Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 16:55
La STAT (section technique de l’armée de Terre) - Le choix des armes - Infographie

 

06/08/2014 ASP Maude FOUQUET

 

Dans le cadre d’une activité opérationnelle soutenue sur les théâtres d’opération extérieure, l’armée de Terre a besoin de matériel et d’armement performants et efficients. C’est le rôle de la section technique de l’armée de Terre (STAT) que de s’assurer de la réponse aux besoins en équipements des forces aéroterrestres sous le pilotage du sous-chef plans programme de l’EMAT. En étroite collaboration avec la Direction générale de l’armement, elle assure la conduite et le suivi des opérations d’armement. Explication d’un processus en plusieurs étapes.

 

« La spécificité de l’armée de Terre, c’est l’action en tout temps et en tout lieu. En s’appuyant sur une industrie de Défense performante, nous avons vocation à intervenir dans le monde, il faut que nos équipements répondent à la stratégie de la nation », explique le général Charles Beaudoin, directeur de la section technique de l’armée de Terre (STAT). La STAT est au cœur des opérations d’équipement. Elle a deux vocations : la première consiste à proposer des expressions de besoin et à conduire les opérations grâce à des officiers de programmes, la deuxième concerne l’expérimentation des systèmes d’armes qui sont livrés par l’industriel grâce à des équipes de marque. « Nous sommes présents de bout en bout », reprend le général. En plus de ces missions exécutées selon les directives du bureau programmes et systèmes d’armes de l’EMAT, depuis 2008, la STAT appuie les forces déployées en opérations extérieures, selon une boucle très courte : « Nous proposons des acquisitions en urgence pour les spécificités des différents théâtres. Nous accompagnons nos camarades sur place pour leur expliquer le fonctionnement d’un équipement et nous en profitons pour recueillir les informations sur le matériel et les impressions des utilisateurs. » La STAT participe aussi à la préservation de l’industrie de Défense française, en prenant part à des salons de l’armement, tel Eurosatory dont l’édition 2014 aura lieu en juin. « Expérience opérationnelle, professionnalisme et initiative sont les clés de notre travail. Parmi tous les intervenants dans l’élaboration des équipements. Nous ne sommes pas des ingénieurs techniciens car nous connaissons parfaitement les besoins opérationnels de l’armée de Terre, nous en sommes les garants », insiste le général. Si la STAT conduit les opérations d’armement pour les forces aéroterrestres de l’expression du besoin à leur livraison, les évaluateurs suivent les différents stades de la vie d’un équipement : initialisation, orientation, élaboration, réalisation, utilisation et retrait du service.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 12:45
source OMS / WHO

source OMS / WHO

 

05/08/2014 Par Claire Hache - lexpress.fr

 

Le virus Ebola qui a déjà tué 887 personnes en Afrique pourrait-il menacer la France? Le point sur ce qui est prévu dans l'Hexagone face à cette fièvre hémorragique.

 

Ebola continue de faire payer un lourd tribut à plusieurs pays africains. 887 personnes sont mortes en Guinée, au Liberia, en Sierra Leone et au Nigeria après avoir contracté le virus. Une ampleur sans précédent. Cette fièvre hémorragique qui se transmet d'homme à homme par contact direct a infecté deux médecins américains qui ont été rapatriés aux Etats-Unis. Un homme était également soigné lundi dans un hôpital de New-York pour des symptômes semblables à ceux d'Ebola. 

La France a pour l'heure été épargnée. Jusque quand? Eléments de réponse alors qu'il n'existe ni vaccin, ni traitement spécifique. 

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 11:35
Extra Press Conference by the Defense Minister Onodera (July 29, 2014)

 

July 29, 2014 Press Conference by the Defense Minister
 

(This is a provisional translation of an announcement by the Defense Minister and the Q&A session at the subsequent press conference for reference purposes only)
The original text is in Japanese.

 

1. Announcements
None

 

2. Questions and Answers

 

Question: Today, you held your fourth meeting with French Minister of Defense Jean-Yves Le Drian. What were the specific agenda items for the talk, and what was the outcome of the meeting?

Minister: The two sides signed a memorandum of understanding and agreed to strengthen bilateral defense cooperation. The French side was particularly interested in concluding the ACSA (Acquisition and Cross-Serving Agreement). The French side also requested us to jointly carry out research on defense equipment. Since we regard our relations with the French as vital in various aspects including cooperative relations in Djibouti, we replied that we will positively consider the requests from the French side.

 

Question: France has allegedly concluded a contract to sell Mistral-class amphibious assault ships to Russia, sparking criticism and concerns from other countries. Did you discuss that today?

Minister: We, too, have been greatly concerned about the intention of France to build and sell amphibious assault ships to Russia. So I explained to the French side today about the current situation in the Far East where Russia has been building up its military strength and bolstering military activities and exercises. I conveyed explicitly that we are deeply concerned about France's plan to sell amphibious assault ships to Russia.

 

Question: What was the response of Minister Le Drian to Japan's concern?

Minister: He well understood Japan's concern. However, he also explained to me that the transaction has already been made, and that the ships are designed for transport and are not equipped with any weapons. Then, I insisted that we are still very concerned about this action. At the end, Minister Le Drian said that the French side will consider future action after hearing the European Union's decision regarding the sanctions against Russia. At present, France is upholding its export plan based on the current level of sanctions.

 

Question: You mentioned earlier that the French side expressed interest in concluding the ACSA with Japan. What was the response of the Japanese side to that proposal?

Minister: As this is an issue of importance for Japan as well, I answered that we will consider this proposal in a positive manner.

 

Question: What is the significance of concluding the ACSA with France?

Minister: For example, a French naval ship called at a Japan's port last month or so. And a Self-Defense Forces training squadron is scheduled to call at a port in Tahiti, which is a French territory. The conclusion of the ACSA would be beneficial for both countries as it would allow them to provide various services to each other in these kinds of interactions. In addition, when I inspected the SDF's anti-piracy operations in Djibouti, I realized that France has strong influence on that country as its military is present there. Thus, concluding the ACSA with France should also be beneficial in terms of the SDF's anti-piracy operations.

 

Question: Did you discuss bilateral cooperation in the development of particular kinds of defense equipment?

Minister: The governments of the two countries are currently considering bilateral cooperation in the development of defense equipment by having launched a committee to discuss this matter. It is vital to advance this discussion. When Minister Le Drian inspected the Technical Research and Development Institute this morning, we gave him a tour to show our robot technology which he was particularly interested in.

 

Question: Did you give an explanation today to the French side about the fact that the Cabinet approved the SDF to exercise the right to collective self-defense?

Minister: I explained about the recent Cabinet decision on the right to collective self-defense using some specific case scenarios to illustrate its application.

 

Question: What was the response of Minister Le Drian to that?

Minister: His view was that Japan's new defense policies including the decision to exercise the right to collective self-defense make perfect sense. And he welcomed the Japanese government's policy of proactive contribution to peace of the international community as a peace-loving nation.

 

Question: Did you discuss the current regional situation today?

Minister: Yes, indeed, with an emphasis on the North Korea issue and the issue concerning the South China Sea.

 

Question: Could you tell us the significance of the memorandum of understanding which was signed just before the meeting?

Minister: The memorandum is very significant as we agreed to further advance the defense cooperation between the two countries.

 

Question: Why is it important to promote personnel exchange?

Minister: The two sides prepared a joint report regarding the personnel systems of the two countries in preparation for enhancing defense cooperation. As we start exchanging personnel hereafter, it will be helpful to mutually understand each other's personnel management system and organization. So the memorandum signed today incorporated some preconditions for future personnel exchanges.

 

Question: Regarding the robot technology, which you mentioned earlier, is the French side especially interested in Japan's unmanned underwater vehicles?

Minister: Minister Le Drian expressed broad interests. Among them were the unmanned underwater vehicles.

 

Question: When are you aiming to conclude the ACSA and the agreement on joint research on defense equipment?

Minister: As for the ACSA, the French side proposed to conclude it for the first time today. Since the memorandum was concluded today, I will instruct my staff to start deliberation on that proposal immediately.

 

Question: When the two sides were discussing the regional situation, was downing of the Malaysian airliner brought up?

Minister: That incident was not brought up at the meeting. However, we talked about the crash of the Algerian airliner that was carrying over 50 French people. We offered our condolences for those who were killed in the accident and expressed our sympathies for the survivors.

 

Question: I have a question related to the issue of mitigating the impact of military bases on Okinawa. A press report indicated that five locations had been picked as possible Osprey training relocation sites. Is that a fact? Also, could you comment on that?

Minister: Relocation of Osprey training to mainland Japan is vital in terms of mitigating the impact on Okinawa as we have been reiterating. However, it is not a fact that specific relocation sites have been determined.

 

Question: Have you already selected candidate sites then?

Minister: I have not yet been informed of any such specific decisions being made.

 

Question: I would like to return to the topic concerning the planned sale of amphibious assault ships to Russia by France. Western countries, especially the United States, are strongly demanding to cancel the sale. In contrast, Japan just merely conveyed the concern that the Russians might deploy the ships in the Far East. Why did you not more demandingly request the French side to stop the whole deal?

Minister: By saying we are concerned, I meant to discourage the French side from selling. I was told that France is planning to export two amphibious assault ships. According to one theory, those ships concerned have been named Sevastopol and Vladivostok. These names represent a city in Ukraine, which is currently attracting global attention and concerns, and a city in Russia where we are afraid that Russia's Far Eastern military is building strength. If these names really imply where they will actually be deployed, it would surely be a serious concern internationally. I conveyed my grave concern to the French side in hope of stopping the planned sale.

 

Question: The Chinese have begun military exercises in the East China Sea from today. These exercises are more extensive compared to the ones conducted in previous years. And they are being carried out in the East China Sea where the Senkaku Islands are located. What is the reaction of the Japanese side to these actions?

Minister: Many countries regularly conduct various military drills in their neighboring waters. We, too, have been routinely conducting military training. We understand that these are normal exercises regularly performed by the Chinese without assuming any particular countries or specific situations.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 08:55
Thales a présenté au salon Eurosatory, en juin 2014, une version export du véhicule protégé léger Hawkei.

Thales a présenté au salon Eurosatory, en juin 2014, une version export du véhicule protégé léger Hawkei.

 

06/08/2014 Par Véronique Guillermard

 

Ce classement est toujours dominé par les Américains, avec en leader l'indéboulonnable Lockheed Martin.

 

C'est la surprise de l'édition 2013 du classement des 100 plus importantes entreprises d'armement dans le monde, publié par le magazine américain Defence News. Pour la première fois depuis 2007, le français Thales, y fait son grand retour. Avec un chiffre d'affaires de 10,96 milliards de dollars réalisés en 2013 dans la défense, le groupe dirigé par Jean-Bernard Lévy se classe au neuvième rang, juste devant l'italien Finmeccanica (10,89 milliards de dollars, en recul de 13 %). «Thales qui a vu ses ventes progresser de 13 % dans la défense en 2013, dépasse l'américain L-3 qui sort du top 10 pour la première fois depuis 2006», commentent les auteurs de l'étude. Malgré la baisse des budgets militaires en Europe ainsi que la réorientation - certes progressive - de Thales vers le civil, le groupe reste un poids lourd de l'armement.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:55
Les adieux du 1er REC à la Cité des princes

 

22/07/2014 Communauté Défense

 

Ce jeudi 9 juillet à Orange, la Cité des princes, la population a rendu un dernier hommage à ses soldats, les légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie.

 

Après 47 ans de présence, le régiment quitte la ville d'Orange pour rejoindre le camp de Carpiagne, dans les Bouches-du-Rhône. Ce transfert s’inscrit dans le cadre des restructurations militaires annoncées en octobre 2013.

 

Le transfert du régiment vers Carpiagne permettra au régiment de rester parfaitement opérationnel, notamment en termes d’entraînement et de projection. En effet, le camp, d'une superficie de 1 500 hectares, est situé à proximité de plateformes aéroportuaires et d'aéroports militaires.

 

La cérémonie de départ du 1er régiment étranger de cavalerie s'est achevée par un défilé des légionnaires qui, une dernière fois, ont traversé l'arc de Triomphe d'Orange.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:50
Malbork : Visite du général de Longvilliers

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Le 15 juillet 2014, le général Dominique de Longvilliers, commandant en second du Quartier général du Commandement de Forces aériennes alliées (HQ AIRCOM), a rendu visite aux militaires de l’armée de l’air déployés à Malbork en Pologne ainsi qu'à leurs homologues polonais de la base aérienne. La visite du général s’inscrit dans un processus d’obtention pour cette base du label OTAN.

 

Le général a été accueilli par le colonel Leszek Błach, commandant de la base aérienne de Malbork et le général Jan Sliwka, inspecteur du quartier général de la Force aérienne polonaises, qui lui ont fait découvrir les infrastructures. Le général de Longvilliers a ainsi découvert la salle opérationnelle et les différents services de soutien.

 

Le lieutenant-colonel Gauthier Dewas, commandant du détachement air français de Malbork, lui a présenté le détachement et son fonctionnement. Il a ensuite rappelé l’engagement du détachement français dans la réalisation de la mission de permanence opérationnelle mandatée par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Ces militaires, par leur action, maintiennent intacte la capacité opérationnelle des Mirage leur permettant ainsi de décoller 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 lorsqu'ils sont de permanence.

 

Le travail franco-polonais sur la base aérienne de Malbork est l’exemple même de coopération transnationale souhaitée par l’OTAN.

 

Depuis le 6 mai 2014, un détachement français composé d’une centaine de militaires et de quatre avions de chasse, assure une mission de permanence opérationnelle (PO) au profit des Etats Baltes. Cette mission, effectuée sur demande de l’OTAN, s’inscrit dans le cadre des mesures de réassurance souhaitées par le Président de la République à l’égard des pays alliés face aux tensions régionales. Les avions français profitent de cette mission pour effectuer des exercices d’entraînement avec les avions polonais.

Malbork : Visite du général de Longvilliers
Malbork : Visite du général de LongvilliersMalbork : Visite du général de Longvilliers
Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:50
Kosovo : le désengagement s’achève

 

04/08/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 13 juillet 2014, les effectifs militaires français au Kosovo ne comptent plus qu’une dizaine d’hommes. A l’automne 2014, ils ne seront plus que trois officiers engagés dans les états-majors de l’OTAN.

 

Le 6 février 2014 avait marqué la fin de la participation des troupes françaises aux missions opérationnelles au sein de la KFOR. Les éléments de l’escadron d’éclairage et d’investigation, dernière unité de combat française présente au Kosovo, avaient alors quitté le territoire avec leurs équipements.

 

Le 7 juin s’était achevée la mission logistique que les forces françaises assuraient, en tant que « Logistic Lead Nation », au profit de l’ensemble des contingents de la KFOR déployés sur le camp Maréchal de Lattre de Tassigny à Novo Selo. Il s’agissait du deuxième volet de la mission assurée par les forces françaises au Kosovo.

 

Depuis le 13 juillet, les militaires chargés de clore administrativement et logistiquement la mission des forces françaises au Kosovo ont à leur tour rejoint la France. Une dizaine d’officiers reste désormais au sein de l’état-major de la KFOR à Pristina ou auprès du général commandant la NATO liaison and advisory team, structure dédiée à la montée en puissance de la force armée du Kosovo. Au mois d’octobre 2014, cet effectif sera stabilisé à hauteur de trois officiers.

 

Durant 15 années de présence au Kosovo, la France a activement participé au maintien d’un environnement sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo. Cette participation s’est traduite par la surveillance permanente des postes-frontières dans le Nord de la zone d’action du Battle Group Est, en coordination avec la KP, la police du Kosovo et la mission de l’Union européenne (EULEX). Jusqu’à 6000 militaires français ont été engagés au sein de l’opération Trident au plus fort des opérations.

 

Compte tenu de l’évolution de la menace et des forces internationales en place, la France a décidé du passage d’une posture de présence permanente à une posture de sécurité réactive et dissuasive. Jusqu’à la fin d’année 2014, la France maintiendra sur son sol une capacité de réaction rapide militaire, prête à intervenir en cas de dégradation de la situation sécuritaire au Kosovo.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 27 juillet 2014, compte-tenu de la situation en Libye, le gouvernement français a demandé à l’ensemble de ses ressortissants de quitter ce pays.

 

Dans le même temps, il a demandé au chef d’état-major des armées, le général d’armée Pierre de Villiers, de planifier et de conduire une opération visant à permettre aux ressortissants français encore présents sur zone, ainsi qu’à d’autres ressortissants, de pouvoir quitter le pays en sécurité.

 

Dans ce cadre, le centre de planification et de conduite des opérations (EMA/CPCO) a ordonné le déploiement de la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm et de la frégate de type La Fayette (FLF) Courbet au large des côtes libyennes, à hauteur de Tripoli. Placée sous le contrôle opérationnel du commandant en chef Méditerranée (CECMED), le vice-amiral d’escadre Yves Joly, une opération a été conduite dans la nuit du 29 au 30 juillet. Elle a permis l’évacuation en sécurité de 47 personnes, dont une majorité de Français.

 

Cette opération a été conduite en liaison avec nos alliés américains.

 

Le ministère des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), responsable de la sécurité des Français à l’étranger, a assuré la supervision de cette mission d’aide au départ de ressortissants français, depuis le territoire libyen, jusqu’à leur prise en charge sur le territoire national.

 

L’opération s’est déroulée en trois temps.

 

Le premier temps a consisté à prépositionner un dispositif maritime au large du port de Tripoli. La FASM Montcalm a ainsi appareillé de Toulon le lundi 28 juillet au soir, emportant à son bord une équipe de la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères (MINAEDI), chargée de la coordination des opérations en lien avec l’ambassade de France en Libye. La frégate a été rejointe en mer par la FLF Courbet. Les deux frégates françaises se sont placées à proximité du port de Tripoli dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30.

 

Le deuxième temps des opérations a été marqué par les opérations d’extraction des ressortissants depuis le sol libyen. Après avoir mis à terre des éléments de sécurisation, les deux frégates ont engagé leurs embarcations rapides afin de permettre l’embarquement en six rotations de l’ensemble des bénéficiaires de l’évacuation. Ces derniers ont été accueillis par les équipages des deux frégates, avant d’être regroupés sur la FASM Montcalm. A bord, des équipes ont été spécialement dédiées pour faciliter leur quotidien au cours de leur transit vers la France.

 

La FASM Montcalm a ensuite mis le cap sur Toulon où les ressortissants seront pris en charge dans les jours à venir par les équipes du MINAEDI. Il s’agit du troisième temps de cette opération, qui est actuellement toujours en cours.

 

Cette mission reposait sur le schéma type d’une opération d’évacuation de ressortissants. Il s’agit d’opérations de sécurité visant à protéger les ressortissants résidant à l’étranger, en assurant leur évacuation depuis une zone présentant une menace pouvant mettre en danger leur sécurité. Ces opérations font l’objet d’entraînements réguliers des forces armées. La décision d’évacuer les ressortissants est du ressort du ministère des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), responsable de la sécurité des Français à l’étranger.

Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)
Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)
Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Sangaris : prise à partie dans le Nord de la RCA (4 Aout)

 

05/08/2014 Sources : EMA

 

Le 4 août 2014, dans la matinée, la force Sangaris a été violemment prise à partie par une centaine d’individus, formant des groupes lourdement armés à 600 km au Nord de Bangui, à Batangafo. Une partie des groupes a été neutralisée et les autres se sont repliés. Il n’y a pas de blessé parmi les soldats français. Aujourd’hui, la situation est stabilisée à Batangafo.

 

Des soldats français qui étaient en mission de reconnaissance en direction de Batangafo, en vue de faire appliquer les mesures de confiance, ont été violemment pris à partie par des groupes lourdement armés employant notamment des armes anti-char. L’attaque a été menée par une centaine de combattants qui agissaient de manière coordonnée et ont tenté à plusieurs reprises de déborder le dispositif militaire français.

 

Le détachement français a immédiatement riposté de façon ferme et proportionnée, bénéficiant de l’appui aérien d’avions de chasse, en provenance de N’Djamena, ainsi que des hélicoptères de la force Sangaris. Ces combats ont duré 07 heures. Ils ont cessé à la tombée de la nuit.

 

Depuis hier soir, il n’y a pas eu de reprise des combats et la situation est stabilisée à Batangafo. Les éléments de la force Sangaris poursuivent leur mission et maintiennent leur dispositif dans la localité. Déployés dans la ville, les soldats français ont ainsi pris contact avec les autorités locales et les ONG. La force Sangaris travaille en coordination avec les éléments de la mission de l’Union Africaine, afin de faire appliquer les mesures de confiance et en appui de la MISCA. Dans ce cadre, les groupes armés présents à Batangafo ont rejoint leur cantonnement.

 

L’opération de reconnaissance avait été décidée suite aux récentes exactions rapportées dans la région de Batangafo. Elle est toujours en cours.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 000 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : prise à partie dans le Nord de la RCA (4 Aout)
Sangaris : prise à partie dans le Nord de la RCA (4 Aout)Sangaris : prise à partie dans le Nord de la RCA (4 Aout)
Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Opération Serval - retour sur 19 mois d'opérations au Mali


1 août 2014 Forces Françaises

 

19 mois après son déclenchement, l’opération Serval, au Mali, s’est achevée ce matin.

Désormais les forces françaises sont engagées dans l’opération Barkhane. Reposant sur une logique de partenariat, cette opération s’étend sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

Retrouver en vidéo les moments forts de l’opération Serval.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Photographe : Cch Olivier D. / Armée de terre

Photographe : Cch Olivier D. / Armée de terre


05/08/2014 by Photographe : Cch Olivier D. / Armée de terre Sources : EMA

 

22 juillet 2014, à 21h31, avitaillement de nuit d’un hélicoptère PUMA de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) engagé dans l’opération Sangaris sur la base opérationnelle avancée (BOA) de Bouar. L’avitaillement de l’hélicoptère est effectué par un militaire de service des essences des armées (SEA) à partir d’un groupe motopompe relié à un réservoir de carburéacteur. Ce système peut également se transformer pour ravitailler les véhicules militaires de la gamme tactique en carburéacteur diesel. Situé sur la Main Supply Road (MSR), à l’ouest de la République centrafricaine, la BOA de Bouar accueille l’état-major tactique du GTIA « de Boissieu » et son poste de commandement principal.

Après une pluie battante, j’ai profité d’une accalmie pour réaliser cette photo. Je me suis rapproché de l’hélicoptère et posé mon boîtier photo (Nikon D3S) au sol. Avec une focale de 24 mm, j’ai réglé mon boîtier à une sensibilité de 3600 ISO et une ouverture à F7,1 pour avoir une netteté allant du groupe motopompe jusqu’aux véhicules et conteneurs (KC 20) situés plusieurs mètres derrière l’hélicoptère. Avec un temps de pose de 30 secondes, j’ai pu capter un éclair lumineux bleuté provoqué par la lampe frontale du caporal-chef John du SEA qui se déplaçait de l’hélicoptère PUMA au groupe motopompe.

Il m’aura fallu plusieurs essais de prise de vue afin d’obtenir l’effet que je recherchais, à savoir, montrer le lien entre l’homme et la machine.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:55
L’escadron de transport «Béarn» en instruction en Corse

 

05/08/2014 Armée de l'air

 

L’escadron de transport 1/64 « Béarn » de la base aérienne 105 d’Évreux a effectué une période d’instruction en Corse, du 28 au 31 juillet 2014.

 

Cet entraînement s’est déroulé à partir de la base aérienne 126 de Solenzara, ainsi qu’au-dessus de Calvi et de sa région. Durant une semaine, le «Béarn» a ponctuellement réalisé des missions communes avec des aéronefs de l’escadron de chasse 2/4 «Lafayette» d’Istres, ainsi que des spécialistes du commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20) de Dijon et des légionnaires du 2e régiment étranger de parachutistes (2eREP) stationnés à Calvi.

 

Ce type d’exercice est essentiel à la préparation opérationnelle d’un escadron de transport tactique. Il permet d’acquérir, de développer ou de maintenir le savoir-faire des équipages. Les aviateurs du «Béarn» ont ainsi réalisé différents largages de parachutistes et de fret, ainsi que des vols tactiques à basse altitude et des posés d’assaut.

L’escadron de transport «Béarn» en instruction en CorseL’escadron de transport «Béarn» en instruction en Corse
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:55
Audition de M. Michel PINAULT par la commission de la défense et des forces armées de l'Assemblée Nationale - Juin 2014

 

22/07/2014 Ministère de la Défense

 

Le 18 juin 2014, M. Michel Pinault a été auditionné par la commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale sur le dernier rapport du Haut Comité portant sur l'administration des militaires.

 

Retrouvez cette audition ici

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:50
Malbork : Alerte d’entrainement tango scramble

 

04/08/2014 Sources : EMA

 

Le 21 juillet 2014, les pilotes du détachement français de permanence opérationnelle ont procédé à un décollage d’entraînement sur alerte (tango scramble), dont l’objectif était de travailler la réactivité en cas de déclenchement d’alerte et d’entraîner toute la chaine de commandement de l’OTAN.

 

Ces entrainements permettent dans un premier temps aux pilotes des différentes permanences opérationnelles déployées au sein du dispositif global sous commandement de l’OTAN de travailler ensemble. Ensuite, ils impliquent les différents moyens de contrôle aérien dans le but d’améliorer l’interopérabilité des nations de l’alliance. Enfin ils permettent d’entrainer la chaine de commandement et de corriger tous les points bloquants.

 

Comme lors d’une mission réelle, les pilotes doivent décoller dans un temps imparti pour intercepter un ou plusieurs aéronefs « suspects ». Pour les entrainements, ce sont les appareils d’une autre nation participant à la mission Baltic air policing qui sont engagés. Arrivés sur zone, les pilotes effectuent alors des manœuvres de défense aérienne prévues et coordonnées à l’avance.

 

Ce 21 juillet, lorsque l’alarme a retenti, les deux pilotes de Mirage 2000 ont reçu l’ordre de mettre le cap sur de la Lituanie. Après s’être rapidement équipés, les pilotes ont pris place dans leurs appareils, accompagnés sur le tarmac par les mécaniciens, pistards et armuriers. Les pistards ont dirigé les appareils sur le taxiway. Face à la piste, les pilotes ont ensuite décollé tour à tour pour se rassembler en patrouille et rejoindre la zone annoncée.

 

Depuis la fin du mois d’avril, sous mandat de l’OTAN, le détachement déployé en Pologne a débuté une mission de permanence opérationnelle (PO) au profit des pays baltes. Les quatre Mirage se tiennent ainsi prêts, aux côtés de nos alliés, et au départ de la Pologne, à décoller 24/24h et 7/7j pour garantir l’intégrité territoriale de l’espace aérien des Etats Baltes. Parallèlement à cette mission, ils effectuent des entrainements bilatéraux dans le cadre de la mission NATO Air policing.

Malbork : Alerte d’entrainement tango scrambleMalbork : Alerte d’entrainement tango scramble
Malbork : Alerte d’entrainement tango scrambleMalbork : Alerte d’entrainement tango scramble
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:50
CEMA : Visite conjointe des ministres de la Défense français et britannique au CPCO

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Le 31 juillet 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a accueilli au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) le ministre de la Défense, monsieur Jean-Yves Le Drian, accompagné de son homologue britannique, Sir Michael Fallon. Cette rencontre était organisée à l’occasion de la première visite officielle de monsieur Fallon à Paris, successeur de Sir Philip Hammond au poste de secrétaire d’Etat à la Défense britannique depuis le 15 juillet.

 

Dans le cadre de cette journée d’entretien, messieurs Le Drian et Fallon ont été reçus par le CEMA pour un point sur la coopération opérationnelle au CPCO. En ouvrant les portes du cœur opérationnel des armées françaises à Sir Fallon, le général de Villers a souhaité témoigner de la relation de confiance et de l’intensité du partenariat qui unit nos deux pays depuis la signature du Traité de Lancaster house en septembre 2010.

 

A cette occasion, le CEMA est revenu sur les principales avancées de notre coopération, plus particulièrement la mise en œuvre d’une force expéditionnaire commune interarmées (Combined Joint Expeditionary Force – CJEF), dont la montée en puissance s’achèvera en 2015 et 2016 avec deux exercices interarmées majeurs, Griffin Rise puis Griffin Strike.  Le CEMA et Sir Fallon ont également évoqué les projets de mutualisation capacitaire avant d’aborder plus longuement la situation stratégique en Afrique. A ce titre, le général de Villiers a présenté l’opération Barkhanequi a pris le relais à l’opération Servalle 1er août, et a fait le point sur l’ action militaire conduite dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

 

En 2010, la France et le Royaume-Uni ont signé le Traité de Lancaster House avec la volonté ferme de renforcer leur coopération bilatérale. Cette dynamique s’appuie sur une vision partagée des grands enjeux stratégique, énoncés dans la Strategic Defense and Security Review (SDSR) et le Livre Blanc de 2013. Dans la pratique, cela se traduit pour les armées par un objectif commun : améliorer notre interopérabilité et notre capacité d’action conjointe.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Sangaris : opération dans le quartier Sassara

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Le 19 juillet 2014, le groupement tactique interarmes (GTIA) « Acier »  a mené, en appui de la MISCA, une opération de fouille, de contrôle de zone, et de neutralisation de groupes armés dans le quartier de Sassara, au nord de Bangui.

 

La force Sangaris a appuyé la MISCA dans une opération dont l’objectif était de faire cesser les actes délictueux commis par des individus armés contre la population. Déployé à l’aube, un détachement du GTIA « Acier » a investi le quartier de Sassara pour appuyer les éléments de l’Union Africaine qui s’étaient engagés aux côtés d’une unité de police constituée pour l’occasion.

Dès son engagement au sein des petites ruelles, une section du GTIA Acier a été prise à partie par un groupe armé refusant les mesures de confiance mises en place par la force Sangaris. Face à une attitude très hostile, le GTIA « Acier »  a effectué une riposte adaptée, dans un périmètre contraint. Une fois la zone sous contrôle, la fouille des objectifs a pu reprendre et le groupe armé malveillant a été désarmé.

Grâce aux relations de confiance entretenues avec les chefs de quartier, les forces déployées ont également recueilli des informations sur la situation sécuritaire et la vie quotidienne.

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : opération dans le quartier Sassara
Sangaris : opération dans le quartier Sassara
Sangaris : opération dans le quartier Sassara
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Du 20 au 23 juillet, le groupement tactique interarmes (GTIA) « Magenta » a multiplié les contacts avec la population et les autorités religieuses locales à Bambari.

 

Engagé sur le théâtre depuis le début du mois de juillet, le GTIA « Magenta » est déployé à l’est du pays dans le triangle Sibut-Dekoa-Bria.

Les hommes du GTIA « Magenta » établissent et renforcent au quotidien les contacts avec la population, les autorités locales et religieuses. Le 20 juillet, ils ont participé, en appui de la MISCA et de la gendarmerie centrafricaine, à la mise en place d’un cordon sécuritaire autour de l’évêché de Bambari afin de prévenir toute tentative de prédation par des individus incontrôlés.

 

Le lendemain, les soldats sont allés à la rencontre des autorités de la communauté musulmane pour prendre contact avec elle et faire passer le message de la force Sangaris.

Une patrouille mixte a ensuite été menée dans les différents quartiers de Bambari, afin de rencontrer la population et d’assurer sa protection. En patrouillant dans le quartier, le GTIA a reçu un accueil très favorable résultant des nombreuses rencontres effectuées avec les responsables locaux pour expliquer l’action de la force.

 

Les autorités locales jouent un rôle indispensable dans le processus de stabilisation sécuritaire du pays. Il s’agit donc, pour les hommes du GTIA, de s’assurer de leur implication et de créer les conditions nécessaires à la reprise du dialogue aux côtés des soldats africains de la MISCA, afin de favoriser le déploiement futur de la mission internationale des Nations-Unies de soutien en Centrafrique (MINUSCA).

 

Ces opérations ont permis à la Force Sangaris d’établir le dialogue, d’obtenir du renseignement, tout en créant un climat de confiance, nécessaire à la bonne conduite de la mission. L’objectif étant de s’assurer de l’adhésion de chacun aux mesures de confiance mises en place pour prévenir d’éventuelles exactions.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales
Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales
Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales
Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales
Sangaris : le GTIA « Magenta » rencontre les autorités locales
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Les EFS mènent trois DIO simultanés au Niger

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Du 18 au 26 juin 2014, trois détachements d’instruction opérationnelle (DIO) des éléments français au Sénégal (EFS) se sont rendus au camp de Ouallam, situé au Niger, à 100 kilomètres au nord de Niamey et à 80 kilomètres de la frontière malienne pour effectuer des actions de formation au profit du bataillon nigérien, avant son engagement au sein de la MINUSMA.

 

Durant cette semaine de stage, une quarantaine d’artilleurs nigériens ont reçu une instruction en topographie, sur les munitions, le pointage, l’instruction au tir et l’entretien des matériels.

 

Près de 80 spécialistes de la lutte contre les IED (Engins explosifs improvisés) ont été sensibilisés et formés à l’identification, aux techniques de balisage, de marquage et à l’ouverture d’itinéraire.

 

Enfin, une dizaine d’OMB (Orienteur - Marqueur – Baliseur) ont acquis les savoir-faire nécessaires au guidage et poser d’hélicoptère en terrain sommaire.

 

Ainsi, environ 130 militaires nigériens ont pu, grâce aux soldats français, améliorer leurs savoir-faire et leur préparation opérationnelle avant d’être intégrés à la MINUSMA.

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’Ouest. A ce titre, ils conduisent des actions bilatérales et régionales de coopération militaire opérationnelle visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en janvier 2013.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Mali : transfert d’autorité du sous-groupement aéromobile de la force Serval à Gao

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Le 16 juillet 2014 a eu lieu le transfert d’autorité du sous-groupement aéromobile (SGAM) de la plateforme opérationnelle Désert (PfOD) à Gao entre le lieutenant-colonel Philippe Goisnard et le lieutenant-colonel Denis Thiebaut.

 

Intégré au groupement tactique interarmes (GTIA) Désert « Vercors » puis « Dio » de la force Serval, le SGAM effectue des missions d’appui feu, de transport de troupes, de fret et d’évacuation sanitaire.

 

Au cours de ses trois mois de mandat, le SGAM a effectué quelques 950 heures de vol pour des missions de combat.

 

Environ 1 600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Sangaris : le DLT en mission de reconnaissance

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Jeudi 17 juillet 2014, le détachement de liaison tactique (DLT) du groupement tactique interarmes (GTIA) « Acier » a effectué une mission de reconnaissance dans Bangui, en amont des prochaines opérations qui seront conduites par la force Sangaris en appui de la MISCA.

 

Le DLT est un groupe de contact et de liaison autonome composé de 5 soldats qui assure la cohérence des opérations menées conjointement par les forces de l’Union Africaine et françaises. Patrouillant à bord d’un véhicule de l’avant blindé (VAB), sa mobilité entre la MISCA et la force Sangaris lui permet de coordonner les mouvements et la manœuvre tactique lors des actions de contrôle de zone, de poste fixe ou d’actions ciblées. En ce sens, la proximité quotidienne du DLT avec les soldats de la MISCA favorise la bonne coordination des opérations.

En fin de mission, le détachement s’est rendu auprès des forces congolaises de la MISCA. Ce fut l’occasion pour les soldats français et africains de planifier les futures missions communes, mais aussi d’entretenir les relations et de partager leurs expériences.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : le DLT en mission de reconnaissance
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Sangaris : acheminement de VBCI en République Centrafricaine

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Le 1er août 2014, dans le cadre du renouvellement du parc de véhicules blindés de la force Sangaris, 2 VBCI ont été acheminé depuis le régiment de tirailleurs d’Epinal vers la base aérienne 125 (BA 125) d’Istres. Dans les jours à venir, avec 6 autres VBCI, ils seront acheminés par avion Antonov 124 vers Bangui.

 

La force Sangaris doit procéder à un renouvellement de son parc de véhicules blindés. Certains VAB seront en effet rapatriés en France pour bénéficier d’une remise à niveau (retrofit).

 

Le parc blindé de transport tactique sera peu à peu recomplété par la mise en place de 16 VBCI. Cette opération est destinée à déployer un parc homogène et de dernière génération. Un  premier acheminement sera effectué du 5 au 11 août 2014. Un deuxième est prévu fin septembre, début octobre.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5 800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : acheminement de VBCI en République Centrafricaine
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:45
Sangaris : de Bangui à Bouar, le détachement logistique sur la piste

 

01/08/2014 Sources : EMA

 

Le 17 juillet 2014, le détachement logistique (DETLOG) de la force Sangaris a quitté Bangui en direction de l’ouest, afin de ravitailler le groupement tactique interarmes (GTIA) de Boissieu déployé dans la région de Bouar, à la frontière camerounaise.

 

Le convoi, constitué d’une vingtaine de véhicules (camions citernes et de transport), a quitté le camp de M’Poko pour emprunter la main supply road (MSR) depuis le nord de Bangui. Le peloton de circulation routière (PCR) a sécurisé le convoi tout au long des 400 km de parcours.

 

Par cette rotation effectuée le long de la MSR, le DETLOG a acheminé le ravitaillement sur les différentes bases opérationnelles avancées (BOA) du GTIA de Boissieu. Partant de Bangui, le convoi passe par Bossembélé, première position atteinte, puis se dirige vers le nord pour aller à Bossangoa, et enfin à la BOA de Bouar, où est stationné l'état-major tactique (EMT) du GTIA, avec son poste de commandement principal.

 

Composante essentielle pour la conduite des opérations sur l’ensemble du territoire, le DETLOG assure le soutien des hommes et des matériels dans un contexte et un environnement exigeant. Fort de 300 soldats, il a pour mission de ravitailler les GTIA positionnés à l’est et à l’ouest de la capitale centrafricaine. Il livre autant le matériel nécessaire à la réalisation des missions (munitions, carburant, pièces de rechanges pour les véhicules) que celui indispensable au soutien du combattant en opération (réfrigérateur, cuves à eau, rations).

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Sangaris : de Bangui à Bouar, le détachement logistique sur la piste
Sangaris : de Bangui à Bouar, le détachement logistique sur la piste
Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:35
FANC : premier forum PME

 

31/07/2014 Sources : EMA

 

Le 2 juillet 2014, le général de brigade Luc du Perron de Revel commandant supérieur des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), a présidé le premier forum des petites et moyennes entreprises (PME) qui s’est tenu à Nouméa. Cette manifestation a été organisée dans le cadre du pôle Outre-mer à l’économie de Défense (POMED).

 

Ce premier séminaire a réuni plus de 80 personnes appartenant au tissu économique et entrepreneurial local et à six organismes du ministère de la Défense présents en Nouvelle Calédonie : le service des essences des armées (SEA), le régiment du service militaire adapté (RSMA), le service de santé des armées (SSA), le service de soutien de la flotte (SSF), le service d’infrastructure de la Défense (SID) et la direction du commissariat d’Outre-mer (DICOM).

 

Le COMSUP FANC a ouvert le séminaire par une  présentation du ministère de la Défense puis des FANC. Les exposés suivants ont permis d’aborder la thématique du soutien et, ainsi, de sensibiliser les entreprises à la nécessité de développer des partenariats avec la Défense en s’appuyant sur les quatre axes d’effort du pacte PME signé par le ministre de la Défense en novembre 2012 et qui prévoit :

 

    la meilleure prise en compte des PME dans les stratégies d’achat du Ministère ;

    la consolidation de la durée du soutien financier à l’innovation des PME ;

    les engagements réciproques entre le ministère de la Défense et les maîtres d’œuvre industriels pour favoriser la croissance des PME ;

    le renforcement des initiatives locales.

 

L’organisateur de cette rencontre, le POMED, est une instance informelle du pacte PME. Sa principale mission consiste à soutenir la vitalité et la pérennité des PME performantes et innovantes et à faciliter leur accès aux marchés du ministère de la Défense en constituant un véritable réseau.

Les entreprises, comme les six organismes présents, ont reconnu l’utilité d’un tel séminaire facilitateur d’échanges et nécessaire à la connaissance mutuelle qui doit continuer de se développer. Au vu du succès de cette première édition, les organisations patronales ont décidé de prendre le relais, s’engageant à reconduire ce type d’échange lors d’un prochain forum.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 16:25
FAA : Passation de commandement au détachement Terre Antilles – 33e RIMa

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 14 juillet 2014, à Fort-de-France, le colonel Bruno Yver a quitté le commandement du détachement Terre Antilles / 33èmerégiment d’infanterie de marine (DTA 33e RIMa). Le lieutenant-colonel Thierry Provendier lui succède comme nouveau chef de corps du DTA 33e RIMa.

 

La cérémonie de passation de commandement du DTA 33eRIMa était présidée par le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des forces armées aux Antilles, (COMSUP FAA). Au cours de cette cérémonie, le COMSUP a décoré quatre militaires dont le colonel Bruno Yver, chef de corps descendant, nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur.

 

Le détachement Terre Antilles 33ème RIMa, qui compte plus de 400 militaires, est en mesure de mener des opérations amphibies ou aérotransportées et de combattre en zone tropicale. Il participe activement à la coopération régionale dans la zone Caraïbe en effectuant de nombreux échanges et exercices avec les pays de la région.

 

Dans le cadre du dispositif de théâtre « Antilles-Guyane », les militaires du DTA 33e RIMa participent régulièrement, aux côtés des forces armées en Guyane (FAG), à l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal Harpie, et aux missions de sécurisation du centre spatial guyanais lors des campagnes de lancement (opération TITAN).

 

Dans le cadre de la réorganisation du dispositif des forces de souveraineté, les FAA constituent le dispositif interarmées à dominante maritime du théâtre « Antilles-Guyane », tandis que les FAG arment le dispositif interarmées à dominante aéroterrestre. En cas de crise sur le territoire national ou à l’étranger, elles ont notamment pour mission de conduire ou participer à une opération militaire et de mener des opérations de secours d’urgence (assistance humanitaire, catastrophe naturelle). Elles sont également chargées d’animer la coopération régionale.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 12:57
Patrouille composée d'un avion-ravitailleur C135, d'un Mirage 2000 N et d'un Rafale des FAS. - photo Armée de l'air

Patrouille composée d'un avion-ravitailleur C135, d'un Mirage 2000 N et d'un Rafale des FAS. - photo Armée de l'air

 

05/08/2014 Actus Air

 

Vendredi 17 octobre 2014, une cérémonie commémorative célébrant le cinquantenaire de la création des forces aériennes stratégiques (FAS), ainsi que la première prise d’alerte de dissuasion le 8 octobre 1964, aura lieu sur la base aérienne 125 d’Istres.

 

Cette journée sera rythmée par une conférence sur l’histoire des FAS, une prise d’armes, une exposition statique et des présentations aériennes, avant de se clore par un cocktail dînatoire (uniquement sur invitation payante).

 

Anciens des Forces Aériennes Stratégiques, en service actif, réserviste ou en retraite, faites-vous connaître ! Pré-inscriptions avant le 1er septembre sur le site Internet de l’association nationale des forces aériennes stratégiques (ANFAS)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories