Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 11:20
Les faucons noirs au 1er RA

 

04/06/2015 Joseph Dauce - armée Terre 2015

 

Région de Belfort : du 18 au 21 mai 2015, le 1er régiment d’artillerie (RA) a organisé la 3ème édition de l’exercice ROYAL BLACKHAWK, la seule manœuvre interarmes, interarmées et interalliés à se dérouler sur le territoire français.

 

A grand renfort d’éléments de la 3e dimension, les équipes d’observation et de coordination (EOC) du 1er RA ont pu s’entraîner, en vue de leur projection, au plus près des conditions réelles de combat.

 

Détails en images.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
Buzzards Kick Off ACE 15


27 mai 2015 by US Air Force

 

More than 150 Airmen and 12 F-16 Fighting Falcons from the 31st Fighter Wing at Aviano Air Base, at the invitation of the government of Sweden, arrived at Norbotten Wing here in support of Arctic Challenge Exercise 2015.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
Information Warfare: Romania Defends NATO Cyberspace

 

May 28, 2015: Strategy Page

 

 NATO member Romania has been put in charge of a NATO effort to improve Ukrainian Cyber War defenses. This is one of five areas NATO recently agreed to concentrate on in an effort to improve Ukrainian ability to defend itself against Russian aggression.

 

When Romania joined NATO in 2004 Eastern Europe was considered Ground Zero for criminal hacking gangs. There are still a lot of black hat (criminal) hackers around but Romania has made a remarkable turnaround. Romania is now the home of many legitimate Internet security firms and Romanian programmers and engineers are frequently encountered at major software firms like Microsoft. Some twenty percent of Interpols Cyber War experts are from Romania. There are still a lot of black hats active in Romania but the local police have their own growing force of skilled hackers to make Romania a more inhospitable place for black hats. Some Internet security companies actively try to get black hats to come over to the white hat side of the business.

 

Taking on the Ukrainian Cyber War defense assignment is a big opportunity for Romania because if they are successful they will have a high-visibility success for their software industry and an edge in getting contracts from other countries and large corporations to come in and upgrade defenses against hackers and Cyber War attack. Many of these attacks come from black hats in Russia and China.

 

In 2004 Bulgaria, Estonia, Latvia, Lithuania, Romania, Slovakia and Slovenia joined NATO, putting parts of the former Soviet Union (Estonia, Latvia and Lithuania) within NATO and on Russia’s border. Many Russians do not like this, for Russian policy since 1945 has been to establish a "buffer" of subservient countries between Russian territory and Germany and the rest of Western Europe. This attitude is obsolete in a practical sense, but old habits die hard. The Russian government said it was willing to work with NATO in areas of mutual benefit but that did not work out. Now there is a state of undeclared war between Russia and NATO and the Internet is one of the more active battlefields.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:20
photo Royal Navy

photo Royal Navy



28 mai 2015 by Royal Navy

 

A group of Royal Navy and Royal Air Force personnel were at sea onboard USS WASP, joining American colleagues in the latest F-35B Lightning II fast jet trials.

Lightning II is a STOVL aircraft: Short Take Off Vertical Landing. It will place the UK at the forefront of fighter technology, giving the RAF a true multi-role all weather, day and night capability, able to operate from well-established land bases, deployed locations or the Royal Navy's Queen Elizabeth Class Aircraft Carriers.

The Royal Navy’s vision for tactical integration of the F-35B into their current arsenal is similar to the Marine Corps’ plan to integrate the F-35 with legacy aircraft, such as the AV-8B Harrier and the F/A-18 Hornet, and gradually phase out legacy aircraft over the coming decades.

Read the full story: http://ow.ly/NylS6

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:20
photo US Navy

photo US Navy


3 juin 2015 by US Navy

 

ATLANTIC OCEAN (May 2,2 015) The Arleigh Burke-class guided-missile destroyer USS Mitscher (DDG 57), in formation with the French tallship the Hermione in the Virginia Capes, welcomes the French vessel on the U.S. Navy's behalf. The original the Hermione brought French General Marquis de Lafayette to America in 1780 to inform General Washington of France's alliance and impending support of the American Revolutionary War. The symbolic return of the Hermione will pay homage to Lafayette and the Franco-American alliance that brought victory at the Battle of Yorktown in 1781. The Hermione will visit Yorktown, Va., June 5 and then continue up the east coast visiting cities of Franco-American historical significance. (U.S. Navy video/Released)

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 12:50
 The future of anti-submarine warfare


3 juin 2015 by NATO

 

Anti-submarine warfare has dramatically changed since the Cold War. This video looks at new technology and tactics deployed recently during an exercise in the North Sea. Including underwater, unmanned vehicles guided by underwater sensor networks, frigates with variable-depth sonar and specialised airplanes known as Maritime Patrol Aircraft (MPA). We also speak to submarine commanders and scientists on the cutting edge of underwater technology.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 11:50
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

June 3rd, 2015 By Army News Service - defencetalk.com

 

CAMP KONOTOP, Poland: Soldiers, from the U.S., Polish, and French armies, completed a multi-battalion-sized training exercise at Drawsko Pomorskie Training Area in Poland, May 29. Although between NATO allies, Exercise Puma 15 marks the first time the partners have conducted with battalions from each respective nation.

 

The annual Polish-led exercise simulated an operation, where armored assets from the partner nations secure the battlefield by advancing, engaging and securing their assigned objectives.

 

Polish Army Col. Piotr Bieniek, deputy commander of Poland’s 15th Mechanized Brigade, said the exercise was designed to test the abilities and skills of the partner nations in working together.

 

“We’ve been working from the squad all the way down to the platoon level in preparation for this,” Bieniek said. “This is designed to show our capabilities and skills to work together as a team.”

 

Emphasizing the teamwork required for the event, French Army Lt. Col. Henri le Losq, commander of the 12th Cuirassiers Regiment, said it was a great opportunity for him and his unit to work with the other nations.

 

“It was a good opportunity for us to discover and develop tactics and fire,” le Losq said.

 

le Losq said the exercise was about more than just firing tanks – there was also cross training going on with the medical teams.

 

U.S. Army Maj. John Womack, executive officer of 2nd Battalion, 7th Infantry Regiment, 1st Armored Brigade Combat Team, 3rd Infantry Division, said his unit has been training in Drawsko Pomorskie for several months, but participating in Exercise Puma 15 has been unique for his unit.

 

“I think what makes this exciting for us is … doing this kind of training at the battalion level with Polish, French, and American Soldiers working together to make a battalion certification exercise a success as allies,” Womack said.

 

The U.S. units are part of Operation Atlantic Resolve, an ongoing multinational partnership focused on joint training and security cooperation between NATO allies, whose mission is the continued peace and stability of Europe.

 

“We’re here because of the NATO alliance,” Womack said. “The NATO alliance is the strongest alliance in the world, and we’ve proven that.”

 

The final stage of the exercise was conducted with an attack scenario, where an attacking unit passes forward through a friendly line of defense and attacks to seize an objective.

 

The live-fire exercise saw Polish attack helicopters synchronized with U.S. and Polish mortar fire, all while Polish, French and U.S. tank crews engaged and defeated the enemy.

 

After the exercise, Soldiers, of the U.S., Polish, and French armies, participated in a closing ceremony, where individual Soldiers from the participating countries received awards for their work during Puma 15.

 

Multinational exercises are set to continue in NATO countries across Europe throughout the coming months

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 11:20
photo US Navy

photo US Navy

 

Le 2 juin en fin de journée, Le destroyer USS Mitscher accueille l'Hermione, la réplique de la Frégate du Marquis de La Fayette sur les côtes de Norfolk (USA) en Virginie . Un hommage aux marins disparus lors de la bataille décisive de Yorktown en 1781 est rendu en mer à cette occasion.

 

L'Hermione est actuellement à quai à Norfolk pour procéder aux formalités administratives avant de rejoindre Yorktown le 5 mai matin (locale) à 8h00 (14:00 HF) pour sa toute première escale publique du 5 au 8 juin 2015.

Repost 0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 16:55
Un thésard soutenu par la DGA propose un robot résiliant aux dommages

Le premier robot capable de trouver lui-même le moyen de poursuivre sa mission après avoir été sérieusement endommagé. Une prouesse à laquelle contribue un thésard soutenu par la DGA.

 

29/05/2015 DGA

 

 Les travaux menés en collaboration avec des chercheurs de l'Université Pierre et Marie Curie (Sorbonne Universités), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), et de l'université du Wyoming, viennent de relever un défi technologique qui pourrait révolutionner la robotique.

 

Il s’agit du premier robot capable d'apprendre à fonctionner à nouveau en quelques minutes après avoir été endommagé. C’est une véritable rupture technologique, inspirée du fonctionnement animal. Dans la vidéo ci-dessous illustrant ce travail, un robot à six pattes réapprend à marcher avec une patte abimée et une patte manquante.

 

« S’il est endommagé, notre robot se comporte comme un scientifique », explique le jeune thésard soutenu par la Direction générale de l’armement (DGA). « Par exemple, si marcher en s’appuyant essentiellement sur les pattes arrières ne fonctionne pas correctement, le robot essaiera alors de marcher en mettant son poids sur les pattes avant. Ce qui est surprenant, c’est la rapidité avec laquelle le robot découvre une nouvelle manière de marcher : malgré une patte coupée en deux, il ne faut que deux minutes au robot pour trouver une manière efficace de boiter ! » poursuit le jeune thésard.

 

Capable de s’adapter aux dommages en toutes circonstances, les robots pourront enfin assurer des missions plus larges, missions d’aide à la population, par exemple aller chercher des survivants après des catastrophes naturelles ou encore alerter les pompiers en cas de feu de forêt. Cette capacité d’adaptation va décupler les scénarios d’utilisation des robots.

Repost 0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 10:50
photo USAF

photo USAF

 

29.05.2015 – Courrier International

 

Le gouvernement espagnol a donné vendredi son feu vert à la présence permanente sur la base de Moron de la Frontera (sud) d'une force d'intervention américaine de 2.200 hommes pour répondre aux crises en Afrique.

 

Suite de l’article

Repost 0
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 07:50
How the F35B Lightning II works


27 mai 2015 by Defence HQ

 

Royal Navy engineer, Ian Tidball takes you on a tour of F35B Lightning II.

Discover how its capabilities will place the UK at the forefront of fighter technology, giving the RAF a true multi-role all weather, day and night capability. It will be able to operate from well-established land bases, deployed locations or the Royal Navy's Queen Elizabeth Class Aircraft Carriers.

Find out more about the capabilities of the F35B and the new aricraft carriers

Repost 0
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 07:20
photo USAF

photo USAF

 

25/05/2015 Par Jean-Marc Leclerc - LeFigaro.fr

 

Comme une dizaine d'autre vols, l'appareil français a été particulièrement surveillé par les autorités américaines, ce lundi, après des appels anonymes menaçants reçus par la police.

 

Une dizaine d'avions ont été l'objet de menaces jugées non crédibles lancées depuis les Etats-Unis lundi, dont l'une à la bombe contre un appareil d'Air France à destination de New York, qui a dû être escorté par deux chasseurs américains F-15. Dix avions au maximum «ont fait l'objet de menaces» qui «proviendraient pour la plupart de la même source» mais aucune d'entre elles «ne s'est avérée crédible», a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

 

Suite de l’article

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 15:45
FREMM Mohammed VI : Une grande capacité de manoeuvre et une dissuasion à toute épreuve.

FREMM Mohammed VI : Une grande capacité de manoeuvre et une dissuasion à toute épreuve.

 

20/05/2015 Par Ziad Alami

 

Deux frégates de la Marine royale marocaine, RMN Hassan II et la Fremm RMN Mohammed VI, participent aux manœuvres navales regroupant les marines d’Afrique du Nord, d’Europe du Sud et des Etats-Unis. La capacité de dissuasion des deux fleurons de la Marine royale est à l'épreuve.

 

Pour la frégate Fremm RMN Mohammed VI, cette participation au côté de la RMN Hassan II aux manœuvres navales Phoenix Express * en Méditerranée est une grande première. «Les officiers des frégates sont actuellement à bord du Hassan II (612), à Tunis, avec des officiers des pays participants, alors que la Fremm se trouve en Grèce pour d’autres phases de l’exercice», apprend Le360 auprès de FAR-Maroc, site spécialisé dans les activités des Forces armées royales.

 

Cet exercice naval de Phoenix Express qui se déroule actuellement et se poursuivra jusqu’au 25 mai, regroupe les marines d’Afrique du Nord, d’Europe du Sud et des Etats-Unis, selon Nato Maritime Interdiction Operational Training Centre (NMIOTC). Ainsi, les frégates Fremm MNR Mohammed VI et Hassan II MNR côtoieront le destroyer USS Cole (Etats-Unis) et la frégate Meko Turgut Reis (Turquie). Côté algérien, on ignore toujours quel navire participera à l’exercice «mais il est facile de penser qu’une corvette baptisée Djebel Chenoua représente comme à l’accoutumée la marine algérienne», relève le site algérien secretdifa3.net.

 

Lancé le 11 mai à Souda Bay en Crète, l'exercice Phoenix Express 2015 se déroule sur une vaste zone d’opération allant de la Grèce jusqu’en Sardaigne. La phase finale aura lieu le 25 mai à Bizerte en Tunisie. L’exercice comprend un stage au centre de formation opérationnelle pour l’interdiction maritime de l’OTAN, NMIOTIC en Grèce, suivi d’une formation opérationnelle en mer au sud de la Sardaigne, avant le débriefing final. Objectif de cet exercice grandeur nature: coordonner les efforts des différentes marines dans le domaine de l’interopérabilité, la lutte contre les trafics divers et l’immigration clandestine

 

* Phoenix Express is a U.S. Africa Command-sponsored multinational maritime exercise between North African, European and U.S. naval forces designed to increase maritime safety and security in the Mediterranean Sea.

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 11:50
L'hélicoptère Tigre: une exemple de coopération internationale plutôt réussie - photo S.Vincent Armée de Terre

L'hélicoptère Tigre: une exemple de coopération internationale plutôt réussie - photo S.Vincent Armée de Terre

 

20/05/2015 Par le Capitaine de corvette Julien Droit, 22ème promotion de l'école de guerre

 

En matière d'armements, la coopération internationale est toujours synonyme de coût beaucoup plus élevés. Mais, à condition d'une véritable ambition politique, le jeu de la coopération peut être gagnant.

 

Dans le contexte budgétaire actuel fortement contraint, l'exécution de la loi de programmation militaire est incertaine. Le bon déroulement des programmes militaires pourrait être remis en cause car les coûts d'acquisition deviennent de plus en plus élevés. La coopération internationale pourrait être une solution efficace pour réduire significativement ces coûts mais elle se révèle souvent décevante. La performance d'un programme d'armement ne dépend pas tant du nombre de pays participants que de la volonté politique de ces pays.

 

Des coûts toujours plus élevés rendent la coopération indispensable...

Lorsque l'on s'intéresse au coût d'acquisition unitaire des systèmes d'armes modernes, on constate qu'il est en constante augmentation. Pour obtenir un outil de défense toujours plus performant, la recherche et le développement de technologies nouvelles deviennent de plus en plus coûteux. Ces dépenses deviennent si élevées qu'il sera bientôt impossible pour un seul pays d'acquérir et de maintenir en condition de tels équipements. Le programme américain Joint Strike Fighter (JSF) F-35 de Lockheed Martin, avion de combat le plus sophistiqué et le plus cher au monde, en est un parfait exemple. Ici, la coopération internationale permet de réduire les coûts d'acquisition en bénéficiant d'effets de série et de gains relatifs à certains développements communs. Les coûts fixes de recherche et de développement pour maîtriser une technologie sont alors répartis entre les partenaires.

 

... mais elle n'est pas optimale

Keith Hartley et Derek Braddon apportent, dans leur étude publiée en février 2014 dans la revue Defence and Peace Economics, un éclairage sur l'impact du nombre de nations participantes dans les projets collaboratifs. Ils concluent qu'aucune règle générale ne se dégage car les paramètres influençant la performance d'un projet sont difficilement isolables les uns des autres.
L'analyse du retour d'expérience montre pourtant qu'un programme en coopération est plus coûteux qu'un programme national d'un facteur égal à la racine carrée du nombre de nations partenaires. Les temps de développement d'un projet en coopération sont, quant à eux, souvent multipliés par la racine cubique du nombre de nations partenaires. Un programme regroupant 4 pays partenaires est généralement deux fois plus cher qu'un programme national et sa phase de développement dure 1,6 fois plus longtemps. Il faut tout de même garder à l'esprit que les frais étant divisés par le nombre de participants, chaque pays investit moins que ce qu'il aurait dû investir s'il avait été seul.

 

Partenariats: complexité et enjeux politiques...

Deux explications peuvent être apportées. D'une part, lorsque le nombre de pays participants augmente, les relations entre partenaires se complexifient, d'autant plus lorsqu'il s'agit de programmes importants d'armement. Les coûts de fonctionnement de la structure décisionnelle s'accroissent et les prises de décision sont ralenties par la lourdeur des systèmes de gouvernance. D'autre part, les enjeux des programmes d'armement ne sont pas seulement économiques mais aussi politiques. Chaque pays cherche à préserver ses intérêts nationaux en favorisant son industrie de défense pour maintenir ses capacités de production et protéger ses emplois. L'objectif est alors de positionner au travers des programmes de coopération l'industrie nationale pour qu'elle puisse bénéficier de retombées export sous une forme ou une autre. La coopération n'aboutit alors qu'à un compromis rarement optimal avec un montage industriel compliqué et donc risqué. Le retard et les surcoûts des programmes A400M, Tigre ou NH90 témoignent des difficultés de coopération entre les pays clients. Les armées sont alors confrontées à des suivis de configuration extrêmement complexes et à de multiples problèmes de compatibilité de matériel.

 

...malgré de réels succès

En réalité, rien ne prouve formellement que la performance d'un projet en termes de coût et de temps de développement soit affectée par le nombre de nations partenaires. Il suffit de comparer les performances du consortium européen Airbus Industrie regroupant la France, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni, face au géant américain Boeing pour en être convaincu. Citons également le Nato Submarine Rescue System (NSRS), copropriété à parts égales du Royaume-Uni, de la Norvège et de la France qui est aujourd'hui le système de sauvetage de sous-marins le plus performant au monde. Le NSRS n'aurait certainement jamais vu le jour sans la coopération des trois nations car aucune des nations n'aurait pu financer et mettre en œuvre seule ce système.

 

Une véritable ambition politique commune

La performance d'un programme en coopération n'est-elle pas simplement conditionnée par le politique ?
Il semblerait qu'une véritable ambition politique avec un but commun soit la clé pour une coopération réussie. Cependant, elle n'est souvent trouvée que dans le cadre de relations bilatérales. Durant la guerre froide, la coopération franco-britannique s'est illustrée dans des programmes militaires comme les hélicoptères Puma et Gazelle. Aujourd'hui, les frégates Horizon et FREMM témoignent des échanges fructueux entre la France et l'Italie.
Mais l'absence de signaux politiques forts pour relancer l'Europe de la défense est très inquiétante. Depuis 2006, l'organisme conjoint de coopération en matière d'armement (OCCAr) ne développe pas de nouveaux projets structurants même si les ministres européens de la défense ont déclaré en novembre 2008 que l'OCCAr avait vocation à devenir un partenaire privilégié de l'Agence européenne de Défense (AED).

 En 1950, Robert Schuman a su lancer le processus de construction d'une Europe communautaire mais les activités d'armement y avaient été exclues. Aujourd'hui, la nouvelle donne géostratégique et le contexte économique rendent la coopération internationale dans ce domaine incontournable. Les initiatives visant à promouvoir la mise en place de capacités militaires au profit de l'Europe méritent d'être poursuivies. Une réelle politique industrielle commune en matière de défense permettrait aux états européens d'optimiser leurs dépenses militaires.

Repost 0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 16:20
Des pod Sniper pour la Thailande et la Roumanie


15.05.2015 par Info-Aviation
 

Les forces aériennes de Roumanie et de Thaïlande vont devenir les 18e et 19e clients du pod de ciblage AN/AAQ-33 Sniper XR (ATP) a annoncé Lockheed Martin le 11 mai. L’avionneur américain travaillerait en outre avec Dassault Aviation pour intégrer le Sniper ATP sur le Rafale.

 

Le Sniper ATP est équipé d’un imageur thermique infrarouge à ondes moyennes (MWIR), d’une caméra haute définition, d’un télémètre laser, d’un marquage laser et d’un tracker. Sa configuration peut varier en fonction des exigences de chaque client.

Les capteurs du Sniper ATP fournissent aux pilotes une image haute résolution pour le ciblage de précision dans le cadre des missions ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance). Il est capable de détecter, d’identifier, et de suivre automatiquement par laser des petites cibles tactiques à longue portée. Il permet aussi l’utilisation d’armes à guidage par laser et GPS contre des cibles multiples et mobiles.

Une photographie publiée en couverture de IHS Jane’s Defence Weekly du 6 mai montre le Rafale transportant un Sniper ATP sous son pylône central. L’Egypte, qui a récemment commandé le Rafale, a déjà des Sniper dans son inventaire pour ses F-16.

« Le pod visible sur la photo semble être un Sniper ATP, mais il s’agit d’un photo-montage pour illustrer la collaboration entre Lockheed Martin et Dassault pour des essais d’intégration du Sniper ATP sur le Rafale. », a commenté un responsable de Lockheed Martin. Dassault Aviation n’a pas souhaité commenté cette information de son coté.

La quantité exacte de Sniper achetés par la Roumanie ou la Thaïlande n’est pas connue. On sait juste qu’un logiciel spécifique pour leur intégration sera développé à Orlando, en Floride, dans l’usine de Lockheed Martin Missiles and Fire Control (LMMFC).

La Thaïlande va intégrer le Sniper ATP sur ses F-16 A/B Bloc 15 qui sont actuellement modernisés en configuration MLU (Mid-Life Upgrade). La Royal Thai Air Force comprend 39 F-16A et 14 F-16B biplace.

Les F-16 de la Force aérienne roumaine, eux, n’ont pas encore été livrés par le Portugal qui doit fournir neuf F-16A et trois F-16B actuellement en cours de modernisation à la norme MLU M5.2 par OGMA. L’intégration du Sniper sera effectuée avant la livraison à la Roumanie en 2016.

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 11:50
photo Robonic

photo Robonic

 

May 12, 2015 Robonic Ltd Oy

 

Robonic Ltd Oy of Finland (Sagem / Safran) and Lockheed Martin of the United States have signed an agreement to develop a smaller, more efficient and transportable fourth-generation pneumatic launcher for drones, called OHTO.

Under the terms of this agreement, OHTO will be part of the ground support equipment (GSE) suite for the Lockheed Martin Fury, a Group III unmanned aerial system (UAS). In addition, the agreement facilitates licensed production of OHTO in the U.S. by Lockheed Martin.

OHTO will provide outstanding launch capabilities for Group II and III unmanned aerial systems and target drones. It is based on the Kontio launcher, but with significant changes including a higher power-to-weight ratio, reduced footprint and improved mobility, lower operating costs and enhanced reliability.

The Lockheed Martin Fury already uses a Robonic Kontio third-generation launcher to support flight testing and initial operations in its development program.

"This relationship marks an important step forward for Robonic" said Managing Director Juha Moisio. “The Lockheed Martin Fury is a prime example of the depth and breadth of new capabilities that Group III UASs are now offering military customers and prospects in the commercial market. We are very pleased to be working alongside Lockheed Martin, and bringing OHTO into the U.S. market as a fully integrated part of the Fury system.

“OHTO incorporates extensive lessons from the operational deployment of other Robonic launchers over the past decade, in environments ranging from the hot and high deserts of Afghanistan, most notably on Sagem's Sperwer tactical UAV deployed by allied forces, to the extreme cold of the Arctic.

"OHTO is an outstanding fit with the Fury family and will expand its operational capabilities. Our Kontio was the world’s first third-generation catapult launcher for unmanned aerial systems. Robonic is fully committed to continuous innovation, and OHTO clearly demonstrates our current leadership and future objectives in the UAS launcher market.”

*****

Robonic Ltd Oy, based in Tampere, Finland, is a Sagem-owned (Safran) engineering company and the leading unmanned air system launcher manufacturer in Europe. Some 20 different types of tactical UAVs and target drones have used Robonic’s Kontio catapult to date. Robonic's track record in pneumatic launching technology spans over three decades. The company also operates a dedicated unmanned air vehicle flight test center near the Arctic Circle at Kemijärvi in Finnish Lapland.

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 11:30
Terrorisme: Kerry veut de meilleurs accords de sécurité entre les pays du Golfe et les Occidentaux

 

13 mai 2015  Romandie.com (AFP)

 

Antalya (Turquie) - Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a réclamé mercredi de meilleurs accords de sécurité entre les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), les Etats-Unis et les Occidentaux pour combattre le terrorisme, à quelques heures d'un sommet avec le CCG à Washington.

 

Je pense que tous les Etats membres (de l'Otan) sont très conscients que définir un meilleur accord de sécurité entre le CCG, d'autres pays amis et les Etats-Unis sera essentiel pour les aider à repousser le terrorisme, a indiqué M. Kerry avant une réunion des chefs de la diplomatie de l'Otan à Antalya (sud-ouest de la Turquie).

 

Ce genre d'accord de sécurité peut aussi aider à combattre certaines activités qui se déroulent dans la région et qui sont perturbantes pour tous ces pays, a ajouté M. Kerry, faisant allusion à la rébellion des Houthis au Yémen qui a déclenché une campagne de frappes meurtrières d'une coalition de pays arabes emmenée par l'Arabie saoudite.

 

Barack Obama doit accueillir mercredi à la Maison Blanche les dirigeants du Golfe avec un message visant à rassurer: les Etats-Unis, engagés dans des négociations avec l'Iran sur son programme nucléaire, restent vigilants face aux activités déstabilisatrices de Téhéran.

 

En l'absence - remarquée - du roi Salmane d'Arabie saoudite, qui a décliné l'invitation à la dernière minute, le président américain devait s'entretenir dans le Bureau ovale avec le prince héritier Mohammed ben Nayef, ainsi qu'avec le fils du roi et ministre de la Défense, le prince Mohammed ben Salmane.

 

Ce sommet débute quelques heures après l'entrée en vigueur au Yémen d'une trêve humanitaire, mardi soir.

 

Washington et les États du Golfe doivent mettre au point un nouvel ensemble de mesures de sécurité au Proche-Orient. Mais l'exécutif américain est resté évasif sur le type de résultats auxquels il espère aboutir à l'issue de ces deux journées.

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 16:50
Opening speech by HRVP Mogherini at the 4th EU Symposium on security and defence cooperation between the EU and the US


29/4/2015 EU source: European Union Ref: EU15-191EN
 

Summary: 29 April 2015, Washington, DC - Opening speech by High Representative and Vice-President Federica Mogherini at the 4th EU Symposium on security and defence cooperation between the European Union and the United States

 

- Check against delivery -

 

  • (…)The global security environment is changing dramatically. We are talking about big pictures, but it's about people's life(…).
  • (…)Now finally as Europeans we are increasing our efforts to tackle the humanitarian crisis we are facing. As we do that, though, we must also tackle the causes of migrations. Including the conflicts in Europe’s neighbourhood.

 

ON A STRONGER EUROPE IN SECURITY AND DEFENCE

  • Since assuming my functions, 6 months ago, I have stressed the need to work on a stronger Europe when it comes to security and defence matters. Getting at least some integrated defence capacities is something we cannot do without. (…)
  • It is to draw a clearer picture of this more connected, contested and complex world, that I have launched in the EU a Strategic Review, a process of reflection on the implications of the evolving international security environment and the role that EU can and must play in it. (…)
  • (…)This is intended to be a first step in the process that might culminate in a new EU external strategy. This first step will be completed by the end of June, and will provide the basis for further decisions by the EU on how better to prepare for and act upon the challenges to peace and prosperity that we face on both sides of the Atlantic. (…)

 

BUILDING ONWARD

  • (…) Over the years the EU has gained significant experience and can deploy its missions on many different scenarios. (…) Ultimately, we believe that the best approach is to enable our partners in Africa to handle crisis management with minimal outside intervention. Yesterday the Commission adopted a Communication based on my proposal to enable the EU to "train and equip" forces of local partners. Since they will bear the brunt of crisis management, they deserve our strongest support. (…)
  • (…)As we expand our ambitions, we also need to fill our defence capability gaps. At a time of reduced public spending, states seek ways to engage in pooling and sharing of capacities and resources, especially at the high-end capabilities. This can end up providing Europe with a good opportunity to reshape its defence spending. (…)
  • The European Parliament reminds us that the cost of "non-Europe" in defence amounts to some €26bn per year, an enormous amount of money. And even more: 70% of European citizens support more integration in defence. For us, that is a call to action, and we want to fill this gap. (…)

 

ON THE EU-US COOPERATION ON SECURITY AND DEFENCE

  • (…)The United States and the EU are reliable partners on security and defence. Our commitment as Europeans is to move further in this direction.
  • (…)One of the promising strands of our cooperation has been increased military-to-military interaction. We must further step up information-sharing and collaboration between US and EU's military and civilian planners at all levels. We cannot afford to be duplicating efforts. (…)
  • (…)The same applies to transatlantic cooperation on intelligence. Countering violent extremism and stopping foreign fighters has become an all-hands-on-deck job. We can only succeed if we join forces. (…)

 

ON EU-NATO COOPERATION

  • (…)Our work to strengthen our capabilities through CSDP goes hand in hand with deepening ties with NATO. Hybrid, non-linear risks have put a premium on enhanced cooperation and contingency planning. And indeed the EU is strengthening its cooperation with the Alliance; we have developed an excellent working relationship. (…)

Read the full speech [75 KB]

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 12:50
source johnbrownnotesandessays

source johnbrownnotesandessays


30.04.2015 LeMonde.fr
 

L'affaire provoque une tempête politico-médiatique à Berlin. Les nouvelles révélations à paraître dans le quotidien Süddeutsche Zeitung jeudi 30 avril risquent de ne rien arranger : les services de renseignement allemands, déjà mis en cause pour avoir espionné des entreprises européennes, auraient également surveillé de « hauts fonctionnaires » français et de la Commission européenne pour le compte de la NSA américaine, selon le grand quotidien de Munich.

« Le BND [les services de renseignement allemands] a aidé la NSA à faire de l'espionnage politique », écrit le journal, précisant que des écoutes de « hauts fonctionnaires du ministère des affaires étrangères français, de l'Elysée et de la Commission européenne » ont été réalisées à la station d'écoutes bavaroise de Bad Aibling.

 

Suitre de l'article

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 10:20
EDA Chief Executive addresses CSDP symposium in Washington

 

Washington - 29 April, 2015 by European Defence Agency

 

Along with Head of the European Defence Agency and HR/VP Federica Mogherini, EDA Chief Executive Jorge Domecq travelled to Washington on 29 April to attend the 4th Annual Transatlantic Symposium on the Common Security and Defence Policy (CSDP).

 

Bringing together senior EU and US military and civilian leaders, the event provided a forum to discuss the role of CSDP and transatlantic cooperation in addressing challenges such as hybrid warfare, crisis management in Africa, maritime security and global security.

 

Transatlantic cooperation

After an opening address given by Federica Mogherini, EDA Chief Executive Jorge Domecq took part in a panel discussion focused on the reinforcement of the transatlantic security cooperation. There he shared views with Maciej Popowski, Deputy Secretary General, European External Action Service; and Jim Townsend, Deputy Assistant Secretary of Defense for European and NATO Policy, as well as with the rest of the audience.

It is important that we maintain a sound working relationship with NATO”, Jorge Domecq stressed during the conference. “In the current security environment we will need to further enhance this link by avoiding unnecessary duplications and reinforcing the EU’s ability to act as a security provider with the right set of capabilities and a strong and balanced defence industry”, he explained.

 

Constant interaction

We have to keep in mind that each EU Member State can only rely on a single set of forces to achieve EU and NATO ambitions”, the EDA Chief Executive added. “Thanks to constant interaction between EDA and NATO experts, we have already established transatlantic links that could be further developed in the years to come”.

Jorge Domecq also took advantage of this trip to the United States to meet with Department of Defense officials.

 

More information

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/04/2015 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Le processus d'acquisition des neuf prochains drones Reaper français semble être en bonne voie. Le département de la défense américain a annoncé la commande de neuf tourelles multi spectrales de désignation type B de Raytheon dans le cadre d'un contrat FMS (foreign military sales) pour la France. Le coût annoncé du contrat est de 11,6M$. Ces systèmes seront à priori intégrés sur les neufs prochains drones MQ-9 Reaper que la France doit acquérir.

 

Suite de l’article

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:50
German intelligence cooperates closely with the NSA in Bad Aibling.photo Dr. Johannes W. Dietrich

German intelligence cooperates closely with the NSA in Bad Aibling.photo Dr. Johannes W. Dietrich

 

Avr. 24, 2015 by Spiegel.de

 

US intelligence spent years spying on European targets from a secretive base. Now, it seems that German intelligence was aware of the espionage -- and did nothing to stop it.

 

It was obvious from its construction speed just how important the new site in Bavaria was to the Americans. Only four-and-a-half months after it was begun, the new, surveillance-proof building at the Mangfall Kaserne in Bad Aibling was finished. The structure had a metal exterior and no windows, which led to its derogatory nickname among members of the Bundesnachrichtendienst (BND), the German foreign intelligence agency: The "tin can."

The construction project was an expression of an especially close and trusting cooperation between the American National Security Agency (NSA) and the BND. Bad Aibling had formerly been a base for US espionage before it was officially turned over to the BND in 2004. But the "tin can" was built after the handover took place.

The heads of the two intelligence agencies had agreed to continue cooperating there in secret. Together, they established joint working groups, one for the acquisition of data, called Joint Sigint Activity, and one for the analysis of that data, known as the Joint Analysis Center.

But the Germans were apparently not supposed to know everything their partners in the "tin can" were doing. The Americans weren't just interested in terrorism; they also used their technical abilities to spy on companies and agencies in Western Europe. They didn't even shy away from pursuing German targets.

The Germans noticed -- in 2008, if not sooner. But nothing was done about it until 2013, when an analysis triggered by whistleblower Edward Snowden's leaks showed that the US was using the facility to spy on German and Western European targets.

On Thursday, though, SPIEGEL ONLINE revealed that the US spying was vastly more extensive than first thought. The revelations have been met with extreme concern in the German capital -- partly because they mark the return of a scandal that two successive Merkel administrations have never truly sought to clear up.

It remains unclear how much the BND knew, and to what extent German intelligence was involved, either intentionally or not. More crucially, it demonstrates the gap in trust that exists between two close allies.

 

Continue reading

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:50
Transatlantic cables connect U.S. drone pilots to their aircraft half a world away. (Credits Josh Begley)

Transatlantic cables connect U.S. drone pilots to their aircraft half a world away. (Credits Josh Begley)

 

Avr. 22, 2015 By SPIEGEL Staff

 

The US Air Force base in Ramstein is a central and indispensible element in Barack Obama's controversial use of drones in the war against terror. New documents are creating pressure for both Washington and the German government.

 

Read full article

 

Read more : Germany is the Tell-Tale Heart of America’s Drone War

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

28/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 26 avril 2015, dans le cadre de son déploiement opérationnel en Méditerranée orientale, la  frégate de défense aérienne Forbin a conduit avec le destroyer américain USS Laboon différentes activités de coopération opérationnelle.

 

Cette rencontre a permis aux deux unités de partager leur expérience de la zone et de mener à bien de nombreux exercices conjoints : défense aérienne (ADEX), navigation de groupe, exercice de tirs, entraînement à l’utilisation de fréquences tactiques et de liaisons de données… Les activités aériennes n’ont pas été en reste, le Panther du détachement 36F du Forbin a pu réaliser une séance  d’appontages sur la plateforme hélicoptère de l’USS Laboon.

 

Accompagnant le commandant de l’USS Laboon, une délégation américaine composée de quartiers-maîtres, officiers mariniers et officiers de toutes spécialités (cuisinier, manœuvrier, secrétaire, opérateur du central operations, mécanicien, etc.) a été accueillie par les marins du Forbin. Cela a été l’occasion de leur faire découvrir les capacités opérationnelles du bâtiment autant que la gastronomie française, le temps du déjeuner.

 

Parallèlement, des représentants du Forbin se sont rendus à bord du destroyer américain pour améliorer leurs connaissances du fonctionnement d’une unité de l’US Navy.

 

A l’issue d’une journée riche en partage d’expérience, les deux bâtiments ont repris leur patrouille en Méditerranée orientale. Ces contacts à la mer sont autant d’occasion de renforcer l’interopérabilité avec l’US Navy, dans la perspective d’une coordination toujours plus fluide lors d’engagements conjoints.

 

Le déploiement de bâtiments de la Marine nationale en Méditerranée centrale et orientale se réalise dans le cadre d’une mission de présence quasi-permanente des armées françaises dans cette zone d’intérêt stratégique.  Il s’inscrit dans le cadre des fonctions stratégiques « connaissance – anticipation » et « prévention ». Lors de ces déploiements, les actions de coopération avec les marines alliées sont régulières.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 10:50
photo NATO

photo NATO

 

28.04.2015 sputniknews.com

 

Les plans initiaux prévoyaient de créer une force de 5.000 militaires capable de se déployer en quelques jours, en particulier à la périphérie du territoire de l'Alliance.

 

L’Otan compte doubler les effectifs de ses forces de réaction rapide, qui passeront de 13.000 à 30.000 hommes, lit-on dans une déclaration du secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg publiée sur le site de l’Otan.

 

"La situation dans la sphère de la sécurité en Europe subit des changements radicaux", a déclaré le secrétaire général, avant d’accuser la Russie de violer les normes internationales par "ses actions agressives contre l’Ukraine".

 

En outre, M. Stoltenberg a annoncé la création en Europe d’un groupe d’alerte supplémentaire de 5.000 soldats.

 

Lors d’un sommet au pays de Galles, l'Otan a approuvé un plan visant à renforcer sa présence en Europe de l'Est. Les plans initiaux prévoyaient de créer une force de 5.000 militaires capable de se déployer en quelques jours, en particulier à la périphérie du territoire de l'Alliance.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories