Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:55
Le Haut Comité d’évaluation de la condition militaire se renouvelle

 

19/09/2014 Ministère de la Défense

 

Le décret du Président de la République portant nomination au Haut Comité d’évaluation de la condition militaire en date du 4 septembre 2014 vient de confier un nouveau mandat de quatre années à neuf personnalités.

 

La composition du HCECM désormais la suivante :

 

PRÉSIDENT

Monsieur Bernard Pêcheur

Président de section au Conseil d’État, président de la section de l’administration

 

VICE-PRÉSIDENT

Monsieur Denis Prieur

Conseiller d ’État, président adjoint de la section de l’administration

 

MEMBRES

 

Amiral (2esection) Pierrick Blairon

Conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des Comptes

 

Madame Martine de Boisdeffre

Conseiller d’ État, présidente de la Cour administrative d’appel de Versailles

 

Madame Isabelle Delarbre

Directeur des Achats, Total Marketing Service

 

Monsieur Dominique Olivier

Chef d’entreprise

 

Madame Véronique Rouzaud

Directrice des ressources humaines groupe AREVA,

membre du comité exécutif du groupe AREVA

 

Monsieur  Jean-Luc Tavernier

Direction général de l’INSEE, membre de droit

 

Général d’armée (2e section) Bernard Thorette

Ancien chef d’état-major de l’armée de terre,

Conseiller d’État en service extraordinaire

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:50
Pilotes français de la Royal Air Force honorés à Paris

 

19/09/2014 Actus Air

 

Lundi 15 septembre 2014, jour anniversaire de la bataille d’Angleterre, l’ambassadeur britannique de France, Sir Peter Ricketts, a accueilli les familles des onze pilotes de l’armée de l’air française qui s’enfuirent de France pour combattre au coté de la Royal Air Force (RAF – armée de l’air britannique) pendant la bataille d’Angleterre en 1940.

 

La cérémonie fut organisée par le Yorkshire Air Museum & Allied Air Forces Memorial d’Elvington, York et s’est déroulée à l’ambassade britannique de Paris où les 41 nouvelles médailles britanniques de la Seconde Guerre mondiale furent présentées  par l’Air Vice-Marshal Malcolm Brecht, dont neuf médailles de la bataille d’Angleterre.

 

À cette occasion, l’ambassadeur a présenté et a remis les médailles de la Seconde Guerre mondiale que les familles n’avaient jamais reçues.

 

Plus tard dans la journée, une cérémonie officielle a été organisée sous l’Arc de Triomphe à Paris pour commémorer la bataille d’Angleterre. L’hommage fut rendu par des représentants militaires d’Australie, de France, de Pologne, de République tchèque, du Royaume-Uni et des USA.

 

Le directeur du Yorkshire Air Museum, Ian Reed dit : « Ce fut une cérémonie émouvante, spécialement pour les familles des 11 pilotes français, dont 9 furent tués au combat en défendant notre pays". Et d'ajouter : "Cette commémoration fait suite à une cérémonie similaire pour le commandant R Mouchotte et le colonel H Lafont, il y a deux ans où il nous fut demandé de rechercher et d’organiser un nouvel événement franco-anglais. Cela nous a pris 20 mois pour localiser les familles en France et en Italie. » Pour mener à bien ce projet, le musée a travaillé étroitement avec le musée de l’Ordre de la Libération à Paris et avec l’attaché de Défense de Paris, l’Air Commodore John Maas.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:45
Le CEMA en visite officielle en Algérie

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite officielle en Algérie du 13 au 15 septembre 2014. Ce premier déplacement du CEMA en Algérie, moins d’un an après sa prise de fonction, témoigne de l’importance accordée à la coopération franco-algérienne.

 

Cette visite s’est articulée autour d’entretiens avec les autorités algériennes. A Alger, le CEMA s’est entretenu longuement avec son homologue, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la défense et chef d'état-major de l'armée nationale populaire, sur la coopération militaire entre nos deux pays, ouvrant des perspectives en matière de formation des cadres et d’échanges opérationnels relatifs à la bande sahélo-saharienne.

 

Accompagné du général major Kaïda, commandant le centre opérationnel de défense de l’armée algérienne, le général de Villiers, s’est ensuite rendu à Biskra, à 400 Kms au sud d’Alger pour y visiter l'école d'application des troupes spéciales de Biskra en 4e région militaire. Il a pu échanger sur place avec le général major Cherif, commandant cette région militaire.

 

Enfin, le CEMA a été reçu par M.Messahel, ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines.

 

Au cours de ces différents échanges et principalement lors son entrevue avec son homologue algérien, le CEMA a pu constater le niveau très satisfaisant de notre coopération militaire bilatérale et l’importance de renforcer cette relation dans le contexte actuel de lutte contre le terrorisme.

Le CEMA en visite officielle en Algérie
Le CEMA en visite officielle en Algérie
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:35
Afghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIA

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Parmi les 250 militaires français présents en Afghanistan et au Tadjikistan, huit travaillent au sein du KAIA North Operations Center (KANOC) qui regroupe des militaires de treize autres nationalités.

 

Le KANOC est le centre des opérations de la partie militaire de l’aéroport international de Kaboul (KAIA). Sa mission est d’assurer en permanence la protection des 5 000 personnes présentes sur KAIA, et de garantir le bon fonctionnement de l’aéroport international de Kaboul. Il est pour cela organisé en quatre pôles :

 

AIR OPS (opérations aériennes) qui assure la gestion du parking militaire des avions de la coalition et gère les situations d’urgence de l’ensemble de l’aéroport (civil et militaire). En 2013, ce dernier a pris en charge 7 000 mouvements par mois, dont 4 800 étaient des aéronefs de la coalition. Au total, AIR OPS a assuré l’accueil de 18 000 passagers et 5 600 tonnes de fret par mois sur la plate-forme aéronautique militaire.

 

GROUND OPS (opérations terrestres) qui a pour rôle d’assurer la protection des militaires sur le camp de KAIA et aux portes d’entrée du site. Ce pôle initie et coordonne les actions de sécurité. Par exemple, en cas de véhicule suspect, GROUND OPS fait intervenir l’équipe EOD (Explosive Ordnance Disposal) et demande la mise en place d’une zone de sécurité par la police militaire internationale. Trois militaires français se relaient 24h/24 pour occuper, dans ce pôle, les fonctions de watchkeeper. Ils ont pour mission de gérer les demandes d’accès sur le camp et de suivre la main courante répertoriant l’ensemble des évènements d’une journée. En cas de danger, le watchkeeper lance l’alerte en activant la Giant Voice : ce système de hauts parleurs prévient l’ensemble du personnel sur le camp de la nature de l’incident et de la conduite à tenir afin que le personnel puisse se mettre à l’abri.

 

CCTV (Close Circuit TV) : les opérateurs CCTV assurent la surveillance vidéo du camp et de ses alentours à l’aide d’une quarantaine de caméras. Ainsi, en cas d’évènement suspect, les autorités présentes au KANOC peuvent suivre l’évolution des opérations et réagir au plus vite.

 

CRAM (Counter Rocket Artillery Motor) : ce système americain est capable de detecter et d’analyser des tirs de roquettes. L’alerte est alors donnée automatiquement à l’ensemble de KAIA. Les points d’origine et d’impacts des roquettes sont donnés à GROUND OPS pour qu’il puisse gérer l’attaque.

 

Le KANOC est dirigé par un officier supérieur français : le KANOC director. Son rôle est de coordonner les différents services de ce centre des opérations, de faire l’interface entre son équipe et les autorités de KAIA et de conseiller le commandement sur les mesures à prendre en cas d’attaque.

 

La France s’est engagée à assurer le commandement de KAIA jusqu’au 31 décembre 2014. Cette fonction consiste à assurer l’activité aérienne de l’aéroport civil et militaire, à garantir la protection de l’emprise de l’ISAF implantée sur l’aéroport international, et à fournir le soutien nécessaire aux 5 000 civils et militaires de la coalition stationnés sur cette emprise. Parallèlement, le commandant de KAIA concourt au transfert de responsabilité de l’aéroport civil aux autorités afghanes, dont l’échéance est elle aussi fixée au 31 décembre 2014.

 

Pour remplir sa mission, le général commandant l’aéroport dispose de près de 750 militaires et civils de 18 nationalités différentes, dont 75 militaires français.

Afghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIAAfghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIA
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:30
photo EMA

photo EMA

 

19.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les chasseurs français ont lancé vendredi leurs premiers raids contre des positions de l'Etat islamique (EI) en Irak. Ils renforcent ainsi les efforts déployés à l'échelle mondiale par les Etats-Unis pour lutter contre la menace grandissante posée par ces jihadistes.

 

Alors que la coalition d'une quarantaine de pays initiée par le président Barack Obama monte en puissance, son chef de la diplomatie John Kerry présidait dans la journée une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU. Son objectif: être "plus précis" dans les attributions de chacun dans la guerre contre l'EI.

 

La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe responsable des pires exactions dans les régions conquises ces derniers mois en Irak et en Syrie.

 

Des avions Rafale ont mené "une première frappe contre un dépôt logistique de Daech (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. "L'objectif a été atteint et entièrement détruit", a-t-elle ajouté.

 

Satisfaction américaine

 

Le président François Hollande avait précisé jeudi que son pays n'enverrait pas de troupes au sol et n'interviendrait qu'en Irak. La France se démarque sur ce point des Etats-Unis, dont la stratégie prévoit aussi des raids aériens en Syrie contre l'EI.

 

La décision de la France de mener des frappes en Irak a été saluée par Washington. L'entente entre les deux alliés contraste fortement avec les fortes tensions créées, il y a une décennie, par l'opposition de Paris à la guerre en Irak lancée par George W. Bush.

 

En Syrie, l'EI a effectué une percée fulgurante dans le nord. Les jihadistes ont pris le contrôle de 60 villages kurdes en 48 heures, dont 40 vendredi, autour d'Aïn al-Arab (Kobané en langue kurde), a affirmé une ONG. Les combattants kurdes battent en retraite car le rapport de force leur est défavorable", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. "Il y a 800 habitants de ces villages dont le sort est inconnu".

 

Fuite de Kurdes syriens

 

Face à la progression des jihadistes, quelque 5000 Kurdes syriens ont pris la fuite pour passer en Turquie, qui leur a ouvert ses portes vendredi. Ankara craint un nouvel afflux alors qu'au total, plus de 1,3 million de Syriens chassés par la guerre civile ont déjà trouvé refuge en territoire turc.

 

Ankara tente de convaincre Washington de créer une "zone tampon" en territoire syrien pour accueillir les civils déplacés. Le président du Kurdistan autonome irakien, Massoud Barzani, a de son côté demandé à la communauté internationale d'"utiliser tous les moyens" pour protéger la ville d'Aïn al-Arab.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:20
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.

 

19/09/2014 Sources : EMA

 

Les 18 et 19 septembre 2014, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a accueilli son homologue américain, le général d’armée Martin E. Dempsey, Chairman of the Joint Chiefs of Staff pour une rencontre centrée sur la coopération militaire bilatérale et les engagements militaires conjoints liés aux crises actuelles.

 

Depuis la prise de fonction du général Pierre de Villiers, c’est la troisième fois que les deux chefs militaires français et américain ont un contact personnel et direct. La rencontre se prolonge, le 19 septembre, au cimetière militaire de Colleville-sur-Mer, en Normandie, pour rendre hommage aux militaires américains tombés sur le sol français en juin 1944.

 

Le 18 septembre, à l’occasion de leur passage au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), ils ont plus particulièrement abordé les dossiers liés aux crises africaines notamment leur coopération dans la bande sahélo-saharienne, ainsi qu’à l’évolution dans le Levant. Concernant cette zone de tension, ils ont pu préciser les différentes options d’engagements opérationnels envisageables.

 

Au cours d’une cérémonie à l’École militaire, le chef d’état-major des armées a également remis les insignes de commandeur de la Légion d’Honneur au général Dempsey.

 

Ils quittent vendredi après-midi, la France pour se rendre ensemble à Vilnius, afin de participer au comité militaire des chefs d’états-majors de l’OTAN. Cette session, qui se tiendra dans la capitale lituanienne le 20 septembre, portera essentiellement sur la sécurité régionale et ses défis, les opérations en cours et la mise en œuvre des décisions prises par les chefs d’état et leur gouvernement lors du sommet de Newport.

 

Cette rencontre entre les deux chefs d’état-major français et américain illustre une nouvelle fois la qualité des relations entre la France et les Etats-Unis. Les liens qui unissent désormais ces deux chefs militaires et l’importance de la collaboration entre les deux armées dans des opérations, en sont une parfaite illustration.

Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:55
photo EMA

photo EMA

 

19/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le surcoût des opérations extérieures (OPEX) pourrait dépasser plus de 1,1 milliard d'euros. Des Rafale ont mené vendredi matin une première frappe contre un dépôt logistique des terroristes de l'organisation Daesh (Etat islamique).

 

Selon des sources concordantes, le surcoût des opérations extérieures (OPEX) va dépasser en 2014 plus de 1 milliard d'euros. Et pour certains plus de 1,1 milliard d'euros. Une bombe pour le budget de la défense. Qui va payer ? Le budget de la défense ou celui de l'Etat. Lorsque le surcoût des OPEX excède la provision initiale inscrite dans le budget du ministère (450 millions d'euros en 2014), la tradition budgétaire veut, après bien sûr les chamailleries habituelles entre Bercy et l'Hôtel de Brienne, que l'on bascule sur le système de financement interministériel, financé d'ailleurs à 20 % par le ministère de la Défense.

A ce jour, les effectifs de la force Sangaris au Centafrique (RCA) sont de l'ordre de 2.000 soldats. Les forces françaises sont présentes principalement dans trois zones : Bangui et Boda, à l'ouest, de Bouar à Bossangoa et à l'est, dans un triangle Sibut-Dekoa-Bambari. Dans le Sahel, l'opération Barkhane regroupe 3.000 militaires, une vingtaine d'hélicoptères, 200 véhicules de logistique, 200 blindés, 6 avions de chasse, 3 drones et une dizaine d'avions de transport. Enfin, il reste 250 militaires français présents en Afghanistan et au Tadjikistan.

 

 

Carte des opérations au 1er Aout 2014 - crédits EMA / Ministère de la Défense

Carte des opérations au 1er Aout 2014 - crédits EMA / Ministère de la Défense

 

Pourquoi un tel dépassement?

En juillet encore, le chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers, tablait sur un surcoût des OPEX de 775 millions d'euros "même si l'expérience des années antérieures m'incite à la prudence, car nous ne sommes qu'à la moitié de l'année", avait-il expliqué. Mais déjà il constate que "la déflation des effectifs sera plus lente que prévu au Mali et en RCA". Et de rappeler que 2013 avait été une année "très remplie sur le plan opérationnel, puisque plus de 10.000 hommes et femmes de nos armées ont été simultanément engagés en opération pendant une partie de l'année". Le surcoût des OPEX s'est élevé à 1,25 milliard d'euros en 2013, soit un dépassement de plus de 600 millions par rapport à la provision de 630 millions.

Enfin, les avions de combat français ont lancé ce vendredi leurs premiers raids contre des positions du groupe Etat islamique (EI) en Irak, renforçant les efforts déployés à l'échelle mondiale par les États-Unis pour lutter contre la menace grandissante posée par ces jihadistes. Des Rafale ont mené à 07H40 GMT "une première frappe contre un dépôt logistique des terroristes de l'organisation Daesh (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe responsable des pires exactions dans les régions conquises ces derniers mois à la faveur de l'instabilité en Irak et de la guerre civile en Syrie.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:30
Irak : Premières frappes françaises (video)


20 sept. 2014 Crédit : Etat-major des armées / armée de l'Air

 

Le dépôt logistique de Daech ciblé par le raid aérien effectué ce matin (vendredi 19 septembre 2014) a été détruit.

 

Lire Irak : Premières frappes françaises (actualisé)


 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:55
Armement : le contrat Scorpion bientôt signé

 

18/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les industriels et le ministère de la Défense ont bouclé les négociations. Le contrat sera notifié en décembre.

 

Dernière ligne droite pour Scorpion. Selon des sources concordantes, les industriels de la filière terrestre (Nexter, Renault Trucks Défense, Thales...) et la direction générale de l'armement (DGA) ont bouclé à 99 % les négociations de ce programme très important pour l'armée de terre, qui doit absolument renouveler ses équipements. Le contrat pourrait être signé en octobre, puis notifié en décembre par le ministère de la Défense.

En juin dernier, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait prononcé à l'occasion de l'ouverture du salon de l'armement terrestre Eurosatory ces mots magiques, qui avait rassuré les industriels de l'armement terrestre, très inquiets : "Fort des engagements du président de la République en faveur du budget de la Défense, je m'apprête à lancer le programme Scorpion", qui avait été menacé au printemps par les nouvelles restrictions budgétaires exigées par Bercy.

 

Un programme crucial pour la filière industrielle

Le programme Scorpion, qui a pour objectif de renouveler et moderniser les moyens des Groupements tactiques interarmes (GTIA) de l'armée de terre, est crucial pour Nexter ainsi que la filière de l'armement terrestre (5 milliards sur une dizaine d'année, dont 1 milliard dans l'actuelle loi de programmation militaire). Avec ce programme, Nexter devrait empocher environ la moitié des 5 milliards d'euros, selon le ministère, pour le développement et la fabrication de 2.080 véhicules blindés multirôles (VBMR), un véhicule 6x6 de 18-19 tonnes, et de 248 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC).

Cette commande permettra de rééquilibrer le carnet de commandes de Nexter (aujourd'hui de 2 milliards d'euros) par rapport à celui de Krauss-Maffei Wegmann (4 milliards) dans le cadre de leur rapprochement.

 

Scorpion, un programme dédié à l'armée de terre

Le cœur du programme Scorpion permettra l'intégration de tous les systèmes d'information existant actuellement en un seul. Il deviendra à terme le système des systèmes d'information permettant à tous les éléments du GTIA de dialoguer selon un même langage et une même procédure. Mais c'est aussi une nouvelle génération de systèmes d'armements comme le successeur des antiques VAB (Véhicule de l'avant blindé), "le chameau" de l'armée de Terre vieux de 40 ans en 2016.

Ainsi, le Véhicule blindé multirôles (VBMR), un véhicule 6x6 de 18-19 tonnes, vaudra grand maximum 1 million d'euros l'unité. L'armée de terre doit acquérir 92 VBMR au cours de la période de la loi de programmation militaire (LPM) pour un objectif de 2.080. Ils seront livrés à compter de 2018. En novembre 2011, Nexter Systems et Renault Trucks Defense avaient conclu un accord de coopération en vue d'apporter une solution unique lors de la consultation pour le programme VBMR, destiné à assurer le rééquipement des forces françaises en véhicules blindés multi-rôles de classe moyenne.

Elle doit également disposer des EBRC, qui sera équipé, avait précisé en juin dernier le ministre de la Défense, "du nouveau missile moyenne portée (...), le MMP et du canon de 40 mm télescopé", pour renouveler l'actuel parc de véhicules blindés AMX 10RC, ERC 90 et VAB Hot. L'objectif à terme est fixé à 248 pièces. Scorpion prévoit également la modernisation de 200 chars Leclerc avant 2025. Car, selon Jean-Yves Le Drian, Scorpion "permettra de maintenir la capacité du char Leclerc jusqu'en 2040, en l'intégrant à la manœuvre des GTIA". Enfin, les premiers missiles MMP, fabriqués par MBDA, devraient être livrés en 2017 de façon à éviter une rupture capacitaire dans le domaine des missiles tactiques du combat débarqué.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 07:55
L’industrie aéronautique et spatiale soutient son école

 

09.09.2014 Safran

 

L’industrie aéronautique et spatiale se mobilise pour apporter son soutien à l’Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace (ISAE). Plusieurs industriels de la profession se sont réunis le 5 septembre à Toulouse, pour témoigner de leur engagement auprès de leur école. Jean-Paul Herteman, Président-directeur général de Safran, et diplômé de Supaero, participait à cette opération.

En répondant à l’appel de la Fondation ISAE-SUPAERO, les industriels de l’aéronautique et du spatial ont manifesté leur volonté de soutenir leur école, l’ISAE, à un moment stratégique de son existence. Et de contribuer au succès de sa transformation en lui apportant les moyens de sa croissance, nécessaires pour se projeter au plus haut niveau mondial dans un contexte fortement concurrentiel.

Ainsi, plusieurs dirigeants et responsables de grands groupes de l’industrie aéronautique et spatiale (Airbus Group, Dassault Aviation, Safran, Thales, Zodiac…), tous issus de cette prestigieuse école d’ingénieurs, ont participé à cette journée d’échanges et d‘information, notamment au cours de la conférence de presse organisée pour les journalistes de l’AJPAE*.

* AJPAE : Association des Journalistes Professionnels de l’Aéronautique et de l’Espace

 

En savoir plus

L’ISAE est né du rapprochement en 2007 de deux écoles d’ingénieurs : SUPAERO, créée en 1909 et l’ENSICA, créée en 1945.

La Fondation ISAE-SUPAERO a été créée en 2007 au moment de la création de l’ISAE. Elle a pour mission de soutenir le rayonnement de l’Institut aux plans national et international, de favoriser la mise en place de projets pédagogiques innovants, l’éclosion de jeunes entreprises créatrices et d’encourager l’ouverture sociale ainsi que la promotion des carrières scientifiques auprès des jeunes.

www.fondation-isae-supaero.org

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 07:25
FAA : rencontre internationale sur la lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Du 10 au 12 septembre 2014, les forces armées aux Antilles (FAA) ont organisé et accueilli une délégation de leurs partenaires opérationnels hollandais et américains en matière de lutte contre le narcotrafic.

 

Le nouveau chef de la conduite des opérations de la Joint Inter Agency Task Force – South (JIATF-S), le colonel américain Ryan Rideout, était accompagné par deux adjoints ainsi que par l’officier de liaison français inséré dans son état-major, le capitaine de frégate Jérôme Navarro. La JIATF-S a souligné durant ces trois jours le rôle prégnant des forces françaises dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue dans la zone Caraïbe et particulièrement sur les flux à destination de l’Europe. Le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des FAA a profité de cette rencontre pour réaffirmer la volonté de la France d’intensifier encore notre travail commun. Il a également rappelé les capacités et la réactivité de nos moyens stationnés dans les Antilles françaises. L’amiral a aussi précisé que les armées françaises étaient prêtes à intervenir « au départ comme en bout de chaîne de livraison de la drogue » avec les moyens aéro-maritimes stationnés aux Antilles, ainsi qu’en métropole, ou déployés en Afrique de l’Ouest.

 

Une délégation des forces armées néerlandaises aux Antilles était aussi présente. Tout comme les forces armées françaises aux Antilles (CTG 4.6), les forces hollandaises constituent un Task Group (CTG 4.4) de la force aéromaritime mise en œuvre par la JIATF-S sur le vaste théâtre d’opération des Caraïbes qui englobe le Pacifique-Est, la mer des Caraïbes et l’Atlantique-Ouest. Les Hollandais se sont montrés particulièrement favorables à l’organisation d’entraînements opérationnels communs, tant sur des thématiques de lutte contre le trafic de stupéfiants, que dans le domaine de l’intervention d’urgence et d’assistance à la population après une catastrophe naturelle. Un entraînement opérationnel bilatéral sera d’ailleurs organisé du 29 septembre au 12 octobre prochain entre les FAA et les forces armées néerlandaises au large de Curaçao (Antilles néerlandaise), intitulé Tricolores 2014.

 

Enfin, les US Coast Guards du District 7 étaient représentés par deux officiers. Ils ont notamment fait part de leur intention d’augmenter leurs patrouilles au large des îles françaises de Saint-Martin mais également de la Guadeloupe et de la Martinique. L’amiral en a profité pour les inviter à ravitailler dans les ports français et a rappelé à cette occasion toutes les facilités et moyens de soutien dont dispose la base navale de Fort-de-France, que la délégation hollando-américaine a eu le loisir de visiter durant son déplacement aux Antilles.

 

Pour tous ces acteurs dont l’objectif commun est la lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe, cette visite avait pour principal but de renforcer les liens de confiance, comme la connaissance mutuelle et personnelle des membres-clé des différents états-majors. Elle a été un succès et devrait d’ailleurs se renouveler à échéance régulière. Rendez-vous est donc pris pour constater les effets positifs des mesures de coordination et de coopération envisagés.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA mènent notamment des opérations de surveillance maritime et de service public (lutte contre le narcotrafic, lutte contre les pollutions, police des pêches, sauvetage en mer). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération inter-administrations et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 20:50
Entraînement de guerre de mines Spanish Minex

 

19/09/2014 Sources : Marine nationale

 

Depuis le 10 septembre et jusqu’au 22 septembre, le Bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var participe à la session 2014 de l’entraînement Spanish Minex, au large de Carthagène (Espagne). Basé sur un scénario qui se veut le plus réaliste possible, l’objectif de cet entraînement est le déminage d’une zone maritime en vue d’une évacuation de ressortissant, domaine dans lequel la France est reconnue.

 

Bâtiment de commandement, le Var accueille à son bord l’état-major de la guerre des mines français, basé à Brest sous le commandement du capitaine de vaisseau Jean-Christophe Olièric. Son rôle est d’assurer la coordination opérationnelle et logistique des chasseurs de mines français déployés dans la zone d’opérations.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:55
La Défense ouvre ses portes

 

19/09/2014 Sources : SGA

 

Le ministère de la Défense participe à la 31e édition des Journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre prochains.

 

La Défense invite le public à découvrir dans toute la France plus d’une centaine de sites et de hauts lieux du patrimoine militaire qui proposent, pour l’occasion, de nombreuses visites, ateliers pédagogiques et expositions de matériel. Parmi les sites ouverts cette année : l’Hôtel de Brienne (Paris 7e).

 

Fermée en 2013, la résidence du ministre de la Défense est exceptionnellement ouverte au public en 2014. Le parcours propose une visite des bureaux du ministre de la Défense, du général de Gaulle et de celui de Clémenceau, dont la rénovation s’est achevée en août 2014.

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:45
CHEBEC 2014 : Exercice franco-marocain en Méditerranée

 

19/09/2014 Marine nationale

 

Du 15 au 30 septembre 2014, la Marine nationale s’associe à la Marine Royale Marocaine pour des manœuvres navales en Méditerranée.

 

L’entraînement CHEBEC 2014 s'inscrit dans la dynamique de coopération et d’amitié entre la France et le Maroc. Il a pour objectif la consolidation de la coopération opérationnelle entre la Marine Royale, les Forces Royales Air marocaines et la Marine nationale dans les domaines de la surveillance et de la sécurité maritimes. Il vise à permettre le développement de l’interopérabilité entre les unités et le partage des expériences et des connaissances, favorisant l’aptitude des deux parties à opérer conjointement et à répondre, le cas échéant, à une situation de crise (trafic illicite en mer/assistance lors d’une catastrophe à terre).

 

Depuis le 15 septembre, la frégate Aconit participe à des exercices conjoints à quai, dans la base navale de Toulon avec la frégate de type SIGMA Allal Ben Abdellah. Le 22 septembre, les deux frégates, ainsi que leurs détachements aéronautiques respectifs (Alouette III pour l’Aconit et Panther pour l’Allal Ben Abdellah) prendront la mer direction Casablanca (qu’ils rejoindront le 29 septembre), les bâtiments poursuivront à la mer leurs exercices axés autour de la thématique d’une opération d’interdiction maritime.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:26
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)

 

19/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le dépôt logistique de Daech ciblé par le raid aérien effectué ce matin (vendredi 19 septembre 2014) a été détruit.

 

Au cours de ce vol d’environ cinq heures, les deux Rafale ont été ravitaillés à trois reprises par l’avion ravitailleur C135-FR.

 

Les chasseurs français, équipés de pod de désignation Damoclès ont porté leurs frappes entre 09h40 et 09h58 avec quatre bombes guidées laser GBU 12.

 

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 a effectué une mission d’une dizaine d’heures, coordonnée avec celle des Rafale. Ses capteurs ont permis d’assurer le volet renseignement de la mission et d’effectuer un battle damage assesment (BDA)* transmis immédiatement au centre de planification et de conduite des opérations situé à Paris.

 

Durant cette mission, le volet personnel recovery, c’est-à-dire la capacité à secourir les pilotes en zone hostile, était assuré par des moyens militaires américains.

 

Conformément à la volonté du Président de la République, de nouvelles frappes se dérouleront dans les jours à venir pour soutenir les armées irakiennes dans leur lutte contre Daech. Ces frappes seront à nouveau effectuées en coordination étroite avec les autorités irakiennes ainsi qu’avec nos alliés présents sur le théâtre.

 

*Evaluation des frappes

Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:55
Atlantique 2 de la Marine Nationale - photo VDaufresne

Atlantique 2 de la Marine Nationale - photo VDaufresne

 

18/09/2014 Sources : Marine naionale

 

Déployé dans le golfe Arabo-Persique depuis le début du mois, un avion de patrouille maritime  Atlantique 2 (ATL2) de la flottille 23F est actuellement détaché à Al Dhafra. Il a conduit le 17 septembre une première mission de reconnaissance dans le ciel irakien, sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone maritime océan Indien (ALINDIEN).

 

L’Atlantique 2 est un avion de combat aéro-maritime, datant des années 1990 pour sa version initiale. Cet avion se caractérise par une large interopérabilité avec les forces, les alliés ainsi que les autres administrations, et par sa grande polyvalence d’emploi qui en font un remarquable outil militaire, par ailleurs régulièrement engagé dans les missions d’action de l’Etat en mer. Vecteur de supériorité aéromaritime, redoutable chasseur de sous-marins comme de navires de surface, il peut également transposer son savoir-faire et ses capacités au-dessus de la terre, où il opère régulièrement en soutien des forces terrestres et des forces spéciales.

 

L’Atlantique 2 : un avion de combat aéro-maritime polyvalent

Ses missions principales :

    les opérations de sûreté, au profit de la Force Océanique Stratégique (FOST) pour la protection des SNLE, et au profit des forces aéronavales ;

    les opérations de combat aéromaritime, en particulier de lutte anti-sous-marine et anti-navire ;

    les opérations de sauvegarde maritime et de sûreté des approches maritimes nationales.

 

L’ATL2 est aussi amené régulièrement à s’adapter aux besoins opérationnels de l’Etat-Major des Armées, avec des appuis aux opérations terrestres et aéroterrestres, notamment en termes de :

    recueil de renseignements ;

    recherche de convois, de positions ennemies ;

    guidage d’avions et d’hélicoptères d’assaut ;

    frappe d’objectifs.

 

Afin de permettre à la Marine de continuer à tenir sa posture opérationnelle, le ministre de la Défense a signé en octobre 2013 un contrat de rénovation qui concernera 15 ATL2. Grâce à cette rénovation, ces avions vont bénéficier notamment d’améliorations importantes de leurs capacités de détection et de leurs systèmes acoustiques.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:55
Le Cercle de l'Arbalète: du SOFINS à une future fondation
 

18.09.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Le Cercle de l'Arbalète, c'est pour l'instant une association inaugurée le 25 avril dernier qui "a pour objet général de fédérer l’action des différentes personnes physiques et morales désirant contribuer au rayonnement des opérations spéciales, à la cohésion du personnel des forces spéciales des trois armées et à l’efficacité de la R&D spécifiquement dédiée aux opérations spéciales". Mais la création de l'association ne constitue qu'une étape vers la constitution d'une future fondation baptisée "L’arbalète".

 

Selon ses statuts, l’association a pour objet général de fédérer l’action des différentes personnes physiques et morales désirant contribuer au rayonnement et à l’équipement matériels des opérations spéciales et à l’efficacité de la R&D spécifiquement dédiée aux opérations spéciales. Dans ce cadre, l’Association poursuit plus particulièrement les objectifs suivants :

Dans un premier temps, animer le réseau des entreprises membres du Cercle. À ce titre, elle a notamment pour but de :
- Organiser et conduire les "ateliers Recherche et Développement" ;
- Conduire l’ensemble des actions nécessaires à l’organisation et au déroulement du "Special Operations Forces Network Seminar" (SOFINS), organisé selon une périodicité de principe tous les deux ans 
- Conduire les actions visant à la création d’un "Label FS" validant certains matériels.
Dans un deuxième temps préparer la création, la demande de déclaration d’utilité publique et l’entrée en fonction effective de la future Fondation « L’ARBALETE »."

 

Initialement, le siège social de l’Association était établi à l'état-major du COS, désormais il est installé à Versailles.

 

Le prochain atelier R&D dédié aux FS de l'armée de l'Air aura lieu les 1er et 2 octobre sur la BA 123 d'Orléans avec les commandos du CPA10 et les aviateurs du Poitou.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:50
Exercice franco-italien en haute montagne


19 sept. 2014 Armée de Terre

 

Soldats de montagne italiens et chasseurs alpins français ont échangé leurs savoir-faire au cours d’un exercice en milieu montagnard. Deux semaines à Chamonix au cours desquelles le 13e bataillon de chasseurs alpins a pu enrichir et partager son expérience en vue de la création d’une future brigade de montagne binationale.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:45
Sangaris : point de situation du 18 septembre

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Sangaris, engagée en République centrafricaine, du 11 au 18 septembre 2014

 

Les effectifs de la force Sangaris sont de l’ordre de 2 000 soldats. Les forces françaises sont présentes principalement dans trois zones :

  • à Bangui et Boda avec le GTIA Acier,
  • à l’ouest, de Bouar à Bossangoa avec le GTIA de Boissieu,
  • et à l’est, dans un triangle Sibut-Dekoa-Bambari, avec le GTIA Magenta.

La MISCA a été relevée le 15 septembre par la MINUSCA. Les effectifs de la MINUSCA sont actuellement de 6 700 hommes.

 

Point de situation sécuritaire :

 

Le 11 septembre, le ministre d’État chargé de la Défense centrafricaine, M. Aristide Sokambi et le commandant de la force Sangaris, le général de brigade Éric Bellot des Minières ont effectué une visite à Bouar. Ils sont allés à la rencontre des autorités locales et de la force Sangaris pour constater les améliorations de la situation sécuritaire, judiciaire et administrative, avant la prise en compte de la zone par le contingent bangladais de la mission de l’ONU.

La journée du 12 septembre a été marquée par la visite à Bossangoa des trois ministres de l’habitat, du plan et des travaux publics. Si la sécurisation de l’aérodrome a été réalisée par la MISCA, les forces de sécurité intérieures (FSI) ont assuré seules la sécurité des autorités.

Ces deux visites à Bouar et Bossangoa sont des signaux encourageants sur le retour progressif de l’administration dans l’ouest du pays.

A Grimari, le GTIA Magentaa appuyé une action de fouille des FSI qui visait à entretenir la pression sur les groupes armés qui ne souscrivent pas à la dynamique de conciliation. Elle a abouti à la capture d’un responsable anti-balaka par la gendarmerie centrafricaine, récemment réimplantée en ville.

A Bambari, le GTIA a sécurisé des travaux de réhabilitation d’habitations dans le cadre d’un projet de « quartier-témoin » visant à permettre le retour des réfugiés dans leur quartier d’habitation. Cette initiative avait été menée à Bangui début 2014. Elle vise à favoriser la reprise d’une activité économique là où la situation sécuritaire le permet. Une fois par semaine, la force Sangaris prévoit des patrouilles pour sécuriser le déplacement des déplacés et leur journée de travail.

A Boda, une « task force interministérielle » regroupant des représentants de l’Etat centrafricain, s’est rendue dans la ville, sécurisée par les FSI. Des représentants de l’administration territoriale, du dialogue intercommunautaire, ainsi que des affaires sécuritaires, judiciaires, humanitaires et sanitaires ont ainsi pu mener des réunions de travail avec les autorités locales. La force Sangari sa appuyé la sécurisation du déplacement de cette délégation.

Enfin, les 10 et 11 septembre, Sangaris a appuyé la sécurisation d’un second convoi organisé par l’organisation internationale de migration (OIM) pour favoriser le retour des ex-combattants de l’ex-Séléka de Bangui vers leur région d’origine.

 

 

Relève de la MISCA par la MINUSCA :

Sangaris : point de situation du 18 septembreSangaris : point de situation du 18 septembre

 

Le 15 septembre, à l’occasion de la cérémonie marquant la fin de la mission de l’Union Africaine, madame Catherine Samba-Panza, chef de l’Etat de transition (CET) a rendu un hommage appuyé à l’action de la MISCA.

La MINUSCA se compose des contingents de la MISCA auxquels s’ajoutent ceux du Bangladesh, du Sri Lanka, du Maroc, et de l’Indonésie pour un effectif total actuel de 6 700 soldats.

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:45
Barkhane : point de situation du 18 septembre

 

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Barkhane, engagée dans la bande sahélo-saharienne, du 11 au 18 septembre 2014

 

La force Barkhane compte 3 000 hommes. La MINUSMA (ONU) compte plus de 8 000 hommes. Les forces armées maliennes (FAMA) comptent quant à elles environ8 200 hommes.

 

La force Barkhane a entamé cette semaine une période de relèves qui se poursuivra jusqu’à la mi-octobre.

 

Point de situation sécuritaire :

 

La situation est restée globalement calme cette semaine dans la bande sahélo-saharienne (BSS). La situation sécuritaire au Mali s’est apaisée au nord du pays, après plusieurs semaines rythmées par des actions régulières de harcèlement.

 

Bilan des dernières opérations conduites sur le fuseau Ouest

 

Une opération tripartite a été conduite du 29 août au 9 septembre dans la région d’Aguelhok, au Nord-Mali. Son but était de désorganiser les groupes armés terroristes (GAT), réduire leur liberté d’action et exploiter toute opportunité pour détruire des caches d’armes afin d’empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans cette zone où les GAT, bien qu’affaiblis, sont régulièrement responsables d’actions de harcèlement.

 

Sur la base de renseignements d’opportunité, deux points de ravitaillement des GAT ont été découverts puis détruits dans la région de Tessalit, les 4 et 5 septembre derniers. Ces caches dissimulaient notamment des réserves d’environ 2 000 litres d’essence. Des munitions ont également été découvertes ainsi que trois engins explosifs qui ont été désamorcés. Ces destructions entravent la liberté d’action des GAT et réduisent leur potentiel de combat.

 

Focus sur l’emprise de Niamey :

 

L’emprise de Niamey était de janvier 2013 à août 2014 une base d’appui aérien au profit de l’opération Serval. Elle poursuit cette mission depuis le 1eraoût 2014 au profit de la force Barkhane, en mettant en œuvre des moyens d’appui renseignement (drones), et d’appui au sol (avions de chasse). Elle permet également l’accueil d’avions de transport tactique au profit de la force. Après l’achèvement de travaux nécessaires, l’emprise de Niamey remplacera l’APOD (Air Port Of Disembarkation) de Bamako dont elle assume d’ores et déjà plusieurs fonctions.

 

Les moyens aériens actuellement mis en œuvre depuis Niamey sont : trois Mirage 2000D, deux drones Harfang, deux drones Reaper et deux C160.

 

L’emprise de Niamey occupe ainsi un rôle déterminant en matière d’appui aérien, de renseignement et d’appui logistique.

Barkhane : point de situation du 18 septembre
Barkhane : point de situation du 18 septembre
Barkhane : point de situation du 18 septembre
Barkhane : point de situation du 18 septembre
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

19/09/2014 Sources : EMA

 

Le 19 septembre, sur ordre du Président de la République, une opération militaire aérienne a été menée contre le groupe terroriste Daech. Cette opération avait pour objectif de détruire, par frappes aériennes, un dépôt logistique de Daech repéré dans la région de Mossoul par les missions de reconnaissance et de renseignement effectuées cette semaine.

 

Le dispositif était constitué :

    de deux avions de chasse Rafale de l’armée de l’air équipés de bombes air-sol guidées laser GBU 12 ;

    d’un avion de ravitaillement C-135 FR de l’armée de l’air ;

    d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale, chargé d’assurer le volet renseignement de cette mission et la première évaluation des frappes.

 

Commandé par le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, et réalisé sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN), ce raid aérien a été conduit en coordination avec les autorités irakiennes et avec nos alliés présents dans la région.

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 18:32
photo EMA

photo EMA

 

18.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Le Sénat américain devait donner jeudi son feu vert au plan de soutien des rebelles syriens afin de les aider à combattre le groupe Etat islamique (EI). Cette décision devait tomber alors que les jihadistes gagnent du terrain dans le nord du pays.

 

Les jihadistes de l'EI ont diffusé jeudi la vidéo d'un prisonnier britannique, John Cantlie, dans laquelle le journaliste enlevé en Syrie en novembre 2012 annonce qu'il dévoilera "la vérité" sur l'EI dans "de prochains épisodes". L'ancien collaborateur du "Sunday Times" et de l'AFP s'exprime seul face à la caméra, calme et sans aucune menace apparente contre sa vie.

 

Equiper et entraîner les rebelles modérés

 

Le premier volet de la stratégie anti-jihadistes présentée par le président américain Barack Obama la semaine dernière devait ainsi prendre forme avec le vote du Sénat. Appelé à suivre la Chambre des représentants, le Sénat devait approuver un plan destiné à équiper et à entraîner les rebelles syriens modérés.

 

Outre cette aide, les Etats-Unis ont affirmé être prêts à mener des raids aériens pour viser les "sanctuaires" de l'EI en Syrie, ainsi que "ses centres de commandement, ses capacités logistiques et ses infrastructures".

 

Retrait tactique des jihadistes

 

En vue de ces éventuelles frappes, les jihadistes se sont retirés de plusieurs positions dans la province de Deir Ezzor (est), frontalière avec l'Irak, qu'ils contrôlent en grande partie, selon des militants.

 

Les jihadistes ont notamment quitté l'ancien bâtiment du gouvernorat à Deir Ezzor, l'un des plus importants lieux de stockage d'armes de l'EI dans la région, a indiqué l'un d'eux, Abou Ossama.

 

Dans le nord en revanche, près de la frontière turque, les jihadistes se sont emparés lors des dernières 24 heures de seize villages, prenant en tenaille Aïn al-Arab, la troisième ville kurde du pays, selon une ONG syrienne. Si les jihadistes parviennent à prendre Aïn al-Arab, défendue par des milliers de combattants kurdes, ils menaceraient les régions kurdes du nord-est syrien.

 

Frappes aériennes françaises prévues

 

Dans l'Irak voisin, les troupes d'élite du pouvoir ont combattu ces jours les jihadistes à moins de 50 km de Bagdad, dans le secteur de Fadhiliya, sans parvenir cependant à y pénétrer, selon un chef de la tribu des Janabi.

 

Des avions de chasse américains les ont soutenus en frappant des cibles de l'EI au sud de la capitale irakienne, selon l'armée et des chefs tribaux. La France a également décidé d'accorder son soutien aux autorités irakiennes pour des frappes aériennes, a annoncé jeudi François Hollande. Le président français a par contre exclu la possibilité d'envoyer des troupes au sol.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 17:55
Pas de changement de statut pour la Direction générale de l'armement

Le Délégué général pour l'armement n'a pas eu le mandat pour transformer le statut de la DGA en EPIC

 

17/09/2014 Michel Cabirol –LaTribune.fr

 

Le Délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon a annoncé aux syndicats que la DGA garderait son statut et ne se transformerait pas en EPIC



 

C'est abandonné. Le ministère de la Défense avait envisagé d'inscrire la direction générale de l'armement (DGA) sur la liste des opérateurs habilités à percevoir et dépenser des crédits Programme d'Investissement d'Avenir (PIA). Cette solution a finalement été abandonnée, explique-t-on de sources concordantes à La Tribune. C'est ce qu'a annoncé ce mercredi le Délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon aux organisations syndicales lors d'une rencontre.

En outre, Laurent-Collet-Billon a rappelé aux syndicats qu'il n'avait pas été mandaté pour changer le statut de la DGA, qui aurait pu devenir selon certaines pistes explorées un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), comme l'avait dévoilé Les Echos. Le débat est donc terminé.

 

Un projet pour compenser les recettes exceptionnelles en 2015

Le projet d'inscrire la DGA sur la liste des opérateurs habilités à percevoir et dépenser des crédits PIA aurait pu permettre au ministère de la Défense de trouver une solution pour pallier l'absence de 2,1 milliards d'euros de recettes exceptionnelles en 2015 provenant de la vente des fréquences. Raté. Les industriels et les militaires devront donc se raccrocher à la promesse de François Hollande de maintenir le budget de la défense à 31,4 milliards en 2015... A suivre.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 16:55
Gabian : entraînement majeur en méditerranée

 

 

18/09/2014 Sources : Marine nationale

 

La troisième édition 2014 de Gabian a commencé le 15 septembre 2014. Pas moins de 14 bâtiments -  du BPC Mistral au chasseur de mines Lyre - participent à cet entraînement majeur de la force d’action navale, qui vise à confronter les équipages à toutes les situations de navigation et de combat. Depuis deux jours près de 2000 marins enchaînent les manœuvres à un rythme soutenu. L’objectif pour chacun d’entre eux est la parfaite maîtrise de tous les savoir-faire indispensables à la conduite de leurs missions.

 

Le commandant de la frégate anti-sous-marine Montcalm assure le commandement de la force. C’est une mission particulièrement complexe qui a nécessité une préparation minutieuse pendant plusieurs semaines pour imbriquer chaque jour les entraînements les plus divers : tirs, ravitaillements à la mer, visite et contrôle de navires,  appontages et décollages d’hélicoptères, attaques aériennes simulées et cyber-attaques sur les réseaux de communication. Il faut à chaque instant ajuster et réviser le programme d’activités en tenant compte des nombreux aléas qui peuvent affecter l’environnement, le matériel et les hommes, pour optimiser l’emploi des moyens en surface, dans les airs et sous l’eau.

 

Au cœur de l’action, le binôme constitué du bureau opérations et du central opérations (CO), constitue le centre nerveux de la frégate et de l’imposante force navale. C’est ici que jours et nuits, une dizaine de personne planifie et conduit l’action, veillent en permanence au dessus, sur et sous la mer et maintiennent une communication constante avec les 13 autres bâtiments.

 

La polyvalence des marins est sollicitée : dans la même journée, un marin pourra ainsi tirer à la mitrailleuse de 12,7mm, revêtir l’équipement de pompier ou de brancardier puis revenir à sa fonction première de mécanicien ou encore de cuisinier.

 

Ces cinq jours s’inscrivent dans le cadre de la préparation opérationnelle des équipages et des unités. Les équipages sont ainsi prêts à partir loin, longtemps et en équipage pour accomplir toutes les missions que la marine leur confiera.

 

La récente mission d’évacuation de ressortissants menée à bien en Libye par le Montcalm leur confirme, que l’expérience et la cohésion, acquises en entraînement sont le socle de l’efficacité opérationnelle.

Gabian : entraînement majeur en méditerranée
Gabian : entraînement majeur en méditerranée
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 16:45
Sangaris : Visite du Ministre de la Défense centrafricaine et du COMANFOR à Bouar

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Le 11 septembre 2014, le ministre d’État chargé de la Défense centrafricaine, M. Aristide Sokambi et le commandant de la force Sangaris, le général de brigade Éric Bellot des Minières ont effectué une visite à Bouar. A quelques semaines du passage de relais officiel du groupement tactique interarmes (GTIA) de Boissieu au contingent bangladais de la MINUSCA, les autorités militaires et civiles sont venues constater les améliorations tant économiques qu’administratives dans la ville.

 

Située sur la « main supply road » (MSR) : l’axe routier par lequel transitent toutes les marchandises en provenance du Cameroun en direction de Bangui, la ville de Bouar est emblématique des progrès sécuritaires dans l’Ouest de la Centrafrique. C’est donc tout naturellement que M. Sokambi a choisi cette ville pour son premier déplacement officiel.

 

Après avoir pris connaissance, auprès de la MISCA, des enjeux liés aux infrastructures et aux moyens nécessaires au déploiement de la MINUSCA, les autorités ont poursuivi leur visite à la préfecture de Nana Mambere. Le préfet de cette localité est revenu sur les nettes avancées sécuritaires du fait de « la franche collaboration »entre la force internationale et les autorités locales.

 

Madame Yasmine Thiam, chef du bureau MINUSCA à Bouar, a salué la « coordination entre tous les acteurs en appui de tous les centrafricains », coordination qui permet aujourd’hui d’appréhender de manière globale la résolution de la crise dans l’Ouest de la Centrafrique sur le long terme. Grâce aux « efforts fournis avec beaucoup de courage, de ténacité, et de neutralité par la force Sangaris, pas seulement à Bouar, mais également dans les régions, même celles excentrées », la chef du bureau MINUSCA à Bouar a affirmé la volonté de la mission des Nations Unies de reprendre le flambeau de la force Sangaris pour consolider la paix.

 

Le général Éric Bellot des Minières s’est félicité de « l’amélioration de la situation à Bouar due au travail collégial qui a été mené de concert par le GTIA de Boissieu et l’ensemble de ses partenaires et interlocuteurs tels que le préfet, le procureur, les forces de police et de gendarmerie de Bouar et les OI-ONG. ». Ce constat permet aujourd’hui d’entreprendre la ré-articulation du dispositif de la force Sangaris dans cette localité visant à passer, progressivement, le relais à la MINUSCA.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à faciliter la mise en place de la MINUSCA.

Sangaris : Visite du Ministre de la Défense centrafricaine et du COMANFOR à BouarSangaris : Visite du Ministre de la Défense centrafricaine et du COMANFOR à Bouar
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories