Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 11:30
Une coopération franco-israélienne

 

26.03.2014 Tsahal.fr
 

Mon nom est B. J’ai 37 ans et je suis major dans l’Armée de l’Air israélienne. Aujourd’hui, je vais vous parler de l’un des escadrons les plus particuliers de Tsahal dont je suis le commandant adjoint : l’Escadron des “Défenseurs de l’Ouest”. Nous sommes en étroite collaboration avec la Marine israélienne et nos hélicoptères ont la capacité de se poser en pleine mer sur n’importe quel navire, à n’importe quel moment. Il y a deux semaines, nous avons eu la chance de rencontrer nos homologues français.

 

Avant d’arriver au poste de commandant adjoint de l’Escadron des “Défenseurs de l’Ouest”, j’ai été assigné à de très nombreux autres postes tels que commandant adjoint de l’Escadron Rouge, de l’Escadron “Black Hawk” ou encore pilote de l’avion “Cobra”. Au sein de l’Armée de l’Air, nous avons la possibilité d’expérimenter différents rôles et d’avoir ainsi la chance, comme moi, d’être aux manettes de différents bijoux technologiques.

 

Une coopération au service de la sécurité d’Israël

Nous sommes un escadron très indépendant et notre situation est très particulière : nous sommes beaucoup plus proches de la Marine avec qui nous coopérons au quotidien que du reste de l’Armée de l’Air.

Notre principale mission est d’aider la Marine dans la construction d’une carte maritime, d’une carte des cibles et des navires en mer. La Marine est restreinte dans l’obtention de ces renseignements à cause de l’horizon et c’est pour cette raison que nous venons leur apporter notre aide lorsque cela lui est impossible.

Patrouille Marine

Nous devons donc tout d’abbord assurer la sécurité des frontières israéliennes et ce notamment en localisant les bateaux ennemis en mer. Notre deuxième mission touche au domaine du sauvetage. Nous avons les capacités de sauver un soldat blessé sur n’importe quel navire de la Marine. Si nous apprenons qu’une persone est blessée, nous sommes avertis, nous venons nous placer au dessus du bateau concerné et nous réalisons le sauvetage.

 

L’hélicopère “Chauve-Souris”

L’Escadron des “Défenseurs de l’Ouest” est un escadron qui se sert de l’hélicoptère AS565 Panther, plus connu en Israël sous le nom de “Chauve-Souris”, qui est avant tout maritime. Nous collaborons très étroitement avec la flotille des navires de guerre et plus particulièrement avec ceux qui possèdent une hélisurface, plateforme d’atterrissage pour hélicopère.

Cet hélicoptère de pointe comprend des systèmes de radar, de communication avec la Marine et de surveillance qui nous permettent de remplir au mieux notre mission aux côtés des forces navales.

hélicoptère défenseurs de l'ouest

 

L’Escadron rencontre l’Armée de l’Air française

Il y a deux semaines, l’armée française s’est rendue en Israël pour une visite officielle. Un lien s’est soudainement créé entre notre escadron et l’Armée de l’Air française. Nous avons appris qu’un de ses escadrons effectue la même mission avec le même hélicoptère. Lorsque nous nous sommes rencontrés, nous avons énormément discuté, abordé nos points communs et nous nous sommes rendus compte que nous étions en réalité très proches et que nous pouvions énormément apprendre l’un de l’autre. L’Escadron des “Défenseurs de l’Ouest” avait enfin découvert un corps qui lui ressemblait.

Lors de cette première entrevue, nous avons rencontré deux pilotes français qui ont participé à l’une de nos missions. L’exercice était centré sur l’atterrissage des hélicoptères sur les navires. Nous avons tout d’abbord atterri sur l’un de leurs bateaux avec lesquels ils étaient arrivés au port de Haïfa. Ce fut ensuite à leur tour d’atterrir sur l’un de nos bateaux.

Une coopération franco-israélienne

Une coopération franco-israélienne

 

La prochaine étape de notre coopération sera la visite officielle en France du commandant de notre escadron et de deux de nos soldats au sein de leur escadron afin de renforcer nos relations. Notre objectif est d’organiser ces rencontres sur une base régulière pour qu’avec eux, l’Escadron des “Défenseurs de l’Ouest” s’améliore encore afin de pouvoir toujours assurer la sécurité des habitants d’Israël.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 08:50
Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork

 

 

30/04/2014 Sources : EMA

 

Mardi 29 avril 2014, accompagné du chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et du général commandant les opérations aériennes et la défense aérienne (CDAOA), le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, a rendu visite au détachement de l’armée de l’air déployé à Malbork en Pologne.

 

En présence du président de la République et du ministre de la défense polonais, il a participé à une cérémonie organisée à l’occasion du départ de deux chasseurs polonais de type MIG 29, qui seront chargés d’assurer la mission de surveillance de l’espace aérien et de police du ciel des pays Baltes (Baltic), à partir de la base de Sïauliaï en Lituanie.

 

A l’issue de cette cérémonie, à laquelle était associé le détachement air français, le ministre de la défense s’est adressé aux quelques soixante-dix militaires déployés à Malbork.

 

Leur rappelant que leur présence s’inscrit dans le cadre des mesures de réassurance visant à marquer le soutien et la solidarité apportés à la Pologne dans la crise que traverse actuellement l’Europe, il est revenu en détail sur les missions qui seront confiées au détachement commandé par le lieutenant-colonel Yann Malard.

 

M. Jean-Yves Le Drian a souligné que ces missions s’inscrivent dans un esprit de fermeté et de responsabilité. Fermeté au travers des sanctions internationales pouvant être prises à l’encontre de la Russie ; responsabilité au travers de la présence militaire française et le souhait de la France de contribuer à la désescalade des tensions dans l’Est de l’Europe.

Le ministre de la défense rencontre le détachement air français de Malbork

 

A ce titre, le détachement air français de Malbork conduira une double mission :

    réaliser des missions d’entraînement à la NATO AIR POLICING aux côtés des équipages polonais ;

    participer, sur demande de l’OTAN, à la mission de surveillance de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, afin de garantir l’intégrité de leur espace aérien.

 

Depuis le 1er avril 2014, les armées françaises renforcent la surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique dans le cadre de l’OTAN, pour marquer la solidarité de la France à l’égard de ses alliés. Depuis cette date, des Awacs français réalisent ainsi des missions dans l’espace polonais et roumain, avec un vol tous les trois jours à partir de la base aérienne d’Avord. Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour engager les capacités aériennes complémentaires qu’elle avait proposées. Avec l’accord du gouvernement polonais, 4 Rafale sont ainsi déployés sur la base de Malbork au nord de la Pologne.

Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de MalborkLe ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork
Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork
Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 07:35
Une délégation Singapourienne en visite dans l’armée de l’air

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

Mercredi 9 et jeudi 10 avril 2014, une délégation singapourienne s’est rendue sur la base aérienne (BA) 117 de Paris et sur la BA 702 d’Avord. Les représentants de l’armée de l’air française et de la Republic of Singapore Air Force (RSAF) se sont ainsi rencontrés pour définir leurs prochains axes de coopération.

 

Menée par le Brigadier General Lim Yeong Kiat, la délégation s’est tout d’abord rendue au sein de l’état-major de l’armée de l’air, le 9 avril 2014. Le général Antoine Creux, major général de l’armée de l’air, s’est ainsi entretenu avec son homologue. L’occasion de présenter les évolutions de chacune des armées, dont le projet Unis pour « faire face » lancé en 2013 par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA).

 

Les échanges entre les deux armées se sont poursuivis dans l’après-midi au cours duquel les contours de la coopération franco-singapourienne ont été affinés avec le général Crochard, délégué aux relations extérieures. Jusqu’à présent, cette coopération était principalement centrée sur la formation des pilotes et des navigateurs singapouriens au sein du 150èmeescadron de la RSAF, implanté sur la base aérienne 120 de Cazaux depuis près de quinze ans.

 

Aujourd’hui, le domaine de la défense sol/air fait également l’objet de cette coopération bilatérale, les Singapouriens ayant acquis des missiles Aster 30 destinés au système sol/air moyenne portée SAMP. La délégation s’est donc rendue sur la BA 702 d’Avord, le 10 avril 2014, pour visiter le pôle de défense sol/air. Une autre synergie potentielle pourra être développée avec, à plus long terme, la possible acquisition du MRTT (Multi-Role Tanker Transport) par la RSAF.

 

Ces axes de coopérations avaient déjà été affirmés par le CEMAA au cours d’un voyage officiel à Singapour mi-mars.

Une délégation Singapourienne en visite dans l’armée de l’air
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 20:55
Premiers pilotes brevetés et affectés sur A400M

Le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes et commandant le soutien des forces aériennes préside la cérémonie

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

Le 18 avril 2014, les deux premiers pilotes affectés directement en sortie d'école sur A400M Atlas ont reçu leur macaron au cours d’une cérémonie présidée par le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes et commandant le soutien des forces aériennes, sur la base aérienne (BA) 702 d’Avord.

 

Outre ces deux pilotes destinés à rejoindre la première unité opérationnelle qui sera dotée d’A400M, trois pilotes d’hélicoptère et dix-sept pilotes de transport de l’armée de l’air et de l’aéronavale ont également été brevetés.

 

Ces nouveaux pilotes proviennent de l'école de l’aviation de transport de la BA 702, du centre d’instruction des équipages hélicoptères de la BA 115 d’Orange et du centre d’opération de défense sol/air d’Avord. Ils sont désormais aptes à piloter les aéronefs de l’armée de l’air.

 

Enfin, la cérémonie a mis à l’honneur les opérateurs de défense sol/air, parmi lesquels quinze ont reçu leur insigne.

Remise d’insignes aux premiers pilotes brevetés affectés sur l’Atlas A400M à Avord

Remise d’insignes aux premiers pilotes brevetés affectés sur l’Atlas A400M à Avord

Les pilotes fêtent leur nouvelle affectation

Les pilotes fêtent leur nouvelle affectation

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:55
Le centre de formation A400M a ouvert ses portes

 

25/04/2014 Armée de l'air

 

Premier centre d’expertise A400M à l’échelle européenne, le centre de formation a ouvert ses portes au sein de la Multinational Entry into Service Team (MEST). Depuis le 1er avril 2014, deux de nos aviateurs sont les premiers stagiaires à passer leur qualification de type (QT) A400M, au sein du centre de formation situé sur la base aérienne 123 d’Orléans.

 

Flambant neuf, le centre de formation dispose des outils les plus modernes lui conférant tous les atouts pour devenir le premier centre d’expertise A400M à l’échelle européenne. Pour les deux pilotes, la formation s’annonce comme un nouveau défi et une expérience inédite dans leur carrière aéronautique déjà riche. L’enseignement s’articule en trois phases successives. Un premier socle de connaissance est consacré à un survol des différents systèmes avion et à une familiarisation succincte avec cockpit de l’A400M. Ensuite, les systèmes avion sont abordés dans le détail et les procédures de travail en équipage sont enseignées pas à pas. Enfin, une succession de séances de simulateur vient compléter la formation.

Le centre de formation A400M a ouvert ses portes
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:55
Chargement d’un VBCI dans la soute de l’A400M

 

28/04/2014 Armée de l'air

 

Mercredi 23 avril 2014, l’atelier industriel aéronautique (AIA) de Clermont-Ferrand a accueilli deux mastodontes de technologie, l’un de l’armée de l’air et l’autre de l’armée de terre. Une rencontre inédite s’est en effet déroulée sur le tarmac clermontois, entre l’A400M Atlas et un véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI).

 

Le processus d’expérimentation de l’Atlas, mené par le centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) et la Multinational Entry into Service Team (MEST) se poursuit. En effet, l’objectif de cette journée était de valider l’embarquement d’un VBCI du 92ème régiment d’infanterie dans la soute du MSN 7, baptisé « Ville d’Orléans ».

 

C’est chose faite pour les équipages qui ont pu charger le blindé de 29 tonnes et de 7,80 mètres de long dans la soute pouvant accueillir un volume de 340 m3. Une étape importante avant la mise en service opérationnel du premier escadron Atlas de l’armée de l’air.

Chargement d’un VBCI dans la soute de l’A400M
Chargement d’un VBCI dans la soute de l’A400M
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/04/2014 Armée de l'air

 

En 1984, les premiers élèves-pilotes à avoir suivi une formation sur EMB 121 Xingu recevaient leurs brevets de pilotes de transport. Le 25 juin 2014, l’école de l’aviation de transport (EAT) 00.319 « Capitaine Jean Dartigues », stationnée sur la base aérienne 702 d’Avord, célèbrera ces 30 années de macaronnages sur Xingu.

 

Après plus de 30 ans d’utilisation du Xingu, destiné à la formation des pilotes de transport, les aviateurs de l’EAT cherchent à prendre contact avec le plus grand nombre d’anciens ayant évolué sur l’avion école : stagiaires, instructeurs ou encore mécaniciens.

 

Si vous souhaitez participer à cette journée, n’hésitez pas à contacter l’escadron par mail à l’adresse traditions.eat@gmail.com, ou par téléphone au 02.48.68.40.47.

 

Visionnez le diaporama photos de l'école de l'aviation de transport !

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:50
Mise en place d'un détachement air en Pologne

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 25 avril 2014, un détachement français est déployé sur la base de Malbork pour préparer l’arrivée des avions de chasse français.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen.

 

Dès le 1er avril, des Awacs français ont été engagés, au départ de la base d’Avord, dans la mission de surveillance des espaces aériens.

 

Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec l’accord du gouvernement polonais, quatre Rafale de l’armée de l’air seront ainsi déployés à compter du 28 avril 2014. Ils se poseront sur la base de Malbork, situé dans le nord de la Pologne (Voïvodie de Poméranie).

 

L’arrivée de ces chasseurs nécessite naturellement le déploiement d’un échelon précurseur qui est arrivé à Malbork le 24 avril.

 

Cet échelon se compose de 61 militaires, mécaniciens, fusiliers commandos et cyno-techniciens avec leur animal, gendarme, etc. Huit tonnes de fret technique et deux tonnes de fret « civil » ont également été acheminées à bord d’un Airbus A 310 de l’escadron Esterel.

 

Ces militaires sont désormais en mesure d’assurer la manœuvre logistique préparatoire à l’arrivée des chasseurs. Le 25 avril 2014, un Hercule C-130 de la base aérienne 123 d’Orléans a déjà convoyé 6,5 tonnes de matériel. Un second acheminera le 26 avril des lots de matériels techniques d’emport sous aéronefs.

Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:30
Green Shield 4: des échanges «riches et fructueux»

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

La 4e édition de Green Shield, qui avait débuté le 7 avril 2014, s’est achevée la semaine dernière sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey. Rassemblant divers aéronefs de la Royal Saudi Air Force et de l’armée de l’air, cet exercice bilatéral franco-saoudien a été un succès.

 

Des missions aériennes de type COMAO (Composite Air Operations - dispositif regroupant un nombre important d’appareils différents) et CSAR (Combat Search And Rescue - recherche et sauvetage au combat) ont été réalisées. Jusqu’à seize appareils ont participé simultanément à une même mission. Parmi eux : des F-15 C saoudiens, des Mirage 2000D de Nancy, des Rafale de Saint-Dizier, des Mirage 2000-5 de Luxeuil, des Mirage 2000C d’Orange, un E3-F Awacs d’Avord et des Caracal de Cazaux. Les 24 opérations prévues ont pu être exécutées, représentant près de 200 sorties d’aéronefs et plus de 300 heures de vol.

 

Des échanges entre l’Arabie saoudite et la France qualifiés de «riches et fructueux» par le colonel Louis Pena, commandant la base aérienne 133 et directeur de l’exercice Green Shield 4. Il précise: «Les Saoudiens sont très bons en combat aérien et très habiles en pilotage. De notre côté, grâce nos interventions sur de nombreux théâtres d’opération, nous avons acquis une expérience qu’ils n’ont pas. Chacun a quelque chose à apprendre de l’autre.»

 

Les F-15 C sont repartis vendredi 18 avril 2014 vers leur base d’origine. La prochaine édition de Green Shield devrait avoir lieu en 2016, en Arabie saoudite.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:55
2013 année record pour l’Industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité

 

28 avril Aerobuzz.fr

 

En termes de commandes, 2013 est une année record pour l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité, avec 73,1 Md€ de commandes soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 Md€ » a souligné Marwan Lahoud, président du GIFAS.

 

Le chiffre d’affaires de l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité s’élève à 47,9 Md€ (+9% à périmètre constant) avec une très forte part à l’exportation de 30,4 Md€ (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177.000 hommes et femmes dans la profession (170.000 en 2012), 13.000 recrutements et 6.000 emplois nets créés et 1.000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au GIFAS.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:55
Casque Topowl : «les yeux de chat» des pilotes

23.04.2014 par ministere de la defense

Le viseur de casque Topowl équipe aujourd’hui l’hélicoptère Tigre de l’armée de terre. Il offre au pilote une meilleure capacité de vision de son environnement tactique. Il lui assure une vision de nuit intensifiée, directement projetée sur la visière du casque, à un même niveau de performance que les jumelles de vision nocturne.

Ce reportage est un extrait du magazine TV « Journal de la Défense » d’avril 2014, intitulé « 100% innovation dans les armées »

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:51
Des Rafales français en position dans le nord de la Pologne

Vue de quatre chasseurs Rafale de l'armée de l'air française sur le tarmac de l'aérodrome de Malbork dans le nord de la Pologne, le 28 avril 2014. photo EMA

 

29-04-2014 par Olivier Fourt – RFI

 

Le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, se rend ce mardi sur la base aérienne de Malbork dans le nord de la Pologne. Depuis lundi, quatre avions de combat français Rafale ont été déployés sur ce site dans le cadre des mesures dites de « réassurance » de l'Otan.

 

Les quatre avions de combat français positionnés en Pologne devront notamment effectuer des missions de police de ciel. L'objectif est d'assurer le respect de l'espace aérien des pays baltes alors que la crise ukrainienne inquiète les pays d'Europe orientale.

 

Les 4 Rafales se sont posés, lundi 28 avril, en fin de matinée sur la piste de la base aérienne 22 de l’armée de l’air polonaise. Le pool Rafale est constitué d’avions venus de Mont-de-Marsan et de Saint-Dizier. Ils sont équipés des missiles air-air bons de guerre, fixés sous les ailes des appareils.

 

Réponse française

 

Il ne s’agit pas d’un exercice. L’armée de l’air a envoyé ce qu’elle a de mieux en matière d’avion de combat. C’est la réponse de la France à la demande formulée par l’Alliance atlantique, pour ouvrir un créneau de quatre mois de mission de police du ciel depuis la base de Malbork.

 

Il s'agit donc de se tenir prêt à intercepter tout avion qui violerait l’espace aérien des pays baltes, ou qui aurait une attitude suspecte au-dessus de la mer Baltique. Sur cette zone, il n’est pas rare d’y croiser des avions russes ces derniers temps, ou des avions de renseignement, ou même des bombardiers.

 

L'arrivée des Rafales sur cette base va permettre au Mig-29 polonais d'aller se déployer en Lituanie, là encore sur la demande de l'Otan pour la mission Air Baltique. Enfin, la France et la Pologne vont approfondir leur relation en matière de défense, à travers des entraînements axés principalement sur les missions de défense aérienne.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:56
Le dispositif Pacte Défense PME 18 mois après son lancement - Mardi 20 mai

 

source Association des entreprises partenaires de la Défense

 

L’Association des entreprises partenaires de la Défense organise une soirée destinée à faire le point sur le dispositif Pacte Défense PME :

 

mardi 20 mai 2014 de 18 heures 30 à 20 heures 30

à l'Ecole militaire à Paris

 

Pacte Défense PME décline en 40 actions la stratégie globale du ministère de la Défense en faveur du développement des PME et ETI de tous les secteurs d’activité : armement, soutien des matériels et achats courants (infrastructures, fournitures, services...).

 

Destinée aux dirigeants et responsables de PME et ETI, cette soirée permettra notamment de présenter les engagements du Pacte et les conditions de mise en œuvre associées.

 

Elle sera ouverte par le député Gwendal Rouillard, secrétaire de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale.

 

L’inscription est gratuite, mais obligatoire, avant le 15 mai. Vous recevrez deux messages de confirmation, dont un quelques jours avant la manifestation.

Contact : contact@entreprisespartenairesdeladefense.fr

 

 

L’instruction ministérielle Pacte Défense PME

L’interview d’Arnaud Marois, délégué aux PME et PMI auprès du ministre de la Défense, dans Entreprises & Défense, la Lettre de l’Association des entreprises partenaires de la Défense

 

 

Association Loi 1901, l’Association des entreprises partenaires du de la Défense a pour objet le développement des relations entre les entreprises et la Défense. Elle organise de nombreuses activités et est à l’origine du « Prix de la reconversion des militaires » prix annuel placé sous le Haut patronage du ministre de la Défense. Tous les collaborateurs de l’Association sont bénévoles. Les seules ressources sont les cotisations versées par les entreprises adhérentes.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:55
Premier stage de mise en condition avant projection à Saintes

 

18/04/2014 Armée de l'air

 

Du 7 au 11 avril 2014, le centre de formation militaire élémentaire (CFME) de la base aérienne 722 de Saintes a organisé son premier stage de mise en condition avant projection (MCP) au profit des aviateurs. Il vient compléter l’escadron de formation des commandos de l’air (EFCA) de Dijon pour la formation des aviateurs, dont la spécialité n'est pas fusilier commando, pompier de l'air ou membre du GAAO (groupement aérien d'appui aux opérations), avant un départ sur un théâtre d’opérations extérieures.

 

Spécialiste, notamment, de l'instruction militaire de base des militaires techniciens de l'air et des volontaires militaires du rang, le CFME élargit désormais le panel de ses stages proposés aux aviateurs. Ainsi, il a accueilli début avril 2014 une quinzaine de stagiaires, de tous grades confondus et de nombreuses spécialités, qui seront bientôt déployés sur un théâtre d’opérations. Afghanistan, Mali, Liban, Niger, République Centre Africaine… L’objectif du stage de mise en condition avant projection (MCP) est de se préparer au mieux à la vie en opération.

 

Deux centres pour le stage MCP

 

Auparavant, seul un déploiement en Afghanistan nécessitait de suivre le stage Martel (module d’apprentissage et de restitution des techniques élémentaires) dispensé uniquement au sein de  l’escadron de formation des commandos de l’air (EFCA) de Dijon. Aujourd’hui, cette MCP est ouverte à tous les théâtres d’opérations sur lesquels l’armée de l’air intervient. Face à l’accroissement inévitable du nombre de stagiaires concernés, il a donc été décidé de diversifier les centres d’enseignements, avec le CFME de Saintes.

 

Un enseignement varié mais pas un entraînement commando

 

À l’instar du stage Martel créé en août 2007, le MCP n’est pas un entraînement commando. Il est destiné à des militaires dont la spécialité ne les amène pas à manipuler une arme au quotidien. D’une durée de cinq jours, il est à la portée de tous, quels que soient l’âge, la spécialité ou l’unité d’appartenance. Il s’agit d’approcher les conditions opérationnelles et de la vie courante d’une base aérienne sur un théâtre, avant d’être projetés. Au programme : instruction au tir de combat, de jour comme de nuit, au pistolet automatique et/ou fusil d’assaut, utilisation du gilet de protection balistique, déplacement en véhicule, secourisme au combat, vie en collectivité et technique d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR). Les aviateurs sont également sensibilisés aux menaces NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique) ou encore aux aux engins explosifs improvisés (IED).

 

Chaque stage réunit en moyenne une quarantaine d’aviateurs. Au total, ils seront environ 360 par an à passer dans l’un des deux centres de l’armée de l’air.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:55
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale

 

23/04/2014 Armée de l'air

 

Pour la première fois depuis sa mise en service opérationnel, le Rafale a volé dans le ciel réunionnais. En effet, dans le cadre d’un entraînement aux missions à longue élongation des forces aériennes stratégiques (FAS), le détachement air 181 « Lieutenant Roland Garros » de Saint-Denis de la Réunion accueille, du 22 au 25 avril, un C135 du groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 « Bretagne », stationné sur la base aérienne (BA)125 d’Istres (13 – Bouches-du-Rhône), et deux Rafale B de l’escadron de chasse (EC) 1/91 « Gascogne », stationné sur la BA 113 de Saint-Dizier (52 – Haute-Marne).

 

L’ensemble du dispositif, qui a décollé d’Istres à 5 heures du matin, s’est posé, mardi 22 avril en milieu d’après-midi, à Saint-Denis après 10 heures 35 de vol pour les Rafale (et cinq ravitaillements) et 11 heures pour le C 135. Une quarantaine de personnes du commandement des forces aériennes stratégiques, de l’EC 1/91 « Gascogne », du GRV 2/91 « Bretagne » et des escadrons de soutien technique aéronautique 15.007 de Saint-Dizier et spécialisé 15.093 d’Istres constituent le détachement.

 

Cette opération a plus précisément pour objectif l’entretien des qualifications des équipages à exécuter des missions de très longue durée. Elle démontre l’aptitude des FAS à intervenir en tout lieu. La fonction ravitaillement en vol, assurée par le C135FR, permet aux avions de combat de l’armée de l’air et alliés, ainsi qu’aux avions radar « Awacs » de réaliser leurs missions à des milliers de kilomètres de leur base. Systématiquement impliqués dans les opérations extérieures, les C135, bien que vieillissants, placent la France en nation leader au sein de l’Europe pour cette capacité indispensable à toute intervention. Ce modèle français du ravitailleur Boeing permet également les missions de transport stratégique de fret comme de passagers. Equipés du module Morphée, ils assurent dans des délais très brefs des missions d’évacuation sanitaire de blessés graves.

 

La présence sur l’île de la Réunion de ces appareils sera l’occasion pour les deux Rafale B de mener, dans l’après-midi du mercredi 23 avril, un exercice interarmées d’appui-feu (dit de Close Air Support) au profit du 2ème régiment parachutiste d’infanterie de marine, stationné à Saint-Pierre, au sud de l’île. En effet, les moyens des FAS ne sont pas uniquement dédiés aux frappes nucléaires et peuvent tout aussi bien être affectés à la réalisation de missions conventionnelles. Ainsi, le Rafale comme le Mirage 2000N peuvent emporter des armements classiques et guidés laser et les équipages s’entraînent au quotidien aux missions conventionnelles sur le territoire national et hors métropole en participant à de nombreux exercices interalliés (Canada, Brésil, Egypte…). En outre, les équipages du « Gascogne » assurent régulièrement la permanence opérationnelle dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne.

 

Le même jour, dans la matinée, la présence des appareils aura été l’occasion d’une présentation des missions de l’armée de l’air et des forces aériennes stratégiques aux autorités civiles et militaires locales, aux associations, réservistes dans le cadre de la journée nationale du réserviste (JNR) et aux jeunes concernés par la journée défense du citoyen (JDC).

 

À noter que si la piste du détachement air 181 est habituée à l’atterrissage de gros porteurs civils et militaires, elle n’a pas accueilli d’avions de chasse depuis dix ans, les derniers à être venus poser leurs roues sur l’Ile Bourbon étant des Mirage IV des FAS en 2004.

 

Les appareils reprendront leur vol à destination de la métropole dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 avril.

 

Pour mémoire, les forces aériennes stratégiques assurent depuis 1964 la permanence opérationnelle de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire française. Cette mission, ininterrompue depuis 50 ans, positionne ce commandement comme la première composante permettant au président de la République de garantir en toutes circonstances la liberté d’appréciation, de décision et d’action de la France dans le cadre de ces responsabilités internationales.

L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
L’île de la Réunion accueille pour la première fois le Rafale
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:50
KazEOSat-1 - DZZ-HR photo Airbus DS Astrium

KazEOSat-1 - DZZ-HR photo Airbus DS Astrium

 

28/04/2014 lexpress.fr (Cercle Finance)

 

Airbus Defence and Space, spécialiste des technologies spatiales, a préparé le lancement de KazEOSat-1 (anciennement nommé DZZ-HR), prévu pour s'envoler ce lundi 28 avril 2014 vers une orbite basse héliosynchrone (environ 700 km de la Terre) à bord d'un lanceur Vega depuis le port spatial européen de Kourou en Guyane.

 

KazEOSat-1 est le premier satellite d'observation de la Terre de la République du Kazakhstan. 

 

Entièrement réalisé par Airbus Defence and Space, KazEOSat-1 est un satellite très haute résolution (un mètre) de 900 kg qui fournira à la République du Kazakhstan une gamme complète d'applications civiles, parmi lesquelles la surveillance des ressources naturelles et agricoles, la fourniture de données cartographiques, la sécurité et le soutien aux opérations de secours en cas de catastrophes naturelles.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:50
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Le 28 avril 2014, quatre avions Rafale de l’armée de l’air se sont posés à Malbork dans le nord de la Pologne. Ils avaient décollé le jour même de la base aérienne de Saint Dizier.

 

L’arrivée de ces chasseurs a été précédé par le déploiement d’échelons précurseur et logistique les 24 et 26 avril dernier.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen. Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec accord des autorités polonaises, les 4 chasseurs français sont désormais stationnés sur le base de Malbork (Voïvodie de Poméranie).

Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:50
photo EMA

photo EMA

 

28 avril 2014 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Quatre avions de combat français sont arrivés lundi en Pologne tandis que quatre britanniques ont rejoint la Lituanie dans le cadre d'une mission de l'Otan de surveillance de l'espace aérien des pays baltes, selon des sources officielles à Paris et Londres.

 

Les quatre Rafale français ont rejoint lundi matin la base de Malbrok, dans le nord de la Pologne, a-t-on appris à Paris auprès de la Défense.

 

Ce renfort fait partie des mesures de réassurance de l'Alliance atlantique en faveur des pays de l'Est de l'Europe, inquiets de l'attitude de Moscou dans la crise ukrainienne, a précisé cette source.

 

Environ 70 militaires français ont été déployés à Malbrok, selon le porte-parole de l'état-major de l'armée française, le colonel Gilles Jaron. Ce détachement participera à des entraînements à la police du ciel au profit de l'armée polonaise, et à des missions de surveillance aérienne.

 

Du côté de Londres, le ministère de la Défense a indiqué que quatre jet Typhoon britanniques étaient arrivés en Lituanie et allaient survoler les espaces aériens estonien, lettonien et lituanien dans le cadre de mesures prises par l'Otan pour soutenir et rassurer les Etats membres de l'Est.

 

La France avait proposé mi-mars aux Etats baltes et à la Pologne de mettre quatre Rafale à leur disposition pour renforcer cette mission de surveillance aérienne que l'Otan assure depuis 2004. Jusqu'en mai, ce sont les Etats-Unis qui conduisent cette mission. La Pologne, membre de l'Otan, prendra ensuite la relève.

 

Depuis le 1er avril, un avion radar Awacs français assure par ailleurs plusieurs fois par semaine des missions de surveillance au-dessus de la Pologne et de la Roumanie. Un autre avion radar Awacs, britannique celui-là, a également été déployé en mars pour les mêmes missions.

 

L'Otan a annoncé mi-avril le renforcement de la défense des pays d'Europe orientale et multiplie les sorties de ses avions au-dessus des pays baltes. Des navires doivent être déployés dans la mer Baltique et en Méditerranée orientale.

 

Washington a également annoncé la semaine dernière le déploiement de quatre compagnies de parachutistes, soit 600 soldats, pour des exercices en Pologne et dans les pays Baltes.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:55
L’armée, gros bras de l’économie en Charente

 

 

25 avril par Benoît CAURETTE - charentelibre.fr

 

Premier employeur du département, la Défense injecte des millions d’euros dans l’économie locale. Elle séduit les patrons des PME, venus hier [24 Avril] à sa rencontre à La Braconne.

 

Une trentaine de patrons ont été reçus hier après-midi au 515e régiment du train. Ils comptent bien décrocher des marchés avec l’armée. Une trentaine de patrons ont été reçus hier après-midi au 515e régiment du train. Ils comptent bien décrocher des marchés avec l’armée.

 

Des costumes-cravate au milieu des treillis, des bérets noirs et des képis. Trente patrons charentais chez les militaires. Une rencontre peu ordinaire. Mais surtout tout un symbole, hier après-midi, au QG du 515e régiment du train de La Braconne, à Mornac, le dernier salon où l’on cause économie en Charente.

 

«L’armée et les entreprises sont deux mondes qui ne se connaissent pas très bien et qui pourtant ont des atomes crochus. Nous souhaitons prendre l’habitude de les faire se rencontrer plus souvent», note le capitaine de réserve Stéphane Bouyou, dans le civil directeur technique de Visvivo, à L’Isle-d’Espagnac et fer de lance de l’après-midi d’hier au régiment qui ouvre par ailleurs ses portes au grand public demain et après-demain. «L’idée, c’est également de trouver des débouchés pour nos jeunes retraités», ajoute le militaire.

 

La Défense, c’est aussi une entreprise. Même une très grosse maison, la plus importante du département: un Charentais sur cent travaille directement pour elle, «près de 9.000 emplois en découlent au total», se réjouit Daniel Braud, le vice-président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Angoulême et patron de la chambre consulaire au niveau régional. Nombre de structures en font leurs choux gras.

 

Flairer les opportunités

 

«Si demain on perdait les régiments, la base aérienne de Cognac et tout ce qui gravite autour, ça équivaudrait à se séparer d’une très grosse industrie, avec les conséquences désastreuses que l’on imagine.» Mais pour l’heure tout baigne et il y a des affaires à conclure avec les militaires.

 

Les patrons ne le savent que trop bien. Hier au quartier Chabasse, ils sont venus les flairer. Sans louper l’opportunité de (re)mettre un pied dans la maison, de «faire du relationnel» et «de comprendre les nouvelles modalités d’appels d’offres», reconnaît Claude Gomez, directeur adjoint d’Ingéliance Technologies, un cabinet d’ingénierie de 70 personnes à L’Isle-d’Espagnac, sous-traitant entre autres de DCNS à Ruelle.

 

Thierry Grandières, l’un des associés de la menuiserie Michel Dupuis à Angoulême, s’est clairement rappelé au bon souvenir de l’armée en Charente. «Nous avons travaillé ensemble par le passé, dit-il. Les équipes ont changé, nous n’intervenons plus qu’en Charente-Maritime, à la base aérienne de Rochefort. Ça nous semble important de renouer un lien, de se tenir à l’affût des marchés intéressants qui ne manqueront pas d’apparaître.»

 

Même Éric Faure, le directeur des établissements et services d’aide par le travail (Esat) de Ma Campagne et de Fontgrave, considère qu’il y a peut-être du grain à moudre dans les casernes pour ses travailleurs handicapés. «Il y a pas mal d’espaces verts à entretenir», observe cet ancien du régiment qui a pu grâce à la rencontre d’hier «gommer les a priori» qu’il nourrissait quant aux modalités d’accès aux marchés militaires.

 

«Elles sont loin d’être compliquées, et sont accessibles à toutes les PME. Une entreprise de Charente qui ne décrocherait pas un marché local n’est pas pour autant disqualifiée pour répondre à un appel d’offres qui est en fait toujours national», rassure le responsable des achats du groupement de défense d’Angoulême (1erRIMa, 515e RT…).

 

Du fait de la complexité des organisations, il est difficile de mesurer avec précision les retombées dont profitent les PME d’ici, ni même de dire combien elles sont. Le seul régiment du train fait travailler une bonne dizaine de structures du coin, dont Renault Trucks à Roullet pour l’entretien de sa flotte de poids lourds. L’armada de camions commence d’ailleurs tout juste à être remplacée par des escouades dernier cri de marque Iveco. Mais le régiment le jure: les vieux rejetons de la marque au losange, au 515e depuis 1984, seront usés jusqu’à la corde.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:30
Le Liban attend le chèque de Ryad pour s’offrir des armes françaises

Armement Le système Simbad-RC de MBDA sera présent sur trois petits patrouilleurs commandés par le Liban à la France

 

23/04/2014 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

La France et le Liban ont récemment arrêté une liste d’équipements militaires pour un montant de 2,1 milliards de dollars. Elle est actuellement pour validation à Ryad, qui finance le réarmement de Beyrouth.

 

L'Arabie Saoudite a entre ses mains la vente d'armes par la France au Liban pour un montant de trois milliards de dollars. Après quatre mois de travail seulement, la fameuse "shopping list" a été arrêtée entre l'acheteur, le Liban, et le vendeur, la France. Reste à la faire valider par le financeur, l'Arabie Saoudite. A ce trio, il faut rajouter aussi un pays qui s'agite beaucoup en coulisse, Israël, que l'on dit préoccupé par cette opération et qui a regardé de très près cette liste d'armements, qui l'inquiète dans une région particulièrement explosive où prospère notamment le Hezbollah.

 

"Un vrai tour de force pour boucler cette liste à trois pays qui ont des objectifs et un calendrier qui divergent et qu'il a fallu réconcilier, explique un proche du dossier. Cela n'a pas été facile". Toutefois, selon plusieurs sources concordantes, cette liste faite de compromis a été arrêtée par la France et le Liban il y a plus de dix  jours - le 12 avril - et remise à l'Arabie Saoudite, qui est aujourd'hui en train de l'étudier. "Ce sont les Saoudiens et eux seuls qui vont imprimer le tempo de cette opération", confirme-t-on à La Tribune. Et certains estiment qu'une "liste n'est jamais définitive". Surtout tant que cette opération à 3 milliards de dollars reste encore sujette au financement des Saoudiens. 

 

Une liste prudente

 

Sur les 3 milliards de dollars promis par Ryad, 2,1 milliards seront consacrés à l'achat d'armements et 900 millions à l'entretien de ces matériels. Un principe accepté par le Liban, qui pourra par la suite gérer seul le MCO (Maintien en condition opérationnelle) de ces matériels militaires. Dans le domaine terrestre, la France a fait preuve de beaucoup de prudence. Pas de chars Leclerc comme initialement imaginé. Paris devrait en revanche fournir des VAB (Véhicule de l'avant blindé) équipés d'une tourelle de Nexter, des VBL (Véhicule blindé léger) ainsi que des VBCI (Véhicule blindé de combat d'infanterie), voire des camions blindés Aravis. Dans le domaine de l'aéroterrestre, la France a inclus dans la liste des hélicoptères Gazelle, voire des Fennec, ainsi que des hélicoptères de transport. Enfin, MBDA devrait vendre son missile surface-air Mistral.

 

Dans le domaine naval, c'est le chantier de Cherbourg CMN, propriété du Libanais Iskandar Safa, qui a remporté la mise face à DCNS, qui proposait des Gowind de la classe Adroit, et Raidco. Le chantier naval des Constructions Mécaniques de Normandie fournira à la marine libanaise trois petits patrouilleurs, vraisemblablement équipés du système Simbad-RC de MBDA. Enfin, les équipements de Thales sont aussi bien présents dans la liste avec des radars, de l'optronique et des systèmes de communications.

 

Avant ou après le départ de l'actuel président libanais ?

 

Cette manne providentielle pour le Liban sera-t-elle un "pot de miel" pour certains des acteurs de cette opération ? Faut-il pour éviter ce type de rumeurs attendre la fin de l'élection présidentielle libanaise, qui commence dès ce mercredi, et le départ de Michel Sleimane le président sortant le 25 mai prochain ? Ce qui serait en même temps injuste pour ce dernier à l'origine de cette opération. Pour autant, Paris aurait tout à perdre avec l'Arabie Saoudite avec laquelle elle négocie plusieurs mégacontrats si cette opération n'était pas transparente. Car le nouveau président libanais sera peut être tenté de mettre son nez dans cette opération.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:25
Le Pérou s'offre un satellite espion fabriqué par Airbus Space Systems

Après le Chili, le Pérou s'offre un satellite d'observation français.

 

24/04/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Lima achète un satellite d'observation de haute résolution dual à la France. Un contrat qui doit beaucoup à l'Etat français, qui s'est beaucoup investi.

 

C'est une très jolie commande pour Airbus Space Systems. Elle était attendue depuis plusieurs semaines. Le contrat, estimé à environ 200 millions de dollars a été signé ce matin vers 10h00 à Lima (17h00 heure française). Après le Chili en Amérique du Sud, c'est donc au tour du Pérou de s'offrir un satellite d'observation de haute résolution dual fabriqué par Airbus Space Systems, qui avait été sélectionné à la fin 2013. Un succès qui vient après celui du Maroc, qui a acheté à la France (Thales Alenia Space et Airbus Space Systems) deux satellites espions en 2013, et bientôt celui des Emirats Arabes Unis (EAU).

Les négociations étaient terminées depuis plusieurs semaines mais l'accord inter-gouvernemental entre la France et le Pérou devait être encore affiné et finalisé. Lima tenait beaucoup à un tel accord afin d'obtenir la garantie de la France. Ce qui est désormais le cas et ouvre ainsi la voie à une signature. Les visites du secrétaire d'Etat à la défense, Kader Arif, puis celle du ministre, Jean-Yves Le Drian, en novembre 2013, ont permis de faire avancer un dossier difficile. A l'occasion de la venue de Jean-Yves Le Drian, plusieurs accords en matière de sécurité et de défense ont d'ailleurs été signés entre la France et le Pérou. 

 

Airbus Space Systems face... à sa filiale SSTL

Pour remporter cette commande, Airbus Space Systems a dû affronter les israéliens d'Israel Aircraft Industries (IAI) et... sa filiale britannique Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL). Détenue à 99 % par Airbus Space Systems, SSTL a été autorisé à faire une offre concurrente, ces offres étant souvent complémentaires à celles de sa maison mère. "On laisse SSTL vivre sa vie", explique-t-on dans le groupe.

La visite de Jean-Yves Le Drian avait été jugée "très positive", explique-t-on du côté des industriels, d'autant qu'elle coïncidait avec la remise des offres définitives. Airbus Space Systems avait ainsi réactualisé son offre. A l'image de Thales Alenia Space, le constructeur européen est également en piste en Colombie et en Bolivie, qui souhaitent également s'équiper de satellites d'observation.

Pourquoi le Pérou a besoin d'un satellite espion ?

Le Pérou, qui partage ses frontières avec cinq pays (Colombie, Équateur, Brésil, Bolivie et Chili) a besoin d'un satellite d'observation pour mieux surveiller l'intégrité de son territoire. Dans son collimateur : l'Équateur, avec lequel un conflit a éclaté en 1995 dans la haute vallée de la Cenepa, et le Chili, avec qui il a quelques litiges.

Ce satellite permettra également de surveiller des zones difficilement accessibles comme la Cordillère des Andes et la forêt amazonienne où des orpailleurs illégaux pullulent. La France a dit qu'elle apporterait son soutien au Pérou dans le cadre de la lutte contre les exploitations minières sauvages.

Enfin, ce satellite permettra de mieux combattre les narcotrafiquants, qui entretiennent des plantations de coca au Pérou, devenu le premier producteur mondial de cocaïne devant la Colombie, et enfin de mieux lutter contre le terrorisme du Sentier Lumineux.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 17:45
source BBCAfrica

source BBCAfrica

 

25-04-2014 mosaiquefm.net

 

Le ministre français  des affaires étrangères Laurent Fabius a confirmé l'évolution des accords avec le ministère  tunisien de la  défense pour l'apport de la France d'aides techniques notamment des avions militaires et soutenir la Tunisie sur le plan sécuritaire afin d'assurer les frontières tuniso-libyennes et lutter contre le terrorisme.

 

La signature des accords dans ce contexte se feront lors de la visite en France  du chef du gouvernement Mehdi Jomaâ le 28 et 29 avril 2014.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:55
Les quatre lieutenants français

source Philippe Poisson

 

27 nov. 2012  Willsdorf

 

Cette grande fresque épique met en scène quatre destins, quatre itinéraires de jeunes lieutenants engagés en Indochine de 1946 à 1954. Bernard, Jean, Antoine et Hans : trois Français et un Allemand de la Légion étrangère.

Un film de Patrick Jeudy.
Texte de Patrick Jeudy et Louis Gardel.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:55
Journée du Souvenir Breton à Paris, 3 mai 2014

Plaque commémorative des anciens combattants bretons, à leurs 240 000 morts

Photo Yann Caradec

 

source Yves Auffret - Président de l'ACB

 

L'ACB et tous les Bretons de Paris sont invités par la ville de Rennes à participer le samedi 3 mai prochain à la Journée du souvenir Breton organisée à la mémoire des Bretons qui ont consenti tant de sacrifices au cours des deux guerres mondiales

 

La Ville de Rennes, organise cet événement en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) et sous le haut patronage du Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Cette journée s’inscrit dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre et de la célébration du 8 mai 1945.

 

Trois temps d’hommage sont programmés.

 

•    12H00 : ARC DE TRIOMPHE : une délégation d’une soixantaine de Rennais, composée de personnalités, d’élus, de soldats ayant été engagés au Mali et de jeunes, viendra collecter la Flamme du Souvenir sous l’Arc de Triomphe. Cette flamme sera ravivée au Panthéon des Morts rennais à l’occasion de la cérémonie du 8 mai.

 

•    15H00 : MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS, 37 rue de Bellechasse : un hommage sera rendu au député Albert Aubry, ancien combattant de la Grande Guerre, Résistant et déporté.

 

•    16H30 : HOTEL DES INVALIDES : un hommage sera rendu aux Bretons Morts pour la France durant la Grande Guerre, devant la plaque commémorative située dans la grande galerie de la cour d’honneur des Invalides.

 

Venez nombreux !

Groupe de mobilisés bretons

Groupe de mobilisés bretons

Note RP Defense : à propos de la Grande Guerre, lire Des Bretons, des Bretagne(s) en guerre ?

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:50
Nexter buying ammunition producers in Italy and Belgium

The Nexter Group in France says it has reached an agreement with the Chemring Group to purchase ammunition manufacturers in Belgium and Italy.

 

April 24, 2014 By Richard Tomkins (UPI)

 

VERSAILLES, France, April 24 -- The Nexter Group of France is strengthening its ammunition division with the acquisition of two ammunition manufacturers in Europe.

 

Agreements with the Chemring Group for the purchase of all shares of Mecar in Belgium and Simmel Difesa in Italy have been signed, but the deal still must obtain approval from Chemring shareholders and Italian regulators.

 

“Based on its solid past performance and on its strong balance sheet, Nexter has developed a growth strategy and intends, when opportunities arise, to actively participate in industry consolidation,” Nexter said. “The two acquisitions constitute a unique growth opportunity for Nexter Group, which will enrich its range of ammunition products in three domains -- land, air and sea ammunition -- and extend its commercial footprint on key export markets.”

 

Nexter said strengthening of its ammunition division will lead to accelerated development of new products and expansion of its customer base.

 

“I am very pleased with today’s news of this disposal, which is in line with our strategy of focusing on our core skills,” said Mark Papworth, chief executive of Chemring Group. “I am delighted that we have been able to sell these businesses to Nexter Group, who are well placed to maximize their full potential.”

 

The Chemring Group, a high technology company, is headquartered Britain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories