Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 16:50
Norwegian Government Proposes Significant Defence Budget Boost

 

Oct 9, 2015  defense-aerospace.com

(Source: Norway Ministry of Defence; issued Oct 8, 2015)


The Norwegian Government proposes a 9.8% real terms defence budget increase for 2016, including a near doubling of funding for the F-35, a significant strengthening of the Intelligence Service and increased High North patrols.

The Norwegian Intelligence Service, the P-3C Orion Maritime Patrol Aircraft and forward deployed submarine patrols all receive additional funding in the Norwegian Government’s 2016 budget proposal that was presented on the 7th of October.

The majority of the increase comes from a near doubling of the funding related to the Norwegian acquisition of the F-35, which ensures that the Norwegian procurement of the F-35 will proceed as planned.

The overall priorities in the Government’s budget proposal are in line with the recommendations presented by the Chief of Defence on the 1st of October 2015 in his Strategic Military Review, and helps increase the defence budget’s share of Norway’s GNP to a projected 1.54 %.

“The Norwegian Government takes the new security situation very seriously, and in 2016 we intend to follow up on our stated intention of strengthening the Norwegian Armed Forces in areas which allow its operational capabilities to grow in both the short and the long term. A considerable strengthening of the Norwegian Armed Forces is required in order to ensure that we develop capabilities for the future that are both relevant and modern, and which improve our ability to deter the use of force against both Norway and the wider NATO-alliance.

“Both our F-35-procurement and the new base at Ørland are key components to this effort, and of great importance to this Government, and therefore constitute a significant portion of the proposed increases,” says Norwegian Minister of Defence, Ms. Ine Eriksen Søreide.

Increased Funding for the Procurement of New Combat Aircraft with Associated Infrastructure

To support Norway’s continued acquisition of the F-35 along with its associated infrastructure the Government proposes a 2016 budget allocation of NOK 8.6 billion. While this proposal includes NOK 1.1 billion re-allocated from the 2015 budget due to planned payments that have been postponed, this nevertheless constitutes a near doubling of the 2015-level.

Also covered by the funding increase are additional funds for the construction of the new F-35-base at Ørland Main Air Station, where several projects are already underway to prepare for the arrival of the first F-35 in Norway in 2017.

The Norwegian Parliament has already authorized the procurement of 22 of the 52 aircraft Norway plans to procure, which includes deliveries up to and including 2019. In the 2016 budget, the Government requests authorization to begin procurement of an additional six aircraft for delivery in 2020.

On Tuesday the 6th of October the Norwegian acquisition of the F-35 reached another milestone as the second F-35 for Norway, AM-2, completed a successful test flight from Lockheed Martin’s facility in Fort Worth, Texas. This was the first flight for a Norwegian F-35, and comes only two weeks after the formal roll-out ceremony for the first Norwegian F-35.

A Strengthened and Modernized Intelligence Service

The Norwegian Government is proposing a considerable and necessary investment in the Norwegian Intelligence Service, above and beyond the levels indicated in the current Long Term Plan for the Norwegian Armed Forces. By modernizing both the technologies and capabilities of the Intelligence Service, it will become better prepared to address current and future challenges in line with the rapid technological advancement and developments in both Norway’s immediate region and in other areas around the globe.

In its 2016 budget proposal, the Government consequently proposes a funding increase for the Intelligence Service of NOK 370 million, of which NOK 250 million are fresh funds added to the defence budget.

Improved Navy Maintenance and Increased High North Patrols

The Government proposes several measures intended to strengthen the operational readiness of the Norwegian Navy, and to increase the patrol activity of its submarines and the Air Force’s P-3C Orion Maritime Patrol Aircraft in the High North.

By adding NOK 320 million to the Navy maintenance budget, the Government aims to reduce the current maintenance backlog on its vessels, thereby improving its ability to maintain the level of activity described by the current Long Term Plan. This additional funding also creates additional opportunities for the maritime industries on the Norwegian West Coast, and is part the Government’s effort to boost Norwegian employment levels.

Beyond maintenance, the budget proposal also includes funding dedicated to strengthening Norwegian High North Patrols, with an additional NOK 62 million to allow an Ula-class submarine to be forward-deployed to Ramsund Naval Station, where two crews will rotate to enable a total of about 250 sailing days annually in the High North.

The proposal also includes NOK 35 million in additional funds for the P-3C Maritime Patrol Aircraft, enabling both longer and more frequent patrols in the High North, strengthening Norway’s ability to ensure adequate surveillance and enforce Norwegian sovereignty in the region.

Funding for Continued International Engagements

The budget proposal includes additional funding to extend Norway’s participation in two important international missions, including NOK 82 million to support the deployment of one C-130J along with staff officers to support the UN-operation MINUSMA in Mali for an additional ten months, and NOK 7 million to support Norway’s participation in operation Triton in the Mediterranean Sea.

Continued Overall Modernization

Even as funding for the F-35 ramps up, Norway continues the overall modernization of its Armed Forces, funding more than 20 projects in various stages of completion through the proposed defence budget for 2016. These include the ongoing modernisation of the Army’s CV90-fleet, and a new logistics vessel for the Navy. The budget proposal also presents a new project for Parliamentary approval which by 2020 will provide 320 light vehicles along with associated support equipment for the Norwegian Home Guard, at an estimated cost of NOK 527 million.


Key figures:
2016 Defence Budget Proposal: NOK 49.066 bn (+ NOK 4.29 bn from 2015 in real terms), of which:
-- Procurement: NOK 12.380 bn
-- Infrastructure: NOK 3.206 bn

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:50
NATO Ministers of Defence - photo NATO

NATO Ministers of Defence - photo NATO

 

08 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan a qualifié jeudi d'escalade inquiétante l'engagement militaire russe en Syrie, exhortant à nouveau Moscou à cesser de soutenir le régime de Bachar al-Assad, et s'est dite prête à défendre chacun de ses membres, y compris la Turquie.

En Syrie, nous avons observé une escalade inquiétante des activités militaires russes, a déclaré son secrétaire général, Jens Stoltenberg, au début d'une réunion des 28 ministres de l'Otan à Bruxelles.

Ceci est particulièrement pertinent au regard des violations récentes de l'espace aérien de l'Otan par des avions russes, a noté M. Stoltenberg après que la Turquie a dénoncé des incursions aériennes russes à la frontière turco-syrienne.

Evoquant les défis rencontrés par l'Otan, tels que la crise en Ukraine ou la menace terroriste, M. Stoltenberg a affirmé devant les ministres que la situation se complique encore avec les actions militaires russes en Syrie.

L'Otan a déployé des missiles Patriot en Turquie pour éviter que le conflit en Syrie ne déborde sur le territoire de cet important allié, mais ces batteries doivent en principe être retirées d'ici à la fin de l'année.

L'Otan est capable et prête à défendre tous ses alliés, y compris la Turquie, contre tout type de menaces, a réitéré le patron de l'alliance.

Parallèlement, M. Stoltenberg a plaidé pour des initiatives afin de trouver une solution politique à la crise en Syrie.

 

- Offensive terrestre -

Prévue de longue date, la réunion des ministres de la Défense de l'Otan est dominée par la guerre en Syrie, même si l'Otan n'y est pas collectivement impliquée.

Elle se tient au moment où les tensions s'accroissent avec Moscou, dont l'intervention militaire a permis à l'armée du président Assad de lancer une vaste offensive terrestre.

Depuis le début le 30 septembre de son intervention militaire en Syrie, la Russie a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n'a pas engagé de troupes au sol.

Ce qui m'inquiète, c'est que les Russes ne visent pas principalement l'EI (l'organisation extrémiste Etat islamique, ndlr) mais qu'ils ciblent d'autres groupes de l'opposition et qu'ils soutiennent le régime, a répliqué M. Stoltenberg.

J'appelle la Russie à jouer un rôle constructif dans la lutte contre l'EI et à ne pas continuer à soutenir le régime al-Assad, car un tel soutien ne constitue pas une contribution constructive à une solution pacifique et durable en Syrie, a-t-il plaidé.

Washington, à la tête d'une coalition qui combat les jihadistes du groupe Etat islamique, a redit mercredi ne pas coopérer avec la Russie sur les bombardements aériens qu'elle mène en Syrie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter les qualifiant d'erreur fondamentale.

 

- Réactivité -

Les ministres doivent également évoquer le renforcement de la réactivité de l'Alliance décidée il y a un an.

Dans ce cadre, le ministre britannique Michael Fallon a annoncé à Bruxelles que Londres avait décidé d'envoyer un petit contingent de militaires dans les Pays baltes. Il s'agit d'un déploiement à long terme, sur une base rotatoire, mais qui n'est pas qualifié de permanent, car cela contreviendrait à l'accord-cadre signé en 1997 par l'Otan et la Russie.

Les ministres devraient en outre approuver la création de deux nouveaux petits quartiers généraux en Slovaquie et en Hongrie, qui s'ajouteront aux six déjà mis sur pied dans d'autres pays d'Europe orientale, rendus inquiets par l'interventionnisme russe en Ukraine.

Enfin, la déterioration de la situation sécuritaire en Afghanistan s'est invitée à l'agenda de la réunion. L'Otan dispose toujours dans le pays de troupes de soutien à l'armée afghane, en principe jusqu'à la fin de 2016.

La ministre allemande Ursula von der Leyen a estimé que les alliés devaient à présent examiner la prolongation de cette mission. Les talibans avaient réussi à s'emparer brièvement de la ville de Kunduz (nord) la semaine dernière, démontrant que l'armée afghane n'était pas encore prête à leur tenir tête.

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:50
A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

 

WASHINGTON, Oct. 7 (UPI)

 

The U.S. State Department has approved the sale of MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicles to Spain's military, the department announced on Wednesday.

The sale covers four MQ-9 Block 5 Remotely Piloted Aircraft, and an additional 20 Embedded Global Position System/Inertial Guidance Units, two Mobile Ground Control Stations, five Multi-Spectral Targeting Systems, and five Synthetic Aperture Radar units. The total sale has an estimated cost of $243 million. The MQ-9 Reaper was manufactured by General Atomics Aeronautical Systems, and is currently in service with the U.S. Air Force. The unmanned craft is typically armed with a combination of AGM-114 Hellfire missiles, GBU-12 Paveway II and GBU-38 Joint Direct Attack Munition (JDAM).

 

Read more

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 14:30
En Syrie, pourquoi une intervention au sol n'est pas encore possible

 

07/10/2015 par William Leday, Maître de conférence en relations internationales (à Sciences Po Paris et à l'INALCO)

 

INTERNATIONAL - Nul besoin d'avoir effectué une formation militaire pour saisir la complexité que recouvre une intervention occidentale au sol en Syrie et en Irak. S'il est possible de réduire l'Etat islamique, il sera beaucoup plus difficile de l'anéantir. Cela tient à la nature même d'une organisation multidimensionnelle en rhizome dotée d'une idéologie en capacité de susciter des adhésions et des allégeances à travers le monde, à son emprise totalisante et totalitaire sur les populations qu'elle contrôle, mais aussi et surtout à l'absence d'institutions et de projet politique alternatif de la part de ses détracteurs locaux.

 

Les guerres de ces dernières années sont riches d'enseignement. L'histoire montre en effet que des opérations aériennes, même assorties d'action au sol de la part de forces spéciales, ne garantissent pas l'anéantissement de pareils adversaires. Dans les années 90, après la libération du Koweït en 1991, le régime de Saddam Hussein ne s'est pas effondré face à l'aviation de la coalition et au blocus que lui infligea la communauté internationale. Au contraire, et le chercheur Pierre-Jean Luizard le démontre, le pouvoir irakien a su se réinventer en s'appuyant sur les solidarités traditionnelles. Au titre des contre-exemples, on peut citer la guerre du Kosovo, qui a vu une offensive arienne faire céder la Serbie de Slobodan Milosevic ou l'opération Enduring Freedom en Afghanistan. Cette dernière était une savante combinaison d'opérations aériennes et d'actions au sol menées avec des alliées locaux - l'Alliance du Nord de Ahmed Chah Massoud - appuyés par des forces spéciales. Dans le cas qui nous occupe, dès les premiers jours de frappes, Daech a réorganisé ses unités, réadapté son dispositif et sa stratégie.

 

Suite de l’article

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:40
Ukraine: Porochenko salue une véritable trêve dans l'Est mais la guerre n'est pas finie

 

07 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Kiev - Le président ukrainien Petro Porochenko a salué mercredi une véritable trêve qui s'est installée dans l'Est séparatiste prorusse en proie à un conflit depuis 18 mois tout en soulignant que la guerre n'était pas finie.

 

Nous assistons à une accalmie totale en cette première semaine d'octobre. Pas un seul coup de feu (...) Ce n'est plus un cessez-le-feu c'est une véritable trêve, a déclaré le président lors d'un discours à l'Institut militaire de Kiev.

 

Il a toutefois souligné que la guerre n'était pas finie pour autant.

 

La guerre sera finie quand sera libérée des mains de l'ennemi, de l'occupant, chaque parcelle de terre ukrainienne, a-t-il poursuivi.

 

Le conflit dans l'Est séparatiste prorusse a fait plus de 8.000 morts depuis avril 2014.

 

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles de l'Est et d'y avoir déployé des troupes régulières, ce que Moscou dément.

 

Ce conflit avait éclaté un mois après l'annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée après trois semaines d'occupation par les troupes russes suivie d'un référendum controversé qui n'a pas été reconnu par la communauté internationale.

 

Alors que le cessez-le-feu est largement respectée depuis septembre, Kiev et les rebelles sont convenus la semaine dernière de retirer leurs chars et pièces d'artillerie de calibre inférieur à 100 mm de la ligne du front.

 

Ce processus est pratiquement achevé dans l'une des deux républiques rebelles, celle de Lougansk, ont annoncé mercredi l'armée ukrainienne et les rebelles.

 

Le retrait dans la république autoproclamée de Donetsk doit débuter le 18 octobre.

 

Autre signe positif en vue d'un règlement pacifique, les séparatistes ont annoncé mardi, conformément à la demande des Européens, le report à 2016 de leurs élections locales, une concession saluée par Kiev, les Européens et le Kremlin.

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 18:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 06 Oct.. – CJTF-OIR

 

October 6, 2015 by CJTF-OIR Release # 20151006-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Oct. 5, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted seven strikes using bomber, fighter, and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 17 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using bomber, fighter, attack, fighter-attack, ground-attack, and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, five strikes struck four separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED), five ISIL buildings, and an ISIL checkpoint.

• Near Dayr Az Zawr, one strike struck an ISIL crude oil collection point.

• Near Manbij, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL building.

 

Iraq

• Near Al Huwayjah, three strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed three ISIL fighting positions and suppressed an ISIL mortar position.

• Near Habbaniyah, one strike destroyed an ISIL weapons cache.

• Near Mosul, one strike destroyed an ISIL tactical vehicle.

• Near Ramadi, nine strikes struck six separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL VBIED, four ISIL buildings, ten ISIL fighting positions, an ISIL heavy machine gun, an ISIL excavator, two ISIL mortar positions, an ISIL IED compound, three ISIL homemade explosive (HME) facilities, an ISIL house borne improvised explosive device, an ISIL HME cache, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, two strikes destroyed six ISIL bunkers.

• Near Sultan Abdallah, one strike suppressed an ISIL mortar position.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Canada, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, and the U.S.

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 17:50
Un F-16 en vol avec un F-35. (Archives Lockheed Martin)

Un F-16 en vol avec un F-35. (Archives Lockheed Martin)


30.09.2015 par T. Mignon - RTBF.be
 

En juillet dernier, le commandant des Marines américains, le général Joseph Dunford, l'assurait : le nouvel avion F-35 "Joint Strike Fighter" est prêt au combat. Cet appareil à atterrissage et décollage vertical est la version B de l'avion pointé comme l'un des candidats potentiels au remplacement des F-16 vieillissants de l'armée belge

Lors de son développement et depuis son premier vol d'essai, ce F-35 avait été sans cesse dénigré, jusqu'à être affectueusement surnommé "l'avion qui a mangé le Pentagone". Autrement dit, le plus cher de l'histoire. Avec les années de retard, son prix d'achat initialement prévu a même doublé, atteignant 400 millions de dollars (environ 357 millions d'euros). Pièce, bien entendu.

Mais, contrairement à ce que Joseph Dunford clamait haut et fort en juillet, les ennuis ne sont pas terminés. Une note du directeur des tests et évaluations opérationnels des nouveaux systèmes d'armement du Pentagone, J. Michael Gilmore, indique que les conditions des essais simulaient à peine les combats en conditions réelles. "L'avion ne transportait par exemple pas de missiles ou de bombes durant les évaluations et a atterri sur une plateforme libérée de tous les autres avions", écrit ainsi l'hebdomadaire américain Newsweek.

 

Une déclaration pour s'assurer des fonds publics ?

Par conséquent, le test "n'a pas – et ne peut pas démontrer" que l'avion du constructeur Lockheed Martin "est efficace d'un point de vue opérationnel, ou que son utilisation est adaptée dans n'importe quel type d'opération de combat limité, ou qu'il est prêt pour des déploiements opérationnel en situation réelle", conclut Gilmore.

Il apparait, écrit Newsweek, que le feu vert donné par Dunford dans un premier temps était uniquement destiné à apporter un soutien public de poids au développement de cet avion critiqué de toutes parts, et ainsi assurer un flux de fonds continu de la part du Congrès américain.

Initié en 2001, le projet F-35 était destiné à créer trois versions de l'avion de combat le plus polyvalent et le plus meurtrier de tous les temps. Ambitieux. Peut-être trop ambitieux.

 

Un duel embarrassant entre F-35 et F-16

Les problèmes techniques se sont multipliés au cours de son développement. "Un rapport mentionnait des défauts de conception dans son réservoir de carburant et dans ses systèmes hydrauliques, ce qui augmentent la vulnérabilité de l'avion vis-à-vis de la foudre et du feu de l'ennemi, en particulier à basse altitude."

Un autre rapport a minimisé sa vitesse, sa capacité d'accélération et sa capacité de virage. Les pilotes d'essai ont par ailleurs critiqué la mauvaise visibilité offerte par le cockpit, un paramètre qui selon eux pourrait causer leur perte en combat. Ils citent également des logiciels et radar défectueux, ainsi que les sièges éjectables qui ne fonctionnent tout simplement pas.

En 2014, un incendie moteur a conduit à clouer au sol l'ensemble de la flotte de F-35, tandis que "deux rapports gouvernementaux statuaient que les moteurs de Pratt & Whitney n'étaient pas fiables". Enfin, le casque du pilote, sculpté sur mesure pour 400 000 dollars (357 000 euros), est muni d'un système sophistiqué qui permet d'offrir une vue à 360 degrés au pilote, mais le système de reconnaissance a des difficultés à distinguer les alliés des ennemis.

Et, comme si cela ne suffisait pas, en juillet dernier, un duel a opposé le F-35 en développement au vieux F-16 lors d'un test. Un duel qui a vu l'ancien modèle l'emporter...

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 17:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 04 Oct.. – CJTF-OIR

 

October 4, 2015 by CJTF-OIR Release # 20151004-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Oct. 3, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted six strikes using fighter, bomber, ground-attack and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted ten strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using bomber, fighter, attack, and fighter-attack aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, three strikes struck three separate ISIL tactical units and destroyed three ISIL structures, two ISIL fighting positions, and an ISIL motorcycle.

• Near Ar Raqqah, one strike struck an ISIL tactical unit.

• Near Mar’a, one strike destroyed an ISIL excavator.

• Near Washiyah, one strike damaged an ISIL excavator.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, one strike struck an ISIL pontoon bridge.

• Near Al Huwayjah, two strikes suppressed ISIL mortar fire and an ISIL mortar position.

• Near Fallujah, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL building, an ISIL heavy machine gun, and an ISIL RPG.

• Near Kirkuk, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL heavy machine gun and an ISIL fighting position.

• Near Ramadi, three strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL VBIED, an ISIL tactical vehicle, six ISIL fighting positions, breached two ISIL obstacles, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed a heavy machine gun and two ISIL fighting positions.

• Near Sultan Abdallah, one strike struck an ISIL tactical unit and two ISIL fighting positions.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, and the U.S.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:20
A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

 

October 3, 2015 By Pierre Tran - Defense News

 

PARIS — Constructions Industrielles de la Méditerranée (CNIM) will pitch a lightly modified version of its L-CAT landing catamaran in an expected US Army tender worth some $450 million for 37 new landing craft, said Philippe Neri, the French company's vice president for naval sales.

Minor modifications on the L-CAT are aimed to cut costs, meet requirements and pitch a “compliant and affordable” vessel in a competition likely to be launched toward the end of the year, he said.

The US Army is looking to buy a fleet of the Maneuver Support Vessel (light), or MSV (L), to replace the Vietnam-era “Mike boat,” or Landing Craft Mechanized 8 (LCM-8), Army acquisition officials said in August.

Speaking from the Toulon base, Adm. Denis Beraud, head of the French Naval Action Force, recalled an incident last winter when an L-CAT encountered some light fire from factions as it sailed from the Dixmude helicopter carrier to evacuate French nationals from Yemen.

“It was a little operation but it showed how useful it is to have ships widely deployed,” he said. In 2012, the Navy also drew on the L-CAT to evacuate foreign nationals from Lebanon.

The catamaran’s 30-knot high speed allows the Mistral, the mother ship, to stay off shore at a safe distance while being able to deliver a relatively heavy load of equipment to the beach, he said. “That saves a lot of time.”

France's Navy has four L-CATs as the government ordered that number for the Mistral projection and command warships and canceled options for two more. “I wish I had six,” Beraud said.

The Navy uses the L-CAT for Army training exercises, deploying troops along the Mediterranean coast. The vessel sails from Toulon to Corsica, runs beach reconnaissance and serves as a logistics platform by deploying six containers on the island, he said. Such exercises are part of the “shore-to-shore” approach.

The L-CAT, a variable shape ship with an adjustable deck  designed for the “ship-to-shore” landing craft mission, could meet the US Army’s requirements for the more autonomous shore-to-shore operation, Neri said. The vessels can be fitted for crew accommodation and sail loaded for 500 nautical miles.

CNIM hopes to sign a partnership agreement on the L-CAT with Fincantieri in the coming weeks, Neri said. The Italian shipbuilder would be prime contractor and CNIM subcontractor under the deal.

A US Army selection is expected an estimated two months after the request for proposals is launched. The services stand to lose budgets if they have not been committed by the summer.

The Army program is due to run for 10 years, with a three-year engineering, manufacturing and development phase producing a prototype, followed by low-rate initial production of four boats and full production after five years. The service is also expected to order medium and heavy versions of the boat, so the pick of the first model is seen as key amid lively competition.

CNIM sees Southeast Asia as a promising market as the L-CAT could serve as a vessel for disaster relief alongside its military mission. The Middle East is also viewed as a key region for sales.

The landing craft carries a civilian certification that allows the Navy to sail it up rivers as well as unload supplies in harbors, Beraud said.

In a separate deal, two L-CATs that were part of the canceled sale of the Mistral to Russia are now part of Egypt’s announced plan to buy the two helicopter carriers, said an industry executive, who confirmed a report in Challenges business magazine.

President François Hollande said he and his Egyptian counterpart have agreed that Egypt will acquire the two Mistrals from the canceled Russian deal. A contract with Cairo is due to be signed with prime contractor DCNS and delivery of the helicopter carriers is due in the first half of 2016, the executive said.

DCNS and CNIM are covered by Coface, the French export credit agency, for the cancellation of the Russian deal, according to a Sept. 29 report from the French Senate finance committee.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:50
UK Reaper Training

October 03, 2015 by Think Defence

A couple of FOI requests that reveal the UK’s training regime for the Reaper.

US Training

UK Personnel stationed at Creech AFB

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:30
Russian Su-30SM

Russian Su-30SM

 

03.10.2015 Romandie.com (ats)

 

Les avions de combat russes ont bombardé samedi des cibles du groupe djihadiste Etat islamique (EI) au quatrième jour de leur intervention en Syrie. Washington et Londres ont continué à dénoncer la stratégie de Moscou visant à défendre le régime de Bachar al-Assad.

L'aviation russe a mené plus de 20 sorties en 24 heures en Syrie et neuf raids ont visé des cibles de l'EI, annonce samedi à la mi-journée le ministère russe de la Défense. Il a précisé que ces frappes ont détruit un poste de commandement et un bunker de l'EI près de la ville de Raqa, la "capitale" de l'organisation extrémiste située dans le nord-est du pays en guerre.

Les avions russes ont en outre détruit un entrepôt de munitions et visé un camp d'entraînement du groupe djihadiste dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon le ministère.

La Russie a affirmé que ses frappes ont semé la "panique" chez le groupe EI, en forçant 600 de ses membres à abandonner leurs positions. "La panique et la désertion ont commencé dans leurs rangs", a affirmé un haut responsable de l'état-major russe, le général Andreï Kartapolov.

 

Civils et enfants tués

Selon un nouveau bilan de L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les frappes russes ont coûté la vie depuis mercredi à 39 civils dont huit enfants et à 14 djihadistes, 12 de l'EI et deux d'Al-Nosra.

Déclenché en 2011 par une révolte populaire brutalement réprimée, le conflit déjà très complexe, a pris un nouveau tournant avec l'implication des Russes, alliés du régime qui a perdu les deux tiers du territoire dans les combats. Or, Moscou considère le régime d'Assad comme un rempart face à l'EI.

C'est pourquoi la Russie vise l'EI mais aussi le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et ses alliés rebelles islamistes, selon des sources syriennes et l'OSDH. Elle a également frappé des petits groupes rebelles soutenus par les Etats-Unis.

 

Critiques occidentales

Les Occidentaux ont critiqué la stratégie russe, estimant que les raids devraient épargner les groupes rebelles qu'ils soutiennent. Les Russes "ne font pas la différence" et "de leur point de vue, ce sont tous des terroristes. Et c'est une catastrophe assurée", a dit le président américain Barack Obama vendredi.

Le premier ministre britannique David Cameron a pour sa part affirmé samedi que l'intervention militaire russe ne faisait qu'aider le président Bachar al-Assad. "Il est évident que la Russie ne fait aucune distinction entre le groupe EI et les groupes syriens d'opposition légitimes. En conséquence, il aide le boucher Assad et ne fait qu'aggraver la situation", a souligné M. Cameron.

Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:20
photo EMA / US DoD

photo EMA / US DoD

 

01/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 24 au 26 septembre 2015, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite à Washington à l’invitation de son homologue américain, le général Martin Dempsey.

 

Cette visite a permis au CEMA français de témoigner sa profonde estime au général Dempsey, qui prenait sa retraite après 41 ans de service, le 25 septembre 2015. Elle lui a aussi permis de prendre contact avec son successeur, le général Joseph Dunfor Junior, devenu le 19ème Chairman of the Joint Chiefs of Staff.

 

Lors de ce déplacement, le CEMA a rencontré Madame Avril Haynes, adjointe de Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale auprès du président américain. Cet entretien a notamment été l’occasion d’aborder les risques liés à la menace terroriste et à la coopération entre nos deux pays.

 

Au-delà du partenariat stratégique qui lie la France aux Etats-Unis, la coopération militaire bilatérale entre nos deux pays s’est trouvée renforcée par la relation de confiance et les liens tissés entre les deux CEMA. Au fil des rencontres, ils ont, de façon continue et approfondie, partagé leurs visions des opérations dans le cadre des engagements en Afrique et au Levant.

 

Dans la bande Sahélo-saharienne, les Etats-Unis soutiennent l’action menée par les forces françaises pour lutter contre les groupes armés terroristes. Au Levant, la France fait partie des principaux alliés engagés dans la coalition menée par les Etats-Unis dans la lutte contre Daech. Cette proximité s’est particulièrement illustrée lors de leur visite conjointe, le 10 mars dernier, sur le porte-avion Charles de Gaulle engagé dans les opérations au Levant.

 

La présence du général de Villiers lors de la cérémonie du 25 septembre, sous la présidence de Barack Obama, témoignait de ce lien fort entre deux chefs militaires dont les armées sont engagées ensembles sur plusieurs fronts.

photo EMA / US DoD

photo EMA / US DoD

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 16:50
A 147th Reconnaissance Wing MQ-1B Predator is parked at Lielvārde Air Base, Latvia, Aug. 31, 2015..jpg

A 147th Reconnaissance Wing MQ-1B Predator is parked at Lielvārde Air Base, Latvia, Aug. 31, 2015..jpg


1 oct. 2015 by NATO

 

Old-school A-10 Warthog ground attack planes and ultra-modern Predator remotely piloted aircraft vie for airspace at Lielvarde airbase in central Latvia.Latvia.

Officials, military personnel and Latvian President Raimonds Vējonis converged on the newly renovated facility to view the Predator in action on its first-ever U.S. deployment in Europe.

 

Note RP Defense : Read US shows off drones at Latvia's Lielvarde airbase

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 15:40
Russian assets and targets in Syria source ISW

Russian assets and targets in Syria source ISW

 

01 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - La Russie a mené jeudi de nouvelles frappes en Syrie en affirmant vouloir combattre non seulement le groupe Etat islamique mais aussi les autres groupes terroristes qui s'opposent au régime de Bachar al-Assad.

Au lendemain des premiers bombardements de l'aviation russe, Américains et Russes vont se réunir d'urgence pour mettre en place un minimum de coordination et de dialogue pour éviter des incidents entre avions de chasse.

L'espace aérien syrien est en effet désormais encombré, entre les missions aériennes des pays de la coalition menée par les États-Unis, les raids de l'armée syrienne et désormais les appareils russes.

Quatre avions russes ont pris jeudi pour cible des bases de Jaich al-Fatah (l'Armée de la conquête), l'un des plus importants groupes rebelles qui regroupe notamment le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et des groupes islamistes comme Ahrar al-Cham, a indiqué une source de sécurité syrienne. Les frappes ont été menées à Jisr al-Choughour et à Jabal al-Zawiya, dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Les avions russes ont également frappé des positions de groupes armés, des bases et des dépôts d'armes à Hawach dans la province de Hama, dans le centre, selon cette source.

L'Armée de la conquête, financée notamment par des pays du Golfe, combat à la fois le régime Assad et l'Etat islamique (EI). Cette coalition de jihadistes et d'islamistes avait infligé au printemps de terribles revers à l'armée syrienne en s'emparant de la province d'Idleb et en menaçant de ce fait le pays alaouite sur le littoral méditerranéen qui, s'il tombait, sonnerait le glas du régime.

L'armée russe a annoncé jeudi avoir effectué de nouvelles frappes nocturnes sur quatre positions de l'EI, qui ont détruit un quartier général des groupes terroristes et un stock de munitions dans la zone d'Idleb, ainsi qu'un atelier de fabrication de voitures piégées au nord de Homs et un camp de combattants de Hama.

Selon des sources américaines, les Russes disposent de 32 avions de combat, dont des bombardiers et des chasseurs Sukhoi, qui sont déployés sur un aéroport transformé en base militaire près de Lattaquié, dans l'ouest.

 

- 'Rumeurs non fondées' -

Après avoir rencontré à l'ONU pour la troisième fois en quelques jours son homologue américain John Kerry, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a balayé les accusations du Pentagone, de la diplomatie française et du chef de l'opposition syrienne en exil, Khaled Khoja, selon lesquelles les pilotes russes n'avaient pas visé l'EI mercredi.

Les rumeurs indiquant que les objectifs de ces frappes n'étaient pas l'EI ne sont en rien fondées, a-t-il déclaré, ajoutant n'avoir aucune information concernant d'éventuelles victimes civiles et assurant que l'aviation russe s'efforçait de procéder à des frappes précises.

Le ministère russe de la Défense avait annoncé mercredi soir avoir procédé à 20 sorties aériennes pour détruire huit cibles sur les positions de l'EI conformément à la stratégie édictée par Vladimir Poutine: prendre les terroristes de vitesse et détruire leurs positions en Syrie, avant qu'ils ne viennent chez nous.

M. Lavrov a indiqué avoir en toute honnêteté dit à son homologue américain que la Russie intervenait, à la demande de la présidence syrienne, pour combattre exclusivement l'État islamique et les autres groupes terroristes.

 

- Qu'est ce qu'un 'terroriste' ? -

Mais la différence d'appréciation qu'ont les Russes et les Occidentaux des terroristes à abattre était de toute façon inévitable. Les Européens, les Arabes et les Américains font le distinguo entre l'EI, le Front Al-Nosra et les rebelles modérés qu'ils soutiennent. Pour Moscou, tout opposant armé au régime d'Assad est un terroriste.

Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a jugé que les frappes ne visaient probablement pas les jihadistes de l'EI et a estimé que l'approche russe tournera mal si elle se fixe pour unique objectif de défendre le régime Assad.

Plus conciliant, John Kerry a déclaré devant le Conseil de sécurité que Washington était disposé à bien accueillir le recours à la force aérienne russe, à condition de viser réellement l'EI et Al-Qaïda.

La télévision officielle syrienne a confirmé des bombardements dans les provinces de Hama (nord-ouest) et Homs (centre).

Mais selon le chef de l'opposition syrienne en exil, qui était à New York, les frappes de Homs ont tué 36 civils innocents dans des zones qui ont combattu l'EI.

Le président russe a justifié ses opérations en Syrie, comme étant le seul moyen de lutter efficacement contre le terrorisme international et a appelé son allié, le président syrien au compromis avec l'opposition tolérée par Damas.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 12:50
Défense: les USA mettent la pression sur la Belgique

 

 

1 Octobre 2015 sudinfo.be

 

L’ambassadrice des États-Unis en Belgique, Denise Bauer, demande à la Belgique d’investir plus dans la défense, lit-on dans une carte blanche publiée dans la Libre Belgique et relayée par la Dernière Heure et De Standaard. «  La Belgique a une solide réputation d’allié fiable au sein de l’Otan  », écrit-elle. « Cependant, après plus de deux décennies de coupes dans les dépenses de Défense, la Belgique se retrouve maintenant parmi les pays membres de l’Otan qui dépensent le moins à la Défense en pourcentage du PIB ».

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 19:55
Ouverture du domaine d’interopérabilité du BPC avec le V-22

 

29/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 28 septembre 2015, le centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S) a tenu la conférence de clôture sur l’interopérabilité entre BPC et aéronef convertible V22-Osprey à bord du bâtiment de projection et de commandement Dixmude. Cette conférence concrétise le résultat de deux années d’investigation et de tests communs.

 

En 2014, les premiers essais débutent grâce à la coopération de groupes expéditionnaires américains (ESG – Expeditionary Strike Groups). Un V22-Osprey effectue pour la première fois des tests d’appontage sur le pont d’envol du Dixmude en février.

 

En juillet dernier, lors de la mission Jeanne d’Arc 2015, des appontages suivis d’exercices de ravitaillement - moteurs coupés - ont apporté la confirmation d’une interopérabilité avec les V22.

 

Une fois l’homologation prononcée par le CEPA/10S, le BPC, se verra doté d’une nouvelle fonction : l’accueil et le soutien de missions opérationnelles de ces aéronefs spécialisés dans le transport de troupes et le ravitaillement.

 

Cette capacité ouvre  la voie à de nouvelles interactions avec les marines américaine et japonaise, cette dernière ayant récemment acquis des V22. Le CEPA débutera prochainement des essais similaires sur le porte-avions Charles de Gaulle.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 18:20
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

29/09/2015 Sources : CEAM

 

Avec une quinzaine de nations et plus de 1500 militaires engagés, la campagne "Bold Quest" est un rendez-vous annuel unique au monde, permettant de valider les capacités opérationnelles interarmées et interalliées. Ces dernières mettent en œuvre des réseaux de données tactiques, dédiés notamment à la mission complexe de Digital Aided Close Air Support (DACAS - appui aérien numérisé). Pour l’occasion, la France a déployé à El Paso (Texas, États-Unis) deux Rafale, ainsi que plus de 135 spécialistes, dont 90 aviateurs et une quarantaine de militaires de l’armée de terre.

 

Des moyens complets déployés

Toute la chaîne de commandement est représentée. Celle-ci intègre tout d’abord cinq équipes JTAC (Joint Terminal Attack Controller - équipes spécialisées dans l’appui aérien rapproché) issues des forces spéciales et conventionnelles de l’armée de l’air et de l’armée de terre. Différents systèmes de remontée et de présentation des informations, tels qu’ALLIANCE, BULDOG et ATLAS, sont également mis en œuvre au sein de structures de commandement appelées TOC (Tactical Operations Center) et ASOC (Air Support Operations Center). Enfin, "Bold Quest" pousse le réalisme jusqu’à inclure la participation de vecteurs aériens réels, comme les Rafale français.

Pour les militaires français, le programme s’annonce chargé, avec un large panel de missions air-sol complexes à réaliser, de type SCAR (Strike Coordination and Reconnaissance – coordination de frappe et reconnaissance), DACAS, ainsi que des vols testant la chaîne Air Land Integration (coordination entre les forces aériennes et terrestres).

 

Une planification rigoureuse

La campagne "Bold Quest" représente plus d’une année de préparation, concrétisée par un premier vol Rafale effectué, lundi 28 septembre 2015. Pour participer à cette campagne, cet appareil a subi quelques modifications permettant d’augmenter ses capacités opérationnelles déjà bien complètes. Dès le convoyage vers les États-Unis, une capacité SATCOM a ainsi été mise en œuvre avec succès. L’évolution majeure réside toutefois tout particulièrement par l’implémentation au sein du Rafale d’une messagerie de type VMF (Variable Message Format). Des tests rigoureux menés par une équipe américaine ont confirmé une intégration parfaitement conforme à la norme. Ainsi, le Rafale a pu être autorisé à effectuer les missions DACAS dès le début de la phase «réelle» de "Bold Quest", appelée LIVEX. Ces tests itératifs doivent en effet être validés avant de pouvoir passer aux phases ultérieures.

 

Des enjeux opérationnels importants

"Bold Quest" doit permettre d’atteindre de nombreux objectifs opérationnels. Pour l’armée de terre, l’effort est porté sur la numérisation et l’acquisition des objectifs, au travers d’un programme appelé NUMACQ. L’interopérabilité des appuis feux est aussi testé via les systèmes ASCA (Artillery System Cooperation Activities) et MIP (Multilateral Interoperability Program).

Les forces spéciales travaillent, pour leur part, à valider le fonctionnement d’une chaîne «bout en bout», reliant ses équipes JTAC et les effecteurs, via une plateforme appelée «C2 C160».

Concernant l’armée de l’air, la cohérence de la gestion de la 3e dimension est à l’honneur, avec notamment l’échange des informations entre les commandos au sol et les avions de chasse, via le système ALLIANCE relié par liaison 16.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:55
Paris, 7 octobre, Espace Bernanos - Marc Fromager : "Guerre, pétrole et radicalisme : les chrétiens d'Orient pris en étau"


source libertepolitique.com
 

La réalité de l'histoire et des origines du conflit qui déchire la Syrie et l'Irak depuis de nombreuses années est peu connue. François Billot de Lochner reçoit Marc Fromager*, président de l'Aide à l'Eglise en détresse-France (AED), qui vient de faire paraître "Guerre, pétrole et radicalisme" (Salvator), un livre précis et poignant qui décrypte le drame des chrétiens d'Orient pris en étau entre les intérêts inavoués des puissances régionales et internationales.

 

Parmi les multiples causes du conflit, les tensions autour du gaz, qui selon toute vraisemblance, sont l'arrière-plan essentiel de la guerre contre la Syrie et plus particulièrement dans la région de Homs. Un éclairage qui permet de mieux comprendre l'attitude de la France et des Etats-Unis, mais aussi de la Turquie, de l'Iran, de l'Arabie saoudite ou de la Russie.

 

* Marc Fromager est le président de l'AED en France. Né en 1968 à Nouméa, père de 6 enfants, il a vécu vingt ans à l'étranger et travaille depuis plus de vingt ans pour l'Eglise. Rédacteur en Chef de la revue  L'Eglise dans le monde, il a fait récemment plusieurs séjours au Moyen Orient. Connu pour sa grande et courageuse liberté de parole, il donne accès à des informations peu utilisées par la plupart des médias.

 

Lieu : Espace Georges-Bernanos, Paris IXe

Date : 07/10/2015

Adresse :
3 rue du Havre
Paris IXe

Horaires : De 19:00 h à 21:00 h

Type d'entrée : Entrée libre

Participation conseillée 5 €

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:30
'Fairview': Latest Snowden Doc Shows NSA Spied on German Intelligence

 

29.09.2015 By Matthias Gebauer, Henrik Moltke and Michael Sontheimer – Spiegel.de

 

Fresh insight into the trove of documents released by NSA whistleblower Edward Snowden has revealed that US spies intercepted sensitive communications between Germany's security agencies during a kidnapping in Yemen.

 

The kidnappers came in an SUV. Not far from the northern Yemeni city of Saada, they ambushed a party of picnickers and captured a German married couple, their three children and four others. That was on June 12, 2009.

The Christian aid workers from Bautzen, Germany, were considered missing for five years, with their deaths only confirmed in August 2014. The kidnappers' identities --and it remains unresolved whether they were apolitical criminals or Islamists -- remains unclear.

The abduction in northern Yemen caused a frenzy of activity in Berlin and in the Yemeni capital. Crisis committees were formed at the German Embassy in Yemen and the Foreign Ministry in Berlin. Diplomats and experts from Germany's Federal Criminal Police Office (BKA) and its foreign intelligence agency, the Bundesnachrichtendienst (BND), frantically tried to obtain background information and establish contact with the kidnappers.

Bad news, however, was soon to follow. Three of the German couple's companions -- two German nurses and a South Korean teacher -- were found shot to death several days after their abduction.

 

Read more

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:20
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

25/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Le chef d’état-major de la marine, l’amiral Bernard Rogel s’est rendu aux Etats-Unis pour assister à la prise de fonction du nouveau Chief of Naval Operations (CNO),l’amiral John M. Richardson. Il a également été reçu au Pentagone où il a pu s’entretenir avec le secrétaire d’Etat à la marine, M. Ray Mabus, et avec l’amiral Michelle Howard, le numéro deux de la marine américaine (VCNO).

 

L’amiral Bernard Rogel, qui avait rencontré l’ancien CNO, l’amiral Jonathan Greenert à de nombreuses reprises, lors de déplacement en France, aux Etats-Unis ou de rencontres multilatérales, tenait particulièrement à assister à son adieu aux armes et à son départ du service actif. Les deux hommes ont noué une relation forte, à l’image de la coopération existant entre l’US Navy et la Marine. Elles savent pouvoir compter l’une sur l’autre. L’année dernière, la frégate Jean Barta assuré le rôle de chef de la défense aérienne du carrier strike groupe (CSG) américain constitué autour du porte-avions USS Rooseveltpuis le groupe aéronaval français a assuré l’intérim complet d’un CSG et une frégate américaine a été intégrée au GAN français. Ces déploiements conjoints démontrent la capacité d’agir ensemble au niveau stratégique et l’interopérabilité accrue des deux marines. Les pilotes français de l’aéronautique navale sont en outre formés aux Etats-Unis et sont les seuls à pouvoir apponter sur un porte-avions américain.

Repost 0
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 07:50
MQ-4C Triton photo US Navy

MQ-4C Triton photo US Navy

 

15 September, 2015 BY: Beth Stevenson - FG

 

London - Ahead of the release of the UK’s Strategic Defence and Security Review (SDSR) next month, Northrop Grumman remains hopeful that the nation’s maritime patrol capability gap can be filled with its MQ-4C Triton high-altitude, long-endurance (HALE) unmanned air vehicle.

 

This is not the first time that Northrop has expressed interest in the UK as a customer for the Triton, and it is eagerly awaiting the review in the expectation that it will address the shortfall in maritime surveillance. “SDSR is ongoing and we’re watching that very closely. We’re hoping that they’ll get a maritime patrol aircraft (MPA) out of it,” says Drew Flood, Triton programme executive for Europe at Northrop. The UK appears to favour the acquisition of the manned Boeing P-8 Poseidon aircraft, and Northrop hopes that it will follow the lead of the US Navy and Royal Australian Air Force in supplementing that platform with the MQ-4C.

 

Read more

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Dutch air force chief dissatisfied with U.S. Army helicopter plan

A U.S. Army CH-47 Chinook helicopter is one of the vehicles that may be replaced by the Future Vertical Lift program. U.S. Army photo

 

LONDON, Sept. 15 (UPI)

 

The U.S. military's Future Vertical Lift program to develop new battlefield helicopters does not impress the top air force chief in the Netherlands.

Royal Netherlands Air Force (RNLAF) commander Lt. Gen. Alexander Schnitger spoke at a rotorcraft panel at the Defence and Security Equipment International exhibition in London on Sept. 14, and voiced his disappointment with the ongoing U.S. efforts to create the next generation of helicopters.

"So far I am not impressed or convinced that the current plans are advanced enough to survive use past 2030," Lt. Gen. Shnitger said.

 

read more

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Putting numbers on capabilities: defence inflation vs. cost escalation

 

Imagine a world without weapons: no battle tanks, no combat helicopters, no nuclear submarines – a world at peace, presumably. This world might soon come true if we believe what US aerospace businessman Norman R. Augustine famously predicted in 1983, namely that “in the year 2054, the entire [US] defence budget will purchase just one aircraft”.

Very little has changed since then: costs for defence equipment are still skyrocketing while, in parallel, our defence budgets have largely slid into a downward spiral. The world, however, has hardly become more peaceful – especially in Europe’s neighbourhood. As a result, a better understanding by policymakers of the relation between (cripplingly) expensive capabilities and complex security challenges appears to be much in need.

 

Download document

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

September 19, 2015 by CJTF-OIR - Release # 20150919

 

Military Airstrikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA – On Sep. 18, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted five airstrike using fighter and ground-attack aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 12 airstrikes coordinated with the government of Iraq using, fighter, fighter-attack, bomber, and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Tal Abyad, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed three ISIL fighting positions.

• Near Al Hasakah, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting position.

• Near Al Hawl, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed two ISIL bunkers.

• Near Dayr Az Zawr, one airstrike destroyed an ISIL check point.

• Near Mar’a, one airstrike struck an ISIL tactical unit.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, one airstrike struck an ISIL tactical unit.

• Near Bayji, two airstrikes struck an ISIL tactical unit and destroyed one vehicle.

• Near Haditha, one airstrike struck an ISIL tactical unit, and destroyed an ISIL sniper position and two ISIL buildings.

• Near Kirkuk, one airstrike suppressed ISIL mortar fire.

• Near Kisik, two airstrikes struck an ISIL tactical unit, and destroyed ISIL mortars, an ISIL cache, an ISIL fighting position, and two ISIL vehicles.

• Near Mosul, two airstrikes struck an ISIL tactical unit, and destroyed an ISIL heavy machine gun, an ISIL fighting position and suppressed ISIL rocket fire.

• Near Ramadi, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL motorcycle

• Near Sinjar, two airstrikes struck an ISIL tactical unit, destroyed an ISIL light machine gun and four ISIL fighting positions and suppressed light machine gun fire.

 

Airstrike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted airstrikes in Iraq include Australia, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom and United States. Coalition nations which have conducted airstrikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates and the U.S.

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:50
Futurs F-16: Lockheed rassure les industriels belges

 

17 septembre 2015 Alain Lallemand – LeSoir.be (Belga)

 

Signature d’un accord de principe entre Lockheed et des industriels belges de l’aéronautique, au cas où la Belgique achèterait des F-35.

 

Le géant américain de l’industrie de défense Lockheed Martin, constructeur du chasseur F-35, a signé ce jeudi avec quatre sociétés belges - Esterline Belgium (anciennement Barco), Sonaca, Sabca et Ilias Solutions - des accords de principe (memorandum of understanding) pour l’exploration de possibles «partenariats industriels» dans l’éventualité où la Belgique, d’une part, confirmerait son intention de remplacer ses chasseurs F-16 et, d’autre part, décidait de les remplacer par le F-35 de Lockheed.

 

Selon l’avionneur américain, «ce protocole d’accord démontre la volonté de Lockheed Martin d’explorer toutes les opportunités de coopération industrielle dans les domaines des technologies avancées de la défense, de l’aéronautique, de l’informatique et de la sécurité». «Ce protocole d’accord soutient toutes les possibilités de partenariats industriels que Lockheed Martin pourrait poursuivre en Belgique» en cas de choix du F-35 «Lightning» par le gouvernement fédéral, a ajouté le groupe dans un communiqué.

 

C’est un pas symbolique mais très intelligent de la part de Lockheed, à un moment de grande interrogation de la part de l’industrie. Non seulement le gouvernement belge n’a pas confirmé d’appel d’offre, mais le plan stratégique militaire qui justifierait un maintien de la capacité de combat aérien de la Belgique n’existe pas encore. Tant Lockheed que les industriels belges ne savent même pas, à l’heure actuelle, dans quel cadre juridique un éventuel contrat d’achat pourrait être contrebalancé par des partenariats industriels favorables à la Belgique. Le protocole donne au moins une indication symbolique sur l’ancrage que souhaite Lockheed en Belgique.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories