Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 06:05

http://www.aviationweek.com/media/images/defense_images/Fighters/Rafale-takeoff-Dassult_Aviation.jpg

 

Jun 8, 2011 By Robert Wall aviation week and space technology

 

Paris - With a new round of Rafale upgrades nearing completion, the French military and defense industry are starting to look at the long-term future of the twin-engine fighter.

 

Although much of the focus is on a potential mid-life upgrade (MLU) that is still several years away, development activities to prepare the technology would have to start significantly sooner. Potential radar cross-section (RCS) improvements are under consideration, as are equipping the fighter with additional radar arrays for greater spherical coverage and adding thrust vector control to the two M88 turbojets. The MLU configuration is not expected to emerge until around 2025.

 

Long-range planning is possible because many of the core capabilities deemed necessary for the domestic user and potential export customers are now nearing the end of development. With the F3-04T standard, which is due for delivery in 2013, the Dassault Aviation Rafale will receive its active, electronically scanned array RBE2 radar, developed by Thales; an improved missile-warning system (the DDM-NG); and upgraded forward-sight optronics. Qualification of those elements is due for completion in mid-2012 with delivery anticipated in 2013, says Stephane Reb, program manager for French defense procurement agency DGA.

 

Another near-term activity is the potential launch of a major upgrade of Rafale’s Damocles laser targeting pod, which would introduce video capability to the system. The effort is slated to be put on contract this year.

 

Damocles uses an infrared sensor, but the French military has also identified a need for a TV channel, which could prove particularly useful in urban operations. That addition would provide a crisper picture to more clearly identify targets. Both IR and TV feeds can be downlinked to ground troops via the Rover system.

 

As a result of the changes, the pod will require a major redesign, Reb says. Because the outer shell of the pod will change slightly, some regression flight testing will be needed.

 

If current plans hold, technology prototypes could be flying next year; the system could be fielded around 2016, depending on funding.

 

The existing processing architecture should allow Rafale to receive needed improvements in the near term without any significant hardware or software changes until the MLU emerges, Reb says. He notes that ideas such as RCS improvement and thrust vector control are just that, ideas. The exact road map “has still to be built.”

 

But that’s not to say that elements such as the radar cross section are not already being considered as design changes are implemented. To support a 9-ton thrust version of the M88 turbojet—sought by potential export customer United Arab Emirates—Rafale’s engine intakes would have to be increased by about 1.5 cm. To help mitigate any negative impact on the fighter’s RCS, some material changes may be made as part of the modification if it goes into production.

 

Many of the modifications would be on the systems side, though. For instance, the side arrays would be used to increase radar coverage. A Thales official notes that, long term, those additions make more sense than fitting the RBE2 active, electronically scanned ar-ay (AESA) radar with a repositioner;· the latter is being considered for the Saab Gripen NG and Eurofighter Typhoon to increase the field of view of their future AESAs.

 

Furthermore, Rafale’s Specter electronic-warfare suite also is set for more iterations. One effort would be to add a single-ship precision emitter geolocation capability to the fighter. And, government and industry officials are saying that the eventual retirement of the Mirage 2000s Astac electronic intelligence pod means Rafale will take on that role.

 

Another improvement being considered for the electronic warfare system involves enhanced jamming techniques. However, the DDM‑NG missile-warning upgrade now being developed for Rafale would support use of a directed infrared countermeasures subsystem.

 

Research and development studies to equip the fighter with satellite communications and software-defined radios are also being considered.

 

A more far out MLU idea involves integrating the ability to control unmanned aircraft into Rafale.

 

Meanwhile, the French navy next month expects to inaugurate its second operational unit, 11F, to be collocated with 12F at Landisvisiau near Brest, France.

 

The move comes as the inventory of single-seat Dassault Aviation Rafale Ms is starting to grow.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 19:00
Saab keeps watch on Indian fighter contest

 

09/06/11 By Craig Hoyle SOURCE:Flight International

 

Saab has not given up hope of winning the Indian air force's medium multi-role combat aircraft (MMRCA) contest, despite having failed to make the service's shortlist when it narrowed the field to two European models early last month.

 

"We were not selected - at least not yet," said Saab chief executive Håkan Buskhe. Attributing New Delhi's "rather surprising decision" to concerns over the developmental status of his company's Gripen NG, he said "what we can do is give them our explanation if we feel they have misjudged something".

 

Speaking in London in late May, Buskhe said: "We have a list of things that they have some questions about, and we have been looking at those."

 

India narrowed its MMRCA contest to the Dassault Rafale and Eurofighter Typhoon, effectively eliminating the Gripen NG, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Lockheed Martin F-16 and RSK MiG-35 from the $10 billion-plus, 126-aircraft deal.

 

But with extended bids from the remaining contenders valid only until late December, Saab has decided to maintain a presence in support of the campaign in India. "We will wait and see," said Buskhe.

 

The Saab official also was part of a business delegation that accompanied Swedish prime minister Fredrik Reinfeldt to Brazil last month. "We have a fair chance to make it," Buskhe said, referring to Saab's campaign to offer the Gripen NG to meet the nation's F-X2 fighter requirement.

 

"We believe we have an extremely strong offer, with the transfer of technology and co-operation with Brazilian industry." The company again faces competition from the Rafale and Super Hornet, with a decision now expected during 2012.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 17:14

http://www.lepoint.fr/images/2011/06/09/tigre-gazelle-330754-jpg_209454.JPG

Les forces de Kadhafi ont tiré des missiles sur les hélicoptères français. © Guillaume Bonnaud / PhotoPQR / Sud Ouest

 

09/06/2011 par Jean Guisnel Le Point.fr

 

Les forces fidèles à Kadhafi ont tiré des missiles Manpads contre des hélicoptères français lors d'une récente mission contre des cibles libyennes. Ni dégât ni blessé ne sont à déplorer.

 

Les hélicoptères français combattent les forces du colonel Kadhafi depuis le 4 juin. Commandant à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle la flotte française au large de la Libye, l'amiral Philippe Coindreau a révélé hier, lors d'une visioconférence avec des journalistes, que les hélicoptères français avaient subi des tirs de missiles sol-air de type Manpads (Man Portable Air Defense System), sans doute des SAM 7 de fabrication russe. Selon nos informations, ces tirs n'ont frappé aucune "voilure tournante", mais ont déclenché des tirs de leurres. Nous saisissons cette occasion pour donner quelques éléments sur la manière dont les opérations se déroulent pour l'Alat (aviation légère de l'armée de terre), fortement mise à contribution ces temps-ci.

 

Nous avions précisé ici la nature des matériels embarqués sur le BPC Tonnerre à la fin du mois dernier. Nous pouvons aussi expliquer dans quelles conditions ces hélicoptères interviennent, toujours à partir du Tonnerre, pour des missions de deux heures, dont trente minutes de route vers la zone des opérations, une heure de patrouille et de combat sur place et une demi-heure pour le retour. Dans une salle de l'état-major du BPC, le PCMO (poste de commandement et de mise en oeuvre) de l'Alat est dirigé par un officier supérieur nommé par le chef de la division aéromobilité du commandement des forces terrestres (Lille), que dirige le général Éric Du Bouëtiez de Kerorguen.

 

Inventaire des moyens

 

Comme c'est le cas pour leurs collègues aviateurs, les pilotes de l'Alat reçoivent la désignation de leurs cibles depuis un centre de commandement de l'Otan et partent dans sa direction en meute. En Libye, comme ce serait le cas n'importe où ailleurs, les hélicoptères français du Gam (groupe aéromobile) agissent en "modules". Les moyens déployés sur le BPC permettent d'en composer deux identiques, avec pour chacun les matériels suivants :

 

- trois SA342 Gazelle Viviane-Hot, équipées de caméras thermiques Viviane et de missiles filoguidés HOT (haut subsonique optiquement téléguidé) de 4 000 mètres de portée ;

 

- une SA341 Gazelle avec canon de 20 mm ;

 

- une SA341 Gazelle avec missiles antiaériens Mistral ;

 

- un EC665 Tigre HAP (appui-protection) équipé de roquettes et d'un canon de 30 mm asservi au casque TopOwl (Thales) du pilote. C'est le regard qui tue : le tireur vise sa cible en la regardant simplement, ce qui oriente automatiquement le canon.

 

- un SA330 Puma IMEX (immediate extraction) pour récupérer des pilotes qui auraient été abattus.

 

Opérations de nuit

 

Si deux modules sont engagés simultanément, une Gazelle supplémentaire de commandement, non armée, peut, le cas échéant, emmener l'officier supérieur dirigeant l'opération.

 

Les opérations se conduisent exclusivement de nuit, pour profiter de la supériorité française en la matière. Tous les pilotes sont équipés de JVN (jumelles de vision nocturne).

 

On précise de bonne source qu'à ce stade les hélicoptères français ont conduit quatre missions contre la Libye, tirant un nombre indéterminé de missiles HOT contre des chars, des véhicules de transport de troupes et des centres de commandement. Les Britanniques de la 16th Air Assault Division embarqués sur le porte-hélicoptères HMS Ocean ont, pour leur part, conduit trois missions, chaque fois avec deux de leurs quatre hélicoptères d'attaque Apache déployés dans la zone.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 12:10

http://www.meretmarine.com/objets/500/33845.jpg

Le TCD Foudre à Toulon le 20 mai, après son retour d'Afrique

crédits : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE

09/06/2011 MER et MARINE

 

Rentré fin mai d'un déploiement de quatre mois au large de l'Afrique de l'ouest, le transport de chalands de débarquement Foudre est entré hier aux bassins Vauban. Cet arrêt technique, qui ne fait pas partie du contrat de maintien en condition opérationnelle (MCO) dont fait habituellement l'objet le bâtiment, devrait durer jusqu'au mois d'août. Mené par la Marine nationale, il consistera en des opérations de maintenance et, très probablement, un bon coup de peinture de la coque, qui en a bien besoin après de longs mois d'opérations en mer.

Cet arrêt technique devrait être l'une des dernières intervention du genre en France pour la Foudre, entrée en service en 1990. Le TCD doit, en effet, être retiré du service actif au moment où le bâtiment de projection et de commandement Dixmude sera opérationnel. Ce dernier, actuellement en achèvement aux chantiers STX France de Saint-Nazaire, doit rejoindre Toulon cet été. La Marine nationale tient, néanmoins, à pouvoir compter sur les capacités de la Foudre en attendant la mise en service du Dixmude, qui devrait intervenir au cours du premier trimestre 2012. En toute logique, la Foudre devrait donc faire ses adieux à la flotte française d'ici l'été 2012. La Marine nationale n'a pas caché son intention de vendre, si possible, ce navire à une marine étrangère. On a, notamment, évoqué en la matière les besoins en bâtiments amphibies du Brésil, de l'Argentine et surtout du Chili. Mais, pour l'heure, rien n'est fait, indique-t-on chez les militaires.



La Foudre à Toulon, la semaine dernière (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)



La Foudre hier, au bassin (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Long de 168 mètres pour un déplacement de 12.000 tonnes en charge, ce TCD, armé par 220 marins, peut embarquer 470 soldats, dont 35 officiers. Dotée d'un radier long de 122 mètres et large de 14.2 mètres, la Foudre peut mettre en oeuvre 8 chalands de transport de matériel (CTM). Elle dispose également de vastes ponts garages pour abriter du fret et des véhicules, dont des chars lourds. Les installations aéronautiques comprennent, quant à elles, un hangar pour quatre hélicoptères et une plateforme avec deux spots, une troisième machine pouvant être déployée depuis le pont couvrant le radier.



La Foudre (© : MARINE NATIONALE)

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 11:15

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/photo/art/default/935314-1109203.jpg?v=1307571922

 

8 Juin 2011 Jean-Dominique Merchet

 

Dans le monde de la défense, le débat fait rage sur l'achat éventuel de drones américains.

 

"Opération Harmattan. Point de situation n°30. La France a réalisé au cours des sept derniers jours plus de 210 sorties, dont 125 sorties d'attaque au sol (Mirage 2000-9 et F-18M)". Voilà ce que vous auriez pu lire chaque semaine sur le site du ministère de la Défense... si les états-majors avaient été entendus, il y a plus de vingt ans. La Marine nationale souhaitait alors acheter des F-18 américains pour remplacer ses Crusaders à bout de souffle et l'Armée de l'air se serait volontiers contenté d'une modernisation du 2000. Le Rafale n'aurait sans doute jamais vu le jour... ou alors plus tardivement encore et dans une version moins polyvalente. Un peu comme l'Eurofighter.

 

La France se trouve aujourd'hui confrontée à un tel choix, avec les drones MALE (Moyenne altitude longue endurance). Les militaires, en particulier l'état-major des armées et l'armée de l'air, souhaitent remplacer le plus rapidement possible le drone Harfang. Ce système intérimaire, entré en service avec plus de quatre ans de retard en 2008, est "totalement dépassé" assure un général. Ses optiques seraient trois fois performantes que celles mises en oeuvre par les drones américains et britanniques Reaper (photo). Le Harfang, une coproduction entre Israel Aircraft Industries et EADS, n'emporte ni armement, ni système électromagnétiques - à cause de la faiblesse de ses capacités électriques. "Il sera en fin de vie en 2012" ajoute une source proche du dossier.  D'autres, moins pessimistes, pensent pouvoir le prolonger jusqu'en 2015.

 

Même s'il rend des services appréciables en Afghanistan, il ne compte que pour 2% des missions de la coalition avec 1700 heures de vol annuels. La France ne possède que quatre Harfang (et trois boules optroniques), ainsi que deux stations sols. Tous ces systèmes sont mis en oeuvre par l'escadron 1/33 Belfort, à Cognac.

 

Les aviateurs et les utilisateurs du renseignement que les drones fournissent aimeraient acquérir vite un drone "intermédiaire" dans l'attente du futur engin franco-britannique Télémos, qui pourrait être livré à partir de 2017.

 

Quoi qu'il en soit, il existe un trou capacitaire d'au minimum deux ans, à condition de mainternir le Harfang jusqu'au bout et de faire très vite pour son successeur européen. Le perte de capacité opérationnelle, pour embêtante qu'elle soit, est peut-être moins grave que celle du savoir-faire des personnels (pilotes, mécaniciens, etc).

 

Pour les militaires, un choix s'impose : acheter de toute urgence quelques Reapers américains (de quatre à huit). L'absence d'un tel engin se fait en effet cruellement sentir en Libye, où l'US Air Force engage ses drones pour désigner les cibles, en particulier les Time sensitive targets, c'est-à-dire les cibles d'opportunité. Un Reaper, avion de la classe des quatre tonnes, pourrait parfaitement être engagé en Libye à partir de la Corse. Les militaires estiment que les Américains (General Atomics) pourraient livrer rapidement ses drones, qui équipent déjà les Britanniques et les Italiens. La formation des équipages et des spécialistes aurait lieu aux Etats-Unis. Si la décision était prise rapidement, les premiers Reapers pourraient entrer en service dans l'armée de l'air courant 2013.

 

Une question se pose toutefois : à quoi serviront-ils alors ? En principe, le retrait d'Afghanistan devrait être sérieusement engagé à cette date. Il ne sera donc pas nécessaire de renforcer la contribution (très modeste) de la France aux capacités drone de la coalition. Quant à la guerre de Libye, il faut espérer qu'elle sera achevée depuis longtemps... Certes, les drones pourraient être utilisés sur d'autres théatres, par exemple le Sahel, même si la couverture satellitaire pose quelques problèmes. Quoi qu'il en soit, au regard du calendrier, les Reapers risquent d'arriver trop tard par rapport aux besoins actuels. On paye là une bonne dizaine d'année d'atermoiements dans ce domaine.

 

Les industriels français redoutent que l'achat d'un drone "intermédiaire" américain asséche les rares crédits disponibles et reportent aux calendes grecques les projets européens, Talarion ou plus probablement Télémos, qui a le mérite d'être moins ambitieux, moins cher et franco-britannique. Le coût du Reaper est estimé à 100 millions d'euros, pour quatre appareils et deux stations sol.

 

On retrouve là la problématique de l'achat des F-18 pour l'aéronavale, à la fin des années 80. Pour les opérationnels, le choix pouvait sembler rationnel, car le Crusader - un appareil des années 60 - devenait obsolète et peu capable de remplir ses missions de défense aérienne. Le choix a pourtant été fait de sacrifier pendant un temps la défense aérienne du groupe aéronaval en attendant l'arrivée du Rafale. Force est de constater que la menace était faible et que la Marine n'a jamais été prise au dépourvu ou contrainte de renoncer à des missions, faute de chasseurs de dernière génération.

 

Deux logiques s'affrontent : celle des militaires qui mènent les guerres d'aujourd'hui et celles des industriels qui entendent conserver, pour eux et donc pour la nation, des capacités de concevoir et de produire des armements sophistiqués. Il est incontestable que les militaires seraient aujourd'hui plus à leur aise s'ils possédaient une petite flotte de drones comparable au Repaer américain. Il est tout aussi vrai que les industriels doivent préserver l'outil industriel sans lequel il n'est pas, à l'avenir, de défense crédible. C'est aux politiques de trancher.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 06:30

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/photo/art/default/935309-1109200.jpg?v=1307553601

 

8 Juin 2011 Jean-Dominique Merchet

 

Au cours d'une rencontre avec les députés UMP, aujourd'hui à l'Elysée, le président de la République a assuré à Guy Teissier, président de la commission de la défense, que "le budget de la défense 2012 serait maintenu" dans l'enveloppe prévue. Par ailleurs, le chef de l'Etat a insisté sur la nécessité et l'urgence d'un regroupement des industries de défense françaises, pour faire face à la fois à la baisse des crédits militaires dans les pays occidentaux et à la montée en puissance industrielle des pays émergents.

 

Le chef de l'Etat pourrait s'exprimer publiquement dans ce sens lors de l'inauguration du Salon aéronautique du Bourget, le 20 juin. Parmi les principaux dossiers figurent l'avenir de Nexter (ex-Giat), le partage des compétences entre Sagem et Thalès, et plus généralement l'avenir de cette dernière entreprise. Les regroupements français pourraient n'être qu'une étape d'un futur mécano industriel européen.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 22:00

http://defesaglobal.files.wordpress.com/2011/06/sam_4438b.jpg

 

June 8, 2011 By VMSB DEFESA Global

 

French company Groupe ECA has trialed its COBRA MK2 multi-mission unmanned ground vehicle during PHOENIX II battlefield demonstration trial held at the Mourmelon military base in France from May 5 to 27, 2011.

 

COBRA MK2 has been developed to carry out reconnaissance and as well as EOD (Explosive Ordnance Disposal) and IED (Improvised Explosive Device) detection & neutralization tasks.

 

COBRA MK2 wheeled system has a weight of 5,6 kg (without the payload), a typical endurance of two or six hours depending the energy set, a maximum working range of up to 130 meters and a top speed of 7,5 km/h.

 

The vehicle is remotely controlled by a command & control terminal which comprises a touch screen tablet or a PDA (Personal Digital Assistant), small joysticks and a microphone & speaker helmet.

 

The mission payload could include a recoilless disruptor, laser pointer & video camera, a 360° video camera, a jamming system or a dropping charge mechanism.

 

Basic fittings include an inertial navigation system, global positioning system, front and rear cameras, odometer, lightings and an acoustic device.

 

As option, COBRA MK2 could be equipped with a tracks kit.

 

Note that the COBRA MK2 vehicle can be linked to Sagem SA FELIN (Fantassin à Équipements et Liaisons INtégrés) soldier system via its SIT ComDé information system (Système d’Information Terminal du Combattant Débarqué). Sagem SA is delivering several FELIN systems to the French Army under orders placed by the DGA.

 

The PHOENIX II contract was awarded by French Ministry of Defence procurement agency DGA (Direction Générale de l’Armement) in October 2009 to,Sagem SA and Thales. The two French companies also worked with Cassidian, MBDA, Nexter Systems, Novadem, Groupe ECA and Aerophile SA.

 

It is used to study evolving front-line combat conditions and scenarios by exploiting the digital battlefield to develop key information capabilities that could be used in French Army (Armée de Terre) SCORPION (Synergie du COntact Renforcé par la Polyvalence et l’InfovalorisatiON) modernization project. The development phase of SCORPION project has been awarded by the DGA to the MARS (Maitrise de l’ARchitecture SCORPION) consortium.

 

MARS comprise French companies Sagem SA, Thales and Nexter Systems.

 


 


 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:20

http://www.lepoint.fr/images/2011/06/08/drone-mq-reaper-329835-jpg_208625.JPG

 

08/06/2011 par Jean Guisnel Le Point.fr

 

En présentant son projet de drone Telemos, Dassault et BAE veulent torpiller l'achat par Paris du MQ-9 Reaper.

 

Dans leur vigoureuse offensive pour contrer l'achat de drones américains MQ-9 Reaper pour les armées françaises, négocié depuis 2009 avec Washington par la Direction générale pour l'armement (entre autres options), les industriels français Dassault Aviation et britannique BAE Systems ont procédé, ce mardi 8 juin, au déclenchement de la contre-attaque d'avant-salon du Bourget. Associés dans un projet de drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) jusqu'alors connu sous le nom de Mantis, les deux industriels ont révélé que le projet s'appellerait désormais le Telemos. Quoi d'autre ? Eh bien...

 

Éric Trappier, directeur général international de Dassault Aviation, a expliqué que l'équipe industrielle "garanti(ssait) de préserver les technologies de souveraineté que les investissements de nos deux pays ont permis de développer". "Il ne manque plus qu'une décision politique pour faire de cette dynamique le premier résultat concret du traité franco-britannique de coopération en matière de défense." Les esthètes apprécieront la concordance parfaite entre cette déclaration et celle faite la veille par le ministre de la Défense Gérard Longuet, qui avait déclaré : "Il faut aller plus loin avec de nouveaux drones. Il faut définir nos besoins dans le cadre des études d'évaluation en cours dans le cadre du traité de coopération franco-britannique." Et Longuet de compléter : "Je souhaite accélérer les travaux avec nos amis britanniques. Le choix de la solution pérenne est notre première priorité."

 

Partage des coûts


Rappelons que BAE a lancé son démonstrateur Mantis en 2007, le premier vol intervenant en 2009, et que les drones sont mentionnés dans la déclaration franco-britannique sur la coopération de défense et de sécurité du 2 novembre 2010. Nicolas Sarkozy et David Cameron avaient alors promis de "travailler ensemble sur la prochaine génération de drones de surveillance moyenne altitude et longue endurance. "Cette coopération permettra de partager les coûts de développement, de soutien et de formation, et de faire en sorte que nos forces soient interopérables. Nous lancerons en 2011 une phase d'évaluation concurrentielle financée conjointement, dans la perspective de développer de nouveaux équipements entre 2015 et 2020."

 

Les ministères français et britannique ont lancé un appel d'offres pour un programme à un milliard d'euros. C'est dans ce cadre que Dassault/BAE proposent le Telemos, quand EADS présente un modèle concurrent, le Talarion. Aucun de ces appareils ne saurait être opérationnel, dans le meilleur des cas, avant une dizaine d'années. Le principal avantage mis en avant par les industriels européens concerne l'autonomie opérationnelle de leurs solutions, en sous-entendant que les Américains vendraient le Reaper avec l'obligation de se servir de leurs moyens de communication satellitaire, ce qui semble exact, mais aussi celle d'installer les cabines de pilotage sur des bases américaines dédiées, ce qui relève de la contre-vérité.

 

Dassault et Thales proposent des drones israéliens


À tel point que les Français envisagent, le cas échéant, de piloter ces drones depuis des navires... Deux choses sont certaines : les besoins français sont extrêmement urgents et le prix d'un "système" Reaper (quatre avions plus une station de pilotage) se situe, avant négociations, autour de 100 millions de dollars (69 millions d'euros). Chaque avion supplémentaire serait proposé à 10 millions de dollars. Cette fois, la compétition est entrée dans une phase active.

Pour être complet, on rappellera que Dassault propose, s'il faut acheter des drones en urgence, le modèle Heron TP israélien, sur lequel Thales adapterait des équipements français. EADS fait également une offre, consistant cette fois à acquérir de nouveaux exemplaires du Harfang, également conçu sur une base israélienne. Problème : aucun de ces drones ne peut emporter d'armement, alors que les armées françaises ont fait depuis le début le choix de cette option.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 12:00

 

08/06/2011 MER et MARINE

 

Les jeunes pilotes du groupe aérien embarqué sont contraints d'attendre pour faire leurs armes sur le Charles de Gaulle. En mai, les nouvelles recrues de l'aéronautique navale française, qui ont terminé leur formation aux Etats-Unis, devaient se qualifier aux appontages et catapultages sur le porte-avions de la Marine nationale. Mais celui-ci est mobilisé, depuis près de trois mois, au large de la Libye, où Rafale, Super Etendard Modernisés (SEM) et Hawkeye interviennent quotidiennement contre les forces du colonel Kadhafi.


Du coup, 24 pilotes attendent à Landivisiau de pouvoir se qualifier sur le porte-avions français. A l'état-major de la Marine nationale, on espère que la campagne de qualification, qui nécessite de disposer du porte-avions pendant plusieurs semaines, pourra se dérouler en septembre ou octobre. « Nous espérons que ce sera possible d'ici l'automne. Après, cela deviendra compliqué », explique-t-on Rue Royale.


Rafale sur le Charles de Gaulle (© : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF DE KAGNAC)

Renouveler le vivier

L'arrivée des jeunes pilotes formés aux Etats-Unis est en effet nécessaire pour renouveler le vivier de l'aéronautique navale, qui fonctionne comme d'autres secteurs à flux tendus. « Nous sommes organisés pour pouvoir durer et nous pouvons rester encore des mois au large de la Libye, d'autant qu'il est possible de faire des escales à proximité. C'est un marathon et notre limite est humaine car, en opérations, les gens fatiguent, ce qui est normal. De plus, pendant les opérations, notre système de progression individuelle et de formation continue ne fonctionne plus. Par exemple, les sous-chefs de patrouille, qui devaient devenir chefs de patrouille au printemps lors de la campagne prévue au large de Toulon, ne l'ont pas été. Et, dans le même temps, les anciens s'en vont. Il faut donc régénérer le système via le flux de formation ».


Hawkeye sur le Charles de Gaulle (© : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF DE KAGNAC)

Coopération franco-britannique

A l'instar des indisponibilités techniques du Charles de Gaulle, la nécessité de mobiliser le bâtiment pour les besoins opérationnels pose une nouvelle fois la problématique du porte-avions unique, qui ne permet pas de disposer en permanence de cet outil stratégique, ni d'assurer grâce à une seconde plateforme la formation des pilotes. C'est l'an prochain que le président de la République doit décider de lancer, ou non, la construction d'un second porte-avions (PA2). Mais en hauts lieux, on n'y croit plus guère : « Il ne faut pas rêver, il n'y a pas d'argent dans les caisses ». L'Etat-major de la marine mise donc sur les nouveaux accords de défense franco-britanniques pour combler ces lacunes, du moins celle de la formation. L'idée est, en effet, de profiter du nouveau porte-avions à catapultes de la Royal Navy, dont la mise en service est attendue en 2018, pour mettre en place des campagnes communes de formation. La configuration du bâtiment britannique permettra, en effet, de pouvoir y déployer des Rafale et Hawkeye, alors que le Charles de Gaulle devrait être en mesure d'accueillir des F-35 C. Les Britanniques auront, de plus, besoin du savoir-faire français pour maîtriser de nouveau la mise en oeuvre d'un porte-avions à catapultes, configuration qu'ils ont abandonné dans les années 70. Cet apprentissage prendra des années mais, au contact des Français, sera sans doute retrouvé plus facilement.


PA2 ou partage de plateformes avec la Royal Navy : Dans les deux cas, il faudra néanmoins attendre au mieux jusqu'en 2018 pour disposer d'une alternative, au moins au niveau de la formation des pilotes. Et, d'ici là, les marins français devront continuer de faire avec les moyens du bord.


Pilote de SEM (© : MARINE NATIONALE)

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 11:30

 

7 juin 2011 Emilie Zapalski localtis.info

 

Eviter le saupoudrage des outils au niveau de la France et définir une véritable stratégie industrielle au niveau européen. Ce sont les principales propositions du rapport d'information sur l'industrie de la commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale, déposé le 1er juin 2011.

 

Après le Sénat il y a deux mois, c'est au tour de la commission des affaires européennes de l'Assemblée de s'intéresser à l'avenir de l'industrie française. Les députés Jacques Myard (Yvelines) et Jérôme Lambert (Charente), déjà auteurs d'un rapport sur le sujet en 2007, font le même constat que tout le monde, celui d'un recul assez net de l'industrie française. "La contribution de l'industrie à la valeur ajoutée est passée en France de 22% en 1998 à 16% en 2009, contre 22,4% pour la zone euro et 30% pour l'Allemagne, signale ainsi leur rapport présenté le 1er juin. De 1980 à 2007, l'industrie française est passée de 5,3 à 2 millions d'emplois. Fin 2000, la France comptait encore 4,4 millions d'emplois industriels." Autre constat : la part de l'industrie dans l'investissement en France a diminué, passant de 33,8% en 1999 à 19% en 2009. Et les deux députés de souligner les faiblesses de la France en la matière : l'insuffisance de la recherche, un investissement dans l'enseignement supérieur encore trop faible et une mauvaise performance en matière d'innovation. Si les deux députés ont pu lister les nombreux outils qui existent pour soutenir l'industrie et favoriser l'innovation, au premier rang desquels le crédit impôt recherche, la jeune entreprise innovante, le Fonds stratégique d'investissement (FSI) ou encore Oséo, ils n'ont pas manqué de souligner le "sentiment d'un émiettement, et d'une mauvaise coordination entre tous les acteurs". "Face à ce saupoudrage, il serait nécessaire de redéfinir le rôle de chacun et de définir une stratégie industrielle avec un cadre stable, notamment en matière fiscale", a ainsi précisé Jacques Myard, lors de la présentation de son rapport. Il propose de créer pour cela un véritable ministère de l'Industrie, distinct de celui des Finances, et un conseil stratégique de l'avenir industriel, "lieu de synergie", permettant de définir les axes prioritaires de recherche et d'innovation industrielle.

 

Le "tout-concurrence" de l'Europe

 

Les députés ont également fait des propositions au niveau européen. Pour eux, non seulement le principe du "tout-concurrence" développé par l'Europe est un véritable handicap pour le développement de l'industrie dans les Etats membres, mais en plus, "il n'y a pas de conception de politique industrielle au niveau européen comme il en existe en Corée ou en Chine, tout est ramené à l'environnement des entreprises", a souligné Jacques Myard, critiquant fortement le poids de la DG Concurrence. "Nous souhaitons une prise de conscience au niveau européen pour faire entrer la notion de politique industrielle", a-t-il affirmé. Une position à laquelle a adhéré le président de la commission des affaires européennes. "Il faut une impulsion politique en matière industrielle. Laisser des décisions uniquement sur un plan juridique est dangereux, a ainsi commenté Pierre Lequiller lors de la discussion en commission, l'Europe va dans le mur si elle ne réagit pas à la politique menée par les pays concurrents." Et parmi les propositions du rapport : modifier le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, de façon à mettre en place des règles de réciprocité dans l'accès aux marchés, instaurer une clause d'alignement permettant d'autoriser des aides plus importantes lorsqu'il est établi qu'un pays concurrent direct non européen obtient davantage de financement ou encore demander au Conseil européen de donner des directives à la Commission pour que les décisions de la DG Concurrence prennent en compte la défense de l'industrie européenne.

 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 11:15

 

8 Juin 2011 Jean-Dominique Merchet

 

Le projet de drone MALE (moyenne altitude longue endurance) franco-britannique sera baptisé Telémos, du nom d'un cyclope capable de prévoir l'avenir.

 

Telémos est un développement du drone britannique Mantis, qui vole déja (photo). Il s'agit d'un projet commun 50/50 Dassault-Aviation et BAe, l'entreprise britannique étant maître d'oeuvre. Un accord avait été signé entre les deux partenaires en mars dernier, comme nous le rapportions à l'époque. Côté français, Thalès pourrait fournir des équipements et systèmes embarqués.

 

Il s'agit d'un engin lourd, de la gamme des huit tonnes (le double du Reaper américain), capable d'embarquer des systèmes optiques, électromagnétiques et des armements.

 

Le lancement de Telémos est conditionné à une décision politique, tant à Londres qu'à Paris. Mais il y a urgence, en France notamment, pour remplacer l'actuel Harfang. Les militaires plaident pour l'achat sur étagères de drone américain Reaper, sans pour l'instant avoir convaincu les politiques. Les industriels sont vent debout contre cette acquisition estimant qu'elle aspirera les (rares) crédits disponibles pour les drones.

 

Si le feu vert est donné cette année, les industriels assurent que les premières livraisons auront lieu dans cinq à six ans, c'est-à-dire vers 2017 et que l'ensemble du programme sera opérationnel avant la fin de la décennie. Le cout total est estimé à un milliard d'euros, à partager entre les deux pays. Soit des investissements de l'ordre de 60 millions d'euros par an jusqu'à la fin de la décennie. De quoi assurer l'existence d'une filière drone en Europe, de manière indépendante des Etats-Unis.

 

Ce projet s'inscrit dans le cadre de l'accord de défense entre la France et le Royaume-Uni en novembre dernier. Mardi, lors des rencontres parlementaires sur la Défense, le ministre de la Défense Gérard Longuet a vanté la coopération transmanche, renforcée par la guerre de Libye. "Il est plus facile de travailler avec les Britanniques qu'avec les Allemands" a-t-il reconnu de manière franche. Le projet, très ambitieux, d'un drone franco-germano-espagnol Talarion (Eads) semble définitivement encalminé, du fait de son prix trop élevé.

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 06:25

http://www.bruxelles2.eu/wp-content/uploads/2011/06/ExplosionNucl%C3%A9aireMururoa@CEA.jpg

 

7 juin 2011 par Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2, analyse)

 

Après les grandes effusions du renouvellement de l’amitié franco-britannique, on entre dans le détail des projets. La coopération dans le domaine du nucléaire est un des domaines les plus sensibles qu’il soit, à la fois en termes opérationnels (confidentialité des tests) comme de responsabilité (que faire des déchets ? que se passe-t-il en cas d’accident ?…) et d’espérance d’économies. Un traité spécifique – comprenant une vingtaine d’articles – qui répond à toutes ces questions, est en passe d’être ratifié. Le parlement français a, de son coté, approuvé cette ratification (la loi est parue au JO du 28 mai dernier) et examiné certaines des questions les plus litigieuses.

 

Deux projets


Le programme prévoit deux projets : la construction et l’exploitation conjointe d’une installation radiographique et hydrodynamique dénommée ÉPURE, construite sur le site de Valduc de la direction des applications militaires du CEA (CEA-DAM), et un programme commun de technologies radiographiques et diagnostiques dans une installation commune dénommée « Centre de développement technologique TEUTATES ».

 

L’installation EPURE


Les expériences réalisées sont des expériences de simulation. Une épreuve devenue primordiale pour les pays signataires du traité d’interdiction des essais nucléaires (TICE) qui « ne peuvent plus vérifier l’efficacité d’un mécanisme nouveau par un essai réel (et) doivent désormais se contenter d’une validation par la simulation ».

EPURE sera constituée à terme par « une plate-forme d’expérience (dite pas de tir) autour de laquelle se trouveront trois machines radiographiques ainsi que par un deuxième pas de tir associé à des moyens de mesure plus légers que le premier et qui permettra de réaliser des expériences de physique des matériaux ».

 

La première machine radiographique proviendra de l’accélérateur à induction de radiographie pour l’imagerie X (AIRIX) du site de Moronvilliers. Une seconde machine radiographique sera construite par le Royaume-Uni, d’ici 2019 ; et une troisième machine construite en commun par la France et le Royaume-Uni d’ici 2022.

 

L’intérêt ne réside pas que dans l’économie de moyens, comme le précise le rapport de l’Assemblée nationale. « Alors qu’il n’y a qu’une machine radiographique dans AIRIX, il y en aura trois dans ÉPURE, ce qui permettra d’effectuer des radiographies sous trois axes de vue différents. Il sera donc possible, si l’on effectue les radiographies en même temps, d’obtenir une vue tridimensionnelle et interne de l’objet expérimenté ou, si l’on effectue les radiographies à des temps différents, de suivre l’évolution temporelle. »

 

Outre les deux plates-formes de tir et les machines radiographiques, qui correspondent à la partie commune de l’installation, ÉPURE comprendra des locaux propres à chaque pays où les équipes pourront, « en toute souveraineté, préparer les dispositifs expérimentaux et les placer dans des cuves étanches qui assurent un confinement total des produits de l’expérience ». Ces locaux propres incluent également « des espaces de bureaux et des systèmes d’acquisition des mesures réalisées pendant les expériences ».

 

Un laboratoire commun


Un programme commun de technologies radiographiques et diagnostiques dans une installation commune dénommée « Centre de développement technologique TEUTATES. Cette installation (dite « TDC ») sera construite au Royaume-Uni sur le site de l’Atomic Weapons Establishment d’Aldermaston. TDC sera constitué d’un laboratoire et de locaux de bureaux associés. Des chercheurs français et britanniques y travailleront, l’objectif de l’AWE et du CEA étant d’y rassembler les équipes et d’y constituer une équipe de recherche- développement de niveau mondial. TDC doit être mis en service d’ici 2014. L’installation abritera entre 2015 et 2017 la machine radiographique de conception britannique qui constituera, à partir de 2017, le second axe de visée radiographique d’ÉPURE. Par la suite, la machine radiographique franco- britannique y sera élaborée.

 

Economies à la clé : 450 millions sur la période

 

La réalisation d’infrastructures communes devrait permettre – selon l’étude d’impact – un partage des coûts et une économie de 450 millions d’euros pour chaque pays sur la période : 200 millions d’euros pour la période 2015-2020, de 200 à 250 millions pour la période après 2020. Pour mémoire, le maintien d’une capacité nucléaire militaire représente un « effort annuel de l’ordre de 3 milliards d’euros pour le Royaume-Uni et de près de 3,5 milliards d’euros pour la France ». NB : L’économie réalisée est donc relativement faible, ramenée par an, de l’ordre de 40 millions d’euros annuel, dans la phase de montée en puissance, beaucoup moins ensuite.

 

La France prend en charge les coûts de la phase 1 de l’installation ÉPURE, le Royaume-Uni ceux de l’installation TDC. À partir du 1er janvier 2015, les parties partagent à parts égales les coûts et les bénéfices résultant de leur participation au programme commun, y compris tous les coûts administratifs et indirects associés, à l’exception des travaux entrepris exclusivement dans le cadre de programmes nationaux.

 

Un cycle de vie au long cours


Le cycle de vie total, y compris la conception, la construction, l’exploitation, l’arrêt définitif et le démantèlement, des installations ÉPURE et TDC est de 50 ans, qui se décompose en trois phases : 10 ans de construction, 25 à 30 ans d’exploitation et 10 ans de déconstruction. Le démantèlement de l’installation est donc prévu entre 2065 et 2081.

Précisons que les entreprises françaises et britanniques et européennes bénéficient « des mêmes possibilités de soumissionner à tous les contrats liés à l’installation TDC ou à la Phase 2 de l’installation ÉPURE ».

 

Le respect de la confidentialité

 

Bien que les installations soient communes à la France et au Royaume-Uni, le traité assure l’indépendance des expériences réalisées par chacune des deux parties. Le Royaume-Uni n’aura pas accès aux travaux réalisés par la France et inversement. La configuration des bâtiments permettra d’assurer cette indépendance. Ainsi, « le hall d’assemblage français ne sera accessible qu’au personnel français ». Et vice-versa.

Si les autorités de sûreté française et britannique pourront inspecter conjointement, pour les installations situées en France, les locaux du Royaume-Uni afin de s’assurer qu’ils sont conformes aux exigences de sûreté, l’autorité de sûreté française n’aura accès à aucune information sur les édifices expérimentaux britanniques ». Et les personnels britanniques « n’auront pas accès aux autres installations du site de Valduc ». L’ÉPURE sera « située dans un espace spécifique, séparé par une clôture réglementaire du reste du centre du CEA ». L’accès à ÉPURE ne donnera accès pour les Britanniques qu’à la cantine du centre et au centre médical.

 

Pas de partage d’informations


Les modalités de validation et les procédés de tests pourraient être échangés entre la France et le Royaume-Uni sans que les deux pays aient besoin de communiquer des informations liées à la technologie nucléaire. Il s’agirait bien « de discussions portant sur des protocoles scientifiques et sur une démarche plus que sur une technologie. » En revanche, à plus long terme, rien n’interdit « un partage d’expériences de physique fondamentale ». Un partage qui « n’est pas identifié à l’heure actuelle » précise le rapporteur de l’Assemblée nationale.

 

Des tests avec des matériaux de substitution


La plupart des expériences utiliseront des matériaux de substitution au plutonium (comme le tantale, le plomb ou l’uranium appauvri). Dans les quelques cas où les matières nucléaires seront utilisées, « il s’agira d’expériences sous-critiques où les quantités de matière fissile qui seront utilisées seront très basses afin de garantir qu’il n’y aura aucun dégagement d’énergie nucléaire. Aucune arme nucléaire ne sera jamais testée au sein d’ÉPURE ou de TDC. (…) Il n’y aura pas de reproduction contrôlée d’explosions nucléaires. »


Responsabilité pour les dommages nucléaires


La responsabilité civile pour des dommages nucléaires résultant d’opérations menées dans l’installation ÉPURE relève du CEA en sa qualité d’exploitant nucléaire. Cependant, le CEA dispose d’un droit de recours à l’encontre du Royaume-Uni si l’incident ou le dommage est imputable à une négligence ou à une violation des obligations légales, des règlements ou des procédures par le personnel du Royaume-Uni.

 

Déchets


Les déchets provenant des essais et expériences demeurent la propriété et la responsabilité du pays d’origine. Les déchets provenant des essais réalisés par le Royaume-Uni dans l’installation ÉPURE lui sont restitués après traitement et conditionnement. Et la réciproques est vraie, pour les déchets provenant des opérations françaises dans l’installation TDC qui « sont restitués » à la France.

En général, il s’agira « très majoritairement de mélanges entre les résidus de la détonation de l’explosif (produits à base de carbone, d’azote d’oxygène et d’hydrogène) et les matériaux de substitution (plomb, tantale, acier). Il ne s’agira pas de déchets nucléaires ». Tous ces matériaux seront « confinés dans les cuves expérimentales qui seront nettoyées et les déchets seront évacués comme des déchets ordinaires ». Pour les quelques expériences où l’on utilisera des matières nucléaires, « celles-ci seront extraites dans une partie spécifique de l’installation ÉPURE et les cuves pourront être évacuées dans une dépose existante. Une installation de traitement des déchets sera mise en place à partir de 2022. »

 

Autres cas de responsabilité


« En cas de dommage causé à des biens ou de blessure ou de décès résultant d’un acte ou d’une omission volontaire ou d’une négligence grave » commis par l’une des parties, son personnel ou ses agents, cette partie est « pleinement responsable de la satisfaction ou du traitement du toute demande d’indemnisation ».

Dans les autres cas, la responsabilité en cas de blessure ou de dommage causé à des biens résultant d’ « opérations britanniques menées par le personnel britannique soit dans la zone du Royaume-Uni, soit dans les zones communes de l’installation ÉPURE ou dans l’installation TDC », relève du Royaume-Uni exclusivement. Et vice-versa pour la partie française.

 

Télécharger le rapport dans la section « Docs de B2 »

Partager cet article

Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:45

http://www.salon-du-bourget.fr/images/logo-salon-bourget_fr.jpg

 

07/06/2011 par Adrien Prévost AEROCONTACT

 

 

Voici un aperçu des appareils présentés sur le statique ou lors des présentations en vol du prochain Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace du Bourget qui ouvrira ses portes du 20 au 26 juin prochain.

Cette liste n'est pas exhaustive et sera régulièrement mise à jour suivant les informations communiquées par l'organisateur (SIAE) ou les exposants.


AVIATION CIVILE

Premières participations

• Les 747-8I (livrée Sunrise) et 747-8F de Boeing
• Le 787-8 Dreamliner de Boeing (ZA001)
• ATR72-600 d’ATR
• Do228 NG de RUAG
• Eurocopter X3 et EC-145T2 (avec fenestron)
• An-158 d'Antonov
• SOLAR IMPULSE

Les deux 747 de nouvelle génération de Boeing seront présentés pour la première fois lors d’un salon européen et seront sans doute cette année la principale grande nouveauté du Bourget. Le Dreamliner et l’ATR72-600 seront quant à eux présentés pour la première fois lors d'un salon français.

Il semble pour l'instant qu'aucun appareil de l'avionneur brésilien Embraer ne sera présent lors du salon.

Avions de ligne
• Airbus A380 + A3??
• Boeing 737-700 (Air Berlin, avec nouvelle cabine Sky Interior) et 777-200LR (aux couleurs de Qatar Airways)
• ATR72-500 d’ATR
• Superjet 100 de Sukhoi
• Q400 et CRJ-700 de Bombardier

Avions d’Affaires
• Challenger 605, Global 5000 et Learjet 60 de Bombardier
• Falcon 2000, 900 et 7X de Dassault Aviation
• Falcon 50 (équipé d'un pod caméra) de la compagnie Aerovision (groupe Jet Services)

Hélicoptères civils
EC135, EC145T2, EC175, EC225, AS 350 d'Eurocopter
AW139, AW149, AW159 et Grand New d'Agusta Westland
Bell 407 et 412 (Textron)
S-92 d'UTC


AVIATION MILITAIRE

Premières participations

• L'A400M d’Airbus Military
• JF-17 Thunder de Pakistan Aeronautical Complex



L’A400M est un avion de transport stratégique qui est actuellement en phase de test et dont la première livraison doit être effectuée début 2013. C’est l’armée de l’Air française qui doit recevoir en premier l’appareil. Airbus Military totalise 174 commandes pour huit nations. La première présentation publique de l’A400M a eu lieu lors du salon de Farnborough 2010, le salon du Bourget sera sa première présentation publique en France.

Le JF-17 Thunder, produit en coopération (Joint Fighter) par le Pakistan et la Chine. Il est entré en service au Pakistan le 18 février 2010 avec la formation de l’escadron « Black Spider ». Cet avion multi-rôles et monomoteur doit équiper la Pakistani Air Force massivement, 150 chasseurs commandés. Il a été présenté en Europe pour la première fois au salon de Farnborough 2010 et ce sera donc sa première apparition en France.

Nous remarquons l’absence notable de la Russie qui n’enverra aucun avion militaire bien que dans un premier temps le Su-30 fut annoncé.

La liste de drones n’a pas été communiquée seul le Camcopter S100 de SCHIEBEL a été annoncé.


Avions de chasse
• Rafale B (Biplace), C (Monoplace) et M (Marine) de Dassault Aviation
• Mirage 2000B de Dassault Aviation
• Eurofighter Typhoon présenté par Finmeccanica (Italie)
• F-15E (McDonnell Douglas puis Boeing) présenté par le Department of Defense
• F-16C (General Dynamics puis Lockheed Martin) présenté par le Department of Defense

Avions de transport ou de mission dédiée
• C-5 GALAXY de Lockheed (surement dans sa version modernisée C-5M)
• C-17 Globemaster III de Boeing
• C-130J Super Hercules de Lockheed
• C-27J Spartan d’Alenia Aeronautica et Lockheed Martin
• C-295 d’EADS Casa possibilité de voir un modèle avec une antenne AEW factice
• AWACS E-3F Sentry de l’armée de l’Air française
• ATR42MP présenté par Finmeccanica

Hélicoptères
• EC-665 Tigre d’Eurocopter
• Panther d’Eurocopter
• AH-1Z Super Cobra/Viper de Bell
• CH-47 Chinook de Boeing
• UH-1Y Venom/Super Huey de Bell
• NH90 (NHI) et NH90 Caïman
• S70i Black Hawk d'UTC

Avions d’entraînement
• ALPHA JET (Patrouille de France)
• M-311 d’Alenia Aermacchi
• M-346 d’Alenia Aermacchi
• T-6C Texan II

Les historiques
• Max Holste MH.1521 Broussard
• Fouga Magister
• Breguet XIV
• MD 312 Flammant de Dassault
• MS.760 Paris de Morane-Saulnier
• DHC1 Chipmunk de De Havilland Canada
• Sea Fury FB MK XI de Hawker
• Sea Fire MK XVII de Supermarine

Pour plus d'informations sur le Salon du Bourget 2011, visitez le site Internet officiel :
http://www.salon-du-bourget.fr/fr

Partager cet article

Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:35

http://defesaglobal.files.wordpress.com/2011/06/sam_4352b.jpg

 

Jun 07, 2011 By VMSB DEFESA Global

 

French company Sagem SA (of SAFRAN group) has integrated its “Kit Vision Proximale” external observation system on a French Army (Armée de Terre) VAB (Véhicule de l’Avant Blindé) wheeled armoured vehicle.

 

The vehicle called Integrated-VAB is equipped with six high definition color cameras and two compact ruggedized displays for command and control tasks and as well as connection cables and mounting components. The suite can be installed in any type of armoured vehicles.

 

It can detect movements at up to 400 meters and identify them at a distance at up to 100 meters. The system detects any movement around the vehicle assuring a safe to the troops when leaving the vehicle. The system can be used as well for driving assistance, reconnaissance tasks and as well to support command decisions.

 

The solution includes interfaces for integration with Nexter Systems SIT V1 (Système d’Information Terminal) tactical information system installed in Leclerc, upgraded AMX-10RC, VBCI, Aravis VBHP, VBL and VB2L armoured vehicles, remotely controlled weapon systems or sighting systems.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:30

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/photo/art/grande/935284-1109160.jpg?ibox

 

7 Juin 2011 Jean-Dominique Merchet

 

Changement de cap à l'état-major des armées. Longtemps hostile à ce que les drones MALE puissent être armés, l'EMA a récemment changé son fusil d'épaule. Quelque soit la décision prise sur l'achat éventuel des Repaers américains, le futur programme franco-britannique dérivé du Mantis (dont le nouveau nom sera dévoilé demain) devra pouvoir tirer des munitions, comme le font les engins mis en oeuvre par l'US Air Force.

 

Les drones sortiraient ainsi de leur seul mission de reconnaissance et surveillance pour devenir des plates-formes de tir d'armes guidées (bombes ou missiles).

 

L'armée de terre souhaite elle aussi pouvoir faire de même avec ses drones tactiques.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 16:40

http://www.ouest-france.fr/photos/2011/04/30/110430164942643_13_000_apx_470_.jpg

photo Ouest-France

 

06.06.2011 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Tout savoir sur le Dixmude. Initiées par le capitaine de vaisseau Jean-Michel Vollette, commandant la Marine à Nantes Saint-Nazaire et délégué militaire départemental, les rencontres Marine de Loire-Atlantique s'articulent autour de sujets d'actualité.

La dernière de la saison s'annonce aussi passionnante qu'instructive. Avec pour sujet le Bâtiment de projection et de commandement Dixmude (le 3e de la série), construit à la DCNS à Indret et à STX France à Saint-Nazaire. Le capitaine de vaisseau Guillaume Goutay, commandant le Dixmude et ses 177 membres d'équipage, ainsi que le médecin en chef Yann Briand, ancien médecin sur le Mistral pendant trois ans et médecin-major du Dixmude, raconteront l'histoire des bâtiments de projection et de commandement nouvelle génération. De leur conception à leur emploi. Après avoir effectué sa première sortie en mer du 26 au 30 avril, le Dixmude quittera définitivement Saint-Nazaire l'été prochain, pour rejoindre Toulon, son port d'attache.

 

Mercredi 8 juin, 9e rencontre Marine à partir de 18 h 30, salle Cadou, maison des associations Agora, 2 bis, rue Albert-de-Mun, 44600 Saint-Nazaire. Entrée libre et gratuite.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 16:30

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/divers-materiels/nsrs/14/1098718-1-fre-FR/14.jpg

 

06/06/2011 par EV Grégoire Chaumeil MARINE NATIONALE

 

Un sous-marin pour sauver des sous-mariniers. Un exercice d’évacuation et de sauvetage de sous-marins en détresse débute aujourd’hui, 30 mai 2011, au large des côtes espagnoles. Jusqu’au 10 juin, la Marine participera à cette manœuvre de l’Otan en mettant en œuvre un submersible capable de plonger à 600 mètres de profondeur pour évacuer l’équipage en difficulté. Les rescapés qui peuvent être soumis aux pathologies liés aux variations de pression sont ensuite transférés dans un complexe hyperbare avec ses équipements de décompression.

 

Ce système de sauvetage complet, le Nato Submarine Rescue System  (NSRS)  a été développé par la France, le Royaume-Uni et la Norvège depuis 2003 et est désormais susceptible d'intervenir en tout temps et en tout lieu. C'est son premier exercice depuis son admission au service actif définitif prononcé en mars dernier. L'équipe française du NSRS est renforcée par des spécialistes du Shom embarqués sur le bateau hydrographique Pourquoi pas ? et chargés de la localisation du sous-marin. Enfin, les moyens du Cephismer permettent d'évaluer les dommages et d'assurer la ventilation à l'intérieur du sous-marin en attendant les secours. Pendant ces deux semaines, des systèmes de sauvetage italiens, russes et américains viendront également en aide à quatre sous-marins posés sur le fond. Avec l'action coordonnée, de tous ces moyens, «Bold Monach», le nom de l'exercice, entend développer la coopération internationale.

 

Près de 2 000 personnes originaires d'une vingtaine de pays, civils et militaires, médecins et plongeurs, scientifiques et observateurs internationaux, prennent part aux opérations de sauvetage grandeur nature. Avec, cette année, la participation inédite d'un sous-marin russe, l'Alrosa, opérationnel au sein de la Flotte de la mer Noire. En 2008, un appareil de sauvetage russe s'était arrimé pour la première fois à un sous-marin de l'Otan.

 

Un siècle après les premiers sous-marins, la communauté internationale est capable d'assurer le sauvetage d'un équipage de submersible. L'accident du Kursk en 2000 a accéléré l'échange entre les nations pour la permanence des moyens de sauvetage sur toutes les mers.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 12:05
Le contrat des BPC Mistral russes sera signé dans une forme incomplète

 

6 juin 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le contrat franco-russe prévoyant la livraison de 4 BPC Mistral sera signé avant le 21 juin, mais dans une forme incomplète, indique une source industrielle russe.

 

Le document fera référence à des protocoles additionnels pour les points toujours en discution.

 

Le contrat prévoira la livraison à la Russie de 2 BPC Mistral, construits en France, et la construction en Russie en 2 autres porte-hélicoptères du même type.

 

Les bâtiments seront vendus avec le système de données tactiques Senit-9, que la France ne voulait au départ pour installer sur les Mistral exportés. Cependant, la version installée sur les BPC russes ne sera qu’une version de base, incomplète par rapport à la version installée sur les bâtiments français.

 

Les parties ne sont toujours pas tombées d’accord sur les paramètres du prix du contrat et sur l’étendue des transferts de technologies.

 

Le cout global de 4 BPC type Mistral est évalué à environ 2 milliards €.

 

Référence : RusNavy (Russie)

Partager cet article

Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 11:15

http://www.sudouest.fr/images/2011/06/06/418328_16851447_460x306.jpg

Le Rafale et ses équipements ont suscité l'admiration des spécialistes aéronautiques étrangers invités en mai pour le centenaire de la Direction générale de l'armement. photo dr

6 juin 2011 Par Marceau Bonnecaze – Sud-ouest.fr

Le site DGA EV sera à l'honneur au prochain salon du Bourget.


La direction générale de l'armement essais en vol (DGA EV), anciennement Centre d'essais en vol (CEV), est un établissement militaire français qui effectue tous les essais officiels en vol des avions, de leurs systèmes et de leurs armements, dans le but de vérifier leur niveau de sécurité et de performance pour le compte du Ministère de la défense et des autorités civiles.

 

Désormais, DGA EV est concentrée sur deux sites, Istres et Cazaux. Un organisme tout juste centenaire, puisque le brevet de pilote a été créé le 15 février 1911. Pour l'occasion, le colonel Jean-Luc Fourdrinier, responsable du site de Cazaux, a organisé en mai une journée de cohésion en proposant pour tout le site des épreuves sportives ainsi qu'une exposition de tableaux réalisés par des membres du personnel, suivies d'un repas festif. Fin mai, Cazaux a accueilli une étape du voyage d'information de la presse spécialisée anglo-saxonne.

 

Visite des Anglo-Saxons

Une journée d'information sur le thème du Rafale a été mise en place par le Ministère de la défense pour un groupe de journalistes anglo-saxons et d'industriels spécialisés dans l'aéronautique et la défense. Après une présentation du programme Rafale, le groupe est parti de Villacoublay pour Mérignac où il a pu découvrir la chaîne d'assemblage du Rafale puis a pris la direction de Cazaux avant de se rendre à Solenzara en Corse pour découvrir le Rafale utilisé actuellement sur des théâtres d'opérations extérieures.

 

À Cazaux, ce groupe n'a pu s'empêcher d'applaudir devant la présentation statique du Rafale avec tous ses équipements. Le colonel Jean-Luc Fourdrinier avait aussi réservé une autre surprise avec un tir de bombe guidée laser sur cible mobile, un tir suivi en direct dans une salle spécialement aménagée. Cette journée d'information a permis de démontrer, si besoin était, les performances du Rafale.

 

Au Bourget du 20 au 26 juin

Le site de Cazaux DGA EV va participer au prochain Salon international de l'aéronautique et de l'espace qui est le plus grand événement au monde consacré à l'industrie aéronautique et spatiale, au parc des expositions du Bourget du 20 au 26 juin. Le site DGA EV girondin présentera un Mirage 2000B. C'est aussi de Cazaux que vient le directeur de tous les vols durant ce salon, Stéphane Pichené, qui cette année aura un adjoint, cazalin lui aussi, Hervé Pautrec, qui est le pilote d'essais du Rafale.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 11:40
Libye: les hélicoptères franco-britanniques ont ouvert le feu

04.06.2011 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Pour paraphraser une formule otanienne déjà traditionnelle, la question de l'engagement des hélicoptères de combat franco-britannique ne commençait pas par "si?" mais bien par "quand?". Le "quand" a désormais sa réponse puisque l'Otan a utilisé pour la première fois, vers 3h dans la nuit de vendredi à samedi, des hélicoptères de combat pour mener des opérations militaires en Libye.

 

"Des véhicules militaires, des équipements militaires et des forces libyennes ont notamment été pris pour cibles", a précisé l'Otan sans indiquer où ces frappes s'étaient produites.

 

L'EMA français n'a pas voulu non plus préciser la localisation des sites frappés, pas plus que le nombre et le type d'engins utilisés. Le porte-parole de l'EMA a simplement précisé que "20 cibles avaient été neutralisées sur le site frappé, dont une quinzaine de véhicules" et que les appareils avaient été pris à partie par des tirs d'armes légères, sans qu'aucun ne soit touché.

 

Les Britanniques ont été plus prolixes. "Des hélicoptères d'attaque Apache ont effectué leur première sortie opérationnelle au-dessus de la Libye à partir du navire HMS Ocean", un porte-hélicoptères positionné au large de la côte nord-africaine, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les Apache "étaient chargés d'attaques de précision contre une installation radar appartenant au régime (du colonel Kadhafi) et un poste de contrôle militaire, tous deux situés près de Brega", une ville côtière à l'est du pays.

 

Une fois, l'enthousiasme médiatique retombé, que va-t-il rester?

 

L'action héliportée est "complémentaire" et vient s'ajouter à celles des moyens aériens et navals. Il s'agit d'intensifier la pression sur les troupes loyalistes et de desserrer la pression sur les populations civiles. Mais un hélicoptère, même Apache ou Tigre, "ne fait pas le printemps". D'ici à la fin septembre, les puissances engagées contre le régime Kadhafi vont devoir prendre d'autres décisions bien plus cruciales que l'envoi des quelques dizaines d'hélicoptères: négocier ou intervenir au sol? Traiter avec celui que l'on veut renverser ou déployer des hommes (militaires ou employs de sociétés privées) pour des missions de formation, d'encadrement et de conseil?

Partager cet article

Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 11:30

http://jdb.marine.defense.gouv.fr/public/cdg/.ops-Harm-2204_m.jpg

 

4 juin 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

La France et la Grande-Bretagne pourraient partager un porte-avions dans le cadre des projets visant à une intégration plus étroite entre les 2 marines, a déclaré vendredi le chef d’état-major de la marine nationale.

 

L’amiral Pierre-Francois Forissier a aussi indiqué que la marine nationale était surprise par l’ampleur des réductions qui ont sévèrement touché la Royal Navy l’an dernier, avec le désarmement des porte-avions et des chasseurs Harrier ainsi que de bâtiments de surface.

 

« Du point de vue français, je dois dire que nous sommes véritablement choqués parce que la Royal Navy a toujours été un modèle pour nous. Elle se trouve maintenant dans une situation très difficile, » a-t-il déclaré.

 

Il a aussi souligné les manques de la flotte britannique diminuée, laissant entendre que la campagne libyenne aurait été « plus efficace » s’il y avait eu un 2è porte-avions en Méditerranée. Actuellement, il n’y a que le Charles de Gaulle. Ses avions embarqués sont responsables de plus d’un quart de toutes les attaques, mais il devra bientôt rentrer au port pour une période d’entretien.

 

« Si la Grande-Bretagne avait eu un porte-avions sur le théâtre libyen, cela aurait été un soutien pour la RAF parce qu’elle aurait eu besoin de moins d’heures de vol, et ses avions auraient été plus efficaces, » a déclaré l’amiral.

« Lorsqu’on n’a qu’un seul porte-avions, cela signifie qu’on n’a pas une disponibilité permanente à cause des problèmes de maintenance et, bien sûr, cela serait mieux d’avoir 2 porte-avions. »

 

Alors que la France n’a qu’un seul porte-avions, il est possible que le 2è porte-avions britannique soit partagé entre les 2 pays, uniquement pour des besoins de formation. Cette décision permettrait d’économiser des millions dans chaque pays. L’amiral Forissier précise : « Si nous avions le budget nécessaire, cela serait utile d’avoir chacun un porte-avions national, et d’avoir un porte-avions supplémentaire — pas aussi couteux et pour l’entraînement — pour une utilisation par les marines française et britannique. »

 

« Cela serait utile d’avoir un porte-avions en Europe pour former les pilotes. Sinon, nous aurions besoin d’avoir 2 porte-avions dans nos 2 pays, et je ne pense pas que cela soit faisable économiquement. »

 

Les appareils britanniques pourraient décoller à l’avenir de porte-avions français, a déclaré l’amiral. « Lorsque vous conduisez une attaque, c’est la nationalité de l’avion qui est importante. On peut donc imaginer que, à l’avenir, on puisse avoir des avions britanniques volant pour une mission britannique, depuis une base française. »

 

Sans porte-avions disponible pour la Royal Navy avant au moins une décennie, la marine nationale sera un partenaire important pour aider à former les marins britanniques.

 

L’amiral Forissier explique que : « La Royal Navy a perdu son savoir-faire pour les porte-avions à catapulte. »

« Pour savoir mettre en œuvre un porte-avions à pleine capacité, on a besoin de 10 ans de formation. Le défi est de nous préparer pendant ces 10 ans pour, lorsque le Queen Elizabeth, le 1er porte-avions britannique, sera prêt, il puisse être opérationnel en très peu de temps. »

 

Il a aussi suggéré que des troupes françaises et britannique en Libye pour des « missions humanitaires ».

L’amiral a ajouté que, suite à l’accord conclu en novembre dernier entre David Cameron et Nicolas Sarkozy, plus de marins français apprenaient l’anglais.

 

« Nous devons représenter la civilisation et les valeurs européennes dans un monde globalisé où il n’y a pas autant d’Européens, » a-t-il dit. « Nous n’avons pas d’autre choix que de commencer à travailler ensemble. »

L'analyse de la rédaction :

Cet entretien est rapporté à la fois par la presse britannique et la presse française. Mais on remarquera la différence de traitement entre les médias des 2 pays.
- la presse britannique s’intéresse au partage d’un porte-avions et à la coopération entre les marines. L’opération libyenne est évacuée en une phrase.
- la presse française consacre elle son article à l’opération libyenne, rapportant que le CEMM exclut tout déploiement de troupe au sol et ne consacre qu’un paragraphe aux porte-avions, excluant au contraire toute coopération : « Un porte-avions, dit l’amiral Forissier, ne se partage pas et ne se construit pas en commun pour des raisons de souveraineté nationale. »

Référence : Daily Telegraph (Grande-Bretagne)

Partager cet article

Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 06:00

http://sitelife.aviationweek.com/ver1.0/Content/images/store/11/1/9b9c5cb4-2649-4b17-81e2-f3e21a5e9ed6.Large.jpg

 

3 juin 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

En 2008, le ministère de la défense a commandé 4 EDAR (Engin de Débarquement Amphibie Rapide) à la CNIM, avec une option pour 2 autres. L’objectif est de fournir à chaque BPC de la classe Mistral 2 EDA-R. Le premier d’entre eux doit être livré en septembre prochain. Le prix unitaire est de 15 millions €.

 

Les BPC Mistral ont été dimensionnés pour pouvoir embarquer le LCAC (Landing Craft Air Cushion), un engin de débarquement sur coussin d’air de l’US Navy. L’EDA-R possède globalement les mêmes dimensions. Sa caractéristique unique est de pouvoir changer de forme, et naviguer soit comme un catamaran, soit comme un engin de débarquement.

 

L’EDA-R est en effet conçu en 3 parties. Les 2 coques (babord et tribord) accueillent chacune 2 moteurs MTU de 1.900 CV entraînant des waterjets MJP 650. Elles sont reliées par des entretoises au niveau supérieur et par le 3è élément principal de la structure : le pont cargo.

 

Le pont est relié aux coques latérales par 4 vérins verticaux et peut être hissé ou descendu en 90 secondes. En position supérieur, le pont est au-dessus de l’eau et l’EDA-R flotte sur ses coques latérales, avec un tirant d’eau de 1,7 m. Avec le pont en position basse, l’engin flotte à la fois sur les 2 coques et sur le pont, avec un tirant d’eau de seulement 70 cm. On pourrait croire qu’il faille rendre les côtés du pont étanche, mais cela n’est pas nécessaire : même à pleine charge, le dessus du pont reste au sec. Il peut faire débarquer des véhicules, à “pieds secs”, sur une plage ayant une pente de 2°.

 

En mode catamaran, l’EDA-R peut naviguer de 16 à 27 nœuds selon la charge, qui peut atteindre 100 t. Un LCAC est théoriquement plus rapide, mais la CNIM explique que la différence diminue rapidement si la mer devient agitée. De même, selon la CNIM, l’EDA-R, qui est propulsé par des moteurs diesel, peut effectuer plus de trajets vers la plage sans se ravitailler, dépassant ainsi une partie de l’avantage de vitesse.

 

Comme le PACSCAT de QinetiQ, l’EDA-R constitue une approche innovante pour fournir une liaison navire - terre à grande vitesse et grande distance. De son côté, l’US Navy cherche à reproduire le LCAC dans sa définition de son successeur : le Ship-to-Shore Connector (SSC).

 

Référence : Aviation Week (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 16:30

http://defesaglobal.files.wordpress.com/2011/06/bt_6221b.jpg

 

June 03, 2011 By VMSB DEFESA Global

 

A new variant of the Dassault Aviation Rafale F3 combat aircraft designed F3+ (also known as F3-04T) is being developed. This new upgrade version will include several enhancements including increased power with the addition of a new engine, the Thales RBE2 AESA (Active Electronically Scanned Radar), a new laser designation pod, MBDA DDM-NG (Détecteur Départ Missile de Nouvelle Génération) missile warning system, SATCOM integration (SATellite COMmunications), an improved FSO system (Front Sector Optronics), integration of MBDA AASM Laser (Armement Air Sol Modulaire) and GBU-24 Paveway laser guided munitions, the capability to interact with UAVs (Unmanned Aerial Vehicles) and to be linked to ROVER real time video exchange system (Remotely Operated Video Enhanced Receiver) as well as improvement related to the Link 16 data-link system and MMI (Man-Machine Interface).

 

The aircraft is to be qualified in 2012. Several technologies including the cockpit, radar and FSO are being tested by the French Procurement Agency DGA (Direction Générale de l’Armement) onboard FALCON 20 and Mirage 2000 aircraft at its DGA EV (Direction Dénérale de l’Armement Essais en Vol) flight testing center located at Cazaux air force base Nº 120.

 

Rafale International consortium which comprises Dassault Aviation, SAFRAN (SNECMA and Sagem SA) and Thales has proposed the Rafale aircraft to the Brazilian Air Force (Força Aérea Brasileira-FAB) with the full support of French authorities. The type has been shortlisted as well in India and the UAE (United Arab Emirates).

Partager cet article

Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 11:00

http://www.usinenouvelle.com/mediatheque/4/6/4/000139464_5.jpg

 

02 juin 2011 par GUILLAUME LECOMPTE -BOINET | L'Usine Nouvelle

 

Les fournisseurs des armées sont de plus en plus impliqués dans les opérations extérieures. De nouveaux métiers et de nouvelles pratiques apparaissent dans le soutien opérationnel.

 

Ne dite pas aux industriels français de l'armement qu'ils font la guerre. Aucun d'entre eux ne claironnera qu'il joue un rôle actif dans les opérations extérieures (Opex) en cours, comme dans le ciel libyen ou en Afghanistan. Pourtant, c'est bel et bien le cas. « Si nous n'étions pas là pour approvisionner en temps et en heure, ou pour assurer le support aux forces, la France aurait bien du mal à mener ses Opex », constate l'un d'entre eux. Drones Harfang, blindés à roues VBCI, canons longue portée Caesar, Rafale et ses armements : les matériels - relativement nouveaux pour certains - sont intensivement déployés dans les bases avancées d'Afghanistan, au Liban ou en Libye. Les Opex se multiplient et donc les besoins des armées. Il faut réparer, traiter les pannes, les obsolescences, « déboguer » les nouveaux matériels... parfois envoyés en urgence sur le théâtre des opérations. Et un véhicule immobilisé, c'est, au mieux, une mission qui ne peut pas être menée, au pire, un risque accru d'être pris pour cible si cela se produit dans une vallée perdue de la Kapisa. Cassidian (EADS), avec son Harfang, en sait quelque chose. Aux dires des militaires, le déploiement opérationnel du drone a été difficile (lire en page 38). « On a fait le plus dur », estime Nicolas Chamussy, responsable des programmes de drones de Cassidian.

 

Ce qui est nouveau, c'est la nature du soutien apporté par les industriels à l'état-major et aux forces sur le terrain. « Auparavant, nous avions un rôle un peu passif. C'était : "Je vends un avion et j'oublie." Cette époque est révolue. Nous sommes beaucoup plus intégrés dans la chaîne logistique », analyse Alain Bonny, vice-président du soutien militaire chez Dassault Aviation. Des deux côtés, on s'est professionnalisé. Les militaires se sont rendu compte qu'ils ne pouvaient pas tout faire eux-mêmes. « Ils se sont réorganisés et au lieu de traiter le support en Opex par grands corps d'armées, ils ont créé des centres logistiques par grande fonction », explique Jean-Paul Lafitte, patron de l'activité défense du groupe Daher, dont l'une des spécialités est la projection des forces sur des théâtres extérieurs. La fameuse révision générale des politiques publiques (RGPP), qui comprend un important volet Défense, a servi d'accélérateur à l'externalisation de certaines tâches hors des casernes. « Bien souvent, nous sommes capables de réaliser un diagnostic de panne plus efficacement que l'armée », estime Jean-François Nédelec, directeur du support client de Nexter (ex-GIAT), dont le VBCI et le canon Caesar sont utilisés en Afghanistan et au Liban.

 

Le soutien est devenu si stratégique qu'il est pensé très en amont. L'heure est désormais au soutien logistique intégré, le SLI. Derrière cette appellation, qui fleure bon le jargon administratif, se cache de nouvelles méthodologies d'anticipation des contraintes du soutien opérationnel. Le SLI c'est l'art de les intégrer dès la phase de développement, ou de prévoir le dispositif logistique des pièces de rechange. Afin d'abaisser les coûts du maintien condition opérationnelle. Ainsi, la conception du VBCI ou du Caesar n'a pas été menée que pour être robustes ou tirer juste, mais aussi pour être faciles à entretenir sur le terrain. « Cela joue sur le placement des organes ou des systèmes, sur les trappes d'accès. Il faut avoir en tête que le véhicule ou l'avion va être exploité pendant plusieurs décennies », explique Sébastien Cognac, chef de projet défense chez LGM, un cabinet conseil, notamment spécialisé dans le SLI.

 

Engagés sur le champ de bataille

 

Avec cette méthode, des signaux d'alerte sont lancés quand le matériel est dans sa phase d'ingénierie, afin de ne pas geler sa configuration avant d'être sûr que la maintenance a été bien pensée. Par ailleurs, le SLI intervient aussi en aval, par exemple pour calculer au plus juste les stocks nécessaires et les moyens de réparation par rapport à une probabilité donnée de panne. « En Opex, les conditions sont sévères et l'armée ne peut pas déployer autant de moyens qu'en France », ajoute Sébastien Cognac. LGM a ainsi mené une mission sur un véhicule basé en Afghanistan qui a permis de diminuer le temps de pose-dépose de moteurs de moitié (il est passé de dix-huit à huit heures) avec un tiers de main-d'oeuvre en moins.

 

Ces nouvelles méthodes ne concernent pas que les industriels. Les militaires ont, eux aussi, été obligés de s'adapter. « En matière de SLI, nous n'étions pas très bons dans le passé », reconnaît Patrick Dufour, responsable du soutien à la Délégation générale de l'armement (DGA), le bras armé de l'État en matière d'achat de matériels militaires. « Désormais, poursuit-il, nous mettons un volet soutien dans tous les contrats d'acquisition de matériel neuf. » La DGA signe des contrats à plus long terme (cinq ans et plus parfois) assorti de clauses sur le traitement des problèmes de jeunesse : débogage, appropriation du matériel par les unités de combat, traitement des obsolescences...

 

Par ailleurs, la DGA inclut des clauses sur le déploiement rapide du matériel, de façon à ce qu'il soit anticipé dès la phase de conception. Cela implique des formations spécifiques, des documentations différentes de celles existantes par passé. Exemple : le futur camion de l'armée de terre, le porteur polyvalent terrestre (PPT), qui doit être déployé en Afghanistan vers 2012, intégrera un stock spécial pour les rechanges, des outillages adaptés aux Opex ainsi que des moyens pour la maintenance lourde chez le fournisseur, le tandem Iveco-Lohr. « Pour ce contrat, on a pensé "Afghanistan" dès le début », ajoute Patrick Dufour.

 

Pour les industriels, cette nouvelle donne signifie qu'il faut aller plus au contact qu'autrefois. « Depuis quatre à cinq ans, l'armée de l'air est désireuses de nous intégrer sur le terrain », confirme Alain Bonny, chez Dassault. C'est tout bénéfice considère l'avionneur : « Cela nous donne un retour d'expérience inestimable, et beaucoup d'idées d'amélioration. » Nicolas Chamussy, d'EADS-Cassidian, est sur la même longueur d'onde : « C'est très intéressant pour nous, industriel, d'assister à la prise en main d'un matériel en direct sur un théâtre d'opération. » Mais tout cela impose quelques contraintes. Il faut trouver des salariés volontaires, en raison des risques, et qui possèdent les qualités requises. Ces ingénieurs du soutien doivent pouvoir partir au pied levé pour assurer le déploiement d'un matériel. Il faut qu'ils aient un peu la mentalité de baroudeur en somme. Nexter, par exemple, a dépêché en Afghanistan un de ses salariés, réserviste de l'armée, pour accompagner l'arrivée des Aravis, ces gros 4 x 4 ultra-blindés servant notamment à ouvrir des convois (lire page 37).

 

Dans le contrat de maintien en condition opérationnelle du Rafale, Dassault s'engage à envoyer du personnel sur le terrain. Et en France, cette ingénierie du soutien doit fonctionner comme une horloge. Plus de 150 personnes y contribuent chez Dassault, pour fournir des documentations à jour, des bancs d'essais, des simulateurs, etc. Au total, les équipes d'Alain Bonny atteignent 500 personnes dont l'une des missions est de garantir à l'armée de l'air le respect d'un contrat de soutien assorti d'heures de vol. Nexter fonctionne de la même façon, avec des contrats à l'heure/moteur pour le char Leclerc et le VBCI. « Plus le moteur tourne, plus c'est cher », explique Jean-François Nédelec.

 

Livraison en flux tendu jusqu'en Afghanistan

 

On le voit, l'articulation du soutien logistique entre l'industriel, l'armée en France et les troupes au combat a évolué. Les circuits fonctionnent en juste-à-temps, avec une responsabilité du fournisseur pour acheminer les rechanges à l'entrepôt central des Opex de l'armée de terre, à Moulins. L'armée garde le contrôle du flux Moulins-Afghanistan. « On doit gérer une complexité croissante, car dans ces flux logistiques, nous avons des objectifs en termes de délais, mais aussi prix de revient », explique Jean-Paul Lafitte, de Daher. Chez Nexter, une armée de logisticiens est branchée en permanence sur les parcs de blindés de l'armée de terre pour adapter la logistique en fonction du comportement des militaires. Ils disposent de logiciels de plus en plus sophistiqués pour effectuer de savants calculs et éviter la pénurie ou le surstockage.

 

Mais ira-t-on encore plus loin dans l'externalisation ? Certains craignent une évolution à l'américaine, où les fournisseurs deviennent acteurs de la guerre. « À force de tout faire très vite pour répondre à des urgences opérationnelles, on risque de créer plus de problèmes », reconnaît un fournisseur, qui a requis l'anonymat. Envoyer du personnel en Afghanistan entraîne souvent l'embauche de milice privée pour les protéger. C'était, par exemple, le cas de Daher lorsqu'il a déployé des containers de communication pour le compte de Thales. Tout cela finit par revenir cher. La plupart des fournisseurs français veulent l'éviter, et réduisent au strict minimum l'envoi de salariés dans les zones de combat. Et l'état-major est sur la même ligne. La guerre reste une chose trop sérieuse pour être laissée à des industriels.

 

LES PRINCIPAUX MATÉRIELS ENGAGÉS

Véhicules blindés VBCI et Aravis, Nexter Canon Caesar, Nexter Drone Harfang, EADS-Cassidian VAB Renault Trucks Defense Rafale Dassault Aviation Hélicoptères Tigre et Caracal, Eurocopter PVP Panhard

 

La hot-line de Nexter entre Paris et Kaboul

Pour améliorer le déploiement des Aravis en Afghanistan, Nexter a choisi d'envoyer l'un de ses salariés effectuer une mission de trois mois fin 2010. Volontaire, Philippe Dethève n'a pas hésité à utiliser des outils qu'on verrait plus chez un opérateur de services télécoms, comme une « hot line » entre Kaboul et le siège francilien de Nexter. « Ce dispositif, assez original pour un théâtre de guerre, nous a permis d'accélérer les diagnostics et la résolution des pannes », explique Jean-François Nédelec, directeur du support de Nexter. Le fabricant a aussi monté un atelier de réparation léger à Kaboul, avec des prestations d'ingénierie associées. Mais question de sécurité, l'envoyé spécial de Nexter est resté à Kaboul.

 

Les drones Male d'Harfang,la vitrine d'EADS

Après bien des hésitations, Paris a fini par envoyer des drones en Afghanistan. EADS y a déployé le seul drone Male (moyenne altitude longue endurance) que la France possède, le Harfang , un système qui devait être au départ intérimaire. « Il n'était pas fait pour être envoyé sur un théâtre comme l'Afghanistan », souligne Nicolas Chamussy, patron des drones du groupe. La première phase (fin 2008-début 2009) a lieu en Europe, avec des formations pour les opérateurs. Parallèlement, EADS et le fabricant israélien IAI modifient le Harfang. Un contrat de support est monté. Puis, suivent les test et les premiers vols (février 2009- octobre 2010). EADS envoie deux salariés sur la base de Bagram pour des missions d'ingénierie. Objectif : régler le maximum de problèmes sur place. L'un des drones a quand même dû être réparé en Europe. « Mais le taux de disponibilité n'a cessé d'augmenter », ajoute Nicolas Chamussy. EADS ne manquera pas d'utiliser le Harfang (plus de 350 vols) comme argument pour la prochaine génération de Male, dont la France est censée se doter.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 06:00

http://www.opex360.com/images/balargone-20110531.jpg

source opex360.com

 

02 June 2011 by Slindo Mbuyisa – defenseWeb

 

Stealth bomber? Alien fortress? An advance peek at France's new defence ministry, due to open in 2014, reveals a sprawling, asymmetrical complex that seems to have jumped off the screen of a science-fiction movie.

 

Touted as France's answer to the Pentagon -- the United States' military command and control centre in Virginia -- the new building will bring together the air, land and marine branches of the French military onto one site in western Paris.

 

From the street, passers-by will see a sheer facade of treated glass rising from the pavement like a chalk cliff-face, with a giant glass portico as its principal entrance, according to a digital mock-up shown to reporters, Reuters reports.

 

But the novelty value lies mostly in the rooftop -- a mountain range of slate grey geometrical planes that lock together at odd angles and, as the complex recedes back from the street, form a series of valleys, peaks and sharp gorges.

 

The 7,000 square metres (75,350 sq feet) of planes, which bring to mind the fuselage of a Northrop Grumman B-2 bomber, will capture solar energy while heating and cooling will mostly come from air flows diverted from the garden below.

 

In a presentation near the construction site this week, principal architect Nicolas Michelin described the centre as part machine, part fortress and part nature park.

 

"It's a natural machine: we are playing with wind and sunlight," Michelin told journalists, adding that his firm had designed the main building to look "stately, but also somewhat mysterious, and exemplary in terms of its energy consumption".

 

Seen from above, the complex looks like a warren of hexagonal cells, with lush garden space covering nearly two-thirds of the ground surface and narrow footpaths linking the different services together.

 

The 300,000 sq metre complex will be made of three parts including the main ministry and 90,000 sq metres of office space designed for civilian use.

 

27 YEAR LEASE

 

Situated next to the ring road that surrounds Paris, the ministry will house a swimming pool open to neighbourhood residents, as well as three daycare centres. In total, some 9,000 people will go to work every day at the new site.

 

The construction arm of French firm Bouygues (BOUY.PA) won the contract to build the new ministry as part of a public-private partnership that will add more than 1 billion euros to its long-term balance sheet.

 

Under the deal, a novelty for this type of project in France, the government will become a tenant, or leaseholder, for the next 27 years with an annual rent of around 130 million euros. The total expense is about 3.5 billion euros ($5 billion).

 

"In 27 years, we will be the owners," said Gerard Longuet, France's defence minister, at the presentation.

 

Asked about the risks of such a deal -- including the prospect of Bouygues being bought by a Chinese firm -- he said: "We are living under the rule of law... No matter who is the main stakeholder, he will have to respect this contract."

 

A public body, France's deposit and consignment office, retained blocking rights for any potential sale, he added.

 

Aside from Bouygues, engineering group Thales (TCFP.PA), services firm Sodexo (EXHO.PA), maintenance company Exprim and energy provider Dalkia will participate in building and operating the ministry, as well as private investors.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories