Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:55
Entrainement Zohan : Le Jean Bart coopère avec le 54ème régiment d’artillerie

 

8 Décembre 2015 Marine nationale

 

Début décembre, en méditerranée, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart a organisé et coordonné un entraînement de défense sol-air impliquant des moyens du 54ème régiment d'artillerie (RA) de Hyères,  des aéronefs de de la Marine, de l’armée de l’Air  et des sociétés SECAPEM et AVDEF.

 

Dans un scénario qui n’était pas sans rappeler celui de la crise des Malouines, le Jean Bart avait pour mission de protéger une île amie, menacée par les forces d’un pays adversaire, avec un dispositif sol-air interarmées et ce, dans le cadre d’un mandat de l’ONU. Pendant quatre jours, la solide défense aérienne des marins, des terriens et des aviateurs, a contré les 60 avions de chasse impliqués.

 

Zohan a permis de renforcer l’interopérabilité des trois armées dans le domaine de la défense sol-air en zone littorale, hors théâtre national.

Repost 0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 11:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

13/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Après neuf années d’étude de médecine et l’obtention du brevet marine, Monsieur le médecin Guillaume entame sa troisième année d’affectation à bord du Jean Bart, au sein de l’infirmerie. C’est le goût du voyage, de l’action, de l’urgence et l’aspect pittoresque de la vie embarquée qui l’ont poussé à choisir la Marine comme ancrage d’armée.

 

En condition opérationnelle et tout au long de l’année, Guillaume encadre une équipe de dix-sept personnes et un infirmier. Il coordonne leurs actions dans le cadre de nombreux exercices où ils s’entraînent à intervenir suite à des sinistres, des blessures et des accidents. La qualité d’un bon médecin embarqué est d’être polyvalent en cas d’urgence: «je dois être capable de prendre en charge un blessé quelle que soit la pathologie, …avec les moyens du bord ! » sourit le Doc’. « A bord du Jean Bart, mon infirmerie est un mix entre un cabinet de médecine générale et un camion de SAMU» précise-t-il.

Celui que l’on surnomme le «toubib’» est aussi le conseiller direct du commandant pour toutes les questions relatives à la gestion des ressources humaines, à la santé et au moral de l’équipage. Enfin, il a son mot à dire sur le choix des menus, en terme d’équilibre alimentaire surtout : « des frites oui, ça met de la bonne humeur mais sans excès ! ».

 Les médecins militaires exercent des missions variées, en France et en opérations extérieures. Au sein des armées, ils assurent les soins médicaux et le contrôle de l'aptitude à l'emploi des personnels. Ils exercent une action permanente dans le domaine de la prévention médicale, de l'hygiène et de l'amélioration des conditions de travail. Intégrés aux unités présentes en opérations extérieures, ils sont chargés du soutien de proximité des combattants. Chaque année, est organisé un concours de recrutement à l' Ecole de santé des armées (ESA) qui forme les praticiens militaires. Plus d’information sur le site du Service de Santé des Armées (SSA).

 

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:55
Remise en condition opérationnelle pour le Jean Bart

 

14/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 27 septembre 2015 et après environ 6 mois d’arrêt technique, le Jean Bart a quitté Toulon pour trois semaines de mise en condition opérationnelle (MECO) dans une zone d’exercice dédiée (ZONEX).

 

Au cours de cette période, l’ensemble de l’équipage est mobilisé pour effectuer à un rythme soutenu de nombreux exercices. Le programme de ces entraînements illustre la polyvalence de l’équipage qui doit être en mesure de mener de nombreux types d’opérations. Parmi ces opérations : défense aérienne, force protection, lutte anti navire, lutte anti sous-marine, protection de porte-avions, lutte contre les trafics illicites, évacuation de ressortissants, lutte contre diverses avaries et sinistres, maîtrise des capacités opérationnelles (MACOPEX), homme à la mer, cyberdéfense, ravitaillements à la mer, remorquages, manœuvres aviation etc…

 

Ce stage est un rendez-vous phare pour pousser le personnel et le matériel dans leurs retranchements mais aussi pour tester le bon fonctionnement des équipements après un long arrêt technique.

 

Au cours du week-end du 9 au 12 octobre, le bâtiment a effectué une relâche opérationnelle dans la ville espagnole de Palma avant d’attaquer la dernière semaine de MECO pendant laquelle les exercices sont de plus en plus soutenus.

 

D’ici son retour à Toulon fin octobre, le Jean Bart sera de nouveau entièrement disponible et paré au combat, à son niveau le plus « Mighty* ». Ce label américain lui avait été décerné en février 2015 par le groupe aéronaval du porte-avions USS Carl Vinson, après avoir assuré sa protection pendant plusieurs mois dans le golfePpersique, au cours de l’opération Chammal – Inherent Resolve.

 

*Mighty : puissant et qui force le respect.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

28/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Engagée dès les premières heures de l'opération Chammal, la Marine a déployé l'ensemble de ses vecteurs dans le golfe arabo-persique pour placer au plus haut niveau la participation française dans la coalition Inherent Resolve.

 

Le 19 septembre 2014, sur ordre du président de la République, la première opération militaire aérienne française était menée en Irak par une patrouille de Rafale de l'armée de l'Air. Cette mission avait été préparée en avance de phase, notamment par un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Déployé dans le golfe arabo-persique, les équipages d’ATL2 des flottilles 21F et 23F ont d'abord réalisé des missions de connaissance et d'anticipation. Le 17 septembre, conjointement avec une patrouille de Rafale Air, l'appareil a réalisé une mission décisive d'intelligence, reconnaissance et surveillance (ISR) permettant deux jours plus tard, la première frappe française.

 

Le 22 octobre, la frégate anti-aérienne Jean Bart et la flottille 36F, ayant quitté Toulon le 6 du mois, ont intégré la Task Force 50 (TF50) constituée autour du porte-avions USS Carl Vinson. La mission de la frégate consistait à contrôler une zone de défense aérienne au profit du centre interalliés des opérations aériennes (CAOC) situé au Qatar, à assurer la défense aérienne du porte-avions américain et régulièrement être horizon reference unit (HRU) pour faciliter l'appontage de nuit sur le PA Vinson. Celle de la 36F à participer à la surveillance et la reconnaissance maritime ainsi que le soutien logistique. La mission du Jean Bart s'est poursuivie jusqu'au 27 janvier 2015, démontrant une complète interopérabilité avec la marine américaine.

 

Le 23 février, le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du PA Charles de Gaulle rejoignait l'opération Chammal. La très haute compétence des 2600 marins du GAN a permis à celui-ci d'assurer la permanence aéronavale pour le compte de la TF50 pendant plusieurs jours. Jusqu'au 18 avril, terme de son mandat, le GAN a réalisé 800 catapultages et appontages, parcouru 10 000 nautiques et participé à 15 ravitaillements à la mer démontrant comme le Jean Bart, des capacités très élevées d'interopérabilité avec les marines américaines et britanniques.

En parallèle, l'ATL2 poursuivait ses missions ISR plusieurs fois par semaine. Il a d’ailleurs, pendant les opérations, effectué la 1000ème opération aérienne de Chammal. Avec une participation active depuis le début de l'opération, la patrouille maritime compte ainsi au-dessus du théâtre irakien une centaine de missions pour un peu plus de 1000 heures de vol. Ces vols de plus de 10 heures sont éprouvants mais permettent de recueillir du renseignement sur les zones contrôlées par le groupe terroriste Daech. L’emploi de l’ATL2 pour ce type d’opération n’est pas une première. Déjà réputé pour sa polyvalence et sa souplesse d’emploi, cet avion de patrouille maritime a franchi fin 2014 un nouveau cap en améliorant considérablement sa capacité IMINT (le renseignement d'origine image), grâce à l’intégration d’une tourelle électro-optique multi capteurs de dernière génération : la Wescam MX20. Dans son domaine d’utilisation « renseignement », l’ATL2 offre ainsi sur le théâtre irakien des aptitudes en tout point comparables à celles de nos alliés.

 

L’été 2015 marque la volonté d’aller encore plus loin en utilisant la capacité offensive du vecteur, récemment améliorée. En effet, depuis fin juillet, les équipages d’ATL2 sont pour la plupart en mesure de frapper des objectifs avec de l’armement de précision, en totale autonomie grâce à la Wescam MX-20 équipée d’un désignateur laser.

 

Chammal confirme à son tour le bénéfice qu’il est possible de tirer de l’engagement de l’ATL2 dans des opérations interalliées. Mais au-delà, c’est toute la patrouille maritime qui par cette participation soutenue fait progresser ses équipages qui opèrent au quotidien entre la terre et la mer.

 

Au cœur de l'action et forte de ses nouvelles capacités, la Marine poursuit son engagement dans Chammal aux côtés des armées de Terre et de l'Air.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 20:30
Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart

 

05/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 24 janvier 2015, 40 marins de la frégate Jean Bart ont reçu les honneurs de la marine américaine pour la qualité du travail effectué et la qualité des relations entretenues lors du déploiement de la frégate anti aérienne au sein du Carrier Strike Group One (CSG1) Vinson.

 

La frégate Jean Bart vient de passer trois mois dans le golfe arabo-persique au sein du Carrier Strike Group One (CSG1), à assurer la protection du porte-avions USS Carl Vinson et au contrôle de près de 4 000 aéronefs de la coalition en partance et retour de la zone d’opération du Levant, dans le cadre de l’opération Chammal.

 

Par la qualité des services rendus et son extension temporelle, soulignées par les américains, le Jean Bart a ainsi été rapidement considéré comme partie intégrante du groupe aéronaval. A ce jour, elle s’inscrit comme la frégate étrangère la plus présente autour du Carl Vinson lors ce déploiement.

 

Pour saluer cette intégration hors norme, aussi bien pour la France que pour les Etats-Unis, le commodore Stuffle, commandant les escorteurs du CSG1 (COMDESRON1), s’est rendu à bord du Jean Bart pour attribuer la Navy Achievement Medal et la Navy Commendation Medal à 40 marins. Par ces récompenses, ce n’est pas seulement le Jean Bart que les autorités américaines entendent remercier, mais bien, plus largement, la marine et les armées françaises pour la qualité de cet engagement à leurs côtés.

 

L’amiral Grady, commandant le CSG1, a ainsi voulu souligner que la marine française est l’une des rares marines capable de travailler au même niveau que l’US Navy en opération de haute intensité. L’amiral Grady indique dans son ultime message au Jean Bart :“Your operational attitude, innovation and can do attitude reflected great credit upon the legacy of the «Jean Bart», the French Navy and the strength of our longlasting partnership”.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, six Mirage 2000D un avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Le Jean Bart a quitté l’opération le 28 janvier, après trois mois de déploiement dans le golfe arabo-persique.

Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart
Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart
Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:30
Chammal : Exercice incendie conjoint entre les pompiers émiriens et la frégate Jean Bart

 

05/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 29 décembre 2014, la base navale d’Abu Dhabi a organisé un exercice incendie conjoint impliquant la sécurité civile émirienne et la frégate Jean Bart Cet entraînement a permis de vérifier la pleine capacité du personnel français de la base navale et des pompiers émiriens à soutenir l’équipage d’un navire en escale confronté à un sinistre.

 

Rapidement arrivé à bord, le personnel émirien a ensuite été binômé avec des marins du bord avant d’intervenir dans les locaux envahis par la fumée et placés dans l’obscurité. La proximité des différentes procédures, le professionnalisme de l’ensemble des acteurs et la solidarité naturelle entre combattants du feu ont permis une intervention rapide et efficace.

 

L’équipage du Jean Bart poursuivra jusqu’au début du mois de janvier son escale de maintenance, bénéficiant du soutien permanent de la base navale, relais essentiel vers les autorités émiriennes et le tissu industriel local.

 

Le Jean Bart rejoindra ensuite le porte-avions américain Carl Vinson pour poursuivre sa mission de lutte contre le groupe terroriste Daech en Irak.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif est structuré autour de neuf avions Rafale, six avions Mirage 2000D, un ravitailleur C-135 FR, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et la frégate anti-aérienne Jean Bart, intégrée dans le groupe aéronaval américain constitué autour du porte-avions USS Carl Vinson.

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 12:30
Chammal : le Jean Bart réalise une évacuation médicale au sein de la TF 50

 

10 Décembre 2014 Source : Marine nationale

 

Le 4 décembre 2014, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart a procédé à l’évacuation sanitaire d’un membre de l’équipage victime d’une crise d’appendicite aiguë. Déployée dans le golfe arabo-persique depuis le 22 octobre 2014, dans le cadre de l’opération Chammal, la FAA Jean Bart est intégrée à la Task Force 50 (TF50) constituée autour du porte-avions USS Carl Vinson.

 

Après une conférence téléphonique entre le service médical du Jean Bart, l’équipe chirurgicale embarquée de l’USS Carl Vinson et le coordinateur médical de l’opération Chammal basé à l’état-major interarmées d’Abu Dhabi, l’évacuation du marin a été décidée.

 

Le Jean-Bart a alors navigué à 70 nautiques des côtes de Bahreïn où il était prévu d’hospitaliser le patient. Très rapidement, l’hélicoptère Panther du Jean Bart a décollé, avec à son bord l’infirmier, se dirigeant vers l’aéroport international de Manama. En moins d’une heure, le marin a alors été pris en charge par les équipes française et américaine qui travaillent en étroite collaboration sur place. Le patient a ensuite été transporté vers le « Bahrein Defense Hospital » où il a été opéré quelques heures plus tard avec succès.

 

Cette évacuation médicale sur un théâtre d’opération, menée dans des délais très courts en coopération avec nos alliés américains, témoigne, une fois encore, du haut niveau d’intégration du Jean Bart au sein de la cinquième flotte et de l’interopérabilité poussée de nos deux marines.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération interarmées Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:30
Chammal : visite du commandant de la TF 50 à bord du Jean Bart

 

10/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 5 décembre, le contre-amiral Christopher Grady, commandant le Carrier strike group 1 et la TF 50, s’est rendu à bord du Jean Bart pour une visite en tant que commandant tactique de la frégate française.

 

Déployée dans le golfe arabo-persique depuis le 22 octobre 2014, dans le cadre de l’opération Chammal, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart est intégrée à la Task Force 50 (TF50) constituée autour du porte-avions USS Carl Vinson.

 

Après une visite générale du bâtiment, dont un passage à la passerelle ainsi qu’au central opérations, l’amiral Grady a bénéficié d’un point de situation sur les capacités opérationnelles du Jean Bart et sur la manière dont la frégate est organisée pour assumer les missions confiées au sein de la TF 50, allant du commandement d’une zone de contrôle aérien du golfe arabo-persique, à la protection du porte-avions US.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l'opération interarmées Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 12:30
Chammal : échanges entre les marins français et américains engagés au sein de la Task Force 50

 

04/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Depuis l’intégration de la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart au sein de la Task Force 50, les interactions entre marins américains et français sont autant d’occasions de renforcer les liens et ainsi mieux opérer dans le cadre de la coalition formée pour soutenir les forces irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

 

Alors qu’un officier de liaison français se trouve à bord du porte-avions USS Carl Vinson, un détachement de marins de l’US Navy est embarqué à bord du Jean Bart de façon permanente afin de renforcer l’interopérabilité avec les états-majors et les unités de la TF50.

 

Les marins américains font pleinement partie de l’équipage. A ce titre, le premier-maître Antony J. « Fighter Controller » (officier en charge du contrôle d’avions de chasse) sur le porte-avions américain, « apprécie grandement [son] travail au sein de l’équipe du central opérations du Jean Bart ainsi que l’excellente ambiance qui caractérise le bâtiment ». De même, le lieutenant de vaisseau Brian M, qui n’en est pas à son premier embarquement comme officier de liaison sur des bâtiments de la coalition, insiste pour sa part sur le « grand professionnalisme des équipes françaises ainsi que sur l’accueil très chaleureux » qui lui a été fait. Parfaitement intégrés à l’activité du JeanBart, les marins de l’US Navy ont rapidement adopté le « French Navy way of life ».

 

Plus largement, chaque opportunité d’échange de personnel entre bâtiments de la coalition est saisie, comme dernièrement entre le destroyer USS Sterett et le Jean Bart. Les marins américains et français qui coopèrent au quotidien peuvent ainsi se rencontrer et découvrir des bâtiments certes distincts, mais opérant selon des procédures communes, fruits de longues années d’entraînement et d’opérations conduites ensemble, notamment dans le cadre de l’OTAN.

 

Ces visites favorisent les échanges directs entre marins que la langue et la culture séparent mais que les valeurs et le sens de l’engagement rapprochent indéniablement.

 

Lancée le 19 septembre 2014 sous contrôle du contre-amiral Beaussant, commandant la zone océan Indien (Alindien), l’opération interarmées Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Repost 0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:30
Chammal : la flottille 36F au cœur de la Task-Force 50

 

01/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Déployé sur la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart depuis le 6 octobre dernier dans le cadre de l’opération Chammal, le détachement de la flottille 36F prend une part active quotidienne dans les opérations menées actuellement dans le golfe arabo-persique, en étant pleinement intégré au sein de la Task-Force 50 constituée autour du porte-avions USS Carl Vinson (Carrier Strike Group 1).

 

Le Panther Standard 2 du Jean Bart remplit ainsi les tâches ordinairement dévolues aux hélicoptères MH-60 américains grâce à ses équipements, qui lui permettent ainsi de contribuer, principalement de nuit, à la permanence des missions de surveillance et de reconnaissance, dans une zone particulièrement sensible et dans des conditions exigeantes. Certains vols peuvent en effet durer jusqu’à quatre heures, avec ravitaillement rotor tournant. Le French Panther 355 est en outre un échelon essentiel dans le soutien logistique de la frégate, dont il assure notamment la récupération du matériel acheminé par avion cargo C2 à bord du porte-avions américain.

 

Le savoir-faire démontré par le détachement dans ses activités aéronautiques concourt efficacement au renforcement des liens de coopération avec nos alliés américains et témoigne du niveau d’interopérabilité de nos forces.

 

L’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Chammal : la flottille 36F au cœur de la Task-Force 50Chammal : la flottille 36F au cœur de la Task-Force 50
Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 11:30
Chammal : le Jean Bart assure la fonction horizon reference unit ou HRU

 

18 Novembre 2014 Sources : État-major des armées

 

En plus des fonctions de chef de la défense aérienne de la Task force 50, la frégate Jean Bart, intégrée au sein du groupe aéronaval américain « carrier strike group 1 », se voit régulièrement attribuer les fonctions de horizon reference unit (HRU).

 

Ainsi, après la tombée de la nuit, peu avant le retour des avions partis en missions, le Jean Bart vient « chasser » un poste situé à 3000 m à l’arrière du porte-avions.

 

À cette fin, la frégate doit manœuvrer le plus finement possible pour se positionner précisément derrière l’USS Carl Vinson, dans l’axe de la piste et servir de référence aux pilotes de chasse ainsi qu’aux officiers d’appontage du porte-avions.

 

L’appontage est une manœuvre particulièrement délicate et, de ce fait, les officiers d’appontage ont besoin d’une HRU pour se donner un horizon de référence et guider avec dextérité les aéronefs sur le pont en toute sécurité.

 

Complexe, cette fonction de HRU nécessite de manœuvrer à vitesse élevée à faible distance du porte-avions ; elle requiert également de l’anticipation et toute l’attention des équipes de navigation. Une coordination sans faille est donc nécessaire entre le porte-avions et l’escorteur.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, un avion de ravitaillement C135 et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. La frégate anti-aérienne Jean Bart participe, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

Repost 0
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 06:30
Chammal : Premier bilan de l’intégration du Jean Bart à la TF 50

 

18/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Après deux semaines passées au sein de la Task Force50, le commandant de la frégate antiaérienne Jean Bart, accompagné du commandant adjoint opérations, s'est rendu sur le porte-avions USS Carl Vinson afin de partager avec l'état major du Carrier Strike Group 1 (CSG 1) les premiers enseignements de cette période d’intégration.

 

Fort de son expérience récente dans le golfe arabo-persique, le Jean Bart s’est rapidement montré au niveau attendu pour assumer pleinement toutes les fonctions d'un escorteur de la TF 50au même titre que les autres bâtiments américains.

 

L’amiral Grady, commandant la TF 50, a été marqué en particulier par la capacité du Jean Bart à compléter l’image tactique de la force en reportant un certain nombre de « primo détections », notamment au-dessus du territoire irakien, grâce à ses senseurs performants.

 

Cette visite à bord du porte-avions a été l’occasion également de visualiser in situ les outils dont dispose l'état major pour planifier et conduire les opérations sur le théâtre du Levant.

 

Ce premier bilan positif souligne la capacité du Jean Bart à travailler en souplesse au profit du CSG 1. Le Jean Bart assure maintenant, comme les autres escorteurs américains, les fonctions de :

    Sector air defence commander (SADC) : contrôle d’une zone de défense aérienne au profit du CAOC (centre inter-alliés des opérations aériennes) situé au Qatar ;

    Air missile defence commander (AMDC) : défense aérienne du porte avions américain.

 

En outre, le Panther, hélicoptère embarqué sur le Jean Bart, contribue, aux côtés des MH-60 américains, à assurer la permanence des missions de surveillance maritime de la zone sanctuaire autour du porte-avions. Enfin, l'interopérabilité des moyens français s'exprime également dans le soutien de l'homme amené par l’aumônier du Jean Bart, qui, temporairement seul prêtre catholique de la TF 50, a été envoyé sur trois bâtiments américains pour y célébrer la messe.

 

Soutien indéniable au dispositif de la coalition, le Jean Bart apporte une plus grande flexibilité à la TF 50.

 

Par sa présence au sein d’un CSG américain, le Jean Bart manifeste la volonté de la France à jouer un rôle de premier plan dans cette zone, notamment en vue de l’intégration éventuelle d’autres unités française aux côtés des américains, en soutien au gouvernement irakien.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, un avion de ravitaillement C135 et un avion de patrouille maritime Atlantique 2.

Chammal : Premier bilan de l’intégration du Jean Bart à la TF 50
Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 21:30
Opération Chammal : le CEMA à la rencontre des forces engagées dans le golfe arabo-persique


04/11/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 3 novembre 2014, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) est allé à la rencontre des militaires français engagés dans l’opération Chammal. A cette occasion, il a embarqué par hélicoptère à bord de la frégate antiaérienne (FAA) Jean Bart

 

Après une présentation de l’ensemble du dispositif, le général de Villiers est allé à la rencontre des équipages engagés dans la lutte contre les terroristes du groupe Daech. Accompagné du contre-amiral Beaussant, commandant la zone océan Indien (ALINDIEN), qui exerce le contrôle opérationnel du bâtiment, le CEMA a bénéficié d’un point de situation qui lui a permis de voir in situ l’étendue des missions confiées au Jean Bart dans le cadre de l’opération Chammal.

Intégré à la Vème flotte américaine, le bâtiment participe à la défense aérienne du groupe aéronaval articulé autour du groupe aéronaval USS Carl Vinson et au contrôle aérien de l’ensemble des aéronefs mis en œuvre par la coalition à partir du golfe arabo persique.

Le CEMA a rappelé combien ce haut degré d’interopérabilité entre nos deux marines, illustré par la précédente intégration du Jean Bart en avril 2014 à un groupe aéronaval américain, revêt une importance essentielle et déterminante dans cette opération de grande envergure.

Fidèle à son habitude de rencontres et d’échanges spontanés sur le terrain, le CEMA a pu mesurer et apprécier la motivation et l’investissement sans failles des marins engagés dans cette mission. Il a également souligné leur réactivité et leur professionnalisme pour avoir su répondre présents sous faible préavis lors du départ sur alerte du bâtiment.

S’adressant à l’équipage, le général de Villiers a insisté avec force sur les valeurs d’engagement, de combativité, d’enthousiasme et d’esprit de cohésion qui devront continuer d’animer le Jean Bart tout au long de son déploiement.

Il a en outre tenu à souligner les facultés d’adaptation et les résultats aujourd’hui obtenus par l’armée française dans l’opération de soutien au gouvernement irakien. Le CEMA a ainsi confirmé le rôle clef du dispositif de défense français et la place de ce dernier au sein de nos alliés.

La projection de la frégate anti-aérienne Jean Bart s’inscrit dans le cadre du renforcement du dispositif français engagé dans l’opération Chammaldécidé par le Président de la République le 1er octobre. Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 06:30
Chammal : La frégate Jean Bart intègre la Task Force 50

 

29/10/2014 Sources : EMA

 

Le Jean Bart, qui a récemment rallié le golfe arabo-persique, a intégré aujourd’hui, mardi 28 octobre, la Task Force 50 (TF 50) constituée autour du porte-avions USS Carl Vinson (Carrier Strike Group 1).

 

Afin que cette intégration soit la plus rapide et la plus aboutie possible, le commandant du Jean Bart et son état-major opérations s’étaient rendus, il y a quelques jours, à bord du porte-avions américain pour rencontrer leurs principaux interlocuteurs.

 

Après avoir rallié le porte-avions depuis Bahreïn sur l’un des deux vols quotidiens de Greyhound, les officiers français ont été accueillis par le commandant du Carl Vinson, le commandant des escorteurs (COMDESRON) et par le contre amiral Grady, commandant la TF 50.

 

Le déjeuner avec l’amiral et les réunions de travail ont permis de planifier dans le détail un processus rapide d’intégration de la frégate. Ces premiers contacts, extrêmement chaleureux, ont permis de souligner la volonté très forte des américains de travailler de façon poussée avec des moyens français.

 

Le Jean Bart avait déjà assumé les fonctions de commandant de zone de défense aérienne et de commandant de la défense aérienne au profit du porte-avions USS G.H.W. Bush au printemps dernier.

 

A l’issue de ces discussions, la visite du porte-avions et les retrouvailles fortuites avec deux officiers américains précédemment en poste sur le Charles De Gaulle et à CECMED(1), ont permis de constater, s’il en était besoin, la parfaite similitude des méthodes de travail françaises et américaines pour la mise en œuvre d’un groupe aérien embarqué.

 

Sous le commandement tactique de l’amiral commandant le TF 50, le Jean Bart assurera les fonctions de :

- commandant d’une zone de défense aérienne au profit du centre de coordination des opérations aériennes (CAOC) d’Al Udeid, situé au Qatar ;

- commandant de la défense aérienne du groupe du porte-avions américain.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammalvise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Cette opération s’appuie sur neuf avions Rafale, un avion de ravitaillement C135, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et la frégate Jean Bart.

 

(1) Commandant en chef pour la méditerranée (basé à Toulon)

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 06:30
La FAA Jean Bart rallie l’opération Chammal

 

22/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 20 octobre, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart a passé le détroit d’Ormuz, reliant le golfe d’Oman au golfe Persique. Quatorze jours après son appareillage de Toulon, la frégate a ainsi rallié les forces françaises au Proche et Moyen Orient engagées dans l’opération Chammal.

 

Depuis son entrée en mer Rouge le 12 octobre dernier, le Jean-Bart est placé sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN). Dorénavant intégrée à l’opération Chammal, la frégate participera au contrôle aérien de l’ensemble des moyens de la coalition déployés dans la région.

Dans ce cadre, elle rejoindra dans quelques jours la Vème flotte américaine déployée dans le golfe arabo-persique, se plaçant sous le commandement tactique de l’amiral commandant la « task force 50 » du porte-avions USS Carl Vinson. La frégate française y assurera plus précisément les fonctions de :

  • commandant d’une zone de défense aérienne au profit du centre de coordination des opérations aériennes (CAOC) d’Al Udeid, situé au Qatar ;
  • commandant de la défense aérienne du groupe du porte avions américain.

Ce n’est pas la première fois qu’un bâtiment français assure de telles fonctions. En revanche, jamais ces fonctions n’auront été exercées dans un contexte opérationnel de cette envergure. La FAA Jean Bart dispose de systèmes performants lui permettant de tenir un rôle de premier plan au sein d’une coalition internationale. Par ailleurs, pour avoir été intégrée au groupe du porte-avions USS George Bush, au printemps 2014, dans le cadre de l’opération Enduring Freedom (OEF) dans la même zone géographique, la frégate Jean Bartest parfaitement interopérable et rompue aux procédures américaines et alliées.

D’un point de vue technique, une escale à Djibouti a permis d’embarquer des marins américains, chargés d’installer des systèmes de communication qui permettront de dialoguer directement avec les centres de commandement alliés.

 

Carte opération Chammal - 22 oct. 2014 source EMA

Carte opération Chammal - 22 oct. 2014 source EMA

 

La projection de la frégate anti-aérienne Jean Bart s’inscrit dans le cadre du renforcement du dispositif français engagé dans l’opération Chammal décidé par le Président de la République le 1er octobre. Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech

La FAA Jean Bart rallie l’opération Chammal
La FAA Jean Bart rallie l’opération Chammal
Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 19:30
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

07/10/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 6 octobre 2014 en fin de journée, la frégate anti-aérienne Jean Bart a appareillé de Toulon pour rejoindre la force Chammal déployée dans le golfe arabo-persique.

 

Cette projection s’inscrit dans le cadre du renforcement du dispositif français décidé par le Président de la République le 1er octobre 2014. La frégate anti-aérienne Jean Bart et son équipage d’environ 250 marins rejoignent un dispositif composé de 9 avions Rafale, d’un avion ravitailleur C135-FR et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Ce dispositif est complété par plusieurs officiers de liaison insérés dans les structures de commandement alliées de la région.

 

La frégate Jean Bart participera, en lien étroit avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

 

De février à mai 2014, le Jean Bart avait déjà été déployé en océan Indien dans le cadre de l’opération Enduring Freedom (OEF) qui vise à lutter contre le terrorisme et les trafics illicites dans la zone océan Indien. A cette occasion, le Jean Bart avait été intégré durant une dizaine de jour dans le groupe aéronaval américain constitué autour du porte-avions USS Bush.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech.

Opération Chammal : appareillage de la frégate Jean Bart
Opération Chammal : appareillage de la frégate Jean Bart
Repost 0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 16:50
OTAN : le Jean Bart participe à l’exercice de guerre électronique « NEMO 2014 »

 

01/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Du 22 au 26 septembre 2014, la frégate antiaérienne (FAA) Jean Bart a participé à l’exercice de guerre électronique NEMO (Nato Electronic Magnetic Operations) organisé par l’OTAN au large de Tarente, en Italie.

 

Organisé l’an dernier à Toulon par FRMARFOR (French Maritime High Readiness Force - Force aéromaritime française de réaction rapide), cet entraînement international a rassemblé des bâtiments de combat venant d’Italie, d’Espagne, de Grèce, de Turquie et de France.

 

Cet exercice a mobilisé de nombreux moyens de simulation de guerre électronique pour rendre les situations auxquelles étaient confrontés les navires les plus réalistes possibles.

 

Au cours de l’exercice, interception, brouillage, et tirs de leurres se sont enchaînés à un rythme soutenu. Cette semaine a permis de mettre en œuvre les équipements dans toutes les configurations, mais également de tester de nouvelles tactiques de lutte en matière de guerre électronique (GE).

 

Cet entraînement international de haut niveau permet de renforcer l’interopérabilité avec nos alliés au sein de l’alliance Atlantique. Il vise à se tenir prêt à intervenir en coalition sur l’ensemble du spectre opérationnel.

Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:30
OEF : le MINDEF à bord de la frégate Jean Bart

 

 

02/04/2014 Sources : EMA

 

Du 25 au 27 mars 2014, la frégate antiaérienne Jean Bart, intégrée à l’opération Enduring Freedom de lutte contre le terrorisme, a participé au salon DIMDEX 2014 (Doha International Maritime Defence Exhibition and Conference), au Qatar.

 

Jeudi 27 mars, à quelques heures de la clôture du salon, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, s’est rendu à bord du Jean Bart, et s’est adressé à l’équipage. Il a salué l’action de la marine dans cette région et insisté sur l’importance du Qatar, avec qui la France a noué des les liens étroits, économiques et militaires. Il a également annoncé la prorogation pour cinq ans de l’accord de défense datant de 1994.

 

Lors des échanges qui ont suivi avec les marins, le ministre a réaffirmé le rôle essentiel des bâtiments déployés dans le dispositif opérationnel français en zone maritime Océan indien

 

La frégate Jean Bart est déployée dans l’océan Indien depuis le 27 février 2014. Elle participe notamment à l’opération Enduring Freedom (OEF) qui lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman.

Repost 0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 12:55
OEF : ravitaillement du Jean Bart

 

14/03/2014 Sources : EMA  

 

Le 12 mars 2014, la frégate antiaérienne (FAA) Jean Bart a été ravitaillée à la mer par le pétrolier-ravitailleur britannique Wave Ruler. Le ravitaillement à la mer augmente de manière significative l’autonomie et la mobilité des navires de combat.

 

Près de 300m3(300 000 L) de gazole ont été distribués à la FAA Jean Bart pour lui permettre de maintenir sa présence en mer plus longtemps et de rejoindre à tout moment, dans l’immensité de l’océan indien, sur ordre de la Task Force (TF) 150, une nouvelle zone de patrouille.

 

Les accords militaires conclus entre les pays de l’OTAN permettent aux bâtiments français de se ravitailler en mer auprès des bâtiments de l’Alliance. La standardisation des procédures et des équipements est gage d’une interopérabilité qu’il est toutefois nécessaire d’entretenir par une pratique régulière car chaque ravitailleur possède ses spécificités.

 

Dans le cadre de la participation à l’opération Enduring Freedom, dont la France est l’un des principaux contributeurs depuis 2001, la frégate antiaérienne Jean Bart est intégrée à la TF 150 depuis le 27 février 2014. 

 

 Cette dernière vise à lutter contre les mouvements de groupes terroristes et les trafics illicites qui en découlent (armes, drogues) sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman en passant par la mer d’Arabie et le golfe Arabo-Persique.

OEF : ravitaillement du Jean Bart
OEF : ravitaillement du Jean Bart
OEF : ravitaillement du Jean Bart
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories