Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:45
EFS : un détachement d’instruction opérationnelle réalise une formation tactique en RCI

 

 

21/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Du 15 au 28 septembre 2014, un détachement de l’unité de coopération régionale des éléments français au Sénégal (EFS) s’est rendu en République de Côte d’Ivoire pour réaliser une action de formation tactique de quinze jours au profit des cadres et formateurs ivoiriens de l’école des forces armées (EFA). Installée à Zambakro, à une quinzaine de kilomètres de Yamoussoukro, l’EFA rassemble les différentes écoles de formation d’officiers ivoiriens.

 

Ce stage a permis de parfaire les connaissances tactiques des officiers en charge de la formation militaire des futurs chefs militaires ivoiriens. Après la révision des fondamentaux du combat, l’instruction s’est portée sur les points clés que sont la méthode de raisonnement tactique et la rédaction de l’ordre initial qui en découle. Les stagiaires ont ainsi reçu chacun un carnet de combat avant d’être mis au contact de leur premier ordre initial. Après en avoir assimilé le format et le mode opératoire, guidé par les formateurs du détachement d’instruction opérationnelle (DIO) des EFS, ils ont pu s’exercer, chacun à leur niveau, sur un cas pratique.

 

L’intérêt des stagiaires ivoiriens pour cette instruction et les retours positifs effectués auprès de leurs formateurs ont confirmé la pertinence des modules préparés par le DIO. Cela confirme également la capacité des EFS à répondre aux besoins des forces ivoiriennes pour compléter leurs savoir-faire tactiques.

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’Ouest. A ce titre, ils conduisent des actions bilatérales et régionales de coopération militaire opérationnelle visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en janvier 2013.

EFS : un détachement d’instruction opérationnelle réalise une formation tactique en RCIEFS : un détachement d’instruction opérationnelle réalise une formation tactique en RCI

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:35
Pamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au Tadjikistan

 

20/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Depuis le début du mois d’octobre, les militaires du détachement du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) de Douchanbé ont débuté la dernière phase de travaux de la dernière campagne annuelle de réfection de l’aéroport international de la capitale tadjik.

 

Depuis le début du mois d’octobre, les militaires du détachement du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) de Douchanbé ont débuté la dernière phase de travaux de la dernière campagne annuelle de réfection de l’aéroport international de la capitale tadjik.

 

Entre 2004 et 2013, le régiment a procédé à la réfection des chaussées aéroportuaires de cet aéroport, conformément à nos accords de coopération avec le Tadjikistan. Depuis le 20 avril 2014, sur cette surface de 24 000 m², les sapeurs du 25e RGA ont réalisé, selon les normes internationales, quatre plots de stationnement pour avion moyen porteur type B757-200 et Airbus A310. Ils se sont aussi chargés de réparer les dégradations du taxiway, de poser trois pylônes d’éclairage, de réaliser le terrassement des réseaux et la déviation d’une ligne haute tension. Afin de réaliser les travaux dans les meilleures conditions de température, les sapeurs ont travaillé en grande partie de nuit, comme lors de la pose de béton ou la réalisation des joints.

 

Ils effectuent actuellement les travaux de finition (sciage des dalles béton et pose de joints à froid), de peinture et de pose d’anti-kérosène afin de livrer le chantier dans les semaines à venir. Une fois la campagne de travaux terminée, le DETAIR débutera son désengagement définitif du théâtre, après 10 ans de présence.

 

Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 250 militaires, jusqu’à la fin de l’année 2014.

Pamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au TadjikistanPamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au Tadjikistan

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:35
Le CEMA reçu par son homologue chinois

 

21/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 18 octobre 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite officielle en Chine, à l’invitation du chef de l’état-major général (CEMG) de l’Armée populaire de la libération (APL), le général Fenghui Fang.

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques franco-chinoises, traduisant l’amitié entre nos deux pays. Elle fait suite à un cycle de rencontres au sommet marqué par le déplacement du président de la République française, Monsieur François Hollande, à Pékin en avril 2013, puis la venue du président de la République populaire de Chine, Monsieur Xi Jinping, en mars dernier. Elle intervient, par ailleurs, dans un contexte où la Chine tend à renforcer sa présence sur les problématiques sécuritaires régionales. Ainsi en juin dernier, l’APL a participé pour la première fois à l’exercice aéronaval Rim of the Pacific ( RIMPAC), organisé par l’US Navy à Hawaii, aux côtés des grands partenaires de la région, dont les forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Ces trois jours en Chine ont illustré la qualité de la relation entre nos deux pays et la volonté de développer la coopération militaire dans des domaines d’intérêt commun. Ainsi, les échanges ont notamment porté sur la lutte contre la piraterie dans le Golfe d’Aden, région où, depuis 2008, la marine chinoise coopère avec les partenaires de la mission Européenne Atalante, dans laquelle la France est impliquée. Le général de Villiers a également fait le point sur l’action de la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, notamment dans la bande sahélo-saharienne. A ce titre, le CEMA a remercié son homologue pour son engagement au Mali, où l’APL déploie l’équivalent d’un bataillon dans le cadre de la mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation du Mali (MINUSMA).

 

Enfin, les deux CEMA ont réaffirmé l’importance de poursuivre les échanges entre nos armées, afin de mettre en évidence nos complémentarités et développer les synergies utiles à nos engagements communs.

 

Le CEMA a été également reçu par le premier vice-président de la Commission militaire centrale (CMC), le général Fan Changlong, et a prononcé une allocution à l’université nationale de Défense chinoise devant les cadres de l’APL.

Le CEMA reçu par son homologue chinoisLe CEMA reçu par son homologue chinois
Le CEMA reçu par son homologue chinois

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:30
Liban : exercice de déploiement de la Force Commander Reserve (FCR)

 

20/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Le 15 octobre 2014, la Force Commander Reserve (FCR) a participé l’exercice de tir RITE (Reserve Integration Training Exercise). S’appuyant sur un scénario de reprise d’hostilités de part et d’autre de la ligne de démarcation entre Israël et le Liban, l’état-major de la force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a déclenché la procédure d’alerte.

 

L’objectif était de tester la réactivité de la réserve et son interopérabilité avec la brigade espagnole.

 

Dans ce cadre, un poste de commandement (PC) tactique s’est déployé à proximité du PC espagnol tandis que la compagnie d’infanterie sur véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) a relevé sur position une unité espagnole.

 

Placée directement sous les ordres du général commandant la FINUL, la Force Commander Reserve (FCR) constitue son élément d’intervention d’urgence. Basée à Dayr Kifa, elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans tout le Sud Liban, dans le cadre de la résolution 1701.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:30
Liban : le chef d'état-major de la FINUL rend visite au camp de Dayr Kifa

 

21/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Le 6 octobre 2014, le général de brigade Eric Hautecloque-Raysz, chef d’état-major de la force intérimaire des Nation-Unies au Liban (FINUL) et plus haut gradé français de cette opération, a rendu visite au contingent français armant la Force Commander Reserve (FCR) sur le camp de Dayr Kifa.

 

A cette occasion, le général Hautecloque-Raysz s’est entretenu avec le chef de corps de la FCR, le colonel Benoit Aumonnier, avant de présider une réunion avec les différents chefs de services et les commandants d’unité du théâtre.

 

Sous les ordres du général de division italien Luciano Portolano, commandant la FINUL, le général Eric Hautecloque-Raysz planifie et conduit les missions menées quotidiennement par les contingents de l’ONU afin d’assurer la mise en œuvre de la résolution 1701 du 11 août 2006.

 

Avec environ 900 hommes, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération Daman, nom de la participation française à la FINUL : ils arment principalement la FCR de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:55
CATAMARAN, opération débarquement dans le Var

 

21/10/2014 A. Herlin - Armée de Terre

 

20 octobre 2014, 3 h du matin précises : l’exercice CATAMARAN est enclenché. Première étape d’un exercice qui se poursuit à terre et en mer jusqu’au 26 octobre.

 

L’opération débute avec l’infiltration de l'unité Jaubert des commandos Marine sur la plage de Saint-Aygulf dans le Var. Une fois la zone sécurisée, les plongeurs démineurs neutralisent les éventuels engins explosifs. Les engins du 6e régiment du génie interviennent ensuite pour faciliter le déploiement des autres véhicules de la force terrestre embarquée. Pour la première fois depuis leur mise en service, des VBCI du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMA) qui débarquent. Fin de l’opération amphibie en dix heures. Au total, plus de 600 hommes et plus de 139 véhicules de la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa) ont débarqué.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 12:55
Expo : La Grande Guerre à travers ses contemporains


22.10.2014 Ministère de la Défense

De Félix Vallotton en passant par Guillaume Apollinaire et André Masson, l’exposition Vu du front, représenter la Grande Guerre, qui se tient au musée de l’Armée à Paris jusqu’au 25 janvier 2015, met à l’honneur les contemporains du conflit. Plus de 450 œuvres et documents rendent compte de l’horreur du front sous tous ses aspects.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:56
A400M : expérimentation en facteur humain (Vidéo)

 

16/10/2014 Sources : CEAM

 

Fatigue, vigilance, charge de travail… Les équipages de l’A400M Atlas ont été mis à contribution par les équipes du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) et l’institut de recherche biomédicale des armées (IRBA) pour mener une expertise terrain avant, pendant et après des vols de longue durée.

 

Depuis son arrivée dans les forces, l’A400M Atlas n’a cessé d’être l’objet d’expérimentations pour valider les différentes étapes de sa mise en service opérationnel. Aujourd’hui, c’est sur le domaine du facteur humain que les équipes du CEAM se penchent. Le département de médecine aéronautique opérationnelle  (DMAO) et l’IRBA ont intégré, en moins de trois semaines, un protocole scientifique de tests à une mission d’expérimentation, conduite par l’équipe de marque avions de transport tactique (EMATT) et élaborée sur une série de vols internationaux et transméridiens. L'Atlas a d'ailleurs effectué une escale sur le terrain bolivien de La Paz, situé à 4061m d’altitude.

 

Mesure de bruit suivant les postes de travail, installation de capteurs de température et de pression dans la soute, prélèvement d’air pour analyse de la pollution éventuelle, mais aussi mesure de la fatigue et du niveau de vigilance de l’équipage… Tout est passé au crible par les équipes expertes. Des mesures ont même débuté une semaine avant le vol et continueront la semaine suivant le retour des équipages.

 

Cette étude minutieuse vise à fournir des éléments d’objectivation scientifique rigoureux nécessaires pour l’emploi optimisé de toutes les capacités de l’A400M.

 

Les résultats permettront notamment de repousser les temps d’activité et de vol, tout en garantissant la sécurité aérienne.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

21/10/2014 Sources : Marine nationale

 

Dans le cadre de l’exercice Catamaran, l’armée de terre et la Marine nationale procèdent à un débarquement dans le Var le 20 octobre 2014. Une répétition de l’assaut amphibie s’est déjà déroulée le 17 octobre sur la plage de la Nartelle, rattachée à la commune de Sainte Maxime dans le Var. Cette ultime phase de l’opération avant le D-Day a eu pour but de vérifier la cohérence du plan de débarquement et de valider la réalisation des phases tactiques envisagées.

 

Catamaran 2014 : Répétition du débarquement à Sainte-Maxime

Elle s’est déroulée selon le même schéma que le débarquement à venir, mais avec un volume de  forces mises à terre limité. Après que la zone de débarquement a été sécurisée par les premières troupes infiltrées au sol et déminée par les unités du groupe de guerre des mines, les premières vagues d’assaut par voie héliportée et maritime ont débuté. Les manœuvres de chargement et déchargement de véhicules via les chalands de transport de matériels (CTM) et les Engins de Débarquements Amphibies Rapides (EDA-R) ont été répétées au cours des exercices réalisés pendant les premiers jours du déploiement, débuté le 13 octobre dernier. La répétition a duré un peu plus de 6 heures, débarquant à Sainte-Maxime près de 800 hommes et une centaine de véhicules militaires depuis les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) Mistral et Tonnerre et le Transport de Chalands et de Débarquement (TCD) Siroco. Le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, assurait dans le même temps la protection aérienne et maritime du secteur grâce aux aéronefs du groupe aérien embarqué ( Rafale Marine et Super étendards modernisés).

 

À l’occasion de cet évènement pivot pour l’opération amphibie, plusieurs autorités civiles et militaires françaises ont été invitées au sein de la Task Force 473 pour découvrir les capacités de la Marine nationale et de l’Armée de terre. Elles ont ainsi pu se rendre compte de la puissance représentée par un tel outil, tout en constatant la complexité des manœuvres amphibies. Une fois la répétition terminée, toutes les unités ont repris la mer et sont désormais prêtes à mener l’assaut sur les plages de St Aygulf le 20 octobre.

Catamaran 2014 : Répétition du débarquement à Sainte-Maxime

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
Caroline Laurent est nommée directrice de la stratégie de la DGA

 

20/10/2014 DGA Actualité

 

Caroline Laurent a été nommée directrice de la stratégie de la Direction générale de l’armement (DGA) en Conseil des ministres le 15 octobre 2014. Elle prendra ses fonctions le 1er décembre prochain, date à laquelle elle sera élevée aux rang et appellation d’ingénieure générale hors classe de l’armement (4 étoiles).

 

Dès la fin de ses études, elle intègre en 1987 la direction des Missiles et de l’Espace de la DGA où elle occupe successivement des postes de management de projets techniques, de recherche dans les domaines satellitaire, océanographique et reconnaissance spatiale.

 

En 1994 et 1995 elle participe à l’élaboration de la politique spatiale française et elle est responsable des programmes de recherche dans le spatial pour le ministère de l’Industrie.

 

En 2001 Caroline Laurent prend la direction du programme de télécommunications militaires Syracuse.

 

De 2007 à 2011 elle dirige l’unité de management de l’ensemble des programmes aéronautiques : avions de transport, de mission, de formation ainsi que les avions de chasse en service, et représente la France au comité directeur international du programme A400M. 

 

Depuis 2011 elle dirige l’unité de management « Espace et Systèmes d’Information Opérationnels». Elle pilote à ce titre une équipe de 450 personnes et conduit toutes les opérations d'armement et les études amont relatives à la maîtrise de l'Information, les capteurs spatiaux de renseignement, les systèmes de télécommunications et de commandement.

 

Caroline Laurent est diplômée de l’Ecole polytechnique (promotion 1982), de l’Ecole nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (1987) et ancienne auditrice du Centre des hautes études de l’armement (2004-2005). Elle est chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite et décorée de la médaille de l’Aéronautique. Elle est titulaire d’un brevet de pilote. Caroline Laurent est mariée et mère de 5 enfants de 24 à 14 ans.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
Mission dépollution pour le 19e RG

 

16/10/2014 Armée de Terre

 

Au début du mois d’octobre, dans le cadre d’une opération de dépollution de plages sur la côte d’Opale (62), les plongeurs démineurs de Cherbourg ont fait appel aux savoir-faire des sapeurs de la 51e compagnie d’aide au déploiement lourd du 19e régiment du génie.

 

Habitués aux travaux en zones difficiles et sensibilisés aux dangers pyrotechniques, les sapeurs ont eu pour mission de réaliser des travaux de terrassement. L’objectif étant de désensabler des pieux en béton piégés, dits pieux « Rommel », datant de la Seconde Guerre mondiale, afin de les transporter vers une zone de destruction. Après avoir évacué le danger sur deux sites de Wissant, en parfaite coordination avec les démineurs de la Marine nationale, les sapeurs du 19e RG ont élargi leur action à d’autres plages des communes avoisinantes.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
Les SIC au service des opérations

 

20/10/2014 Asp Julie Beck - Armée de l'air

 

Outils incontournables lors de toute opération, les systèmes d’information et de communication (SIC) sont au cœur de l’exercice interarmées « Exotic 2014 ». En vue d’améliorer leurs performances, cet entraînement annuel se déroule au centre de commandement Millé à Houilles (Yvelines), du 29 septembre au 31 octobre 2014.

 

Unique exercice interarmées dédié aux SIC, « Exotic » réunit 130 militaires de tous horizons. « Outre les échanges directs entre les techniciens de l’armée de terre, de l’armée de l’air et de la marine nationale, l’exercice nous permet de traiter directement avec l’industriel grâce à la présence de la  direction générale de l’armement », témoigne le capitaine Xavier Boulin, officier de marque et directeur technique de l’exercice. Piloté par la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) sous mandat de l'état-major des armées, « Exotic » se fonde essentiellement sur les retours d’expériences des opérations Harmattan et Serval. Trouver des pistes d’amélioration, régler des problèmes identifiés, optimiser les performances et ainsi améliorer le service rendu aux unités opérationnelles constituent les objectifs des participants.

Station sur remorque de type THD (très haut débit)

 

Moyens militaires et liaisons satellitaires, tout est mis en œuvre pour rendre l’exercice le plus réaliste possible. « Nous avons reconstitué une bulle informatique identique à celle de l’opération Serval, explique le capitaine Boulin. Nous multiplions les barrières techniques et recréons toute la chaîne existante en opération, du commandement des opérations, aux unités tactiques, en passant par l’état-major interarmées et le JFACC* ».

 

Pour les aviateurs, un des objectifs d’« Exotic » est d’optimiser la transmission de la vidéo délivrée par le drone Harfang, à tous les acteurs sur le théâtre et en métropole. Au fil des jours, des idées émergent et des pistes sont explorées. « La nouveauté cette année est d’utiliser la diffusion multicast qui consiste à envoyer un flux d’information simultanément à l’ensemble de nos abonnés, ajoute le capitaine Xavier Boulin. La vidéo réalisée par le drone est alors transmise en une seule fois à tous les acteurs. Cette optimisation libère la bande passante satellitaire, ce qui permet de l’utiliser à d’autres fins ».

 

Prochain défi pour les « SIC men », tester la robustesse du système SYRACUSE face à une agression électromagnétique c’est-à-dire utiliser les services du satellite Syracuse alors que son signal est brouillé.

 

*Joint Forces Air Component Command - commandement de la composante aérienne des forces interarmées

Les SIC au service des opérationsLes SIC au service des opérations

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
PME et TPE, optez pour la carte achat du ministère de la défense


20/10/2014 DGA

 

PME/TPE, facilitez-vous la vie. Adoptez la carte achat de la défense en adhérant au réseau « Visa purchasing » via l’une des quatre banques partenaires. Avec elle, les commandes sont passées plus rapidement et les paiements sont optimisés.

 

Réduction des délais de paiement à 4 jours ouvrés, règlement à date certaine, réduction des coûts administratifs et de facturation, diminution des litiges et des coûts associés. Autant d’avantages auxquels vous pouvez souscrire en adoptant la carte achat. Celle-ci vous facilitera l’exécution des commandes qui vous sont passées par le ministère de la défense. Créée par l’association des entreprises partenaires de la défense, une fiche descriptive de la démarche et de ses avantages est désormais disponible. N’hésitez pas à la consulter, à vous renseigner et à adhérer.

 

Consulter la fiche

 

Contact : contact@entreprisespartenairesde la defense.fr

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:50
Exercice "Noble Arrow" 2014

 

21/10/2014 Armée de l'air

 

Du 13 au 29 octobre 2014, l’armée de l’air conduit depuis la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun, l’exercice « Noble Arrow ». Il s’agit d’une étape majeure vers la prise d’alerte par la France du commandement de la composante Air (Air C2) de la force de réaction rapide de l’Otan en 2015 (Nato Response Force - NRF).

 

Pour répondre militairement à une crise émergente, l’Otan s’est dotée d’une force de réaction rapide. Au 1er janvier 2015, l’armée de l’air française prendra le commandement de la composante aérienne de cette force. Un processus de certification de l’aptitude des forces contributrices à exercer de telles responsabilités  précède cette prise d’alerte. « Noble Arrow » a précisément pour objectif la certification du Joint Forces Air Component (JFAC HQ) français (commandement de la composante aérienne des forces interarmées) pour la NRF 2015.

 

Jusqu’à 100 sorties aériennes par jour

 

Sous l’autorité du général Jean-Christophe Zimmermann (COM JFAC), cet entraînement multinational de grande ampleur, de type « Livex », met en œuvre le C2 (Command and Control par le JFAC HQ) ainsi que des moyens aériens, terrestres et maritimes. « La meilleure manière de préparer le JFAC, c’est d’avoir en aval des travaux conduits par l’état-major,  des forces qui réalisent les missions d’entraînement planifiées et programmées par l’état-major », explique le lieutenant-colonel Pascal Sotty, commandant le core-JFAC (ancien JFAC permanent) français basé à Lyon et JFAC Director de l’exercice. À partir de moyens mis en œuvre depuis 22 sites, près d’une cinquantaine d’aéronefs, des systèmes sol-air (Mamba et Crotale) et des radars tactiques français et danois sont ainsi engagés dans l’exercice. Au total, 14 nations, soit plus de 1000 personnes sont mobilisées.

 

Une dimension interalliée et interarmées

 

Au-delà d’un entraînement interallié, « Noble Arrow » comprend une vraie dimension interarmées. « Pendant 10 jours, cet entraînement est mené en cohérence avec les exercices français « Toll » et « Catamaran », respectivement conduits par l’armée de terre et la marine nationale », a ajouté le général Jean-Jacques Borel, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes. « Grâce à des scénarios de plus en plus complexes,  « Noble Arrow » offre à l’ensemble des participants des conditions très proches de la réalité et ce, quel que soit le niveau de commandement  ».

 

Prochaine étape, « Trident Juncture »

 

Alors que la France aura la responsabilité du commandement de la composante air de la NRF 2015, la composante terre sera sous commandement germano-néerlendais, la composante marine  sous commandement espagnol tandis que les  forces spéciales  seront sous commandement polonais. Après  « Steadfast Cobalt » qui a permis courant mai 2014 de valider les structures SIC (systèmes d’information et de communication) et « Noble Arrow » destiné à la certification du FR JFAC, le Core-JFAC français participera à « Trident Juncture » dont la finalité est la certification du commandement de niveau opératif confié au Joint force command (commandement des forces interalliées) de Naples.

 

"Noble Arrow" en chiffres :

 

    60 aéronefs

    14 nations : Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Grèce, Italie, Suède, Suisse, Turquie

    130 militaires dans le JFACC

    22 sites impliqués dont 9 bases aériennes

    Jusqu’à 100 sorties par jour

Exercice "Noble Arrow" 2014Exercice "Noble Arrow" 2014

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:45
Djibouti: un Falcon 50 déployé dans le cadre de l’opération Atalante

 

21/10/2014 Sources : EMA

 

Du 12 au 26 octobre 2014, un Falcon 50 de la flottille 24F de la Marine nationale est déployé à Djibouti afin de participer aux missions de surveillance planifiées au profit de la mission européenne de lutte contre la piraterie Atalante.

 

À partir de Djibouti, l’équipage du Falcon doit accomplir des missions de surveillance et de renseignement au-dessus du golfe d’Aden et une partie de l’océan Indien. Le détachement effectue également des missions de prises de vue de la côte somalienne, contribuant ainsi au renseignement de la force européenne.

 

Chaque année, deux à trois détachements d’avions de patrouille maritime ( Atlantique 2) sont déployés régulièrement pour contribuer à la lutte contre la piraterie.

 

Le Falcon 50 et son équipage opèrent depuis la base aérienne (BA) 188 des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj). Dans le cadre de l’arrangement local signé entre l’Union Européenne et les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), en date du 31 mars 2009, l’ensemble des unités et directions des FFDj apportent un soutien logistique et opérationnel dans les domaines techniques, administratifs, médical, de l’hébergement, du transport ou de la sécurité, couvrant les activités aériennes et navales de l’opération Atalante.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:35
Sodexo Défense Services et Logistic Solutions vont gérer une base vie à Mururoa


22.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

J'avais annoncé dans un post de mai le prochain lancement de travaux dans l'atoll de Mururoa où le ministère de la Défense entend rénover le système de surveillance géomécanique de la barrière de corail.

Lire mon post de décembre 2013 ici et celui de mai dernier ici.

Voir ici l'appel d'offres.

Une base vie va être mise en place pour accueillir le personnel qui travaillera sur ce chantier. La création et la gestion de cette base vie, capable d'accueillir 250 personnes, ont été confiés à un groupement d'entreprises qui rassemble Sodexo Defense Services et la PME rennaise Logistic Solutions spécialisée dans la construction et l'aménagement de conteneurs destinés aux militaires comme aux civils. Logistic Solutions a ainsi fourni des conteneurs à EDF et à l'armée égyptienne (voir mon post ici).

Les deux entreprises vont se partager un contrat d'une trentaine de millions d'euros.

logistic.jpgLogistic Solutions a cinq mois de travail sur son site rennais pour produire quelque 150 conteneurs qui serviront de logements, sanitaires, cuisines, locaux à énergie, sanitaires, stockages, bureaux etc.

Tous ces conteneurs seront transférés par mer en Polynésie et installés en avril de façon à ce que débute, en mai, la mise en place de la base vie.

Logistic Solutions a déjà travaillé pour le ministère français de la Défense en Pologne, lors de l'exercice Steady fast Jazz. Voir mon post ici.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:30
Chammal : deux pick-up terroristes détruits au cours d’un raid aérien (19 oct.)

 

20/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Le 19 octobre, au cours d’une mission d’appui des troupes irakiennes au sol, deux Rafale français ont détruit deux « pick-up » du groupe terroriste Daech.

 

Au cours d’une mission de reconnaissance armée dans la région de Tikrit, à 200km au Nord de Bagdad, des objectifs mobiles ont été transmis en vol aux équipages. Après leur identification et la confirmation de leur caractère hostile par les pilotes des Rafale, ils ont été traités par trois bombes guidées laser GBU 12. Les chasseurs français, équipés de pod de désignation Damocles, ont porté leurs frappes entre 12h15 et 13h15 (heure de Paris). Deux « pick-up » terroristes ont été détruits. Cette frappe s’inscrit dans le cadre de l’appui de la coalition à l’offensive des forces armées irakiennes dans la région de Baiji-Tikrit.

 

Durant ce vol d’environ huit heures, les deux Rafale ont été ravitaillés à cinq reprises par les avions alliés américains et australiens engagés sur zone.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, 1 avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. En entrant dans le golf arabo-persique (GAP), la frégate anti-aérienne Jean Bart, va compléter ce dispositif afin de participer, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

Chammal : deux pick-up terroristes détruits au cours d’un raid aérien (19 oct.)Chammal : deux pick-up terroristes détruits au cours d’un raid aérien (19 oct.)

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 10:55
UED 2014 - A400M et VBCI - photo LB

UED 2014 - A400M et VBCI - photo LB

 

22/10/2014 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Les industriels en charge de la maintenance des équipements militaires devront s'engager sur des taux de disponibilité opérationnelle.

 

Améliorer la disponibilité du matériel de l'armée française est une des cinq grandes priorités de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. En 2015, le budget de l'entretien des équipements appelé MCO (maintien en condition opérationnelle) augmentera de 4,5%, à 3,2 milliards d'euros. L'hôtel de Brienne a fixé des objectifs de redressement du taux de disponibilité d'ici à 2017 et décidé d'introduire des critères de performance et d'efficacité dans les contrats MCO. En clair, les industriels en charge devront s'engager sur des seuils de disponibilité. À défaut, il y aura des pénalités.

L'effort se justifie par l'urgence de la situation. Les équipements et les hommes sont extrêmement sollicités en raison de la multiplication des opérations extérieures (Opex). Afghanistan, Mali, Centrafrique et désormais l'Irak. L'armée française est sur tous les fronts avec 7800 militaires déployés. Les matériels, surtout les plus anciens qui équipent l'armée de terre, se détériorent à grande vitesse et nécessitent des réparations toujours plus coûteuses.

 

Des avions gouvernementaux très disponibles

En 2013, seuls 31% des AMX 10 RCR, ces chars de reconnaissance et de combat de 15 tonnes, et 44% des hélicoptères de manœuvre - Puma, Gazelle et autres Caracal - qui interviennent en appui des fantassins, étaient bons pour le service. La marine ne pouvait compter que sur 48% de ses frégates et l'armée de l'air sur 49,7% de son aviation de transport tactique et 61,8% de ses avions de combat. En revanche, les avions destinés aux missions gouvernementales sont prêts à décoller 90% du temps!

D'ici à 2017, le taux de disponibilité non pas du parc installé mais des matériels indispensables pour remplir le «contrat opérationnel» fixé aux armées devra remonter. Celui des frégates est fixé à 68%, celui des hélicos légers de l'armée de terre à 60% et celui de l'aviation de transport tactique à 80% et à 94% pour les chasseurs. Remise à niveau des matériels rapatriés d'Afghanistan ou du Mali, maintien en service prolongé de d'équipements en fin de vie et financement du surcoût des Opex seront, selon le ministère de la Défense, «les facteurs clefs du succès en 2015» et dans les années à venir en attendant la mise en service de véhicules ou aéronefs de nouvelle génération.

 

Le porte-avions Charles de Gaulle opérationnel à 10% en 2017

L'AMX 10 RCR très engagé au Mali par exemple doit tirer les fruits d'une remise à niveau (retrofit) dès 2015 en attendant l'arrivée de son successeur, l'EBRC, dans le cadre du programme Scorpion de modernisation de l'armée de terre. Même scénario pour le véhicule avant blindé (VAB) dont le taux de disponibilité sera maintenu à 50% jusqu'à l'entrée en service du VBMR. De son côté, l'armée de l'air doit bénéficier de la montée en puissance de l'Airbus de transport A400M dont cinq exemplaires ont déjà été livrés.

A contrario certains équipements seront quasi indisponibles. Ce sera le cas du porte-avions «Charles-de-Gaulle» dont le taux de disponibilité ne sera que de 10% en 2017 (32% en 2013, 95% prévus en 2014). «Cette prévision (...) s'explique par le début de l'arrêt technique majeur numéro 2 qui comprend des travaux de grande ampleur destinés à lui redonner du potentiel et à maintenir ses capacités opérationnelles», est-il précisé dans l'annexe dédiée au budget de l'armée du projet de loi de finances (PLF) 2015. De même, le taux de disponibilité des sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) chutera de 70 à 72% actuellement à 57%. «La diminution de la disponibilité technique opérationnelle des SNA en 2017 s'explique par le retrait du service du SNA Rubis avant l'admission en service actif du SNA Suffren (NDLR: le premier des six nouveaux SNA de classe Barracuda) en 2018», peut-on lire dans l'annexe au PLF 2015.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 10:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

21/10 Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin – LesEchos.fr

 

Le projet bute sur la question des technologies clefs que l’Allemagne veut maîtriser.

 

Le projet Kant de fusion de Nexter avec son concurrent allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) menace d’être pollué par des discussions politiques outre-Rhin. L’enjeu tourne autour de cette nouvelle question : quels équipements militaires sont stratégiques et doivent donc être produits par l’industrie allemande sur le territoire national ? Avec, en toile de fond, des rivalités entre ministres concernés.

 

La réflexion sur les technologies clefs fait suite aux positions du ministre de l’Economie, Sigmar Gabriel, favorable à une politique plus restrictive en matière d’exportation d’armements. Ne serait-ce qu’en termes de calendrier, le processus peut court-circuiter le projet Kant, qui doit être validé par Berlin. « Nous n’avons pas encore de recommandation, car nous sommes au cœur d’un processus pour décider quelles technologies sont stratégiques pour nous, déclare aux “ Echos ”, Henning Otte, député et président du groupe de travail Défense de la fraction parlementaire chrétienne-démocrate (CDU-CSU). La discussion durera aussi longtemps qu’il faudra. » Au bas mot, plusieurs mois…

 

Sur le papier, pourtant, les premières prises de position de la ministre de la Défense semblent favorables au projet. A la surprise de ses troupes, Ursula von der Leyen a en effet exclu de la liste de technologies stratégiques les sous-marins et les blindés, justement fabriqués par KMW. Cette position personnelle doit cependant être complétée par celle d’autres ministères, dont l’Economie, qui n’a pas intérêt à exclure telle ou telle technologie, ne serait-ce que pour des raisons économiques et d’emplois.

 

D’autre part, il est possible que la discussion se transforme en combat larvé entre Sigmar Gabriel, président du Parti social-démocrate (SPD) et candidat naturel à la chancellerie en 2017, et Ursula von der Leyen, qui pourrait prendre la place d’Angela Merkel et concourir pour la CDU…

 

Politique d’exportation allemande restrictive

 

Cette guerre de positions n’arrangera pas les affaires de Nexter, dont le projet de rapprochement avec KMW suscite un accueil circonspect depuis le début à Berlin. Le ministère de l’Economie a fait savoir à Paris que l’opération, si elle aboutit, ne changera rien à sa politique restrictive. Pour preuve, le blocage de plusieurs contrats d’hélicoptères ou de missiles, alors que la réussite de Kant est liée à la liberté des deux groupes à exporter !

 

Pour établir une concurrence loyale entre européens, Sigmar Gabriel espère convaincre ses partenaires d’adopter les standards allemands d’exportations, censés être particulièrement restrictifs . « Il n’est pas possible que la France attire peu à peu toutes nos entreprises, car il est plus facile d’exporter en France », prévient Henning Otte.

 

Ce dernier craint par ailleurs que KMW, société familiale privée, ne se retrouve dominée par Nexter, contrôlé par l’Etat français. Il en veut pour preuve Airbus. « Nous constatons que le siège social est à Toulouse, avance Henning Otte. Il faut parler avec la France d’un partage des compétences équilibré. La coopération doit être bénéfique aux deux parties et ne pas signifier qu’il y a une concurrence entre les partenaires. »

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:55
Premier colloque sur les enjeux juridiques liés aux activités aériennes et spatiales

 

16 octobre Aerobuzz.fr

 

La première édition du Paris-Saclay Air & Space Law International Colloquium, aura lieu les 30 et 31 octobre 2014, à Paris, au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Organisé par l’Institut de Droit de l’Espace, de l’Aéronautique et des Télécommunications de l’université Paris-Saclay, il traitera des grands enjeux juridiques liés au secteur aéronautique et spatial.

 

Les enjeux juridiques liés aux activités aériennes et spatiales sont tout à la fois multiples et en perpétuelle évolution. Si les industries spatiale et aéronautique sont confrontées à des problématiques propres à leur domaine et disposent d’un ensemble de règles juridiques spécifiques, la tendance démontre qu’elles doivent faire face à des défis communs.

 

Ce colloque vise à réunir les experts internationaux de ces deux secteurs, pour débattre des quatre problématiques majeures qui ont marqué l’année 2014 :
∙ Sécurité des activités aéronautiques et spatiales ∙ Nouvelles applications et enjeux juridiques
∙ Défis institutionnels
∙ Enjeux environnementaux

Il apparaît ainsi possible de dégager, au-delà de l’autonomie et de la spécificité de chacun de ces secteurs, des lignes de force qui vont assurément irriguer les évolutions du droit aérien et spatial au cours du XXIème siècle.

 

Contact :
- Paris Saclay Air & Space Law International Colloquium
- 54, bd Desgranges 92330 Sceaux
- contact [at] pasl.fr
- Site internet du colloque

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:25
FAA : fin de l’entraînement opérationnel Tricolores 2014

 

20/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

20 jours après son lancement, l’exercice interarmées Tricolores, marqué par une séquence de compétitions entre compagnies terrestres puis des interactions à la mer entre des unités de la Marine nationale et hollandaise, s’achève avec une opération amphibie.

 

L’objectif de cette phase organisée sur un thème tactique était d’entretenir le savoir-faire franco-hollandais en matière de planification et de conduite d’opérations amphibies interarmées et interalliés de niveau élémentaire.

 

Le scénario consistait dans l’envoi d’une force amphibie franco-hollandaise sur l’île de Yuracao pour répondre à une menace de déstabilisation du pouvoir étatique par une association mafieuse.

 

Alors qu’une milice paramilitaire issue des cartels mafieux fomente un coup d’Etat, les autorités de l’île demandent l’intervention de la communauté internationale, plus précisément des Pays-Bas auxquels Yuracao était rattachée avant son indépendance. Après avoir répondu favorablement, le ministère de la Défense néerlandaise décide, en concertation avec la France, d’envoyer une force amphibie bi-nationale afin de défaire les opposants, d’assurer la sécurité de la population locale et de contribuer au retour de la stabilité sur l’île et dans la région Caraïbe.

 

Pendant trois jours et trois nuits, les forces armées françaises et néerlandaises ont été débarquées lors d’un assaut simultané depuis le BATRAL Dumont d’Urvilleet le bâtiment de soutien Pelikaan, et se sont infiltrées sur l’île de Yuracao à la recherche de cibles identifiées. Les soldats du détachement Terre Antilles – 33eRIMa (DTA 33) et leurs homologues néerlandais avaient pour objectif de détruire les postes de commandement du cartel et des milices, mais également de capturer les leaders de ces organisations. Mission réussie avec une exfiltration finale par la mer le 10 octobre matin.

 

Le 15 octobre 2014, le BATRAL Dumont d’Urvillea accosté à la base navale de Fort-de-France pour débarquer les 14 véhicules de l’armée de Terre ainsi que les 90 militaires du DTA 33 déployés pendant 20 jours d’opérations interarmées et interalliées. Le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des forces armées aux Antilles (FAA) a embarqué sur le Dumontpour parcourir avec ses hommes, marins et soldats, les derniers nautiques vers la Martinique. Il en a profité pour les féliciter, l’ensemble des objectifs opérationnels fixés pour cette opération ayant été atteints, au premier rang desquels, le renforcement de l’interopérabilité avec notre partenaire néérlandais.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

FAA : fin de l’entraînement opérationnel Tricolores 2014
FAA : fin de l’entraînement opérationnel Tricolores 2014FAA : fin de l’entraînement opérationnel Tricolores 2014FAA : fin de l’entraînement opérationnel Tricolores 2014

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 20:46
Barkhane : Point de situation du 16 octobre

 

16/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Point de situation sur les opérations de la force Barkhane, engagée dans la bande sahélo-saharienne (BSS), du 9 au 16 octobre 2014

 

Cette semaine a été marquée par la neutralisation par les forces françaises d’un important convoi d’armement d’AQMI progressant en direction du Nord Mali, dans la nuit du 9 au 10 octobre. Une action combinée de troupes au sol et d’appuis aériens a permis de stopper et neutraliser ce convoi. Plus de 2 tonnes d’armement ont été saisies parmi lequel des armes anti-char, des roquettes, des mitrailleuses et des stocks de munitions. Plusieurs terroristes ont été neutralisés dont une partie a été capturée.

 

Déployé dans la ville d’Aguelhok du 4 au 11 octobre, le détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) 5 y a effectué quatre patrouilles conjointes avec les militaires tchadiens de la MINUSMA. Ce DLAO basé à Tessalit a ainsi réaffirmé la présence française dans le Nord du Mali et participé à l’entraînement et à la formation des soldats tchadiens de la MINUSMA basés à Aguelhok.

 

Le 12 octobre, le colonel Journe, chef de corps du 3eme régiment parachutiste d’infanterie de marine, a succédé au colonel Dirou, chef de corps du 4ème régiment de chasseurs, à la tête du groupement tactique désert Est (GTD-E) basé à N’Djamena. Ce dernier est principalement armé par le 3ème RPIMa, le 1er RHP, le 35ème RAP et la BA 120.

 

Le 9 octobre, le colonel Jean-Michel Luccitti, représentant du général commandant l’opération Barkhane à Gao, a inauguré un projet de rénovation de l’école Sœur Geneviève, rénovation à laquelle des militaires français ont pris part du 6 septembre au 6 octobre, aux côtés d’artisans maliens. Le GTD-O basé à Gao est actuellement engagé dans six actions civilo-militaires dans le Nord du Mali.

Barkhane : Point de situation du 16 octobreBarkhane : Point de situation du 16 octobre

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 20:45
Barkhane : Un convoi terroriste transportant un « arsenal » militaire intercepté dans le Nord Niger (10 oct.)
 

16/10/2014 Sources : EMA
 

Le 10 octobre, les forces armées française engagées dans le cadre de l’opération Barkhane, ont intercepté, dans le Nord du Niger, un convoi de six pick-up appartenant à un groupe armé terroriste.

 

Ce convoi qui évoluait en direction du Mali transportait une très importante quantité d’armes, d’explosifs et de munitions.

En coopération avec les forces armées nigériennes, le convoi terroriste a été stoppé et neutralisé au Nord-Ouest du pays grâce à une opération mêlant appuis aériens et troupes au sol.

Outre la capture et la neutralisation d’une quinzaine de terroristes, cette opération a permis de mettre la main sur près de trois tonnes d’armement parmi lequel des systèmes anti-aériens SA-7, des canons de 23 mm, plusieurs centaines de roquettes anti-char, des mitrailleuses et plusieurs milliers de munitions de calibre 7.62 à 23 mm.

Cette interception constitue une des plus importantes prises d’armement dans la BSS depuis l’engagement des forces françaises au Mali en janvier 2013.

Elle porte un nouveau coup aux groupes armés terroristes en les privant de leurs ressources et en accentuant la pression mise sur leur liberté de mouvement.

Cette action découle de l’approche transfrontalière adoptée par la France pour conduire son combat contre les groupes terroristes aux côtés de ses partenaires des pays du G5 Sahel.

Lancée le 1er août 2014, l’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 20:30
Irak : nouvel appui aérien aux troupes irakiennes au contact

 

21/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 21 octobre 2014, la force Chammal a appuyé une opération terrestre conduite par l’armée irakienne dans la région de Mossoul.

 

Les avions français, en contact permanent avec le centre opérationnel aérien (CAOC), ont porté durant près de trois heures leur effort sur la région de Mossoul, où l’armée irakienne est engagée contre les terroristes du groupe autoproclamé Daech.

 

Au cours de ce vol, une cible d’opportunité s’est dévoilée. Après sa prise en compte par les Rafale, elle a été détruite vers 14h (heure de Paris) par un tir de GBU 12. Il s’agissait d’un véhicule 4x4 militaire blindé de type Humvee, utilisé par des terroristes.

 

A l’instar des missions réalisées quotidiennement par les équipages de la force Chammal, cette mission de reconnaissance armée visait à appuyer l’action des forces armées irakiennes engagées au combat contre Daech.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, 1 avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. En entrant dans le golfe arabo-persique (GAP), la frégate anti-aérienne Jean Bart, va compléter ce dispositif afin de participer, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

Irak : nouvel appui aérien aux troupes irakiennes au contact

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 19:45
[Intégrale] "Centrafrique : quand Panthère désarme la route de l'ouest"



21 oct. 2014 Ministère de la Défense

 

Pour ce numéro spécial de 26 minutes "Centrafrique : quand Panthère désarme la route de l'ouest", le Journal de la Défense (#Jdef) a suivi pendant plus d'un mois les militaires français et les soldats de la Misca en Centrafrique.

Leur mission : rétablir la sécurité sur les 586 kilomètres qui relient la capitale centrafricaine, Bangui, au Cameroun. Cet axe routier, véritable cordon ombilical, est un des seuls moyens d'alimenter le pays en denrées alimentaires, en matériel et en aide humanitaire.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories