Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 17:35
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

16/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 8 au 9 décembre 2015, l’amiral Harry B. Harris, officier général commandant les forces américaines du Pacifique, s’est rendu en Polynésie française pour rencontrer le contre-amiral Morio de l’Isle, commandant supérieur des Forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Il s’est rendu sur l’atoll de Hikueru où le Régiment d’infanterie de Marine du Pacifique-Polynésie (RIMAP-P) est actuellement déployé pour une mission Taamura de soutien aux populations les plus isolées. L’amiral Harris et le contre-amiral Morio de l’Isle ont rencontré les autorités locales et ont visité les chantiers que les militaires français et la population de l’atoll ont débutés (construction d’abris, destruction d’ouvrages dangereux…). Ces missions de coopération civilo-militaires ressemblent à celles que les Américains conduisent sur les îles Marshall ; en effet, elles sont reculées, difficiles d’accès et l’acheminement de matériaux est souvent problématique.

 

L’amiral Harris a également rencontré Monsieur Lionel Beffre, haut-commissaire en Polynésie française et Monsieur Edouard Fritch, Président de la Polynésie française.

 

Plusieurs réunions de travail entre les militaires français et américains ont permis de dégager de nouveaux axes de coopération. La volonté de travailler ensemble pour être prêt en cas de crise a été le maître mot de ces échanges.

 

De la mer de Chine à Clipperton, des îles Salomon aux Kiribati, la France et les États-Unis coopèrent régulièrement dans le Pacifique. La lutte contre le trafic de stupéfiants et la pêche illicite étaient au cœur des discussions.

 

Chaque année, des réunions d’état-major se tiennent en Polynésie ou à Hawaï, durant lesquelles sont échangées des informations permettant d’améliorer l’interopérabilité, la connaissance mutuelle des unités et d’organiser des activités conjointes. En septembre dernier, des Marines américains se sont ainsi entraînés avec le RIMAP-P à Tahiti. En octobre, les deux frégates françaises du Pacifique ont manœuvré avec des navires américains. Le Prairial se prépare désormais à participer à l’exercice majeur Rim of the Pacific (RIMPAC)qui  aura lieu durant l’été 2016.

 

La France et les États-Unis partagent une vision commune de cette région stratégique et de ses enjeux. En renforçant leur coopération bilatérale dans la zone Asie-Pacifique, nos forces entendent agir pour préserver sa stabilité.

 

Les FAPF constituent un dispositif interarmées à dominante maritime prépositionné qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Pacifique ». Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale souligne l’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées. Il permet à la France de pouvoir assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menace grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

photo EMA / Marine nationalephoto EMA / Marine nationale
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 08:35
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

03/12/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 10 novembre 2015, le patrouilleur Arago a appareillé à Papeete afin d’effectuer une mission de soutien dans la subdivision administrative des Tuamotu et des Gambier.

 

Si la plupart des atolls possèdent aujourd’hui une piste d’atterrissage facilitant leur accès, d’autres ne sont accessibles que par la mer. Le Haut-Commissariat, représentant l’État français en Polynésie, a donc recours aux moyens de la Marine nationale pour pouvoir les visiter.

 

La Marine nationale se déploie régulièrement dans les Gambier. Son objectif est d’étudier les accès aux atolls pour parfaire ses connaissances afin de de faciliter d’éventuelles opérations d’aide à la population.

 

Cette mission a débuté par une escale à Hao où une délégation de la subdivision administrative a embarqué a embarqué sur l’Arago. Après Nukutavake, Vahitahi et Vairaatea, l’Arago a ensuite fait route vers l’archipel des îles Gambier afin de déposer à Mangareva la délégation de la subdivision administrative, pour son vol retour vers Papeete. Les marins ont proposé un soutien technique et effectué des réparations sur les installations des îles (groupe électrogène, sirène anti-cyclonique, véhicule de chantier).

 

Au cours de cette escale de trois jours à Mangareva, du 17 au 20 novembre 2015, les instants de partage ont été multiples : visite du navire par les élèves de l’école primaire et par les stagiaires du centre d’enseignement et de développement de Rikitea, déjeuner offert à l’équipage par la commune avant d’assister au spectacle de l’école primaire, randonnée sur le Mont Duff organisée par la commune pour 12 marins et sortie de pêche.

 

L’Arago a ensuite fait route vers d’autres atolls comme Tureia, Vanavana et Anuanuraro afin de poursuivre la mise à jour de la topographie de ces îles et leurs accès par la mer.

 

Ce déploiement s’inscrit dans le cadre des missions des forces armées aux Antilles visant à garantir la souveraineté française sur une zone économique exclusive aussi étendue que le continent européen, à contribuer à l’action de l’état en mer et, le cas échéant, à participer à des opérations de secours d’urgence. L’Aragoest un des nombreux vecteurs des Forces armées en Polynésie française (FAPF), disponible pour porter assistance aux populations en cas de catastrophe naturelle.

 

Les FAPF constituent un dispositif interarmées à dominante maritime prépositionné qui, avec les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Pacifique ». Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale souligne l’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées. Il permet à la France de pouvoir assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menace grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 12:35
photo EMA

photo EMA

 

02/12/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

Du 23 octobre au 23 novembre 2015, les Forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC) et les Forces armées en Polynésie française (FAPF) ont participé à la seconde édition de l’exercice néozélandais Southern Katipo. Les FANC ont projeté dans la région de Marlborough, au Nord de l’île du Sud, un officier et une section du Régiment d’infanterie de Marine de Polynésie Nouvelle-Calédonie (RIMaP-NC). Les FAPF ont déployé la frégate de surveillance Prairial.

 

Southern Katipo est un exercice multinational organisé tous les deux ans par la Nouvelle-Zélande (en alternance avec l’exercice Croix du Sud organisé par les FANC). Pour cette édition, l’exercice a mobilisé environ 2 500 hommes issues de huit nations* du Pacifique. Le scénario retenu était basé sur l’intervention d’une coalition dans un pays dont la situation sécuritaire s’était dégradée suite à des problèmes communautaires. Cet exercice est l’occasion de développer l’interopérabilité avec les différentes nations présentes.

Après une semaine d'instruction sur les équipements et matériels qui allaient être utilisés, la section du RIMaP-NC a été intégrée à une compagnie du 2nd/1st Royal New Zealand Infantry Regiment pour effectuer des missions de contrôle de zone. Elle a ensuite été rattachée à une compagnie composée de sections de différentes nationalités (Fidjiens, Tongiens et Papous) sous commandement néo-zélandais, pour réaliser l’assaut final contre un camp d’entraînement de miliciens.

 

photo EMA

photo EMA

Après avoir quitté le 15 octobre 2015 son port d’attache de Papeete, la frégate de surveillance Prairial est arrivée en Nouvelle-Zélande le 24 octobre. Le 3 novembre au matin, après deux escales dans l’île du Nord, le Prairial a repris la mer de concert avec le chasseur de mines HMSNZ Manawanui, en vue de débuter une mission de Force Protection du HMNZS Canterbury au sein du Amphibious Task Force (ATF). Les 17 et 18 novembre, le Prairial a participé au VIP day au sein de l’ATF. Le 23 novembre, il a repris sa route vers Papeete qu’il devrait rejoindre le 4 décembre 2015.

 

photo EMA

photo EMA

Lors du VIP day, le général de division Philippe Léonard, commandant supérieur des FANC et le colonel Christophe Ysewyn, chef de corps du RIMaP-NC se sont entretenus avec différentes autorités militaires néo-zélandaises, dont le Major General Tim Gall, commandant le Joint Forces New-Zealand HQ (équivalent du CPCO) et Madame Jeanblanc-Risler, ambassadrice de France en Nouvelle-Zélande.

 

Les FAPF et les FANC constituent un dispositif interarmées à dominante maritime prépositionné qui a pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Pacifique ». Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale souligne l’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées. Il permet à la France de pouvoir assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menace grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

*Australie, Canada, Etats-Unis, Fidji, France, Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tonga

photo EMAphoto EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:35
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

22/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 12 octobre 2015 a démarré l’exercice annuel de préparation à la période cyclonique baptisé Cyclonex. Organisé par les Forces armées en Polynésie française (FAPF), cet exercice de quatre jours a vocation à entraîner les militaires à mener une opération de secours d’urgence dans le cadre d’une catastrophe cyclonique nécessitant une intervention interministérielle.

 

Il se compose d’une phase pratique avec des exercices sur le terrain et d’une phase plus théorique au sein des postes de commandements de crise. En outre, il permet de vérifier, en coordination avec les services de l’Etat et du pays, les capacités de l’armée à mener sa mission d’assistance aux populations. Le scénario de l’exercice se basait sur un hypothétique cyclone sur le point de frapper Tahiti. Afin de se préparer à affronter l’inondation de la base navale causée par la montée des eaux lagunaires, le personnel de la base a répété les procédures de mise en sécurité des personnes et des moyens. Il a notamment procédé à l’immersion du dock flottant de réparation pour abriter le Jasmin, patrouilleur côtier de gendarmerie qui a une mission de police des pêches et de surveillance maritime. Objectif : vérification du matériel et arrimage cyclonique du navire. Cette opération a duré près de  trois heures au total, une heure pour immerger le dock, puis deux heures supplémentaires pour arrimer le navire à l’intérieur du dock.

Suite de l’article

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Partie de Nouméa le 21 septembre 2015, la frégate de surveillance Vendémiaire poursuit son déploiement dans le Pacifique. Cette campagne qui a lieu chaque semestre, s’inscrit dans le cadre de la mission de présence des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) dans la zone Asie-Pacifique.

 

Elle vise principalement à entretenir notre connaissance de cette zone, à animer la coopération régionale avec les pays riverains et à parfaire l’entraînement opérationnel de l’équipage, tout en réaffirmant l’attachement de la France à la libre circulation en mer.

En eaux libres, les exercices étaient multiples : tirs, lutte contre les menaces asymétriques et contre les sinistres industriels, mise en œuvre de l’équipe de visite.

Pour sa première relâche opérationnelle, le Vendémiaire a fait escale à Madang en Papouasie Nouvelle Guinée. La présence du bateau a été l’occasion de fortifier la coopération mise en œuvre entre nos deux pays dans le domaine de la défense, coopération qui s’articule essentiellement autour de l’apprentissage de la langue française. À l’issue de cette escale, le bâtiment a mis le cap au Nord en direction des îles Mariannes.

Suite de l’article

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:35
photo J. Bellenand - Marine Nationale

photo J. Bellenand - Marine Nationale

 

07/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 27 septembre 2015, 82 militaires américains du corps des Marines ont débarqué du pétrolier ravitailleur de l’US Navy Lewis and Clark pour participer à l’exercice franco-américain de coopération militaire baptisé Koa Moana. Le détachement américain s’est entraîné durant une semaine au côté de militaires des Forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Cet exercice avait pour but de partager et développer des savoir-faire, des techniques mais également des procédures entre des hommes du Régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie (RIMAP-P) et le corps des Marines sur un terrain d’entraînement en zone tropicale. Plusieurs activités se sont succédé faisant appel à toutes les compétences physiques et professionnelles des militaires : un exercice de  neutralisation, enlèvement, et destruction des explosifs (NEDEX), un entraînement au tir avec échange d’armement entre les Français et les Américains, un exercice d’extraction de blessés, une nuit en bivouac, un raid sportif… La semaine s’est achevée par une cérémonie de clôture le 2 octobre 2015 en présence du contre-amiral Morio de l’Isle, commandant supérieur des FAPF. Le détachement américain a quitté Tahiti le 4 octobre 2015.

 

Suite de l’article

photo J. Bellenand - Marine Nationalephoto J. Bellenand - Marine Nationale

photo J. Bellenand - Marine Nationale

Repost 0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:35
Nouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au Vanuatu

 

16/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Suite aux conséquences dramatiques causées au Vanuatu par le cyclone « PAM », les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), en liaison avec le haut-commissariat de la République, la sécurité civile en Nouvelle-Calédonie et l’antenne locale de la Croix-Rouge, ont déployé dès le 15 mars 2015, une équipe de liaison pluridisciplinaire et du matériel à Port-Vila. Du fret humanitaire a également été dépêché par les armées dans la nuit du 15 au 16 mars.

 

Un avion de transport CASA de la base aérienne 186 (BA 186) « Paul Klein » a effectué un aller-retour sur Port Vila, permettant dès 16h30, la mise en place une équipe d’évaluation de six personnes composée de quatre militaires des FANC (l’attaché de défense non résident au Vanuatu, un conseiller Génie Infrastructure, un transmetteur et un électricien), d’un membre de la sécurité civile en Nouvelle-Calédonie et d’un membre de la Croix-Rouge. Etaient également à bord du CASA un véhicule léger tout-terrain P4 ainsi qu’un groupe électrogène et des moyens de transmissions.

 

Cette première mission, qui s’inscrit dans le cadre des accords FRANZ [1], avait pour but de renforcer l’équipe de l’ambassade de France de manière à lui permettre d’établir prioritairement un pont de communication depuis le Vanuatu compte-tenu des dysfonctionnements des réseaux, d’effectuer une reconnaissance des zones touchées et de définir les priorités concernant les besoins de la population sinistrée en lien avec les autorités locales.

 

Une deuxième mission a ensuite été réalisée, toujours par avion CASA de l’armée de l’Air, et a permis l’envoi de fret humanitaire pour venir en aide à la population sinistrée.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique » avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projections associés. Avec les forces armées en Polynésie Françaises (FAPF), dispositif interarmées à dominance maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

 

[1]L’accord FRANZ a été signé le 22 décembre 1992 et engage ses signataires (France, Australie et Nouvelle-Zélande) à échanger leurs informations afin d’assurer le meilleur usage de leurs ressources pour les opérations de secours à la suite de cyclones et autres désastres naturels dans la région.

Nouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au VanuatuNouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au Vanuatu
Nouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au Vanuatu
Nouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au VanuatuNouvelle-Calédonie : mise en place d’une équipe de liaison au Vanuatu
Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 18:35
L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie

 

10/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 février 2015, la base aérienne 186 de Tontouta a accueilli un avion Atlas A400M en provenance du salon aéronautique d’Avalon, en Australie.

 

L’avion de transport Atlas A400M s’est posé en terre néo-calédonienne pour la première fois de son histoire, permettant l’acheminement de près de 3 tonnes de fret au profit des Forces Armées Françaises en Nouvelle-Calédonie (FANC).

 

Cette escale fut l’occasion pour les FANC de présenter l’aéronef français à la population locale. Deux journées de présentation au public ont été organisées les 1er et 2 mars, et plusieurs centaines de personnes se sont succédé sur la base aérienne 186 de la Tontouta, dont des personnalités et élus locaux comme le haut-commissaire de la République Vincent Bouvier et la présidente du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Cynthia Ligeard.

 

Après cette escale néo-calédonienne, l’Atlas repartira vers le Pacifique dans le cadre d’une campagne d’expérimentation sur la fatigue des équipages.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique », avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projections associés. Avec les forces armées en Polynésie Françaises (FAPF), dispositif interarmées à dominance maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie
L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie
Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:35
FAPF-FANC : Opération Tautai 2015



25/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 2 au 12 février 2015, les forces armées en Polynésie Française ont conduit une opération de police de pèches dans le cadre de l’opération multinationale Tautai.

 

Cette opération, organisée chaque année par les Forces Armées en Polynésie française (FAPF), a pour objectif de contribuer à prévenir les activités de pêche illicite en haute mer, selon le cadre juridique de la commission des pêches du Pacifique central et occidental (WCPFC). Cette opération vise à renforcer la coopération opérationnelle régionale dans le domaine de la sécurité maritime. Elle permet de lutter contre la pêche illégale en agissant dans le champ de la dissuasion et contribue au rayonnement de la France dans son rôle d’acteur et partenaire privilégié en matière de police des pêches dans le Pacifique Sud.

Dans la lignée des précédentes éditions, l’opération a été menée avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Îles Cook. Chargé de la coordination opérationnelle, le Centre Maritime Commun (CMC) de Polynésie française intégrait, cette année, des officiers de liaison néo-zélandais. Elle a été l’occasion d’approfondir la coopération opérationnelle et l’interopérabilité avec nos partenaires, tout en faisant valoir la complémentarité de nos moyens capacitaires et de nos savoir-faire tactiques.

Pour la zone de Polynésie française, l’opération a été effectuée principalement par des patrouilles quotidiennes réalisées par les Falcon Gardian de la flottille 25F et l’avion P3 Orion néo-zélandais, qui ont permis un contrôle efficace de la zone. Sur les 63 navires contrôlés, seuls 4 étaient en infraction et aucun navire étranger n’a été surpris en train de pêcher en ZEE polynésienne, ce qui démontre l’efficacité dissuasive des moyens aéronavals français.

Une équipe de visite du patrouilleur Te Kukupa des îles Cook s’est déplacée à Tahiti pour parfaire sa formation à bord de la frégate Prairial. En parallèle, deux contrôles à quai au port de Papeete ont été menés grâce au concours de gendarmes maritimes du patrouilleur Jasmin où deux infractions ont été relevées.

Pour la zone de Nouvelle-Calédonie, le P400 La Glorieuse a patrouillé entre Nouméa et l’Australie, avec l’appui d’avions Gardian du détachement 25F de Nouméa et d’un avion Dash 8 des douanes australiennes, qui a procédé à la reconnaissance de la zone d’opération. Pour cette mission, deux officiers australiens des Affaires Maritimes (AFMA) étaient embarqués sur La Glorieuse. L’équipe de visite du P400 a inspecté deux navires de pêche et relevé deux infractions.

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie, les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». L’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées a été confirmée par le nouveau Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013.

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 17:35
Polynésie française : les moyens aériens au secours de trois naufragés.

 

28/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Une opération de secours en mer (SECMAR) nécessitant d’importants moyens des forces armées en Polynésie française (FAPF) a pris fin lundi 19 janvier après deux jours et deux nuits de recherches.

 

L’opération de recherche, déclenchée à la demande du Maritime Rescue Coordination Center (MRCC), a débuté samedi à 19h30. Trois personnes avaient repris la mer à Makemo en fin de matinée pour rentrer sur Taenga mais le mauvais temps et le fort courant, les ont faits dérivées.

 

C’est le Gardian de la flottille 25F qui a débuté les recherches dans des conditions météo particulièrement difficiles. L’hélicoptère Dauphin de la flottille 35F en vol dès 02h00 du matin dimanche a lui aussi subi un très fort grain et des vents de plus de 35 nœuds. A 04h30 le Casaa poursuivi les recherches qui se sont succédé jusqu’au lendemain matin.

 

Les aéronefs mobilisés sur zone ont permis de quadriller un important périmètre. Compte tenu des vents violents qui soufflaient et de l’incertitude concernant la position initiale du bateau, il a fallu beaucoup de persévérance et un grand professionnalisme aux militaires engagés dans cette opération. Les trois naufragés ont finalement été retrouvés par un Gardian et hélitreuillés par un Dauphin lundi 19 janvier en fin de matinée.

 

Il aura fallu 11 vols effectués par trois aéronefs pour retrouver le bateau à la dérive.

 

Grâce à ses capacités de recherche spécifiques, les Forces armées en Polynésie française contribuent efficacement aux opérations de secours d’urgence, qui font partie de leurs principales missions.

Polynésie française : les moyens aériens au secours de trois naufragés.Polynésie française : les moyens aériens au secours de trois naufragés.
Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:35
photo J. Bellenand - Marine Nationale

photo J. Bellenand - Marine Nationale

 

15/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 10 janvier 2015, les forces armées en Polynésie française (FAPF) ont effectué une opération d’évacuation médicale sur l’île de Nuku Hiva, dans l’archipel des Marquises, à 1 400 km de Papeete.

 

En fin d’après-midi, l’officier de permanence « opérations » des FAPF est sollicité par le centre hospitalier du Taaone pour effectuer une évacuation sanitaire par avion militaire. Le patient, qui présente tous les signes d’un début d’infarctus, doit être récupéré sur l’île de Nuku Hiva, dans l’archipel des Marquises.

 

Le déclenchement de l’opération est initié à 17h11. L’équipage d’alerte « Rescue Alfa » de la flottille 25F prépare immédiatement le vol et les équipes techniques mettent l’avion en configuration afin notamment d’y installer une civière et du matériel médical.

 

L’avion Gardian embarque également une équipe du SAMU, constituée d’un médecin et d’un infirmier. En moins de deux heures, le Gardian est « airborne », cap sur les Marquises, distantes de 1 400 km.

 

L’approche sur Nuku Hiva a lieu peu avant 21h00 avec de bonnes conditions climatiques malgré des sautes de vent en courte finale qui compliquent l’atterrissage de nuit. L’équipage, aguerri à ce type de situation, connaît bien le terrain de Nuku Hiva, aérodrome fréquemment utilisé par les Gardian pour leurs missions de surveillance maritime ou de secours en mer dans la zone des Marquises.

 

Une fois le patient pris en charge par le SAMU au pied de l’avion, ce dernier redécolle à 21h51 vers Papeete où il se pose vers 23h45 afin de transférer le malade vers le centre hospitalier du Taaone.

 

Grâce aux capacités de transport spécifiques dont elles disposent, les FAPF contribuent efficacement aux opérations de secours d’urgence, qui font partie de leurs principales missions.

 

En 2014 plus de 100 opérations ont été menées par les FAPF. Ce sont autant de personnes secourues.

Polynésie française : évacuation médicale aux Marquises pour la flottille 25F de Marine nationalePolynésie française : évacuation médicale aux Marquises pour la flottille 25F de Marine nationale
Polynésie française : évacuation médicale aux Marquises pour la flottille 25F de Marine nationalePolynésie française : évacuation médicale aux Marquises pour la flottille 25F de Marine nationale
Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:35
FANC/FAPF : Fin de mission pour la FS Vendémiaire

 

27/12/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le dimanche 21 décembre, après 2 mois de mission en Asie du Sud Est, la frégate de surveillance Vendémiaire (FS VDR) a rejoint son port d’attache de Nouméa.

 

Cette mission d’une soixantaine de jours, rythmée par des patrouilles dans les mers de Flores, Java, Sulu, Célèbes, Chine méridionale, dans l’archipel des Spratleys et des escales (Australie, Indonésie, Vietnam, Malaisie, Brunei et Palau) a démontré la place de la France, seule nation européenne à disposer d’une présence maritime dans la zone, comme acteur majeur du Pacifique.

 

La mission de l’équipage du Vendémiaire a donc permis d’affirmer l’attachement de la France à la liberté de navigation notamment en Mer de Chine et de réaliser de nombreuses actions de coopération avec les pays visités, à quai comme en mer.

 

A ce titre, il a réalisé différents exercices avec les marines australienne (EVOLEX avec le chasseur de mine HMAS Diamantina et PRERAM avec le patrouilleur HMAS Pirie), indonésienne (EVOLEX avec la corvette KRI Tjiptadi), vietnamienne (c’était une première - EVOLEX avec le patrouilleur HQ275), brunéienne (VISITEX avec le patrouilleur KDB Darulehsan), et américaine de la 7ème flotte (PRERAM et VISITEX avec la frégate USS Michael Murphy).  Dans le cadre du Theatre Security Cooperation, plusieurs exercices ont été conduits, notamment des exercices sécurité réalisés conjointement avec la marine malaisienne puis avec l’équipage du patrouilleur « Remelik » de Palau.

 

La FS  VDR a également activement participé à la protection des ressources halieutiques en prenant part à la mission régionale de police des pêches KURUKURU et en visitant deux navires de pêche philippins au nom de l’organisation régionale des pêches Western and Central Pacific Fishery Commission (WCPFC) dans la poche de haute mer nord Papouasie Nouvelle-Guinée.

 

L’Alouette 3 du détachement 22S, élément indissociable et indispensable à la réussite des missions lointaines, a pleinement participé à toutes les phases de la mission.

 

Ce déploiement de type semestriel, dont les zones de patrouille couvraient les Zones de Responsabilité Permanentes d’ALPACI (2/3 de la mission) et du COMSUP des FANC, avait les objectifs principaux suivants :

- affirmer la présence de la France dans le Sud-Est Asiatique, notamment en mer auprès des armateurs français dans la zone de contrôle naval volontaire ;

- affirmer l’attachement de la France à la liberté de la navigation et de survol ;

- entretenir notre connaissance de la zone Asie-Pacifique ;

- entretenir la coopération régionale avec les pays riverains.

FANC/FAPF : Fin de mission pour la FS VendémiaireFANC/FAPF : Fin de mission pour la FS VendémiaireFANC/FAPF : Fin de mission pour la FS Vendémiaire
FANC/FAPF : Fin de mission pour la FS VendémiaireFANC/FAPF : Fin de mission pour la FS Vendémiaire
Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 15:35
Photos J. Bellenand - Marine Nationale

Photos J. Bellenand - Marine Nationale

 

28/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 20 au 22 octobre 2014, monsieur Ray Mabus, secrétaire de la Navy et du Marine Corps, s’est rendu en Polynésie française pour rencontrer le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur (COMSUP) des forces armées de la Polynésie française (FAPF).

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la coopération régionale entretenue par nos deux pays pour qui la zone Pacifique constitue un enjeu stratégique partagé. A cette occasion, monsieur Mabus a rappelé l’importance qu’attache le département de l’US Navy aux relations internationales militaires, ainsi qu’à ses partenariats dans le Pacifique, plus particulièrement avec la France. Ce déplacement a également été l’occasion pour lui de rencontrer monsieur Lionel Beffre, Haut-commissaire en Polynésie française, et monsieur Edouard Fritch, président de la Polynésie française.

 

A travers cette rencontre, ce sont les relations privilégiées, et la coopération développée tout au long de l’année par nos forces qui ont été mises en avant, que ce soit :

    dans le cadre de notre participation conjointe au dialogue régional, comme le Quadrilateral Defence Coordinating Group (QUAD) ou le  Western Pacific Naval Symposium ;

    dans le cadre d’exercices conjoints et/ou interalliées comme l’exercice annuel Rim of the Pacific par exemple ;

    ou encore dans le contexte de notre engagement commun dans la lutte contre les trafics de stupéfiants et la pêche illégale. Ce dernier volet s’illustre notamment par notre participation aux opérations Tautaï, Tui Moana et Kuru-Kuru.

 

En coordination avec les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». L’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées a été confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013.

Polynésie française : Visite du secrétaire de l’US Navy et du Marine CorpsPolynésie française : Visite du secrétaire de l’US Navy et du Marine Corps
Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:35
Photos J.Bellenand- Marine Nationale

Photos J.Bellenand- Marine Nationale

 

11/07/2014 Sources : EMA

 

Le 7 juillet 2014, à la demande du président de l’Assemblée polynésienne, le contre-amiral Anne Cullerre est venu présenter aux élus le programme de rénovation des équipements de surveillance géomécanique TELSITE 2 situés à Mururoa.

 

TELSITE est un système de surveillance des déformations naturelles de l’atoll. Mis en place dans les années 1980, il est constitué d’un ensemble de capteurs situés sur l’atoll et dans ses sous-sols. Après plus de trente ans de fonctionnement, il nécessite d’être modernisé.

 

A Papeete, le contre-amiral Cullerre s’est exprimé devant une trentaine de parlementaires de l’Assemblée polynésienne  sur la nécessité et les modalités de la transformation de ce système. Le directeur du centre d’expérimentations nucléaires en Polynésie (CEP), le capitaine de frégate Rondy, a ensuite effectué une présentation technique du système TELSITE 2.

 

Les préoccupations des élus ont porté sur le devenir de l’atoll de Mururoa et son environnement radiologique. Cette réunion leur a permis d’éclaircir certains sujets et d’avoir une vue d’ensemble sur ce projet phare pour la Polynésie. La volonté manifeste de transparence a d’ailleurs été saluée.

 

La rénovation du système TELSITE sera longue et complexe et va nécessiter d’importants moyens. Les travaux, qui se dérouleront au moins jusqu’en 2016, seront effectués par plusieurs entreprises sélectionnées au terme de procédures d’appels d’offres. Ce projet pourra constituer une réelle opportunité pour le tissu économique local en permettant de mobiliser des entreprises polynésiennes.

 

Les FAPF contribueront directement à ce chantier en apportant un soutien aux différents acteurs concernés (organismes militaires, Commissariat à l’énergie atomique et entreprises civiles) tout en continuant à assurer la surveillance et la sécurité de l’atoll.

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale

Polynésie française : présentation du chantier TELSITE 2 devant l’assemblée
Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 11:35
Polynésie française : Visite de l’inspection des armées

 

06/06/2014 Actualités

 

Du 14 au 21 mai 2014, le général de corps aérien (GCA) Patrick Lefebvre, inspecteur des armées (IdA), a inspecté les forces armées en Polynésie française (FAPF), accompagné du contrôleur général des armées Pierre Seguin, chef du groupe des inspections spécialisées du contrôle général des armées et du général de corps d’armée Bernard Bruder, inspecteur technique des infrastructures de la défense.

 

Lors de ce déplacement, les inspecteurs ont pu appréhender sur le terrain les spécificités liées au soutien des FAPF.

 

La journée du 14 mai a été consacrée à la présentation des missions dévolues aux FAPF et aux grands enjeux à venir, ainsi qu’au fonctionnement général de la base de défense de Polynésie française.

 

Le 15 mai, le GCA Lefebvre s’est rendu à la caserne « Lieutenant-colonel Broche » au sein de laquelle il a pu visiter différents organismes de soutien spécialisé, ainsi que les formations de l’armée de Terre implantées sur le territoire, telles que le détachement terre de Polynésie (DTP/RIMaP-P) et le régiment su service militaire adapté (RSMA) de Polynésie. La journée a été clôturée par des tables rondes sur les questions du soutien avec les « soutenants » et les organismes des forces « soutenues ».

 

Le 16 mai, le général Lefebvre a visité le groupement aéronautique de Faa’a et de la base navale de Fare Ute. A cette occasion, les inspecteurs ont pu aller à la rencontre des unités aériennes et marines stationnées sur ces deux emprises, à partir desquelles sont menées de nombreuses missions opérationnelles. Ces lieux de stationnement sont des points d’importance vitale (PIV). C’est à ce titre qu’une inspection spécifique consacrée aux mesures visant à assurer leur protection a également été réalisée.

 

Le 17 mai, l’IdA a visité les anciens sites d’expérimentation des atolls de Hao et de Moruroa, situés respectivement à 900 et 1200 km de Tahiti. A Hao les travaux de réhabilitation de l’atoll, commencés en 2009, se poursuivent. A ce jour près de 75 % des parcelles anciennement occupées par la base de soutien avancée ont été rendus à leurs propriétaires. La visite de Moruroa a permis aux inspecteurs de mieux appréhender les enjeux et l’importance du chantier TELSITE 2 qui vise à moderniser le système de surveillance géo-mécanique de l’atoll.

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

Polynésie française : Visite de l’inspection des arméesPolynésie française : Visite de l’inspection des armées
Polynésie française : Visite de l’inspection des armées
Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 07:35
photo EMA

photo EMA

 

09/04/2014 Sources : EMA

 

Du 24 au 26 mars 2014, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone de responsabilité permanente Asie-Pacifique (ZRP ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF), a reçu le lieutenant-général Conant, commandant en second les forces armées américaines du Pacifique (Deputy PACOM).

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la coopération accrue entre les commandements français et américains pour le maintien de la sécurité en zone Asie-Pacifique.

 

Ces entretiens ont conduit à l’adoption de plusieurs procédures permettant de renforcer les liens et les échanges entre les différents bureaux des deux états-majors régionaux: intégration à très brève échéance d’un officier de liaison français auprès de l’état-major de PACOM à Hawaï ; augmentation du nombre d’escales de bâtiments américains en Polynésie et poursuite active de l’intégration d’un navire français à différents exercices militaires, dont l’exercice Rim of the pacific exercise (RIMPAC), le plus important exercice aéronaval au monde qui aura lieu au large d’Hawaï à l’été 2014.

 

ALPACI, au nom du CEMA, participe aux activités de coopération régionale et entretient des relations privilégiées avec l’ensemble des nations présentes sur cette zone. En temps qu’ALPACI et COMSUP FAPF, l’amiral Cullerre a pour mission de garantir la souveraineté nationale dans les zones maritimes de la Polynésie française et du Pacifique. Sa zone de compétence s’étend sur tout l’océan Pacifique, les détroits indonésiens et du méridien du cap sud de la Tasmanie à l’ouest, à la côte américaine à l’est, à l’exception de la zone entourant la Nouvelle-Calédonie sous la responsabilité du COMSUP Nouméa.

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 13:35
amiral Locklear, commandant interarmées de la zone Pacifique (PACOM),

amiral Locklear, commandant interarmées de la zone Pacifique (PACOM),

 

23/01/2014 Sources : EMA

 

Du 7 au 11 janvier 2014, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone de responsabilité permanente Asie-Pacifique (ZRP ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF), s’est rendue à Hawaï, aux Etats-Unis, dans le cadre d’une série d’entretiens de haut niveau et de réunions avec les principaux dirigeants militaires américains de la zone « Asie-Pacifique » .

 

A cette occasion, elle s’est entretenue avec l’amiral Locklear, commandant interarmées de la zone Pacifique (PACOM), l’amiral Harris, commandant la flotte du Pacifique (PACFLEET), le contre-amiral Thomas, commandant le 14e district des garde-côtes américains et le contre-amiral Rendon, commandant de la Task Force inter-agences chargée de la lutte contre les stupéfiants dans le Pacifique ( JIATF/W). 

 

Cette rencontre désormais annuelle s’inscrit dans le cadre de la coopération accrue entre les commandements français et américains pour le maintien de la sécurité en zone Asie-Pacifique. Ces entretiens ont confirmé l’importance d’un dialogue régulier avec les deux commandements régionaux américains, à l’occasion de rencontres entre autorités militaires, mais également lors des escales de bâtiments de l’US Navy en Polynésie française.

 

En temps qu’ALPACI et COMSUP FAPF, l’amiral Cullerre a pour mission de garantir la souveraineté nationale dans les zones maritimes de  la Polynésie française et du Pacifique. Sa zone de compétence s’étend sur tout l’océan Pacifique, les détroits indonésiens et du méridien du cap sud de la Tasmanie à l’ouest, à la côte américaine à l’est, à l’exception de la zone entourant la Nouvelle-Calédonie sous la responsabilité du COMSUP Nouméa. ALPACI, au nom du CEMA, participe aux activités de coopération régionale et entretient des relations privilégiées avec l’ensemble des nations présentes sur cette zone.

amiral Harris, commandant la flotte du Pacifique (PACFLEET)

amiral Harris, commandant la flotte du Pacifique (PACFLEET)

Repost 0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 07:35
Au beau milieu du Pacifique

 

03/01/2014 Sources : DPSD

 

La position stratégique de l’archipel polynésien représente un enjeu majeur pour la France…

 

Situés à 18 000 kilomètres de la métropole, les 118 îles et atolls qui composent la Polynésie française s’étendent sur une superficie sensiblement identique à celle de l’Europe. L’archipel est peuplé par un peu moins de 275 000 personnes inégalement réparties entre les différentes îles : plus des deux tiers de la population sont massés sur les îles du Vent et en particulier sur celle de Tahiti.

 

La Polynésie française est un pays d’outre-mer autonome dirigé par un président et son gouvernement. Seules les fonctions régaliennes restent sous la coupe du pouvoir central dont le représentant est un haut-commissaire assisté, pour l’action de l’Etat en mer et les questions de défense, par un amiral cumulant les fonctions d’ALPACI (Amiral du Pacifique), de COMSUP (Commandant supérieur) des FAPF (Forces armées en Polynésie française), de CEP (Commandant du centre des essais du Pacifique) et de commandant de base dedéfense.

 

La mission de conseil au COMSUP des FAPF offre au poste PSD de Papeete la zone de compétence la plus étendue de la DPSD ( Les distances géographiques sont un facteur à prendre compte dans le cadre de son action). Le poste est impliqué, aux côtés des services compétents en la matière, dans l’ensemble des travaux relatifs à la sécurité en général et touchant à la sphère défense en particulier.

Repost 0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:35
Polynésie française : visite du contre-amiral Cullerre au Chili et au Pérou

 

 

20/12/2013 Sources : EMA

 

Du 3 au 16 décembre 2013, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone maritime de l’océan Pacifique (ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF), s’est rendue au Chili et au Pérou pour y rencontrer les autorités militaires de ces deux pays partenaires de la France dans le Pacifique.

 

Les différents entretiens conduits ont permis de mettre en avant les besoins réciproques de coopération dans le domaine maritime, notamment en matière de lutte contre la pêche illégale et le narcotrafic. Ces rencontres visaient à décliner les actions envisagées pour 2014 avec chacun des deux partenaires, en vue d’améliorer la sécurité des espaces maritimes de la zone Pacifique. Les discussions ont notamment permis d’évoquer la question du partage d’information et d’identifier les interlocuteurs impliqués dans la surveillance des espaces maritime.

 

Les FAPF entretiennent des relations régulières avec leurs partenaires de la côte Ouest de l’Amérique du sud dans le cadre de la coopération régionale visant à garantir la sécurité et la sauvegarde sur le  théâtre  « Pacifique ».

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique »,. Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmé par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale selon lequel la France doit pouvoir rester en mesure d’assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir  en cas de catastrophe naturelle ; mais également de lutter contre les menace grandissantes de la piraterie, des trafics, de la pêche illicite et de l’orpaillage illégal.

Polynésie française : visite du contre-amiral Cullerre au Chili et au Pérou
Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:35
Nouvelle-Calédonie : QUAD PRINCIPALS

 

13/12/2013 Ministère de la Défense

 

Du 3 au 5décembre 2013, le général de brigade Luc de Revel – COMSUP FANC – a participé à la rencontre annuelle du « quadrilateraldefence coordinating group » (QUAD) de niveau « principals » (officiers généraux).Il était accompagné d’une délégation de l’état-major interarmées des forcesarmées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) et d’un officier des forces armées enPolynésie française (FAPF).

 

Le QUAD est un forum de discussion réunissant l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et la France. Son objectif vise à organiser la coordination des actions de coopération et de défense au profit des Etats insulaires du Pacifique. Cette session, qui se tenait à Canberra(Australie), a permis de consolider de manière pérenne la stratégie despartenaires, centrée sur la sécurité maritime dans le Pacifique Sud et en particulier sur la surveillance des pêches.

 

Le QUAD constitue un dispositif essentiel pour accompagner les Etats insulaires du Pacifique dans l’exercice de leur sécurité maritime, notamment pour la surveillance de leur zone économique exclusive.Pour la France, la participation à ces instances régionales estl’occasion de conforter sa position de contributeur de premier plan au maintien de la sécurité en zone Pacifique et de se positionner comme un partenaire important de la coopération régionale.

 

La réunion annuelle des « principals » se tient parallèlement à une session semestrielle de type « ateliers de travail opérationnels » (operational working group - OWG) dont le but est demettre en pratique la stratégie et les orientations déterminées par les officiers généraux. La prochaine session de niveau « OWG »aura lieu en mars 2014 à Honiara, sur l’île de Guadalcanal où est localisé le quartier général de la Forum Fisheries Agency.

 

La prochaine réunion du QUAD, niveau « Principals »,se tiendra à Wellington (Nouvelle-Zélande) du 3 au 5 décembre 2014.

 

Sur le« théâtre Pacifique », les FAPF et des FANC ont pour principales missions d’affirmer la souveraineté de la France, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Les FAPF quant à elles constituent un dispositif interarmées à dominante maritime.

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:35
Survol au large de la Nouvelle-Zélande

Survol au large de la Nouvelle-Zélande

 

04/12/2013 Armée de l'air

 

Du 16 au 28 novembre 2013, un équipage de l’escadron de transport 52 «Tontouta» basé en Nouvelle-Calédonie a participé à l’exercice Kiwi Flag 2013, organisé par les forces aériennes néo-zélandaises.

 

Cet exercice aéroterrestre de grande ampleur a rassemblé des moyens aériens français (un Casa CN235), singapouriens, australiens et américains aux côtés de ceux de la Royal New Zealand Air Force.

 

Trois zones disposées sur le territoire néo-zélandais ont permis aux nations participantes de s’entraîner ensemble, notamment selon des procédures communes de largage. Dans ce contexte, l’avion de transport français a réalisé plus de 36 heures de vol aux côtés des C17 américains et des C130 néo-zélandais et singapourien engagés.

 

En plus d’entraîner les équipages au vol tactique et de favoriser l’interopérabilité, cet exercice assurait aussi le soutien logistique de l’exercice Southern Katipo 2013 mobilisant près de 2000 hommes déployés sur la base aérienne d’Ohakea (île du nord).

 

Survol d'une des zones de largage néo-zélandaises

Survol d'une des zones de largage néo-zélandaises

Pilotes français et américains devant un C17 américain

Pilotes français et américains devant un C17 américain

 

Ces exercices ont permis de renforcer les excellents liens tissés entre les forces armées françaises et néo-zélandaises.

 

Les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), sont déployées sur le théâtre Pacifique, en coordination avec les forces armées de Polynésie Française (FAPF) dans le cadre de la réorganisation du dispositif militaire outre-mer. Les FANC constituent le principal point d’appui aéroterrestre du théâtre Pacifique.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:35
Sea Power conference 2013

Octobre 2013 - armees-polynesie.pf

 

Du 07 au 09 octobre 2013, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone maritime de l’océan Pacifique (ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (FAPF), a participé à la Sea Power conference 2013 organisée par la Royal Australian Navy à Sydney.

 

Ce rendez-vous annuel des chefs des marines du Pacifique, mais aussi de certains pays d’Europe et du Moyen-Orient, coïncidait cette année avec le centenaire de la marine australienne. Cet événement favorise de nombreux échanges autour de la coopération de défense et les perspectives internationales et régionales entre les différents pays participants.

Au delà des conférences et des commémorations auxquelles participaient une cinquantaine de bâtiments, ces 3 jours ont surtout été l’occasion pour ALPACI de s’entretenir lors de réunions bilatérales avec certains des chefs d’état-major présents pour échanger sur les sujets d’intérêts dans la vaste zone relevant de son commandement. Le contre-amiral Cullerre a ainsi pu rencontrer notamment le commandant de la flotte américaine dans le Pacifique, le chef d’état-major de la marine malaisienne, ainsi que des représentants des marines australienne, néo-zélandaise, chinoise et vietnamienne.

La conférence s’est conclue par la revue navale internationale ainsi que par un défilé des équipages dans les rues de Sydney, manifestations auxquelles participait l’équipage de la frégate de surveillance Vendémiaire, dont le port d’attache est Nouméa en Nouvelle-Calédonie.

La France et l’Australie entretiennent des relations privilégiées encadrées par plusieurs accords multilatéraux : FRANZ (France, Australie et Nouvelle-Zélande) pour le secours aux populations insulaires victimes de catastrophes naturelles et QUAD (France, Australie, Nouvelle-Zélande et Etats-Unis) pour les questions sécuritaires.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories