Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:55
La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

 

24 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Une des grandes tendances du salon Eurosatory 2014 et qui confirme les futurs axes du développement des forces est celle des robots terrestres. Tous les grands industriels du terrestre (ou presque..) s’y mettent, à l’instar d’Iveco (sur lequel nous reviendrons) ou de Nexter en France.

 

On connaît maintenant bien la gamme des Nerva chez l’industriel français : ce petit robot s’est développé en 2 ; 4 et maintenant 6 roues (pour franchir des escaliers, muni d’une chenille). Ce Nerva suscite l’intérêt et s’exporte : Italie, Japon, Hongrie, Espagne, Birmanie en ont acheté des exemplaires pour regarder, tester, réfléchir. Même s’il s’agit de petite quantité « pour voir », le marché est en train de s’éveiller.

 

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

 

L’autre tendance concerne les robots plus gros, style Mule, qui décharge le fantassin du lourd fardeau qui l’accompagne : armements, munitions, vivre, senseurs et autres systèmes de communication… Nexter ne s’y est pas trompé, et, à la demande d’une demande de l’État Major français, investit et explore le créneau. En partenariat avec la petite entreprise française Sera (aidée par un financement Rapid de la DGA), Nexter a présenté durant le salon Eurosatory sa solution Mule Robbox, un système robotisé de soutien logistique. Pour faire bref, Sera fournit le vehicule et Nexter l’intelligence robotique.

 

D’un poids de 800 kg, le Robbox offre une charge utile de 400 kg. Il est propulsé par deux moteurs (avant/arrière lui offrant une mobilité symétrique) à une vitesse de 45 km/h sur route (90 km/h max) et 30 km/h en tout chemin. Dotée de caméras, GPS, laser à balayage… la plateforme peut servir à différents usages et être déclinée en plusieurs versions : logistique mais aussi contre minage, air défense (présentée sur le stand de MBDA)…

 

En version logistique, deux modes sont d’ors et déjà prévus : décharge d’avion (aller et retour automatisés) et suivi d’un groupe de combat, en soutien. La Mule est là pour transporter le matériel d’une section et la soulager. La difficulté réside ici à ne pas gêner la manœuvre tout en étant proche. La DGA doit évaluer la mobilité du Robbox à la fin de l’année, tandis qu’une évaluation technico-opérationnelle est prévue en 2015.

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 16:56
Crédits : SCH Sébastien POETTE

Crédits : SCH Sébastien POETTE

 

24/06/2014 Mme BOISGELOT - Armée de Terre

 

Ce rendez-vous unique permet aux officiers de toutes armes confondues, de se rencontrer et d’approfondir leurs connaissances interarmes.

 

Du 5 au 8 juin 2014, au centre d’entraînement aux actions en zone urbaine de Sissone, CENZUB, 450 lieutenants de l’Armée de Terre en formation, participent aux journées interarmes des divisions d’application. Ces futurs cadres chefs de section sont sensibilisés aux manœuvres interarmes qu’ils mettront en œuvre dès leur arrivée en régiment.

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 16:55
Les forces spéciales Terre décernent leur prix de l’innovation

 

24 juin, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Les forces spéciales sont aussi spéciales dans leurs équipements, leurs procédures d’acquisition, leurs contraintes et bien sûr leurs besoins opérationnels. C’est dans cette perspective que la brigade des forces spéciales Terre (BFST) vient d’organiser, ce 23 juin, la seconde édition de son prix de l’innovation à Pau.

 

« L’innovation est un point de clé de la réussite des opérations spéciales dans la mesure où il s’agit de conserver en permanence un temps d’avance. (…) Au fond, l’innovation c’est la créativité au service de l’adaptation aux besoins opérationnels, c’est une façon de « penser autrement », c’est la marque d’une intelligence de situation. Bref pour les forces spéciales c’est une marque de fabrique » a expliqué le général Pierre de Nortbécourt, commandant la BFST.

 

Ce lundi, toutes les unités de la BFST étaient présentes, à savoir le 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (1er RPIMa), le 13ème Régiment de Dragons Parachutistes (13ème RDP), le 4ème Régiment d’hélicoptères des Forces Spéciales (4ème RHFS), et la Compagnie de Commandement et de Transmissions des Forces Spéciales (CCT FS), pour proposer des projets qui devaient répondre à un réel besoin opérationnel des forces spéciales. Car de nombreux équipements, qui sont désormais largement utilisés par les forces, ou en passe de l’être, proviennent de la réflexion des  opérateurs.

 

Les forces spéciales Terre décernent leur prix de l’innovation

Le général Liot de Nortbécourt (au centre), commandant la BFST à la remise des prix, entourés des partenaires (crédits: BFST)

 

Pour cette édition 2014, le premier prix a été attribué au 4ème RHFS pour son pointeur laser qui améliore l’efficacité de la coordination entre les hélicoptères et les troupes au sol.

 

Les autres projets primés étaient un véhicule de commandement tout terrain, tous milieux, proposé par la CCT FS, ou un support adaptateur pour JVN Félin qui s’adapte sur tout type de casque. Ce dernier projet, déjà utilisé en opération, a été pensé et développé par le 1er RPIMa.

 

Cet événement a été organisé grâce à l’appui de partenaires industriels innovants, à savoir  Terrang – MP Sec et Defcon 5 France, spécialistes dans l’équipement militaire.

 

Ce prix s’inscrit dans une démarche permanente visant à favoriser les nombreuses initiatives au profit des forces spéciales. Les unités de la BFST sont très impliquées dans ces processus d’innovation et mettent en œuvre des cellules d’études étoffées, en lien étroit avec l’état-major, les autres unités du COS et les industriels. On peut mentionner à ce titre le séminaire SOFINS, organisé par le COS, dont un prochain rendez-vous est attendu (relire l’article de FOB ici ou encore ).

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 15:55
Au coeur du meeting des 80 ans de l'armée de l'Air

 

24.06.2014 Ministère de la Défense

 

Pour célébrer ses 80 bougies, l'armée de l'Air a vu les choses en grand. Le meeting qui s'est déroulé les 21 et 22 juin sur la base aérienne 120 de Cazaux (Gironde) en a impressionné plus d'un. La rédaction s'est glissée dans les coulisses de l'évènement pour découvrir comment s'organise un show de cette envergure.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 15:42
photo DICoD

photo DICoD

 

24 juin par Jean-Dominique Merchet

 

On apprend la mort de Laurent Teisseire, ancien directeur de cabinet du ministre de la défense Gérard Longuet et ancien directeur de la Dicod. Il avait 50 ans et souffrait d'un cancer depuis plusieurs années.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:50
ExoSquelette photo Scuola Superiore Sant’Anna

ExoSquelette photo Scuola Superiore Sant’Anna

 

24.06.2014 Sagem (Safran)

 

Sagem (Safran) a signé récemment un accord de coopération portant sur le développement des technologies de l’exosquelette avec le laboratoire Percro* de l’école supérieure Sainte-Anne de Pise. Christophe Guettier, responsable technologie des architectures système chez Sagem, revient sur les objectifs de ce projet prometteur.

 

Qu’est-ce qu’un exosquelette et dans quels domaines peut-il être utilisé ?
 

L’exosquelette est une structure électromécanique autonome, externe à l’organisme humain, qui permet de démultiplier les capacités d’une personne en termes de force, de vitesse et/ou de précision (voir En Savoir Plus).
Actuellement, de nombreuses expérimentations sont menées dans le domaine militaire, par exemple pour l’assistance à la fixation d’un missile sous l’aile d’un avion. Mais, à terme, ce sont les applications dans le secteur civil qui vont se multiplier, dans la construction, la sécurité ou la conduite des premiers secours lors de catastrophes naturelles… Utilisées dans l’industrie, les technologies d’exosquelettes pourront augmenter les capacités de manutention ou permettre de diminuer les troubles muscolo-squelettiques des opérateurs. Et, dans les années à venir, les exo-prothèses amélioreront sensiblement l’autonomie des personnes handicapées ou à mobilité réduite. En témoigne ce récent événement : c’est un adolescent paraplégique équipé d’un exosquelette motorisé contrôlé par la pensée qui a donné le coup d’envoi de la Coupe du monde de football 2014, en shootant dans le premier ballon. Compte tenu de la multiplicité des applications envisageables, il est difficile, aujourd’hui d’évaluer précisément le potentiel de ce marché prometteur.


Quelle est la finalité des travaux menés par Sagem en partenariat avec le laboratoire italien Percro ?

Notre objectif premier n’est pas de développer des produits finis. Nous travaillons sur les technologies qui permettront d’améliorer différentes applications, quitte à nouer par la suite de nouveaux partenariats afin d’industrialiser certaines d’entre elles.
Les recherches vont essentiellement porter sur les problèmes de contrôle, d’équilibre et de stabilité des exosquelettes. Le savoir-faire très pointu de Sagem sur la combinaison de la stabilisation et de l’optronique, ainsi que sur la compréhension physique et biomécanique du corps humain, sera très précieux. Le laboratoire Percro pour sa part apportera ses compétences en matière de contrôle, de mécanique et de mécatronique appliquées.


En quoi ce projet s’inscrit-il dans une perspective européenne ?

Cette coopération avec le Percro est représentative de la stratégie de Safran à s’engager pleinement dans des coopérations européennes en faisant le choix d’associer à ses propres expertises celles des meilleurs laboratoires de recherche européens. Les travaux que nous allons mener sur les exosquelettes vont notamment s’inscrire dans le programme européen de R&D « Horizon 2020** », avec lequel l’Union européenne entend démontrer la capacité de l’Europe à développer des technologies de pointe en rupture.


* Perceptual Robotics Laboratory

** Horizon 2020 est le nouveau programme de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation. Il recentre ses financements sur trois priorités : l’excellence scientifique, la primauté industrielle, les défis sociétaux. Il est doté de 79 milliards d’euros pour la période de 2014-2020.

 

En savoir plus

Exosquelette : un fonctionnement complexe

Un exosquelette pourrait se comparer à une armure mécanisée. Placés sur ce dispositif, des capteurs enregistrent les mouvements de la personne qui en est équipée. L’information ainsi collectée est transmise aux « muscles » de la machine, en l’occurrence des moteurs électriques qui vont reproduire le mouvement, mais en en démultipliant la force.

Pour que l’exosquelette fonctionne, il est nécessaire de synchroniser l’ensemble de ces moteurs. La reconnaissance posturale permet d’optimiser l’équilibre général de l’exosquelette, c’est-à-dire la capacité de la machine à interpréter la position que l’utilisateur souhaite adopter.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:40
Paris pointe la menace russe pour la sécurité en Europe

 

23/06/2014 Par Alain Barluet

 

Un rapport du ministre de la Défense souligne l'« évolution stratégique majeure » provoquée par la crise ukrainienne.

 

Jean-Yves Le Drian s'était engagé à tenir les parlementaires informés de l'application de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, votée en décembre dans un contexte budgétaire hypertendu. Le rapport que le ministre a adressé la semaine dernière aux députés et aux sénateurs, «confirme l'analyse géostratégique» du livre blanc de 2013 et de la LPM qui en a découlé. Mais ce document d'une centaine de pages que Le Figaro a consulté, a pris en compte les événements récents et met en relief la montée de certaines menaces. Ainsi, «la crise ukrainienne constitue une évolution stratégique majeure, qui illustre le retour des enjeux liés à l'usage de la force et à la menace de l'usage de la force sur le continent européen», souligne le texte. L'annexion de la Crimée représente «un défi stratégique pour la France, l'Europe et les États-Unis», poursuit le document. Cette annexion «viole clairement les engagements internationaux de la Russie et les principes sur lesquels repose la sécurité européenne». Il pose notamment «la question des visées russes sur l'espace postsoviétique et la nature des relations que les Européens pourront entretenir avec la Russie» (…). «La tendance au retour de la force comme facteur clé des relations interétatiques s'est confirmée», s'alarme le rapport. Dans le dernier livre blanc, la «menace russe» n'apparaissait qu'à travers deux scénarios de crise placés en annexes.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:30
Le Silver Tiger, trophée remis à l'unité la plus méritante durant l'exercice

Le Silver Tiger, trophée remis à l'unité la plus méritante durant l'exercice

 

24/06/2014 Armée de l'air

 

La 50ème édition de l’exercice Nato Tiger Meet (NTM) se déroule depuis le 16 juin 2014 sur la base aérienne de Schleswig en Allemagne et s’achèvera le 27 juin.

 

Le NTM réunit quasiment tous les pays de l’Otan qui ont pour emblème un tigre ou par extension un félin. À ce titre, il s’agit du plus important exercice aérien tactique d’Europe. Avions de chasse, ravitailleurs, Awacs, hélicoptères, ce sont près de 40 aéronefs qui opèrent simultanément afin de recréer un scénario réaliste, proche des conditions rencontrées en temps de guerre. On y retrouve des missions de type CAS (Close Air Support - appui aérien rapproché), CSAR (Combat Search and Rescue – recherche et sauvetage au combat), et des COMAO (Composite Air Operations – opérations aériennes complexes). Ces dernières constituent la majeure partie des missions réalisées lors du NTM.  Chaque escadron participant se déploie avec un aéronef spécialement décoré pour honorer son appartenance à la communauté des «Tigres». Cette année, l’armée de l’air française est représentée par deux Mirage 2000-5 de l’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 de Mont-de-Marsan et deux Rafale C  et un Rafale B de l’escadron de chasse 1/7 «Provence» de Saint-Dizier.

 

Le Nato Tiger Meet se clôture par la remise du Silver Tiger (Tigre d’argent). Cette statuette récompense l’unité la plus méritante durant l’exercice, autant dans la réalisation des missions que dans la mise en valeur des traditions «Tigre».  En 2009, l’escadron de chasse 1/12 «Cambrésis» de Cambrai avait remporté ce prestigieux trophée alors que l’exercice se déroulait en Belgique.

 

Au commencement

 

En 1961, trois unités de chasse de l'Otan (le 79th Tactical Fighter Squadron de l'US Air Force (USAF), le 74 Squadron de la Royal Air Force (RAF) et l'escadron de chasse 1/12 «Cambrésis» alors basé à Cambrai, se rassemblent sur la base aérienne de Woodbridge (Angleterre), pour une manifestation aérienne qui reçoit le nom de "Tiger Meet". Un an plus tard, sous la tutelle du lieutenant Mike Dungan (USAF), le Tiger Meet Day est organisé. La journée a pour but de rassembler toutes les unités ayant comme emblème un tigre. Fort de son succès, l’exercice qui a pris de plus en plus d’ampleur, se déroule chaque année dans un pays différent, durant une dizaine de jours. L’ancienne base aérienne de Cambrai l’avait accueillie en 2011.

 

Site officiel de la Nato Tiger Association

 

Un Mirage 2000 C décoré à l'occasion de l'édition 2010 de l'exercice Tiger Meet

Un Mirage 2000 C décoré à l'occasion de l'édition 2010 de l'exercice Tiger Meet

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:30
Rafale - photo S. Frot

Rafale - photo S. Frot

 

23/06/2014 Fabrice Gliszczynski – LaTribune.fr

 

Lors de la visite en France du cheikh Tamin ben Hamad Al-Thani, le Qatar pourrait manifester son intérêt pour le Rafale. De quoi relancer le débat sur l'attribution de nouveaux vols en France de Qatar Airways.

 

La question de l'attribution par la France de plus de vols  droits de trafic) à Qatar Airways sera évidemment posée par les Qataris lors de la visite ce lundi en France du cheikh Tamin ben Hamad Al-Thani. L'an dernier, le Premier ministre du Qatar avait écrit à Jean-Marc Ayrault pour lui faire part de son regret de voir les demandes de vols supplémentaires de Qatar Airways en France refusées. La compagnie aérienne qatarie avait déjà atteint le quota de vols inscrit dans le dernier accord bilatéral entre la France et le Qatar (21 vols hebdomadaires) souhaitait à nouveau augmenter sa présence au départ de Paris. Sa demande de dérogation ayant été refusée par la direction générale de l'aviation civile (DGAC), Qatar Airways a été contrainte de fermer ses vols au départ de Nice fin mai 2013 pour les transférer à Paris début juin afin d'y exploiter trois vols quotidiens entre Roissy et Doha. Aujourd'hui Qatar Airways entend positionner l'A380 sur Paris pour pouvoir augmenter ses capacités en France.

 

Emirats et Rafale, la leçon à retenir

Si le Qatar achète un jour le Rafale de Dassault Aviation, il est fort probable que la France accordera des droits de trafic à Qatar Airways. Si tel était le cas, les Émirats viendront frapper à la porte pour obtenir la même chose pour leurs compagnies Emirates et Etihad Airways. Au grand dam d'Air France qui demande à l'Etat ne plus accorder de nouveaux droits à des compagnies dont le soutien de leur Etat-actionnaire fausse les règles du jeu. Pour autant, il faudra être très prudent. En 2011, pensant avoir assuré des contrats stratégiques, comme celui des Rafale aux Emirats, Paris avait accordé de nouveaux vols pour Emirates et Etihad. Mais Abu Dhabi n'a, par la suite, jamais passé commande à Dassault Aviation. A méditer.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 13:20
Exercise Lion Mistral photo Nicolas Laffont 45eNord-ca

Exercise Lion Mistral photo Nicolas Laffont 45eNord-ca

 

24 juin 2014 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Ils sont 200 militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada a avoir débarqué d’un navire de guerre français en Gaspésie les 20 et 21 juin dernier, et c’est une première! 45eNord.ca était avec les troupes.

 

«De mémoire, c’est la première fois qu’on effectue un exercice amphibie au Québec, lance d’emblée le lieutenant-colonel Patrick Robichaud, commandant du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment, dont sont issus la majorité des troupes déployées.

C’est également une première pour la coopération interarmées amphibie entre la Marine nationale française et les Forces armées canadiennes. C’est en effet à bord du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Mistral, que les troupes, véhicules blindés légers (VBL) et Griffon ont embarqué à Halifax avant de prendre la mer et de se diriger vers Gaspé.

 

Suite de l'article et reportage photos

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 12:45
Serval : convoi logistique entre Gao et Tessalit

 

Du 7 au 12 juin 2014, un convoi de la force Serval, composé d’une quarantaine de véhicules blindés et de transport, a parcouru près de 600 kms depuis Gao jusqu’à Tessalit, dans le nord du Mali, en passant par Kidal, afin de ravitailler les détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) en carburant et en vivres.
Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent la mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

 

Reportage photos
 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
Eurosatory 2014 : les soldats français bientôt équipés de capteurs biométriques

Le casque BOOST connecté au module BodySens. Les capteurs sont positionnés symétriquement au microphone et sur la nuque. Photo Julien Bergounhoux

 

23/06/2014  Par Julien Bergounhoux
 

Les fantassins français seront bientôt équipés de capteurs mesurant leurs fonctions vitales en permanence afin de permettre au commandement de s'assurer de leur état de santé. L'entreprise Elno, qui a développé ces capteurs et les a intégrés au casque audio qu'elle fournit déjà à l'armée française, était présente sur le salon Eurosatory pour présenter cette innovation technologique.

 

Le programme FÉLIN (Fantassin à Équipement et Liaisons INtégrés) a été lancé dans les années 2000 pour moderniser l'équipement du fantassin débarqué au sein de l'armée française. Les améliorations sont nombreuses : évolution du fusil FA-MAS, gilet de protection, système de communication, optiques d'observation ou de tir nocturne, etc.

 

L'entreprise Elno, qui fabrique le casque audio ostéophonique du système FÉLIN, s'était rendue au salon Eurosatory 2014 pour présenter une nouvelle version de son produit. Celle-ci, équipée de capteurs biométriques, a été développée à la demande de la Direction générale de l'armement (DGA) et a bénéficié d'un financement RAPID. Nous avons rencontré Christophe Madé, expert en R&D acoustique chez Elno, pour en apprendre un peu plus.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
Exercice de recherche et de sauvetage en mer suite à un crash aérien

 

23 Juin 2014 Source : Marine nationale

 

Les 16 et 17 juin 2014, la Marine nationale a organisé un entraînement de sauvetage et de recherche en mer suite à un crash aérien.

 

Cet exercice a été coordonné depuis le Centre des opérations de la marine (COM) à Brest, et d’importants moyens aériens et nautiques ont été mis en œuvre afin qu’il soit le plus réaliste possible.

 

Les scénarios étaient basés sur le crash aérien d’un avion d’affaires dans la baie d’Audierne avec dix personnes à bord et sur le crash d’un aéronef type Jet Stream au large de Carnac avec huit personnes à bord.

 

Sur ces deux jours, une phase importante de recherche, puis une phase de sauvetage en mer ont été jouées en présence de « naufragés de circonstance » pour augmenter le réalisme de l’entraînement.

Exercice de recherche et de sauvetage en mer suite à un crash aérien
Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
Le CEMA a rencontré les COMIA

 

23/06/2014 Sources : EMA

 

Le 12 juin 2014, le général d’armées Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a rencontré ses commandants interarmées (COMIA) : officiers généraux de zone de défense et de sécurité (OGZDS), commandants de zones maritimes (CZM) et commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA).

 

Il a axé son message sur les opérations et la transformation des armées.

 

Il a tout d’abord souligné l’importance des missions opérationnelles réalisées dans le cadre du territoire national. A cet égard, il a tenu à saluer l’action de nos forces qui assure au quotidien la sécurité de nos ressortissants et la préservation de nos intérêts nationaux, en métropole comme outremer. Dans ce cadre, il a rappelé toute la place que tient et doit continuer à tenir le soutien dans ce dispositif. C’est à cette fin qu’il a appelé les COMIA à participer à l’optimisation de la nouvelle organisation du soutien en faisant valoir leur créativité.

 

Le général de Villiers est ensuite revenu sur les grands enjeux opérationnels du moment, plus particulièrement sur  la prise en compte régionale de la menace terrorise dans la bande sahélo-saharienne (BSS), ainsi que l’engagement des armées françaises dans le rétablissement de la sécurité en république Centrafricaine (RCA). Il a également évoqué la situation en Ukraine avant de faire un point sur les forces prépositionnées, pivots de nos engagements opérationnels.

 

Concernant la transformation, le CEMA a réaffirmé la mobilisation des armées, directions et services pour mettre en œuvre le projet « Cap 2020 » dans le cadre budgétaire préservé de l’actuelle LPM. « Le Président de la République a confirmé l’engagement de la Nation vis-à-vis de la LPM. C’est une bonne nouvelle pour les armées […] Mais, le combat budgétaire n’est pas terminé : c’est un combat de longue haleine, que nous gagnerons pied à pied, année après année, un combat que nous devons mener ensemble, chacun à notre niveau ». C’est dans cet esprit qu’il a clôturé son allocution en rappelant que les valeurs d’unité, de combativité et de détermination qui animent le soldat en opération sont aussi celles qui permettront à chaque militaire d’accompagner la transformation des armées vers leur nouveau modèle.

 

Les COMIA

 

En métropole, les COMIA se répartissent entre les OGZDS, les CZM et le CDAOA.

 

Dans le cadre de l’organisation territoriale interarmées de défense (OTIAD), les sept OGZDS (Nord, Est, Ouest, Sud-Ouest, Paris, Sud et Sud-Est) sont chargés, en liaison avec les autorités préfectorales, de la préparation et de la gestion des crises sur le territoire national. Ils assurent également le contrôle opérationnel des unités engagées en missions intérieures et sont responsables de la mise en œuvre, sur décision du gouvernement, de tout ou partie des mesures de défense opérationnelle du territoire (DOT) dans leurs zones. Enfin, les OGZDS exercent des responsabilités au titre de l’organisation interarmées du soutien (OIAS) à l’exception de l’OGZDS Sud et Nord. Dans ces dernières deux zones, le soutien est respectivement pris en compte par l’OGZDS Sud-Est et Nord-Est.

 

Les commandants de zone maritime (CZM) sont chargés de la défense maritime du territoire au sein de leur zone maritime. Ils agissent depuis les trois bases navales métropolitaines (Brest, Toulon et Cherbourg).

 

Le COM DAOA est, quant à lui, responsable de la veille permanente et de l’intervention dans l’espace aérien national,  ainsi que de la planification, de la conduite et du suivi des opérations aériennes. Le commandement est implanté sur la base aérienne de Balard ; son état-major est basé à Lyon.

 

Hors territoire métropolitaine, les commandants des forces de souveraineté (COMSUP), basés aux Antilles, en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et dans la zone sud de l’océan Indien sont chargés, sous l’autorité du CEMA :

-  d’assurer la protection du territoire français et des intérêts de la France ;

- de contribuer au maintien de la souveraineté de l’Etat français dans la zone économique exclusive ;

- de soutenir l’action de l’Etat dans les départements et collectivités d’outre-mer (soutien aux missions de service public, soutien aux populations, etc.) ;

- de constituer des points d’appui pour lancer ou conduire des opérations éloignées de la métropole ;

- de mettre en œuvre la coopération militaire bilatérale avec les pays de leur zone de responsabilité.

 

Dans les outre-mer ces responsabilités sont exercées sous l’autorité des commandants supérieurs ou COMSUP.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
En replay sur France 2 à bord d'un Rafale de la DGA

 

23/06/2014 DGA

 

A l'occasion des 80 ans de l'armée de l'air, le journaliste Julian Bugier a réalisé en direct sur France 2 un vol à bord d'un Rafale de la DGA le 21 juin dernier.

 

 Voir le replay sur francetv pluzz (à 48'30)

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:55
Neutralisation et destruction d’engins explosifs sur les plages Bretonnes

 

 

23 Juin 2014 Source : Marine nationale

 

C’est une activité détonante que mène actuellement la cellule neutralisation et destruction d’engins explosifs  (NEDEX) de la Marine à Brest.

 

Durant une semaine, la cellule a réalisé une dépollution complète des plages de Pen-Had (29) et de Vériach (29). Une démarche inédite, liée au passé historique de  ces plages. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les deux plages ont été minées par les Allemands : des mines bondissantes ont été dispersées sur toute la plage.

 

Neutralisation et destruction d’engins explosifs sur les plages Bretonnes

 

Une première campagne de dépollution avait été menée en 1987 avait permis de détruire 359 mines. Avec les tempêtes de l’hiver, des mines ont encore été découvertes et la cellule Nedex de la Marine à Brest a proposé au préfet maritime de procéder à une expertise de ces plages. En avril, une cartographie complète de ces deux plages a été réalisée. Elle a révélé de nombreux échos métalliques pouvant être des mines.

 

La dépollution complète de ces plages a été décidée avant l’été.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:54
La reconnaissance de la Nation envers ses soldats.

 

23.06.2014 Armée de Terre

 

Le 12 juin 2014, les hommes de la 9ème Brigade d'Infanterie de Marine sont mis à l'honneur à Poitiers, 1 an après leur retour du Mali. De nombreux pictaviens se sont rendus place de l'hôtel de ville afin de rendre hommage à leurs vaillants marsouins qui se verront décorés à titre individuel et collectif, lors de cette cérémonie. Médaille d'or de la défense nationale étoile de bronze et de la croix de la valeur militaire sont la marque de la reconnaissance de la Nation envers ces marsouins.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:50
La graduation ceremony de l'École de l'air britannique de Cornwell

La graduation ceremony de l'École de l'air britannique de Cornwell

 

24/06/2014 Armée de l'air

 

Le général Denis Mercier, chef de l’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), s’est rendu le 19 juin 2014, à l’École de l’air britannique de Cranwell pour présider la graduation ceremony, équivalente à celle de la remise des poignards dans l’armée de l’air.

 

La présence du CEMAA fait suite à l’invitation de son homologue britannique, Sir Andy Pulford. Il est à noter que le général Mercier a été à la tête de l’École de l’air de Salon-de-Provence, de 2008 à 2010 et que son prédécesseur, le général Jean-Paul Paloméros a été nommé en 2007, reviewing officer, distinction hautement honorifique.

Un défilé aérien de la patrouille des Red Arrows a clôturé cette cérémonie.

Équivalent à l’École de l’air, le Royal Air Force (RAF) College de Cranwell forme les officiers et le personnel navigant britanniques. Créée en 1920, elle est la première académie dédiée à l’aviation militaire dans le monde.

Le CEMAA et les élèves officiers de l'École de l'air britannique de Cornwell

Le CEMAA et les élèves officiers de l'École de l'air britannique de Cornwell

Le défilé aérien des Red Arrows au dessus de l'École de l'air britannique de Cornwell

Le défilé aérien des Red Arrows au dessus de l'École de l'air britannique de Cornwell

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:50
Le démonstrateur MIC2 est optimisé pour deux opérateurs – photo MBDA

Le démonstrateur MIC2 est optimisé pour deux opérateurs – photo MBDA

 

18/06/2014 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

En s’appuyant sur son expérience dans le domaine de la défense aérienne, MBDA a développé un démonstrateur d’interface permettant à deux opérateurs de gérer un système complexe de défense aérienne. Ce système baptisé MIC2 (MBDA innovative C2) a été présenté au salon Eurosatory.

 

Le MIC2 cherche à alléger la charge de travail de l’opérateur soumis à un flot toujours croissant d’informations issues d’un grand nombre de senseurs. Le démonstrateur répond également à la demande de différents clients pour des systèmes capables de contrôler plusieures couches de défense aérienne.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:45
Mali : Quatre militaires français décorés

 

20 juin 2014 maliactu.net

 

La salle de conférence du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants a servi de cadre, hier jeudi 19 juin 2014, à la cérémonie de remise de décorations à 4 militaires de la Coopération française en fin de mission dans notre pays. L’ouverture de la cérémonie était présidée par le secrétaire général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, le Général de brigade Yacouba Sidibé. On notait aussi la présence de l’Ambassadeur de France au Mali, de l’Inspecteur Général des armées et services, du Chef d’état-major général des armées et plusieurs autres officiers des armées du Mali et de la France.

 

Rappelons que le Mali a vécu une période assez douloureuse marquée par une double crise politico-sécuritaire et la remise en cause de son unité nationale et de sa cohésion sociale. Dans ces moments qui ont été extrêmement éprouvants pour notre pays, la France n’a ménagé aucun effort pour voler au secours du Mali. Aussi, le peuple malien tout entier a tenu à signifier à la France et à son armée toute sa gratitude et sa vive reconnaissance. C’est justement dans le cadre de cette reconnaissance pour service rendu que l’État du Mali, à travers son Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, procède aujourd’hui à la décoration de quatre militaires français en fin de mission au Mali.

 

Les récipiendaires sont : le Lieutenant-colonel Jacquot Alain Coopérant, Ema ; le Lieutenant-colonel Leroy Franck, Coopérant Dem ; l’Adjudant-chef Saulnier Michel, Coopérant Dem et l’Adjudant Quemener Jerôme, Coopérant Ema.

 

Le Général de brigade Yacouba Sidibé, secrétaire général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, a indiqué dans son discours d’ouverture que « cette cérémonie de décoration est un témoignage de la reconnaissance des services rendus au Mali, non seulement par les récipiendaires, mais aussi et surtout par leur pays la France. Elle m’offre l’heureuse occasion de leur transmettre la Sympathie et la reconnaissance du Gouvernement et de l’ensemble des Forces de défense et de sécurité du Mali ».

 

Par ailleurs, le Général Sidibé a déclaré que « c’est par vos conseils en tous genres, que nos écoles en particulier et notre outil de défense nationale en général, ont bénéficié du savoir-faire qui a permis de renforcer les capacités des Forces Armées Maliennes (Fama) en matière sécuritaire et de défense ».

 

Quant à Monsieur Gilles Huberson, Ambassadeur de la France au Mali, il dira que « ces officiers et sous-officiers ont reçu les honneurs et ils partiront avec des souvenirs des moments passés à Bamako et ils seront dans l’avenir les Ambassadeurs du Mali en France ». Ensuite il a parlé de la fraternité d’armes qui existe entre les deux pays et aussi de la coopération bilatérale qui unit nos deux pays et dans lequel domaine beaucoup a été fait.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:45
Mali: mise en place d’un Mirage 2000 D

 

23/06/2014 Sources : EMA

 

Le 22 juin 2014, un avion Mirage 2000D a rejoint le détachement air en mission dans la bande « Sahélo – Saharienne » (BSS), en remplacement de celui qui s’était abîmé le 9 juin dernier sur le territoire nigérien.

 

Le 9 juin dernier, un avion du même type s’était abimé en rentrant de mission. L’équipage, contraint à l’éjection avait pu être récupéré sain et sauf. Une mission de récupération des débris a permis de procéder au relevage de l’épave.

 

La mise en place de ce nouvel avion ainsi que d’un équipage de l’escadron 1-3 Navarre de Nancy redonne au détachement chasse, composé de trois Mirage 2000 et de trois Rafale équipages, sa pleine capacité opérationnelle.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:45
Derniers vols africains pour les Mirage F1 - video

 

02.06.2014 par Armée de l'Air

 

16 mars 2013, le Mirage F1 faisait ses adieux au continent africain, après presque 30 années de présence sur le théâtre.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:45
CEMA : entretien avec son homologue ivoirien

 

23/06/2014 Sources : EMA

 

Le 17 juin 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a reçu son homologue ivoirien, le général de corps d’armée Soumalia Bakayoko.

 

Lors de leur entretien, les deux CEMA ont évoqué la coopération militaire bilatérale mise en œuvre depuis la signature d’un accord de partenariat de défense en 2012. Cette coopération, qui vise à accompagner la réforme de l’armée ivoirienne, se concrétise par la réalisation de formations au profit des forces armées ivoiriennes (FRCI) et la réalisation d’entraînements conjoints, le plus souvent dans le cadre de l’ONUCI. En 2014, 45 actions de coopération ont ainsi été réalisées par les forces françaises.

 

La montée en puissance des forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI), qui remplaceront la force Licorne à partir du mois de janvier 2015, a été évoquée. Forces prépositionnées, les FFCI continueront à entretenir la coopération militaire bilatérale avec les FRCI et à maintenir une présence militaire pour assurer la protection des ressortissants français si besoin. En tant que base opérationnelle avancée, elles constitueront un important point d’appui sur la façade Ouest-africaine et formeront  un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la sous-région.

 

Le général de Villiers a ensuite présenté au général Bakayoko la réorganisation de notre dispositif en Afrique, dans le cadre, notamment, de la stratégie de régionalisation dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Enfin, le CEMA a salué la coopération opérationnelle visant à appuyer le déploiement des forces armées ivoiriennes dans des opérations de maintien de la paix. Ainsi, en mars 2013, la force Licorne avait mis en œuvre des détachements d’instruction opérationnelle permettant le déploiement d’une unité logistique ivoirienne au sein de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA).

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:20
West Point ESM St-Cyr - photo West-Point.org

West Point ESM St-Cyr - photo West-Point.org

 

19 juin 2014 Vincent Dozol  - France-Amérique.com

 

Les échanges universitaires ne sont pas le seul cadre de formation de Français aux Etats-Unis. Grâce à un partenariat datant du début des années 70, environ cinquante-cinq militaires par an de la plus ancienne alliée des Etats-Unis sont accueillis dans les bases de l’armée américaine pour suivre des formations académiques ou opérationnelles de durées variables.

 

A l’heure du déjeuner, les cadets de la prestigieuse académie de l’Army (armée de terre) située à West Point (New York) se regroupent par section devant les différentes entrées de l’immense salle à manger. L’alignement est parfait. Les élèves, encadrés par les statues d’Eisenhower et de MacArthur, patientent dans un silence immobile. Au milieu de cet océan d’uniformes gris et de casquettes identiques surgissent parfois des tenues qui dénotent. Un jeune homme, tête nue, porte un treillis. C’est un étudiant de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, en formation à West Point pour un peu plus de deux mois.

 

La France continue d’investir dans la formation de son personnel militaire et envoie une petite partie des meilleurs d’entre eux se former aux Etats-Unis, pays incontournable dans le domaine de la défense. La crise économique a certes marqué l’armée française. Suite aux réductions budgétaires, certains observateurs se demandent si la décennie 2009-2019 ne sera pas celle du « déclassement militaire français ». La défense reste pourtant le troisième budget de l’Etat (31,4 milliards d’euros) et les partenariats de formation sont maintenus.

 

Une coopération continue et méconnue

 

Même en période de tension politique entre les deux pays, la coopération militaire s’est poursuivie et développée. L’intégration de militaires français dans des bases américaines relève de trois types de coopération : la formation académique et d’opération, la liaison ou l’échange. Les officiers de liaison sont en résidence sur de longues périodes, ils captent les dernières évolutions de doctrine et les font remonter au ministère de la Défense à Paris. Dans le cadre de l’échange, qui concerne un nombre très réduit de personnes, le soldat est complètement intégré dans une unité opérationnelle américaine, en général pendant trois ans. Il suit le même programme d’entraînement que son unité et, avec l’accord de la France, peut être envoyé en opération avec l’armée américaine.

 

La formation de militaires français aux Etats-Unis remonte au début des années 70. Huit cadets, alors en deuxième année à l’École de l’Air de Salon-de-Provence, sont les premiers à intégrer l’US Air Force Academy à Colorado Springs. Pour les forces armées transatlantiques, il s’agit de « forger des capacités opérationnelles entre la France et les Etats-Unis le plus en amont possible », alors que la France a quitté le commandement intégré de l’OTAN en 1966. Cette formation bénéficie plus tard à l’unité entière et permet une approche différente.

 

Le général Bruno Caïtucoli, chef de la mission de Défense à l’ambassade de France à Washington D.C., souligne l’importance de cette période d’exposition à la culture militaire américaine : « On a tendance à réduire ce type de coopération — dite d’intéropérabilité — à la simple dimension technique, comme la possibilité pour nos deux armées de communiquer par radio et d’éviter les surprises au moment des opérations communes. Mais c’est aussi un enjeu culturel, une façon différente d’aborder un problème qui enrichit en fin de compte les processus de décision. » Cette proximité s’est révélée déterminante lors des opérations conjointes récentes en Libye, au Mali et maintenant en Centrafrique. S’ils ne sont pas directement intervenus dans l’opération Serval, les Etats-Unis ont renforcé les échanges de renseignements et ont déployé des moyens de transports aériens au service des troupes françaises. La France s’est aussi retrouvée récemment seule aux côtés des Etats-Unis sur le point de déclencher des frappes aériennes en Syrie.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 10:55
Vol en formation de Mirage F1

Vol en formation de Mirage F1

 

23 juin Aeroobuzz.fr

 

L’armée de l’air annonce que le 23 juin 2014, aux alentours de 11h00, lors d’une mission d’entrainement en basse altitude au sud de Grenoble, l’avion en position de leader d’une patrouille de Mirage F1 de l’armée de l’air a percuté une ligne à haute tension.

 

L’appareil, qui avait décollé de la base aérienne 118 de Mont de Marsan été contraint à un atterrissage de précaution sur la piste de l’aéroport de Grenoble – Isère. Le pilote est indemne et son équipier a rejoint sa base d’origine.

 

Une enquête visant à déterminer les circonstances de cet incident est en cours.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories