Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:55
Le logiciel de paie des armées Louvois distille encore son poison

Le ministère de la Défense a envoyé 118.000 lettres pour réclamer les trop versés aux militaires en 2013 - photo MinDefFR

 

21/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le fameux système Louvois entraîne toujours des surcoûts pour le ministère de la Défense. Le ministre de la Défense attend le déploiement d'un nouveau système en décembre 2015.

 

Décidément le logiciel de paie des armées Louvois n'en finit toujours pas de distiller son poison... près d'un an après sa mise à mort par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Même si cela va toutefois un peu mieux. En septembre, les dépenses au titre du plan d'urgence lancé en septembre 2012 par le ministre pour assurer le versement des soldes des soldats sont en effet "plus faibles qu'antérieurement : 500.000 euros contre 1 million en début d'année", comme l'a révélé le secrétaire général pour l'administration (SGA) Jean-Paul Bodin, lors de son audition à l'Assemblée nationale du 8 octobre. Mais, force est de constater qu'elles se poursuivent à bon rythme alors que l'armée fait le plus gros effort en matière de réduction d'effectif au sein de l'État (80.000 suppressions de postes entre 2009 et 2019).

Déstabilisés par les coupes massives et entraînée dans des opérations extérieures de plus en plus nombreuses, les militaires et leur famille commencent à trouver le temps long, trop long pour stabiliser la paie comme en témoigne la lettre ouverte d'une femme de militaire adressée à Jean-Yves Le Drian.

En outre, selon Jean-Paul Bodin, la seconde partie de la campagne de régularisation "ne va pas sans difficulté puisque ce sont au moins 118.000 lettres qui ont dû être envoyées pour réclamer les indus de 2013. Lorsque les personnels ont quitté le ministère et sont à la recherche d'emplois, la marge de manœuvre du Trésor public s'avère très faible". Ce second volet est en cours depuis le début de l'année et se poursuivra en 2015, précise le SGA.

 

Régulariser chaque militaire

Ce n'est pas nouveau mais les anomalies de Louvois se traduisent encore "par d'importants indus de paye et de moins-verser aux administrés". Aussi, la seconde partie de la campagne de régularisation vise à traiter la totalité des dossiers et des anomalies : "il s'agit de calculer et de régulariser, pour chaque administré, le solde entre les paiements qui lui sont dus et les versements qui lui ont été effectués par ou hors Louvois, et de mettre ainsi ses droits à jour, a expliqué Jean-Paul Bodin. Cette campagne permettra non seulement de rétablir chaque administré dans ses droits, en lui versant ses dus, mais aussi de préserver les droits de l'État et le budget du ministère en recouvrant les sommes versées indûment".

Interrogé sur le coût de ces tâches administratives, le SGA a répondu qu'il "n'a pas été procédé à une analyse du coût de recouvrement de l'indu par euro récupéré, ne serait-ce que parce que nous sommes loin d'avoir tout récupéré, et qu'il est difficile d'évaluer les moyens que nous devrons mettre en œuvre pour cela. Ainsi, après avoir dû augmenter à plusieurs reprises les effectifs du centre expert des ressources humaines et de la solde (CERHS) de Nancy, nous examinons l'organisation à mettre en place pour mener à bien la campagne de recouvrement 2015-2016". Selon le député du Var, Philippe Vitel, co-auteur d'un rapport sur l'exécution du budget 2013, le ministère de la Défense a dû recruter 100 personnels civils au titre de la fiabilisation de Louvois au CHRS de Nancy.

 

Un nouveau logiciel de paie en décembre 2015

"Il est urgent de pouvoir disposer d'un nouvel outil", a estimé le SGA. Le calendrier du remplacement de Louvois est jalonné par deux rendez-vous important : présentation de prototypes de logiciel de paie en décembre 2014, fournis par les candidats au cours du dialogue compétitif, et premier déploiement en décembre 2015. "Le déploiement complet devrait être effectif en 2017", a expliqué Jean-Paul Bodin. Un calendrier qui semble très ambitieux, selon un observateur. Le ministre a confié à la direction générale de l'armement (DGA) le projet. Ainsi, le dispositif s'articule autour d'une équipe composée d'un binôme formé par le directeur de programme, appartenant à la DGA, et l'officier de programme, appartenant à la direction des ressources humaines du ministère (DRH-MD). L'équipe est actuellement composée de 12 personnes (17 en 2015) de la DGA et de 17 (23 en 2015) de la DRH-MD.

La procédure de passation de marché retenue, un dialogue compétitif, a débuté par la publication de l'avis d'appel public à candidatures le 1er février 2014. Le dossier de consultation des entreprises a été envoyé le 18 avril aux trois groupements sélectionnés :  l'américain Accenture associé au canadien CGI, le français Atos associé à Steria et enfin Sopra et sa filiale HR Access, selon nos informations. Le premier tour de dialogue a eu lieu du 13 juin au 24 juillet. Le suivant aura lieu au quatrième trimestre 2014 et les offres finales sont attendues début 2015, pour une notification au premier semestre 2015. Jean-Paul Bodin n'a pas communiqué les montants budgétés en raison de la compétition en cours. "Il va de soi qu'il y a une limite" en matière de coûts, a-t-il toutefois rappelé.

 

Les enseignements de ce flop

Après Louvois, le ministère "s'est efforcé de tirer le plus d'enseignements possible des difficultés rencontrées avec Louvois, en mettant en place, en début d'année, une procédure de revue régulière des devis et des projets", a expliqué le SGA. Ainsi, comme c'est déjà le cas pour les programmes d'armement, pour chaque étape à franchir, un audit doit être réalisé par une délégation aux Systèmes d'Information d'Administration et de Gestion (SIAG), mise en place en 2013 et dirigée par un ingénieur de l'armement.

 Référé de la Cour des Comptes sur le système de paye Louvois

Réunie tous les deux mois, une commission des SIAG "se voit remettre un point de situation sur les programmes, en particulier les plus critiques, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas dotés d'un responsable clairement identifié, ceux faisant l'objet d'une dérive en termes de délais ou de coûts ou encore ceux où surviennent des difficultés techniques". Ce dispositif a été étendu aux responsables des systèmes d'information et de communication (SIC) de l'ensemble des états-majors et services qui effectuent eux-mêmes une revue des dossiers avant de les présenter en commission SIAG. Un système de pilotage qui apparait enfin très serré.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:50
Contre 1,3 milliard d'euros, Airbus fournira les futurs satellites météorologiques de l’Europe

 

21 octobre 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Le groupe aéronautique et spatial Airbus a décroché le contrat de fabrication de 6 satellites pour un montant de 1,3 milliard d’euros. Ces satellites de nouvelle génération amélioreront la prévision du temps. Les sites de Toulouse et de Friedrichshafen se partagent l’essentiel de la charge industrielle.

 

Le contrat de la décennie en matière de satellites ! Les dirigeants d’Airbus Defence & Space ne cachaient pas leur joie après la signature officielle du contrat le 16 octobre dernier pour un montant de 1,3 milliard d’euros par ses deux clients, l’agence spatiale européenne (ESA) et l’organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques (Eumetsat).

 

L’industriel livrera 6 satellites météorologiques de nouvelle génération (dits MetOp-SG), soit 3 paires de deux satellites complémentaires qui se relaieront durant 21 ans pour offrir des services de météo dès 2021. "Cela nous permettra d’obtenir des données météorologiques plus précises tout en gagnant une journée supplémentaire de prévision", se félicite Alain Ratier directeur général d’Eumetsat. Le dirigeant évalue le bénéfice socio-économique pour l’union européenne à 5 milliards d’euros par an notamment grâce à une meilleure prévision et anticipation des catastrophes naturelles qui conduira à une meilleure protection des individus, des biens et des infrastructures.

 

La genèse du programme a été relativement courte. Les deux agences européennes ont commencé a travaillé ensemble en 2012, Eumetsat définissant le contenu de la mission météorologique, l’ESA se chargeant du développement des satellites. "La compétition a été dure mais limpide. L’offre du groupe Airbus était la plus compétitive sur le plan technique, financier et contractuel", explique-t-on du côté de l’agence spatiale européenne.

 

Le couple franco-allemand

 

Opposé au tandem Thales Alenia Space-OHB, Airbus Defence & Space a joué la carte franco-allemande. "Nos équipes de Toulouse et de Friedrichshafen ont fonctionné comme une seule et même entité. Nous avons mobilisé jusqu’à une cinquantaine de personnes pour bâtir notre proposition", explique Eric Béranger, directeur des programmes de Space Systems, filiale d'Airbus Defence & Space. Le constructeur s’est appuyé sur sa plateforme technique Astrobus qu’il considère comme "un couteau suisse" capable de s’adapter à un large spectre de missions satellitaires, comme les missions d’observation de la Terre (programme Spot) ou de météo .

 

Le site de Toulouse sera chargé de fabriquer les 3 satellites dits de la série A dotés d’instruments optiques et de sondeurs atmosphériques et Friedrichshafen les 3 complémentaires de la série B dotées d’instruments micro-ondes. Pour les sites industriels, cela correspond environ à une charge de travail de 10 ans pour 150 ingénieurs et techniciens.

 

Une facture totale de 4 milliards d’Euros

 

La répartition de travail répond au principe du retour géographique : chaque pays récupère une charge industrielle correspondant à son investissement dans le programme. La France et l’Allemagne ont contribué à hauteur de 27% chacun. "Des industriels dans tous les pays membre de l’agence bénéficieront de ce programme", a toutefois précisé Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA. Ainsi Airbus travaillera avec une centaine de partenaires sous-traitants présents dans les différents pays membres de l’agence européenne en particulier l’Italie et l’Espagne .

 

Il est à noter qu’en fin de vie après 7 années de service environ, les satellites quitteront leur orbite pour se désintégrer durant leur rentrée atmosphérique. "Deux tiers du carburant emporté par les satellites permettra de les désorbiter", a expliqué Jean Jacques Dordain. Au total, la facture pour Eumetsat s’élève à environ 4 milliards d’euros. Outre l’achat des satellites, l’agence devra financer des infrastructures au sol, payer les lanceurs, exploiter les satellites, et traiter les données durant plus de 20 ans…

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 17:55
20èmes  Rencontres parlementaires de la Défense

 

21/10/2014 - par Alain Establier  - SECURITY DEFENSE Business Review n°114

 

Le 08 octobre se sont déroulées à Paris, les 20èmes rencontres parlementaires de la Défense autour d’une thématique: l’outil industriel de la Défense est-il un enjeu d’avenir pour les territoires? En cette période de flou intense sur les budgets des Armées, les responsables les plus éminents du secteur étaient là pour débattre: Laurent Collet-Billon (Délégué Général pour l’Armement), Eric Trappier (PDG de Dassault Aviation), Antoine Bouvier (PDG de MBDA), Général Denis Mercier (chef d’Etat-major de l’armée de l’air), Patrice Caine (DG de Thales) entre autres.

 

La Défense, c’est l’emploi en France

 

L’outil industriel de Défense représente encore en France 15 Mds€ de CA annuel et 165.000 emplois directs et indirects. A noter que ces 15 Mds€ permettent de conserver en France les 165.000 emplois, car ce sont souvent des emplois de haute spécialisation, générés par des produits haut de gamme et de très haute technologie pas faciles à délocaliser. Pour preuve, les difficultés rencontrées par Dassault et Thales en matière de sous-traitants indiens…

Pourtant, les politiques depuis 30 ans n’ayant aucune vision industrielle, le budget des Armées est tombé de 4,3% du PIB à la fin des années 60 (certes au temps du service militaire obligatoire), à 3% dans les années 80, à 2% dans les années 90, pour tomber à 1,5% en 2013! Même l’OTAN considère que le budget de défense des pays européens ne devrait pas être en dessous de 2% de leur PIB…

Les parlementaires de la majorité actuelle ont eu beau se réjouir de la progression de 40% des exportations de matériel de défense entre 2012 et 2013, les lecteurs de SDBR (cf. n°112) savent que c’est de la manipulation de l’information, car la performance de ce secteur se juge non sur un an mais sur la durée de son processus industriel (au moins 4 ans). Tout ce qu’on peut dire, c’est que la moyenne des prises de commande de 2007 à 2011 (5 ans) étaient de 6,42 Mds€, que la moyenne de 2012 et 2013 cumulée (2 ans) n’est que de 5,85 Mds€ et que l’exportation  représente environ 39% du chiffre d’affaires total de la filière. Il s’agit donc de se préoccuper aussi des 61% vendus en France, soit plus de 9 Mds€.

 

Une situation qui va passer de préoccupante à très préoccupante…

 

En réalité la situation est préoccupante aujourd’hui (comment financer les 31,4 Mds€ de la LPM ? le milliard des Opex ? etc.) et devient très préoccupante si on se projette à 10 ans. Eric Trappier a rappelé que l’industrie de défense pouvait produire des solutions duales, mais qu’il n’y aurait plus d’industrie de défense dans les territoires français si les entreprises concernées se tournaient complètement vers le civil: exemple, un employé sur le sol américain, à compétence égale, vaut 3 fois moins cher qu’un collaborateur français. Le danger serait grand de croire que la part du civil dans les entreprises de défense (le dual) serait la panacée car, en matière civile, la délocalisation aurait vite fait de détruire une grande part des 165.000 emplois actuels…

Les industriels et le général Mercier ont rappelé que la meilleure publicité des matériels français était faite par la doctrine d’emploi et par l’usage qu’en font les militaires (ex: le Rafale et son armement, ou le BPC). Le DGA a rappelé que l’industrie de défense française représentait 20% de l’industrie de défense totale de l’Europe, ce qui place la France à la fois en leader et en responsabilité. Le député Hervé Mariton a souligné que la filière d’excellence française de défense n’était pas acquise pour l’éternité et que la politique de défense était en principe la fonction première de l’Etat. Il a ajouté, concernant l’Europe, que sans programmes européens il ne pouvait y avoir de coopération industrielle de défense pour répondre à des objectifs stratégiques (lesquels?) et qu’une coopération industrielle constructive ne pouvait être que bilatérale (Lancaster House) ou multi-bilatérale, mais certainement pas multilatérale. Le général Mercier a indiqué que les Etats-majors étrangers, qu’il rencontre souvent, s’inquiétaient de l’abandon éventuel de programmes français, ce qui ne les incitait pas à passer des commandes bien sûr: dans 7 ans, est-ce que vous produirez toujours le Rafale ?

 

Conclusion

 

Comme l’a souligné Eric Trappier, il faut maintenir les budgets d’innovation et la recherche en haute technologie pour que l’industrie de défense française reste délibérément dans le haut de gamme, difficilement délocalisable, ce qui aidera à maintenir son image dans le monde et ses emplois en France. Il faut aussi sans doute faire pression sur Bruxelles pour que des recommandations soient faites aux Etats de revenir au moins à 2% de PIB dans leurs dépenses de défense, ce qui serait un élément de relance en plus d’un accroissement de notre sécurité. Enfin, comme l’a dit Philippe Bottrie du groupe Airbus, «il est  grand temps de semer les graines de notre sécurité future» !

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 16:55
French adaptation strategies for arms export controls since the 1990s


15/10/2014 IRSEM

 

Equivalents anglophones des Cahiers, les Paris Papers présentent des contributions originales.

 

Paris Papers n°10

French adaptation strategies for arms export controls since the 1990s

Lucie BERAUD-SUDREAU

 

Paris Papers n°9

Germany and War : Understanding Strategic Culture under the Merkel Government

Sophia Becker

Synthèse   Etude

Mots clés : Allemagne, culture stratégique, défense

 

Paris Papers n°8 

War narratives in a world of global information Age : France and the war in Afghanistan

Barbara Jankowski

Synthèse - Présentation

Mots-clés : opinion publique, guerre, Afghanistan

 

Paris Papers n°7 - 2012 

Shielding the state : UAE military efforts to Counter Iran's disruptive options in the Gulf.

Synthèse - Présentation

Victor Gervais

Mots-clés : UAE, IRAN, Golfe Persique

 

Paris Papers n°6 - 2012 

Defence and security industry: Which security industry are you speaking about?

Vincent Boulanin

Présentation

Mots clés : industrie de défense

 

Paris Papers n°5 - 2012

Strategic and tactical uses of ethnicity. Insights from the Azerbaijani question in Iran.

Gilles Riaux

Présentation

Mots-clés : ethnicité, Iran, Azeris, Aerbaïdjan, minorités ethniques

 

Paris Papers n°4 - 2012

Thinking strategically about sanctions : a research agenda

Olivier Schmitt

Présentation

Mots-clés : analyse stratégique, sanctions, système international

       

Paris Papers n°3- 2011

The European Union in Colombia: Learning how to be a peace actor

DorlyCastaneda

Présentation

Mots-clés : UE, Colombie, tiers stratégique

 

Paris Papers n°2- 2011

Now or never : the way to a credible European Defense

Maya Kandel, Jean-Paul Perruche

Mots-clés : UE, défense européenne, OTAN

 

Paris Papers n°1

Pakistan : Coercion and Capital in an "Insecurity State"

Amélie Blom

Mots -clés : Pakistan, terrorisme, contre-insurrection
 
 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 16:55
Budget de l'État: les militaires portent plus que leur part du fardeau

 

15/10/2014 Par Alain Barluet – LeFigaro.fr

 

DÉCRYPTAGE - Le ministre de la Défense a annoncé des suppressions de postes. Les armées, qui représentent 10 % des agents de l'État, assument à elles-seules 60 % des réductions de postes dans la fonction publique.

 

L'absence de véritable surprise ne réduit pas l'effet de choc ressenti dans les armées par les annonces de Jean-Yves Le Drian. Les réactions, entendues çà et là - amertume, résignation, lassitude -, s'expliquent par des fondamentaux qui sont connus. Entre 2009 et 2019, l'armée aura perdu 80.000 emplois, dont 34.000 sur la période couverte par la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Après 7500 suppressions en 2015, 7400 postes disparaîtront encore en 2016 et en 2017. Chacun admet les efforts imposés par la situation budgétaire: les militaires, pas plus que d'autres, ne souhaitent s'y soustraire. Ils comprennent fort bien que notre souveraineté dépend aussi d'un retour à l'équilibre des finances publiques. En revanche, ils ont le sentiment mal vécu de porter plus que leur part du fardeau. Les militaires, qui représentent 10 % des agents de l'État, assument en effet à eux seuls 60 % des réductions de postes dans la fonction publique.

Dans un contexte déprimé, les «restructurations», même menées méticuleusement, ont des répercussions multiples, économiques dans les territoires, opérationnelles aussi, comme le redoutent certains. Ces mesures n'échappent pas non plus au soupçon de favoritisme politique. En bonne logique financière, le 126e régiment d'infanterie de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, aurait pu disparaître. Sauf qu'il est situé sur les terres de François Hollande…

 

Les moyens réduits d'une armée que beaucoup jugent «à l'os»

Le malaise survient alors que nos armées n'ont jamais été aussi performantes, comme n'ont jamais été si grandes les ambitions qui leur sont assignées. Le savoir-faire des militaires français, notamment dans les guerres asymétriques ou les conflits complexes, comme en Centrafrique, est reconnu par tous, en premier lieu par les États-Unis. En 2012, François Hollande est arrivé à l'Élysée avec un unique plan de campagne: ramener les troupes d'Afghanistan. Deux ans et demi plus tard, regardons la carte. Les militaires français sont partout, dans le nord du Niger, au Mali, à Bangui, dans le ciel d'Irak, peut-être demain aux confins du lac Tchad pour lutter contre Boko Haram. À ces hommes et à ces femmes servant sous le drapeau, on demande toujours davantage, avec les moyens réduits d'une armée que beaucoup jugent «à l'os». «Les militaires ont deux qualités: ils exécutent les ordres sans se plaindre et ils permettent au président de la République actuel de briller sur le seul terrain où il le peut encore, les opérations extérieures», lâche un général du cadre de réserve connu pour son verbe haut.

La pire des solutions serait de baisser la garde au moment où les menaces se font plus fortes, à l'image du djihadisme qui sévit actuellement. Même si les réponses à lui opposer ne peuvent être seulement militaires, il est clair que combattre les pôles terroristes qui ont essaimé du Nigeria à l'Irak exigera une armée ultraperformante. Même constat pour d'éventuels conflits «classiques»: la crise ukrainienne a souligné qu'ils ne sont pas encore sortis de l'Histoire.

Certes, les «déflations» annoncées mercredi épargnent en bonne part les forces opérationnelles. Certes, le «contrat opérationnel de nos armées n'est pas remis en cause» par les baisses d'effectifs, invoquent les artisans de la LPM. Tous conviennent néanmoins que les marges de manœuvres sont plus qu'étroites. Et beaucoup s'inquiètent d'un écart croissant entre le maintien des ambitions - notamment en termes d'interventions sur des théâtres extérieurs - et la grande fragilité des moyens. «Il est urgent que nos autorités politiques comprennent que l'évolution en cours conduit à une impasse», juge sévèrement le général Jean-Claude Thomann, ancien commandant de la Force d'action terrestre, en évoquant le risque, à court terme, de «notre impuissance à conduire une politique extérieure autre que celle des vœux pieux».

Quoi qu'il en soit, les mesures présentées mercredi «ne sont qu'un début», prévient un haut responsable militaire. Pour celui-ci, il faudrait que les prochaines «restructurations» soient annoncées rapidement, «début 2015». «Plus on tarde, plus les décisions seront difficiles à mettre en œuvre», souligne-t-il.

Restructurations 2015 - Infographie Le Figaro
Restructurations 2015 - Infographie Le Figaro

Restructurations 2015 - Infographie Le Figaro

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:50
Joint Warrior 14.2 : la frégate Latouche-Tréville frappe la terre d'Écosse

 

16/10/2014 Marine nationale

 

Déployée au large de l’Écosse, dans le cadre de l'exercice multinational Joint Warrior 14.2, la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a réalisé des tirs d’artillerie contre terre le mardi 14 octobre 2014.

 

Au total, ce sont 27 coups qui ont été tirés au canon de 100 mm depuis la frégate française sur un îlot rocheux (200 m x 80 m) situé à 12 km et simulant une batterie anti-aérienne côtière. «Gravie Island» se dresse devant le cap Warth situé à l’extrémité nord-ouest des côtes écossaises. 

 

Les tirs se déroulent en plusieurs phases et allient tactique et technicité. La passe à blanc validée, la frégate revient se positionner pour effectuer sa passe de tir après avoir reçu le message décrivant la mission qui lui était affectée dans le cadre de l’exercice. Une première salve «de recherche» de trois coups est ordonnée par le dispositif d’observation à terre (en l’occurrence des membres des forces spéciales néo-zélandaises), afin d’affiner les paramètres du tir et d’évaluer sa précision. La frégate ayant ouvert au but, les observateurs requièrent rapidement le tir de salves «d'efficacité». Deux salves de 10 coups et une de 4 sont successivement tirées. 23 obus viennent alors s’ajouter aux 3 premiers afin de mettre hors d’état la batterie anti-aérienne simulée par l’île de « Gravie Island ». Seul un obus sera victime d’un dysfonctionnement occasionnant son explosion prématurée lors de son vol vers l’objectif. Tout au long de la séquence de tir, la frégate défile parallèlement à la côte, obligeant un recalage permanent de la tourelle en fonction de la progression du navire et des éléments balistiques.  

 

À l'image de la participation du Latouche-Tréville à Joint Warrior, la journée du 14 octobre a mis en exergue une frégate combative et pleinement opérationnelle. Réalisés en coopération avec les forces  britanniques, les tirs ont permis de démontrer la capacité de la FASM à mettre en œuvre un système d'arme parfaitement maîtrisé, en présence de contraintes opérationnelles fortes mais dans le respect immuable des standards alliés en matière de sécurité.  

 

Joint Warrior 14.2 : la frégate Latouche-Tréville frappe la terre d'Écosse

Le succès des tirs a nécessité la coordination d'un ensemble de savoir-faire. En passerelle, le chef du quart devait naviguer avec la plus grande précision pour assurer avec la meilleure exactitude l’élaboration des éléments balistiques. Au « central opérations », le chef du service Armes du Latouche-Tréville, le lieutenant de vaisseau Thierry Allain, devait organiser ses équipes de mise en œuvre pour qu’elles s’adaptent en permanence et puissent anticiper sereinement les actions de feu.

 

Le commandant du Latouche-Tréville, le capitaine de vaisseau Matthieu Drevon a félicité l'ensemble de l'équipage impliqué dans la réalisation et la réussite de ces tirs.   

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:50
Ariane 5 - 62 successful launches in a row


17 oct. 2014 Airbus DS

 

Ariane Flight VA220 launched successfully on 16th October from Kourou, French Guiana, lifting Intelsat 30 and ARSAT-1 into orbit.

 

Demonstrating the exceptional reliability of the European heavy launcher

 

Ariane 5 has been successfully launched from Kourou, French Guiana, for the 62nd time in a row, once again confirming the reliability of the European launcher developed and built by Airbus Defence and Space, the world’s number two space technology company.

The required performance for this, the 220th Ariane flight – for which Arianespace conducted the launch operations – was to transport 10,083 kg into geostationary transfer orbit, including 9,293 kg for the two satellites on board. The remaining mass was for the SYLDA dual launch system and the satellite integration hardware.

“The 62nd successful launch in a row confirms the outstanding industrial capabilities of the teams at Airbus Defence and Space, the prime contractor for the Ariane programme since 2003, and our ability to use our experience to implement the industrial organisation for future European launchers,” said François Auque, Head of Space Systems. “We would like to thank Arianespace, for their success in commercialising the launches and operating the range of European launcher systems at the Guiana Space Centre, as well as our trusted and dependable industrial and institutional partners for our joint success for more than 10 years.”

Airbus Defence and Space has been the prime contractor for the European Ariane 5 launcher, one of the largest and most ambitious space programmes in the world, since 2003. The company oversees an industrial network that brings together more than 550 companies (more than 20% of which are SMEs) in 12 European countries. Space Systems also manages the entire industrial supply chain, from the manufacture of equipment and stages to the complete integration of the launcher in French Guiana, in line with the customer’s specifications. Drawing on the expertise the company has acquired and the investments it has made over a period of more than 10 years, Ariane 5 has become the most reliable commercial launcher on the global market and has increased its geostationary orbit payload capacity by almost two metric tonnes. Representing cutting-edge European expertise, the Ariane 5 launcher has been specially designed to inject heavy payloads into orbit.

 


About Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:45
Barkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à Aguelhok

 

16/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Du 4 au 11 octobre 2014, le détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Tessalit était à Aguelhok pour appuyer le bataillon tchadien de la MINUSMA.

 

Lors de cette mission à Aguelhok, l’une des villes majeures de sa zone de responsabilité, la plus au nord du Mali, le DLAO a été accueilli par le bataillon tchadien de la MINUSMA avec lequel il a effectué quatre patrouilles conjointes, en véhicules et à pieds. Ces patrouilles ont été l’occasion d’appuyer la MINUSMA et de manifester la présence française dans le Nord Mali, zone de refuge des groupes armés terroristes.

 

Au cours de sa présence à Aguelhok, le DLAO a mené des séances d’instruction au profit du bataillon tchadien, dans les domaines de la lutte contre-IED et du secourisme au combat. Le 7 octobre, le DLAO a été ravitaillé en eau et en carburant grâce à un largage par air (LPA). L’avion en provenance de Niamey a ainsi permis de parachuter 3,5 tonnes de fret.

 

Composé d’une trentaine de soldats, le DLAO de Tessalit est principalement armé par le commando parachutiste de l’air n°30 (CPA 30). Il coordonne et assure des missions aux côtés des forces partenaires, en leur apportant des appuis spécialisés : guidage aérien, lutte contre-IED et santé notamment.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à AguelhokBarkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à Aguelhok
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:20
photo US DoD

photo US DoD

 

15/10/2014 Sources : EMA

 

Le 14 octobre, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a rencontré à Washington les plus hautes autorités militaires des pays engagés aux côtés des forces armées irakiennes dans leur lutte contre Daech. Cette réunion s’inscrivait dans la continuité des travaux déjà engagés par les membres de la coalition.

 

Les vingt-et-un chefs d’état-major présents lors de cette conférence ont faire part de leurs analyses stratégiques sur la situation en Irak et en Syrie. Ils ont par ailleurs profité de cette rencontre pour confronter leurs vues sur la complexité politique de l’environnement régional.

 

Cette réunion leur a permis de définir les grandes orientations qui conduiront à l’élaboration d’un plan de campagne conjoint. S’appuyant sur la complémentarité des actions pouvant être menées par les partenaires de la coalition, ce plan visera à traiter de façon globale la menace que constitue Daech.

 

Lors de cette conférence, le général Pierre de Villiers a été invité par le général Martin Dempsey, son homologue américain, à présenter son appréciation de la situation au président Barack Obama en présence de l’ensemble des participants.

 

Après avoir réaffirmé devant le président américain le soutien de la France dans l’action internationale menée contre Daech, le général de Villiers a mis en avant le caractère global de cette lutte. Il a ainsi rappelé que les armées françaises sont engagées dans un combat contre le terrorisme non seulement en Irak, mais aussi dans la bande sahélo saharienne (BSS) dans le cadre de l’opération Barkhane. Il a aussi rappelé que ce combat serait long et qu’il ne devait pas se limiter à la seule action militaire, mais s’inscrire dans une stratégie plus globale.

 

Cette conférence au sommet va accélérer les travaux déjà engagés par les membres de la coalition pour soutenir les forces irakiennes dans leur combat contre le groupe terroriste Daech.

 

Depuis le 19 septembre, sur demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés présents dans la zone, les armées françaises sont engagées en Irak dans le cadre de l’opération Chammal. Neuf avions de chasse Rafale, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et un avion ravitailleur C135-FR effectuent des missions quotidiennes de reconnaissance armée et de renseignement dans la profondeur. Ces moyens seront prochainement renforcés par l’arrivée dans le golfe arabo-persique du Jean Bart, frégate anti aérienne qui sera chargée de participer au contrôle aérien des avions engagés dans le ciel irakiens.

CEMA : réunion à Washington des grands chefs militairesCEMA : réunion à Washington des grands chefs militaires
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:20
L'ALAT fête ses 60 ans


15 oct. 2014 Armée de Terre

 

Le 8 octobre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a présidé une cérémonie solennelle sur la base école du Cannet des Maures (83), à l’occasion du soixantième anniversaire de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT).

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:55
Une Valeur Militaire partagée au 5e RHC

 

15 oct. 2014 Armée de Terre

 

Le 8 octobre, à l’occasion de la cérémonie des 60 ans de l’aviation légère de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a décoré le 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC) de la Valeur militaire avec palme de bronze.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:55
L’escadron de chasse 3/13 « Auvergne » partenaire de l'ASM Clermont Auvergne

 

14/10/2014 Armée de l'air

 

Le samedi 11 octobre 2014, au stade Marcel-Michelin, l’escadron de chasse 3/13 « Auvergne » de la base aérienne 705 de Tours a signé une convention de partenariat avec l’association sportive Michelin (ASM) Omnisports et l’ASM Clermont Auvergne.

 

Au-delà du rapprochement logique autour de « l’Auvergne », les trois entités ont décidé de formaliser une convention comportant essentiellement deux aspects : la promotion de leurs valeurs communes(que sont l’excellence, la solidarité, l’engagement et le respect) et l’échange de cultures, le partage de savoir sur la préparation physique et mentale.

 

Pascal Thibault, président de l’ASM Omnisports, Éric de Cromières, président de l’ASM Clermont Auvergne, et le commandant Thibault Chazelle, garant des traditions de l'escadron de chasse 3/13 « Auvergne », ont signé cette convention, en présence du général Serge Soulet, commandant des forces aériennes, du colonel Cyrille Duvivier, commandant de la base aérienne 705 de Tours et du lieutenant-colonel Xavier Hirschauer, commandant de l’école de l’avion de chasse.

 

Présentation des partenaires

 

L’escadron de chasse 3/13 « Auvergne » est un escadron d’instruction en vol de l’armée de l’air, basé à Tours mais dont les traditions viennent d’Auvergne ; il constitue une des mailles de la formation très complète des pilotes de chasse.

 

L’ASM Omnisports est une association créée en 1911 qui compte pas moins de 15 sections, incluant la section rugby et son centre de formation élite.

 

L’ASM Clermont Auvergne, filiale de l’ASM Omnisports, est une équipe de rugby professionnelle qui participe au championnat de France de Top 14 et à la Coupe d’Europe de Rugby. Son palmarès compte notamment un titre de champion de France en 2010.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:55
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

16 Octobre 2014 Source : Marine nationale

 

Le lundi 13 octobre 2014, les bâtiments du groupe amphibie, les Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral et Tonnerre ainsi que le Transport de chaland de débarquement (TCD) Siroco, ont quitté leur port d’attache, Toulon, pour rejoindre en mer le Charles de Gaulle et son groupe aéronaval. Le porte-avions avait appareillé la semaine précédente pour procéder aux qualifications des pilotes de l’aéronautique navale dans le cadre de l’École de Aviation Embarquée (EAé), période particulièrement dense rythmée par les décollages et appontages des Super Étendard, Rafale et Hawkeye.

 

Catamaran 2014 : Le groupe amphibie rejoint le groupe aéronaval

Les deux groupes réunis forment ainsi une force expéditionnaire qui se trouve déployée en Méditerranée durant une dizaine de jours pour un entraînement interarmées de grande ampleur mobilisant près de 5000 hommes, 205 véhicules et une quinzaine d’hélicoptères de la Marine nationale, de l’armée de Terre et des moyens de l’armée de l’Air. Dans ce cadre, après avoir embarqué leurs troupes, leurs matériels et leurs véhicules vendredi dernier, les bâtiments du groupe amphibie ont accueilli les EDAR (engin de débarquement amphibie rapide) et les CTM (Chalands de Transports de Matériels) ainsi que le groupe aéromobile composé de ses Gazelle, Puma et Tigre. Le  débarquement de la force terrestre est prévu le 20 octobre sur la plage de St Aygulf sur la commune de Fréjus. Mais d’ici cette date, les entraînements vont se multiplier en suivant l’évolution d’un scénario réaliste obligeant les différents états-majors embarqués, tout comme les unités déployées, à se reconfigurer régulièrement et adapter leurs décisions.

Catamaran 2014 : Le groupe amphibie rejoint le groupe aéronaval
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:25
Exportation d'armes (2/4) : la France profitera-t-elle de sa bonne image au Pérou ?

Un temps espérée, la commande du satellite d'observation n'a pu être conclue l'an dernier entre la France et le Pérou en raison de la difficulté de Paris à rédiger un contrat de gouvernement à gouvernement. (Crédits : Airbus Defence & Space)

 

15/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Tribune vous propose une série sur les nouvelles terres de conquête des industriels de l'armement français. Dassault Aviation et Thales lorgnent une modernisation des 12 Mirage 2000 péruviens tandis que DCNS convoite la modernisation de quatre sous-marins U209.

 

Et si le Pérou était l'une des bonnes surprises de l'industrie de l'armement française ces prochaines années. Bien sûr, ce pays andin de 30,5 millions d'habitants n'a pas le même potentiel que l'Indonésie mais la France jouit actuellement d'une bonne image auprès de la présidence péruvienne. Le président Ollanta Humala, un ancien militaire considéré comme francophile, a déjà été reçu trois fois par François Hollande (novembre 2012, octobre 2013 et juillet 2014). Alors que des soldats français ont défilé à Lima pour la fête nationale péruvienne le 28 juillet dernier, le président français doit se rendre à son tour au Pérou début 2015.

En mars 2013, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius rappelait que le Pérou était "bien disposé à l'égard de la France". A Paris de saisir enfin sa chance dans un pays en forte croissance. Avec un PIB estimé à plus de 200 milliards de dollars en 2013 et un taux de croissance annuel moyen de 6 % entre 2002 et 2012, le Pérou est considéré, selon le FMI, comme un néo-émergent dans la région.

 

Une marge de progression pour la France

En 2012, Lima n'a représenté que 0,06 % du commerce extérieur de la France et se situe au 94e rang de ses clients et au 76e rang de ses fournisseurs. Seulement 65 entreprises françaises sont présentes au Pérou, et Paris n'est que le 16e investisseur (1,5 % du stock des investissements directs à l'étranger). "Nos relations économiques sont encore insuffisantes, eu égard aux opportunités offertes par ce pays en forte croissance", avait souligné en février dernier l'ancien président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, Jean-Louis Carrère.

Paris possède donc une belle marge de progression. Y compris dans le domaine de l'armement même si Airbus Defence and Space (ADS) a réussi en avril dernier un joli coup en signant en avril une commande de 150 millions d'euros environ portant sur la vente du premier satellite péruvien d'observation de la Terre. Sur la période 2009-2013, les industriels de l'armement tricolore ont exporté pour 182,7 millions d'euros de matériels vers le Pérou avec des pics en 2009 (97,4 millions) et 2012 (72,2 millions grâce notamment à la vente de 16 missiles Exocet MM40 et quatre systèmes de lancement pour les frégates italiennes Lupo signée en décembre 2012).

 

2013, une mauvaise année

En 2013, les groupes français ont fait chou blanc au Pérou ou presque (3,6 millions d'euros de ventes d'armements). Un temps espérée, la commande du satellite d'observation n'a pu être conclue l'an dernier entre la France et le Pérou en raison de la difficulté de Paris à rédiger un contrat de gouvernement à gouvernement, Bercy étant peu favorable à ce type de garantie de l'État français. Le contrat sera mis en vigueur cette année. "C'est imminent", explique-t-on à La Tribune. En outre, Airbus Helicopters (AH) a poussé dans ses derniers retranchements Mil, bien implanté commercialement au Pérou, mais le constructeur russe a finalement réussi fin décembre à arracher au bout de deux ans de négociations un contrat de 24 Mi-171CH face au Cougar (500 millions de dollars).

AH était, semble-t-il, plus cher de 30 % à l'achat et n'avait pas de créneau de livraison rapide, selon un proche du dossier. En revanche, le constructeur de Marignane était moins cher que Mil pour le support des appareils. Ce qui équilibrait plus ou moins la facture en prenant en compte le coût de possession (achat, support, maintenance... des appareils tout au long de leur utilisation). Mais cet argument a encore du mal à être entendu dans de nombreux pays. C'est d'ailleurs en partie pour cela qu'Airbus Helicopters a pris la décision de produire des Cougar en Roumanie.

 

Modernisation des Mirage 2000 et des sous-marins allemands

Deux gros dossiers mobilisent depuis quelques mois les équipes commerciales de Dassault Aviation, Thales et le missilier MBDA d'une part, et de DCNS, d'autre part. Deux dossiers de modernisation d'équipements majeurs des forces armées péruviennes : 12 Mirage 2000C et B, dont l'électronique a déjà été un peu modernisée en 2009 (100 millions d'euros), et quatre sous-marins allemands de type U209. Deux dossiers compliqués à boucler. D'autant que le Pérou souhaite conclure des contrats de gouvernement à gouvernement à l'image de celui signé pour l'achat d'un satellite d'observation.

Sur les Mirage 2000 achetés à la France en 1982 et livrés en 1985, "le plus dur est de faire converger les besoins du client dans l'enveloppe financière", explique-t-on à La Tribune. Dassault Aviation et Thales ont proposé une modernisation de type indien à Lima pour en limiter les coûts, c'est-à-dire sans la dimension air-sol. Car cela demanderait des études supplémentaires, augmenterait le prix de l'opération et enfin écarterait de fait la proposition de Sagem de vendre des bombes AASM.

Or Lima souhaiterait transformer ses Mirage 2000 en Mirage 2000-5 pour un coût de 25 millions de dollars par appareil (soit un total de 300 millions de dollars), selon la presse locale, tandis que l'offre française se situait à 30 millions par appareil. Enfin, Israël a quant à lui proposé une modernisation à 15 millions de dollars. Mais le Pérou perdrait alors la garantie de l'État français. A suivre.

 

Sous-marins, un contrat à 500 millions d'euros ?

A l'image du contrat sur le satellite signé entre la France et le Pérou, Lima a demandé à Berlin la possibilité de signer un contrat de gouvernement à gouvernement. Selon nos informations, l'Allemagne aurait refusé ce type de contrat. Du coup, DCNS travaillerait sur un appel d'offre portant sur la un projet de modernisation légère des quatre sous-marins de type U209. Une commande qui était à l'origine estimée à 500 millions d'euros mais qui pourrait être revue à la baisse pour s'adpater au budget des Péruviens. D'autant que le président Ollanta Humala souhaite avant son départ en 2016 lancer un appel d'offre pour l'acquisition de nouveaux sous-marins.

DCNS, qui a déjà modernisé des sous-marins allemands en Amérique Latine (Brésil), est prêt à travailler avec le groupe péruvien FIMA pour obtenir le contrat. Les Péruviens sont également intéressés par une coopération avec le Brésil. "Cette opération pourrait permettre au Pérou de moderniser son industrie navale, décrypte-t-on à Paris. Le challenge des  industriels français est de s'adapter au budget péruvien".

 

MBDA, Airbus Helicopters, Nexter... sur les rangs au Pérou

D'autres campagnes sont actuellement en cours pour les industriels français. Le missilier MBDA travaille sur une projet en vue d'armer les frégates Lupo de la marine péruvienne avec des missiles Mistral et VL-Mica (Air Defence). Le Pérou souhaiterait aussi  un second lot d'Exocet. De son côté, Nexter propose son systèmes d'artillerie autotractés Caesar ainsi que son canon de 105mm. Thales fait quant à lui la promotion de son système de radio PR4G.

Par ailleurs, Lima a lancé un appel d'offres pour l'acquisition d'un navire océanographique (environ 100 millions de dollars). Une campagne qui pourrait intéresser le petit chantier naval des Sables d'Olonne, OCEA. Enfin, Airbus Helicopters estime que le Pérou, qui a commandé 5 EC145 en 2012 pour la police nationale, a des besoins pour des hélicoptères lourds type Super Puma, capables d'opérer à grandes altitudes.

 

Un contrat d'État à État

Le contrat de gouvernement à gouvernement sur le satellite d'observation signé avec le Pérou est une nouveauté pour la France et, surtout, une avancée pour gagner des contrats à l'exportation. Il "liera bien nos deux États mais il sera accompagné de trois accords intergouvernementaux, avait expliqué en octobre 2013 le Délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon. Notre objectif est de construire un cadre qui s'approche du Foreign Military Sales de l'armée américaine, car la majorité des clients exige dorénavant une intervention - c'est-à-dire une garantie - étatique forte."

En juillet dernier, le sénateur UMP de la Gironde, Xavier Pintat, avait souligné que l'État français avait "accepté de mettre en place un montage juridique innovant, qui a permis de donner satisfaction au gouvernement péruvien en accordant à l'opération la garantie de la puissance publique". En tout cas, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, y tient "particulièrement", selon des sources proches du dossier. "C'est un outil à creuser et qui est pertinent sur le long terme", explique-t-on à Paris.

A lire ou relire le premier volet :

Exportation d'armes (1/4) : l'Indonésie sera-t-elle le nouveau filon de la France ?

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 12:50
Français et Belges commémorent la bataille de Dixmude


14 oct. 2014 by Liesbeth Bardyn - Belgian Defence

 

La bataille de Dixmude fut liune des plus meurtrières au début de la Première Guerre mondiale. Des milliers de Français et Belges moururent ou furent blessés en essayant d'arrêter l'invasion allemande. Le 12 octobre cette terrible bataille est commémorée sur la Grand-Place de Dixmude.

 

Le commandant de l'école française de Fusiliers-marins salue ses recrues. Il a, avec ses quartiers-maîtres nouvellement formés, fait le voyage depuis Lorient. La ville leur tenant tant à cœur « il y a cent ans nos ancêtres perdirent près des quatre cinquièmes de leurs hommes pour permettre à l'Armée belge de bien se replier » rappela le commandant de l'école, le capitaine Sébastien Houël. « Ce courage, cette combativité et cet enthousiasme de nos prédécesseurs, nous devons les passer à nos jeunes recrues. »

Au cours de la commémoration, l'école remit également les certificats de quartier-maître aux nouvelles recrues. Six d'entre eux reçurent des mains du prince Laurent la cordelette rouge.

Un détachement du bataillon 12ème de Ligne Prince Léopold-13ème de Ligne était également présent aux côtés de la délégation française. Leurs ancêtres se battirent côte à côte avec les fusiliers-marins lors de cette bataille de Dixmude. « Nous sommes la plus ancienne unité d'infanterie qui batailla durant toute la campagne de l'Yser » rappela le major Laurent Groven, commandant en second du bataillon.

Vidéo: Erwin Ceuppens

Photos: Patrick Brion Photos: Patrick Brion
Photos: Patrick Brion Photos: Patrick Brion
Photos: Patrick Brion Photos: Patrick Brion

Photos: Patrick Brion

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
photo MinDef FR

photo MinDef FR

 

10.10.2014 par Xavier Berne - nextinpact.com

 

Suite à une étude menée en interne, le ministère de la Défense vient d’expliquer à la députée Isabelle Attard que 81 % de ses postes de travail étaient déployés avec des composants libres. Mais en l’état, cette affirmation est malheureusement bien vague pour être réellement évocatrice, aucun nom de logiciel n'étant par ailleurs mis en avant par la « Grande Muette ».

Après les ministères de l’Agriculture et du Travail, c’est au tour du ministère de la Défense d’apporter une réponse à la question écrite transmise le 10 juin dernier à l’ensemble des membres du gouvernement Valls par la députée Isabelle Attard. L’élue Nouvelle donne souhaitait connaître les suites accordées à la « circulaire Ayrault » relative à l’usage des logiciels libres au sein de l’administration. Par la même occasion, la parlementaire espérait obtenir un détail des dépenses annuelles de chaque ministère en logiciels – qu’ils soient libres ou propriétaires (Office, Photoshop, etc.).

Le cas du ministère de la Défense est d'ailleurs emblématique, dans la mesure où la Grande Muette a conclu en 2009 avec Microsoft Irlande un contrat « Open Bar » qui a suscité d’importants remous, y compris en interne.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
Cyberdéfense. Des militaires en renfort à Bruz mais aussi à la Maltière

 

14 Octobre Ouest-France

 

200 militaires spécialistes de la cyberdéfense sont annoncés à partir de 2015 au camp de la Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande. Ils s'ajoutent à ceux de la DGA-Mi de Bruz.

 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
La suprématie aérienne est-en péril?


12.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le sujet de la suprématie aérienne est d'actualité avec les opérations aériennes en cours en Irak et en Syrie, même si les capacités de l'EI ne mettent pas en péril l'aviation coalisée. Un ouvrage qui vient de sortir aborde les capacités nouvelles et à venir d'adversaires dotés de capacités défensives nettement plus performantes : missiles antiaériens modernes et intégrés dans des réseaux redondants, chasseurs de 5e génération, moyens d’agression à longue distance, drones ou encore cyber-attaques…

La suprématie aérienne en péril. Menaces et contre-stratégies à l’horizon 2030, publié par La Documentation Française, a été coécrit par Corentin Brustlein, Etienne de Durand et Elie Tenenbaum.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:55
Le Drian souhaite que le Val-de-Grâce se consacre à la formation

 

13.10.2014 Le Monde.fr (AFP)

 

C'est une première piste quant à l'avenir de l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a évoqué dimanche 12 octobre la possibilité d'y loger le service de formation de santé des armées, une hypothèse déjà évoquée dans nos colonnes.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:51
Restructurations 2015


 15/10/2014 DICOD - Ministère de la Défense

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a annoncé le mercredi 15 octobre 2014 les restructurations touchant le ministère de la Défense en 2015. Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013 a défini un nouveau modèle d’armée, adapté aux ambitions, au contexte stratégique et à la situation des finances publiques. Il nécessite de la part du ministère de la Défense de réduire ses effectifs. Le format d’armée, ainsi revu, induit enfin des opérations de restructuration qui consistent en des mesures de réorganisation, de mutualisation, de fermeture d’implantations militaires et des transferts d’unités.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a annoncé dans un message, le mercredi 15 octobre 2014, les restructurations touchant le ministère de la Défense en 2015. 

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013 a défini un nouveau modèle d’armée, adapté aux ambitions, au contexte stratégique et à la situation des finances publiques. Ce nouveau modèle d’armée est traduit en moyens concrets dans la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, votée par la représentation nationale. Il nécessite de la part du ministère de la Défense de réduire ses effectifs d’environ 34 000 postes (10 175 au titre de la LPM 2009-2014 et 23 500 au titre de la LPM 2014-2019) pour atteindre, en effectifs, en 2019, le modèle d’armée défini par le Livre blanc.

Cette politique de déflation a été établie en cohérence avec le projet global de transformation des armées, directions et services, dont l’amélioration du modèle RH est un des volets majeurs.

Le projet de réforme répond à un objectif clair : disposer dans la durée d’un outil militaire complet et cohérent, apte à garantir les intérêts de défense dans le cadre de l’ambition stratégique de la France. Les réformes transverses engagées par le ministère de la Défense sont ainsi coordonnées au sein de chacune des grandes structures organiques. Armées, directions et services ont donc défini un projet à l’horizon 2020. Ainsi, le Chef d’état-major des armées (CEMA) a conçu un plan d’ensemble déterminant les principales actions à mener pour mettre en œuvre la LPM au sein des armées : CAP 2020.

Le format d’armée, ainsi revu, induit enfin des opérations de restructuration qui consistent en des mesures de réorganisation, de mutualisation, de fermeture d’implantations militaires et des transferts d’unités. Ces manœuvres s’échelonneront sur l’ensemble de la LPM 2014-2019, en adéquation avec la déflation progressive des effectifs.

Le dossier thématique Restructurations 2015 vous présente comment ont été décidées les restructurations 2015, quelles sont les principales mesures par armée, au niveau interarmées, par direction et service, les mesures d’accompagnement du personnel et enfin, les mesures d’accompagnement économique et foncier.

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Le pacha de la base navale de l'Adour est aussi vice-roi de l'île aux Faisans

 

15.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

La fermeture de la base navale de l'Adour va avoir une conséquence particulière: l'officier commandant (actuellement le capitaine de frégate Xavier Picut), et par ailleurs COMAR (commandant de la marine) à Bayonne, est également vice-roi de l'île aux Faisans ou île de la Conférence!

 

Un peu d'histoire:
Située sur la rivière Bidassoa, près de son embouchure dans la baie de Chingoudy, l'île aux Faisans se trouve sur la frontière franco-espagnole. Depuis le traité de Bayonne de 1856, cet caillou boisé de 6 800 m2, est un condominium sous l'autorité conjointe de la France et de l'Espagne. Il change de souveraineté tous les six mois: du 1er août au 31 janvier il est géré par la France (c'est notre tour en ce moment), du 1er février au 31 juillet par l'Espagne.

Le condominium est géré par deux "vice-rois", des officiers de marine. Le Français commande la base navale de l'Adour (Pierre Loti a occupé ce poste en son temps); l'Espagnol est le commandant la station navale de Fontarrabie et de Saint-Sébastien.

Allons-nous renoncer à notre souveraineté puisque la base navale de l'Adour va fermer? Non bien sûr. Le COMAR Bordeaux pourrait succéder à son malheureux camarade de l'Adour.

On lira ici un article du professeur Pancracio sur ce condominium.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
Jeunes et Défense européenne


15/10/2014  CAJ

 

Une rencontre inédite Organisée par la Commission armées-jeunesse

Mardi 25 novembre 2014 Paris / École militaire

 

La Commission armées-jeunesse organise pour la première fois une rencontre entre la jeunesse, les armées et des acteurs de la construction européenne, le 25 novembre 2014à partir de 13h. Ouverte à tous et gratuite, cette manifestation se tiendra sur le site de l'École militaire.

 

Intitulé « Jeunes et Défense européenne », cet événement a pour but de créer un espace d'information, de rencontre et d'échange sur les questions de défense européenne mais aussi sur l'Union européenne dans les domaines institutionnels, économiques, sociaux et culturels. Inscrivez-vous dès maintenant et venez participer à un parcours interactif déclinés en trois espaces distincts : l'Europe de la diversité, l'Europe de l'unité, l'Europe de l'avenir. Chaque espace sera composé de plusieurs ateliers animés par différents intervenants(1). Vous pourrez aussi assister à deux tables rondes, organisées en parallèle, sur les valeurs des jeunes Européens et l'Europe de la Défense.

Téléchargez (ci-dessous) le programme de la manifestation, ainsi que le formulaire d'inscription que vous enverrez à l'adresse suivante : genevieve.le-gal@intradef.gouv.fr

Attention : l'inscription est obligatoire (pour des raisons de sécurité).

 

(1) Liste des intervenants : Commission européenne, Parlement européen, Eurojust, Europol, Agence spatiale européenne, Centre européen de la consommation, Maison de l'Europe, Agence Erasmus +, Association Civisme Défense Armée Nation (CiDAN), Centre militaire d’observation par satellites (CMOS), École de guerre, Institut d'études de sécurité Union européenne (EUISS), Eurodefense, Service de santé des armées (SSA), Association Initiatives pour une Europe plurilingue, ...

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance

 

15/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 14 octobre 2014, un avion Awacs de l’armée de l’Air a décollé de la base aérienne d’Avord pour effectuer une mission de surveillance aérienne au-dessus de la Roumanie.

 

Ce sont les mêmes avions qui effectuent depuis le mois d’avril des missions régulières de surveillance des espaces aériens roumain et polonais. 26 missions de surveillance, dont 6 en Pologne, 19 en Roumanie ont ainsi réalisées au départ de la base aérienne d’Avord. En septembre, un AWACS français avait été engagé pour assurer une mission de surveillance aérienne au profit de la sécurisation du sommet de l’OTAN à Newport, au Royaume Uni.

 

Ces missions s’inscrivent dans le cadre des mesures dites de « réassurance » décidées par l’OTAN au profit des alliés d’Europe centrale et du Nord depuis le début de la crise ukrainienne.

 

Voir notre dossier : La France au cœur des mesures de réassurance

 

En novembre prochain, au titre de ces mesures de réassurance, c’est un avion de patrouille maritime Atlantique 2de la Marine nationale, qui sera déployé durant une quinzaine de jours à Gdynia, en Pologne, pour participer à la surveillance du trafic maritime en mer Baltique.

OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:45
Sangaris : transfert à la MINUSCA de la région de Bossangoa

 

 

14/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 9 octobre 2014 à Bossangoa, une cérémonie a marqué la fin de la présence française permanente dans l’Ouest centrafricain. La responsabilité de la zone a ainsi été transférée à la mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies pour la République centrafricaine (MINUSCA).

 

Présidée par le commandant de la force Sangaris, le général de brigade Eric Bellot des Minières, en présence des autorités civiles et militaires, cette cérémonie a officialisé le passage de flambeau de la force Sangaris à la MINUSCA dans la région.

 

Le 6 décembre 2013, le groupement tactique interarmes (GTIA) Panthère s’est implanté à la cotonnerie de Bossangoa. Il a été relevé par le GTIA Dragon en mars, puis par le GTIA de  Boissieu en juin. Tous ont participé, depuis Bossangoa, à la sécurisation de l’Ouest, en s’engageant notamment à Boguila en mai, à Mbali en juillet et à Batangafo en août.

 

Lors de la cérémonie, le Général Bellot des Minières a salué le travail de ces trois GTIA, qui ont « œuvré avec courage et ténacité pour ramener la paix et assurer la permanence opérationnelle de cette base avancée ». L’amélioration des conditions sécuritaires dans la ville de Bossangoa a permis un retour progressif à la vie normale. Ainsi, l’administration et la gendarmerie centrafricaines ont pu se réinstaller, et l’activité économique a pu reprendre. Cet environnement propice a permis le départ de la force Sangaris et la mise en place de la MINUSCA qui opère désormais en appui des forces de sécurité intérieures centrafricaines.

 

Depuis la réarticulation du GTIA de Boissieu vers le Tchad en septembre dernier, une de ses sections d’infanterie demeurait dans l’Ouest, dans la ville de Bossangoa. Au lendemain de la cérémonie, cette section à rejoint Bangui en convoi, venant ainsi renforcer le dispositif du GTIA Picardie sur la capitale. La force Sangaris a progressivement passé la main à la MINUSCA dans l’Ouest. Elle consacre désormais ses efforts à Bangui, dans le couloir central et à l’Est de la Centrafrique.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 700 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission onusienne.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:45
Eléments Français au Gabon : inauguration de la piste de Mokékou

 

 

15/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 19 septembre 2014, le CASA 235-200 n°45 français a réalisé le premier posé sur la piste sommaire du complexe de tir et de manœuvre des Monts Mokékou, au Gabon.

 

A cette occasion, le général Fransisco Soriano, commandant les éléments français au Gabon (EFG), l’ambassadeur de France, l’attaché de défense, ainsi que de nombreuses autorités militaires gabonaises, dont le secrétaire général de la défense et le chef d’état-major des forces armées gabonaises, ont symboliquement inauguré cette nouvelle piste d’aviation en coupant un ruban aux couleurs de la France et du Gabon.

 

Dix mois seulement après la signature, le 4 octobre 2012, du décret présidentiel attribuant aux forces de défense gabonaises (FDG) un terrain autorisant le tir et la manœuvre militaires sur les Monts Mokékou, une équipe d’une trentaine de militaires du 25 ème régiment d’infanterie de l’Air (25ème RGA) d’Istres a travaillé avec ses engins de terrassement, du 12 août jusqu’au 15 octobre 2013, pour créer cette piste en latérite de 1 000 mètres sur 70 mètres.

 

Son inauguration n’a pu avoir lieu qu’un an après sa réalisation en raison de l’engagement des FFG dans l’opération Sangaris en Centrafrique.

 

Après l’ouverture d’une piste forestière d’accès à la zone vie, la réhabilitation et la création de baraquements sur cette zone vie, la réalisation d’un forage d’eau et la création d’un premier champ de tir, l’inauguration de la piste sommaire d’aviation réaffirme la grande qualité de la coopération bilatérale, et valorise l’investissement consenti par les deux partenaires français et gabonais.

 

Cette piste représente un jalon capital de la montée en puissance du complexe des Monts Mokékou, destiné à devenir une plate-forme de préparation opérationnelle aéroterrestre de premier ordre au Gabon à l’issue de l’ouverture d’un second champ de tir, et la construction de baraquements supplémentaires par le génie militaire gabonais à l’horizon 2015.

 

Les forces armées gabonaises souhaitent en effet en faire le centre d’entrainement et de contrôle de la préparation opérationnelle (CECPO) de leurs bataillons. Les éléments français au Gabon s’appuieront sur ces installations pour la réalisation de leur mission prioritaire de coopération opérationnelle au profit des forces armées des pays de la communauté économique des états d’Afrique centrale (CEEAC).

 

Les FFG constituent l’une des quatre bases militaires permanentes prépositionnées en Afrique avec Dakar, Djibouti et la Réunion. Elles constituent un réservoir de forces à dominante aéroterrestre projetables dans la sous-région dans le cadre des opérations conduites par les armées françaises. Si nécessaire, elles sont également en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants français. Par ailleurs, dans le cadre des accords de partenariats rénovés conclus depuis 2008 avec huit de nos partenaires africains (Centrafrique, Cameroun, Togo, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Sénégal), les FFG contribuent aux coopérations opérationnelles bilatérales.

Eléments Français au Gabon : inauguration de la piste de MokékouEléments Français au Gabon : inauguration de la piste de Mokékou
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories