Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 08:55
 Crédits  G. Cabre - Armée de Terre

Crédits G. Cabre - Armée de Terre


10/12/2015 Armée de Terre

 

Fin novembre 2015, l’association Terre Fraternité (TF) a fait carton plein. Lors d’un cocktail organisé dans la résidence du chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général d’armée Jean-Pierre Bosser, 6 prix ont été remis.

 

L’association Terre Fraternité a pour vocation d’apporter un soutien moral, matériel et financier aux blessés et à leurs familles, ainsi qu’aux familles des disparus. Fin novembre 2015, TF a ainsi atteint son objectif puisque 6 prix ont été remis lors du cocktail donné dans la résidence du CEMAT :

  1.  Le prix du don le plus élevé, remis par le général d’armée Bernard Thorette, Président de TF, aux écoles militaires de Draguignan (EMD). L’importance de ce don qui s'élève à 50 000€ résulte de la générosité des militaires de la garnison, des dracénois et des nombreuses entreprises partenaires du gala des sports de combat, organisé par les EMD le 11 avril 2015. Les EMD espèrent d’ailleurs pouvoir réitérer l’opération à l’occasion du 4e gala des sports de combat, qui se tiendra le 2 avril 2016 à Draguignan.
  2.  Le prix de l’activité la plus originale : « Je plonge avec mes héros ». Les caporaux-chefs Benjamin et Rodolphe du 3e  régiment d’infanterie de marine (3e RIMa) ont organisé, en collaboration avec le centre de plongée de Vannes, des baptêmes de plongée pour le grand public, assortis d’ateliers d’initiation aux premiers secours. L’événement a rapporté 1 400€ de dons.
  3.  Le prix du don du cœur. Le caporal-chef Lionel, blessé et ancien référent de la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (CABAT) a été récompensé pour avoir conçu et piloté le centre de ressources des blessés de l’armée de Terre (CREBAT). Il a remis son « prix de l’action solidaire » –d’une valeur de 5 000€ et créé par la société défense conseil international (DCI)– à Terre Fraternité.
  4.  Le prix de la fidélité, remis aux Economats des armées soutenant depuis de longues années Terre Fraternité. En 2014 et 2015, l’établissement a remis 70 000€ à l’association.
  5. Le prix spécial. Après avoir chanté le 11 juin 2015 dans la salle Gaveau du 8e arrondissement de Paris, la chorale des Compères a récolté 47 000€ qu’elle a intégralement reversé à TF.
  6. Le prix de la photographie. Dernier né des prix créé cette année, il est destiné à saluer les reportages photos du caporal-chef Stéphane, photographe de la CABAT, réalisés lors des stages CREBAT.

Lors de cette cérémonie riche en récompenses, le commandement des forces terrestres (CFT) de Lille s’est également distingué. Le général de division Hubert Tregou, général adjoint préparation opérationnelle et entraînement du CFT Lille a en effet remis un chèque de 5 945€ à Terre Fraternité. Une belle somme récoltée grâce à deux événements majeurs : 

- La vente d’objets de représentation et de prestige organisée lors des journées européennes du patrimoine ; 

- Le gala de musique des forces terrestres, au cours duquel les 1 300 spectateurs ont fait preuve de générosité.

Rendez-vous est donné pour l’année 2016 ! Si vous souhaitez vous aussi faire un don, découvrez le site de l’association.

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 08:30
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

10/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 1er décembre 2015, le général d’armée Pierre de Villiers a reçu le général de corps d’armée Ahmed Al-Nabhani, chef d’état-major du Sultanat d’Oman, pour faire le point sur la coopération militaire entre nos deux pays.

 

Partenaire de nos relations internationales militaires au proche et au moyen Orient, Oman est acteur important de la stabilité régionale. Leur entretien a d’ailleurs porté sur la situation sécuritaire au Yémen, ainsi que sur le positionnement stratégique de l’Iran. Ils ont aussi échangé leur appréciation de la situation dans le contexte de la lutte engagée contre le groupe terroriste Daech. Les deux CEMA ont finalement fait le point sur la sécurité maritime et la lutte contre la piraterie, qui constituent des sujets d’intérêt commun.

 

photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 21:30
Raid aérien sur un camp d’entraînement de Daech en Irak

 

10 déc. 2015 Ministère de la Défense

 

Chammal - Raid aérien sur un camp d’entraînement et de stockage de munitions de Daech en Irak, le 8 décembre 2015.

Lancée le 19 sept. 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 14:55
Philippe Burtin va remettre le 15 décembre lors du conseil d'administration de Nexter Systems tous ses mandats dans le groupe GIAT Industries - photo ECPAD

Philippe Burtin va remettre le 15 décembre lors du conseil d'administration de Nexter Systems tous ses mandats dans le groupe GIAT Industries - photo ECPAD

 

10/12/2015 Par Michel Cabirol  - LaTribune.fr

 

Les deux ministères de tutelle de Giat Industries - Défense et Économie - et Philippe Burtin s'opposaient sur l'organisation de la future société, issue du rapprochement entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter. Philippe Burtin voulait des assurances sur une durée minimale de la coprésidence, les tutelles ne l'ont pas suivi.

 

A quelques jours de la finalisation (closing) de l'opération de rapprochement à 50-50 entre Nexter et le groupe allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW), le PDG de Nexter et de sa maison mère GIAT industries, Philippe Burtin, est poussé vers la sortie. Un coup de théâtre car rien ne présageait le départ de Philippe Burtin, qui avait mené toutes les négociations de cette opération de rapprochement entre les deux groupes dans le cadre du projet Kant. Pour autant, au ministère de la Défense, on avait déjà envisagé début 2014 le départ du PDG de Nexter avant même le début des négociations avec KMW. Mais les liens entre Philippe Burtin et François Hollande, qui avaient fait HEC en même temps, avaient enterré ce projet.

"Le jour du closing (soit le 15 décembre, selon nos informations, ndlr), Philippe Burtin remettra à la disposition des conseils, ses mandats dans le groupe, dont celui de Nexter Systems", a indiqué mardi dans un communiqué Giat Industries.

 

Stéphane Mayer va succéder à Philippe Burtin

C'est le PDG de Daher-Socata et ancien président d'ATR Stéphane Mayer, qui  été choisi pour succéder à Philippe Burtin à partir du 15 décembre à la tête de Nexter Systems. Il se glissera également dans le fauteuil de co-PDG de la future société franco-allemande, qui s'appelle de façon transitoire Newco, au côté du PDG de KMW Frank Haun. Cette société de droit néerlandais contrôlera 100 % du capital de Nexter Systems et KMW. Le président de la SOGEPA Thierry Dissaux est nommé quant à lui président de GIAT Industries. En revanche, le PDG d'Eurenco, filiale poudres et explosifs de GIAT Industries, n'a pour le moment pas filtré.

Ce rapprochement a conduit à réorganiser la gouvernance de GIAT Industries, de SNPE (Société Nationale des Poudres et Explosifs) et d'Eurenco. Les conseils d'administration de GIAT Industries et de SNPE seront renouvelés. Enfin, le nouveau PDG de GIAT Industries sera également celui de SNPE et assurera la présidence du conseil d'administration d'Eurenco."Le président de GIAT Industries ne peut en même temps assurer cette fonction ainsi que les responsabilités de membre du directoire de Newco et de président de Nexter Systems", a expliqué le communiqué.

 

Pourquoi un départ si précipité

Depuis le mois de septembre, les deux ministères de tutelle et Philippe Burtin s'opposaient durement sur un point précis de l'organisation de la future société, la durée minimale de la coprésidence de Newco, qui avait été fixée initialement à cinq ans. Il y avait également des divergences sur le rythme de l'intégration. Des discussions qui au fil des semaines sont devenues conflictuelles. Philippe Burtin tenait à ce que soit respecté cette durée minimale et exigeait des garanties sinon il ne continuerait pas. Mais Bercy et l'hôtel de Brienne n'ont pas souhaité céder à cette exigence du PDG de Nexter. Dès lors, la situation de Philippe Burtin étant devenue intenable, il en a tiré les conséquences. D'autant que ni Matignon, ni l'Élysée ne sont venus à son secours.

Personne n'avait envisagé un tel scénario, Philippe Burtin devant rester au moins une année à la coprésidence de Newco avant de faire valoir ses droits à la retraite. Ce qui fait que le PDG de KMW, avec lequel Philippe Burtin s'entendait normalement, a été averti très tardivement par la France, explique-t-on à Paris. Du coup, le management côté français sera plus stable, précise-t-on à La Tribune. Le futur PDG de Nexter Stéphane Mayer pourra ainsi conduire le projet d'intégration de bout en bout et défendre les intérêts français dans la nouvelle société dans la durée.

 

Un mauvais signal pour les Allemands?

Début novembre à Berlin, Frank Haun, en compagnie de Philippe Burtin, avait expliqué lors d'une conférence de presse que l'opération se fait "sans que les gouvernements ne nous aient assigné un programme". Le départ de Philippe Burtin pourrait toutefois interpeler les Allemands. Berlin a donné son accord au rapprochement entre les deux groupes, a annoncé vendredi dernier le ministère de l'Économie. "Le gouvernement a vérifié le dossier et l'autorisation a été accordée", a déclaré le ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, qui aurait préféré une fusion entre groupes allemands (Rheinmetall et KMW). Les "intérêts sécuritaires" de l'Allemagne "ne sont pas menacés" et "rien ne s'oppose juridiquement à ce rapprochement", a précisé un porte-parole du ministère de l'Économie.

Nexter, qui produit les chars Leclerc, et son concurrent allemand KMW, fabricant des chars Leopard, avaient annoncé à l'été 2014 leur intention de se rapprocher, sans pour autant fusionner. Les deux groupes représentent un chiffre d'affaires cumulé d'environ 2 milliards d'euros (1,05 milliard pour Nexter et 747 millions pour KMW en 2014), pour des effectifs de 6.000 personnes. Le nouvel ensemble se rangera derrière le géant américain General Dynamics (environ 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans la seule branche terrestre), le britannique BAE Systems (environ 3,6 milliards d'euros) et l'américain Oshkosh Defense.

 

Une déclaration commune franco-allemande

Selon une déclaration franco-allemande commune à l'occasion du rapprochement entre les deux groupes, cette coopération stratégique "est selon nous une étape importante vers une intensification de la coopération franco-allemande, le but étant de préserver et de renforcer la compétitivité de nos industries et leurs capacités technologiques ainsi que le potentiel d'innovation européen dans le domaine de la sécurité et de la défense terrestre". Les deux gouvernements espèrent que "la création d'une nouvelle co-entreprise, dotée d'une structure actionnariale européenne stable, tiendra compte de nos aspirations en matière de développement et de technologie".

S'agissant des décisions concernant l'avenir de la chaîne d'approvisionnement et des technologies clés de la co-entreprise, "la France et l'Allemagne engageront des consultations en temps utile en vue de parvenir à un consensus. Afin d'accroître l'efficacité économique de la co-entreprise, nous examinerons les possibilités d'améliorer les conditions cadres et les instruments qui renforcent la compétitivité au plan international".

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 14:20
Commande d’un 3e système de drones Reaper

 

10/12/2015 DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ARMEMENT

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a commandé le 7 décembre 2015 un troisième système de drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) de type Reaper. Le premier système, livré en décembre 2013, est utilisé de manière intensive dans la bande sahélo-saharienne dans le cadre des opérations en cours. La livraison du 2esystème est prévue en 2016 et celle du 3e en 2019.

 

La Loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit que l’armée de l’Air disposera en 2019 de 4 systèmes complets, comprenant chacun 3 drones.

 

Les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) sont des outils essentiels dans les zones de conflit moderne, offrant une capacité majeure en termes de connaissance et d’anticipation. Ils sont capables d'assurer des missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et de désignation d'objectifs en opérant, grâce à leur endurance, sur de larges zones, à grandes distances et sur de longues durées.

 

Les drones Reaper sont fabriqués par l'industriel américain General Atomics. Leur acquisition est réalisée selon la procédure FMS (Foreign Military Sale) auprès de l’US Air Force.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 13:56
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

10/12/2015 Sources : Marine nationale

 

Depuis le départ en mission du groupe aéronaval (GAN), toutes les flottilles de l’aéronautique navale sont engagées en opération. L’activité de la force de l’aéronautique navale illustre ainsi parfaitement le concept d’une Marine 3+1*.

 

La mission permanente de « protection » sollicite ainsi les flottilles 24F, 35F et 32F qui déploient un Falcon 50 Marine, et des hélicoptères Dauphin Service Public, et EC225sur toutes les façades maritimes métropolitaines et dans les DOM-COM. La 25F assure quant à elle cette mission de protection en Polynésie française et en Nouvelle Calédonie avec un Falcon 200Guardian.

 

La mission d’ « intervention » regroupe les déploiements Arromanches 2, Sophia, Atalante, Méditerranée orientale(Médor) et Corymbe.Arromanches 2sollicite le groupe aérien embarqué (GAé) (4F, 11F, 12F, 17F, 35F), deux E2C Hawkeye, des Rafale Marine et desSuper Etendard Modernisé(SEM) un détachement d’hélicoptère Caïmande la 31F sur la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, un détachement 22S sur le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne. La mission Sophia,qui vise à surveiller les flux en Méditerranée et à démanteler les réseaux criminels de passeurs, fait régulièrement intervenir la flottille 24F, depuis la Sicile. En MEDOR, la frégate de type La Fayette Courbetest actuellement déployée avec son détachement Pantherde la 36F. Dans le golfe de Guinée, un hélicoptère Alouette3 de la 22S est actuellement déployé sur le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistralen mission Corymbe. En océan Indien, un Falcon 50 Marineparticipe régulièrement à l’opération Atalante, depuis Djibouti. La 28F avec un Xinguet la 57S, avec un Falcon 10 Marineassurent une partie de la logistique opérationnelle de ces opérations.

 

La permanence de la dissuasion nucléaire met à contribution les flottilles d’avions de patrouille maritime Atlantique 2(21F et 23F) qui coopèrent avec les hélicoptères Lynxde la 34F pour son volet océanique (FOST). La force aéronavale nucléaire (FANu), qui, avec les forces aériennes stratégiques (FAS) constitue le volet aéroporté de la dissuasion, implique l’ensemble des flottilles du GAé, notamment les Rafale Marineet les Super Etendard Modernisé(SEM) qui mettent en œuvre le missile ASMP-A.

 

Les 5500 marins du ciel mettent en œuvre 220 aéronefs à partir de 5 bases de l’aéronautique navale (BAN). Cette force maritime est placée sous le commandement de l’amiral commandant la force aéronautique navale (ALAVIA), basé à Toulon.

 

* Intervenir, protéger, dissuader, en permanence

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 12:55
Sélections nationales de plongeur de l'armée de Terre du 15 au 19 février 2016


source Armée de Terre

 

Vous êtes militaire et vous souhaitez vous lancer dans le grand bain ? Passez les sélections nationales de plongeur de l'armée de Terre du 15 au 19 février 2016


L’armée de Terre forme chaque année 24 plongeurs amenés à servir dans les unités du génie ou dans certaines unités très spécifiques. Bien qu’emblématique et prestigieuse cette spécialité reste méconnue. Tous les plongeurs vous le diront, s'immerger dans un lac ou une rivière n'a rien à voir avec la mer. C'est pourquoi ils sont formés à ces techniques au centre de formation des plongeurs de l'armée de Terre à Angers. Une adaptation indispensable à ce milieu très particulier...
Pour plus de renseignements, écrivez à ecoplongee-armeedeterre.dir-cours-ict@intradef.gouv.fr

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 12:50
Cette visite s'inscrit dans le cadre des relations bilatérales entre les deux centres de formation aéronautique

Cette visite s'inscrit dans le cadre des relations bilatérales entre les deux centres de formation aéronautique

 

09/12/2015 Sources : Armée de l'air

 

Mercredi 02 décembre 2015, le colonel Juan Pablo Sanchez de Lara, commandant l’Academia General del Aire, s’est rendue sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.

 

Située sur la base aérienne de San Javier (Espagne), l’Academia General del Aire assure la formation des officiers de l’armée de l’air espagnole, mission également dévolue à l’École de l’air, son homologue française.

 

Cette visite s’inscrivait dans le cadre de la coopération bilatérale unissant les deux centres de formation. Les échanges actuels entre élèves-officiers français et espagnols ont été évoqués, tout comme la mise en œuvre de projets futurs.

 

Après une présentation du général Francis Pollet, commandant l’École de l’air et la base aérienne 701, le colonel Sanchez de Lara a visité les installations salonaises et a pu rencontrer des cadres et des élèves-officiers.

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 12:50
Des exercices interalliés en série

 

09/12/2015 Sources : Armée de l'air

 

Durant le mois de novembre 2015, des aviateurs du Core-JFAC français (noyau dur du commandement de la composante aérienne), unité du commandement de la défense aérienne et de la défense aérienne (CDAOA) stationnée à Lyon-Montverdun, ont participé à une série d’exercices interalliés organisés par l’Otan.

 

Ces entraînements étaient articulés autour des capacités de commandement et de conduite (C2) des opérations militaires. Retour notamment sur les exercices Citadel Bonus, organisé en Pologne et Naples Journey, s’étant déroulé en Italie.

 

Exercice Naples Journey

Du 16 au 23 novembre 2015, quatre aviateurs français ont œuvré au sein d’une cellule, dite de « réponse air » au cours de l’exercice Naples Journey. Cet entraînement avait pour objectif de qualifier les nouveaux arrivants au Joint Force Command (JFC – commandement des forces interarmées) de Naples au fonctionnement d’un état-major opératif.

L’exercice Naples Journey a notamment permis de tester le nouveau concept de Joint Task Force, décidé lors du sommet de Cardiff (Royaume-Uni) en 2014. L’objectif de ce concept est d’améliorer la rapidité d’action du JFC, grâce au déploiement d’un élément de liaison et de commandement au plus près de la zone d’opérations. Dénommée Forward Command Liaison Element (FCLE), cette structure a la charge de transmettre des rapports de situation au niveau opératif et de coordonner les actions avec les autorités locales.

Avec le JFC de Brunssum (Pays-Bas), le JFC de Naples est l’un des états-majors de niveau opératif de l’Otan, sachant que chaque opération militaire interalliée est articulée autour de trois niveaux de commandement : stratégique, opératif et tactique.

Un JFC est capable de conduire une force interarmées et interalliée, notamment dans le cadre de la Nato Response Force (NRF), force de réaction rapide dont l’armée de l’air assure le commandement de la composante aérienne, au cours de cette année.

 

Exercice Citadel Bonus à Bydgoszcz

Du 16 au 27 novembre 2015, le corps de réaction rapide « France » (CRR-Fr), état-major multinational de la composante terrestre situé à Lille, a été déployé au Joint Force Training Center (centre de formation de l’Otan) de Bydgoszcz (Pologne), dans le cadre de l’exercice Citadel Bonus 2015.

Près de 500 militaires ont participé à cet exercice, dont près de 250 en provenance du CRR-Fr. Parmi les représentants français, quelques aviateurs du Core-JFAC de l’armée de l’air armaient une cellule de coordination et de conduite de opérations aériennes (AOCC/L - Air Operations Coordination Cell/Land). Son rôle consistait à dialoguer avec l’état-major au sujet de la prise en compte des activités aériennes et des contraintes liées à la troisième dimension (demande d’appui aérien rapproché, déconfliction entre les tirs d’artillerie et les vols d’aéronefs…).

Cet exercice s’inscrit dans le processus de certification du CRR-Fr. En 2017, l’état-major lillois doit prendre l’alerte Otan en tant que Joint Task Force Headquarters (état-major d’un groupe de forces interarmées).

Citadel Bonus 2015 est le deuxième d’une série de trois exercices: Citadel Kleber 15 s’étant tenu en mars 2015 et Citadel Javelin 16 devant se dérouler en mars 2016. Un exercice final de certification est également programmé au printemps 2017.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 12:50
Chinook et Tigre - photo Marine nationale

Chinook et Tigre - photo Marine nationale

 

08.12.2015 Marine nationale

Au large de Barcelone, un hélicoptère Tigre, un Cougar et un Chinook de l'armée de Terre à Séville ont effectué des séances d’appontages sur le pont d’envol du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Dixmude. Cette activité de préparation opérationnelle franco-espagnole a permis aux pilotes espagnols de s’entraîner à l’appontage sur BPC et à l’équipage de renforcer une fois de plus l’intéropérabilité avec des alliés.

photo Marine nationale
photo Marine nationale

photo Marine nationale

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 11:55
photo EPA

photo EPA


10 déc. 2015 Ecole des Pupilles de l'Air

 

Le projet « Pipins en montagne » réalisé sur l'année scolaire 2014-2015 a mené 18 lycéens de l'Ecole des Pupilles de l'air sur les sommets pour découvrir la randonnée à ski en haute montagne.

Grâce à ce projet ambitieux, les jeunes ont développé leur connaissance de soi et leur esprit de cohésion, tout en étant sensibilisés sur le milieu montagnard (écologie, économie locale, météo, nivologie, etc.).

En attendant le court métrage, voici un teaser de ces 6 journées d'aventure!

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

09/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Quatre jours après avoir accueilli le président de la République sur le porte-avions Charles de Gaulle, le général d’armée Pierre de Villiers était à Brest pour prendre le poult, à terre, de cadres de la marine nationale, ainsi que des jeunes marins en formation.

 

Accueilli par le vice-amiral d’escadre de Oliveira, commandant en chef de la zone Atlantique (CECLANT), il a d’abord « plongé » au cœur des opérations en se rendant au centre opérationnel de la marine, avant de rencontrer les fusiliers marins en charge de la protection du site.

 

Le CEMA a ensuite consacré sa visite aux élèves du centre d’instruction naval de Brest. Qu’ils soient majeurs ou mineurs, ces élèves de l’Ecole navale, de l’Ecole de Maistrance ou encore de l’Ecole des mousses, constituent aux yeux du CEMA l’avenir de la marine. Très attaché à leur formation et marqué par leur sens de l’engagement, il leur a demandé de bâtir dès aujourd’hui leurs forces morales et de développer l’esprit d’équipage qui devra les animer tout au long de leur carrière. Il les a enfin confortés dans leur choix d’entrer dans une marine à vocation mondiale, disposant de tout le spectre des moyens nécessaires à la défense de la France et de ses intérêts dans le monde.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

REPERES

 

L’Ecole des mousses(EDMo)

L’EDMo est une des écoles de formation initiale du personnel équipage de la marine. Environ 10% des matelots qui entrent chaque année dans la Marine passent par cette école. L’école est ouverte à des jeunes de 16 et 17 ans sans condition de diplôme, en sortie de troisième ou en seconde. La sélection s’effectue d’abord sur leur motivation et sur leurs qualités intrinsèques et ensuite sur les acquis scolaires. A leur entrée, les mousses signent un contrat d’une durée d’ 1 an et obtiennent le statut militaire. La formation permet l’apprentissage d’un métier de marin et la consolidation d’acquis scolaires, en vue d’un engagement dans la marine. L’accent est également mis sur les exigences comportementales attendues. A l’issue de l’Ecole des mousses et avant d’embarquer, les mousses ayant réussi leur scolarité rejoignent une école de spécialité pour acquérir une formation technique dans l'un des métiers de la Marine. L’Ecole des mousses a été créée en 1856. Fermée en 2008, elle a rouvert ses portes en 2009.

 

L’Ecole de maistrance (EDM)

Créée en 1923, l’EDM est l’unique école de formation initiale des sous-officiers de la Marine pour le personnel recruté par voie externe. Au cœur des équipages dont ils assument les premières responsabilités, entre les officiers et les matelots, les « officiers mariniers » constituent l’ossature de la Marine. Les missions de l’EDM sont de former des militaires et des marins, de préparer l’école de spécialité en vue de délivrer aux forces des officiers mariniers capables d'assumer des postes de technicien et de cadre. Maistrance tient son nom du vieux français et désigne l’ensemble des officiers mariniers d’un navire. L’EDM contribue au recrutement d’un officier marinier sur deux.

 

L’Ecole navale (EN)

Depuis 1830, l’EN forme l’ensemble des officiers de la marine. Engagée depuis près de quinze ans dans les grandes évolutions de l’enseignement supérieur national et européen, l’EN délivre pour les officiers de marine une formation qui repose sur trois piliers :

- la formation aux métiers de marin, à la fois théorique et pratique ;

- la formation scientifique délivre les connaissances techniques nécessaires à la conduite et à la compréhension des systèmes complexes équipant les bâtiments de nouvelle génération ;

- la formation humaine et militaire développe les qualités et le savoir-être de chef militaire, sa culture générale et maritime, ainsi que sa compréhension des enjeux internationaux. Cet enseignement est complété d’une réflexion éthique sur le métier des armes.

L’EN assure aussi la formation initiale des officiers spécialisés de la marine et pour certains leur formation maritime.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:55
photo Guillaume Belan

photo Guillaume Belan

 

December 9, 2015 By Pierre Tran – Defense News

 

PARIS — Philippe Burtin will step down as chairman of French land weapons company Nexter Systems when the cross-border KANT joint venture with Krauss-Maffei Wegmann is formally created in the next few days, holding company Giat Industries announced.

 

“On closing day, Mr Philippe Burtin will surrender his group mandates to the board, including that of Nexter Systems,” the state-owned holding company said in a Tuesday

 

The successor chairman expected to be named is Stéphane Mayer, chief executive of Daher, a privately owned company that builds the TBM training aircraft, an executive said.

 

“During the meeting of the board of directors of Giat Industries, the decision was made to change the governance of the companies of the group in order to adapt it to its new configuration within the KANT project framework,” Giat said.

 

KANT, which stands for KMW And Nexter Together, is the project name for the new company, which will be 50:50 held by Nexter and KMW.

 

The creation of the French-German joint venture relied much on work by the Agence des Participations, the state agency that holds the public ownership in Nexter, said Jean-Pierre Maulny, deputy director of think tank Institut des Relations Internationales et Stratégiques.

 

The joint venture will have combined annual sales of almost €2 billion (US $2.2 billion), and is seen as marking a step toward European industrial consolidation.

 

One of the key issues in the creation of KANT has been German political sensitivity over arms exports.

 

France and Germany said in a joint Wednesday statement on the “strategic cooperation” behind KANT: “Concerning decisions relating to the future of the supply chain and key technology for the joint venture, France and Germany will hold timely consultation with a view to reaching consensus.

 

“In order to increase the economic efficiency of the joint venture, we will examine the possibilities for improving the framework of conditions and instruments which strengthen competitiveness in the international market.”

 

Giat, with the Wegmann family holding company, will hold 50 percent of the capital of the new company, which controls 100 percent of the capital of Nexter Systems and KMW. The closing of the deal is expected in the next few days, Giat said.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:55
RTE intègre le réseau des partenaires de l’armée de l’air

 

09/12/2015 Sources :  Armée de l'air

 

Une convention de partenariat a été signée, lundi 7 décembre 2015, entre l’armée de l’air et RTE ( réseau de transport d’électricité en France), au siège de cette société localisé à La Défense (Hauts-de-Seine).

 

«RTE et l’armée de l’air ont bien plus en commun qu’on ne pourrait le penser». C’est ce qu’ont affirmé de concert le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), et M. François Brottes, président du directoire de RTE, lors de la signature d’une convention unissant les deux parties.

 

La convergence de plusieurs de leurs domaines d’intérêts a conduit RTE et l’armée de l’air à l’ouverture d’un programme de collaboration. Cette convention constitue ainsi la première étape vers la concrétisation d’échanges dans le domaine des drones, des hélicoptères, du Cyber et de la gestion des crises.

 

Ce partenariat s’oriente vers le partage d’expérience et de savoir-faire, l’étude d’échanges dans le domaine des ressources humaines, ainsi que la participation à d’éventuels exercices en commun.

 

Cette convention s’inscrit dans le cadre d’une mission nouvellement confiée au centre d’études stratégiques aérospatiales (CESA), désormais en charge pour l’armée de l’air de la mise en place et du suivi de ses partenariats. Cette démarche fait écho à l’ouverture que la communauté des aviateurs cultive avec les mondes de l’entreprise, de l’enseignement et de la recherche.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

09/12/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

Le 26 novembre 2015, la frégate de surveillance Vendémiaire a fait escale à Dili, capitale du Timor oriental.

 

Cette escale a été l’occasion pour nos deux marines de coopérer tout en constituant un moment propice aux échanges avec les autorités politiques et militaires de ce pays.

 

Reçu par le ministre de la Défense timorais, monsieur Cirilo Cristovão, le capitaine de frégate Damien Lopez, commandant le Vendémiaire, a pu aborder plus en détail la coopération militaire bilatérale. Par ailleurs, cet échange a contribué à enrichir le dialogue entretenu par les pays de la zone Asie-Pacifique dans le cadre de la Theatre security cooperation. Mis en œuvre afin de partager leur approche de la sécurité maritime, ce dialogue vise à renforcer la coopération régionale pour mieux appréhender cette problématique.

 

Simultanément, les marins français ont reçu à bord leurs homologues timorais pour leur faire découvrir la frégate et les modes d’action de la Marine nationale, au travers notamment de démonstrations dynamiques : un exercice sécurité (Securex) et un exercice de contrôle de bâtiment (Visitex).

 

Sous le contrôle opérationnel de l’Amiral commandant la zone de responsabilité Asie-Pacifique (ALPACI), le déploiement de la frégate Vendémiaire s’inscrit dans le cadre de la mission de présence des Forces armées françaises dans la zone Asie-Pacifique. L’ALPACI se coordonne avec les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) pour entretenir la coopération militaire avec l’ensemble des pays riverains.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 21:30
source EMA

source EMA

 

09/12/2015 Sources : Etat-major de armées

 

Depuis le 2 décembre 2015, les équipages français ont réalisé 69 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 48 de bombardement sur des objectifs planifiés ou d’opportunité et 11 de recueil de renseignement. 32 objectifs de Daech ont été détruits.

 

Appui au sol

 

12 frappes d’appui au sol (close air support) ont été réalisées au cours de la semaine.

 

· En Irak, la force Chammal a concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans la région de Ramadi, où des combats sont toujours en cours. En 92 heures, les équipages des Rafale Marine et des Mirage 2000 de l’armée de l’air ont ainsi effectué 6 frappes, dont 3 dans la seule journée du 4 décembre.

 

· 6 frappes ont par ailleurs été réalisées dans les régions de Sinjar, Mossoul, Falloujah, Haditha et Kirkouk.

 

Frappes sur des objectifs planifiés

 

3 raids ont été conduits sur des objectifs planifiés au cours de la semaine.

 

· Le 2 décembre 2015 les Mirage 2000 ont frappé à Tall Afar un site de stockage d’armement et de fabrication d’engins explosifs improvisés (IED).

 

· Le 5 décembre 2015 en Syrie, Chammal a de nouveau frappé un objectif planifié- en coordination avec la coalition. Engagés à partir de la Jordanie, deux avions de chasse ont bombardé des têtes de puits de pétrole dans la région de Deir ez-Zor.

 

· Le 8 décembre, des Rafale intégré dans un raid de la coalition ont détruit un camp d’entrainement et de stockage de munitions situé entre les villes de Mossoul et Kirkuk.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 20:55
Caracal en vol au-dessus de l'île de Beauté

Caracal en vol au-dessus de l'île de Beauté

 

09/12/2015 Sources : Armée de l'air

 

Du 23 novembre au 04 décembre 2015, l’escadron d’hélicoptères 1/67 «Pyrénées» de la base aérienne 120 de Cazaux, ainsi qu’un groupe spécialisé du commando parachutiste de l’air n°30 (CPA 30) de la base aérienne 106 de Bordeaux ont participé à un exercice baptisé Salamandre 15.2.

 

Deux hélicoptères Caracal et un «module de récupération au sol» du CPA 30 ont été accueillis sur la base aérienne 126 de Solenzara-Ventiseri, en Corse, durant l’intégralité de cet évènement. Sur place, les participants ont effectué des missions réalistes et évolutives dans un environnement tactique dense et complexe.

 

Cet exercice avait pour thématique principale la mission de Personnel Recovery (PR), procédure visant à récupérer un personnel isolé en territoire hostile. Au cours de Salamandre, équipages et commandos aquitains ont bénéficié de plusieurs «renforts» ponctuels. Un hélicoptère Super Puma de l’escadron d’hélicoptères 1/44 «Solenzara», deux hélicoptères Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat (armée de terre) et deux Alphajet de l’escadron d’entraînement 2/2 «Côte d’Or» ont également été engagés.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 20:45
photo EMA  / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

09/12/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

Du 19 octobre au 5 novembre 2015, l’Escadron de chasse (EC) 3/11 Corse des Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) a réalisé une campagne de tirs air-air et air-sol au profit des pilotes de Mirage 2000-5.

 

Cet entraînement constitue une étape importante dans la préparation opérationnelle de l’escadron de chasse. Durant trois semaines, les pilotes de l’EC 3/11 ont renouvelé leur qualification de tir air-air. En parallèle, les Mirage 2000-5 ont réalisé pour la première fois à Djibouti, des passes de tir canon air-sol.

 

Lors de cette campagne, les chasseurs ont pu tirer jusqu’à 240 obus sur des cibles aériennes acoustiques remorquées par Mirage 2000-D. De plus, pour la première fois des pilotes de Mirage 2000-5 se sont vus délivrer une qualification de tir sur cible au sol grâce à une campagne de tirs réalisée à Djibouti.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. À ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. De plus, les forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent l’armée Djiboutienne dans ses efforts pour renforcer ces capacités militaires en général, dont en particulier la capacité à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj contribuent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photo EMA  / Armée de l'Airphoto EMA  / Armée de l'Airphoto EMA  / Armée de l'Air
photo EMA  / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 19:55
Début du tarpon. Embarcation et commandos marine sont largués à la mer. Crédit L. Bernardin Marine nationale

Début du tarpon. Embarcation et commandos marine sont largués à la mer. Crédit L. Bernardin Marine nationale

 

09.12.2015 par FORFUSCO

 

Fin novembre, les commandos marine de Lorient se sont entraînés au tarpon, largage opérationnel à la mer avec équipements et embarcations.

Véritable domaine d'expertise des commandos marine, le tarpon mobilise des groupes de combat, le commando Ponchardier et le bureau 3D de l'état-major de la FORFUSCO.

 

Reportage photos

Une embarcation motorisée est déconditionnée par les commandos marine qui viennent de sauter à la mer. Crédit L. Bernardin Marine nationale

Une embarcation motorisée est déconditionnée par les commandos marine qui viennent de sauter à la mer. Crédit L. Bernardin Marine nationale

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 19:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)


09/12/2015 Communication au Conseil des Ministres

 

Déclaration franco-allemande à l’occasion de l’accord de coopération stratégique entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Systems.

 

Communiqué de presse

Le ministre de la Défense et le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique ont présenté une communication relative à une déclaration franco-allemande à l’occasion de l’accord de coopération stratégique entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Systems.

Les conseils des ministres français et allemands ont adopté cette déclaration cette semaine, de manière coordonnée. C’est un rapprochement historique entre deux pays qui se faisaient hier la guerre et qui ont décidé aujourd’hui de lier leurs industries de défense.

Le rapprochement des deux groupes français et allemand du secteur de la défense terrestre, Nexter Systems, détenu à 100% par l’Etat à travers GIAT Industries, et KMW, détenu par la famille Bode-Wegmann, a été scellé le 29 juillet 2015 par un accord entre leurs actionnaires.

Cette alliance stratégique, qui doit entrer en vigueur avant la fin de l’année, donnera naissance à un leader européen de l’armement terrestre, représentant un chiffre d’affaires de près de 2 milliards d’euros, un carnet de commandes de 9 milliards d’euros et un effectif de 6 000 salariés.

Cette opération conduit au transfert au secteur privé de la majorité du capital de Nexter Systems, autorisé par la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques.

Elle est associée à la mise en place de protections des intérêts essentiels des deux nations, notamment en termes de sécurité d’approvisionnement et de préservation des compétences technologiques critiques.

A l’occasion de ce rapprochement, la déclaration franco-allemande présentée ce jour réaffirme la volonté des deux Etats d’intensifier leur coopération bilatérale conformément aux objectifs en matière de construction de l’Europe de la défense rappelés dans les conclusions du conseil européen de décembre 2013 et de juin 2015. Le maintien des technologies clés des industriels, dans une optique permettant le renforcement de la base industrielle et technologique entre nos deux pays, dans une logique extensible par la suite au niveau européen, y tient une place importante.

Cette déclaration prévoit également la recherche d’objectifs communs en matière de définition des besoins militaires et opérationnels, d’harmonisation des procédures de qualification et d’acquisition. Elle ouvre la voie au renforcement de la coopération des deux Etats en soutien à cette première grande opération de consolidation des industries de défense en Europe depuis une décennie.

 

Déclaration franco-allemande à l’occasion de l’accord de coopération stratégique entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Systems

 

Depuis des décennies, l’amitié franco-allemande rend possible une coopération étroite et exemplaire entre nos deux pays.

La France et l’Allemagne souscrivent aux conclusions du Conseil européen des 25 et 26 juin 2015 en faveur du renforcement de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) et souhaitent y apporter une contribution importante.

Les changements et les évolutions intervenus récemment dans le contexte international de la politique de sécurité posent des défis majeurs à la politique de sécurité et de défense européenne.

La France et l’Allemagne ont ensemble pour responsabilité essentielle de relever ces défis et souhaitent intensifier encore davantage leur coopération dans ce domaine.

Les étroites relations franco-allemandes portent également depuis plus de quarante ans sur la coopération dans l’industrie de la défense. Fondée sur les traités franco-allemands, cette coopération a contribué de manière décisive à l’édification d’une base industrielle et technologique européenne dans le domaine de la défense et doit servir, à l’avenir également, au maintien de notre capacité commune de défense.

L’étroite coopération franco-allemande dans le domaine de la défense permet de préserver notre capacité de défense dans l’intérêt de la paix, de la liberté, de la sécurité et de la stabilité. En ce sens, nos deux gouvernements soutiennent la décision des sociétés Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Sytems en faveur d’une coopération stratégique. À cette occasion, nous déclarons ensemble :

 

I. Coopération industrielle franco-allemande

La France et l’Allemagne sont déterminées à renforcer la sécurité et la défense européenne par le biais d’une coopération bilatérale et européenne toujours plus étroite et de rester ensemble un élément moteur de la politique européenne de défense.

L’agenda franco-allemand 2020 prévoit un programme ambitieux pour l’intensification de nos relations, avec notamment un dialogue sur les questions industrielles de défense.

La coopération industrielle franco-allemande se manifeste également dans le fait que nous accompagnons l’industrie et ses responsables, éventuellement avec la participation d’autres partenaires européens, pour créer des sociétés et des groupes transnationaux qui figurent parmi les leaders industriels et technologiques dans leur domaine.

De telles décisions relèvent de la responsabilité des entreprises. Cette coopération doit également servir à consolider et à poursuivre le développement de la base industrielle et technologique de l’industrie européenne de défense et de sécurité. Il convient également de renforcer les conditions cadres et les instruments qui permettent d’améliorer la compétitivité au plan international.

 

II. Consultations régulières sur les questions stratégiques militaro-industrielles

L’étroite coopération entre la France et l’Allemagne requiert un processus régulier de consultation sur les questions de stratégie industrielle dans le domaine de l’armement, qui permette de défendre les intérêts respectifs de chaque pays dans une logique de consolidation et de modernisation industrielles.

Nous mènerons ce débat stratégique à la lumière des changements intervenus dans l’industrie de défense et sur la base des contacts noués avec cette même industrie dans nos deux pays.

Dans le cadre des consultations franco-allemandes régulières, nous discuterons de décisions importantes relatives aux technologies à usage militaire et à l’industrie de défense, également dans la perspective de projets de consolidation industrielle.

Dans le même temps, nous réaffirmons notre engagement en faveur des technologies industrielles clés localisées en France et en Allemagne. Le but commun est le maintien et le développement de ces technologies clés et de ces compétences dans nos deux pays en tenant compte des aspects liés à la politique de l’emploi.

 

III. Coopération dans le développement et l’acquisition d’équipements de défense

Nous sommes convaincus qu’en matière de préparation et de conduite de programmes d’armement communs, il est nécessaire de progresser dans l’harmonisation de nos analyses du besoin pour nos capacités nationales ainsi que dans la convergence industrielle et technologique nécessaire en la matière.

La France et l’Allemagne se fixent pour objectif la recherche de projets communs en matière de formation, d’armement, de doctrine d’emploi et d’interopérabilité. Nos deux pays rechercheront également une convergence accrue dans la définition des besoins militaires et opérationnels, l’harmonisation des procédures de qualification des matériels militaires et systèmes d’armes ainsi que la garantie d’une concertation continue entre les prescripteurs et les fournisseurs afin de promouvoir le développement de projets communs franco-allemands et européens.

Ce faisant, nous aspirons à poursuivre l’association aux projets communs de partenaires de coopération et de fournisseurs en tenant compte de la compétence technologique et opérationnelle et de l’efficacité économique et en nous appuyant le cas échéant sur l’Agence européenne de défense (AED).

La France et l’Allemagne procéderont à des échanges de vues continus sur les compétences technologiques clés à préserver et à renforcer en Europe. Ce dialogue n’exclut pas la coopération avec d’autres partenaires.

 

IV. Initiatives communes d’acquisition

Nous poursuivons l’objectif de mettre en œuvre conjointement de nouveaux programmes d’acquisition. La définition et le développement de projets d’armement en commun contribueront à une meilleure intégration dans le domaine des capacités militaires et renforceront la capacité d’action européenne.

Un développement et une acquisition conjoints et le plus standardisé possible conduiront à moyen et long terme à une coopération plus étroite ainsi qu’à une consolidation des industries de la défense en Europe.

Pour les projets communs, nous voulons développer et améliorer les structures existantes, notamment l’OCCAR, afin de réduire les coûts et d’améliorer la compétitivité internationale. Notre action coordonnée doit garantir le maintien des compétences de l’industrie d’armement en Europe.

Les petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaires (ETI) constituent des partenaires indispensables des systémiers. En conséquence, nous nous  engageons à faciliter leur accès aux chaines communes de création de valeur.

 

V. Coopération au sein de la nouvelle co-entreprise KMW / Nexter

Le maintien d’importantes capacités industrielles en Europe peut requérir une restructuration transfrontière accrue de l’industrie de défense et de sécurité.

La coopération stratégique entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Sytems est selon nous une étape importante vers une intensification de la coopération franco-allemande, le but étant de préserver et de renforcer la compétitivité de nos industries et leurs capacités technologiques ainsi que le potentiel d’innovation européen dans le domaine de la sécurité et de la défense terrestre.

Nous espérons ensemble que la création d’une nouvelle co-entreprise, dotée d’une structure actionnariale européenne stable, tiendra compte de nos aspirations en matière de développement et de technologie.

S’agissant des décisions concernant l’avenir de la chaîne d’approvisionnement et des technologies clés de la co-entreprise, la France et l’Allemagne engageront des consultations en temps utile en vue de parvenir à un consensus.

Afin d’accroître l’efficacité économique de la co-entreprise, nous examinerons les possibilités d’améliorer  les conditions cadres et les instruments qui renforcent la compétitivité au plan international.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 12:55
Dommages subis par un VAB suite à l'explosion d'une mine anti-char (BARKHANE- fev 2015) photo SIMMT

Dommages subis par un VAB suite à l'explosion d'une mine anti-char (BARKHANE- fev 2015) photo SIMMT

 

09.12.2015 COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES

 

RAPPORT D’INFORMATION DÉPOSÉ en application de l’article 145 du Règlement PAR LA COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES en conclusion des travaux d’une mission d’information (1) sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle des matériels ET PRÉSENTÉ PAR M. Alain MARTY et Mme Marie RÉCALDE, Députés.

 

La mission d’information sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle des matériels, est composée de :

– M. Alain Marty et Mme Marie Récalde, rapporteurs ;

– MM. Jean-Jacques Bridey, Philippe Folliot, Damien Meslot, Jacques Moignard et Philippe Nauche, membres.

SOMMAIRE

INTRODUCTION 7

 

PREMIÈRE PARTIE : DES ARMÉES DURABLEMENT ENGAGÉES SUR DES THÉÂTRES MULTIPLES ET PARTICULIÈREMENT HOSTILES 11

 

I. LES OPEX MAJEURES SE SUCCÈDENT VOIRE SE JUXTAPOSENT À UN RYTHME SOUTENU DEPUIS 2011 ET S’INSCRIVENT DANS LA DURÉE 11

 

A. UNE INTENSITÉ ET UN RYTHME OPÉRATIONNELS INÉDITS 11

1. Point sur les OPEX en cours et les matériels déployés 11

a. Le périmètre des OPEX 11

b. Les matériels déployés 14

2. Quelques rappels sur les OPEX majeures les plus récentes 16

a. L’opération Barkhane dans la bande sahélo-saharienne : le plus important dispositif français en opération extérieure 16

b. L’opération Sangaris en République centrafricaine 17

c. L’opération Chammal en Irak et en Syrie 19

3. Un rapide historique statistique de nos engagements extérieurs 22

4. Un niveau d’engagement très élevé, dépassant le modèle décrit par le Livre blanc 24

 

B. AU-DELÀ DES OPEX STRICTO SENSU, LES ARMÉES MÈNENT DE MULTIPLES MISSIONS À L’EXTÉRIEUR DES FRONTIÈRES NATIONALES 25

1. La marine nationale : une armée naturellement en opération à l’extérieur 25

2. La présence et les actions des armées hors des frontières sans pour autant être considérées comme des OPEX 26

 

II. DES CONDITIONS D’ENGAGEMENT EXIGEANTES ET TRÈS CONSOMMATRICES DE POTENTIEL OPÉRATIONNEL 27

 

A. DES CONDITIONS GÉOGRAPHIQUES ET CLIMATIQUES EXTRÊMES ET INÉDITES POUR LES MATÉRIELS 27

1. Des zones définies comme sévères selon les classifications de référence 27

2. Des théâtres particulièrement vastes 29

 

B. DES MATÉRIELS CONFRONTÉS À TROIS PHÉNOMÈNES OPÉRATIONNELS 30

1. La surintensité 30

2. La suractivité 31

3. Les dommages de guerre 32

 

C. LES CONSÉQUENCES POUR LES MATÉRIELS 36

1. Les matériels qui souffrent le plus en OPEX : la nature et la gravité des dommages constatés 37

2. Les matériels rendus inutilisables 43

 

III. LA CONDUITE DU MCO EN OPEX 44

 

A. L’ORGANISATION DU MCO 44

1. Les différents niveaux d’intervention 44

2. La chaîne logistique : le CSOA, tour de contrôle des acheminements stratégiques 47

a. La logistique en OPEX : des contraintes spécifiques 48

b. Les flux logistiques en opération : quelques statistiques 49

c. Les procédures douanières 51

3. Les moyens humains et matériels consacrés à l’entretien sur place 52

4. Les moyens financiers : les surcoûts de MCO engendrés par les OPEX 53

 

B. L’EFFICACITÉ DU MCO EN OPEX : UNE GRANDE DISPONIBILITÉ DES MATÉRIELS ENGAGÉS DANS TOUTES LES ARMÉES MALGRÉ L’EXISTENCE DE TENSIONS 55

1. Dans les milieux terrestre et aéroterrestre 55

2. Dans le milieu aérien 57

3. Dans le milieu naval 58

 

C. LES PROBLÉMATIQUES SPÉCIFIQUES À L’ENTRETIEN DES MATÉRIELS EN OPEX 59

1. Les distances par rapport à la métropole et la dispersion logistique des théâtres 59

2. La qualité des infrastructures 60

3. Des procédures douanières parfois compliquées 60

4. Les conséquences sur l’activité industrielle des conditions d’utilisation des matériels projetés et de la durée des opérations 61

 

DEUXIÈME PARTIE : LES CONSÉQUENCES DES OPEX SUR LES CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES 63

 

I. LA PRIORITÉ DONNÉE AUX OPEX EMPORTE DES CONSÉQUENCES EN TERMES DE DISPONIBILITÉ DES MATÉRIELS ET DE PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE EN MÉTROPOLE 63

 

A. LES OPEX ENTRAÎNENT UN TRANSFERT DE L’INDISPONIBILITÉ VERS LA MÉTROPOLE 63

1. Présentation synthétique des principales difficultés rencontrées pour les matériels non projetés 63

2. Des ressources humaines insuffisantes pour assurer la maintenance de la totalité des parcs 64

3. Des rechanges et éléments bénéficiant d’abord aux matériels déployés 64

4. Statistiques de disponibilité pour le milieu terrestre 65

5. Statistiques de disponibilité pour le milieu aérien 65

6. La particularité des missions de la marine conduit à ne pas distinguer entre disponibilité technique en OPEX et hors OPEX 66

 

B. LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE ET L’ENTRAÎNEMENT DES FORCES SONT AFFECTÉS PAR RICOCHET 68

1. Un sous-dimensionnement des moyens qui affecte la préparation et la formation des personnels 68

2. Quelques exemples concrets 69

 

C. UN MCO COMPLIQUÉ PAR CERTAINS FACTEURS 70

1. Des matériels difficilement « régénérables », qui ne peuvent donc être réintégrés rapidement dans les unités en métropole 70

2. Le maintien en parc de matériels vieillissants, donc plus coûteux à l’entretien 72

 

II. CE QUI A DÉJÀ ÉTÉ FAIT : LA RÉFORME DE L’ORGANISATION DU MCO ET LA REVALORISATION DES CRÉDITS D’EPM PAR LA LPM 2014-2019 73

 

A. UNE GOUVERNANCE DU MCO PAR MILIEU ET NON PAR ARMÉE 73

1. L’architecture globale du MCO 73

2. Le MCO-Air, précurseur de l’approche par milieu 74

3. Le MCO-Terre, une gestion en pool des matériels 78

4. Le MCO-Mer, un milieu quasiment « mono-armée », individualisé et rythmé par des cycles pluriannuels de maintenance 80

 

B. LA REMONTÉE PROGRESSIVE ET ATTENDUE DES CRÉDITS D’EPM DANS LE CADRE DE LA LPM ET DE SON ACTUALISATION 82

1. L’évolution des coûts de MCO pour les trois armées 82

2. Les revalorisations des crédits dans le cadre de la LPM 2014-2019 83

3. Des prévisions de dépense qui restent néanmoins supérieures aux ressources 84

 

TROISIÈME PARTIE : AU-DELÀ DES AVANCÉES RÉALISÉES ET DES EFFORTS FINANCIERS DÉJÀ CONSENTIS, D’AUTRES PISTES D’ÉVOLUTION PEUVENT ÊTRE TRACÉES 85

 

A. FAIRE COÏNCIDER DAVANTAGE LES RESSOURCES HUMAINES ET FINANCIÈRES AVEC LES BESOINS OPÉRATIONNELS 85

1. Aligner les ressources financières sur les besoins 86

2. Renforcer les ressources humaines 91

3. Rester attentif aux évolutions du maintien en condition de sécurité (MCS) 93

 

B. POURSUIVRE LES ACTIONS D’AMÉLIORATION DE LA LOGISTIQUE ET FLUIDIFIER LES PROCÉDURES DOUANIÈRES 93

1. Raccourcir et renforcer la « boucle de maintenance » 93

2. Améliorer les procédures de dédouanement par un dialogue avec les autorités locales 96

3. Assurer la qualité des lots de rechanges 97

4. Moderniser la composante logistique de la flotte 97

 

C. RESTER VIGILANT SUR LA CONDUITE DES PROGRAMMES D’ARMEMENT ET LE MCO INITIAL 98

1. Veiller aux cadences de livraison 98

2. Préserver voire augmenter la durée du MCO initial, dans le respect des contraintes opérationnelles 99

 

D. PARFAIRE LES RELATIONS AVEC L’INDUSTRIE 100

1. Améliorer les capacités de l’administration pour assurer des relations équilibrées avec l’industrie 100

2. Déterminer un partage des tâches optimal et favoriser les échanges entre capacités publiques et capacités privées pour assurer l’efficacité opérationnelle au profit des troupes engagées 102

3. Rester vigilant quant au maintien des compétences et des capacités au niveau industriel 104

4. Apporter des précisions aux contrats de MCO 104

5. Améliorer la chaîne informatique 105

6. Veiller aux conséquences de la réglementation européenne REACH pour la conduite concrète des opérations de maintenance 105

 

E. IMPLIQUER PLUS FORTEMENT NOS PARTENAIRES EUROPÉENS 106

1. Faire reconnaître aux Européens la réalité en matière sécuritaire : « sans l’armée française, l’Europe serait sans défense » 106

2. Négocier énergiquement pour obtenir un « partage du fardeau » 107

 

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS 109

 

EXAMEN EN COMMISSION 111

ANNEXE 1 : Liste des personnes auditionnées 127

ANNEXE 2 : Liste des personnes rencontrées par les rapporteurs lors de leurs déplacements 131

 

Télécharger le Rapport mission d’information sur les conséquences du rythme des Opex sur le MCO des matériels

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:55
Entrainement Zohan : Le Jean Bart coopère avec le 54ème régiment d’artillerie

 

8 Décembre 2015 Marine nationale

 

Début décembre, en méditerranée, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart a organisé et coordonné un entraînement de défense sol-air impliquant des moyens du 54ème régiment d'artillerie (RA) de Hyères,  des aéronefs de de la Marine, de l’armée de l’Air  et des sociétés SECAPEM et AVDEF.

 

Dans un scénario qui n’était pas sans rappeler celui de la crise des Malouines, le Jean Bart avait pour mission de protéger une île amie, menacée par les forces d’un pays adversaire, avec un dispositif sol-air interarmées et ce, dans le cadre d’un mandat de l’ONU. Pendant quatre jours, la solide défense aérienne des marins, des terriens et des aviateurs, a contré les 60 avions de chasse impliqués.

 

Zohan a permis de renforcer l’interopérabilité des trois armées dans le domaine de la défense sol-air en zone littorale, hors théâtre national.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:50
HMS Bulwark's Cougar 15 Deployment


4 déc. 2015 Royal Navy
 

HMS Bulwark is due home on Monday 7th December after operations in the Mediterranean leading the Royal Navy's Cougar 15 deployment.

Cougar 15 consisted of exercises with the French Navy off Corsica and then Exercise Trident Juncture, the largest NATO exercise for a decade involving 30 nations, 60 ships and 36000 personnel.

When away from exercises and operations, the Ship has paid port visits to Gibraltar, Toulon, Palermo and Malta. High profile visits have been received from the Prime Minister, Home Secretary and high ranking NATO officials culminating with a ‘Cheer Ship’ for Her Majesty the Queen in Malta.

HMS Bulwark completed the deployment by providing security support to the Maltese Armed Forces for the Commonwealth Heads of Government Meeting.

This 3 minute video captures the essence of HMS Bulwark's deployment and the Cougar 15 deployment.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:30
Daesh utilise aussi des armes de fabrication franco-allemande

 

08/12/2015 Par Guillaume Descours – LeFigaro.fr

 

Selon un rapport d'Amnesty international, les très nombreuses armes et munitions utilisées par Daech proviennent principalement des pays qui se battent contre l'organisation terroriste.

 
L'État islamique est souvent décrit comme l'organisation terroriste la plus organisée et surtout la plus autonome. Pourtant, si son économie est florissante, notamment grâce au pétrole, l'équipement de son armée est loin d'être aussi indépendant. Selon un rapport publié par l'ONG, Amnesty International, Daech possède une grande quantité d'armes fabriquées dans plus de vingt-cinq pays occidentaux différents dont les États-Unis, la Chine ou encore l'Europe.

Il dispose aujourd'hui d'un arsenal impressionnant: fusils d'assauts, M16, missiles antichars et sol-air, mortiers, armes de poing… Des armes destinées à équiper les nombreux soldats de l'EI. Selon le rapport de l'ONG, sur le seul mois de juin 2014, l'organisation a saisi assez d'armes pour équiper trois divisions d'une armée conventionnelle, soit environ 40.000 à 50.000 soldats. Et parmi celles-ci, se trouvent des armes de fabrication franco-allemande. «C'est quelque chose de sûr. On peut savoir de quels types de fabrication sont les armes de l'EI. Mais il est beaucoup plus difficile de chiffrer le nombre d'armes qui proviennent de tel ou tel pays», explique Aymeric Elluin, chargé de campagne Arme et Impunité à Amnesty France.

 

Une situation contradictoire

Si Daech a réussi, depuis plusieurs années, à rassembler autant d'armes et de munitions, c'est notamment en saisissant, directement sur le terrain, les stocks des autres armées dans les pays où il est implanté. «L'Irak, c'est une caverne d'Ali Baba pour l'État islamique. Ils n'ont qu'à se baisser pour ramasser et c'est cette saisie d'armes qui est leur principale source d'approvisionnement».

C'est donc une situation paradoxale qui s'est mise en place sur le théâtre irako-syrien. Depuis plusieurs semaines, les chefs d'États et responsables gouvernementaux ne cessent de marteler que Daech doit être détruit, alors qu'il mène sa campagne de terreur avec les armes de ceux qui les combattent. «On a plongé dans une situation complétement absurde puisque leur principale force vient de nos propres armement. Et ça se chiffre en millions de dollars», indique Aymeric Elluin.

Pour l'ONG, la situation est alarmante depuis plusieurs années. Mais le véritable tournant intervient en 2003, lorsque l'Irak a été innondé d'armes par les Américains. «Ils ont cru qu'en donnant des milliards de dollars d'armes à l'armée irakienne, la situation allait s'améliorer mais ça a été l'inverse. Aujourd'hui, personne ne peut affirmer que la sécurité a été rétablie dans ce pays. Il y a des pillages, il y a des trafics... Et comme toujours, ce sont les civils qui payent le prix fort de cette situation», reprend le chargé de campagne d'Amnesty International.

 

Contrer le phénomène

Pour endiguer la prolifération d'armes dans la région, qui risque à tout moment de terminer aux mains des terroristes de Daech, l'ONG demande une coopération judiciaire et pénale entre les pays. «Si l'on veut vraiment détruire l'État islamique, il faut commencer par faire ce qu'il y a de plus simple. C'est-à-dire prendre nos responsabilités et contrôler les marchés d'armes dans cette région». Pour Amnesty International, il faut mettre en place un embargo total sur les armes en Syrie.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:30
Ces anciens militaires partent combattre Daech pour «laver l'honneur de la France»

 

08/12/2015 Par

 

RÉCIT - Philippe a créé cette brigade pour aller aider les chrétiens d'Orient. D'ici la fin de l'année, il aura envoyé 70 hommes sur le terrain. Une goutte d'eau, dit-il, pour « laver l'honneur de la France ».

 

«Assyriens et Français athées et chrétiens pour la protection des chrétiens d'Orient et la lutte contre l'EIIL. Parce que nous ne pouvons fermer les yeux, nous ne pardonnons pas et nous ne cautionnons pas, nous agissons»: c'est ainsi que la Légion franco-assyrienne (Assyrian French Légion-AFL) définit son projet sur sa page Facebook. Leur but premier: «Créer une armée chrétienne pour lutter contre la barbarie islamique, protéger les chrétiens d'Orient et toutes les populations opprimées par celle-ci.»

Ces combattants ont été repérés par Daech. Dans un des numéros de Dar al-Islam, le magazine de l'État islamique en français, dans la rubrique «Dans les mots de l'ennemi», on peut lire: «Des anciens soldats français, américains, viennent en Syrie pour jouer le rôle manqué de l'Occident, poussé par un désespoir des plus totals (sic). Certains se réunissent maintenant sous une bannière nommée Dwekh Nashwa».

Philippe est un ancien militaire de 58 ans. C'est lui qui a créé l'AFL. Il refuse de donner davantage de détails sur son parcours. Dès 2014, il a cherché à prendre contact avec des ONG pour aller aider les chrétiens d'Orient. Il part avec un groupe d'anciens en Irak pour aller reconstruire une église. C'est là qu'il rencontre Dwekh Nashwa (Dwekh Nawsha signifie «prêts au sacrifice» en dialecte araméen), une milice chrétienne reliée au parti assyrien, qui l'alerte sur la nécessité de protéger les Chrétiens et les Yazidis persécutés par Daech. Il décide alors, avec un groupe de jeunes retraités ayant 10 ou 15 ans de service dans l‘armée, de partir combattre. Au début de l'année prochaine, il aura envoyé 70 personnes sur le terrain. Il a trois groupes répartis sur trois fronts: à Sinjar à la frontière syrienne, dans le Nord de l'Irak et sur la plaine de Ninive.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories