Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

17/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 15 octobre 2015 au matin, la frégate de surveillance Prairial et son équipage ont quitté leur port base de Papeete et mis le cap sur la Nouvelle-Zélande pour une mission de deux mois au cours de laquelle ils participeront à l’exercice Southern Katipo 2015 (du 23 octobre au 23 novembre 2015).

 

Southern Katipo est un exercice multinational organisé par la Nouvelle-Zélande tous les 2 ans (en alternance avec l’exercice Croix du Sud organisé par les FANC lui aussi tous les 2 ans). Pour cette édition, l’exercice a mobilisé environ 2 500 participants issus de 8 nations* du Pacifique Sud. Le scénario retenu est basé sur l’intervention d’une coalition dans un pays dont la situation sécuritaire s’est dégradée suite à des conflits communautaires. Cet exercice, pour lequel la France a déployé la frégate de surveillance Prairial (FAPF) ainsi qu’une section du RIMaP-NC (FANC), est l’occasion de développer l’interopérabilité avec les différentes nations présentes.

 

Les dix jours de transit vers Auckland, ont été mis à profit pour parfaire l’entraînement de l’équipage, et pour réaliser des patrouilles de surveillance maritime visant notamment à détecter les actes de pêche illégale. Appuyé par son hélicoptère embarqué (AL III de la 22S), le Prairial détecte, et si besoin, visite les navires en action de pêche afin de vérifier la bonne application des règles de la Western Central Pacific Fisheries Commission ** (WCPFP).

 

Le Prairial a placé ses deux premières escales en Nouvelle-Zélande sous le signe de la coopération, du rayonnement et de la mémoire. Ainsi, le 27 octobre, à Auckland, Madame Jeanblanc-Risler, ambassadrice de France en Nouvelle-Zélande a remis sur le pont du Prairial la Légion d’honneur à deux vétérans néozélandais venus se battre sur le théâtre européen pendant la seconde guerre mondiale. Une cérémonie émouvante pour les vétérans comme pour leurs familles. Le cocktail organisé à l’issue a été l’occasion pour l’équipage du Prairialde rencontrer la communauté française de Nouvelle-Zélande, ainsi que des autorités néozélandaises. Puis, en escale à Wellington du 30 octobre au 2 novembre 2015, le Prairial s’est ouvert aux visiteurs : plus de 1 500 personnes ont profité de cette occasion unique pour découvrir la frégate. Le capitaine de frégate Alexis, commandant la frégate, a également profité de cette escale pour rencontrer l’amiral commandant l’état-major de la Marine néozélandaise, ainsi que le deputy-mayor de Wellington.

 

Le Prairial a repris la mer le 3 novembre 2015 au matin, de concert avec le chasseur de mines HMSNZ Manawanui, en vue de débuter sa mission de Force Protection au profit du HMNZS Canterbury au sein de la force amphibie néerlandaise, l’Amphibious Task Force (ATF), en mission dans les eaux pacifiques.

 

* Australie, Canada, Etats-Unis, Fidji, France, Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tonga

 

** La WCPFP est une organisation régionale des pêches qui lie 27 pays, dont la France, le Japon et les Etats-Unis. Elle a pour but la conservation et la gestion des stocks de poissons grands migrateurs, ainsi que la protection d’espèces menacées ou protégées. Reconnue par les Nations-Unis, elle édite des règles qui s’appliquent à tous les navires de pêche.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:35
28.10.2015 Ronald Mayhill (left) and Basil Williams receive their medals yesterday from French Ambassador Florence Jeanblanc-Risler. Photo Jason Oxenham.jpg

28.10.2015 Ronald Mayhill (left) and Basil Williams receive their medals yesterday from French Ambassador Florence Jeanblanc-Risler. Photo Jason Oxenham.jpg

 

Oct 28, 2015 nzherald.co.nz

 

France has honoured the heroic efforts of two New Zealand war veterans - one who joined a successful bombing mission after being blinded in one eye, the other who survived a German prisoner of war camp.

 

On a French naval frigate docked in Auckland, Ronald Mayhill and Basil Williams were awarded medals as knights of the French Legion of Honour yesterday. French Ambassador Florence Jeanblanc-Risler presented the Aucklanders with the medals on Prairial, which was docked in Auckland from Saturday until today. The World War II veterans, who trained in Canada and Britain, were recognised in the presence of friends, family and officials, including several Defence Force representatives.

Read more

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 07:35
Les 14 scientifiques observaient la faune et la flore et réalisaient des cartes - photo Marine Nationale

Les 14 scientifiques observaient la faune et la flore et réalisaient des cartes - photo Marine Nationale

 

12/05/2015 Sources : EMA

 

La frégate de surveillance (FS) Prairial a quitté le 29 avril 2015 l’île de Clipperton, dans le cadre d’une mission entamée le 1er avril 2015, et prévue pour durer deux mois et demi à travers le Pacifique.

 

Cette première partie de mission sur l’île de Clipperton visait à apporter un soutien logistique à la mission scientifique Passion 2015, portée par l’université de la Polynésie française. Le Prairial a ainsi assuré le débarquement de personnels militaires avec près de 12 tonnes de matériel. Rendue délicate par la barrière de brisants qui ceinturent cet atoll fermé, par la forte houle et les courants puissants, cette manœuvre de débarquement a néanmoins été réalisée sans encombre grâce à l’expertise et au savoir-faire des équipages du Prairial.

 

Ce soutien logistique aux chercheurs implantés sur l’atoll est indispensable à la continuité de la mission. Laboratoire géologique et biologique de grande valeur, Clipperton a accueilli 14 scientifiques français et mexicains afin d’observer la faune et la flore, réaliser des cartes et faire l’inventaire des vestiges mais également des nombreux déchets amenés par la mer.

 

Par ailleurs, conformément à leur mission visant à assurer la surveillance et à la protection des intérêts français dans la région, les forces armées en Polynésie française (FAPF) contribuent à la sécurisation de l’Île. A ce titre, les missions de surveillance des pêches et de lutte contre le narcotrafic conduites par la frégate de surveillance Prairialconstituent une des priorités des forces armées en Polynésie française.

 

C’est dans ce cadre que lors du débarquement sur l’atoll, les FAPF ont mené une action de contrôle sur un navire de pêche mexicain et pratiqué une reconnaissance de zone qui a permis la saisie d’un colis contenant 1,2 kg de cocaïne. Des colis de cette nature ayant déjà été découverts sur l’atoll, les militaires sur place ont procédé à une recherche systématique sur l’île afin de collecter tous les indices de présence humaine occasionnelle.

 

Découverte en 1711, Clipperton est une terre française inhabitée depuis 1945 à laquelle est associée une zone économique exclusive de 431 00 km2. L’atoll est situé dans l’une des régions les plus riches en thonidés au monde et dont les fonds recèleraient d’importantes quantités de nodules polymétalliques qu’il est essentiel de protéger. Des missions de surveillance maritime sont régulièrement conduites par les forces armées en Polynésie française et une surveillance quotidienne est opérée depuis le centre de fusion de l’information maritime (CFIM), basé à Tahiti, notamment à l’aide d’outils d’imagerie par satellite. Il s’agit pour les FAPF, par tous les moyens et en permanence, d’exercer la souveraineté nationale dans cette zone française isolée et riche en ressources naturelles.

 

En tant que forces prépositionnées, les FAPF constituent un dispositif interarmées à dominante maritime qui, avec les forces armées en Nouvelle Calédonie (FANC), ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France sur le « théâtre Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est inscrit dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale selon lequel la France doit pouvoir rester en mesure d’assurer sa souveraineté, y compris sur ses territoires éloignés, d’intervenir  en cas de catastrophe naturelle mais également de lutter contre les menace grandissantes comme les trafics illégaux et d’animer la coopération militaire régionale avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique.

 

Note RP Defense : voir Clipperton : un inventaire inédit de la biodiversité par 14 scientifiques internationaux

 

Le Prairial a débarqué des militaires, des scientifiques et près de 12 t de matériel  - photo Marine Nationale

Le Prairial a débarqué des militaires, des scientifiques et près de 12 t de matériel - photo Marine Nationale

Repost 0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 07:35
Polynésie française : une nouvelle Alouette pour le détachement 22S de la frégate Prairial

 

04/09/2014 Marine nationale

 

Le 26 aout 2014, une nouvelle Alouette III a été réceptionnée par le détachement aéronautique 22S de la frégate de surveillance Prairial à Papeete. En provenance du Havre et après un mois de transit sur le navire de commerce Tijuca, l’hélicoptère est arrivé sur le Fenua pour deux ans.

 

Sortie de visite de 2èmeniveau en février 2014, l'Alouette III n° 2106 relève la n° 2302, qui rentre en métropole après trois ans de services à bord du Prairial. Elle subira à son tour une visite de 2èmeniveau. Durant cette visite, qui durera plusieurs mois, elle sera entièrement démontée. Chaque pièce sera inspectée, réparée ou remplacée avant un assemblage complet qui permettra à l’Alouette n°2302 d’entraîner un nouveau cycle.

 

Les services logistiques de Lanvéoc et du GSBDD de Polynésie Française, ainsi que le détachement 22S/Prairial, ont réalisé un travail long et difficile afin que cette relève inhabituelle se déroule dans les meilleures conditions. C'était la première fois, qu'une Alouette arrivait à Tahiti par voie maritime.

Polynésie française : une nouvelle Alouette pour le détachement 22S de la frégate Prairial
Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:35
FAPF : participation de la frégate de surveillance Prairial à l’exercice RIMPAC 2014

 

18/07/2014 Sources : EMA

 

Du 26 juin au 15 juillet 2014, la frégate de surveillance (FS) Prairial de la Marine nationale a participé à l’exercice maritime multinational RIMPAC 2014 (Rim of the Pacific – ceinture du Pacifique) organisé par l’US Navy à Hawaii.

 

Organisé tous les deux ans sous la direction de l'United States Pacific Command depuis 1971, cet exercice aéronaval de grande ampleur a pour but de favoriser les relations de coopération entre les marines nationales des pays présents dans l’océan Pacifique. Ces déploiements conjoints leur permettent également d’entretenir et de renforcer leur interopérabilité tout en contribuant au maintien en condition opérationnel des matériels et des hommes.

 

Durant deux semaines, les participants ont préparé, à quai, les différentes phases de l’exercice, qui comprend des opérations navales, amphibies et aériennes articulées autour d’un scénario de crise (dissuasion, intervention, sécurisation, stabilisation, phase civilo-militaire). Les différentes unités ont ensuite été déployées pour une séquence d’exercice à la mer de cinq jours.

 

Cette 24e édition de l’exercice RIMPAC a rassemblé 23 nations du Pacifique, 55 navires et sous-marins, et près de 25 000 hommes. Le Prairial avait déjà participé en 2010 et 2012 à l’exercice RIMPAC. Dotée d'équipements performants, cette frégate de surveillance (FS) fait partie du dispositif de présence française dans le Pacifique.

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

Repost 0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 07:35
La frégate de surveillance Prairial au pays du Soleil Levant

 

10/06/2014 Sources : Marine nationale

 

Pour la deuxième escale au Japon de sa mission, la frégate de surveillance Prairial était en relâche opérationnelle du 3 au 6 juin dans la base navale d’Ominato, au nord de l’île de Honshu où il est entré escorté du destroyer Suzunami, son bâtiment hôte. C’est la deuxième visite française à Ominato, la première datant de 2006, par le Prairial. Ce district naval du nord du Japon comprend une base d’hélicoptères et une base navale avec notamment sept destroyers.

 

La marine japonaise, aperçue brièvement par le Prairial lors de son escale sur la base navale américaine d’Okinawa le mois dernier, a réservé un accueil extrêmement chaleureux à ses hôtes français. Une importante délégation de la Japanese Maritime Self-Defense Force (JMSDF) attendait le Prairial sur le quai pour célébrer cette rare venue d’un bâtiment étranger à Ominato.

 

Les entraînements et les rencontres avec les autorités militaires et le bâtiment hôte ont été nombreux. Le commandant s’est entretenu avec le vice-amiral Shinji Tsukigi, commandant du district maritime d’Ominato. Deux repas officiels et des visites croisées ont permis aux marins français et japonais d’échanger sur de nombreux sujets et de découvrir leurs installations respectives.

 

Le jour de l’appareillage, quatre marins français ont embarqué sur le Suzunami alors que quatre de leurs homologues Japonais intégraient l’équipage français. Au-delà de leur intérêt diplomatique, ces entraînements à la mer sont de réelles opportunités de s’évaluer et de mieux se comprendre. Signes forts de coopération, ils permettent en outre de mieux s’intégrer sur les théâtres d’opérations.

 

Le Prairial poursuit désormais sa mission vers sa dernière relâche en Asie à très haut rayonnement: Tokyo. Ce sera une autre occasion de montrer au Japon l’implication de la France, nation riveraine du Pacifique, dans les enjeux maritimes et stratégiques de cette zone où toutes les marines sont en pleine expansion.

Le destroyer Suzunami

Le destroyer Suzunami

La frégate de surveillance Prairial au pays du Soleil Levant
Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 07:35
La frégate de surveillance Prairial à l’heure coréenne

 

 

04/06/2014 Marine nationale

 

Le 28 mai dernier, la Frégate de surveillance (FS) Prairial a fait escale à Busan, deuxième agglomération de Corée du Sud. Malgré un contexte tendu suite au récent naufrage du paquebot Sewol [1], cette escale a permis aux deux marines de multiplier les échanges et les coopérations.

 

Les entraînements avec la Marine sud-coréenne, à quai comme en mer, ont été nombreux. Pourtant, les sud-coréens comptaient un nombre limité de bâtiments sur place, la plupart étant en patrouille à proximité de la North Limit Line, zone de démarcation maritime où les deux Corées s’observent de près à l’Ouest.

 

Quant au commandant du Prairial, il s’est entretenu avec le vice-admiral Jung Ho-Sub, commandant de la Flotte de République de Corée (Rokfleet), puis avec son adjoint le rear-admiral Youn Jeong-Sang.

 

Une délégation de marins coréens est également venue à bord afin d'améliorer leur connaissance en sécurité/sauvetage suite au naufrage du Sewol. Cette délégation a été particulièrement attentive aux moyens employés par la Marine, notamment dans la démagnétisation, les gilets de sauvetage, les radeaux, l’éclairage de secours, les moyens d'épontillage hydraulique ou les plans d'attaque.

 

La frégate Busan, bâtiment hôte et le Prairial ont réalisé un exercice le jour du départ, qui a notamment permis des visites croisés. Les équipes de visite française et coréenne ont échangé sur leurs procédures respectives de lutte contre le narcotrafic en mer.

 

Une délégation de marins français s’est également rendue sur la zone démilitarisée à la frontière nord-coréenne (DMZ). Après avoir pénétré dans la Joint Security Area(JSA), sous contrôle de l’United Nations Command (UNC), ils ont pu se rendre près de la ligne de passage de la frontière entre les deux  Corées où se situent les bâtiments de négociations de l’UNC. La délégation de marins français n’a en revanche pas pu pénétrer dans le bâtiment de la Military Armistice Commission (MAC), où a été signé l’armistice il y a 61 ans, situé à cheval sur la frontière.

 

Autre temps fort de cette escale en Corée du Sud, la cérémonie de commémoration survenue le 28 mai au cimetière de l’ONU de Busan. Une cérémonie militaire durant laquelle la délégation du Prairial est venue rendre hommage aux 44 soldats français tombés pendant la guerre de Corée.

 

Rappelons également que la France a été l’une des 16 nations engagées aux côtés des troupes combattantes pendant la guerre de Corée, et que notre pays continue de soutenir l’UNC, notamment à travers des exercices annuels d’état-major auxquels participent d’ailleurs des officiers des Forces Armées en Polynésie Française (FAPF), ou lors de passages annuels de bâtiments français en Corée et au Japon.

 

[1] : Ferry sud-coréen de la Cheonghaejin Marine Company, le Sewol a fait naufrage le 16 avril 2014 au large de l'île de Jindo, provoquant la mort de plus de 300 personnes sur les 476 passagers.

La frégate de surveillance Prairial à l’heure coréenne
Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 06:35
Le Prairial en entraînement avec la marine chinoise

 

28/05/2014 Sources : Marine nationale

 

Le 22 mai, la frégate de surveillance Prairial a été reçue par la flotte du nord de la Marine chinoise au port de Qingdao après avoir été escortée depuis l’entrée dans les eaux territoriales par le destroyer Shijiazhuang, son bâtiment hôte. Une délégation de 100 marins chinois est venue accueillir le bâtiment français. C’est la seconde escale pour le Prairial en Chine Occidentale (la dernière remonte à 1999), la septième escale française depuis 1987.

 

La France est la seule nation européenne à être présente chaque année dans toutes les zones du Pacifique dont les mers de Chine à se rendre aussi régulièrement (au moins une fois par an) en Chine.

 

Le commandant s'est entretenu avec l’Amiral Yuan Yubai, commandant adjoint de la flotte du Nord à Qingdao, qui s’est rendu à bord le 23 au soir en présence de Son Excellence Madame Sylvie Bermann, Ambassadeur de France en Chine.

 

Cette relâche opérationnelle intervient un mois après l’adoption du Code for Unplanned Encounters at Sea (CUES) par le Western Pacific Naval Symposium (WPNS) qui s’est tenu à Qingdao du 21 au 23 avril 2014 et auquel le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone maritime du Pacifique (ALPACI) avait participé. Ce code, en pourparlers depuis 1998, propose un langage commun, utilisable par radio, entre les navires de guerre des pays membres lors des rencontres fortuites à la mer. Après 15 ans d’examen, la Chine, ralliée à ce code, s’est félicitée de son adoption sur son sol.

 

Cet échange de quelques heures réalisé avec le destroyer Shijiazhuanga été l’occasion de mettre en œuvre certaines des dispositions du CUES. Les exercices conduits, ont permis le premier embarquement croisé de 3 marins sur les deux bâtiments et d’effectuer un transfert d’embarcation en route, exercice inhabituel pour la marine chinoise.

Le Prairial en entraînement avec la marine chinoiseLe Prairial en entraînement avec la marine chinoise
Repost 0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:35
La frégate Prairial en patrouille dans le Pacifique

 

21/05/2014 Marine nationale

 

Après une patrouille dans le détroit de Formose et la rencontre à la mer de nombreuses unités militaires taïwanaise, chinoises, japonaise, et d’aéronefs militaires, la frégate de surveillance (FS) Prairial est arrivée le vendredi 16 mai au matin sur la base navale américaine d’Okinawa, île qui se situe dans l’extrême sud du Japon. Cette relâche opérationnelle avait deux objectifs: affirmer notre attachement aux dispositions prévues dans le cadre de l’United Nations Command (UNC) et entretenir les liens avec la marine américaine.

 

L’ Alouette III de la frégate a effectué deux vols à l’arrivée et au départ sous statut UNC. Ces dispositions qui datent de plus de 60 ans permettent à l’UNC de remonter rapidement en puissance si nécessaire. Les utiliser régulièrement est impératif.

 

L’ambassadeur de France au Japon, M. Christian Masset, s’est rendu à bord pour s’entretenir avec les autorités militaires américaines et de l’UNC présentes, dont le commandant des activités de la flotte d’Okinawa, le chef d’état-major des forces amphibies de la 7ème flotte et le commandant australien des bases arrière de l’UNC qui en comptent sept au Japon, dont trois à Okinawa.

 

Des échanges et des visites croisés ont eu lieu avec les membres du «46th squadron», flottille de patrouille maritime de P3-C Orion stationnés sur l’immense base de l’US Air Force de Kadena.

 

Le 19 mai, un ravitaillement à la mer a été réalisé de nuit avec le pétrolier ravitailleur américain Wally Schirra. Le deuxième ravitaillement du déploiement dans le Pacifique ouest avec un pétrolier ravitailleur américain. Une occasion de ravitailler mais également de se connaître et de préparer RIMPAC 2014, le plus grand exercice naval du monde, prévu à Hawaï en juillet avec 24 nations. Un entraînement est également mené le 20 mai avec un P3-C.

 

Cette escale s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération de la Marine nationale avec les marines étrangères sur zone et l’affirmation de sa présence dans le Pacifique. Elle a permis, une fois de plus, d’échanger des informations dans cette zone stratégique en pleine expansion militaire - spécialement  navale - et d’accroître la confiance mutuelle face aux défis de sécurité et de stabilité en mer.

 

Des liens plus approfondis avec la marine japonaise sont prévus par ailleurs : le Prairial a effectué un entraînement avec la frégate Harusame avant son arrivée, s’entraînera avec un avion de patrouille maritime japonais, puis touchera bientôt deux ports dans l’île de Honshu.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories