Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 12:55
le général Patrice Sauvé

le général Patrice Sauvé

11/09/2013 CESA

 

Le 19 août 2013, le général Patrice Sauvé a pris ses nouvelles fonctions à la tête du centre d’études stratégiques aérospatiales (CESA), localisé à l’École Militaire de Paris.

 

Issu de la promotion  « Général d’Arcourt » de l’École de l’air (EA 1982), le général Sauvé a servi comme pilote de Mirage 2000 sur les bases aériennes (BA) d’Orange, de Dijon et de Cambrai où il a notamment commandé l'escadron de chasse 1/12 "Cambrésis" de 1999 à 2001.

 

En 2006, il prend la tête de la BA 115 d’Orange puis, en 2010, de la BA 110 et de la base de Défense de Creil, avant d'être nommé général adjoint soutien à l’officier général de zone de défense et de sécurité Est (OGZDE) en 2012.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 12:55
Cybersécurité: les ministres interdits de smartphones

11/09/2013 Par Emmanuel Paquette, avec Eric Pelletier (L'Express) - lexpansion.lexpress.fr

 

Exclusif - Dans une note que L'Express s'est procurée, les services de Jean-Marc Ayrault demandent à tous les ministères d'abandonner smartphones et tablettes grand public. Une nécessité face à l'ampleur de l'espionnage électronique des Américains et des Britanniques.

 

L'été touche à peine à sa fin qu'un froid glacial règne déjà dans les ministères. L'ensemble des membres des cabinets ont eu la surprise désagréable de découvrir à leur retour de vacances une note en provenance de Matignon. Un recadrage en bonne et due forme en guise de bienvenue. Dans cette missive, datée du 19 août, le plus proche collaborateur de Jean-Marc Ayrault, Christophe Chantepy, liste les consignes de sécurité à suivre à l'aune des dernières affaires d'espionnage. La lettre, dont L'Express a obtenu copie, demande aux intéressés de ne plus utiliser leurs smartphones pour les communications sensibles, s'ils ne sont pas équipés d'un dispositif de sécurité agréé.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 12:45
Sovereign Global France (ex Strike Global Services) va entraîner 1 500 soldats tchadiens

11.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

Sovereign Global France, précédemment Strike Global Services (cliquer ici pour accéder à son site web) va prochainement entamer la formation de quelque 1 500 soldats tchadiens appelés à être déployés lors d'opérations de maintien de la paix.

Deux bataillons (un d'infanterie et un mécanisé) et une compagnie des forces spéciales tchadiennes seront remis à niveau par les formateurs de SGF. Le contrat a été signé en août et la formation devrait être terminée en fin d'année.

Après Djibouti, la Mauritanie (cliquer ici pour lire une note de SGF sur cette formation qui verra le déploiement d'une FPU au sein de l'ONUCI en fin d'année), c'est donc au Tchad que la société créée par Peer de Jong et Jérôme Paolini va se déployer. Le groupe Sovereign Global emploie actuellement quelques 300 personnes dont une vingtaine de permanents et il partage ses activités principalement entre ses pôles terrestres et maritimes.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:55
Le ministre clôture l’université de la Défense

 11/09/2013 Paul Hessenbrush

 

L’université d’été de la Défense s’est conclue aujourd’hui à Pau, après une dernière journée consacrée à des tables rondes. Présent ce mardi 10 septembre, Jean-Yves Le Drian s’est exprimé sur les sujets de la Syrie et de la loi de programmation militaire.

 

La deuxième journée de la 11euniversité d’été de la Défense s’est conclue mardi 10 septembre en présence du ministre de la Défense. Il s’est exprimé devant les universitaires, notamment sur la Syrie. « Le 21 août dernier, une attaque avec agents chimiques a certainement fait plus d’un millier de morts dans la banlieue de Damas. Avec cette action, Bachar El-Assad a franchi un nouveau seuil dans la pratique de la terreur et de la négation du droit. Cette utilisation d’armes nous projette au-delà même de la guerre […] Le régime de Damas défie la communauté internationale et fait peser une menace sur la sécurité du Moyen-Orient », a expliqué Jean-Yves Le Drian. Pour lui, le principal sujet de cette crise, c’est la prolifération. « Nous ne pouvons accepter, sans réagir, quelques brèches que ce soit dans la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive. C’est une menace pour notre propre sécurité nationale. L’attaque du 21 août interpelle la France dans ses responsabilités qui sont les siennes et nous nous tenons prêt à agir. »

Le ministre a aussi abordé la proposition faite dernièrement par la Russie de placer sous contrôle international le stock d'armes chimiques syrien. « Elle suscite un grand intérêt et semble pouvoir avancer dès lors que certaines conditions seraient remplies. » A ces conditions de contrôle, Jean-Yves Le Drian a ajouté qu’il fallait détruire cet armement, voter une résolution contraignante au conseil de sécurité de l’ONU et traduire les responsables de l’attaque du 21 août devant la cour pénale internationale.

 

Au-delà de la situation en Syrie, Jean-Yves Le Drian  a tenu à évoquer la loi de programmation militaire qui doit encore faire l’objet de débats au parlement.  Il a notamment voulu préciser les concepts de différenciation et de mutualisation introduits dans cette loi de programmation. « Nous allons entrainer et équiper les forces en fonction de leurs mission et c’est l’analyse des risques et des menaces qui nous permettront d’adapter les moyens. »

Enfin, le ministre de la Défense a tenu à rendre hommage aux hommes et aux femmes des armées, dont certains sont présents à Pau, qui ont mené des missions importantes au Mali, lors de l’opération Serval.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:55
Christian Mons : "20000 emplois sont menacés dans les PME de la Défense"

10 septembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Alors que l'examen de la loi de programmation militaire qui doit traduire en termes financiers le nouveau Livre blanc de la défense a démarré au Sénat et à l'Assemblée nationale, industriels, parlementaires et représentants des forces armées sont réunis à Pau aux universités d'été de la Défense. Christian Mons, président du Cidef (le Conseil des industries de défense françaises) craint que les grands groupes industriels répercutent les prochaines baisses de commandes sur leurs fournisseurs.

 

L'Usine Nouvelle - Malgré le maintien des crédits du budget de la Défense annoncés par le gouvernement, vous restez inquiet pour l'emploi dans le secteur industriel. Pourquoi ?

 

Christian Mons - Ce maintien des budgets de Défense est un affichage. Par rapport au budget initial de 2013, nous estimons qu'il y a un déficit de l'ordre d'un milliard d'euros par an sur les premières années de la loi programmation de militaire (LPM) et la perte de l'inflation. Et rien ne garantit que les recettes exceptionnelles (environ 6 milliards d'euros sur l'ensemble de la LPM, ndlr) seront au rendez-vous. Or la profession réalise un chiffre d'affaires de 16,5 milliards d'euros avec un effectif de 165 000 personnes en direct. Nous risquons donc de perdre 20 000 emplois dans l'industrie de haute qualification et non délocalisables. Je rappelle que le format des armées va également être réduit de 25 000 hommes ! On ne peut pas s'en satisfaire. Les emplois militaires valent pourtant bien les emplois d'avenir défendus par le gouvernement !

 

Qui risque d'être le plus touché selon vous?

 

Les grandes entreprises ont les moyens de résister à un tel choc, surtout lorsqu'elles sont duales. Certaines pourraient même être tentées de réinternaliser certaines productions jusqu'ici confiées à leurs prestataires, pour retrouver de la charge. Les PME sont les plus menacées par la perte de ces 20 000 emplois, plus précisément celles qui sont tournées essentiellement vers les marchés de défense.

 

Les parlementaires de la Défense soulignent que l'export doit prendre le relais des commandes réduites en France...

 

Nos industriels se battent pour gagner des contrats à l'étranger mais il faut aussi être réaliste. Le marché international est très dur. Les Américains sont revenus en force et bénéficient d'un dollar faible. Nos clients à l'étranger restent très limités : l'Inde, Abu Dahbi, le Qatar... Et sur les produits d'entrée de gamme, on est en concurrence plus forte avec les pays émergents comme la Turquie, l'Afrique du Sud, Israël, la Corée du Sud... Certes ils ont des technologies moins bonnes que les nôtres mais à des prix deux fois plus bas !

 

Plus spécifiquement, où en est le programme de modernisation des forces terrestres Scorpion?

 

La LPM prévoit que le VBMR (véhicule blindé multi-rôles) entre en service en 2018. Mais l'appel d'offres n'est pas encore lancé. Or, en matière de programme d'armement, entre l'appel d'offres et les premières livraisons, il s'écoule entre huit et dix ans. La date de 2018 n'est pas réaliste. A l'origine, ce programme correspondait à des commandes d'environ 500 millions d'euros par an pendant dix ans, soit la création d'environ 5 000 emplois. Plus globalement, les objectifs de cette LPM sont tellement irréalistes qu'on est sûr que cela va glisser et qu'elle ne sera pas exécutée comme elle est écrite. Comme les précédentes lois de programmation.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:55
Défense : Industriels et élus alertent le gouvernement

10/09/2013 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Inquiétude et doute. Le climat n'est pas serein autour de la future loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, dont le texte doit être voté au cours de la session d'automne par les députés. Au-delà de tout clivage politique, les parlementaires montent au créneau afin que le gouvernement respecte ses engagements budgétaires en faveur de la défense. La nouvelle LPM prévoit une enveloppe de 179,2 milliards d'euros sur six ans.

 

«La pression qu'on avait mise pour les arbitrages du président de la République, on va la maintenir», a déclaré mardi Patricia Adam, présidente PS de la commission défense de l'Assemblée nationale. Les parlementaires veulent des garanties car ils sont échaudés: aucune LPM n'a jamais été exécutée à 100 %. «À chaque LPM, on perd une année budgétaire», résume Patricia Adam. Or, aux yeux des parlementaires, plusieurs volets de la LPM 2014-2019 sont aléatoires et, au premier chef, le montant des recettes exceptionnelles chiffrées à 6,1 milliards d'euros. Pour Jean-Louis Carrère, président de la commission défense du Sénat, il faut «obtenir une sécurisation de ces recettes exceptionnelles», car, sans elles, le gouvernement ne peut réussir la LPM 2014-2019. Or la vente des fréquences (bandes des 700 mégahertz) serait déjà décalée à 2016, en raison notamment de la durée des appels d'offres, selon la Lettre A.

 

Avertissement à Bercy

 

Également inquiets, les sept grands patrons de la défense français ont décidé de parler d'une seule voix en publiant une tribune commune dans Le Monde le week-end dernier. Ils alertent le gouvernement sur les conséquences d'un non-respect des engagements de la LPM, en particulier un «décrochage irréversible» de la France, de son armée et de son industrie. Cela, assorti de lourdes conséquences sur l'emploi. L'équipement des armées, qui représente 16 milliards d'euros par an, est vital pour les 165.000 salariés de la filière armement et plus de 4000 PME. «C'est un avertissement lancé à Bercy plus qu'au ministre de la Défense», souligne-t-on.

 

Jean-Yves Le Drian était très attendu à l'université d'été de la Défense qui s'est achevée mardi à Pau. «Je veux sortir du déni de réalité (…) par le choix de ressources adaptées et raisonnables (…) et les différents mécanismes de sauvegarde qui viennent garantir la sincérité de cette programmation», a-t-il déclaré. Le ministre a en effet inscrit une clause de révision de la LPM fin 2015. Il s'agit de faire un point d'étape sur son exécution, notamment en termes de contrats export et de recettes exceptionnelles.

 

Malgré cette mise au point, les industriels restent circonspects. Ils redoutent aussi les conséquences des réductions de cibles et des décalages de livraisons qui affecteront tous les programmes. «Nous devrons ralentir le rythme de production en tâchant de préserver notre outil industriel et nos emplois. Les premiers à en faire les frais seront nos sous-traitants. Idem pour les bureaux d'études», lâche un industriel. «Ce sera difficile dans certains bassins d'emplois», ajoute-t-on. Certaines négociations avec la Direction générale de l'armement (DGA) arrivent à leur terme. Chez DCNS par exemple, on s'attend à ce que le décalage de quelques mois de la livraison du premier des six sous-marins Barracuda (programme signé en 2007), prévue en 2017 à l'origine, entraîne un glissement de la construction de chaque bâtiment à Cherbourg et donc un écart de livraison plus important en bout de programme.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:30
Conseil de Défense restreint - photo Elysée

Conseil de Défense restreint - photo Elysée

11/09/2013 Par François-Xavier Bourmaud – LeFigaro.fr

 

Le président de la République a convoqué mercredi matin un conseil de défense à l'Élysée pour analyser la situation nouvelle après la proposition russe de placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international.

 

François Hollande n'exclut toujours pas de sanctionner Bachar el-Assad. A l'issue du conseil de défense convoqué mercredi matin à l'Élysée, le président de la République a fait savoir, par communiqué, que Paris «restera mobilisé» pour «sanctionner l'usage d'armes chimiques par le régime syrien et le dissuader de recommencer». Mais après la proposition russe de placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international, les diplomates semblent tout de même prendre le pas sur les hommes d'action. Désormais, Paris assure ainsi vouloir «explorer toutes les voies au Conseil de sécurité» de l'ONU pour un «contrôle effectif et vérifiable» des armes chimiques.

 

Depuis le début de la crise syrienne, c'est le troisième conseil de défense que tient François Hollande. Le président de la République l'a organisé mercredi matin au lendemain du report d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie, après le rejet par la Russie d'un projet de résolution présenté par la France. Jugé «inacceptable» par Moscou, cette résolution visait à contraindre le régime de Bachar el-Assad à neutraliser son arsenal chimique et prévoyait en dernier recours un usage de la force contre Damas.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:30
Armes chimiques: Paris veut lancer un ultimatum à Damas (médias)

MOSCOU, 11 septembre - RIA Novosti

 

Le projet de résolution que la France soumettra au Conseil de sécurité de l'Onu donne 15 jours à Damas pour fournir des données exhaustives sur ses arsenaux chimiques et ouvrir tous les sites concernés aux inspecteurs de l'Onu, rapportent mercredi les médias occidentaux se référant au document.  

Selon la source, si les autorités syriennes ne se plient pas à ces exigences, le Conseil de sécurité adoptera les "mesures nécessaires sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies", qui prévoit la possibilité d'un recours à la force en cas de menaces contre la paix.  

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius avait antérieurement déclaré que Paris déposerait un projet de résolution contraignante sous chapitre VII de la Charte de l'Onu exigeant que Damas fasse toute la lumière sur son programme d'armes chimiques et qu'il le place sous contrôle international.  

Le projet de résolution français condamne l'attaque chimique du 21 août et appelle à condamner ses auteurs devant la Cour pénale internationale. Selon M.Fabius, la résolution prévoit des sanctions extrêmement sérieuses en cas de violation par la Syrie de ses obligations. 

Moscou a qualifié cette proposition de la France d'inacceptable.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 07:55
photo Christophe Guilloteau

photo Christophe Guilloteau

Sep 10, 2013 ASDNews Source : Sagem Defence & Security

 

Sagem (Safran), the European leader in navigation systems and technologies, has won a contract from French defense procurement agency DGA as prime contractor for the modernization of the inertial navigation and alignment system (SINA) on the Charles-de-Gaulle aircraft carrier.

 

System modernization mainly involves the replacement of the original gimbal type inertial reference units by very-high-precision Sigma 40 laser gyro inertial navigation units.

 

Sagem will gradually upgrade the Charles-de-Gaulle aircraft carrier navigation system. The system will supply data allowing Rafale fighters to align their own laser gyro navigation systems, also supplied by Sagem.

 

Sagem continues to work with French shipyard DCNS on the integration of high-performance navigation systems that enhance the capabilities of its shipborne weapon and combat systems. The company’s expertise is reflected in new functions, tested for effectiveness, and guaranteed performance throughout the development and production cycle, all while meeting the tight deadlines imposed by the Charles-de-Gaulle’s maintenance schedule.

 

After completion of this program, the Charles-de-Gaulle aircraft carrier will deploy a navigation system fully equivalent to new vessels already equipped with Sagem’s Sigma 40 system, including Mistral class BPC amphibious assault ships, Horizon and Aquitaine frigates (FREMM program) and the upcoming Suffren class nuclear attack submarines in the Barracuda program.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 07:54
De nouveaux avions pour la formation à l’école de pilotage de Lanvéoc Poulmic

10/09/2013 Marine Nationale
 

La rentrée 2013 a été marquée par une double évolution à l' école d'initiation au pilotage (EIP) / escadrille 50S. Tout d'abord, le premier vol du Cirrus SR 20 au sein de l'escadrille. Cet avion monomoteur de dernière génération est actuellement en expérimentation. Il viendra remplacer les MS880 Rallye utilisés depuis 1974 pour l'acculturation aéronautique des élèves de l' École navale, la formation des élèves de l' école du personnel volant (EPV) et des médecins personnel naviguant de l'aéronautique navale.

 

La deuxième évolution consiste en un partenariat avec une entreprise privée. C’est en effet la société CATS (Cassidian Air Training Services), déjà implantée dans les écoles de l'armée de l'air, qui met à disposition de l'EIP/50S les Cirrus SR 20. Elle en assure l'entretien, comme la mise en œuvre des Cap 10 toujours utilisés pour la sélection initiale des pilotes.

 

Créée au moment de l'implantation de l'École Navale sur l'hydrobase de Lanvéoc Poulmic en 1945, l'école d'initiation au pilotage / escadrille 50S (EIP/50S) a pour mission l'initiation au pilotage et la sélection des pilotes de l'aéronautique navale.

De nouveaux avions pour la formation à l’école de pilotage de Lanvéoc Poulmic
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 07:50
BAE Systems et DCNS coopèrent pour les sous-marins Astute

10/09/2013 DCNS

 

DCNS vient de signer un contrat avec BAE Systems pour la fourniture de 4 échangeurs, équipements destinés aux sous-marins nucléaires n°6 et 7, derniers de série de la classe Astute pour la Royal Navy.

 

Partenaire privilégié de BAE sur la gamme Astute depuis 2001, DCNS se voit confier avec cette commande, la totalité des échangeurs qui équiperont la dernière génération des sous-marins nucléaires de la Grande Bretagne.  La Royal Navy a réceptionné en début d’année son second sous-marin nucléaire d’attaque du type Astute.

 

La conception et la réalisation des échangeurs font appel à un savoir-faire technologique très particulier. DCNS a acquis ces compétences au travers de la réalisation de différents programmes de sous-marins conventionnels ou nucléaires. Avec plus de 500 échangeurs, dont 170 équipant des sous-marins conventionnels et nucléaires de 10 marines dans le monde, DCNS a en effet développé une expertise en conception thermique et mécanique.

 

Les équipes du site DCNS de Nantes-Indret finalisent actuellement la fabrication des 2 échangeurs du 5è sous-marin Astute et poursuivront avec les 4 derniers échangeurs dont les clés de réception s’échelonneront jusqu’à mi 2016.

 

Un équipement sur mesure

 

DCNS apporte son expérience des équipements haute pression en proposant un système sur mesure répondant aux performances d’endurance, de rendement avec un haut degré de discrétion acoustique. Ce système, équipement stratégique assurant le refroidissement de l’ensemble du sous-marin,  a été dimensionné pour une plus grande compacité et une intégration facilitée.

 

Optimiser la fourniture d’équipements 

 

DCNS est un important fournisseur d’équipements pour la Royal Navy : groupes turbo-alternateurs frégates T45, échangeurs pour SNA, lanceurs verticaux de missiles Sylver. La force de DCNS repose sur sa capacité d’adaptation et d’innovation : dimensionner au plus juste pour répondre aux exigences des futures générations de navires armés.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 06:55
photo Elysée

photo Elysée

11/09/2013 à 07:36 Par Le Figaro.fr (AFP)



Le président de la République François Hollande convoque mercredi matin un conseil de défense restreint au sujet de la Syrie, a annoncé l'Elysée.

Mardi, la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie, qui devait débuter à 16 heures locales, a été reportée jusqu'à nouvel ordre. Ce report a été décidé à la demande de la Russie, qui avait convoqué cette séance de consultations à huis clos.

Ce report est intervenu alors que la Russie a jugé "inacceptable" le projet français de résolution à l'ONU "conférant aux autorités syriennes la responsabilité" d'une utilisation des armes chimiques le 21 août près de Damas. La France s'est dite prête à modifier, dans certaines limites, son projet de résolution et souhaité pouvoir en discuter avec la Russie.

Le projet de texte prévoyait un dispositif d'inspection et de contrôle de l'arsenal chimique par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et en cas de violations, "des conséquences extrêmement sérieuses" pour la Syrie.

François Hollande a déjà réuni à l'Elysée deux conseils de défense sur la Syrie. Le premier le 28 août pour préparer la riposte militaire que la France et ses alliés envisageaient contre le régime de Damas après l'attaque chimique du 21 août. Le deuxième, en format restreint, le 31 août, dans la foulée d'un entretien téléphonique entre le président français et le président américain Barack Obama où tous deux avaient réaffirmé leur "détermination" à agir contre le régime de Damas.
 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 06:20
Le Conseil de sécurité des Nations Unies (Photo: Archives/ONU)

Le Conseil de sécurité des Nations Unies (Photo: Archives/ONU)

10/09/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Syrie qui devait débuter aujourd’hui mardi à 16h00, heure de New-York a été reportée jusqu’à nouvel ordre à la demande de la Russie, qui avait elle-même convoqué cette séance de consultations à huis clos.

 

Pendant ce temps, Washington, Moscou et Paris tentent toujours de trouver un terrain d’entente qui éloignerait la perspective de frappes contre le régime de Bachar al-Assad.

Il semble que la raison de ce report puisse être l’opposition de Moscou au projet de résolution français qui, non seulement réclame le démantèlement de l’arsenal syrien d’armes chimiques, mais prévoit aussi en dernier recours l’usage de la force pour contraindre Damas à respecter les obligations mentionnées dans le texte.

La France dans l’embarras

La proposition russe de placer l’arsenal chimique de la Syrie sous contrôle international offrait une porte de sortie bienvenue au président américain Barack Obama, dont le projet d’intervention en Syrie se heurte à une forte opposition de l’opinion publique américaine et pourrait même être rejeté par le Congrès américain, très divisé sur la question.

Le gouvernement syrien, saisissant la balle au bond, a pour sa part annoncé que la Syrie est prête à se joindre à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, ce qui mettrait automatiquement son arsenal chimique sous la supervision d’inspecteurs internationaux.

«Nous voulons nous joindre à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques», a déclaré depuis Moscou le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, au lendemain de l’annonce de l’initiative diplomatique russe.

«Nous sommes prêts à annoncer où se trouvent les armes chimiques, à cesser la production d’armes chimiques et à montrer ces installations aux représentants de la Russie, d’autres pays et de l’ONU», a ajouté Walid Mouallem, précisant son adhésion à l’initiative russe traduisait la volonté de la Syrie, qui est réputée posséder 1.000 tone d’agents chimiques, ne plus posséder d’armes chimiques.

Mais, alors que la proposition a été accueillie avec un certain soulagement dans la plupart des capitales, le cas est plus complexe pour la France qui, après avoir claironné sa détermination à punir le régime syrien, se retrouve dans une situation quelque peu embarrassante.

Paris, accueillant avec beaucoup de réserves l’initiative russe, a alors posé des conditions et formulé un projet de résolution contraignant qu’elle s’apprêtait à déposer aujourd’hui au Conseil de sécurité de l’ONU pour crédibiliser la proposition de démanteler l’arsenal chimique syrien.

Le projet français prévoyait le contrôle et le démantèlement des armes chimiques syriennes ainsi que la mise en place d’un « dispositif complet d’inspection et de contrôle », selon le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

De plus, la France voudrait la résolution adoptée sous «chapitre 7» c’est-à-dire qu’elle autoriserait en dernier recours l’usage de la force pour contraindre Damas à respecter les obligations mentionnées dans le texte.

De surcroît, outre l’adhésion de la Syrie à la Convention de 1993 sur l’interdiction des armes chimiques, la résolution française prévoyait le déferrement des responsables du massacre du 21 août devant la Cour pénale internationale (CPI).

En fin de compte, après que des discussions informelles sur le projet français de résolution ont déjà eu lieu plus tôt aujourd’hui et que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov ait jugé inacceptable le projet français, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Laurent Fabius,la France a immédiatement fait savoir qu’elle était prête à «amender» son projet «dès lors que sont préservés ses grands principes et objectifs».

Les États-Unis devraient maintenir la pression

Pendant ce temps, aux États-Unis, le président Barack Obama a demandé du temps mardi aux sénateurs américains pour évaluer la crédibilité d’un éventuel plan international visant à neutraliser le stock d’armes chimiques syriennes, repoussant tout vote au Sénat au moins à la semaine prochaine.

Les élus convenaient que la meilleure stratégie était de ne pas voter dans l’immédiat et d’attendre que Washington et Moscou s’accordent sur la meilleure façon de faire céder à Damas le contrôle de ses armes chimiques.

Un nouveau projet de résolution serait en train d’être élaboré par un groupe de démocrates et républicains pour conditionner les frappes au respect d’un éventuel plan de désarmement avant une date limite.

Dans ce nouveau projet, l’autorisation du recours à la force serait conditionnelle et serait déclenchée seulement en cas d’échec du plan russe et comporterait une date limite spécifique pour que le Conseil de sécurité de l’ONU vote une résolution, et une date limite distincte pour que les inspecteurs vérifient que les Syriens ont bien transféré leurs armes chimiques.

Si ces deux conditions n’étaient pas remplies avant les dates limites spécifiées, l’autorisation serait alors donnée au président de déclencher une intervention.

Finalement, si on se fie au site de la Maison-Blanche, le président Obama prévoit toujours s’adresser à la Nation ce soir à 21h00, les efforts de son administration pour persuader le Congrès et le peuple américain du bien-fondé d’une intervention militaire si elle s’avérait nécessaire se poursuivant.

L’ex-secrétaire d’État, Hillary Clinton, soutenant pour sa part que c’est la menace crédible de frappes militaires qui a permis le déblocage que représente la proposition russe et soulignant la nécessité de maintenir la pression, a accordé son soutien au Président Obama.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:29
Syrie : réunion annulée à l'ONU, Hollande convoque un Conseil de défense

10/09/2013 - 21:20 JDD

 

La réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu sur la Syrie, réclamée par la Russie et prévue pour 16h00 heure de New York (22h00 à Paris), a été annulée, Moscou ayant retiré sa demande, a annoncé mardi l'ambassadeur australien à l'Onu. "A la suite du retrait de la demande de consultations, la réunion du Conseil de sécurité (...) n'aura pas lieu", précise sur Twitter Gary Quinlan, dont le pays préside ce mois-ci le Conseil de sécurité.

 

La réunion devait être consacrée à la proposition russe de placer l'arsenal chimique syrien sous supervision internationale, ce que Damas a accepté. Dans un projet de résolution devant accompagner ce plan, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne tiennent à ce que le régime du président Bachar al Assad soit désigné comme responsable de l'attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas, ce que les Russes, pas convaincus de cette culpabilité, jugent "inacceptable".

 

Peu après cette annulation, l’Élysée a fait savoir dans un communiqué que le président François Hollande a décidé de convoquer un Conseil restreint de défense sur le dossier syrien mercredi à 8 heures. Ce Conseil de défense restreint se réunira avant le Conseil des ministres.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 19:55
La NSA a aussi espionné les Affaires étrangères françaises, Google et Swift

10/09/2013 par Gaëtan Barralon – 45eNord.ca

 

Le gouvernement américain a espionné les réseaux privés de communications du ministère français des Affaires étrangères, du système bancaire international Swift et de Google, outre la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras, selon de nouveaux documents révélés par la télévision Globo du Brésil dimanche 8 septembre.

 

Ces nouveaux documents de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), fournis par l’informaticien américain Edward Snowden au journaliste américain Glenn Greenwald qui vit à Rio de Janeiro, montrent un powerpoint du programme Royal Net daté de mai 2012 destiné à l’entrainement point par point de nouveaux agents pour espionner les réseaux d’entreprises privées, des gouvernements et des institutions financières.

 

Lire l’article complet sur Le Nouvel Observateur >>

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 18:45
Mozambique signs patrol, interceptor vessel contract with CMN

10 September 2013 by defenceWeb

 

The Mozambican government has signed a $200 million deal with French shipyard CMN to build three patrol vessels, three fast interceptors and 24 fishing trawlers. The contract represents a major boost to Mozambique’s small Navy.

 

Constructions Mecaniques de Normandie (CMN) will spend two years building the vessels, which include three 32 metre and three 42 metre patrol vessels, according to MCN owner Iskandar Safa, who announced the deal at a press conference on Thursday.

 

The contract covers three Ocean Eagle 43 patrol vessels, featuring an innovative trimaran design ideal for shallow waters. The model has a top speed of 30 knots and a range of 3 000 miles at 20 knots. Crew complement is seven, but another eight people can be accommodated aboard. A small helipad can accommodate unmanned aerial vehicles (UAVs) like the Schiebel Camcopter while a seven metre rigid-hulled inflatable boat (RHIB) can be launched from a ramp at the back of the vessel. Weapons options include a 20 or 30 mm cannon above the bridge and two 12.7 mm machineguns at the stern.

 

The HSI 32 interceptors are able to reach speeds of up to 45 knots and can undertake patrols for three days, with a range of 800 miles. Weapon options include a remotely operated 20 mm cannon and two 12.7 mm machineguns. A RHIB can be launched from the back of the boat. Crew complement is 12. These vessels are ideal for anti-piracy, anti-terrorism and anti-smuggling missions.

 

The order for 24 trawlers involves the CMN 23.5 model, crewed by eight and having an endurance of ten days. Deliveries should take place by 2016.

 

The new vessels ordered from France will provide a major boost to Mozambique’s small navy, especially in light of recent offshore oil and natural gas finds. At present the country’s small navy comprises a single Conejera class patrol craft (Pebane) donated by Spain, a couple of Namacurra class harbour patrol boats donated by South Africa and around ten small patrol craft, including RHIBs

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:55
Séminaire Intelligence économique « Gestion de crise »

10.09.2013 IHEDN

 

L’IHEDN organise les 8 et 9 octobre prochains une formation thématique Intelligence économique sur l’organisation de la gestion de crise. L’objectif est d’acquérir une culture de crise par l’étude de méthodes d’organisation et d’outils pour faire face à une crise (mise en place de procédures opérationnelles - cellule de crise, travail en équipe, amélioration du processus de décision, etc.).

 

Pour plus d’informations : http://www.ihedn.fr/?q=content/seminaire-thematique-intelligence-economique

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:50
L'entretien de 113 Puma français confié à Sabena Technics et OGMA Industria Aeronautica de Portugal

09.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

La SIMMAD a attribué trois contrats d'entretien des "113 hélicoptères Puma de l'Etat". L'avis est consultable au BOAMP en cliquant ici.

 

Selon le lot attribué, le titulaire interviendra (lot 1) en métropole pour des visites périodiques et/ou des grandes visites ; et/ou (lot 2) en Guyane française pour des visites périodiques ; et/ou (lot 3) à Djibouti pour des visites périodiques. Le marché ne prend en compte ni les prestations de maintenance Nti3 sur les OAE, ni les prestations de maintenance Nti3 des moteurs.

 

Péripéties. Le lot 1 d'une valeur de 21,6 millions d'euros a été attribué le 1er août à Sabena Technics (installé à Dinard), au terme d'un parcours chaotique (demande d'annulation de la procédure par Aéromecanic, avis du Conseil d'Etat en mars... puis avis de juillet).

Les deux autres, d'une valeur respective de 3,8 et 5,6 millions d'euros, à OGMA Industria Aeronautica de Portugal (cliquer ici pour accéder au site web de cette société). OGMA effectue depuis 2005 l'entretien des Puma de l'armée de Terre (voir ici la page consacrée à cette activité) et des C130 français.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:35
L'émergence des marines asiatiques vue par l'auteur de Flottes de combat

09.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense



Bernard Prézelin, auteur du livre "Flottes de combat" (Éditions Ouest-France), donnera une conférence sur "L'émergence des marines asiatiques", samedi 14 septembre à 17 h 30 à bord de la frégate La Motte-Picquet, en escale à Saint-Malo.

Le conférencier analysera et expliquera les tensions actuelles entre les pays riverains de la mer de Chine (Corée du Nord et du Sud, Japon, Chine, Vietnam, Taïwan, Philippines, Malaisie…), tensions qui impliquent également les États-Unis et la Russie. Il mettra en évidence la croissance très rapide de la flotte chinoise, et le développement de ses nouvelles capacités, qui entraînent une escalade des forces navales dans toute cette région où se développe aussi un trafic maritime vital pour le commerce mondial.

L'accès est gratuit sous réserve des places disponible et sur présentation d'une pièce d'identité.

Cette conférence est organisée par l'Acoram (Association des officiers de réserve de la Marine) dans le cadre de la relation de parrainage entre la ville de Rennes et la frégate La Motte-Picquet.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:30
Syrie: « ouverture mais vigilance »

10.09.2013 par Guillaume belan - FOB

 

Alors que les 11ème Universités d’été de la Défense vont bientôt s’achever, Jean-Yves Le Drian vient d’aborder le sujet de la Syrie. Un sujet qui, jusqu’à aujourd’hui, n’aura été finalement été que peu abordé durant ces rencontres. Mais « un tabou a été brisé ». Un millier de morts, des civils, l’attaque chimique du 21 aout marque « un changement d’échelle dans la recours de Bachar El Assad aux armes chimiques. » 

« C’est un tabou reconnu au plan international qui a  été brisé : un défi à la communauté internationale dans ses fondements » a condamné le ministre, reconnaissant que « la prolifération des armes de destruction massives est une menace pour notre propre sécurité »

La proposition russe suscite « un grand intérêt, et mérite un examen précis », a confirmé le Ministre de la défense. Reste que certaines conditions doivent être remplies, notamment exprimées par Laurent Fabius: l’engagement à mettre sous contrôle et détruire ces armements, une résolution contraignante de l’ONU ainsi qu’une traduction des responsables des attaques chimiques devant la Cour Pénale Internationale. Maintenant il faut voir concrètement l’attitude et la réaction du régime syrien. Paris reste sur ses garde « Nous nous tenons prêt à agir. »

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 17:30
Syrie : la France va déposer un projet de résolution à l'ONU

10.09.2013 Le Monde.fr (AFP)

 

Laurent Fabius a répondu à la proposition russe de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international en annonçant mardi 10 septembre le dépôt "dans la journée" d'un projet de résolution française auprès du Conseil de sécurité de l'ONU visant à "condamner le massacre du 21 août commis par le régime" et "exiger la lumière" sur le programme syrien d'armes chimiques.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 16:55
photo Guillaume Belan (FOB)

photo Guillaume Belan (FOB)

10.09.2013 par Guillaume belan - FOB
 

Les 11ème universités d’été de la défense ont ouvert leurs portes hier à Pau pour deux jours de travaux. C’est donc l’armée de terre qui cette année reçoit tout le gratin Défense pour cette rentrée qui s’annonce chargée (Syrie, LPM…). Plus de 400 participants (responsables industriels, politiques ou militaires) sont actuellement dans la région Pyrénées-Atlantiques (15 000 emplois dans la défense et aéro autours de 120 entreprises dont Safran…) autour des présidents des commissions Défense de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

 

Cette 11ème session accueillie au 5ème Régiment d’Hélicoptères de Combat s’est ouverte sur une présentation des capacités de l’armée de terre tandis que des aéronefs de l’armée de l’air (dont l’A400M) survolaient les tableaux. Et l’armée de terre avait mis le paquet ; l’ensemble de ses matériels ont été déployées : génie, infanterie, para, raid blindés, artillerie… Il aura bien évidemment été question du programme phare Scorpion, pensé autour d’une vision d’ensemble cohérente pour remplacer des équipements qui arrivent à bout de souffle : ERC-90 Sagaie ; AMX10RC et VAB, dont le manque de protection et les obsolescences se sont fait sentir au cours de l’opération Serval.

 

L’enjeu de Scorpion pour l’armée de terre est absolument primordial et la période de débats LPM particulièrement cruciale. L’armée de terre en a donc profité pour faire passer les bons messages, rappelant que Scorpion, tout en augmentant les capacités des unités (mobilité, protection, puissance de feu, communication…) était également générateur d’économie, grâce à une maintenance contenue, et une formation par la simulation optimisée. « Dimensionné au plus juste des besoins » Scorpion offrira « une cohérence capacitaire à un coût maitrisé » expliquait le commandant des forces terrestres, le général Bertrand Clément-Bollée.

 

Le général Ract Madoux, Chef d’Etat major de l’armée de terre, qui se rend au Mali mercredi, a quant à lui insisté sur la réussite de l’opération Serval, soulignant la grande complexité du combat terrestre (présence de population, gestion de la 3ème dimension…). En ce sens, « la formation et l’entrainement des soldats doivent être des priorités absolues ». Visiblement préoccupé par la LPM, le CEMAT a appelé à « une répartition équilibrée et adaptée des ressources ».

 

Pour bien comprendre Scorpion, relire notre interview de l’officier de programme ici

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 12:56
2 A400M dans le ciel Palois. (Crédits JJ Chatard  Dicod)

2 A400M dans le ciel Palois. (Crédits JJ Chatard Dicod)

10/09/2013 Paul Hessenbrush – Ministère de la Défense

 

La première journée de la 11e université de la Défense (Pau les 9 et 10 septembre) a réuni les parlementaires et les représentants de la communauté Défense qui ont commencé leurs visites et travaux. L’occasion pour eux de découvrir ou d’approfondir leurs connaissances des forces armées.

 

Les participants à la 11e université d’été de la Défense ont vécu une première journée forte de moments symboliques. Au 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), le général Bertrand Clément-Bollée, commandant les forces terrestres, a ouvert la journée par un discours où il a rappelé l’importance de ces rencontres qui permettent d’améliorer les connaissances de chacun sur les forces armées. « Cette université est organisée dans un contexte riche d’actualité, entre les auditions qui vont commencer pour la loi de programmation militaire et l’opération Serval au Mali, qui nous permet de mieux situer le niveau et les besoins de nos armées », explique Patricia Adam, présidente de la commission Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale.

 

A400M et programme Scorpion en démonstration

 

Si les conditions météorologiques n’ont pas permis d’assister à l’ensemble de la présentation dynamique prévue pour la 3e dimension, elles ont été suffisantes pour que deux A400 M survolent le podium des universitaires qui ont particulièrement apprécié cette démonstration. Avion de transport militaire  de nouvelle génération, développé en étroite collaboration par plusieurs pays européens, l’A400 M sera dévolu à de multiples missions tactiques et stratégiques. L’armée de l’Air française est la première armée à avoir reçu un exemplaire du programme européen au mois d’août 2013. Autre moment fort de la journée, la présentation de  Scorpion. Ce programme phare de l’armée de Terre permettra de mettre en cohérence les dernières capacités et matériels interarmes. Système de combat global, il va fédérer les combattants et les systèmes d’information par la transmission et le partage instantané d’informations.  Egalement pour la première fois,  l’ hélicoptère Tigre HAD (appui destruction) a fait étalage de ses capacités lors d’un vol et d’une présentation statique.

 
UED : A400M et Scorpion invités à Pau

A l’issue de cette première séquence, les universitaires ont été à la rencontre du personnel militaire des trois armées  et de leurs équipements technologiques. Les parlementaires et industriels se sont  notamment arrêtés sur le stand des forces spéciales pour découvrir leurs nouveaux prototypes de véhicules, dont le Sherpa, un véhicule actuellement en test, très apprécié pour sa robustesse en milieu extrême, sa grande autonomie et son armement très complet.

 
UED : A400M et Scorpion invités à Pau

Dans l’après-midi, les ateliers et forums organisés au Palais Beaumont de Pau ont été l’occasion d’évoquer les sujets principaux du ministère. La loi de programmation militaire, l’opération Serval et la cyberdéfense étaient donc à l’ordre du jour. Ces travaux ont mis en lumière les rapports d’information produits par les parlementaires dans le cadre de leurs missions de contrôle.

 

Mardi 10 septembre, Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, se rendra à Pau pour conclure cette édition des universités d’été.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 12:50
DCNS équipe les nouveaux sous-marins britanniques

SNA du type Astute. crédits : ROYAL NAVY

 

10/09/2013 Mer et Marine

 

On le sait peu, mais le groupe français est, désormais, un fournisseur régulier de l’industrie navale britannique dans le cadre des grands programmes de la Royal Navy. DCNS a, ainsi, travaillé pour les six nouveaux destroyers lance-missiles du type 45, dont la tête de série (HMS Daring) est en service depuis juillet 2009 et le dernier exemplaire (HMS Duncan) sera prochainement livré par BAE Systems. Agissant pour le compte du groupe britannique, DCNS a réalisé sur son site de Nantes-Indret les groupes turbo-alternateurs des T45, ainsi que les lanceurs verticaux Sylver (destinés à accueillir les missiles surface-air Aster), fournis par son établissement charentais de Ruelle.

 

Dans le même temps, le groupe français a discrètement remporté, en 2001, un contrat pour la livraison d’équipements destinés aux nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque du type Astute. Il s’agit, dans ce cas, de la conception et de la réalisation des échangeurs embarqués sur ces bâtiments. Ces échangeurs, chargés d’assurer les fonctions de refroidissement à bord des sous-marins, sont réalisés à raison de deux exemplaires par SNA. Les quatre derniers équipements, destinés aux sixième et septième Astute, dernières unités de la série, viennent d’être commandés par BAE Systems.  Livrables d’ici la mi-2016, ils sont produits par Indret. Le centre ligérien de DCNS, spécialisé dans les systèmes propulsifs, s’appuie sur un long savoir-faire, ayant conçu et réalisé plus de 500 échangeurs, dont 170 équipant des sous-marins conventionnels et nucléaires de 10 marines dans le monde. « La conception et la réalisation des échangeurs font appel à un savoir-faire technologique très particulier. DCNS a acquis ces compétences au travers de la réalisation de différents programmes de sous-marins conventionnels ou nucléaires, (et) apporte son expérience des équipements haute pression en proposant un système sur mesure répondant aux performances d’endurance, de rendement avec un haut degré de discrétion acoustique », précise le groupe naval.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 12:45
Les soldats du 126e RI lors de l’exercice Cocody-Chari - Crédits 126e RI

Les soldats du 126e RI lors de l’exercice Cocody-Chari - Crédits 126e RI

10/09/2013 Armée de Terre

 

400 soldats du 126e régiment d’infanterie (126e RI) de Brive se sont entraînés du 3 au 5 septembre 2013 dans l’optique de leur départ au Tchad ou en Côte d’Ivoire. Dans des situations aussi proches que possible de leur futur engagement en Afrique, les militaires ont pu parfaire leurs procédures opérationnelles par compagnie.

 

Pendant les 3 jours de cet exercice de validation avant projection (VAP) nommé Cocody Chari, les « bisons » des 1re et 2e compagnies du 126e RI ont dû faire face, dans des situations parfois extrêmes, à différents cas de figure : extraction d’autorités, manifestation, attentat suicide, infiltration, renseignement… Les scénarii « joués » par nos soldats ont été élaborés pour coller à la réalité de ces théâtres.

 

Synthèse physiquement éprouvante, l’exercice aura forgé et renforcé la cohésion de chaque unité. La 1re compagnie est donc prête à être projetée au Tchad fin septembre, tout comme la 2e compagnie, qui s’envolera début octobre vers la république de Côte d’Ivoire.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories