Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 15:50
EUROSATORY 2016 : Quel avenir pour l'armement terrestre ?

 

08.07.2016 La Lettre de l'IRSEM n°3 - 2016


Dossier stratégique : EUROSATORY 2016 : Quel avenir pour l'armement terrestre ?

 

- Quel avenir pour l'industrie européenne de l'armement terrestre ?
- European Defence: a British point of view.
- Enjeux techniques de la robotisation sur le champ de bataille.
- Krauss Mafei Wegmann / Nexter : une intégration rapide comme clé du succès.
- Les défis technologiques d’une Europe en quête de compétitivité : l’exemple des systèmes inhabités.
- Données, systèmes et capteurs : le cyberespace dans l’environnement militaire

 

EUROSATORY 2016 : Quel avenir pour l'armement terrestre ?

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:55
Drones : et si on faisait décoller le business ?

Selon le cabinet Teal Group, le marché mondial professionnel du système autonome, tous drones confondus, qui s'élève actuellement à 6 Md€, devrait doubler d'ici à 2025.

 

12/10/2015 Par Pascal Rabiller - objectifaquitaine.latribune.fr

 

Les 14 et 15 octobre, Bordeaux et son parc des expositions accueillent la première édition d’UGS Event, un salon BtoB consacré aux systèmes autonomes, les drones volants, terrestres et marins… mais version bankable.

 

Jusque-là, à Bordeaux, et plus précisément à Mérignac, quand on parlait de salon consacré aux drones, on pensait drones volants et UAV Show (convention d'affaires biennale créée par Bordeaux Technowest en 2012. L'association recherche d'ailleurs activement un organisateur pour les éditions 2016 et 2018).

A partir de cette semaine, à Bordeaux cette fois, c'est toute la filière des systèmes autonomes, des drones aériens bien sûr, mais aussi des drones terrestres et marins, voire sous-marins qui s'expose et se montre pendant le salon UGS (Unmanned Global Systems) des 14 et 15 octobre... Qui s'expose et se montre, oui, mais pas seulement....

"En vérité, au-delà des démonstrations qui seront uniquement tournées vers des applications business des drones", explique Aymar de Blomac, dirigeant de Territoires & Co, organisateur du salon, "ce rendez vous est celui des affaires. Il s'agit du vrai premier symposium international consacré à l'entièreté de la filière des systèmes autonomes. Ce que nous avons cherché à faire, c'est réunir la totalité de la chaîne de valeur en un seul lieu. UGS 2015 doit être un véritable rendez-vous pour conclure des affaires", poursuit Aymar de Blomac.

Aujourd'hui, le marché du civil professionnel ne représente que 5 % du chiffre d'affaires mondial du drone, le marché de la sécurité pèse, lui, pour 73 % de cette activité, les 22 % restants sont générés par l'activité loisir du drone.

 

Suite de l'article

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 11:55
Uralvagonzavod-Renault new AtoM heavy IFV. Photo Noam Eshel, Defense-Update

Uralvagonzavod-Renault new AtoM heavy IFV. Photo Noam Eshel, Defense-Update

 

16/11/2014 lanouvellerepublique.fr

 

Stefano Chmielewski, président du Groupement des industriels de l'armement terrestre (Gicat), soit 188 entreprises françaises, relativise l'effet de la crise : « Les contrats signés avant les sanctions et n'entrant pas dans leur cadre seront honorés. Mais il n'y en aura pas d'autres. Je pense que la raison l'emportera. Il faut être patient. »

 

Eurosatory. Patrick Colas des Francs, organisateur du salon Eurosatory, le plus grand Salon mondial de l'armement terrestre et aéroterrestre : « Churchill disait des Russes qu'ils sont des Indiens qui rentrent leur chemise dans leur pantalon : même s'ils se sentent plus attirés par l'Europe, ils seront toujours tentés par des rapprochements avec l'Asie, surtout si on les y incite ! » Pour lui, c'est le cas : « Après l'effondrement de l'URSS, le pays a pris du retard dans de nombreuses technologies et il avait choisi l'Europe comme partenaire pour l'aider à compenser ses " trous " technologiques. Aujourd'hui, les sanctions européennes vexent ces industriels russes et il faut s'attendre à ce qu'ils réagissent en allant voir ailleurs. »

 

Renault Trucks Defense. RTD, qui appartient au groupe Volvo, est notamment le constructeur du véhicule de l'avant blindé (VAB) que l'armée française utilise dans toutes ses opérations. RTD était, depuis 2013, sur un programme de blindé avec le russe UralVagonZavod. Quid de cette coopération ? Réponse laconique de RTD : « En application des sanctions décidées par l'UE, la coopération entre RTD et UVZ est suspendue. Nous ne souhaitons pas faire davantage de commentaires sur ce sujet. »

Repost 0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:50
Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

 
August 11, 2014 by Anemo
 

Ayant des clients dans le domaine militaire/défense dans le monde entier, Anemo a visité le salon Eurosatory 2014 à Paris-Villepinte.

 

Au milieu des exposants, nous avons pu rencontrer nos clients présent au salon comme NSE , RENK , FN HERSTAL, JANKEL , NSPA et AIRBUS DEFENCE & SPACE.

Au stand Airbus nous avons eu la chance de voir nos fixations quarts de tour Camloc fournient cette année sur leur prototype drône hélicopter “TANAN”. Il s’agit de la série 2600 tête fendue en inox. Voir photo ci-dessous.

Série 2600F Camloc sur drône Hélicopter Airbus

Série 2600F Camloc sur drone hélicoptère Airbus

 

Le secteur militaire défense utilise plus que l’on ne le croit les fixation rapide que vous retroouver chez Anemo. Veuillez retrouver ci-dessous quelques exemples :

Broche de verrouillage tenant les sièges d'helicoptères militaires

Broche de verrouillage tenant les sièges d’helicoptères militaires

Rondelle ressort 2700-ES montée sur hélicoptère militaire

Rondelle ressort 2700-ES montée sur hélicoptère militaire

Saving Time Latches - Fermeture caisse de camion militaire

Saving Time Latches – Fermeture caisse de camion militaire

 

Grenouillère Spécial Trucks - V174L

Grenouillère Spécial Trucks – V174L

 

Vous pouvez constater qu’Anemo est présent dans le secteur militaire. Si vous êtes un utilisateurs de ce genre d’engin ou si un fabricant du secteur militaire défense, n’hésitez pas à nous contacter via info@anemo.eu pour avoir plus d’information.

Repost 0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 12:25
Interview DCI : approche capacitaire du Brésil (J-M Guhl)


9 juil. 2014 DCI

 

Témoignage du journaliste vivant au Brésil, Jean-Michel Guhl, sur l'approche capacitaire et le secteur de la défense au Brésil. Ce témoignage a été réalisé par DCI lors du salon Eurosatory 2014.

Repost 0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:55
Les innovations technologiques des PME françaises pour la Défense

La caméra Cat eye permet de voir avec une précision extrême, de jour comme de nuit - photo lheritier-alcen.com

 

2 juillet 2014 Véronique Moreau - RFI

 

Tous les deux ans, le salon Eurosatory accueille au parc des expositions de Villepinte, pas très loin de Paris, des centaines d'exposants et de visiteurs du monde entier spécialisés dans le domaine de la Défense. On y trouve de tout : des tenues de camouflage aux armes les plus sophistiquées, en passant par les tanks et les hélicoptères dernière génération. Dans cette immense foire militaro-industrielle, trois nouveautés ont retenu l'attention de notre reporter, Véronique Moreau : ces drôles d'objets ont en commun d'être fabriqués par des PME françaises et peuvent tout aussi bien servir sur un champ de tir que dans le civil.

 

Ecouter sur RFI

Repost 0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 11:50
Le Centauro Explorer (crédits G Belan)

Le Centauro Explorer (crédits G Belan)

 

27 juin, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

FOB continue son tour d’horizon des nouveautés du salon Eurosatory, qui regorgeaient de découvertes pour son édition 2014 et qui a fermé ses portes la semaine dernière. Intéressants développements sur le stand des italiens Oto Melara et Iveco que ce véhicule blindé Centauro Explorer. Le Centauro est bien connu et en service depuis de nombreuses années dans l’armée italienne. Les industriels dévoilaient durant le salon un condensé exploratoire de ce que pourrait bien devenir les blindés dans le futur : bardés de drones et robots pour mener des missions de reconnaissance.

 

Iveco développe sa gamme de robots

 

Le TRP2 destiné à être mis en œuvre depuis le Centauro (crédits: G belan)

Le TRP2 destiné à être mis en œuvre depuis le Centauro (crédits: G belan)

 

A l’instar du français Nexter, Iveco a investi le secteur des drones depuis quelques années déjà. Le robot TRP2 FOB de 100 kg a été développé à la demande de l’armée italienne engagée en Afghanistan pour la surveillance et la protection de ses FOB. Bardés de capteurs, senseurs, caméras et d’armements (Beretta ARX160 ou lance grenade de 40 mm GLX), l’industriel achève les livraison cette année de ce robot qui entre officiellement en service ce mois dans l’Esercito, bien qu’une dizaine officient déjà en Afghanistan. Sorte de petit Nerva, le TRP3 de 3kg a été livré à l’armée de terre italienne pour des évaluations. Jetable, dotés de caméras video et IR, ce petit robot doit faire de la reconnaissance dans un rayon de 400 mètres. Pour être complet, le TRP2HD (heavy duty), est le dernier né de la gamme. Engin destiné au génie pour la lutte contre les mines et IED, d’un poids de 300 kg, le TRP2HD est doté d’un bras d’une centaine de kg pour la manipulation d’explosifs.

 

La tourelle de l'Explorer avec son drone Horus (crédits: G Belan)

La tourelle de l'Explorer avec son drone Horus (crédits: G Belan)

 

Le Centauro Explorer

 

Une version étonnante du Freccia Centauro était présentée sur le stand extérieur. Véhicule de combat d’infanterie, l’intérieur a été spécialement aménagé pour recevoir le robot TRP2, destiné à des missions de reconnaissance avec une charge éléctro-optique, contrôlable depuis l’intérieur du blindé. La tourelle met en œuvre un canon de 25 mm, avec un système de vision panoramique Janus, un radar Lyra et… un lanceur de drone Horus. Lancé depuis la tourelle, ce petit drone se déploie lors de son lancement. Pesant 2kg, le Horus peut atteindre une vitesse de 70 km/h pour une heure d’autonomie et 10 km de portée maximale. Destiné à s’insérer dans une manœuvre de cavalerie blindée, le système sera testé en octobre par les italiens Une vraie originalité qui explore ce que pourraient bien faire les blindés de demain…

Repost 0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 07:55
Smart Armoured Glass  Crédits Optsys Nexter

Smart Armoured Glass Crédits Optsys Nexter

 

30 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Voici une autre petite découverte du salon Eurosatory.

 

À l’instar des technologies civiles qui permettent la réalité augmentée sur véhicules, les blindés eux aussi pourront bénéficier de cette technologie qui surimpose des images et informations sur le pare-brise du véhicule. Sauf que pour les blindés, cela prend un plus de temps, contraintes militaires obligent…

 

La société Optsys (groupe Nexter), spécialisée dans les équipements d’optique et de vision protégée pour les blindés, présentait durant Eurosatory un démonstrateur de réalité augmentée, le Smart Armoured Glass. Financé sur fonds propres, avec le soutien du CEA, le système offre deux fonctions : la réalité augmentée et les informations tactiques importantes sous forme de symboles (vitesse, carburant, position GPS, distance de la cible…). Des projecteurs situés sur le casque projette ces informations sur le pare-brise blindé, tandis que des caméras permettent à la vision de s’adapter à son utilisateur et changer de modes, par un simple mouvement de tête. En soi, c’est déjà une avancée importante mais le fait que cette technologie soit militarisée implique des contraintes fortes en terme de sécurité et discrétion. Ainsi, le système est-il complètement furtif : les éléments affichés ne peuvent-être vus que par le porteur du casque. Rien n’apparaît à l’extérieur du véhicule ni même par une autre personne dans le blindé. Discrétion assurée ! Optsys assure que ce système sera disponible dès 2015

Repost 0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 07:20
Le démonstrateur LAV6 équipé d’une tourelle Kongsberg avec canon de 30mm. Photo Frédéric Lert

Le démonstrateur LAV6 équipé d’une tourelle Kongsberg avec canon de 30mm. Photo Frédéric Lert

 

25 juin, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Pendant le dernier salon Eurosatory, General Dynamics Land System-Canada (GLDS) présentait pour la première fois un démonstrateur basé sur le LAV 6.0. Cette dernière itération du 8×8 de transport d’infanterie dispose d’une coque modifiée pour absorber les explosions de mines, de sièges à absorbtion d’énergie et d’un surbilndage. Le véhicule se distingue extérieurement par un capot plongeant et mieux profilé ainsi que par une caisse un peu rehaussée à l’arrière pour offrir plus de volume aux soldats embarqués. La capacité d’emport est de trois membres d’équipage et de sept combattants. Le LAV Démonstrateur exposé à Eurosatory est équipé d’une suspension dite de sixième génération et d’une motorisation diesel Caterpillar couplé à une boite de vitesse automatique. Le moteur développe 450 cv pour une masse en ordre de combat de 28,6 tonnes. Il était également équipé d’une volumineuse tourelle Kongsberg téléopérée recevant une mitrailleuses de 7,62mm et un canon ATK de 30mm avec double alimentation. Une arme puissante décidément bien représentée à Eurosatory, puisqu’on la retrouvait également sur le VBCI dévoilé par Nexter.

Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:55
L’AASM sur C-130 en appui feu pour les forces spéciales

 

20 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Etonnante découverte sur le stand du groupe ARINC à Eurosatoty. Sa filiale AAROK, un bureau d’étude spécialisé dans les systèmes d’armes, présentait une maquette d’un C-130 équipé de 2ASM (Armement Air Sol Modulaire) de Sagem. Une version destinée à réaliser de l’appui feu au profit de troupes au sol. Le système a été baptisé SSA 1001 Gerfaut. Installé sous voilure, le système se fixe en lieu et place de réservoirs additionnels et occupe le même volume. Un projet sur lequel travaille le bureau d’étude depuis 2 ans et demi déjà. Le système est, selon son concepteur, très simplement adaptable, de type « plug and play » et peut être fixé en une heure sans aucun changement sur la structure de l’aéronef. Une solution qui aurait été présentée aux forces spéciales françaises (COS). Son avantage, outre la portée et la précision de la munition de Sagem (y compris sur des cibles même mobiles grâce à la désignation laser), réside dans le coût de l’heure de vol : 8000 euros de l’heure contre 15000 euros en moyenne pour un avion de chasse pour des missions d’appui feu. Reste à trouver un client, peut-être le COS français, pour financer les essais en vol.

Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:40
Du jeune avec du vieux

Sur le stand Cockerill, un BTR80 avec une tourelle téléopérée CPWS de Cockerill

 

19 juin, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Cure de jouvence à l’occidentale pour le BTR80 qui reçoit une tourelle téléopérée CPWS de Cockerill pouvant accepter différentes armes de moyen calibre, du 20 au 30mm avec un viseur jour/nuit et télémètre laser. Le modèle présenté à Eurosatory emporte le canon ZTM-1 de 30mm (-10° +45° en élévation) et une mitrailleuse coaxiale de 7,62mm, avec une stabilisée permettant le tir en mouvement. La possibilité existe de remplacer la mitrailleuse par un lance grenade. L’accès à l’arme et aux caissons à munition se fait depuis l’intérieur du véhicule.

Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:55
La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

 

24 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Une des grandes tendances du salon Eurosatory 2014 et qui confirme les futurs axes du développement des forces est celle des robots terrestres. Tous les grands industriels du terrestre (ou presque..) s’y mettent, à l’instar d’Iveco (sur lequel nous reviendrons) ou de Nexter en France.

 

On connaît maintenant bien la gamme des Nerva chez l’industriel français : ce petit robot s’est développé en 2 ; 4 et maintenant 6 roues (pour franchir des escaliers, muni d’une chenille). Ce Nerva suscite l’intérêt et s’exporte : Italie, Japon, Hongrie, Espagne, Birmanie en ont acheté des exemplaires pour regarder, tester, réfléchir. Même s’il s’agit de petite quantité « pour voir », le marché est en train de s’éveiller.

 

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

 

L’autre tendance concerne les robots plus gros, style Mule, qui décharge le fantassin du lourd fardeau qui l’accompagne : armements, munitions, vivre, senseurs et autres systèmes de communication… Nexter ne s’y est pas trompé, et, à la demande d’une demande de l’État Major français, investit et explore le créneau. En partenariat avec la petite entreprise française Sera (aidée par un financement Rapid de la DGA), Nexter a présenté durant le salon Eurosatory sa solution Mule Robbox, un système robotisé de soutien logistique. Pour faire bref, Sera fournit le vehicule et Nexter l’intelligence robotique.

 

D’un poids de 800 kg, le Robbox offre une charge utile de 400 kg. Il est propulsé par deux moteurs (avant/arrière lui offrant une mobilité symétrique) à une vitesse de 45 km/h sur route (90 km/h max) et 30 km/h en tout chemin. Dotée de caméras, GPS, laser à balayage… la plateforme peut servir à différents usages et être déclinée en plusieurs versions : logistique mais aussi contre minage, air défense (présentée sur le stand de MBDA)…

 

En version logistique, deux modes sont d’ors et déjà prévus : décharge d’avion (aller et retour automatisés) et suivi d’un groupe de combat, en soutien. La Mule est là pour transporter le matériel d’une section et la soulager. La difficulté réside ici à ne pas gêner la manœuvre tout en étant proche. La DGA doit évaluer la mobilité du Robbox à la fin de l’année, tandis qu’une évaluation technico-opérationnelle est prévue en 2015.

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
Eurosatory 2014 : les soldats français bientôt équipés de capteurs biométriques

Le casque BOOST connecté au module BodySens. Les capteurs sont positionnés symétriquement au microphone et sur la nuque. Photo Julien Bergounhoux

 

23/06/2014  Par Julien Bergounhoux
 

Les fantassins français seront bientôt équipés de capteurs mesurant leurs fonctions vitales en permanence afin de permettre au commandement de s'assurer de leur état de santé. L'entreprise Elno, qui a développé ces capteurs et les a intégrés au casque audio qu'elle fournit déjà à l'armée française, était présente sur le salon Eurosatory pour présenter cette innovation technologique.

 

Le programme FÉLIN (Fantassin à Équipement et Liaisons INtégrés) a été lancé dans les années 2000 pour moderniser l'équipement du fantassin débarqué au sein de l'armée française. Les améliorations sont nombreuses : évolution du fusil FA-MAS, gilet de protection, système de communication, optiques d'observation ou de tir nocturne, etc.

 

L'entreprise Elno, qui fabrique le casque audio ostéophonique du système FÉLIN, s'était rendue au salon Eurosatory 2014 pour présenter une nouvelle version de son produit. Celle-ci, équipée de capteurs biométriques, a été développée à la demande de la Direction générale de l'armement (DGA) et a bénéficié d'un financement RAPID. Nous avons rencontré Christophe Madé, expert en R&D acoustique chez Elno, pour en apprendre un peu plus.

 

Suite de l’article

Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:40
Défense: plusieurs sociétés ukrainiennes veulent poursuivre la coopération avec la Russie

 

18.06.2014 Ria Novisiti

 

Plusieurs entreprises ukrainiennes de défense veulent poursuivre leur coopération avec la Russie malgré l'interdiction de Kiev, a annoncé mercredi aux journalistes le chef de la délégation russe au salon international d'armements Eurosatory 2014 à Paris Igor Sevastianov.

"(Le président ukrainien) Piotr Porochenko a annoncé la fin de la coopération militaire et technique avec la Russie. Toutefois, plusieurs entreprises ukrainiennes  veulent respecter leurs engagements", a indiqué le vice-président de l'agence russe d'exportation d'armements "Rosoboronexport".

Selon lui, le non-respect de contrats déjà conclus avec la Russie est lourd de sanctions juridiques.

"Nos fournisseurs seront obligés de payer des amendes", a ajouté le responsable.

Auparavant, tous les experts interrogés par RIA Novosti ont déclaré unanimement que l'abandon de la coopération militaire et technique avec la Russie annoncé lundi par le président ukrainien Porochenko constituait une démarche assez risquée.

Pratiquement toute la production militaire ukrainienne étant destinée  à la Russie, Kiev risque non seulement de perdre son principal client sur le marché international, mais également de laisser sans emploi des centaines de milliers d'Ukrainiens.

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 20:55
Review / Bilan Eurosatory 2014

 

by Coges - Eurosatory

 

Eurosatory 2014, the Land and Air-land Defence and Security Exhibition was held in Paris from June 16th to 20th 2014.
An exhibition of international dimension emphasized by the presence of six new countries, Eurosatory 2014 met the expectations of many professionals and governmental players.

Eurosatory remains the first global meeting for land and Air-Land defense. During this edition, the exhibition also confirmed it’s now-established implication in the areas of homeland security, civil security and safety of companies with the presence of many visitors and delegations involved in those sectors, of several Interior Ministry entities and over 50% of exhibitors offering various security solutions.

Presenting, as usual, a wide selection of materials and systems on show, an unrivalled number of exhibitors and the widest exhibition area, Eurosatory maintains its position as the international leader and appears as the major event for new products and innovations. From year to year Eurosatory improves its already complete cover of the Land and Air-land Defence and Security industries, imposing itself ever more as the event of reference.

 

Some figures that confirm the success of Eurosatory 2014:
 
Total area: 175,523 m²
1,504 exhibitors from 58 countries, 69% international
55 770 visitors
707 journalists
172 Official Delegations / 88 countries, 3 International Organizations.

 

 

 

 

Save the date !

Save the date !

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:55
Hercule V3 photo RB3D

Hercule V3 photo RB3D

 

20/06/2014 Par Julien Bergounhoux

 

Le premier exosquelette français, Hercule, est exposé en ce moment au salon Eurosatory 2014 par son fabricant RB3D. Il est décliné en deux versions : l'une civile, à destination de l'industrie, et l'autre militaire, développée en partenariat avec la DGA et conçue pour déployer plus de puissance et procurer une meilleure protection aux forces armées.

 

RB3D, une PME bourguignonne spécialisée dans l’assistance à l'effort, a présenté le prototype de la version militaire de son exosquelette Hercule au salon Eurosatory 2014. Aurélie Riglet, chef de projet exosquelettes chez RB3D, était présente sur place et nous en a appris un peu plus sur ce projet innovant 100 % français.

 

Suite de l’article

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:54
Défense. Le Salon de l'armement bien morose

 

20 juin 2014 Philippe CHAPLEAU – Ouest-France

 

À Eurosatory, le Salon de l'armement terrestre, les exposants tentent d'ignorer la crise qui touche les budgets militaires.

 

La signature de deux ou trois beaux contrats très médiatisés ne doit pas cacher la réalité : le marché de l'armement et de la sécurité est touché de plein fouet par la crise économique et la fin des grandes opérations en Irak et en Afghanistan.

 

Eurosatory, qui se tient jusqu'à ce soir à Villepinte (Seine-Saint-Denis), est, à ce titre, une double vitrine : de la morosité budgétaire d'une part, de l'inventivité technologique et commerciale d'autre part. Ainsi, le fabricant américain de blindés Oshkosh a eu beau présenter son tout nouveau blindé M-ATV et sa variante destinée aux forces spéciales, il n'a pas réussi à faire oublier ses mauvais résultats et le licenciement de centaines d'employés.

 

Baisse du budget

 

Globalement, tous les fournisseurs d'équipements et de services américains sont en récession. La faute à la baisse du budget de la Défense, aux retraits d'Irak et d'Afghanistan qui font chuter les commandes des armées américaines. Face à cette crise, les industriels ont pris des mesures pour défendre leurs revenus et leur compétitivité : suppression d'emplois, ventes de filiales en mauvaise santé, fusions..., et recherches de nouveaux marchés.

 

Clairement, les ambitions sont dirigées vers l'Afrique et l'Asie, théâtres de crises en cours ou anticipées, ainsi que vers les opérations onusiennes de maintien de la paix. « Là, il y a encore de l'argent », résume l'un des dirigeants de SGF, entreprise française spécialisée dans la formation militaire. D'autres groupes tricolores ont créé des filiales à Washington pour être au plus près des centres de décisions. « Mais il n'y aura pas des contrats pour tout le monde », a prévenu le patron de DynCorp (17 000 employés), entreprise spécialisée dans le soutien militaire et sécuritaire.

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:40
Un nouveau VTT ukraino-canadien présenté au salon Eurosatory-2014

 

19.06.2014 by Denys Kolesnyk - info-news.eu

 

Le Bureau d’Etat de design de Kyiv « Loutche » (Ukraine) en coopération avec le canadien « STREIT Group » a présenté un nouveau VTT VARAN-APC au selon Eurosatory-2014. Le système « Sarmate » de fabrication ukrainienne est installé sur ce VTT.

 

Suite de l'article

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:30
Stand MBDA

Stand MBDA


22 juin 2014 ambafrance-kw.org

 

Une délégation koweïtienne du ministère de la Défense a assisté à l’ouverture du salon EUROSATORY, le plus grand salon international de la défense et de la sécurité terrestre et aéroterrestre qui s’est tenu à Paris du 16 au 20 juin 2014.

 

Au cours de cette cérémonie d’ouverture qui a eu lieu en présence du ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian, la délégation conduite par le vice chef d’état-major des armées koweïtiennes, le général de corps d’armée Mohamed Khaled El Koudor et composée de sept officiers a rencontré les industriels de l’armement français et étrangers.

 

Ceux-ci ont des entretiens avec les autorités militaires françaises.

 

Reportage photos

stand Nexter Systems

stand Nexter Systems

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:55
Watchkeeper (Thales) - PatroWatchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran) ller (Sagem Safran)

Watchkeeper (Thales) - PatroWatchkeeper (Thales) - Patroller (Sagem Safran) ller (Sagem Safran)

 

 

20/06/2014 Par France 3

 

Au salon Eurosatory de Paris, l'un des plus grands salons d'armement au monde, les drones tactiques ont la cote. Le ministère de la Défense devrait lancer un appel d'offres à la fin juin.

 

Suite de l'article

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:50
Titus - photo Nexter Systems

Titus - photo Nexter Systems

 

20 juin 2014 Par Hassan Meddah – Usine Nouvelle



En marge du salon Eurosatory, le directeur général délégué de Nexter Systems, prône une stratégie de rapprochement à l’échelle européenne pour son groupe. Il y a des synergies possibles avec les allemands RheinMetall et Krauss-Maffei ou encore l'italien Oto Melara.

 

L'Usine Nouvelle - De quel plan de charge disposent vos usines de Roanne et de Bourges?

 

Jean-Patrick Baillet - Nous ne sommes ni à crouler sous la charge, ni à bâtir des plans sociaux ou des plans de sauvegarde de l’emploi. La charge industrielle de Roanne et de Bourges est assurée pour 2014 avec la livraisons des derniers VBCI (véhicules blindés de combat d'infanterie, ndlr) à l'armée française. Elle sera vraisemblablement plus hypothétique en 2015.

Il nous faudra compter sur d'autres contrats exports - nous sommes par exemple short-listés au Danemark - pour compléter 2016 et 2017. L'export a représenté l'an dernier 30% de nos prises de commandes, et ce sera de l'ordre de 50% cette année. C’est une situation satisfaisante dans l’industrie en France en 2014. L'ère des arsenaux où l'on avait une vision à cinq ans et plus est révolue. 

 

Au niveau mondial, comment évolue le marché du véhicule blindé ?

Le besoin des armées évolue parce que les conflits modernes évoluent. Le scénario historique c’était le déboulé de chars russes dans les plaines de Champagne, auxquels il fallait faire un contrefeu. Aujourd’hui, c’est plutôt de rentrer dans des villes et d’éviter le tir du snipper caché au quatrième étage. Dans le premier cas, vous avez besoin d’une puissance de feu à l’horizontale qui perce du blindage de 30 cm d’épaisseur. Dans le second, vous avez besoin d’un véhicule capable de franchir des barricades improvisées, de tirer à 60° vers les étages, et de résister à l’agression d’IED (engins explosifs improvisés, ndlr).

D'où des véhicules plus légers, modulaires, plus mobiles, intégrant beaucoup plus de capteurs pour prévenir des agressions ennemies. Quand il n'y a qu'une poignée de fabricants dans le domaine des chars blindés, il y a environ une cinquantaine d'acteurs dans les blindés légers. Chacun se positionne sur des niches pour se différencier. Dans ce segment, nous avons par exemple conçu il y a cinq ans le 4x4 de type Aravis sur le segment du véhicule ultra-protégé. Nous positionnons aujourd’hui le Titus sur le créneau de véhicules très manœuvrant, à fort emport

 

N'y a t-il pas un risque que le marché des blindés devienne un marché de commodité ?

Il ne faut pas réduire le blindé à son habitacle renforcé, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. La puissance de calcul et de traitement d’informations que vous trouvez dans ce type de véhicule est à peu près équivalente à celle d’un hélicoptère moderne ou d'un avion. Les systèmes de tracking des cibles en milieu terrestre sont plus sophistiqués car les cibles peuvent s’arrêter et faire demi-tour instantanément. Par ailleurs, la sollicitation en termes de vibrations et de contraintes thermiques de l’électronique dans un véhicule terrestre est bien supérieure à celle que subit un aéronef. 

 

Votre filiale Munitions vient de se renforcer avec les acquisitions des sociétés Mecar et Simmel du groupe Chemring. Pour quelles raisons ?

Il faut environ quinze ans pour développer un nouveau système d’armes, et Nexter consacre déjà près de 20% de son chiffre d'affaires à la R&D pour maintenir au meilleur niveau toutes les technologies intégrées dans un tel système. Aujourd’hui, l'échelle d’activités du groupe est un facteur de pérennité. Notre activité "munitions", soit jusqu’à présent 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, était vouée à un repli progressif sur des niches car nous n’aurions pas été capables, vu notre taille et le cash flow dégagé, de maintenir nos efforts dans tous les domaines technologiques munitionnaires, notamment la précision, l’insensibilité et la propreté des munitions. Avec ces acquisitions, le pôle Munitions affiche un chiffre d'affaires d'environ 350 millions d'euros et rejoint le groupe des trois grands munitionnaires européens : BAE, Namo et Rheinmetall. 

 

Etes-vous favorable à une consolidation dans le domaine des blindés?

Aujourd’hui, deux grands groupes internationaux General Dynamics et BAE/United Defense dominent le marché de l’armement terrestre avec un chiffre d'affaires supérieur à 3 milliards d’euros. Avec des ventes trois fois inférieures, Nexter ne pourra pas indéfiniment suivre. Soit nous décidons de nous replier et de devenir le champion de telle ou telle niche, soit nous voulons rester un acteur global et alors l’effet de taille est incontournable. C’est l’objet de notre cible stratégique de recherche de partenariats. 

 

Quels seraient les avantages d'un rapprochement?

Il y a clairement des synergies potentielles avec les industriels qui ont des positionnements analogues aux nôtres, par exemple les allemands RheinMetall et Krauss-Maffei ou encore l'italien Oto Melara. Ils ont le même métier que nous. Les économies d’échelle seraient évidentes, nous mutualiserions les investissements et nous consoliderions les empreintes commerciales.

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:55
Eurosatory 2014 - JT n° 5 - Vendredi 20 juin

 

20.06.2014 Ministère de la Défense

 

Suivez en direct l'actualité du salon Eurosatory dès 14h, qui se tient à Parc des Expositions de Paris Nord du 16 au 20 juin 2014.

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:55
Crédits : Armée de Terre 2014

Crédits : Armée de Terre 2014

 

20/06/2014 Mme Boisgelot - Economie et technologie

 

Après avoir salué la performance de ses soldats, le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Bertrand Ract-Madoux a participé à une démonstration de matériels dernière génération.

 

Au cours de ce grand salon d’EUROSATORY, l’armée de Terre a prouvé une nouvelle fois l’efficacité de ses hommes et de ses matériels engagés en opérations extérieures dans le sable du Mali comme dans la boue de Centre-Afrique.

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:55
Conflicts: more complexity tomorrow

 

20.06.2014 Thales

 

Re-emergence of symmetric conflicts in a more complex and integrated battlespace: how Thales is preparing the defence solutions of tomorrow.

 

The attacks of September 11 led to a series of asymmetric engagements, in which western forces pitched themselves against loosely organised transnational insurgent forces.

 

This refusal direct confrontation marked a turning point for western military superiority and forced both sides to develop new forms of warfare. Western forces therefore had to reconfigure to deal with the particular threats associated with this type of conflict, such as terrorism, sabotage, ambushes and fighting in populated areas. However, symmetric conflicts are by no means a thing of the past — as illustrated by the rising tensions between military powers in Eastern Europe and the Far East.

 

We are thus seeing a return to conventional types of confrontation — but between societies transformed by new information and communication technologies. This new, digital battlespa... (plus)

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:35
Thales launches export version of the Hawkei at Eurosatory 2014

 

20.06.2014 Thales



During Eurosatory 2014, Thales is displaying its new export version of the Hawkei Light Protected Mobility vehicle. The highly innovative, next generation LPM vehicle, designed and
manufactured in Australia, was built with saving lives in mind. Based on the pedigree of the iconic Thales Bushmaster, the Hawkei provides class-leading protection, mobility and payload, while meeting customers' complex operational challenges.

The 7-tonne, 4x4 Hawkei is designed for rapid airmobile deployment. Available in a variety of variants including Command, Reconnaissance, Liaison and Utility, it is a compelling choice for operations with limited point-of-entry options.

The Hawkei has already proven to be a success in Australia, where, in 2013, six Hawkei vehicles were delivered to the Australian Department of Defence under Stage 2 of the

Manufactured and Supported in Australia option of the Land 121 Phase 4 programme. The vehicles, comprising two Command, two Utility and two Reconnaissance vari... (plus)

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories