Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:50
Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

 

27/10/2015 Texte & photos : F930 Leopold I

 

Après une période de préparation réussie, le F930 Léopold I a rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée. Il s’est rendu ensuite vers les zones de l’opération Sophia afin d’y mener ses premières patrouilles.

 

Depuis une semaine, le Léopold I fait donc partie de l’escadre EUNAVFOR MED, patrouillant dans les eaux internationales au large de la Lybie. Le navire dispose d’atouts bien particuliers pour l’exécution d’une telle mission. L’hélicoptère, les radars à longue portée et autres senseurs performants sont des outils indispensables à la surveillance d’une zone d’opération d’une telle ampleur et à la détection de potentiels passeurs de migrants. Ces moyens, partagés à l’échelle de l’escadre, permettent à la flotte de se faire une idée de la situation en mer.

 

Le capitaine de frégate Luc De Maesshalck et le personnel clé du Léopold I ont été invités à bord du Cavour pour un briefing de coordination. Les plans et les aspects de la mission y ont été présentés, couvrant différents domaines d’importance. Après une visite du commandant de l’escadre à bord de la frégate, le personnel du Léopold I a pu déjà faire montre de professionnalisme, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage lors d’une simulation d’interception d’un navire de passeurs.

 

Dès son arrivée effective dans la zone, le Léopold I a effectué un exercice de sauvetage de migrants en compagnie du patrouilleur britannique HMS Enterprise. Ceci, pour familiariser l’équipage aux procédures de recensement, de fouille, d’interrogatoire, d’aides médicale et psychologique, tout en profitant de l’expérience du patrouilleur.

 

Le ravitailleur allemand, FGS Berlin, contribue régulièrement à l’ininterruption des activités de toute l’escadre sur la zone d’opération par des réapprovisionnements en carburant. Discipline et concentration sont exigées afin de mener ces manœuvres délicates dans une mer pouvant être houleuse.

 

La flexibilité du Léopold I exige, en effet, un maintien du niveau opérationnel dans tous ces domaines en vue d’effectuer n’importe quelle mission. Ses heures de patrouille sont ponctuées par des exercices quotidiens allant des manœuvres de récupération d’hommes à la mer, en passant par la lutte contre les incendies et le contrôle des dommages lors de combats, aux exercices de tir au canon ou à l’arme légère.

 

Dans les prochains jours, la frégate fera escale afin que le personnel puisse se reposer et se réapprovisionner. Cette première période aura permis à l'équipage de se familiariser avec la zone d’opération, l’escadre et ses procédures. En y réaffirmant sa présence, le Léopold I restera en alerte, pouvant intervenir dès que nécessaire.

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 12:50
Pre Deployment Training, entrainement spécifique pour l'opération Sophia

 

22.10.2015 by F930 Leopold I - Belgian Navy

 

PDT -> Pre Deployment Training, ceci est un entrainement spécifique pour l'opération Sophia.

SOIT -> SchootsOnderricht – Instruction de Tir
C'est une cellule d'entrainement au sein de la Marine qui assure l'entrainement au tir pour son personnel et qui peut, éventuellement, donner une formation aux personnels des équipes de contrôles (Boarding) et de "Force protection" en coopération avec la marine néerlandaise.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 14:50
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

 

19/06/2015 Karen Bral & Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

La frégate Léopold I, le chasseur de mines Crocus et le tout nouveau patrouilleur Castor ont participé ce 17 juin à une démonstration de grande ampleur au large des côtes belges. Quelles sont les activités de la Composante Marine et avec qui coopère-t-elle ? La Marine a voulu y apporter ses réponses lors de cet événement.

 

Un groupe important de spectateurs est réuni sur l’hélisurface de la frégate Léopold I. Tous les regards sont braqués vers la côte belge et le mur d’immeubles à appartements. Une détonation assourdissante parcourt le navire alors qu’au même moment, explose une mine un kilomètre plus loin. Il s’agit d’un aperçu du spectacle que la Marine a concocté pour la presse et ses invités.

 

« Garantir nos ports et leurs accès libres de mines, est l’une de nos missions », explique l’amiral Georges Heeren, chef de la Composante Marine. « Plus de 200 navires belges ont navigué dans le monde en arborant les trois couleurs nationales. La sécurité de ces navires et de leurs routes est notre priorité. »

 

Pas moins de 90% du fret international se déroule en mer. La Belgique est également dépendante de l’import-export. Hans Spaans, directeur des ventes chez un constructeur naval, est l’un des invités à bord du Léopold I. Il confirme l’importance des marines à travers le monde. « La piraterie, le trafic de drogue et la pêche illégale sont les grands problèmes mondiaux actuels », déclare-t-il. « Ces questions entraînent les marines à jouer un rôle considérable. »

 

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban
Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

Photos : Ritchie Sedeyn & Daniel Orban

La Composante Marine n’était pas seule à être active en mer, les autres composantes ont, elles aussi, apporté de l’eau au moulin. La Composante Terre avec un apport amphibie : un hors-bord  Zodiac et des militaires largués en mer d’un C-130. La Composante Air avec deux F-16 dans le rôle des belligérants. Le Léopold I tente de les éviter grâce au système de brouillage radar, combiné à une navigation rapide à grands renforts de virages. Une expérience impressionnante pour les invités, qui titubent de gauche à droite sur l’hélisurface. La frégate belge réalise également, avec la néerlandaise De Zeeven Provinciën, une démonstration du canon d’autodéfense automatique Goalkeeper.

 

L’objectif du jour est atteint : la population belge est désormais plus au fait du rôle que peut jouer la Marine dans la sécurité de la navigation. L’avenir nous dira ce que cela apportera.

Vidéo : Clint Soete & DG Com

Partager cet article

Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 11:45
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

 

02/04/2015 Liesbeth Bardyn –MIL.be

 

La frégate Léopold I prenait part à l’initiative américaine Obangame Express 15 du 17 au 28 mars dernier dans le Golfe de Guinée. Les 150 membres d’équipage formaient les marines locales à lutter contre les pratiques illégales dans la région.  

 

 

 

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Vidéo : Clint Soete

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 07:45
Une frégate française s’approche du Léopold I pour un exercice de formation. photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

Une frégate française s’approche du Léopold I pour un exercice de formation. photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 

24/03/2015 Liesbeth Bardyn –MIL.be

 

À quelque 30 kilomètres de la côte de l’Afrique de l’Ouest, des militaires ghanéens prennent d’assaut la frégate belge Léopold I. Du 19 au 27 mars, le navire fait office de plateforme d’entraînement pour les marines locales. Sous le nom d’Obangame Express 15, notre pays et d’autres tentent d’améliorer la sécurité du Golfe de Guinée.

 

« Il est midi et nous nous trouvons dans le Golfe de Guinée, à 5.184 km de la Belgique », annonce l’officier de garde dans l’interphone de la frégate belge. Le navire séjourne depuis près d’un mois dans la région avec pour objectif d’enrayer la piraterie, la pêche illégale et le trafic de drogues. « Les pirates sont plus violents ici que sur la côte est de l’Afrique », précise l’officier de garde après avoir raccroché l’interphone. « Les otages n’ont aucune valeur, les pirates ne s’intéressent qu’au butin. »

 

Pendant Obangame Express, chaque jour un exercice d’abordage a lieu en présence d'un pays qui veut lutter contre la piraterie dans ses eaux : le Ghana, le Togo, le Bénin et la Côte d’Ivoire. Le scénario est chaque fois différent. Parfois la frégate fait office de navire à conteneurs fictifs avec des drogues à bord. Une autre fois, il s’agit d’un bateau de pêche qui a obtenu illégalement une prise. Les spécialistes du Léopold I suivent et évaluent scrupuleusement chaque exercice. « Nous jugeons, entre autres, la communication du bateau de patrouille africain avec notre pont », affirme l’un des spécialistes. « Mais nous contrôlons aussi si ces hommes fouillent et traitent correctement l’équipage. »

 

Le 20 mars, la frégate a quitté le quai de la ville béninoise de Cotonou pour entamer l’exercice Obangame Express. À bord, figurent aussi huit officiers et des sous-officiers congolais. Pendant une semaine, ils ont navigué avec les formateurs belges qui les ont immergés dans le monde maritime. Leurs leçons de premiers soins, de lutte contre les incendies et de communication cadrent dans le programme international African Partnership Station. En fin de parcours, ils reçoivent un diplôme et peuvent transmettre les connaissances acquises à leurs propres hommes.

 

Comme troisième et dernière tâche, l’équipage du Léopold I surveille nuit et jour le radar et les horizons. Si un navire est détourné dans les environs ou si un bateau suspect apparaît, ses membres peuvent directement intervenir. Ces patrouilles constantes doivent décourager les pirates dans la région.

 

Le vendredi 27 mars, le Léopold I mettra à nouveau le cap sur la côte. Espérons que cette mission parviendra à faire du Golfe de Guinée un lieu sûr.

 

 

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.bePhotos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 18:45
Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn – MIL.be

 

20/03/2015 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

La frégate belge Léopold I est amarrée entre des conteneurs colorés dans le port de la ville béninoise de Cotonou. Les 150 membres d’équipage se joindront à la Marine locale afin de lutter contre la piraterie. Le 18 mars, l’amiral de division Michel Hofman a rendu visite aux autorités locales et à bord du navire : « Je m’intéresse à ce qui préoccupe le personnel ».

 

« Le Golfe de Guinée est un carrefour commercial en Afrique. Mais, depuis 2011, la piraterie croissante caractérisée par la pêche illégale et le trafic de drogue provoque de considérables dégâts économiques au Bénin et au Nigéria », explique le commandant du navire, le capitaine de frégate Tanguy Botman. Il a constaté un déplacement de ce fléau de la côte est à la côte ouest de l’Afrique. « Fin 2014, nous clôturions avec succès l’opération Atalanta au large des côtes somaliennes », dit-il. « Mais l’année dernière, il y avait trois fois plus de piraterie sur la côte ouest. Raison pour laquelle nous sommes également très actifs ici. »

 

L’amiral de division Hofman était également présent le 18 mars au Bénin. Il était l’invité du chef de la Défense béninoise, le général de brigade Awal Nagnimi dans la matinée. Ils ont discuté de la collaboration générale entre le Bénin et la Belgique et de la formation d’étudiants béninois à l’École Royale Militaire en particulier. L’amiral a finalement rencontré  le chef d’état-major de la Marine du Bénin, le capitaine de frégate Albert Badou. Ils ont parlé des défis de la Marine béninoise et des formations que notre Composante Marine a apportées à leurs équipages pendant l’opération Maritime Capacity Building.

 

Plus tard, l’amiral de division Hofman a largement pris le temps de visiter la frégate belge et son équipage. « Nous avons fait beaucoup de progrès depuis 2013 pour professionnaliser et former les marines locales », dit-il. « Nous ne travaillons pas uniquement dans le cadre d’un programme bilatéral de partenariat militaire entre le Bénin et la Belgique. Notre navire participe aussi à des initiatives internationales comme la Maritime Capacity Building et l’opération américaine African Partnership Station. » Les deux programmes poursuivent le même objectif : améliorer la sécurité du Golfe de Guinée.

 

Pendant la visite guidée, le commandant de la Marine s’est aussi entretenu avec les membres d’équipage.  « Je connais très bien la vie à bord », dit-il. « J’ai, moi-même, navigué durant des années et je vois la même passion dans les yeux de ces jeunes matelots, sous-officiers et officiers. La descendance est assurée. »

 

Le vendredi 20 mars, après une courte pause, le Léopold I quittait le quai béninois pour participer à l’exercice Obangame Express. Avec le concours de navires européens et américains, l’équipage du Léopold I entraînera les marines locales à des exercices d’abordage en mer.

Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be
Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be

Photos : Ritchie Sedeyn & Philippe Herman – MIL.be

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:45
Photos : Patrick Brion – MIL.be

Photos : Patrick Brion – MIL.be

 

17/02/2015 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

Depuis son port d’attache de Zeebruges, la frégate Léopold I est partie vers l’Afrique de l’Ouest pour deux mois. Elle participera à deux missions en vue d’améliorer la sécurité de la région : African Partneship Station et Maritime Capability Building. 

 

Dans le Golfe de Guinée, 33 rapports de piraterie ont été rédigés l’année dernière. Cette région est donc trois fois plus touchée par la piraterie que la Somalie. La communauté internationale a donc déplacé son combat de la côte est à la côte ouest de l’Afrique. « Notre objectif est de former et de professionnaliser les marines locales » explique le capitaine de frégate Tanguy Botman. « Ainsi elles seront plus à même de combattre la pêche illégale, le trafic de drogue et la piraterie. » 

 

 

Photos : Patrick Brion – MIL.bePhotos : Patrick Brion – MIL.be
Photos : Patrick Brion – MIL.bePhotos : Patrick Brion – MIL.be

Photos : Patrick Brion – MIL.be

Le long du quai, quelque cent personnes prennent congé de leurs proches, amis, père ou frère. « Je vais faire des dessins pour mon papa et les lui envoyer » dit le petit Aiden. Ce n’est pas la première fois que son papa s’en va en tant que marin mais il va toutefois lui manquer. « Je vais envoyer des photos et des mails à papa pour qu’il sache ce que je fais et ce qui se passe en Belgique. »

 

Selon le capitaine de frégate Botman, le soutien de la famille et des amis est très important : « Deux mois en mer, c’est long » dit-il. « Mais si votre famille vous soutient et reste en contact via skype ou par téléphone, il est alors plus simple de remplir sa tâche sur le navire. »  

 

Le navire rejoindra le port de Zeebruges le 23 avril. À nouveau, le quai accueillera familles et amis venus acclamer l'équipage. Mais ce jour-là, tous pleureront des larmes de joie.

Vidéo : DG Com

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 12:45
Photos : MOST

Photos : MOST

 

03/02/2015 Hubert Rubbens - MIL.be

 

Depuis le 26 janvier, des membres de l’équipe d'experts belges du Mine countermeasure vessels Operational Sea Training (MOST) de Zeebruges, conduite par le capitaine de frégate Guy Terryn, forment les équipages des trois patrouilleurs de type OCEA, régulièrement déployés dans le cadre de la lutte contre la piraterie.

 

Cette formation se déroule en trois phases durant lesquelles diverses attaques de bateaux pirates sont simulées et qui sont autant d’occasions de favoriser les échanges de connaissances entre les deux marines. La première phase s'achève ce mercredi 4 février et sera suivie, en mars prochain, d'une deuxième période de formation plus intensive.

 

Viendra ensuite la phase de test qui aura lieu lors de la venue du Léopold I dans la région. La frégate servira alors de plate-forme opérationnelle dans la lutte contre la piraterie, comme lors de l’opération Atalanta en Afrique de l’Est. Les formations dispensées par l’équipe du MOST s’inscrivent dans le cadre d'une collaboration internationale entre la Belgique et le Bénin.

La composante Marine belge entraîne la Marine béninoiseLa composante Marine belge entraîne la Marine béninoise
La composante Marine belge entraîne la Marine béninoiseLa composante Marine belge entraîne la Marine béninoise

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:50
Photos Jorn Urbain - Mil.be

Photos Jorn Urbain - Mil.be

 

05.08.2014 Yves Swertvaegher – Mil.be

 

Alors que de nombreuses personnes sont encore en congé, l'équipage du F930 Leopold I est déjà au travail ! En effet, le navire se prépare pour sa participation à l'opération Atalanta, laquelle débutera sous peu au large de la côte est de l’Afrique.

 

Ce lundi 4 août, la frégate prenait la mer dans la matinée, bientôt rejointe par un hélicoptère Alouette III. Une embarcation rapide FRISC (Fast Raiding Interception Special Forces Craft pour embarcation rapide d'interception et de protection - basée à Zeebruges) des forces spéciales simulait un navire suspect. L'exercice pouvait donc commencer.

 

L'Alouette III a survolé le navire suspect tandis que les deux embarcations rapides du F930 Leopold I venaient l'intercepter. Les deux équipes de contrôle sont montées à bord du FRISC. Elles ont découvert une arme après une fouille minutieuse. L'équipage suspect a ensuite été emmené sur la frégate pour interrogatoire.

Le Leopold I se prépare à sa future mission
Le Leopold I se prépare à sa future mission

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories