Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 08:00

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-juin-2012/a400m-a-cazaux/1832739-1-fre-FR/a400m-a-cazaux.jpg

 

29/06/2012 Armée de l'air

 

Le 6 juillet 2012, se déroulera la «Naming Ceremony», cérémonie de baptême de l’avion, à Farnborough, en marge du traditionnel Royal International Air Tatoo, en Angleterre.

 

En présence des armées de l’air des sept pays participants au programme A400M (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Turquie, Belgique, Luxembourg), le nouvel avion sera baptisé "Atlas". L’armée de l’air française sera représentée par le général Guillaume Gelée, commandant des forces aériennes.

 

Le contrat de programme A400M, signé le 27 mai 2003, lie ces sept nations dans le cadre du développement et de la production d’un appareil de transport aérien militaire qui viendra remplacer les Transall et Hercules en service dans ces pays.

 

Les armées françaises seront les premières à recevoir ce nouvel appareil. Il rejoindra immédiatement la base aérienne d’Orléans au sein de la MEST (Multinational Entry into Service Team) pour débuter sa phase d’expérimentation et très rapidement entrer en service au profit des forces.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:31

felin-1er-ri photo Armee de Terre

 

29 juin 2012 Par Barbara Leblanc – USINE NOUVELLE

 

Selon le Bilan social annuel du ministère, publié ce 29 juin, la baisse des emplois militaires et civils est de 2,9% par rapport à l’année précédente.

 

A la fin décembre, les effectifs du ministère étaient de 296 493 personnes, avec une part de 77% de militaires et 23% de civils.

 

Dans le détail, l'armée de Terre reste la plus nombreuse, avec 122 328 militaires, devant la Marine (38 643) et l'armée de l'Air (49 827). 17 858 militaires sont affectés à d'"autres services ministériels".

 

En 2011, le taux de féminisation est resté stable à 14,9%, après une dizaine d'années de hausse constante. Avec environ 15% de femmes, les armées françaises comptent ainsi parmi les plus féminisées d'Europe, devant celles d'Espagne (12,3%), du Royaume-Uni et d'Allemagne

 

Les objectifs de baisse d’effectifs portent donc sur le non renouvellement de 54 000 emplois sur la période 2008-2014. Et ce, dans le cadre de la réduction du format des armées et de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Plus de la moitié de ces suppressions d'emplois ont déjà été réalisées.

 

Selon le rapport, les économies réalisées sont consacrées notamment à l'amélioration de la vie militaire et des conditions salariales des personnels.

 

D’après une source proche du gouvernement, la Défense, qui conduit une baisse stricte de ses effectifs, ne devrait pas être touchée par les nouvelles mesures de réduction de personnels annoncées jeudi 28 juin pour diminuer les dépenses de l'Etat.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:23

Marianne Mindef

 

Jun. 29, 2012 By PIERRE TRAN Defense News

 

PARIS — The French Defense Ministry must cut staff by an annual 2.5 percent and slash spending by 7 percent in 2013, and 4 percent in 2014 and 2015, respectively, as part of the government’s budget reduction efforts, a June 28 prime minister’s letter to ministries said.

 

The 2012 defense budget totaled 31.72 billion euros ($39.52 billion), excluding pensions, with 293,198 employees, of which 224,595 are military and 68,603 civilian.

 

The next year is a transition period as a defense white paper and the 2014-2019 military budget law will set the broad strategic lines, said Jean-Pierre Maulny, deputy director of think tank Institut des Relations Internationales et Stratégiques.

 

A report from the national audit office is awaited by the end of summer, which is expected to give a progress report on how well the present reforms have been implemented, including a staff cut of 54,000 people under way, he said.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 12:50

CREC-cyber-defense.jpg

 

29.06.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le CREC (Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan) va inaugurer (en partenariat avec Sogeti et Thales), le 2 juillet, au Cercle national des armées, sa 2e chaire; elle est consacrée à la cyberdéfense.

 

La mise en place de cette chaire d'enseignement et de recherche, dont le titulaire sera Daniel Ventre, directeur de recherche au CNRS, répond à trois objectifs :

- le développement des enseignements dans le domaine de la cyber défense en formation initiale, pour les élèves officiers en scolarité aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, et en formation continue, à destination des décideurs publics et privés ;

- la mise en place d'un programme de recherche de haut niveau, avec des partenaires publics et privés, civils et militaires, français et étrangers, en particulier d'autres centres de recherche internationaux ;

- l'installation, à terme, d'un centre d'expertise sur les questions de cyber défense aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

 

Il n'y avait jusqu'à ce jour qu'une seule chaire au CREC, la chaire d'action terrestre, dirigée par le colonel Michel Goya. Quatre autres sont en cours de montage:

- la chaire Jean-Monnet consacrée aux questions européennes

- une chaire consacrée aux questions éthiques

- une autre qui traitera de la sécurité

- une qui abordera le droit des conflits armés.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 11:35

drone-SDTI-Sperwer.jpg

 

29 Juin 2012 Jean-Dominique Merchet

 

En plus de trois ans, douze engins ont été perdus sur ce théâtre

 

Le drone tactique SDTI de l'armée de terre a effectué le 23 juin dernier son dernier vol dans le ciel afghan. Armé par le 61ème régiment d'artillerie de Chaumont, le détachement basé sur la FOB Tora a ensuite fait les cartons pour revenir en France, dans le cadre du désengagement en cours. Les drones Harfang de l'armée de l'air sont, eux, déjà rentrés, en mars dernier.

 

Les SDTI (Sperwer) étaient arrivés en Afghanistan en octobre 2008, après l'embuscade d'Uzbine au cours de laquelle leur absence avait été pointée. Ils ont effectué leur premier vol le 9 novembre 2008 et auront donc opéré plus de trois ans et demi. Huit engins étaient déployés. Selon les chiffres fournis par l'état-major des armées (Ema), ils ont effectué 770 missions pour une durée totale de 2100 heures de vol (soit en moyenne des missions de 2h 45 mn - plus longues en hiver à cause d'une meilleure portance de l'air). Toujours en moyenne, les SDTI ont réalisé quatre missions par semaine sur toute la durée de l'opération.

 

Non sans casse : douze engins ont été perdus en cours de mission. Quatre lors des atterrissages - qui se font sous parachute, le choc étant amorti par des cousins gonflables, et huit en cours de mission, la plupart du temps par perte de contrôle de l'engin. Selon l'Ema, il ne semble pas que les insurgés aient pu abattre un drone en vol. Les appareils cassés ou perdus ont été remplacés.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 08:00

Assemblee_nationale_francaise.svg.png

 

28.06.2012 par Guillaume Belan (FOB)

 

La commission de la défense de l’Assemblée Nationale vient d’être dévoilée, la liste est disponible ici. C’est donc Patricia Adam qui la présidera; cette député socialiste du Finistère connait bien les problématiques défense, puisqu’elle est membre depuis 2002 de cette même commission et a fait partie de la commission de rédaction du précédent Livre Blanc, dont elle avait démissionné. Les vice-présidents de la cuvée 2012 de la commission défense sont par ordre alphabétique :

 

- Nicolas Baÿs, jeune (35 ans) député socialiste du Pas-de-Calais;

- Jean-Jacques Candelier, divers gauche, département du Nord, ancien fonctionnaire territorial;

- Philippe Nauche, médecin et maire de Brive-la-Gaillarde, député socialiste corrézien;

- et enfin Philippe Vitel, député UMP du Var, ancien membre de la commission défense.

 

Largement dominé par le groupe socialiste avec 36 représentants, l’UMP compte dans la commission 25 députés, 3 membres du groupe Démocrate, 2 écologistes dont Cécile Duflot et 3 divers gauche, dont deux du groupe Radical. Aucun député FN n’y siège.

 

Alors que c’est le début des vacances pour certains, d’autres seront à la tâche! Car l’agenda politique “défense” devrait s’accélérer dans les prochaines semaines. La composition de la Commission du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale devrait être décidée rapidement. Une short-list circulerait dans les couloirs de l’Élysée en ce moment et le nom du président de cette commission devrait être connu dans les jours qui viennent. La commission devra travailler vite afin de respecter le calendrier fixé par le Jean Yves Le Drian : l’adoption de ce nouveau Livre Blanc avant la fin de l’année. Le Livre Blanc, rappelons-le, est le cadre fixant les grandes orientations stratégiques de la France, dont celui d’emploi des forces, qui dimensionne le format de nos armées. S’en suivra l’élaboration d’une Loi de Programmation Militaire 2013-2018 qui traduira ces orientations en objectifs capacitaires de manière plus précise. Cette LPM doit entrer en vigueur dans un an, à l’été 2013. Mais avant ça, il faudra appliquer et traduire la lettre de cadrage budgétaire qui vient d’être décidée. La Défense n’étant pas un ministère prioritaire (hors Gendarmerie), elle devra se serrer la ceinture… Ce sera donc une réduction des effectifs de 2,5% par an entre 2013 et 2015; ainsi qu’une baisse des dépenses de fonctionnement de 7% en 2013 puis de 4% en 2014 et en 2015.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 08:00

infographie-scorpion-hd

 

Jun. 28, 2012 By PIERRE TRAN  Defense News

 

PARIS — The French Army is due June 29 to stage an exercise, dubbed demonstration of cooperative combat, to show how a future mechanized infantry unit would work under the Scorpion program, a procurement office spokesman said.

 

The exercise, to be held at the urban warfare training center at the Sissonne Army base, will be presented to officials from the Defense Ministry, including the Direction Générale de l’Armement procurement office.

 

The French Army is anxious to maintain the Scorpion modernization program as the government gets ready to cut spending to balance the budget over the coming years. Scorpion has been estimated at 10 billion euros ($12.4 billion) over a decade.

 

Some 250 soldiers in a combined unit in the blue force will go up against a 70-strong red force, with some 60 armored vehicles deployed including VBCI infantry fighting vehicle, AMX10 light tank, Leclerc heavy tank, VBL scout car and PVP small vehicle.

 

The exercise is intended to show how technology to be developed under Scorpion can improve acquisition and the updating of information and communications among soldiers plugged into a tactical network.

 

Firing beyond the line of sight and a VBCI with extensive onboard electronics are among the concepts and demonstrators in the exercise.

 

Much of the technology has come from Nexter, Sagem and Thales.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 07:10

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/le-chef-d-etat-major/120628-cema-fin-de-formation-de-la-19e-promotion-de-l-ecole-de-guerre/fin-de-formation-de-la-19e-promotion-de-l-ecole-de-guerre-1/1844288-1-fre-FR/fin-de-formation-de-la-19e-promotion-de-l-ecole-de-guerre-1.jpg

 

28/06/2012 Sources : EMA

 

Le 21 juin 2012, l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées (CEMA), a présidé la cérémonie de clôture de la 19e promotion de l’Ecole de guerre, baptisée Maréchal Juin.

 

Depuis le 6 septembre 2011, 198 stagiaires français issus des trois armées, de la gendarmerie, de la direction générale de l’armement et des services interarmées, ainsi que 95 stagiaires étrangers, y ont reçu un enseignement de haut niveau.

 

Sélectionnés par un concours exigeant, ces officiers, futurs décideurs au sein des armées, ont suivi une formation articulée autour de quatre modules : stratégie et art de la guerre, géopolitique de l’Europe et du monde, action interministérielle et management, économie de la défense.

 

Ces enseignements doivent leur permettre de faire face de manière efficace à des situations complexes et évolutives du niveau stratégique dans les domaines interalliés et interarmées, à l’échelle nationale ou internationale.

 

Le 31 janvier dernier, le président de la promotion et le président des stagiaires étrangers avaient reçu l’insigne de la promotion Maréchal Juin des mains du ministre de la Défense et du CEMA.

 

Depuis sa création en 1993 sous l’appellation de « Collège interarmées de défense », l’Ecole a accueilli plus de 4 600 stagiaires dont plus de 2 000 étrangers.

 

L’Ecole de guerre, nouvelle appellation du « Collège interarmées de défense » depuis 2010, est implantée à l’Ecole militaire qui regroupe aujourd’hui l’ensemble des organismes de l’enseignement militaire supérieur.

 

En septembre 2013, un nouveau cursus de scolarité sera mis en place. Les stagiaires   recevront une formation de trois mois organisée par armée, puis une formation commune en promotion constituée de 7 mois.

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 11:45

PR4G photo Thales

 

28 juin 2012 Par  H. M. - L'Usine Nouvelle n°3292

 

Les sites Thales de Cholet (Maine-et-Loire) et de Brive (Corrèze), spécialisés dans le développement et la fabrication de radios numériques militaires, sont soulagés. Ils seront en première ligne pour fournir les postes radio numériques pour l'ensemble des forces armées françaises. Le fabricant s'est en effet vu notifié le contrat Contact par le ministère de la Défense, le 21 juin, pour un montant de 1,06 milliard d'euros. Pour Thales, c'est la garantie d'assurer une charge de travail pour environ 2 000 personnes en France. La première tranche du contrat porte sur la fourniture de 4 400 postes avec des premières livraisons prévues à partir de 2018. Elle est évaluée à 263 millions d'euros.

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 07:30

Scanner.jpg

 

June 27, 2012 by Marshall Land Systems Company

 

The French Army is to use a deployable CT scanner from Marshall SV, part of Cambridge based Marshall Land Systems. Following a competitive tender exercised by NAMSA (NATO Maintenance and Supply Agency) on behalf of the French Ministry of Defence, Marshall SV has been selected as the lowest bidder providing the best technical containerised scanner solution.

 

The Service de Santé des Armées (SSA), the French Defence Health Service who will be using the CT Scanner, provide medical and sanitary support to the Armed Forces and other organisations managed by the Ministry of Defence. SSA includes both medical and administrative staff.

 

"This contract is a great vote of confidence in our ability to provide leading edge technology solutions in partnership with companies such as Philips Healthcare. It demonstrates that British defence manufacturing and integration is up with the best," said Peter Callaghan, chief executive of Marshall Land Systems.

 

"Our solution, which is already in service with the UK Ministry of Defence and the Norwegian Defence Forces, will provide SSA with a rugged and rapidly deployable system that will significantly enhance their service to French and allied troops deployed around the world," added Mr Callaghan.

 

As prime system integrator Marshall SV has brought together a world class team to provide the solution. At the heart is the Philips Healthcare 64 Slice Brilliance CT Scanner. This is fully integrated into a Marshall expandable shelter, providing a rugged and transportable system capable of deployment within eight hours.

 

The CT scanner system incorporates features normally associated with fixed hospital facilities; full radiation protection inbuilt within the shelter structure, protected operator area, full air conditioning and environmental control, and UPS back up equipment to preserve vital patient related data.

 

The Philips Brilliance 64 CT Scanner is one of the most advanced CT systems in the market. This system can expand clinical boundaries in cardiac, pulmonary, trauma, and paediatric imaging.

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 01:34

2-militaires-francais-tues-lors-d-une-operation-de-lutte-co.jpg

 

28/06/2012 Sources : EMA

 

Le 27 juin 2012, vers 15h00 une trentaine de soldats et gendarmes français engagés dans une opération de lutte contre l’orpaillage illégal, en Guyane, ont été pris pour cible par des orpailleurs clandestins.

 

En début d’après-midi, les militaires avaient été mis en place par hélicoptères dans le secteur de Dorlin, au sud-ouest du département. Lorsque le groupe s’est déployé, les militaires ont été pris à partis par des tireurs embusqués.

 

Au cours de cet échange de tirs, un soldat a été mortellement touché et un autre est décédé des suites de ces blessures après son évacuation. Deux gendarmes ont également été gravement blessés.

 

Afin de sécuriser la zone et prendre en charge les blessés, un dispositif de réaction rapide et des hélicoptères ont été immédiatement envoyé sur les lieux de l’opération. Les blessés ont été évacués vers Maripasoula avant de rejoindre Cayenne dans la soirée.

 

Par ailleurs, dans la matinée, un hélicoptère de la gendarmerie avait essuyé des tirs et un gendarme avait été très légèrement blessé.

 

Les deux militaires tués (un caporal-chef et un adjudant) servaient au 9erégiment d’infanterie de marine de Cayenne.

 

Harpie est une opération de grande envergure, menée conjointement par les forces de gendarmerie et les forces armées en Guyane (FAG). Près d’un millier de militaires des FAG participent à cette mission. 350 militaires de FAG sont déployés en permanence sur les réseaux fluviaux pour neutraliser les flux logistiques des orpailleurs et en forêt pour démanteler les sites d’exploitation d’or illégaux.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 20:42

general-Merglen.jpg

 

27/06/2012 dna.fr

 

Le général Albert Merglen, figure des forces spéciales et historien militaire, est décédé le 20 juin à Dijon à l’âge de 97 ans, a annoncé mercredi sa famille dans le carnet du Figaro.

 

Né le 17 juin 1915 à Sélestat (Bas-Rhin), Albert Merglen avait commandé un groupe franc (commando, ndlr) pendant la campagne de France en mai et juin 1940 et une équipe spéciale «action» de la Première armée française en 1944/1945.

 

Albert Merglen avait également commandé le 2e Bataillon étranger de parachutistes (BEP, Légion étrangère) en Indochine puis de la 11e demi-brigade parachutiste de choc (1961-1963), bras armé du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (Sdece).

 

Spécialiste des actions spéciales et docteur en histoire, il était l’auteur de nombreux ouvrages publiés chez Arthaud, dont «Groupe franc. Récit de guerre», «Mission spéciale en France», «La Guerre de l’inattendu. Opérations subversives, aéroportées et amphibies» ou «Histoire et avenir des troupes aéroportées».

 

Homme très discret, il avait demandé que son décès ne soit annoncée par sa famille qu’après ses obsèques qui ont eu lieu dans l’intimité.

 

Il était commandeur de la Légion d’honneur et grand officier de l’ordre national du Mérite.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 17:55

infographie-scorpion-hd

 

27.06.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Ainsi que l'avaient annoncé mes confrères de FOB, il y a quelques mois, la première grande expérimentation du programme d’ensemble Scorpion se déroule actuellement et jusqu’à la semaine prochaine au CENZUB (centre d’entrainement au combat  en zone urbaine) à Sissonne.

 

Scorpion? Un "programme qui vise 1) le renforcement de leurs capacités de commandement, de préparation et d’engagement opérationnel, 2) l’homogénéité des capacités de toutes les armes qui composent un GTIA, 3) une forte capacité de reconfiguration des engins" (cliquer ici pour lire une présentation sur le site de l'armée de terre et ici pour voir une vidéo).

 

Mais pour en savoir plus, il va falloir patienter. "On sort Scorpion de son labo et on regarde comment il se comporte", explique un porte-parole de l'armée de terre qui précise que l'expérimentation est davantage "une réunion de travail" réunissant les industriels, les chefs de programmes et les futurs utilisateurs. "C'est donc un point de situation dans le cadre du processus de développement. Pas de communication particulière à attendre là-dessus".

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 12:57

Un-Rafale-tire-un-missile-AASM-de-Sagem--photo--DGA-.jpg

Un Rafale tire un missile AASM de Sagem (c) DGA

 

27-06-2012 Par Marco Mosca – Challenges.fr

 

La filiale de Safran étudie la faisabilité d'armer l'avion de combat américain avec son missile vedette, l'AASM, qui procure au Rafale un avantage concurrentiel certain pour Dassault.

 

L'AASM, le missile ultramoderne de Sagem va-t-il équiper des avions concurrents du Rafale? C'est ce que suggère mercredi 27 juin le journal Les Echos en citant des "sources concordantes". Selon le quotidien, la France pourrait autoriser le montage du missile sur le F-16 de Lockheed Martin.

 

"L'enjeu pour Sagem : capter une partie du marché de la modernisation des F-16, qui a été produit à 4.500 exemplaires et ainsi 'se refaire' après les pertes enregistrées sur le programme AASM", explique le quotidien économique.

 

Le AASM ou armement air-sol modulaire a été utilisé en Afghanistan et en Libye depuis son entrée en service en 2008. Il est produit par Sagem et commercialisé en tandem avec MBDA. Il peut être tiré de jour comme de nuit et affiche une précision de 1 mètre sur cible fixe ou mouvante. Seuls la France et le Maroc (pour ses Mirage F1) ont ce type de missile, Dassault voyant d'un très mauvais oeil que cet équipement ultramorderne se retrouve chez les concurrents. Et pourtant plusieurs pays se porteraient bien acquéreurs de l'engin : "l'Arabie Saoudite pour ses Tornado et ses Eurofighter, la Malaisie pour ses Sukhoï ou encore le Danemark et la Jordanie pour leurs F-16".

 

Compte tenu de la difficulté à exporter le Rafale, faut-il se priver de vendre un missile de pointe, se demande la DGA. "Depuis plusieurs mois, la DGA mène donc des études avec Sagem pour estimer le coût de l'intégration du missile sur F-16", poursuivent Les Echos qui indiquent qu'une décision pour une étude plus approfondie devrait être prise d'ici la fin de l'été. De quoi faire grincer quelques dents chez Dassault.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 12:55

aasm_00.jpg

 

27 juin 2012 Par  Barbara Leblanc – USINE NOUVELLE

 

Selon les Echos du 27 juin, le gouvernement réfléchirait à donner son accord, malgré l’opposition du groupe Dassault concepteur du Rafale.

 

Le journal précise que l’Etat pourrait autoriser le groupe français à installer son missile de dernière génération sur des avions concurrents du Rafale.

 

Dans le détail, il s’agit de l’armement air-sol modulaire (AASM) produit par Sagem. Il est actuellement commercialisé conjointement avec le missilier MBDA, filiale conjointe de BAE Systems, d'EADS et de Finmeccanica.

 

Mais le gorupe Safran souhaiterait l’installer sur le F-16 de l’américain Lockheed Martin, concurrent direct du Rafale notamment dans la course au marché des avions de chasse au Brésil. Safran voudrait espérer ainsi capter une partie du marché de modernisation de l’avion F-16, produit à 4 500 exemplaires dans le monde, selon Les Echos, s’appuyant sur des sources concordantes.

 

Seuls la France et le Maroc ont acheté le missile AASM. La France est pour l'heure le seul pays à avoir acheté le Rafale.

 

Pour le journal, cette situation découle du fait que Dassault s'est toujours opposé à ce qu'un armement aussi sophistiqué puisse être intégré sur des avions concurrents, de peur de nuire à l'exportation de son Rafale.

 

Aujourd'hui, la Direction générale de l'armement (DGA) du ministère de la Défense "semble être revenue à un certain pragmatisme, d'autant que Dassault ne bénéficiera plus avec le gouvernement actuel de la même écoute qu'avec le précédent", avance le journal.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 11:56

un-rafale-peint-aux-couleurs-du-normandie-niemen.jpg

Un Rafale peint aux couleurs du Normandie Niemen

 

27/06/2012 Reportage: capitaine Karim Djemaï - Photos: adjudant Olivier Ravenel - Armée de l'air

 

Lundi 25 juin 2012, l’escadron de chasse 2/30 «Normandie-Niemen» a officiellement été mis en service opérationnel sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, lors d’une cérémonie présidée par le général Jean-Paul Paloméros, chef d’état-major de l’armée de l’air. À cette occasion, le lieutenant-colonel François Tricot s’est également vu remettre le commandement de cette prestigieuse unité, désormais équipée d’avions de chasse Rafale.

 

Empreinte d’émotion et de convivialité, cette cérémonie militaire s’est déroulée en présence de nombreuses autorités civiles et militaires, dont notamment le général Guillaume Gelée, commandant les forces aériennes, du sénateur des Landes, M. Jean-Louis Carrère, président de la commission des affaires étrangères, de la Défense et des forces armées du Sénat, et M. Claude Morel, préfet des Landes.

 

À l’occasion de la lecture de l’ordre du jour, le général Paloméros s’est adressé au personnel de l’escadron nouvellement créé. « Officiers, sous-officiers, militaires du rang de l’escadron de chasse 2/30 «Normandie-Niemen», il vous appartient désormais de vous montrer dignes de vos anciens qui ont porté au plus haut les ailes françaises. Suivez la voie qu’ils ont tracée, pour écrire à votre tour de belles pages de l’histoire de cette unité, pour la gloire de la chasse française et le succès des armes de la France.» Sur ces mots, un défilé aérien de quatre appareils (deux Rafale et deux Mirage F1, avion sur lequel l’escadron a évolué avant de renaître sur Rafale) est venu clore la cérémonie.

 

L’escadron de chasse 2/30 «Normandie-Niemen» est aujourd’hui doté d’une dizaine d’appareils et d’une trentaine de personnes, dont une quinzaine de pilotes. La montée en puissance de l’escadron doit se poursuivre au cours des prochains mois. Elle a débuté dès l’année 2010, par la formation d’un premier «noyau dur». «Nous découvrons chaque jour un peu plus les formidables potentialités offertes par le Rafale, explique le général Paloméros. Cet avion de chasse ne cesse d’évoluer. Il doit ainsi être prochainement équipé du radar AESA à balayage électronique à antenne active, dont les performances sont remarquables.»

 

Le «Normandie-Niemen» (également appelé affectueusement «Neu Neu») est le troisième escadron de chasse opérationnel équipé de Rafale, après le 1/7 «Provence» et le 1/91 «Gascogne». L’escadron de transformation 2/92 «Aquitaine», chargé de la formation du personnel navigant de l’armée de l’air et de la marine nationale, évolue lui aussi sur Rafale.

 

defile-aerien-de-deux-rafale-et-de-deux-mirage-f1.jpg

Défilé aérien de deux Rafale et de deux Mirage F1

 


Un escadron à l’histoire riche

 

Le «Normandie-Niemen» est l’une des unités les plus prestigieuses des armées françaises. Cet escadron en est également l’un des ambassadeurs les plus réputés. Véritable institution en Russie, son histoire est connue par une large majorité de la population. Le souvenir de l’engagement de son personnel est perpétué au sein d’écoles portant le nom du «Normandie-Niemen». La Russie en dénombre plus d’une centaine. En novembre 2011, deux écoles ont à leur tour été inaugurées en région parisienne.

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, le régiment de chasse «Normandie-Niemen» e a été engagé au cours de combats aériens au-dessus des territoires russes et d’Europe de l’Est. Stationnés en Russie de 1943 à 1945, les aviateurs français ont remporté 273 victoires, aux côtés des forces armées russes. De cette épopée militaire est née une fraternité d’armes dont l’intensité est demeurée intacte au fil des années.

 

Les traditions de l’escadron avaient été mis en sommeil le 3 juillet 2009, alors que l’unité était installée sur la base aérienne 132 de Colmar. À Mont-de-Marsan, c’est un nouveau pan d’histoire qui débute. «Cette mise en service opérationnel est un événement hautement symbolique où les traditions de notre armée de l’air se conjuguent avec sa modernisation», résume ainsi le général Paloméros.

 

Un prochain rendez-vous majeur est fixé au mois de septembre 2012, pour la célébration des 70 ans du «Normandie-Niemen», en présence notamment de nombreux invités dont une importante délégation d’aviateurs russes.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 08:00

reorganisation-du-dispositif-des-forces-armees-aux-antilles.jpg

 

26/06/2012 Sources : EMA

 

Le 18 juin 2012, vers 8h30, les deux derniers hélicoptères de manœuvre Puma de l’escadron de transport outre-mer « Antilles » (ETOM 00.058) des forces armées aux Antilles (FAA) ont décollé de la base aérienne (BA) 365 du Lamentin vers leur nouvelle destination, la Guyane.

 

Les équipages du commandant Adoux, commandant d’unité de l’ETOM, et du capitaine Macé, adjoint au chef des opérations, se sont posés en Guyane au terme d’un périple de neuf heures de vol, avec, pour escales intermédiaires, l’île de Tobago et le Guyana. Il reste désormais un mois à la BA 365 pour conditionner et expédier les 32 containers. Ils embarqueront à bord d’un navire affrété le 17 juillet 2012, jour de la cérémonie de dissolution de la formation administrative de l’ETOM, de l’escadron de transit aérien et maritime (ETAM) et de l’escadron de protection et de sécurité (EPS).

 

Dans le cadre de la transformation des armées, les FAA et l’ensemble du dispositif des forces de souveraineté sont en cours de réorganisation selon une logique de théâtres : « Antilles-Guyanes », « Pacifique » et « Océan indien ». Sur le théâtre « Antilles-Guyane », les FAA assurent dorénavant la capacité d’intervention régionale de la zone pour le volet maritime, en complémentarité avec les forces armées en Guyane (FAG) pour le volet aéroterrestre.

 

L’ensemble de la flotte d’aéronefs de l’ETOM 00.058 « Antilles » quitte désormais définitivement le site du Lamentin. Trois appareils de transport CN 235 Casa avait précédemment rejoint la Guyane les 12 et 13 juin dernier. Conformément aux directives de restructuration des FAA, les aéronefs sont maintenant déployés sur la BA 367 de Cayenne, au sein de l’escadron d’hélicoptères d’outre-mer (EHOM) 00.068 « Guyane ».

 

Les FAA continuent de maintenir des capacités d’accueil et de soutien des avions militaires de passage et les renforts aériens pour remplir le contrat opérationnel. Le site du Lamentin accueillera les moyens aériens des Armées, des Douanes et de la Gendarmerie au sein du Pôle aéronautique étatique (PAE). Un avion Casa sera maintenu en détachement quasi-permanent aux Antilles sur le site du Lamentin en cas de catastrophe naturelle, par exemple.

 

Aux Antilles, la composante terrestre des FAA est également concernée par les directives de restructurations. Le 33e régiment d’infanterie de marine de Martinique et le 41e bataillon d’infanterie de marine de Guadeloupe seront dissous pour laisser la place à compter du 5 juillet à une unité unique, le « Détachement Terre Antilles /33e RIMa» (DTA/33e RIMa). Le nouveau DTA poursuivra les missions de secours aux populations et de défense du territoire national.

 

La composante maritime des FAA est maintenue au format actuel, en cohérence avec la vocation de pôle maritime du théâtre « Antilles-Guyane ». Les missions de souveraineté maritime sont essentiellement axées sur la surveillance des pêches et action de l'Etat en mer dans un bassin maritime fermé et une zone économique de 150 000 km². Les FAA mènent des missions de surveillance maritime et de service public (lutte contre la pollution et le narcotrafic, police des pêches, sauvetage en mer).

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 08:00

Force d Action Navale FR

 

27.06.2012 MER et MARINE

 

Pas moins de 27 prises de commandement vont avoir lieu cet été à Brest sur les bâtiments de la Force d'action navale, qui regroupe les unités de surface de la Marine nationale. Celles-ci se dérouleront entre le 29 juin et le 22 septembre.

Pour les frégates anti-sous-marines :
Georges Leygues : le CV Romuald Bomont succède au CV Jean Marin d'Hebrail
La Motte Piquet : le CV Geoffroy d'Andigne succède au CV Bruno Tanqueray
Primauguet : le CV Jean Maulbon d'Arbaumont succède au CV Marc Pouly

Pour les patrouilleurs de haute mer :
Cdt L'Herminier : le CC Nicolas Molitor succède au CC Gwénégan Le Bourhis
LV Le Henaff : le CC Justin Peltier succède au CC Paul Merveilleux du Vignaux

Pour les bâtiments hydrographiques :
Borda : le LV Antoine Delaveau succède au LV Arnaud Sibertin-Blanc
Laplace : le LV Erwan Kermabon succède au CC Philippe Laugier
Lapérouse : le CC Christophe Gaume succède au CC François Trystram

Pour le bâtiment hydrographique et océanique Beautemps-Beaupré :
le CF Jean-Charles Lauth succède au CF Rémi de Monteville

Pour le bâtiment d'essais et de mesure Dupuy de Lôme (A) :
le CF Emmanuel Mauban succède au CF Grégoire Germain

Pour les bâtiments remorqueurs de sonars :
Altair : le MJR Pierre Marec succède au MJR Lionel Feugère
Antares : le LV Laurent Coggia succède au MJR Thierry Ouvrard
Aldebaran : le MJR Jean-Pierre Sergent succède au MJR Ludovic Delabye

Pour les bâtiments école :
Leopard : le CC Jacques Lecomte succède au CC Eric Jaslin
Guepard : le LV François Olivier Corman succède au LV Louis Le Proux de la Rivière
Jaguar : le LV Jean-Christophe Chaumery succède au LV Julien Dubs
Tigre : l'EV1 Raphaël Villermet succède au LV Damien Le Guyader
Lynx : le LV Jean Nielly succède au LV Antoine Richebe
Chacal : l'EV1 Stéphane Rouille succède au LV Nicolas de Bouvet
Panthère : le LV Stéphanie Loin succède au LV Alexandre Paulus
Lion : le LV Guillaume Blehaut succède au LV Marie Martineau

Pour le bâtiment d'instruction à la navigation Glycine
Le MP Nicolas Schrack succède au MP Yves Courand

Pour les chasseurs de mines tripartites :
Eridan : le CC Pierre-François Gouret succède au CC Samuel Quéré
Cephée : le CC Vianney Brunel succède au CC Pierrick Haond

Pour le bâtiment d'expérimentation en guerre des mines Thétis :
le CC Eric Haguenier succède au CC Benoît Bugaut

Pour le groupe de plongeurs démineurs Atlantique et le BBPD Styx :
Le CC Ronan Sevette succède au CC Michaël Vaxelaire

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 18:00

article_20541.jpg

 

26.06.2012 par Guillaume Belan (FOB)

 

La première grande expérimentation du programme d’ensemble Scorpion se déroule en ce moment et jusqu’à la semaine prochaine au centre d’entrainement au combat urbain du Cenzub (Sissonne), comme l’annonçait FOB en avril dernier. L’opération a deux objectifs: tout d’abord tester ce que sera le futur de l’action de contact de l’armée de terre, tout en expliquant aux responsables militaires et politiques l’intérêt de Scorpion. L’opération est menée par l’armée de terre, la DGA (Direction Générale de l’Armement) et le regroupement industriel TNS (Thales-Nexter Sagem).

 

Las, la période n’est pas propice aux annonces! Les acteurs de la défense sommés de se tenir à carreau. Et tous attendent les arbitrages budgétaires qui doivent tomber, qui devraient, sans surprise, largement impacter l’armée de terre.

 

Résultat, c’est presque en silence qu’a lieu la première expérimentation grandeur nature de Scorpion…

 

Les enjeux sont pourtant importants. Scorpion, rappelons le, c’est le futur de l’armée de terre, dans sa dimension capacitaire mais aussi budgétaire. A l’heure de la numérisation et de la complexification des systèmes, Scorpion, c’est réfléchir de manière cohérente à demain. Et planifier, afin d’économiser, l’aspect financier nécessaire.

 

Cette expérimentation a été baptisée “démonstration du combat collaboratif” (DCC) et vise donc à valider les fonctions essentielles de ce que sera Scorpion. La démonstration sera menée par un SGTIA (Sous Groupement Tactique Inter-Armes) armé par le 8ème RPIMa, qui œuvrera donc pendant deux semaines à tester les futurs procédés du combat de demain (comme le tir au delà de la vue directe…).

 

Les matériels engagés sont nombreux. Felin, VBCI, VAB, VBL et le char Leclerc bien sûr, mais aussi des drones et des robots, comme le petit Cobra d’ECA qui jouera le rôle du robot du combattant débarqué ou le RCE de Nexter, le robot du combattant embarqué, qui pèse plus d’une tonne et qui doit réaliser des missions de transport ou d’évacuation de blessés.  Sans oublier de très nombreux systèmes de communication, d’information et de commandement, dont le FlexNet de Thales, le système LOCC (Logiciel Opérationnel de Conduite du Combat) de TNS, le SCC (Système de Communication de Contact), le SCIV (Système du Combattant Info-Valorisé), une évolution du Felin de Sagem…

 

Et bien d’autres acronymes barbares derrière lesquels se cachent pourtant des systèmes qui viendront demain apporter aux combattants d’avantage de protection, de polyvalence et de réactivité au combat.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 17:58

sur-le-pont-d-envol-du-charles-de-gaulle-c-marine-nationale.jpg

 

26.06.2012 Marine Nationale

 

Parti de Toulon le 30 mai dernier, le groupe aéronaval (GAN), composé du porte-avions Charles De Gaulle, des frégates de défense aérienne Forbin et anti-sous-marine Montcalm, du pétrolier-ravitailleur Meuse et d’un sous-marin nucléaire d’attaque, entame la seconde partie de sa période d’entraînement.

 

Depuis le début, au rythme moyen de quatre pontées d’aéronefs par jour, l’activité du GAE s’est diversifiée et intensifiée, avec des entraînements à la projection de puissance, à la protection de forces navales, à la lutte antinavire et à la défense aérienne.

 

L’entraînement Exocet, simulant des affrontements d’unités au-dessus de la surface, a qualifié le porte-avions et la frégate de défense aérienne Forbin à la fonction de commandant de la lutte antinavire.

 

Le GAN a aussi participé à une vaste manœuvre terrestre baptisée «Mojito», organisée avec la 11e Brigade parachutiste dans le sud-ouest de la France. Le but: renforcer l’interopérabilité des moyens de la Marine avec ceux de l’armée de l’Air et l’armée de Terre.

 

Quelques chiffres

  • 7 nouveaux pilotes du groupe aérien embarqué (GAE) qualifiés à l’appontage,
  • 80 personnes 24 heures sur 24 embarquées à bord du porte-avions pour planifier et coordonner l’ensemble des activités navales et aériennes,

et en matière de logistique

  • 6 ravitaillements à la mer au profit du Montcalm, du Forbin et du Charles de Gaulle,
  • 700 m3 de gazole transféré du pétrolier-ravitailleur Meuse vers le Forbin et le Montcalm,
  • 2750 m3 de carburéacteur TR5 ont rempli les soutes du Charles De Gaulle, au profit des aéronefs du GAE,
  • 102 palettes de vivres ont été livrées sur le porte-avions.

La seconde partie de PEAN 12.1 se tourne désormais vers l’international. Le GAN est actuellement en entraînement avec la Marine et l’armée de l’Air espagnoles, et s’apprête à poursuivre vers des activités communes avec les forces armées royales du Maroc ainsi qu’avec un porte-avions américain qu’il croisera en Méditerranée.

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:48

Patricia-Adam--source-Ouest-France.jpg

 

26.06.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

A l'Assemblée, trois présidences de commissions seront officiellement confiées, jeudi, à des femmes, celle des Affaires Etrangères à Elisabeth Guigou, les Affaires sociales à Catherine Lemorton, et la Défense à Patricia Adam.

La député brestoise (cliquer ici pour aller sur son blog) était pressentie pour la Défense et elle avait ouvertement déclarée son intention de briguer cette présidence. Elle accueillera donc à double titre (d'élue locale et de présidente de la commission), en septembre, les Universités de la Défense.

 

Née en avril 1953, Patricia Adam a été élue pour la première fois députée le 16 juin 2002 (elle a été réélue en 2007 et bien sûr en 2012), dans la deuxième circonscription du Finistère. Dès 2002, elle est devenue membre de la commission Défense de l'Assemblée nationale et membre de la délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

 

A noter que Jean-Jacques Urvoas, député de Quimper, a, lui, été désigné pour présider la commission des Lois.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 13:28

EPC-Felin-20120626-ladepeche.fr.jpg

 

La phase équipement se fait avec minutie ; le poids total

peut aller jusqu'à 60 kg, mais heureusement avec l'EPC

une partie peut attendre au sol.

 

26/06/2012 par S.B.- ladepeche.fr

 

Pour la 1re fois, un régiment a testé « grandeur nature » l'ensemble des équipements du « para » du XXIe siècle. L'exercice Panthère a validé les matériels et savoir-faire.

 

La 2e compagnie du 8e RPIMa a réalisé hier matin un exercice aéroporté nommé Panthère sur les installations de l'aéroport du Causse. D'un point de vue tactique, il s'agissait de mettre à terre une centaine de parachutistes afin de permettre la saisie de l'aéroport. Mais, l'essentiel n'était pas là : au-delà d'un entraînement tactique, l'objectif de cet exercice était de tester, pour la première en France dans les conditions réelles (!), l'utilisation du nouveau parachute EPC (Ensemble de parachutage du combattant) avec les équipements FELIN (ceux du nouveau combattant). EPC est en effet le nouveau parachute qui va remplacer l'actuel EPI (Ensemble de parachutage individuel) utilisé au « 8 » depuis 1985.

 

48 puis 44 paras largués

 

Pour réaliser cet exercice, fait rare, deux Transall C-160 avaient été mobilisés. L'un a embarqué puis largué 48 « paras », et l'autre 44… tout cela sous le regard vigilant et intransigeant du chef de corps, bien entendu, mais aussi du capitaine Étienne Curie, directeur de séance. « Je suis effectivement chargé de la sécurité des sauts, précise-t-il. D'autant que c'est la toute première fois en France qu'une compagnie entière saute toute équipée, nouvelle voile et nouvel équipement du soldat. Comme dans la réalité. » Et d'ajouter : « Cet EPC, de 74 m2, permet de prendre plus de vent sous la voile, jusqu'à 11 m seconde en opération. 8 m/s pour les entraînements. Orientable, le poser se fait vent dans le dos sans augmenter la vitesse d'arrivée au sol. Cette voile a la particularité d'être très efficace à pleine charge. »

 

Guépard en 2013

 

« D'un point de vue tactique, nous pouvoir en tirer plein d'enseignements, souligne le colonel Eric Chasboeuf. Nous travaillons sur un point clé militaire : saisir et maintenir une plateforme aéroportuaire n'importe où dans le monde. En résumé : ouvrir une porte et la maintenir ouverte. Nous serons donc aussi le premier régiment à prendre l'alerte Guépard avec le nouvel équipement, en mars 2013. Entre-temps, nous allons continuer à travailler et valider les concepts. Aujourd'hui, je vais donc regarder quatre choses : - avant le saut, notamment les délais d'équipement et d'embarquement. - Le déroulement du saut, dont le cadencement des sorties. - L'arrivée au sol : dois-je repenser le mode d'action ? - La mise en action effective. »

 

10'plus tard, le patron du « 8 » avait les yeux plantés dans les cieux : à 300 m du sol, le Transall larguait ses premiers hommes avec leur 35 à 40 kg de matériels sur le devant. « On pourrait descendre à 165 m en opération. L'hôpital des armées de Bordeaux nous a délégué des experts pour nous conseiller sur la préparation physique, qui devait évoluer elle aussi », signale le colonel.

 

Panthère fut visiblement une parfaite réussite. Mais, avant que de sortir les griffes, le « 8 » a encore quelques FELIN à transporter !

 

Le chiffre : 165 kg > sous la voile. La masse totale maximale emportée par l'EPC est supérieure de 35 kg par rapport à l'EPI.

 

A400M : le dossier avance bien

L'A400M est appelé à remplacer les flottes de C-160 Transall, C-130 Hercules et C-17. Il pourra larguer jusqu'à 112 parachutistes en même temps. S'appuyant sur les savoir-faire du « 8 », collectivités, institution (la CCI) et régiment, espèrent pouvoir l'accueillir sur le Causse. « Le dossier avance bien, a confirmé le chef de corps. Un groupe de travail a été constitué à l'initiative de la préfecture ; ce qui est un signe. D'un point de vue technique, il faudrait juste élargir les raquettes pour permettre à l'avion de tourner plus facilement. Pas de soucis pour la longueur de la piste et sa résistance. Il faudra surtout porter la sécurité de niveau IV à V. »

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:35

pilotes-rafale-marine.jpg

 

26/06/2012 Marine Nationale

 

Du 11 au 15 juin 2012, le groupe aérien embarqué (GAE) du porte-avions Charles De Gaulle, a participé à un entraînement avec la 11e Brigade parachutiste dans le sud-ouest de la France.

 

Les manœuvres aéroterrestres «Mojito» ont permis de consolider l’aguerrissement et la cohésion du GAE dans l'ensemble de ses domaines d'emploi et le savoir-faire de l’état-major embarqué dans la planification des actions de projection de puissance.

 

Rafale Marine
Préparation des pilotes

Le scénario : appuyer l’évolution des troupes au sol par des opérations de reconnaissance et d’appui feu. Neuf Rafale Marine, neuf Super Etendard Modernisé et deux Hawkeye ont œuvré sans relâche depuis le porte-avions. Un détachement de liaison d’une quarantaine de militaires de la 11eBP et un détachement de l’armée de l’Air spécialisé en récupération et sauvetage au combat (Resco), étaient embarqués pour l’occasion à bord du Charles De Gaulle. Les RafaleMarine ont assuré des missions de reconnaissance aérienne à l’aide de leurs nacelles nouvelle génération, permettant d’établir la situation tactique terrestre.

 

Hawkeye sur pont d'envol
Hawkeye sur pont d'envol

Une fois les troupes de la 11e BP déployées sur le terrain, les aéronefs du GAE ont principalement mené des missions d’appui aérien rapproché. Selon le même type de procédures et de tactiques employées en Afghanistan, les pilotes étaient guidés par des contrôleurs tactiques au sol qui désignaient des objectifs à traiter pour couvrir les manœuvres terrestres. La phase finale du scénario incluait l’éjection – simulée – de deux pilotes en zone hostile.

« Tous ces "ateliers" ont permis d'entretenir les savoir-faire de chacune des unités impliquées et d'exploiter le retour d'expérience des dernières opérations en Afghanistan et en Libye, explique le commandant du GAE.

 

Hawkeye sur pont denvol
Hawkeye sur pont d'envol

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:35

Leclerc source UsineNouvelle

 

26 Juin 2012 Jean-Dominique Merchet

 

Un entretien avec Charles Maisonneuve, auteur du livre "les Combats de la cavalerie blindée"

 

Charles Maisonneuve vient de publier "les Combats de la cavalerie blindée" (Economica), un livre qui retrace les engagements récents de cette arme dans les opérations extérieures et trace quelques perspectives d'avenir, globalement peu réjouissantes. Ancien journaliste, reconverti dans l'industrie, Charles Maisonneuve, 40 ans, est capitaine (R) et préside l'Association des officiers de réserve de la cavalerie.

 

Moins de 100 chars Leclerc dans l'armée de terre, est-ce un scénario possible ?

C'est en tout cas un risque ! Lors de la dernière réforme en 2008, nous avons franchi une marche, passant de 406 Leclerc (pas tous en ligne) à 250. La prochaine marche pourrait nous faire passer la barre des 100 - 96 exactement. Car la question qui se pose aujourd'hui est celle de la revalorisation des chars les plus anciens, soit 150. Si l'on veut les maintenir à niveau (protection, électronique), cela va couter 1,2 milliards... La tentation est donc de ne conserver que les derniers modèles, la série 21. Ils sont 96. On passerait donc mécaniquement à deux seuls régiments de Leclerc, contre quatre aujourd'hui.

 

Qu'en est-il des blindés moyens, AMX-10RC et ERC Sagaie ?

Là encore, nous arrivons à l'heure des choix. Ces deux engins "médians", les plus employés dans les opérations récentes, ont été péniblement revalorisés ces dernières années. On a rénové la tourelle du 10 RC mais pas son caisson, et la caisson du ERC mais pas sa tourelle... Ils doivent être remplacé, vers la fin de la décennie, par l'EBRC, l'engin blindé de reconnaissance et de combat. Ce sera un engin léger, dans la gamme des 20 tonnes, un 6x6 armé d'un canon de 40 mm. On parle de 300 engins à 3 millions d'euros pièce, soit un programme de l'ordre du milliard d'euros. Si on ne le fait pas, la cavalerie perdra sa compétence dans les blindés médians.

 

Et dans le segment le plus léger, celui des VBL ?

La cavalerie possède la moitié des 1600 Véhicules blindés légers de l'armée de terre, qu'elle utilise pour l'investigation, dans des pelotons conjoints avec les blindés plus lourds. Les VBL devaient être revalorisés en 2012/14 mais ils ne le seront sans doute pas avant 2017/18. Quant à l'avenir, on parle d'un Véhicule blindé d'aide à l'engagement (VBAE), mais là encore, beaucoup d'incertitudes.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:31

Minefi

 

26.06.2012 par P . CHAPLEAU Lignes de défense

 

"Gel". Ni "coupe" ni "annulation"?

 

Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a déclaré ce matin sur BFMTV que "certaines dépenses qui étaient prévues ne s'effectueraient pas dans l'immédiat et se rajouteraient au gel dejà appliqué".

 

"Chaque ministère y contribuera (...) mais en gros, 1 milliard de dépense qui devaient être engagées d'ici à la fin de l'année seront gelées", hormis les ministère jugés prioritaires - Education nationale, Justice et Intérieur -, a-t-il ajouté sans préciser le montant ministère par ministère et dans l'attente des lettres de plafond.

 

Les mesures de gel annoncées par l'ancien gouvernement et touchant la Défense représentaient quelque 570 millions d'euros.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories