Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 08:55
Mission Jeanne d’Arc : c’est parti !

Crédits : Cch Seychelles 3ème RIMa / Armée de Terre 2014

 

17/03/2014 J. SEVERIN - Armée de Terre

 

210 soldats, provenant de la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa) et du 5e RHC, accompagnent les officiers élèves de l’École navale, à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral, pour la mission Jeanne d’Arc.

 

Le 12 mars 2014, après une cérémonie officielle, les soldats et futurs officiers ont embarqué pour cette mission de quatre mois, où les connaissances et techniques d’approche du terrain de chacun, apporteront une réelle plus-value.

 

La mission Jeanne d’Arc illustrera durant toute sa durée, un large spectre des missions impliquant une coopération interarmées.  Une action importante pour l’armée de Terre qui montre, ainsi, son rôle essentiel dans la défense et la sécurité de la France.

 

Les soldats de l’armée de Terre participeront à de nombreuses actions amphibies. Une technique souvent utilisée en première approche sur les théâtres d’opérations, afin de gérer les situations de crise. Les officiers élèves qui ont participé à ce premier type d’exercice, relèvent le caractère décisif de l’entraînement. « J’ai pris conscience de l’importance des contraintes environnementales dans une telle opération », confie l’un d’eux.  Plusieurs exercices bilatéraux seront effectués, afin de renforcer la coopération tactique avec certaines forces pré-positionnées, françaises et étrangères.

 

L’objectif étant de vérifier les capacités opérationnelles des militaires, si une situation identique se présentait réellement.

 

Les unités de l’armée de Terre ont été saluées par l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine. « Votre présence, mesdames et messieurs, apporte une grande richesse qui bénéficiera à chacun d’entre vous », a-t-il déclaré.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 08:40
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

17 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - La France pourra envisager d'annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie si Poutine continue ce qu'il fait en Ukraine, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, tout en soulignant que les autres pays européens devraient aussi prendre des sanctions.

 

Ca fait partie du troisième niveau des sanctions. Pour l'instant nous sommes au deuxième niveau, a précisé M.Fabius sur TF1.

 

Si Poutine continue ce qu'il fait, nous pouvons envisager d'annuler ces ventes mais nous demanderons à d'autres, je pense notamment aux Britanniques, de faire l'équivalent avec les avoirs russes des oligarques à Londres. Les sanctions doivent toucher tout le monde, a-t-il déclaré, soulignant que l'annulation du contrat Mistral serait aussi négatif pour les Français.

 

En 2011, la France a signé avec Moscou la vente de deux navires de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, pour plus d'un milliard de dollars.

 

L'Union européenne et les Etats-Unis ont sanctionné lundi de hauts responsables russes ou pro-russes ukrainiens pour riposter à Moscou après la décision sans précédent de la Crimée de se jeter dans les bras de la Russie.

 

A Bruxelles, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé des sanctions --restrictions de visas et gels d'avoirs-- contre 21 responsables ukrainiens et russes, tandis que Washigton a sanctionné onze personnes, responsables russes ou pro-russes.

 

De telles sanctions sont inédites dans l'histoire des relations UE-Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

 

L'option militaire exclue, les Occidentaux comptent sur l'impact d'un isolement international croissant de la Russie. Ils se réservent la possibilité d'imposer des sanctions économiques et commerciales (le niveau 3 évoqué par M. Fabius) susceptibles d'avoir des conséquences bien supérieures car les Etats-Unis et l'UE comptent parmi les trois principaux partenaires de Moscou.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 18:55
Treuillage des officiers élèves de la mission Jeanne d'Arc 2014

17.03.2014 Marine Nationale

 

Le 16 mars 2014, au large du Portugal, manoeuvre de transfert de personnel entre le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Mistral et le Sous-marin d'Attaque (SNA) Rubis durant laquelle un Alouette 3 de la Flotille 22S treuille les officiers élèves dans le cadre de la mission Jeanne d'Arc 2014.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:55
Visite du CEMAT au 7e RIISC et au 25e RGA

Le CEMAT et le colonel Pierre de VILLENEUVE, commandant le 7e RIISC assiste à une démonstration sur une intervention de feux de forêts commentée par un personnel du régiment. Crédit V.LECLERC/armée de Terre

 

17/03/2014 Armée de Terre

 

Dans les pas du général d’armée Bertrand Ract Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre, découvrez deux régiments très particuliers :

 

le 7e régiment d’instruction et d’intervention de la sécurité civile, qui intervient lors de catastrophes naturelles, et le 25e régiment du génie de l’air, spécialiste de la réfection des pistes d’aviation.

 

Deux unités indispensables dans le cadre des missions de l’armée de Terre.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:45
Mali detains commander of Islamist group MUJWA

 

17 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Malian authorities are holding one of the country's most wanted Islamist fighters after he surrendered to French troops, a military source and French radio said on Sunday.

 

France had been pursuing Abu Dar Dar, a leader of the al Qaeda-linked Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJWA), since Paris launched a military offensive in January 2013 to drive out Islamists who had seized control of northern Mali.

 

"I confirm that Abu Dar Dar has handed himself into Serval troops," said a Malian military source in the northern city of Gao, using the name of the French military mission.

 

"He was then turned over to our troops and transferred immediately to Bamako since yesterday evening."

 

Several fighters in the region go by the name Abu Dar Dar and the source did not specify which one had been detained. Radio France International identified the captured Islamist as the MUJWA leader, without citing a source.

 

French armed forces could not immediately be reached for comment.

 

MUJWA was one of two militant groups that attacked French nuclear company Areva's uranium mine in northern Niger in May 2013.

 

The detention comes days after French troops killed Oumar Ould Hamaha, a jihadist known as 'Red Beard' with a $3 million U.S. government bounty on his head.

 

The French-led military offensive has broken the grip of the al Qaeda-linked militants across northern Mali but pockets of fighters still operate from desert and mountain bases.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:55
photos Armée de l'Air

photos Armée de l'Air

 

 

17.03.2014 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

Alors que le premier A400M livré à l’armée de l’air se trouve actuellement en visite de maintenance, son petit frère, MSN8 a effectué le 11 mars sa première traversée transatlantique, dans le cadre des campagnes d’expérimentation de la MEST (Multinational Entry into Service Tram). Parti de la BA 123 d’Orléans-Bricy, il a rallié la BA 125 d’Istres, puis l’aéroport de Sal au Cap Vert, afin de se diriger vers la BA 367 de Cayenne, en Guyane, avant de faire le trajet retour avec un détour par Fort de France en Martinique.

 

11 mars, BA 123 Orléans-Bricy, 7h du matin. C’est dans le brouillard matinal que le Ville de Toulouse se prépare à son grand voyage. Le décollage a lieu aux alentours de 8 heure, pour un premier « saut de puce », une escale de quatre heures à la BA 125 d’Istres, afin d’y charger un hélicoptère Fennec destiné aux missions de protection aérienne du centre spatial guyanais de Kourou, ainsi que du fret supplémentaire. L’opération de chargement, une première pour l’A400M, va durer une bonne heure, le temps pour les loadmasters de calibrer les rampes de chargement et de vérifier que la manœuvre pourra s’effectuer de manière optimale. L’ensemble des étapes, les données chiffrées et techniques sont consignées sur une fiche de chargement, afin de servir de base de référence pour les futurs chargements de Fennec.

 

« La difficulté n’était pas de charger le Fennec à l’intérieur de l’avion, mais de trouver le bon arrimage pour pouvoir être dans les normes que nous imposent le transport et les limitations de l’A400M », explique le major Franck Girard, loadmaster. Car si l’emplacement des chaînes d’arrimage est fixé en ce qui concerne l’hélicoptère, il faut en revanche effectuer un calcul pour chaque chaîne en fonction du poids qu’elle peut supporter avec la fixation au sol, qui elle n’est pas définie.

 

L’hélicoptère est treuillé dans l’avion, qui pourrait même en accueillir un deuxième. « A côté d’un Transall ou d’un C-130, c’est le paradis », selon un des militaires chargé de la manœuvre. La capacité de chargement de l’A400M laisse, il est vrai, de la place pour de la cargaison supplémentaire.

 

A 13h30, MSN8 est prêt à re-décoller, chargé du Fennec et de 2,1 tonnes de matériel. Direction l’aéroport de Sal, au Cap Vert, ultime arrêt avant le « grand saut ». Après six heures de vol, l’A400M se pose au crépuscule sur le petit aéroport de l’île située à l’ouest du Sénégal. Le temps de faire le plein et d’exécuter les formalités administratives de rigueur, l’équipage prend l’air et en profite pour se dégourdir les jambes.

 

A 21h, l’A400M prend la direction de Cayenne, pour un vol de 5 heures et 32 minutes. L’arrivée sur la BA 367 « Capitaine François Massé » vers 22h30 heure locale (2h30 heure de Paris) signe l’accomplissement de la première traversée de l’océan Atlantique d’un A400M français. « Tout s’est très bien passé », selon le lieutenant-colonel François Brun, commandant de bord sur A400M, pour qui l’avion a rempli toutes les exigences. Le Ville de Toulouse a atteint les 800km/h et les 32 000 pieds.

 

La traversée permet une fois de plus de constater le gain de temps certain par rapport aux avions de transport actuellement en service. « On ne fait pas la traversée avec un Transall, on se serait arrêté à l’aéroport du Cap Vert, mais Cap Vert-Cayenne ça ne passe pas, donc on aurait fait un arrêt supplémentaire au Brésil », précise le LCL Brun. Un bon point pour ce nouvel avion de transport tactique et stratégique, qui permettra à l’armée de l’air d’acheminer troupes et matériels beaucoup plus rapidement qu’actuellement.

 

Le déchargement de l’hélicoptère Fennec et du fret s’effectue le lendemain sur la base aérienne de Cayenne. L’opération est également consignée dans les moindres détails, l’espacement des rampes calculé au centimètre près. Une fois l’avion vidé, il est à nouveau chargé, emportant à nouveau du fret et un hélicoptère Fennec pour le retour en métropole.

 

MSN8 décolle le 13 mars de la base aérienne 367 pour rallier Fort de France en Martinique en 2 heures et 15 minutes. Le lendemain a lieu la seconde traversée transatlantique afin de retourner en métropole. L’A400M relie Fort de France à la BA d’Istres en 10 heures et 23 minutes, du roulage à l’arrêt des moteurs. C’est le vol le plus long sans escale de l’A400M français à ce stade des expérimentations et la capacité de ravitaillement en vol - qui n’est pas attendue avant fin 2015 - permettra d’allonger encore plus considérablement les capacités de l’avion. Après ce vol de nuit, l’hélicoptère et le fret embarqués à Cayenne sont déchargés en un temps record. MSN8 peut enfin rejoindre sa base à Orléans, signant ainsi la fin de la campagne d’expérimentation.

 

« L’ensemble de la mission s’est très bien passé » pour le capitaine Alexandre Jaubertie, NOSA (Navigateur officier systèmes d’armes) au sein de la MEST. « Avec un vent pas forcément favorable, on n’était pas loin des limites d’endurance de l’avion, c’est pour cette raison qu’on a dû prendre le temps de bien affiner les réserves d’essence avant le départ », précise-t-il. L’ensemble de la mission a permis de valider les points d’expérimentation et les comptes-rendus vont à présent être envoyés au CEAM pour alimenter les banques de données sur l’avion.

 

Prochaine expérimentation, une mission en Norvège, prévue normalement pour cette semaine.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:45
France says EU shirking duty to Central African Republic

 

 

17 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

France said on Friday the European Union was shirking its responsibilities for international security after an EU plan to send up to 1,000 troops to Central African Republic next week seemed to be about to collapse.

 

The EU had proposed sending 800 to 1,000 soldiers to the former French colony to join 6,000 African and 2,000 French troops, who have struggled to stop fighting that started a year ago when mostly Muslim Seleka rebels seized power in the majority Christian state.

 

However, EU sources said on Thursday the plan was in jeopardy because European governments had not provided the soldiers and equipment they promised.

 

In a blunt joint statement from France's foreign and defense ministers, Paris "strongly" urged its partners to do more.

 

"The EU must not shirk its responsibilities with regard to international security," Laurent Fabius and Jean-Yves Le Drian, the respective ministers, said. "It has to be said ... despite contributions announced by some European states, the total falls short."

READ MORE

US donates 37 vehicles to Central African Republic

U.N. aims to bring killers to account in Central African Republic

U.N. inquiry aims to prevent genocide in Central African Republic

Red Cross worker killed in Central African Republic

 

 

Referring to an EU promise announced on February 10, the ministers said: "If additional contributions do not materialize rapidly, it will not be possible to launch this vital operation next week as planned."

 

Failure to launch the mission would be an embarrassment for the EU, which has been trying to burnish its credentials as a security organization, and a setback for France, which has called for more solidarity for its efforts in the Central Africa Republic.

 

France has already been forced to send 400 more troops to help combat the crisis with U.N. chief Ban Ki-moon pleading for more swift, robust international help to stop sectarian violence that could turn into genocide.

 

The Security Council last week discussed a proposal for a nearly 12,000-strong peacekeeping force with a resolution expected to be drawn up by France later this month.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:45
French air strikes kill wanted Islamist militant 'Red Beard' in Mali (14 march)

 

 

14 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

French air strikes in the mountains of northern Mali have killed Islamist militant Oumar Ould Hamaha, a jihadist with a $3 million U.S. government bounty on his head, a Malian military source said on Friday.

 

Hamaha, known as 'Red Beard' because of his henna-dyed whiskers, became a leading figure in the Islamist coalition that seized control of northern Mali in April 2012 after drifting among armed Muslim groups in the Sahara over the last decade.

 

A French-led military offensive launched in January 2013 broke the grip of the al Qaeda-linked militants over northern Mali, but small pockets of Islamists have continued to operate in the vast desert region.

 

The Malian military source said Hamaha was reported killed in the Tigharghar mountains in northeastern Mali near the remote town of Kidal.

 

"This is what intelligence services told us yesterday. He was killed by French air strikes in the Tigharghar," the source said.

 

Hamaha was a long-standing member of al Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), the group's North African arm, and a close associate of veteran Algerian jihadist Mokhtar Belmokhtar.

 

According to the bounty offered under the U.S. State Department's 'Rewards for Justice' program, Hamaha had participated in the kidnapping and ransom of several foreigners, including Canadian diplomat Robert Fowler from Niger in 2008.

 

During the Islamists' 10-month rule over northern Mali, Hamaha became a spokesman for the Movement for Unity and Jihad in the Islamic Maghreb (MUJWA) that imposed strict sharia law in his hometown of Timbuktu. Militants there cut the hands off thieves and flogged women for dressing immodestly.

 

He vocally defended the Islamists' destruction of the ancient caravan town's historic mausoleums, sacred to followers of Sufi Islam and part of a UNESCO World Heritage site.

 

France is winding down its troop presence in Mali as a 12,000-strong U.N. mission slowly comes up to full strength.

 

Paris still has about 1,600 troops in Mali trying to mop up Islamist cells in the north. It has said it will redeploy its forces across the region to counter Islamist militancy.

 

Paris said last week its forces had killed 10 suspected Islamist fighters in the northern Adrar des Ifoghas mountains, after the group was spotted by a U.S.-made Reaper surveillance drone acquired by the French military last year.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:30
Missiles : MBDA est-il revenu dans le match face à Thales en Arabie Saoudite ?

Thales propose le nouveau système Crotale, qui équipe l'Arabie Saoudite depuis plusieurs décennies

 

17/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen a présenté à la demande du ministère de la Défense saoudien ses produits de défense aérienne (Air Defence). Thales n’avait pas été convié à cette réunion qualifiée de technique.

 

Mieux que la série TV "Plus belle la vie", la guerre MBDA versus Thales en Arabie Saoudite ne s'arrête décidément donc jamais. Dernier épisode en date, le missilier a été invité il y a un peu plus de dix jours par les autorités saoudiennes à présenter ses systèmes d'armes dans la défense aérienne, de la courte à la longue portée (du Mistral au système SAMP/T en passant par le VL Mica), selon des sources concordantes. Très certainement avec la bienveillance des autorités françaises en dépit d'un soutien jusqu'ici sans faille au groupe électronique en Arabie Saoudite pour le programme de renouvellement de la défense aérienne du royaume, Mark 3. Un projet estimé à 4 milliards d'euros en deux phases (2,5milliards puis 1,5 milliard d'euros).

Une réunion avec le numéro deux du ministère de la Défense saoudien (Moda) à laquelle n'était pas invité Thales. Une réunion qui a fait tousser au sein du groupe d'électronique une fois l'information parvenue à ses oreilles. Thales propose le nouveau système Crotale, qui équipe le royaume depuis plusieurs décennies. Cette réunion "technique", selon les termes d'une source proche du dossier, a embrasé les braises encore chaudes, qui couvaient sous la cendre depuis l'énorme déception provoquée par la visite ratée de François Hollande en Arabie Saoudite fin décembre. Un voyage où l'Elysée était persuadé de revenir avec le contrat Mark 3 en poche pour Thales, sinon l'engagement du roi Abdallah à le signer rapidement. En vain, le président est reparti sans aucune garantie. "La France s'est auto-intoxiquée sur ce dossier", constate une source proche du dossier.

 

Thales et MBDA se regardent en chiens de faïence

Selon certaines sources, Thales aurait tenté de "s'incruster" dans cette réunion. "Thales n'était pas invité. Nous avons fait une présentation à la demande du client et la discussion est restée sur le plan technique", explique-t-on à "La Tribune". Bref, les deux groupes se rendent coup pour coup en Arabie Saoudite, théâtre d'une guerre souterraine incroyable entre les deux groupes qui déborde d'ailleurs au-delà sur les services de l'Etat. "Le Crotale nourrit la caisse de Thales, cela ne nourrit pas la politique de l'Etat", soupirent certains au sein du ministère de la Défense.

Dans l'entourage du ministre, on estime que ce contrat pour Thales n'est "pas nécessairement terminée" après l'échec de la visite de François Hollande. Au sein du groupe d'électronique, après un petit coup de blues début janvier, on ne désespère toujours pas de convaincre les Saoudiens de prendre le Crotale NG avec… le soutien indéfectible de l'Etat français, notamment de l'Elysée qui rappelle à chaque visiteur saoudien l'offre de Thales.

 

Les Français se chamaillent, les Allemands engrangent

Pendant que les Français se chamaillent, se bagarrent et se neutralisent, les Allemands engrangent quant à eux des contrats en Arabie Saoudite. La filiale suisse du groupe Rheinmetall vient de signer un contrat de 83 millions d'euros… dans la défense aérienne en vendant un canon bitubes (Oerlikon Skyguard). Au total, le groupe allemand a obtenu depuis 2006 dans le domaine de la défense aérienne une série de contrats d'une valeur de 665 millions d'euros en Arabie Saoudite. Soit autant que Thales dans la courte portée sur la même période.

 

Et si Thales et MBDA devaient travailler ensemble

Comble de l'ironie, MBDA et Thales pourraient être amenés à travailler ensemble prochainement en Arabie saoudite. La direction générale de l'armement (DGA) réfléchit à proposer à moyen terme au royaume wahhabite le système SAMP/T proposé par le GIE Eurosam (MBDA et Thales). Il est vrai que les deux groupes coopèrent main dans la main dans plusieurs autres pays comme par exemple en Turquie (programme T-Loramids). Mais ce ne sera peut être pas facile de rabibocher les équipes, qui se sont durement affrontées sur le théâtre saoudien. Une saga qui n'est donc pas près de se terminer et qui est finalement bien mieux que la série "Plus belle la vie"

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 12:55
Le ministère de La Défense vient d’attribuer à Geodis un nouveau contrat de transport de marchandises

 

17 mars 2014, Geodis

 

Le Ministère de la Défense vient d’attribuer à Geodis un nouveau contrat de transport de marchandises sur le territoire national et en Allemagne. Ce nouveau marché complète ceux remportés en 2013 par Geodis pour les transports internationaux de marchandises par voies aériennes et maritimes et pour les transports express en France.

 

Depuis le 1er janvier 2014, Geodis assure les transports par route de matériels techniques spécifiques dont le poids est inférieur à 30 kg ou supérieur à 1 tonne entre l’ensemble des dépôts et sites d’entreposage du ministère de la Défense et les 60 bases de Défense situées en France métropolitaine ainsi qu’en Allemagne.

 

Dans le cadre de ce contrat, Geodis transporte au profit des armées de terre, de l’air et de la Marine ainsi que pour les services interarmées (service de santé, des essences ou du commissariat des armées) toutes les marchandises nécessaires à la vie des forces armées depuis des pièces de rechange, en passant par des produits santé jusqu’aux matériels informatiques.  

 

Ce nouveau contrat complète celui remporté par Geodis le 1er septembre dernier pour les transports express en France. Celui-ci assure aux forces armées, et en particulier au service de soutien des aéronefs qui en est le premier utilisateur, les transports urgents sur l’ensemble du territoire métropolitain. Pour répondre aux besoins des armées d’une réactivité maximale sur ce type d’envoi, Geodis a mis en œuvre une cellule de 5 personnes opérationnelle 7/7j et 24/24h.

 

Par ailleurs, depuis 2012, Geodis est également partenaire du centre multimodal des transports du Ministère de la Défense de Villacoublay en complément de ses moyens propres, en tant que titulaire de marchés publics de transport par voies maritimes, puis en 2013 par voies aériennes, pour le ravitaillement des forces armées françaises partout dans le monde.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 12:45
Sénégal : DIO au profit des forces togolaises

 

17/03/2014 Opérations

 

Du 8 au 22 février 2014 à Lomé au Togo, les éléments français au Sénégal (EFS) ont conduit trois détachements d’instruction opérationnelle (DIO) au profit d’une soixantaine de militaires des forces togolaises.

 

Les EFS ont participé à la mise en condition opérationnelle d’un bataillon togolais qui doit rejoindre le Mali dans le cadre de la MINUSMA. Elles ont conduit 3 DIO dans les domaines spécifiques du combat du génie, de l’artillerie et du guidage aérien.

 

Le premier DIO, dirigé par le détachement du génie, avait pour objectif de sensibiliser les stagiaires au savoir-faire en matière de lutte contre les engins explosifs improvisés (IED) : emploi du détecteur magnétique, méthodes de sondage du terrain et identification des munitions. Au cours de cette instruction, les élèves ont également été initiés au secourisme de combat par l’auxiliaire sanitaire du détachement.

 

Un deuxième DIO, organisé par les commandos de l’air, était consacré à la qualification d’« Orienteur-Marqueur-Baliseur ». Les cours théoriques sur le guidage d’aéronefs en terrain non reconnu ont été complétés par des exercices pratiques réalisés avec l’appui d’un hélicoptère MI8 de l’armée de l’air togolaise.

 

Le troisième DIO était consacré à l’instruction de la section mortier et des observateurs de l’avant du bataillon. Après une phase théorique de révision sur la topographie et l’instruction sur le tir, les artilleurs togolais ont travaillé la mise en batterie et le pointage de leurs pièces. La formation a été validée par une campagne de tir sur le camp de Kara situé à 8 heures de route de Lomé.

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’ouest. A ce titre, ils conduisent des actions de coopération militaire opérationnelle bilatérale et régionale visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été lors du lancement de l’opération Servalen janvier 2013.

Sénégal : DIO au profit des forces togolaises
Sénégal : DIO au profit des forces togolaises
Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 11:50
Visite du directeur de l'OCCAr : DCNS se met à l'heure européenne

 

17/03/2014 DCNS

 

Le directeur de l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement (OCCAr), Tim Rowntree, s'est rendu, mardi 18 février, sur le site DCNS de Lorient où sont construites les frégates multi-missions FREMM.

 

Il a visité les installations industrielles et pu apprécier, à bord, l'avancement de la construction de la frégate multi-missions FREMM Normandie, deuxième de la série commandée par la Direction générale de l'armement (DGA) pour le compte de la Marine nationale, actuellement en phase d'essais. L'OCCAr est l'agence contractante du programme FREMM au nom de la France et de l'Italie.

 

Lors de cette visite, le directeur de l'OCCAr a pu constater que le programme FREMM, constitué de onze frégates pour la Marine nationale, se déroule conformément au calendrier prévu. Une telle réussite résulte non seulement du savoir-faire des équipes de DCNS mais aussi d'une étroite collaboration entre l'OCCAr, la Direction Générale de l'Armement (DGA) et la Marine nationale.

 

A bord de la frégate Normandie, la délégation composée de membres de l'OCCAr et de la DGA a visité le Central Opérations, centre névralgique du navire d'où est piloté le système de combat grâce au logiciel SETIS®, conçu et développé par DCNS. Ce logiciel figure parmi les plus complexes actuellement développés dans le secteur de la défense.

 

Le programme FREMM

Les frégates FREMM ont des capacités exceptionnelles pour faire face à toutes les menaces aériennes, sous-marines et de surface, y compris lorsqu'elles surviennent simultanément. Le niveau d'automatisation des FREMM est sans précédent et sans équivalent pour un navire militaire. Grâce aux logiciels développés par DCNS, le navire requiert un équipage d'une centaine de marins seulement. Cela représente une réduction de 60% par rapport aux frégates de génération précédente actuellement en service dans la marine nationale.

 

Outre les onze frégates construites dans le cadre du programme FREMM et destinées à la Marine nationale, une frégate supplémentaire, réalisée pour le compte de la Marine Royale Marocaine, a été livrée le 30 janvier 2014.

 

Le site DCNS de Lorient

Le site DCNS de Lorient est le plus important employeur industriel du Morbihan. Il réalise pour la Marine nationale les frégates FREMM et assure l'intégration de l'ensemble des systèmes et équipements ainsi que les essais à quai et en mer.

 

DCNS a significativement investi pour faire de son outil industriel l'un des plus modernes d'Europe. Ces investissements bénéficient au Groupe ainsi qu'à l'ensemble de ses sous-traitants. La charge de travail générée par la production des FREMM se répartit en effet pour moitié entre DCNS et ses sous-traitants.

 

Pour rappel

L'OCCAr, Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement, est une organisation internationale dont la direction est installée à Bonn. Elle a pour coeur de métier la gestion des programmes d'équipements de défense en coopération qui lui sont confiés par les Etats membres. L'OCCAr assure, entre autres, la maitrise d'ouvrage des frégates multi-missions destinées à la France et à l'Italie. Voir http://www.occar.int/.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:55
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

16.03.2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Des sanctions sur des accords militaires pourraient être décidées par Paris dans le cadre d'un troisième niveau de sanctions contre la Russie s'il n'y a pas de désescalade en Crimée, a déclaré samedi François Hollande.

 

L'Union européenne et les Etats-Unis prévoient d'annoncer lundi, au lendemain du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, une série de sanctions, dont des gels d'avoirs financiers et des interdictions de déplacement.

 

Interrogé sur une éventuelle suspension d'un contrat d'environ 1,2 milliard d'euros signé avec la Russie pour deux porte-hélicoptères de type Mistral, François Hollande a déclaré : "Quant aux sanctions autres, notamment liées à la coopération militaire, c'est le troisième niveau de la sanction, nous en sommes au premier."

 

Avant cette déclaration du président français, le ministre russe de l'Economie avait estimé que les sanctions prévues par les pays occidentaux auraient un impact économique limité.

 

Jusque-là, les autorités françaises avaient dit ne pas envisager de suspendre leurs contrats militaires avec la Russie. Vendredi, un diplomate français assurait à Reuters que cette question n'était pas à l'ordre du jour.

 

La France et la Russie sont parvenues en mai 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, à un accord sur la fourniture à la marine russe de quatre porte-hélicoptères de type Mistral, ou BPC (bâtiment de projection et de commandement). L'option pour deux d'entre eux n'a pas été levée à ce jour par Moscou.

 

"PSEUDO-CONSULTATION"

 

Le Vladivostok - construit pour moitié à Saint-Nazaire et à Saint-Pétersbourg et dont les essais en mer devaient se terminer la semaine dernière - doit être livré à la marine russe fin 2014.

 

Un deuxième BPC baptisé Sébastopol, du nom de la ville de Crimée où la marine russe stationne sa flotte depuis l'indépendance de l'Ukraine, doit être livré en 2016.

 

Dénonçant le référendum de dimanche en Crimée comme une "pseudo-consultation" sans légalité internationale, François Hollande a répété samedi que "la France comme l'Union Européenne ne reconnaî(traient) pas (sa) validité."

 

Les ministres français de la Défense et des Affaires étrangères doivent se rendre mardi à Moscou pour y rencontrer leurs homologues russes, un déplacement prévu de longue date et qui intervient dans le cadre des relations bilatérales entre les deux pays.

 

"Pour décider de ce déplacement, j'attendrai lundi", au lendemain de la consultation en Crimée, a dit samedi le président français.

 

(Elizabeth Pineau, Chine Labbé et John Irish, édité par Tangi Salaün)

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:45
Mali: l’islamiste Abou Dardar aux mains des forces maliennes

 

 

16-03-2014 par RFI

 

Abou Dardar, un islamiste connu du nord du Mali à l'époque de l'occupation, s'est rendu aux troupes françaises, qui l'ont remis, hier samedi 15 mars, aux forces de sécurités maliennes. Itinéraire de l'homme qui régnait entre les localités maliennes de Douenza et de Tombouctou.

 

Il est tantôt présenté comme un Malien, tantôt comme un Mauritanien. A l’époque de l’occupation du nord du Mali, il ne se déplaçait jamais sans deux choses : une ceinture d’explosifs autour de la taille et des roquettes dans son véhicule.

 

Abou Dardar, qui portait un moment l’étiquette du Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, a régné d’abord sur la localité malienne de Douenza. A l’époque, pour les jihadistes, Douenza était une ville stratégique.

 

Cadre islamiste

 

Lorsqu’il quittait Tombouctou pour Gao et vice versa, il passait généralement par cette localité. De Douenza, Abou Dardar ravitaillait Tomboctou en armes et en munitions, une ville où il a également vécu lorsque les jihadistes contrôlaient le nord du Mali.

 

Sur place là-bas on se souvient d’un homme qui faisait partie de la crème des dirigeants islamistes locaux. Après l’intervention militaire française de janvier 2013, Abou Dardar s’était réfugié dans la région de Gao.

 

Mine d'informations

 

Finalement, récemment il s’est rendu aux troupes françaises, qui après l’avoir brièvement interrogé, l’ont remis aux forces maliennes. Une mine d’informations en perspective.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:55
Fonction publique : seule l'armée réduit ses effectifs...

 

 

15/03/2014 Par Pierre Beylau  /Où va le monde - Le Point.fr

 

Qui dit mieux ? 34 000 postes supprimés d'ici 2019, 82 000 en dix ans. Pourquoi ne pas appliquer la même recette à l'ensemble des fonctionnaires ?

 

"Partout, autant que possible, la recherche d'une meilleure efficience impose de diminuer les effectifs." Ces excellentes paroles ont été récemment prononcées par le général Pierre de Villiers, nouveau patron de l'armée française. Il expliquait devant les commissions de la défense de l'Assemblée nationale et du Sénat de quelle façon il allait réduire l'état-major des armées de 30 % : 600 personnes au lieu de 930. 150 à 200 personnes pour chacun des états major d'armée (armée de l'air, marine, armée de terre).

 

Moins de généraux, moins de colonels, moins de capitaines de vaisseau, une pyramide des grades "plus aiguë, plus jeune". D'ici 2019, le nombre de militaires va diminuer de 34 000. Soit environ 82 000 postes supprimés en dix ans, un quart des effectifs. Objectif : réduire la masse salariale qui s'élève aujourd'hui à 1 milliard par an (sur un budget de 31 milliards).

 

Les militaires ne sont pas syndiqués et ont érigé la discipline en vertu cardinale. Ils ont pour tradition d'exécuter les ordres sans hésitation ni murmure, même si quelques grognements se font entendre et si certains se posent quelques questions sur l'efficacité future de notre outil militaire. On peut donc trancher à la hache sans beaucoup de risques sociaux.

 

Une variable d'ajustement

 

Aucun danger de voir des cortèges enfiévrés sortir des casernes, défiler de la Bastille à la République ou occuper le cercle des armées de la place Saint-Augustin. Les bérets rouges ne seront jamais des bonnets rouges. L'armée est donc une parfaite variable d'ajustement.

 

Faisons un rêve : que la même potion amère soit administrée à l'ensemble de la fonction publique. Au prorata, ce serait 1,2 million de fonctionnaires qui, à terme, disparaîtraient. On imagine le tohu-bohu si l'on tentait, même timidement, de s'engager dans cette voie.

 

Pourtant, certains pays l'ont fait. La Suède a réduit sa fonction publique de 38 % en une dizaine d'années. Et rappelons que l'Allemagne compte 50 agents publics pour 1 000 habitants, la France 90 pour 1 000, soit presque le double.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:45
L'Europe abandonne la Centrafrique

 

15/03/2014 Par Jean Guisnel Défense ouverte Le Point.fr

 

Malgré les promesses, seules la Géorgie et la Moldavie, qui n'appartiennent pas à l'UE, sont prêtes à renforcer les troupes françaises.

 

La troisième conférence de génération de forces de l'opération Eufor/RCA s'est tenue jeudi 13 mars à Bruxelles. Elle s'est terminée par un aveu d'échec, au moins provisoire. Le général français Philippe Pontiès, qui commande cette mission décidée le 20 janvier par l'Union européenne, n'a pu que constater l'évidence : elle ne peut toujours pas démarrer, alors que les premières troupes devaient être déployées sur le terrain à la fin du mois de février. Un diplomate européen cité par l'AFP confirme : "Il manque encore des moyens logistiques indispensables." Le diable est dans les détails : pour constituer la force, il ne "manque" qu'une dizaine de camions, quatre équipes médicales avec leurs quatre ambulances, ainsi que des moyens du génie et de transport aérien ! En réalité, c'est la volonté politique qui fait défaut. Ahurissant aveu de faiblesse d'une Europe à 28 États, comptant des centaines de milliers de soldats, incapable de déployer dix camions ! Pendant ce temps, la France demeure le seul pays européen déployant des troupes en Centrafrique, dans le cadre de l'opération Sangaris.

 

Soldats sans munition

 

Cette dernière compte désormais officiellement 2 000 hommes, mais il faut y ajouter des troupes non comptabilisées, dont au bas mot plusieurs dizaines d'hommes du COS (Commandement des opérations spéciales). La force africaine Misca devrait atteindre les 6 000 hommes dans quelques semaines, mais manque de troupes entraînées, de matériels adaptés et de beaucoup d'autres choses. Concrètement, seuls deux pays ont confirmé jeudi leur accord pour l'envoi de troupes et aucun n'appartient à l'Union européenne ! Il s'agit de la Géorgie, pour 150 hommes, et de la Moldavie, pour un nombre indéterminé. Une source militaire à Paris lève les bras au ciel : "Seule l'Europe centrale et orientale est prête à bouger. Pour le reste, c'est démentiel : un pays veut bien envoyer des soldats, mais pas d'officiers. Un autre une poignée d'hommes, mais sans arme. On a aussi le modèle des hommes et des armes, oui, mais sans munition, ou encore d'accord, mais pour trente jours, pas un de plus !"

 

Fiasco politique

 

Vendredi, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius ont exprimé une forme d'exaspération sous la forme inhabituelle d'un communiqué commun de sept lignes stigmatisant l'incurie européenne sur le thème "le compte n'y est pas". Le ton est on ne peut plus ferme : "Si un effort supplémentaire n'est pas réalisé très rapidement, il ne sera pas possible de lancer, comme prévu, cette opération indispensable la semaine prochaine. L'Union européenne doit assumer ses responsabilités en matière de sécurité internationale. La France appelle vigoureusement ses partenaires à s'en donner les moyens."

 

À Bruxelles, on se dit que la réunion des ministres des Affaires étrangères prévue le 17 mars pourrait débloquer la situation, tout en n'y croyant qu'à moitié. En réalité, seules l'Ukraine et la situation en Crimée seront regardées à la loupe. À Paris, ce diplomate admet que "pour les Européens, la Centrafrique, c'est la France. Aucune raison de s'en mêler". Une source dans la capitale belge se désole : "Personne ne peut prendre le risque de faire capoter cette initiative, mais le processus actuel ne doit pas continuer indéfiniment. À un moment il faut agir !" Pour l'heure, les militaires européens ne peuvent comptabiliser que "de petites choses au compte-goutte, ici et là". En clair : l'Eufor/RCA est très mal partie...

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:35
#MH370 - la France met ses moyens satellitaires à disposition, envoie des enquêteurs

 

 

16 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - La France a annoncé dimanche qu'elle assistait les autorités malaisiennes dans la recherche du Boeing 777 disparu il y a huit jours, à l'aide de ses moyens satellitaires civils et militaires et par l'envoi de trois enquêteurs spécialisés.

 

Le ministère des affaires étrangères a confirmé l'assistance de la France aux autorités malaisiennes et aux efforts internationaux en cours pour retrouver l'avion MH370 de Malaysian Airlines, dans un communiqué.

 

L'aide de la France consiste notamment en une assistance aux recherches par nos moyens satellitaires civils et militaires, a précisé le ministère.

 

Plus tôt, le ministère des Transports avait fait état de l'envoi de trois agents du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) pour la sécurité de l'aviation civile).

 

Trois membres du BEA se rendent donc à Kuala Lumpur dès aujourd'hui et rejoindront les équipes du NTSB, l'homologue américain du BEA, pour se tenir à disposition des autorités malaisiennes dès lundi matin afin d'examiner et exploiter les données disponibles et aider à l'organisation des recherches, selon le ministère.

 

La Malaisie a annoncé dimanche que 25 pays étaient désormais impliqués dans les recherches du vol MH370, qui a changé de cap et désactivé ses communications de manière délibérée avant de disparaître il y a huit jours, tandis que les enquêteurs passaient dimanche au crible les antécédents des pilotes et passagers.

 

Ces révélations ont accru la perplexité des experts et des médias, et le désarroi des proches des 239 personnes à bord, qui se raccrochent parfois à l'infime espoir que l'avion ait pu atterrir quelque part.

 

Samedi, le Premier ministre de Malaisie Najib Razak a refusé de confirmer un détournement.

 

Le BEA a pour sa part souligné dans un communiqué distinct que toute communication sur les avancées de l'enquête relève exclusivement des autorités malaisiennes.

 

Anciennement appelé Bureau enquêtes-accidents, le BEA est un organisme public mondialement reconnu. Il est le seul en France à mener les enquêtes techniques pour déterminer les causes d'un accident d'avion.

 

Il avait notamment conduit l'enquête sur le crash de l'A330 d'Air France entre Rio et Paris, qui s'était abîmé au large du Brésil en juin 2009, coûtant la vie à 228 personnes.

 

Chaque année, il dirige en France plusieurs centaines d'enquêtes concernant tous les accidents ou incidents, aussi bien sur des avions de transport public que des vols privés ou de loisirs.

 

Hors de France, le BEA intervient quand l'accident se produit dans les eaux internationales, dans deux cas: si le constructeur ou concepteur de l'avion est français ou partiellement; si l'appareil est immatriculé ou exploité en France. Il peut aussi apporter une assistance technique, et participer en observateur à une enquête si un accident a fait des victimes françaises.

 

Quatre Français figurent parmi les 239 passagers du vol de la Malaysian Airlines. La justice française a ouvert mardi une enquête préliminaire pour homicides involontaires dans le cadre de la disparition de l'avion.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:50
La France sort 25 millions d'euros pour proposer des satellites à propulsion électrique dès 2016

 

14 mars 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Dans le cadre des 34 projets de la Nouvelle France Industrielle, le Cnes vise une commercialisation accélérée des satellites à propulsion électrique dès 2016 en adaptant les plates-formes existantes de Thales Alenia Space et d’Airbus Space & Defense.

 

La France a décidé d’aller plus vite que l’Europe pour mettre sur le marché des satellites à propulsion électrique et éviter de laisser le champ libre à la concurrence américaine. "Nous voulons gagner trois années sur le calendrier et avoir une solution commerciale dès 2016", ambitionne Jean-Yves Legall, président du Cnes (Centre national d’études spatiales) et par ailleurs chef du projet des satellites à propulsion électrique, retenu dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle Filière Industrielle installés par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en septembre 2013. L’enjeu industriel est significatif puisque la propulsion électrique, amenée à compléter ou remplacer la propulsion chimique, devrait représenter 20% du marché mondial des satellites dès 2020.

 

25 millions d’euros

Pour y parvenir, 25 millions d’euros, dégagés dans le cadre du PIA (programme d’investissements d’avenir) seront attribués aux principaux industriels du secteur. Safran, le motoriste d’Ariane, va bénéficier de 9 millions d’euros pour accélérer la conception d’un propulseur électrique de forte puissance, le PPS5000. Thales Alenia Space et Airbus Defense & Space vont chacun bénéficier de 8 millions d’euros pour mettre à jour leur plate-forme, baptisée respectivement SpaceBus et Eurostar E3000.   

Cette initiative pragmatique, qui vise à adapter les satellites existants, permet de gagner trois années sur le calendrier européen. L’Agence spatiale européenne promeut en effet NEOSAT, une nouvelle plate-forme de satellites de télécommunications plus ambitieuse mais qui ne sera opérationelle qu’en 2019. Elle a notifié en février pour cela des contrats d’une valeur cumulée de 18,2 millions d’euros aux industriels Thales Alenia Space et Airbus Defense &Space. Cette démarche vise des gains de productivité de 30% mais nécessite de repartir d’une feuille blanche sur le plan technologique. Selon le Cnes, les deux démarches sont complémentaires et permettent de répondre à l’urgence commerciale tout en préparant le long terme. 

 

Concurrencer Boeing

Or le temps presse car le principal concurrent Boeing est en train de s’accaparer le marché sur ce nouveau segment. Le groupe américain a déjà remporté les deux premières commandes de satellites électriques en 2013. Et au récent salon Satellites 2014 de Washington qui vient de fermer ses portes, certains observateurs s’attendaient à ce que Boeing annonce 3 nouvelles commandes d’ici fin mars.

Selon l’agence spatiale européenne, le marché mondial des satellites de télécommunications sur la période 2018-2030, représente un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros. En France, le secteur des satellites emploie plus de la moitié des 16 000 salariés du secteur spatial.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 14:40
Les chefs de la défense des Etats-Unis et de la France discutent de l'Ukraine avant le référendum en Crimée

 

 

2014-03-16 xinhua

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel et le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian ont discuté samedi par téléphone de la situation en Ukraine, avant le référendum prévu dimanche en Crimée.

 

MM. Hagel et Le Drian "ont affirmé la solidarité de l'alliance de l'OTAN" et l'importance du travail étroit et conjoint des Etats-Unis et de la France pour soutenir les alliés d'Europe centrale et de l'Est, a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Pentagone, l'amiral John Kirby.

 

Ils ont discuté de leur "examen (respectif) de la coopération militaire bilatérale avec la Russie", et promis que les officiels de haut rang des deux pays resteraient en contact étroit sur cette affaire lors des prochains jours, a expliqué M. Kirby.

 

MM. Hagel et Le Drian se sont également entretenus sur l'assistance américaine actuelle aux opérations françaises en Afrique, a-t-il indiqué.

 

A l'approche du référendum en Crimée qui déterminera si la Crimée doit se séparer de l'Ukraine pour se joindre à la Russie, Washington a augmenté la pression sur Moscou. Plus tôt cette semaine, la Maison Blanche avait indiqué que Moscou serait peut-être exclue du G8.

 

Les Etats-Unis ont critiqué le déploiement des forces armées russes en Crimée ces dernières semaines, malgré la déclaration du président russe, Vladimir Poutine, indiquant que son objectif était simplement de protéger la population russophone dans la région.

 

La Crimée, qui abrite la Flotte russe de la mer Noire, est au centre de la crise ukraine actuelle depuis la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch le 22 février par le Parlement.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 13:45
La France va installer une base militaire au nord du Mali, près de la frontière algérienne

 

15 mars 2014 Maghreb Emergent

 

L'Algérie, rapporte Jeune Afrique, sera officiellement informée de cette décision lors d'une visite du ministre de la Défense français à Alger. Selon le site d'information malien Maliactu "une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville de Tessalit" qui devrait accueillir la base.

 

La France, a rapporté hier Jeune Afrique, va installer une base militaire avancée dans le nord du Mali, à Tessalit, non loin de la frontière algérienne.

Cette décision, précise le magazine panafricain paraissant à Paris, "a déjà été prise mais elle ne sera pas officialisée tant que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n'en aura pas informé son homologue algérien de vive voix lors d'un déplacement ministériel à Alger".

Un journal d'information malien a rapporté la même information le lendemain. Selon Maliactu, l'intervention française au Mali "a dévoilé son agenda caché". Il s'agit de " l'installation d'une base militaire permanente à Tessalit", écrit-il précisant qu'"une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville".

Maliactu souligne que "la France semble avoir commencé son installation en attendant la signature de l'accord de défense qui devra officialiser l'acte de fait ". Il conclut : "Il est primordiale pour la France de ménager ce pays, qui facilite actuellement le ravitaillement des troupes françaises présentes dans le nord du Mali à partir de son territoire."

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:55
L’Alat parle…

« De la terre par le ciel » par le général Yann Pertuisel

 

15 mars, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye…  les engagements opérationnels n’ont pas manqué ces dernières années pour l’Aviation Légère de l’Armée de Terre. Nul doute que les équipages engagés, mais aussi les spécialistes ayant aidé à la mise en œuvre des appareils sur les théâtres d’opérations, ont tous quantités de récits à partager…  Le général Yann Pertuisel, qui a commandé l’Alat de 2010 à 2012 fait œuvre louable en recensant quelques uns de ces témoignages et en les mettant en perspective, avec la vision d’ensemble qu’il pouvait avoir à l’époque. Aucune désir d’exhaustivité de sa part, mais la volonté précieuse de mettre en lumière le travail accompli, les risques encourus et le dévouement de tous. Un livre sobre et efficace, dont on espère qu’il motivera d’autres acteurs de ces opérations extérieures à partager leurs expériences avec le plus grand nombre…

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:45
Serval : Travaux de terrassement à Tessalit

 

Crédits photos : EMA / armée de Terre

 

13 février 2014, la force Serval réalise des travaux de terrassement sur le camp de Tessalit.
Environ 2300 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armées terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

 

Reportage photos

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:45
Visite du chef d’état-major général des armées (CEMGA)


09.03.2014 EUTM Mali
 

A quelques jours de la fin de la formation du 4e bataillon malien « Balanzan », le chef d’état-major général des armées maliennes (CEMGA), le général Mahamane Touré, s’est rendu au camp d’entrainement de la mission EUTM à Koulikoro afin d’y rencontrer les soldats du 4e GTIA, pour faire le point sur la formation et observer leurs conditions d’entrainement.

A son arrivée, le CEMGA, accompagné par le général Bruno Guibert, commandant EUTM, a été accueilli par le colonel Alexis Uhrich, commandant le camp d’entrainement de la mission Européenne, qui lui a présenté les objectifs  et l’organisation de la formation dispensée par les 200 instructeurs européens. Le général Touré s’est ensuite rendu sur les aires d’entrainement afin d’observer l’instruction des soldats du bataillon Balanzan.

Le CEMGA a salué la qualité de la formation dispensée par la mission européenne et s’est dit satisfait de l’état d’esprit des soldats maliens à quelques jours de la fin de leur formation. Le CEMGA a particulièrement souligné l’aspect pratique de l’entrainement, en adéquation la situation opérationnelle au Nord du pays et avec les missions qui seront confiées au bataillon au cours de son déploiement.

 

Visit of the Malian joint chief of staff

A few days before the end of the training of the fourth battalion « Balanzan », the Malian Joint Chief of Staff (CEMGA), General Mahamane Touré has visited the European Training mission’s training camp in Koulikoro to meet the soldiers from the 4th GTIA there, to see the training carried out by his soldiers and their living conditions.

Upon his arrival de the CEMGA, accompanied by General Bruno Guibert, EUTM commander was welcomed by Colonel Alex Uhrich, the European mission training camp commander. He briefed the CEMGA about the objectives and the organization of the training provided by the 200 European instructors. Afterwards, General Touré visited the training areas to witness the training of the battalion.

The CEMGA outlined the quality of the European training and said to be very satisfied with the Malian soldiers’ mood and confidence, just a few days before the end of their training. The CEMGA particularly highlighted the practical part of the training, in accordance with the operational situation in the north of the country and with the missions which the battalion will have to accomplish during its deployment.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:45
Gabon : 48 soldats envoyés à Bangui

 

 

le 15 Mars 2014 koaci.com

 

Gabon - Quarante-huit soldats Gabonais ont été envoyés jeudi à Bangui pour compléter les effectifs des soldats Africains de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA)

 

Les quarante-huit soldats Gabonais ont embarqué par vol spécial depuis la base de l’armée française stationnée à Libreville, en direction de Bangui, capitale Centrafricaine afin de compléter l’effectif de 500 soldats Gabonais déjà présents en Centrafrique.

 

La cérémonie officielle avant le départ des soldats s’est tenue en présence du Général d’armée Jean-Claude Ella Ekogha, chef d’état-major général de l’armée gabonaise, du ministre gabonais de la Défense nationale, Ernest Mpouho Epigat et de l’ambassadeur de France au Gabon, Jean François.

 

Ce contingent Gabonais devra remplacer la cinquantaine de soldats Gabonais dont la mission est arrivée à terme. Ces soldats Gabonais qui rejoindront les rangs de la Misca en RCA est prévue pour une durée de six mois.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:20
The Rafale As Canada’s Next Fighter – Part 2

 

March 5, 2014. By Yves Pagot - Defence Watch Guest Writer

 

Editor’s note: As part of its ongoing coverage of the CF-18 fighter aircraft replacement, Defence Watch has published a number of articles from authors supporting various aircraft. This week Defence Watch will be running a three-part series that looks at the Rafale filling the role as Canada’s next fighter jet. It is written by Yves Pagot, PhD
ParisTech Institute, and a
reservist in Armée de l’Air. (i.e. reservist with the French Air Force, he is in a parachute unit). Pagot notes that he does not have any connection to Dassault or the firms involved in the Rafale production.

 

Factor 3 : Compatibility and Weapons Capacity.

As stated above, Rafale can carry any NATO standardized weapon (although some are not integrated yet for the French air force, there is no technical difficulty to it). Considering its “French ecosystem” as a requisite is a false opinion as stated above. It would be much more interesting to evaluate which original weapons Rafale would bring to CAF.

First, the Meteor missile is a Ramjet missile and the most modern, lethal, air-to-air weapon in the NATO arsenal. The upcoming AMRAAM missile latest version will have a near similar range (above 100 Kms), but with a much smaller No Escape Zone (NEZ). Missile manufacturer MBDA is also working on integrating the Meteor on the F-35 so there can be no incompatibility argument. The Rafale is one of the earliest adopters and will have it deployed ahead of the F-35 or Eurofighter Typhoon, which is only beginning testing this year.

Second, the MICA missile (Missile d’Interception et de Combat Aérien or interception and aerial combat missile). This missile has both IR and EM capabilities, and a unique IR Beyond Visual Range (BVR) capabilities which the Sidewinder 9X Blk2 is only trying to match. Its relatively small size and thrust vectoring make it a very agile missile, with a range of 500m to 65+ Km. It is a “fire and forget” missile with LOAL (Lock After Launch) and can be shot “over the shoulder” (rearwards). In 2010, MBDA stated a remarkable 93% successful shots out of 240 trials11. An over the shoulder fire of MICA on a target illuminated by a second Rafale (third party targeting) was demonstrated in 200724. MBDA is presently developing a Mica “NG” missile which, using the same body, that will offer more range, a dual boost engine dramatically increasing NEZ and even more precise seekers25. It should also bring a new datalink capability allowing a buddy plane to guide the missile independently from the shooting plane (presently it is needed to guide the missile via the shooting plane datalink)

Third, the AASM SBU38 (Smart Bomb Unit) “HAMMER.” Probably (although expensive) the most advanced NATO Air-to-Ground weapon-so much so, that it’s amazing capabilities saw NATO dub it “The Magic Weapon” during the Libyan conflict. The HAMMER is a kit added to Mk 82 250 Kg bombs consisting in a rocket propeller and a guiding system. The guidance system comprises INS/GPS, INS/GPS Laser or INS/GPS Infrared options. It has off-boresight capabilities (it can be shot at 50 Km from the target at medium altitude and 15 Km of the target during very low penetration flight). Using it, a Rafale is able to destroy six different ground targets across a wide area simultaneously. The HAMMER is advertised by its manufacturer in 125, 250, 500 and 1,000 Kg versions36.

Fourth, the SCALP/Storm Shadow Long Range Stand Off Munition (LRSOM) “cruise” missile. France’s Rafale is the first of the latest generation fighter jets to qualify and use this long-range cruise missile in combat. It was successfully deployed during the French Air Force’s “first-in” missions in Libya, taking out critical targets. The Typhoon is only commencing initial tests this year and from an interoperability perspective, it is also to be incorporated into the F-35 a number of years from now.51

Rafale can also come with Reco NG dual band reconnaissance pod (known as AEROS for export), allowing extremely sharp images to be transmitted in real time via a highly directional broadband datalink. It is capable of blending images from near IR and visible bands to create very high resolution 3D images, even from very long distances35.

Several other European weapons are qualified for the Rafale: Exocet antiship missile, ASMP-A nuclear ramjet missile (although this won’t be available for export, it demonstrates the capability of the plane to resist nuclear electromagnetic flash). The nuclear mission of the Rafale is a testimony to penetrate heavily defended enemy areas.

Finally, Rafale can be refueled using the “probe and drogue” method already used by RCAF, avoiding a costly adaptation of the CC150 Polaris refuellers. This technique was quoted in a US report to congress as more efficient for fighter refueling as it allows to refuel two planes simultaneously19. It is of note that the Rafale also has a “buddy-to-buddy” refueling capability, allowing it to perform even longer range missions in the absence of a refueller.

 

Factor 4 : Sensors and Situational Awareness

Apart from stealth (to be discussed further), the sensor suite and data fusion is described by Lockheed as one of the main features of the so called “5th Gen.” aircraft. And they are right – in a US context. Amongst “4th Gen.” US aircrafts, only the future (if ordered, otherwise the production line will shut down in 2016) FA/18 “Advanced” Super Hornet will feature a sensor fused display, as this is more or less a common feature to “Eurocanards”.

Aboard Rafale, data from all sensors, Radar, Front sector optronics (FSO), Electronic Warfare suite (SPECTRA), IFF (identify friend or foe), IR MICA missiles and datalinks are merged into a clear unified visual symbolism on situational awareness display9. This capability was highly praised in a recent test evaluation by Vianney Riller Jr, who has also flown latest versions of F-18 E/F and SAAB Gripen9. Besides all subsystems are virtualized and independent, the heart of the system is the MDPU (Modular Data Processing Unit), composed of 19 LRUs (line replacement units), each of them 50 times more powerful than previous generation aircraft computers. The architecture of the system allows flawless upgrade of processors, and a second bay is provisioned to receive another MDPU. This type of architecture also eases maintenance and upgrades of the whole combat system. The system is able to “create” tracks using fragmented data from several sensors.

Visualization can be integrated into the tactical head level display, an original feature with its screen collimated to infinite in order to prevent vision accommodation delays between the screen and the HUD/pilot outer vision. Virtually every sensor including “plugged ones” like a reconnaissance pod or Data sent from JTACs (Joint Tactical Air Controllers) will be fused in the tactical presentation given to the pilot.

 

On the subject of displays, Rafale is available with a fully-integrated helmet-mounted display developed by Thales, although the French forces have not ordered it as yet.53

 

Rafale’s sensor suite includes:
· RBE2 AA radar. It is a state-of-the-art AESA (Active Electronically Scanned Array) radar composed of roughly 1,000 GaAs modules 12. It incorporates an original “cloud concept” architecture allowing future GaN made modules and conformal antennas to be added without changing the overall architecture of the radar14. With an average input power of 10 kW, it s described as very similar to F-18 E/F AN/APG 79 radar in terms of technology and maturity22. Although its exact range is classified, the “Centre d’Expériences Aériennes Militaires” (CEAM, the unit qualifying new materials), stated several times that the range was “doubled” as compared to the previous PESA radar. Dassault’s CEO, Eric Trappier, once stated “more than 200 Km.” It is able to track 40 planes or other targets and engage eight of them simultaneously within a 140° angular domain15. It features a “non cooperative” identification system and can generate high resolution Synthetic Aperture maps40 and comes with an automated supplementary follow-ground terrain mode.

· OSF-IT Front sensor optronics. The OSF posseses a powerful TV channel allowing the pilot to identify a target at more than 50 Km. This function is particularly useful, with very restrictive engagement rules. The system also features a laser telemeter.

· IFF (Identify Friend or Foe) the proposed version of Rafale (F3R) features latest IFF (mode 5/S);

· Three Laser Warning Receivers covering 360° around the plane, with angular location of laser emitter capabilities;

· Infrared Search and Track (IRST). This is accomplished through a combination of systems. Détecteur de Départ de Missiles Nouvelle Génération (“DDM NG” or new generation missile departure detector) comprises two “fish eye” passive imaging infrared detectors. These are more than just a missile approach warning system (MAWS). Their high level of accuracy for IR threat detection contributes to comprehensive situation awareness in a similar manner to F-35 EODAS9,16 with a 360-degree spherical coverage. In fact they are precise enough to be compatible with the future use of DIRCMs (Direct Infrared Counter Measures). The infrared versions of the MICA missiles are also integrated into the situational awareness picture providing a far IR channel together with or independent of the targeting pod. The MICA IR sensors provide full IR capability throughout the duration of the mission as the sensors do not rely on short-duration nitrogen canisters for cooling, as do most U.S. infrared missiles.

· Three Radar Warning Receivers. These three antennas (120° coverage each) are located on the tail fin base and canard roots. These systems use interferometry calculation methods in order to locate threats allowing a less than 1° accuracy and over a 200 Km range 15,17. This precision allows them to passively (without using active sensors) give firing solutions. During ATLC 2009, they were able to locate radars that had stayed unnoticed to a specialized aircraft configuration, F16 CJ20.

· The three latter sensors are part of the famous “SPECTRA” EW suite, which is also capable of self learning (and real time deeding its own threat databank) and ELINT/SIGINT tasks using recorders.

Factor 5 : Stealth and SPECTRA.

In the early’80 s, the DGA (French procurement agency) and Armée de l’Air started studied the self protection system of the future combat aircraft.

Future threat analysis as well as cost considerations (acquisition and maintenance) led to a compromise between high kinematic abilities and the different parries to theses threats.

· Preventive avoidance led to full spectrum signature reduction features, automatic very low altitude and very high-speed terrain following ground system and adaptation of pathways using a sophisticated mission preparation system.

· In-flight detection of threats and adapted course change, allowing real time adaptation of preventive avoidance.

· Avoidance by neutralization – jamming, decoying and ultimately destroying threats.

Whole Spectrum Signature reduction measures are obtained by several means, mostly classified, some documented. In the IR spectrum for example (heat detection), there is a supplementary cool air channel around the engine exhaust. In the radar spectrum, extensive use of composites (1/3rd of the plane mass, 70% of the wet surface (that is roughly to the same extent as the future Pak-Fa Russian fighter)), and RAM coatings, presence of serrated “saw-tooth” patterns on canards and wing trailing edges, as well as inside air intakes. Instead of deflecting incoming radar waves to an angle away from the emitter, they are channeled towards “spike” points heavily treated against reflection. Dassault engineers do not claim their plane to be “stealthy”, but very discreet or “sneaky.” All in all, the Rafale has a radar cross section reduction by 20 times compared to the Mirage 200015.

Avoidance of known threats is obtained either by mission planning (and the data will appear on the tactical display) or in real time, via Link 16 or detection by any of the plane sensors. In the latter cases, SPECTRA is able to propose actions vs. emerging threat, be it bypassing via recommending a new route to the pilot in order to avoid lethal areas (sophisticated enough to take into account the characteristics of the threat and topography), jamming, decoying or destroying the threat.

Here lies the origin of the SPECTRA concept, which most modern EW suites are only now emulating. Far from being a simple “situation Awareness” suite, SPECTRA is capable of offensive actions. It has 3 AESA highly directional jamming antennas allowing deception jamming. The possible types of jamming involved have been extensively discussed on the net and are highly classified. We know it uses a DRFM (Digital Radio Frequency Memory) chain and “intelligent” jamming instead of “brutal jamming”. False range targets, velocity gate pull-off, and narrow band Doppler noise created by using digital RF memory (DRFM) are the common coherent EA techniques which can be used effectively against LPI radars23. Simply put, it is able to feed enemy radar with wrong data about presence, location and number of planes. It acts as an illusionist instead of using noisy, blinding “projectors” (“broadband white noise jammers”). Furthermore, depending on conditions, SPECTRA is able to detect and localize potential threats accurately enough to allow a shooting without using active (detectable) sensors. Some interesting results nevertheless leaked to specialized press, here are some:

· While flying over Libyan air defenses (before the Libyan air defense system was suppressed by tomahawk salvo), Rafales planes “poofed” from enemy radars31.

· During NATO Mace XIII exercise in Slovakia, a Rafale B flew unmolested over a S300 radar (and was the only type engaged in the exercise able to do it)21

· During Joint warrior 2013-1 exercise, rumours say SPECTRA literally gave headaches to Eurofighter’s Captor M radar, preventing it from tracking visible and detectable Rafales.

· During his test flights in 2012, DefesaNet test pilot Vianney Riller Jr. could shoot, entirely relying on aircraft passive sensors, a plane attacking him in his 6 o’clock position from way over 10 NM. At the moment, as far as I know, Rafale is the only operational plane able to perform such a shot.

· In a 2011 technical presentation brochure at Le Bourget, “virtual stealth technology” is stated27.

SPECTRA is completely integrated to the airplane (and will react differently according to the plane configuration). This is a very important feature as the suite wasn’t added to the plane like a jamming pod would, but was designed for the plane as a coherent system (with exact radar behavious, IR signatures and loads in mind).

This advanced, integrated EW capability is another area where the Americans are actually playing catch-up. The Rafale is the only aircraft delivering this advanced combat capability on the market today. The Boeing EA-18G Growler, the electronic warfare variant of the F-18 Super Hornet, will only be getting this capability in a next generation external jamming pod from Raytheon on 2020. In order to have the air-to-air, air-to-ground AND EW capabilities at once, you need to fly both the SuperHornet and Growlers – two jets compared to one Rafale.48

In conclusion, instead of relying completely on a stealthy shape, Rafale relies on a smart avoidance system and highly sophisticated sensor suite, real time mission planning and top end AESA jammers. It is noticeable that in 2014, a Rafale demonstrator will fly with gallium-nitride (GaN) made SPECTRA antennas, a world first, demonstration the involvement of French state in constantly upgrading the aircraft. Again, this will be six years ahead of the Growler getting that capability and only promised on the F-35.48


Part 3 runs Friday morning.

1- http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/app-acq/stamgp-lamsmp/questevalfin-finquesteval-eng.html
2- http://www.ndtv.com/article/india/india-to-finalise-rafale-deal-this-fiscal-year-air-force-official-433663
3- http://blogs.ottawacitizen.com/2013/01/07/why-canada-should-buy-the-saab-jas39-gripen-e-next-generation-fighter/
4- http://www.senat.fr/rap/a13-158-8/a13-158-814.html
5- http://vanguardcanada.com/mission-satisfaction-rafale-offers-proven-capability/
6- http://www.rafalesolodisplay.com/la-demo-2013/
7- http://www.flightglobal.com/news/articles/combat-ready-53125/
8- http://www.flightglobal.com/news/articles/flight-test-dassault-rafale-rampant-rafale-334383/
9- http://www.defesanet.com.br/rafale/noticia/10893/Shooting-Down-an-Aggressor-on-My-Six–Vive-la-difference-/
10- http://www.youtube.com/watch?v=ioTTnjxNc7o
11- http://www.ffaa.net/weapons/mica/mica_fr.htm
12- http://www.defense-aerospace.com/dae/sponsors/sponsor_rafale/img/fox3_11.pdf
13- http://wayback.archive.org/web/20071122095016/http://www.dassault-aviation.com/fileadmin/user_upload/redacteur/AUTRES_DOCS/Fox_three/Fox_Three_nr_8.pdf
14- http://www.textbooks.zinio.com/reader.jsp?issue=416132257&o=int&prev=si
15- AWST 7/5/1999 ; Vol 151 issue 1 p48
16- http://www.mbda-systems.com/mediagallery/files/ddm_ng_ds.pdf
17- https://www.thalesgroup.com/en/content/spectra
18- http://portail-aviation.blogspot.fr/2014/01/le-rafale-f3r-sur-les-rails.html
19- http://www.fas.org/sgp/crs/weapons/RL32910.pdf
20- http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/12/carton-plein-pour-le-rafale-lors-dexercices-aux-emirats.html
21- http://ultimaratio-blog.org/fr/archives/5749
22- Air&Cosmos 2150, Dec 5th , 2008
23- http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?AD=ADA456960
24- http://www.cesa.air.defense.gouv.fr/article.php3?id_article=309
25- Air et Cosmos 2355, April 19th , 2013 p. 28
26- http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Libye-quand-un-Rafale-fait-les-35-heures_a296.html
27- https://www.dropbox.com/s/y9s7kezdf51vaij/specs%20rafale.jpg
28- http://theflyingmen.over-blog.com/t%C3%A9moignage-un-pilote-de-rafale-au-dessus-du-mali
29- http://theaviationist.com/2014/01/15/rafale-operate-uss-truman/
30- http://www.letemps.ch/rw/Le_Temps/Quotidien/2012/02/13/Suisse/Textes/gripen.pdf
31- http://www.dassault-aviation.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2012/08/FoxThree_Fox15.pdf p.9.
32- https://www.dropbox.com/s/or11ml8j6ckyu5l/AvionJSFAnalysMd-Nrc080909-copie-1.jpg
33- http://www.defesanet.com.br/rafale/noticia/10379/Rafale-avanca-na-conquista-de-sucesso-comercial/
34- http://www.journal-aviation.com/actualites/25635-le-rafale-sort-l-artillerie-lourde#
35- http://img713.imageshack.us/img713/8652/recoq.jpg
36- http://www.safran-group.com/site-safran/defense/defense-aeronautique/systemes-d-armes/aasm/
37- AWST Jan 20th, 2014, p29
38- http://www.air-cosmos.com/defexpo-2014-uk/rafale-looks-to-the-future.html
39- http://portail-aviation.blogspot.fr/2014/01/visite-de-le-drian-au-merignac-des.html
40- https://pbs.twimg.com/media/BfeyRsCIUAAkADx.jpg
41- http://www.letemps.ch/rw/Le_Temps/Quotidien/2012/02/13/Suisse/Textes/gripen.pdf
42- https://www.dropbox.com/s/v22glx28nisgvt6/DutchAirForceAssociation_Gripen_2009.pdf
43- http://www.military.com/features/0,15240,186349,00.html
44- http://www.wired.com/dangerroom/2013/02/pentagon-downgrades-jet-specs/
45- http://translate.google.com/translate?client=tmpg&hl=en&u=http%3A%2F%2Fportail-aviation.blogspot.fr%2F2013%2F11%2Ffurtif-vous-avez-dit-furtif-partie-1.html&langpair=fr|en
46- http://translate.google.com/translate?client=tmpg&hl=en&u=http%3A%2F%2Fportail-aviation.blogspot.fr%2F2013%2F12%2Ffurtif-vous-avez-dit-furtif-partie-2.html&langpair=fr|en
47- http://www.airforcetimes.com/article/20140202/NEWS04/302020005/Air-Combat-Command-s-challenge-Buy-new-modernize-older-aircraft
48- AWST February 17, 2014, p42 « Fast and Furious : Pivot to Pacific propels the need for upgraded and agile electronic-warfare systems »
49- http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/AW_11_25_2013_p41-638956.xml&p=2
50- http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/AW_11_25_2013_p41-638956.xml&p=1
51- http://www.mbda-systems.com/mediagallery/files/Storm-Shadow_ds.pdf
52- http://theaviationist.com/2014/02/04/f-35-needs-f-22-acc-says/
53- https://www.thalesgroup.com/sites/default/files/asset/document/G00974_TopSight_v3web.pdf

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories