Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:55
Portrait du lieutenant de vaisseau Émilie, pilote à la base aéronautique de Lanvéoc-Poulmic

 

11 Mars 2015 Marine Nationale

 

Le lieutenant de vaisseau Émilie fait partie de ces rares femmes pilotes à avoir été macaronée aux Etats-Unis. Après avoir effectué bon nombre de missions en Europe et dans l’océan Indien, elle s’est tournée vers la formation des futures générations de pilotes. Rencontre.

 

Je me suis engagée dans la Marine nationale en janvier 2000 comme élève officier pilote de l’aéronautique navale (EOPAN).

 

Fortement motivée par le métier de pilote de chasse, alors tout juste ouvert au recrutement féminin, mon objectif était de participer activement à la défense de la France et d’embarquer à bord du porte-avions Charles de Gaulle.

 

À l’origine, c’est mon grand-père qui m’a incité à marcher sur ses traces, lui-même étant pilote de chasse dans l’aéronautique navale notamment sur Helldiver en Indochine à bord des porte-avions Arromanches et Lafayette, puis sur Aquillon.

 

Macaronée en mars 2004 aux Etats-Unis, j’ai passé deux ans en flottille de chasse sur Super Etendard Modernisé, et réalisé 60 appontages. Je me suis ensuite réorientée vers les missions de surveillance et d’intervention maritime d’abord sur N262 puis sur Falcon 50M.

 

J’ai participé à des missions passionnantes en Europe, Amérique et océan Indien comme pilote puis commandant de bord. J’ai réalisé également des opérations de secours maritime qui m’ont apporté de grandes satisfactions et donné du sens à mon engagement.

 

Après 15 ans de carrière dans la Marine, je suis toujours aussi passionnée par mon métier qui exige de nous polyvalence et professionnalisme.

 

Depuis peu moniteur à l’Ecole d’Initiation au Pilotage (EIP/50s) sur la base aéronautique de Lanvéoc-Poulmic, je participe à la sélection des futurs pilotes de l’aéronautique navale. Je quitte ainsi momentanément les opérations pour me consacrer à l’instruction, domaine tout aussi gratifiant et important, puisqu’il s’agit d’identifier les compétences des candidats et d’estimer leur adaptabilité à l’emploi. C’est pour moi en quelque sorte une manière de passer le « flambeau » à cette future génération et pour eux le début d’une très belle aventure au sein de la Marine.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:55
La 22ème promotion de l’École de Guerre à la BAN de Hyères

 

2 Octobre 2014 Marine Nationale

 

Le 24 septembre 2014, le capitaine de vaisseau Babin-Chevaye, chef d’état-major de la Force de l’aéronautique navale recevait les 320 stagiaires de la 22ème promotion de l’École de Guerre sur la base aéronautique navale (BAN) de Hyères.

 

Lors de cette visite et afin de répondre au mieux aux objectifs de l’École de Guerre, le commandant a présenté sa vision de la Force de l’aéronautique navale avant d’inviter les stagiaires à rejoindre les équipages des aéronefs exposés pour l’occasion.

 

Grâce au soutien de la BAN de Hyères, les stagiaires ont bénéficié d’une large vision des moyens de la Force, à travers ses trois composantes : chasse, hélicoptère et patrouille de surveillance et d’intervention maritime (PATSIMAR). Celles-ci étaient représentées par un Falcon 50M (24F) pour la PATSIMAR, deux Rafale Marine (12F) pour la chasse, un Caïman Marine (31F), un Panther (36F), une Alouette III, un Dauphin SP (35F), ainsi qu’un Lynx (34F) pour les hélicoptères.

 

Positionnés auprès de leurs appareils, les équipages ont présenté leurs matériels et partagé leurs expériences tout en répondant aux questions des stagiaires.

 

Cette exposition d’aéronefs dans leur contexte d’emploi s’est révélée être la formule idéale pour présenter aux stagiaires une force dont l’opérationnel est le quotidien. L’Ecole de Guerre est en effet l’occasion pour eux de mieux connaître les moyens de chaque composante et de construire un lien interarmées solide, qui est la base essentielle de toute coopération future.

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 11:50
Falcon 50M Flottille 24 F photo ECPAD

Falcon 50M Flottille 24 F photo ECPAD


26/09/2014 Marine Nationale

 

Dans la nuit du 23 septembre 2014, deux navires de la marine irlandaise ont procédé à l’interception et au contrôle d’un voilier de 19 mètres, le Makayabella, à environ 250 nautiques dans le sud-ouest de l’Irlande. L’équipe de visite envoyée sur le voilier a découvert à bord une importante quantité de cocaïne (plus d’1 tonne).

Le voilier a été dérouté sur Cork, où il est arrivé dans la nuit du 24 au 25 septembre. Les trois membres d’équipage de nationalité britannique ont été arrêtés, ainsi qu’un complice en Angleterre. Cette opération, à laquelle ont également participé les services des douanes et de la police irlandaise, a été coordonnée par le Maritime Analysis and Operations Centre - Narcotics (MAOC-N), basé à Lisbonne, suite à un renseignement partagé par la douane française.

La préfecture maritime de l’Atlantique, sollicitée par le MAOC-N dans la nuit du 19 au 20 septembre, a pris part à cette opération internationale en déployant un Falcon 50M de la flottille 24F qui a permis de relocaliser le voilier suspect à 500 nautiques dans l’ouest de la pointe Bretagne dans la matinée du 20 septembre.

Cette détection réalisée par la Marine nationale a constitué le point de départ de cette opération combinée et menée en haute mer par les services irlandais.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 07:55
photo FFDj

photo FFDj

 

18 décembre 2013 Par Elodie Vallerey - Usinenouvelle.com

 

Zoom sur le jet Falcon 50M de la Marine française qui effectue, depuis le début des années 2000, des missions de surveillance maritime non armées. Sauvetage et recherche en mer, lutte contre la piraterie, contrôle des zones de pêche... En 2009, 10 des 19 appareils utilisés par la Marine ont été mis à la retraite, mais quatre nouveaux Falcon 50M sont en cours de production dans les usines bordelaises de Dassault Aviation pour les remplacer.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 18:45
Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

31/05/2013 Sources : EMA

 

Du 13 au 31 mai 2013, un détachement Falcon 50M de la Marine nationale a été déployé à Djibouti, dans le cadre de la mission européenne de lutte contre la piraterie Atalante (Task Force 465-TF465).

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

En complément des moyens navals déjà engagés dans l’opération Atalante, la France a déployé un détachement et un avion de surveillance maritime Falcon 50M (Marine) provenant de la flottille 24F de la base aéronautique navale (BAN) de Lann-Bihoué, près de Lorient. Ils ont opéré depuis la base aérienne 188 des Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj).

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

Le Falcon 50M effectue des missions de surveillance d’une durée moyenne de 5 heures. Il est placé sous le contrôle opérationnel du commandant de la zone maritime océan Indien (ALINDIEN) qui définit son cadre d’emploi. Opérant en parfaite complémentarité avec les bâtiments et hélicoptères de la force, les missions du détachement sont planifiées par l’état-major embarqué de la force en fonction des informations recueillies par les différents acteurs engagés dans la zone dans la lutte contre la piraterie.

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

Durant ce déploiement, l’une des principales zones de patrouille qui lui a été confiée est l’International Recommended Transit Corridor (IRTC). L’IRTC est un axe de navigation long de 490 miles nautiques situé dans le Golfe d'Aden, par lequel plus de 20 000 navires, principalement marchands, transitent chaque année. La zone est donc particulièrement prisée des pirates attirés par la valeur de ces bâtiments. Les unités navales de l’opération Atalante, appuyées par des éléments aériens de patrouille maritime, jalonnent ce couloir de transit et en assurent la sécurisation. Le détachement a effectué neuf missions opérationnelles durant cette période, représentant un total de 45 heures de vol.

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

Le Falcon 50M est en service au sein de la Marine nationale depuis 2000. Il est mis en œuvre par un équipage de 5 personnes : un commandant de bord, un pilote, un radariste, un radio et un mécanicien de bord. Cet avion peut descendre jusqu’à une altitude de 100 pieds, soit une trentaine de mètres, offrant ainsi une capacité de captation d’image très précises d’embarcations suspectes dans la zone d’opération. Ces clichés peuvent être immédiatement transmis par satellite pour être exploités par les spécialistes du renseignement. La forte autonomie du Falcon 50 M ainsi que sa rapidité en font un outil parfaitement calibré dans la lutte contre la piraterie, offrant à la force une capacité de recueil de renseignement projetable et autonome. Le Falcon 50 M à une autonomie de plus de 6.000 kilomètres et sa vitesse élevée le destinent aux missions loin des côtes.

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

Actuellement, deux bâtiments de la Marine nationale sont déployés au sein de l’opération Atalante, la frégate type La Fayette (FLF) Guépratte et la frégate de surveillance (FS) Nivôse. Cette opération a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondiale (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins une frégate de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL 2) ou de surveillance maritime Falcon 50 ou par un avion E3F. Ces derniers peuvent être ponctuellement déployés depuis d’autres points d’attache situés dans la région afin de permettre d’augmenter la durée d’intervention et de couvrir l’ensemble de la zone d’opération.

Atalante : déploiement d’un Falcon 50M à Djibouti

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories