Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 07:50
RAF A400M Atlas Aircraft – photo Steve Lympany – Uk MoD

RAF A400M Atlas Aircraft – photo Steve Lympany – Uk MoD

 

14 September, 2015 BY: Craig Hoyle - FG

 

London - Royal Air Force A400Ms will be equipped with an important security system from Airbus Defence & Space, under a new contract with the UK Ministry of Defence.

 

Worth £3.3 million ($5 million) for an initial 15-month activity spanning development to delivery, the deal will lead to the provision of a local crypto key management system. This technology “eliminates the need for crypto equipment aboard an airborne platform to be individually re-keyed before every mission,” says Airbus, which adds that the enhancement will “prevent data compromise that could threaten the safety and security of an aircraft’s mission.”

 

Read more

Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 07:50
Captor-E radar for Eurofighter credits Selex ES

Captor-E radar for Eurofighter credits Selex ES

 

14 September, 2015 BY: Dominic Perry – FG

 

London  - The Euroradar consortium is closing in on the flight-test phase for its Captor E-Scan active electronically scanned array (AESA) radar, for the Eurofighter Typhoon.

 

A pair of instrumented production aircraft (IPA) will be used for the test effort – IPA5 from the UK and IPA8 from Germany – and are nearly ready for radar installation, says consortium chairman Andrew Cowdery. “Both aircraft are nearing completion in terms of accepting the radar,” he says. The €1 billion ($1.1 billion) programme – which is part of a broader capability enhancement for the Typhoon – is "on track" to launch the next phase, which will require a "significant amount" of flight testing to complete the calibration and integration of the new radar.

 

Read more

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 18:50
Calendrier des Think Tanks à Bruxelles (màj 14 Sept.)- RPFranceUE

 

source rpfrance.eu
 

Le calendrier des think tanks, mis à jour chaque semaine, regroupe les conférences et rencontres organisées par les think tanks à Bruxelles.

 

Retrouvez le calendrier de la semaine du lundi 14 septembre 2015. (961ko)

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
UK MOD hackathon to mine the Deep Web

 

14 September 2015 Ministry of Defence and Defence Science and Technology Laboratory

 

The Ministry of Defence (MOD), working with Dstl and KTN, is hosting a hackathon for an enhanced Open Source Intelligence (OSINT) capability

 

MODHack is a unique opportunity to collaborate with software developers, data scientists and innovators to develop ideas and solutions for mining of the deep web, using a range of open source tools and services and build something that has the potential to support the national security of the UK. MODHack will run from midday on Friday 25 to Sunday 27 September at Wallacespace, London and is being hosted by Dstl and the Knowledge Transfer Network (KTN).

MODHack forms one aspect of the wider Catalysing Defence Innovation through Science and Technology (CDIST) project, under which MOD is looking at new approaches for innovation, and mechanisms for engaging with non-traditional Defence suppliers.

There is a huge volume of non-classified and publically available information that could be exploited by the MOD in order to ensure the security of the UK. Today’s web searches use a centralised, one-size-fits-all approach that searches the Internet with the same set of tools for all queries. While that model has been wildly successful commercially, it does not work well for many government cases. The goal of the event will be to help invent better methods for interacting with and sharing information, so users can quickly and thoroughly organise and search subsets of information relevant to their individual interests. Creation of a new domain-specific indexing and search paradigm will provide mechanisms for improved content discovery, information extraction, information retrieval, user collaboration, and extension of current search capabilities to the deep web, and non-traditional (eg multimedia) content.

Dstl is collaborating with the United States Department of Defense, Defense Advanced Research Project Agency (DARPA). Participants may want to consider building on the Open Source tools developed by DARPA under the Memex Programme. The list of Memex tools can be found here. Dstl experts will be on hand to assist with Memex and provide a Cloud development environment. All you need to do is bring your laptop and be up for it! Please note Dstl/MOD will not have a claim on any Intellectual Property you create. You build it, you keep it. Support will be given to the most promising proofs of concept to get a market ready minimum viable product (MVP).

The Proofs of Concept developed will be judged and there will be awards in various categories for coding and concept skills. An exclusive prize is up for grabs to the team that develops the overall winning project - a day out with the Royal Navy Underwater Escape Training Unit at Yeovilton including a dip in the Dunker, dinner in the Officers’ Mess, and a tour of the Fleet Air Arm museum.

To register your interest in attending MODHack, visit EventBrite. Come as a team - or join one on the day.

Please also note, by confirming your attendance at this event, you have agreed to the filming, video, photography and vox pops that will be taken throughout the weekend and the use of these images after the event. If you do not wish to be photographed/filmed please make us aware upon arrival at the event.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
Strong interest for MIDCAS results advancing European RPAS air traffic integration


Brussels - 11 September, 2015 European Defence Agency
 

The MIDCAS (Mid Air Collision Avoidance System) consortium together with the European Defence Agency (EDA) announced the final results of the MIDCAS project at the final stakeholder workshop in Brussels. Major milestones included flight tests with fully automatic avoidance manoeuvres of a Remotely Piloted Aircraft System (RPAS). 

 

Remotely Piloted Aircraft Systems (RPAS) represent an important part of future aviation. RPAS operations are expected to benefit European citizens in the fields of security, disaster relief and many other activities. It is therefore important that RPAS can fly in non-segregated airspace together with today's manned aviation. MIDCAS as the European Detect and Avoid project is a cornerstone to prepare a safe integration of RPAS in non-segregated airspace. 

 

The sixth and final MIDCAS Workshop in Brussels 

Since 2010, five MIDCAS stakeholder workshops have been organised providing opportunity for valuable discussions and exchange of information with stakeholders about the project results and findings. The final workshop, which took place 8 and 9 September, provided a summary of the project, final results and conclusions regarding operational and technical recommendations. ”About a hundred committed and engaged stakeholders from around the world took part in the workshop. This manifests the will and necessity of working together to bring Detect and Avoid to a conclusion” says Johan Pellebergs, MIDCAS project leader. 

 

Flight tests and simulations

Flights with a demonstrator Detect & Avoid (D&A) system integrated in the Sky-Y RPAS test bed have been successful. Fully automatic coupled avoidance manoeuvres were performed by the RPAS based on combined cooperative and non-cooperative detection as well as non-cooperative detection only against manned aircraft on collision course. Flight tests have covered numerous scenarios and sensor combinations bringing RPAS traffic integration a significant step closer to reality. The Detect and Avoid system tested, performs collision avoidance and traffic avoidance using data fusion for various combinations of the included detection technologies. 

Several types of simulations including Monte Carlo simulations, real-time simulations and Air Traffic Control operational simulations have also been performed to validate the system and operational requirements successfully. 

 

MIDCAS is the European Detect & Avoid Project 

The MIDCAS project was launched in 2009 by five contributing Member States (France, Germany, Italy and Spain under the lead of Sweden) under the framework of the European Defence Agency, with a total budget of €50 million. “EDA together with its participating Member States are committed to the operation of RPAS in European airspace coordinated with all other military and civilian traffic. MIDCAS has taken a key step forward to prepare the next generation of high performance European RPAS”, Peter Round, EDA Capability, Armament & Technology Director, says. 

MIDCAS has been carried out by an industrial consortium composed of eleven partners: Saab (project leader) from Sweden, Sagem and Thales from France, Airbus D&S, Diehl BGT Defence, DLR and ESG from Germany, Alenia Aermacchi, Selex ES, CIRA from Italy and Indra from Spain. Throughout the project, external stakeholders such as EASA, EUROCONTROL, EUROCAE and JARUS, were involved in the process. 

 

More information:

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
photo EATC

photo EATC


Thursday 10 September by EATC
 

The EATC celebrated its 5th anniversary with a multinational jump event on 9th September 2015.


On 9th September 2015 the EATC celebrated its 5th anniversary at Eindhoven Air Base. The program of the event included para jumps performed by representatives of EATC Participating Nations (PNs), as well as a Family Day bringing together the families of the EATC personnel.


A German CH-53 from helicopter squadron 64 (Hubschraubergeschwader 64) in Laupheim, Germany, came for the event with 16 professional paratroopers. This helicopter is able to carry 36 passengers or around 24 equipped paratroopers. EATC personnel together with 8 paratroopers performed tandem jumps. One of the tandems was executed with EATC Commander MG Christian Badia. Other paratroopers were carrying the EATC flag and the national flags. In total 40 jumps were executed from an altitude of 4.000 and 3.000 meters.


By developing interoperability – through also cross-paratrooping, cross-national training, aircraft cross-servicing and maintenance – between its PNs, the EATC has managed to increase the overall effectiveness and efficiency of Air Transport missions conducted under its operational control (OPCON). For example, an average of 90.000 paratroopers are dropped each year by assets under EATC OPCON. Moreover, over the last five years the EATC has transported nearly 1.5 million people and 108.000 tons of cargo. Today, more passengers and cargo are transported with less aircraft and fewer flying hours.

photo EATCphoto EATC
photo EATC

photo EATC

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
Stéphane Israël, Arianespace's Chairman and CEO

Stéphane Israël, Arianespace's Chairman and CEO

 

14 septembre 2015 Par HASSAN MEDAH - Usinenouvelle.com

 

L'avenir du lanceur russe Soyouz en Guyane, la question d'un micro lanceur jetable pour répondre au défi des constellations, la concurrence de SpaceX...Stéphane Israël, PDG d'Arianespace revient sur les grands sujets qui secouent l'Europe spatiale.

 

L'Usine Nouvelle : Le lancement de deux satellites Galileo le 11 septembre représentait le douzième tir de Soyouz depuis Kourou. Quelle est la logique de ce partenariat entre Russes et Européens?

 

Stéphane Israël : Dans les années 1990, l'industrie russe s'est rapprochée de partenaires occidentaux pour trouver des débouchés commerciaux à ses lanceurs. Les Américains ont ainsi commercialisé Proton et Zenith, concurrents d’Ariane. Côté européens, Starsem, détenu par Arianespace, Airbus-Safran Launchers, Roscosmos et RKTs Progress, a reçu l'exclusivité de la commercialisation de Soyouz depuis Baïkonour. Nous y avons réalisé, avec succès, 26 lancements depuis 1999 tout en adaptant le lanceur aux besoins du marché. En 2003, la France et la Russie ont décidé de construire un pas de tir pour Soyouz en Guyane. L’idée était d’avoir aux côtés du lanceur lourd Ariane 5 et du lanceur léger Vega un lanceur moyen optimisé notamment pour le déploiement des constellations comme Copernicus et Galileo ou de satellites d’observation de la terre. Comme ces lancements sont institutionnels, il était logique de vouloir les réaliser depuis le port spatial de l’Europe.

 

Suite de l’entretien

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
Foundation stone of EATC new building

 

Friday 11 September - by EATC

 

Dutch Air Chief laid the foundation stone for the new EATC building on 10th September 2015.


On the occasion of its steering-board meeting on 10th September 2015, the EATC is also celebrating the construction of its future permanent building at Eindhoven Air Base.


Dutch Air Chief General Schnitger and Mr Job Dura, CEO of construction company Dura Vermeer, laid the foundation stone of the new EATC building. Expected to be ready for use by Summer 2016, this building will host the seven Participating Nations of the EATC, thus a total of over 220 personnel from the Netherlands, Belgium, France, Germany, Luxembourg, Italy and Spain.


With the construction of the new building NLD has fulfilled the Host Nation’s offer made in 2007 to accommodate the EATC in an infrastructure tailored to its needs. The success of the EATC will be reflected in this new building : it offers the space for the new Participating Nations, Spain and Italy, that joined EATC last year.  


Established in September 2010, the EATC is today at the finish of its 5th year and has successfully developed into the leading organization within Europe for military Air Transport, Air-to-Air Refuelling and Aeromedical Evacuation.


For an overview of the achievements but also the way ahead of the EATC, click on the here:

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
photo Spanish Air Force

photo Spanish Air Force

 

Zaragoza - 09 September, 2015 European Defence Agency

 

Seven aircraft from six countries (Czech Republic, Germany, France, Italy, the Netherlands and Spain) currently gather at Zaragoza Airbase in Spain for the fourth training event this year organised in the framework of the European Air Transport Fleet (EATF). From 6 to 18 September, participants of the European Advanced Airlift Tactics Training Course (EAATTC) will undergo a robust training in order to enhance interoperability between European air forces. A total of 130 flight hours and 63 sorties are planned.

 

The first week of the course will start with tactical awareness academics spread over four half-days and basic flying sorties. The complexity of the missions will increase over the course of the second week to involve low-level flying, cargo and personnel air drop, engine running operations, air-to-air (F18 and Eurofighters) and surface-to-air threats as well as maximum effort landings. At the end of the two weeks course, crews will receive a graduation certificate and patch.   

 

Host country: Spain 

The European Air Transport Command (EATC), EDA and Spain as host nation constitute the “Core Planning Team” of the flying event. Together with a team of international tactical instructors from seven different countries (Belgium, Italy, Spain, The Netherlands, France and Germany), they will challenge the course participants. This is the fourth time that Spain is hosting an EATF event. Moreover Spain has been selected to host the permanent European Airlift Centre (ETAC) with its tactical arrangement currently under development. The Initial Operating Capability (IOC) of the centre is foreseen for September 2016.   

 

Improving interoperability 

Initiated by the European Defence Agency and run by the European Air Transport Command, the EAATTC series of courses aim to provide air transport crews with a robust airlift tactics training syllabus in order to enhance interoperability between European air forces. It takes crews into a theatre-deployment mindset, exposing them to airland and airdrop missions in a tactically-challenging environment. Emphasis is put on aircraft operations and on application of procedures in a changing environment. The EAATTC series of courses is one of the deliverables of the European Air Transport Fleet partnership, launched in 2011 by 20 participating nations under the framework of the European Defence Agency.  

 

More information:

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
The EU role at the 2015 Non-Proliferation Treaty Review Conference

 

14-09-2015 - by SEDE

 

On 21 September the Subcommittee will exchange views on the EU role of the 2015 Non-Proliferation Treaty Review Conference with Jacek Bylica, Principal Adviser and Special Envoy for Non-Proliferation and Disarmament, EEAS.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:50
The future of European drone programmes

 

14-09-2015 - by SEDE

 

On 22 September the Subcommittee will debate the future of European drone programmes with representatives of the European Defence Agency and the European Commission.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:50
"Il faut absolument avancer dans la coopération entre Européens" (Jorge Domecq, Agence européenne de défense)

"Toutes les possibilités d'établir des programmes en coopération sont le seul moyen d'intégrer l'industrie de la défense en Europe", estime le directeur exécutif de l'Agence européenne de défense, Jorge Domecq

 

14/09/2015 par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Lors de l'Université d'été de la défense, qui se tient le 14 et 15 septembre à Strasbourg, le directeur exécutif de l'Agence européenne de défense, Jorge Domecq, appellera à une consolidation de l'industrie de la défense en Europe. Sinon, explique-t-il, "elle perdra des capacités industrielles et technologiques dans les cinq à dix ans".

 

Quelle est votre ambition pour l'Agence de défense européenne (AED)?
Depuis que je suis arrivé à la tête de l'AED, j'ai établi des priorités dans des domaines où je pense que l'Agence peut aider à bâtir une Europe de la défense, qui est inscrite dans le Traité de Lisbonne. Nous devons disposer d'instruments au sein de l'Agence pour atteindre cet objectif. J'ai donc soumis aux ministres de la Défense des pays membres un plan de travail en trois volets pour ne pas disperser les efforts de l'AED : soutenir les efforts des Etats membres dans le développement de capacités structurantes, par exemple dans la mise en place d'un programme de drone de surveillance européen ; contribuer au renforcement de la base industrielle de défense en Europe notamment à travers la Recherche et technologie, être le relais des intérêts de la communauté défense dans les enceintes européennes. Nous ne sommes qu'une petite agence de 125 personnes. Mon action, et donc mon ambition, dépend uniquement de la volonté des Etats membres. Ce sont souvent des questions de souveraineté nationale que nous traitons. Nous ne pouvons avancer qu'avec l'accord des Etats.

 

Quel bilan tirez-vous du sommet européen du 25 et 26 juin?
Il était important que l'Europe se rende compte qu'elle n'a plus de temps à perdre sur les questions de défense. Chaque année qui passe, se pose effectivement la question du poids de l'industrie de la défense européenne. Pourquoi ? Pour être un contributeur à un monde plus stable et un monde en paix, l'Europe doit disposer de capacités opérationnelles et donc d'une base industrielle et technologique robuste . Je voudrais insister sur un élément très important de ce sommet: l'action préparatoire en matière de recherche. La Commission Européenne, en étroite concertation avec l'Agence européenne de la défense, planifie son prochain cycle de financement de projets en recherche et développement incluant - pour la première fois - des possibilités de financement pour la recherche et technologie dans le domaine de la défense. Il s'agit d'une avancée majeure, tant pour les ministères de la défense que pour la Commission européenne. Nous commencerons des 2016 avec des projets-pilotes.

 

Quelles sont vos trois priorités?
Premièrement l'Agence doit se concentrer sur le développement de capacités pour la défense européenne. Et nous voulons développer des programmes en coopération structurants d'un point de vue opérationnel et industriel à la fois pour les grands et les petits pays. Par exemple, dans la lutte contre la menace initiée par les mini-drones. Sur le plan opérationnel, nous devons aider les armées européennes à disposer de capacités leur permettant d'agir ensemble si les pays le souhaitent. Sur le plan industriel, nous devons pousser à une intégration progressive des industries de défense. L'offre capacitaire est aujourd'hui trop fragmentée en Europe. Il faut harmoniser dès le départ les décisions portant sur les besoins militaires des ministères de la Défense. Cela donnerait d'abord de la visibilité aux industriels et pourrait contribuer à une intégration au moment du lancement de la production.

 

Sinon?
Si l'Europe perd ces capacités industrielles et technologiques dans les cinq à dix 10 ans à venir, alors son poids, comme partenaire pour d'autres pays, y compris pour nos alliés, va faiblir. L'Europe deviendra alors un contributeur secondaire. Nous avons donc besoin d'avancer dans les domaines capacitaires et d'avancer vers une plus grande intégration de l'industrie pour qu'elle soit plus compétitive et qu'elle dispose d'un poids technologique à la hauteur des futurs besoins de la défense européenne.

 

Peut-être pouvez-vous influer sur les priorités concernant la recherche?
C'est effectivement notre deuxième priorité. Comme l'Agence n'a ni la taille, ni les instruments régulatoires ni financiers adaptés pour mettre en route une politique industrielle commune à l'Europe, nous avons la possibilité de créer un réseau d'experts pour stimuler la recherche et de consolider les besoins de nos forces armées. C'est précisément dans les activités de recherches et d'innovations que nous pouvons arriver à une harmonisation. La politique de soutien aux PME dans le domaine de la recherche et l'innovation est aussi très importante pour essayer d'intégrer l'industrie européenne de la défense. En général, l'AED doit servir d'outil pour soutenir l'industrie européenne de la défense qui pourrait être confrontée d'ici à quelques années à de graves problèmes.

 

Quels sont les thèmes de recherche que l'AED souhaite développer?
Pour l'AED, il est fondamental que les efforts dans le domaine de la recherche répondent bien sûr à des améliorations technologiques. Mais ce qui est plus important, nous devons concentrer l'élan de notre industrie sur des priorités capacitaires au niveau européen. Un plan de travail, le Plan de développement des capacités (Capability Development Plan), a été adopté par les ministres de la Défense en novembre 2014. Ce sera notre guide pour les efforts dans le domaine de la recherche et des futurs programmes menés en coopération, que ce soit sur une base multilatérale, ou dans le cadre de l'AED.

 

Et votre troisième priorité?
Nous devons nous assurer que les politiques générales mises en place par l'Union européenne dans différents domaines n'ont pas d'impact sur les politiques de défense. Par exemple, le programme européen « Ciel ouvert » avec son pilier technologique SESAR a un impact important sur les capacités des forces aériennes européennes, qui disposent in fine de la plus grande flotte européenne. En Europe, il y a 150.000 vols militaires par an effectués par plus de 9.500 avions. L'AED a été désignée par les ministères de la défense pour représenter les intérêts militaires auprès de la Commission européenne. Nous jouons un peu le rôle de sentinelle de la défense dans les politiques européennes en général. En même temps, l'Agence travaille sur des projets qui vont permettre aux forces aériennes d'accéder à des financements de l'Union européenne pour intégrer des adaptations technologiques sur tous les appareils de contrôle de l'espace aérien dans les années à venir.

 

L'Europe ne devrait-elle pas avoir une défense commune, les menaces étant en grande partie communes à tous les pays européens?
Absolument. Les menaces actuelles au sud et à l'est de l'Europe impliquent une mise en commun des moyens européens. Mais pas seulement. Avec la crise économique actuelle, le mot d'ordre doit être la coopération dans le secteur de la défense. Cela devrait être un must. Au contraire, aujourd'hui seulement 8% des dépenses R&T de défense en Europe sont consacrés à des programmes en coopération. Il faut absolument avancer dans la coopération entre Européens. Mais peut-être pas à 28 sur tous les dossiers. Nous n'avons plus le choix même si nous retardons encore les décisions. Les pays européens doivent dépenser plus efficacement qu'aujourd'hui leurs ressources dédiées à la défense. Par exemple, l'Europe ne peut pas dépenser la moitié de l'argent que les États-Unis mettent chaque année dans la défense et n'obtenir que 15% de leurs résultats en terme de restitution opérationnelle.

 

Quelles économies pourraient faire les ministères de la Défense?
On peut se demander si effectivement il est raisonnable que les ministères de la Défense consacrent 50% des dépenses de défense en Europe aux salaires des personnels au moment où les Etats réinvestissent dans leurs capacités de défense. Déjà 16 pays de l'OTAN, dont douze pays de l'Union européenne, ont décidé d'augmenter leurs dépenses de défense C'est très important que des pays arrêtent de couper leurs dépenses de défense. Il faut que cet argent soit dépensé de façon plus efficace. Notamment qu'il bénéficie à des efforts de recherche menés en commun, ou à des programmes en coopération dans le domaine de l'armement.

 

Mais les programmes en coopération coûtent en général plus cher que les programmes nationaux...
... Pas dans tous les cas. Il est clair que nous avons eu des mauvaises expériences dans le domaine de la coopération dans le passé. Tout le monde a en tête des programmes qui ont coûté beaucoup plus cher qu'initialement prévu, y compris parce que la l'architecture mise en place pour mener à bien ces programmes n'était pas appropriée ; et aussi parce que les Etats ne sont pas parvenus à harmoniser leurs spécifications. C'est le cas sur l'hélicoptère de transport, le NH90. Mais il faut se demander si c'est raisonnable et soutenable de maintenir encore 14 types de chars de combat et 19 véhicules blindés en Europe. La coopération est vraiment nécessaire.

 

Comment pouvez-vous réduire les surcoûts des programmes en coopération?
Le travail de l'Agence est d'identifier les besoins capacitaires très tôt et de tenter rallier le plus grand nombre de pays sur un programme avant même que la chaine de décision au niveau national commence à bouger. Dès qu'il y a des intérêts nationaux et industriels, il est beaucoup plus difficile de faire travailler ensemble des pays sur un programme. C'est pour cela que qu'il est très important de commencer à faire bouger les lignes avec la recherche. Nous devons absolument faire ce travail sur les lacunes capacitaires européennes déjà identifiées.

 

Et concrètement? 
Sur les futurs programmes en coopération, nous devons agir différemment. Premièrement, nous devons harmoniser les besoins militaires très tôt et, ensuite, laisser l'industrie exécuter le programme sans aucune intervention des Etats. Deuxièmement, il faut absolument réduire les temps de prise de décision dans les pays membres. Cela prend trop longtemps et, parfois, les capacités arrivent en retard. Ce sont deux axes de travail sur lesquels l'Agence va se concentrer. Nous devons nous inspirer des industries les plus novatrices dans le domaine civil.

 

L'AED pourrait-elle lancer le futur système aérien de combat piloté ou pas?
Cela pourrait être un programme structurant. En tout cas, l'Agence est là si les pays membres souhaitent profiter de ce cadre. D'autant que l'Agence agit à la carte. Il n'y a aucun problème de lancer un programme avec deux pays ou plusieurs. Nous travaillons à la mise en place d'incitations fiscales pour favoriser les coopérations. C'est également un axe de travail très important.

 

Quel est le niveau d'adhésion des pays européens à une Europe de la Défense ? Existe-t-il vraiment une adhésion collective, notamment des pays appartenant à l'OTAN?
J'aimerais que les Etats membres utilisent plus l'Agence qu'ils ne l'utilisent aujourd'hui. Il faut avancer à la carte. L'AED a le potentiel pour faire plus en matière d'Europe de la défense mais il faut que les Etats viennent à l'Agence avec des programmes qu'ils veulent mener en coopération. Et cela ne concerne pas seulement les pays appartenant à l'OTAN. Car des pays qui ont foi en l'Europe de la défense n'utilisent pas l'Agence au maximum. J'aimerais que cela change.

 

Même le concept de "pooling and sharing" n'a pas véritablement explosé...
... L'idée de "pooling sharing" est encore là. Mais ce concept est arrivé au moment où les budgets de défense étaient réduits. En réaction, les pays ont renationalisé leur approche de la défense pour sauver des emplois. Mais nous avons eu des réalisations intéressantes dans le domaine de l'entrainement par exemple. Même les pays les plus eurosceptiques participent à des programmes dans le domaine des hélicoptères, des avions de transport. Des programmes qui représentent une vraie possibilité pour mieux utiliser les moyens réduits dont l'Europe dispose.

 

En clair, vous défendez une politique des petits pas.
Peut-être mais cette initiative va déboucher dans deux ou trois ans sur la création de groupes d'utilisateurs (« users groups »). Des pays, qui ont une même capacité, pourraient décider de se regrouper en matière d'appui logistique, d'entretien, de pièces détachées. Ce qui leurs ferait faire des économies. C'est le futur pour beaucoup de pays. Et je crois, même si c'est une question très sensible, à une spécialisation du travail dans le domaine de la défense. De facto, cela est déjà en train de se produire. Il y a beaucoup de taches que des pays ne peuvent plus se permettre de continuer à faire. Par exemple, des pays n'ont plus de capacités dans la lutte contre les mines. Ils confient cette mission à un autre partenaire ou à un allié. Cette division du travail existe déjà dans les pays du Benelux.

 

Et que pensez-vous des pays qui achètent du matériel américain?
J'ai un message pour ces Etats. Dans les pays qui sont en train d'augmenter leurs dépenses de défense, je souligne la responsabilité des gouvernements dans le processus d'intégration de leur industrie dans l'industrie européenne de défense. Ils ont la possibilité avec les systèmes de défense du futur d'établir une base technologique dans leur pays. J'attends qu'ils prennent une décision dans ce sens. C'est à eux de décider quel est le meilleur chemin pour disposer à l'avenir d'une base industrielle dans leur pays.

 

Prenons l'exemple de la Pologne qui a le choix d'acheter du matériel américain ou de profiter d'offres de transferts de technologies importants de la part de l'industrie européenne.
Au-delà de ces achats de court terme, je pense que le point le plus important, dans le cas de la Pologne ou d'autres pays, est d'identifier des programmes de coopération pour produire les prochains systèmes dont nous aurons besoin. Il faut commencer maintenant car les systèmes dont les militaires vont avoir besoin devront livrer dans cinq à dix ans. La Pologne doit prendre ces décisions maintenant. Par exemple, nous devons penser à produire la troisième génération de chars de combat en Europe. Faisons-le ensemble et pas chacun dans son coin.

 

Justement le rapprochement entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann n'est-elle pas une bonne base de travail?
Toutes les possibilités d'établir des programmes en coopération sont le seul moyen d'intégrer l'industrie de la défense en Europe.

 

Vous avez beaucoup évoqué une intégration industrielle européenne. Pourquoi ne pas consolider l'AED, l'OCCAR et la NSPA (Nato Support and Procurement Agency)?
La défense est un domaine très complexe... Et chaque pays a ses arrière-pensées et ses difficultés théologiques qu'il faut respecter. Il faut jouer avec les équipes que l'on a.

 

Mais mettre la préparation de l'avenir, l'exécution des programmes et leur entretien ne serait-il pas logique?
Bien sûr mais la logique politique n'a pas toujours l'obligation de suivre la logique matérielle.

 

Aujourd'hui comment l'AED et l'OCCAR coopèrent?
La relation est très bonne. Nous avons les idées très claires sur ce que nous devons faire à l'AED et à l'OCCAR. Et je peux vous citer un exemple - l'acquisition d'une flotte d'avions ravitailleurs pour la Pologne, les Pays-Bas et la Norvège - où notre coopération a été efficace. L'AED a déterminé les besoins militaires et le business case. Puis l'OCCAR va s'occuper de la procédure d'achat des avions. Et enfin, l'entretien des appareils sera confié à une agence de l'OTAN, la Nato Support and procurement agency (NSPA). Dans ce cas, il y a eu une division du travail. Par ailleurs, l'AED travaille à convaincre d'autres pays à se joindre à ce programme. D'ici à la fin de l'année, au moins deux autres pays devraient rejoindre le programme.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:30
photo Eurofighter

photo Eurofighter

 

September 14, 2015 By Eurofighter GmgH

 

Germany: The Eurofighter Consortium today welcomes the State of Kuwait as a new member of the Eurofighter community.

 

This new international success follows an order from the Sultanate of Oman for 12 aircraft in December 2012 and it is a further evidence of growing interest in the Eurofighter Typhoon across the globe and in the Gulf Region in particular with the Kingdom of Saudi Arabia and the Sultanate of Oman who have already ordered this combat aircraft.

 

On behalf of the consortium and its Eurofighter Partner Companies (EPC) the CEO of Eurofighter, Alberto Gutierrez, said: “This new agreement is the confirmation of the superiority of the Eurofighter over its competitors and will provide a great opportunity for further Eurofighter orders. We are delighted to welcome Kuwait as the newest member of our Eurofighter Typhoon family. The Eurofighter is already proven and trusted by six nations to perform in all operational environments.”

 

With Kuwait, the Eurofighter Typhoon confirms its role as Europe’s largest military collaborative programme with a total of 599 aircraft committed. It provides leading-edge technologies and strengthens Europe’s defence industry in international competition. More than 100,000 jobs in 400 supplier companies are involved in this four-nation programme and deliver significant contributions.

 

Since entry into service of the first Eurofighter Typhoon at the end of 2003, 444 aircraft have been delivered to six nations: Germany, the United Kingdom, Italy, Spain, Austria and Saudi Arabia. In December 2012, Oman became the seventh customer and ordered a total of twelve aircraft.

 

Eurofighter Typhoon is currently in service at 22 operational units and up to now, the whole fleet has completed more than 300,000 flying hours worldwide.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:50
EUNAVFOR Med: Council adopts a positive assessment on the conditions to move to the first step of phase 2 on the high seas


 

The Council adopted a positive assessment that the conditions to move to the first step of phase two on the high seas of EUNAVFOR MED have been met, the naval operation having fulfilled all military objectives related to phase 1 focusing upon the collection and analysis of information and intelligence.

This assessment is part of the formal steps required in the process of transitioning the operation to phase 2 on the high seas and will be followed soon by a force generation conference and approval of rules of engagement for phase 2 on the high seas. Once these rules are agreed and the Operation Commander indicates that he has the required assets, the EU Ambassadors within the Political and Security Committee will decide when to launch the first step of phase 2.

This important transition will enable the EU naval operation against human smugglers and traffickers in the Mediterranean to conduct boarding, search, seizure and diversion on the high seas of vessels suspected of being used for human smuggling or trafficking, within international law.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 04:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan est intervenu ce matin en mer Ionienne, sur demande de l’agence européenne FRONTEX à Rome, pour procéder au sauvetage de 140 naufragés en situation de détresse à bord d’un vieux navire de pêche à court de carburant. Il a ensuite débarqué les personnes secourues dans le port de Pozzallo en Italie. Sur place, les naufragés sont pris en charge par les secours et l'administration italienne.

 

Plus d’informations sur le site de la Marine nationale

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:30
photo Defensie.be.

photo Defensie.be.

 

12 septembre 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le ministre belge de la Défense Steven Vandeput s’est dit samedi « prêt » à envoyer des soldats sur le terrain en Syrie, mais seulement dans le cadre de « missions de suivi » au sein d’une coalition internationale.

 

La Belgique a déjà participé ces derniers mois à des opérations aériennes contre l’organisation djihadiste État islamique (EI) en Irak avec la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

 

« Si une coalition similaire est créée en Syrie, nous ne pouvons pas rester sur la ligne de touche », a expliqué M. Vanderput dans un entretien au quotidien flamand De Morgen.

 

« Il n’y a pas d’autres solutions, à terme, que de déployer des troupes pour rétablir la paix. Autrement, une action militaire n’a que peu de sens », estime le ministre belge.

 

« Il faut d’abord rétablir le calme en Syrie, et ensuite rester sur place pour le protéger », ajoute-t-il, en référence à la situation chaotique en Libye.

 

« Nous n’allons pas jouer les Rambo, mais si des conditions claires sont établies, je suis prêt à envoyer des troupes belges au sol en Syrie », affirme M. Vanderput en soulignant toutefois qu’il s’agirait de « missions de suivi », comme la surveillance de camps, ce que l’armée belge fait déjà au Mali.

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 16:50
DCNS et Fincantieri négocient un rapprochement dans les bâtiments de surface

Fincantieri et DCNS qui ont développé en commun la frégate multimissions FREMM, vont se rapprocher dans les bâtiments de surface (Crédits : DCNS)

 

11/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les deux groupes navals ont signé un "Head of Agreement" (HoA) en vue de négocier un rapprochement à 50/50 dans les bâtiments de surface, selon nos informations.

 

C'est un coup de tonnerre dans l'industrie navale militaire européenne. DCNS et Fincantieri sont actuellement en train de négocier un rapprochement à parité dans les bâtiments de surface, selon des sources concordantes. Avec le soutien de Paris et de Rome et de leur conseil d'administration respectif, les deux groupes navals, qui ont développé en commun le programme de frégates multimissions (FREMM), ont secrètement signé cet été un "Head of Agreement" (HoA), un document non engageant pour encadrer leurs négociations après des discussions entamées depuis la fin de l'année dernière.

En France, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui a déjà à son actif le rapprochement réussi entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann dans l'armement terrestre, suit le dossier de très près. Et pour cause, il est l'ancien maire de Lorient, le principal site concerné de DCNS. Interrogé par La Tribune, le groupe naval n'a pas souhaité faire de commentaires.

 

Des négociations qui vont être compliquées en France

Le PDG de DCNS, Hervé Guillou, s'est toujours dit prêt à participer à une consolidation du secteur : "Je ne peux faire aucune prévision concernant une éventuelle consolidation ou m'engager sur un calendrier mais je m'engage à être prêt si un tel  moment se présente". Mais pour pour celui, qui a la "foi du charbonnier", comme il l'a si souvent répété aux journalistes qui posaient des questions sur les alliances, la partie est toutefois compliquée à jouer.

Car il est également engagé dans une négociation très difficile avec les syndicats pour faire accepter son plan de performance qui prévoit une baisse de 1.000 postes sur trois ans, hors production, au travers de départs en retraite non remplacés et d'incitations au départ. De même, DCNS souhaite le déménagement de plus de 250 postes des sites d'Îles de France vers la province. Pas sûr que les syndicats lui accordent un blanc-seing pour cette négociation avec Fincantieri.

 

Morcellement de l'industrie navale européenne

Le morcellement de l'industrie navale militaire européenne se résorbe peu à peu grâce à une consolidation au niveau national autour de grands maîtres d'œuvre dans six pays avec BAE Systems (Royaume-Uni), DCNS (France), Fincantieri (Italie), ThyssenKrupp Marine (Allemagne), Navantia (Espagne) et Damen (Pays-Bas). Des groupes qui se retrouvent en concurrence frontale pour les marchés à l'export.

DCNS, détenu à 62,48% par l'Etat et à 35% par Thales, réalise plus de 90% de son chiffre d'affaires dans le militaire tandis que Fincantieri, qui est également très intéressé par STX, n'y enregistre qu'environ 25 % de ses ventes. Pour autant, le chantier naval italien, détenu à 27,5% par une une holding financière étatique (72,5% dans le flottant), est le principal constructeur militaire italien.

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 12:55
photo Thales Alenia Space

photo Thales Alenia Space

 

Paris, le 11 septembre, 2015 - thalesgroup.com

 

Thales Alenia Space a signé avec le Centre national d’études spatiales (CNES) un contrat d’étude de faisabilité pour le développement des satellites d’observation optique à haute résolution destiné à succéder aux satellites Pléiades au début de la prochaine décennie. D’ici le second semestre 2016, cette étude s’attachera à définir l’architecture optimale de ces satellites et le choix des technologies à mettre en œuvre.

Fournisseur de tous les instruments optiques à haute résolution en Europe depuis Helios 1  lancé en 1995, Thales Alenia, en co-traitance avec Airbus Defence & Space, .participera aux choix de conception de niveau satellite et sera en charge plus particulièrement de la charge utile et les systèmes associés.

Ce satellite permettra de qualifier en vol les technologies de rupture développées par Thales Alenia Space dans le cadre de travaux de R&D financés par la DGA et le CNES, dont le programme OTOS (Observation de la Terre Optique Super-Résolue) de l’agence spatiale française.

« Ce nouveau programme va permettre de pérenniser l’excellence de la filière spatiale optique française en renforçant l’équipe de France industrielle pour préparer les futurs programmes d’observation, qu’ils soient duaux et de défense au niveau national, ou destinés à l’export » a déclaré Jean-Loïc Galle, Président Directeur Général de Thales Alenia Space.

Thales Alenia Space bénéficie d’une expertise inégalée en Europe dans ce domaine grâce aux programmes d’observation optique à haute résolution Hélios 1 et 2, Pléiades et CSO en France, ainsi qu’à plusieurs programmes à l’export dont Falcon Eye aux Emirats Arabes Unis et Göktürk 1 en Turquie.

 

A propos de Thales Alenia Space

Acteur spatial incontournable en Europe dans les domaines des télécommunications, de la navigation, de l’observation de la terre, de l’exploration et de la réalisation d’infrastructures orbitales, Thales Alenia Space est une Joint-Venture entre les groupes Thales (67%) et Finmeccanica (33%). Aux côtés de Telespazio, Thales Alenia Space forme la Space Alliance et propose une offre complète de solutions incluant les services. Grâce à son expertise unique en matière de missions duales, de constellations, de charges utiles flexibles, d'altimétrie, de météorologie ou d'observation optique et radar haute résolution, Thales Alenia Space se positionne comme le partenaire industriel naturel pour accompagner les grands pays dans le développement de leur plan spatial. Thales Alenia Space a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 2 milliards d’euros en 2014 et emploie 7500 personnes dans 8 pays. www.thalesaleniaspace.com

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 11:50
Bataillon de chars 17 - CR2015 Review

 

11 sept. 2015 Bataillon de chars 17

 

Le bataillon de chars 17 est un corps de troupe de l'armée suisse rattaché à la brigade blindée 1. Review réalisé à partir d'images tournées lors du CR 2015 dans la région de Wichlen/Hinterrhein.

The 17th tanks battalion is a military unit of the swiss armed forces. This review is made from footage shot during the 2015 annual course in the region of Wichlen/Hinterrhein.

Facebook: facebook.com/batchars17
Site Web: batchars17.ch

Réalisation:
Maj Penseyres
Sdt Gaillet
Sdt Duperret

Montage:
Sdt Gaillet

Music:
Two Steps from Hell - Archangel

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 11:35
A British soldier learning Counter IED drills. U.K. Ministry of Defense photo by Sgt Ian Forsyth RLC

A British soldier learning Counter IED drills. U.K. Ministry of Defense photo by Sgt Ian Forsyth RLC

 

Sep 11, 2015 by Richard Tomkins (UPI)

 

Britain plans to gift Pakistan spare parts and other equipment to support counter-explosive equipment previously given to the country.

 

The intention to donate more than $1.5 million of equipment was announced earlier this week by Defense Secretary Michael Fallon.

 

"I'm pleased that we are able to offer this support package as our counter-IED work is part of our close partnership with Pakistan and our shared determination to fight terrorism," Fallon said.

 

"By working together, we will make our streets safer at home in the UK and in Pakistan. Pakistan has a rapidly expanding C-IED capability, with over 5,000 of its security forces trained, and more of these IEDs are being defeated across the provinces and lives are being saved. Pakistani battalions, who have benefited from UK support, have been operating for more than a year as part of the military's counter-terrorism operations."

 

Britain last May completed a three-year program to help Pakistan develop a multi-agency ability to counter improvised explosive devices. Counter-IED equipment, including mine detectors, were donated to the country. A new three-year support package was then offered to Pakistan, which borders Afghanistan and which faces its own extremist threat.

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 10:25
30-satellite Galileo constellation Credits P. Carril - ESA

30-satellite Galileo constellation Credits P. Carril - ESA

 

11.09.2015 Romandie.com (ats)

 

Deux satellites destinés au système européen de navigation Galileo ont été placés en orbite "avec succès" vendredi par le lanceur russe Soyouz, selon Arianespace. Il s'agit du 9e et du 10e satellites de la constellation Galileo, qui doit en compter 30 d'ici 2020.

 

"La mission a été parfaitement réussie", a déclaré Stéphane Israël, le PDG de la société française Arianespace. "Aujourd'hui, c'est un succès pour Galileo", a-t-il dit depuis le Centre spatial guyanais.

La fusée Soyouz avait décollé du port spatial de l'Europe à Kourou (Guyane française) le 10 septembre à l'heure prévue, à 23h08 heure locale (11 septembre, 04h08 heures suisses). Tout a fonctionné comme prévu et Fregat, l'étage supérieur de la fusée, a largué les satellites sur leur orbite cible, à une altitude proche de 23.500 km, 3 heures et 48 minutes après la mise à feu du lanceur.

 

Bientôt une couverture mondiale

"Le rythme de déploiement de la constellation Galileo s'accélère", a estimé Jan Woerner, directeur général de l'ESA, cité dans un communiqué. "Avec l'augmentation constante du nombre de satellites en orbite et l'implantation de nouvelles stations au sol dans le monde entier, Galileo aura bientôt une couverture mondiale. Le jour où Galileo atteindra sa capacité opérationnelle complète approche, et ce sera un grand jour pour l'Europe", a-t-il souligné.

Projet emblématique de la Commission européenne, Galileo vise à réduire la dépendance de l'Europe à l'égard du GPS américain, tout en améliorant les services rendus aux utilisateurs grâce à sa très grande précision dans de très nombreux domaines (routier, maritime, agricole, etc). Mais il a essuyé de nombreuses difficultés au fil des ans, accumulant les retards et voyant son coût s'accroître.

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 08:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

11/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les essais comparatifs des fusils d'assaut étrangers présélectionnés, qui remplaceront les FAMAS, vont très prochainement commencer. Le ministère de la Défense va notifier en 2016 un contrat à un des cinq armuriers européens encore en compétition.

 

Ils sont cinq fabricants à se disputer le marché français de remplacement des FAMAS dans le cadre de l'appel d'offre européen AIF (armement individuel du futur) évalué entre 200 et 250 millions d'euros. Et ils sont cinq industriels, tous de nationalité  étrangère, à lorgner un marché d'environ 90.000 fusils d'assaut (contre une cible initiale de 101.000) destinés aux trois armées, dont 70.000 pour l'armée de terre, ainsi que le commandement des opérations spéciales (COS). La loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit l'acquisition de plus de 21.000 fusils d'assaut alors qu'initialement l'armée de terre devait en être entièrement équipée vers 2018, selon les déclarations d'octobre 2013 de l'ancien chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract-Madoux.

Le belge FN Herstal, l'italien Beretta, l'allemand Heckler & Koch (HK), le suisse Swiss Arms (ex-SIG Arms) et enfin, semble-t-il, le croate, HS Produkt, ont été invité par la direction générale de l'armement (DGA) à participer très prochainement à des essais comparatifs. En revanche, Thales, qui a développé le fusil d'assaut F90 sélectionné en août par l'armée australienne, n'a pas souhaité participer à cet appel d'offre en raison de contraintes techniques exigées par la DGA.

 

Notification en 2016

Initialement attendue fin 2015, la notification de ce marché ne devrait intervenir que l'année prochaine, peut-être au début de 2016. Car les premières livraisons sont attendues dès 2017, comme l'avait expliqué en mars à l'Assemblée nationale le chef de l'état-major de l'armée de terre, le général Jean-Pierre Bosser. Il n'est que temps car le parc moyen des FAMAS est âgé en moyenne de 25 ans. Le successeur du célèbre fusil d'assaut de la manufacture de Saint-Étienne sera choisi à l'issue d'une évaluation de plusieurs modèles de fusils d'assauts sur étagère au calibre 5,56 mm OTAN, a expliqué le ministère de la Défense en réponse à une question au député Les Républicains Jean-François Lamour.

La conception du futur intègrera nécessairement une culasse calée et un tube rayé à 7 pouces contrairement au FAMAS qui possède une culasse flottante avec un tube rayé à 12 pouces. Ces caractéristiques donneront à l'AIF la capacité de tirer toutes les munitions 5,56 mm au standard OTAN avec un niveau de sécurité encore supérieur à celui du FAMAS. Le Délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, avait précisé dès octobre 2013 qu'il "faudra procéder à des achats sur étagère ne nécessitant pas d'adaptations trop importantes auprès d'industriels allemands, belges, voire suisses".

 

Nexter, la clé de ce marché?

Selon une source proche du dossier, l'industriel qui aura la bonne idée de se rapprocher de Nexter, pourrait obtenir ce marché même si la DGA n'a exigé aucune obligation en termes de compensations industrielles pour l'armurier sélectionné dans l'appel d'offre. Si telle était le cas, cela permettrait de donner une activité de sous-traitance au site de Tulle, Nexter Mechanics qui travaille encore sur le FAMAS : maintien en condition opérationnelle (MCO) du fusil d'assaut, modernisation (retrofit) et intégration du FAMAS dans le cadre du système Felin, le programme soldat du futur. Tulle a été l'un des grands armuriers de France jusque dans les années 80. C'est aussi le cas de la société Manurhin, basée à Mulhouse et qui espère des retombées industrielles de cet appel d'offre.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait estimé en juin 2014 à l'Assemblée nationale qu'il était "très ouvert à ce que des entreprises françaises répondent d'une manière ou d'une autre à cet appel d'offres, et je les incite fortement à le faire".

Les deux sociétés attendent également l'appel d'offre portant sur le MCO du futur fusil d'assaut des militaires français et de la distribution des pièces détachés. Nexter mais aussi Manurhin ont des atouts au regard des enjeux de sécurité d'approvisionnement de l'armée française, très souvent en opération extérieure, grâce à un soutien régulier des fusils d'assaut.

 

Un débat de souveraineté nationale

La France ne produisant plus d'armes de petit calibre depuis la fermeture de l'usine de Tulle, le successeur du FAMAS sera étranger. Ce qui suscite un débat politique. En janvier 2015, le député Les Républicains, Philippe Vitel, estimait que "nous devions réfléchir à la manière d'exercer notre souveraineté" dans le domaine de la défense. Et d'expliquer : "je suis inquiet car, pour la première fois dans l'histoire, depuis trois cents ans, lorsque nous aurons à remplacer le FAMAS, les armées seront dotées d'un fusil qui ne sera pas français. Nous devons nous interroger sur ce qui doit rester dans le domaine national et ce qui peut être ouvert".

"En cette année de centenaire (1914-2014, ndlr), rappelant le sacrifice de nos soldats armés de leurs fusils Lebel, ne soyez pas le ministre de la défense qui, pour la première fois de notre histoire, prendrait la décision d'équiper nos fantassins d'un fusil étranger", avait pour sa part interpelé le député Les Républicains Philippe Meunier. Jean-Yves Le Drian avait répondu : "Conformément à la réglementation, nous avons dû lancer un appel d'offres européen, puisque, avec les nouveaux dispositifs, nous y sommes tenus.Les entreprises françaises capables de produire directement ce type d'armement il y a une quinzaine d'années ne le font plus ou ont été fermées ; je pense à la manufacture d'armes de Saint-Étienne et à l'atelier munitionnaire du Mans de GIAT-Industries. Il n'y a plus en France ce type d'activités".

Le patron de Manurhin, Rémy Thannberger, dans un entretien accordé en février dernier au  quotidien "L'Alsace", avait pour sa part estimé que la France "dépendait de l'étranger. Cette situation suscite de plus en plus d'inquiétudes et de débats dans les milieux autorisés. Et ce qui n'était plus considéré comme stratégique hier pourrait bien le redevenir".

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 16:35
Brazilian air force pilots gathered in front of the Gripen full scale replica

Brazilian air force pilots gathered in front of the Gripen full scale replica

 

10 September 2015 by Saab

 

Today the Gripen NG programme reached a historical milestone. With all contracts signed, the biggest export deal in the history of Saab has now been finalised which means that the Brazilian Gripen NG programme moves in to the next phase.

 

When Brazil and Saab signed the contract for Gripen NG in October 2014 it was stated that it would come into effect once certain conditions had been fulfilled. Today, we are happy to announce that all required conditions are in place, marking the formal start of the Brazilian Gripen NG programme.

“Our partnership with the Brazilian industry strengthens Saab's position in Latin America and also supports our strategy of growth through industrial partnerships”, says Ulf Nilsson, Head of Business Area Aeronautics, Saab.

Together with our Brazilian partners we are now taking the next steps and moving full speed ahead to construct and deliver the thirty six Gripen aircraft to the Brazilian Air Force.

 

More than aircraft

The co-operation between Brazil and Sweden encompasses much more than  the aircraft. It includes comprehensive industrial co-operation between the countries in areas such as research and development and transfer of technology which will be performed over approximately ten years.

“The acquisition of Gripen NG will provide benefits beyond the enlargement of the Brazilian Air Force operational capacity. In addition to equipping FAB with one of the world's most modern fighters, the participation in the development of Gripen NG’s project means a technological breakthrough for Brazilian industry", says Lieutenant-Brigadier Nivaldo Luiz Rossato, Commander of the Brazilian Air Force.

Through an extensive technology transfer programme, involving Brazil’s leading defence and aerospace companies, some 350 Brazilian engineers and technicians and their families will travel to Sweden for education and on-the-job-training. Through this programme they will gain experience and develop the competence for developing, producing and maintaining the Gripen fighter. Saab’s own staff will also go to Brazil to assist in setting up the operations in country. The technology transfer programme will contribute to the development of an independent, advanced defence industrial base in Brazil.

The Gripen NG will be delivered to the Brazilian Air Force between 2019 and 2024.

 

Link to Press release

Link to Gripen pages

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 11:25
Gripen NG Contract With Brazil Becomes Effective

 

 

On 27 October 2014 Saab announced the conclusion of a contract with the Brazilian Federal Government for the development and production of 36 Gripen NG aircraft. The contract has now come into effect as all required conditions have been fulfilled. Today, the order value of approximately SEK39.3 billion is booked by Saab as order intake. Gripen NG deliveries to the Brazilian Air Force will be undertaken from 2019 to 2024

The associated industrial co-operation contract (including technology transfer to Brazilian industries), which was signed in October 2014, also comes into effect today.

“Through the Gripen NG programme, we continue to build on the industrial relations between Brazil and Sweden. I am confident that this important programme will serve as a platform for new business and contribute to the growth of both the Brazilian and Swedish industry,” says Marcus Wallenberg, Chairman of Saab’s Board of Directors.

“This important milestone marks the formal start to the Brazilian Gripen NG programme. We will now work full speed ahead to ensure timely deliveries of Gripen NG to Brazil. Our partnership with Brazilian industry strengthens Saab’s position in Latin America and supports our strategy for growth through industrial co-operation,” says Håkan Buskhe, President and CEO of Saab.

The technology transfer programme will further contribute to the development of an independent, advanced defence industrial base in Brazil. Brazilian engineers and technicians will come to Saab for education and on-the job-training in Sweden starting in October 2015.

“The acquisition of Gripen NG will provide benefits beyond the enlargement of the Brazilian Air Force’s operational capacity. In addition to equipping FAB with one of the world's most modern fighters, the participation in the development of Gripen NG means a technological breakthrough for Brazilian industry,” says Lieutenant-Brigadier Nivaldo Luiz Rossato, Commander of the Brazilian Air Force.

Saab’s Gripen is a multi-role combat aircraft capable of undertaking the full range of air-to-air and air-to-ground missions, including specialist roles such as intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance (ISTAR) and electronic warfare. Gripen is equipped with the most modern sensors and mission systems, including an active electronically scanned array (AESA) radar and infra-red search and track (IRST) system. It can be armed with any air-launched weapon that a customer requires, and integration of new capabilities is speedy and affordable. Gripen is easily deployable, with a very low maintenance and support footprint coupled with high reliability.

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 10:50
Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

 

09/09/2015 Virginie Flawinne –MIL.be

 

Le groupement tactique mené par le 2 Bataillon de Commandos a effectué la prise de l'aérodrome de Saint-Hubert le mardi 8 septembre. Les militaires ont progressé toute la nuit jusqu'à l'objectif qu'ils ont attaqué le matin. Après sécurisation et acheminement du matériel nécessaire sur la nouvelle base, le battle group sera fin prêt à stabiliser la région comme lors d'un engagement au sein de la Force de réaction rapide de l'OTAN (NATO Response Force ou NRF).

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be
Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Après l'infiltration par C-130 de tout le groupement tactique le lundi 7 septembre à Bertrix et une progression nocturne de 35 km, l'attaque a été menée le mardi matin sur l'aérodrome de Saint-Hubert, tombé aux mains de l'ennemi. Les quelque huit cents soldats sous le commandement du 2 Bataillon de Commandos de Flawinne ont rapidement pris le dessus. « Le site est complexe car les distances sont importantes et les insurgés disposent de véhicules », explique le chef de corps, le lieutenant-colonel Vincent Pierard, qui vient de terminer l'attaque avec ses hommes.

 

Malgré quelques blessés légers pris directement en charge sous le feu, le groupement, qui fera partie de la NRF en 2016, a démontré son professionnalisme. « Ce n'est pas parfait car nous comptons quelques blessés légers », avoue un para-commando « mais l'attaque s'est bien déroulée et nous poursuivrons la sécurisation jusqu'au déminage par le Génie et l'arrivée de l'ensemble des moyens. »

 

Une colonne de véhicules ainsi que du matériel transporté par voies aériennes ont rejoint le battle group dans le courant de l'après-midi. Dès ce mercredi, les troupes se mettront en mouvement depuis leur nouvelle base pour stabiliser la région.

 

Vidéo : DG Com

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories