Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:55
DCNS dévoile une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000

 

8 juin 2015 Portail des Sous-Marins

 

Lors d’un salon naval à Rotterdam, DCNS a dévoilé une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000.

Xavier Mesnet, directeur marketing pour les sous-marins, a expliqué que cette nouvelle version du Scorpène 2000 montre comment DCNS intègre les dernières technologies (comme des piles à combustible de 2è génération, le déploiement et la récupération de drône, la bouée multifonction Vipère...) ainsi que les exigences du client sur ses projets.

Le nouveau Scorpène 2000 présente un kiosque et un arrière modifié. Selon Marie Nicod, architecte naval de DCNS, la seule partie qui n’ait pas été modifiée est l’avant. Grâce à sa largeur, le kiosque peut accueillir jusqu’à 8 mâts. Le sous-marin est équipé de barres de plongée en croix de St-André pour une meilleure manœuvrabilité, ainsi que de stators à pales fixes : ils réduisent les pertes provoquées par l’hélice et augmentent ses performances.

DCNS peut adapter les Scorpène 2000 aux spécifications du client, y compris sa taille et ses formes. Cette version du Scorpène 2000 peut employer tous les types d’armes : torpilles, missiles anti-navires et anti-aériens, missiles de croisière, drones et nageurs de combat.

 

Le Scorpène 2000 pour l’Australie ?

La principale force du Scorpène 2000 par rapport à ses concurrents, est qu’il dépasse leurs capacités en terme de vitesse, d’autonomie et d’armement. Selon DCNS, d’importantes innovations donnent au sous-marin des performances réellement remarquables : une vitesse de 14 nœuds en transit, une autonomie de 3 mois ou 18.000 nautiques.

La vitesse de transit est 40% plus élevée que celle de ses concurrents. Plus vite un sous-marin peut rejoindre sa zone d’opérations, plus longtemps il peut y rester.

Autre facteur important pour le client potentiel : la possibilité d’intégrer des systèmes et des armements qui ne sont pas fournis par DCNS. Depuis l’Agosta 90B vendu au Pakistan, les sous-marins de DCNS ont une architecture ouverte. L’installation de systèmes de combat et d’armes conçus par d’autres fournisseurs ne présente aucune difficulté technique.

 

Référence : Navy Recognition (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:25
photo EMA

photo EMA

 

15/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 17 juin 2015, les forces armées hollandaises, les autorités locales et les forces armées aux Antilles (FAA) organisent un entraînement opérationnel d’intervention des moyens civils et militaires, sur un scénario de catastrophe naturelle sur l’île de Saint Martin et Sint Marteen.

 

HUREX (Hurricane Exercise) est un entraînement planifié et mené par les forces armées et autorités civiles néerlandaises auquel les FAA ont été conviées, soulignant ainsi la volonté des Néerlandais de consolider la coopération entre nos deux nations. Près de 200 militaires français et néerlandais participent à cette édition.

 

Simulant une intervention d’urgence et d’assistance à la population après une catastrophe naturelle, HUREX 2015 s'inscrit dans le cadre du cycle de préparation opérationnelle des FAA. La saison cyclonique 2015 a débuté officiellement le 1er juin 2015 pour la zone Atlantique Nord, et les petites Antilles sont plus particulièrement exposées de juillet à novembre. Aussi, afin d’être toujours prêt à intervenir au secours de la population si un tel phénomène météorologique devait se produire, les FAA s’entraînent plusieurs fois par an en simulant des missions d’assistance à la population antillaise.

 

Afin d’entretenir leur capacité d’intervention sur l’ensemble du territoire français aux Antilles, notamment pour des opérations d’urgence et de secours aux populations, les FAA s’entraînent ponctuellement au-delà de leurs zones de stationnement permanent. Le déploiement du 33e régiment d’infanterie de Marine (33e RIMa) ainsi que du bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville permet donc de démontrer la capacité des militaires basés en Martinique à intervenir dans toutes les îles de la Caraïbe et notamment les îles françaises du Nord. Cet exercice constitue aussi une bonne opportunité de réaffirmer la mission permanente de souveraineté des forces armées sur l’ensemble du territoire national de la zone Antilles tout en entretenant notre coopération bilatérale avec le royaume des Pays-Bas.

 

Au-delà du secours d’urgence, la France et le royaume des Pays-Bas, entretiennent également une coopération renforcée dans le domaine de la lutte contre le narcotrafic régional. A ce titre, un programme de coopération opérationnelle portant sur le soutien dans les opérations aériennes et maritimes de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants dans la zone de Saint-Martin et de Sint-Marteen a été signé en mars 2013.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

photo EMAphoto EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 04:55
Exercice «SARTHE 2015» pour le 2e RIMa

 

15/06/2015  Gabriel Boyer - Armée de Terre

 

Le 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans a organisé un exercice tactique de préparation opérationnelle dans son département du 8 au 10 juin 2015. Pendant ces 72h, trois compagnies du régiment ont été évaluées.

 

350 marsouins, 40 véhicules (VBCI VPC, PPLD, VAB,…), 2 sections du 6e régiment de génie, 2 hélicoptères Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat et un NH90 du 1er régiment d’hélicoptères de combat ont pris part à cet exercice en terrain libre. Le but était d’évaluer toutes les unités du 2e RIMa susceptibles d’être projetées à la fin de l’année 2015.Malgré les opérations intérieures auxquelles prennent part les marsouins, un haut niveau d’entraînement a été maintenu au cours de ces derniers mois. L’exercice a permis « de valider une année de transformation du régiment » comme le souligne le colonel Georgin, chef de corps du régiment.

D’Auvours à Thorée-les-Pins, en passant par Sillé-le-Guillaume et la Flèche, les marsouins du 2e RIMa ont sillonné les routes à bord de leurs VBCI pendant ces 3 jours. Aptes à manœuvrer et combattre en zone urbaine et dans la campagne sarthoise, leurs savoir-faire ont été testés sur des actions spécifiques comme le contrôle de zone, la reconnaissance d’axes, la coopération avec les hélicoptères de combat, l’escorte de convois, l’évacuation de ressortissants, le secourisme et le soutien logistique.

Un passage par le centre d’entraînement au combat début juillet achèvera un cycle de formation et d’évaluation pour les soldats du 2e RIMa, avant leurs prochaines échéances opérationnelles du second semestre 2015.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 04:55
[Salon du Bourget] JT "Direct Défense", lundi 15 juin 2015


15 juin 2015 par Ministère de la Défense

 

En direct du 51e salon international de l'aéronautique et de l'espace du Bourget, le JT "Direct Défense" propose chaque jour la découverte des dernières innovations et des entreprises du secteur de la Défense ainsi que des rencontres passionnantes au détour du stand du ministère de la Défense.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 04:45
Barkhane : prise en charge des victimes de l’attentat de N’Djamena (actualisé)

 

15/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 15 juin 2015, les médecins de la force Barkhane stationnée à N’Djamena ont appuyé les secours tchadiens en prenant en charge sept victimes civiles des attentats qui ont touché la capitale dans la matinée.

 

L’attentat qui a frappé le cœur de la capitale tchadienne le 15 juin a fait de nombreuses victimes. Sept d’entre-elles ont été évacuées vers le camp français situé sur l’aéroport Kosseï pour être prises en charge par les médecins militaires de l’antenne médico-chirurgicale. Parmi ces personnes, quatre, grièvement blessées, ont subi une intervention chirurgicale.

 

Le groupement médico-chirugical de la force Barkhane basé au camp Kosseï de N’Djamena est composé de médecins spécialistes, anesthésistes et chirurgiens. Dans le cadre de l’opérations Barkhane, trois structures de ce type sont déployées pour assurer le soutien médical des militaires français engagés dans cette opération : l’une à N’Djamena au Tchad, l’autre à Madama, au Niger, la dernière à Gao, au Mali.

 

Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

photo ECPAD (Archives)

photo ECPAD (Archives)

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 17:01
Le Salon du Bourget a ouvert ses portes

 

15/06/2015 Armée de l'Air

 

La 51e édition du Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace se déroule au Parc des expositions du Bourget du 15 au 21 juin 2015. M. François Hollande, président de la République, accompagné de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a officiellement inauguré l’édition 2015.

 

La Patrouille de France a ouvert le bal des démonstrations en vol par un passage au-dessus du salon. Le programme s’est ensuite poursuivi avec de nombreux aéronefs, dont les présentations en vol du Rafale et de l’A400 M.

Tous les deux ans, le salon réunit l’ensemble des acteurs de l’industrie aéronautique mondiale autour des dernières innovations technologiques. Les quatre premiers jours du salon sont réservés aux professionnels. Le grand public pourra y accéder du vendredi au dimanche.

 

Temps forts de la première journée :

- Une cérémonie a été organisée devant le Pavillon de la Défense pour récompenser les actes d’héroïsme de cinq aviateurs de l’US Air Force qui se sont illustrés lors de la tragédie d’Albacete.

- Le chargement d’un véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) en configuration lourde à bord de la soute d’un A400M Atlas.

 

Les matériels exposés : 

- Le Rafale, ainsi que certains de ses équipements (SCALP, AASM, nacelle Damoclès, nacelle Reco NG),

- Le système de défense sol-air Mamba avec ses missiles Aster 30,

- L’A400M Atlas.

 

Les présentateurs :

- Présentateur Rafale,

- Équipe de voltige de l’armée de l’air,

- Patrouille de France.

 

Le plus grand salon au monde

  • 2 215 sociétés exposantes venues de 44 pays,
  • 285 délégations officielles venues de 102 pays,
  • 139 000 visiteurs professionnels dont 20% visitent exclusivement le salon du Bourget.

 

Une couverture médiatique exceptionnelle

  • 3 100 journalistes internationaux présents (venus de 62 pays).
  • L'événement aérospatial le plus médiatisé au monde (10 000 reportages quadri média).

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 17:00
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/06/2015 Armée de l'air

 

Lundi 15 juin 2015, cinq mécaniciens de l’US Air Force ont été récompensés pour avoir porté assistance, au péril de leurs vies, aux aviateurs français frappés par le drame d’Albacete (Espagne).

 

Une cérémonie militaire s’est déroulée lors de l’ouverture du salon aéronautique du Bourget, sous la présidence de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en présence de Mme Deborah Lee James, secrétaire de l’US Air Force, du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et du général Frank Gorenc, chef du commandement aérien allié et de l'armée de l'air des États-Unis en Europe et en Afrique.

Le Staff Sergent Greggory Swarz a été décoré de la Légion d’honneur des mains du ministre de la Défense. Quatre autres mécaniciens ont quant à eux été récompensés par la médaille de la Défense nationale échelon or : le sergent John Escalante, le sergent Elie Gordon, le sergent Jonathan MacNelly et le caporal Matthew Jeffers.

« Nous voulions montrer la reconnaissance de l’armée de l’air pour les actes d’héroïsme de ces aviateurs américains, témoigne le général Mercier. Nous avons bénéficié de la présence du général Gorenc et de Mme Deborah Lee James. C’est une illustration parfaite de la longue amitié qui unit nos deux armées de l’air. Nous avons eu maintes fois l’opportunité d’opérer ensemble depuis la création de l’escadrille La Fayette dont nous célébrerons le centenaire l’année prochaine. »

 

Des actes héroïques

Le 26 janvier 2015, un F16 grec participant au stage Tactical Leadership Programme (TLP) s’écrase sur la base aérienne d’Albacete, peu après son décollage. Sur le tarmac, des aviateurs français sont heurtés de plein fouet. Neuf d’entre eux décèdent, tandis que plusieurs sont grièvement blessés. N’écoutant que leur courage, des militaires des nations alliées portent secours aux victimes. Au péril de leur vie, ils extraient plusieurs personnes des flammes. À lui seul, le Staff Sergent Greggory Swarz sauve trois aviateurs français.

Empreint d’humilité, il déclare être « extrêmement honoré par cette distinction.  » Le mécanicien américain ne parle pas d’héroïsme : « Dans une telle situation, je n’ai fait que réagir instinctivement comme n’importe quel être humain. J’étais vraiment effrayé, j’entendais des explosions autour de moi. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. J’ai simplement agi comme j’aurais aimé qu’on le fasse si je m’étais retrouvé prisonnier des flammes. »

 

Histoire d’un sauvetage

Le Staff Sergent Greggory Swarz se souvient parfaitement de cette tragique journée de janvier. Il nous en livre le récit : « Je réalisais une opération de maintenance sur un avion de chasse américain, lorsque j’ai entendu une grosse explosion. J’ai entendu des cris autour de moi et j’ai vu des militaires courir. Il y avait des flammes immenses sur la zone occupée par les Français. Je me suis précipité. C’est alors que j’ai aperçu des silhouettes à travers la fournaise. J’ai pu extraire un premier aviateur français, puis un second. Je suis ensuite retourné en secourir un troisième, dont la main avait été sectionnée. J’ai immédiatement utilisé la ceinture de mon treillis pour stopper l’hémorragie. En raison de la fumée et de la fatigue qui commençait à me gagner, je suis tombé plusieurs fois au sol. J’ai appelé à l’aide et c’est à ce moment-là que mes collègues m’ont prêté main forte. » 

 

Des liens continus depuis l’accident

Suite au drame d’Albacete, le Staff Sergent Swarz est resté en contact avec les blessés. « Pas un jour ne se passe sans que je pense à eux. J’ai régulièrement eu des nouvelles grâce à la compagne d’une des victimes dont l’état était grave. Quelques semaines après l’accident, l’un deux m’a même envoyé une lettre qui m’a beaucoup ému. »

Le sergent Greggory Swarz, appartient à la 492nd Aircraft Maintenance Unit. Il est mécanicien spécialisé dans les systèmes électroniques. Son unité est stationnée sur la base de Lakenheath en Angleterre. Il est né en Sicile, où il a grandi jusqu’à ses 12 ans. Il a ensuite déménagé au Portugal, puis aux États-Unis où il s’est engagé dans l’US Air Force.

 

Des aviateurs français bientôt à l’honneur

Lors de cette cérémonie, le général Mercier a également confié qu’une cérémonie serait prochainement organisée pour rendre hommage à des aviateurs français qui se sont illustrés par des actes d’héroïsme.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

12/06/2015 Armée de Terre

 

Le 6 juin 2015, une action de solidarité s’est déroulée sur la place de la République à Metz. Cet événement avait pour objectif, grâce à la mobilisation du public lorrain pour sa communauté militaire, de récolter des fonds qui seront intégralement reversés au profit de l’association pour le développement des œuvres d’entraides dans l’armée (ADO).

 

La journée a été entièrement consacrée à la présentation des matériels de la Défense, tels que le Caïman et le César. C’était également l’opportunité pour l’armée de Terre de participer aux opérations de recrutement, ce qui explique la présence de plusieurs chefs de corps de la zone de Défense.

 

Le poser et le décollage d’un hélicoptère Tigre sur la place de la République a été le point d’orgue de cette journée, dédiée à la solidarité et à l’appel aux dons, qui s’est cloturée par un concert de l’arme blindée de cavalerie avec pour thème la 2nde guerre mondiale.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:55
 [Salon du Bourget] SAMP/T Mamba


15/06/2015  DICoD

 

Pour cette 51e édition du Salon du Bourget, le ministère de la Défense a décidé de mettre en avant quelques-uns de ces équipements-phares. Aujourd’hui, focus sur le SAMP/T Mamba. Rôle : clé de voûte de la défense anti-missile balistique de théâtre. Mission principale : agir comme bulle de protection d’une force terrestre en mouvement et de forces déployées sur le théâtre.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:55
Salon du Bourget 2015, Les marins du ciel au rendez-vous

 

15 Juin 2015 source Marine nationale

 

Du 15 au 21 juin, le salon international de l’aéronautique et de l’espace 2015 se déroulera au Bourget. Plus de 100 nations réparties en 290 délégations officielles, 3 000 journalistes ainsi que 140 000 visiteurs professionnels sont attendus.

 

Les marins du ciel vous donnent rendez-vous sur le stand du ministère de la Défense où ils présenteront leurs métiers et leurs missions. Un hélicoptère Caïman Marine sera à l’honneur dans sa version anti-sous-marine. Un Rafale Marine sera également présenté sur le stand de Dassault aviation, son constructeur.

 

Retrouverez sur le lien suivant le teaser de présentation des équipements du Ministère de la Défense : https://www.youtube.com/watch?v=BQYIV3kpudI

 

Informations pratiques

Le salon ouvre ses porte de 08h30 à 18h00

Du lundi au jeudi pour les professionnels ; Du vendredi au dimanche pour le grand public

Tarif : de 11 à 18€ pour le grand public / gratuit pour les enfants de moins de 7 ans

Entrée gratuite pour les militaires français d'active en uniforme ou en civil sur présentation de la carte professionnelle avec photo.

 

Accès :

Station « Le Bourget » sur le RER B

Station « Fort d’Aubervilliers » sur la ligne 7, puis bus 152 jusqu’à « Michelet – Parc des expositions »

Station « Porte de la Chapelle » sur la ligne 12, puis bus 350 jusqu’à « Michelet – Parc des expositions »

En voiture : sortie Le Bourget / Parc des Expositions

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
photo Thales / Seymour

photo Thales / Seymour



15 juin 2015 by Thales Group

 

Watchkeeper is currently the world's most sophisticated tactical ISTAR system and Europe's largest UAS programme.
 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
NATINAMDS : Plus fort ensemble

 

15/06/2015 Armée de l'Air

 

La France est au cœur des opérations actuelles menées par l’Otan. Avec le système NATINAMDS, l’armée de l’air participe aux transformations dans le domaine de la défense aérienne et antimissile e l’Alliance.

 

« Un pour tous, tous pour un ! » Le célèbre adage d’Alexandre Dumas illustre bien l’esprit de solidarité animant l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan). Depuis la création de l’Alliance en 1949, les nations membres s’engagent à se protéger mutuellement, autour d’un principe de « défense collective ».

Membres de l’Otan depuis plus d’une décennie, les pays baltes se sont montrés particulièrement préoccupés par les troubles secouant l’Ukraine depuis la fin 2013. À la demande de l’Alliance, et avec l’accord du gouvernement polonais, des avions de chasse français ont ainsi été déployés sur la base polonaise de Malbork, le 28 avril 2014. En application de mesures dites de « réassurance », les aviateurs français ont assuré une permanence opérationnelle au-dessus des espaces aériens lituanien, letton et estonien, c’est-à-dire la capacité d’intercepter un aéronef intrus sous faible préavis, 24 heures/24 et 7 jours/7. En quatre mois de mission, les avions de chasse français ont cumulé 500 heures de vol, en 424 sorties aériennes, interceptant quatre aéronefs.

Cette mission de police du ciel (NATO Air Policing) fait partie du système de défense aérienne et antimissile de l’Otan, appelé NATINAMDS (NATO Air and Missile Defence System). Ce dispositif comprend­ un réseau de systèmes interconnectés permettant la surveillance et la détection des aéronefs, ainsi que leur interception par des systèmes d’armes aériens ou de surface.

Les travaux portant sur le NATINAMDS ont débuté dans les années 1970, avec la mise en place d’une structure intégrée, combinant les moyens nationaux à ceux de l’Otan. L’Alliance­ a ainsi développé un système de commandement et conduite (C2) dédié aux opérations aériennes. Appelé système de commandement et de conduite aérien (Air Command and Control System - ACCS), ce dernier doit prochainement entrer en service dans l’armée de l’air et interviendra no­tamment dans la planification, l’exécution et la coordination des opérations aériennes.

En plus de la police du ciel, NATINAMDS comprend le développement d’une capacité de défense antimissile balistique. D’ici 2020, l’Alliance s’engage à mettre en place une couverture de l’ensemble des pays européens membres de l’Otan. Officiellement lancée lors du sommet de Lisbonne en 2010, cette capacité a atteint un seuil intérimaire en 2012.

Pour la France, l’intégration au NATINAMDS s’accompagne de problématiques techniques et procédurales. L’équation consiste à rejoindre ce dispositif intégré, tout en préservant notre souveraineté nationale en matière de défense aérienne, ainsi que l’efficacité et la réactivité de notre chaîne de commandement et de conduite.

Le corpus réglementaire nécessaire à l’exécution de la mission d’Air Policing doit prochainement être adopté. Dans le cadre du NATINAMDS, il est précisé que le commandement opérationnel des moyens de défense aérienne est conservé au niveau national. Le contrôle opérationnel est, quant à lui, accordé au cas par cas à l’Otan par un transfert d’autorité des moyens d’interception, sous le contrôle du centre national des opérations aériennes (CNOA). La possibilité de refuser et d’annuler ce transfert est conservée en toutes circonstances. Par ailleurs, le rôle central du CNOA est conforté, garantissant la maîtrise par la France de toute interception réalisée au-dessus du territoire national au nom de l’Otan.

Une série d’exercices, appelés Ratest, organisés en mars et en juin 2015 ont permis de tester l’application de ces mesures, ainsi que la coordination interministérielle et interalliée. Une évaluation réelle de grande ampleur est programmée au cours du 2e trimestre.

 

Retrouvez "L'armée de l'air en opérations" dans le hors-série 2015 ; disponible également en anglais.  

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

15/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 22 mai 2015, un détachement d’instruction opérationnel « combat des blindés » des éléments français au Sénégal (EFS), aux ordres du capitaine Julin, s’est rendu à Abidjan en Côte d’Ivoire, afin d’entraîner au combat 63 stagiaires du peloton blindé du 1er Bataillon Blindé ivoirien.

 

La première semaine d’instruction a permis de former les stagiaires sur la théorie du combat du niveau peloton. De nombreuses restitutions sur caisse à sable ont permis de présenter des schémas que les stagiaires ont pu appliquer sur le terrain au cours de la deuxième semaine de stage. Le 1er Bataillon Blindé ne disposant d’aucun char, les stagiaires ont manœuvré sur des véhicules de substitution. Les chefs de pelotons ont aussi été formés à la conduite des feux, c’est-à-dire à l’apprentissage de l’organisation, de l’observation et de la gestion des feux de leurs subordonnés. L’instruction a été réalisée sur des ERC 90 Sagaie, des blindés légers prêtés par les forces françaises en Côte d’Ivoire. Cette phase pratique a été particulièrement appréciée des stagiaires.

 

Au cours du stage, de nombreux moyens d’instruction adaptés ont été proposés aux stagiaires afin qu’ils puissent continuer de se former avec des moyens limités. La formation s’est terminée par une cérémonie de remise d’attestation de stage présidée par le chef de corps du 1er Bataillon Blindé.

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’Ouest. A ce titre, ils conduisent des actions de coopération militaire opérationnelle bilatérale et régionale visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en janvier 2013.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le patrouilleur hauturier (PH) l’Adroit qui effectue actuellement une mission de présence en Afrique de l’Ouest a fait une première escale de trois jours à Pointe Noire, au Congo. L’occasion d'approfondir la coopération avec les autorités congolaises. Le capitaine de frégate Regnier, commandant du patrouilleur, a notamment profité de cette escale pour échanger avec le commandant de la zone de défense n°1, le général Olessongo Ondaye.

 

Cette escale au Congo s’inscrit dans le prolongement des entraînements initiés par l’aviso Commandant l’Herminier, dans le cadre de l’opération Corymbe, une dizaine de jours plus tôt. Alors que les interactions avec le l’Herminer étaient centrées sur des manœuvres conjointes et des exercices de tir à la mer, cette escale a permis de faire découvrir aux forces congolaises les capacités de l’Adroit. Cet échange leur a notamment permis d’apprécier les dispositifs permettant au patrouilleur et à ses équipage de suivre la situation tactique en haute mer (système de missions Polaris) et d’assurer au large une très grande gamme de missions armées de police et de surveillance, domaines qui font l’objet d’une coopération soutenue entre la France et les pays riverains du Golfe de Guinée.

 

La Marine nationale française participe non seulement à la formation et à l'entraînement des marines riveraines du golfe de Guinée mais cherche aussi à coopérer en mer en échangeant des informations avec les centres de contrôles régionaux à terre. Plusieurs officiers du patrouilleur ont ainsi pu se rendre dans les bureaux du CRESMAC, le Centre Régional de Sécurité Maritime pour l'Afrique Centrale. Une rencontre inédite qui permet dès à présent de construire des bases d’échanges avec les différents acteurs locaux pour la conduite des opérations dans le sud du golfe de Guinée.

 

Parti le 10 mars 2015 de Toulon, le PH L’Adroit entame son dernier mois de mission. Après avoir participé à l’opération d’évacuation de ressortissants au Yémen, le patrouilleur a intégré l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante, puis effectué une opération de surveillance de la zone économique exclusive française dans le canal du Mozambique. L’équipage se prépare maintenant sous le contrôle opérationnel de CECLANT (commandant en chef pour l'Atlantique et Préfet maritime à Brest) à plusieurs semaines d’échanges intensifs avec les marines africaines du golfe de Guinée, en soutien de l’opération Corymbe.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/06/2015 Armée de l'air

 

Le 11 juin 2015, les forces aériennes stratégiques (FAS) ont mené, durant plus de quatre heures, une mission rassemblant toutes les phases caractéristiques d’une mission de dissuasion aérienne.

 

Un équipage de l’escadron de chasse 1/91 « Gascogne » a décollé de la base aérienne 113 de Saint-Dizier pour une mission de dissuasion aérienne. Au programme : ravitaillements successifs par un C135 du groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne », pénétration en basse altitude, suivi de terrain et tir de précision d’un missile air-sol de moyenne portée amélioré (ASMP-A) sans charge nucléaire sur sa cible, située au centre d’essais de missiles de la Direction générale de l’armement (DGA) à Biscarrosse.

 

Planifiés de longue date, à échéances régulières, les tirs d’évaluation des FAS constituent une démonstration de la fiabilité d’un système d’armes en constante amélioration.

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a exprimé sa satisfaction après le nouveau succès de ce tir d’évaluation des forces (TEF) du système d’arme «Rafale /ASMP-A». Le ministre a également félicité l’ensemble des femmes et des hommes des forces aériennes stratégiques, la DGA ainsi que les entreprises qui ont œuvré à sa réussite. 

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:55
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

15 juin 2015 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

L'avionneur français s'attend à une forte fréquentation de son stand et de son chalet sur le salon du Bourget du 15 au 21 juin. Belgique, Canada, Emirats Arabe Unis, Koweit, Finlande...envisagent de renouveler leurs flottes d'avions de combats et s'intéressent au Rafale export.

Eric Trappier a le sourire en ce moment. On le comprend: le patron de Dassault Aviation est toujours sur son nuage après avoir signé les premiers contrats de vente à l'export du Rafale avec l'Egypte et le Qatar. "Pour l'Inde, il ne manque plus quasiment que la signature", a-t-il confié lors de sa conférence de presse d'avant le Bourget le vendredi 12 juin.

"Les enjeux du salon, c'est d'abord contribuer à la passion aéronautique française à travers le week-end réservé au grand public", a-t-il indiqué...pudiquement. Mais le premier salon mondial de l'aéronautique sera l'occasion surtout de faire du business ! "Nous prévoyons un niveau de délégation important, légèrement supérieur à l'édition précédente. Le Bourget reste un salon attractif pour l'ensemble des délégations mondiales. (…) Le plus compliqué c'est de faire les arbitrages quand cinq délégations arrivent en même temps", dit-il tout sourire.

 

Voici donc une liste non exhaustive des visiteurs intéressés :

Evidemment l'Inde. Le contrat pour les 36 premiers Rafale n'est pas signé mais l'avionneur français reste toujours aussi ambitieux sur ce marché. "Je suis prudent mais nous pensons que les besoins de l'armée de l'air indienne dépassent et de loin le besoin pour 36 avions. Nous pensons qu'il y aura une deuxième partie plus tard qui pourra se faire avec du «Make in India», c'est-à-dire avec de la fabrication en Inde dans laquelle Dassault et ses partenaires auront le leadership pour organiser la supply-chain locale et trouver les bons partenariats", espère Eric Trappier. Mais avec les Indiens, il le sait, la première qualité, c'est la patience.

Autre délégation qui devra apprécier l'hospitalité de son hôte français : les Emirats Arabes Unis. Eric Trappier est peu disert sur l'avancée des négociations. Il rappelle que ce pays client est à la tête d'une flotte d'une soixantaine de Mirage 2000-9 "qui satisfait pleinement l'armée de l'air émirienne". Déjà un bon signe.

Leur voisin, le Koweït devraient également visiter le châlet Dassault. Si ce pays devrait acheter dans un premier temps des F18 américains, il pourrait compléter sa flotte ultérieurement. Et l'avion français a participé à des évaluations en juillet dernier dans des conditions de chaleur extrêmes. "Le Rafale s'est extrêmement bien comporté. Beaucoup mieux que beaucoup de ses concurrents" s'est félicité le PDG. Mais il n'y' a pas que les émirs qui devraient profiter de l'hospitalité de l'avionneur.

Moins exotique, une délégation viendra en voisine de Belgique. L'armée de l'air belge cherche à renouveler ses F16 vieillissants. S'ils devraient "chambrer" leur hôte après la leçon de foot que leurs diables rouges ont livré aux Bleus de l'équipe de France au Stade de France juste à coté du Bourget le 7 juin dernier , ils auront avant tout des questions de dimensionnements de flotte d'appareils. "Nous clarifions nos réponses à un appel à informations des autorités belges. La question est de savoir combien de Rafale seront nécessaires pour remplir la mission exigée", précise Eric Trappier, qui poursuit : "La Belgique est la seule nation du club F16 a ne pas avoir sélectionné le F35 (avion américain de dernière génération de Lockheed Matin, ndlr) tous les autres pays européens l'ont fait sans compétition en pure application de la préférence américaine".

Enfin la Finlande, qui souhaite une nouvelle génération d'avion de combat pour protéger ses 1300 kilomètres de frontière avec la Russie. La délégation sera reçue avec plus de circonspection. "La Finlande c'est comme les autres pays d'Europe, avoue le patron de Dassault Aviation. La seule question que je leur pose avant d y aller, c'est : Est ce que vous êtes décidé à acheter non-américain ? Sinon, ce n'est pas la peine de perde notre temps!». Le précédent appel d'offres était resté en travers de la gorge des Français. Il portait sur un monomoteur et in fine le F18 américain, bimoteur, a raflé la mise alors qu'il n'était même pas concurrent ! Les petits fours et le champagne du Bourget adouciront-t-il l'amertume passée ? Sûrement. C'est tout de même un contrat estimé entre 6 et 10 milliards d'euros. Au salon, Eric Trappier prendra toujours plaisir à voir ses Rafale en vol, et plus encore à les vendre.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:55
Métier : Mécanicien navigant sur avion de transport

 

15 juin 2015 par Armée de l"Air

 

Découvrez en images le métier de mécanicien navigant sur avion de transport (C-160 Transall). Images réalisée pendant l'exercice EATTC 15 sur la base aérienne d'Orléans.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 13:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


5 juin 2015 par Armée de l'Air

 

Première édition de cette émission diffusée sur Aérostar TV et consacrée aux forces aériennes françaises.


Pour cette première, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air vous accueille et vous invite à découvrir le commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, véritable centre névralgique d’où sont conduites toutes les opérations aériennes de l’armée de l’air en ou hors métropole.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:57
Final countdown to the 2015 Paris Air Show - Airbus HC

 

15 juin 2015 by Airbus HC

 

The world's largest aeronautical event is about to take off. Airbus Helicopters' air show team previews some of the action to come on the rotorcraft side of this biannual event.

On the static display visit the H225M and the H135, plus full-scale mockups of our newest aircraft: the H145M and the H160, whose innovative Blue Edge blades are also on display at the CORAC (Civil Aviation Research Council) tent nearby.

Learn more about how blades in general are constructed at the Avion des Métiers exhibit, and then check out the X3 high-speed helicopter demonstrator next door at France's National Air and Space Museum. Finally stop by Clean Sky to see a mock-up of a High Compression Engine.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:56
photo R.Nicolas-Nelson Armée de l'air

photo R.Nicolas-Nelson Armée de l'air


15.06.2015 CEAM
 

Le CEAM présente un pilote du RC 2/30 Normandie-Niemen

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:55
photo EMHM

photo EMHM

 

11 juin 2015 EMHM

 

Le général de brigade Emmanuel Maurin, commandant de l’école de l’infanterie de Draguignan, était à l’EMHM mardi 09 juin 2015.

 

La visite du « père de l’arme » est importante pour l’EMHM, corps de tradition de l’infanterie, puisque qu’elle forme les lieutenants stagiaires de l’école d’infanterie qui ont choisi de servir dans des unités spécialisées montagne, mais aussi les futurs sous-officiers (section d’éclaireurs de montagne) qui serviront dans ces unités d’infanterie.

Ayant passé la plus grande partie de sa carrière opérationnelle au 2e REP, le général connaît bien la montagne pour avoir commandé la 2e compagnie, spécialisée montagne. Il est breveté Chef d’Unité de Haute Montagne, et c’est avec une certaine émotion qu’il a retrouvé l’école où il a fait ses premières armes en montagne.

Après avoir été accueilli par un piquet d’honneur représentatif de toutes les spécificités de l’école, le général MAURIN s’est fait présenter l’EMHM, puis s’est déplacé sur le site d’escalade des Gaillands pour assister à une séance d’instruction de la Section d’Eclaireurs de Montagne. Il en a profité pour escalader brillamment une voie sur laquelle les stagiaires étaient au travail.

Enfin, après une visite de la salle d’honneur, il a présidé un dîner convivial auquel participaient le chef de corps, les chefs de service, et quelques stagiaires.

Dans le livre d’or de l’école, le général Maurin a souligné la continuité, l’humilité et l’innovation qui caractérise la maison-mère des troupes de Montagne.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

12/06/2015 Armée de l'air

 

Le 27 mai, le chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), le général Denis Mercier, a remis des décorations sur la base aérienne (BA) 110 de Creil. Étaient mis à l’honneur deux escadrons de transport et un escadron de soutien technique.

 

Le CEMAA a décoré de la Croix de la valeur militaire, avec étoile de bronze, les deux escadrons de transport 1/62 «Vercors» et 3/62 «Ventoux». Ces deux escadrons se sont démarqués dans le cadre de l’opération Serval, au Mali, s'engageant avec une grande réactivité dans la manœuvre logistique et des opérations d'évacuations sanitaires.  Ils ont entre autres brillé grâce au sauvetage de plusieurs dizaines de vies humaines, en rapatriant les blessés derrière les lignes ennemies.

 

Le général Mercier a remis une lettre de citation à l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) 2E/062 «Oise», lequel s’est également démarqué lors de l’opération Serval. L’escadron a répondu aux nombreuses sollicitations techniques et de maintenance, au sol comme en vol au sein des équipages des CN 235. Il a ainsi été déclaré, dans la lettre de citation : «Par leur grande disponibilité, leur capacité de résilience, leur aptitudes professionnelles et leurs excellentes connaissances techniques, [le personnel de l'ESTA] a maintenu l’aéronef CASA CN 235 à un très bon niveau de disponibilité.»

 

Les escadrons de transport vont progressivement être transférés vers la base aérienne 105 d’Evreux, en vue de la fermeture de la plateforme aéronautique de Creil.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 mai au 8 juin 2015, dans le cadre de l’opération Sangaris, le détachement des hélicoptères Fennec (DETFENNEC) a réalisé des missions d'appui, de reconnaissance et de renseignement au profit des troupes au sol. À cette occasion, il a passé le cap des 600 heures de vol cumulées depuis la mise en place des appareils sur le théâtre centrafricain.

 

Rattachés au sous groupement de renseignement multicapteurs (SGRM), ces hélicoptères de combat de l'armée de l'Air sont engagés sur l’ensemble du théâtre pour effectuer des missions d’appui-renseignement et d’appui-feu au profit des troupes au sol, mais également des missions de reconnaissance et d'évacuation sanitaire. Pour la première fois, ces appareils multifonctionnels ont été déployés en autonomie sur le terrain avec les capteurs au sol. "Habituellement nous dépendons d'une base avancée pour effectuer nos missions. Cette fois nous avons testé le concept de la nomadisation, c'est-à-dire de bivouaquer avec la troupe au sol. Cela présente le double avantage de pouvoir rayonner sur une distance de 200 km autour de notre installation et de traiter directement les informations prises en vol", explique le commandant Cédric, chef du DETFENNEC.

 

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Présent en RCA depuis le 7 décembre 2013 et stationné sur le camp de M’Poko, ce détachement est constitué d’une vingtaine de personnels incluant les pilotes, les mécaniciens et les spécialistes chargés d'exploiter le renseignement. Il a atteint dernièrement le nombre de 600 heures de vol et plus de 1 000 comptes rendus d'informations prises sur le terrain. Grâce à sa rapidité, sa mobilité et la précision des informations qu’il récolte, le Fennec apporte une plus-value à l’action de la force Sangaris.

 

Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à appuyer la mission de l’ONU, désormais pleinement opérationnelle.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 11:56
JT « Direct défense » : le salon du Bourget comme si vous y étiez !


12/06/2015 L.Perier  - DICoD

 

À l’occasion du salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget qui se tiendra du 15 au 21 juin 2015, découvrez les dernières innovations  et les entreprises du secteur de la défense grâce à un tout nouveau journal télévisé : le JT « Direct Défense ».

 

La 51e édition du Salon du Bourget ouvre ses portes lundi 15 juin. Cette année, le ministère de la Défense, en collaboration avec l’armée de Terre, la Marine nationale, l’armée de l’Air et la Direction générale de l’armement (DGA), propose un journal télévisé quotidien d’une vingtaine de minutes sur tous les événements du salon : innovation du jour, invités, démonstrations en vol, visites officielles, équipements…

 

Pour le découvrir, rendez-vous dès lundi 15 juin à partir de 17h sur le site internet du ministère de la Défense www.defense.gouv.fr

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 11:55
Crédits photo FRANCIS PLR - GIGN

Crédits photo FRANCIS PLR - GIGN


Sources : GIGN

 

Dans le domaine des sports de combat, les entraînements au GIGN sont hebdomadaires.

Les techniques de percussions et de préhension sont travaillées entre autre sur des bases de boxe pieds-poings, de ju-jitsu brésilien et de Mixed Martial Arts (MMA). Elles sont ensuite adaptées aux besoins opérationnels propres à l'unité.

Cliquer ici pour rejoindre la page Facebook officielle du GIGN external link

 

 

Credits photo : GIGN

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories