Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 19:55
Hexagone Balard photo MinDefF

Hexagone Balard photo MinDefF


05.11.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le président de la République inaugure ce jeudi le nouveau siège de la Défense française, à Balard. Guillaume Farde, maître de conférences à Sciences Po Paris et excellent connaisseur des mécanismes des PPP (partenariats public privé) a donné [à Philippe Chapleau] son sentiment sur le PPP Balard.

 

Quel regard portez-vous sur ce type de partenariat public-privé ?
"Les spécialistes ont tendance à classer les PPP en deux catégories : ceux qui concernent les équipements dits "équipementaires" et ce qui concernant les infrastructures bâties, dits "bâtimentaires". Sur l’ensemble des PPP réalisés depuis 2004 les contrats bâtimentaires sont numériquement les plus nombreux et le ministère de la Défense ne fait pas exception.
Pour ma part, je reproche aux partenariats public-privé bâtimentaires d’être plus éloignés de la philosophie du partenariat public-privé que ne le sont les contrats équipementaires. Il est vrai que lorsqu’il est utilisé à bon escient, le contrat de partenariat bâtimentaire présente l’avantage de l’association de la conception, de la réalisation et du service. À terminaison du contrat, la personne publique est réputée disposer d’un bien immobilier en meilleur état d’usage que si elle avait procédé à un financement public classique. Je ne nie pas ces avantages théoriques. Mais lorsque l’on dissèque le loyer d’un PPP bâtimentaire la part véritablement consacrée au service est trop peu importante en proportion (à peine 18% pour Balard).
Le pouvoir adjudicateur achète plus une facilité de caisse qu’un véritable service. L’optimisation de l’utilisation des infrastructures par la personne publique est toujours plus délicate dans le cas de projets immobiliers et la mutualisation est matériellement plus difficile à mettre en œuvre. On se rapproche donc plus d’un crédit-bail immobilier que d’un véritable contrat de service où l’opérateur privé assume une part des risques avec obligation de résultat.
Ce n’est pas un hasard si dans le monde de la défense, le partenariat public-privé HéliDax (équipementaire) est unanimement salué alors que le partenariat public-privé Balard (bâtimentaire) cristallise les tensions."

 

Suite de l'entretien

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 18:45
Opération Barkhane: First Operational Helicopter Refueling

The French air force has carried out its first operational in-flight refueling of a helicopter when a US Marine Corps KC-130 tanker refueled a French AF Caracal in Africa. France currently lacks suitable tankers of its own. (French AF photo)

 

Nov 8, 2015 defense-aerospace.com

(Source: French air force; issued Nov 6, 2015)

 

In late October, a Caracal helicopter belonging to the 1/67 "Pyrénées" squadron detached to N'Djamena (Chad) was refueled in flight by an American C-130 Hercules.

The vastness of the Sahel desert, and the long distances involved, are a major logistical challenge for the airmobile force that is continuously supporting the troops deployed on combat operations on the ground. In-flight refueling of helicopters overcomes much of this constraint.

Operated to transport supplies and maintenance personnel, Caracal now offers the airmobile component the benefit of a longer operational range. This in-flight refueling by an American C-130 opens up new possibilities in terms of planning and conducting operations.

The airmobile component of the Barkhane Force has 17 helicopters, spread over bases in Gao, N'Djamena and Madama. Over 5,000 flight hours have been logged on missions to support and assist the deployment of combat forces throughout the Sahel-Saharan strip.

photo Armée de f'AIr

photo Armée de f'AIr

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 17:50
Un militaire du 503e RT champion d'Europe d'enduro Junior E1 !

 

08/11/2015 armée de Terre

 

Le weekend dernier, le 1re classe David Abgrall, du 503e régiment du train (503e RT), a remporté les championnats d'Europe d'Enduro. Un exploit pour ce jeune pilote de vingt ans, dont la carrière ne fait que commencer.

 

Rüdersdorf (Allemagne), samedi 31 octobre. Au guidon de sa Yamaha 125, David Abgrall s'élance dans la première spéciale de la compétition. Grâce à un pilotage efficace et maîtrisé, le militaire du 503e RT devance ses adversaires de la catégorie Junior E1 et remporte la première journée de course. A un point du titre européen le dimanche, le jeune pilote gère son physique et sa mécanique pour assurer la 3e place lors de la seconde spéciale. David Abgrall remporte ainsi le titre européen au terme de sa première saison au sein de l'équipe de France armée de Terre.

 

Un exploit pour ce pilote qui a découvert l'enduro il y a seulement deux ans, lors des championnats de Bretagne. Débutant dans la discipline, David Abgrall a volontairement opté pour la catégorie Junior, antichambre de l'élite française. Depuis, l'enduriste de Plounéour-Ménez (Finistère) ne cesse de s'illustrer. Vainqueur de l'édition 2013 des championnats de Bretagne, il est repéré et recruté par l'équipe de France armée de Terre pour la saison 2014-2015. Titulaire d'un bac S, David Abgrall intègre le centre de formation initiale des militaires du rang (CFIM) de Montlhéry en décembre 2014 avant de rejoindre le 503e RT de Nîmes trois mois plus tard.

 

Depuis, le 1re classe Abgrall ne cesse de porter fièrement les couleurs de l'armée de Terre. Une motivation à toute épreuve qui permet à l'équipe de France de clôturer cette longue saison 2015 sur une note positive. L'équipe va maintenant rentrer dans sa phase de préparation hivernale pour démarrer la saison 2016 à vive allure.

 

Note RP Defense: voir Centre National des Sports de la Défense

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 13:30
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

06 nov. 2015 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique

 

Le salon de Dubaï 2011 avait vu le coup de sang du prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohamed ben Zayed, contre le prix du Rafale. L’édition 2013 avait vu les commandes monumentales de 777X (259 avions) et d’A380 (50 exemplaires), le montant total des contrats atteignant 162,6 milliards de dollars. Qu’attendre du millésime 2015 ? Pas grand-chose, à en croire les spécialistes. « Du fait des grandes commandes précédentes, le total des commandes du salon va être bien plus faible que celui des éditions précédentes, écrit Ben Moores, analyste Chez IHS Aerospace, Defence & Security. En fait, il pourrait y avoir un manque record de commandes. »

 

[…]

 

Au rayon militaire, les négociations avec Abu Dhabi pour l’achat de 60 Rafale avancent bien, d’aucuns évoquant même la possibilité qu’un contrat soit signé avant celui de l’Inde. Les industriels restent cependant prudents, évoquant plutôt une échéance début 2016.

 

Lire l’article

 

Note RP Defense:

voir Le Qatar a choisi le Rafale

voir Dassault Aviation livre ses premiers Rafale à la République Arabe d’Égypte

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 17:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

06/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 27 octobre au 5 novembre 2015, après plusieurs semaines de patrouille opérationnelle dans le Golfe de Guinée, le BPC Mistral a participé à la 4e édition annuelle de l’exercice NEMO (Navy’s Exercice for Maritime Operations). Cet entraînement multinational réalisé par la mission Corymbe s’inscrit dans le cadre de la coopération mise en œuvre avec les partenaires riverains du Golfe de Guinée signataires des accords de Yaoundé*.

 

Cet exercice visait à tester la capacité des Marines riveraines à agir de façon coordonnée dans le domaine de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, notamment dans la lutte contre les trafics illicites et les activités de piraterie. Il a également permis de perfectionner leur interopérabilité et d’enrichir leurs procédures d’engagement, en s’inspirant du modèle de l’action de l’État en mer. Le 27 octobre 2015, l’exercice a débuté au large du Ghana avec une quinzaine de bâtiments, réunissant notamment le pétrolier ravitailleur britannique Gold Rover et le patrouilleur espagnol Centinela. Cette participation britannique et espagnole et la présence d’un officier de liaison danois à bord du BPC Mistral illustre la volonté des partenaires européens présents dans la région de renforcer leur coordination au bénéfice des marines africaines, pour contribuer à la sécurité maritime. Le soir même, le BPC retrouvait le Gold Rover pour un ravitaillement à la mer, démontrant ainsi des capacités élevées d'interopérabilité. Un officier danois, un officier espagnol et trois chefs de quart camerounais étaient présents à bord du BPC pour échanger et travailler avec les marins français.

Suite de l’article

 

*Le processus de Yaoundé, créé en 2013 et rassemblant tous les pays riverains du Golfe de Guinée, œuvre à la prise en compte au niveau régional des enjeux liés à la sécurité des espaces maritimes.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 16:55
« Faire preuve d’initiative et d’audace » - photo État-major des armées

« Faire preuve d’initiative et d’audace » - photo État-major des armées

 

06/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Déterminé à faire progresser la cohérence entre les besoins des militaires engagés au combat et les moyens dont ils doivent disposer, le général d’armée Pierre de Villiers a réuni à Balard les industriels de la défense pour leur présenter un retour des expériences tirées des opérations en cours afin d’améliorer la réponse industrielle aux besoins des forces.

 

S’inscrivant dans une logique « gagnant-gagnant », le chef d’état-major des armées a fait part aux industriels de sa conviction « qu’il est toujours possible de mettre en œuvre des solutions innovantes et pragmatiques, dès lors que nous unissons nos volontés dans l’objectif commun de donner la primauté à l’opérationnel ». Conçu comme un « trilogue » Armées – DGA – Industrie, ce séminaire était co-présidé par M. Collet-Billon, délégué général pour l’armement.

 

« Faire preuve d’initiative et d’audace » - photo État-major des armées

« Faire preuve d’initiative et d’audace » - photo État-major des armées

Repère :

Le séminaire RETEX Armées – DGA – Industrie est organisé chaque année et rassemble, autour du CEMA, du DGA et des présidents directeurs généraux des principales entreprises de défense, les acteurs du débat capacitaire.

L’objectif du séminaire 2015 était de réfléchir ensemble à une meilleure prise en compte de l’environnement de mise en œuvre des équipements militaires (soutien logistique, maintien en condition opérationnelle, partages Etat-industrie, ressources humaines,…)

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 12:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

06/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Le mercredi 4 novembre 2015, l'amiral Rogel, accueilli par le vice-amiral Charles-Henri Garié, commandant du BMPM, a rendu visite au Bataillon de marins-pompiers de Marseille.

 

À cette occasion, le CEMM a salué cette unité hors normes, plus grande unité de la Marine nationale, dont la mission de sécurité civile consiste à protéger lors de ses 115.000 interventions annuelles, Marseille, ses habitants, son environnement et son port.

 

L’amiral Rogel s’est vu présenter un large panel des capacités d’interventions des marins du feu : lutte contre l’incendie, survie en mer, risques technologiques, experts cynotechniques, groupe d’intervention en milieu périlleux (GRIMP), mais aussi engins d’interventions contre les feux de forêts, de secours terrestres ou maritimes.

 

Cette visite était également l’occasion d’échanges et de discussions ouvertes avec les marins du bataillon. Au cours de ces échanges, le chef d’état-major de la Marine a rappelé «l’efficacité des marins pompiers, leur sens des responsabilités et l’humilité dont ils savent faire preuve pour venir en aide aux Marseillais avec humanité et conformément à l’esprit d’équipage qui les anime»

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 17:50
BAP Jules Verne (A 620) - photo Marine Nationale

BAP Jules Verne (A 620) - photo Marine Nationale

 

05/11/2015 Sources : Marine nationale

 

La Marine a attribué le marché de déconstruction des ex-transports de chalands de débarquement Orage et Ouragan, de l’ex- bâtiment de transport et de soutien Bougainville, de l’ex-bâtiment atelier polyvalent Jules Verne, de l’ex-remorqueur ravitailleur Rari et des ex-bâtiments de transport légers Francis Garnier et Jacques Cartier à l’entreprise Galloo Gent du groupe franco-belge Galloo. Les travaux de déconstruction seront réalisés à Gand en Belgique.

 

Les départs de l’ex-bâtiment atelier polyvalent Jules Verne et de l’ex-remorqueur ravitailleur Rari, respectivement de Toulon et de Brest vers Gand, devraient intervenir au printemps 2016, après obtention des autorisations de transfert transfrontalier de déchets et de transfert de produits liés à la défense.

 

Dans le strict respect de la protection des travailleurs et de l’environnement, la Marine met en œuvre une politique éco-responsable de déconstruction et de valorisation de ses bâtiments retirés du service actif.

RR Rari (A634) - photo Marine Nationale

RR Rari (A634) - photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

06/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 18 au 25 octobre 215, la frégate multimissions  Aquitaine et une dizaine d’autres frégates des pays membres du forum Maritime Theater Missile Defense (MTMD) ont démontré leur capacité à assurer la protection d'une force navale face à des menaces anti-navires et balistiques dans le cadre de At Sea Demonstration 2015 (ASD 2015).

 

Réunissant au large de l’Écosse des navires de guerre de neuf États (Canada, Espagne, États-Unis, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni), cette force a opéré durant une semaine sous le commandement de l'amiral néerlandais Frank SIJTSMA.

 

Une coopération renforcée entre nations participantes

Décidée par le forum MTMD en 2012, ASD 2015 a nécessité trois ans de préparation et a permis aux nations participantes de démontrer leurs capacités dans le domaine de la défense anti-missile, mais surtout leur aptitude à interopérer au sein d'une coalition dédiée à la défense anti-missile.

ASD 2015 a en particulier permis aux unités présentes d'améliorer leur interopérabilité via des liaisons de données tactiques robustes (L16 radio et satellite). Ainsi, durant les différentes phases de la démonstration, les unités disposaient en temps réel d’une situation tactique les renseignant sur les détections, les poursuites, les engagements et les destructions effectuées au sein de la force à l'encontre des missiles anti-navires ou balistiques assaillants.

 

Une interception de missile balistique réussie

Événement majeur de ASD 2015, l'activité D15-2, a permis de démontrer la capacité de la force à intercepter un missile balistique (type SRBM) alors même que certaines unités engageaient des missiles anti-navires.

Le scénario a ainsi permis à certaines unités de la force de tester leur capacité à détecter et à poursuivre avec leur radar, puis de transmettre la cible balistique matérialisée par le missile Terrier-Orion, tiré depuis le centre d'essais des îles Hébrides au Nord de l’Ecosse. La piste détectée a ensuite été transmise au bâtiment américain USS Ross pour faciliter son acquisition en vue de son engagement par un missile anti-missile balistique Raytheon SM-3. Durant cette phase cruciale, l'Aquitaine assurait l'autodéfense élargie de l'USS Ross.

Le succès obtenu lors de cette activité est à relever puisqu’il s’agissait du premier tir de missile SM-3 effectué par les américains en-dehors de leur centre d’essais de l’archipel Hawaï. En outre, c’était également la première fois qu’un objet était envoyé dans l’espace (au-delà de 70 km d’altitude) depuis le territoire européen. En complément de cette activité majeure, la plupart des unités présentes ont eu la possibilité de mettre en œuvre leur système d’armes en engageant avec leurs missiles anti-aériens les cibles assaillantes constituées par des drones aériens de type Mirach. Une dizaine de cibles ont ainsi été mise en œuvre et engagées par des missiles (ESSM, SM2, ASTER30…).

 

L’Aquitaine a testé l’efficience de son radar multi-fonctions

L’Aquitaine a quant à elle a pu profiter d’un ultime tir de cible Terrier-Orion et se positionner de façon optimale par rapport à la phase finale de la trajectoire de cette cible. Les «équipes de l’industriel embarquées à bord pour l’occasion ont ainsi pu vérifier que les modifications de circonstances apportées au fonctionnement du radar multi-fonctions permettaient également à ce radar de détecter et poursuivre une telle cible animée d’une vitesse exceptionnelle. Les enregistrements techniques effectués par ces industriels sont cruciaux pour les développements techniques et pour garder un avantage sur les menaces émergentes (missiles hypervéloces, hypersoniques…).

En dépit des mauvaises conditions météo, la participation de l’Aquitaine à l’ « ASD 2015 » est donc un véritable succès. L’unité fait désormais route vers son port de base avec un  retour d’expérience opérationnel et technique extrêmement riche. Elle confirme également ses qualités de frégate multi-mission.

 

Nota : Créé en 1999, le forum MTMD, regroupe désormais dix pays ; la France l'ayant quant à elle rejoint en 2009. Son objectif est de développer les savoir-faire et technologies en matière de lutte contre les missiles conventionnels et balistiques. Les échanges entre experts des pays membres (militaires et ingénieurs) et ces essais à la mer doivent permettre in fine de développer de nouveaux radars et de nouveaux missiles aptes à faire face aux nouvelles menaces. Il s'agit également de définir une doctrine et une structure de commandement interalliée supportant la mise en œuvre de ces unités spécialisées dans la défense aérienne.

Member nations of the Maritime Theater Missile Defense (MTMD) Forum conducted At-Sea Demonstration (ASD) 2015 on the North Atlantic Ocean, exercising their cooperative anti-ballistic missile defense capabilities.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:35
Les trois bâtiments en formation photo Marine nationale

Les trois bâtiments en formation photo Marine nationale

 

06/11/2015 Sources : Marine nationale

 

À l’issue de son escale à Cherbourg du 27 au 30 octobre 2015, le groupe école coréen a effectué un entraînement mutuel à la mer avec le patrouilleur Flamant en patrouille. Cette rencontre, peu banale pour l’équipage du Flamant était l’occasion de concrétiser en mer les rapports entretenus à quai avec les marins du groupe école au cours de leur escale.

 

Composé de la frégate Kang Gam Chan et du pétrolier ravitailleur Dae Cheong, le groupe école coréen a profité de ce « passex » pour entraîner une partie des 140 officiers-élèves présents à bord aux évolutions tactiques et aux procédures phonie en compagnie du Flamant. Après deux heures d’évolution et de chassestrès formatrices pour les chefs de quart du Flamantcompte-tenu de l’écart de tonnage important entre les unités, les coréens ont rendu un ultime salut à la France en se mettant au poste de bande.

 

Après une manœuvre d’adieu immortalisée par l’EC225 du détachement 32Fde Maupertus, le groupe-école a ensuite mis le cap sur Rotterdam pour poursuivre son tour du monde.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:56
Bombardement de Bouaké source abidjantv.net

Bombardement de Bouaké source abidjantv.net


06.11.2015 source SHD
 

6 novembre 1792 : bataille de Jemmapes (Hainaut - Belgique). Les 40 000 hommes du général Dumouriez culbutent les Autrichiens au cours d'une bataille restée célèbre pour avoir été l'une des toutes premières de la jeune République. Le duc de Chartres, futur Louis-Philippe, participe à cette bataille et s'y comporte brillamment parvenant à maintenir la cohésion de l'aile gauche du dispositif après une charge de la cavalerie autrichienne. 17 régiments de l’Armée de Terre ont porté dans les plis de leur emblème l’inscription Jemmapes 1792. Aujourd’hui, seul le 1er RHP porte encore cette inscription. (info SHD/DSD).

 

6 novembre 1899 : Churchill publie The river war, récit de la bataille d'Omdurman (Soudan)

 

6 novembre 1917 : début de la révolution bolchevique (Saint Petersbourg). Trotsky et Lénine prennent d'assaut le Palais d'hiver.

 

6 novembre 1942 : intoxication préalable à Torch (Méditerranée occidentale). Afin d’éloigner les U.Boot allemands des plages d’Afrique du Nord où les Alliés vont débarquer (08/11) dans le cadre de l’opération Torch, les services britanniques laissent filtrer de fausses informations indiquant que la concentration de navires alliés au large de Gibraltar est destinée à secourir l’ile de Malte assiégée depuis le début de la guerre. L’Abwehr est intoxiquée et conseille de pré positionner les sous-marins aux abords de Malte.  

 

6 novembre 1955 : fin du protectorat français sur le Maroc.

 

6 novembre 1988 : infection virale gigantesque (Etats-Unis). Robert Tappan Morris, 23 ans, étudiant à l’Université de Cornell (Etat de New York) conçoit et diffuse (02/11) le ver RTM Worm (par la suite appelé Morris worm) qui infecte 6000 ordinateurs (dont ceux du département d’Etat américain) et cause entre 10 et 100 millions de dollars de dégâts. Aujourd’hui, Morris est professeur d’informatique au MIT.

 

6 novembre 2004 : attaque de Bouaké (Côte d'Ivoire). Une unité française de l'opération Licorne est délibérément bombardée par un Sukhoi 25 récemment acheté par le gouvernement Gbagbo. 9 soldats français sont tués. La flotte de combat ivoirienne est immédiatement détruite au sol sur ordre de Paris.

 

RICM : Régiment d'Infanterie-Chars de Marine

Adjudant-chef Thierry BARATHIEU

Adjudant-chef Philippe CAPDEVILLE

Sergent-chef Françis DELON

Sergent Laurent DERAMBURE

Marsouin de 1ère classe David DECUYPÈRE

2e RIMa : 2ème Régiment d'Infanterie de Marine

Caporal-chef Patélisé FALEVALU

Caporal Benoît MARZAIS

Caporal Emmanuel TILLOY

515e RT : 515ème Régiment du Train

Brigadier-chef Franck DUVAL

 

6 novembre 2009 : fusillade de Fort Hood (Texas). Un officier psychiatre, américain de religion musulmane, tue 13 militaires et en blesse 30 autres après avoir tiré à l’arme automatique dans un amphithéâtre de la base de Fort Hood accueillant une remise de diplômes.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:55
photo R. Pellegrion/ECPAD

photo R. Pellegrion/ECPAD

 

06/11/2015 DICOD

 

Jeudi 5 novembre 2015, le président de la République, François Hollande, a inauguré le nouveau site du ministère de la Défense. Avec plus de 9 000 personnes, 3 000 bureaux et plus de 16 hectares de superficie, l’hexagone Balard regroupe désormais directions centrales et états-majors des armées sur un même lieu.

 

A l’occasion de l’inauguration du nouveau site du ministère de la Défense à Balard (Paris 15e), le président de la République, François Hollande, a pu constater jeudi 5 novembre que l’Hexagone Balard était pleinement opérationnel.

 

Directions centrales et états-majors des armées réunis sur un même site permettent une plus grande proximité des services, un meilleur commandement des opérations mais également la rationalisation des locaux de la Défense.

photo R. Pellegrion/ECPAD

photo R. Pellegrion/ECPAD

Accompagné notamment du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, du secrétaire d’État aux Anciens Combattants et à la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, du chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, du secrétaire général pour l’administration, Jean-Paul Bodin, et du délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon, François Hollande a notamment visité le nouveau Centre de planification et de conduite des opérations. Ce pôle opérationnel, en liaison permanente avec les missions en cours, regroupe toutes les équipes d’anticipation stratégique et de conduite des opérations.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:55
Remise du prix du CEMM à l’hebdomadaire Le Marin

 

5/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Le prix du CEMM vise à récompenser chaque année un acteur du monde maritime pour son engagement exceptionnel au service de la mer et des marins.

 

Pour son édition 2015 l’Amiral Rogel, chef d’état-major de la marine (CEMM), a choisi de récompenser l’hebdomadaire Le Marin.

 

Lors d’une réception organisée par la Marine au Stade Vélodrome de Marseille dans le cadre des Assises de l’économie de la mer, le CEMM a remis son prix à quatre représentants du journal : M. Jean-Paul Boucher, directeur général délégué du groupe Ouest-France, M. Jean-Marie Biette, secrétaire Général du Marin, M. André Thomas, rédacteur en chef et M. Benoît Le Goaziou, président du conseil de surveillance.

 

Créé en 1945 par Alphonse Aubrée et Jean Sauvée, Le Marin œuvre depuis 70 ans à faire connaître les enjeux économiques, environnementaux, sociaux ou de défense qui se jouent en mer. A l’image des Assises de la Mer, Le Marin contribue à rapprocher les univers du commerce, de la recherche, de la pêche, de la plaisance et de la marine nationale.

 

Félicitations et longue vie au Marin !

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:45
photo Le Marin

photo Le Marin

 

 

Le Dipika, navire amiral de la marine camerounaise, a quitté le jeudi 5 novembre le chantier IMS 700 pour des essais à la mer. Ce navire est l’ex-Grèbe, ancien patrouilleur de la Marine nationale, retiré du service en 2010. Il avait été vendu à la société Sofema.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:45
EFG - Visite du général V. Guionie à Yaoundé

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 22 au 24 octobre 2015, le général Vincent Guionie, commandant les Eléments Français au Gabon (EFG), a effectué une visite à Yaoundé au Cameroun afin de rencontrer les autorités civiles et militaires du pays, dans le cadre de la coopération opérationnelle régionale.

 

Inclus dans la zone de responsabilité permanente des EFG, le Cameroun fait également partie des cinq pays africains partenaires du G5 Sahel engagés dans la lutte contre le terrorisme avec l’appui de la France. Le général Vincent Guionie s’est d’abord entretenu sur la situation sécuritaire à l’extrême Nord du pays avec M. Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale et le général de division Pierre Samobo, major général des armées camerounaises. Il leur a réaffirmé le soutien de la France aux forces armées camerounaises dans leur lutte contre le terrorisme et contre la secte Boko Haram. Il a également confirmé la poursuite de la coopération opérationnelle déjà engagée avec, notamment, l’envoi de détachements d’instruction opérationnelle et technique dans des domaines répondant aux besoins de notre partenaire, comme la lutte contre les engins explosifs improvisés, et les cessations de matériels. Ainsi, le général Guionie a annoncé le don de 11 véhicules tout-terrain de type P4 avec armement et transmissions de bord.

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:30
photo 4e RCh - Armée de Terre

photo 4e RCh - Armée de Terre

 

04.11.2015 par 4e RCH - Armée de Terre

 

Mardi 3 novembre 2015, la cellule “planification” de l'État-major Non Permanent de la Brigade Franco-italienne (EMNBAFI), basé a Shama, au sud-ouest du Liban, a organisé une visite de familiarisation du secteur ouest pour une cinquantaine de nouveaux arrivants au sein de la FINUL.

Encadrés par un personnel du 4e RCh et escortés par les Forces armées libanaises (LAF) et par une patrouille mobile italienne, les casques bleus ont découvert les points clés de surveillance de la Blue Line (ligne frontalière entre le Liban et Israël tracée le 7 juin 2001 par l'ONU, suite au retrait israélien du Liban le 25 mai 2000).

Ils ont eu accès aux différentes enceintes des bataillons étrangers présents sur la zone ouest (italien, finlandais, malaysien, ghanéen, et FCR) et ont été sensibilisés aux risques majeurs qui sévissent dans la région. Une attention particulière a été portée a l’application stricte des règles de sécurité pour maintenir la paix et les bonnes relations avec la population et les autorités locales.

****************************************************
Depuis le 14 octobre 2015, une vingtaine de soldats français sont déployés au sein de l’état-major italien du secteur ouest de la FINUL. L’objectif de cet accord bilatéral entre la 27e BIM et la Taurinense est de mettre en œuvre une structure de commandement binationale ad hoc au profit d’une opération multinationale.

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec environ 850 soldats déployés en permanence dans le cadre de l’opération Daman, nom de la participation française à la FINUL. La grande majorité d’entre eux arme la Force Commander Reserve (FCR). Cette force, directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL, est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 26 au 30 octobre 2015, le détachement du génie de la Force Commander Reserve (FCR), armé principalement par le 31e Régiment de génie (RG) de Castelsarrasin, a mené un entraînement conjoint avec des sapeurs des Forces armées libanaises (FAL).

 

Au Sud-Liban, des mines et des obus d’artillerie non explosés sont encore présents par endroits. Entre déminages et tirs « explo », les sapeurs des deux pays ont partagé autant sur leur culture que sur leurs connaissances professionnelles et leurs méthodes de travail. À Dayr Kifa, un groupe de génie composé de neuf sapeurs du 31e RG a ainsi partagé ses connaissances et ses savoir-faire avec 19 militaires libanais du 6e régiment d’intervention. Après une présentation de leurs matériels, les casques bleus français sont directement entrés dans le vif du sujet avec les fouilles de véhicules et de personnel, appuyés par les équipes cynophiles du 132e bataillon cynophile de l’armée de Terre déployées au sein de la FCR.

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 11:55
photo J.REDOUANE

photo J.REDOUANE


06/11/2015 par Jessica REDOUANE

 

Fin octobre, des futurs pilotes de chasse de l'armée de l'Air se sont retrouvés au Centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN), à Lanvéoc. Objectif : apprendre à survivre en cas d’amerrissage forcé. Au menu : hélitreuillage, libération de harnais et traînage de parachute, le tout sous la pluie et le vent.

 

Les futurs pilotes de chasse à l'école du CESSAN [|Diaporama]

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

05.11.2015 par Marine Nationale

 

Pendant 7 jours, les pilotes du 5e régiment d'hélicoptères de combat (5e RHC) et le groupe interarmées d'hélicoptères (GIH), soit deux Puma et une Gazelle, vont effectuer 22 qualifications de jour, 30 de nuit, dont 15 par nuit noire.
Au programme : appontages, ravitaillements, décollages sur le pont d'envol.
Un but : ne rien laisser au hasard pour un jour partir en mission. De l'évacuation de ressortissants à la protection, les hélicoptères affectés sur les bâtiments de projection et de commandement accomplissent des opérations complexes et variées.
Précision, rigueur et sensations fortes sont les maîtres mots pour les pilotes et pour le personnel du pont d'envol

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 21 octobre 2015, un détachement du 5e régiment interarmes d’outre-mer, renforcé d’un instructeur de l’École militaire de haute montagne, a été projeté en Ouganda afin de sélectionner les candidats ougandais qui participeront en novembre 2015 à la formation « montagne ».

 

Cette formation était destinée à appuyer les armées ougandaises dans le développement d’une capacité de haute montagne et des savoir-faire associés, sur le modèle de la 27e brigade d’infanterie de montagne. Elle fait partie d’un programme de coopération plus large réalisé au profit des partenaires africains de la région Est-africaine, en lien  avec le ministère des affaires étrangères et du développement international. Fondé sur deux piliers – un pilier opérationnel mis en œuvre par les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) et un pilier structurel relevant de la direction de la coopération sécurité et Défense – la coopération vise à accompagner les pays africains dans la consolidation de leur outil de défense et à renforcer leur capacité à mener des opérations de maintien de la paix. Les activités opérationnelles réalisées par les FFDj sont calibrées aux besoins et aux attentes des forces africaines partenaires. Ainsi, l’objectif de coopération visé pour l’Uganda People Defence Forces doit contribuer à la mise sur pied, d’ici cinq ans, d’une brigade de montagne ougandaise.

 

Installé à l’Ouest du pays, aux confins du Rwenzori et au pied du mythique mont Margherita, le détachement a accueilli une trentaine de jeunes recrues dans un environnement de moyenne montagne, rustique et pluvieux, avec des températures plus clémentes et une végétation tropicale.

 

L’instruction et l’évaluation des militaires ougandais se sont articulées autour de courses en montagne de 400 à 800 mètres de dénivelé, de mises en place et de franchissement de tyroliennes, d’équipements de passage, d’escalade et de rappels. La sélection s’est faite en fonction des aptitudes physiques et pédagogiques des candidats.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. À ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. De plus, les forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent l’armée Djiboutienne dans ses efforts pour  renforcer ces capacités militaires en général, dont en particulier la capacité à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj contribuent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:45
photo EMA

photo EMA

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 septembre au 9 octobre 2015, le centre de coordination interarmées des transits, transports et mouvements des Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) a procédé au déchargement puis au rechargement de fret en provenance de métropole.

 

Ces manœuvres logistiques régulières permettent les relèves de véhicules, le transport de pièces mécaniques et le ravitaillement en munitions ou en vivres des forces françaises dans la sous-région. Le navire roulier affrété depuis Toulon pour réaliser cette opération logistique a atteint le port d’Abidjan le 27 septembre 2015 avec à son bord du matériel destiné aux FFCI et à la force Barkhane. Une quarantaine de militaires français armés par le 2e régiment de dragons, le 40e régiment de transmission, les 121e et 516e régiments du train et le 519e groupement de transbordement maritime ont prêté mains fortes aux FFCI. Leur mission consistait à décharger en moins de 24 heures le fret destiné à assurer les principales relèves matérielles et logistiques des forces françaises déployées en Côte d’Ivoire et dans la bande sahélo-saharienne.

 

Ce chargement comprenait plus de 60 containers et 23 véhicules, dont des véhicules P4, des GBC180, des véhicules de l’avant blindé, des TRM 10 000 et des porteurs polyvalents logistiques. Une partie de ces matériels ont ensuite été acheminés depuis Abidjan vers Niamey au Mali au profit de Barkhane.

 

Après avoir poursuivi sa route jusqu’au port de Douala au Cameroun, l’affrété s’est de nouveau amarré à Abidjan lors de son trajet de retour vers la France. Au cours de cette escale, 173 containers et 20 véhicules ont été chargés pour rapatriement.

 

Les FFCI, créées le 1er janvier 2015, assurent la protection des ressortissants français et entretiennent la coopération militaire régionale, notamment bilatérale avec les Forces de la République de Côte d’Ivoire. Elles sont également en mesure d’appuyer les partenaires de la région, notamment l’ONUCI. En tant que base opérationnelle avancée, elles constituent le point d’appui principal de nos forces de présence sur la façade ouest-africaine, et sont un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la région.

photo EMA

photo EMA

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

En RCA, la situation sécuritaire demeure fragile. À Bangui, la semaine a été ponctuée d’accrochages illustrant la volonté de groupes armés de maintenir un niveau d’insécurité à l’approche des élections. Les échanges de tirs restent localisés et limités dans le temps. Ils sont contenus par l’action de la MINUSCA avec l’appui de la force Sangaris.

Sangaris maintient sa posture de force de réaction et poursuit ses missions d’appui opérationnel aux casques bleus, conformément à son mandat de force de réaction rapide. Elle patrouille quotidiennement dans la capitale selon les besoins de la MINUSCA.

En savoir + : lien vers dossier de référence

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:45
photo EMA

photo EMA

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

À la fin du mois d’octobre 2015, l’escadron d’hélicoptères 01.067 « Pyrénées » qui arme le détachement de N’Djamena a effectué un ravitaillement en vol d’un Caracal par un C130 Hercules américain. Ce premier ravitaillement en vol réalisé en opération extérieure ouvre ainsi les portes à de nouvelles possibilités en termes de planification et conduite des opérations.

 

En effet, dans l’immensité du désert du Sahel, les élongations constituent un défi majeur logistique pour la force aéromobile qui vient sans discontinuer appuyer les troupes engagées au sol. Le ravitaillement en vol des hélicoptères permet de s’affranchir de cette contrainte.

Le déplacement des hélicoptères et le soutien logistique apporté constituent une manœuvre complexe dans une zone aussi grande à couvrir. Le ravitaillement en vol, conjugué au transport de fret et des mécaniciens, offre désormais à la composante aéromobile une allonge beaucoup plus importante. Le domaine d’intervention des hélicoptères est alors démultiplié et ne rencontre plus d’autres limites que les capacités physiologiques de l’équipage et les contraintes météorologiques.

La composante aéromobile de la force Barkhane dispose de 17 hélicoptères répartis sur les bases de Gao, N’Djaména et Madama. 5 000 heures de vol ont été effectuées permettant d’appuyer et de compléter l’engagement de la force sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA

photo EMA

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:30
Chammal : Point de situation au 5 novembre 2015

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine, la situation au Levant a été marquée par une évolution des lignes de fronts en Irak, notamment au Nord du pays. Les actions offensives des Forces de sécurité irakiennes (FSI) se poursuivent avec l’appui de la coalition. L’objectif est d’empêcher toute nouvelle manœuvre des combattants terroristes, en exerçant une pression continue sur leurs lignes de défense et leurs approvisionnements.

 

Les FSI ont repris le contrôle de la ville de Bayji. Cette prise revêt trois intérêts : un aspect symbolique qui renforce moralement les FSI ; un aspect économique car elle prive Daech de ressources pétrolifères ; un aspect stratégique enfin car il s’agit d’un point clef du terrain qui permet de contrôler les axes vers Bagdad. Dans le même temps, les unités irakiennes poursuivent leur action en direction de Ramadi dans la vallée de l’Euphrate. Comme ce fut le cas à Baiji, cette action repose sur l’appui permanent de l’aviation de la coalition qui désorganise les éléments de Daech, les FSI pouvant ainsi concentrer leurs efforts pour reprendre les zones tenues.

Entre le 28 octobre et le 4 novembre 2015, la force Chammal a participé à 19 missions (soit 32 sorties) aériennes au-dessus des espaces contrôlés par Daech en Irak et en Syrie, dont 8 missions ISR (10 sorties) et 11 patrouilles de reconnaissance armée (22 sorties). Les aéronefs de l’opération Chammal ont frappé 7 fois et neutralisé 23 objectifs.

Les militaires français participent toujours à la formation des FSI, en particulier celle de l’état-major de la 6e division d’infanterie (DAA6 de Bagdad) régulièrement engagées au combat contre les éléments de Daech à l’ouest de Bagdad. Ils ont pour mission d’améliorer les capacités de commandement et la formation des soldats de cette unité expérimentée d’environ 10 000 hommes. Il s’agit d’une mission de formation sans accompagnement des troupes irakiennes sur le terrain. Le premier mandat (de mars à juillet 2015) a permis de former 150 instructeurs au cours de 17 stages d’une durée de 15 jours. Chaque instructeur étant capable de former à son tour 10 combattants en deux semaines, la 6ème division sera en mesure d’assurer par elle-même la formation de  1500 soldats par mois dans les domaines de la lutte contre les engins explosifs improvisés et le secourisme de combat.

En savoir + : lien vers dossier de référence

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
Centenaire de la première guerre mondiale - 2016

 

05/11/2015 Ministère de la Défense

 

Communication de Jean-Marc Todeschini en conseil des ministres

 

Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, a présenté ce matin en conseil des ministres une communication relative au centenaire de la première guerre mondiale pour l’année 2016.

 

En 2016, la France entrera dans l’acte II de ce centenaire et commémorera deux des plus grandes batailles du conflit : Verdun et la Somme. Cent ans après, la France rendra un hommage solennel aux combattants français et de tous les pays belligérants venus combattre sur notre sol durant ces terribles batailles.

 

Le centenaire de la bataille de Verdun sera placé sous le signe de l’avenir, de la jeunesse et de la paix. Il s’ouvrira le 21 février, cent ans après le déclenchement de la bataille, par l’ouverture au public du mémorial de Verdun rénové. Il durera 300 jours et sera rythmé par de nombreuses manifestations populaires en Meuse et dans toute la France. Une grande cérémonie internationale réunissant plus de 4 000 jeunes allemands et français aura lieu le 29 mai à Douaumont, à laquelle le Président de la République a invité la chancelière de la République fédérale d’Allemagne. Le même jour, dans toutes les communes de France, les maires seront invités à commémorer le souvenir de cette bataille.

 

Le cycle commémoratif de la bataille de la Somme sera le deuxième temps fort mémoriel de l’année 2016. Notre pays accueillera les nations du Commonwealth, qui viendront commémorer leur participation aux combats meurtriers de 1916. Lancé le 25 avril 2016, jour de « l’Anzac Day », ce cycle se traduira par d’importantes cérémonies internationales et de nombreuses manifestations culturelles. Le 1er juillet 2016, la France et le Royaume-Uni organiseront conjointement une cérémonie franco-britannique au mémorial de Thiepval. Dix mille invités en provenance des cinq continents rendront hommage aux morts de la bataille, en présence des hautes autorités des nations du Commonwealth, du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories