Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:50
BFA : mission d’assistance en Allemagne

07/06/2013 Sources : EMA

 

Depuis le 5 juin 2013, une soixantaine de militaires français de la brigade franco-allemande (BFA) opèrent en soutien des forces de sécurité civile allemandes afin d’apporter assistance et protection aux populations suite à d’importantes inondations en Allemagne.

 

Issus d’une section française du 110erégiment d’infanterie (110eRI) et d’un peloton de transport du bataillon franco-allemand de commandement et de soutien (BCS), les militaires français renforcent les moyens allemands de la BFA déjà déployés depuis le 3 juin.

BFA : mission d’assistance en Allemagne

Après avoir été déployés comme force d’intervention de réserve sur les rives fragilisées du Danube, les éléments de la BFA ont désormais rejoint les rives de l’Elbe, dans l’est de la Saxe, à la frontière tchèque, où le besoin était prioritaire.

 

La mission principale de la section d’infanterie française est de renforcer la digue en confectionnant des sacs de sable et d’ériger des barrières afin d’arrêter l’eau.

 

Le peloton de transport du BCS, parti de Müllheim le 6 juin dans la nuit, s’est quant à lui chargé de livrer près de 850 lits en Bavière, dans la région de Passau, avant de rejoindre le détachement à Pülswerda. Déployé avec une trentaine de soldats, le peloton devrait alors participer au chargement et à la livraison du sable sur les zones à risques de l’Elbe.

BFA : mission d’assistance en Allemagne
Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:35
Chief of Defence Staff of the French Armed Forces Admiral (ADM) Edouard Guillaud calling on Minister for Defence Dr Ng Eng Hen. (Photo MINDEF)

Chief of Defence Staff of the French Armed Forces Admiral (ADM) Edouard Guillaud calling on Minister for Defence Dr Ng Eng Hen. (Photo MINDEF)

 

 

07/06/2013 Sources : EMA

 

Technology and doctrine are 2 faces of the same coin and they mutually interfere: doctrine is the seed for development of new technologies and technology sets conditions for what can be done, therefore influencing doctrine.

 

These 2 domains are in constant evolution: any technological or doctrinal reluctance to change leads to failure; the winner is the one who anticipates, who puts his opponent off guard and adapts himself faster to ever changing conditions.

 

This is a constant challenge for defence and security leaders, whether in America, in Europe or Asia, as long as they are committed in international security and stability.

 

In my short brief, I will begin with generic considerations, then set a French perspective, followed by the challenges as I see them, ending with what future we have to address.

 

***

 

The generic considerations will be seen through 3 acknowledgements which are universally shared.

 

The 1st acknowledgement is about technology. It is that military equipment is increasingly complex and hopefully increasingly efficient. Of course, this has positive and negative consequences.

 

The 1st positive consequence is that, through technology, any assessment is quicker, more accurate and safer; this relates to environment, communication and action. In Libya, for instance, thanks to tactical and satellite-based links, the combined action of our aircraft, helicopters, UAVs, ships and submarines was coordinated in real time – meaning a complete loop within a few seconds, not minutes.

 

The 2nd benefit of technology is the increased efficiency of any force. This allows a reduced volume of deployed forces. In Mali, just a few thousand well-equipped and mobile soldiers were enough to reconquer the northern part of the country – of course, they had good combat support and combat service support. Another example: on 13th January 2013, 4 Rafale combat aircraft taking off from mainland France stroke 21 targets from a stand-off distance, with 21 hits.

 

But technology has its negative consequences.

 

The cost of military equipment is sky-rocketing, which implies downsizing of the armed forces: affordability and sustainability are at stake in the long run! And yet, quality does not always replace quantity: to seize or control a town, you still need to deploy thousands of soldiers (remember Fallujah 2004). There is a threshold between quality and quantity, which cannot be defined once and for all.

 

The second negative consequence is that complexity implies a difficulty in fully mastering any new equipment. In addition, fleet reduction creates new constraints on training.

 

The life cycle of armament programs should not be counted in years, but in dozens of years: in the 50s, the life span of a jet fighter was 15 to 25 years; the life span of the Rafale will be twice as much. Today, most of our major pieces of equipment have been designed during the Cold War, for high-intensity combat; almost none of them have actually been used to fulfill the very mission they had been designed for. This is the time when doctrine finds its full significance, to support this necessary adaptation to real life and to real use.

 

Doctrine is my 2nd acknowledgement. As we know, on a regular basis, doctrines are challenged by new technologies. Missile defence versus nuclear deterrence is the perfect example of this.

 

Moreover, a single item can be read in different ways. This is, for instance, the case for RPAs, the use of which is also linked to legal and ethical factors. For the same reason, the cyberwar is faced to the same challenge with one more difficulty: a complete porosity between civilian and military environments.

 

By the end of the day, the challenge mainly lies into the multiple aspects and consequences of new technologies. This requires understanding the risks and the threats, but also shaping the answers, through a systemic analysis.

 

My 3rd acknowledgement is the linkage between the two: relevant technologies and doctrines are 2 necessary prerequisites for military success, but they are not sufficient by themselves.

 

One example: in order to reach the desired military end state, the full life cycle of any ammunition must be coherent from the correct storage facility to the successful delivery on target, through the adequate launcher system correctly manned.

 

All this implies to have adapted combat and support capabilities, but also intelligence and command capabilities: the role of the individual is of paramount importance at all levels.

 

As a consequence, we need to have an efficient operational and logistic organisation and, what is even most important, we need to have enough personnel, both in terms of quantity and quality. They need to be well-recruited, well-educated and well-trained. All these aspects of a military capability need to be taken into account: with given equipment and doctrine, they make the difference.

 

Moreover, technology-minded does not mean technology-addict. In other words, we need to be cold-blooded towards technology. Seeing everything and knowing everything is not achievable through technology only. It is true of intelligence and systemic analysis, where only individuals can go to contact, perceive and feel. Robots, although useful, will not replace totally existing equipment; the man in the loop will always be the ultimate factor. In my personal view, this is good news!

 

***

 

A country’s capability approach is determined by its military culture and by the level of ambition it has for its defence.

 

It is our legacy that France is overseas and on all oceans. We have Defence and Co-operation agreements with many countries. As a permanent member of the United Nations Security Council, France is both one of the major stakeholders and shareholders of international security.

 

Our armed forces must be able to act on various theatres, often at the same time, to carry out missions over the entire spectrum, all the way from high-intensity to peace-keeping.

 

Our ambition is to conduct operations sometimes autonomously, most of the time within a coalition, but always abiding by international laws. As a founding member of NATO and the European Union, France plays a leading role in both organisations. This position is key in terms of interoperability: intelligence, command, combat capabilities, support, logistics, individual and collective training.

 

The technical and doctrinal consequences are quite obvious and have been made clear through our latest White Paper: we have chosen a full-fledged, expeditionary military tool, and we want to master most necessary techniques and technologies to have a sustainable range of capacities and capabilities.

 

What are the current challenges?

 

Many armed forces used to have versatile capabilities leading to a “high-end” only vision of operations, to face all situations and threats with the required level of reactivity. The basic idea was “he who can do the most can do the less”. But today, this vision is barely sustainable, financially wise.

 

Moreover, the “versatile” items or equipment are either too powerful or powerless when faced in irregular courses as terrorism or guerrilla warfare. In asymmetrical or hybrid conflicts – which should be the dominant type of future engagements – the increasingly “transverse” nature of risks and threats require that we find “transverse” answers to them. No one can do that alone, because of the range of the needed competences, and costs.

 

The military assets on which to put emphasis are reactivity for command structures and intelligence gathering, agility and flexibility of forces and mastering, and control of the military effects, such as accuracy and lethality.

 

 ***

 

The idea of “exact technological requirement” has become of paramount importance; the point is to elaborate our doctrines through a seamless and constantly evolving process.

 

There are three domains in which I consider that progress can be made:

 

To better anticipate the requirements, we need to increase our efforts on prospective thinking: we need to be more open-minded to other disciplines, working in hubs that associate doctrinal centres, ops experts, armament engineers, industrialists and so on.

 

To adapt more quickly, we have to reinforce our reactive adaptation processes in the industrial, doctrinal and budget fields. Shortening the lessons learned loop is also part of it.

We have to rethink the way we launch our procurement programs. The real issue is: should technologies be guaranteed nationally or shared with others? It is a major stake and a real responsibility for any country and moreover for a nuclear and space power.

 

 

To conclude, in an ever changing world, facing ever more complex situations, we have to adapt ourselves ever more faster. This implies that we know better how to use the linkage between new technologies and evolving doctrines. This is not only “best value for money” but also “best potential for money”…

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55

7 juin 2013 Armée de Terre

 

Le 16 bataillon de chasseurs stationné a Bitche (57) a réceptionné ses premiers VBCI. Le convoi ferroviaire est arrivé en gare militaire du camp de Bitche le vendredi 31 au soir. Treize engins ont été débarqué, un 2e convoi devrait arrivé fin juin et livrera les 16 derniers engins. Le 16 BC est la 3e unité de combat a être équipé de la triade FELIN-VBCI-NEB.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55
Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

07/06/2013 Par Raoul Advocat – France 3 Franche-Comté

 

Deux jours après le crash d'un avion de chasse, l'enquête se poursuit. Il faut retrouver les munitions embarquées par l'appareil. 240 obus disséminés au sol.

 

Un pilote sain et sauf. Avec une simple entorse à la cheville. L'épave de son avion à Montcourt, en Haute-Saône. Les deux réservoirs supplémentaires de kérosène largués, dans les Vosges. Un crash sans doute provoqué par l'impact d'un oiseau, dans le réacteur. Un accident rarissime.

 

Après l'enchaînement des faits, place à la recherche des munitions du Mirage. Il y aurait près de 240 obus, disséminés dans la zone du crash. A récupérer d'urgence L'enquête se poursuit. Elle devrait durer une semaine.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55
Nexter prépare le véhicule blindé polyvalent de demain

Nexter a réalisé un démonstrateur de la tourelle T40 CTAS qui équipera l’EBRC à l’aide d’une plate-forme d’une taille proche de ce futur engin blindé de reconnaissance et de combat. Photo Patrice Desmedt

 

07 juin 2013 Par Patrice Desmedt Usinenouvelle.com

 

Nexter Systems est déjà prêt pour proposer à l’armée française son futur engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC), un véhicule à roues 6x6 polyvalent. Sa conception modulaire permettra à Nexter de réaliser des économies d’échelle tout en proposant aux armées de différents pays un véhicule adapté à leur besoins, et à leurs moyens.

 

La loi de programmation militaire pour les années 2014-2019 ne devrait être votée qu’au cours de l’été par l’Assemblée nationale. Cela n’empêche pas Nexter Systems d’avoir une idée déjà précise de l’engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC) que l’armée de terre ne devrait pas manquer de commander avant la fin de la décennie pour remplacer les vieillissants AMX 10RC et ERC 90, lancés en 1977. Le dialogue est constant entre Nexter et les membres de l’état-major, dont certains ont participé aux récents conflits, en Afghanistan et au Mali. Et le dernier Livre blanc de la sécurité et de la défense nationale, rendu public en avril 2013, confirme que la France est susceptible de participer à tout type de conflit dans des zones géographiques diverses.

 

"Les blindés sur roues présentent le meilleur compromis, explique le général d’armée Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de terre. Il y a trente ans, la France était en pointe dans ce domaine. Depuis, pays après pays, même les plus ardents défenseurs de la chenille ont adopté des véhicules à roues. Le programme Scorpion est essentiel pour l’armée française." Les blindés à roues ont prouvé leur efficacité, avec leur mobilité, leur vitesse de déplacement et leur masse raisonnable permettant l’acheminement par avion, le tout avec une puissance de feu et une protection significatives. Le programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), lancé en 2010, doit assurer la modernisation des unités de combat au sol, au sein desquelles les véhicules blindés de la cavalerie joueront un rôle clé.

 

L’EBRC de Nexter sera un blindé compact à roues de type 6 x 6, relativement léger (entre 20 et 25 tonnes), doté d’un canon de 40 mm à munition télescopé qui permet d’utiliser des projectiles de plus faible dimension et un chargement automatique sur le côté, un élément important pour un véhicule de dimensions restreintes. La tourelle permettra de lever le canon jusqu’à un angle de 45 degrés pour traiter des cibles en hauteur, alors que les chars sont conçus uniquement pour des combats au sol.

 

Elément important, l’EBRC sera  modulaire afin de s’adapter aux besoins des différentes armées. A partir d’une cellule de base à prix serré, il est possible d’ajouter des éléments comme des missiles, flash bang, système fumigène, brouilleur d’ondes. De même, le système informatique embarqué reposera sur des micro-ordinateurs et un câblage Ethernet, pour faciliter l’intégration et assurer une réelle évolutivité. Cette modularité a été prise en compte dès les premières études, pour ensuite mettre en place les solutions industrielles afin de profiter au maximum d’une fabrication en nombre qui permettra une baisse des coûts.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:45
chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé

chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé

2013-06-07 20:19 French.news.cn

 

BAMAKO, 7 juin (Xinhua) -- Le chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé et son staff se sont rendus vendredi à Anefis pour trouver une solution au blocage par la France de la progression des forces maliennes sur Kidal.

 

Après la reprise, mercredi dernier, de la localité de Anefis, située à 108 kms de Kidal par les Famas, (forces armées maliennes et de sécurité), l'état-major français a ordonné à ses troupes d' arrêter la progression des forces maliennes en direction de Kidal.

 

Cette directive française a été très mal appréciée par les troupes maliennes à Anefis et leur chaine de commandement opérationnel. Le Chef d'état-major général des armées du Mali et ses conseillers militaires sont donc arrivés à Anefis pour dit-on "comprendre les raisons du refus de la France à voir l' armée malienne entrée à Kidal".

 

Le général Ibrahima Dahirou Dembélé avait rencontré jeudi dans la soirée l' ambassadeur de la France et le commandement de Serval pour discuter de la question.

 

La seule option qui vaille pour l' instant au près des forces maliennes, "est que les militaires francais les accompagnent au cours de leur progression sur Kidal, Tessalit et Tinzawaten, sinon il ne serait pas question de les bloquer une fois encore et une fois de trop", explique un officier de la force spéciale malienne.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 17:45
43 000 litres d'eau par jour pour les soldats de Serval à Bamako et Gao

06.06.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense
 

Quand on parle de "liquide", ça ne veut pas systématiquement dire "espèces sonnantes et trébuchantes"; ça peut vouloir dire tout simplement '"eau". Une fois n'est pas coutume, ce post ne parlera pas du budget des Armées et de la Défense au régime sec.

Le ministre de la Défense a donné quelques chiffres sur l'approvisionnement en eau des soldats de l'opération Serval. Un des aspects les plus critiques de l'aventure malienne.

Dans sa réponse à François Cornut-Gentille qui avait demandé des précisions sur les moyens et procédures adoptées pour fournir en eau les troupes engagées sur le théâtre d’opération malien, Jean-Yves Le Drian précise que "les premiers militaires envoyés au Mali dans le cadre de l’opération SERVAL ont été dotés d’une autonomie en eau de 10 jours (60 à 100 litres d’eau en bouteilles par combattant perçus auprès des groupements de soutien des bases de défense ou en zone de ravitaillement et d’accueil)."

Et de poursuivre : "Afin de simplifier et de réduire le coût de la logistique, la direction centrale du service du commissariat des armées a très rapidement souhaité mettre en place un soutien local permettant d’assurer une grande partie de la dotation initiale des militaires arrivant sur le théâtre d’opérations (7 jours d’autonomie sur les 10 requis), de compléter régulièrement le stock des troupes et de constituer une réserve de sécurité, tout en préservant la couverture des besoins de la population. Au titre de contrats conclus avec des fournisseurs principalement implantés en Côte d’Ivoire, 50 000 litres d’eau ont ainsi été acheminés tous les deux jours à Bamako, dès le 31 janvier 2013, et 36 000 litres tous les deux jours à Gao, à compter du 14 février dernier, après la constitution d’un stock initial de 72 000 litres le 8 février."

Enfin, il est précisé dans le texte du ministre qu’ "une réserve de 30 000 à 50 000 litres d’eau a en outre été constituée auprès de négociants locaux à Niamey, au Niger, dès le 23 janvier 2013".

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:55
5E Rencontres Parlementaires de la Sécurité Nationale - Sanctuarisation du territoire national : quelle stratégie de lutte contre le terrorisme ?

 

Présidées par Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l'Administration générale de la République de l’Assemblée Nationale

Quatre ans après leur première édition, qui était consacrée à ce sujet, ces Rencontres permettront à l’ensemble des acteurs de faire le point sur l’évolution de cette menace, l’adéquation de la lutte antiterroriste à ces mutations, l’adaptation des méthodes employées en termes de renseignement, d’enquête et de coopération internationale, des enjeux liés au cyberespace, de la notion de résilience, ainsi que l’adéquation des réponses judiciaires.

 

S'inscrire aux Rencontres

 

Télécharger le bulletin d'inscription

PROGRAMME

8H45 Ouverture des travaux
Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois

9h00 Intervention sur l’état de la menace
Louis GAUTIER, Conseiller maître à la Cour des Comptes

 

 

9h30 Première table ronde
Quelle stratégie nationale pour le Renseignement ?

Rôle et cadre d’action des services de Renseignement ; analyse des risques et de la menace ; nouveaux besoins ; équilibre entre l’outil technologique et l’outil humain ; partage de l’information ; captation des signaux faibles ; cadre juridique ; coopération internationale ; rôle des autres entités non services de renseignement mais fournissant du renseignement ; dimension du cyberespace
Présidée et animée par Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale

 

 

 

11h15 Deuxième table ronde
Quelle stratégie de  protection des personnes et des intérêts nationaux sur le territoire national et dans le monde ?

Focus sur la menace djihadiste ; protection des biens, des personnes et des territoires ; protection des ressortissants et des intérêts français à l’étranger ; opérateurs d’importance vitale ; rôle et coordination entre les acteurs ; adaptation aux nouvelles menaces (cyber) ; continuité d’action territoires extérieur/intérieur
Présidée et animée par Marie-Françoise BECHTEL, députée de l'Aisne, Vice-présidente de la Commission des Lois

 

 

13H00 Déjeuner convivial sous forme d’un barbecue (Conditions de participation sur le bulletin d’inscription) accompagné d’une démonstration et d’ateliers organisés par le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale

Criminalistique et cybernumérique : impact des nouvelles technologies dans le traitement de scènes d’infraction complexes

 

 

14h30 Troisième table ronde
Quelle adaptation du cadre et des outils juridiques et judiciaires ?

L’objectif de cette table ronde est de mettre en exergue les pistes de réflexion nécessaire pour optimiser le cadre juridique des acteurs de l’Etat qui traitent de la lutte anti-terroriste et le traitement judiciaire des affaires.
Réflexion sur le concept juridique du terrorisme ; évolution de la compétence territoriale ; conservation des données et problème de la preuve dans le cyberespace ; cadre juridique de l’infiltration et de la lutte dans le cyberespace ; pertinence de la réponse pénale dans le domaine de la consultation de sites ; coopération internationale

Présidée et animée par Alain MARSAUD, député des Français établis hors de France, membre de la Commission des Affaires étrangères

 

 

16H00 Fin des travaux
Reprise de la démonstration et des ateliers organisés par le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale


17h00 Fin de la journée

 

 S'inscrire aux Rencontres

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:30
source  channel 4

source channel 4

Jun. 6, 2013 – Defense News (AFP)

 

WASHINGTON — The United States is evaluating information received from France which Paris has billed as proof that chemical weapons have been used in Syria, a US official said Thursday.

 

“I can confirm for you that we have received the information from the French,” State Department spokeswoman Jen Psaki told reporters, after French officials said they had evidence that sarin gas had been used in Syria.

 

“We will take a close look at this, just like we take a close look at any information that’s provided, and we always recommend that any country provide information as well to the UN for their full investigation.”

 

But Psaki warned the US did not intend to “evaluate or litigate in public” whatever information it has received from Paris.

 

“We are still looking into finalizing the facts, looking into confirming the facts,” she said, denying that the close inspection of the French information was pouring doubt on its credibility.

 

“We’re doing our own due diligence on this,” Psaki stressed.

 

US President Barack Obama has said that any use of chemical weapons in the Syria conflict, now in its third year, would violate a US “red line.” But amid mounting reports such arms have been used, Washington has proceeded cautiously.

 

Amid mounting pressure for the US to act, Secretary of State John Kerry called on France on Wednesday to share its evidence of chemical weapons use.

 

French Foreign Minister Laurent Fabius personally called Kerry on Monday and informed him that all the information at France’s disposal would be transmitted to Washington.

 

France has described the evidence of sarin use as a development that obliges the international community to act.

 

But memories remain strong in the United States about the false evidence that former Iraqi leader Saddam Hussein had stockpiled chemical weapons, which was used to justify the 2003 US invasion of Iraq.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:55
Toulon : sortie de bassin du porte-avions Charles de Gaulle

07/06/2013 DCNS Goup

 

Le 3 juin 2013, dans la base navale de Toulon, le porte-avions Charles de Gaulle est sorti du grand bassin Vauban. Le navire était entré au bassin au mois de janvier dernier dans le cadre d’un arrêt technique intermédiaire mené par DCNS, maître d’œuvre des opérations.

 

Cette phase de modernisation programmée, appelée IEI (Indisponibilité pour Entretien Intermédiaire) a pour but la rénovation de certaines installations. Durant ce passage au bassin, DCNS a réalisé l’entretien de la carène du navire et modernisé de nombreuses installations du porte-avions : systèmes de navigation et de combat, stabilisation de la plateforme…

 

Les travaux se poursuivent désormais à quai après cette étape, comme en témoigne Franck Bouffety, directeur des programmes MCO porte-avions chez DCNS : « Cette date marque notamment la fin des travaux d’entretien sur la coque, partie immergée du navire. Après cette phase au bassin, DCNS poursuit les travaux à quai avant la phase d’essais à la mer et de remontée en puissance des installations. »

 

Le porte-avions reprendra la mer au début de l’été pour une série d’essais de bon fonctionnement des installations, suivis d’une période de mise en condition opérationnelle.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 12:55
Conférence Geoffroy ROUX de BEZIEUX 17 juin 2013

Le Cercle ARAMIS, en partenariat avec le Club « ESSEC DÉFENSE & SÉCURITÉ ECONOMIQUE », le Réseau BRICK & DAGUE et le NAVARQUE BUSINESS CLUB,

 

vous convient à une conférence avec Geoffroy ROUX de BEZIEUX,

 

candidat à la présidence du MEDEF, Président-fondateur d’OMEA Télécom, Vice-président de la Fédération Française des Télécoms et ancien EOR Commando-Marine

 

Sur le thème ‘Pour entreprendre un MEDEF d’avenir’

 

le Lundi 17 Juin 2013 à  18h30

Au Palais des Congrès-Porte Maillot

2 Place de la Porte Maillot – 75017 Paris

 

Entrée libre sur inscription au préalable.

Par Email avant le 15 juin 2013 : geoffroy@entreprenonslavenir.fr

(Nom – Prénom – Société – Fonction)

Conférence Geoffroy ROUX de BEZIEUX 17 juin 2013
Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

06/06/2013 Par Guillaume Steuer - air-cosmos.com

 

Il n'y a plus que 30 Mirage 2000-5F dans l'inventaire français.

 

C'est la hantise des pilotes de monoréacteurs : hier en fin d'après-midi, un Mirage 2000-5F rattaché à l'escadron EC-1/2 "Cigognes" et ayant décollé de Luxeuil s'est écrasé à une trentaine de kilomètres de sa base d'attache après une collision avec un volatile qui, "avalé" par l'entrée d'air de l'avion, a entraîné une surchauffe du réacteur M53. Le pilote, qui jouait le rôle de plastron à basse vitesse pendant une mission d'entraînement, s'est éjecté après avoir largué ses deux bidons de carburant qui sont apparemment tombés dans un jardin. Il est en bonne santé.

 

Pour l'EC-1/2 "Cigognes", il s'agit là du deuxième Mirage 2000-5F perdu en moins d'un an. Le précédent l'avait été en octobre 2012 ; peu après un décollage en patrouille de quatre avions et par mauvais temps, l'appareil s'était écrasé sur la commune de Froideconche, à proximité de Luxeuil. Les conclusions de l'enquête ne sont pas connues et il n'est pas certains qu'elles soient rendues publiques, car le sujet est sensible : le pilote, qui s'était tué dans l'accident, était en effet un Taïwanais en échange dans l'escadron.

 

Suite à ces deux accidents, l'armée de l'Air ne compte plus que 30 Mirage 2000-5F en inventaire. Il s'agit de cellules anciennes mais rénovées au cours des années quatre-vingt-dix avec un système d'armes très performant, exclusivement dédié à la défense aérienne. Ces avions se sont notamment illustrés pendant l'opération "Harmattan", assurant dès les premières heures le respect de la "No Fly Zone" décrétée au-dessus du territoire libyen.

 

Des travaux sont aujourd'hui en cours pour déterminer de quelle manière ces avions pourraient être prolongés au-delà de 2018, date à laquelle il était jusqu'alors prévu de les retirer du service. Car contrairement aux autres Mirage 2000 français, leur armement (le missile Mica) ne sera pas frappé d'obsolescence à court terme et ces avions pourraient donc continuer de jouer un rôle utile en assurant les missions de protection du territoire national, à un coût inférieur à celui d'un Rafale.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
Eurocopter et EADS se donnent de l'air avec le programme "Eurosud"

07 juin 2013 Par Jean-Christophe Barla (Provence-Alpes-Côte d'Azur) - Usinenouvelle.com

 

Près de 11 000 mètres carrés de bureaux sur trois bâtiments ont été inaugurés le 6 juin à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Ce programme "Eurosud", d'un coût de 22 millions d'euros, héberge à la fois des sous-traitants d'Eurocopter et des services partagés d'EADS.

 

Eurocopter poursuit la réorganisation de son site historique de Marignane (Bouches-du-Rhône). Joseph Saporito, directeur exécutif d'Eurocopter, en charge de la "global supply chain", et Jean-François Petithomme, directeur des sites France et opérations d'EADS, ont inauguré le 6 juin le programme "Eurosud", implanté juste en face de l'enceinte de l'hélicoptériste, sur la commune de Vitrolles.

 

Conçu par Cardete Huet Architectes Sud-Est, construit par le groupe Lazard et financé par EADS Real Estate, ce projet d'un coût total de 22 millions d'euros accueille plus de 750 personnes sur trois immeubles de bureaux. L'un abrite les services partagés d'EADS (formation, recrutement, administration du personnel...) dont une partie était jusqu'alors installée à Aix-en-Provence. Ce bâtiment comprend notamment une trentaine de salles de formation, aptes à recevoir 250 stagiaires par jour. Les deux autres sont occupés par les équipes de dix-sept sous-traitants d'Eurocopter, soit 400 personnes (bureaux d'études, supply chain...) auparavant localisées à l'intérieur de son site.

 

"Eurocopter compte 800 sous-traitants. Certains ont besoin d'une proximité avec nous, en matière d'échanges de données, de moyens industriels... Eurosud est un symbole de la synergie instaurée avec eux", explique Joseph Saporito. Le programme a été édifié et livré en dix-huit mois. Malgré sa réalisation, Eurocopter manque encore de place en Provence pour faire face à ses projets de développement. Directeur des sites France, Gérard Goninet souligne d'ores et déjà qu'il reste "des zones de bonne facture tout autour du site et donc des opportunités à saisir, dès lors que les acteurs du territoire sont prêts à nous aider".

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
Le commando Kieffer, les oubliés de la France libre (contribution)

06.06.2013 Thomas CASAUX - Défense globale

 

On ne va pas refaire l’histoire, tout le monde la connaît. Le 6 juin 1944 les Alliés lancent l’opération Overlord et font débarquer 175 000 soldats en Normandie. Parmi cette marée humaine qui s’engouffre sur les plages normandes, 177 hommes méritent l’attention. Le commando Kieffer.

 

Cette note a été réalisée par Thomas Casaux, étudiant en master I de relations internationales à l'université catholique de Lille, qui collabore à ce blog dans le cadre d'un stage.

 

« Messieurs les Français, passez les premiers »

 

Il est 7 h 55 quand la barge 527 accoste sur la plage de Sword Beach (à Colleville-Montgomery à l'est du dispositif allié). La rampe s’abaisse, le capitaine de corvette Philippe Kieffer donne l’ordre de débarquer. Ça y est, les seules forces françaises participant au débarquement de Normandie foulent le sol français.

 

Ils sont les premiers à débarquer dans ce secteur. Les Britanniques les font passer en tête de convoi. Ils auraient eu ces mots « Messieurs les Français, passez les premiers ». Ce moment, les 177 hommes du commando français en ont rêvé depuis le funeste mois de juin 1940. Les voilà lancés dans la reconquête de leur pays.

 

Ils se sont entrainés pendant des mois à la demande du général de Gaulle dans la rudeur des Highlands écossaises dans le  château d'Achnacarry pour être prêts le jour J (lieu de formation des bérets verts, les commandos britanniques). Ils sont destinés à réaliser des opérations éclairs sur le territoire français à l’image du raid sur Dieppe le 19 aout 1942 auquel ils participent aux côtés de Britanniques et de Canadiens.

 

« A ce moment précis, la terre et la mer semblaient soulevées par un grondement de tonnerre : bombes de mortier, sifflements d'obus, jappements agaçants de mitrailleuses, tout semblait concentré sur nous. » Commandant Kieffer

 

Leur premier objectif est La Brêche, une position près d’Ouistreham. Après l’avoir prise et détruit le canon de 50 mm qui pilonnait la plage, ils foncent sur la ville avec leurs frères d’armes britanniques et s’emparent de l'ex-casino, ce qui leur permet de contrôler rapidement Ouistreham (ce moment rappellera des souvenirs à ceux qui ont vu le film Le Jour le plus long). C’est une des premières villes françaises à être libérées.

 

A cet instant, sept Français sont tombés au champ d’honneur et soixante sont blessés, soit 40% des effectifs. Ils s’enfoncent alors dans les terres, traversent Saint-Aubin d'Arquenay pour atteindre leur objectif final : le Pegasus bridge à Bénouville. Ils y font la jonction avec les troupes aéroportées britanniques. En fin de soirée, les hommes de Kieffer se portent jusqu'à Amfreville, pris sans difficultés. A la tombée de la nuit, les commandos s'installent en position défensive avec le sentiment du devoir accompli. Il faut maintenant consolider la tête de pont pour protéger la construction du port artificiel d'Arromanches. Le commando français combat jusqu’au 27 aout 1944 avant d’être renvoyé en Angleterre. Seuls 24 commandos ne furent pas blessés pendant la bataille de Normandie.

Le commando Kieffer, les oubliés de la France libre (contribution)

Certes, les 177 hommes du commando Kieffer ne pèsent pas lourd face aux 175 000 soldats débarqués ou face aux 852 Américains tombés à Omaha Beach pour libérer l’Europe. Mais qu’importe le nombre, c’est le symbole qui prévaut. Avec le commando Kieffer, le débarquement de Provence d’août 1944 et l’épopée de la 2e division blindée du général Leclerc, la France combattante est rentrée chez elle.

 

Pour leur rendre hommage, Nicolas Sarkozy baptisera le sixième commando de marine, créé en 2008, « le commando Kieffer ».

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
213e lancement de la fusée Ariane V

213e lancement de la fusée Ariane V

06/06/2013 Sources EMA

 

Du 4 au 5 juin 2013, près de 350 militaires des forces armées en Guyane (FAG), ont été déployés à terre, en mer ou dans les airs pour assurer la protection externe du Centre Spatial Guyanais (CSG) à l’occasion du 213e lancement de la fusée Ariane V.

 

Principale mission des FAG, la mission Titan s’effectue sur une zone inhospitalière de près de 750 km² composée à près de 80% de forêt primaire. Elle consiste, avec l’appui des légionnaires du 3erégiment étranger d’infanterie (3e REI) et du centre de contrôle militaire (CCM), à protéger les principaux points d’intérêts vitaux ainsi que les alentours du CSG.

 

Pour la partie terrestre, placée sous les ordres du chef de corps du 3e régiment étranger d’infanterie (3eREI), le cœur de la mission se déroule en forêt. Aguerris par une formation spécifique de vie en « jungle », près de 230 militaires dont les légionnaires du 3e REI (un PC régimentaire, une compagnie d’infanterie et une section de recherche régimentaire (SRR)) et leurs véhicules ont été déployés. Chaque section assure des missions de contrôle de zone, fixes et mobiles, lors de patrouilles à pied, en quad ou même en Kayak.

 

Un dispositif anti-aérien (missiles Mistral) a été mis en place tout autour du CSG. Il a pour mission de détruire, sur ordre ministériel, tout aéronef qui s’introduirait dans la bulle de protection du lanceur. Un Puma a été également déployé pour appuyer si nécessaire la projection d’un élément des forces terrestres ou des forces de l’ordre et de participer à la collecte de renseignements.

 

En mer, le patrouilleur P400 La Capricieuse et une vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) de la Marine Nationale ont assuré la protection des approches maritimes du plateau de lancement, dissuadant toute tentative d’intrusion par une embarcation. Un Falcon 50, déployé en renfort, a également veillé depuis le ciel à ce qu’aucun aéronef ou navire ne soit sous la trajectoire de la fusée.

 

Pour le volet aérien, deux hélicoptères Fennec ont été déployés dans le cadre du Dispositif Particulier de Sûreté Aérienne (DPSA) sous contrôle du Centre de Contrôle Militaire (CCM) implanté dans le périmètre du CSG. Ces deux hélicoptères se tenaient prêt à intercepter  toute intrusion aérienne dans la zone d’interdiction de survol.

 

Le 5 juin 2013, à 18h52 heure locale, le 213e lancement de la fusée Ariane 5 s’est déroulé sans difficulté.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

06.06.2013 Boursier.com

 

AFI KLM E&M (Groupe Air France KLM) a signé un contrat avec Marshall Aerospace and Defence Group pour l'assister dans son étude de modernisation de 14 Hercules C-130 appartenant à l'Armée de l'Air Française.

 

Marshall Aerospace and Defence Group fait équipe avec AFI KLM E&M pour bénéficier de son expérience de la collaboration avec le Ministère français de la Défense, ainsi que de sa capacité en développement engineering. Le MRO assurera un rôle de conseiller auprès de Marshall Aerospace and Defence Group dans ses relations avec les autorités françaises, ainsi que d'assistant dans la constitution du dossier de certification technique. "Marshall Aerospace and Defence Group est un opérateur de premier plan et cette collaboration peut être le début de relations plus étroites avec AFI KLM E&M. Ensemble, nous souhaitons concevoir la meilleure offre possible afin de mériter une fois encore la confiance de l'Armée de l'Air française", commente Jean-Marc Salomon, Responsable des Ventes Grands Comptes,

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:45
source LdDef

source LdDef

6 juin 2013 Affia Marie - Le Democrate

 

Fondée en 1979, l’Association des Journalistes de Défense (Ajd) regroupe près de 150 journalistes professionnels et spécialistes des questions de défense et de sécurité et une cinquantaine de membres associés et partenaires issus du secteur stratégique et industriel de la défense. Trois ans après la crise postélectorale, l’AJD est en Côte d’Ivoire depuis lundi dernier pour rencontrer les forces républicaines et les nouvelles autorités ivoiriennes qui en si peu de temps, ont pu ramener la cohésion au sein de la population ivoirienne. Selon Bruno Fanucchi, président de cette association, ils sont en Côte d’Ivoire pour faire le point de la situation sécuritaire et donner des indications positives sur l’évolution du brigandage et des coupeurs de route.Pour rappel la délégation de l’Ajd profitera de son séjour en Côte d’Ivoire pour aller au contact des troupes, visiter les unités et échanger avec la hiérarchie des Frci.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:35
Afghanistan : création du détachement logistique multifonctions

06/06/2013 Sources : EMA

 

Le 5 juin 2013, lors d’une cérémonie sur l’aéroport international de Kaboul (KAIA), le général Philippe Adam, commandant les forces françaises en Afghanistan a procédé à la création du détachement logistique multifonctions (DLMF).

 

La création de ce DMLF, qui fait suite à la dissolution du bataillon logistique  le 29 mai dernier, s’inscrit dans une démarche de réorganisation du dispositif du fait de l’avancement du désengagement des matériels du théâtre afghan, de la diminution des besoins de soutien spécifique, alors que plus de 85% du matériel est maintenant désengagé.

 

Le DLMF, composé d’environ 130 militaires, a pour mission d’assurer la gestion de la vie courante des forces françaises présentes en Afghanistan (EPIDOTE, hôpital médico-chirurgical de KAIA, insérés dans les états-majors de l’ISAF, force protection, état-major et appuis). Il participe également au soutien de l’homme dans ses aspects techniques et logistiques (maintenance, munitions, matériels du commissariat, bureau postal…).

 

Moins de 1 000 militaires français sont actuellement engagés en Afghanistan où ils assurent la poursuite du désengagement logistique des forces françaises, le commandement de l’aéroport de KAIA, le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical à Kaboul et des missions de formation au profit de l’armée nationale afghane.

Afghanistan : création du détachement logistique multifonctions
Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:55
MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

05/06 Alain Ruello, Chef adjoint du service Industrie, en charge de la Défense – LesEchos.fr

 

L'achat programmé de deux drones de renseignement américains condamne très probablement l'émergence d'une filière européenne autonome en ce domaine.

 

Le très médiatique feuilleton des drones de renseignement devrait connaître dans quelques mois son épilogue : la France va acheter deux Reaper, fabriqués par l'américain General Atomics, dans le cadre de la procédure Foreign Military Sales, qui régit les ventes d'armements américains de gouvernement à gouvernement. Si tout se déroule comme prévu, les militaires disposeront d'ici à la fin de l'année de deux aéronefs sans pilote modernes pour aller traquer les djihadistes dans le Sahara. La relève des obsolètes Harfang d'EADS sera assurée.

 

Dans une récente tribune, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a pu avec raison se féliciter d'une décision qui va permettre à l'armée française de combler un manque patent (« Les Echos » du 31 mai). « Les drones défraient la chronique depuis plusieurs années. Malgré des préconisations répétées depuis 1999, leur poids dans les investissements […] est resté limité. » Avant d'ajouter, toujours à juste titre, que « l'ensemble de la communauté de défense, le ministère autant que l'industrie, a manqué le virage de ce type d'équipement. Et ce qui est vrai en France l'est aussi en Europe ». « Nous ne pouvons plus attendre », résume-t-il.

 

Pour dire les choses autrement : l'industrie européenne n'ayant rien à proposer et les drones - « pièces maîtresses du renseignement » - étant désormais incontournables en opération, la seule solution est de se fournir à l'étranger. Et ce qui se fait de mieux à l'étranger, c'est aux Etats-Unis qu'on le trouve, même si la France poursuit des négociations parallèles avec Israël, l'autre pays en pointe sur le sujet, pour un éventuel plan B.

 

Naturellement, la première question qui vient à l'esprit de ceux qui ne sont pas familiers avec le dossier est de savoir comment on a pu en arriver à un tel désastre au pays du Rafale. Plusieurs explications peuvent être avancées : des pays - France et Allemagne - incapables d'accorder leurs violons ; des industriels - EADS et Dassault - qui se détestent même pas cordialement ; des politiques qui ont laissé pourrir le dossier depuis dix ans. Vient la deuxième interrogation, la plus importante car regarder dans le rétroviseur ne sert pas à grand-chose : acheter américain condamne-t-il l'émergence d'une filière de drone de renseignement européenne autonome ? Et là, n'en déplaise à tous ceux qui veulent encore y croire, la réponse est très probablement oui.

 

Le Livre blanc de la défense a fixé à 12 le nombre de drones de renseignement de l'armée à terme. Urgence oblige, les deux premiers seront donc des Reaper identiques à ceux produits pour le Pentagone. Pour les dix suivants, la piste engagée - la plus logique parce qu'il n'y a rien de plus coûteux que de multiplier les fournisseurs - c'est de continuer à se fournir chez General Atomics. Mais en intégrant des équipements français, pour faire en sorte, notamment, que les drones puissent voler en Europe.

 

La Direction générale de l'armement (DGA) doit vérifier avec les Etats-Unis la faisabilité technique et commerciale de tout cela. Ce qui va demander du temps. L'armée passera alors commande et les livraisons des Reaper « francisés » s'étaleront jusqu'en 2018 au moins. Comme ils resteront en service dix voire quinze ans, la conclusion est évidente : General Atomics a un très bel avenir en France.

 

Dans sa tribune, Jean-Yves Le Drian n'entre pas dans ces détails, de peur sans doute de jeter de l'huile sur le feu dans le camp des opposants au « buy american ». Officiellement, l'achat de drones américains fait figure de solution « provisoire ». On connaît la chanson : étant donné l'échelle de temps des programmes d'armement, provisoire veut souvent dire définitif. Impossible pour le ministre de la Défense de le reconnaître, car ce n'est pas politiquement correct. Au contraire, l'intéressé ressasse la piste d'une coopération européenne pour, dit-il, « ne pas faire obstacle à l'avenir ». L'Europe peut rattraper son retard si elle s'unit pour concevoir le drone de la génération d'après. Qui peut y croire ?

 

Pour cela, il faut que les armées de deux pays européens majeurs au moins définissent un besoin commun. Ca n'a pas marché jusque-là. Que s'opère ensuite un partage industriel intelligent pour éviter une catastrophe industrielle du type A400M. Pas gagné non plus vu les relations entre les impétrants. Petit détail qui compte : il n'y a absolument pas d'argent ni en France, ni en Allemagne, ni au Royaume-Uni, et encore moins en Italie, pour lancer un tel programme, forcément coûteux. Et puis, qui peut penser que General Atomics va rester les bras croisés ? Pendant que les Européens en sont encore à se demander comment ils pourraient éventuellement se mettre d'accord, les ingénieurs américains imaginent déjà la suite…

 

Mais surtout, à quoi bon ? Quand bien même un programme serait lancé, on ne dépassera pas les 30 exemplaires produits. Tout le monde le sait, mais personne ne le dit : il n'y a pas de modèle économique valable pour un drone européen de renseignement concurrentiel à l'export. Contrairement aux missiles ou aux avions de combat, ce n'est pas structurant pour l'industrie européenne d'armement. Trop tard. Trop cher. Trop peu de débouchés.

 

Dans cette affaire, Jean-Yves Le Drian agit de manière responsable, le besoin des militaires primant tout. Mais il agit aussi en politique. En agitant la piste d'une coopération, il montre qu'il se soucie du long terme. Tout en sachant très bien que ce futur drone européen n'est pas près de décoller…

Les points à retenir

Le Livre blanc de la défense a fixé à 12 le nombre de drones de renseignement de l'armée, à terme.

Faute de solution européenne, les deux premiers seront des Reaper identiques à ceux produits pour le Pentagone.

Pour les dix suivants, la piste engagée - la plus logique car il n'y a rien de plus coûteux que de multiplier les fournisseurs - est de continuer à se fournir chez l'américain General Atomics.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:45
Gabon : Exercice conjoint Mokékou 2013

06/06/2013 Sources : EMA

 

Du 19au 24 mai 2013, une soixantaine de militaires français des forces françaises au Gabon (FFG) ont participé à l’exercice régional Mokékou 2013, organisé conjointement avec les forces armées gabonaises.

 

Aux côtés des FFG, l’exercice a rassemblé près de 550 militaires gabonais, une soixantaine militaires camerounais et une trentaine de militaires de Sao Tomé et Principe. Mokekou avait pour terrain de manœuvre une vaste zone au centre du Gabon s’étendant des Monts Mokékou-La Lopé à Lambaréné.

Gabon : Exercice conjoint Mokékou 2013

Premier exercice de dimension régionale depuis 2007, Mokékou 2013avait pour objectif d’entraîner les états-majors des différentes forces armées présentes à la planification et à la conduite d’une opération interarmées. L’exercice simulait une intervention offensive interarmées suite à la prise de contrôle d’un territoire par des forces rebelles. Grâce à des actions coordonnées, les éléments de la force multinationale ont procédé à la reprise progressive des villes de N’Dojlé, Bifoun et Lambaréné.

 

La direction des moyens déployés était assurée par les FFG et les forces gabonaises, depuis un poste de commandement interarmées(PCIAT) installé sur le camp De Gaulle à Libreville.

Gabon : Exercice conjoint Mokékou 2013

Les moyens engagés dans l’exercice étaient importants : une centaine de véhicules de type Malabon gabonais et véhicules blindés légers(VBL), un hélicoptère Fennec et quatre hélicoptères Puma, un Hercules C130 gabonais et quatre vedettes de la Marine gabonaise.

 

Cet exercice devrait être renouvelé pour capitaliser l’expérience acquise et améliorer le niveau de qualification opérationnelle des forces participantes.

 

Les forces françaises au Gabon (FFG) Avec environ 900 militaires, dont 450 permanents, constituent un réservoir de forces prépositionnées en Afrique. A ce titre, elles maintiennent en alerte des moyens pour soutenir les opérations menées en Afrique de l'ouest et en Afrique centrale.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 20:55
Accident aérien d’un Mirage 2000-5 de la base aérienne de Luxeuil

Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

 

06/06/2013 Armée de l'air

 

Mercredi 5 juin 2013, aux environs de 18h45, un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil s’est écrasé au retour d’une mission d’entraînement. L’appareil s’est abîmé dans une zone inhabitée, à proximité de la commune de Montcourt (Haute-Saône), à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Luxeuil.

 

Le pilote a pu s’éjecter et a été pris en charge médicalement. Il est indemne. Il s’agit d’un pilote français expérimenté, affecté à l’escadron de chasse 1/2 "Cigognes" sur la base aérienne 116 de Luxeuil.

 

Une enquête a été diligentée afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 19:45
Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

06/06/2013 19:33 Sources : EMA

 

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

Au cours de ces derniers 7 jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec une centaine de sorties, dont environ 45 étaient consacrées aux opérations de transport. Une trentaine ont été dédiées à l’appui feu des opérations terrestres et environ 25 ont consisté en des missions de ravitaillement et de renseignement.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

La relève de la brigade s’est poursuivie au cours de la semaine, avec le remplacement de la compagnie du 3e RIMa à Bamako par une compagnie du 152e RI, qui reprend ainsi les missions de force protection à Bamako, assurées conjointement avec les CPA 10 et 20 de l’armée de l’Air. A Kidal, toujours dans le cadre du rythme classique des relèves, une compagnie du 2e REI a pris la suite des éléments de la compagnie du 126e RI qui y étaient déployée.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

Parallèlement, les opérations se sont poursuivies sur la boucle du Niger ainsi que dans le nord du pays, avec différentes patrouilles conduites dans la ville de Gao et de Tessalit.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

Par ailleurs, une section d’infanterie renforcée par un groupe de génie du GTIA Désert a été engagée du 29 mai au 4 juin à Tombouctou afin de réaliser des reconnaissances et patrouilles de sécurisation conjointes avec le bataillon burkinabé de la MISMA, responsable de la sécurité dans la zone. Ce renfort temporaire avait pour objectif, en liaison avec le détachement de liaison et d’appui (DLA) sur place, armé par le 8e RPIMa, d’assurer le bataillon burkinabé de la capacité de renfort de la force Serval, afin d’accompagner de façon progressive sa montée en puissance. La responsabilité de la sécurité de la zone de Tombouctou lui a été confiée le 23 avril dernier par la force Serval. Depuis cette date, ce bataillon de la MISMA assure, en liaison avec les forces maliennes, la sécurité dans la ville de Tombouctou.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

Les 2 et 3 juin 2013, Monsieur Pierre Lellouche et Monsieur François Loncle, respectivement président et rapporteur du groupe Sahel à la commission parlementaire des affaires étrangères, se sont rendus à Gao et à Bamako. Ils s’y sont faits présenté les activités de la force Serval et ont pu s’entretenir avec des militaires français, maliens et de la MISMA, ainsi que des autorités civiles locales.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00

Environ 3500 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes ainsi qu’à poursuivre le transfert progressif de la zone aux contingents africains de la MISMA puis de la MINUSMA.

Opération Serval : Point de situation du jeudi 06 juin 18h00
Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 19:45
27 mai 2013, 10h49, Nord-Est de Gao, opération Ceuze

31.05.2013 Crédit : EMA / armée de Terre

27 mai 2013, 10h49, Nord-Est de Gao, opération Ceuze, les militaires du GTIA Désert progressent dans un oued avec les forces armées maliennes et sont appuyé par un VBCI. Du 26 au 28 mai, à 70 km au Nord-Est de Gao, le GTIA Désert a mené l’opération Ceuze. Elle avait pour objectif d’exploiter les renseignements collectés lors d’une opération préalable tout en affichant à la fois la présence et la détermination de la force dans la région située entre Gao et In Zekouan.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 18:55
Budget : comment trouver (vite) 2,8 milliards ?

06 juin Jean-Dominique Merchet

 

La question des recettes exceptionnelles est au coeur de vives discussions interministérielles.

 

Le président de la République l'a promis: le budget de la défense sera maintenu au cours de la prochaine loi de programmation militaire (2014-19).  Toutefois, une partie des 179,2 milliards (euros constants) promis proviendront de "recettes exceptionnelles", c'est-à-dire qu'ils ne seront pas abondés par le budget. Ces recettes exceptionnelles doivent s'élever à 5,9 milliards sur six ans, soit en moyenne 983 milliards par an. On admire au passage la précision de ces chiffres, sur lesquels même François Hollande n'avait pas manqué d'ironiser lors de sa récente intervention à l'IHEDN.

 

Cette moyenne est purement théorique car, au vu de l'état des finances publiques, la Défense aura besoin de près de la moitié (47%) de ses recettes exceptionnelles dès 2014-15, si elle veut pouvoir boucler son budget déjà très serré. Soit 1,4 milliards en 2014 et la même chose en 2015.

 

Où trouver cet argent ? En vendant les "bijoux de famille" de l'Etat : fréquences radio comme la 700 MHz , immobiliers, participations au capital de grandes entreprises. Mais à la différence de ce qui s'était fait sous l'équipe précédente, l'idée défendue au ministère de la Défense est aujourd'hui de se financer en vendant des biens hors du champ de la défense... "Ces recettes exceptionnelles, c'est un engagement du président de la République. J'y crois" assure Jean-Yves Le Drian, qui n'a "pas de doute" : "je les aurai, par un biais ou par un autre". Reste à tordre le bras de ces petits camarades du gouvernement.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 18:35
source Courrier international

source Courrier international

06 juin Jean-Dominique Merchet

 

Après 25 vols de gros porteurs au cours du mois de mai, "la majeure partie du désengagement d'Afghanistan est réalisé" a assuré le colonel Burkhart, porte-parole de l'état-major des armées. 85% du matériel a quitté le théâtre et le "seuil symbolique" des mille hommes présents est atteint. L'essentiel est passé par le voie aérienne, grâce à des gros porteurs loués. La route du nord, par la route et le fer, via l'Asie centrale et la Russie, est ouverte et un convoi est passé par la route terrestre du sud, en direction de Karachi au Pakistan.

Afghanistan :"la majeure partie du désengagement est réalisé"
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories