Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 12:12

Opération Serval

 

06 février 2013 09h57 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - Les forces françaises au Mali déplorent depuis le lancement de la guerre le 11 janvier, outre un mort au tout début, quelques blessés français mais des blessés relativement légers, a déclaré mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sans les chiffrer.

 

Il y a eu quelques blessés français mais des blessés relativement légers. Il y a eu malheureusement un mort, donc c'est une vraie guerre, a-t-il affirmé à la radio Europe 1, sans préciser le nombre de blessés, les circonstances dans lesquelles les militaires ont été blessés ni quand cela s'est produit.

 

Il y a eu des pertes significatives du côté des jihadistes, je ne vais pas faire une comptabilité, a-t-il dit. Mais il y a eu une vraie guerre avec des pertes significatives, a-t-il insisté.

 

Mardi, le ministre de la Défense avait déjà évoqué plusieurs centaines de de combattants islamistes tués.

 

Côté français, il avait déclaré que les forces françaises ont eu pour leur part un mort, le pilote d'hélicoptère tué aux premières heures de l'intervention, et deux ou trois blessés anecdotiques, sans gravité.

 

Mercredi, il n'a pas dit si les blessés qu'il a évoqué étaient ou non les mêmes.

 

Les forces françaises totalisent aujourd'hui 4.000 hommes, soit presque le double de ce qui avait été annoncé au début du conflit. Ce chiffre n'augmentera plus, a précisé mercredi le ministre de la Défense.

 

Ce chiffre de 4.000 équivaut au nombre de militaires déployés en Afghanistan à son maximum en 2010.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 18:36

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1_programmes/tir-aster-1211/image-d-archive-d-un-tir-aster/2167921-1-fre-FR/image-d-archive-d-un-tir-aster.jpg

 

05.02.2013 DGA

 

La première frégate multi-missions (FREMM), l’Aquitaine, a effectué avec succès son premier tir de missile antiaérien en Méditerranée le 4 février 2013, au large du centre DGA Essais de missiles, situé sur l’Ile du Levant. 

 

Le missile Aster 15 a détruit la cible aérienne qui lui avait été désignée. Réalisé sous la responsabilité de la direction générale de l’armement (DGA) et de l’organisme conjoint de coopération d’armement (OCCAR), ce tir a été préparé et conduit avec l’équipage de l’Aquitaine et les industriels DCNS et MBDA.

 

Ce tir important s’inscrit dans le cadre de la vérification des caractéristiques militaires de l’Aquitaine, étape préalable à sa future admission au service actif. La FREMM est le troisième type de bâtiment de la marine nationale à procéder au tir d’un missile Aster, à la suite du porte-avions Charles-de-Gaulle et des frégates de défense aérienne Forbin et Chevalier Paul.

Les FREMM sont des bâtiments fortement armés : missiles de croisière navals, missiles mer-mer 40 Exocet, missiles antiaériens Aster ou encore torpilles MU90. Toutes les FREMM pourront mettre en œuvre un hélicoptère Caïman marine (NH90), ainsi que des forces spéciales et leurs équipements.

 

En termes d’emplois, chaque FREMM représente 3,2 millions d’heures de travail en France. La réalisation des FREMM assure une part très significative de l’activité du site de DCNS à Lorient, mais également celle de nombreux sous-traitants dans sept régions françaises.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 17:55

http://www.ceps-oing.org/content/publications/images/publication_243.jpeg

 

25Janvier 2013 CEPS

 

Plateforme de propositions pour la défense et la sécurité nationale.

 

Ce rapport, qui a mobilisé plus de 80 personnalités membres du CEPS, issues d’horizons et métiers divers, s’inscrit dans la dynamique de réflexion initiée par le gouvernement français visant à actualiser le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

 

Ce document souhaite contribuer à la réflexion et à la prise de décision des différentes personnalités pouvant, à leur niveau respectif, participer à l’élaboration du prochain Libre blanc. Il n’a pas pour objectif de traiter l’ensemble des sujets qu’implique un exercice « de révision générale ». Il a pour ambition de mettre en lumière un certain nombre de point que le CEPS a considérés comme importants.

 

Cette contribution de la société civile exprime bien ce qu’est la vocation du CEPS en tant qu’organisation non-gouvernementale : ouvrir les champs de réflexion et proposer des pistes d’action sans apriori, contribuer au quotidien à l’expression de la démocratie.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 17:55

http://forcesoperations.com/wp-content/gallery/defexpo-2012/photo-escadrille-erbland.jpg

 

05.02.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

Officier, pilote de Tigre et auteur de « Dans les griffes du Tigre » aux Belles Lettres, le capitaine Erbland revient avec FOB sur son expérience du combat en Afghanistan et en Libye.

 

Quel a été votre parcours ?

 

J’ai passé un bac scientifique puis j’ai rejoint une classe préparatoire au lycée militaire d’Aix, avec comme ambition de d’intégrer Saint Cyr. Comme beaucoup de mes camarades, j’avais l’image du béret rouge des parachutistes en tête. Avec cette envie d’aller sur le terrain, au combat… J’ai pourtant passé les tests Alat pour ne me fermer aucune porte. Je les ai bien réussis… Après, j’ai mis six mois à me décider, pour finalement suivre les bons conseils d’Anciens. Tous m’ont dit la même chose : si tu veux faire de l’opérationnel, choisis l’Alat ! Ils ne m’avaient pas menti…

 

L’Aviation Légère de l’Armée de Terre est elle une arme populaire parmi les élèves officiers de St Cyr ?

 

Populaire je ne sais pas. Méconnue, certainement ! Lorsque j’étais à St Cyr, entre 2001 et 2004, on savait peu de choses sur ce que pouvait être cette arme. Ou pour être plus précis, mes camarades et moi la connaissions moins bien que les autres. C’est une situation qui s’explique en partie par sa relative jeunesse et son empreinte moins forte dans l’Histoire. J’espère que les choses ont évolué favorablement et que l’Alat est correctement présentée à la suite de ses engagements en Afghanistan et en Libye.

 

Votre livre participe-t-il à cette meilleure connaissance que vous appelez de vos vœux ?

 

J’aime mon arme et j’ai envie de la faire connaître, mais je n’avais pas l’unique volonté en écrivant ce livre de faire de la retape pour l’Alat… Ce n’était pas mon but. D’ailleurs mon livre n’est pas un panégyrique : il reste très factuel, enrichit de quelques réflexions qui s’appliquent avant tout à l’officier, quelle que soit son arme.

 

Comment en êtes-vous arrivé au Tigre ?

 

J’ai obtenu le 56ème brevet pilote de Tigre de l’EFA (nda : Ecole Franco Allemande du Luc) début 2010. Auparavant, j’avais fait quatre ans de Gazelle. Après avoir obtenu ma qualification Tigre, je suis parti en Afghanistan. Je suis ensuite revenu sur Gazelle, au sein du 1er RHC de Phalsbourg, pour exercer mon commandement à la tête d’une escadrille. Je suis ensuite revenu sur Tigre pour servir de renfort pendant Harmattan, puis lors d’un deuxième séjour à Kaboul.  Maintenant, je prépare l’arrivée du Tigre HAD au sein de mon régiment.

 

Le Tigre est-il un choix populaire parmi les jeunes pilotes sortant de Dax ?

 

Les élèves qui sortent de Dax émettent des vœux pour leur future spécialité : hélicoptères de manœuvre, Gazelle Viviane ou Tigre. Dans les premières années suivant sa mise en service, les places sur le Tigre étaient réservées aux « anciens » ayant déjà une bonne expérience du combat aéromobile. La donne a aujourd’hui changé et les stages Tigre sont maintenant ouverts aux jeunes pilotes. Et l’hélicoptère de combat est très prisé…

 

 Si l’on en revient à votre livre, avez vous été soutenu par votre hiérarchie dans sa rédaction ?

 

Plus qu’un soutien, j’ai trouvé une véritable incitation. Le 11 novembre 2011, j’étais venu à Paris pour participer à différentes interviews avec les médias.  La veille de mon passage à l’antenne, j’ai pu discuter avec le colonel Auriault, chef de la DEP (Division Etudes et Prospectives) qui m’a dit très clairement « vous avez fait beaucoup de choses en opération, maintenant il faut écrire… » J’avais cette envie d’écrire depuis longtemps, mais le colonel Auriault a su m’encourager. Il m’a ensuite aidé à trouver un éditeur. Il a été très présent, à sa manière…

 

à suivre…

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 16:55

VBCI - French Army in Afghanistan with flexible wire cage R

 

05/02/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The French Army's now got its first FELIN-enhanced VBCI (Véhicule Blindé de Combat d'Infanterie) infantry fighting vehicle.

 

Building on the basic design of the French Army's AMX-10P replacement vehicle, it's been modified to support the needs of up to 11 French troops wearing FELIN soldier systems, giving them recharge points and the ability to operate their electronic Manpack systems whilst onboard it.

 

This first FELIN-capable VBCI was supplied to the French Army by DGA (Direction Générale de l'Armement) - the agency tasked with purchasing and overseeing the delivery of new military technologies to the French Army, Air Force and Navy.

 

The Véhicule Blindé de Combat d'Infanterie has been in French Army service since 2008 and the order book currently stands at 630 examples. Protected by 1.45 centimetre-thick armour, the VBCI has a top speed of 100 kilometres per hour and a range of 750 kilometres.

 

VBCI IFV

 

The VBCI IFV's primary armament is a Nexter Systems M811 25mm cannon, backed up by a co-axial 7.62mm machine gun and while the VBCI current equips only France, Spain is reportedly also keen to acquire some examples.

 

"Offering a high level of protection against various threats, it is a true 'base camp' for the infantryman on the battlefield", DGA representatives explained. "For its part, the FELIN soldier system provides a quantum leap in terms of protection, observation, communication, use of weapons, mobility and support for combat soldiers in direct contact with the enemy."

 

VBCI FELIN Upgrades

 

The DGA added: "Eventually, all VBCIs will be adapted for FELIN, either directly on the Nexter production line for the remaining vehicles, or by retrofit in regimental workshops for the 445 VBCI produced since 2008."

 

FELIN - standing for Fantassin à Équipement et Liaisons Intégrés (translated: ‘Integrated Infantryman Equipment and Communications') is the French Army's new-generation dismounted soldier system. It made its frontline debut in September 2010 and, to date, more than 20,000 have been ordered.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:55

DCNS Logo et signature

 

05/02/2013 DCNS

 

Parc des expositions de la Porte de Versailles – Paris, Stand C17

 

DCNS, un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie, est convaincu que la mer est l’avenir de la planète. Les océans détiennent en effet nombre de réponses aux enjeux humains, économiques et environnementaux auxquels la planète va être confrontée dans les prochaines décennies. Le Groupe invente des solutions de haute technologie pour la sécuriser et la valoriser durablement. Fort de ses 400 ans d’expertise dans le domaine de la construction navale et de sa connaissance du milieu marin, DCNS présentera ses solutions innovantes pour répondre à ces nouveaux défis.

 

DCNS a l’ambition de jouer un rôle majeur dans le développement d’une nouvelle filière des énergies marines renouvelables. DCNS présentera les quatre technologies dans lesquelles le Groupe est investi :

 

• l’énergie des courants de marées, captée à l’aide de turbines sous-marines, appelées hydroliennes, qui transforment l’énergie des courants marins en électricité ;

 

• l’énergie du vent en mer, captée à l’aide d’éoliennes flottantes installées au large ;

 

• l’énergie thermique des mers, qui  exploite la différence de température entre les eaux de surface, chaudes dans les mers tropicales, et les eaux froides des profondeurs, pour produire du courant électrique 24 heures sur 24, 365 jours par an ;

 

• l’énergie des vagues, récupérée par des systèmes dits houlomoteurs.

 

l-adroit

 

DCNS accroît les moyens de la Marine nationale face aux problématiques émergentes de sécurité maritime. L’OPV Gowind  L’Adroit, qui sera présenté sur le stand,  répond à ses enjeux de sécurité. En service depuis octobre 2011, L’Adroit a validé plusieurs solutions innovantes, comme l’inspection de navires en mer, grâce à un système de mise en œuvre d’embarcation de contrôle. Il a aussi conduit les premières expérimentations d’emploi d’un drone aérien.

 

DCNS présentera également son expertise des infrastructures et sa capacité à mettre à la disposition des marines sa maîtrise de la conception, la réalisation, la modernisation, la maintenance et l’exploitation des installations industrielles et des équipements portuaires. En partenariat avec les marines internationales, DCNS peut concevoir une base navale complète pour répondre à tous les besoins opérationnels en coopération avec les ressources locales (études d’ingénierie, rédaction du cahier des charges conjointement réalisée avec le client, assistance à maîtrise d’ouvrage sur toute la phase de construction). DCNS met également à disposition de ses clients une offre complète d’optimisation et de rénovation d’infrastructures navales.

 

En ce qui concerne les équipements et les systèmes, DCNS a acquis une grande expérience, notamment à travers la réalisation, l’entretien et la maintenance de nombreux systèmes de combat en service en France et à l’international. DCNS propose également une gamme complète et évolutive de lanceurs verticaux, capables de mettre en œuvre la majorité des missiles actuels et futurs lancés verticalement.

 

Sur le stand de DCNS, vous pourrez découvrir BlooPlanet (www.blooplanet.com), le réseau social de la mer, ouvert au grand public. Blooplanet permet de s’informer et d’échanger sur tous les sujets ayant trait à la mer. La création de ce réseau social s’inscrit dans le cadre de la vision de DCNS pour le futur et repose sur le constat que chaque personne est liée directement ou indirectement à la mer par une activité professionnelle, un intérêt personnel ou un loisir.

 

Pendant Euromaritime, venez échanger avec les experts de DCNS :

 

5 février Workshop : compétitivité des chantiers navals

 

5 février Workshop : navigation du futur et passerelle virtuelle

 

6 février Conférence : les énergies marines renouvelables

 

6 février Workshop : la R&D dans le développement des EMR

 

7 février Workshop : les compétences et les métiers du naval

 

7 février Workshop : réussir à l’international

 

7 février Workshop : navigation du futur et sûreté maritime

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:55

VBCI couv-tim-dossier-equipement

 

5 February 2013 army-technology.com

 

France's defence procurement agency (DGA) has handed over the first fantassin à equipements et liaisons intégrés (FELIN) compatible VBCI armoured infantry fighting vehicle to the French Army.

 

The VBCI vehicle crew, equipped with the FELIN system, can recharge the batteries of onboard power systems, as well as help them improve dismount operations preparation by providing capabilities for using communication equipment from inside the vehicle.

 

Manufactured by a consortium of Nexter Systems and Renault Trucks Defense, the VCBI is a wheeled 8×8 infantry fighting vehicle designed to safeguard infantry units against a broad spectrum of ballistic threats, such as improvised explosive devices (IEDs) and rocket-propelled grenades (RPG) in the battlefield.

 

Capable of accommodating 11 soldiers and their associated kits in its infantry combat version, the vehicle entered into operational service with the French Army as a successor to the AMX10P vehicle in 2008.

 

A total of 445 VBCI vehicles have been developed by the company out of an ordered 630, with the final vehicle set for delivery by 2015.

"FELIN is a high-tech integrated infantry suite chosen by the French Army for all its infantry units as part of its soldier modernisation programmes."

 

Built by Sagem, FELIN is a high-tech integrated infantry suite chosen by the French Army for all its infantry units as part of its soldier modernisation programmes.

 

Designed to improve mission readiness of the dismounted soldier, the system offers enhanced protection, observation, command, control, computers, communications and intelligence (C4I), weapons use, as well as mobility and support.

 

The suite has its first foreign deployment in December 2011 in Afghanistan; it features communications and information systems, combat gear, day/night sights for individual and crew weapons, day/night-vision and observation equipment, as well as a protective vest.

 

All VBCIs are scheduled to be altered to support the FELIN system and the transformation process could either be directly on the vehicles currently under production, or through retrofit in regimental workshops for already developed vehicles.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:01

Opération Serval

 

5 février 2013 Guysen International News

 

Un débat sur la situation et l'avenir du Mali aura lieu le 27 février à l'Assemblée nationale, a-t-on appris à l'issue de la Conférence des présidents de l'Assemblée. Ce débat se déroulera à la demande du groupe socialiste sur le thème "Mali : au-delà de l'intervention militaire, perspectives de reconstruction et de développement".

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 12:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/terre/terre-images/images-articles/photo-capitaine-erbland/2138551-1-fre-FR/photo-capitaine-erbland.jpg

 

 

4 février 2013 par Bruno Rivière – Aerobuzz.fr

 

Le Capitaine Brice Erbland est pilote d’hélicoptère, notamment du Tigre. Il raconte quelques unes de ses missions en Libye et en Afghanistan, dans un livre intitulé « Dans les griffes du Tigre ». Une version de la guerre vue de l’intérieur.

 

Capitaine à 32 ans, Saint-Cyrien et pilote de l’Armée au sein de l’ALAT (Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui opère les hélicoptères d’attaque, Brice Erbland raconte pour la première fois ses combats. Au cours de l’année 2011, Brice Erbland a été chef de mission en Libye et en Afghanistan. Son livre « Dans les griffes du Tigre » (Editions Les Belles Lettres, collection Mémoires de guerre), petit ouvrage d’une centaine de pages, sobrement illustré, et rédigé un peu à la manière de compte-rendus officiels, n’est pas un plaidoyer à la grandeur de l’Armée française, ni même une leçon de morale destinée à « valider » les combats. C’est beaucoup plus simple que cela. « Dans les griffes du Tigre » est juste le récit de quelques actions aériennes que l’auteur a vécues en opération. Des témoignages racontés à la première personne, avec infiniment d’humilité, de respect, et d’humanité. L’auteur y parle de ses peurs, de ses angoisses, de ses fiertés.

 

C’est donc très humain, vraiment très humain. « Même dans le combat d’hélicoptères, où les équipages ont la sensation d’être isolés dans leur cockpit, il n’y a pas d’individualisme. Ce n’est pas « l’homme et la machine », mais bien, « l’homme et l’homme » avec toutes les grandeurs et les subtilités des relations humaines.  » (page 91). Rentrant de mission au cours de laquelle le pilote-auteur a « liquidé » un insurgé afghan « chef insurgé de la vallée de Bedraou tué par tir hélicoptère cet après-midi près de Tagab  », mais où un soldat français est également tombé, il lâche à un camarade : « Celui-là, on l’a vengé ! Je regrette aussitôt mes paroles même si elles ne semblent pas le choquer outre mesure. Je tombe inexorablement dans la loi du talion. Cette réaction est sans doute profondément humaine et a dû être partagée par bon nombre de soldats peinés de voir leurs frères d’armes tués de cette façon. N’est-ce pas Sophocle qui écrivait qu’on ne doit haïr un ennemi qu’en se disant qu’il redeviendrait un jour notre ami ? Mon Dieu que c’est dur ! » (page 16).

 

Brice Erbland mettra d’ailleurs du temps à s’en remettre. « Impossible de penser à autre chose, ce scénario se répète à l’infini devant mes yeux. […] Une psychologue des armées m’expliquera lors de mon départ d’Afghanistan que cette réaction tout à fait normale s’appelle un « phénomène d’identification ». Pour la plupart des autres tirs où j’ai tué des êtres humains, en Afghanistan ou en Libye, je pense avoir toujours inconsciemment justifié mon acte par le fait que des soldats français, au sol ou à bord d’autres hélicoptères, auraient pu trouver la mort si je n’avais pas agi.  » (page 21).

 

Des hélicoptères, il en est évidemment question tout au long de l’ouvrage. Des Tigre, d’abord, que pilote la capitaine Erbland. Hélicoptère d’attaque des unités opérationnelles de l’Armée de terre française depuis 2007, le Tigre est piloté à deux en tandem. L’efficacité de ses équipements et de son armement, notamment un viseur, comportant une caméra thermique, installé entre le cockpit et le rotor et couplé à un canon de trente millimètres en font un des meilleurs hélicoptères de combats modernes. Et puis l’inépuisable Gazelle, en service dans l’Armée de terre depuis près de quarante ans, et équipée soit d’un canon de vingt millimètres, soit d’une caméra thermique et de missiles Hot (Haut subsonique Optiquement Téléguidé). « En arrivant, nous prenons notre schéma d’évolution habituel : le Tigre en cercle à mille pieds du sol, et la Gazelle deux cents pieds au-dessus dans le sens inverse… » (page 9).

 

Le capitaine Erbland parle d’ailleurs des hélicoptères sans détours : « certains voudraient déjà enterrer l’hélicoptère au profit des drones ; je crois au contraire que le combat mené à partir d’hélicoptères n’en est qu’à ses débuts, tant les possibilités sont grandes et l’efficacité mesurée. Très peu d’armées dans le monde occidental possèdent de nos jours une aviation légère capable de manœuvrer à l’échelle d’une escadrille et de combattre à la fois de nuit, à partir d’un bâtiment de la marine nationale, au milieu des montagnes ou encore en pleine zone urbaine. L’Armée française est l’une d’entre elles.  » (page 6).

 

Enfin, il est parfois question ici … de questions. «  Nous arrivons près de la place d’arme du régiment, où un véhicule m’attend pour me conduire au port de Toulon afin d’embarquer. […] Nous y sommes une fois de plus. Cet instant est détestable entre tous et semble interminable. J’embrasse ma femme, […] puis je serre dans mes bras chacun de mes enfants, avec cette indicible voix qui répète inlassablement dans ma tête que c’est peut-être la dernière fois. Leur regard de peine incomprise me fend le cœur. « Pourquoi tu pars, papa ? » Vaste question ma fille ». (page 59)

 

http://www.aerobuzz.fr/local/cache-vignettes/L311xH475/PILOTE_TIGRE_biblio-f985c.jpg

Dans les griffes du Tigre De Brice Erbland

Editions Les Belles Lettres, collection Mémoires de guerre

122 pages (15 photos) – 14,90 euros ISBN : 978-2-251-31004-6

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 12:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/terre/terre-images/images-articles/exercice-aerotransporte-75e-section-d-eclaireurs-de-montagne/2167152-1-fre-FR/exercice-aerotransporte-75e-section-d-eclaireurs-de-montagne.jpg

75e section d’éclaireurs de montagne

 

05/02/2013 C. Boisgelot - Sources : EMHM

 

Comment acquérir les fondamentaux pour être opérationnel lors des missions sur des théâtres d’opérations extérieures ? C’est l’objectif de l’exercice aérotransporté qui s’est déroulé la dernière semaine de janvier.

 

Mercredi 23 janvier, à Annecy : les 35 futurs sous-officiers de la section d’éclaireurs de montagne, la SEM 75, écoutent avec attention les instructions lancées par le commandant de bord du Puma : « Respectez les consignes, il en va de votre sécurité et de celle de votre groupe et de la nôtre ». Au cours de cet exercice, ces sous-officiers ont appris à se former aux opérations rudimentaires d’embarquement et de débarquement d’un hélicoptère. Une formation « qui a pour objectif de leur permettre d’avoir une bonne connaissance d’un des outils de travail majeur de l’armée de Terre, outils qu’ils utiliseront lors des opérations extérieures ou en France avec leurs hommes » souligne le capitaine Vincent Briouze, chef de la SEM.

 

Une formation en terrain enneigé et en situation opérationnelle où chaque sous-officier apprend l’importance vitale de la notion du groupe, le sens de la cohésion, l’esprit de la vie en corps de troupe. « C’est une grande première  pour moi, qui vient du civil ainsi que pour beaucoup d’élèves sous-officiers, ce n’est pas si simple ! » déclare l’EVSO Guillaume Corroy, jeune nancéien de 24 ans. Une période enrichissante et forte d’émotions partagées et « d’instants grisants lorsque nous sommes déposés dans la pampa blanche à la recherche de la zone de posé hélicoptère avant d’être de nouveau embarqués » remarque  l’EVSO Guillaume Corroy.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 11:55

DCNS Logo et signature

 

2013/02/05 DCNS

 

Parc des expositions at Porte de Versailles – Paris, stand C17

 

DCNS, a world leader in naval defence and an innovative player in energy, firmly believes that the sea represents the future of the planet. The oceans offer a number of solutions to the human, economic and environmental challenges that our planet will be facing in the coming decades. The Group is inventing high-tech solutions to sustainably secure and develop its potential. Benefiting from 400 years of expertise in shipbuilding and from its in-depth understanding of the marine environment, DCNS will present its innovative solutions to meet these new challenges.

 

DCNS has the ambition of playing a major role in the development of a new line of marine renewable energies. DCNS will present the four technologies in which the Group has invested:

 

• the tidal energy generated using underwater turbines known as “tidal turbines”, which convert the energy of marine tidal streams into electricity;

 

• the offshore wind energy generated by offshore floating wind turbines;

 

• the ocean thermal energy conversion (OTEC) technology that exploits the difference in temperature between the warm surface water of tropical oceans and the cold water found in the ocean depths to generate electrical power 24 hours a day, 365 days a year;

 

• the wave energy, recovered through wave energy conversion systems.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/batiments/l-adroit/l-adroit2/1420323-1-fre-FR/l-adroit.jpg

photo Marine Nationale

 

DCNS is growing the French Navy’s resources for combating the emerging challenge of maritime security. The Gowind OPV L’Adroit, which will be presented on its stand, handles these security issues. Operational since October 2011, L’Adroit has validated several capacities, such as ship inspection at sea, through an inspection boat operating system. It has also conducted the first experiments in the use of flying drones.

 

In addition, DCNS will present its infrastructure expertise and its capacity to offer navies its skills in the design, construction, modernization, maintenance and operation of industrial and harbour facilities. In partnership with international navies, DCNS can design a complete naval base in order to meet all operational requirements, in collaboration with local resources (engineering studies, joint drafting of specifications with customer, and owner assistance throughout the construction phase). DCNS also offers its customers a full line of naval infrastructure optimization and renovation services.

 

With regard to equipment and systems, DCNS has acquired extensive experience, in particular in the production, servicing and maintenance of numerous operating combat systems in France and internationally. DCNS also offers a comprehensive and scalable line of vertical launchers that can handle most current and future vertically launched missiles.

 

On the DCNS stand, you will be able to discover BlooPlanet (www.blooplanet.com), the marine social network, open to the general public. BlooPlanet provides information and allows discussions on all ocean-related issues. The creation of this social network is part of the DCNS vision for the future, and is based on the fact that each person is connected to the sea, whether directly or indirectly, for professional, personal or recreational reasons.

 

At Euromaritime, come talk with DCNS experts:

 

February 5 Workshop: competitiveness of naval shipyards

 

February 5 Workshop: navigation of the future and virtual gateway

 

February 6 Conference: marine renewable energies

 

February 6 Workshop: R&D in the development of MRE

 

February 7 Workshop: naval skills and businesses

 

February 7 Workshop: succeeding internationally

 

February 7 Workshop: navigation of the future and maritime safety

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

Skylander SK-105 photo GECI International

 

04 février 2013 Par Pascale Braun (Lorraine) - Usinenouvelle.com

 

Le tribunal de commerce de Briey a étudié à huis clos deux offres de reprise de l’avion lorrain Skylander. Le délibéré est attendu jeudi.

 

Une surprise attendait les salariés de Skylander lundi matin 4 février à l’audience du tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle). A l’offre de reprise présentée par le français Lionel Potron, actionnaire majoritaire de Hong Kong Aero Technology Group Corporation, s’est ajouté une nouvelle proposition émanant du groupe Yantai Taihai. "Les représentants du personnel n’avaient jamais eu connaissance de ce projet, que nous avons découvert à l’audience. Les deux offres prévoient la reprise des 143 salariés restants, mais aucun investisseur n’a encore apporté de fonds", souligne Nathalie Hannis, porte-parole CFE-GCE de l’entreprise.

 

Adossé à Catic-Avic, leader de l’aéronautique en Chine, Yantai envisage la construction de 50 avions en Lorraine et de 50 autres en Chine. Dans cette hypothèse, Taihai rachèterait Reims aviation, filiale de Geci Aviation qui détient Skylander. Le dirigeant du groupe, Serge Bitboul, qui semble associé au projet, pourrait dans ce cas espérer rentrer dans ses fonds.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/ravitaillement-en-fl-che-de-la-fasm-jean-de-vienne-par-le-pr-meuse-1-marine-n-iso-8859-1-q-ationale-2ejpg/2166406-1-fre-FR/ravitaillement-en-fl-che-de-la-fasm-jean-de-vienne-par-le-pr-meuse-1-marine-n-iso-8859-1-q-ationale-2ejpg.jpg

Ravitaillement en flêche de la FASM Jean de Vienne

par le PR Meuse

 

04/02/2013 Sources Marine nationale

 

L’entraînement Gabian s’est achevé le 1er février 2013 en mer Méditerranée. Aux côtés de la frégate italienne Libeccio, huit bâtiments de la Force d’action navale, des hélicoptères, des avions de patrouille maritime et la FREMM Aquitaine, présente à Toulon depuis quelques jours, ont pris également part aux entraînements.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/exercice-de-lutte-asym-trique-pendant-l-exercice-gabian-2013-en-m-diterrann-e-marine-iso-8859-1-q-_nationale-2ejpg/2166445-1-fre-FR/exercice-de-lutte-asym-trique-pendant-l-exercice-gabian-2013-en-m-diterrann-e-marine-iso-8859-1-q-_nationale-2ejpg.jpg

 

La force, conduite par le commandant de la frégate anti-sous-marine (FASM) Jean de Vienne a manœuvré entre les îles d’Hyères et les zones au large. Seule une sortie de type à plusieurs bâtiments permet de réaliser autant d’exercices en une si courte période. Les moyens engagés ont été mutualisés et les bâtiments se sont entraînés à des exercices supérieurs de lutte au-dessus de la surface, à des tirs sur cibles tractées par aéronef rapide, à des ravitaillements à la mer, en flèche*, et à des exercices de lutte contre les menaces asymétriques. Le Jean de Vienne a effectué des tirs contre terre avec le Libecciosur le champ de tir de l’île du Levant et réalisé plusieurs manœuvres aviation de jour comme de nuit avec l’hélicoptère embarqué italien type AB 212.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/fremm-aquitaine-pendant-l-exercice-gabian-2013-en-m-dite-iso-8859-1-q-rran-e9e_-_-a9_marine_nationale-2ejpg/2166416-1-fre-FR/fremm-aquitaine-pendant-l-exercice-gabian-2013-en-m-dite-iso-8859-1-q-rran-e9e_-_-a9_marine_nationale-2ejpg.jpg

FREMM Aquitaine - exercice Gabian 2013

 

Cette courte période de navigation a permis de renforcer le partenariat avec la marine italienne.

 

* Action peu fréquente et délicate au cours de laquelle les deux bâtiments – le ravitailleur et le ravitaillé – sont positionnés l’un derrière l’autre.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/piraterie/18-06-09-atalante-la-fregate-aconit-integre-la-force-europeenne/la-fregate-aconit/319687-1-fre-FR/la-fregate-aconit.jpg

photo Marine nationale

 

4 février 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le capitaine de vaisseau Xavier Gariel, adjoint organique à Toulon au commandant de la Force d’action navale, fera reconnaître le jeudi 7 février à 09h00 le capitaine de frégate Geoffroy Roussel comme nouveau commandant de la frégate « Aconit », il succédera au capitaine de vaisseau Olivier de Saint Julien.

 

Au printemps dernier, la frégate Aconit a participé à la mission Atalante de lutte contre la piraterie. En décembre 2012, elle a effectué une patrouille en Méditerranée.

 

Source : Marine Nationale (Force d’Action Navale)

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

fremm-aquitaine-1-c-marine-nationale

 

05/02/2013 Mer et Marine

 

La première frégate multi-missions française a réalisé hier, avec succès, un tir de missile surface-air Aster 15. Celui-ci a été mené en Méditerranée, au large du centre DGA Essais de Missiles de l’île du Levant. « Ce tir a permis aux marins de l’Aquitaine de valider très concrètement toutes les étapes de mise en œuvre d’un missile de type Aster 15 depuis une FREMM. La séquence de tir va du chargement du missile à bord à la destruction effective de la cible en passant par les phases-clés de détection de l’objectif par le radar et de traitement par les opérateurs du système de combat du bateau », explique le capitaine de vaisseau Benoît Rouvière, commandant de la frégate.

 

7 classes de bâtiments équipés

 

tir-aster-a-bord-du-charles-de-gaulle-4 29.03.2012 Marine

 

Entrant dans le cadre de la phase Vérification des Capacités Militaires (VCM) de l’Aquitaine, préalable à l’admission au service actif du bâtiment, prévue en fin d’année, ce tir marque l’arrivée du missile de MBDA sur une nouvelle plateforme. Mis en œuvre pour la première fois sur le porte-avions Charles de Gaulle, l’Aster a ensuite équipé les trois frégates saoudiennes du type F3000, les six frégates singapourienne de la classe Formidable (Delta), les quatre frégates franco-italiennes du type Horizon (Forbin/Andrea Doria) et les six destroyers britanniques du type 45 (Daring), avant d’arriver sur les nouvelles FREMM, dont 11 exemplaires ont pour le moment été commandées par la France et une unité par le Maroc. L’Aster 15 équipera également le futur bâtiment de débarquement et de soutien logistique algérien, actuellement en construction en Italie.

 

Lancement du MdCN en 2014

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/15/Stormshadowcrop.JPG/648px-Stormshadowcrop.JPG

 

L’Aquitaine pourra mettre en œuvre 16 missiles Aster 15, un engin conçu dès l’origine pour s’opposer aux missiles antinavire les plus récents et contrer une attaque saturante. Il s’agit du principal moyen d’autoprotection de la FREMM contre des menaces aériennes. La frégate de 142 mètres de long et 6000 tonnes de déplacement en charge pourra également embarquer 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3 et 16 missiles de croisière Scalp Naval (MdCN), également produits par MBDA, et dispose en outre d’une tourelle de 76mm, de tubes lance-torpilles pour MU90 et d'un hélicoptère Caïman Marine (NH90). On notera que ce n’est pas l’Aquitaine mais son premier sistership, la Normandie, qui effectuera le premier tir de MdCN, prévu au printemps 2014. La seconde FREMM française devrait, aussi, être la première à recevoir les deux canons télé-opérés de 20mm Narwhal de Nexter, qui seront positionnés à l’arrière, au dessus du hangar hélicoptère.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55
Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

Assemblée nationale française.svg

 

5 février 2013 comptes-publics.fr

 

Mardi 5 février 2013, la commission de la défense de l’Assemblée nationale auditionne Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, sur le Mali (16h15).

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:55

http://teesships.co.uk/flushing2009/days/day2/014louiseruss300709x2.jpg

 

05/02/2013 Mer et Marine

 

Un grand navire roulier blanc et rouge a fait son apparition hier dans la rade de Toulon. Un bateau à l’allure familière puisqu’il ressemble beaucoup aux bateaux exploités par la compagnie turque UN RO-RO pour le transport de remorques de camions entre le port varois et Tekirdag, à l’ouest d’Istanbul. Le navire a d’ailleurs, comme ceux-ci, rejoint le port civil de Brégaillon. Mais en fait, il n’a rien à voir avec l’autoroute maritime franco-turque et, après son avitaillement, il doit rejoindre aujourd’hui l’arsenal. Appartenant à la compagnie néerlandaise Ernst Russ, le Louise Russ est, en réalité, affrété par le ministère français de la Défense afin d’embarquer un nouveau chargement de matériel militaire. Une cargaison très probablement destinée à l’opération Serval, au Mali. Interrogé sur la nature du chargement et sa destination, l’Etat-major des Armées n’a, toutefois, pas souhaité faire de commentaire sur le sujet.

 

Construit en 2008, le Louise Russ est, en tous cas, capable d’embarquer un chargement très important. Long de 174 mètres pour une largeur de 25.5 mètres, ce navire, immatriculé à Gibraltar, dispose de deux ponts représentant 2500 mètres linéaires de garages, soit une capacité maximale d’environ 350 véhicules, embarqués et débarqués au moyen d’une grande rampe située à l’arrière. Le navire est, par ailleurs, conçu pour transporter jusqu’à 426 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), dont 80 reefer (conteneurs réfrigérés pour les produits frais).

 

BPC Dixmude 23.01.2013 photo Marine Nationale

 

Pour mémoire, deux importants chargements de matériels militaires sont déjà partis pour le Mali dans le cadre de la projection stratégique par voie maritime. Alors que le bâtiment de projection et de commandement Dixmude a débarqué à Dakar, le 28 janvier, les 500 hommes et 140 véhicules d’un Groupement tactique interarmes (GTIA), le roulier MN Eider est arrivé dans le port sénégalais avec environ 250 véhicules et une centaine de conteneurs appartenant notamment à la 1ère Brigade logistique.

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 01:45

FREMM frigate Aquitaine Nov 2011 (Photo DCNS)

 

04/02/2013 Sources : Marine nationale

 

Le lundi 4 février 2013, l’Aquitaine, première frégate de la marine nationale de la classe FREMM (Frégate Multi-Missions), a effectué avec succès son premier tir de missile antiaérien Aster 15 en Méditerranée, au large du centre d’essais de missiles de la Direction Générale de l’Armement situé sur l’Ile du Levant. La FREMM est le troisième type de bâtiment de la marine nationale à procéder au tir d’un missile Aster à la suite du porte-avions Charles de Gaulle et des frégates de Défense Aériennes Forbin et Chevalier Paul.

 

Ce tir important s’inscrivait dans le cadre de la Vérification des Caractéristiques Militaires (VCM) de l’Aquitaine, étape préalable à sa future Admission au Service Actif (ASA) au sein de la marine. « Ce tir a permis aux marins de l’Aquitaine de valider très concrètement toutes les étapes de mise en œuvre d’un missile de type Aster 15 depuis une FREMM »  précise le CV Benoît Rouvière, commandant de la frégate. « La séquence de tir va du chargement du missile à bord à la destruction effective de la cible en passant par les phases-clés de détection de l’objectif par le radar et de traitement par les opérateurs du système de combat du bateau ».

 

Ce tir a été préparé et conduit en coopération entre l'équipage de l'Aquitaine et des équipes de la DGA, de DCNS, de MBDA et de l'OCCAR (Organisme Conjoint de coopération d'Armement). Pour tous, ce succès marque une nouvelle étape dans la démonstration des capacités offertes par la FREMM. « La validation de ce tir Aster dote l’Aquitained’une capacité fondamentale de son système d’autodéfense » ajoute le CV Rouvière.

 

Les FREMM sont des bâtiments fortement armés : missiles mer-mer 40 Exocet, missiles antiaériens Aster, torpilles MU90. Les 9 premières frégates, réaliseront des missions à dominante lutte anti-sous-marine, alors que les 2 dernières frégates, spécialisées dans la lutte anti-aérienne, sont conçues pour protéger un groupe aéronaval ou amphibie contre les aéronefs et les missiles. Toutes les FREMM pourront mettre en œuvre un hélicoptère Caïman marine (NH90), ainsi que des forces spéciales et leurs équipements.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 19:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/espace-collaboratif/redaction-dicod/le-commissariat-a-l-energie-atomique3/2166169-1-fre-FR/le-commissariat-a-l-energie-atomique.jpg

 

04/02/2013 Economie et technologie

 

Le ministre de la Défense s'est rendu jeudi 31 janvier 2013 à Bruyères-le-Chatel dans l'Essonne, pour visiter la direction des applications militaires (DAM) du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

Lors de son déplacement à Bruyères-le-Chatel dans l'Essonne, le ministre de la Défense a visité la Direction des applications militaires du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA / DAM).

Dans le cadre des lois de programmation militaire, le CEA développe les programmes nécessaires pour garantir la pérennité de la dissuasion nucléaire française. À la suite de l'arrêt des essais nucléaires, il met en œuvre le programme « Simulation », qui s'appuie sur d'importants moyens expérimentaux et de calcul (Airix, Laser Mégajoule, Supercalculateur Tera).

 

Le CEA a mis en place dans le secteur de la simulation numérique, le centre de calcul défense, autour du supercalculateur Tera 100 sur son site de la DAM Ile-de-France (Bruyères-le-Châtel). A proximité de ce site, le Très grand centre de calcul (TGCC) du CEA accueille la machine de calcul européenne Curie, infrastructure réalisée dans le cadre du partenariat européen Prace (Partnership for Advanced Computing in Europe).

 


La Direction des Applications Militaires du commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA / DAM)

 

 

La DAM a notamment pour mission de concevoir, fabriquer, maintenir en condition opérationnelle puis démanteler les têtes nucléaires qui équipent les forces océaniques et aéroportées françaises. Elle est aussi chargée de la conception et de la réalisation des réacteurs nucléaires équipant les bâtiments de la marine nationale, sous-marins et porte-avions, et assure leur maintenance opérationnelle.

 

Désormais, elle est en mesure de garantir sur le long terme la fiabilité et la sûreté de ces têtes sans recourir aux essais nucléaires. A cette fin, une des priorités de la DAM est de mettre en œuvre le programme Simulation.

 

Elle est également responsable de l'approvisionnement des  matières nucléaires pour les besoins de la Défense. Le suivi de l ’impact sur l’environnement de ses activités fait l’objet d’une attention soutenue.

 

Dans un monde en profonde mutation, la DAM contribue à la sécurité à travers l’appui technique qu’elle apporte aux autorités, pour les questions de désarmement, de lutte contre la prolifération nucléaire et le terrorisme.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 18:59

Thales-logo.jpg

 

04/02/2013 Ministère de la Défense

 

Le campus Cristal de Thalès à Gennevilliers a été inauguré cet après-midi par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à l’invitation de Jean-Bernard Levy, Président-Directeur général du groupe Thalès.

 

Ce nouveau site, dont la construction a été achevée à l’été 2012, rassemble 3300 personnes, dont 2500 ingénieurs, qui conçoivent des produits de télécommunications aux technologies les plus avancées, utilisés dans le domaine de la défense et de la sécurité.

 

« Les industries de défense sont un outil décisif de notre capacité d’action militaire, comme je peux le constater chaque jour au Mali. C’est aussi un secteur-clé  dans la bataille du Gouvernement pour la croissance et l’emploi. L’investissement public en matière de défense est un atout au service de la compétitivité de notre économie nationale, Thalès en est le meilleur exemple. Je tenais à le dire ici, chez Thalès avec Jean-Bernard Lévy », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

 

A l’occasion de cette visite, conformément aux engagements du Pacte Défense PME annoncé le 27 novembre dernier, Jean-Yves Le Drian et Jean-Bernard Levy ont signé une convention bilatérale associant le ministère de la Défense et le groupe Thalès. Cette convention a pour but de favoriser la croissance des PME sous-traitantes de ce groupe industriel. Jean-Yves Le Drian a rappelé qu’il avait signé les premières conventions avec EADS le 12 décembre, Safran le 14 janvier, et que le travail se poursuivait avec d’autres maîtres d’œuvre pour la signature prochaine de nouvelles conventions bilatérales.

 

Ce que prévoit la convention signée entre le ministère de la Défense et Thalès :

 

-          Améliorer l’accès des PME aux programmes de défense dont Thalès est maître d’œuvre : Thalès s’engage à mieux informer les PME sur ses orientations et besoins, en particulier en matière de R&T ;

 

-          Favoriser des relations équitables et partenariales entre PME et donneur d’ordre : (propriété intellectuelle, pénalités de retard, etc.) ;

 

-          Développer et pérenniser la base industrielle et technologique de défense en s’appuyant sur les PME : Thalès s’engage par exemple à rechercher la pérennisation de ses relations sur toutes les phases d’un projet (étude amont, développement, maintien en condition opérationnelle, retrait du service) ;

 

-          Contribuer au développement international des PME : Thalès fera bénéficier ses PME sous-traitantes et fournisseurs sur les marchés nationaux de sa force commerciale à l’international ;

 

-          Suivre l’exécution de la convention : un état des lieux annuel vers l’Etat sera réalisé, et un correspondant PME sera désigné au sein de Thalès.

 

« La signature de cette convention entre l’Etat et Thalès marque le soutien concret que nous souhaitons apporter ensemble au développement des PME et des ETI au service de la défense de notre pays et plus largement de l’innovation, de la compétitivité », a indiqué Jean-Yves Le Drian.

 

Bâti autour de 4 axes, le Pacte Défense PME prévoit 40 mesures concrètes et immédiates :

 

-          Mieux prendre en compte les PME dans la stratégie d’achat de l’ensemble du ministère à travers une nouvelle dynamique et de nouvelles pratiques ;

 

-          Consolider dans la durée le soutien financier à l’innovation des PME pour faciliter le passage de la recherche au développement ;

 

-          Prendre des engagements réciproques entre le ministère et les maîtres d’œuvre industriels, dans le cadre de conventions bilatérales, pour favoriser la croissance des PME ;

 

-          Renforcer l’action en région via un nouveau dispositif de soutien des PME.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 17:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/espace-collaboratif/redaction-dicod/le-portail-d-informations-du-shom/2165256-1-fre-FR/le-portail-d-informations-du-shom.jpg

Le portail d'informations du SHOM

 

04/02/2013 Communauté Défense

 

Le service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) a mis en place un nouveau portail d’information géographique maritime et littorale. Il est accessible à tous depuis le 28 janvier 2013.

 

Le portail data.shom.fr, en service depuis le 28 janvier dernier, rassemble toutes les données de référence du service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM). Cet établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la Défense a pour vocation de connaitre et de décrire l’environnement physique marin et d’en prévoir l’évolution. Ce portail d’information géographique maritime et littorale, accessible gratuitement, permet d’accéder à une cartographie détaillée, pouvant inclure des éléments des bases de données maritimes et littorales comme le positionnement d’épaves, et de connaître les marées, la bathymétrie ou encore les courants.

 

Mis à jour régulièrement, ce portail devrait évoluer pour devenir une plateforme de services en ligne. Le SHOM prévoit notamment un service de calcul des prédictions de marées pour les professionnels. Une interface cartographique permettra également d’importer des données, de créer des cartes en ligne en mode collaboratif ou de contribuer a la tenue a jour des produits du SHOM.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 17:30

Jean-Bernard Lévy

 

04/02/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le nouveau PDG de Thales va annoncer une réorganisation de l'état-major du groupe d'électronique ce mercredi à l'occasion d'un comité central d'entreprise. Il va s'appuyer sur Patrice Caine qui sera son bras droit pour l'interne, en tant que directeur général en charge des opérations et sur Pascale Sourisse pour l'international en tant que directrice générale.

 

Plus d'un mois après son arrivée à la tête de Thales, le nouveau PDG de Thales, Jean-Bernard Lévy y voit beaucoup plus clair sur la prochaine organisation de son groupe. L'ancien patron de Vivendi, qui continue à jouir d'une image très positive en interne, va annoncer une réorganisation de l'état-major du groupe d'électronique ce mercredi à l'occasion d'un comité central d'entreprise (CCE), comme "Les Echos" l'ont révélé vendredi. Il va s'appuyer sur deux personnes pour redresser l'électronicien, selon nos informations : Patrice Caine sera son bras droit pour l'interne, en tant que directeur général en charge des opérations et Pascale Sourisse, avec qui Jean-Bernard Lévy s'entend plutôt bien, pour l'international en tant que directrice générale. Elle n'aura plus un rôle de terrain comme précédemment mais sera en charge de développer le business à l'international. Patrice Caine, très respecté partout où il est passé en interne, continue à être le garant de l'esprit du groupe d'électronique. Enfin, comme La Tribune l'avait annoncé début janvier, Jean-Bernard Lévy va réduire le nombre de divisions pour passer à six (au lieu de sept).

 

Deux proches de Jean-Bernard Lévy arrivent chez Thales

 

En outre Jean-Bernard Lévy fait appel à deux proches. L'actuel secrétaire général de SFR, Philippe Logak, rejoint l'ancien patron de Vivendi chez Thales, selon une information confirmée du "Figaro". Il y occupera le poste de secrétaire général. Avocat, maître des requêtes au Conseil d'Etat, ce brillant X-Mines, est passé par les cabinets ministériels, comme conseiller juridique de Christine Lagarde à Bercy, puis comme directeur-adjoint du cabinet du Garde des Sceaux. Il était arrivé chez SFR, filiale télécoms de Vivendi, en 2010. D'autre part, Roland Mihaïl rejoint également le nouveau patron de Thales, comme conseiller du président. Enfin, Jean-Bernad Lévy, qui a consulté en interne, devrait finalement recruter un directeur des ressources humaines à l'extérieur.

 

Patrick Fournié et Reynald Seznec quittent Thales

 

Deux anciens membres du comité exécutif de Thales vont quitter le groupe. Il s'agit du patron des ressources humaines et des opérations, Patrick Fournié, l'ancien bras droit de Luc Vigneron, et du patron de l'une des zones géographiques, Reynald Seznec, qui paie pour avoir été candidat à la succession de Luc de l'ancien PDG de Thales.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 15:45

http://assets.digital.cabinet-office.gov.uk/government/uploads/system/uploads/image_data/file/6298/s300_7644-UNCLASS-20130127-001_121.jpg

Senior Aircraftman William Wambiru (right) stands guard with a member of the French Air Force at Bamako Airport in Mali [Picture: Wing Commander Dylan Eklund, Crown Copyright/MOD 2013]

 

1 February 2013 Ministry of Defence

 

UK operations in support of the French military in Mali are continuing from Evreux Air Base near Paris.

 

Since the short notice commencement of Operation Newcombe, C-17 Globemaster aircraft operated by the RAF’s 99 Squadron have been flying 5,000-mile round-trip missions on a near daily basis, transporting armoured vehicles, freight and personnel.

 

Two days after the announcement by the Prime Minister that the UK would provide logistical support to French military operations in the West African state, 50 tons of military equipment were delivered to the capital Bamako, equivalent to a week’s worth of freight delivered to Afghanistan.

 

Wing Commander Simon Bellamy, the RAF liaison officer at the French military headquarters, said:

The deployment demonstrates the decisive contribution that air power can make to any emerging operation. The pace of our response to the formal French request for logistical support illustrates not only the professionalism of our personnel but also the increasingly strong and operationally-focused links we have generated with the French Air Force since the Libya campaign.

For Squadron Leader Spence Wild, a flight commander on 99 Squadron, the C-17 is tailor-made for the operation. He said:

The type of tasking we’re undertaking here is what the C-17 was designed and brought into service for. Being involved in a multinational, fast-paced build-up of forces over a great distance demonstrates the benefit of the C-17 and what it brings to our current inventory of air transport assets.

Detachment commander at Evreux Air Base is Squadron Leader Tom Walker who said:

We’re helping the French because they don’t have the capability that we do to lift large vehicles and heavy loads in one aircraft and transport them long distances at speed. Every single aircraft which has left here for Mali has done so with either a maximum payload or a maximum bulk against the priorities the French have given us.

Three French Army armoured personnel carriers on board a Royal Air Force C-17 aircraft bound for Mali
Three French Army armoured personnel carriers on board a Royal Air Force C-17 aircraft bound for Mali [Picture: Wing Commander Dylan Eklund, Crown Copyright/MOD 2013]

As the commander, Squadron Leader Walker is responsible for a small team which includes movement personnel, signallers, aircrew, and force protection and security personnel, all of whom work from office accommodation nicknamed ‘The Bungalow’. He said:

These disparate branches have come together to deliver the output and each one brings something vital to the task. They have had to work very closely with their French counterparts at every level in order to get the job done.

And with unfamiliar vehicles and equipment to transport, another RAF Brize Norton-based unit has been deployed to assist.

 

Today, Friday 1 February, also saw Chief of the Air Staff Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton and his French Air Force counterpart, General Denis Mercier, renew the annual agreement to advance military co-operation between their respective air forces. Air Chief Marshal Dalton said:

From demanding missions in Afghanistan to our rapid response to the Libya crisis, the RAF continues to provide the nation’s air power wherever it is needed around the world.

 

Today, we are assisting our French ally with important counter-terrorist operations in Mali with both our C-17 transport and Sentinel surveillance aircraft, demonstrating the Royal Air Force’s agility, capability and global reach.

The agreement, known as the Directive of Objectives, is a direct result of the Security and Defence Cooperation Treaty signed in November 2010 by the governments of the UK and the French Republic.

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 09:15

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/terre/terre-images/images-articles/serval-zra-miramas/2163512-1-fre-FR/serval-zra-miramas.jpg

Le sergent-chef Malick Lahély présente au général de division Houdinet le paquetage perçu

par les soldats pour l’opération Serval - Crédits : ADC J-R.Drahi/SIRPA Terre

 

04/02/2013 Sources: CNE Céline Brunetaud/TIM

 

La zone de regroupement et d’attente (ZRA) de Miramas, armée par le 503e régiment du train (503e RT), est le point d’entrée et de sortie majeur pour les projections de forces en opérations extérieures. Pour l’opération Serval, elle a été activée le vendredi 18 janvier 2013 à 15h. Le lendemain, elle accueillait 1 100 militaires.

 

Habituellement placée sous le commandement de l’état-major opérationnel Terre (EMO-Terre), la ZRA est aujourd’hui pour la 1re fois sous le commandement du colonel Guillaume Santoni, chef de corps du 503e RT. Le régiment a puisé dans son vivier pour assurer la majeure partie des fonctions logistiques. Il a aussi reçu de nombreux renforts d’états-majors opérationnels et de formations, notamment d’un détachement du régiment de soutien du combattant (RSC) de Toulouse. Celui-ci a fait percevoir, en 13 jours, quelque 1 700 compléments paquetage et effets balistiques aux soldats projetés.

 

À Miramas, la ZRA permet d’héberger, d’alimenter, d’apporter un soutien logistique à plus de 1 000 personnes. Plus de 600 véhicules et 300 conteneurs maritimes peuvent y stationner. Les forces projetées y séjournent en moyenne moins de 96h, dans l’attente d’un acheminement stratégique par voie maritime ou aérienne.

 

Le général de division Jean-Philippe Houdinet, adjoint au commandant des forces terrestres et le général Commins, chef de l’EMO Terre ont visité la ZRA le 30 janvier. 5 jours plus tôt, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’était également rendu à Miramas.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories