Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 11:45
29 avril 2013, 18h09, Gao au Mali, hélicoptère Tigre du GAM sur le tarmac de l'aéroport

24.05.2013 Crédit : EMA / armée de Terre

 

Sur l’aéroport de Gao sont principalement déployés autour du poste de commandement (PC) de la brigade Serval, des éléments logistiques et de commandement, une partie du groupement aéromobile (GAM), une partie des éléments du GTIA2 et une antenne chirurgicale aérotransportable (ACA).

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 20:40
Défense: François Hollande confirme 24.000 nouvelles suppressions de postes

24 mai 2013 à 16:52 Liberation.fr (AFP)

 

François Hollande a mis en perspective vendredi les grandes orientations du Livre blanc des armées, confirmant 24.000 nouvelles suppressions de postes d’ici 2019, et promis des propositions d’ici décembre pour renforcer la mutualisation des moyens de défense en Europe.

 

Dans une période de lourdes contraintes budgétaires, le président de la République a voulu tenir devant l’IHEDN (Institut des Hautes études de la Défense nationale) un discours de «sincérité» sur les choix budgétaires imposés par la crise dans ce Livre blanc qui lui avait été remis le 29 avril, a souligné son entourage.

 

Il a confirmé le maintien «à son niveau actuel» de l’effort de défense en 2014: «31,4 milliards d’euros en 2014, c’est-à-dire exactement le même montant qu’en 2012 et en 2013», et un engagement de «179,2 milliards d’euros pour la période 2014-2019».

 

Les suppressions de postes se poursuivent (24.000 nouvelles d’ici 2019 après les 54.000 programmées par son prédécesseur Nicolas Sarkozy) mais les effectifs militaires français resteront, avec 250.000 hommes, «les plus importants en Europe», a-t-il souligné.

 

Le chef de l’Etat a en outre souligné qu’il veillerait avec «une attention particulière» au maintien d'«une présence militaire partout sur le territoire» en évitant de nouvelles fermetures de sites. Les effectifs susceptibles d’être projetés à l’extérieur restent également importants avec 66.000 hommes, a-t-il fait valoir.

 

Selon lui, avec le maintien de ses trois grandes priorités: «protection, projection et dissuasion nucléaire», la France reste ainsi «un pays influent, actif» qui «peut parler parce qu’il a les moyens aussi de se faire respecter».

 

Le chef de l’Etat a aussi annoncé sa volonté d'«ouvrir une nouvelle étape de l’Europe de la défense», indiquant qu’il ferait des propositions dans ce domaine, d’ici le conseil européen de décembre 2013, consacré à ce sujet.

 

«La maîtrise des finances publiques partout en Europe exige et invite à mutualiser les capacités, à prendre davantage d’initiatives et à nous appuyer sur les matériels fabriqués en coopération», a-t-il expliqué, soulignant que «c’est ce que la France fait déjà avec le Royaume Uni», notamment pour développer des missiles légers anti-navire.

 

«C’est aussi ce que la France veut faire avec l’Allemagne, y compris pour des interventions militaires extérieures», a-t-il ajouté souhaitant également la poursuite des «partenariats avec la Belgique, l’Italie ou l’Espagne et associer les nouveaux membres de l’Union européenne à cette démarche. A commencer par la Pologne et les pays du groupe de Visegrad» (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie).

 

François Hollande a par ailleurs estimé que la France devait «revendiquer toute son influence» dans l’Otan «sans pour autant perdre sa liberté d’action et de décision, et encore moins diluer le caractère national de notre défense».

 

Sur le plan politique, il a plaidé pour renforcement du droit de regard du Parlement sur les questions de défense, estimant qu’il devait être «pleinement respecté dans ses droits, en matière d’information, de connaissance, de délibération sur les opérations dans lesquelles sont engagées nos forces».

 

M. Hollande a souhaité également que «la politique d’exportation d’armements fasse l’objet de rapports annuels débattus devant les commissions compétentes» et que le contrôle des parlementaires soit «également amélioré en matière de renseignement».

 

Enfin, le président a confirmé vendredi que la cyberdéfense était une priorité en matière de sécurité et qu’une «branche nouvelle» de réservistes serait spécialement affectée à ce domaine, dont l’objectif sera de «mobiliser de jeunes techniciens et informaticiens aux enjeux de la sécurité».

 

La loi de programmation militaire (LPM, 2014-19), issue du Livre blanc, sera présentée en Conseil des ministres en juillet et votée au Parlement avant la fin de l’année.

 

«Le budget de la Défense devrait être sanctuarisé, c’est-à-dire au moins être augmenté de l’inflation. En le gelant, on diminue dans les faits notre capacité d’action», a critiqué Yves Pozzo di Borgo (UDI), vice-président de la commission de la Défense du Sénat.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 20:38
photo EMA

photo EMA

24 mai 2013 à 14:11 liberation.fr (AFP)

 

Les forces spéciales françaises sont intervenues vendredi matin à Agadez, dans le nord du Niger, pour y faire cesser la prise d’otages qui avait démarré jeudi après un attentat suicide, a annoncé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Le ministère de la Défense a précisé à l’AFP que l’assaut avait fait au moins deux morts dans le camp des «terroristes» preneurs d’otages.

 

«L’assaut s’est déroulé vendredi à l’aube», a-t-on assuré, alors que le ministre nigérien de la Défense, Mahamadou Karidjo, avait affirmé que l’opération s’était achevée jeudi soir.

 

«A l’heure où je vous parle, la situation est stabilisée, en particulier à Agadez, où nos forces spéciales sont intervenues en soutien des forces nigériennes à la demande du président (nigérien Mahamadou) Issoufou», a indiqué M. Le Drian, interrogé à la mi-journée par BFMTV, après un discours du président François Hollande devant l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) à Paris.

 

«L’objectif (des terroristes, ndlr) était que le Mali devienne un sanctuaire islamiste, ça ne le sera pas. Il faut maintenant éviter qu’il y ait, soit au Nord-Niger, soit dans une partie du Tchad, des risques identiques», a-t-il conclu, qualifiant la région du Sahel de «zone d’instabilité».

 

La veille, M. Hollande avait déclaré que Paris appuierait «tous les efforts des Nigériens pour faire cesser la prise d’otages» à Agadez et «anéantir» le groupe qui a porté les attaques contre un camp militaire et un site d’Areva à Arlit (nord).

 

«Il ne s’agit pas d’intervenir au Niger comme nous l’avons fait au Mali, mais nous aurons la même volonté de coopérer pour lutter contre le terrorisme», avait déclaré le chef de l’Etat, en marge d’une visite à Leipzig, en Allemagne.

 

Vendredi, M. Hollande a une nouvelle fois condamné les deux attentats suicides, voyant dans les actes terroristes perpétrés jeudi au Niger «une preuve supplémentaire» de la nécessité de soutenir l’Afrique contre le terrorisme.

 

Les deux attentats ont été revendiqués par les islamistes du Mujao et «supervisés» par le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, selon un porte-parole de son groupe. La formation de Belmokhtar a menacé de lancer de nouvelles attaques au Niger, dans un communiqué mis en ligne vendredi par des sites islamistes.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 19:40

24 mai 2013 BFMTV

Interrogé par BFMTV, ce vendredi matin, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a réagi à l'annonce de la suppression de 24.000 postes supplémentaires dans l'armée d'ici à 2019. "Nous n'avons pas encore décidé la méthode d'action pour permettre ces réductions. Nous allons le faire avec beaucoup de discernement, en faisant en sorte que les forces opérationnelle soient le moins touchées possible", a ainsi déclaré le ministre.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 19:38
Hollande confirme 24.000 suppressions de postes dans l'armée d'ici à 2019

24/05/2013 Par Le Figaro.fr avec AFP

 

Le président de la République, François Hollande, confirme les 24.000 suppressions de postes dans l'armée d'ici à 2019, en entérinant les grandes orientations du Livre Blanc de la Défense, dans un discours à l'Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN).

 

Le Livre blanc de la Défense 2013, remis fin avril au président de la République, prévoit 24.000 nouvelles suppressions de postes dans les armées d'ici à 2019, soit près de 10% des effectifs, tout en réaffirmant les ambitions de la France, malgré les contraintes budgétaires.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 17:50
Crédits Airbus Military

Crédits Airbus Military

 

16.05.2013 EADS

 

The second production Airbus Military A400M has successfully completed its first engine runs as it begins final preparation for its maiden flight later this month.

The aircraft, known as MSN8, is now undergoing taxying trials outside the A400M Final Assembly Line in Seville, Spain.

Airbus Military expects to complete four A400M aircraft in 2013 and will deliver MSN8 to the French Air Force in the third quarter of the year

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:55
La cybersécurité en colloque
24/05/2013 Armée de Terre
 

Le 3 juin 2013, à Rennes, l’Ecole des transmissions organise un colloque sur la cybersécurité en collaboration avec le conseil régional, dans la salle Le Triangle.

 

Cet évènement a pour but d’encourager la formation d’ingénieurs spécialisés, d’informer les entreprises et les acteurs industriels locaux et de promouvoir la formation d’une « cyber réserve ».

Les technologies numériques prennent de plus en plus d’ampleur dans le monde d’aujourd’hui, dans toutes les activités de la société. Une évolution qui se traduit également  par une dépendance et une vulnérabilité croissantes. Selon le chef de bataillon Cyrille Hoez, « la sécurité des technologies de l’information n’a pas suivi l’extraordinaire développement de l’informatique et de ses usages […]. Dans ce contexte de dépendance croissante aux technologies numériques, les administrations et les entreprises sont soumises à des risques et des menaces de plus en plus prégnantes. »

La région Bretagne, et plus particulièrement le bassin rennais, joue un rôle central dans la réflexion sur la cybersécurité. Ce colloque devrait donc dégager des réponses à l’échelle régionale, notamment dans le domaine de la formation.

Après l’accueil des participants, prévu à 9h15, et une allocution du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à 10h, trois tables rondes sont au programme. La première est destinée à brosser un état des lieux du monde cyber, en tant qu’enjeu stratégique et économique. La deuxième concerne la cybersécurité des entreprises. En fin de journée, au cours de la dernière table ronde, les participants aborderont le thème des formations et des nouveaux métiers de la sécurité du web.

  >>> Renseignements utiles et inscriptions ici

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:55
Le Livre blanc de Défense français : quelles implications pour la défense européenne ?

24.05.2013 ifri.org

 

Le 30 mai, Ifri Bruxelles réunit le général Gilles Rouby, chef de la représentation militaire de la France auprès de l’OTAN et de l’Union européenne, Étienne de Durand, directeur du Centre des études de sécurité de l’Ifri, et Luis Simón, chercheur à l’Institut des études européennes de l’Université libre de Bruxelles. Vivien Pertusot, responsable d’Ifri Bruxelles, assurera la modération.

Remis au président de la République fin avril, le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale est publié en pleine crise économique et dans un contexte d’importantes coupes dans les budgets de défense en Europe. Mais pour demeurer crédible en matière de défense européenne et appeler ses partenaires à endiguer un désarmement rampant du Vieux Continent, la France doit maintenir un outil de défense adéquat.

Ce Livre blanc équilibre-t-il ambitions et moyens ? Quelle lecture fait-il des menaces et du poids de la crise ? Comment la France entend-elle relancer la défense européenne ? Quels rôles pour les institutions (Union européenne et OTAN), et pour les coopérations bilatérales ?

Autant de questions qui s’inscrivent dans la perspective du Conseil européen consacré à la défense en décembre prochain.

Lieu : Eurorégion Alpes Méditerrannée - 62, rue du Trône - 1050 Bruxelles

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:50
Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

24/05/2013 Marine nationale

 

Point d’orgue de l’exercice de lutte anti-sous-marine Spontex, une journée placée sous le signe de l’amitié entre la France et l’Allemagne a été organisée à bord des bâtiments de la Force navale franco-allemande (FNFA). L’activation de la FNFA pour toute la durée de Spontex est une façon de célébrer les cinquante ans de coopération de la France et de l’Allemagne, et de faire la démonstration de l’efficacité militaire de cette coopération.

Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Le 23 mai, plusieurs autorités politiques et militaires des deux pays se sont réunies à la mer, pour célébrer ensemble l‘anniversaire du Traité de l’Elysée. A bord du bâtiment de soutien allemand Frankfurt am Main, puis du bâtiment amphibie français Siroco, ils ont assisté ensemble à diverses démonstrations des capacités conjointes des deux marines.

 

Madame Patricia Adam, députée du Finistère et présidente de la commission de Défense à l’Assemblée nationale, a  affirmé que  « pour une Europe de la Défense forte, il est indispensable que nos nations partagent la même vision, et qu’elles mettent en commun leurs moyens et leurs hommes. La sécurité, notamment la sécurité maritime, n’a pas de frontières. Je suis convaincue, a déclaré Madame Adam, que bien se préparer ensemble, c’est l’assurance d’être capable de bien réagir ensemble ».

VIP Day, Patricia Adam, l'amiral Jean-Baptiste Dupuis, l'amiral Bernard Rogel CEMM, et Gilbert Le Bris - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

VIP Day, Patricia Adam, l'amiral Jean-Baptiste Dupuis, l'amiral Bernard Rogel CEMM, et Gilbert Le Bris - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Le chef d’état-major de la marine, l’amiral Rogel, a quant à lui rappelé que, « la  mutualisation des équipements et des entraînements, ainsi que les échanges humains, sont à la base du développement de l’intéropérabilité entre nos forces militaires. En mettant régulièrement leurs capacités opérationnelles en commun pendant des entraînements de haut niveau tels que Spontex, les unités françaises et allemandes démontrent qu’elles sont prêtes à répondre immédiatement à toute sollicitation, si la volonté politique l’exige ».

 

Le major général des armées allemand, le lieutenant general Peter Schelzig, a complété en rappelant à quel point « il est important que les militaires alliés se connaissent bien, car la coopération ne peut se baser que sur des relations de confiance et de franchise ».

 

Lorsque le général de Gaulle et le chancelier Adenauer ont signé le Traité de l’Elysée en 1963, ils avaient le voeu commun que leurs deux nations, désormais amies et partenaires,soient unies pour avancer ensemble dans la reconstruction de l’Europe. Dans le domaine militaire, et maritime en particulier, la coopération entre les deux pays est aujourd’hui bien concrète et dynamique. L’activation de la FNFA pour des entraînements d’envergure comme Spontex, ainsi que le signal fort lancé par les autorités militaires et politiques pendant cette journée franco-allemande, est une preuve de ce dynamisme.

Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Entraînement SPONTEX, VIP Day - photo Marine Nationale Sébastien Deschamps

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:45
Atalante : entraînements avec les Forces françaises stationnées à Djibouti

24 mai 2013 Par FLF Guépratte

 

Mardi 14 mai, à son appareillage de Djibouti, la frégate légère furtive (FLF) « Guépratte » a conduit des activités d’entraînement avec les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) au moment de débuter la mission Atalanta.

 

Dans un premier temps, l’équipage du « Guépratte » a pu se mesurer à 4 mirages 2000 de l’escadron 3.11 de l’armée de l’Air au cours d’un Air defense exercise (ADEX).

 

La vigilance des fusiliers marins du groupe d’intervention et de renfort (GIR) et des équipes de protection du Guépratte a également été mise à l’épreuve pendant toute l’escale et à l’appareillage à l’occasion d’exercices organisés avec le concours de la base navale.

 

Enfin, un hélicoptère PUMA du détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT), a effectué des manœuvres d’appontage et de décollage (Touch and go), afin d’entraîner les pilotes à cette manœuvre toujours délicate sur un bâtiment en mouvement.

 

Ces opérations contribuent à renforcer l’interopérabilité entre les trois armées et à améliorer les compétences à travers le partage des expériences et l’apprentissage des savoir-faire.

 

Cet entraînement a également offert l’opportunité d’échanger du personnel avec les FFDj à bord du bâtiment, notamment d’accueillir une délégation du 3ème régiment de hussards, régiment jumelé avec la frégate, dont un escadron arme actuellement la composante blindée du 5ème RIAOM.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:45
Livraison par air (LPA) durant une opération de reconnaissance

24.05.2013 Crédit : EMA/ECPAD

 

Livraison par air (LPA) durant une opération de reconnaissance menée par les forces spéciales durant 14 jours dans la zone nord-est du Mali. Elle visait à poursuivre la destruction des groupes terroristes.

 

Le reportage

Livraison par air (LPA) durant une opération de reconnaissance
Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:55
CEMA : entretien avec le chef du commandement régional américain pour l’Afrique

24/05/2013 Sources : EMA

 

Le 21 mai 2013, l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées, a reçu le général d’armée David Rodriguez, chef du commandement régional des Etats-Unis pour l’Afrique (US AFRICOM).

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du dialogue militaire régulièrement entretenu entre les deux pays. Créé en 2007 et stationné à Stuttgart en Allemagne, l’AFRICOM a pour mission de coordonner les activités militaires des Etats-Unis sur le continent africain.

 

Au cours de leur entretien, l’amiral Guillaud et le général Rodriguez ont fait le point sur la coopération militaire franco-américaine mise en œuvre au Sahel, dans la Corne de l’Afrique et en Afrique centrale. L’état-major américain AFRICOM constitue un partenaire privilégié dans des régions où la France entretient une présence permanente à travers son dispositif de forces prépositionnées et en opération, comme au Sénégal, au Gabon, au Tchad, en République centrafricaine, à Djibouti, en Côte d’Ivoire ou au Mali.

 

Cette coopération opérationnelle s’est en effet renforcée depuis le déclenchement de l’opération Serval. Les Américains apportent à la France un appui dans les domaines du ravitaillement en vol, du transport tactique et stratégique et dans l’échange d’informations. Des actions communes appuieront la montée en puissance de la future mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

CEMA : entretien avec le chef du commandement régional américain pour l’Afrique
Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:55
photo

photo

24 mai 2013 Par Guillaume Thibault - RFI

 

Au lendemain du double attentat au Niger, une opération militaire menée à Agadez, ce vendredi 24 mai dans la matinée, a permis de neutraliser les derniers jihadistes retranchés dans le camp militaire. Un assaut qui a été mené conjointement par des forces françaises et nigériennes, comme le révélait RFI. Le ministre français de la Défense a confirmé l’information, et expliqué que les forces spéciales françaises ont été engagées « à la demande du président Issoufou ».

 

L'assaut a été lancé à 6 heures du matin, heure locale. Il a été mené par les militaires nigériens et les forces spéciales françaises, présentes dans la zone depuis le début de l'intervention Serval, en janvier. Dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mai, deux fortes explosions ont été entendues dans le camp d’Agadez.

 

Karidjo Mahamadou, le ministre nigérien de la Défense, affirme que deux jihadistes étaient retranchés depuis jeudi dans un dortoir du camp militaire. Dans un entretien accordé à RFI ce vendredi 24 mai en milieu de journée, Karidjo Mahamadou a également confirmé la présence de forces spéciales françaises lors de l’opération.

 

Dix jihadistes tués à Arlit et Agadez

 

« Tout est terminé à Agadez. Tout est calme. La situation est maitrisée », a affirmé Karidjo Mahamadou, qui a tenu à clarifier certaines informations circulant sur la situation à Agadez : « Depuis hier (jeudi 23 mai, ndlr), les gens parlaient de prise d’otages. Il n’y avait pas d’otage. Il y avait des jihadistes retranchés dans un dortoir, qui ont abattu deux occupants de ce dortoir. Ce sont ces jihadistes-là qui ont été traqués, qui ont voulu fuir, et ils ont été neutralisés. Deux ont été abattus ce matin. »

 

« Je confirme », a sobrement répondu Karidjo Mahamadou, alors qu’il était interrogé sur la présence de forces spéciales françaises aux côtés des soldats nigériens lors de l’assaut. Le ministre nigérien est également revenu sur le bilan de l’opération. « Nous avons dix jihadistes qui ont été tués, sur Arlit et Agadez. Deux à Arlit, et huit à Agadez ». Tous les jihadistes tués étaient porteurs de « ceintures bourrées d’explosifs qu’ils étaient sur le point d’activer ». Mais « ils ont pu être abattus, la menace est jugulée », a conclu le ministre.

 

La France veut éviter une propagation du risque jihadiste

 

Habituellement peu bavarde sur les missions des forces spéciales, les autorités françaises ont également confirmé leur participation à l'assaut de ce vendredi matin. C'est le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui a fait cette annonce. « A l’heure où je vous parle, la situation est stabilisée, en particulier à Agadez, où nos forces spéciales sont intervenues en soutien des forces nigériennes à la demande du président Issoufou. Et cela a permis d’aboutir à une stabilisation de la situation », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

 

« Le président de la République (française, ndlr), l’a rappelé : il importe aussi d’avoir une bonne coordination avec les pays voisins, comme le Niger, et les autres, pour progressivement instaurer une sécurité dans le Sahel qui est une zone d’instabilité », a insisté le ministre français de la Défense. « L’objectif était que le Mali devienne un sanctuaire terroriste, ça ne le sera pas. Il faut maintenant éviter qu’il y ait, soit au nord Niger, soit dans une partie du Tchad des risques identiques », a-t-il prévenu.

 

La katiba de Belmokhtar revendique le double attentat

 

Revendiquées dans un premier temps par le Mujao, ces attaques auraient également été menées par des combattants de la Katiba de Mokhtar Belmokhtar. C'est ce qu'affirme le porte-parole de son groupe, baptisé « les signataires par le sang » dans un communiqué. « C’est Belmokhtar qui a supervisé lui-même les plans d'opérations », ajoute le porte-parole. Mais si cette Katiba annonce que de nouvelles attaques terroristes sont prévues au Niger, Mokhtar Belmokhtar, annoncé mort par le Tchad en mars lors des affrontements dans le nord du Mali, reste depuis invisible.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:55
Pozzo di Borgo (UDI): "Le budget de la Défense devrait être sanctuarisé"

PARIS, 24 mai 2013 marine-oceans.com (AFP)

 

Yves Pozzo di Borgo (UDI), vice-président de la commission de la Défense du Sénat, a estimé vendredi que "le budget de la Défense devrait être sanctuarisé", après la confirmation par François Hollande de 24.000 suppressions de postes d'ici à 2019 dans ce secteur.

 

"Le budget de la Défense devrait être sanctuarisé, c'est-à-dire au moins être augmenté de l'inflation. En le gelant, on diminue dans les faits notre capacité d'action", écrit dans un communiqué le sénateur de Paris.

 

"Avec l'Education nationale, il fait pourtant partie des budgets que l'on ne devrait jamais toucher", estime M. Pozzo di Borgo, en regrettant que la France se prive ainsi "d'investissements essentiels".

 

"Nous n'avons par exemple plus de flotte, de frégates de surveillance en nombre suffisant, pour être présent dans le Pacifique, autour de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie, où nous disposons d'une zone économique exclusive de la taille de l'Europe, alors que c'est là, entre l'Asie et l'Amérique, que se joue la rivalité majeure de notre temps, celle qui oppose les Etats-Unis et la Chine", fait-il valoir.

 

Concernant la future loi de programmation militaire, M. Pozzo di Borgo estime que "l'on ne peut se contenter d'appliquer à la lettre le Livre blanc sur la défense. Les parlementaires doivent l'amender car, dit-il, c'est au pouvoir politique que revient de décider, pas aux experts, aussi qualifiés soient-ils".

 

Selon lui, "la seule note positive" dans le discours de M. Hollande réside dans "la volonté de relancer la défense européenne à l'occasion du Conseil européen du 13 novembre prochain, même si, dit-il, elle est en complète contradiction avec le fait d'acheter des drones américains, en renonçant à toute ambition européenne dans ce domaine".

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:40
Jean-Yves Le Drian et son homologue russe

Jean-Yves Le Drian et son homologue russe

24/05/2013  CNE Laetitia Périer  - DICOD

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu mercredi soir à Moscou pour une visite de 24h. Au programme de son déplacement : entretien avec son homologue russe, participation à une conférence sur la sécurité de l’Europe et promotion du Livre blanc.

 

Jean-Yves Le Drian est arrivé mercredi soir dans la capitale russe et s’est entretenu dès jeudi matin avec son homologue Sergueï Choïgou qu’il rencontrait pour la première fois.

 

Il a ensuite participé à une conférence internationale organisée par le ministère russe de la Défense sur la sécurité de l’Europe et a prononcé un discours sur ce thème. A cette occasion, il a souligné la nécessité d'une coopération forte avec la Russie pour garantir un monde plus sûr : "Plus encore qu'une conviction, il s'agit d'un choix raisonné, d'une ligne de fond, d'une nécessité pour notre sécurité commune."

 

Comme lors de ses déplacements la semaine dernière à Bruxelles, Londres et Washington, Jean-Yves Le Drian a également expliqué la stratégie de défense de la France pour les années à venir et ce, moins d’un mois après la parution du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:59
photo EMA

photo EMA

24/05/13 LesEchos (Reuters)

 

BERLIN - Le constructeur français de véhicules militaires Nexter et son concurrent allemand Krauss-Maffei Wegmann discutent d'une coopération afin de faire face à la concurrence de groupes plus importants, a-t-on appris vendredi auprès de sources du secteur.

 

Les sources ont précisé que les deux groupes n'iraient probablement pas jusqu'à fusionner, contrairement à ce qu'a évoqué jeudi le quotidien économique allemand Handelsblatt, selon lequel Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, a déjà évoqué le sujet avec Berlin.

 

"Sur le plan industriel, une fusion serait complètement logique, car les deux pays sont confrontés à la concurrence de l'industrie des Etats-Unis", a dit à Handelsblatt une source interne à Nexter.

 

Nexter, entièrement contrôlé par l'Etat français et qui fabrique notamment les chars Leclerc, et le ministère français de la Défense ont refusé de commenter l'information. Personne n'a pu être joint au sein de Krauss-Maffei et au ministère allemand de la Défense.

 

Des spécialistes de l'armement estiment qu'une coopération entre les deux groupes marginaliserait l'allemand Rheinmetall , qui construit avec Krauss-Maffei les véhicules blindés Puma et Boxer.

 

Paris et Berlin souhaitent approfondir leur coopération dans les programmes et les achats d'armements, concrétisant le voeu du président français François Hollande d'ouvrir plus largement l'Europe de la défense, au-delà de l'axe franco-britannique actuel. (Sabine Siebold, Markus Wacket, Christian Plumb et John Irish; Julien Dury pour le service français, édité par Marc Angrand)

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:06
photo EMA

photo EMA

24/05/2013 Par Le Figaro.fr avec AFP

 

Les forces spéciales françaises sont intervenues ce matin à Agadez, dans le nord du Niger, pour y faire cesser la prise d'otages qui a avait démarré hier après un attentat suicide, a annoncé aujourd'hui le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

"La situation est stabilisée, en particulier à Agadez, où nos forces spéciales sont intervenues en soutien des forces nigériennes à la demande du président nigérien Mahamadou Issoufou", a-t-il précisé.

 

Jeudi, un attentat contre le camp militaire d'Agadez avait causé la mort de 23 personnes, dont 18 militaires nigériens. Quatre kamikazes étaient morts pendant l'opération. D'autres s'étaient enfermés dans un local avec des otages élèves officiers.

 

Au moins deux terroristes auraient été tués dans l'assaut, d'après le ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:55
Un représentant du Polestab appuyé par des militaires français en septembre 2012.

Un représentant du Polestab appuyé par des militaires français en septembre 2012.

La tactique ne peut plus se penser sans être intégrée dans un contexte interarmes, interarmées, international et interministériels. L’approche globale, en tactique, suit l’introduction que vous pouvez lire ici.

 

Comme l’illustre parfaitement le positionnement de l’état-major de la brigade La Fayette en Afghanistan, au moins pour la chaîne française de l’opération, le niveau opératif doit être compris comme le niveau de responsabilité stratégique, déporté sur un théâtre d’opération, qui s’appuie sur une structure militaire et civile en charge de planifier et conduire des actions relevant des trois lignes d’opérations : sécurité, développement et gouvernance.

Le débat sur ce niveau opératif reste vif en France pour au moins quatre raisons essentielles :

  • la gestion interministérielle des crises reste un sujet délicat au niveau national ;
  • les opérations récentes illustrent le risque d’un « écrasement » des niveaux de responsabilité : le niveau stratégique pourrait avoir tendance à diriger directement les actions tactiques et, inversement, les actions tactiques peuvent avoir une résonance stratégique ;
  • les moyens SIC modernes facilitent l’échange en temps réel d’informations entre le terrain et les états-majors stratégiques ;
  • très souvent, des états-majors initialement à vocation tactique assurent en même temps des responsabilités de niveau opératif.

Cependant, «l’opératif» reste un niveau de responsabilité indispensable parce que :

  • c’est le niveau de la concrétisation du concept stratégique sur le théâtre d’opération par la conception et l’exécution du plan d’opérations;
  • certaines fonctions ne peuvent être coordonnées efficacement qu’à un niveau intermédiaire entre la sphère stratégique et les composantes tactiques. En Afghanistan, c’est par exemple le cas du soutien et de la logistique de théâtre, des relations avec les acteurs civils présents sur zone, de la maîtrise du rythme des opérations (tempo de la « boucle opérative »), de la synchronisation entre les opérations spéciales et les actions des composantes conventionnelles… ;
  • enfin, c’est un niveau de responsabilités clairement identifié par les alliés et les organisations internationales, dont le maintien est nécessaire pour garantir l’interopérabilité du système de commandement français avec ces derniers ainsi que pour permettre la satisfaction de nos ambitions nationales en termes de positionnement au sein d’une coalition.
Un aide soignant français et un stagiaire afghan soignent un civil à l’hôpital militaire de Kaboul.

Un aide soignant français et un stagiaire afghan soignent un civil à l’hôpital militaire de Kaboul.

Le niveau opératif est donc celui de la cohérence opérationnelle sur les théâtres d’engagement qui répond ainsi simultanément aux quatre principes suivants :

  • Il est généralement associé à une zone géographique donnée.

Même si la notion de « théâtre d’opération » ne doit pas être comprise de façon étroite et dépasse souvent la stricte zone d’engagement aéroterrestre, le niveau opératif reste le niveau de commandement relatif à un théâtre d’engagement donné, sur lequel il incarne la détermination du commandement stratégique et exerce un certain nombre de ses fonctions par délégation comme celle porte parole de la communication stratégique sur le théâtre.

L’acception la plus aboutie de ce principe géographique est la logique de battlespace owner en vigueur en Afghanistan. Dans un espace donné, elle fait du commandant de brigade aujourd’hui, demain peut-être du senior civilian representative qui lui est adjoint, le seul et unique responsable des actions conduites, quelle que soit la ligne d’opérations dont elles relèvent.

  • Il est responsable de la cohérence interarmées, c’est- à-dire de la combinaison des effets opérationnels, notamment des différentes composantes, afin d’atteindre l’état final recherché.

La planification au niveau opératif et la conduite déterminent et produisent les effets nécessaires à l’atteinte des objectifs du niveau stratégique, soit directement soit par l’intermédiaire d’objectifs opératifs. Réciproquement, le niveau opératif éclaire le niveau stratégique sur la réalité du théâtre d’engagement. Il assure notamment l’évaluation de la campagne et en déduit les mesures correctrices à apporter à son niveau, ou à proposer au niveau stratégique voire politico-stratégique.

Rapporté au cas afghan, l’illustration la plus claire en est le dialogue permanent entre le commandement de la Task Force Lafayette et le chef du Centre de planification et de conduite des opérations.

  • Il fixe le tempo des opérations et les priorités d’effort;

Là encore tout est écrit :

« Prérogative de l’art opératif, le rythme des opérations est imposé par le COMANFOR à l’adversaire en exploitant au mieux la variété des capacités d’actions interarmées qui lui sont allouées. Ce rythme résulte d’un choix et non des contraintes extérieures à la décision : circuits logistiques, stocks de munitions, météorologie, attrition, etc. Il suppose une gestion maîtrisée du temps. L’emploi de la force et de ses points d’application sont synchronisés dans le temps, dans l’espace, et dans les effets recherchés. »

Ce sujet est tout à fait central. De fait, dans une zone relativement réduite comme celle de la brigade La Fayette, il s’agit de d’imposer une pression continue sur l’adversaire en variant les points d’application de la manœuvre, leur style (cinétique et/ou non-cinétique), en donnant toute sa place à la déception et sans jamais répéter deux fois le même type d’actions…

  • Il est l’instrument de mise en œuvre concrète de l’approche globale au niveau du théâtre.

Si cette approche globale est impulsée par le niveau stratégique et se décline jusqu’au niveau tactique, le niveau opératif est sans aucun doute l’acteur central de ce concept. En effet, le COMANFOR (Force Commander) est d’emblée, ou devient vite, le correspondant privilégié des représentants politiques des puissances intervenantes, des représentants des organisations gouvernementales ou non, ainsi que des représentants civils ou militaires de la nation-hôte.

Le niveau opératif est donc l’élément clé de la cohérence des actions conduites sur le théâtre, en particulier en veillant à la bonne intégration des actions militaires avec celles des autres acteurs ainsi qu’à la prise en compte des aspirations de la population du pays-hôte.

En bref, le commandant d’une force en opération doit donc « respirer interarmes et interarmées », savoir s’inclure avec naturel et crédibilité dans une coalition internationale, tout en maîtrisant les enjeux interministériels nationaux…

Cet article a été initialement publié dans la revue Doctrine tactique, éditée par le Centre de doctrine et d’emploi des forces (CDEF)

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:55
Aujourd’hui, un chef de section doit-être capable de parler le langage de l’infanterie, de la cavalerie ou encore de l’artillerie. photo EMA

Aujourd’hui, un chef de section doit-être capable de parler le langage de l’infanterie, de la cavalerie ou encore de l’artillerie. photo EMA

 

Un chef de section doit aujourd’hui, au combat, être capable d’appréhender les métiers de ses collègues d’autres armes, mais aussi d’autres armées et d’autres pays. Des réalités, en matière de tactique, qui amènent aujourd’hui à envisager y compris à cet échelon un raisonnement global incluant les enjeux civilo-militaires.


 

En matière de combat aéroterrestre, il est des problématiques qui ne doivent plus faire débat tant les engagements modernes apportent clairement des réponses aux questions posées. Par exemple, le fait « interarmes » s’impose avec une évidence telle qu’il peut difficilement être traité autrement qu’en compilant, au mieux des exemples, au pire des truismes.

 

Tout a déjà été écrit dans le document relatif aux « fondamentaux de la manœuvre interarmes ». Seule la combinaison judicieuse des capacités des différentes fonctions opérationnelles permet de démultiplier l’efficacité d’une opération tactique d’ensemble visant à la fois à contraindre l’adversaire, à contrôler le milieu physique et humain et à influencer les perceptions. Le concept de « one army » auquel tenait tant le général Antoine Lecerf, est une réalité depuis de nombreuses années.

S’il n’est qu’un exemple parmi d’autres, le cas particulier des opérations planifiées et conduites en Kapisa et en Surobi par les soldats français de la brigade La Fayette est particulièrement illustratif de « l’évidence interarmes ».

Pour leurs concepteurs comme pour ceux qui les exécutent, il s’agit de faire preuve de compétence(s) c’est-à-dire de parfaite connaissance des effets et des contraintes d’emploi des capacités utilisées, mais aussi de maîtrise du vocabulaire de chacun. N’oublions pas par exemple que le mot « neutraliser » n’a pas la même signification selon qu’il est prononcé par un fantassin, un cavalier ou un sapeur…

J’ai la conviction que cette compétence est acquise, du fait d’un système de formation performant et du sérieux des mises en condition avant projection.

Tout aussi indiscutables sont les faits « interarmées » et « international ». Afin d’éviter les platitudes, je ne fais que les évoquer sauf pour indiquer que tout comme « l’interarmes », ils sont une réalité à prendre en compte dès les premiers niveaux de commandement. L’avion de chasse ou de transport comme le bâtiment de projection et de commandement, sont aussi familiers au chef de section/peloton que le Caesar ou le drone. Par ailleurs, je suis convaincu qu’un cadre qui ne se sait pas se faire comprendre en langue anglaise militaire, est inutile à ses chefs et à ses soldats.

A mon sens, la vraie problématique est celle de la parfaite compréhension du mot « opératif ». Il me semble que le sujet n’est donc plus seulement l’interarmes, ni même l’interarmées ou l’international, mais bien le « civilo-militaire » dans son acception la plus développée, c’est-à-dire profondément interministérielle.

 

Cet article a été initialement publié dans la revue Doctrine tactique, éditée par le Centre de doctrine et d’emploi des forces (CDEF)

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:50
La tourelle T40 commence à vivre…

19.05.2013 Par Frédéric Lert (FOB)

 

Au cours d’un récent briefing sur ses tourelles, Nexter a montré le dessin de son démonstrateur technologique basé sur un châssis d’AMX-10RC revalorisé, équipé de la tourelle T40. Accident de Powerpoint ou subtil leasing ? Toujours est il que si Nexter n’a encore jamais révélé publiquement l’existence de ce véhicule, les chefs d’état-major des armées de Terre britannique et français avaient apparemment pu en apprécier en avant première la fluidité de mouvement lors d’une présentation en février dernier sur les pistes d’essais de Bourges… Merci au lecteur perspicace de FOB qui nous a transmis le lien vers la vidéo visible ci-dessous

 

Codéveloppée avec BAe Systems au sein de la JV franco-britannique CTAI, la T40 est une tourelle compacté adaptée au combat urbain grâce à une visionique spécifique et une capacité de tir à un angle de 45° en élévation (ou même 60° en option). La tourelle est équipée du canon CT-40 qui tire la munition télescopée de 40mm et  peut également recevoir des lance-missiles latéraux. La T40 est aujourd’hui pressentie pour équiper un futur EBRC, le FRES (Future Rapid Effect System) britannique et une prochaine version de VBCI…

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:55
Les 60 ans de la Grande Dame

23/05/2013 Armée de l'Air

 

Pour son soixantième anniversaire, la Patrouille de France démontrera tout son savoir-faire, notamment les 25 et 26 mai 2013, lors des journées de la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, terre d’accueil de la PAF depuis 1964.

Le 17 mai 1953, l’enthousiasme provoqué par les acrobaties aériennes de quatre F-84G Thunderjet au meeting aérien d’Alger signe l’acte de naissance de la Patrouille de France (PAF). Soixante ans plus tard, la grande Dame, comme elle est affectueusement appelée, se porte comme un charme !

Depuis sa création, la Patrouille de France contribue à tisser des liens puissants entre la Nation et ses aviateurs. Comme le souligne le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, « cet engouement ne s’est jamais démenti, car les Français sont très sensibles à la part de rêve que suscite chacune de ses démonstrations. »

Aux côtés des autres ambassadeurs de l’armée de l’air, tels que les peintres de l’air, la Musique de l’air, les parachutistes ou les équipes de présentations en vol, la PAF offre une vitrine exceptionnelle du savoir-faire des forces aériennes françaises. En effet, ses pilotes, ainsi que l’ensemble de son personnel, proviennent directement des unités de l’armée de l’air. «La Patrouille de France symbolise la quintessence de notre métier, car son ballet est le résultat d’un entraînement régulier et très exigeant, estime le général Mercier. Il y a une vraie continuité entre leur rôle au service de leur mission opérationnelle et celui d’ambassadeurs où ils concrétisent la qualité du travail réalisé dans leurs unités.»

Retrouvez le programme de cet évènement exceptionnel en cliquant sur ce lien :  http://www.60ansdelapaf.fr/

Les 60 ans de la Grande Dame

DVD Patrouille de France

 

Nouvelle référence du genre, ce film retrace son histoire, la vie de l’équipe, l’entraînement des pilotes, leurs frissons, leurs émerveillements. Fou d’avions et de belles images, Éric Magnan, le réalisateur, a capté des moments exceptionnels avec des moyens exceptionnels. Les passionnés y trouveront leur graal, le film dont ils n’avaient jamais osé rêver, tandis que les profanes découvriront une histoire, un univers esthétique et une émotion qui les marqueront à jamais.

D’Éric Magnan ; Airborne films :
www.patrouilledefrancelefilm.com ; Prix du coffret 2 DVD
sorti le 20 juin: 19,99 €.

Les 60 ans de la Grande Dame
Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:50
L'exercice Titanium Falcon met en œuvre des moyens britanniques et français

L'exercice Titanium Falcon met en œuvre des moyens britanniques et français

23/05/2013 Armée de l'air

 

L’exercice franco-britannique Titanium Falcon 13 se déroule du 14 au 24 mai 2013, sur la base aérienne britannique de Leeming. Il sera suivi de Joint Warrior 13-2, exercice de type « livex » (avec mission réelle), au mois d’octobre.

 

Faisant appel à plus de 250 personnes dont 60 Français, il a nécessité le déploiement d’un élément précurseur SIC (systèmes d’information et de communication) du groupement de télécommunications (GT) d’Orléans et du GTSIC aéronautiques d’Évreux, depuis le 26 avril.

 

Cet exercice de type CPX/CAX (command post exercice/computer assistedexercice - poste de commandement assisté par ordinateur) a pour objectif d’entraîner les deux nations, dans le cadre de la préparation à la force franco-britannique interarmées projetable (Combined Joint Expeditionary Force - CJEF) et à la montée en puissance d’un commandement interarmées de la composante «air» (Joint Forces Air Component Command - JFACC) commun aux deux nations.

 

Mis à profit pour confronter les différents modes de fonctionnement des JFACC français et britannique, il favorise le développement des procédures opérationnelles communes et améliore l’interopérabilité des moyens SIC qui seraient utilisés pour une opération réelle conjointe.

 

Au-delà des aspects opérationnels et techniques, cet exercice a également été l’occasion, par les échanges entre les personnels, de renforcer la connaissance mutuelle de nos deux armées de l’air.

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:50
Honneurs militaires sur la Cité de l'air

Honneurs militaires sur la Cité de l'air

23/05/2013 Armée de l'air

 

Le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), a accueilli son homologue polonais, le Lieutenant General Lech Majewski, de la Polish Air Force, dans le cadre d’une visite officielle.

 

Les honneurs militaires lui ont été rendus sur la cité de l’air et base aérienne 117 de Paris-Balard, tandis que les hymnes nationaux des deux pays étaient interprétés par une formation de la Musique de l’air. Le Lieutenant General Majewski s’est ensuite entretenu avec le CEMAA, avant de partir pour la base aérienne 702 d’Avord.

Échange de cadeaux entre les deux CEMAA

Échange de cadeaux entre les deux CEMAA

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:45
Mali: point de situation du 23 mai

23/05/2013 Sources : EMA

 

Point de situation sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 16 mai à 18 heures jusqu'à ce jour 18 heures.

 

Au cours de ces 7 derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ cent vingt sorties, dont la moitié a été consacrée aux opérations de transport dans le cadre de la relève de la brigade Serval.  Une trentaine de sorties a été consacrée au soutien des opérations (ravitaillement et renseignement) et autant à l’appui feu des opérations.

Mali: point de situation du 23 mai

Alors que la relève de la brigade se termine, les opérations se poursuivent. Au centre du pays, sur la boucle du Niger, les unités de la force Serval, depuis Gao, ont poursuivi leurs opérations de sécurisation dans la région. Au Nord, une mission de reconnaissance a été menée dans la région de Tessalit par le 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC).

Mali: point de situation du 23 mai

Du 17 au 20 mai, une trentaine de sapeurs  du 31e  Régiment du génie (31e RG) ont installé un pont « Bailey » à Tassiga, dans l’Est du pays, situé sur un axe majeur entre le Niger et le Nord Mali. Ce pont renforce l’ouvrage détruit par les groupe terroristes en février dernier. Cette opération a permis de rétablir la circulation et par la même occasion les échanges commerciaux avant le début de la saison des pluies. Aux abords du pont, une section de légionnaires du 2e Régiment étranger d’infanterie (2e REI) et une section du bataillon nigérien de la MISMA ont assuré la protection du chantier.

Mali: point de situation du 23 mai

Le 19 mai 2013, une délégation de l’ONU conduite par madame Haq, secrétaire générale adjointe à l’appui aux missions, s’est rendue à Gao pour préparer le déploiement de la Mission des Nations unies de stabilisation au Mali (MINUSMA) à compter de l’été.  A cette occasion, elle a rencontré à Gao le général Kolodziej, commandant la brigade Serval, et à Bamako le général de Saint Quentin, commandant la force Serval.

Mali: point de situation du 23 mai

Le 20 mai 2013 à Gao, a eu lieu le transfert d’autorité entre le Groupement tactique interarmes numéro 2 (GTIA 2) et le GTIA Désert. Le colonel Eric Ozanne, chef de corps du 2e régiment étranger d’infanterie (2e REI) a ainsi succédé au colonel Bruno Bert, chef de corps du 92e régiment d’infanterie (92e RI). Initialement, la brigade Serval comptait 3 GTIA et 1 GAM. Avec la réarticulation du dispositif, un unique GTIA, désormais baptisé « Désert », et 1 GAM arment désormais la brigade Serval. Le GTIA Désert est composé d’unités provenant principalement de la 6e Brigade légère blindée (6e BLB) : un état-major tactique et  une compagnie d’infanterie sur VAB du 2e REI, une compagnie VBCI du 1er Tirailleurs (1er RTIR), une compagnie de combat du génie, un détachement de Fouille Opérationnelle Spécialisée (FOS) et une Equipe Opérationnelle de Déminage (EOD) du 1er Régiment étranger de génie, d’un escadron blindé monté sur AMX 10-RC du 1er Régiment étranger de cavalerie et d’un groupement artillerie composé CAESAR de 155mm et de mortiers de 120mm.

Mali: point de situation du 23 mai

L’ensemble des unités qui compose le GTIA Désert opéreront en vue de faciliter le déploiement sur le terrain de la MISMA, puis de la MINUSMA, ainsi que les forces armées maliennes accompagnées par la mission de l’Union européenne EUTM.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:45

23/05/2013 IRSEM

 

Conférence-débat IRSEM - Ouest France/Lignes de défense, à 18h00

Avec le général de division (2s) Maurice de Langlois, Sonia Le Gouriellec, Oswald Padonou. Table ronde animée par Philippe Chapleau.

 

Locaux de Ouest-France, 38 rue du Pré Botté, Rennes, Métro République.

 

Présentation - Inscriptions

 

Mali, Centrafrique, Livre blanc, terrorisme, coopération...: voici les thèmes dont vont débattre intervenants et auditeurs, lundi 27 mai, lors d'une conférence-débat co-organisée à Rennes par Ouest-France et l'IRSEM. L’IRSEM relance à cette occasion ses forums en les déplaçant dans les régions; cette première expérience aura lieu à Rennes (à 18h), en collaboration avec Ouest-France/Lignes de défense qui l'accueillera dans ses locaux de la rue du Pré-Botté, à Rennes (métro République). L'entrée sera libre.

Au menu: " La présence militaire française en Afrique ".

 

Trois intervenants :

 
- Le général de division (2S) Maurice de Langlois, directeur du domaine "Sécurité européenne et transatlantique" de l'IRSEM,
- Sonia Le Gouriellec, doctorante rattachée à l’IRSEM, spécialiste de l'Afrique de l'Est, qui anime le blog Good Morning Afrika.
-  Oswald Padonou, chercheur béninois, co-auteur du livre Le Bénin et les Opérations de Paix: pour une capitalisation des expériences, L'Harmattan, Paris, 2011. Il est également l'auteur de "La Force Africaine en Attente (FAA) à l’épreuve des crises et conflits : les défis d’un outil à renforcer", communication présentée lors du colloque des 26 et 27 avril 2012 organisé par l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM) à Paris.

 

Philippe Chapleau animera cette table ronde à laquelle les organisateurs invitent tous ceux qui s'intéressent à l'Afrique, aux Opex françaises, à la diplomatie, au développement... Et qui ont envie d'en débattre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories