Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:15

operation-serval-4

 

29 January 2013 12:57 GMT bbc.co.uk

 

The UK is to deploy about 350 military personnel to Mali and West Africa to support French forces, No 10 has said.

 

This includes as many as 40 military advisers who will train soldiers in Mali and 200 British soldiers to be sent to neighbouring African countries, also to assist with training.

 

Downing Street dismissed suggestions the move constituted "mission creep".

 

An international donors' conference in Ethiopia aims to finance the budget for the campaign, set at $950m (£605m).

 

Downing Street has repeatedly insisted there is no question of British units getting involved in fighting - but Labour has called for further clarity on what part the UK might take in the French-led mission.

 

Defence Secretary Philip Hammond has been updating MPs on the latest deployments in Mali in the House of Commons.

 

'What we can'

 

The UK is already sending a C17 transport plane for three months and an RAF Sentinel surveillance aircraft.

 

Number 10 said it would also allow the US to operate air refuelling flights out of Britain.

 

And it offered a roll-on, roll-off Merchant Navy ferry to help transport equipment to the French force in Mali. It would dock at a port in a West African state to enable the kit to be moved across land to Mali.

 

The UK has also offered to set up a combined joint logistics HQ in Mali, however so far the French have declined this offer.

 

A Number 10 spokesman said the UK government was doing what it could to support the French military intervention, "contributing to both Malian training and training forces that are involved in providing a regionally-led approach".

 

French-led troops are consolidating their position in the historic Malian city of Timbuktu after seizing it from Islamist extremists.

 

In Brussels later, defence officials are set to discuss details of the planned European Union-led training mission to build up the Malian army.

 

The BBC's Norman Smith says the British team of 40 military advisers is expected to be sent to Mali "fairly urgently".

 

Number 10 is also considering who will provide "force protection" for the military advisers.

 

At present, it is envisaged the force protection will not be provided by British soldiers. It is possible existing French forces in Mali could be used.

 

Separately, deputy national security director Hugh Powell is to discuss the potential UK contribution at an international donors conference for Mali hosted by the African Union in the Ethiopian capital, Addis Ababa.

 

Prime Minister David Cameron has assured French President Francois Hollande that Britain is "keen" to help Paris with its military mission.

 

The RAF has already provided two C17 transport planes and a Sentinel surveillance aircraft to assist France's operation.

 

Meanwhile, the UK's national security adviser, Sir Kim Darroch, was in Paris on Monday to discuss what further help the UK could provide to France's operation to drive Islamist militants from its former colony.

 

Mr Cameron has said the UK is ready to offer logistical, intelligence and surveillance help to France.

 

The French and Malian military said troops encountered little resistance when they entered the historic city of Timbuktu. They seized Gao, northern Mali's biggest city, on Saturday.

 

Islamist militants took the north of the country last year, but have been losing ground since French forces launched an operation earlier this month.

 

'Politically important'

 

Shadow defence secretary Jim Murphy said it was important the UK supported the mission in Mali, but it is "not for us to put combat troops on the ground".

 

"We have to be very clear about how long we intend to be there [and] what it is we're seeking to achieve, so that the public, who are wary and weary after Iraq and Afghanistan, don't say 'Oh not again'," he said.

 

Mr Murphy also said British forces must be properly protected.

 

Military analyst Col Mike Dewar said the initial UK support was short term but its latest offer of help constituted a "much more long term plan".

 

It could take "years" for the British troops to make a difference to the "ill-trained" Malian army, he said.

 

Prof Michael Clarke, a director of the Royal United Services Institute think-tank, said the British involvement was a "politically important" gesture to illustrate Anglo-French military co-operation.

 

He said he could not discern a clear strategy at the moment in Mali, but he added: "That is understandable. In Libya we went in for humanitarian reasons and then a strategy evolved. That is what the French did, they went in initially for humanitarian reasons.

 

"I suspect the strategy [in Mali] will be to guarantee the cities are safe so that Islamists are kicked out and then let time do its work."

 

The former head of the Army, General Sir Mike Jackson, backed the government's position but warned that nations involved may face a "protracted guerrilla warfare".

 

"It doesn't really surprise me that the British government feels it needs to be seen to be helping," he told the BBC Radio 4 Today programme.

 

"We cannot let states fail because we know from recent history that failed states just lead to really difficult circumstances, instability."

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:58

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1-materiels-divers/un-pod-damocles-sous-un-rafale2/2156229-1-fre-FR/un-pod-damocles-sous-un-rafale.jpg

Un pod Damocles sous un Rafale

 

29/01/2013 Actualité

 

La direction générale de l'armement (DGA) a notifié à Thales un contrat de levée de risques pour le développement du pod de désignation laser de nouvelle génération (PDL-NG) du Rafale.

 

D’un montant de 55 millions d’euros, ce contrat permet de maintenir les compétences critiques nécessaires à la préparation de cette capacité.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1-materiels-divers/le-pod-damocles-sous-un-mirage-2000/2156263-1-fre-FR/le-pod-damocles-sous-un-mirage-2000.jpg

Le pod Damocles sous un Mirage 2000

 

Successeur de la nacelle de désignation de cibles Damocles actuellement en service, le PDL-NG vise à doter les armées françaises d’une capacité clé d’ici 5 ans et à renforcer l’attractivité de l’offre française dans le domaine des systèmes aéronautiques militaires.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:55

Pod-Damocles-en-2009

 

28/01/2013 DIRECTION GENERALE DE L’ARMEMENT

 

Contrat de levée de risques pour le Pod de désignation laser nouvelle génération

 

La Direction générale de l'armement (DGA) a notifié à Thales un contrat de levée de risques pour le développement du Pod de désignation laser de nouvelle génération (PDL-NG) du Rafale.

 

D’un montant de 55 millions d’euros, ce contrat permet de maintenir les compétences critiques nécessaires à la préparation de cette capacité.

 

Successeur de la nacelle de désignation de cibles « Damocles » actuellement en service, le PDL-NG vise à doter les armées françaises d’une capacité clé d’ici 5 ans et à renforcer l’attractivité de l’offre française dans le domaine des systèmes aéronautiques militaires.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-sur-toulon/2156061-1-fre-FR/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-sur-toulon.jpg

 

29/01/2013 Sources Marine nationale

 

Le 28 janvier 2013, la Frégate Européenne Multi-Missions (FREMM) Aquitaine est arrivée à Toulon pour une dizaine de jours d’essais à la mer dans le cadre de la Vérification de ses Capacités Militaires. L’équipage commandé par le capitaine de vaisseau Rouvière a été accueilli par le vice-amiral d’escadre Yann Tainguy, commandant la zone maritime Méditerranée et par le vice-amiral d’escadre Magne, commandant la force d’action navale. Première d’une série de onze frégates, l’Aquitaine effectue la toute première escale en Méditerranée d’un bâtiment de ce type.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-sur-toulon2/2156056-1-fre-FR/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-sur-toulon.jpg

 

«Le premier exemplaire de la FREMM qui sera affecté à Toulon sera la Provence, attendue en 2015» précise l’amiral Tainguy. «D’ici là, les travaux de dragage du port ainsi que l’aménagement des quais avec toute l’infrastructure nécessaire au soutien de l’équipage seront achevés».

 

«Armée par seulement 94 marins contre les 250 des frégates anti-sous-marines d’ancienne génération, la FREMM Aquitaine marque une nouvelle ère dans la définition des équipages des bâtiments de combat» ajoute l’amiral Magne. «Le bond technologique opéré sur ce bâtiment dans le domaine la lutte sous la mer est extraordinaire, de même que la capacité future de la FREMM à mettre en œuvre le Missile De Croisière Naval (MDCN). Ce dernier atout fait de  ce bateau un outil révolutionnaire qui apportera un complément à la mission de projection de puissance de la Marinenationale».

 

En prélude à son prochain Déploiement de Longue Durée (DLD) en Atlantique (période d’endurance à la mer au cours de laquelle le bâtiment et son équipage vont être mis à l’épreuve pendant plusieurs mois), la FREMM Aquitaine va mettre à profit sa présence au large de Toulon en testant son système de combat et ses sonars de lutte anti-sous-marine dans les eaux hivernales de la Méditerranée. 

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-a-toulon/2156066-1-fre-FR/arrivee-de-la-fremm-aquitaine-a-toulon.jpg

Arrivée de la FREMM Aquitaine à Toulon

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/le-systeme-felin/1820203-1-fre-FR/le-systeme-felin.jpg

 

29/01/2013 Economie et technologie

 

La direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné fin novembre 2012, conformément aux prévisions, le 10 170e système Félin (fantassin à équipements et liaisons intégrés), permettant l’équipement d’un 10e régiment d’infanterie de l’armée de terre début 2013.

 

La réalisation du programme Félin repose sur un réseau d’entreprises françaises de haute technicité. Outre le maître d’œuvre Sagem (groupe Safran), sont concernés par le programme Félin les sociétés Nexter, Thales, Renault Trucks Defense, ELNO, MSA Gallet... Les systèmes Félin sont assemblés dans les sites Sagem de Poitiers (Vienne) et Fougères (Ille-et-Vilaine).

 

Jusqu’en 2015, dix autres régiments sont prévus être dotés de Félin, au rythme de quatre par an. Félin améliore notablement les fonctions de protection, d’observation, de communication, d’emploi des armes, de mobilité et de soutien des combattants au contact direct de l’adversaire. Les équipements comprennent gilet de protection, tenue de combat, tenue de protection NBC, lunettes de tirs jour/nuit, équipements d’observation et de vision jour/nuit, systèmes de communication et d’information, armes individuelles ou collectives.

 

Félin apporte un saut qualitatif en termes d’efficacité opérationnelle et de protection des combattants confirmé par les premières utilisations sur les théâtres d’opération. Le système de visée des armes, complètement réétudié, facilite la neutralisation des adversaires de jour comme de nuit ; la portée des tirs du Famas est nettement améliorée de jour et de nuit. Félin améliore aussi grandement la manœuvre et le combat de nuit par des capacités d'observation et de géolocalisation accrues. Enfin, le système d’information de Félin facilite l'intégration des groupes de combat dans la chaîne de commandement numérisée. Il confère au soldat une véritable capacité de combat en réseau.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:45

MISMA

 

29 January 2013 Nicholas Watt and Luke Harding in Sévaré - The Guardian

 

David Cameron says UK will support French mission to drive Islamists out but insists forces will not engage in combat

 

Britain is prepared to take the risk of sending a "sizeable amount" of troops to Mali and neighbouring West African countries as David Cameron offers strong support to France in its operation to drive Islamist militants from its former colony.

 

As news emerged that insurgents retreating from Timbuktu had set fire to a library containing thousands of priceless historic manuscripts, Downing Street said the prime minister told François Hollande on Sunday night Britain was "keen" to provide further military assistance to France.

 

Cameron despatched Sir Kim Darroch, his national security adviser, to Paris on Monday to discuss what help Britain could provide. Government sources said decisions on troop deployments were expected to be made in the coming days as France confirms its exact requirements. One source said that Britain could easily dispatch 200 troops if France requested such a number.

 

Britain is prepared to provide hundreds of troops to help the operation and is considering a few options:

• Forming part of an EU military training mission in Mali. The British contribution to this would be in the "tens", according to Downing Street.

• Training troops from the Economic Community of West African States (Ecowas) in neighbouring countries for possible operations on Mali. This is likely to be the main focus of Britain's contribution because Ecowas members include many countries with strong links to Britain. British troops could be used to train Nigerian forces.

• Providing "force protection" for the trainers. This would be armed protection but would not amount to a combat role.

 

Downing Street is adamant that British troops will play no part in combat. A spokesman said: "We have the capability and capacity to do that. We have the ability to contribute a sizeable amount if required."

 

130114-mali-operation-serval-poursuite-du-deploiement-des-f

photo EMA

 

Britain initially put two RAF C17 transporter aircraft at the disposal of France for the transport of troops and material to Mali. One of these is still dedicated to the Mali mission.

 

http://assets.digital.cabinet-office.gov.uk/government/uploads/system/uploads/image_data/file/6198/WAD-UNC-20130125-0054-140g.jpg

photo UK MoD

 

Britain has also sent one RAF Sentinel surveillance and reconnaissance aircraft to Senegal to help with the mission. The Guardian reported last week that a small number of British special forces soldiers were on the ground in Mali advising the French.

 

The help from Britain came as the mayor of Timbuktu spoke of a "devastating blow" to world heritage after insurgents torched two buildings that held the city's manuscripts, some of which dated back to the 13th century. The manuscripts that survived the fire were reportedly taken away by the rebels.

 

Hallé Ousmani Cissé said al-Qaida-allied fighters on Saturday also burned down the town hall, the governor's office and an MP's residence, and shot dead a man who was celebrating the arrival of the French military.

 

French troops and the Malian army reached the gates of Timbuktu on Saturday and secured the town's airport. But they appear to have got there too late to rescue the leather-bound manuscripts that were a unique record of sub-Saharan Africa's rich medieval history. The rebels attacked the airport on Sunday, the mayor said.

 

"This is terrible news," Cissé said. "The manuscripts were a part not only of Mali's heritage but the world's heritage. By destroying them they threaten the world. We have to kill all of the rebels in the north."

 

On Monday French army officers said French-led forces had entered Timbuktu and secured the town without a shot being fired. A team of French paratroopers crept into the town by moonlight, advancing from the airport, they said. Residents took to the streets to celebrate.

 

Downing Street said Cameron made his offer of further help in a telephone call with Hollande on Sunday evening.

The spokesman said: "On Mali the French president gave an update on the progress that Mali and French forces have been making. He also thanked the prime minister for the transport assistance which the UK has provided.

 

"The prime minister made clear that we fully support the French government's actions working with the Malian government at their request to deny terrorists a safe haven in Mali. The prime minister went on to explain that we are keen to continue to provide further assistance where we can, depending on what French requirements there may be.

 

"With regard to that, the UK national security adviser is in Paris today for discussions with French authorities on what further assistance we may be able to provide to them."

 

The spokesman said Britain's position on having no combat role in Mali remained "absolutely unchanged". But he said No 10 was prepared to provide more help "around logistics, intelligence and surveillance support".

 

He added: "It is very much discussing about what more we may be able to do, subject to requests from the French government. We very strongly support the French intervention. If there is more we can do we are keen to do what we can to help within the sphere of what the prime minister set out very clearly previously in the House [of Commons]."

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 09:10

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/mali/130128-operation-serval-48h-pour-reprendre-le-controle-de-la-boucle-du-niger/48h-pour-reprendre-le-controle-de-la-boucle-du-niger-5/2153947-3-fre-FR/48h-pour-reprendre-le-controle-de-la-boucle-du-niger-5.jpg

photo EMA

 

28/01/2013 Propos recueillis par Jean-Michel Demetz - lexpress.fr

 

Le dossier du Mali est symptomatique de l'impuissance de l'Union. Président de la sous-commission Défense et Sécurité au Parlement européen, Arnaud Danjean (PPE) en décrypte les motifs.

 

L'Union européenne n'a pas été en mesure d'apporter une réponse ferme et univoque à une crise extérieure, cette fois au Mali. Pourquoi cette impuissance?

 

C'est dramatique. A chaque crise, on nous sert la même réponse: promis, l'UE sera présente... la prochaine fois. Pour la Libye, on pouvait accepter des circonstances atténuantes, compte tenu de l'urgence de l'intervention militaire et de l'ampleur des opérations. Mais pas pour le Mali! Voilà une zone mise sous surveillance depuis des années. En mars 2011, le Conseil européen avait adopté un texte, "Stratégie pour le Sahel", qui avait pour ambition - et c'était novateur - de mener conjointement politique de développement et politique sécuritaire. La problématique était parfaitement posée et les moyens, identifiés. Pourtant, la stratégie n'a jamais été mise en place. 

 

Pourquoi?

 

Pour des raisons bureaucratiques, en partie: l'écheveau que constitue le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), dirigé par Catherine Ashton, ne fonctionne pas. Mais l'idéologie intervient aussi: une large proportion du personnel du SEAE ainsi que les crédits viennent de la Commission. Or, cette administration ne sait pas faire face aux questions sécuritaires et ne s'y intéresse guère. Si, comme il en était question dans cette stratégie, il s'agit de former et d'équiper au Mali des forces de sécurité compétentes, il n'y a plus personne.

 

Carence des institutions, mais aussi réticence des Etats européens...

 

Oui. Seuls quelques Etats membres sur 27 s'intéressent à l'Afrique, et encore, en ordre dispersé: outre la France, le Royaume-Uni (qui regarde surtout vers la corne de l'Afrique), l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Belgique, les Pays-Bas quelquefois... 

 

Au-delà, force est de constater que l'on ne parvient pas à mobiliser. D'autant plus que trois pays seulement ont une capacité militaire: la France, le Royaume-Uni, qui rechigne à des opérations dans un cadre UE, et l'Allemagne. C'est le seul des "grands" européens à voir son budget militaire augmenter, mais, pour diverses raisons, Berlin hésite à utiliser ses forces armées sur le terrain. Le Sahel aurait pourtant pu être un laboratoire grandeur nature d'une politique de défense européenne: la menace contre nos intérêts communs est objective; les Etats-Unis, pour des raisons budgétaires et de priorité accordée à l'Asie, n'ont pas de véritable stratégie dans la région, où ils laissent l'Algérie jouer un rôle moteur. En réalité, sous Sarkozy comme sous Hollande, à Bruxelles, la France a porté seule le dossier sahélien auprès de la haute représentante pour la politique étrangère, qui s'en est constamment tenue à des réponses dilatoires. Le résultat, c'est que les groupes djihadistes nous ont imposé leur calendrier.

 

Quid, alors, du rêve d'une politique étrangère commune?

 

Au Parlement européen, les députés poussent à une action collective. Mon rapport annuel sur la défense a été adopté à une large majorité regroupant conservateurs, sociaux-démocrates, libéraux et même quelques écologistes. Mais, en pratique, je constate une fracture croissante entre l'Europe du Nord et de l'Est, pour qui la priorité extérieure, c'est le voisinage oriental ex-soviétique (Ukraine, Caucase, Asie centrale), et les autres, qui voient dans le Sud proche la source de menaces immédiates.

 

La France a-t-elle les moyens d'agir seule au Mali?

 

La France peut, certes, arrêter une offensive djihadiste, grâce à ses forces spéciales et à son aviation. Mais reprendre le Nord-Mali et en chasser les islamistes armés, ce n'est ni faisable seul ni souhaitable. Sauf à être prêt à prendre le risque considérable de lourdes pertes et de dommages collatéraux.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 19:55

Carte-Regionale-AQMI-344 2 0

 

28 janvier 2013 à 19:29 Guysen International News

 

La France a déclaré lundi avoir reçu des menaces directes par "des groupes terroristes nigérians" en représailles de son intervention au Mali, et a formellement déconseillé à ses ressortissants de se rendre dans le nord du Nigeria. "Une situation d'insécurité accrue résulte de l'intervention entreprise au Mali contre l'avancée de groupes terroristes. (...) En représailles, des groupes terroristes nigérians ont porté des menaces directes contre la France et les Français", a déclaré aujourd'hui le Consulat général de France à Lagos dans un communiqué adressé à la communauté française du Nigeria.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 19:55

http://forcesoperations.com/wp-content/gallery/fob/mercier.jpg

 

28.01.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

 

 

Du VBCI au Tigre, en passant par le Mirage F1CR ou le Rafale, tous les matériels français déployés au Mali dans le cadre de l’opération Serval sont des consommateurs de munitions de moyen calibre estampillées Nexter Munitions. Alain Mercier, directeur de la production sur le site de La Chapelle St Ursin, dans le Cher, fait le point avec FOB sur les capacités de la société française en la matière.

 

Qu’est ce que le moyen calibre ?

 

Le moyen calibre s’étend traditionnellement du 20 au 40 mm. Ce sont les munitions que l’on trouve sur les canons tirant en rafale, qu’ils soient sur des affûts terrestres ou bien embarqués sur les blindés, les hélicoptères, les avions ou les navires de la marine. Les munitions que nous fabriquons sont développées pour nos propres systèmes d’armes mais aussi pour d’autres productions. C’est un marché très concurrentiel…

 

Quel est le marché pour ces munitions ?

 

Nous estimons que plus de 30 millions d’obus de 20mm sont fabriqués chaque année à travers le monde, dont dix millions pour les seuls Etats-Unis. Pour sa part, Nexter a produit un peu plus de 7 millions d’obus de 20mm en vingt ans de production. Cela donne une idée de notre poids à l’échelle mondiale.

 

Quelle est la part de l’exportation dans cette production ?

 

Nous exportons dans une dizaine de pays, avec le Moyen-Orient comme premier débouché. L’exportation compte pour 30% dans notre chiffre d’affaires global, tous calibres confondus, mais pour 50% dans nos prises de commande. On assiste donc à une baisse de la part relative du seul marché national.

 

Qu’en est-il de la munition de 30mm ?

 

Nexter Munitions est le seul fournisseur homologué pour le canon Nexter 30M791 du Rafale et les canons DEFA 30M550 des Mirage 2000 et Super Etendard Modernisés de la Marine. Nos obus sont également tirés par l’hélicoptère de combat Tigre (canon Nexter 30M781), sachant que chaque canon utilise une munition spécifique. Nous sommes  également capables de fournir l’hélicoptère de combat Apache. Nous avons également adapté notre munition de 30mm pour le  Hawk, qui est un avion d’entrainement avancé britannique.

 

Quels sont les chiffres de production pour le 30mm ?

 

Notre production est d’environ 200.000 obus de 30mm par an. Nous avons dépassé le cap du million d’obus en 30×150 pour le Rafale et en 30x113B destiné au Tigre.

 

Des développements sont ils en cours dans ce calibre ?

 

Oui, nous travaillons sur une version encore plus sécurisée pour les obus destinés au Tigre et au Super Etendard Modernisé, l’un et l’autre pouvant être embarqués sur les navires de la marine. Au-delà de la sécurisation déjà existante vis à vis des environnements électromagnétiques, Nexter Munitions développe une munition entièrement muratisée. Pour le Rafale, nous travaillons sur une augmentation de sa durée de vie en emport sur avion .

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 19:20

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/01/2024552263.jpg

 

28.01.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Après Brest, le Sud-Ouest! Les 9 et 10 septembre 2013, l'armée de Terre sera le "partenaire Défense" de la 11e Université d'été de la Défense qui aura lieu à Pau.

 

Pau abrite le 5e régiment d'hélicoptères de combat (5e RHC) ainsi que le 4e Régiment d'hélicoptères des forces spéciales (RHFS). Autre unité, l’école des troupes aéroportées (ETAP) de Pau est principalement chargée de la formation des parachutistes des trois armées et de la gendarmerie. C'est également à Pau que sont regroupées les archives de l'armée de Terre, du service national et des services communs au sein du Centre des archives du personnel militaire (CAPM).

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 18:55

cyber warfare

 

28/01/2013 Nabil Bourassi – LaTribune.fr

 

Quelques jours après le déclenchement d'opérations militaires au Mali, la France a été la cible de cyberattaques fomentées par des pirates informatiques. Ces attaques très artisanales n'ont pas entamé les systèmes de sécurité de l'armée française. Mais, de nombreux experts s'alarment sur le niveau de protection de la France face aux cyber-attaques.

 

"La menace la plus importante pour les Etats-Unis, c'est un Pearl Harbor informatique!" Voilà l'alerte formulée par Léon Panetta en octobre dernier alors qu'il occupait encore le poste de secrétaire d'Etat américain à la Défense. La France, elle aussi, est exposée à la menace cybercriminelle. Ainsi, le 12 janvier dernier, au lendemain du déclenchement des opérations militaires françaises au Mali, plusieurs sites de l'armée ont subi des cyberattaques. Le site de la Délégation à l'information et à la communication de la défense (Dicod) a été visé par une manoeuvre de "déni de service" -qui consiste à mettre hors service un site en le submergeant de demandes de formulaires. Une attaque classique, qui a été déjouée par l'hébergeur du site, Prosodie.

 

En revanche, un autre site du ministère de la Défense, dédié aux chercheurs en histoire militaire, est tombé quelques jours plus tard, après que les pirates sont parvenus à dérober des mots de passe. Ces deux attaques n'ont pas impacté les activités stratégiques du ministère. Elles n'en démontrent pas moins deux choses: un, que la France est une cible d'organisations de cyber-terroristes; deux, qu'elle est potentiellement vulnérable.

 

Une nouvelle ère militaire

 

"Si certains pensent que les scénarios de cyber-attaques relèvent du fantasme, alors avec ce que nous voyons tous les jours, nous pouvons dire que la réalité dépasse la fiction", déclare Jean-Michel Orozco, président de Cassidian Cyber Security, une filiale du groupe EADS. "La menace aujourd'hui est réelle. Avec peu de moyens, un groupe d'individus déterminé est capable de faire exploser un générateur par une simple cyber-attaque."

 

Le ministère de la Défense dit avoir pris la mesure de la menace depuis l'attaque du ver Conficker en 2009. "Cette attaque qui n'était pourtant pas méchante a été mal gérée, parce que plusieurs services ont surréagi chacun de leur côté (...) désormais, il existe une autorité unique capable de coordonner l'action de défense", explique un cadre du ministère.

 

"L'Iran se prépare depuis 1984"

 

Que faire alors face à des attaques plus sophistiquées, fomentées par des groupes activistes, voire par des Etats? La cyber-arme peut potentiellement infliger des dégâts décisifs à l'occasion d'un conflit militaire. "La cyber-arme est devenue la force de dissuasion du pauvre pour certains Etats", estime Jean-Michel Orozco. Les spécialistes estiment que l'Iran a déjà formé une unité militaire opérationnelle de près de 2000 "cyber-warriors". "L'Iran travaille sur ce sujet au moins depuis 1994, alors que les pays occidentaux n'ont pris conscience de la menace que très récemment", explique Eric Filiol, ancien militaire, et directeur du Master Network and Information Security à l'université de Laval (Mayenne).

 

En France, le livre blanc de la défense de 2008 a donné une première impulsion dans l'organisation de la cyber-défense. Depuis 2009, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) qui dépend directement du Premier ministre, coordonne et vérifie que les entreprises et infrastructures stratégiques ne sont pas vulnérables. Près de onze secteurs sont classés "d’intérêts vitaux" et sont soumis à des directives de sécurités très strictes : télécoms, énergie, ferroviaire, spatiale, aéroports... Ainsi, des entreprises comme France Telecom, SFR, EDF ou encore la SNCF doivent rendre des comptes sur les dispositifs qu'elles mettent en place pour assurer leur sécurité interne.

 

La Cyber-défense, un poste régalien

 

Or, ces infrastructures militaires ou privées classées "d'intérêt vitaux", sont de plus en plus connectées sur des réseaux qui ne sont plus protégés, explique Eric Filiol. "En France, personne n'est capable de livrer une cartographie des points de connexions stratégiques qu'il sera nécessaire de défendre en cas de conflit (...) la France doit absolument mettre en place une doctrine et se réapproprier les moyens d'une souveraineté informatique. La sécurité reste et doit rester du domaine régalien", selon lui.

 

"Les anti-virus proposés par de grandes sociétés informatiques sont facilement contournables, c'est d'ailleurs l'exercice de base de notre Master qui forme des élèves aux techniques d'intrusion et d'attaques informatiques", ajoute-t-il. De nombreux rapports parlementaires ont déjà mis en évidence la vulnérabilité de l'Etat français. L'attaque du ministère français des Finances en mars 2011 n'avait pas surpris Bernard Carayon, député UMP du Tarn. A l'époque, il avait déclaré : "cette affaire extrêmement grave souligne la vulnérabilité des systèmes d'information publics que j'ai dénoncée dans plusieurs rapports parlementaires".

 

De son côté, le ministère de la Défense explique disposer de ses propres infrastructures gérées en interne, complètement déconnectées des réseaux privées. Il a également mis en place des procédures de protection : téléphones avec logiciels de cryptage, réseaux informatiques en circuit fermés, hygiène informatique extrêmement strictes... Il est ainsi interdit d'utiliser une clé USB non homologuée par le ministère.

 

Les entreprises en première ligne

 

Mais les intérêts stratégiques ne sont pas les seuls visés, les intérêts économiques sont en première ligne et sont déjà livrés à des attaques plus ou moins insidieuses sous forme d'espionnage voire de racket et de sabotage. "Notre tâche est de mettre en place des systèmes de défense et de surveillance pour les industries dites critiques et les opérateurs d'intérêts vitaux contre des attaques létales", explique le président de Cassidian Cyber Security. Des entreprises comme Areva (nucléaire), Thales ou MBDA (industries de défense) sont particulièrement concernées. Ces attaques potentielles peuvent être commanditées par des entreprises concurrentes, mais souvent par des organismes privés pour le compte de gouvernements.

 

Chaque année dans le monde, les entreprises investissent plus de 60 milliards d'euros pour défendre leurs systèmes informatiques, d’après Symantec. Dans son rapport 2012, Mc Afee estime que les cyber attaques organisées par ou contre des Etats devraient néanmoins se poursuivre avec un degré de sophistication toujours plus important.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 18:55

Opération Serval

 

28 janvier 2013 17h47 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - Le président François Hollande a estimé lundi que la France et ses partenaires africains étaient en train de gagner la bataille au Mali, et qu'il appartiendrait aux forces africaines de poursuivre les terroristes au nord du pays.

 

Nous sommes en train de gagner cette bataille, a déclaré le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse à l'Elysée, confirmant la reprise de Gao et Tombouctou. La France n'a pas vocation à rester au Mali. En revanche, notre devoir c'est de faire en sorte que nous puissons permettre aux forces africaines de donner au Mali une stabilité durable.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 18:16

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/actualites/diaporama/vigimer/vigimer-8/2151212-1-fre-FR/vigimer-8.jpg

La Douane, l’administration des Affaires maritimes, la Gendarmerie, la Sécurité civile ou encore la Marine

nationale prennent à tour de rôle l’alerte Vigimer. Ils patrouillent pour assurer une surveillance des approches maritimes et renseigner sur la menace. Ils sont complétés par des moyens aéronautiques pour donner de la profondeur à cette surveillance.

 

28/01/2013 Nelly MOUSSU Opérations

 

Pour lutter contre la menace terroriste en mer, le ministère de la Défense a mis en œuvre depuis 2003, avec d'autres ministères, un plan d’action de surveillance et d’intervention maritime appelé Vigimer.

 

Vigimer est la déclinaison spécifique en milieu maritime du plan gouvernemental de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces terroristes "Vigipirate". « Mis en place en réaction aux attentats de 2001, ce plan comporte un catalogue de mesures ciblées pour renforcer la posture permanente de sauvegarde maritime,depuis les zones littorales jusqu’en haute mer. Cela passe par le renseignement, la surveillance du trafic, celle des zones sensibles, le suivi des mouvements de certains navires, etc. », indique le capitaine de frégate François Marescaux, adjoint au chef du bureau action de l’Etat en mer (AEM) de l’état-major de la Marine nationale.

 

 

En métropole, ces mesures sont activées par le préfet maritime, représentant direct du Premier ministre et coordinateur de l’action en mer des administrations dans sa zone (Atlantique, Manche-Mer du Nord ou Méditerranée). Ainsi, en plus de la Marine nationale, la Gendarmerie, la Douane ou encore les Affaires maritimes, prennent à tour de rôle l’alerte Vigimer, patrouillant pour assurer une surveillance des approches maritimes et renseigner sur la menace. Ils sont complétés par des moyens aéronautiques pour donner de la profondeur à cette surveillance.

 

« Ces administrations sont complémentaires, chacune apporte ses propres éléments d’appréciation, souligne le capitaine de frégate Marescaux. Ainsi, les Affaires maritimes, qui assurent des responsabilités dans le domaine de la sécurité de la navigation, suivent sous cet angle le trafic maritime aux abords des côtes, disposant à cette fin de données relatives aux navires et à leur fret ; les sémaphores de la Marine surveillent les approches maritimes d’abord sous l’angle de la protection en observant les mouvements des navires ; la Douane, chargée de la lutte contre la fraude et les trafics, balaye la zone à la recherche de comportements suspects. » Les différents centres opérationnels de ces administrations échangent avec celui de la marine les informations récoltées. Placé sous l’autorité du préfet maritime, le centre des opérations maritimes (COM) synthétise toutes ces informations pour définir un niveau de menace terroriste.

 

La Marine nationale, acteur important de Vigimer

 

En parallèle à leur mission ou à leur entraînement, des bateaux de la Marine nationale peuvent être placés en alerte Vigimer. Ce fut le cas en janvier dernier pour le bâtiment-école Le Jaguar. « A bord, nous disposons de plusieurs moyens pour faire du renseignement : des jumelles, un GPS, un radar équipé d’un relais AIS (système d’identification automatique des navires)…, détaille le lieutenant de vaisseau Jean-Christophe Chaumery, commandant du Jaguar. On confronte nos observations aux informations répertoriées dans nos bases de données pour voir si elles sont conformes. »

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/actualites/diaporama/vigimer/vigimer-10/2151222-1-fre-FR/vigimer-10.jpg

Les guetteurs sémaphoriques surveillent principalement la navigation commerciale grâce à des jumelles

et un radar relié à Spationav

 

Autre acteur du ministère, le guetteur sémaphorique surveille principalement la navigation commerciale. « Au minimum, on doit connaître la position du bateau, d’où il vient, où il va et avec quel type de cargaison, explique le maître-principal Nicolas Bernard, chef de poste au sémaphore de Saint-Quay- Portrieux. On utilise des jumelles et un radar relié à Spationav, un réseau permettant à tous les sémaphores et au centre des opérations maritimes d’accéder aux informations maritimes en temps réel. » En effet, Spationav répertorie les émissions des balises AIS et des radars émis par tous les navires et les sémaphores.

 

Quand le risque de menace terroriste est élevé, la dissuasion est intensifiée

 

Si les mouvements d’un navire semblent suspects, le COM est alerté. Le préfet maritime indique ensuite quel comportement adopter, de l’observation discrète à l’interpellation. « Par exemple, on peut envisager qu’un avion de la Douane détecte un navire dont les mouvements sont douteux. Le centre opérationnel de la Douane contacte alors le COM qui synthétise toutes les informations disponibles auprès des autres acteurs. Si un doute persiste, le préfet peut ordonner à l’un des moyens présents en mer de suivre discrètement le navire voire de l’inspecter », illustre le capitaine de frégate Marescaux.

 

En prévention, quand le risque de menace terroriste est élevé, la dissuasion est intensifiée en renforçant la présence en mer. Récemment, lors d’un grand événement international, la vigilance a ainsi été plus accrue. « Vigimer est une caisse à outils : selon son degré, on active diverses postures de sécurité, différents moyens de renseignements pour assurer la prévention et la protection de nos intérêts », résume le capitaine de corvette Christophe Monnier, chef du bureau « opérations côtières » au centre des opérations de la Marine pour la zone Atlantique.

 

Tous acteurs confondus, près de 25 000 heures de mer et 1 300 heures de vol ont été effectuées en 2011 dans le cadre de Vigimer. Pour combien de menaces écartées ? « On ne sait pas ce qu’on a évité, mais tant que ça n’arrive pas, c’est qu’on a réussi notre mission », conclut le capitaine de corvette Monnier.

 

Photographies VIGIMER

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 17:55

Ramses-NG-ONERA.jpg

 

27 janvier 2013 Par Olivier Fourt - RFI

 

Ramses NG Onera Crédit François Julian AiretCosmos

photo Air & Cosmos

 

Ce n’est encore qu’un projet expérimental, mais c’est un système prometteur. En France, le centre de recherche aérospatiale Onera, vient de lancer un système radar aéroporté, monté sous un avion, baptisé Ramsès permettant de détecter notamment, ce qui se passe, sous la surface du sol ! Le programme a été mené avec un plus de 10 millions d’euros de budget et les applications sont nombreuses dans le secteur du renseignement militaire.

Ramses NG : l’imagerie-radar au service du renseignement
(03:02)
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 17:55
Débarquement d'un PVP à partir d'un EDA-R (Crédit : Snafu)

Même si le sujet a refait une brève apparition sur le devant de la scène lors de l’opération Harmattan en Libye, l’Afghanistan comme le Mali occultent totalement une problématique centrale dans les opérations de projection de forces : la manœuvre amphibie. Le Mali comme l’Afghanistan ont naturellement attiré l’attention sur les besoins criants de l’armée française en termes de transports stratégiques. Dans le domaine amphibie, la France est nettement mieux lotie.

 

Les Bâtiments de Projection et de Commandement ont déjà réussi à séduire la marine russe, avec deux unités commandées (et deux autres en option, même si cette hypothèse semble s’éloigner). Ces bâtiments, bien que faiblement armés, ont déjà fait à plusieurs occasions les preuves de leurs capacités, dues à l’originalité de la conception selon des normes civiles, mais aussi à la polyvalence d’emploi des surfaces de travail. Mais dans le cadre d’une manœuvre amphibie dans un contexte hostile, le bâtiment porteur n’est qu’un maillon de la chaine de la ship-to-shore-maneuver. La batellerie, c'est-à-dire les unités qui vont faire la liaison entre le bâtiment et la côte, est l’autre maillon crucial de ces opérations.

 

Dans ce domaine particulier, à l’exception notable des LCAC sur lesquels nous reviendrons après, la plupart des designs de coques, même modernisés, remonte aux années 1940. C’était le cas en France avec les EDIC (Engins de débarquement pour Infanterie et Chars) ou des CTM (Chalands de Transport de Matériels), jusqu’à l’arrivée du L-Cat (pour Landing Catamaran) réalisé par CNIM, et baptisé ensuite Engin de Débarquement Amphibie Rapide (EDA-R) par la DGA à réception des quatre unités commandées. La marine nationale maintient pour l’instant son option pour quatre unités supplémentaires, pour équiper les 2 TCD et les 2 BPC de chacun 2 unités. Mais compte tenu du contexte budgétaire actuel, cette option est tout sauf garantie. L’EDA-R concentre un certain nombre d’innovations, qui en font l’un des outils les plus aboutis du domaine amphibie. Il permet l’emport de 80 tonnes de charge utile (matériels, véhicules et personnels) à 18 nœuds, pour une vitesse à vide de 25 nœuds, soit deux fois plus vite que les matériels des générations précédentes. Son autonomie de 1000 milles nautiques lui permet de faire la navette sans avoir besoin d’être ravitaillé pendant toute la manœuvre, mais aussi de naviguer seul sur de longues distances, compte tenu de son excellente tenue à la mer. Cette autonomie permet des usages civils, comme l’acheminement de matériels d’urgence dans des zones uniquement accessibles par la mer par exemple.

 

EDAR bold-alligator-12 phot Armee de terre

 

Long de 30 mètres et large de 12, il est de conception Ro/Ro (Roll-on/Roll-off) permettant des opérations d'embarquement/débarquement simplifiées. L’originalité de son concept tient à sa plateforme de chargement mobile : elle s’élève pendant la traversé, permettant à l’EDA-R de naviguer comme un catamaran, et elle s’abaisse lors du beaching, pour pouvoir disposer d’un fond plat et d’un faible tirant d’eau (60 cm en charge). De manière exceptionnelle, la charge utile peut dépasser les 110 tonnes (certaines sources mentionnent même 130 tonnes) ce qui permet par exemple le débarquement de deux Leclerc. Une seule rotation de deux EDA-R permettrait donc le débarquement d’un peloton complet à partir d’un BPC. Une opération majeure, impliquant l’ensemble de la flotte amphibie, permettrait en théorie (avec 8 EDA-R) de beacher un escadron complet de Leclerc en une seule rotation.

 

Les principaux concurrents de l’EDA-R sont les engins de type LCAC (Landing Craft Air Cushion), qui ont pour eux l’avantage d’une vitesse de croisière supérieure, pour une charge utile similaire. Mais cette vitesse ne signifie pas pour autant un gain de temps, car il faut mettre en place des saisines sur tout le matériel, pour pouvoir naviguer à 60 nœuds sur un LCAC américain. Cela ralentit considérablement les phases de chargement et de déchargement. En plus d’un pilotage d’une grande complexité (comparable à celui d’un hélicoptère selon les pilotes) les LCAC sont coûteux à l’achat et à l’entretien (au moins deux fois plus qu’un EDA-R) ; ils sont de plus fragiles, inaptes à naviguer sur des mers formées (au delà de force 4) et disposent d’une autonomie nettement moindre (entre 300 et 400 mn maximum).

Les américains disposent encore d’environ 70 LCAC principalement chez les Marines. Dans la doctrine amphibie américaine, le LCAC est utilisé en deuxième vague compte tenu de sa fragilité. Il est utilisé après l’envoi des AAV7 (transports de troupes amphibies équipés de mitrailleuses lourdes ou de LG de 40 mm) pour nettoyer la plage. Après l’abandon du trop coûteux et trop complexe programme Expeditionary Fighting Vehicle, devant remplacer les AAV7, il est surprenant de constater que les Américains envisagent à nouveau de se doter d'une batellerie de type LCAC : le Ship-to-Shore Connector (SSC) de Textron Systems, dont le design et les caractéristiques sont très proches des LCAC première mouture. Il se caractérisera surtout par un pilotage, une utilisation opérationnelle et une maintenance simplifiés. Les SSC utiliseront notamment les même moteurs que l’OV-22 Osprey. En attendant le SSC, les LCAC sont portés progressivement au standard SLEP, incluant un allongement de la durée de vie (de 20 à 30 ans) et une modernisation des moteurs et de l’électronique embarquée.

 

De leur côté les Anglais ont testé récemment le PACSCAT (Partial Air Cushion Supported CATamaran) de QinetiQ, qui combine le design d’un catamaran et d’un LCAC, mais sans se décider pour l’instant sur l’achat ou non de ce type de matériel. Plus rapide que l’EDA-R, il emporte une charge utile inférieure, de l’ordre de 55 tonnes, pour des dimensions proches (30 m par 8 m).

 

Les Russes comme les Chinois sont utilisateurs du Zubr, le plus imposant aéroglisseur jamais construit. Mais compte tenu de sa taille, c'est un bâtiment autonome. Les Chinois ont construit une version à échelle réduite du Zubr, le Type 722 Jinsha II. Plus récemment ils ont développé une copie du LCAC américain, le type 726 Yuyi. Ses caractéristiques sont similaires à celle du LCAC américain, avec toutefois une charge utile plus faible.

 

Principaux LCAC en service ou à l'étude
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 16:46

http://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/602914_484697188242678_319019556_n.jpg


28.01.2013 Crédit : EMA / Marine nationale


Le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a accosté à Dakar ce matin. Il a entamé le débarquement des hommes et des véhicules du GTIA 2 qui commenceront sans tarder leur mouvement vers Bamako.
 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 15:55

First production Airbus Military A400M in French Air Force

 

January 27, 2013. David Pugliese - Defence Watch

 

The war in Mali has raised questions about air transport issues in France. Here is a brief passage from an Aviation Week article on the A400M and the subject in question, along with a link to the full article below:

 

France has ordered 50 A400Ms to be delivered starting this year and will be the first nation to receive the new strategic airlifter. Last year, Airbus Military was set to begin A400M deliveries to the French air force in November 2012, well ahead of the contractual deadline in March, but the program was massively restructured in 2009 due to major development delays.

 

In September, the first two A400M deliveries were shifted to the second quarter this year related to engine issues that have since been resolved. Function and reliability trials took place in December and the aircraft is due to fly again early this year. Airbus Military is now planning four A400M deliveries in 2013, three to France, one to Turkey.

 

In October, when Paris began hinting at a Malian intervention, lawmakers questioned the readiness of the air force’s strategic transport capability.

 

“Where is the A400M?” Philippe Folliot asked French armaments agency (DGA) Director Laurent Collet-Billon during testimony before the defense commission in October. “Can deliveries be accelerated, if only to avoid having extend the life of our old Transall?”

 

Collet-Billon said that by June the air force should begin crew training and planning for pre-operational capabilities.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 13:55

http://www.thalesgroup.fr/Resizer.ashx?i=/uploadedImages/Portfolio/Defence/damocles_illustration.jpg&w=230

Sous le ventre du Rafale, la nacelle Damocles permet

de guider des bombes via un faisceau laser - Thales

 

28/01 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

La DGA vient de notifier à Thales une première tranche d'un contrat de 150 millions d'euros pour le développement de la nacelle de désignation de cibles de nouvelle génération.

 

En toute discrétion, la Direction générale de l'armement a notifié fin décembre à Thales un très important contrat pour la modernisation du Rafale, a-t-on appris de sources concordantes. Il s'agit d'une première tranche de 55 millions d'euros du contrat de développement de la nouvelle génération d'un des équipements clés de l'avion de combat : la nacelle de désignation de cibles, encore appelée « PDL NG », pour « pod de désignation laser de nouvelle génération ».

 

Attendue depuis plusieurs mois, cette tranche représente un tiers environ du montant estimé du développement puisque la DGA doit en principe notifier en fin d'année une tranche supplémentaire de 115 millions. Si l'on ajoute par la suite la fabrication de la quarantaine d'exemplaires envisagés, l'engagement total atteindra plusieurs centaines de millions d'euros au profit du groupe d'électronique de défense.

 

Pod-Damocles-en-2009

 

Damocles, du nom de la nacelle en service actuellement, permet de guider des bombes via un faisceau laser et fonctionne par tout temps . Elle équipe les Mirage 2000, les Rafale ou encore les Sukhoï 30.

 

Sa modernisation constitue une étape clé pour l'exportation du Rafale. En 2011, quand les négociations avec les Emirats Arabes Unis battaient leur plein, la France a cherché à faire financer une partie du développement de la future génération par Abou Dhabi qui penchait fortement sur le Sniper, l'équipement concurrent de Lockheed Martin.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 13:36

http://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/59532_484666081579122_489283047_n.jpg

La deuxième compagnie du 2e REP se prépare à

embarquer pour sauter sur Tombouctou.
Crédit : EMA / armée de Terre

 

28/01/2013 12:56 Sources : EMA

 

En moins de 48 heures, les soldats français de l’opération Serval, en coordination avec l’armée malienne et des unités africaines, ont repris la boucle du Niger depuis la ville de Gao jusqu’à Tombouctou.

 

Ainsi, après s’être emparée de Gao dans la nuit du 26 au 27 janvier, la force Serval, en coordination avec des unités maliennes, a pris cette nuit (28 janvier) le contrôle de l’aéroport et des accès de la ville de Tombouctou par une manœuvre aéroterrestre.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/mali/130127-operation-serval-point-de-situation-du-27-janvier-2013/point-de-situation-du-27-janvier-2013-du-26-janvier-a-12h-au-27-janvier-a-18h3/2152962-2-fre-FR/point-de-situation-du-27-janvier-2013-du-26-janvier-a-12h-au-27-janvier-a-18h.jpg

 

Appuyée par plusieurs patrouilles de chasse et les hélicoptères du groupe aéromobile (GAM) et des moyens de surveillance (ATL 2, drone), la force Serval s’est emparée simultanément de l’aéroport de Tombouctou avec le GTIA 21eRIMa et des abords nord de la ville par le largage des parachutistes du 2erégiment étranger de parachutistes (2eREP). Le dispositif se réarticule actuellement pour consolider la position et permettre aux autorités et forces armées maliennes (FAM) de reprendre le contrôle de la ville.

 

BPC Dixmude 23.01.2013 photo Marine Nationale

 

Enfin, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a accosté à Dakar ce matin. Il a entamé le débarquement des hommes et des véhicules du GTIA 2 qui commenceront sans tarder leur mouvement vers Bamako.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 13:03

http://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/326109_484661601579570_1562653860_o.jpg

Crédit : EMA / armée de Terre

En moins de 48 heures, les soldats français de l’opération Serval, en coordination avec l’armée malienne et des unités africaines, ont repris la boucle du Niger depuis la ville de Gao jusqu’à Tombouctou.

Ainsi, après s’être emparée de Gao dans la nuit du 26 au 27 janvier, la force Serval, en coordination avec des unités maliennes, a pris cette nuit (28 janvier) le contrôle de l’aéroport et des accès de la ville de Tombouctou par une manœuvre aéroterrestre.

Appuyée par plusieurs patrouilles de chasse et les hélicoptères du groupe aéromobile (GAM) et des moyens de surveillance (ATL 2, drone), la force Serval s’est emparée simultanément de l’aéroport de Tombouctou avec le GTIA 21e RIMa et des abords nord de la ville par le largage des parachutistes du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP). Le dispositif se réarticule actuellement pour consolider la position et permettre aux autorités et forces armées maliennes (FAM) de reprendre le contrôle de la ville.

Enfin, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a accosté à Dakar ce matin. Il a entamé le débarquement des hommes et des véhicules du GTIA 2 qui commenceront sans tarder leur mouvement vers Bamako.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 12:55

http://jdb.marine.defense.gouv.fr/public/gpe/2013/Image8.jpg

 

26 janvier 2013 Par FLF Guépratte

 

Entré en arrêt technique majeur mi- octobre, le « Guépratte », arrive à la fin de sa période d’indisponibilité.

 

Au cours de ces travaux, la frégate s’est « refait une jeunesse », notamment pour sa carène et en procédant à d’importantes visites techniques d’entretien périodiques et de modernisation de ses installations : modernisation du système de conditionnement d’air, révision majeure de l’ensemble « moteurs, réducteurs, alternateurs, lignes d’arbres ». Les hélices ont été entièrement démontées, visitées puis remontées.

 

Les « œuvres mortes » (au-dessus de la ligne de flottaison) ont bénéficié d’un nouveau revêtement en peinture polyuréthane offrant une meilleure résistance à la corrosion ; les « œuvres vives » (partie immergée) ont quant à elles reçu une peinture à base de silicone qui permettra de diminuer les frottements entre la coque et l’eau, diminuant ainsi jusqu'à 10% la consommation de carburant.

 

Au-delà de la maintenance programmée de la plupart des armes et équipements, de nouveaux radars de navigation et d’appontage plus performant ont été installés. Le renouvellement le plus important en matière d’électronique est l’installation du nouveau système d’information et de communication RIFAN 2 : radio, réseaux et distribution. Le « Guépratte » est le premier bâtiment du type à être doté complètement doté de ce nouveau système.

 

L'équipage vit intensément cette période d'arrêt technique, dont il est un acteur clef. Il conserve en effet la pleine responsabilité du bâtiment et de ses équipements, notamment pour leur sécurité, leur sûreté et la conduite des installations. Il procède lui-même à un grand nombre de travaux tout en étant fortement impliqué dans la préparation, la conduite, le suivi et la recette des travaux des intervenants extérieurs, placés sous maîtrise d’œuvre de DCNS, titulaire du contrat d’entretien des frégates légères furtives passé par le Service de soutien de la flotte.

 

Ces éléments vont permettre au « Guépratte » de reprendre la mer, moment attendu avec impatience ! La sortie du bassin et les essais sont prévus pour la deuxième quinzaine du mois de janvier pour un retour à la disponibilité au tout début du mois de février.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 12:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/gpd-med-c-marine-nationale-sm-boivin/2153156-1-fre-FR/gpd-med-c-marine-nationale-sm-boivin.jpg

 

28/01/2013 Sources : PREMAR Méditerranée

 

Le Groupement des Plongeurs Démineurs (GPD) intervient toute l’année pour neutraliser des engins historiques (obus, mines, torpilles…) qui représentent un danger pour la navigation. Par leur action, ils contribuent à la sécurité des approches maritimes.

 

En 2012, le GPD Méditerranée a effectué 72 "missions route", c’est-à-dire qu’i est intervenu suite à la découverte d'un engin explosif par une personne. Parmi ces interventions, 58 ont été faites sur des munitions de tous types et tous calibres (cartouche, bombe, mine, obus, torpille). Les 14 interventions restantes concernaient des engins inertes, des plaques métalliques ou encore des piliers en béton, soupçonnés d'être des engins explosifs lors de leur découverte.

 

Les chasseurs de mines interviennent lorsque le GPD Méditerranée découvre lui-même un engin explosif. Ce fut le cas pour 15 interventions réalisées durant l'année. De plus, les plongeurs démineurs interviennent au cours de campagnes ternaires. Elles consistent à traiter tous les engins explosifs d'une zone préalablement définie au cours d'une certaine période. La première campagne ternaire en Méditerranée a eu lieu en mai-juin 2012. 3.2 tonnes d'explosifs ont alors été neutralisées en 12 jours, soit 9 mines, 1 bombe, 1 torpille, 1 obus et 1 roquette inerte.

 

Le GPD Méditerranée est composé d'une quarantaine de marins. Pour les Interventions sur Munitions et Engins Conventionnels (IMEC) l'équipe est constituée de 5 personnes maximum et de 3 à 4 personnes pour les Interventions sur Engins et Explosifs Improvisés (IEEI).

 

Les plongeurs démineurs de la Marine nationale sont répartis dans trois bases: Brest, Cherbourg et Toulon. Chacune a sa spécialité. Le GPD Méditerranée est spécialisé dans les travaux sous-marins, notamment ceux nécessaires pour la préparation des débarquements.

 

L'activité des plongeurs démineurs est variée, aussi bien en mer qu'à terre. Ils ont pour mission de localiser tous les engins explosifs immergés ou enfouis sous le sol, puis de les identifier, de les neutraliser sur place ou des les faire exploser dans un périmètre sécurisé au large. Ils peuvent aussi être chargés de désobstruer les fonds marins et d'effectuer des travaux sous-marins divers tels que de la soudure ou encore du déblayage d'accès portuaires. De plus, ils participent à des actions de service public en cas de naufrage ou d'accidents maritimes. 24h/24h en alerte, les plongeurs démineurs sont en mesure de neutraliser aussi bien des mines que des colis piégés. Avec une moyenne de 300 plongées par an, ce sont les seuls militaires pouvant plonger jusqu'à 80 mètres de profondeur.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:30

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/media/00/02/1325020930.JPG

 

25/01/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. Défense globale

 

« La dernière étape avant le Mali. » Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, s’est rendu ce vendredi 25 janvier à la ZRA (Zone de regroupement et d’attengte) de Miramas et à la Base aérienne 125 d’Istres dans les Bouches-du-Rhône pour s’assurer du bon déroulement du transfert des hommes et des matériels vers le Mali. Actuellement, à la ZRA de Miramas, 640 soldats sont en attente d’un départ (ici, une compagnie du 1er RIMA d'Angoulême). Ce qui portera dans les prochains jours, la force française à 3 150 soldats. A la hauteur de l’ancienne Task Force La Fayette en Kapisa et Surobi en Afghanistan. Pour un terrain grand comme deux fois et demi la France…

 

La ZRA, qui peut héberger et maintenir en condition jusqu’à 1 300 soldats, 600 véhicules et 300 conteneurs en attente, tourne à plein par les temps qui courent (plus de mille soldats actuellement, 640 sur le départ pour le Mali). Sa proximité de la base d’Istres (15 km), de l’aéroport de Marignane, des ports de Toulon et même de Fos-sur-Mer, en fait « un carrefour stratégique », comme le dit le colonel Santoni, le chef du 503e RT (train) de Nîmes, également responsable de la zone (un ancien du CFT à Lille).

 

Sur les parkings de Miramas, patientent un impressionnant assortiment de véhicules militaires : PVP (petit véhicule protégé), blindés ERC 90, camions du génie, anti-IED (engins explosifs improvisés), de transport, de dépannage, du service des essences, des VAB sanitaires, des antennes chirugicales avancées…

 

Outre des médecins et des infirmiers, croisés à Istres dans un C17 américain prêt au décollage, les prochains à partir seront les 195 « tringlots » du 511e RT d’Auxonne près de Dijon. « On ignore encore où nous serons déployés mais nous sommes prêts », glisse un maréchal des logis chef souriant. La logistique arrive. Une priorité pour le déploiement.

 

Patientent, parfois depuis neuf jours, un escadron du 1er RIMA (infanterie de marine avec VBL Milan, VAB canon de 20 mm) d'Angoulême, une compagnie du 31e RG (génie) de Castelsarrasin, une autre du 126e RI (infanterie) de Brive, le BPIA de Chalon-sur-Saône (base pétrolière interarmées) et le 68e RAA (artillerie d’Afrique) de La Valbonne.

 

Déployée à Tora en Surobi pour le désengagement d’Afghanistan pendant trois mois cet été, cette batterie de 80 hommes (les artilleurs de l’arrière et les appuis au feu de l’avant) et quatre Caesar (canons sur camion, qui patientent au port de Toulon) attend depuis une semaine son ordre de départ. Parmi elle, le première classe Samuel, de Douai, engagé depuis deux ans et servant pièces d’artillerie. « C’est long mais nous sommes sereins, comme d’habitude, plaisante un autre. On verra bien comment ça se passe là-bas. »

 

Pendant ce temps-là, à la base aérienne d’Istres, le rythme n’est pas au ralenti mais poussé au maximum. Les aviateurs qui gèrent les expéditions de matériels sont aux taquets. Ce vendredi matin, trois C17, américain (à gauche), canadien et émirati, chargent à bloc des véhicules et des hommes (ici à droite, des officiers médecins). « La montée en puissance », comme le dit Jean-Yves Le Drian.

 

OL. B.

 

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/media/00/02/2546726273.JPG

 

NB :  on ne pouvait terminer ce bref déplacement sans taquiner deux secondes le ministre de la Défense et le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Ract-Madoux, qui se félicitaient de l'apport du C17 américain, prêté gracieusement par le gouvernement américain. L'avion rempli, prêt au décollage, les mécaniciens américains ont commencé à démonter un capot moteur du transporteur... Comme quoi, il n'y a pas que chez nous que ça arrive. Et que ça n'arrivera même plus quand l'A400M sera là !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 10:45

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/media/00/02/4154224111.jpg

 

26/01/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. - Défense globale

 

En visite hier à la base d'Istres, où s'envole le matériel, et à la zone de regroupement et d'attente de Miramas, où patientent 640 soldats français (à ajouter bientôt aux 2 500 déjà présents sur le sol malien), le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a pris le temps de vérifier le bon déroulement du déploiement et et de rappeler les objectifs de la France... Interview.

 

- Le déploiement français garde-t-il son efficacité ?

 

" Je suis venu à Miramas et à la base d'Istres pour m'assurer du bon fonctionnement logistique de nos forces vers le Mali, de sa fluidité et de son acheminement. Je suis venu aussi pour apporter le soutien du ministre de la Défense et celui de la République, de la Nation tout entière aux soldats qui vont rejoindre le théâtre malien dans un moment important. Pour eux, c'est la dernière étape avant le Mali. J'ai confiance dans leur vigilance, leur professionnalisme, leur sang-froid. "

 

- Etes-vous satisfait des résultats sur le terrain malien ?

 

" L'enjeu était d'abord d'empêcher la progression des groupes terroristes et djihadistes et de prendre Bamako. Cet objectif a été atteint grâce à la réactivité de nos forces, même s'il faut rester vigilants. Le deuxième enjeu, c'est de faire que le Mali retrouve son intégrité territoriale. C'est ce que nous faisons actuellement. Le troisième doit permettre l'application de la résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies qui appelle à intervenir une force africaine. "

 

- La France s'est engagée seule au Mali ? Cet état de fait va-t-il durer ?

 

" La France remplit son rôle en répondant à l'appel à l'aide du président Traoré le 10 janvier mais le but n'est pas de rester au Mali. Nous assurons le relais en attendant que la force africaine MISMA (Mission internationale de soutien au Mali) monte en puissance. N'oublions pas que la souveraineté du Mali, c'est la sécurité de la France. "

 

- Quand la force africaine et la formation de l'armée malienne se mettront-elles en action ?

 

" Nous allons faire en sorte que les forces africaines soient en position de nous relayer. La formation EUTM Mali va débuter dans les quinze jours (avec 450 soldats européens, dont 200 Français). Le but sera atteint au printemps. Quant à la MISMA, dont on nous disait qu'elle ne pourrait être déployée avant l'automne, elle compte déjà 2 000 soldats au Mali, à terme 5 500, soit beaucoup plus que les 3 300 annoncés. La France a vocation à leur passer le relais le plus rapidement possible. C'est en bonne voie avec un travail de coordination avec l'opération Serval qui se met en place. "

 

- Quid du soutien international ?

 

" Je constate, comme ici à Istres, que le soutien international est effectif avec des avions de transport américain, canadien, émirati. Les Américains sont au rendez-vous avec leurs moyens de surveillance, de transports et aussi de ravitaillement (en vol), ils viennent de nous le confirmer. Et je pourrais ajouter les Allemands, les Britanniques, les Belges, les Hongrois... Bref, il y a du monde. Surtout pour le transport qui est le secteur dont nous avons le plus besoin. C'est à la fois un acte tactique et politique. "

 

- Aujourd'hui, combien de soldats français sont engagés au Mali ?

 

" Il y a 2 500 soldats français sur le théâtre malien ; 3 700 pour l'opération globale car il faut compter les personnels déployés en appui au Tchad, à Dakar, Niamey, Ouagadougou (640 soldats sont en attente à la ZRA de Miramas, ce qui devrait faire monter la force française au Mali à plus de 3 100 soldats la semaine prochaine). "

 

- Peut-on commencer à évaluer le budget de l'opération Serval ?

 

" Il est un peu tôt pour évaluer le coût. Nous sommes en pleine montée en puissance. Dans le budget du ministère de la Défense, chaque année, 600 à 650 millions d'euros sont réservés pour les OPEX (opérations extérieures). L'opération au Mali s'impute donc dans ce budget. En 2011, quand la France a mené des opérations en Libye et en Afghanistan, ce budget OPEX avait atteint 800 M€ (mais avec les surcoûts, 1,2 milliards d'euros). Nous sommes loin de ces chiffres-là à l'heure actuelle. Tout ce que je peux dire, c'est que le coût global pour le transport de l'opération Serval se monte à 30 M€. Pour le reste, le Parlement sera informé. La France a les moyens de tenir ses responsabilités. "

 

- Comment vit-on le fait de mener une guerre ?

 

" C'est le président de la République qui est le chef de guerre, moi, je ne suis que l'opérateur. Mon rôle, c'est de voir comment ce déploiement et cette montée en puissance se déroulent. Ma mission, c'est aussi de saluer les gens qui partent pour leur assurer le soutien de la Nation. C'est une grosse responsabilité. Mais je sais aussi que nos soldats savent que cette mission est indispensable et très noble. Difficile mais exaltante qui se déroule, cette fois, dans un pays ami... "

 

- Dernière question, depuis la prise d'otages d'In Anemas en Algérie, la France a-t-elle renforcé la sécurité des sites d'entreprises nationales se situant dans les pays d'Afrique environnants (référence à un écho sur la présence de soldats français sur des sites d'Areva au Niger) ?

 

" Je n'ai rien à dire à ce sujet. On veille à la sécurisation de nos sites et de nos entreprises en Afrique... "

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 08:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/le-porte-avions-charles-de-gaulle-se-prepare-a-entrer-au-bassin/2149800-1-fre-FR/le-porte-avions-charles-de-gaulle-se-prepare-a-entrer-au-bassin.jpg

 

24/01/2013 Actu Marine

 

Le jeudi 24 janvier 2013, à 9h, le porte-avions Charles de Gaulle est entré dans un des grands bassins Vauban de la base navale de Toulon. Cette manœuvre délicate, pour un bâtiment de cette taille, réalisée avec le service des moyens portuaires (SMP), marque le début de la phase des travaux nécessitant notamment des interventions sous la ligne de flottaison.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/le-porte-avions-charles-de-gaulle-se-prepare-a-entrer-au-bassin5/2149795-1-fre-FR/le-porte-avions-charles-de-gaulle-se-prepare-a-entrer-au-bassin.jpg

 

Le dernier «passage au stand» de cette ampleur avec passage au bassin a eu lieu il y a quatre ans. Cette fois-ci, les travaux réalisés concerneront l’ensemble des installations du porte-avions, du pont à la carène en passant par les cuisines ou encore les machines. Pas moins de 5000 lignes de travaux seront effectuées par le maître d’œuvre DCNS et l’équipage du Charles de Gaulle, permettant de traiter les obsolescences et de lui redonner du potentiel.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/le-porte-avions-charles-de-gaulle-entre-au-bassin/2149770-1-fre-FR/le-porte-avions-charles-de-gaulle-entre-au-bassin.jpg

 

Après douze années d’activités opérationnelles, dont le soutien de l’ISAF en Afghanistan à plusieurs reprises et l’opération Harmattan en Libye, le porte-avions Charles de Gaulle aura parcouru l’équivalent de vingt-trois tours du monde et prouvé, s’il en était besoin, son efficacité opérationnelle.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories