Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 16:55
Défense : bientôt un robot pour remplacer les militaires?

Le projet de robot terrestre polyvalent de la direction général de l'armement pourrait peser une tonne. Bien plus lourd que les petits robots de surveillance déjà très répandus...

 

25/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère de la Défense réfléchit à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre. Ce système aura pour mission de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles. Et se substituera aux militaires pour les missions les plus dangereuses.

 

De la science fiction à la réalité, l'écart se resserre de plus en plus dans les armées. Et la guerre change de visage... ou plutôt l'homme cède peu à peu sa place aux robots. Après les drones, les avions sans pilote, le ministère de la Défense réfléchit aujourd'hui à un futur robot à tout faire pour l'armée de terre, un système dont la première mission sera de préserver la vie de nombreux combattants engagés dans des milieux très hostiles.

Car ce robot devra tout bonnement remplir, selon la DGA, les missions les plus dangereuses de surveillance, de reconnaissance et de renseignement. Et clairement, il se substituera aux combattants pour ces missions opérationnelles en les éloignant des zones les plus exposées.

Pour le moment, ce robot-là n'existe pas encore. Mais la DGA a récemment lancé des demandes d'informations sur un programme de robot terrestre polyvalent (RTP) auprès des industriels afin d'évaluer la faisabilité du ou des projets sur un plan technique et financier. "La DGA sollicite les acteurs de l'industrie pour s'informer des solutions techniques existantes", précise la DGA.

 

Un programme de recherche amont (R&T)

C'est un projet de prospective du ministère de la Défense rattaché à la préparation de l'avenir sur les futurs équipements des militaires français, en l'occurrence, l'étape 2 du programme Scorpion. "Il faut être prêt et disposer des briques technologiques le jour où un programme pourrait être lancé", explique-t-on à la DGA. Dans ce cadre, les demandes d'information doivent permettre de réunir des éléments nécessaires à la détermination de solutions techniques répondant au besoin opérationnel des armées.

Avec cette démarche, la DGA souhaite acquérir "une meilleure connaissance des solutions techniques mises en œuvre dans le domaine de la robotique terrestre, en particulier en ce qui concerne les technologies et architectures existantes pour les plates-formes robotiques capables de réaliser des missions opérationnelles variées".

 

Le "zéro mort" en ligne de mire

Derrière ce robot, se cache d'abord le principe du "zéro mort" qui dictait il y a peu de temps encore la conduite des responsables politiques. C'est un peu moins le cas après les opérations en Afghanistan, Libye et Mali même si les pertes humaines sont toujours à déplorer.

"La place de l'homme dans la boucle de décision peut varier entre téléopération et supervision de robots autonomes selon les fonctions opérationnelles concernées et la maturité des technologies disponibles", explique la DGA. "La robotique doit faciliter le travail du combattant, lui éviter du stress supplémentaire et des efforts additionnels inutiles et dangereux sur le champ de bataille", explique un expert.

Quelle utilisation du RTP ? Elle consiste d'abord à limiter au maximum l'exposition du soldat aux dangers du champ de bataille. Soit remplacer le combattant par le robot. La seconde utilisation est d'augmenter les capacités du soldat et de son unité combattante, à l'image des robots porteurs de lourdes charges en zone de combat au service du soldat. Les Américains disposent déjà de ce type de robots « mules ». Enfin, la troisième utilisation comprend la réalisation de tâches pénibles ou répétitifs.

 

Lire aussi >> Lire aussi Bruno Bonnell : "Le robot, c'est l'homme augmenté"

 

Des missions "de type mule ou transport de matériels"

Les missions sont essentiellement des missions de types surveillance, reconnaissance et renseignement sur des zones de grandes superficie avoisinant plusieurs dizaines de km², ainsi que des missions "de type mule ou transport de matériels". Ou encore des missions d'infiltration pour observer avant d'entrer dans un milieu hostile ou difficile, à l'exemple d'un souterrain occupé par l'ennemi.

Au-delà de l'emploi de ces robots, des questions éthiques se posent pour les responsables civils et militaires. "Qui prend la décision d'utiliser des armes létales avec des systèmes autonomes équipés pour tuer ?", interroge cet expert. 

Le RTP pourra servir à évaluer l'intérêt de la robotique pour d'autres missions telles que la cartographie, l'ouverture d'itinéraires et l'illumination de cible. La détection et la destruction d'explosifs pourrait également faire parties des tâches de prédilection des robots. Des robots qui devront avoir 100 % de fiabilité et d'efficacité dans des conditions d'emploi sévères. En outre, l'autonomie est une attente majeure sur le champ de bataille.

 

Des architecture logicielles ouvertes

Pour la DGA, "la robotique n'est pas une fin en soi mais une nouvelle technologie de plus en plus disponible pour les forces et dont l'intérêt et la faisabilité de mise en œuvre au sein du combat embarqué ou débarqué, en zone ouverte ou urbaine doivent être analysés et démontrée".

Cette future capacité couvre aussi bien les robots terrestres que les drones miniatures, qui seront associés aux blindés ou aux fantassins dans le combat rapproché, ainsi que les capteurs sol autonomes pour le contrôle de zone à distance.

Dans ce contexte, le RTP doit posséder des capacités de mobilité et d'endurance adaptées au plus grand nombre d'environnements urbains et péri-urbains, aussi bien en métropole que sur les divers théâtres d'opérations. Il doit également offrir des architectures mécanique et logicielle suffisamment ouvertes et modulaires pour accueillir de nouvelles capacités fonctionnelles adaptées à la réalisation de missions opérationnelles ciblées.

"Cette ouverture et cette modularité sont également essentielles aux travaux d'analyse et d'évaluation de concepts novateurs d'autonomie décisionnelle", explique la DGA, qui souhaite étudier "l'ensemble des modes d'interactions possibles opérateurs/robots en fonction du niveau d'autonomie et de la mission".

 

Deux personnes pour piloter ce robot

La masse visée pour ce système est de l'ordre de la tonne, "moins si possible (500 kg) et dans tous les cas inférieure à deux tonnes", indique la DGA. La mobilité du RTP, qui devra être utilisable de jour comme de nuit, est adaptée aux environnements urbains et périurbains. "Cela sous-entend des capacités de mobilité sur route bitumée et sur tout chemin, voire tout terrain au sein d'environnements déstructurés", précise la DGA.

Le RTP ainsi que son poste de contrôle commande est transportable par voie routière pour être acheminé sur un théâtre d'opérations. L'effectif prévu pour la mise en œuvre du RTP est de deux personnes, hors pilote de sécurité. Le système offre une couverture de 360° autour du Poste de Contrôle commande pour sa liaison de données. La portée de liaison visée est de l'ordre de 3.000 mètres en milieu ouvert et de 1.000 mètres en milieu urbain.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 13:00
Pierre Moscovici, Jean-Yves Le Drian, Patrick Boissier photo Ouest France

Pierre Moscovici, Jean-Yves Le Drian, Patrick Boissier photo Ouest France

25.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense


Devant la commission de la Défense, la semaine dernière, le PDG de DCNS, Patrick Boissier, a critiqué l’étalement de deux programmes navals majeurs (voir Ouest-France du 20 septembre) et il a exprimé ses craintes pour l'emploi sur les sites de Cherbourg et de Lorient. On écoutera ses propos devant la commission en cliquant ici.

 

Le ministre de la Défense n’a guère apprécié la charge. Il s'est exprimé dans notre édition de ce mercredi.

 

Le PDG de DCNS s’est montré très critique sur la Loi de programmation militaire
Je suis surpris par ses déclarations. Je voudrais rappeler que c’est le ministère de la Défense qui est le premier client de DCNS et l’État le premier actionnaire de DCNS (64 %). Monsieur Boissier doit rester dans le cadre de ses fonctions. Ainsi en matière d’actionnariat, le décideur c’est moi ; aujourd’hui la question d’un nouveau modèle n’est pas à l’ordre du jour. C’est un peu ferme, mais c’est le patron qui parle. Un conseil à Monsieur Boissier : quand on négocie, il vaut mieux s’adresser à ceux qui détiennent le pouvoir de décision.

 

Ses critiques portaient sur l’étalement du programme FREMM.
La LPM 2008-2014 tablait sur une remontée vertigineuse et totalement irréaliste des crédits d’investissement ; c’était avant la crise. Le président de la République ayant pris la décision de sanctuariser les crédits pour la Défense, cela m’a permis de maintenir l’ensemble des commandes. Il y aura onze FREMM (frégates multimissions) et six sous-marins Barracuda, alors que dans les premières prévisions que l’on m’avait présentées, ce n’était pas le cas. J’ai maintenu ce cap et je suis garant de ce choix.

 

Patrick Boissier s'inquiète aussi pour l'emploi et les surcoûts.
Il y a 11 FREMM dans la loi de programmation militaire, toutes livrées avant 2025. Ce qui veut dire que, pour la commande nationale, le plan de charge de DCNS Lorient est assuré et que le site peut voir l’avenir avec optimisme. D’autant plus que nous n’intégrons pas les éventuelles commandes à l’exportation. En outre, pour garantir le plan de charge du bureau d’études de DCNS, j’ai pris deux décisions. Une, d’avancer les études pour les frégates de défense aérienne et les frégates de nouvelle génération. Deux, pour les trois dernières FREMM, j’ai décidé d’attendre 2016 pour choisir entre les actuels modèles et la frégate de nouvelle génération. Certes il y aura un peu de lissage mais les conséquences sur l’emploi seront limitées.

 

Et les Barracuda à Cherbourg ?
Il est faux de dire que la première livraison interviendra en 2019, ce sera en 2017. Là aussi il y aura un peu d’étalement mais nous maintenons les Barracuda. Enfin, le programme des bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH) reste inscrit dans la LPM. Toutefois, Monsieur Boissier défend un mode d’acquisition qui ne nous convient pas; à ce stade, son offre est trop chère.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:55
Remise à niveau opérationnel pour la frégate anti-sous-marine Dupleix

23/09/2013 Sources : Marine nationale

 

La frégate anti sous-marine Dupleix a mené un stage de remise à niveau opérationnel (RANO) du 3 au 13 septembre 2013.

 

Le Dupleix et son équipage, en partie renouvelé cet été, viennent de se voir confirmer leur qualification opérationnelle sans réserve par la division entraînement de la Force d’action navale (FAN).

 

Partie intégrante de la préparation opérationnelle du bâtiment, le stage RANO a pour objectif d’évaluer le bâtiment dans ses quatre chaînes fonctionnelles (conduite du navire, conduite des opérations, service courant et sécurité), ainsi que dans les organisations particulières mises en place pour la protection défense et le maintien des capacités opérationnelles. Il s'agit également de le « tirer vers le haut » en lui permettant de conduire des activités peu habituelles.

 

Avec leurs connaissances, leur expérience et leur regard extérieur, les entraîneurs de la division entraînement de la FAN, embarqués sur toute la durée du stage, ont suivi l'ensemble des entraînements programmés et ont permis à l'équipage d'apprendre et de progresser.

 

Essentiellement concentré sur la lutte anti-sous-marine, la mise en œuvre des armes et la manœuvre, le stage RANO a éprouvé l’équipage dans son intégralité. La cohésion, initiée au cours d'une journée de préparation physique et mentale du combattant, a permis de dépasser les difficultés: elle a été à ce titre un préalable indispensable à la réussite du stage. Tous les entraînements programmés ont été menés à leur terme : mouillages, ravitaillement à la mer de jour et de nuit avec transfert de carburant et de charges lourdes, tirs d'artillerie, de missiles, de torpilles et de leurres, exercice d'évacuation de ressortissants, visite de bâtiment suspect, manœuvres aviation, homme à la mer ou avaries de barre.

 

Les marins du Dupleix sont rentrés à quai à Toulon, prêts à conduire la gamme complète des missions qui leur seront confiées.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:55
Michel Foucher : Atlas de l’influence française au XXIe siècle

24.09.2013 IHEDN

 

Le professeur Michel Foucher, géographe et ancien directeur du département de la formation, des études et de la recherche de l’Institut, nous propose au travers son dernier ouvrage de découvrir l’influence française sous un nouveau jour.

« Notre pays a de l’avenir. En voici la démonstration, cartes à l’appui.

En des domaines aussi divers que la gastronomie, le droit international, l’archéologie, le code civil, l’art de vivre, la culture ou le luxe, la France exerce depuis des siècles une influence incontestable dans le monde.
L’atlas analyse la place réelle de notre pays dans le concert international, mais aussi la façon dont il est perçu d’une nation à l’autre. C’est ainsi que la France peut aussi bien évoquer le romantisme pour un Chinois que le positivisme pour un Brésilien.
Au-delà d’un simple état des lieux, cet atlas affirme et démontre, cartes à l’appui, l’ampleur du pouvoir d’influence “ à la française ” à travers le monde. Il trace les contours futurs de ce pouvoir et les moyens de le redéployer pour le rendre le plus efficace possible. Il ne s’agit plus, comme la France l’a trop longtemps fait, de dispenser des leçons aux autres pays, mais bien plutôt de devenir une référence, une nation créative, un lieu d’initiative qui inspire et entraîne nos partenaires mondiaux. »

Fort de ses activités de formation et de sensibilisation et de son département des activités internationales, l’IHEDN participe activement au rayonnement de la France sur la scène internationale, ce rôle est par ailleurs souligné dans cet ouvrage aux pages 60 et 61.

Pour feuilleter le livre, cliquez-ici : http://fr.calameo.com/read/0009135448bd408584323

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:55
Jean-Yves Le Drian recadre sèchement le PDG de DCNS

24.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense
 

Le PDG de DCNS a averti, à, plusieurs reprises, que son entreprise risquait de devoir affronter un sérieux coup de tabac. La faute à la LPM.

 

Il s'est ainsi exprimé la semaine dernière devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale. Selon lui, la remise en causes des programmes de sous-marins Barracuda et de frégates multi-missions Fremm coûtera à l’Etat jusqu’à 1,2 milliard d’euros et fragilisera un millier d’emplois, directs ou indirects. Toujours devant la commission de la Défense, P. Boissier s'est aussi interrogé sur la part de l'Etat dans le capital de DCNS.

 

On écoutera l'audition de Patrick Boissier en cliquant ici.

 

Le pavé dans la mare de P. Boissier lui a valu d'abord une volée de bois vert de la part de la DGA. Et voilà que Jean-Yves Le Drian monte à son tour au créneau pour exprimer sa très mauvaise humeur; on est loin des amabilités de juillet dernier.

 

On lira demain, dans Ouest-France et sur Lignes de défense, l'interview du ministre de la Défense. Un ministre très remonté, qui met les points sur les "i" et rappelle qu'il est "le patron".

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:55
Un sous-marin en exercice dans le Sud-Finistère

25 septembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Le sous-marin nucléaire d’attaque Émeraude est en exercice jusqu’à samedi dans le Sud-Finistère. Selon la préfecture maritime, il s’agit d’une mission classique de « reconnaissance de trait de côte ». Le bâtiment de 73 m et 2 600 t évoluera donc en bonne partie en surface.

 

Référence : Ouest-France

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:54
Le CEMM préside une cérémonie d’hommage aux marins morts pour la France à la Pointe Saint-Mathieu

24/09/2013 Sources : Marine nationale

 

Le 21 septembre dernier, l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine, présidait à la Pointe Saint-Mathieu (29) une cérémonie d’hommage aux marins morts pour la France.

 

Cette cérémonie faisait suite au congrès de l’association générale de l’amicale des sous-mariniers  (AGASM). Après une revue des troupes et une remise de décorations, les autorités ont procédé à un dépôt de gerbes et se sont ensuite recueillies au cénotaphe où elles ont ravivé la flamme.

 

La cérémonie comprenait également un volet culturel au cours duquel a été rendu un hommage particulier au matelot Venturini, mort à bord du sous-marin « Morse » le 17 juin 1940.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:54
Assemblée Nationale : Audition de G. Amiel, président de Renault Trucks Defense, sur le projet de loi de programmation militaire

25.09.2013 Assemblée nationale


Compte rendu n° 93 - mardi 17 septembre 2013 - séance de 18 heures 45

- Audition, ouverte à la presse, de M. Gérard Amiel, président de Renault Trucks Defense, sur le projet de loi de programmation militaire
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:40
La Russie coopérera avec la France pour produire des appareils démineurs

24 septembre, 2013 Elena Kisseliova, Kirill Melnikov, Kommersant

 

Le groupe public russe Rostech pourrait prochainement se lancer dans la robotique. D'après le journal Kommersant, la société UK Prominvest, assurant la gestion des actifs non-essentiels de Rostech, est en pourparlers avec le français ECA Robotics sur la coproduction d'appareils de déminage téléguidés. L'initiative du projet appartient au commandement de la Marine russe, mais ce sont plutôt des clients civils qui sont visés, notamment les géants Rosneft et Gazprom, possédant de nombreuses plate-formes pétrolières au large de la côte nord de la Russie.

 

Une source proche du groupe public russe Rostech a indiqué au journal Kommersant que la Russie pourrait prochainement lancer une entreprise d'assemblage de robots jetables destinés à éliminer des engins explosifs pour la Marine. Selon l'intéressé, UK Prominvest (société assurant la gestion des actifs non-essentiels de Rostech) a entamé à ces fins des pourparlers avec ECA Robotics (filiale du groupe français ECA). Les parties envisagent de signer en hiver prochain l'accord sur la coopération industrielle comprenant l'assemblage des appareils en Russie et la production d'ogives à charge creuse pour eux. Une autre source de Kommersant informée sur les pourparlers a précisé que c'était le commandement de la Marine russe qui a commandé les appareils.

 

Cependant, d'après un responsable proche des négociations russo-françaises, les appareils ne sont pas vraiment des robots. « Il s'agit plutôt de la production des dispositifs téléguidés pour l'élimination des munitions explosives », dit l'intéressé. Les appareils démontés seront fournis en Russie par ECA, puis assemblés, équipés d'instruments de production russe, reliés à un système de contrôle (également une nouveauté russe) et finalement installés sur des navires-chercheurs.

 

D'après un porte-parole de Rostech, l'assemblage sera effectué par la société « Loutch » de Novossibirsk (Sibérie occidentale), contrôlé par UK Prominvest. Cependant, « la forme de coopération n'a pas encore été définie et il reste plusieurs questions à aborder », ajoute l'intéressé.

 

Le groupe ECA, fondé en 1936, se spécialise dans la conception, la production et la maintenance de systèmes robotisés et d'appareils téléguidés capables d'opérer dans des environnements hostiles, y compris des robots démineurs. Ses principaux actionnaires sont le Groupe Gorgé (53,48%) et le hollandais Delta Lloyd (9,62%), encore 33,58% des titres sont en circulation sur le marché. Sa capitalisation se chiffre à 72 millions d'euros, les recettes pour 2012 atteignant 98,8 M EUR, le bénéfice net étant de 5,1 M EUR.

 

Bien que le projet soit effectivement commandé par la Marine russe, les appareils ne seront pas produits exclusivement pour les militaires, indique l'interlocuteur de Kommersant. « Ces dispositifs présentent un intérêt pour les compagnies pétrolières russes qui possèdent des plate-formes au large de la côte de la Russie, car ils ont besoin de déminer les anciennes zones de guerre, c'est-à-dire, dans la quasi-totalité des mers du nord », dit l’intéressé, en ajoutant que parmi les clients potentiels figurent les géants russes Rosneft et Gazprom.

 

« Gazprom ne va pas probablement commander des appareils démineurs », dit le chef d'une entreprise engagée dans la production de systèmes de ce type. « Il n'a pas tout simplement besoin d'acheter le matériel de ce genre car il engage habituellement une entreprise étrangère qui organise une étude détaillée de la topographie du fond et effectue le déminage ». Les sources proches de Rosneft disent que le groupe examine plusieurs projets conjoints avec Rostech. « Dans le domaine du déminage, l'on pourrait également lancer une coopération, car Rosneft est un acteur majeur dans l'exploitation pétrolière offshore », dit l'un des interlocuteurs de Kommersant.

 

« La Russie éprouve certaines difficultés dans le domaine de la production du matériel de déminage, car après la dislocation de l'URSS une partie des entreprises du secteur est restée en dehors de la Russie, notamment au Kazakhstan », dit le rédacteur-en-chef du magazine Exportations des armes Andreï Frolov. Moscou a signé au cours du dernier Salon international de la défense maritime de Saint-Pétersbourg un accord prévoyant la fourniture de deux dragueurs de mines russes équipés de systèmes de sonar de production d'ECA Robotics, au Kazakhstan, note l'expert. Cependant, selon M.Frolov, le projet russo-français pourrait se révéler être une simple entreprise d'assemblage en kit, comme c'était le cas avec les imageurs thermiques de Thales. « Il est peu probable que dans ce cas la situation soit différente », estime l'expert.

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 11:50
Thales wins support contract for MRR radars aboard Norwegian corvettes

24 September 2013 Thales

 

Thales has signed the first contract to provide through-life support for six MRR (Multi-Role Radar) systems aboard Royal Norwegian Navy Skjold-class corvettes. The five-year contract with the Norwegian Defence Logistics Organisation (NDLO) highlights the company’s excellent relations with its Norwegian customer.

 

The Royal Norwegian Navy acquired six Thales MRR radars for a fleet of six Skjold-class corvettes delivered between 2010 and 2013. MRR radars provide long-range 3D air and surface surveillance combined with vessel self-defence and threat evaluation capabilities. This is Thales's first support contract for this type of radar.

 

The contract is tailored to the exact maintenance requirements of the customer and brings NDLO access to the full range of Thales skills and experience in naval defence and radar systems. It is based on a business model that ensures optimal system performance from service entry and throughout the equipment life cycle.

 

For Thales, this partnership with NDLO sets up the first worldwide reference for this equipment.

Thales wins support contract for MRR radars aboard Norwegian corvettes
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 11:35
Afghanistan : cours de communication pour les futurs leaders afghans

25/09/2013 Sources : EMA

 

Du 14 au 16 septembre 2013, les militaires de la force PAMIR ont dispensé des cours sur la communication au profit des étudiants du « strategic command and staff course », l’équivalent du centre français des hautes études militaires (CHEM).

 

Le « Strategic Command and Staff Course » se situe au plus haut niveau de la formation de l'armée afghane. Chaque année, sur une période de 36 semaines, il accueille une promotion de 30 stagiaires, du grade de colonel à général de division. Quatre thématiques y sont enseignées : Guerre et Stratégie, Relations internationales, Questions nationales et Préparation de l'avenir. Le SCSC a pour but de former et d'entraîner les futurs leaders du pays, chargés d’assurer de hautes responsabilités dans un contexte interarmées, interministériel et interallié. Le module de communication s’inscrit dans la composante « préparation de l’avenir ».

 

Les militaires français de la cellule communication de la force PAMIR ont ainsi consacré 3 demi-journées à la formation de ces élèves particuliers que sont les futurs leaders de l’armée nationale afghane (ANA), mais aussi ceux qui sont appelés à servir au sein d’autres ministères tels que l'intérieur, les frontières, etc. La première demi-journée a été consacrée à l’enseignement théorique sur les différents types de médias et leurs attentes. Les stagiaires ont appris à mieux appréhender le fonctionnement matériel et éditorial des radios, de la presse écrite, des télévisions, ainsi que le fonctionnement des nouveaux médias.

 

La seconde contribution au profit de SCSC a été l’organisation d’un média training sur deux demi-journées. Un exercice préparatoire à la fonction de porte-parole que la majorité des stagiaires endossera au sein de l’armée afghane ou d’un ministère. Après une rapide présentation des attitudes à adopter lors d’une interview, les 30 stagiaires se sont exercés à l’interview en direct, face à une caméra.

 

La coopération de la France avec le SCSC s’inscrit dans le cadre de la mission EPIDOTE. Cette formation à la communication contribue au partage des savoir-faire délivrés par les français aux afghans dans le cadre de la formation de leur armée et plus généralement des hauts responsables du pays, en leur apportant l’expérience française en la matière.

Afghanistan : cours de communication pour les futurs leaders afghans
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:56
Assemblée Nationale : Audition de JP Herteman, président de Safran, sur le projet de loi de programmation militaire

24.09.2013 Assemblée nationale


Compte rendu n° 92 - mardi 17 septembre 2013 - séance de 17 heures 15

- Audition, ouverte à la presse, de M. Jean-Paul Herteman, président de Safran, sur le projet de loi de programmation militaire
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:55
Sagem Mission Planning for French Helo Crews

September 24, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Sagem; issued Sept. 24, 2013)

 

Sagem to Supply New Mission Planning System for French Army’s Tiger and NH90 Helicopter Units

 

PARIS --- Sagem (Safran) has signed a contract with French defense procurement agency DGA for the development and production of a new version of the MPME (Module de Préparation de Missions) mission planning system for helicopter crews, to be deployed by the French army’s air arm (ALAT).

 

The new version of the MPME system is designed to support the service entry of the army’s Tiger HAD (support & destruction) and NH90 TTH Caïman tactical transport helicopters.

 

The MPME system is operated in a network from transportable tactical modules or in a fixed infrastructure. It allows helicopter crews to plan their mission as a team, and supports formations comprising different types of helicopters. Mission planning is based on advanced functions enabling replay on the ground of flight paths in three dimensions. The MPME multiplies effectiveness during the most critical mission phases: at night, for deconfliction, avoiding known surface-to-air threats (“SAM rings”), use of weapons, landing zones, etc.

 

An upgraded version of the MPME system already in service, this new version is part of the program contract awarded to Sagem by the DGA in 2005, covering regiments deploying the Puma, Cougar, Gazelle and Tiger HAP (support-protection) helicopters, as well as the French-German Tiger flying school. This latest contract includes life-cycle support services and provides for the modernization of MPME systems already in service.

 

Part of the digital battlefield, the MPME features greater security and access to new mapping and aeronautical data.

 

The first systems should be delivered toward the end of 2014.

 

The current MPME system has been deployed in combat. It has been used for ALAT in Afghanistan, on the French navy’s Mistral and Tonnerre amphibious ships for Operation Harmattan in Libya, and most recently during Operation Serval in Mali this year.

 

Sagem is prime contractor for the SLPRM (Système local de préparation et de restitution de missions) mission planning and restitution system, designed for combat aircraft of the French air force and navy. Sagem has developed the Helipsys mission planning system for international markets, based on the MPME system.

 

 

Sagem, a high-tech company of Safran, holds world or European leadership positions in optronics, avionics, electronics and safety-critical software for both civil and military markets. Sagem is the No. 1 company in Europe and No. 3 worldwide for inertial navigation systems (INS) used in air, land and naval applications. It is also the world leader in helicopter flight controls and the European leader in optronics and tactical UAV systems. Operating across the globe through the Safran group, Sagem and its subsidiaries employ 7,500 people in Europe, Southeast Asia and North America. Sagem is the commercial name of the company Sagem Défense Sécurité.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:55
French AF Tests ASMPA Nuclear Missile

September 24, 2013 defense-aerospace.com

(Source: French Ministry of Defence; issued Sept. 24, 2013)

(Issued in French only; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

Strategic Air Forces Complete Force Evaluation Mission

 

On Monday, September 23, the strategic air forces successfully carried out a full operational test of the “C135 Tanker / Mirage 2000N fighter / ASMPA stand-off missile” operational chain. A representative training missile was used for the trial, which was intended to test the functionality of a real nuclear deterrence mission.

 

A Mirage 2000N nuclear strike fighter belonging to Squadron 2/4 "La Fayette" took off from Air Base 702 at Avord, in central France, for a mission lasting over three hours, which brought together all the significant phases of this type of mission: flight at high altitude, refueling from a C135FR tanker of Squadron 2/91 "Bretagne” to increase range, low altitude penetration flight, terrain-following approach and firing of an ASMPA missile (without a nuclear charge) onto the target.

 

Civil and military authorities were able to follow the mission from the DGA missile testing center at Biscarrosse, and concluded that the mission profile, as well as the missile’s trajectory, complied in all respects with the planned flight profile.

 

This operation, which brought together staff and resources of the Air Force, the Directorate General of Armaments (DGA) and contractor MBDA, is a success that demonstrates the performance and reliability of the weapon system.

 

Guaranteeing the technical and operational credibility of the airborne component of France’s nuclear deterrent, the TEF mission demonstrates the ability of the strategic air force, which has ensured the nuclear deterrence mission for nearly fifty years.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:55
Comment mieux contrôler la prochaine Loi de programmation militaire ? (rapport)

24.09.2013  Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

Les députés François André et Philippe Vitel se sont penchés sur l'exécution des crédits de la Défense, notamment leur décrochage en 2011 et 2012 par rapport aux prévisions de la précédente Loi de programmation militaire.

 

Une question abrupte, aride, complexe, pourtant d'une brûlante actualité alors que les arbitrages pour la prochaine LPM 2014-2019 sont à l'étude (premières annonces de fermetures début octobre, puis second volet en juillet 2014).

 

Les rapporteurs de la mission d'information ont analysé " les raisons de l'écart grandissant entre les prévisions et les réalisations de la LPM " et proposent six thèmes de contrôle pour les années à venir " pour tendre vers une prochaine LPM sincère et soutenable " : le coût de la mise en œuvre de la dissuasion ; les dépenses de personnel en hausse en dépit de la poursuite de la baisse des effectifs ; le bilan de la gestion financière des bases de défense ; l'optimisation des règles d'attribution des marchés de maintien en condition opérationelle (MCO) des matériels des armées ; le recours à des recettes exceptionnelles extrabudgétaires ; les modalités du financement du surcoût des opérations extérieures (OPEX).

 

- Décrochage de la LPM 2009-2014

Selon la direction du Budget, l'écart fin 2012 entre l'exécution et le programme est de 2,9 milliards d'euros, soit 125,8 milliards dépensés contre 128,7 prévus. En 2010, cet écart n'était que de 600 millions d'euros en raison du plan de relance de l'économie (2,4 milliards pour la Défense). Une aubaine qui a permis d'établir un record d'engagement de 19 milliards et de commander le troisième BPC (bâtiment de projection et de commandement), le Dixmude.

Malgré les ressources extrabudgétaires (cessions de bandes de fréquences, immobilières, matérielles...), 2011 marque une inflexion avec un écart de 1,3 milliard, puis un milliard en 2012. La LPM était basée sur un retour à l'équilibre des finances publiques dès 2012, ouvrant à une croissance de 1 % du budget de la Défense. On sait ce qu'il advint et le " zéro valeur " du budget d'aujourd'hui sans compter l'inflation...

Autre désagréable surprise : 200 millions d'euros en 2011 et 500 millions en 2012 ont été retirés du programme 146 Equipement des forces.

Malgré les 29 000 emplois supprimés fin 2011, la masse salariale a continué de croître (+ 1 milliard entre 2008 et 2011, 19,5 milliards d'euros en 2011, 20 milliards en 2012). Les déflations d'effectif ont servi à financer des mesures générales et catégorielles de revalorisations, dont certaines n'étaient pas programmées (augmentation en 2012 des salaires les plus bas de 80 000 agents et militaires, environ 50 millions d'euros).

Le glissement vieillesse-technicité (GVT, une notion de variation de la masse salariale à effectif constant) constate un écart de 730 millions d'euros sur 2009-2012.

Des frais nouveaux sont apparus comme le retour dans le commandement militaire intégré de l'OTAN, la création de la base d'Al-Dhafra aux Emirats arabes unis ou la création de postes cyberdéfense. Sans parler de l'impact des dysfonctionnements du système de paie Louvois.

Au bout du compte, des ressources complémentaires pour les dépenses du personnel se sont produites au détriment du matériel (1,5 milliard d'euros entre 2009 et 2012).

L'engagement de maintenir la production des Rafale à onze par an a également pesé en raison de l'absence d'exportations du chasseur de Dassault (surcoût de 350 millions d'euros entre 2009 et 2011).

" Dès lors, l'adoption d'une nouvelle loi de programmation militaire, qui permettra de concilier la programmation du ministère de la Défense avec la trajectoire budgétaire des finances publiques apparaît plus que jamais justifiée ", conclut François André.

D'où des pistes de réflexions présentées par le vice-président de la Commission de Défense et des Forces armées de l'Assemblée, Philippe Vitel...

 

- Dissuasion nucléaire

On ne préconise pas la suppression d'un des deux escadrons de la Force aérienne stratégique (FAS) ou la fin de la permanence à la mer de la force océanique stratégique (FOST), ni le retrait d'un des quatre SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d'engins). La dissuasion représenterait environ 10 % du budget de la Défense à 3,4 milliards d'euros.

On salue donc une démarche franco-britannique de mutualisation (programme Teutates des installations en analyses radiographiques et hydrodynamiques permettrait d'économiser pour chacun des Etats 450 millions d'euros sur la durée du programme).

 

- Dépenses de personnels

On propose d'améliorer les mesures déjà prises comme les contingentements par grades et pour les non-officiers, par échelle de solde, et la réduction de l'avancement pour 2013. L'enjeu est une meilleure maîtrise de la masse salariale.

 

- Bases de Défense

Les Bases de Défense ont montré leur intérêt dans la recherche d'économies du soutien (meilleur exemple à Toulon). On peut optimiser par le renforcement du champ de compétence et l'augmentation du périmètre budgétaire des commandants de BdD, par la poursuite des dispositifs d'intéressement aux économies, par la suppression de l'échelon intermédiaire des états-majors de soutien défense (EMSD), par une diminution du nombre de BdD en métropole, par le déploiement de nouveaux systèmes d'information communs. On incite également à la création de régies rationalisées et plus optimisées.

 

- Maintien en condition opérationnelle

D'après la Cour des comptes, la MCO représenterait un fort potentiel d'économies (10 %, soit 300 millions d'euros par an). " Un peu trop optimiste ", juge Philippe Vitel. Entre vieillissement du matériel et bond technologique pour les nouveaux, les achats de maintenance sont capitaux.

On propose de créer des responsables du soutien auprès des unités de management de la DGA. Pour prendre très en amont la MCO dans les programmes. On veut aussi mieux contrôler les coûts de revient des fournisseurs en position de monopole, conserver des compétences industrielles d'Etat et faciliter l'accès aux marchés des PME...

 

- Ressources extrabudgétaires

Le dispositif de cession à l'euro symbolique aux collectivités locales (en faveur du logement) de propriétés immobilières n'a pas été compensé. D'où un effet négatif sur les recettes du ministère alors que la nouvelle LPM prévoit 6,1 milliards d'euros de ressources exceptionnelles (3,7 pour la précédente).

Attention aux ressources incertaines (on évoque la vente de l'îlot Saint-Germain), fiabilisons le calendrier de perception, assouplissons les règles comptables d'engagement de ces ressources.

 

- Opérations extérieures

Le montant de la provision des surcoûts des opérations extérieures est stable à 630 millions d'euros par an. Mais est systématiquement insuffisant depuis 2009 (une moyenne de 961,5 millions ces quatre derniers exercices). Les crédits OPEX ne sont d'ailleurs jamais descendus en dessous de 528 millions ces dix dernières années. Seulement, la prochaine LPM prévoit un montant de 450 millions d'euros pour la dotation prévisionnelle. " Une telle réduction risque d'entraîner un appel important à la solidarité interministérielle ", dans un budget déjà très contraint. On propose de maintenir la provision à 630 M€ et de prévoir des clauses de réexamen des besoins en cours d'exercice pour éviter les mauvais surprises.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:55
Assemblée Nationale : Audition de F. Delon, SGDSN, sur le projet de loi de programmation militaire

24.09.2013 Assemblée nationale

 

 

- Audition de M. Francis Delon, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, sur le projet de loi de programmation militaire
 
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:55
L’escadron de chasse 3/3 « Ardennes » a fêté ses 70 ans

24/09/2013 Lieutenant Christelle Hingant – Armée de l’Air

 

Vendredi 20 septembre 2013, la base aérienne 133 de Nancy-Ochey a vibré au rythme de la cérémonie d’anniversaire de l’escadron de chasse (EC) 3/3 «Ardennes». Les anciens et actuels membres du 3/3 étaient sur leur 31 pour célébrer les 70 ans d’existence de cet escadron légendaire.

 

C’est au cours d’un après-midi haut en couleurs que les aviateurs de l’EC 3/3 ont soufflé les 70 bougies de l’«Ardennes», en compagnie de leurs proches et des autorités locales. Le général Didier Rouzet, commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse, a présidé la cérémonie de commémoration, rythmée par les percussions et autres instruments de la musique de l’air.

 

Mis en place en 1943 pour surveiller les côtes syriennes et palestiniennes, les aviateurs du groupe de chasse III/3 « Ardennes » ont, depuis, fait du chemin. En effet, les « sangliers », comme ils sont surnommés à l’image de leur mascotte, prennent part à l’ensemble des opérations aériennes menées par l’armée de l’air. Le général Soulet, commandant les forces aériennes et le soutien des forces aériennes, l’a d’ailleurs souligné dans son ordre du jour en qualifiant le 3/3 d’«entité prestigieuse qui a fait la gloire des ailes françaises depuis la Seconde Guerre mondiale».

 

Après cette cérémonie solennelle, les nombreux invités ont pu assister à des démonstrations en vol. Les Mirage 2000D de l’«Ardennes», la patrouille «Cartouche Doré» et le Rafale solo display ont fait le spectacle, pour le plus grand bonheur du public.

L’escadron de chasse 3/3 « Ardennes » a fêté ses 70 ans
L’escadron de chasse 3/3 « Ardennes » a fêté ses 70 ans
L’escadron de chasse 3/3 « Ardennes » a fêté ses 70 ans
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:50
Un Mirage 2000C et un Alphajet sur le tarmac de la base aérienne d'Albacete en Espagne

Un Mirage 2000C et un Alphajet sur le tarmac de la base aérienne d'Albacete en Espagne

24/09/2013 Adc Mireille Léger – CDAOA - Armée de l'air

 

Du 9 septembre au 4 octobre 2013 se déroule la dernière des cinq sessions de l’exercice Tactical Leadership Program (TLP) auxquelles les forces aériennes françaises participent cette année. Se déroulant sur la base aérienne d’Albacete, en Espagne, depuis 2009, TLP est un stage qualifiant permettant aux pilotes de chasse des pays membres de l’Otan d’acquérir le label de Mission Commander (chef de mission).

 

L’objectif à atteindre pour les pilotes est d’acquérir les compétences nécessaires à la conduite d’une mission complexe du type COMAO (Composite Air Operations - dispositif regroupant un nombre important d’aéronefs de types différents). Ainsi, les missions aériennes effectuées durant l’exercice couvrent une grande partie du spectre des opérations aériennes.

 

Pour cette session, l’armée de l’air engage de nombreux moyens aériens et sol-air, dont deux Mirage 2000-5F, quatre Mirage 2000D, deux Mirage 2000C, un Casa CN235 et une unité de défense sol-air Crotale NG. TLP bénéficie également de la participation de vecteurs aériens alliés comme les F18 espagnols et finlandais, les F15 américains, les Typhoon britanniques et les F16 polonais.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:50
Steering Committee : rencontre entre les MGA français et britannique

24/09/2013 Sources : EMA

 

Le 19 septembre 2013, le général d’armée Pierre de Villiers, major général des armées (MGA), et son homologue britannique, l’Air Chief Marshal Sir Stuart Peach, occupant le poste de Vice Chief of Defense Staff, ont présidé conjointement l’une des principales rencontres semestrielles organisées dans le cadre du dialogue franco-britannique.

 

Le Steering Committee – ou « Comité de Pilotage » – a vocation à assurer le suivi des engagements pris depuis la signature du traité de Lancaster House en 2010, dans le domaine de la coopération de défense franco-britannique. Cette réunion a permis de réaliser un point d’étape sur la coopération militaire bilatérale, notamment celle mise en œuvre dans les domaines de la doctrine, des équipements, des systèmes d’information et de communication,   de l’enseignement militaire ou encore des programmes d’échanges d’officiers.

 

A cette occasion, les deux MGA ont abordé l’avenir de la coopération militaire franco-britannique à l’horizon 2016, année charnière au cours de laquelle la France et le Royaume-Uni ont pour objectif de mettre sur pied une force expéditionnaire conjointe de niveau opératif non permanente (Combined Joint Expeditionnary Force – CJEF), déployable dans le cadre d’engagements bilatéraux ou multinationaux. Ils ont notamment évoqué l’exercice Joint Warrior 2013 qui aura lieu en octobre prochain au nord de l’Angleterre. Organisé chaque année depuis 2010, ce type d’exercice a vocation à tester l’aptitude des forces françaises et britanniques à se déployer dans le cadre de la CJEF et à renforcer leur interopérabilité. Après l’exercice Corsican Lion en 2012, engageant la composante navale, Joint Warrior 2013 sera cette année centré sur la composante aérienne de la CJEF.

 

Ce Steering Committee visait également d’autres objectifs de coopération comme le partage de l’information, l’évaluation du drone Watchkeeper par la France, le programme futur commun de missile anti navire-léger ou encore l’échange de pilotes sur avions de combat Rafale et Typhoon.

 

Dans le contexte budgétaire actuel et conformément aux orientations du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, le MGA et son homologue britannique ont également réaffirmé la nécessité de poursuivre la dynamique engagée il y a trois ans avec un objectif commun : renforcer notre interopérabilité opérationnelle en réduisant les coûts grâce, notamment, aux mutualisations capacitaires.

 

Enfin, les deux MGA ont salué la coopération opérationnelle mise en œuvre dans le cadre de l’opération Harmattan en Libye et, plus récemment, lors du déclenchement de l’opération Serval, durant lequel forces armées britanniques ont apporté un soutien immédiat dans le domaine de la projection aérienne.

Steering Committee : rencontre entre les MGA français et britanniqueSteering Committee : rencontre entre les MGA français et britannique
Steering Committee : rencontre entre les MGA français et britanniqueSteering Committee : rencontre entre les MGA français et britannique
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:30
Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)

24/09/2013 Sources : EMA

 

Depuis juin 2008, la Brigade de Sapeur-Pompiers de Paris participe aux opérations extérieures au Liban au sein de la force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Basé sur le camp de Dair Kifa, le détachement de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est composé de deux sous-officiers et de quatre militaires du rang.

 

La mission première du détachement est la prévention et la lutte contre le risque incendie. Il assure ainsi au quotidien la protection des personnes et des biens sur les sites occupés par le contingent français. Il a également en charge la sensibilisation du personnel militaire français sur le risque d’incendie.

 

Pour remplir sa mission, le détachement est équipé d’un Véhicule d’Incendie des Camps (VIC), d’un VLTT P4, d’une remorque secours routier et, depuis le 6 août 2013, d’une motopompe remorquable.

 

Les six sapeurs-pompiers du détachement DAMAN XIX ont été sélectionnés parmi les nombreux volontaires de la BSPP. Intégré au sein de l’Unité Multifonction Logistique (UML), le détachement de la BSPP participe activement aux missions quotidiennes de l’unité.

 

La France, engagée au Liban depuis 1978 dans le cadre de la FINUL, a notamment pour mission de soutenir les forces armées libanaises (FAL) afin qu’elles prennent en compte la sécurité du Sud Liban. Le partenariat avec les FAL, inscrit dans le dialogue stratégique   FAL-FINUL (entériné par la résolution 2064 d’août 2012 qui renouvelle le mandat de la résolution 1701), fait partie des axes d’effort de la FCR qui conduit ses missions en étroite coopération avec les FAL.

Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)
Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)Liban : Focus sur la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP)
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 21:45
Mali : le ministre de la défense rend visite aux troupes françaises et internationales

24/09/2013 Sources : EMA

 

Les 22 et 23 septembre 2013, monsieur Jean-Yves Le Drian s’est rendu au Mali, afin de rencontrer les militaires de la brigade Serval basés à Gao, puis le détachement de la mission européenne de formation de l’armée malienne, EUTM Mali, basé à Koulikoro.

 

Répondant à une invitation des autorités maliennes lancée à l’occasion de la fête nationale du Mali, le ministre de la défense a profité de sa présence dans le pays pour aller plus longuement à la rencontre des autorités des forces armées maliennes et de la MINUSMA.

 

Le ministre, accompagné du général de division Foucaud, commandant l’opération Serval, a reçu un point de situation sur les opérations en cours ainsi que sur la situation sécuritaire dans la zone d’opération de la brigade Serval. Il s’est ensuite entretenu avec les autorités militaires de l’armée malienne, d’une part et avec celles de la MINUSMA, d’autre part. Dans son discours de fin de visite, le ministre s’est adressé aux militaires français, ainsi qu’aux autorités maliennes et africaines pour rappeler que la mission des troupes françaises au Mali était de participer à la sécurisation du pays dans la durée, en soutenant la montée en puissance de la MINUSMA et la reconstruction de l'armée malienne. En conclusion, il a annoncé qu’un contingent d’un millier de soldats français resterait au Mali pour accompagner la reconstruction de ce pays.

 

Sur le camp de Koulikoro, deuxième étape de la visite du ministre, M. Jean Yves Le Drian a rencontré les instructeurs français et européens de la mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM Mali). Après avoir achevé la formation du bataillon Elou, ces derniers sont dès à présent engagés dans un nouveau cycle d’instruction. Avec les officiers qui en formeront l’ossature, ils préparent la formation du 3e bataillon qui débutera à la fin du mois. Dans un discours qu’il a prononcé en présence de tous les instructeurs européens, le ministre a souligné le succès européen de cette mission au service de la paix, rappelant qu' « il ne pouvait y avoir de rétablissement de l’intégrité territoriale du Mali sans le rétablissement de sa capacité militaire ».

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien au titre de Serval et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA. Enfin, près de 110 militaires français participent à la mission européenne de formation de l’armée malienne, EUTM Mali.

Mali : le ministre de la défense rend visite aux troupes françaises et internationalesMali : le ministre de la défense rend visite aux troupes françaises et internationales
Mali : le ministre de la défense rend visite aux troupes françaises et internationalesMali : le ministre de la défense rend visite aux troupes françaises et internationales
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 17:20
Eurocopter délocalise une chaine d'assemblage d'Ecureuil aux Etats-Unis

24/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La filiale hélicoptériste d'EADS a décidé d'augmenter la capacité de son usine implantée à Colombus dans le Mississippi (Etats-Unis) en y installant début 2014 une chaine d'assemblage d'AS350. Les syndicats sont inquiets.

 

Petit à petit, l'Ecureuil se fait la malle aux Etats-Unis... Eurocopter a décidé d'augmenter la capacité de son usine implantée à Colombus dans le Mississippi (Etats-Unis) en y installant début 2014 une chaine d'assemblage d'AS350, le fameux Ecureuil qui l'un des best-sellers de la filiale hélicoptériste d'EADS (249 appareils vendus en 2012, 238 en 2011). Une décision justifiée par Eurocopter pour "compenser l'impact de la réduction de la production locale d'UH-72A Lakota (LUH, ndlr)", un programme d'hélicoptères légers fournis par constructeur européen et brutalement interrompu au printemps dernier par le Pentagone en raison de coupes budgétaires. Eurocopter a déjà livré plus de 280 appareils à l'armée de terre américaine.

 

Une délocalisation en zone dollar

 

C'est une délocalisation en zone dollar qui ne dit pas son nom même si aujourd'hui l'impact social est très limité. Une décision qui s'inscrit parfaitement dans la stratégie du patron d'EADS, Tom EADS, qui avait fait le choix l'année dernière d'installer une chaine A320 aux Etats-Unis dans l'Alabama. Le site de Marignane, près de Marseille, perdrait "l'équivalent de 14 emplois en charge d'atelier (personnel non inscrit)", estime Force Ouvrière. Le projet concernerait "50 hélicoptères en moins pour la chaine d'assemblage Ecureuil de Marignane", assure de son côté la CFDT.

 

Les deux syndicats sont vent debout contre cette décision. "Nous ne pouvons donc pas se satisfaire d'une politique de transfert de charge", tonne FO. Chez Eurocopter, on rappelle que le site de Colombus recevait déjà des Ecureuil en kit fabriqués en Europe. Au total, la filiale américaine, American Eurocopter, a livré 42 Ecureuil en 2012. Selon Eurocopter, l'AS350 "est le premier choix aux Etats-Unis des agences gouvernementales et des services médicaux d'urgence".

 

Colombus produira 60 appareils supplémentaires en 2016

 

Eurocopter prévoit un démarrage de la nouvelle chaîne d'assemblage à partir du "quatrième trimestre 2014" et une montée en puissance en 2015. "L'usine produira jusqu'à 60 hélicoptères supplémentaires annuellement avant 2016", explique Eurocopter dans un communiqué. Soit un total de 94 appareils fabriqués par le site de Colombus. Cette usine "ne doit sa future survie qu'au transfert de 94 appareils Ecureuil d'Eurocopter Marignane vers les USA", souligne FO.

 

Et tout comme la CFDT, FO rappelle que le constructeur n'a fourni "aucune garantie concernant l'arrêt du transfert de charge" après 2016. Colombus, qui continuera à fabriquer et à moderniser les UH-72A Lakota de l'armée de terre américaine et des autres agences fédérales, deviendra également un site d'essai pour les parties fabriquées par Eurocopter et ses sous-traitants.

 

De nombreuses questions sur la stratégie d'Eurocopter

 

Pour la CFDT, ce projet pose de nombreuses questions sur la stratégie d'Eurocopter vis-à-vis d'un certain nombre de contrats. "Le contrat EC145/LUH se termine un an plus tôt que prévu. Toutefois, cette fin était prévisible, explique le coordinateur CFDT chez EADS, Didier Hacquart. Avait-elle été anticipée lors de la décision de la création de la chaine EC145/LUH au Mississippi ? Quelle était l'objectif de l'implantation de cette chaine, sachant qu'il existait déjà des installations d'Eurocopter aux USA ?"

 

Et le responsable CFDT estime qu'il y a "une évolution de la stratégie d'Eurocopter" même s'il rappelle qu'il est "admis que pour l'obtention de contrats militaires à l'export il est nécessaire de faire des compensations industrielles, voire de s'implanter dans le pays". A la fin d'un contrat export contenant des compensations industrielles, Eurocopter ne s'engageait pas jusqu'ici à maintenir une activité sur place une fois le programme exécuté. Et le responsable syndical de s'interroger : "que se passera-t-il à l'issue des contrats AS332 (Super Puma, ndlr) au Brésil et au Mexique ? Devrons-nous à nouveau transférer de l'activité de Marignane pour maintenir l'activité dans ces filiales ?".

 

Eurocopter vise de nouveaux contrats aux Etats-Unis

 

Outre la volonté de compenser l'impact de l'arrêt du programme LUH, Eurocopter souhaite grâce au maintien d'une production locale augmenter ses ventes sur le marché américain, particulièrement avec le gouvernement et les agences gouvernementales (police, sécurité civile...). "L'Amérique du Nord est le plus grand marché d'hélicoptères légers dans le monde pour Eurocopter et cette nouvelle chaîne d'assemblage soutient notre stratégie industrielle en fabriquant le best-seller AS350 "Made in USA" près à nos clients", a jugé le vice-président exécutif de la supply chain mondiale d'Eurocopter, Joseph Saporito.

 

Quels contrats vise Eurocopter aux Etats-Unis ? Le Pentagone pourrait lancer dans le courant du second semestre 2013 un appel d'offre en vue de renouveler la flotte d'hélicoptères de reconnaissance OH-58 Kiowa du constructeur américain Bell dans le cadre du programme AAS (Aerial armed scout). Le contrat pourrait porter sur 500 machines, soit un contrat évalué entre 6 et 8 milliards de dollars. Le constructeur présentera l'EC645. En revanche, Eurocopter ne participera pas à la compétition Joint Multi-Role (JMR) en vue de remplacer les célèbres Black Hawk. "L'objectif est aussi de gagner des futurs contrat s en s'engageant sur 10 ventes gouvernementales d'appareils en plus par an avec un produit "Made In USA", explique par ailleurs FO.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 16:45
22-23 septembre 2013 - Jean-Yves Le Drian en visite au Mali

24/09/2013 Ministère de la Défense

 

Trois jours après l’investiture d’Ibrahim Boubacar Keïta, nouveau président de la République du Mali à laquelle François Hollande a participé, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu au Mali pour représenter la France à l’occasion de la Fête nationale malienne et des 53 ans de la création de l’Etat.

 

C’est la cinquième fois que le ministre de la Défense se rend au Mali depuis le début de l’opération Serval, le 11 janvier dernier. Cette visite qui succède à l’élection du président malien symbolise la réussite de l’intervention française au Mali.

 

Après avoir assisté dimanche dernier à la cérémonie militaire organisée au Camp du génie, à Bamako, le ministre s’est exprimé devant les forces françaises de l’opération Serval à Gao. A l’occasion du début de la session de formation du troisième bataillon malien, lundi 23 septembre, le ministre s’est rendu sur le camp de Koulikoro, au nord de Bamako, pour y rencontrer les éléments de la Mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM). En fin de journée, le ministre a rencontré les nouvelles autorités politiques maliennes, et notamment son homologue Soumeylou Boubèye Maïga, ministre malien de la Défense et des anciens combattants.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:55
Promulgation du concept d’emploi des forces

20-09-2013 CICDE

 

Le concept d’emploi des forces (CEF) constitue la déclinaison militaire des orientations du LBDSN-2013. Il résulte des nouvelles réalités stratégiques et de l’évolution de la conflictualité, qui confrontent nos armées à de nouveaux défis.

 

Soulignant la nécessité d’un effort général d’innovation opérationnelle, il présente la vision du Chef d’état-major des armées (CEMA) et les axes d’effort qui en découlent en matière d’emploi des forces. En particulier, il introduit le concept de combinaison dynamique des efforts, impliquant une plus grande porosité entre les fonctions stratégiques, une plus grande capacité de bascule entre les missions et entre les théâtres et une souplesse accrue en matière d’organisation, de commandement et d’action.

 

Document cadre de notre référentiel doctrinal, le CEF s’adresse, en premier lieu, aux militaires chargés de préparer, de concevoir, de conduire et de soutenir l’emploi des forces. Au sein du ministère, il pourra en outre servir de référence conceptuelle aux services ou directions concourant à cet emploi et inspirer leur corpus doctrinal propre. Plus généralement, dans le respect du principe de « primauté de l’opérationnel » fixé par le ministre, il doit servir à alimenter la réflexion de l’ensemble des personnels civils et militaires sur le sens de leur engagement. Il doit donc recevoir la plus large diffusion.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:55
Serval, quand l’armée filme la guerre - Jeudi 17 octobre à 20h45

24.09.2013 France 2 - Envoyé Spécial

 

Document écrit  par Jean-Christophe Notin et Martin Blanchard

Réalisé par Martin Blanchard, produit par  Kuiv – Michel Rotman

 

Un document exclusif.

 

L’opération Serval au Mali est une guerre sans images pour la presse. Pourtant, dès le premier jour de l’intervention, le 11 janvier 2013, l’armée française a tout filmé ou presque. Ces images jusqu’à présent inédites ont été tournées par des cameramen militaires. Une guerre à huit clos, menée d’abord par l’aviation et les très discrètes Forces Spéciales.

 

Pour la première fois, des journalistes ont pu avoir accès à ces images tournées par l’armée dès le début  du conflit. Des images qui permettent de comprendre quel est l’ennemi que l’armée a combattu et affronte encore au Mali. Avec ce document, on découvre également comment et avec quels moyens se battent les djihadistes.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories