Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 01:19

Partager cet article

Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 07:00

http://www.lepoint.fr/images/2011/03/21/libye-operations-militaires-france-corse-276799-jpg_164216.JPG

Plusieurs vols français sont partis de la base militaire de Solenzara, en Corse. © AFP

 

21/03/2011 Le Point.fr

 

Les opérations aériennes françaises pour faire respecter la zone d'interdiction de vol au-dessus de la Libye ont repris lundi matin, a indiqué le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard. Les avions français n'ont pas survolé la Libye durant la nuit, mais ont repris leurs missions dans la matinée, a-t-il précisé. Les appareils qui partent des bases sur le territoire français, notamment de Solenzara en Corse et de Saint-Dizier (Haute-Marne), ont environ trois heures de vol pour arriver sur la zone des opérations. Le renforcement de la coalition, avec la participation d'avions d'autres pays, entraîne "un partage des responsabilités" dans la conduite des opérations, souligne l'état-major.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 07:00

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/photo/art/default/932070-1105238.jpg?v=1300739746

 

21 Mars 2011 par Jean-Dominique Merchet

 

Pour la troisième journée consécutive, l'aviation française est intervenue aujourd'hui au-dessus de la Libye.  Pas plus que dimanche, nos avions n'ont "délivré" des armements. Les seuls tirs effectués ont eu lieu samedi vers 17h00 lorsque des avions français s'en sont pris à quatre blindés de l'armée de Kadhafi, les détruisant à proximitié de Benghazi. La zone d'intervention de l'aviation française se situe dans la région de Benghazi (est) et uniquement là. Mais elle n'est pas la seule dans ce secteur : ainsi, et contrairement à ce qui a pu être rapporté dans la presse, ce n'est l'armée de l'air qui a détruit une colonne de chars durant la nuit de samedi à dimanche. Jusqu'à présent, l'armée de l'air n'est intervenu que de jour. Au total, en trois jours, 55 sorties ont eu lieu (y compris les ravitailleurs et les Awacs) pour un total de 400 heures de vol. Les appareils sont désormais basés à Solenzara (Corse), ce qui raccourcit considérablement les vols de transit. Seuls, les Rafale équipés de la nacelle de reconnaissance NG reviennent à Saint-Dizier. Douze appareils sont désormais à Solenzara : quatre Rafale, quatre Mirage 2000D et quatre Mirage 2000-5, auxquels il faut ajouter quatre Mirage 2000-9 du Qatar qui ne sont toujours pas "officiellement" arrivés. Les avions effectuent trois types de missions dans le ciel libyen : interdiction aérienne (chasse) pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne, reconnaissance et frappes au sol. Pour cette dernière mission, les armements employés sont des bombes guidées GBU-12 et des A2SM, l'armement sol-air modulaire.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 01:19

http://www.lepoint.fr/images/2011/03/21/guerre-libye-sarkozy-kadhafi-276569-jpg_163946.JPG

Le bâtiment a mis le cap sur la Libye, dimanche 20 mars © Landov / Maxppp

 

21/03/2011 Le Point.f

 

 

"Flagship" français et plus gros navire de guerre militaire européen, le Charles de Gaulle met le cap sur la Libye avec, sur son pont, dans ses cales, et autour de lui, un impressionnant arsenal d'avions de chasse et de missiles, lourd de menaces pour le régime de Kadhafi. "Nos avions de chasse étaient à deux heures de vol de la Libye, maintenant, ils seront à dix minutes, c'est un gage de réactivité majeur, ils n'auront plus besoin de se ravitailler en vol", souligne une source militaire française sous le couvert de l'anonymat.

 

Le porte-avions a appareillé dimanche à la mi-journée de son port d'attache de Toulon avec 2 000 marins à son bord. En croisant à 20 noeuds (37 km/h), il ne lui faudrait que 24 heures pour rejoindre les côtes libyennes. Mais quelques heures de navigation supplémentaires seront nécessaires pour permettre à la vingtaine d'appareils de son "groupe aérien" de le rejoindre en haute mer et d'effectuer quelques exercices d'appontage, une "mise en jambe" indispensable.

 

Un signe militaire très fort

 

Le groupe aérien sera fort de quatorze avions de chasse, huit Rafale Marine mais aussi six vénérables et éprouvés Super Étendards. Deux appareils de contrôle aérien Hawkeye, sortes d'Awacs miniatures conçus pour être embarqués, ainsi que cinq hélicoptères complètent ce dispositif. Parmi ces hélicoptères figurent de très récents et versatiles Caracal, utilisés par les forces spéciales françaises et susceptibles d"'extraire" des équipages d'avions de chasse alliés qui seraient contraints de s'éjecter au-dessus du territoire libyen. Eux aussi seront désormais à petite distance des côtes. "Plus qu'un signe diplomatique, c'est un signe militaire très fort", ajoute-t-on de même source. Il s'agit de consacrer le leadership diplomatique, politique et désormais aussi militaire endossé par la France.

 

Le Charles de Gaulle, fait-on valoir, sera, au moins dans un premier temps, seul de son espèce au large des côtes libyennes. Ni les États-Unis ni les autres nations européennes n'ont prévu pour le moment de déployer leurs porte-avions ou porte-aéronefs dans la zone. Très concrètement, les avions de chasse du porte-avions seront aux premières loges pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne décrétée par l'ONU dans le ciel libyen. Mais les Rafale, dans leur version marine et contrairement à leurs cousins de l'armée de l'air, disposent aussi de missiles anti-navires Exocet AM 39. Ils ne laisseraient aucune chance à la marine libyenne si, par extraordinaire, il venait à l'esprit du colonel Kadhafi de mettre à exécution sa menace de transformer la Méditerranée en "champ de bataille".

 

Trois frégates en escorte

 

Samedi soir, des navires et sous-marins américains et britanniques ont lancé une première vague d'environ 110 missiles Tomahawk sur une vingtaine d'objectifs stratégiques libyens. Le fleuron de la marine nationale pourrait à son tour entrer dans la danse avec ses missiles de croisière Scalp, dont la portée serait supérieure à un millier de kilomètres. "Les Scalp pourraient être très utiles pour frapper des cibles bien protégées, à longue distance, et inaccessibles à l'aviation en raison de leur éloignement, des conditions météo ou des défenses aériennes", explique-t-on encore de source militaire.

 

Le Charles de Gaulle sera, de surcroît, escorté par trois frégates, l'une anti-sous-marine, le Dupleix, l'autre anti-aérienne, le Forbin, une troisième multimission, l'Aconit, et par un pétrolier ravitailleur, la Meuse. Un sous-marin nucléaire d'attaque assurera également sa protection rapprochée. Et tous ces navires disposent d'un armement redoutable.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 00:06

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a7/Logo_de_l%27Assembl%C3%A9e_nationale_fran%C3%A7aise.svg/200px-Logo_de_l%27Assembl%C3%A9e_nationale_fran%C3%A7aise.svg.png

 

lundi 21 mars 2011, sélectionné par Spyworld

 

La commission de la défense nationale et des forces armées a nommé M. Michel Grall rapporteur d’une mission d’information sur la fin de vie des équipements militaires, le 24 mars 2010.

 

L’épisode douloureux du démantèlement du porte-avions le Clemenceau, commencé en 2003, a mis en lumière les faiblesses du dispositif français de traitement des matériels en fin de vie. Cet épisode, qui restera comme un évènement marquant de l’histoire militaire récente, vient à peine de se terminer avec l’achèvement du démantèlement de la coque Q 790 au Royaume-Uni à la fin de l’année 2010.

 

La fin de vie est une question complexe car elle est à la confluence d’enjeux opérationnels, financiers, environnementaux, juridiques, industriels et commerciaux.

 

Compte tenu de l’ampleur du sujet et de la diversité des contributions, il revient au Parlement de dresser un état des lieux global sur la fin de vie des équipements, incluant non seulement leur démantèlement mais aussi leur possible exportation, sur le périmètre le plus large possible. Cette réflexion prend en compte le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, dont les préconisations, intégrées dans la loi de programmation militaire adoptée en 2009, conduisent à la réduction de format des armées et libèrent un nombre conséquent de matériels disposant encore de potentiel sur l’ensemble de la période concernée par la loi de programmation militaire (2009-2014).

 

Pour le rapporteur, il s’agit de partir de ce constat pour définir ce que pourrait être une stratégie optimale de gestion de nos matériels en fin de vie, qu’il s’agisse du démantèlement ou de la politique d’exportation d’équipements d’occasion, encore modeste au regard des opportunités. Il a pris en compte dans sa réflexion l’ensemble des équipements de la défense, navals, terrestres ou aéronautiques, ainsi que ceux de la dissuasion et les munitions.

 

Le rapporteur a non seulement mené un large panel d’auditions en France, mais s’est également efforcé d’étudier les dispositifs mis en place par nos principaux partenaires : États-Unis, Royaume-Uni et Allemagne.

 

Il apparaît que le nucléaire constitue un sujet spécifique qui doit être traité séparément, l’excellence française dans le domaine devant être conservée. En ce qui concerne les autres matériels, la France a adopté une approche pragmatique pour le démantèlement. Cependant, elle se prive du levier d’influence qu’est l’exportation de matériels d’occasion. Au final, le rapporteur préconise d’adopter une stratégie de la fin de vie inscrite dans une approche globale et optimisée du cycle de vie des matériels.

 

Lire le rapport

 

Voir la Présentation du rapport d’information sur la fin de vie des équipements militaires (M. Michel Grall, rapporteur)

Partager cet article

Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 23:43

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0d/Gaule96.jpg

 

21/03/2011 AEROCONTACT par Elizabeth Pineau

 

PARIS, 21 mars (Reuters) - Une vingtaine d'appareils de l'armée de l'air française sont intervenus lundi au-dessus de la Libye dans le cadre des opérations de la coalition internationale contre les forces de Mouammar Kadhafi, a déclaré le porte-parole de l'état-major français."Un véhicule blindé a été détruit à une centaine de kilomètres au sud de Benghazi par un Mirage 2000-D", a annoncé le colonel Thierry Burkhard à la fin des opérations. "A l'issue, une passe de reconnaissance a été effectuée et a permis de confirmer qu'il n'y avait aucune perte civile". Au premier jour de l'intervention, samedi, d'autres frappes françaises avaient entraîné la destruction de quatre véhicules militaires libyens. En trois jours, les avions français ont effectué 55 sorties pour 400 heures de vol, a indiqué le colonel Burkhard en fin d'après-midi lors du point de presse quotidien au ministère de la Défense. Lundi, un avion de surveillance Awacs et six avions ravitailleurs ont contribué au déploiement dans le ciel libyen de six patrouilles constituées de Mirage et de Rafale. Le porte-avions Charles-de-Gaulle, qui a appareillé dimanche de Toulon, sera opérationnel mardi au large des côtes libyennes avec son groupe aéronaval. "Le porte-avions a récupéré l'ensemble de son groupe aérien hier en fin d'après-midi. Il sera en mesure de conduire ses premières missions aériennes au-dessus de la Libye dès demain", a dit Thierry Burkhard. "La montée en puissance se poursuit" par ailleurs sur la base aérienne de Solenzara, en Corse. "Ce matin, des missions ont été réalisées à partir de cette base en direction de la Libye. Ce soir, de nouveaux appareils y seront stationnés après avoir effectué leurs missions au-dessus de la Libye", a dit le porte-parole de l'état-major.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:49

http://en.rian.ru/images/16302/82/163028282.jpg

 

PARIS, March 16 (RIA Novosti)

 

A Russian-French contract on the construction of Mistral class helicopter carriers for the Russian Navy is unlikely to be signed in the near future, a Russian deputy defense minister said. Russia and France in January signed an intergovernmental agreement to jointly build two Mistral-class helicopter carriers at the STX shipyard in Saint-Nazaire, France. Another two are planned to be constructed later at the Admiralty Shipyards in St. Petersburg. However, the sides have since experienced difficulties in agreeing the terms of the actual contract between Russian state-arms exporter Rosoboronexport and French DCSN company. "The negotiations have not been easy so far, I would even describe them as tough," Anatoly Antonov told reporters in Paris on Tuesday during a visit of Russian Defense Minister Anatoly Serdyukov to France. "It is too early to talk about specific dates, and too many technical details have yet to be settled. The contract must be adapted to our conditions. Experts will have to do a difficult and skillful job to adjust all parameters of the future contract," Antonov said. The official added that Russia prioritized the purchase of Mistrals with full technology transfer. The overall price of the contract was also a "big issue," he said.

 

According to Russian media, the initial talks in February reached an impasse after France increased the total price tag from 980 milllion euros to at least 1.15 billion euros for the first two ships to be built in France. In addition, France insists on signing a separate contract for licensed construction of two Mistrals in Russia. Antonov said Russia would not push for a quick conclusion of negotiations because their results must meet the interests and requirements of both sides. A Mistral class ship is capable of carrying 16 helicopters, four landing vessels, 70 armored vehicles, and 450 personnel. Russia plans to deploy the first two Mistral ships in the Pacific to protect the four Kuril Islands, which Russia has disputed with Japan since World War II.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 20:08

http://www.clusterdefensesecurite.fr/templates/siteground-j15-94/images/headerimg.jpg

 

20 mars 2011 Vendre à la défense

 

Au total, en 2010, 24 nouvelles « urgences opérations » (UO) ont été lancées principalement au profit de trois théâtres : Afghanistan, le Golfe d'Aden et les Antilles. Parmi ces 24 UO, sept concernaient la protection des forces, cinq les moyens de communication et douze les capacités au combat. Elles ont représenté un investissement total de 160 M€. Le budget 2010 des UO est en baisse par rapport à celui de 2009 : 260 M€ avaient été investis dans 35 urgences opérations. Les trois théâtres concernés par les urgences opérations ont chacun leurs spécificités. L'Afghanistan est caractérisé par un renforcement de la protection du combattant, des capacités de combat de nuit et de l'interopérabilité des moyens de communication. Tandis que pour le Golfe d'Aden et les Antilles, une surveillance accrue est requise contre la piraterie et le narcotrafic. Pour 2011, les prévisions d'investissement sont au même niveau que 2010, voire à la baisse.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 14:30

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 07:00

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 02:49

http://www.meretmarine.com/objets/500/5141.jpg

 

18 Mars 2011 LaMancheLibre

 

Le premier tronçon composant la coque du Duguay-Trouin, le deuxième de la série des sous-marins nucléaires d'attaque de type Barracuda, vient de quitter sa nef de préfabrication du centre DCNS de Cherbourg. Le sous-marin d’attaque Barracuda est une composante majeure des forces de projection pour la Marine Nationale. Outre la lutte anti-surface et anti-sous-marine, le Barracuda compte parmi ses missions le recueil de renseignement, la mise en œuvre de forces spéciales (commandos) et la capacité de frappe contre la terre. Un premier jalon de production franchi dans les délais et un symbole fort puisqu’avec ce premier tronçon, le sous-marin prend réellement forme. Le programme Barracuda conduit par la Direction générale de l’armement (DGA) prévoit la livraison de six sous-marins entre 2017 et 2028.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 01:57

http://www.spyworld-actu.com/IMG/arton14518.jpg

 

jeudi 17 mars 2011, sélectionné par Spyworld

 

Au sein de la DGA, le service des affaires industrielles et de l’intelligence économique (S2IE) publie chaque année la nouvelle version de son calepin international. Enrichi du Brésil, de l’Inde et de la Corée du Sud à l’occasion de sa version 2011, cet ouvrage de référence présente un vaste panorama de l’industrie de défense mondiale en diffusant des données synthétiques sur de nombreuses sociétés françaises et étrangères du secteur de l’aéronautique, de l’espace et de la Défense. On y retrouve pour chacune d’elles le nom de leurs dirigeants, de leurs principales filiales, des accords de coopération, leurs données économiques ou encore leurs principaux programmes.

 

- Pour télécharger le calepin, cliquez ici

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 01:23

Partager cet article

Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 00:23

http://www.meretmarine.com/objets/500/29045.jpg

La frégate de défense aérienne Forbin crédits : MARINE NATIONALE

 

18/03/2011 MER et MARINE

 

En attendant un possible ordre d'appareillage du porte-avions Charles de Gaulle, actuellement à quai à Toulon, la frégate de défense aérienne Forbin vient d'arriver au large de la Libye. Ultramoderne, ce bâtiment, entré en service fin 2010, sera à même de participer à la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne. Ses radars et son système de combat lui permettent, notamment, de détecter et pister des aéronefs situés dans un rayon de 400 kilomètres. Le Forbin peut également, grâce à ses missiles surface-air Aster, détruire simultanément plusieurs cibles avec une portée de l'ordre de la centaine de kilomètres. Cette capacité lui permet, notamment, de pouvoir offrir à rempart à la menace du colonel Kadhafi de mener des raids de représailles en Méditerranée au cas où la communauté internationale interviendrait militairement en Libye.

Hier soir, le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé le recours à la force armée contre les troupes fidèles au dictateur libyen. La résolution des Nations Unies, notamment portée par la France, ouvre la voie à des frappes aériennes et, surtout, vise à empêcher l'aviation du colonel d'intervenir à l'encontre des insurgés, qui ont reflué ces derniers jours face aux troupes de Tripoli. Les forces aériennes occidentales pourront intervenir de deux manières. Soit à partir de bases terrestres situées sur le littoral méditerranéen, soit via des porte-avions. Dans ce dernier cas, seuls les Etats-Unis et la France disposent des moyens nécessaires. Le Charles de Gaulle, en alerte à Toulon, peut appareiller en moins de 72 heures et, si tel est le cas, être sur zone d'ici mardi. Mais d'ici là, il y a fort à parier que les premières sorties aériennes interviendront depuis des bases terrestres, Paris n'ayant "malheureusement" pas décidé de prépositionner son porte-avions quelques jours à l'avance.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 22:32

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:21

http://www.meretmarine.com/objets/500/31686.jpg

UN PCNO de sous-marin français

crédits : MARINE NATIONALE

 

16/03/2011 MER et MARINE

 

L'intégration progressive d'équipements et d'armes toujours plus nombreux et complexes sur les navires de combat a conduit au développement de systèmes intelligents capables de gérer et d'exploiter les informations transmises par les senseurs. Cet interfaçage constitue le système de combat (SC), dont le cerveau informatique, le Système de Management de Combat ou Combat Management System (CMS), traite les informations, présente une situation tactique et propose des actions liées à la mise en oeuvre des systèmes d'armes ou de contre-mesures. Ce traitement est réalisée dans la partie « temps réel » du CMS , le Système de Direction de combat (SDC), par opposition à la partie « temps réfléchi », le système d'aide au commandement. En Europe, plusieurs acteurs, comme DCNS, Thales et Atlas Elektronik, ont une solide réputation dans le domaine des systèmes de direction de combat. Actuellement, la plupart des SDC sont dits « fédérés », les différents systèmes élémentaires communiquant via des interfaces. Cette architecture favorise les partages industriels et autorise le fonctionnement dans des modes dégradés , ce qui requiert la présence du personnel adéquat. Depuis l'origine, la Marine Nationale a opté pour des SDC « centralisés », avec deux objectifs : l'élaboration d'une situation tactique unique et partagée au sein de la Force navale et la recherche d'une intégration fonctionnelle toujours plus poussée.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:15

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 21:11

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:58

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/02/479925098.jpg

 

16.03.2011 par P. CHAPLEAU Lignes de défense

 

En janvier dernier, la Marine nationale avait fait le choix d'avoir recours à un prestataire de service privé pour la formation de ces marins. Le montant du contrat avec la société V Navy est de 4 millions d'euros par an pour la prestation du VN Partisan et celle de son sister-ship, le VN Rebel qui lui sera basé à Toulon."

à Toulon."

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:45

AssNat.jpg

 

Mercredi 9 mars 2011 Séance de 10 heures Compte rendu n° 29

 

Présidence de M. Guy Teissier, Président

 

– Audition de M. Christian Mons, président du groupement des industries françaises de défense terrestre (GICAT)

– Informations relatives à la commission

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 18:30

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 18:30

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:30
Drones : Dassault signe avec le britannique BAE

 

 

14/03/11 par Véronique Guillermard, LeFigaro.fr

 

 

Une fois obtenu le feu vert de Paris et de Londres, les deux constructeurs vont développer un drone d’observation (MALE) dans le cadre d’une coopération exclusive.

 

Quatre mois après la signature à Londres d’accords de défense et de sécurité entre Nicolas Sarkozy et le premier ministre David Cameron, les industriels entrent dans le vif du sujet. Dassault Aviation*, le constructeur de l’avion de combat Rafale, et BAE Systems qui est un des pays participant au programme rival Eurofighter, ont signé un mémorandum (MOU) qui trace les lignes d’une coopération exclusive dans le domaine d’appareils sans pilotes humains - drones - d’observation de moyenne altitude et longue endurance (MALE) de nouvelle génération.

 

A côté des porte-avions et de la défense antimissiles, les drones étaient au cœur des accords de défense signés le 3 novembre 2010 entre Paris et Londres. Les deux gouvernements étaient tombés d’accord pour identifier des grands domaines de coopération permettant, contraintes budgétaires obligent, de partager des ressources afin de développer des matériels pour les deux armées.

 

Dassault Aviation et BAE ont déjà bien avancé. Ils ont remis une étude de faisabilité de drone MALE à leur gouvernement. «Ce dont nous avons besoin à présent, c’est d’une décision rapide de lancement de programme par les deux gouvernements», souligne Éric Trappier, directeur général international du groupe français. Ce feu vert doit être donné dans le cadre des relations bilatérales au niveau politique le plus haut ainsi qu’aux niveaux des deux instances principales : le «Senior level group» et le «high level working group». Ce dernier étant composé des représentants des deux directions générales de l’armement des deux pays.

 

Dans le détail, la coopération s’inscrit dans le cadre d’un partenariat à 50-50 entre les deux industriels. BAE Systems est le maître d’œuvre du projet qui s’appuie sur la plateforme MANTIS, un démonstrateur de drone MALE bimoteurs équipé de turbopropulseurs PT6 du canadien Pratt & Whitney, construit par le groupe britannique. «Mantis offre une base de travail pour développer une plateforme nouvelle qui soit financièrement abordable et réponde aux besoins opérationnels des deux pays», précise un porte-parole du constructeur français. L’appareil sera construit en Grande-Bretagne. De son côté, Dassault Aviation développera le système de mission (l’électronique, l’avionique, les capteurs) ainsi que les stations de programmation terrestres. Ce drone sera proposé aux armées françaises et britanniques. Le budget du projet n’est pas encore calé mais il faudra investir plusieurs centaines de millions d’euros pour le développement.

 

 

Mise en service à la fin de la décennie

 

Les deux industriels visent une mise en service à la fin de cette décennie. Les deux partenaires espèrent également le vendre à l’export notamment dans les pays qui utilisent l’actuel système américain Predator de General Atomics.

 

Les deux industriels sont optimistes sur leur capacité à travailler ensemble. Les rôles de chacun sont bien définis et il n’y a pas d’ambiguïté en matière de leadership. De plus ils ont déjà joint leurs efforts dans le passé. En 1967, Bréguet Aviation (repris et fusionné ensuite avec Dassault) et British Aircraft Corporation (devenu BAE) avaient signé un protocole d’accord pour développer ensemble un avion de combat : le Jaguar. Fabriqué à plus de 600 exemplaires pour six pays, ce programme a été un succès. Les derniers exemplaires du Jaguar, mis en service en 1973, sont encore fabriqués sous licence en Inde à Bengalore mais l’appareil a été retiré du service actif en 2005 par la France et en 2007 par la Grande-Bretagne qui en avait utilisé une dizaine pendant la guerre du Golfe.

 

 

* Dassault Aviation est une filiale de dassault, propriétaire du Figaro

Partager cet article

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:30

Partager cet article

Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 12:16

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories