Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 12:25
photo FAA

photo FAA


04.12.2015 par Forces Armées aux Antilles

Du 30 novembre au 05 décembre 2015, près de 200 militaires d’active et de réserve des forces armées aux Antilles (FAA) ainsi qu’une trentaine de militaires des Forces Armées en Guyane (FAG) ont participé à un entraînement opérationnel baptisé TCHEMBÉ 2015, se déroulant principalement sur Basse-Terre en Guadeloupe, à Marie-Galante et aux Saintes.

 

voir Ex. Tchembé 2015

Repost 0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 17:25
photo EMA

photo EMA

 

27/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 17 novembre 2015, à Miami, le contre-amiral Olivier Coupry - Commandant supérieur (COMSUP) des Forces armées aux Antilles (FAA), a rencontré le contre-amiral Scott Buschman - commandant du District Sevendes United States Coast Guards(USCG)*, dont la zone de responsabilité couvre la zone Caraïbe.

 

Le COMSUP a tout d’abord assisté au briefing opérationnel quotidien du District Sevendes USCG. Il était accompagné du chef du centre opérationnel des FAA, capitaine de vaisseau Xavier Larreur, de l’officier de liaison français intégré à la Joint Interagency Task Force South, du capitaine de frégate Jérôme Navarro et d’un représentant de la division de l’action de l’Etat en mer aux Antilles et du commissaire Pierre-Luc Duranson. Puis la délégation française et ses homologues américains des USCG ont évoqué les projets de renforcement de la coopération bilatérale franco-américaine dans la Caraïbe. Celle-ci porte sur la lutte contre l’ensemble des trafics illicites par voie maritime mais aussi sur la coordination des moyens en réponse aux incidents majeurs qui pourraient survenir en mer dans cette zone.

 

À l’issue de ces entretiens et après une visite de la station de Fort Lauderdale des USCG à Miami, plusieurs orientations ont été proposées afin d’améliorer la coopération opérationnelle entre les USCG et les FAA :

- l’intensification de la surveillance maritime et aérienne grâce aux nouveaux patrouilleurs des USCG affectés dans la zone et au soutien accru des aéronefs américains ;

- la coordination des programmes d’activité opérationnelle de nos unités pour optimiser la présence sur zone ;

-le renforcement du partage d’informations et d’expérience en amont et en aval des opérations de lutte contre le narcotrafic.

 

Les FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA conduisent trois missions principales : l’action de l’Etat en mer sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer(DDG AEM) afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer, l’assistance aux populations en cas de catastrophe naturelle et la coopération internationale et inter-administration.

 

* L’United States Coast Guard (USCG) est un organisme fédéral américain dépendant du département de la sécurité intérieur, chargé d’assurer la surveillance, la protection et le sauvetage des personnes en détresse dans les eaux territoriales américaines. Les USCG ont trois missions principales dans la zone Caraïbes : la lutte contre l’immigration clandestine, la recherche et le sauvetage de personnes et la lutte contre le trafic de stupéfiants en mer.

photo EMA
photo EMA
photo EMA
photo EMA

photo EMA

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

21/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 septembre 2015, le bâtiment de transport léger Dumont d’Urville a appareillé de Fort-de-France pour conduire pendant deux semaines, une mission de reconnaissance amphibie et hydrographique sur les îles d'Aruba et de la Barbade. Un détachement du 33e Régiment d’infanterie de Marine (33e RIMa) et du Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) ont également participé à cette mission aux côtés des marins du Dumont d’Urville.

 

Suite de l'article

 

 

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 4 juin 2015, la division « action de l’Etat en mer » des forces armées aux Antilles (FAA) a organisé une réunion d’échanges entre les acteurs de la lutte contre le narcotrafic aux Antilles et la direction des affaires criminelles et des grâces (DACG).

 

L’objectif de cette rencontre était principalement de permettre aux membres de la DACG de découvrir in situles moyens et modes d’action des armées et des services français pour lutter contre le narcotrafic aux Antilles, et de mieux appréhender ainsi les enjeux juridiques de cette lutte en mer.

 

La journée a débuté par une réunion de travail présidée par monsieur Rigoulet-Roze - préfet de la Martinique et délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer, aux côtés du contre-amiral Bosselut – commandant supérieur des FAA et commandant de zone maritime. Toutes les administrations concernées étaient également présentes : la Marine nationale, la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), la gendarmerie nationale, l’antenne Caraïbes de l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) et les magistrats du Parquet général et du Parquet de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Fort-de-France. Le premier président de la Cour d’Appel et le président du tribunal de grande instance ont également participé à cette rencontre à l’occasion du déjeuner organisé en la résidence du commandant supérieur des FAA.

 

L’après-midi, les autorités se sont rendues à bord de la frégate de surveillance Germinal. Le contre-amiral Bosselut a conduit la délégation, accueillie à bord par le capitaine de frégate Dupont commandant le Germinal. Fort de son expérience des opérations « narcops » (plus de 3 tonnes de drogue saisies à ce jour sous son commandement), le capitaine de frégate Dupont a expliqué en détail le déroulement des opérations en mer depuis l’interception lancée depuis un bâtiment de combat avec son hélicoptère embarqué et son équipe d’intervention sur embarcation rapide, jusqu’aux parcours de rétention lorsque des présumés narcotrafiquants sont ramenés à bord du Germinal pour être remis aux autorités judiciaires compétentes.

 

Agissant dans le cadre de l’Action de l’État en mer, les forces armées aux Antilles opèrent régulièrement de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que ses partenaires étrangers de la Caraïbe, pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles et conduites depuis le centre opérationnel interarmées implanté à Fort-de-France par le commandant supérieur des forces armées aux Antilles et commandant de la zone maritime Antilles. Elles sont menées en parfaite collaboration avec le JIRS.

 

Les forces armées aux Antilles garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:25
photo EMA / FAA

photo EMA / FAA

 

15/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 4 au 7 juin 2015, le bâtiment de débarquement de chars Almirante Saboia de la marine brésilienne a effectué une escale technique à Fort-de-France.

 

L’Almirante Saboia, qui a appareillé de Rio de Janeiro le 1er mai 2015, revient d’une mission de transport opérationnel de matériel de la force maritime de la flotte et de l’armée brésilienne, en appui du contingent brésilien de la mission de stabilisation des Nations-Unies en Haïti (MINUSTAH).

 

Le soutien apporté par la base navale de Fort-de-France et les échanges entre militaires français et brésiliens, dont un traditionnel match de football entre marins des deux nationalités, témoignent de la volonté de nos deux nations d’entretenir et de renforcer la relation de défense franco-brésilienne. Particulièrement dense depuis la signature d’un partenariat stratégique en 2008, cette coopération bilatérale est entretenue par un dialogue militaire régulier et une densification des interactions régionales, plus particulièrement centrées sur la sécurité transfrontalière avec la Guyane (lutte contre les activités illégales d’orpaillage et de pêche) et sur la sécurité des espaces maritimes. Dans ce domaine, les escales des bâtiments français au Brésil ou brésiliens en France sont nombreux et l’occasion d’entraînements opérationnels et d’échanges.

 

Les FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA mènent notamment des opérations de surveillance maritime et de service public (lutte contre le narcotrafic, lutte contre les pollutions, police des pêches, sauvetage en mer). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération interministérielle et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

photo EMA / FAAphoto EMA / FAA
photo EMA / FAAphoto EMA / FAA

photo EMA / FAA

Repost 0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 16:25
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

26/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 24 mai 2015 au matin, la frégate de surveillance Ventôse des forces armées aux Antilles (FAA) est intervenue au large du canal de la Dominique pour intercepter un Go Fast se dirigeant vers la Guadeloupe. Ce Go Fast, suspecté de trafic de stupéfiants, avait été reporté aux autorités françaises par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) via la NCA (National Crime Agency).

 

Avec le concours de l’agence interministérielle de lutte contre le narcotrafic aux USA - la Joint Inter Agency Task Force - South (JIATF-S) et de son avion de patrouille maritime C130, la frégate Ventôse a pu localiser et intervenir sur le Go Fast après son rendez-vous avec un bâtiment de pêche. Lors de la poursuite du Go Fast, effectuée par l’hélicoptère embarqué Panther de la flottille 36F, le rejet à la mer d’un ballot de drogue a pu être observé. L’équipe de visite du Ventôse l’a immédiatement récupéré avant de monter à bord du Go Fast.

 

Après accord du procureur de la République de Fort-de-France, le Go Fast a été remis aux garde-côtes Dominiquais. Les 3 présumés narcotrafiquants ont quant-à-eux été placés en garde à vue par l’OCRTIS dans le cadre de l’enquête judiciaire sous l’autorité du procureur de la République. La vingtaine de kilos de Marijuana a également été remise à l’OCRTIS, pour destruction.

 

Agissant dans le cadre de l’Action de l’État en mer, la Marine française aux Antilles opère régulièrement de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que ses partenaires étrangers de la Caraïbe, pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité de Fabrice Rigoulet-Roze, préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles et conduites par le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des forces armées aux Antilles depuis le centre opérationnel interarmées implanté à Fort-de-France.

 

Cette opération illustre l’excellente coopération avec les partenaires régionaux ainsi que l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France pour lutter contre le trafic de produits stupéfiants en zone Antilles-Guyane.

 

Cette opération porte le bilan de cette année 2015 à plus de 5,2 tonnes de drogue interceptées en mer par l’action conjointe des services de l’État français dans la zone Antilles-Guyane.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 11:25
FAA : interception d’un Go Fast et saisie de drogue par la frégate Ventôse


27 mai 2015 Crédit : État-major / Marine nationale

 

Le 24 mai 2015 au matin, la frégate de surveillance Ventôse des forces armées aux Antilles (FAA) est intervenue au large du canal de la Dominique pour intercepter un Go Fast se dirigeant vers la Guadeloupe. Ce Go Fast, suspecté de trafic de stupéfiants, avait été reporté aux autorités françaises par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) via la NCA (National Crime Agency).

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:25
photo EMA

photo EMA

 

18/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 13 mai 2015, les forces armées aux Antilles (FAA) ont accueilli le nouveau directeur de la Joint Inter Agency Task Force – South (JIATF-S) – le contre-amiral des US Coast Guard Christopher Tomney. Il était accompagné par le directeur des relations internationales de la JIATF-S, par l’officier de liaison néerlandais intégré dans son état-major et par l’officier de liaison français, le capitaine de frégate Jérôme Navarro.

 

Ce premier déplacement en Martinique était l’occasion pour le nouveau directeur de se faire présenter l’organisation de l’action de l’Etat en mer aux Antilles françaises, et plus particulièrement celle de la lutte contre les narcotrafics. Il a ainsi rencontré monsieur Fabrice Rigoulet-Roze, préfet de la Martinique et délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer (AEM) dans la zone maritime des Antilles. Le préfet a profité de cet entretien pour souligner l’importance de la coopération internationale, gage d’efficacité dans la lutte contre les trafics illicites.

 

Le délégué du gouvernement (DDG) pour l’AEM, monsieur Rigoulet-Roze, est assisté par le contre-amiral Georges Bosselut, en tant que commandant de la zone maritime (CZM). Sous son autorité, le CZM Antilles coordonne l’action en mer des administrations, la mise en œuvre de leurs moyens et prépare la réglementation relative à l’action de l’Etat en mer.

 

Les entretiens du contre-amiral Tomney avec le DDG AEM, le contre-amiral Georges Bosselut, ou encore l’état-major interarmées et le centre des opérations des FAA ont permis de réaffirmer la volonté de la France d’intensifier le travail commun, et de rappeler les capacités et la réactivité des moyens de la Marine nationale stationnée dans les Antilles françaises. Par ailleurs, cette visite du nouveau directeur de la JIATF-S a permis au contre-amiral Bosselut d’évoquer de nouvelles pistes, telles que la mise en place de radars de surveillance maritime aux Antilles françaises et la possibilité d’échanger les données recueillies avec le système américain.

 

Grâce à cette coopération internationale et avec le soutien des moyens de la JIATF-S, le bilan des saisies de drogue en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone Antilles-Guyane atteint déjà plus de 5,1 tonnes depuis début 2015.

 

Les forces armées aux Antilles garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane.

 

Repères :

 

1/ La Joint Interagency Task Force South est chargée de coordonner les opérations de détection et de lutte contre le narcotrafic dans la mer des Caraïbes et l’est de l’Atlantique. Implanté à Key West, l’état-major de la JIATF-S est composé d’environ 600 personnes, issues des forces armées, des agences et administrations participant à la lutte contre le narcotrafic. Il compte un officier de marine français en poste d’officier de liaison depuis 1998. La JIATF-S suit environ 2 500 « cas » de transport maritime et aérien par an et coordonne en permanence les moyens d’interception, tout en mettant en place des opérations dédiées à certaines zones. La France, les USA, les Pays-Bas, la Grande Bretagne et le Canada sont les principaux contributeurs de moyens maritimes et aériens. Au sein de l’organisation mise en place, le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des FAA et commandant de la zone maritime Antilles, est chargé, sous l’appellation de CTG 4.6, de la coordination tactique des moyens dans la zone Est de la Caraïbe.

 

2/ Aux Antilles françaises, plusieurs administrations et organismes participent à l’action de l’Etat en mer : la Marine nationale, la direction de la mer, les douanes, la gendarmerie, la sécurité civile ou encore la société nationale de sauvetage en mer. Leur action consiste à assurer la sécurité (assistance aux navires en détresse, secours aux naufragés, etc.), garantir l’ordre public (lutte contre le narcotrafic notamment) et protéger l’environnement (lutte contre la pollution…) dans une zone économique exclusive française de près de 140 000 km2.

photo EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 11:25
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

30/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 15 au 26 avril 2015, une section de la 1ère compagnie du 9e régiment d’infanterie de Marine (RIMa) des forces armées en Guyane a suivi un stage au centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger (CAOME) des forces armées aux Antilles (FAA).

 

La section de la 1ère compagnie du 9e RIMa a notamment participé à un exercice de descente en rappel. Pour commencer, les stagiaires se sont exercés aux techniques de la descente en rappel sur les parois des douves du Morne Desaix. L’après-midi, ils sont partis à l’assaut des murailles d’enceinte du Fort Saint-Louis de la base navale militaire des forces armées aux Antilles. Tous les stagiaires ont réussi le franchissement de la muraille.

 

Les militaires du 9e RIMa, encadrés par les instructeurs du CAOME du 33e RIMa, ont su mettre en pratique leurs savoir-faire et se dépasser physiquement sur tous les obstacles qui se dressaient devant eux. Ils retiendront particulièrement « la qualité de l’instruction reçue, la pédagogie et l’expérience des instructeurs ». Si les marsouins du 9e RIMa sont habitués au climat tropical guyanais, le stage d’aguerrissement aux Antilles leur a en outre permis de tester leur adaptabilité face à un changement d’environnement géographique et climatique. « Le but du stage était d’offrir la possibilité à ce régiment d’utiliser nos infrastructures et nos compétences, d’échanger sur nos techniques de vie et de combat en forêt, bien différentes ici en Martinique de la forêt guyanaise ! » explique l’adjudant Fertassi, responsable du site du CAOME du détachement Terre Antilles.

 

Le 33eRIMa est la composante terrestre des FAA. Il conduit deux missions principales sur le « théâtre » Caraïbe : l’aide à la population dans le cadre des plans de secours en réaction à des catastrophes naturelles et l’intervention militaire pour mener une évacuation des ressortissants en autonomie ou en appui de pays de la région Caraïbe avec qui la France a des accords de Défense. En cas de catastrophe naturelle et selon l’ampleur des dégâts, des renforts venus de Guyane et du 9e RIMa en particulier peuvent être sollicités. L’organisation d’échanges avec les FAG, comme lors de ce stage,  permet donc d’entretenir la capacité opérationnelle des deux unités dans le cadre d’engagements conjoints et de renforcer leur connaissance mutuelle, dans la perspective de potentielles interventions communes.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA mènent notamment des opérations de surveillance maritime et de service public (lutte contre le narcotrafic, lutte contre les pollutions, police des pêches, sauvetage en mer). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération interministérielle et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 16:25
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

13 04 2015 FAA

 

Du 7 au 13 avril 2015, le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville a mené une mission de souveraineté et de reconnaissance de plage sur l’île française de Saint-Barthélemy. Cette mission a permis de confirmer un site de plageage proche de Gustavia, capitale de l’ile, et de réaffirmer la présence de la Marine nationale et des forces armées aux Antilles dans les îles du Nord.

 

Le mardi 07 avril 2015, le Dumont d’Urville a appareillé de Fort-de-France à destination des îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Lors de son transit au large de la Guadeloupe, un hélicoptère Ecureuil de la Gendarmerie nationale a effectué une séance de “touch and go” et plusieurs treuillages de charge sur la plateforme hélicoptère du bâtiment. Cet entrainement conjoint contribuait à la formation continue des pilotes de la Gendarmerie peu habitués aux conditions difficiles d’un appontage en mer. Il a également permis de renforcer la qualification opérationnelle de l’équipage du Dumont d’Urville après une période d’arrêt technique majeur.

 

Après un transit d’un jour et demi le Dumont a jeté l’ancre à l’entrée de la baie de Gustavia, capitale de la collectivité d’outre-mer de Saint-Barthélemy. Durant cette escale, un déjeuner officiel a été organisé à bord afin de rencontrer les autorités civiles de l’île. Le vice-président de la collectivité et son directeur de cabinet ainsi que le directeur du port de Gustavia ont pu s’entretenir avec le commandant du BATRAL et ses membres d’équipage.

 

Le dimanche matin, les plongeurs de l’équipe de reconnaissance de plage (ERP) ont reconnu le site de « Shell Beach » à l’est de Gustavia. Ce site présente un intérêt stratégique en cas de catastrophe naturelle. Il a pu être validé après que le BATRAL ait posé sa porte d’étrave sur la plage, sous les yeux étonnés de quelques riverains.

 

Le Dumont D’Urville a ensuite repris la direction de la Martinique pour se rendre sur la plage du Carbet où il est arrivé ce lundi 13 avril. Le Carbet est en effet la ville partenaire du bâtiment aux Antilles, l’occasion donc de faire découvrir à 4 classes d’élèves ainsi qu’aux habitants de la ville les missions propres au BATRAL dans la zone Antilles lors d’une visite du bord.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane. Parallèlement à leur mission de protection du territoire national, les forces armées aux Antilles peuvent planifier et sont en mesure de participer aux opérations d’assistance aux populations de la Caraïbe en cas de catastrophe naturelle.

 

Reportage photos

Repost 0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 11:25
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

09/04/2015 Gabriel Boyer - armée de Terre

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Leurs principales missions sont : le soutien de l’action de l’Etat, la lutte contre le narcotrafic en mer et le soutien aux populations en cas de catastrophe ou d’événement particulier. Explications en images.

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 06:25
La réserve, une double vie professionnelle au service des Français

 

31 03 2015 par FAA

 

Le vendredi 27 mars 2015, les 186 réservistes opérationnels et citoyens des forces armées aux Antilles ont présenté leur statut et leur expertise lors de la Journée Nationale du Réserviste organisée à la base navale de Fort-de-France.

 

Un réserviste, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des hommes et des femmes qui vivent en parallèle deux aventures professionnelles, une vie civile et un engagement militaire. Ces hommes et ces femmes ont choisi, malgré les difficultés qu’ils peuvent parfois rencontrer dans l’organisation de leur double vie professionnelle, d’être aux services des autres !

 

Ces hommes et ces femmes représentent un « trait d’union entre deux mondes qui doivent se soutenir, s’épauler, deux mondes complémentaires » explique l’enseigne de vaisseau de 1ère classe (R) Pascal Saffache. Pascal Saffache est un universitaire de renom, ancien président de l’Université des Antilles et de la Guyane. Maître de conférences et expert de l’aménagement du territoire et de l’analyse environnementale, il a choisi en 2012 d’intégrer la réserve opérationnelle et de mettre ses connaissances au profit de l’Action de l’Etat en Mer au sein des forces armées aux Antilles. Au sein de la division AEM, Pascal traite particulièrement des questions de pollution et d’environnement à l’échelle du bassin Caraïbe.

 

Pour la sergent (R) Audrey Giraud, conseillère méthodes, référente « Chlordécone » et animatrice inter-filière en épidémiosurveillance à la chambre d’agriculture de la Martinique, la réserve lui permet de concilier son domaine de compétence et son envie de dépassement et d’aide à la population. « Ce qui est important pour moi, c’est le dépassement de soi, tant physiquement que moralement, qu’impulse le fait d’être réserviste. Aller toujours plus loin, repousser ses limites, apprendre à se connaitre et à comprendre le comportement humain » explique la jeune femme de 28 ans. « Mais au-delà de cela, en faisant partie de la réserve, je peux mettre en pratique le volet logistique de mon bagage universitaire et professionnel et le mettre au service des missions d’aide à la population des forces armées aux Antilles et du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa en particulier ».

 

Madame François Triquet, première réserviste citoyenne de l’armée de l’Air aux Antilles et secrétaire générale de la sous-préfecture du Marin, a souhaité quant à elle s’engager dans la réserve citoyenne. En tant que commandant de la réserve citoyenne, ses missions aujourd’hui sont de dynamiser le réseau des correspondants Défense des mairies des communes du Sud de la Martinique, d’aider à la diffusion de l’esprit de Défense, à l’accomplissement du Devoir de mémoire dans les municipalités des communes du Sud et de sensibiliser enfin les acteurs politiques, administratifs, économiques et sociaux du département aux enjeux liés à la Défense nationale.

La réserve, une double vie professionnelle au service des FrançaisLa réserve, une double vie professionnelle au service des Français
La réserve, une double vie professionnelle au service des FrançaisLa réserve, une double vie professionnelle au service des Français
Repost 0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 11:25
photo FAA

photo FAA

 

30 03 2015 par FAA

 

Le 25 mars 2015, les forces armées aux Antilles ont été engagées dans un exercice majeur  de réaction à une catastrophe de type tsunami frappant l’ensemble de la Caraïbe.

 

Nommé Caribe Wave 2015, cet exercice régional était conduit aux Antilles françaises au niveau interministériel par le Préfet de la zone de Défense, M. Fabrice Rigoulet-Roze – Préfet de la Martinique. Caribe Wave 2015 visait à tester le système d’alerte rapide face aux tsunamis et aux risques côtiers. Le scénario simulait un tsunami provoqué par un tremblement de terre de magnitude 8,5 localisé au nord des côtes du Panama.

 

Cette journée d’entrainement a permis au centre des opérations (CENTOPS) des forces armées aux Antilles de tester grandeur nature ses différents moyens de liaison et d’alerte. A la réception d’un SMS d’alerte de la préfecture sur la probabilité d’un tsunami imminent, un réseau VHF a ainsi été mis en service par la DIRISI afin de faire la liaison entre le CENTOPS et les différentes unités des FAA sur le terrain.

 

 

Le système d’alerte par SMS à l’ensemble des militaires et de leurs famille – appelé ilotage – a également était testé, selon les mêmes dispositions qu’en cas d’une alerte cyclonique.

 

Enfin, cet entraînement face à la menace d’un tsunami aura permis une réflexion complète sur la résilience des emprises des FAA les plus sensibles face à un risque de submersion. « Comment assurer la permanence du commandement ? », « Que doit-on évacuer ? », « Quelle procédure mettre en place pour évacuer les matériels sensibles ? » sont autant de questions soulevées par cet entraînement grandeur nature. Grâce à la remontée d’information de toutes les unités des FAA ayant participés à Caribe Wave, de la base navale à la DIRISI, de la DIDI au DTA 33 en passant par toutes les unités navigantes, le CENTOPS a un retour d’expérience riche pour optimiser toujours la résilience des emprises militaires.

 

En cas de tsunami comme de cyclone ou de tremblement de terre par exemple, les FAA doivent être en mesure de recouvrir leurs capacités opérationnelles le plus rapidement possible. Sur demande de concours de la Préfecture, elles sont susceptibles également d’apporter leur soutien dans la mise en place de moyens de reconnaissance, d’évaluation et de liaison. Les FAA peuvent également être engagées pour dégager et rétablir les réseaux routiers. Enfin, les militaires des forces armées ainsi que ceux des régiments du service militaire adaptés de Martinique et de Guadeloupe peuvent mobiliser hommes et matériels afin de participer à la remise en service des installations portuaires et aéroportuaires, de secourir la population, de protéger les biens et participer ou organiser une chaîne de soutien logistique.

photo FAAphoto FAA
photo FAA

photo FAA

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 08:25
photo Forces Armées Antilles

photo Forces Armées Antilles

 

25 03 2015 Forces armées aux Antilles

 

Sous l’impulsion du contre-amiral Georges Bosselut – commandant supérieur des forces armées aux Antilles, et des trente-quatre correspondants Défense de la Martinique, une nouvelle dynamique est en marche pour favoriser la diffusion de l’esprit de Défense auprès de la population martiniquaise.

 

Le 13 mars 2015, le centre de service national de Martinique a ainsi convié les correspondants Défense, mais également les relais Défense de l’Education nationale, pour une matinée Journée Défense et Citoyenneté (JDC) avec tests à l’appui ! Cette rencontre avait pour objectif de leur faire découvrir de manière ludique la JDC rénovée. Les correspondants Défense ont en effet un rôle primordial d’information auprès des jeunes de l’obligation de recensement et de participation à la Journée Défense et de Citoyenneté. Quoi de mieux pour convaincre les jeunes que de vivre soi-même cette journée ? Dans une ambiance conviviale et intéressée, les jeunes d’hier et prescripteurs d’aujourd’hui ont donc débattu ensemble des actions communes à mener pour renforcer toujours ce lien entre la Défense et la population pour une meilleure compréhension mutuelle.

 

Afin d’optimiser le réseau de proximité que représentent les correspondants Défense pour maintenir un lien étroit entre la Nation et son armée, les forces armées aux Antilles ont invité les représentants des communes des Trois-Îlets, de Saint Esprit et du Diamant le mardi 10 mars 2015 au Fort d’Arlet découvrir l’entraînement opérationnel Madiana. Conduits sur la presqu’île des Trois-Îlets par le Détachement Terre Antilles 33e RIMa (DTA 33), les trois correspondants Défense ont pu découvrir in situ le déroulé d’une intervention militaire qui pourrait être menée ici, dans la Caraïbe, pour une évacuation des ressortissants en autonomie ou en appui de pays de la région avec qui la France détient des accords de Défense.

 

Le correspondant Défense est un élu d’une municipalité chargé de la prise de conscience par ses concitoyens du rôle de l’armée française, tant en opérations extérieures qu’en opérations intérieures. « Pour mener à bien sa mission, le correspondant Défense se doit d’être bien informé sur les actions conduites par les forces armées. C’est là ma volonté : renforcer la diffusion de leur information mais plus encore, les associer pleinement à nos actions sur le terrain, dans leurs communes » souligne le contre-amiral Georges Bosselut – commandant supérieur des forces armées aux Antilles.

photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles

photo Forces Armées Antilles

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 19:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

 23/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 21 mars 2015, la frégate de surveillance Germinal basée aux Antilles a intercepté un Go Fast au comportement suspect, détecté et pisté au préalable par un avion C26 du Regional Security System (RSS), basé à la Barbade. Cette action qui a permis la saisie de 124 kg de cocaïne et 33 kg de marijuana illustre une fois encore l’excellente coopération avec les partenaires régionaux ainsi que l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France contre le trafic de produits stupéfiants en zone Antilles-Guyane.

 

L’avion de surveillance maritime C26 patrouillait dans le cadre du Regional Security System (RSS) qui regroupe sept Etats de la région : Antigua et Barbuda, la Barbade, la Dominique, la Grenade, saint Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie et Saint Vincent-et-les-Grenadines. Ces pays ont mutualisé leurs forces pour assurer la sécurité de leurs espaces terrestres et maritimes.

 

Pris en chasse par la frégate Germinal à une cinquantaine de nautiques à l’ouest de la Barbade, le Go Fast a rejeté à la mer des ballots de drogue avant d’être arrêté. Les 7 présumés narcotrafiquants ont été interceptés et leur embarcation a été saisie. 7 ballots ont été récupérés par la frégate.

 

 

photo Marine Nationale
photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

Environ 124 kg de cocaïne et 33 kg de  marijuana ont été récupérés par le Germinal et seront remis à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) pour destruction. Les 7 présumés narcotrafiquants seront placés en garde à vue par l’OCRTIS dans le cadre de l’enquête judiciaire sous l’autorité du procureur de la République.

 

Agissant dans le cadre de l’action de l’État en mer, les forces armées aux Antilles (FAA) opèrent régulièrement avec leurs partenaires étrangers de la Caraïbe pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du  préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles, et sont coordonnées depuis le centre opérationnel interarmées des FAA implanté à Fort de France.

 

Cette opération porte le bilan de ce début d’année 2015 a plus de 1,2 tonne de drogue saisie en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone Antilles-Guyane.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane.

Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:25
photo FAA - Marine Nationale

photo FAA - Marine Nationale

 

16 03 2015 par FAA

 

Mercredi 11 mars 2015, le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville a retrouvé son élément naturel, l’eau salée de la mer des Antilles lors de sa remise à flot.

 

Pendant près de trois mois, l’équipage du Dumont d’Urville, en lien avec un maître d’œuvre industriel et les moyens militaires de soutien, a réalisé plus de 800 lignes de travaux au bassin de Radoub. Le passage au sec du bâtiment aura notamment permis d’effectuer des travaux sur les machines, de réfection de la plate-forme hélicoptère et des locaux vie de l’équipage.

 

A présent accosté à la base navale de Fort-de-France, le Dumont entame une période d’essais à quai avant de reprendre la mer pour une ultime phase de vérification et valider ensuite la fin de cet arrêt technique majeur. Le Dumont entamera alors une période d’entrainements à la mer pour permettre à l’équipage de reprendre ses marques et être prêt à remplir parfaitement toutes les missions qui leurs seront ordonnées.

Repost 0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:25
photo Forces Armées aux Antilles

photo Forces Armées aux Antilles

 

8 03 2015 Forces Armées aux Antilles

 

Depuis plus d’un siècle, le 08 mars met à l’honneur l’engagement citoyen et le travail des femmes du monde entier.

 

Le 08 mars 2015, les forces armées aux Antilles tenaient donc à mettre à l’honneur les 247 femmes civiles et militaires, de l’armée de Terre, de la Marine nationale, de l’armée de l’Air, de la direction des infrastructures de la Défense, du service de santé et du commissariat des armées qui, au même titre que leurs collègues masculins, servent au quotidien la France et les Français aux Antilles.

 

Suite de l’article

Repost 0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 12:25
FAA : intervention sur un colis suspect à l’aéroport Aimé Césaire de Martinique

 

06/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le samedi 28 février 2015, le groupe régional d’intervention de neutralisation, enlèvement et destruction d’explosif (NEDEX) des forces armées aux Antilles, a détruit un bagage abandonné dans le hall de l’aéroport Aimé Césaire de Martinique.

 

Les militaires des forces armées aux Antilles sont intervenus dans le cadre d’un protocole signé avec la préfecture de la région Martinique qui prévoit, sur demande, l’intervention du GRIN (groupe régional d’intervention) NEDEX  des Antilles dans le domaine civil. Ils ont tout d’abord procédé à la neutralisation du bagage suspect avant de le détruire.

 

Grâce aux séances de sensibilisation menées par le groupe régional d’intervention NEDEX depuis le début de l’année 2015 au profit de la police aux frontières de l’aéroport Aimé Césaire, l’intervention s’est déroulée avec une réactivité exemplaire. Cette bonne coordination entre les services de sécurité et les militaires des forces armées aux Antilles aura ainsi permis aux voyageurs de retrouver une situation nominale en un peu plus d’une heure seulement.

 

Le GRIN est le seul service à détenir, en Martinique, des capacités de reconnaissance d'engins non identifiés et des capacités d'intervention sur les munitions et explosifs conventionnels ainsi que les engins explosifs improvisés. Il comprend cinq spécialistes de l’armée de Terre qualifiés NEDEX ainsi qu’un plongeur démineur de la Marine nationale du domaine NEDEX. Les forces armées aux Antilles disposent ainsi d’un outil de permanence 24H/24H, toute l’année, à disposition des forces et de la préfecture. Le groupe réalise en moyenne une quinzaine d’intervention par an en Martinique.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane.

FAA : intervention sur un colis suspect à l’aéroport Aimé Césaire de Martinique
Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 12:25
Guide d’accueil des Forces Armées aux Antilles édition 2015

 

source Forces Armées aux Antilles
 

Voici le guide d’accueil des Forces Armées aux Antilles édition 2015.

Symbole de l’unité des forces armées, des organismes et directions du ministère de la Défense implantés en Martinique et en Guadeloupe, le « Guide d’accueil des FAA » édition 2015, voit enfin le jour.

Ce guide, réalisé par du personnel des forces armées aux Antilles, a pour objectif d’aider les futurs arrivants dans la préparation de leur départ et leur installation en Martinique ou en Guadeloupe, en complément des informations reçues en métropole. Chacun pourra y trouver des informations pertinentes et des conseils pratiques.

Ce guide doit être largement diffusé. N’hésitez pas à le transmettre à vos éventuels successeurs. Sa taille limitée, (2,3 Mo – 35 pages), permet une diffusion par mail.

 

fichier pdf guide d’accueil 2015

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:25
FAA : la France à la conférence internationale de sécurité des nations de la Caraïbe

 

10/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 20 au 22 janvier 2015, la France était présente à la 13ème édition de la conférence internationale de sécurité des nations de la Caraïbe, à Nassau au Bahamas. Le commandant supérieur des forces armées aux Antilles, le contre-amiral Georges Bosselut, s’est rendu sur place afin d’échanger avec les représentants de la Défense et de la Sécurité des différents pays de la Caraïbe.

 

Dans le cadre des mécanismes de coordination entre les entités régionales, les deux thématiques principales abordées ont été la lutte contre le crime organisé transnational et les menaces contre la souveraineté territoriale. La nécessité d’un effort régional commun pour le partage de l’information, du renseignement et la coordination des actions de formation, a été dégagée.

 

Cette conférence était également l’occasion pour le contre-amiral Bosselut de rencontrer ses homologues américains, britanniques, et néerlandais lors de réunions bilatérales. Le renforcement des relations franco-américaines, notamment dans le domaine du partage de renseignement et du soutien aérien par des aéronefs américains a été décidé, ainsi que la solidification des échanges des requêtes et des réponses juridiques avec la Grande-Bretagne dans le domaine de la lutte contre le narcotrafic. Le commandant des forces néerlandaises de la Caraïbe et le contre-amiral Bosselut se sont eux particulièrement intéressés aux sujets d’intérêt commun dans la région de Saint-Martin, île partagée entre la France et les Pays-Bas.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le « théâtre » Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération inter-administrations et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:25
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité

 

29.01.2015 forces armées aux Antilles


Depuis le 24 janvier 2015, deux sections de militaires des forces armées aux Antilles sont engagées en Guadeloupe et en Martinique dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

Les forces armées aux Antilles, sur réquisition de la préfecture de la Martinique, sont en effet employées à l’instar de l’ensemble du territoire national et en complément des forces de police et de gendarmerie, à la protection de points d’intérêt sensibles définies par la Préfecture.

En Guadeloupe comme en Martinique, les forces armées sont ainsi chargées d’assurer la surveillance des principales infrastructures de transport dont les aéroports et les ports. Dans ce cadre, les militaires déployés, appartenant au Détachement Terre Antilles 33e RIMa, ont pour mission de conduire des patrouilles pédestres et autonomes.

Qu’il s’agisse d’opérations extérieures ou intérieures, les militaires poursuivent le même objectif : assurer la défense de la France et la protection des Français. Rompus à ces missions, les militaires des FAA sont en mesure d’intervenir à tout moment.

Les forces armées aux Antilles sont par ailleurs engagées quotidiennement dans le cadre des activités permanentes de protection du territoire grâce notamment aux bâtiments de la Marine nationale et de la gendarmerie maritime qui réalisent des missions de surveillance des approches maritimes et de lutte contre les trafics, ou des fusiliers-marins et des marsouins du DTA 33 qui assurent une protection permanente de ses sites sensibles.

Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:25
FAA/FAG : fin de déploiement du renfort pour l’opération Harpie

 

15/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 1er décembre 2014 au 5 janvier 2015, la 2ecompagnie du Détachement Terre Antilles 33e RIMa (DTA 33) était déployée en renfort des forces armées en Guyane (FAG) pour conduire l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal Harpie.

 

Le déploiement en Guyane de trois sections des forces armées aux Antilles a débuté par un stage intensif de quatre jours au centre d’entraînement en forêt équatoriale. Après une première préparation opérationnelle conduite en Martinique les marsouins du DTA ont reçu une dernière instruction spécifique in situ : déplacement et sécurité en pirogue, connaissance de la faune locale, pénétration en forêt à l’azimut…

 

Pleinement opérationnelles, les trois sections ont ensuite été déployées sur la vaste zone d’action du 3e régiment étranger d’infanterie des FAG et plus particulièrement dans les secteurs de Saint-Georges et de Camopi.

 

A Saint-Georges, une des missions de la section du lieutenant C. était d’assurer la protection et la pérennisation de la base opérationnelle avancée (BOA). Cette BOA est en effet un point d’appui des FAG servant à la fois de camp d’accueil, de lieu de préparation des missions et de remise en condition des patrouilles de militaires des FAG comme des gendarmes.

 

La section du lieutenant L. a quant à elle conduit des patrouilles d’action conjointe avec la gendarmerie nationale. Leur mission : renseigner et déceler toute activité d’orpaillage illégale dans le secteur de Degrad Laurens – zone d’orpaillage située dans le parc forestier amazonien de Guyane, à une quarantaine de kilomètres de la frontière brésilienne. Le premier jour de patrouille, la section a effectué 3 heure de pirogue et 7 heure de marche « en profonde » à la recherche de layons frais, signe d’une activité d’orpaillage. Dès le deuxième jour, la section, alors divisée en deux éléments de reconnaissance, a décelé les premières traces des orpailleurs et procédé au contrôle de deux étrangers en situation irrégulière qui les ont mené sur une zone de travail récemment installée. Résultats de la découverte : destruction du matériel d’orpaillage (une motopompe et 20 kg d’outillage notamment) et destruction des puits du site. Pendant trois jours et après 60 km parcourus à pied par la section, trois autres zones de vie et de travail ont pu être identifiées et détruites dans le secteur de Degrad Laurens grâce à l’action conjointe de la section du Détachement Terre Antilles et de la gendarmerie nationale.

 

Dans le cadre du dispositif de théâtre Antilles-Guyane, les militaires du DTA 33e RIMa peuvent être amenés à renforcer ponctuellement les forces armées en Guyane (FAG), notamment pour l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal Harpie ou des missions de sécurisation du centre spatial guyanais lors des campagnes de lancement.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

FAA/FAG : fin de déploiement du renfort pour l’opération Harpie
Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:25
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population

 

14/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) ont conduit durant toute l’année 2014 des opérations de lutte contre les trafics de stupéfiants ainsi que des opérations d’assistance et de secours à la population, souvent en coopération avec les nations riveraines de l’arc antillais.

 

En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près de 1,9 tonnes de drogue saisies en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone. Ce bilan, très positif, est le résultat d’une coordination sans faille de l’ensemble des forces armées aux Antilles et de leur socle capacitaire. Forts de leurs entraînements conjoints, marins, terriens et aviateurs ont renforcé leur aguerrissement tout au long de l’année, se tenant prêts à intervenir sur la totalité de leur spectre opérationnel, avec le soutien d’organismes à la pointe, tels que la base navale ou le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles. Une bonne coordination a été effectuée avec l’ensemble des autres acteurs, étatiques et civils mais aussi avec nos partenaires régionaux. La capacité de coordination interministérielle et multinationale, indispensable à l’exercice des missions les plus délicates, a été déterminante.

 

Placés sous le commandement du centre des opérations de l’état-major interarmées chargé de planifier et conduire les opérations de lutte contre le narcotrafic, les deux frégates de surveillance basées aux Antilles, le Ventôse et le Germinal, leur hélicoptère embarqué et les moyens des détachements terrestres ont prouvé leur grande efficacité permettant aux FAA d’obtenir des résultats très positifs dans le domaine de la lutte contre les trafics illicites. En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près d’1,9 tonne de drogue saisie en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone.

 

La deuxième mission des FAA est de planifier et être en mesure de participer aux opérations d'assistance aux populations de la Caraïbe en cas de catastrophe naturelle. Dès le début de l’année 2014, les FAA ont livré du fret humanitaire destiné aux populations de Sainte-Lucie et Saint-Vincent et les Grenadines frappées par de graves intempéries durant la nuit de Noël 2013. Sur demande de concours de la Préfecture de la Martinique et de la Guadeloupe, les forces armées aux Antilles sont également intervenues à plusieurs reprises en appui des équipes municipales et des services de l’Etat au profit de la population antillaise pour évacuer des algues sargasses qui menaçaient la santé publique en raison de fortes émanations de gaz toxiques. Enfin, les FAA ont engagé depuis le pôle aéronautique étatique du Lamentin un avion CASA de l’armée de l’Air opérant sur le théâtre Antilles-Guyane afin de soutenir les opérations de sauvetage dans les îles du Nord après le passage du cyclone Gonzalo, mi-octobre.

 

Ces opérations, les forces armées aux Antilles les conduisent souvent en coopération avec d’autres forces armées de la région. Poursuivre le développement d'échanges maritimes avec les nations œuvrant dans la zone Caraïbe, entretenir une coopération de proximité permettant d'améliorer la lutte contre les trafics illicites et développer l'interopérabilité dans le domaine du secours aux populations en cas de catastrophe naturelle sont au cœur des préoccupations des FAA. En complément de leurs réunions d’échanges régulières, elles ont ainsi accueilli, en 2014, quatre détachements militaires étrangers, conduit un détachement d’instruction opérationnel, réalisé quatre entraînements à la mer avec nos alliés américains, britanniques, néerlandais et mexicains et mené une opération commune de lutte contre le narcotrafic avec nos partenaires colombiens.

 

Pour mener à bien ces opérations, une préparation opérationnelle permanente est nécessaire car l’excellence opérationnelle est longue à acquérir. Son entretien exige une alternance de périodes bien marquées, dédiées à la préparation opérationnelle générique, à la mise en condition avant projection ou déploiement et à la remise en condition opérationnelle après l’engagement. 24 stages d’aguerrissement et de préparation opérationnelles ont été conduits par le centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger, 78 sorties sur le terrain ont été réalisées dans le cadre des missions communes de l’armée de Terre par le DTA 33, et un stage de mise en condition opérationnelle encadré par les entraîneurs de la force d’action navale a qualifié l’ensemble des unités Marine des forces armées aux Antilles.

 

Toutes ces opérations ne pourraient avoir lieu sans un soutien logistique sans faille, dans des domaines aussi variés que l’infrastructure de Défense, les systèmes de télécommunication, le maintien en condition opérationnelle ou encore le soutien financier. Les unités de soutien telles que le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles, la direction des infrastructures de la Défense, le service de soutien de la Flotte, la base navale, la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information ou encore le centre médical interarmées ont toutes été engagées dans un seul but : la réussite de la mission.

 

L’ensemble de ces actions sont conduites par les 1 200 hommes et femmes, civils et militaires qui servent au quotidien les forces armées aux Antilles.

 

L’année 2014 était également marquée par le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Les FAA, très engagées dans les actions de commémoration, se sont naturellement investies cette année pour célébrer ce centenaire. De la reconstitution du D-Day de Normandie avec une barge de débarquement du bâtiment de transport léger Dumont d’Urville, à la cérémonie simultanée en Guadeloupe et en Martinique des « 100 villes, 100 héros, 100 drapeaux », les forces armées ont rendus hommage à leurs anciens, aux côtés des vétérans antillais et des jeunes Cadets de la Défense. Un véritable symbole de la transmission de la mémoire et de l’esprit de Défense.

 

2014 a donc été une année riche en activités et 2015 sera, à n’en pas douter, un nouveau défi que toutes les unités des forces armées aux Antilles sont impatientes de relever.

FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:25
FAA : visite de commandement du chef de la division emploi de l’EMA

 

05/12/2014 Sources EMA

 

Du 18 au 21 novembre 2014, les forces armées aux Antilles (FAA) ont accueilli le vice-amiral Hervé de Bonnaventure, chef de la division emploi des forces de l’état-major des armées (EMA), accompagné d’une délégation de l’EMA.

 

La division emploi des forces appuie le sous-chef opérations dans l'exercice de la tutelle des COMIA, COMFOR et COMSUP. Cette visite avait donc pour objectif de faire le point sur la réorganisation du dispositif des FAA et du plan d’actions mis en œuvre par le COMSUP. Les discussions ont notamment porté sur l’environnement capacitaire des FAA et sur de nouvelles propositions d’optimisation fonctionnelle.

 

Le vice-amiral Hervé de Bonnaventure et sa délégation, composée de représentants des domaines « opération », « infrastructure » et « finances », sont allés à la rencontre du personnel des FAA. Militaires et civils ont ainsi présenté in situleur mission, dans le cadre de la préparation à la gestion de crise, de la lutte contre le narcotrafic, de la protection des emprises, de l’action de l’Etat en mer et du soutien opérationnel.

 

Le nouveau dispositif vise à prendre en compte au mieux les enjeux de sécurité et de défense propres à l’environnement de nos territoires d’outremer. Tout en continuant à remplir leurs missions spécifiques, qui sont d’assurer la protection du territoire et des intérêts nationaux outre-mer, les forces de souveraineté voient ainsi le caractère régional de ces missions renforcé.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées de premier plan sur la zone Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 07:25
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

04/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 27 novembre 2014, la frégate de surveillance (FS) Ventôse et la frégate britannique HMS Iron Duke ont réalisé des entraînements conjoints en mer. Ces derniers ont couvert des domaines très variés allant de la sécurité à bord jusqu’à l’aéromobilité en passant par l’assistance sanitaire et la navigation.

 

Un exercice commun de lutte contre les incendies a notamment été conduit à bord du Ventôse. La frégate française a simulé un départ de feu à son bord et a demandé l’assistance de marins britanniques, venus par embarcation renforcer les marins français.

 

Une série d’exercices dans le domaine aéromobile ont ensuite permis de démontrer la technicité et la bonne interopérabilité de nos forces. Ainsi, un Lynx MK 8 britannique a réalisé une séance de « touch and go » (TAG) à bord du Ventôse avant de se prêter à un exercice d’évacuation sanitaire d’un blessé à bord de la frégate française.

 

Ces entraînements concrétisent la volonté commune exprimée en 2010 à Lancaster House de renforcer le volet opérationnel de notre coopération bilatérale. En dehors des grands exercices annuels, chaque zone de déploiement commun devient le théâtre propice au partage de notre expertise et à l’approfondissement de notre interopérabilité. En déploiement opérationnel depuis le 20 juin 2014 dans l’Atlantique Sud et dans la zone Caraïbe, le HMS Iron Duke a ainsi ponctué sa campagne d’interactions d’opportunité avec la marine française. Les 14 et 15 juillet dernier, en association avec la marine Guinéenne, le bâtiment britannique et nos forces ont pu réaliser une première série d’exercices dans le cadre du déploiement de l’aviso Commandant Blaison, alors en mission Corymbe.

 

Cette nouvelle interaction au large de Fort de France, dans une zone où forces françaises et britanniques sont communément engagées dans la lutte contre les trafics illicites, confirme notre volonté de renforcer notre capacité d’action conjointe.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le « théâtre » Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). En menant des opérations de surveillance du trafic maritime, de lutte contre le trafic des stupéfiants, de sauvetage de vies humaines en mer, de police des pêches ou encore d’aide humanitaire lors de catastrophes naturelles, les unités de la Marine nationale aux Antilles assurent la protection de la population et la préservation des ressources en mer des Antilles. La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération inter-administrations et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories