Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 16:15

http://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/426243_396392807099050_465949510_n.jpg

SMX-26 - photo RP Defense

 

October 24, 2012 defpro.com

 

The DCNS stand at Euronaval 2012 (Hall 2 – Stand F66-G57) presents the best and latest from the Group’s product and service portfolios. A world leader in naval defence, DCNS is presenting its know-how to delegations from around the globe every day at the show.

 

Below we briefly describe some of our most innovative products:

 

SURFACE COMBATANTS

 

FREMM ER

 

FREMM-ER (Extended Range): enhanced anti-air capabilities. Thanks to its four-panel phased-array antenna and continuous hemispherical coverage, the new radar can detect and track threats at unprecedented ranges enabling the combat management system (CMS) to exploit the ship’s current and future weapons systems to the full. These capabilities are particularly important for littoral operations, in bad weather and against increasingly stealthy threats.

 

NextGen CIC (Command & Information Centre), a new concept for next-generation ops rooms. As sensor datasets grow by the day, theatres of operations become more complex and the digital revolution advances in leaps and bounds, DCNS is helping client navies to cope with the challenges by developing new systems to display operational information and decision aids. The overriding aim is to put operators fully ‘in the loop’ and to facilitate decision-making in the most complex situations. This new concept is an excellent example of a DCNS naval system designed to deal with new threats while ensuring information supremacy in combat.

 

Brave, nouveau design de bâtiment logistique

 

Brave logistic support vessel and underway replenishment tanker. Brave vessels are designed for warship underway replenishment (dry cargo, liquids and munitions) as well as at-sea logistic support for an entire naval group. Loading, storage and delivery of all items, including hazardous materials, are of course part of the mission statement. The Brave concept can accommodate two double (port/starboard) replenishment rigs, each handling both liquids and dry cargo, for a ‘four at a time’ heavy cargo capability.

 

Famille Gowind

 

Gowind range: Gowind Combat corvette, Gowind OPV L’Adroit, and latest development.

DCNS is currently developing a Gowind version for mine countermeasures (MCM). The ship is being tailored to deploy unmanned vehicles designed specifically to detect, identify and destroy underwater mines.

For the Gowind Combat, DCNS is designing a new superstructure module comprising, in a single building block, the bridge, ops room and enclosed mast. This module will be deliverable to partner shipyards as part of contracts calling for local shipbuilding.

 

SUBMARINES

 

Andrasta: The Andrasta compact submarine is designed to operate in shallow littoral waters as well as deep ocean waters. A direct descendent of the Scorpene, it is remarkably effective in all roles close to coasts. Recent advances have focused on improved acoustic discretion, improved sonar detection capabilities, particularly in coastal environments, and additional provision for intelligence gathering; an essential role in coastal theatres. Endurance has also been extended to three weeks.

 

A3SM: New DCNS-designed weapon system to protect submarines against airborne ASW attacks. A3SM comes in two versions, both fully integrated with Subtics® combat systems:

- Mast version: Comprises a missile housing (that remains watertight throughout the submarine’s operating range and down to maximum diving depth) mounted on a hoistable mast and containing several short-range Mistral missiles that can be fired from periscope depth.

- Underwater vehicle version: Comprises a torpedo-like capsule containing a medium-range (20 km) Mica missile that is tube-launchable at any depth. The capsule is similar to the type developed for submarine-launched Exocet anti-ship missiles.

 

 

SMX-26: A compact submarine designed to look, listen and act in shallow confined coastal waters (> 15m) where conventional submarines fear to go. Two propeller shafts and four retractable azimuthing thrusters make the SMX 26 extremely manoeuvrable, including hovering and vertical excursions even when near the seafloor, close to the surface in a swell, or both at once.

Using extendable wheeled legs, the SMX-26 can settle quickly on almost any seafloor, deploy a flexible snorkel and power cables to the surface, then wait quietly for up to 30 days before striking its targets hard and fast by deploying up to six special forces divers, using its mast-mounted weapons (a 20-mm gun and a self-defence anti-air missile system) or firing its tube-launched weapons (two heavyweight torpedoes and eight lightweight torpedoes with special high-explosive warheads).

 

SERVICES

 

The stand also presents the Group’s global service offering. Drawing on experience acquired serving the French Navy and international customers, DCNS offers a range of services (technology transfers, teaching programmes, training, simulation solutions, etc.) to help client navies make the best use of their assets, maintain them (through-life support programmes, upgrades, etc.) and manage naval base infrastructure (design, construction, operation and/or maintenance, integration of defence-critical facilities, shipyard refurbishment, etc.). For DCNS, the aim is to offer customers services tailored to their needs and ensuring the required levels of fleet availability and performance.

 

DCNS RESEARCH

 

DCNS Research brings together all DCNS activities involving research & technology development by building on basic research and theory to yield applications vital to the design and development of new products and services for the naval defence or energy sectors. In addition to new materials and high-productivity manufacturing processes, the department is developing innovative control and stabilisation systems for unmanned vehicles like the unmanned surface vehicle (USV) Remorina. DCNS Research is also developing sophisticated data processing algorithms for combat management and surveillance systems and contributing, through simulation modelling, to efforts to reduce the signatures and environmental impact of maritime systems. In a word, the department applies innovation to improving the Group’s competitive edge. Finally, DCNS Research is working on a dozen or more joint projects in collaboration with the Jules Verne Technology Research Institute and other public and industry-funded research centres.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:28

Nexter XP2 Technology demonstrator for VBMR source DSI

 

Oct. 21, 2012 - By PIERRE TRAN Defense News

 

PARIS — Nexter is sending its XP2 armored vehicle technology demonstrator and CTA International 40mm cannon to this week’s Association of the U.S. Army (AUSA) show, both bearing the French company’s hopes of winning orders from the U.S. Army and other forces, a company executive said.

 

The target for the XP2 is the U.S. Army’s Armored Multi-Purpose Vehicle (AMPV) program, intended to replace the M113 troop carrier, said Patrick Lier, Nexter vice president for international affairs.

 

The M113 saw service in the Vietnam War.

 

The XP2 is a six-wheel-drive vehicle in the 20-ton class, designed to show “capability for innovation and know-how in armored vehicles,” Lier said.

 

The French vehicle is designed to provide a high level of protection up to the NATO Standard Agreement 4 level, offer high mobility and be equipped with advanced onboard electronics and 360-degree camera vision, Lier said. The vehicle can carry nine soldiers and rations for two days, and its motor can be changed in an hour, he said.

 

Nexter faces stiff competition.

 

General Dynamics is expected to pitch its Stryker, while BAE Systems has said it will offer a modified Bradley infantry fighting vehicle.

 

Navistar has said it is interested in competing with a partner.

 

The U.S. Army, which could buy up to 3,800 units, has said it would likely opt for a vehicle already in service and has set a cost target of $2.4 million per vehicle.

 

Another potential buyer of the XP2 is the Australian Army, with a requirement for about 1,500 armored vehicles under its Land 400 program, Lier said.

 

The Australian planners have not yet said whether the new vehicle will be tracked or wheeled, Lier said.

 

Nexter developed the XP2 as a contender for the French Army’s Véhicule Blindé Multi-Role (VBMR), a multirole armored vehicle, for which the previous Army chief of staff set a price cap of 1 million euros ($1.3 million) for the planned 1,000 armored personnel carrier units of the VBMR program.

 

Tourelle 40CTA Nexter (photo Guillaume Belan)

 

The cased telescoped CTA 40mm gun is aimed at arming the U.S. Army’s Ground Combat Vehicle (GCV), Lier said.

 

Army procurement is looking to buy more than 1,800 GCVs that will be armed with a 25mm gun, but that choice of caliber has sparked comments of “not enough,” Lier said.

 

Nexter hopes to spark interest with its CTA 40mm, built under the CTA International joint venture with BAE.

 

Nexter also hopes to sell the CTA 40mm to Australia, which is looking for a gun for its infantry fighting vehicle, Lier said.

 

“The 40mm could be a serious contender,” he said.

 

The GCV is intended as replacement for the Bradley.

 

Des militaires en Afghanistan avec des canons Caesar de Nex

 

Nexter sent its Véhicule Blindé Combat d’Infanterie (VBCI) to AUSA two years ago, and the Caesar 155mm artillery piece last year.

 

VBCI - French Army in Afghanistan with flexible wire cage R

 

The French company had hoped the VBCI might be picked for the Ground Combat Vehicle, but the requirement for a tracked unit left the wheeled infantry fighting vehicle out in the cold.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:12

Mindef

 

24/10/2012 Michel Cabirol - latribune.fr

 

Fin 2015, il manquera 10 milliards d'euros au budget de la Défense par rapport à la loi de programmation militaire initiale, selon le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud. En 2020, ce seront 40 milliards qui feront défaut si les pouvoirs publics prolongent le tour de vis actuel. L'effort de défense dépassera "à peine 1,3 %" du PIB à l'horizon 2015, contre 2 % en 1997. Principaux extraits de l'audition de l'amiral Guillaud devant les députés de la commission de la défense de l'Assemblée nationale.

 

C'est donc bien l'heure de la retraite pour les militaires français, des ambitions rangées dans les cantines des soldats, de l'influence de la France... racontée dans les livres d'histoire. Car l'audition devant les députés de l'assemblée nationale de la commission de la défense du chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, apparait comme un véritable électrochoc. La France rentre vraiment dans le rang. "Le ministre de la défense a obtenu que les crédits soient plus importants en 2013, ce dont nous ne pouvons que nous réjouir : leur niveau actuel n'est pas loin de remettre en cause le choix d'une armée polyvalente et homogène, garantissant réactivité, souplesse d'emploi et endurance", constate sévèrement l'amiral Guillaud aux députés.

 

40 milliards d'euros en moins en 2020

 

Comment cela se traduit-il ? Par des chiffres qui ne mentent pas. "Le modèle sous-tendu par la loi de programmation militaire (LPM) en cours était bâti, entre autres, sur une prévision d'augmentation en volume des ressources de 1 % par an à partir de 2012, rappelle le chef d'état-major des armées. Dans les faits, le budget de la défense diminuera de 4 % en valeur sur la période 2012-2015. Au résultat, la divergence cumulée entre les ressources prévues aujourd'hui et la programmation initiale atteint 10 milliards pour 2013-2015, soit presque une année de masse salariale du ministère hors pensions ou la totalité du programme des six sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) Barracuda. Si l'on prolonge la tendance actuelle, on obtiendra en 2020 un écart de 40 milliards en valeur de 2012, soit 130 % du budget total d'une année".

 

Les difficultés ont débuté dès l'été 2010, rappelle l'amiral Guillaud. Et de préciser que c'est à partir de 2012, que "la trajectoire des ressources diverge encore plus nettement de la trajectoire de référence tracée en 2008. La pression budgétaire s'est accrue après la révision des prévisions de croissance, compte tenu de l'obligation de redresser les comptes publics. En tenant compte des lois de finances rectificatives et du gel de crédits supplémentaires intervenu en juillet, les crédits de 2012 sont désormais en recul de 1,2 milliard par rapport à l'annuité initialement prévue. Conjugué à l'écart cumulé de 1,9 milliard de la fin de 2011 et sans préjuger des conditions de la fin de gestion de 2012, le recul dépassera les 3 milliards à la fin de l'année".

 

Des dépenses militaires réduites à 1,3 % du PIB

 

Pour l'amiral Guillaud, "un tel écart n'est pas de l'ordre de l'ajustement. Il nous impose de revisiter nos ambitions. Pour mémoire, l'effort de défense était, aux normes OTAN - c'est-à-dire hors pensions et hors gendarmerie -, de 2 % du PIB en 1997, avant de se stabiliser ces dix dernières années entre 1,6 % et 1,7 %. En 2012, il est de 1,55 %. À l'horizon de 2015, il dépassera à peine 1,3 %". Compte tenu de la situation des finances publiques, "le modèle en vigueur n'est plus soutenable. Nous devrons donc penser autrement", fait-il valoir. C'est-à-dire avec des ambitions à la baisse.

 

Une cessation de paiement en fin d'année ?

 

"Pour 2012, la fin de la gestion est sous tension, indique le chef d'état-major des armées. Ainsi, il a déjà identifié "les surcoûts des opérations extérieures (OPEX) et la hausse du carburant opérationnel, pour un total de 250 millions" et rappelle que "la levée des réserves n'a pas encore été obtenue. Enfin, le déficit structurel du titre II est en cours de consolidation". Pour l'amiral Guillaud, "il est essentiel d'appliquer les clauses de sauvegarde prévues par la LPM pour les OPEX, le carburant opérationnel et le titre II (fonctionnement). À défaut, pour éviter que certains postes ne soient en cessation de paiement dès la fin du mois d'octobre, il faudrait ponctionner une fois encore les crédits d'équipement ou aggraver le volume de nos factures en attente de paiement de fin d'année, autrement dit notre report de charges, ce qui n'est pas de bonne gestion".

 

En 2012, il évalue "à moins de 500 millions d'euros le surcoût des opérations en Afghanistan. En 2013, les surcoûts baisseront sous l'effet de la diminution du nombre d'hommes sur place - ils ne seront plus que 1.500 à partir du 1er janvier -, la fin de l'opération de désengagement étant prévue au 1er juillet. Les sommes consacrées à l'Afghanistan sont pratiquement équivalentes en 2011 et en 2012, mais les dépenses se sont déplacées des combattants vers les surcoûts logistiques". Pour 2013, "l'enveloppe de 630 millions consacrée aux OPEX me semble réaliste mais nous ne savons jamais exactement quelles seront les dépenses. Cette année, nous terminerons à 870 millions, pour 630 millions budgétés. Une loi de finances rectificative prendra l'écart en compte. Reste que le budget ne prévoit pas l'ouverture d'une opération nouvelle, qui pourrait intervenir en Afrique ou ailleurs".

 

Des matériels à bout de souffle

 

Sur l'achat de matériels, les économies réalisées sur les équipements représentent 850 millions. "Au total, la diminution des engagements atteint 5,5 milliards en 2012 et 2013, dont près de 4,5 milliards pour les seules opérations d'armement, le reste se répartissant entre les petits équipements des armées et l'infrastructure, souligne l'amiral Guillaud. Sur deux ans, elle représente plus de la moitié d'une annuité du titre V. Ces décalages, qui préservent les choix futurs, impliquent dans l'immédiat des aggravations ou de nouvelles réductions temporaires de capacité, sans parler de la prolongation d'équipements à bout de souffle : les cloisons intérieures de certains avions sont dans un triste état ; dans la coque de certains navires, l'épaisseur du métal n'est plus que d'un centimètre en comptant les couches de peinture ; le châssis de certains blindés montre des faiblesses..."

 

Rigidité du budget de la défense

 

Selon le chef d'état-major, la transition entre la LPM de 2009 et celle arrivant en 2013 "devra prendre en compte, outre les difficultés budgétaires du pays, les rigidités des dépenses du ministère à court terme - masse salariale, entretien des matériels, préparation opérationnelle ou fonctionnement courant -, tout en préservant les programmes nouveaux ainsi que la base industrielle et technologique de défense". Et d'estimer que "l'exercice sera difficile parce que les marges de manoeuvre sont étroites".

 

Pour résumer toutes ces inquiétudes, ces inerties, ces rigidités, il a estimé que "la défense est comme un grand navire lancé à 32 milliards d'euros : on ne peut pas réduire sa vitesse aussi rapidement qu'on le voudrait. Cela ne signifie pas qu'il n'existe aucune alternative à la situation tendue que nous connaissons, surtout si l'on considère l'ensemble des leviers, mais ceux-ci sont indissociables. Ne me demandez pas de choisir aujourd'hui : c'est la déclinaison de l'ambition nationale définie par le Livre blanc qui déterminera le levier à privilégier".

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:52

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/dossiers/2012/airex-bapex-volcanex/logo-de-l-exercice/2006999-1-fre-FR/logo-de-l-exercice.jpg

 

23 octobre 2012 Audrey BENZAKEN - lunion.presse.fr

 

Elle n'a jamais aussi bien porté son nom. Au cœur d'un exercice aérien d'une envergure inédite, la base militaire de Séchault est le théâtre d'une simulation de crise internationale avec évacuation de population.

 

BRANLE-BAS de combat jusqu'à la fin de la semaine à Séchault. Depuis une dizaine de jours, la base militaire est le théâtre d'une simulation de crise internationale au cœur de l'exercice Airex 2012.

 

« Le scénario imaginé est celui d'un conflit armé entre deux États à la suite de la découverte de pétrole dans une poche revendiquée par l'un mais qui appartient à l'autre », explique le capitaine Jean-Marie Le Douarin, officier de communication et relations internationales. « Face à cette situation, Airex 2012 est un exercice multinational d'ensemble qui met en œuvre trois volets : une opération aérienne réelle comportant l'activité de nuit, le déploiement d'une base opérationnelle protégée par une force multinationale et une vaste opération d'évacuation de ressortissants avec le soutien sanitaire associé. »

 

Huit nations rassemblées

 

Et autant dire que l'armée de l'air et le Groupe aérien européen, à l'origine de l'opération, n'ont pas lésiné sur les moyens déployés, avec la bagatelle de 1.400 militaires participants, dont 42 % d'étrangers venus d'Italie, Espagne, Belgique, Allemagne, Suède, Royaume-Uni et Pays-Bas.

 

« En première semaine, toutes les équipes ont pu travailler sur le terrain et apprendre à se connaître et l'exercice vise à coordonner l'ensemble des moyens humains et matériels interalliés, qui sont complémentaires », souligne le lieutenant-colonel Olivier Ribette, commandant des opérations de défenses et protection.

 

« À la suite de l'opération Unified Protector au-dessus de la Libye qui s'est terminée l'an passé (et visait à empêcher l'usage de la force aérienne libyenne sur la population), on a tiré les enseignements de cette opération et cet exercice multinational permet de les mettre en application et d'améliorer les processus », précise le capitaine François Nolot, officier de communication.

 

Sur place, la logistique donne le tournis. Tentes et matériels ont été déployés en divers endroits pour accueillir les différentes cellules, du poste de commandement à la surveillance du site, en passant par les analyses de données et communications, ou autres cantine, dortoirs et encore hôpital de campagne.

 

campagne-de-guerre-electronique-01.jpg

 

Notons que l'exercice intègre aussi la mise en œuvre du dispositif d'arme sol-air de moyenne portée Samp Mamba, de protection contre toutes les menaces aériennes dans un rayon de 80 km.

 

« Le site de Séchault est très approprié. On dispose de l'espace nécessaire et son environnement permet à l'exercice de se dérouler avec un grand réalisme, et sans trop affecter la population locale », souligne le capitaine Le Douarin.

 

La manœuvre n'est tout de même pas passée totalement inaperçue dans le secteur, vu les moyens aériens mobilisés, dont une cinquantaine d'avions de chasse et autres ravitailleurs et avions de transports. Admettons que quand un Mirage met les gaz, les tympans ont du mal à le snober…

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:45

vue-d-artiste-du-sna-barracuda-credit-marine-nationale

 

24/10/2012 Mer et marine

 

 

La Direction Générale de l’Armement notifiera avec un peu de retard par rapport au calendrier initial la commande du quatrième sous-marin nucléaire d’attaque du type Barracuda. C’est ce qu’a indiqué jeudi dernier le ministre de la Défense aux syndicats de DCNS, chargé de mener à bien ce programme majeur de la Marine nationale. Jean-Yves Le Drian a évoqué un « léger report », tout en assurant que celui-ci n’aurait « pas d’impact sur l’organisation industrielle ».

Non inscrit dans le projet de loi de finances 2013, année de transition liée à la rédaction d’un nouveau Livre Blanc qui se traduira par une nouvelle loi de programmation militaire, le quatrième Barracuda sera probablement notifié en 2014, en vue d’une livraison vers 2023. En attendant, la construction de ses trois aînés se poursuit sur le site DCNS de Cherbourg. Bien avancée, la tête de série, le Suffren, doit débuter ses essais en mer en 2016, alors que l’assemblage de la coque de son premier sistership, le Duguay-Trouin, doit être achevé l’an prochain. Quant au troisième sous-marin de ce type, le Tourville, sa commande a été signée en 2011 et sa construction a débuté en juin de cette même année.

 

Tronçons de SNA du type Barracuda à Cherbourg (© : MARINE NATIONALE)

 

En tout, six Barracuda doivent être construits d’ici 2028 afin de remplacer, nombre pour nombre, les SNA du type Rubis, mis en service entre 1983 et 1993. Longs de 99.5 mètres pour un déplacement de 5300 tonnes en plongée, les nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque français mettront en œuvre 20 torpilles lourdes F21, missiles antinavire Exocet SM39 et missiles de croisière naval MdCN (Scalp Naval).

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:25

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-mamba-en-protection-de-la-dob-3/2044432-1-fre-FR/le-mamba-en-protection-de-la-dob-3.jpg

 

23/10/2012 Sources : Armée de l'air

 

Au sein de la base aérienne déployable, le système sol-air de moyenne portée (SAMP) « Mamba » assure, depuis le 15 octobre, et jusqu’au 25, la protection des installations nécessaires à l’exécution des missions aériennes. Une cinquantaine d’aviateurs de l’escadron de défense sol-air « Tursan » de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan intervient quotidiennement à Vouziers.

 

 

Mettre en œuvre les moyens nécessaires à l’exécution des missions aériennes, telle est la responsabilité de la base aérienne déployable (DOB – deployed operational base). La défense sol-air s’inscrit dans cette action en protégeant les installations vitales de la DOB. La piste, les parkings, la tour de contrôle, le dépôt de munition ou encore les éventuels camps de réfugiés sont ainsi protégés par le « Mamba », dernier système d’arme sol-air de moyenne portée de l’armée de l’air. « Doté du radar ARABEL, il peut détecter les menaces sur 360 degrés, jusqu’à 60 kilomètres. Et le missile Aster 30, lancé à une vitesse initiale de Mach 4,5, peut intercepter une cible à une distance de 80 km, jusqu’à 20 km d’altitude, précise le lieutenant-colonel Franck Breitenstein, chef du détachement défense sol-air. Participer à un tel exercice est donc l’occasion d’évaluer la capacité du « Mamba » à s’intégrer au réseau de défense aérienne ».

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-mamba-en-protection-de-la-dob-1/2044417-1-fre-FR/le-mamba-en-protection-de-la-dob-1.jpg

 

Cette intégration est aujourd’hui assurée par une liaison de données tactiques qui relie le module d’engagement du « Mamba », situé à six kilomètres de la DOB, au centre de détection et de contrôle déployable, positionné sur la base aérienne 105 d’Évreux.  « Cette performance permet aux opérateurs d’agir dans l’espace, en parfaite coordination avec les acteurs de la troisième dimension, du contrôleur au pilote des forces aériennes, se félicite le chef du détachement. Parfaitement intégré à la chaîne d’engagement mise en place par l’armée de l’air, le SAMP contribue à la protection des forces projetées et des sites revêtant un intérêt vital pour la nation », conclut-il.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:05

Mindef

 

23.10.2012 Ministère de la Défense

 

Le mardi 16 octobre, le Haut Comité a remis au Président de la République son 6èmerapport.

Les membres ont été reçus à l'Elysée où ils ont pu s'entretenir durant une heure avec le Chef de l'Etat et le Secrétaire général de la Présidence.

 

Le Haut Comité d'Evaluation de la Condition Militaire (HCECM), instauré par la loi portant statut des militaires, composé de neuf personnalités indépendantes, apporte ainsi tous les ans depuis sa création en 2006,  un éclairage au Président de la République dans le domaine de la condition militaire.

 

Un état des lieux des principaux aspects qui se sont révélés au cours de l’élaboration du rapport annuel a été dressé et la synthèse des deux thèmes annuels choisis pour 2011 – la rémunération des militaires et la condition de militaires du rang – a également été présentée.

 

Les analyses du Haut Comité s’appuient non seulement sur des données provenant notamment de l’INSEE, sur les rapports disponibles ainsi que sur ses propres recherches, mais également sur des rencontres du personnel menées tout au long de l’année ou sur les auditions de différentes autorités. Le rapport est ensuite bâti en essayant d’objectiver les informations reçues et les recommandations sont formulées en toute indépendance.

 

Ces dernières qui viennent d’être entendues au plus haut niveau de l’Etat, feront l’objet d’une réponse du ministère de la défense dans quelques mois.

 

Le 6ème rapport est en ligne ici ainsi que sur le site de la Documentation Française.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:00

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-des-breves/le-chef-d-etat-major-de-la-marine-lors-de-l-inauguration-du-salon-d-euronaval/2045130-1-fre-FR/le-chef-d-etat-major-de-la-marine-lors-de-l-inauguration-du-salon-d-euronaval.jpg

 

23/10/2012 Marine nationale

 

La Marine nationale est présente à la 23èmeédition du salon Euronaval qui réunit 400 exposants du secteur naval et maritime au parc des expositions de Paris le Bourget.

 

Elle anime naturellement le stand de la Défense, qui, sur 152 m², présentera les différents aspects des opérations amphibies. Du personnel des trois armées, reflets de la complémentarité dans les actions amphibies sera présent pour présenter leurs expériences opérationnelles aux visiteurs. Des écrans permettront de visualiser le savoir-faire opérationnel des forces et les différents systèmes développés par l’industrie française pour accomplir les missions aéromaritimes.

 

La présence de la Marine nationale aux côtés des industriels s’inscrit dans le cadre des intérêts convergents des deux parties. Les matériels utilisés par la Marine sont en effet construits pour l’essentiel par des industriels français ou en coopération avec nos alliés. L’utilisation par la Marine des matériels navals permet ainsi de prouver leurs capacités opérationnelles et d’obtenir le label «Sea/Combat Proven» (éprouvé en opérations), qui est à l’évidence une caution pour l’exportation.

 

C’est aussi dans ce but que plusieurs dizaines de délégations étrangères se sont rendus à Toulon le 22 octobre. Elles peuvent ainsi visiter in situ les plus récents bâtiments de la Marine nationale.

 

Le salon est inauguré le 23 octobre par monsieur Le Drian, ministre de la Défense en présence de l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 19:44

DCNS Logo et signature

 

23 octobre 2012, Par Hassan Meddah –L’Usine Nouvelle

 

ENTRETIEN  En marge du salon Euronaval, qui se tient actuellement au Bourget, Patrick Boisier, le PDG de DCNS, détaille les obstacles à lever pour consolider le secteur. Il réaffirme son ambition : le doublement de son chiffre d’affaires entre 2010 et 2020. Propos recueillis par Hassan Meddah et Patrick Déniel

 

L'Usine Nouvelle - Le projet de fusion entre EADS et BAE Systems a souligné la nécessité de consolider l’industrie de défense. Est-ce possible dans le secteur naval ?

 

Patrick Boisier - L’industrie navale, civile comme militaire, est la seule industrie qui ne se rationalise pas naturellement. Les autres industries ont des leviers de rationalisation et de consolidation naturels : l'effet de taille de l'outil industriel, l'amortissement des coûts de développement, l'effet de série, l'achat de parts de marché ou de marque... Aucun de ces leviers ne s'applique au secteur naval de défense.

 

Même si nous avons des programmes majeurs, le coût de développement d'un navire représente un investissement égal au coût du premier navire de la série. Et cette dernière est généralement très petite. Par comparaison, le coût de développement d'une voiture, c'est le coût de dizaines de milliers de voitures. Il n’existe d'ailleurs pratiquement pas de grands groupes de construction de navire qui soit internationaux.

 

Que faut-il pour enclencher cette consolidation ?

 

La consolidation européenne est inéluctable. Elle n’est pas facile. Il y a deux freins majeurs à lever. Le premier obstacle provient du fait que le naval de défense est une industrie de souveraineté. Et chaque pays veut maintenir sa capacité à développer ses propres moyens de souveraineté. Aussi, le paysage est-il encore très éclaté.

 

Le second vient du fait qu'il s'agit d'une industrie où il y a une forte concentration de main d'œuvre sur un même lieu. Les sous-traitants assemblent et participent à la construction sur place. Certains redoutent qu'une rationalisation pose des problèmes sociaux et politiques importants. Mais, désormais, la commande nationale baisse sous la contrainte budgétaire.

 

A l’international, de nouveaux concurrents émergent tels que la Corée du sud, la Chine et la Turquie. C'est pourquoi, nous devons améliorer l’efficacité de la dépense : les Européens n’ont plus les moyens de développer 4 types de frégates ou de sous-marins et de se concurrencer à l’international. Sans consolidation, l’industrie sera en position de faiblesse et mettra son avenir en péril.

 

Comment évolue le marché mondial de la défense navale?

 

Le marché américain compte pour un tiers de l’activité mondiale. Il est stable et réservé aux producteurs présents sur ce marché. L’Europe représente un petit deuxième tiers. C’est un marché décroissant et fractionné avec des producteurs nationaux qui servent leur marché.

 

Sont accessibles, les pays européens qui n'ont pas de construction navale civile et militaire : la Pologne, la Grèce… Enfin, le reste du monde constitue le dernier gros tiers. C’est le segment en plus forte croissance, notamment le sud-est asiatique. Les revendications territoriales en mer de Chine orientale et en mer de Chine du sud font que tous les pays de cette région se sentent menacés par la montée en puissance de la marine chinoise. Ils s'équipent en sous-marins et augmentent leur puissance navale.

 

L’Inde veut s’affirmer comme une nouvelle puissance globale. Les pays du Moyen-Orient cherchent aussi à développer leur capacité navale face à l’Iran. Enfin, en Amérique du Sud, c'est le Brésil qui tire le marché. Ce troisième tiers était auparavant l'apanage des constructeurs européens. Mais les Chinois et les Coréens sont désormais des concurrents.

 

Dans ce contexte, quelle est la stratégie de développement de DCNS ?

 

Nous voulons doubler notre chiffre d'affaires entre 2010 et 2020. Nous avons trois voies de développement. Le groupe doit garder comme client principal la Marine nationale. Elle pousse nos développements technologiques avec ses exigences de marine de premier rang. DCNS doit également se développer très fortement à l’étranger.

 

A l’horizon 2020, nous voulons réaliser 50% de notre activité à l’étranger contre 35 % aujourd’hui. Sur les 15 milliards de commandes enregistrées sur les trois dernières années, 55% proviennent de l’international.

 

Le troisième volet passe par le développement de nouvelles activités connexes. Là, nous utilisons nos compétences dans le domaine de l’énergie avec deux applications : le nucléaire civil et les énergies marines renouvelables (EMR).

 

Quels sont vos autres leviers de croissance ?

 

Nous élargissons notre gamme de produits et de services. Jusqu'à présent, DCNS était spécialisé dans les frégates et les navires de grande taille, les sous-marins... Nous voulons nous développer sur les navires de plus petite taille.

 

Nous avons ainsi lancé notre gamme Gowind de patrouilleurs et corvettes armées. Les services forment le troisième levier. Et pas seulement la maintenance des navires. Nous avons une offre de services pour la conception et la maintenance de base navale.

 

Le contrat que nous avons remporté au Brésil prévoit notamment la réalisation de quatre sous-marins classiques et la création d'une base navale avec une assistance technique de DCNS. Certains équipements sont produits en France mais les bateaux sont construits au Brésil.

 

Comment rester compétitif sur le marché international ?

 

Nous avons engagé un plan d'amélioration de la performance. Nous pouvons fournir à nos clients des produits avec un coût environ 30% inférieur. Nous avons travaillé sur la conception, pour que les navires soient moins chers à réaliser, à exploiter et à entretenir.

 

Nous essayons également de ne pas définir des matériels spécifiques et, autant que possible, de faire appel à des solutions standards et à des composants disponibles sur étagères. Pour certains navires, nous avons choisi un moteur standard déjà produit en grand volume plutôt que d'en spécifier un nouveau. Les coûts ont été divisés par deux.

 

Qu'est-ce que ce changement implique pour vos fournisseurs ?

 

Nous cherchons à développer des relations de long terme avec eux et à travailler plus en amont ensemble. Nous nous engageons à leur donner plus de visibilité et de volumes d'affaires. En échange, cela passe une politique de panels de nos fournisseurs sélectionnés pour leur performance globale. Ils sont 6000 aujourd’hui, contre 8000 il y a trois ans.

 

En quoi consiste votre plan d'amélioration de la performance industrielle ?

 

Au-delà des méthodes d'amélioration continue comme le lean et le 5S, nous faisons de la sécurité des collaborateurs et de la réduction des taux d'accidents une priorité. C'est une exigence éthique et une mesure de la performance.

 

Nous avons aussi développé ce que j’appelle la réinternalisation compétitive. Nous faisons le pari inverse à celui de beaucoup d'entreprises qui, pour être plus compétitives, sous-traitent dans des pays à bas coûts.

 

Pour renforcer notre compétitivité, nous avons décidé de faire plus en interne sans augmenter nos moyens. Ce que nous réalisons est un peu moins cher, nous amortissons mieux nos coûts fixes et comme nous faisons plus, nous pouvons embaucher et renouveler nos compétences.

 

En 2012, DCNS devrait avoir embauché 700 personnes en France. L’entreprise a franchi la barre des 13000 collaborateurs.

 

Avez-vous des exemples de cette "réinternalisation" ?

 

Sur le programme des frégates FREMM, il était prévu à l'origine de réaliser une partie des coques dans les pays à bas coûts. Nous avons fait la totalité en France, en améliorant notre productivité sans augmenter nos moyens industriels.

 

Deuxième exemple, le patrouilleur Adroit, d'une conception relativement simple et pour lequel nous sommes en concurrence avec des pays à bas coûts. Nous avons décidé de le faire dans notre centre de Lorient en remettant en cause notre organisation de travail et notre façon de travailler avec les sous-traitants.

 

Résultat: le navire a été réalisé en France à un coût 35 à 40% moins élevé que ce qu'il aurait été quelques années avant et avec un délai de réalisation inférieur à deux ans contre trois ans avec les anciennes méthodes.

 

Depuis que nous avons lancé notre plan d'amélioration, notre effectif et notre chiffre d'affaires ont progressé année après année : 2,4 milliards d'euros en 2009, 2,5 milliards en 2010 et 2,6 en milliards 2011...

 

DCNS a une attitude décomplexée en matière de transferts de technologies ?

 

Il n'y a quasiment plus de contrats qui se gagnent sans en faire. Vous ne pouvez pas vendre en Inde ou au Brésil si nous n'acceptez pas que ces pays se dotent de leur propre industrie. Quand un client veut acquérir une technologie et si cette technologie est détenue par au moins deux fabricants, il l'acquerra forcément. Il y a alors deux choix.

 

Soit vous êtes celui qui fait le transfert. Vous en tirez alors un bénéfice tout en le contrôlant, par exemple grâce à des accords de zones de commercialisation. Soit vous refusez le transfert. Vous n'en tirez aucun bénéfice, aucun contrôle, mais un nouveau concurrent…

 

Nous mettons toutefois des limites à ces transferts. Primo, nous ne transférons pas de technologie que nous sommes les seuls à maîtriser. Deuxièmement, le client exige des technologies up-to-date et non dépassées. Cela veut dire que nous devons en parallèle préparer la technologie de demain par l'investissement en R&D.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 19:34

Mindef

 

23 octobre 2012 Par Hassan Meddah - L'Usine Nouvelle

 

Du fait de ses solides positions commerciales et technologiques, la France doit faire la course en tête en matière de consolidation du secteur maritime militaire selon Jean Yves Le Drian, en visite au salon Euronaval.

 

Le ministre de la Défense n’a pas fait le déplacement pour rien sur Euronaval, le salon de la défense navale et de la sécurité qui se tient actuellement au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis). Après un discours devant une audience fournie et la remise de prix à trois PME innovantes, Jean-Yves le Drian a consacré plus d’une heure et demie à visiter les stands des PME, des grands intégrateurs, des pôles de compétitivité (des régions Paca et Bretagne)  mais également des pays partenaires comme celui du Brésil.

 

Interrogé sur les consolidations qui pourraient toucher le secteur, il a précisé que la France devait avoir un rôle leader dans le domaine : "Grâce à ses succès, l’industrie navale militaire française est le premier contributeur aux exportations militaires du pays. C’est la preuve de sa qualité dans un secteur fortement concurrentiel (…). S’il y a consolidation, la France doit jouer en tête", affirme le ministre.

 

Tout le monde pense bien sûr aux alliances que pourrait nouer le champion français du domaine DCNS. Son PDG Patrick Boissier estime d’ailleurs la consolidation inévitable entre ses groupes et ses pairs européens. "Les Européens n’ont plus les moyens de développer quatre types de frégates ou de sous-marins et de se concurrencer à l’international. Sans consolidation, l’industrie européenne sera en position de faiblesse et mettra son avenir en péril", confiait-il récemment à l’Usine Nouvelle. Dans l’avenir, des rapprochements pourraient donc être envisagés avec ses concurrents européens : l’allemand TKMS, l’italien Fincantieri, l’espagnol Navantia…même si jusqu’ici toute tentative de rapprochement ont échoué à cause de désaccord sur la stratégique industrielle.

 

Selon le ministre, l’Etat joue un rôle clef pour soutenir ses industriels. "Dans un moment de contrainte budgétaire majeur, des décisions ont été prises pour maintenir les grands programmes", a-t-il expliqué. En effet, plusieurs grands programmes de défense navale sont passés entre les gouttes des coupes budgétaires : les frégates multimissions, les sous-marins nucléaires d’attaque Baraccuda, le missile de croisière naval tiré à partir de bâtiments de surface et de sous-marins, les torpilles et l’aviation navale avec les hélicoptères NH90…

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 19:29

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/94/Flag_of_legion.svg/528px-Flag_of_legion.svg.png

 

28.02012 Par LegionEtrangereCOMLE


Il est l’œuvre de la cellule audio-visuelle de la Légion étrangère qui depuis plus de deux ans a accumulé les images nécessaires à la réalisation de celui-ci en suivant les régiments au quartier, à l’entraînement ou en opérations extérieures. Le montage est quant à lui le fruit du travail du caporal Oleg Zankov.

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 11:40

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-mirage-f1-ct-n-226-se-posant-a-chateaudun/2042090-1-fre-FR/le-mirage-f1-ct-n-226-se-posant-a-chateaudun.jpg

Le Mirage F1 CT n°226 se posant à Châteaudun

 

22/10/2012 Armée de l'air

 

Mardi 16 octobre 2012, le dernier Mirage F1 CT a quitté les forces aériennes actives en rejoignant l’entrepôt de l’armée de l’air 601 de la base aérienne 279 de Châteaudun.

 

Pour gagner sa dernière base d’attache, le Mirage F1 CT n°226 s’est envolé de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan aux commandes du capitaine Mathieu Delattre, pilote totalisant plus de 5000 heures de vol. Au cours de ce vol, l’avion de chasse tactique était escorté par un Mirage F1 CR de l’escadron de reconnaissance 2/33 «Savoie» et un Mirage F1 B piloté par le lieutenant-colonel Vinot-Préfontaine, commandant l’escadron «Savoie».

 

Désormais retiré du service, le Mirage F1 CT était encore récemment utilisé en opérations, notamment durant Harmattan en Libye ou plus récemment pendant Épervier au Tchad.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-dernier-vol-d-un-mirage-f1-ct/2042095-1-fre-FR/le-dernier-vol-d-un-mirage-f1-ct.jpg

Le dernier vol d'un Mirage F1 CT

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-dernier-mirage-f1-ct-en-route-vers-chateaudun-sa-destination-finale/2041989-3-fre-FR/le-dernier-mirage-f1-ct-en-route-vers-chateaudun-sa-destination-finale.jpg

Le dernier Mirage F1 CT en route vers Châteaudun, sa destination finale

 

Entré en service au sein de l’armée de l’air en 1992, le Mirage F1 CT est la version tactique du Mirage F1 C, avion de chasse d’interception. Au total, une soixantaine d’avions de ce type furent produits.

 

Aujourd’hui, l’escadron 2/33 «Savoie» de Mont-de-Marsan exploite toujours une vingtaine de Mirage F1 CR, avions spécialisés dans la reconnaissance aérienne.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-octobre-2012/le-mirage-f1-est-tracte-vers-l-entrepot-de-l-armee-de-l-air-601/2042124-1-fre-FR/le-mirage-f1-est-tracte-vers-l-entrepot-de-l-armee-de-l-air-601.jpg

Le Mirage F1 est tracté vers l'entrepôt de l'armée de l'air 601

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 08:00

SNLE Le Terrible apte au lancement du M51

 

22 Octobre 2012 Par Marine & Océans

 

Le sous-marin "Le Vigilant" a quitté ce lundi 22 octobre le bassin n° 8 de la base navale de Brest pour rejoindre l’île Longue. Le SNLE a subi d’importants travaux pendant 21 mois. Il s’agissait notamment de l’équiper d’un nouveau missile, le M51.

 

Ce missile est plus puissant. Sa portée est supérieure à celle du M41 qui équipait jusqu'à maintenant le SNLE. Le M51 peut atteindre une cible à plus de 9.000 km. Cette opération de maintenance majeure et d’adaptation au missile M51 est menée par DCNS sous la maîtrise d’ouvrage conjointe de la DGA (Direction générale de l’armement) et de DSSF (Direction du Service de soutien de la flotte).

 

"Le Vigilant", mis en service en novembre 2004, est le premier d’une série de trois sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) à bénéficier de cette opération. "Le Triomphant" puis "Le Téméraire" suivront dans les prochaines années, jusqu’en 2018.


Le chantier va se poursuivre à l’île Longue, où les équipes DCNS et de la marine nationale poursuivront l’adaptation au M51 et réaliseront les différents essais et tests. Le SNLE reprendra du service dans la Force océanique stratégique en juin 2013.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 07:36

SNLE Le Terrible apte au lancement du M51

 

22 oct 2012 marine-oceans.com (AFP)

 

BREST - Le sous-marin nucléaire lanceur d'engin (SNLE) Le Vigilant a quitté lundi la base navale de Brest où il a subi des travaux d'entretien majeur et d'adaptation aux nouveaux missiles M51, a-t-on appris auprès de la Marine nationale.

 

Après cette première phase de travaux 21 mois dans le chantier brestois, les équipes de DCNS et de la Marine nationale poursuivront les opérations à la base de l'Ile Longue, port-base des SNLE au sud de la rade de Brest.

 

Le bâtiment, mis en service en 2004, a rejoint l'Ile Longue avant une remise en service opérationnelle à l'été 2013.

 

Au total, le chantier confié à DCNS durera 30 mois, soit 4 millions d'heures de travail. Il aura mobilisé 1.100 personnes travaillant dans une quarantaine d'entreprises de l'ouest de la France.

 

La maîtrise d'ouvrage est assurée par la direction générale de l'armement (DGA), et le direction du service de soutien de la flotte (DSSF).

 

A Brest, le SNLE a subi un carénage, et des modifications portant sur les système d'armes et de communication, et l'adaption des soutes pour recevoir les missiles intercontinentaux M 51.

 

A L'Ile Longue, le coeur de la chaufferie nucléaire, retiré pendant les travaux, sera réinstallé, avant la mise en place des 16 nouveaux missiles.

 

Le nouveau missile M51 bénéficie d'une portée presque deux fois supérieure à celle du M45 actuellement en service (jusqu'à 9.000 km au lieu de 5.000), et d'une meilleure précision.

 

Le M51 équipe d'ores et déjà Le Terrible, lancé en 2009 et directement conçu pour l'accueillir.

 

Les travaux, qui consistent notamment à changer la tranche du milieu se font au fil des "indisponibilités périodiques pour entretien et réparation", les IPER.

 

Après Le Vigilant, le Triomphant puis le Téméraire feront l'objet des mêmes travaux d'adaptation aux missiles mer-sol-balistique-stratégique (MSBS) nucléaire M51. Ce vaste chantier devrait s'achever en 2018.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 07:25

http://www.thalesgroup.com/Resizer.ashx?i=/uploadedImages/Press_Releases/Markets/Defence/2010/vigile_lw.jpg&w=230

Vigile - LW - photo Thales

 

October 22, 2012 defpro.com

 

Euronaval | Thales today announced the launch of a new naval Radar Electronic Support Measures (R-ESM) solution for multi-purpose ships that need continued capability in the littoral.

 

Ships sailing close to shore can experience difficulties with radars, due to reflections from the landmass and interference from the greater density of radar traffic. VIGILE DPX, the latest member of Thales’s VIGILE family of products, addresses this problem through a Wideband Digital Receiver* that directly samples the full bandwidth of the radar RF spectrum instantaneously.

 

The ability to receive and process time-coincident signals is critical to providing effective situational awareness and threat warning in the modern, complex RF environment. VIGILE DPX is a compact and affordable solution that allows the reception and processing of threat signals even in the presence of interfering signals. VIGILE DPX continues to operate in the presence of these emitter types without degradation, providing high-fidelity parametric performance, giving excellent time, frequency and direction finding (DF) accuracies.

 

As a software defined implementation that uses commercial/off-the-shelf (COTS) technologies, VIGILE DPX provides a high reliability, simple upgradeability and low cost of ownership. It has been proven at sea and is now in service with the Royal Navy as part of the UAT Mod 2 R-ESM solution.

 

Phil Naybour, head of Thales UK's naval business, said: “VIGILE DPX is a ground-breaking solution, delivering a step change in R-ESM capability. The ability to continue to operate, even in the presence of interferers is critical to any naval force, increasingly so with the trend toward littoral operations. Thales is proud to continue to provide cutting edge technology to the Royal Navy in the UK and excited to see the release of this export variant, VIGILE DPX.”

 

VIGILE DPX was launched at Euronaval in Paris (stand H65 G66).

 

____

* The Wideband Digital Receiver concept used in VIGILE DPX is patented by Defence Science and Technology Laboratory (Dstl) in the UK and is provided to Thales UK under exclusive license from Ploughshare Innovations Ltd.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:58

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/01/1912497321.jpg

 

22.10.2012 par P. Chapleau Lignes de Défense

 

La sortie de bassin du SNLE le Vigilant a eu lieu ce matin à Brest (photos Monot/Dagois, Marine nationale). Après avoir passé 21 mois en cale sèche, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins est sorti du bassin n°8 de la base navale de Brest. Le bâtiment a été remorqué jusqu’à l’Ile Longue où au terme de sa refonte, il sera au niveau du SNLE Terrible.

vigilant1.jpg

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:15
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:05

FREMM-DCNS.jpg

 

22 octobre 2012 Par Hassan Meddah – USINE NOUVELLE

 

Le salon mondial de la défense navale et de la sécurité maritime qui a ouvert ses portes ce lundi 22 octobre, au parc des expositions de Paris, ne connait pas la crise. Que ce soit en termes de mission de défense ou d'économie, la mer est perçue comme un espace de plus en plus stratégique.

 

Euronaval, le salon de défense navale et de la sécurité maritime qui se tiendra au parc des Expositions en région parisienne du 22 au 26 octobre, ne connait pas la crise. "Nous accueillerons plus de 80 délégations officielles et 370 industriels. Euronaval confirme qu'il est une véritable vitrine mondiale des acteurs et des technologies de la mer", se félicite Jean-Marie Carnet, directeur du salon. Pour cette 23eme édition, environ 35 000 visiteurs professionnels sont attendus venus d'une centaine de pays.

 

Parmi les nouveaux industriels exposants, la Corée du Sud fait une entrée remarquée. "Ils font partie des nouveaux concurrents de DCNS sur les marchés internationaux. Leur présence est révélatrice de leurs nouvelles ambitions", explique Jean-Marie Poimboeuf, président du Gican, le groupement des industries de la construction et des activités navales. Malgré une faible médiatisation, son poids est significatif dans l'économie française: ses 160 membres regroupent 50 000 emplois industriels pour un chiffre d'affaires supérieur à 5 milliards d'euros. "La France se situe au 6e rang mondial et au 2e rang européen", précise-t-il.

 

Son chef de file est évidemment le fabricant de navire DCNS. "La frégate multimissions Frem sera l'une des grandes attractions de ce salon", anticipe Patrick Boissier son PDG. Le dirigeant peut avoir le sourire: à l'occasion de la mise à flot jeudi dernier de la troisième frégate qui est destinée à la Marine nationale, le ministre de la Défense a confirmé sa commande pour 11 navires de ce type. "Lorient construira 11 frégates pour la Marine nationale. C'est le plus grand chantier de défense actuellement en Europe", a même confirmé Jean-Yves Le Drian, qui devrait se rendre sur le salon mardi.

 

Les nouveaux enjeux liés à la mer expliquent le succès attendu de ce salon. "L'espace maritime est de plus en plus stratégique. 90% des marchandises transitent par la mer. 60 à 70% de la population mondiale se concentre sur les régions côtières. Demain, avec l'épuisement des ressources terrestres, on cherchera en mer l'énergie, la nourriture, les matières premières dont la planète aura besoin", explique Jean-Marie Poinboeuf du Gican. Dans le domaine de la défense, les enjeux maritimes sont également croissants.

 

"Les nouvelles menaces viendront de la mer", avertit aussi Jean-Yves Le Drian. Lutte contre les trafics et la piraterie, surveillance des espaces maritimes... les missions de la Marine nationale seront également de plus en plus importantes.

 

A Euronaval, la mer n'aura jamais bien aussi mérité son surnom de 6e continent !

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:45

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/dossiers/2012/airex-bapex-volcanex/logo-de-l-exercice/2006999-1-fre-FR/logo-de-l-exercice_article_demi_colonne.jpg

 

22.10.2012 Opérations

 

Du 15 au 25 octobre 2012, trois exercices majeurs, organisés par le commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), ont lieu simultanément à Vouziers (08). Explications de l’officier de marque de l’exercice, le lieutenant-colonel Jean-François Lefèvre, chef du bureau préparation et suivi d’exercice du CDAOA.

Mon colonel, pourquoi avoir réuni ces trois exercices majeurs ?


AIREX, BAPEX et VOLCANEX devaient avoir lieu cette année. Pour des raisons opérationnelles, nous allons mener ces exercices avec un scénario commun pour être le plus réaliste possible. Faire travailler le JFACC (Joint Force Air Component Command – commandement de la composante aérienne de la force interarmées) avec une base réellement déployée dans la nature est un vrai défi. Nous allons partager un même terrain d’entraînement et un même espace aérien lors de trois exercices complémentaires. C’est une grande première en France. Le scénario va entraîner les forces au commandement et à la conduite des opérations aériennes (AIREX), à partir d’une base aérienne projetable (BAPEX), lors d’une crise internationale menant à des opérations d’évacuation de ressortissants (VOLCANEX). Une attention particulière sera portée à ce dernier volet. Ce sera le fil conducteur de ces trois exercices.

 

Comment avez-vous préparé l’exercice ?

 

Le JFACC a installé à Vouziers une base aérienne déployable protégée par la force de protection. Dix-huit mois ont été nécessaires à la mise en place de ce scénario complexe. Le nombre de « joueurs » s’élève à 1 200, dont 42 % d’étrangers, sur la base désaffectée de Vouziers. Au niveau des moyens aériens, une cinquantaine d’avions de chasse, du Rafale au F-18 en passant par le Tornado, conduiront des missions aériennes réelles. En termes de logistique, chaque nation a apporté sa pierre à l’édifice. Le support médical est fourni par les Espagnols, des tentes et des lits sont fournis par les Allemands… Nous combinons les capacités des différents participants pour répondre au mieux aux besoins d’une telle organisation. 

 

En quoi l’intervention du groupement aérien européen (GAE) est-elle importante ?

 

Nous allons faire travailler neuf nations pour la même force de protection : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède. Pour les forces françaises, cet exercice représente une opportunité d’évoluer en étroite collaboration avec d’autres pays comme c’est le cas sur certains théâtres d'opérations. Il vise à renforcer l’interopérabilité, à gagner de l’expérience, à faciliter les coopérations entre les nations européennes et uniformiser les procédures. L’alliance franco-britannique sera également mise en avant avec des commandements successifs tout au long de l’exercice.

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:25

Rafale assembly line in Merignac

 

19-10-2012 (màj) - Propos recueillis par Vincent Lamigeon - Challenges

 

INTERVIEW Ancien ingénieur chez Dassault, Pierre Lacombe retrace, dans un livre, sa carrière chezl'avionneur français. Un regard nostalgique. Car, selon lui, le "petit Poucet" n'échappera pas à une fusion.

 

Pierre Lacombe est un vieux routard de la galaxie Dassault. En quarante ans de services chez l’avionneur français (de 1969 à 2009), dont 25 au sein de son conseil d’administration, cet ingénieur et syndicaliste, aujourd’hui à la retraite, a tout connu : le grand Marcel, les premiers pas de Serge à la tête du groupe, les programmes Falcon, les lancements du Mirage 2000 et du Rafale, la fusion évitée de peu avec Aérospatiale en 1997. Dans son livre "40 ans chez Dassault Aviation" (éd. de l’Opportun), il raconte l’histoire de l’intérieur. Un regard passionné qui n’exclut pas quelques coups de griffes et un pronostic sur le nom du futur patron du groupe.

 

Vous avez connu à la fois l’ère de Marcel Dassault et la prise de pouvoir de son fils Serge. Quel regard portez-vous sur le bilan de ce dernier chez Dassault Aviation ?

 

Son arrivée en 1986 a été très difficile. La société a eu du mal à l’accepter, d’autant qu’il est arrivé avec un discours qui tranchait avec l’esprit d’arsenal d’Etat qui dominait alors sur Dassault. La première chose qu’il nous a dit, c’est : "Ce n’est pas moi qui vous paie, c’est le client". C’est la première fois qu’on entendait ça ! Dassault était alors avant tout un bureau d’études, avec un prototype développé par an dans les années 60-70. A mon époque, c’était passé à un tous les trois ans, maintenant c’est peut-être un tous les vingt ans… Désormais, chez Dassault, l’exploit financier a en quelque sorte remplacé l’exploit technique. Le bureau d’études n’est plus le patron des avions. C’est un changement de culture qu’a confirmé Charles Edelstenne, qui a aussi apporté l’incroyable révolution de la maquette numérique.

 

L’autre aspect du bilan de Serge Dassault, c’est le dégraissage des effectifs…

 

C’est vrai, le groupe est passé de 16.000 à 8.000 salariés en vingt ans. Il y a eu six plans sociaux successifs, des fermetures d’usines comme celle d’Istres et de Toulouse. Serge Dassault a sabré durement dans les effectifs, et le syndicaliste que j’étais essayé de puiser dans les caisses du groupe pour limiter les dégâts sociaux de ces restructurations. On nous appelait d’ailleurs les "brancardiers sociaux" ! Ce que nous n’avons pas vu à l’époque, c’est que cette rationalisation, très douloureuse, correspondait à une vision forte. Dassault partait de trois histoires, avec trois lignes de produits : le Mercure [court-courrier lancé en 1974, produit à seulement dix exemplaires, NDLR], les produits Bréguet (Jaguar, Alpha Jet), et les produits Dassault (Falcon, Mirage 2000, Rafale). Serge Dassault voulait passer de trois histoires à une seule, il l’a fait. La société s’est restructurée malgré le fait qu’elle est toujours restée dans le vert, ce qui aurait été inconcevable ailleurs.

 

Vous racontez dans le livre que Dassault a été sauvé de justesse en novembre 1992 par le contrat de Mirage 2000 avec Taiwan. Le groupe est passé très près de la correctionnelle ?

 

Oui, cela a un peu été oublié. Serge Dassault comptait beaucoup sur les compétitions en Suisse et en Finlande pour placer le Mirage 2000-5. Le choix des deux pays pour le F-18 a été un choc énorme. Restait Taiwan, mais avec beaucoup de pressions au sein de l’Etat, certains préconisant de ne pas ouvrir les négociations pour ne pas froisser la Chine. Le contrat finalement signé a permis à Dassault de faire tourner ses usines en 1993 et 1994, et de disposer d’un matelas de cash pour lancer les fabrications des appareils. Mais on est passé très près de la catastrophe : sans commande fin 1992, il n’y avait plus assez de charge militaire en attendant le Rafale, et il aurait été difficile de ne pas être absorbés par Aérospatiale.

 

Le Mirage 2000 n’aurait-il pas pu se vendre à l’export encore longtemps après l’arrêt de sa production ?

 

Je suis de ceux qui pensent qu’on a fait le Rafale un peu vite après le Mirage 2000. Mais il n’y avait pas vraiment le choix : on n’avait plus de commandes après celle de la Grèce !

 

Le Mirage 4000, dérivé bimoteur du Mirage 2000, aurait-il pu marcher à l’export ?

 

C’était un très bel appareil, de la classe du F-15, presque trop beau, donc trop cher. Les deux seuls pays qui auraient pu l’acheter étaient l’Arabie Saoudite –c’est pour cela qu’on a fait tout le cinéma de sa présentation au roi Fahd à Nice- et le Japon, deux pays où les Etats-Unis sont tout-puissants. Mais ce prototype nous a permis d’apprendre, notamment sur le « plan canard », qui nous a servi pour le Rafale.

 

La France aurait-elle dû participer au "futur avion de combat européen" (FACE), futur Eurofighter, plutôt que développer seule le Rafale ?

 

Je ne pense pas. Le montage industriel proposé était délirant, il l’est d’ailleurs toujours aujourd’hui. Il y avait aussi un risque de transfert technologique au détriment de la France, un risque de perte de contrôle des marchés export et de marginalisation de Snecma.

 

Comment situez-vous le Rafale dans la compétition mondiale ?

 

Les choix réalisés au début des années 80 se sont révélés les bons : le Rafale, malgré un prix que je qualifierais de fou, répond à toutes les questions, on l’a bien vu en Libye. Le F-35 a choisi la même approche "omnirôle" que le Rafale, il sera probablement finalement beaucoup plus cher et on ne sait pas encore ce qu’il vaut. Le F-22 est dans une autre cour en termes de prix et de technologies, il est assez incomparable au Rafale. Quant à l’Eurofighter, il est à la fois cher et incomplet… Le problème, c’est que la puissance américaine a préempté la plupart des marchés, avec des bestsellers comme le F-16, le F-18 et dernièrement le F-35.

 

Quel regard portez-vous sur la fusion entre Dassault et Aérospatiale en 1997, avortée par miracle du fait de la dissolution de l’assemblée nationale ?

 

A l’époque, nous, syndicats, étions contre, Serge Dassault aussi. Avec le recul, il est probable qu’avec seulement 25% du capital, il aurait eu le contrôle du groupe. Il ne l’a pas compris à l’époque : pour lui, le contrôle, c’est 51%. Jean-Luc Lagardère, lui, a bien compris l’intérêt de l’affaire, et il a profité du cadeau : il a réussi à prendre le contrôle du groupe Aerospatiale-Matra, à imposer ses hommes, de façon assez bluffante, pour une mise de départ somme toute modeste.

 

Le Dassault Aviation d’aujourd’hui (3,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires) a-t-il une taille suffisante pour peser dans le jeu mondial ?

 

Je me fais du souci pour le groupe. Il faudra forcément conglomérer Dassault et Thales, Dassault ne peut plus continuer à être le petit Poucet du secteur éternellement. Le contrat Rafale en Inde serait un coup magnifique, historique même, mais il ferait gagner cinq ans. Dassault l’a d’ailleurs échappé belle avec la fusion ratée d’EADS et de BAE Systems : l’opération l’aurait tué.

 

Le suspense est toujours total autour de la succession de Charles Edelstenne, atteint par la limite d’âge en janvier prochain. On parle surtout de deux candidats, Loïk Segalen et Eric Trappier. Quel est votre pronostic ?

 

Pour moi, il n’y a qu’une seule possibilité : le directeur financier Loïk Segalen, point. Le directeur général international Eric Trappier est trop marqué appareils militaires, il n’existe pas dans la branche civile, qui représente 75% des ventes du groupe.

 

Quel sera le grand défi du futur patron ?

 

Une chose est sûre : il ne devra pas faire du Charles Edelstenne, qui concentre presque tous les pouvoirs. Cette gouvernance de PME s’arrêtera probablement en janvier. Le nouveau patron devra s’appuyer sur quatre ou cinq directeurs généraux solides. Ce ne sera pas facile de s’imposer après des figures comme Serge Dassault et Charles Edelstenne, mais si c’est bien Loïk Segalen qui accède au pouvoir, je suis sûr qu’il se révèlera.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:20

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1_programmes/le-radar-rbe2-a-antenne-active-qui-equipe-le-rafale/1994801-1-fre-FR/le-radar-rbe2-a-antenne-active-qui-equipe-le-rafale.jpg

 

22 octobre 2012 Par Hassan Meddah – USINE NOUVELLE

 

On vous l'annonçait au début du mois d'octobre : l'armée de l'air a reçu son premier Rafale équipé en série d'un radar dernier cri conçu par Thales. Grâce à lui, le pilote repère des cibles plus petites et plus vite. De quelles manières ? De quelles façons ? Explications.

 

Immatriculé C137, le premier Rafale équipé en série d'un radar dit à antenne active a rejoint la base aérienne de Mont-de-Marsan (Landes). L'avion de combat français devient ainsi le premier appareil européen à bénéficier d'une telle technologie.

 

Dans le principe, ce nouveau radar - placé dans le nez de l'appareil - est capable de balayer un domaine de recherche plus efficacement, en émettant un faisceau capable de sauter plus rapidement d'une direction à l'autre. Pour cela, son architecture électronique est radicalement différente de la précédente.

 

"Dans le nouveau radar, l’antenne est constituée par plusieurs centaines de mini antennes. Chacun de ces mini-modules émetteurs/récepteurs est piloté plus finement de manière électronique, ce qui permet d’orienter le faisceau global dans la direction souhaitée sans le moindre déplacement mécanique. Cette souplesse permet de repérer un plus grand nombre de cibles dans le domaine de recherche du pilote quasi instantanément", indique Bruno Carrara, directeur du programme Rafale chez Thales.

 

Selon le concepteur, les gains de performances sont significatifs et permettent au pilote de réaliser plus efficacement sa mission. "Grâce à cette architecture, la puissance du radar est améliorée. Cela se traduit par une portée accrue de 50%. Le Rafale peut donc détecter une cible plus éloignée ou pour une même distance voir des cibles plus petites", explique le dirigeant de Thales.

 

Plus robuste et moins cher à entretenir


Typiquement, dans le cadre d'une mission d'interception, un pilote peut "apercevoir" l'avion ennemi de 10 à 20 secondes plus tôt qu'auparavant. Des secondes qui valent de l'or lorsque l'on sait que la vitesse d'approche entre deux appareils est de l'ordre de 1 Km/seconde et qu'un combat dépasse rarement la minute.

 

Autre avantage important pour le portefeuille des militaires, le radar est plus robuste et serait donc moins cher à maintenir. La panne de quelques antennes n'empêche pas en effet l'équipement de fonctionner. Ainsi, le taux de panne attendu du radar à antenne active pourrait être jusqu'à 10 fois inférieur que celui des précédents radars.

 

Radar RBE2 de Thales pour le Rafale

 

Ce bijou technologique est le résultat d'un long effort de R&D mené par Thales. "Les premiers maquettage du nouveau radar ont démarré en 2002. Ce développement a mobilisé, selon les phases, de 100 à 200 ingénieurs durant une dizaine d’années", indique Bruno Carrara.

 

Enfin pour le GIE Rafale, qui regroupe Dassault Aviation, Thales et le motoriste Safran, ce nouvel équipement est une chance supplémentaire pour vendre l'avion de combat français à l'étranger. Seuls les concurrents américains maitrisent cette technologie.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:09

Espadon--Swordfish--USV.jpg

 

22/10/2012 DGA

 

La Direction générale de l'armement (DGA) explore les possibilités offertes par les drones de surface et sous-marins pour lutter contre la menace des mines navales. Le concept innovant de « drone porte-drone », étudié dans le cadre du projet d’études amont Espadon (Evaluation incrémentale de solutions potentielles d’automatisation de déminage pour les opérations navales) ouvre des perspectives particulièrement prometteuses. Des expérimentations à la mer sont menées depuis 2011, au profit de la DGA et de la marine nationale, au large de Brest.

 

Espadon prépare le programme de Système de lutte anti-mines futur (SLAMF) destiné à remplacer, à l’horizon 2020, les moyens actuels de guerre des mines. En effet les mines sont présentes dans tous les conflits maritimes, comme  récemment en Libye, afin d’entraver l’action militaire, le trafic commercial ou les acheminements humanitaires. Elles se caractérisent à la fois par un emploi très simple et une gamme très large, allant des engins les plus rudimentaires aux très sophistiqués, pouvant être mouillés par des moyens non spécialisés jusqu’à une profondeur de l’ordre de 300 mètres.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1-materiels-divers/le-demonstrateur-de-drone-de-surface-espadon/980188-1-fre-FR/le-demonstrateur-de-drone-de-surface-espadon.jpg

 

Espadon a pour objectif d’évaluer un système chargé de traiter de vastes zones maritimes et littorales, en toute discrétion et sans exposer la vie des opérateurs. Le système est composé entre autres des démonstrateurs suivants : un drone de surface, baptisé Sterenn Du (Étoile noire en breton), qui joue le rôle de drone porte-drones, et deux types de drones sous-marins, embarqués à son bord, permettant de détecter et d’identifier les mines.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/espadon-un-demonstrateur-de-drone-de-surface-qui-embarque-des-drones-sous-marins/2041589-1-fre-FR/espadon-un-demonstrateur-de-drone-de-surface-qui-embarque-des-drones-sous-marins.jpg

 

Espadon a été notifié en juillet 2009 au groupement industriel composé des sociétés DCNS, Thales Underwater Systems et ECA. Le Sterenn Du a été mis à l’eau en décembre 2010. La capacité de mettre à l’eau et de récupérer des drones sous-marins a été testée en 2011. L’automatisation complète ou la téléopération depuis la terre ont également été démontrées. Au second semestre 2012, le programme consiste à tester un nouveau type de drone sous-marin capable d’identifier les menaces. Enfin en 2013-2014, un second type de drone, capable de détecter et de classifier de manière autonome les mines, fera l’objet d’essais au large de la Bretagne.

 

Espadon est présenté sur l’espace institutionnel Défense, Hall 2B stand F12, pendant Euronaval 2012.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:07

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/d2ad-comprend-un-segment-vol-et-un-segment-sol/2041545-1-fre-FR/d2ad-comprend-un-segment-vol-et-un-segment-sol.jpg

 

22/10/2012 DGA

 

La Direction générale de l'armement (DGA) vient de conduire avec succès les essais à la mer du démonstrateur de décollage et d’appontage automatiques de drones à voilure tournante D2AD. D2AD est un projet d’études amont notifié fin 2008 à DCNS et Thales qui ont conçu et réalisé ce démonstrateur.

 

Une trentaine de phases de décollage et d’appontage ont été effectuées à partir de la frégate Guépratte de fin septembre à début octobre au large de Toulon. Des manœuvres très délicates ont pu être réalisées avec précision.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/le-demonstrateur-de-decollage-et-d-appontage-automatiques-de-drones-a-voilure-tournante-d2ad/2041516-1-fre-FR/le-demonstrateur-de-decollage-et-d-appontage-automatiques-de-drones-a-voilure-tournante-d2ad.jpg

 

Ce projet d’études amont est un jalon majeur dans le processus de levée de risques du futur programme de Système de drones aériens de la marine (SDAM). En effet, la maîtrise du décollage et de la récupération automatiques de drones à voilure tournante constituent des enjeux technologiques majeurs dans l’environnement difficile que constitue un bâtiment de combat à la mer.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/le-segment-sol-de-d2ad/2041984-1-fre-FR/le-segment-sol-de-d2ad.jpg

 

D2AD comprend d’une part un segment « vol » constitué d’une balise embarquée et d’un harpon, d’autre part un segment « sol » composé de senseurs situés sur le pont d’envol du bâtiment, d’une station de prédiction des mouvements de plateforme et d’une station de guidage du drone. D2AD est indépendant de tout système de positionnement par satellites. Il est adaptable à différents types de drones ou de plateformes navales.

 

D2AD est présenté sur l’espace institutionnel Défense, Hall 2B stand F12, pendant Euronaval 2012.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 15:57

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/une-vague-scelerate/2041550-1-fre-FR/une-vague-scelerate.jpg

 

22/10/2012 DGA

 

Sur le stand du ministère de la Défense, la Direction générale de l’armement (DGA) et la PME française NOVELTIS présentent le premier système opérationnel de prévision et d’alerte sur les risques de vagues extrêmes et scélérates.

 

Soutenu et financé dans le cadre du  dispositif Rapid (régime d’appui pour l’innovation duale) (1), ce système a été expérimenté avec succès par le patrouilleur de la marine nationale L’Adroit qui vient d’effectuer une mission de longue durée au large des côtes de l’Afrique, notamment en Afrique australe où le phénomène de vagues scélérates a été observé à plusieurs reprises ces dernières années.

 

Les vagues scélérates sont des vagues extrêmes qui apparaissent de façon soudaine à la suite d’une combinaison particulière de vent et de houle. Atteignant parfois plus de 30 mètres de haut et exerçant des pressions gigantesques, elles représentent un risque majeur pour la navigation maritime. L’objectif du système d’alerte aux vagues scélérates (Savas) est de prévoir d’une façon fiable, rapide et précise ce risque et d’aider les navires à s’en prémunir en tout point du globe.

 

Savas fonctionne sur le principe d’une chaîne de modélisation de dernière génération, couplée à un système d’aide à la décision adapté à chaque navire. Ce service fournit des prévisions à 7 jours de l’état de la mer et des risques associés, réactualisées toutes les 3 heures.

 

(1) Rapid, doté d’une enveloppe annuelle de 40 M€, concerne les projets de recherche industrielle ou de développement expérimental à fort potentiel technologique des PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), présentant des applications militaires et ayant aussi des retombées pour les marchés civils. > En savoir plus sur Rapid sur le site ixarm

 

SAVaS est présenté sur l’espace institutionnel Défense, Hall 2B stand F12, pendant Euronaval 2012.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 13:49

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/euronaval-2012/visuel-d-euronaval/2041074-1-fre-FR/visuel-d-euronaval.jpg

 

22/10/2012 DGA

 

La 23e édition du salon Euronval se tient du 22 au 26 octobre au parc des expositions de Paris-Le Bourget. Sur le stand du ministère de la Défense, la direction générale de l’armement (DGA) y présente les équipements de la marine de demain.

 

C’est le rendez-vous incontournable des acteurs de la défense navale, de la sécurité maritime et des énergies marines renouvelables. Le 23e salon Euronaval se tient au parc des expositions Paris-Le Bourget du 22 au 26 octobre. Le ministère de la Défense y participe avec un stand en forme de bateau. Aux côtés de la marine nationale, la DGA présente les équipements navals de demain.

 

Les 34 000 visiteurs attendus pourront découvrir la guerre des mines du futur avec le programme d’études amont (PEA) Espadon, un démonstrateur de drone de surface qui embarque des drones sous-marins.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1-materiels-divers/le-demonstrateur-de-drone-de-surface-espadon/980188-1-fre-FR/le-demonstrateur-de-drone-de-surface-espadon.jpg

 

Autres projets innovants exposés par la DGA :

 

cp_appontage_drone_carousel.jpg

D2AD, un démonstrateur d’atterrissage et d’appontage de drone

 

et Savas, le premier système d’alerte de vagues scélérates.

 

Cinq programmes seront également valorisés sur le stand du ministère :

 

EDAR bold-alligator-12 phot Armee de terre

l’engin de débarquement EDA-R,

 

La FREMM Aquitaine suivant le BPC Dixmude photo DCNS

la frégate FREMM et le BPC,

 

NH90-NFH source info-aviation

l’hélicoptère NH90 Caïman,

 

Raytheon demonstrates WiPAK® (Wireless Paveway™ Avionics

et le Rafale.

 

Le salon sera inauguré par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 23 octobre.

 

Cette édition rassemblera près de 400 exposants venus de 35 pays et des visiteurs professionnels de 100 nationalités.

 

Le stand institutionnel Défense se situe à l’emplacement F12 du Hall 2B.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories