly, and all Bangui communities have begun reconciliations to regain their life together.

 

In his last speech delivered at UCATEX base to the lined-up EUFOR RCA Units, General Jean-Marc Bacquet, Force Commanders of EUFOR RCA, praised the continuous efforts of the European soldiers deployed in Bangui, to attain a safe and secure environment and to allow humanitarian organizations to provide aid and displaced persons to return home.

 

During the final farewell, addressed to the Central African authorities on the 13th of March, the Ucatex compound was named “camp Moana” in honor of the French Master Corporal Moana Heiarii who died for EUFOR in the fulfilment of his mission on November 5, 2014; in his speechGeneral Philippe Pontiès, Operational Commander of EUFOR RCA said: “My wishes for success are finally going to EUMAM, which will extend in other forms the dynamics of EUFOR RCA, showing the determination of the European Union to continue to play an active role alongside the United Nation, for the population and in support of the transition process and reconstruction work in Central African Republic.”

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 15:45
Mission accomplished for the French Contingent of EUFOR RCA and for the representatives of Netherlands and Hungary

 

12/03/2015 EUFOR-RCA

 

With a simple but exciting farewell ceremony held in camp Ucatex, ended the mission for the French contingent and for the representatives of Netherlands and Hungary.

 

The French contingent, composed of Army and Gendarmerie has been the largest contribution to EUFOR RCA.

 

The tour of duty of the ‘black stork’ – the nickname of the Régiment de Marche du Tchad– was marked by a number of successful achievements in terms of improvement of the security in the 3rd and 5th Districts of the Central African Capital.

 

The establishment of a steady presence at the border between these sensitive areas has triggered an increase of freedom of movement and trade, while a number of dialogue initiatives were launched in order to foster inter-community reconciliation and the return of Internal Displaced Persons.

 

The cooperation with the EUFOR’s Integrated Police Unit on the one hand and the UN Forces on the other, was certainly one of the distinctive marks of the Multinational Battalion, whose core was formed by the ‘Black Storks’, side by side with Georgian’s Army troops.

 

The French gendarmerie served in the framework of the Integrated Police Unit (IPU) of the European Gendarmerie Force, alongside Polish, Spanish and Lithuanian comrades; they took effectively part in all operations aiming to ensure freedom of movement and a safe environment in the 3rd and 5th Districts of Bangui, where they became a reassuring and popular presence for the population, as witnessed in the local media as well.

Mission accomplished for the French Contingent of EUFOR RCA and for the representatives of Netherlands and Hungary

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 15:45
Les forces de l'Union européenne ont quitté Bangui

 

18/03/2015 Par Anthony Fouchard – LeFigaro.fr

 

Bangui - Les massacres ont cessé dans la capitale centrafricaine, mais les tensions persistent et les opérations de désarmement successives n'ont eu que peu d'effet.

 

Les patrouilles de la force de l'Union européenne (Eufor) se sont arrêtées voici quelques jours. Le 15 mars, les derniers soldats européens ont quitté Bangui. Réclamée par la France, l'Eufor-RCA avait pour mission de sécuriser le quartier de l'aéroport ainsi que le 3e et le 5e arrondissement, la frontière de ces deux quartiers étant un point de friction important entre les communautés musulmane et chrétienne.

 

La force «Sangaris» délestée de ces points noirs sécuritaires se trouvait ainsi en mesure de réorienter ses actions dans le reste du pays. Mais la mission a bien failli ne jamais voir le jour. Les pays volontaires ne se sont pas bousculés pour y participer et la France a dû assurer la plus grosse contribution avec 250 hommes.

 

Le général Philippe Pontiès, en charge de l'opération, préfère voir le verre «à moitié plein». «Si l'on considère que l'Eufor était une mission de transition, alors oui: mission accomplie.» Les motifs de satisfaction sont réels. Les massacres et autres exactions ont cessé à Bangui et le camp de réfugiés de l'aéroport (qui compte encore près de 20.000 personnes déplacées) reste un lieu sûr pour la population traumatisée. Les organisations humanitaires circulent à peu près correctement et les marchés emblématiques des quartiers réapprennent doucement à vivre.

 

«Quand on voit que le second pays contributeur en termes d'hommes à la force Eufor est un pays non membre de l'UE (la Géorgie, avec 150 soldats, NDLR), cela pose question bien entendu» - Général Philippe Pontiès, en charge de l'opération

 

Pourtant, les tensions persistent autour du 5e arrondissement, qui abrite la majorité de la population musulmane. Le banditisme et la criminalité en général font des ravages. «Les armes qui circulent rendent la pacification très compliquée», confie un militaire de l'Eufor. Les opérations de désarmement successives n'ont eu que peu d'effet. La population craint toujours un regain de violence et préfère conserver des moyens de défense.

 

L'Union européenne réorganise son dispositif en une mission (Eumam pour Mission de conseil militaire de l'UE) composée de 60 formateurs, chargés entre autres de conseiller le gouvernement quant à la réhabilitation des Forces armées centrafricaines (Faca) appelées à redevenir l'armée nationale.

 

Comme l'Eufor, cette seconde mission a prouvé la difficulté des pays européens à se mobiliser. La France fournit à elle seule 20 formateurs alors que dix autres pays partenaires se répartissent les 40 personnels manquants. «Quand on voit que le second pays contributeur en termes d'hommes à la force Eufor est un pays non membre de l'UE (la Géorgie, avec 150 soldats, NDLR), cela pose question bien entendu», glisse le général Pontiès.

 

L'Eufor-RCA aura été un test de réactivité et d'efficacité pour les États membres. Charge à l'UE de «consolider les acquis et d'améliorer ce qui doit l'être», conclut le général.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:45
photo ECPAD (Archives)

photo ECPAD (Archives)

 

17/03/2015 Sources : EMA

 

Le 16 mars 2015 vers 16h00, une section de la force Sangaris en patrouille dans le 4e arrondissement de Bangui (quartier de Boy Rabé) a été prise à partie par un petit nombre d’individus dotés d’armes légères et de grenades.

 

Les soldats français ont riposté avant d’être rejoints par des éléments de la MINUSCA et des forces de sécurité intérieure (FSI) centrafricaines.

Effectuant des patrouilles mixtes pour sécuriser la zone, ils ont essuyé de manière intermittente d’autres coups de feu ainsi que des jets de grenades, auxquels ils ont riposté jusqu’à ce que la zone soit complétement sécurisée, vers 20h30.

Les auteurs de cette attaque semblent avoir été surpris par les soldats français alors qu’ils se livraient à des trafics. La violence de leur réaction est symptomatique de l’attitude des malfrats qui s’opposent au retour de l’Etat de droit dans la capitale centrafricaine, particulièrement dans le 4ème arrondissement. C’est d’ailleurs dans cet arrondissement que les FSI ont récemment appréhendé plusieurs d’entre eux dont un criminel notoire.

Au cours des affrontements, un soldat français a été légèrement blessé et pris en charge par le rôle 2 situé sur l’aéroport de M’Poko. Deux civils ont également été blessés par les auteurs de l’attaque et évacués par la population. Un des agresseurs a été tué et un autre blessé.

Les éléments de Sangaris ont été désengagés vers 22h30.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 17:45
EUFOR RCA and MINUSCA forces operating a Checkpoint - photo EUFOR-RCA

EUFOR RCA and MINUSCA forces operating a Checkpoint - photo EUFOR-RCA

 

16/03/2015 Par RFI

 

Depuis dimanche, 15 mars, minuit, le mandat d'Eufor-RCA est officiellement terminé. Les 700 militaires de la force européenne ont quitté la Centrafrique. Leur mission visait à accompagner le déploiement de la Minusca et sécuriser l'aéroport de Bangui ainsi que les 5e et 3e arrondissements de Bangui.

 

Au cœur du 3e arrondissement de Bangui, le quartier du PK5 ne fait plus figure d’enclave assiégée. Les commerces ont rouvert, les clients reviennent petit à petit du reste de la ville et les musulmans du quartier se rendent jusqu’au centre-ville sans grands risques.

Si la sécurité est là, c’est grâce au travail d’Eufor-RCA, s’accorde-t-on à dire ici. «Ils ont bien travaillé. Ils vont partir, on va bien regretter, comme ils ont tout fait. Ils ont ramené la paix, maintenant il y a une cohésion sociale. On est là, musulmans et chrétiens, ensemble », se réjouit Abdel, un habitant du quartier. Moussa, lui, a du mal à cacher une certaine inquiétude : « Avec l’Eufor qui sillonne les rues, les malfaiteurs ont peur de se promener avec des armes. Mais une fois qu’elle sera partie, je ne sais pas… Inch’Allah, on va voir si ça peut aller.»

En attendant le déploiement des policiers et des gendarmes, la sécurité du 3e arrondissement revient à la Minusca. «On leur fait confiance parce qu’ils sont des Africains comme nous. Espérons qu’ils vont mettre de l’ordre. Eux aussi ont travaillé avec Sangaris, avec l’Eufor. Ils ont aussi l’idée de rétablir la paix, donc on leur fait confiance», confie Ibrahim. La réouverture du commissariat du 3e aura lieu dans quelques jours. Un événement que tout le monde attend au quartier PK5, comme un nouveau signe d’un retour à la normale.

 

Mission remplie

Au terme de la mission d’Eufor-RCA, son patron, le général Philippe Pontiès, ne cache pas sa satisfaction. «Si on compare la situation d’aujourd’hui à celle qui prévalait il y a un an, on a des raisons d’être collectivement fiers», déclarait-il il y a quelques jours. On retiendra d’Eufor-RCA son accouchement aux forceps, des semaines de négociations difficiles entre Etats membres. La force ne dépassera d’ailleurs pas les 700 hommes, dont un tiers de Français et un contingent de 150 Géorgiens, sur les 1 000 souhaités au départ.

Sur le terrain, il faut attendre deux mois pour qu’Eufor soit en mesure de prendre en charge la totalité des secteurs qui lui sont alloués : l’aéroport de Bangui, ainsi que les 3e et 5e arrondissements, certains des points les plus chauds de la capitale. Mais les résultats se font sentir et la force européenne parvient à faire baisser la tension. La force est aussi un appui aux populations. Elle installe ainsi un pont pour relier les 2e et 3e arrondissements.

Eufor-RCA a donc plié bagage, mais l’Union européenne garde une implication militaire en Centrafrique: Eumam, 60 conseillers chargés d’aider les autorités de transition à réhabiliter les forces armées centrafricaines.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:45
photos EMA

photos EMA

 

12/03/2015 Sources : État-major des armées

 

La semaine a été marquée par l’achèvement du processus de consultations populaires dans le pays, avec les dernières consultations conduites à Kaga Bandoro et à Birao.

 

Ce processus, initié par l’Etat de transition, visait à aller à la rencontre de l’ensemble de la population, afin de faire remonter les grandes préoccupations du pays à l’approche du Forum de Bangui. Au bilan, la totalité des régions du pays a été couverte par ce processus, et 92% des consultations prévues ont été tenues, les 8 % ne l’ayant pas été pour des raisons d’accessibilité uniquement. Lorsque les consultations ont été confrontées à divers blocages, c’est la population qui s’est déplacée d’elle-même vers la préfecture. La MINUSCA et la force Sangaris ont apporté une aide logistique ainsi qu’un appui sécuritaire aux délégations se rendant dans les différentes régions.

 

Lundi 9 mars, le pont Bailey « Pont de la Concorde » a été inauguré par la chef de l’Etat de transition en présence d’autorités civiles et militaires à Bangui. Ce chantier a été réalisé suite à l’écroulement des berges le long de l’Oubangui, détruisant le pont qui reliait les deux arrondissements du sud-ouest de Bangui (le 6ème et 2ème). Du 4 au 7 mars, une section du 3ème régiment de génie et une dizaine de militaires centrafricains du génie ont ainsi mené un chantier de reconstruction d’un pont provisoire de type Bailey, permettant de relier à nouveau les deux arrondissements.

 

Depuis cette semaine, la force Sangaris compte 1 700 militaires et non plus 2 000. Cette évolution marque la première étape du désengagement progressif des forces françaises de République centrafricaine, planifié depuis le déploiement de la force de l’ONU sur le territoire. S’appuyant toujours sur deux GTIA, le dispositif de la force Sangaris s’articule désormais sur le principe d’une force de réaction, avec une partie du dispositif (GTIA Turco) déployé dans Bangui, le couloir central et l’Est du pays, et l’autre (GTIA Vercors) déployé selon les besoins en appui des forces françaises et de l’ONU. Cette évolution du format de la force Sangaris, planifié depuis plusieurs mois, avait été initiée fin 2014 avec l’allègement du volume de troupes de combat et la densification des moyens plus mobiles (VBCI, hélicoptères Tigre, DRAC).

 

Environ 1 700 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

photos EMAphotos EMAphotos EMA
photos EMA

photos EMA

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 12:45
Réduction d'effectifs pour la force Sangaris en Centrafrique

 

07.03.2015 par RFI

 

L’armée française maintient le cap pour parvenir à réduire l'opération à 1500 hommes d'ici le printemps, tel que cela a été annoncé en décembre dernier. L'opération française en RCA va perdre rapidement 300 hommes, pour passer à 1700 militaires engagés sur le territoire centrafricain.

 

Sangaris, qui devait être une opération limitée à six mois, dure depuis plus d’un an, mais poursuit la réduction de ses effectifs. Réduction, mais aussi réorganisation géographique, comme l'explique le colonel Gilles Jarron le porte-parole de l'état-major des armées. « Nous allons franchir dans les jours à venir un premier palier de décroissance, explique-t-il, en passant à 1 700 hommes, ce qui entraîne un redéploiement des unités sur le terrain, de Bangui à Bambari, et de Kagabangoro à Ndélé. »

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 11:45
Sangaris : Point de situation au 5 Mars

 

06/03/2015 Sources : État-major des armées

 

La semaine a été marquée par un apaisement généralisé dans le pays.

 

A Kaga-Bandoro, au nord de la République de Centrafrique, une rencontre a été organisée le 27 février entre la MINUSCA, la force Sangaris, les autorités politiques régionales et le gouvernement de transition, ainsi que les principaux responsables du FPRC local, avec pour objectif de préparer la tenue des consultations populaires qui devraient avoir lieu prochainement dans la ville et sa périphérie. Cette rencontre quadripartite illustre ce revirement du climat général en faveur des consultations populaires.

 

A Bambari, les consultations populaires ont eu lieu cette semaine. La délégation s’est également rendue le 26 février à Grimari puis le 27 à Ippy, où les rencontres se sont bien déroulées. Le GTIA Turco a conduit des actions en appui de la MINUSCA en accompagnant sur une partie du trajet l’équipe de consultations populaires se rendant à Bakala.

 

Enfin, des survols ont été réalisés par la force Sangaris à Bria, au-dessus de zones refuges supposées, afin de poursuivre la déstabilisation des groupes armés.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 00:45
Centrafrique: Sangaris réduit ses effectifs

10 janvier 2015, dans la région de Dékoa, des militaires français patrouillent à pied, appuyés par un véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI), en coordination avec la MINUSCA.photo Armée de Terre

 

05.03.2015 BBC Afrique

 

L'armée française a annoncé jeudi avoir commencé à réduire ses effectifs en Centrafrique dans le cadre de la passation de relais à la force internationale de l'ONU (Minusca).

 

Lors d'un point de presse, un porte-parole du ministre français de la défense a indiqué que le nombre de soldats passera progressivement de 2.000 à 1.700 hommes.

 

Il a ajouté que l'armée française avait prévu se retire à partir du moment où la Minusca est en mesure de remplir sa mission.

 

Les forces françaises de l'opération Sangaris seront réorganisées autour de deux zones. Il s’agit de la capitale Bangui -Bambari (dans le centre) et Kaga Bandoro-Ndélé respectivement situées dans le nord et dans le Nord-est du pays.

 

L'armée française est intervenue en décembre 2013.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:45
photo Ambassade de France à Bangui

photo Ambassade de France à Bangui

 

26/02/2015 Sources : État-major des armées  

 

Lundi 23 février 2015, sur le camp de M’Poko, à Bangui en République centrafricaine, le général Bellot des Minières, commandant la force Sangaris, a inauguré le monument honorant la mémoire des militaires français morts dans ce pays.

 

En présence du représentant de l’ambassadeur de France M. Vuillaume, du général Hingray, chef d’état-major de la MINUSCA, du général Bacquet, commandant la mission EUFOR RCA et du colonel Jamin, attaché de Défense, la cérémonie rassemblait des troupes de chaque détachement français présent sur le théâtre afin de rendre hommage aux 15 militaires français morts en RCA depuis 1979.

 

Le commandant de Sangaris a souligné au cours de cette cérémonie « le dévouement, le courage et l’abnégation »dont ont fait preuve nos soldats morts au service de notre pays engagé au coté du peuple centrafricain depuis plus de trente ans. Ce 23 février marque également le premier anniversaire de la mort du caporal-chef Dolet, victime d’un accident dans la région de Bouar.

 

Le général Bellot des Minières a rappelé que le sacrifice des militaires français n’est pas vain, et que l’engagement de la France au côté des forces internationales et des forces centrafricaines permet un retour progressif de la Centrafrique vers la paix et l’aide à sortir peu à peu de la crise.

 

Engagée depuis 1979 en Centrafrique avec les opérations Barracuda, Almandin, Boali puis Sangaris, la France y a perdu 15 militaires. « C’est pour glorifier et perpétuer leur mémoire que ce monument a été érigé. Leurs noms passent à la postérité, soyons fiers de leur sacrifice ».

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

photos EMA / ECPADphotos EMA / ECPAD
photos EMA / ECPAD

photos EMA / ECPAD

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
SEDE - projet d'ordre du jour - réunion 26 Février 2015

 

18.02.2015 Source Sous-commission "sécurité et défense" - SEDE(2015)0226_1

 

Débat commun avec la commission des budgets (9 heures - 9 h 45, salle József Antall 4Q-1)
(voir projet d'ordre du jour séparé)

 

26 février 2015, de 10 heures à 12 h 30

1.        Adoption de l'ordre du jour

2.        Approbation du procès-verbal de la réunion du:

· 21 janvier 2015                                                                      PV – PE546.808v01-00

· 29 janvier 2015                                                                      PV – PE549.100v01-00

3.        Communications de la présidente

En présence du Conseil, de la Commission et du SEAE

4.        La mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune (selon le rapport annuel du Conseil au Parlement européen sur la politique étrangère et de sécurité commune)

AFET/8/02172

               2014/2220(INI)              

 

Rapporteur:

Arnaud Danjean (PPE)

PR – PE544.334v01-00
AM – PE546.824v01-00

 

· Suite de l'examen du projet de rapport

· Examen des amendements

5.        Bilan de la mission en République centrafricaine

6.        Eurocorps: use it or lose it !
Échange de vues avec le lieutenant-général Guy Buchsenschmidt, général commandant d'Eurocorps

7.        Questions diverses

8.        Prochaines réunions

· 16 mars 2015, de 15 heures à 18 h 30 (Bruxelles)

· 17 mars 2015, de 9 heures à 12 h 30 (Bruxelles)

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:45
photo SEDE

photo SEDE

 

24-02-2015 SEDE

 

The SEDE Chair Ms Anna Fotyga and a delegation of subcommittee members were in Bangui from 18 to 20 February 2015.They visited the EUFOR RCA operation, the UN stabilisation mission, as well as the French forces, and discussed security issues with the Interim President and other CAR representatives. A debriefing of the delegation will take place in SEDE on 26 February a.m.

Partager cet article

Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 12:45
Sangaris : point de situation du 19 février

 

19/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Bangui est restée globalement calme cette semaine, permettant à la force Sangaris de baisser le stade d’alerte et d’adapter sa posture en conséquence.

 

Le 16 février à Bambari, alors que les troupes congolaises de la MINUSCA s’interposaient entre les communautés chrétienne et musulmane, instrumentalisées par des groupes armés qui ont fait usage d’armes automatiques et de grenades, leur chef de corps a sollicité l’appui de Sangaris pour empêcher que son dispositif ne soit débordé et rétablir le calme dans la ville. Le colonel Pierre, chef de corps du GTIA Korrigan, a pris contact avec son homologue congolais pour intervenir en QRF à son profit avec un détachement composé d’un sous-groupement blindé et d’une section d’infanterie. Les forces françaises ont alors contribué à disperser les groupes d’individus hostiles et à reprendre le contrôle de la cour d’appel de Bambari.

 

Sangaris : point de situation du 19 février

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

Sangaris : point de situation du 19 février

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 16:45
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

12/02/2015 Sources : État-major des armées

 

A Bangui, la situation sécuritaire est calme. Les consultations populaires se sont déroulées sans difficulté et sont quasiment achevées dans la majeure partie des arrondissements de la capitale.

 

Les relèves se sont poursuivies et le GTIA Picardie, majoritairement armé par le 1errégiment d’infanterie (1er RI), a été relevé par le GTIA Turco, constitué par le 1er régiment de tirailleurs.

 

A Bria, la force Sangaris a appuyé une opération de la MINUSCA le 10 février visant à restaurer l’autorité de l’Etat dans la ville pour y permettre le déroulement du processus de consultations populaires. Au cours de cette opération à laquelle les soldats de Korrigan et plusieurs hélicoptères ont participé, les bâtiments publics occupés par des hommes armés du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) ont été libérés. Cette opération, ainsi que l’intervention quelques jours plus tôt de Sangaris sur une colonne de véhicules armés au Sud de N'Délé, a permis d’affirmer la détermination des forces internationales, face aux opposants des consultations populaires voulues par l’Etat de transition, dont la préparation et la tenue sont sécurisées par les militaires de Sangaris.

 

En Bamingui-Bangoran, les consultations populaires se sont achevées dans de bonnes conditions. La présence massive et continue des forces internationales a de toute évidence facilité la tenue de réunions auxquelles les groupes armés ont été mis en échec.

 

La semaine a également été marquée par la réarticulation des forces à Bambari, dont le contrôle de la base, jusqu’ici par les forces françaises, a été transféré à l’ONU. La force a achevé sa réarticulation hors de la ville, sur l'aérodrome, à partir duquel elle continuera d'appuyer l'action du contingent congolais de la MINUSCA.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

photo Armée de Terre et ECPADphoto Armée de Terre et ECPADphoto Armée de Terre et ECPAD
photo Armée de Terre et ECPAD

photo Armée de Terre et ECPAD

Partager cet article

Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:45
RCA : point de situation du 5 février 2015

 

05/02/2015 Sources : État-major des armées

 

La situation sécuritaire en République centrafricaine est toujours étroitement liée à l’agenda politique intérieur et aux manœuvres d’intimidations conduites dans l’Est du pays par les opposants à la réconciliation nationale contre la population ou les représentants de l’Etat.

 

Pour la force Sangaris, la semaine a été marquée par son soutien aux équipes de consultation populaire dans les villes les plus sensibles de l’Est du pays. En effet, depuis le début du processus de consultation populaire, certaines équipes de facilitateurs se sont heurtées au refus des groupes armés de les voir se dérouler dans les zones qu’ils disent « administrer ».

 

Le 29 janvier, au nord-est de Bamingui, la force Sangaris est ainsi intervenue pour stopper la progression d’éléments lourdement armés en provenance du village de Bamingui. Dans ce village ils avaient menacé les autorités locales participant aux consultations populaires. Le groupe se déplaçait en direction de la ville de N’Délé, où se trouvait une délégation chargée d’organiser une consultation populaire. Le groupe, constitué d’une soixantaine d’individus, progressait au sein d’une colonne constituée de quatre pick up. Une patrouille d’hélicoptères Tigre dépêchée sur zone s’est présentée pour arrêter sa progression. Face à l’hostilité du groupe armé, elle a neutralisé les véhicules dont les équipages avaient débarqué. Les consultations populaires ont ainsi pu être conduites avec succès à Bamingui et Ndélé, et cette action a donné un coup d’arrêt significatif aux velléités de ces hommes armés.

 

Le processus de consultations populaires, dont l’ambition est d’instaurer un dialogue entre la population et l’Etat, est important car il préfigure le forum de Bangui et s’inscrit dans le chemin de la réconciliation nationale. En appui de la MINUSCA et des forces de sécurité intérieure, la force Sangaris est ainsi déterminée à soutenir son bon déroulement et à faire appliquer de façon impartiale les mesures de confiance.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

RCA : point de situation du 5 février 2015RCA : point de situation du 5 février 2015

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 23:45
Sangaris : point de situation du 29 janvier

 

29/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

En  République centrafricaine, la  situation sécuritaire  est  étroitement liée  aux  démarches  de l’Etat de transition et aux initiatives opposées, à l’approche du Forum de Bangui.

 

Alors que l’Etat de transition tente d’avancer sur la voie de la réconciliation nationale à l’approche du Forum de Bangui, les opposants à ce processus semblent s’organiser et vouloir manipuler la population, créant des troubles et des tensions dans certaines villes du pays, notamment dans l’Est.

 

A Bangui, les récents enlèvements ont conduit les forces en présence à multiplier les patrouilles dans la capitale.

 

Pour préparer le forum de Bangui, des consultations populaires ont actuellement lieu sur l’ensemble du territoire, dans toutes les préfectures, sous-préfectures et ce sur une période de 21 jours. Organisées par l’Etat de transition, leur but est de rassembler la population, directement et à travers ses représentants, et d’aller à la rencontre des populations de l’ensemble des sous-préfectures. L’objectif premier de ces consultations est de faire remonter les grands thèmes de préoccupations des Centrafricains.

 

La force Sangaris soutient les consultations conduites par les autorités de transition en appuyant la sécurisation des villes identifiées pour accueillir cette étape du processus de résolution de la crise, notamment dans le nord-est du pays où certains groupes armés sont connus pour rejeter ces consultations et manipuler les autorités locales et la population pour qu’elles les boycottent.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

 

Sangaris : point de situation du 29 janvier

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 17:45
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari

 

22/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 20 janvier 2015, la force Sangarisa transféré sa base opérationnelle avancée de Grimari à la MINUSCA.

 

C’est dorénavant le contingent congolais de la MINUSCA qui assure la responsabilité de la base opérationnelle avancée de Grimari. Une cérémonie réalisée en présence du général Bellot des Minières, commandant de la force Sangaris, du colonel Fielany, adjoint au commandant de la zone MINUSCA, et du sous-préfet de Grimari, a officialisé ce transfert et le retrait des soldats français.

 

Grimari se situe à 260 km au nord-ouest de Bangui, sur l’axe reliant la capitale à Bambari, deuxième ville du pays. La normalisation de la situation sécuritaire dans cette ville est donc une étape importante dans celle de l’ensemble du pays.

 

Après 11 mois de présence à Grimari et dans la préfecture de l’Ouaka, la force Sangaris a mis fin aux violents affrontements entre anti-Balaka et ex-Séléka dont la population était régulièrement victime. Elle a permis le rétablissement des conditions sécuritaires nécessaires au retour de l’autorité de l’Etat avec la remise en place de l’administration. Les conditions de sécurité minimales ont progressivement favorisé une reprise des activités économiques et un retour à la vie normale pour les habitants de la ville.

 

Le général Bellot des Minières, dans son adresse, à salué le travail accompli au cours de ces derniers mois par les militaires du GTIA Korrigan, dans la continuité de l’action d’apaisement initiée par les GTIA Scorpion et Magenta, pour faire de Grimari une ville de réconciliation. Le commandant de la force Sangaris a également rendu hommage à l’action du gouvernement de transition qui a toujours soutenu le maire de Grimari, les gendarmes de la ville, puis la réinstallation d’un sous-préfet au mois novembre. Tous ont, par leur investissement, contribué pour une large part à la normalisation de la situation de la ville.

 

Les militaires du contingent congolais de la MINUSCA, installés depuis le mois de décembre aux côtés des soldats de Sangaris vont poursuivre sur la voie de ce succès. Le général Bellot des Minières leur a réitéré le soutien des forces françaises dans leur mission au profit de la population centrafricaine.

 

Par leur action, les militaires de la force Sangaris ont contribué à la mise en place d’un environnement propice qui a conduit au départ de la garnison Séléka au mois de décembre, à la réconciliation entre les habitants de la ville et les Peuls en janvier, et à la renonciation des anti-Balaka aux activités de prédation.

 

Les soldats français, peuvent légitimement avoir le sentiment du devoir accompli à l’heure de cette transmission de flambeau au bataillon congolais de la MINUSCA.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de GrimariSangaris : transfert à la MINUSCA de la base opérationnelle avancée de Grimari

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 12:45
RCA : point de situation du 22 janvier 2015

 

23/01/2015 Sources : État-major des armées

 

En République centrafricaine, la situation reste partagée : si le climat reste tendu dans certaines villes de l’Est, la majorité du pays voit se poursuivre la réinstallation des administrations.

 

A Bangui, la situation était particulièrement calme cette semaine. Des missions de contrôle de zone ont été menées avec la MINUSCA dans la grande périphérie de la capitale. Le 15 janvier, la mairie du 4ème arrondissement a été inaugurée, en présence de l’ambassadeur de France en République centrafricaine et du général commandant la force Sangaris. Une partie des travaux de réhabilitation de ce bâtiment a été effectuée par les militaires français. Deux jours plus tard, une manifestation en faveur de la paix, organisée de longue date, s’est bien déroulée.

 

Dans l’Est du pays, la situation est encourageante dans les villes de Bambari et de Grimari, mais toujours tendue à Bria.

 

Dans cette dernière ville, les tensions se maintiennent en raison des luttes d’intérêt et de pouvoir menées par certains groupes armés qui refusent l’autorité de l’Etat.

 

En dehors de ce point de friction, la semaine a été marquée par la relève officielle des forces françaises par celles de l’ONU le 20 janvier dans la ville de Grimari. Ce jour-là, la force Sangaris a officiellement transféré la responsabilité de la sécurisation de cette zone au contingent de République Démocratique du Congo de la MINUSCA, en présence d’autorités civiles et militaires. Au cours de cette cérémonie, le commandant de la force Sangaris a rendu hommage aux autorités administratives centrafricaines qui ont contribué à la normalisation de la vie dans cette ville. Quelques jours auparavant, le 16 janvier, la sous-préfecture de Grimari avait été inaugurée en présence du Premier ministre du gouvernement de transition, du sous-préfet, de l’ambassadeur français et du général commandant la force Sangaris.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

RCA : point de situation du 22 janvier 2015
RCA : point de situation du 22 janvier 2015RCA : point de situation du 22 janvier 2015

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 17:45
EU establishes mission to advise armed forces in the Central African Republic

 

19/01/2015 Press release 17/15 / Foreign affairs & international relations

 

The Council has established the EU Military Advisory Mission in the Central African Republic (EUMAM RCA). It sets out to support the Central African authorities in preparing a reform of the security sector, especially with respect to the management of the CAR armed forces (FACA). The new mission will follow the EU military operation in the CAR (EUFOR RCA), which contributes to security in the capital Bangui until 15 March 2015.

 

EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy, Federica Mogherini, said: "The European Union is fully committed to support CAR's return to stability. This new mission will play a critical role in strengthening the security sector. EUMAM will advise on the reforms necessary to make the CAR armed forces a more multi-ethnic, professional and republican army."

 

EU experts will advise on how to manage the military forces as well as on the preparation of a future systemic reform of the FACA. In addition, they will provide expertise on the conditions for a training programme for the army. Based on a gradual approach, the mission could also conduct limited non-operational training.

 

The mission is set to last 12 months, starting from the moment of reaching Full Operational Capability. EUMAM's headquarters will be located in Bangui. Brigadier General Dominique Laugel from France has been appointed EU Mission Commander for a team of up to 60 staff. The budget for the preparation phase and the first year of the mission is estimated at €7.9 million.

 

A separate Council decision is required to launch EUMAM's activities.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 16:45
photos Armée de Terre - ECPAD

photos Armée de Terre - ECPAD

 

15/01/2015 Sources : État-major des armées

 

En République centrafricaine, la situation poursuit son amélioration progressive à Bangui tandis qu’elle demeure tendue dans l’Est du pays.

 

A Bangui, la force Sangaris a commencé la réhabilitation de la « maison des jeunes » du quartier Bea Rex, avec la participation active de la population. Ce projet constitue un bon indicateur de reprise de la vie dans ce quartier autrefois épicentre de toutes les violences intercommunautaires. Quatre écoles primaires ont également ré-ouvert dans le 3e arrondissement, confirmant ce signal encourageant.

 

 A l’ouest de la capitale, le groupement tactique interarmes (GTIA) Picardie a appuyé la sécurisation du déplacement de Madame Samba Panza, chef de l’Etat de transition, vers Boda le samedi 10 janvier. Celle-ci s’y rendait afin d’y réaffirmer l’autorité de l’Etat et annoncer les prochaines consultations populaires. Il s’agissait du premier déplacement en province de la chef de l’Etat de transition, dans une ville autrefois symbole de confrontations intercommunautaires mais aujourd’hui en voie de normalisation.

 

 En province, la semaine écoulée a été en demi-teinte : des progrès en termes de normalisation ont été obtenus dans la région de Grimari mais la situation à Dékoa et Bambari demeure instable. A Bria, l’Etat peine à assoir son autorité face au Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) qui cherche à s’implanter au nord de la ville. La situation y est rythmée par des vagues de tension. Ces incidents sont temporisés grâce à l’action de la MINUSCA ainsi qu’au dialogue que la force de l’ONU maintient avec les acteurs locaux.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

Sangaris : point de situation du 15 janvier 2015Sangaris : point de situation du 15 janvier 2015

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 08:45
Sangaris : point de situation du 8 janvier 2014

 

09/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Les deux dernières semaines en République centrafricaine ont été marquées par une situation sécuritaire stable et par des visites d’autorités civiles et militaires auprès des soldats engagés dans ce pays.

 

Le 23 décembre, le chef d’état-major des armées s’est rendu aux côté des soldats déployés à Sibut et à Bangui, rappelant que le déploiement progressif de la force de l’ONU devrait permettre d’ici à la fin mars 2015, de décroitre l’effectif de la force Sangaris. La visite du secrétaire d’état des anciens combattants et de la mémoire le jour de Noël a également visé à saluer l’ensemble des troupes françaises présentes sur le théâtre, tant au sein de la force Sangaris qu’au sein de l’EUFOR.

 

Sur le plan sécuritaire, la période des fêtes de fin d’année a été particulièrement calme à Bangui.

 

Dans l’Est du pays, la zone d’action du GTIA Korrigan était relativement calme en fin d’année. Une tension reste néanmoins perceptible dans le triangle Sibut / Dekoa / Bambari. A partir du 19 décembre, une reconnaissance a été conduite entre Sibut et Damara afin d’agir contre des groupes armés susceptibles de sévir le long de l’axe routier. Le 24 décembre, des éléments de Sangaris engagés dans un mission de reconnaissance du village de Féré ont été pris à partie par un groupe d’une dizaine d’individus équipés d’armes de chasse et d’AK47. Après avoir riposté et manœuvré contre ces individus installés en défensive, la force Sangaris a réussi à rétablir la sécurisation de l’axe, sur lequel est observé une augmentation de la circulation des marchandises.

 

Le 16 décembre, le général Bacquet a pris  le commandement de la force de l’Union européenne, EUFOR RCA. Il a relevé le général Lion, qui a commandé cette mission depuis son lancement le 1er avril 2014. L'opération militaire EUFOR RCA a pour mission de contribuer au rétablissement d’un environnement sûr et sécurisé dans la capitale de la RCA, Bangui, afin de permettre aux groupes humanitaires de fournir de l’aide aux populations et de faciliter le retour des déplacés. La France est nation cadre de cette mission, commandée par le général de division français Philippe Pontiès. Elle y participe à hauteur de 260 militaire sur un effectif total de 700 hommes en provenance de 14 Etats.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

Sangaris : point de situation du 8 janvier 2014
Sangaris : point de situation du 8 janvier 2014

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 08:45
Un nouveau commandant pour la force de l’Union Européenne en République centrafricaine

 

30/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 16 décembre dernier, le général Jean-Marc Bacquet a pris  le commandement de la force de l’Union Européenne en République centrafricaine (EUFOR RCA). Il a relevé le général Thierry Lion, qui a guidé l’EUFOR RCA au cours des huit premiers mois de l’opération.

 

« Les objectifs et l’esprit restent inchangés » a déclaré le général Bacquet, « EUFOR sera centrée sur la population, dans la perspective du transfert de notre zone d’opérations à la Mission onusienne MINUSCA en mars 2015, et de la préparation d’une nouvelle initiative européenne de conseil aux futures Forces Armées Centrafricaines ».

 

L'opération militaire EUFOR RCA a pour mission de contribuer au rétablissement d’un environnement sûr et sécurisé dans la capitale de la RCA, Bangui, afin de permettre aux groupes humanitaires de fournir de l’aide aux populations et de faciliter le retour des déplacés.

 

Européenne et multinationale, EUFOR RCA comprend trois composantes complémentaires : un bataillon d’infanterie multinational, une force de gendarmerie et une unité de forces spéciales. Auxquels s’agrègent des éléments d’appui et de soutien ; l’ensemble étant aux ordres d’un poste de commandement (PC) de théâtre.

Un nouveau commandant pour la force de l’Union Européenne en République centrafricaineUn nouveau commandant pour la force de l’Union Européenne en République centrafricaine
Un nouveau commandant pour la force de l’Union Européenne en République centrafricaine

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories