Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 17:25
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

14/12/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 2 décembre 2015, la frégate de surveillance Ventôse de la Marine nationale a reçu, via la Joint Interagency Task Force South de Key West en Floride, une demande d’assistance d’un bâtiment des US Coast Guard en avarie électrique totale au Nord-Est de Panama. Le Ventôse avait appareillé quelques heures plus tôt de Carthagène. Il a donc été dérouté pour porter assistance à ce bâtiment.

 

La frégate de surveillance Ventôse a envoyé sur le bâtiment américain, par l’intermédiaire de son hélicoptère Panther, deux de ses experts afin d’identifier le soutien à apporter et réaliser une étude technique en cas de nécessité de remorquage. Deux officiers américains sont montés à bord du Ventôse pour prendre contact avec leurs services de soutien technique, leurs moyens de communication avec l’extérieur étant limités par l’avarie électrique. Durant la nuit, le Ventôse a assuré la sécurité nautique autour du bâtiment tandis que l’équipage américain retrouvait peu à peu la disponibilité de ses installations. Au milieu de la nuit, la combinaison des actions franco-américaines a permis au bâtiment américain de retrouver la pleine disponibilité de ses installations de production électrique, puis de redémarrer sa propulsion avant de faire route pour une expertise avancée.

 

Le Ventôse a ensuite repris la mer en direction de la République dominicaine après avoir conduit, durant près de trois semaines, une opération conjointe franco-colombienne de lutte contre le trafic de stupéfiants en mer, au large de la Colombie.

photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:25
photo M.Monjardé Marine nationale

photo M.Monjardé Marine nationale

 

13/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 8 octobre 2015, la frégate de surveillance Ventôse de la Marine nationale est intervenue à 400 milles nautiques de l’arc Antillais pour intercepter un voilier suspecté de trafic de stupéfiants.

 

L’opération a été mise en place à l’initiative de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) en partenariat avec l’agence interministérielle de lutte contre le narcotrafic aux USA – la Joint Inter Agency Task Force – South (JIATF-S). Pisté grâce au concours d’un avion de patrouille maritime Falcon 50 de la Marine nationale, le voilier a été intercepté alors qu’il débutait une traversée transatlantique en direction de l’Europe. Après avoir obtenu l’autorisation de l’Etat du pavillon conformément à l’article 17 de la convention de Vienne de 1988 grâce à la grande réactivité du ministère des Affaires Etrangères, l’équipe de visite de la frégate Ventôse a pris rapidement le contrôle du voilier dont l’équipage s’est montré coopératif. A quai, la cargaison transférée sous la responsabilité de l’OCRTIS a été pesée à plus de 535 kilogrammes de cocaïne pure.

Suite de l’article

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

06/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2015, la Frégate de surveillance (FS) Ventôse est intervenue pour intercepter un go fast faisant route vers la Guadeloupe, suspecté de trafic de drogue par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), dans le cadre de sa mission de collecte du renseignement opérationnel.

 

Lors de son action, la frégate a bénéficié du soutien d’un avion de patrouille maritime des forces armées canadiennes, déployé à Fort-de-France pour participer aux opérations internationales de lutte contre les trafics de stupéfiants dans la Caraïbe. Trente-trois ballots de drogue ont été saisis par la frégate pour un poids de près de 800 kg de marijuana. La drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’OCRTIS pour destruction le 1er octobre 2015, qui a également placé en garde à vue les 4 présumés narcotrafiquants dans le cadre de l’enquête judiciaire, sous l’autorité du procureur de la République.

Dans le même temps, après avoir identifié un voilier suspecté de se livrer à un trafic de stupéfiants au départ d’Amérique du Sud, les agents de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) se livraient à une enquête de longue haleine qui leur a permis de confirmer leurs soupçons. Ils ont alors signalé le bâtiment aux Forces armées aux Antilles (FAA) via l’agence interministérielle de lutte contre le narcotrafic aux USA – la Joint Inter Agency Task Force – South. Pisté grâce au concours d’un avion de patrouille maritime CP 140 Aurora des forces armées canadiennes et d’un Falcon 50 de la Marine nationale, le voilier Sequoyah a été intercepté le 3 octobre 2015 au matin par la FS Ventôse. La cargaison saisie à son bord s’élève à 808 kg de cocaïne pure. En Europe, cette cocaïne pure serait coupée en moyenne 5 fois et représenterait donc plus de 4 millions de sachets de 1 g. La drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’OCRTIS pour destruction. Dans le cadre de l’enquête judiciaire, sous l’autorité du procureur de la République de la juridiction interrégionale spécialisée de Fort-de-France Eric Corbaux, l’OCRTIS a placé en garde à vue les 3 présumés narcotrafiquants.

 

Suite de l’article

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

29/09/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la nuit du 23 au 24 septembre 2015, la frégate de surveillance Ventôse de la Marine nationale est intervenue à 60 milles nautiques à l’Ouest de Sainte-Lucie pour intercepter un Go Fast suspecté de trafic de stupéfiants. Lors de la poursuite, le rejet à la mer de ballots de drogue a pu être observé.

 

Trois ballots comportant 84 kilogrammes de cocaïne ont été récupérés. L’estimation de la cargaison totale du Go Fast est de 250 kilogrammes de cocaïne pure. En Europe, cette cocaïne serait coupée en moyenne 5 fois et représenterait donc 1 250 000 sachets de 1 gramme. Le 25 septembre 2015, la drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) pour destruction. Le même jour, les 7 présumés narcotrafiquants ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête judiciaire, sous l’autorité du procureur de la République.

 

Suite de l’article

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:25
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

16/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la nuit du 7 au 8 juin 2015, à près de 300 milles nautiques au Nord-Est de la Martinique, la frégate de surveillance Ventôse des forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un voilier qui s’apprêtait à traverser l’océan Atlantique en direction de la France. Lors de sa fouille, 86 kg de cocaïne ont été découverts, d’une valeur estimée à 2,7 millions d’euros sur le marché européen.

 

Alors qu’elle faisait route vers Fort-de-France pour y faire détruire par l’antenne Caraïbes de l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) les 524 kg de Marijuana interceptés le 4 juin 2015, le Ventôse a été dérouté vers le voilier Relambi, battant pavillon de Gibraltar, lui aussi suspecté de trafic de drogues par l’OCRTIS. Une fois le voilier localisé et stoppé par l’hélicoptère embarqué Panther, l’équipe de visite du Ventôsey est intervenue en pleine nuit. Les marins ont découvert à son bord un présumé narcotrafiquant de nationalité française et de nombreux colis contenant de la cocaïne.

 

Le 9 juin, de retour à la base navale de Fort-de-France, l’équipage du Ventôse a remis à l’OCRTIS le suspect, le voilier et la drogue. Cette interception en haute mer a été le déclencheur d’une vaste opération d’interpellations en Italie et en France aboutissant à l’arrestation de 18 personnes dont 15 ont été écrouées. C’est le résultat d’une longue enquête menée depuis un an par les différents services de la direction centrale de la police judiciaire.

 

Agissant dans le cadre de l’Action de l’État en mer, les forces armées aux Antilles opèrent régulièrement de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que ses partenaires étrangers de la Caraïbe, pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles et conduites depuis le centre opérationnel interarmées implanté à Fort-de-France par le commandant supérieur des forces armées aux Antilles et commandant de la zone maritime Antilles. Elles sont menées en parfaite collaboration avec l'autorité judiciaire (JIRS de Fort de France).

 

Ces opérations illustrent la détermination et l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France pour lutter contre le trafic de produits stupéfiants en zone maritime Antilles.

 

Ces opérations portent le bilan de cette année 2015 à plus de 5,9 tonnes de drogue interceptées en mer par l’action conjointe des services français dans la zone maritime Antilles.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 07:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

10/06/2015 Source: Etat-major des armées

 

Dans la nuit du 3 au 4 juin 2015, la frégate de surveillance Ventôse est intervenue à 130 milles nautiques au sud-ouest de Saint Martin pour intercepter le caboteur Lady Margaret battant pavillon d’Anguilla et suspecté de trafic de drogue.

 

Le 3 juin, l’agence américaine interministérielle de lutte contre le narcotrafic (Joint Inter Agency Task ForceSouth – JIATF-S) a alerté les autorités françaises qu’un bâtiment suspecté de trafic de drogue avait été localisé et suivi par leurs avions de patrouille maritime. Ce bâtiment, le caboteur Lady Margaret battant pavillon d’Anguilla, naviguait à 130 milles nautiques (240 km) au sud-ouest de Saint-Martin. Les renseignements américains, complétés par ceux de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), ont permis à la frégate Ventôse d’intercepter le Lady Margaret. Le 4 juin, à 03h17, l’hélicoptère embarqué Panther a localisé le bâtiment. Après avoir obtenu l’autorisation de l’Etat du pavillon, l’équipe de visite a pris le contrôle du caboteur dont l’équipage s’est montré coopératif. Quelques minutes après le début des recherches à bord, des ballots contenant 524 kg de marijuana ont été découverts.

 

La frégate de surveillance Ventôse a accosté le 9 juin 2015 à la base navale militaire de Fort-de-France, où l’antenne Caraïbes de l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) a récupéré puis détruit la cargaison de drogue.

 

Agissant dans le cadre de l’Action de l’État en mer, la Marine française aux Antilles opère régulièrement de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que ses partenaires étrangers de la Caraïbe, pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles et conduites depuis le centre opérationnel interarmées implanté à Fort-de-France par le commandant supérieur des forces armées aux Antilles et commandant de la zone maritime Antilles. Elles sont menées en parfaite collaboration avec l'autorité judiciaire (JIRS de Fort de France).

 

Ces opérations illustrent la détermination et l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France pour lutter contre le trafic de produits stupéfiants en zone maritime Antilles.

 

Les moyens des FAA contribuent sensiblement à l’action conjointe des services français dans la zone maritime Antilles, laquelle a permis la saisie de plus de 5,8 tonnes de drogue depuis le début de l’année 2015.

photo Marine Nationale
photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:25
Dimanche 22 mars à 18h40 sur M6, reportage sur les forces armées aux Antilles et la lutte contre le narcotrafic

 

19 03 2015 par FAA

 

Dimanche 22 mars 2015 à 18h40, tous devant vos écrans pour la diffusion dans l’émission « Grand format » de 66 minutes sur M6 d’un reportage de 45 minutes sur les forces armées aux Antilles et la lutte contre le narcotrafic.

 

Pendant un mois, un journaliste de M6 a suivi l’équipage de la frégate de surveillance Ventôse et la flottille 36F dans sa lutte contre le narcotrafic en mer des Caraïbes.

 

Renforcé par une équipe de commandos marine, le Ventôse a notamment saisi, au cours de cette mission interministérielle et internationale, plus d’une tonne de marijuana.

 

GoPro, caméra infrarouge, plongez au cœur d’une des missions permanentes des forces armées aux Antilles.

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

Crédits : Etat-major des armées / Marine nationale

 

Du 14 janvier au 13 février 2015, la frégate de surveillance Ventôse était déployée en mer des Antilles pour une mission de lutte contre le narcotrafic.

 

Reportage photos



 

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 12:25
FAA : la frégate Ventôse intercepte un Go Fast

14 févr. 2015 Marine Nationale

Dans la nuit du 12 au 13 février 2015, la frégate de surveillance Ventôse a pris en chasse un Go-fast suspecté de trafic de stupéfiants. Plus d'une tonne de marijuana a été récupérée par la frégate.

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 09:25
FAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des Antilles

 

14/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 14 janvier au 13 février 2015, la frégate de surveillance Ventôse était déployée en mer des Antilles pour une mission de lutte contre le narcotrafic.

 

L’objectif de la mission était d’affiner la surveillance maritime de la zone afin d’établir une connaissance précise des activités des navires, de détecter le comportement suspect d’embarcations au profit des services de renseignements français et alliés, et d’intervenir le cas échéant sur les bâtiments susceptibles de se livrer à du trafic de drogue.

 

Pour mener à bien sa mission, la frégate de surveillance Ventôse, équipée de son hélicoptère embarqué Panther, a appareillé de Fort-de-France avec à son bord des commandos Marine, venus compléter l’équipe de visite de la frégate. Un avion de patrouille maritime Falcon 50 de la Marine nationale était également déployé afin de soutenir ce dispositif maritime.

 

Le 3 février, le Ventôse est ainsi intervenu sur un bâtiment de pêche suspect, et avec les accords des autorités vénézuéliennes, l’équipe de visite a effectué une fouille du navire, qui a permis de découvrir une importante somme d’argent correspondant au paiement d’une quantité de cocaïne. Selon les instructions de l’Etat du pavillon, l’embarcation, ses sept passagers et l’argent ont été pris en charge par les garde-côtes vénézuéliens pour la mise en œuvre du processus judiciaire. Un deuxième cargo suspect a été localisé en pleine mer des Caraïbes par la frégate française, et dans le cadre d’une coopération internationale, celui-ci a été pris en chasse par les Coast Guards américains qui sont intervenus à quai sur le cargo et y ont trouvé près d’une tonne de cocaïne.

 

Dans la nuit du 12 au 13 février, la frégate Ventôse est de nouveau intervenue pour poursuivre cette fois-ci un Go Fast se dirigeant vers la Guadeloupe. Ce Go Fast, suspecté de trafic de stupéfiants,avait été reporté aux autorités françaises par l’OCRTIS via la NCA (National Crime Agency) et par les garde-côtes de Sainte-Lucie. Lors de la poursuite du Go Fast effectuée par l’hélicoptère embarqué Panther, un changement de route de l’embarcation filant à près de 30 nœuds en direction de Sainte-Lucie a pu être observé, ainsi que le rejet à la mer des ballots de drogue que convoyaient les cinq passagers. L’équipage du Ventôse a récupéré près d’une quarantaine de ballots de marijuana, laissant aux autorités saint-luciennes la poursuite du Go Fast avec leurs propres moyens. L’hélicoptère Alouette III de la Marine nationale a rejoint le 13 février au lever du jour le Ventôse afin de compléter le dispositif de recherche des ballots, avant le retour à Fort de France de la frégate. Au bilan, plus d’une tonne de Marijuana a été récupérée par le Ventôse et a été transmise à l’OCRTIS pour destruction dès son accostage à Fort-de-France.

 

Ces interventions illustrent l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France et ses partenaires étrangers contre le trafic de produits stupéfiants en zone Antilles-Guyane. 

 

Les forcés armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyanes.

FAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des AntillesFAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des Antilles
FAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des AntillesFAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des AntillesFAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des Antilles
FAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des AntillesFAA : la FS Ventôse de retour de mission de lutte contre le narcotrafic en mer des Antilles
Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 08:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

16 Février 2015 Marine Nationale

 

Du 14 janvier au 13 février 2015, la frégate de surveillance Ventôse était déployée en mer des Antilles pour une mission de lutte contre le narcotrafic.

 

L’objectif de la mission était d’affiner la surveillance maritime de la zone afin d’établir une connaissance précise des activités des navires, de détecter le comportement suspect d’embarcations au profit des services de renseignements français et alliés, et d’intervenir le cas échéant sur les bâtiments susceptibles de se livrer à du trafic de drogue.

 

Pour mener à bien sa mission, la frégate de surveillance Ventôse, équipée de son hélicoptère embarqué Panther, a appareillé de Fort-de-France avec à son bord des commandos Marine, venus compléter l’équipe de visite de la frégate. Un avion de patrouille maritime Falcon 50 de la Marine nationale était également déployé afin de soutenir ce dispositif maritime.

 

Le 3 février, le Ventôse est ainsi intervenu sur un bâtiment de pêche suspect, et avec les accords des autorités vénézuéliennes, l’équipe de visite a effectué une fouille du navire, qui a permis de découvrir une importante somme d’argent correspondant au paiement d’une quantité de cocaïne. Selon les instructions de l’Etat du pavillon, l’embarcation, ses sept passagers et l’argent ont été pris en charge par les garde-côtes vénézuéliens pour la mise en œuvre du processus judiciaire. Un deuxième cargo suspect a été localisé en pleine mer des Caraïbes par la frégate française, et dans le cadre d’une coopération internationale, celui-ci a été pris en chasse par les Coast Guards américains qui sont intervenus à quai sur le cargo et y ont trouvé près d’une tonne de cocaïne.

 

Dans la nuit du 12 au 13 février, la frégate Ventôse est de nouveau intervenue pour poursuivre cette fois-ci un Go Fast se dirigeant vers la Guadeloupe. Ce Go Fast, suspecté de trafic de stupéfiants,avait été reporté aux autorités françaises par l’OCRTIS via la NCA (National Crime Agency) et par les garde-côtes de Sainte-Lucie. Lors de la poursuite du Go Fast effectuée par l’hélicoptère embarqué Panther, un changement de route de l’embarcation filant à près de 30 nœuds en direction de Sainte-Lucie a pu être observé, ainsi que le rejet à la mer des ballots de drogue que convoyaient les cinq passagers. L’équipage du Ventôse a récupéré près d’une quarantaine de ballots de marijuana, laissant aux autorités saint-luciennes la poursuite du Go Fast avec leurs propres moyens. L’hélicoptère Alouette III de la Marine nationale a rejoint le 13 février au lever du jour le Ventôse afin de compléter le dispositif de recherche des ballots, avant le retour à Fort de France de la frégate. Au bilan, plus d’une tonne de Marijuana a été récupérée par le Ventôse et a été transmise à l’OCRTIS pour destruction dès son accostage à Fort-de-France.

 

Ces interventions illustrent l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France et ses partenaires étrangers contre le trafic de produits stupéfiants en zone Antilles-Guyane. 

 

Les forcés armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyanes.

Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 07:25
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

04/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 27 novembre 2014, la frégate de surveillance (FS) Ventôse et la frégate britannique HMS Iron Duke ont réalisé des entraînements conjoints en mer. Ces derniers ont couvert des domaines très variés allant de la sécurité à bord jusqu’à l’aéromobilité en passant par l’assistance sanitaire et la navigation.

 

Un exercice commun de lutte contre les incendies a notamment été conduit à bord du Ventôse. La frégate française a simulé un départ de feu à son bord et a demandé l’assistance de marins britanniques, venus par embarcation renforcer les marins français.

 

Une série d’exercices dans le domaine aéromobile ont ensuite permis de démontrer la technicité et la bonne interopérabilité de nos forces. Ainsi, un Lynx MK 8 britannique a réalisé une séance de « touch and go » (TAG) à bord du Ventôse avant de se prêter à un exercice d’évacuation sanitaire d’un blessé à bord de la frégate française.

 

Ces entraînements concrétisent la volonté commune exprimée en 2010 à Lancaster House de renforcer le volet opérationnel de notre coopération bilatérale. En dehors des grands exercices annuels, chaque zone de déploiement commun devient le théâtre propice au partage de notre expertise et à l’approfondissement de notre interopérabilité. En déploiement opérationnel depuis le 20 juin 2014 dans l’Atlantique Sud et dans la zone Caraïbe, le HMS Iron Duke a ainsi ponctué sa campagne d’interactions d’opportunité avec la marine française. Les 14 et 15 juillet dernier, en association avec la marine Guinéenne, le bâtiment britannique et nos forces ont pu réaliser une première série d’exercices dans le cadre du déploiement de l’aviso Commandant Blaison, alors en mission Corymbe.

 

Cette nouvelle interaction au large de Fort de France, dans une zone où forces françaises et britanniques sont communément engagées dans la lutte contre les trafics illicites, confirme notre volonté de renforcer notre capacité d’action conjointe.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le « théâtre » Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). En menant des opérations de surveillance du trafic maritime, de lutte contre le trafic des stupéfiants, de sauvetage de vies humaines en mer, de police des pêches ou encore d’aide humanitaire lors de catastrophes naturelles, les unités de la Marine nationale aux Antilles assurent la protection de la population et la préservation des ressources en mer des Antilles. La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération inter-administrations et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
FAA : entraînement opérationnel franco-britannique au large de Fort-de-France
Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 17:45
Corymbe : bilan du mandat 126 par la frégate Ventôse

 

27/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 24 octobre 2014, au terme de trois mois de déploiement dans le golfe de Guinée, la frégate de surveillance Ventôse a accosté à Fort-de-France en Martinique, son port base. Le mandat 126 de la mission Corymbe aura été extrêmement riche en enseignements.

 

Les sept États où le Ventôse s’est arrêté (Cap Vert, Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun, Bénin, Togo, Gabon) furent autant d’occasions d’échanges avec les différentes forces armées et les populations locales. Ces échanges ont notamment consisté en la réalisation de très nombreuses périodes d’instructions opérationnelles au profit des marines riveraines du golfe de Guinée, sur des domaines extrêmement variés : lutte contre les incendies et sécurité à bord des navires, techniques et savoir-faire de navigation, opérations de visite d’un bâtiment, maintenance des systèmes d’armes, ou encore différentes techniques de plongées employées au sein de la Marine nationale. Au final plus de 350 marins africains auront bénéficié de formations délivrées à bord de « l’université flottante » Ventôse. Ces périodes d’instruction ont parfois été l’occasion pour certains membres d’équipage de renouer des liens avec des camarades africains formés en France dans les différents centres d’instruction de la Marine.

 

A la mer, le Ventôse aura eu l’opportunité de naviguer avec des patrouilleurs camerounais, béninois, togolais, gabonais, ivoiriens et nigérians. Point d’orgue de cette coopération régionale maritime, l’exercice naval international NEMO 14.4, au début du mois de septembre 2014, aura rassemblé des navires des différentes marines d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, mais également les centres régionaux de commandement et de coordination à terre, le tout sous un pilotage politico-stratégique exercé depuis la préfecture maritime de l’Atlantique par des officiers africains.

 

L’équipage a aussi mené des chantiers de rénovation dans deux orphelinats, au Togo et au Gabon.

 

La présence d’un bâtiment de la Marine nationale dans la zone fut également l’opportunité d’échanges avec les différentes composantes de la présence française en Afrique de l’Ouest : expatriés, compagnies françaises implantées localement et, bien évidemment, forces françaises déployées dans la zone. Il en est allé ainsi en République de Côte d’Ivoire (RCI), où les marins ont pu s’entraîner avec les soldats et aviateurs déployés au sein de la force Licorne. Au Gabon, c’est la coopération avec la Marine marchande qui fut mise à l’honneur ; le Ventôse ayant pu effectuer un exercice de protection maritime avec le navire ravitailleur de plate-forme Bourbon Liberty, affrété par le groupe TOTAL. 

 

Le mandat 126 de la mission Corymbe est maintenant achevé. Le Ventôse, comme ses 125 prédécesseurs, aura apporté sa modeste contribution au renforcement de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. Alors que la permanence Corymbe est désormais assurée par l’aviso Enseigne de vaisseau  Jacoubet, les marins du Ventôse remettent le cap à l’Ouest pour retrouver la mer des Caraïbes et renouer avec leur mission habituelle : la chasse aux narcotrafiquants dans la mer des Caraïbes.

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 06:45
aviso EV Jacoubet - photo Marine Nationale

aviso EV Jacoubet - photo Marine Nationale

 

22/10/2014 Sources : État-major des armées / Marine nationale

 

Du 30 juillet au 19 octobre 2014, la frégate de surveillance Ventôse a été engagée dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe. La mission est aujourd’hui assurée par l’aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet.

 

Le mandat Corymbe 126 a été marqué par la participation du bâtiment à l’exercice NEMO 14.4, avec les marines riveraines du Golfe : le Cameroun, le Bénin, le Togo, le Gabon et le Nigeria. Cet exercice a permis d’entraîner le centre interrégional de coordination (CIC) qui a été inauguré le 11 septembre dernier, à Yaoundé, au Cameroun. Ce CIC est un organe politico-stratégique au service des plus hauts responsables de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et de la Commission du golfe de Guinée (CGG) dans le domaine de la coopération et de la coordination de la sécurité maritime.

 

En marge de cet exercice, ainsi qu’au cours des différentes escales dans les ports de la zone, les marins du Ventôse ont organisé des détachements d’instruction opérationnelle ou participé à des échanges avec leurs homologues africains : instruction à la navigation, instruction incendie, ou encore appui au maintien en condition opérationnelle des matériels et équipements nautiques. Au large de Port Gentil, l’équipage a réalisé un exercice d’assistance et d’intervention à un navire de commerce français, le 'BOURBON LIBERTY 110', fictivement aux mains de pirates des mers.

 

Le Ventôse fait désormais route vers son port d’attache, à Fort de France aux Antilles. Le « Jacoubet » arme le 127e mandat Corymbe.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi-permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région. De plus, cette présence quasi-permanente permet de coopérer avec les marines régionales amies, et ainsi de participer à leur montée en puissance et au développement de capacités africaines autonomes.

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:45
Corymbe : Le Ventôse en interaction avec le Bourbon Liberty 110

 

09/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Le 29 septembre 2014, au large des côtes du Gabon, la frégate Ventôse a effectué un exercice particulier. Après son escale à Port Gentil, unique relâche dans l’hémisphère Sud du mandat 126 de la mission Corymbe, le Ventôse avait rendez-vous avec le navire de soutien Bourbon Liberty 110. Ce navire appartenant à la société Bourbon et armé par Total est un des nombreux bâtiments de soutien aux plates-formes pétrolières présentes dans cette zone du Golfe de Guinée.

 

Les armées sont très engagées auprès des partenaires africains pour contrer la menace que font peser les actes de piraterie et de brigandage maritime dans cette partie du globe. Aussi, parallèlement au déploiement des équipes de protection embarquées (EPE) qui embarquent sur certains navires français tout particulièrement vulnérables, les bâtiments de la Marine nationale déployés dans la zone sont entraînés à faire face à ce type de menace.

 

 Simulant un risque d’attaque par pirates, la brigade de protection du Ventôse a embarqué à bord du Liberty 110pour renforcer ses moyens de défense, tandis que la frégate de surveillance se positionnait en escorte. Simulée par une embarcation pneumatique du Ventôse, l’attaque visait à harceler tant la frégate que le bâtiment de soutien. Le réalisme était très poussé puisque l’équipage du Bourbon Liberty a été jusqu’à jouer la mise en alerte du centre de contrôle de Bourbon et du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris Nez.

 

 Cet exercice, riche en enseignements pour les deux équipages, a également contribué aux bonnes relations entre entreprises civiles et moyens mis en œuvre par les armées dans le Golfe de Guinée.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi-permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région. De plus, cette présence quasi-permanente permet de coopérer avec les marines régionales amies, et ainsi de participer à leur montée en puissance et au développement de capacités africaines autonomes.

Repost 0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:45
La frégate « Ventôse » entre en mission Corymbe

 

18/08/2014 Sources : EMA

 

Déployée depuis les Antilles, la frégate de surveillance (FS) Ventôse a rejoint début août les côtes ouest-africaines. Elle assure ainsi le 126e mandat de la mission Corymbe pour plusieurs mois.

 

Après la traversée de l’Atlantique, mise à profit pour entraîner les équipes, le Ventôse a mis le cap sur Dakar, et a commencé sa mission de surveillance maritime au large des côtes de l’Afrique occidentale. La frégate participera notamment à la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée, et à la connaissance de la situation maritime locale.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi-permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région. De plus, cette présence quasi-permanente permet de coopérer avec les marines régionales amies, et ainsi de participer à leur montée en puissance et au développement de capacités africaines autonomes.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories