Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:56
Relève des Puma de l'armée de l'air par ceux de l'armée de terre à Madama - photo Armée de l'Air

Relève des Puma de l'armée de l'air par ceux de l'armée de terre à Madama - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Sources : Commandement des forces aériennes

 

Après 15 mois de présence sur le sol africain, les deux Puma de l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 «Pyrénées»  sont rentrés en métropole lundi 14 septembre 2015. C’est la fin d’une épopée particulièrement intense pour les équipages Puma de la base aérienne de Cazaux.

 

Arrivés lundi à bord d’un Antonov 124 sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, les deux hélicoptères Puma de l’EH «Pyrénées» engagés dans l’opération Barkhane rejoindront Cazaux après leur remise en condition opérationnelle. Le théâtre compte encore des hélicoptères Caracal et une vingtaine d’aviateurs du 1/67.

 

Précurseurs en autonome au nord Niger

Le 18 juin 2014, les deux machines et un détachement d’une vingtaine d’aviateurs de l’escadron (pilotes, mécaniciens navigants, mécaniciens) arrivent à N’Djamena au Tchad, avant d’être déployés quatre mois plus tard au nord Niger. Ils opèrent au sein de la force Barkhane pour lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Placé sous le contrôle tactique du groupement tactique désert Est (GTD-Est), le détachement hélicoptères Air (DETHM Air) soutient d’abord la première phase de présence de la force au nord Niger en s’établissant en précurseur et de manière autonome sur l’aérodrome de Dirkou, seule piste d’atterrissage sur le plateau du Djado. Au fur et à mesure que les convois logistiques arrivent, les voilures tournantes œuvrent en appui des unités du génie notamment, qui, plus au nord, débutent quelques semaines plus tard les travaux pour réhabiliter une piste aéronautique. Les hommes du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) ont ainsi fait surgir du désert une base avancée temporaire au pied du fort de Madama, à une centaine de kilomètres au sud de la frontière libyenne (voir encadré). En attendant la construction d’infrastructures capables d’accueillir des avions de transport tactique, le Puma constitue alors l’unique moyen d’assurer les évacuations aéromédicalisées (AeroMedevac) des militaires. Il est également un outil indispensable pour répondre au défi logistique de l’isolement du site de Madama pour les forces armées.

 

Des opérations aéroterrestres d’envergure

Une fois la piste aéronautique mise en service à Madama début décembre 2014, le DETHM Air s’installe sur ce nouveau site pour appuyer les opérations militaires du GTD-Est. Il s’agit principalement de perturber les flux logistiques des groupes armés terroristes dans la zone. Missions logistiques de dépannage, appui-feu (le Puma est équipé d’un canon de 20 mm en sabord), interception de mobiles, AeroMedevac, reconnaissance, aérolargage... Le détachement de l’armée de l’air apporte un panel de capacités indispensables sur le théâtre et participe à des opérations aéroterrestres d’envergure. Par ailleurs, certaines d’entre elles ont nécessité le déploiement en totale autonomie du module héliporté en plein désert, au plus près des troupes au sol, dans des conditions particulièrement éprouvantes tant pour le personnel que pour le matériel.

 

Au bilan, l’action dans la durée

Au final, sept mandats se sont succédé pendant 15 mois dans la BSS, totalisant pas moins de 470 missions de guerre et plus de 800 heures de vol. Ces chiffres mettent en exergue la ténacité des hommes et des femmes du «Pyrénées», équipages et mécaniciens, qui ont œuvré dans un environnement particulièrement rustique. Malgré des conditions climatiques extrêmes (chaleur et tempêtes de sable) et l’absence de locaux adaptés pour la maintenance aéronautique durant les six premiers mois, la disponibilité des aéronefs au plus haut niveau souligne l’excellence du soutien technique et de la logistique des matériels techniques.

Le théâtre nigérien aura mis à rude épreuve aussi bien les machines que les hommes qui les servent. Mais ce bilan démontre surtout une capacité d’adaptation hors du commun des forces aériennes, capables d’accomplir leurs missions et de s’inscrire dans la durée, dans cette région isolée qui compte parmi les plus arides du monde.

 

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Le 25e RGA à la manœuvre

 

Dans le cadre du déploiement des Puma sur Madama, c’est le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) qui a eu pour mission de réaliser des aires de stationnement et des accès piste.

Ces travaux d’envergure, indispensables à la conduite des opérations militaires en BSS, consistaient à créer de toutes pièces une plateforme de 75 000 m² et deux surfaces béton de 800 m² afin d’accueillir des structures métallo-textiles pour la maintenance des aéronefs.

Fortement contraint par les conditions météorologiques éprouvantes, le groupe travaux du génie de l’air, grâce à ses moyens de terrassement et de production béton autonome, a travaillé durant six semaines, jour et nuit pour respecter les échéances.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:56
photo DCSSA

photo DCSSA


13.09.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

L'institut de recherche biomédicale des armées (IRBA) va bientôt inaugurer ses nouveaux locaux de Brétigny-sur-Orge (sur l'ex BA217). Le SSA travaille actuellement sur l'organisation de cette cérémonie à laquelle le ministre de la Défense pourrait participer.

Le regroupement, un temps discuté, de quatre unités de recherche biomédicale de défense (Toulon, Marseille, La Tronche et Brétigny-sur-Orge) sur le site unique de Brétigny-sur-Orge est presque achevé. On lira ici et ici deux de mes posts sur ce sujet et ici un sujet sur la pose de la première pierre, en avril 2013.

Certains équipements, dont ceux du  laboratoire de haut confinement dédié à l’étude des agents pathogènes de classe 4 – dit "P4" –, (qui voisinera avec le labo P4 de la DGA), ne sont pas encore entièrement installés. Mais le site accueille déjà plusieurs centaines de personnes. L'IRBA regroupe plus de 500 chercheurs, praticiens, techniciens et personnels de soutien administratif.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:55
photo DGA

photo DGA

 

Sept 12, 2015 defense-aerospace.com

(Source: DCNS; issued Sept 11, 2015)

 

CONCARNEAU and PARIS --- PIRIOU, DCNS and KERSHIP have been awarded the contract to provide the French Navy with four Offshore Support and Assistance Vessels (BSAH), along with the associated maintenance.

 

The French Navy intends to use the BSAHs for the deployment of forces for State operations at sea.

 

The contract was awarded by The French Defence Procurement Agency (DGA) to KERSHIP, a joint company created by PIRIOU and DCNS to ensure the management of the programme. The contract includes a firm order for two vessels and an option for two further vessels.

 

PIRIOU will ensure the design and construction of the vessels, which are characterised by a high degree of versatility and autonomy of 30 days. DCNS, in its capacity as a co-contractor for military design studies, will supply the on-board communications systems and will be responsible for the Through-Life Support (TLS) over a period of up to five years.

 

Pascal Piriou, CEO of the PIRIOU Group, said: “This contract represents a significant share of our workload in France for the next three years. It is the winning combination of a bid that was convincing both in terms of technical content and pricing and with regard to the industrial solution, based on 100% production in France. KERSHIP has clearly become the fulcrum of our collaboration with DCNS in which we are focusing the specific expertise necessary to win future export orders thanks to the visibility created by the B2M and BSAH contracts.”

 

Pierre Legros, Director of Programmes at DCNS, said: “DCNS has consolidated its position as a major partner of the French Navy by offering its client, in partnership with Piriou, vessels that meet the exact needs of the operational units. Through its joint company KERSHIP, DCNS is able to offer a complete catalogue of compact and mid-range vessels, backed by French specialists, from offshore patrol vessels to specialist support vessels (the B2M and BSAH multi-mission vessels).

 

KERSHIP is also able to capitalise on the original experience of the OPV L’Adroit, developed by DCNS with its own funding and placed at the disposal of the French Navy for the last four years.”

 

This contract covers the design and construction of 70-metre vessels with a fully-laden displacement of about 2,600 tons. The first two units are due for delivery in 2018, with the other two units due in 2019.

 

The diversity of missions required by the French Navy led to the proposal of a Supply Vessel-type ship with a towing capacity of 80 tons, a speed of 14 knots and significant autonomy of about 30 days of operation without refuelling. The vessels will be equipped with an 8-metre working boat and semi-rigid boats as well as a crane allowing the embarkation and disembarkation of containers, and can also accommodate divers, transport weapons and ammunition, provide support to a submarine during stopover, and deploy an anti-pollution barrier.

 

Involved in shipbuilding, repair, naval engineering and services since 1965, PIRIOU specializes in producing medium sized vessels up to 120 m in length with high added value. With more than 400 ships built and delivered worldwide, PIRIOU provides, on a global scale, bespoke solutions as well as a complete range of standardized or customized vessels that satisfy the requirements of international ship-owners, whether they be private or public, civilian or military.

 

DCNS is a world leader in naval defence and an innovator in energy. As an international high-tech company, DCNS uses its extraordinary know-how, unique industrial resources and capacity to arrange innovative strategic partnerships to meet its clients' requirements. The Group designs, builds and maintains submarines and surface vessels. The Group also proposes services for naval shipyards and bases. The Group reports revenues of €3.1 billion and has a workforce of 13,130 employees (2014 data).

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:45
Ex-BPC russes - photo Philippe Chapleau

Ex-BPC russes - photo Philippe Chapleau

 

14 septembre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Moscou a fait savoir que les équipements russes installés à bord des 2 BPC Mistral qui devaient lui être livrés, pourraient rester à bord si l’Égypte, un acheteur éventuel, achetait les 2 navires, indique un responsable français.

« La Russie pourrait accepter que l’Inde et l’Égypte reçoivent ces équipements, » Le Caire étant le candidat susceptible d’acheter les navires, a explique ce responsable le 7 septembre. Les autorités russes l’ont « fait savoir » durant les négociations sur l’annulation du contrat de 2011.

La livraison du matériel aiderait la Russie à conserver des liens étroits avec l’Égypte, explique le responsable français.

De plus, Riyad financerait l’achat des BPC Mistral par l’Égypte, puisque l’Arabie Saoudite n’a pas de culture maritime. La marine égyptienne serait alors une force navale « par procuration » pour les Saoudiens. L’Arabie Saoudite s’inquiète d’une menace perçue au Yémen et en provenance d’Iran, ce qui conduit Riyad à financer le renforcement des capacités militaires égyptiennes.

 

Un remboursement rapide, voire expéditif

La France a immédiatement remboursé la Russie, avant même que l’accord n’ait été approuvé par le Parlement. Certains en effet s’inquiétaient que des anciens actionnaires — en particulier américains — de la compagnie pétrolière russe Yukos puissent tenter de faire saisir les navires, dans le cadre d’une réclamation de 50 milliards $ contre la Russie.

Il est loin d’être établi qu’une telle procédure ait pu être lancée en France, puisque les Mistral auraient été considérés comme des “navires d’état”, un statut légal qui rend les navires militaires insaisissables, explique un avocat. Une autre possibilité aurait pu être une réclamation sur les fonds payés à la Russie.

En 2000, dans une autre affaire, une compagnie suisse avait tenté de faire saisir le Sédov, le plus grand voilier navire-école du monde, ainsi que les comptes bancaires en France de l’ambassade de Russie.

 

Référence : Defense News (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15.09.2015 Par Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

Le gouvernement soumet, mardi 15 septembre, au Parlement une déclaration suivie d’un débat sur l’engagement des forces aériennes françaises en Syrie. Ce qui ne devrait pas susciter de difficultés politiques majeures. Mais des interrogations demeurent sur la pertinence du changement de cap qui a conduit le président François Hollande, le 7 septembre, à étendre l’intervention militaire française contre l’Etat islamique (EI). Jusque-là, l’opération « Chammal » restait cantonnée à l’Irak : on pensait à Paris que frapper l’EI en Syrie conforterait de facto le président Bachar Al-Assad.

 « Nous ne pouvons plus nous permettre que la Syrie, principal repaire de Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique], demeure un angle mort de notre action », a déclaré le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, lundi 14 septembre à Strasbourg, lors de l’université d’été de la défense.

Depuis une semaine, des missions de reconnaissance ont été confiées aux Rafale basés à Abou Dhabi. Elles pourront être prochainement suivies de frappes ciblées contre l’EI. Mais ces frappes ne changeront pas la donne sur le terrain syrien en proie au chaos, conviennent tous les experts. Car pour l’heure, le cadre fixé aux militaires est étroit : il s’agit d’être prêt à engager une riposte si, demain, un attentat visant le sol français est ordonné et préparé depuis les bastions de l’EI en Syrie. Les services de renseignement ont acquis la preuve que des jeunes y sont formés, lors de véritables stages, à la préparation d’actions terroristes contre la France.

 

Récolter du renseignement

Décidé après l’attaque ratée du Thalys en août, l’engagement français a un objectif politique national avant d’être militaire : démontrer aux Français que tout est fait dans la lutte contre la menace terroriste. Paris affirme que la résolution de la crise syrienne relève d’abord d’efforts politiques et diplomatiques.

Huit cents militaires et six avions de chasse, sans moyens nouveaux, sont mobilisés contre « l’armée terroriste », Daech, et « sa dynamique funeste », selon les mots de M. Le Drian. En Syrie, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada étaient à ce jour les seuls pays occidentaux engagés dans des frappes contre l’Etat islamique. Les pays sunnites du Golfe et de la région, qui participaient aux opérations aériennes, ne bombardent plus depuis la mi-août ; ils ont déplacé tous leurs moyens au Yémen, assurent les sources militaires.

L’armée française va d’abord récolter du renseignement, dont elle ne dispose pas aujourd’hui sur l’Etat islamique en Syrie, et qu’elle pourra échanger avec son homologue américaine. Ensuite, les frappes viseront des camps de l’EI, sur la base de « dossiers d’objectifs » préparés, et non les mouvements du groupe armé au gré de ses offensives.

Donnée importante : il ne s’agit pas de frapper le Front Al-Nosra, lié à Al-Qaida. En outre, les experts assurent que les forces de Bachar Al-Assad ne sont pas une menace là où la France intervient. « Elles ne sont plus présentes à l’est, y compris à Rakka, et les avions de Bachar n’effectuent même plus de vols d’entraînement, résume une source informée. Nos Rafale n’ont trouvé aucune défense sol-air active.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 22:20
Héros du Thalys, Spencer Stone reprendra le travail début octobre

French President Francois Hollande, left, awards U.S. Airman First Class Spencer Stone with the Legion d'Honneur (the Legion of Honour) medal during a ceremony at the Elysee Palace in Paris, Aug. 24, 2015. source abcnews.go.com

 

15 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Le soldat Spencer Stone, l'un des héros de l'attaque du train Thalys, s'apprête à retrouver une vie ordinaire après avoir connu une vie de star ces dernières semaines, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse organisée par l'US Air Force.

 

J'ai appris beaucoup. J'ai plus grandi dans les trois dernières semaines que dans les 22 dernières années de ma vie, a expliqué mardi Spencer Stone, qui s'exprimait en marge d'une convention à Washington réunissant tout le gratin de l'US Air Force.

 

J'avais peur de parler en public, ma voix tremblait, mais maintenant c'est assez facile pour moi, a-t-il dit en souriant, sanglé dans son uniforme bleu marine.

 

J'ai eu la chance que l'US Air Force me laisse voyager et faire des choses assez cool avec les médias, a-t-il résumé.

 

L'Air Force a aussi décidé de promouvoir au rang de Staff Sergeant (sergent-chef) celui qui n'était que simple 1ère classe.

 

Il ne s'agit pas de récompenser le jeune homme pour son acte héroïque, a expliqué le général Mark Welsh, chef de l'armée de l'air, en marge d'une autre conférence de presse.

 

Il s'agit plutôt de reconnaître le sang-froid dont il a fait preuve dans tous les évènements qui ont suivi, a indiqué le général.

 

Il a un instinct pour dire et pour faire ce qu'il faut, et ce sera une très bonne qualité pour un jeune sous-officier, a-t-il déclaré.

 

Le jeune homme a été invité à des talks-shows sur les chaines de télévision américaines, et fêté avec ses amis lors d'une parade à Sacramento (Californie) le 11 septembre.

 

L'un des talk-shows lui a offert un billet d'avion pour Paris et cinq nuits d'hôtel sur place, et il a indiqué avoir reçu une Chevrolet Camaro, sans dire qui était le généreux donateur.

 

Début octobre, il reprendra le travail dans la base aérienne Travis en Californie, où se trouve un important hôpital militaire dans lequel il a déjà travaillé.

 

L'US Air Force lui a accordé cette affectation après l'attaque du Thalys, alors qu'il devait en principe être affecté à une base aérienne du Nevada.

 

Je connais tout le monde à l'hôpital, mon frère est motard dans la police là-bas (...) et je serai près de mes deux amis qui étaient dans l'attaque, a-t-il dit.

 

Jeudi, Spencer Stone (23 ans) sera décoré avec ses amis au Pentagone par le ministre de la Défense américain Ashton Carter. Il recevra la médaille Purple Heart.

 

Ses deux amis, Alek Skarlatos, 22 ans, militaire de la Garde nationale de l'Oregon (nord-ouest), et Anthony Sadler, 23 ans, seront également décorés.

 

Tous trois ont déjà reçu la Légion d'honneur des mains du président français François Hollande.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 21:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Sources : Centre d'expertise aériennre militaire

 

Le 15 septembre 2015, deux Rafale de Mont-de-Marsan ont décollé équipés de SATCOM.

 

Le monoplace et le biplace de l’escadron de chasse et d’expérimentations (ECE) 5/330 « Côte d’Argent », faisant partie de la patrouille, ont pu être suivis de bout en bout, ainsi que le C135 ravitailleur.

 

Le convoyage de 3h30 vers Lajes a pu être observé dans son intégralité au centre d’expertise aérienne militaire (CEAM) depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan. De nombreuses communications, tant opérationnelles qu’expérimentales, ont eu lieu par chat.

 

Cet événement est le fruit de plusieurs mois de travail intense entre le CEAM, le constructeur Dassault Aviation et les services de la direction générale de l’armement (DGA). Il ouvre des perspectives de connexion sans précédent au Rafale, qui est désormais présent sur tout le spectre des liaisons de données.

 

Le 1er septembre 2015, le CEAM est officiellement devenu le centre d’expertise aérienne militaire (anciennement appelé centre d’expériences aériennes militaires). Cette nouvelle appellation s’inscrit dans la volonté de l’armée de l’air de développer un centre de guerre aérienne (Air Warfare Center) et de concentrer ses experts autour des trois piliers constitutifs d’une capacité opérationnelle de première ligne : la doctrine, les équipements et l’expertise tactique du combattant.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 21:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Par Clémentine Maligorne – leFigaro.fr (AFP agence)

 

Après s'être interdit, il y a un an, d'intervenir militairement pour ne pas servir les intérêts du président syrien Bachar el-Assad, François Hollande a revu sa position.

 

Un «soutien» aérien uniquement en Irak

Le 18 septembre 2014, lors de sa conférence de presse bi-annuelle, François Hollande, chef des armées, promet une «protection aérienne» pour aider l'Irak dans la lutte contre le groupe État islamique. Le président pose toutefois plusieurs limites: «Il n'y aura pas de troupes au sol et nous n'interviendrons qu'en Irak» et non en Syrie. Il s'explique: «Nous condamnons le régime de Bachar el-Assad. Mais nous ne pouvons pas, malgré la présence de Daech en Syrie, prêter notre action pour ce régime dictatorial. Car Bachar el-Assad et Daech ont partie liés. Nous sommes attentifs à la légalité internationale. Nous sommes appelés par les autorités irakiennes, pas par la Syrie.»

Le 15 septembre, les premiers survols de reconnaissance militaire, dans le cadre de la coalition militaire internationale dirigée par les États-Unis, ont commencé en Irak. L'objectif de cette mission est de prendre des photos de haute précision des positions djihadistes pour définir des cibles en vue de bombardements.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 19:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 15 sept. – CJTF-OIR

 

September 15, 2015 by CJTF-OIR  -Release # 20150915

 

Military Airstrikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA – On Sep. 14, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted three airstrikes using fighter aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 15 airstrikes coordinated with the government of Iraq using attack, bomber, fighter, fighter-attack and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, two airstrikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL armored personnel carrier.

• Near Dayr Az Zawr, one airstrike struck an ISIL crude oil collection point.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, one airstrike struck an ISIL large tactical unit and destroyed an ISIL building.

• Near Al Huwayjah, two airstrikes struck two ISIL tactical units and destroyed two ISIL tunnels and an ISIL vehicle.

• Near Bayji, three airstrikes struck three ISIL tactical units and destroyed eight ISIL buildings, an ISIL IED and an ISIL carport.

• Near Habbaniyah, one airstrike destroyed three ISIL rocket rails.

• Near Kirkuk, one airstrike struck an ISIL mortar firing position.

• Near Mosul, three airstrikes struck an ISIL tactical unit, two ISIL rocket firing positions and an ISIL mortar firing position and destroyed three ISIL berms and 14 ISIL fighting positions.

• Near Ramadi, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL house-borne IED, an ISIL VBIED, five ISIL buildings, an ISIL vehicle and an ISIL motorcycle.

• Near Sinjar, three airstrikes struck two ISIL tactical units and destroyed six ISIL fighting position, an ISIL heavy machine gun and an ISIL cache.

 

Airstrike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted airstrikes in Iraq include Australia, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom and United States. Coalition nations which have conducted airstrikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates and the U.S.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:55
MMP missile - photo Laurent Guichardon - MBDA

MMP missile - photo Laurent Guichardon - MBDA

 

September 14, 2015: Strategy Page

 

In early 2015 a Swedish firm (Saab) agreed to design and produce warheads for the new French MMP (Missile Moyenne Portée) medium-range anti-tank missile (ATGM). Warhead deliveries are scheduled for 2017. This is a big deal for Saab, a Swedish company that is often a competitor when it comes to anti-tank weapons. Saab is often competing with the French manufacturer (MBDA) of MMP for ATGM business. The French military did the math and concluded that it was cheaper (and more effective) to buy certain key MMP components from the ATGM manufacturer with the best reputation. This was obviously cheaper and faster that having MBDA conducting their own research in that area.

 

MMP is a new generation of ATGM similar to the American Javelin or Israeli Spike but developed by a local firm because the French like to manufacture key weapons in France. The MMP will replace the older MILAN family of anti-tank missiles, which were also developed in France. The replacement effort goes back to 2009 when France rejected yet another Milan modernization proposal and in 2010 ordered 260 FGM-148 Javelin missiles from the United States. This purchase was quite a shock for French industry but also an incentive to develop an attractive locally made alternative to Javelin. This led to MMP and the Swedish warhead was seen as an asset, not a liability.

 

The MMP missile itself weights about 15 kg (33 pound), is 1.3 meters (51 inches) long 140mm in diameter. The weight of the firing unit, including tripod and battery, is another 11 kg (24 pounds). The missile can be fired from portable firing posts, vehicles and army aviation platforms (in the future). MMP features a dual-mode seeker incorporating an uncooled thermal and daylight television channel together with inertial reference unit. An uncooled IR seeker is especially useful, because it can be used very quickly, as opposed to cooled seekers like Javelin’s that require some time to become ready. The warhead is a 140mm caliber tandem shaped charge which according to producer is capable to penetrating any modern tank or two meters of concrete. The missile can engage targets 4,000 meters away. MMP also has a two-way datalink which provide fire-and-forget, man-in-the-loop and non-line-of-sight firing modes with either direct or top-attack (flying over a target and sending penetrator through the thin top armor). MMP can also soft-launch (be safely fired from confined spaces like buildings).

 

A heavier 8,000 meter version (called MLP) is in the works for helicopters and vehicles. MLP will replace the current HOT missiles.

 

MMP successfully conducted extensive test firings in early 2015. These included live-firing under various conditions. Some additional tests will take place before the end of 2015. The French Army had no doubt that the MMP effort would succeed and in late 2013 ordered 175 firing posts and 450 missiles, which deliveries beginning in 2017. The entire procurement contract for the French Army is for 2,850 missiles and 400 firing posts. MBDA expects MMP and MLP to be competitive export items.

 

Meanwhile the older (1970s) technology Milan has remained in production, mainly because it can still get the job done if used against lightly armored vehicles and older tanks. India is a major user (building Milan under license) because their likely opponents, until recently, only had tanks that Milan could handle. But now they have an aggressive China massing forces on the border and building much better protected tanks. The basic Milan is a 1.2 meter long, 125mm diameter, 7.1 kg (16 pound) missile. It has a minimum range of 400 meters and maximum range of 2,000 meters. At max range the missile takes about 13 seconds to reach its target. The missile is guided to the target by the operator via a thin wire. The launcher weighs 21 kg (46 pounds). The missile can penetrate about a meter (39 inches) of armor, making it effective against all but the most modern tanks (M-1, Challenger, Leopard 2). Since the 1970s, over 350,000 Milan missiles and 30,000 launchers have been built worldwide. More modern ATGM are wireless and require much less effort on the part of the operator but they are more expensive. Milans are now being phased out in favor of more modern designs although some will remain in service into the 2020s.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:55
photo C. Bordères Armée de Terre

photo C. Bordères Armée de Terre

 

15/09/2015 armée de Terre

 

Deux semaines seulement après être intervenus au profit de la ville de Montauban, durement touchée par une tempête, les militaires du 17e régiment du génie parachutiste (17e RGP) retournaient à l’entraînement dans le cadre de l’exercice BAC KAN.

 

Tirant son nom d’une localité vietnamienne, théâtre du premier engagement du régiment durant la guerre d’Indochine en 1947, l’exercice BAC KAN a pour objectif de combiner les fonctions complémentaires du soldat, du sapeur et du parachutiste propres aux hommes du 17e RGP.

 

Pour l’occasion, 250 sapeurs parachutistes se sont entraînés au saut et au combat en zone urbaine afin de faire face aux enjeux des conflits actuels, comme l’explique le lieutenant-colonel Yann, chef du bureau opérations et instruction du régiment : « nos engagements en opération extérieure sont extrêmement variés et nécessitent de mettre en œuvre toutes nos compétences ».

 

Un entraînement opérationnel indispensable aux hommes du 17e RGP qui seront bientôt projetés à l’étranger dans le cadre de l’opération BARKHANE.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:55
Création d’un guide « MIEUX VIVRE LE DEPLOIEMENT POUR LE MILITAIRE ET SA FAMILLE »



15/09/2015 Ministère de la Défense

 

Le bien-être (Welfare) du militaire se définit comme l’ensemble des actions visant au maintien de la capacité opérationnelle des unités. Il s’agit de préserver l’équilibre psychologique des combattants et la cohésion des unités par la satisfaction des aspirations individuelles et/ou collectives.

Au regard des actions sociales menées au sein du ministère de la Défense et au constat d’une offre de service dispersée, la Caisse nationale militaire de sécurité sociale (CNMSS) et ses partenaires ont acté la création d’un guide, intitulé « Mieux vivre le déploiement pour le militaire et sa famille ».

À travers ce guide, les armées souhaitent améliorer le dispositif de soutien existant en le modernisant par un outil novateur et fédérateur.

Les objectifs sont de maintenir l’équilibre individuel et familial du militaire au profit de sa capacité opérationnelle et à celle plus globale des unités. Ce guide prend en compte la condition du personnel, avant, pendant et après un déploiement. Il s’agit également de soutenir la famille du militaire.

Moderne et innovant, le guide a été pensé comme un portail d’information permettant aux militaires déployés et à leur famille d’accéder à des articles synthétiques sur des thématiques ciblées, comportant les liens vers les sites des différents organismes institutionnels concernés.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:55
photo 40e RA - Armée de Terre

photo 40e RA - Armée de Terre

 

15.09.2015 par 40e régiment d’artillerie

 

Les journées portes ouvertes des 19 et 20 septembre 2015, seront l’occasion de commémorer ensemble les 20 ans de l’intervention des canons AUF1 du 40e régiment d’artillerie déployés à l’été 1995 sur le Mont Igman à Sarajevo. La cérémonie publique aura lieu le samedi 19 septembre, à partir de 20h, sur la place d’arme du quartier Maunoury à Suippes. Elle sera suivie d’un son et lumière évoquant cette action d’éclat de l’artillerie, en présence d’anciens du régiment ayant participé à cette opération.

 

Après la défaite des nazis en 1945, Tito s’empare du pouvoir et crée un Etat fédéral jusqu’à sa mort en 1980. A partir de 1986, la situation est bloquée et les républiques se séparent. Les Serbes de Bosnie, fidèles à l’unité de la Yougoslavie, affrontent les Bosniaques et les Croates pro-indépendances dans un conflit sanglant. Une résolution de février 1992 fixe le cadre de la mise en place d’observateurs de l’ONU et de troupes sur place. Dès le mois d’avril, la France participe à cette force en débarquant dans la région des Balkans.

Les casques bleus peinent à imposer la paix et ne parviennent pas à faire taire les armes lourdes des forces et milices Serbes qui pilonnent Sarajevo.

En 1995, après un attentat, l’ONU prépare une intervention pour faire cesser le siège de Sarajevo et mettre un terme aux bombardements qui causent de lourdes pertes parmi les populations civiles et militaires.

 

Le 40e régiment d’artillerie, déjà régiment de l’urgence opérationnelle.

Le 15 juin 1995, la Force de Réaction Rapide de l’OTAN est créée. Le 40ème régiment d’artillerie, est choisi pour armer dans l’urgence le module d’artillerie blindé.  Ainsi, au déclenchement de l’alerte, le 19 juillet, la réactivité est exceptionnelle et la montée en puissance se fait en un temps record. Le 23 juillet, le module prend le nom de Groupement d’Artillerie Leclerc (GAL). Ce groupement compte 360 personnes et est principalement articulé autour d’une batterie d’AUF1. Il quitte la France pour Sarajevo le 27 juillet.

 

photo 40e RA - Armée de Terre

photo 40e RA - Armée de Terre

 

L’opération Vulcain et la puissance de feu des canons automoteur AUF1.

Le 20 août, ils atteignent le Mont Igman. C’est là, dans les ruines du vaste « HOTEL IGMAN » qui avait accueilli les JO d’hiver en 1984 que la FRR, commandée par le Général Soubirou, installe son PC. Le 30 août est déclenchée l’opération VULCAIN. En deux jours, les AUF1 tireront plus de 300 obus traitant les cibles désignés par les Equipes d’Observation françaises, britanniques et néerlandaises. L’opération VULCAIN porte rapidement ses fruits. L’adversaire quitte ses positions. Après 134 jours d’opération, fort d’une expérience opérationnelle unique, le 40 est relevé à la mi-décembre. L’utilisation de l’AUF1 aura été un facteur incontournable pour imposer la volonté de la communauté internationale, grâce à sa rapidité de mise en œuvre, sa portée et sa précision.

 

Aujourd’hui les artilleurs du 40 perpétuent cette capacité de réactivité à l’imprévu et sont prêts à répondre à toute sollicitation opérationnelle, sur très court préavis. Leur compétence unique sur trois matériels différents que sont l’AUF1, le CAESAR et le Mortier de 120 mm apporte une réelle souplesse aux forces terrestres et à la 2e Brigade blindée.

 

Note RP Defense : voir Les forces françaises dans la guerre de Bosnie avril 1992 - décembre 1995 - ECPAD

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

14/09/2015 Armée de l'air

 

Les prises de commandement du centre de formation aéronautique initiale (CFAMI) 5/312 et de l’escadron d’instruction sol du personnel navigant (EISPN) se sont déroulées jeudi 10 septembre 2015 sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.

 

Le CFAMI assure l’initiation au vol ainsi que la formation théorique et pratique des futurs pilotes et navigateurs de chasse, de transport et d’hélicoptère au sein de l’armée de l’air, de la marine nationale ainsi que de la direction générale de l’armement.

 

Pour mener à bien sa mission, la direction des études du CFAMI dispose de l’escadron d’initiation à l’aéronautique militaire (EIAM) pour l’initiation au vol à voile, de l’EISPN pour les cours théoriques, de la section simulateur, de deux escadrons d’instruction en vol (EIV) pour les pilotes, ainsi que de l’escadron de formation des navigateurs de combat (EFNC).

 

Cette cérémonie a marqué également la reprise des traditions des escadrons 3/5 «Comtat Venaissin», 2/93 «Cévennes» et 1/93 «Aunis» respectivement par le 2e EIV «Montmirail», le 3e EIV «Côte Bleue» et l’EFNC.

 

L’escadron de chasse 3/5 «Comtat Venaissin» fut formé à Orange le 1er janvier 1953, avec pour mission de transformer des stagiaires sur avions à réaction, puis dès 1954, d’assurer la défense aérienne du territoire. Dissous une première fois en 1957, il est recréé à Orange de juillet 1981 à mai 1997. Volant sur Vampire, Mistral, Mystère II C, Mirage F1 B/C puis Mirage 2000 C, il participa aux opérations Épervier (Tchad) et Daguet (Irak). Le «Comtat Venaissin» renaît aujourd’hui au sein du CFAMI, où il reprend l’activité du 2e EIV «Montmirail».

 

L’escadron de bombardement (GB) 2/93 «Cévennes», quant à lui, héritier des escadrilles V109 et V125, fut créé pendant la Grande Guerre. Il ne cessa de s’illustrer durant la Seconde Guerre mondiale, aussi bien au cours de la Bataille de France qu’en Afrique du nord. Dissous en 1946, il sera recréé de 1965 à 1983, et assurera la mission de dissuasion nucléaire. Il vola notamment sur Farman 50, Amiot 143, Potez 63, B26 Marauder et Mirage IV A. Le «Cévennes» est cité à l’ordre de l’Armée aérienne, et décoré de la Croix de guerre avec Palme et de la Médaille militaire. À l’instar du «Comtat Venaissin», il renaît aujourd’hui en reprenant l’activité et les traditions du 3e EIV «Côte Bleue».

 

Le groupe de bombardement 1/31 «Aunis», héritier des escadrilles SAL 10 et SAL 227 de la Grande Guerre, est créé en décembre 1944. Il participa sur JU-88 à la libération de Royan et de la pointe de Graves. Le GB 1/31 a été dissous en janvier 1946. De juillet 1965 à août 1996, équipés de C-135F, les escadrons de ravitaillement en vol (ERV) 4/93 puis 1/93 reprendront successivement les traditions du GB 1/31. L’«Aunis» fut cité à l’ordre de l’Armée aérienne et décoré de la Croix de guerre.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:25
S-BR1 Riachuel  photo Ricardo Pereira

S-BR1 Riachuel photo Ricardo Pereira

 

Sept 09, 2015 by Defense-Aerospace.com

(Source: Brazilian Navy; issued Sept 09, 2015)

(Issued in Portuguese; unofficial translation by Defense-Aerospace.com)

 

The Navy of Brazil passed a major milestone in the PROSUB Submarine Development Program when, on September 2, the Nuclebrás Heavy Equipment SA (NUCLEP) delivered to Itaguaí Construção Naval (ICN), the final section of the pressure hull of the first conventional submarine (S-BR1), the "Riachuelo."

 

The ceremony marking the delivery, presided by the Commander of the Navy, Admiral- Eduardo Bacellar Leal Ferreira, marked the completion of the first phase of construction of the submarine "Riachuelo".

 

This delivery will now allow all sections of the pressure hull to move to the next phase of equipment and systems installation. The pressure hull is composed of cylindrical sections structurally reinforced to withstand the maximum operating pressure of the submarine.

 

PROSUB is a partnership between Brazil and France and provides, among other things, the transfer of technology necessary to the construction of four conventional diesel-electric submarines and one submarine with nuclear propulsion.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 15:55
Ex-BPC russes: entre propriétaire, usufrutier, décote et sinistre industriel


15.09.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Sur le dossier BPC, à noter l'audition de Laurent Fabius ce mardi à 18h30. Cette réunion sera retransmise en direct sur le portail vidéo de l'Assemblée.

Elle précèdera la séance publique de jeudi à l'assemblée où sera discuté "le projet de loi autorisant l'approbation de l'accord sous forme d'échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Fédération de Russie sur le règlement des obligations complémentaires liées à la cessation de l'accord du 25 janvier 2011 relatif à la coopération dans le domaine de la construction de bâtiments de projection et de commandement".

En attendant, le texte de l'audition, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, de Louis Gautier (Secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale qui a mené les discussions "parfois abruptes" avec les Russes), est à lire ici. Pour sa part, la commission des affaires étrangères a auditionné Louis Gautier le 8 septembre mais le texte de l'audition n'est pas encore disponible.

 

Les grandes lignes de l'audition au Sénat de Louis Gautier:
- "Nous avons conclu un accord pour un montant de 949,7 millions d’euros. Il s’agit principalement de la restitution aux Russes du montant qu’ils avaient versé à mesure de la réalisation des tranches du contrat, 893 millions. Les 56,7 millions restants correspondent aux dédommagements des frais auxquels les Russes avaient été exposés",
- "le paiement se traduit par le décaissement de 949,7 millions sur le programme 146 (ndla: équipement des forces) presque aussitôt remboursé pour sa majeure partie. Trois jours plus tard en effet, DCNS a reversé à ce programme les 893 millions, reçus dans le cadre du contrat, au programme 146 qui devrait être encore abondé en fin d’année des 56,7 millions supplémentaires",
- "Le contrat était de l’ordre de 1,2 milliard" mais seuls 895 millions ont été assurés par la Coface: "les 895 millions assurés par la Coface se composent des 865 millions, auxquels il convient d’ajouter les frais de gardiennage (2 millions par mois pour les deux BPC) et une partie des frais généraux. Cela pourrait atteindre un total de 1 milliard".
- "Lorsque DCNS, qui est propriétaire, et Coface, usufruitière, revendront les BPC, il conviendra de soustraire à ce montant le prix de la revente. Y aura-t-il une décote ? Quel sera le coût des adaptations en fonction du pays acheteur ? Ce n’est qu’au jour de la vente que nous saurons si la Coface a dû supporter et pour quel montant un sinistre industriel. Il ne s’agit pas d’un débours mais d’une moindre recette sur le compte où la Coface reverse une part de ses excédents au budget de l’État".

 

A noter que la Coface va abandonner sa fonction Garantie publique à l'Export au profit de bpifrance qui en sera chargé dès le premier semestre 2016. 350 employés de la Coface sont concernés par cette bascule. Lire ici.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 15:55
La France face aux défis du XXIe Siècle - Les Lundis de l'IHEDN

 

source IHEDN

 

conférence-débat La France face aux défis du XXIe siècle de Monsieur Bernard-Henri LÉVY,

 

12 octobre 2015 à 18 h 30 - Ecole militaire

 

pour s'inscrire

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:56
Syrie : le soldat Hollande s'engage contre le groupe EI

Le président François Hollande a estimé lundi que la France devra mener des frappes aériennes contre le groupe État islamique (EI) en Syrie. - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Le Point.fr (AFP)

 

"Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie", a déclaré le président lors d'une conférence de presse commune avec son homologue du Nigeria Muhammadu Buhari, à Paris.

Il y a une semaine, le chef de l'État avait ordonné à l'armée française de mener des opérations aériennes de renseignement au-dessus de la Syrie comme elle le fait depuis un an en Irak. "Selon les informations que nous recueillerons (...), nous serons prêts à faire des frappes" contre l'EI, avait-il ajouté, tout en excluant une intervention au sol. De premiers vols de reconnaissance ont eu lieu mardi et mercredi derniers.

 

Débat au Parlement mardi

Jusqu'alors, la France s'était interdit d'intervenir militairement en Syrie au motif qu'elle craignait que cela ne serve les intérêts du président syrien Bachar el-Assad dont Paris réclame le départ, le jugeant principal responsable de la guerre en cours dans son pays.

Le Parlement français doit débattre mardi, sans vote, de cet engagement militaire en Syrie. Le président français a également comparé l'EI avec le groupe islamiste Boko Haram, actif dans le nord-est du Nigeria et les pays voisins.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:56
Syrie : le Parlement discute de possibles frappes françaises

Les députés et les sénateurs débattent ce mardi de l'engagement militaire français en Syrie et des frappes aériennes contre le groupe État islamique. - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Lundi, le président de la République a déclaré que les frappes aériennes contre le groupe État islamique étaient nécessaires en Syrie.

 

Députés et sénateurs débattent ce mardi, mais sans voter, de l'engagement militaire français en Syrie et des frappes aériennes contre le groupe État islamique que le président François Hollande a jugées nécessaires lundi. Organisé simultanément à l'Assemblée nationale et au Sénat, le débat doit durer environ deux heures avec une déclaration du Premier ministre Manuel Valls suivie d'une intervention de chaque groupe politique. Mais l'intitulé initial, qui portait sur "des vols de reconnaissance", est modifié après les déclarations du président de la République augurant de prochaines frappes. Il s'agit désormais de "l'engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien". "Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie", a prévenu le chef de l'État lundi soir à Paris, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue du Nigeria Muhammadu Buhari.

Il y a une semaine, François Hollande avait ordonné à l'armée française de mener des opérations aériennes de renseignements au-dessus de la Syrie comme elle le fait depuis un an en Irak, avec à la clé de possibles frappes contre des centres de commandement ou d'entraînement de l'El. La France, avait-il argumenté, veut désormais connaître "ce qui se prépare contre elle et ce qui se fait contre la population syrienne", dans une allusion aux menaces d'attentats sur le territoire hexagonal. Cet "engagement supplémentaire" pour l'armée française est nécessaire car "la donne a changé et nous ne pouvons plus nous permettre de laisser la Syrie, principal repaire de Daesh, demeurer un angle mort de notre politique au Levant", a également dit lundi soir le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour justifier ce changement stratégique. Jusqu'alors, la France s'était interdit d'intervenir militairement en Syrie au motif qu'elle craignait que cela ne serve les intérêts du président syrien Bachar el-Assad dont Paris réclame le départ, le jugeant principal responsable de la guerre en cours dans son pays.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

14/09/2015 armée de Terre

 

Le 2 septembre 2015, le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a visité le 4e régiment du matériel (4e RMAT) de Nîmes. Au programme de son déplacement : la maintenance et le recrutement.

 

Le CEMAT a ainsi profité de l’occasion pour rappeler au régiment ses engagements inscrits dans le nouveau modèle de l’armée de Terre : la maintenance opérationnelle se met désormais en œuvre au plus près des forces.

 

Il a par ailleurs réaffirmé la marge de manœuvre laissée au chef de corps pour recruter lui-même une partie de ses militaires. Un système « par le régiment pour le régiment » nécessaire afin d’atteindre l’objectif national de recrutement fixé à 11 000 hommes en deux ans.

 

Cette nouvelle stratégie a d’ailleurs déjà fait ses preuves au 4e RMAT ; le régiment a pratiquement bouclé ses objectifs de recrutement pour l’année 2015.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

14/09/2015 Armée de l'air Economie et technologie

 

La direction générale de l’aviation civile (DGAC) a délivré, mercredi 9 septembre 2015, la certification «level D» au Full Flight Simulator (FFS) de l'A400M.

 

Mis en œuvre par le centre d'instruction des équipages de transport (CIET), le FFS A400M devient ainsi le premier simulateur de vol des armées à obtenir le plus haut niveau de classification prévu par la réglementation civile.

 

Grâce au "Level D", le FFS rejoint ainsi le cercle fermé des simulateurs dits «Zero Flight Time Training Device».

 

Entré en service dans l’armée de l’air en novembre 2013, le FFS A400M a obtenu cette certification à l’issue d’une évaluation de trois jours menée sur la base aérienne 123 d'Orléans.

 

Placé sur vérins hydrauliques et relié à un serveur informatique, le FFS recrée à l'identique la cabine de pilotage de l'A400M. Cet outil de simulation ultra-performant permet aux équipages de créer des scénarios complexes, adaptés à leurs besoins d'entraînement.

 

Plus d'informations sur le CIET et le FFS A400M dans la vidéo ci-dessous:

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:50
Sigma 40 à gyrolaser. (Photo Sagem)

Sigma 40 à gyrolaser. (Photo Sagem)


 

Salon DSEI, Londres, 15 septembre 2015 - source Sagem / Safran

 

Sagem (Safran) vient de remporter une compétition auprès de la Marine royale norvégienne pour la modernisation du système de navigation de ses trois patrouilleurs océaniques de la classe Nordkapp. Unités armées de plus de 3 300 tonnes, ces bâtiments porte-hélicoptères seront équipés de systèmes de navigation à gyrolaser SIGMA 40. 

Développée et produite par Sagem, la centrale SIGMA 40 est un système inertiel à gyrolaser conçu pour garantir des mesures de navigation très précises dans les milieux les plus sévères. Opérant de manière entièrement autonome, SIGMA 40 contribue à l'efficacité des systèmes embarqués et au succès des missions les plus exigeantes des navires de combat. 

Le choix de la marine norvégienne pour la centrale SIGMA 40 de Sagem a été motivé par la très bonne tenue de performances obtenues dans les conditions de navigation spécifiques à la Norvège (fjords, météo, glace,…). La résistance de la SIGMA 40 à des chocs intenses sur une durée longue a été un élément déterminant dans le choix des opérationnels. SIGMA 40 est en effet l'une des rares centrales de navigation navale conformes aux spécifications de résistance aux chocs telles qu'énoncées dans la norme MIL-S 901 D.

Ce nouveau contrat vient conforter un partenariat de 20 ans avec la Marine royale norvégienne dans le domaine des systèmes de navigation, Sagem exerçant également une mission de conseil auprès de son client. La centrale SIGMA 40 XP de Sagem avait été sélectionnée par la marine norvégienne pour la modernisation à partir de 2008 des systèmes de navigation des six sous-marins ULA de la marine norvégienne. 

La centrale de navigation SIGMA 40 équipe à ce jour plus de 500  bâtiments de combat et 75 sous-marins, notamment les unités de premier rang les plus innovantes, telles que les frégates européennes FREMM et Horizon, les BPC Mistral et le porte-hélicoptère amphibie coréen LPX Dokdo. En version SIGMA 40XP, elle a été choisie pour les sous-marins classiques Scorpène de DCNS, pour la modernisation des systèmes de navigation des sous-marins nucléaires d'attaque de la classe Améthyste et pour l'équipement des futurs Barracuda. 

Sagem maîtrise l'ensemble des technologies inertielles (mécanique, laser, fibre optique, vibrant) et affiche plus de 60 ans de savoir-faire dans les systèmes de navigation civils et militaires, en France et à l'international.

* * *

Sagem, société de haute technologie de Safran, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international de Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 600 personnes en Europe, en Asie Pacifique, en  Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité. Pour plus d'informations : www.sagem.com  

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:50
FS PERLE ROUGE and FS JEAN DE VIENNE during Dynamic Manta exercise- 13 SEP 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

FS PERLE ROUGE and FS JEAN DE VIENNE during Dynamic Manta exercise- 13 SEP 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

 

15 septembre 2015 Portail des Sous-Marins 

 

L’OTAN a lancé le 11 septembre au large de la Sicile l’exercice Dynamic Manta 2015. Des sous-marins français, grecs, italiens, espagnols, turcs, britanniques et américains participent à cet exercice. L’exercice se déroule au centre de la Méditerranée jusqu’au 23 septembre.

 

Les frégates française Jean de Vienne, allemande Hamburg, italienne Grecale, américaine USS Porter et turque Yildrim, participeront à l’exercice.

 

Des hélicoptères HH-101A Caesar italiens, des avions de patrouille maritime Atlantique 2, CN235-100M turcs, CP140 Aurora canadiens et P-3C Orion américains représenteront le caractère multi-menace. Ils seront basés sur la base de Sigonella.

 

Note Portail des Sous-Marins : Sur sa page facebook, le NATO Maritime Command précise que le sous-marin Perle (équipage rouge) participe à cet exercice.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 10:55
French AMX-10RC reconnaissance vehicles move across the desert as part of a display of Allied armor during Operation Desert Shield. - photo US DoD

French AMX-10RC reconnaissance vehicles move across the desert as part of a display of Allied armor during Operation Desert Shield. - photo US DoD


15.09.2015 source SHD
 

15 septembre 1798 : reddition française (Irlande). Le général Humbert à la tête de 1000 Français (débarqués le 22 aout) et de 5000 rebelles irlandais se rend aux Britanniques. La tentative française d’appuyer l’insurrection irlandaise échoue malgré quelques victoires (Killala, Ballina et Castlebar).

 

15 septembre 1812 : incendie de Moscou. Napoléon Ier étant entré dans la ville la veille, le gouverneur général de Moscou, le comte Rostopchine (père de la comtesse de Ségur), ordonne de mettre le feu à la capitale. Le Tsar a ainsi sapé la gloire de Napoléon :  la population moscovite s’est enfuie, la ville est en cendres et n’offre aucune possibilité de ravitaillement. L’hiver s’annonce. A lire Il neigeait de Patrick Rambaud.

 

15 septembre 1916 : premier engagement des « Tanks » britanniques. Piétinant depuis deux mois dans leur offensive sur la Somme, les britanniques engagent pour la première fois des chars (nom de code : tanks = réservoirs) dans la région de Flers et Courcelette.  Ces engins blindés, montés sur chenille (une innovation apparue en 1905 dans le milieu agricole), se montrent capables de franchir tous les obstacles y compris les rideaux de barbelés qui protègent les tranchées. La surprise des Allemands n'est malheureusement pas exploitée. En Angleterre, les chars d'assaut sont promus par le lieutenant-colonel Ernest Swinton, qui rallie à son idée le premier Lord de l'Amirauté, Winston Churchill. En France, le promoteur des chars d'assaut est le général d'artillerie Jean-Baptiste Estienne (1860-1934), qui a été aussi parmi les premiers à comprendre l'intérêt militaire de l'aviation. Mais les résistances du ministère de l'Armement ne permettront de mettre en ligne les premiers chars français que le 16 avril 1917, dans des conditions au demeurant décevantes. Les Allemands attendront la fin de la guerre pour se laisser convaincre par cette nouvelle technique.

Note Rp Defense: voir Utilisation des premiers chars à Pozières pendant la bataille de la Somme

 

15 septembre 1950 : débarquement à Inchon des troupes de l’ONU (Corée).

 

15 septembre 1958 : achèvement de la ligne Morice (frontière algéro-tunisienne). Pour empêcher les intrusions du FLN en Algérie, les bataillons du génie réalisent 300 km de barrage électrifié.

 

15 septembre 1990 : décision présidentielle de l’opération Daguet. François Mitterrand décide d’envoyer un corps expéditionnaire aux côtés des Américains en réponse à l’invasion du Koweït par l’Irak (02 aout 1990) et au saccage de l’ambassade de France à Koweït City (14 septembre 1990). La division Daguet comptera jusqu’à 12 000 hommes.

Note RP Defense:

voir Opération Daguet, 20 ans après - Site Daguet

voir La guerre du golfe: opération «Daguet»(1991).

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 10:55
MOOC Compréhension de l'arme aérienne

 

15.09.2015 source Ecole de l'Air

 

Le MOOC compréhension de l'arme aérienne de l'École de l'Air est lancé !

Tenez-vous prêt, et retrouvez nous sur la plateforme de France Université Numérique dès maintenant.

Nous sommes ravis et impatients de vous accueillir pour ces 6 semaines de formation en ligne.

 

Voir le cours

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories