Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 13:30
" Que retenir de l’opération israélienne « Bordure protectrice » de l’été 2014 contre Gaza ? "


19/11/2015  IRSEM - Notes de Recherche Stratégique

 

Numéro 25 - 2015 (pdf - 390 ko)
" Que retenir de l’opération israélienne « Bordure protectrice » de l’été 2014 contre Gaza ? "
Auteur : Pierre RAZOUX

Il y a un an, l’armée israélienne lançait une opération massive baptisée « Bordure protectrice » contre le Hamas retranché dans la bande de Gaza. Il s’agissait du troisième affrontement entre Tsahal et le Hamas en cinq ans, après les épisodes « Plomb durci » en 2009 et « Pilier de défense » en 2012.

 

 

Parutions précédentes

 

Numéro 24 - 2015 (pdf - 694 ko)
"La professionnalisation des armées arabes face à un nouveau contexte stratégique régional : les cas de l’Algérie, de la Tunisie et de l’Égypte"
Auteur : Flavien BOURRAT

Un nouveau contexte stratégique caractérise le monde arabe, posant avec une acuité particulière la question des capacités des forces armées locales à affronter des défis vis-à-vis desquels elles n’ont pas été préparées. Ce contexte est désormais marqué par la montée en puissance d’un jihadisme armé et territorialisé ...

 

Numéro 23 - 2015 (pdf - 721 ko)
"Les images dans la communication opérationnelle française (2000-2010)"
Auteur : Bénédicte CHERON

Cette note vise à éclairer une question cruciale sur la place des images dans la communication opérationnelle, sur leur captation, leur rôle et leur utilisation à destination des médias. La décennie 2000-2010 marque en effet un moment de forte évolution dans la réflexion et les décisions prises sur ce point

 

Numéro 22 - 2015 (pdf - 721 ko)
La spécificité de l’adaptation des forces aériennes : l’exemple de l’armée de l’air en Afghanistan
Auteur : LCL Jérôme de LESPINOIS

La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) a officiellement été dissoute à Kaboul en décembre 2014. Cet évènement clôt une phase qui avait débuté en octobre 2001 avec les premiers bombardements aériens américains de l’opération Enduring Freedom (OEF).

 

Numéro 21 - 2015 (pdf - 721 ko)
Une aide militaire à l’Ukraine : Réflexion stratégique
Auteur : Colonel Philippe SIDOS

Le rapport publié par The Atlantic Council en février 2015 a nourri la réflexion stratégique et les débats diplomatiques sur la forme de l’aide militaire à apporter au gouvernement ukrainien alors que Kiev se heurte, après un an de conflit, à une impasse opérationnelle

 

Numéro 20 - 2015 (pdf - 661 ko)
OTAN et PSDC : vers un rapprochement des processus capacitaires
Auteur : Général de division (2S) Maurice de LANGLOIS

Tout État ou organisation s’interroge sur la manière de préparer l’avenir et de faire face aux futurs risques et menaces qu’il aura à affronter. Ainsi l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et l’Union européenne, à travers la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), se sont attachées à développer une démarche visant à se doter des moyens capacitaires capables de répondre aux nouveaux enjeux.

 

Numéro 19 - 2015 (pdf - 711 ko)
Le rapprochement de la Russie avec la Chine : le triomphe de la stratégie sur la tactique ?
Auteur : Céline MARANGÉ

Au lendemain de l'annexion de la Crimée, nombreux étaient les responsables politiques russes à plaider en faveur d'une "réorientation stratégique" des intérêts de la Russie en Asie...

 

Numéro 19 (En) - 2015 (pdf - 370 ko)
Russia’s rapprochement with China: does strategy triumph over tactics ?
By Céline MARANGÉ

In the aftermath of Crimea’s annexation, political leaders in Russia were many to call for a reorientation of Russian interests towards Asia...

 

Numéro 18 - 2015 (pdf - 661 ko)
La menace stratégique des États faibles : quand les faits relativisent la théorie
Auteur : Sonia LE GOURIELLEC

Les recherches qui se concentrent sur l’échec de l’État à remplir ses fonctions régaliennes rencontrent un franc succès depuis la fin de la guerre froide et après le 11 septembre 2001. L’une des principales hypothèses est que les États dits faibles ou pire faillis seraient générateurs de conflits : « Most of the security problems of Africa largely hang on the failure of the postcolonial state ».

 

Numéro 18 (En) - 2015 (pdf - 670 ko)
The strategic threat of weak states: when reality calls theory into question
Auteur : Sonia LE GOURRIELLEC

Research that focuses on the failure of a state to fulfil its sovereign duties has met with resounding success since the end of the Cold War and in the aftermath of September 11 2001. One of the main theories proposed is that states deemed weak, or worse, failed, generate conflict. “Most of the security problems of Africa largely hang on the failure of the postcolonial state” (Buzan, Weaver, 2006 : 220).

 

Numéro 17 - 2015 (pdf - 1,9 Mo)
Politiques contre les violences sexuelles dans les armées : le cas des États-Unis
Auteur : LCL Arnaud PLANIOL

Représentant un enjeu pour de nombreuses démocraties occidentales, les questions de harcèlement et violences à caractère sexuel sont prises très au sérieux par le Department of Defense (DoD), qui lutte déjà depuis plusieurs années contre ces comportements déviants, suite notamment à plusieurs affaires emblématiques qui avaient secoué les académies militaires américaines au début des années 2000.

 

Numéro 16 - 2015 (pdf - 1,6 Mo)
La présence de l’histoire dans les relations stratégiques : influence inconsciente ou ressource rhétorique ?
Auteur : Eric SANGAR

La crise en Ukraine semble témoigner d’une réapparition de l’histoire sous plusieurs formes. En effet, dans les tentatives de compréhension des origines de la crise, de nombreux analystes occidentaux se focalisent sur le rôle de l’histoire en parlant d’un « retour » aux conceptions politiques d’expansion territoriale du 19e siècle. Des analogies sont notamment tracées avec les accords de Munich de 1938, ou bien en interprétant la politique russe comme une stratégie de « réparation » de l’humiliation causée par la chute de l’Union soviétique.

 

Numéro 15 - 2015 (pdf - 1,3 Mo)
Oman : future pièce maîtresse de la stratégie américaine dans le Golfe et l’océan Indien
Auteur : Pierre RAZOUX

Si à court terme, l’avenir du sultanat d’Oman est empreint d’incertitudes liées à la crise de succession qu’engendrerait la disparition du sultan Qaboos (malade et sans héritier), la valeur géostratégique d’Oman est indubitablement en forte hausse à moyen et long termes, justifiant une plus grande attention des milieux de la recherche stratégique.

 

Cette collection est identifiée par le n° ISSN 2430-598

Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 19:30
photo IDF

photo IDF

 

06 Juin 2015 i24news.tv

 

Le Hamas accuse les salafistes liés à l'EI d'avoir tiré des roquettes sur Israël pour envenimer la situation

 

L’armée israélienne a redéployé vendredi plusieurs batteries de Dôme de fer près des villes d’Ashdod et de Netivot dans le sud d’Israël, après que deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé en territoire israélien mercredi soir.

Mercredi, les sirènes ont retenti dans plusieurs villes du sud d'Israël ainsi que dans les localités israéliennes proches de la bande de Gaza. Deux roquettes ont explosé sur le sol israélien, dans des terrains vagues et sans faire de victimes.

L'armée israélienne a procédé dans la nuit de mercredi à jeudi à des raids de représailles contre trois infrastructures terroristes dans la bande de Gaza, sans faire de blessé.

La semaine dernière, l'armée de l'air israélienne avait mené quatre frappes contre des sites terroristes de la bande de Gaza, quelques heures après qu'au moins une roquette a explosé sur le sud d'Israël, sans faire de blessé.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:30
Frappes aériennes israéliennes à Gaza après des tirs de roquettes

 

04 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Jérusalem - L'armée israélienne a lancé plusieurs frappes aériennes sur la bande de Gaza tôt jeudi matin sans faire de victimes, en représailles à des tirs de roquettes palestiniennes, selon des sources palestiniennes et israéliennes.

 

Les frappes israéliennes ont visé trois camps d'entraînement des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du mouvement islamiste Hamas, dans la ville de Gaza, et une quatrième a atteint Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, selon ces sources sécuritaires palestiniennes.

 

Dans un communiqué, l'armée israélienne n'a évoqué que trois frappes, sans préciser leur emplacement ni identifier les cibles visées.

 

Hier, le 3 juin 2015, deux roquettes ont été lancées sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza, dit l'armée dans un communiqué qui précise que les roquettes sont tombées en terrain découvert, près des villes d'Ashkelon et de Netivot. Personne n'a été blessé, dit-elle.

 

En réponse à cette attaque, les Forces de défense israéliennes ont frappé trois infrastructures terroristes dans la bande de Gaza, ajoute le communiqué.

 

Le ministre de la Défense israélien Moshé Yaalon a tenu le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, pour responsable des tirs.

 

Même si les tirs d'hier soir sont le fait de bandes de voyous issus d'organisations du jihad mondial qui cherchent à défier le Hamas en tirant sur nous, nous tenons le Hamas pour responsable de tout ce qui se passe dans la bande de Gaza, a déclaré M. Yaalon dans un communiqué.

 

Nous ne ferons pas de compromis sur la sécurité des citoyens israéliens et nous n'accepterons pas de retourner à une situation de tirs réguliers depuis la bande de Gaza, a-t-il mis en garde.

 

Les tirs de roquettes de mercredi ont été revendiqués jeudi par les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem, un groupe récemment apparu de Gaza, dans un communiqué dont l'AFP a obtenu une copie.

 

Les Partisans de l'Etat islamique est considéré comme un groupuscule qui appartiendrait au mouvement salafiste jihadiste gazaoui et qui chercherait peut-être l'adoubement de l'Etat islamique et se servirait de son label. Mais il n'existerait pas pour l'instant de lien organique.

 

Le groupe dit avoir agi pour venger Youssef al-Hanar qui a été tué pour satisfaire les juifs, en référence à ce chef salafiste tué mardi par les forces de sécurité du Hamas dans un échange de tirs dans la ville de Gaza.

 

Les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem promettent que son sang n'aura pas été versé pour rien.

 

Le groupe dit encore avoir agi en soutien à nos frères emprisonnés dans les prisons du Hamas.

 

Le Hamas a procédé au cours des dernières semaines à des dizaines d'arrestations dans les milieux salafistes.

 

La bande de Gaza est en butte depuis la fin de la guerre avec Israël en juillet-août 2014 à la confrontation de plus en plus tendue entre le Hamas et les radicaux de plus en plus actifs et visibles, comme Les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 21:30
Le Hamas, une "organisation terroriste" en Egypte

 

31 janvier 2015 BBC Afrique

 

L’Egypte interdit désormais la branche armée du Hamas dans son territoire et la considère comme une organisation terroriste.

 

Le Hamas est un mouvement islamiste palestinien constitué d'une branche politique et d'une branche armée. Il est surtout actif à Gaza. Les autorités égyptiennes ont récemment déclaré que des armes ont transité de la bande de Gaza au nord du Sinaï, où l’Egypte tente d’éradiquer une insurrection armée. Elles ont fait cette déclaration après que des islamistes armés ont tué au moins 30 personnes dans une série d’attaques perpétrées dans cette partie du territoire égyptien.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:30
Les enseignements militaires de la guerre de Gaza

 

06/11/2014  - CDEF/DREX/Bureau Recherche/Col Goya

 

L'armée de Terre israélienne est parvenue, par l'opération Bordure Protectrice  en juillet-août 2014, à détruire les capacités offensives du Hamas. Toutefois, elle a connu un niveau plus élevé de pertes militaires par rapport aux conflits précédents. Cette note analyse cette singularité.

 

Les enseignements militaires de la guerre de Gaza (format pdf, 371 kB).

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:30
Le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, visite un tunnel terroriste découvert lors de Bordure Protectrice

 

octobre 14, 2014 Tsahal.fr

 

Aujourd’hui (14/10), accompagné d’officiers hauts gradés de Tsahal, le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, s’est rendu dans un tunnel terroriste découvert pendant l’Opération Bordure Protectrice de Tsahal, situé au sud d’Israël.

 

Sur place, il lui a été présenté l’analyse sécuritaire de la région et il a rencontré des membres de la Commission d’Enquête de Tsahal qui a suivi l’opération.

 

Le secrétaire général des Nations Unie s’est entretenu avec le commandant des forces de Tsahal positionnées au Nord, le général de division Noam Tibon, le commandant de la division de Gaza, le général de brigade Itai Veruv, et le chef du département de coordination civile du COGAT, le colonel Grisha Ya’akobovich. Lors de la visite du tunnel, ils ont discuté de la stratégie du Hamas qui utilise les infrastructures civiles de Gaza dans le but de mener des attaques contre les civils du sud d’Israël, et des vastes efforts menés par l’organisation terroriste dans la construction du réseau de tunnels d’infiltrations.

 

Les officiers de l’armée israélienne ont également expliqué à M. Ban Ki-Moon comment se sont déroulés les combats terrestres de l’opération et quels ont été les efforts menés par le Génie Militaire israélien pour éliminer la menace des tunnels à Gaza.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 12:30
Bordure Protectrice a coûté près de 2 milliards d'euros

 

03 Septembre 2014 i24news

 

Une nouvelle unité de l'armée devrait aider à défendre les soldats accusés de crimes de guerre

 

Le coût direct de l'Opération militaire israélienne de 50 jours dans la bande de Gaza s'élève à 2,5 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros), a déclaré mardi le ministère israélien de la Défense Moshe Ya'alon.

"Les dépenses de l'opération Bordure protectrice (dépenses militaires, les dépenses directes) s'élèvent à plus de neuf milliards de shekels", a-t-il dit lors d'une conférence économique à Tel Aviv.

"Nous avons attaqué plus de 6.000 cibles, plus de 5.000 d'entre elles via les forces aériennes, et quelque 900 à partir de la terre et de la mer", a-t-il dit.

Mais, malgré l'envergure de l'opération, il a reconnu que les activistes de Gaza, visés par l'opération israélienne lancée le 8 juillet, disposaient encore d'un arsenal non négligeable.

"Les organisations terroristes dans la bande de Gaza: le Hamas, le Djihad islamique et d'autres groupes avaient 10.000 projectiles au début de l'opération Bordure protectrice. Aujourd'hui, ils en ont environ un cinquième, mais ça fait encore 2.000 projectiles", a-t-il dit.

Il a précisé que chaque interception de roquette palestinienne par le système de défense "Dôme de fer" coûtait 100.000 dollars (environ 76.000 euros).

Le gouvernement israélien a approuvé dimanche une cure d'austérité pour éponger le coût de la guerre, sauf pour le ministère de la Défense épargné par les coupes budgétaires.

La guerre entre Israël et les groupes terroristes palestiniens, du 8 juillet au 26 août, a fait 2.143 morts côté palestinien, incluant les combattants et 71 côté israélien.

Des pourparlers doivent réunir dans un délai d'un mois les deux camps sur les sujets les plus sensibles comme la libération de prisonniers palestiniens, la réouverture de l'aéroport à Gaza ou la démilitarisation de l'enclave.

 

Du personnel militaire supplémentaire

 

Le parquet militaire israélien sera étendu pour faire face à la bataille juridique après l’Opération à Gaza, rapporte le quotidien Haaretz.

Une nouvelle unité sera ainsi mise en place et devrait aider à défendre les soldats accusés de crimes de guerre. La division des affaires opérationnelles du parquet recrutera également deux agents supplémentaires.

Le coût de ce personnel supplémentaire est estimé à 500.000 shekels par an soit environ 100.000 euros.

L’armée israélienne enquête actuellement sur des dizaines d’incidents survenus au cours des combats à Gaza en utilisant notamment des vidéos montrant le Hamas utiliser des civils palestiniens comme boucliers humains.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 12:30
Israël serre les cordons de la bourse à cause du coût de la guerre

 

01. septembre 2014 - swissinfo.ch

 

Le gouvernement israélien va se soumettre à une cure d'austérité pour éponger le coût de la guerre dans la bande de Gaza. Seul le ministère de la Défense sera épargné par les coupes budgétaires, a indiqué dimanche un responsable gouvernemental.

 

Le premier ministre Benyamin Netanyahou, le ministre de la Défense Moshé Yaalon et le ministre des Finances Yaïr Lapid ont demandé en conseil des ministres une réduction de 2% du budget de chaque ministère, à l'exception de la Défense, pour la fin de l'année en cours. "Le gouvernement a approuvé cette demande", a indiqué un responsable gouvernemental sous couvert d'anonymat.

 

Cette cure d'austérité devrait dégager environ deux milliards de shekels (environ 513 millions de francs). Elle doit permettre de rembourser une partie de l'effort de guerre, "la plus longue depuis la guerre d'indépendance de 1948", selon le ministre des Finances.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:30
Counter-Terrorism: When Rebranding Does Not Work

 

August 13, 2014: Strategy Page

 

Hamas hoped for a big popularity boost by taking on Israel again. Didn’t work out that way. While there is a lot of sympathy for the Palestinian civilians in Gaza, Hamas is getting no love. It’s gotten so bad that even when Israel bombed mosques that Hamas has been using to store rockets or fire rockets from there were no protests even in Moslem countries. Hamas appears to be suffering from the Al Qaeda Disease. This happens when an Islamic terrorist group gets a lot of Moslems killed and seems to have no realistic agenda to justify the lives it so enthusiastically snuffs out. Hamas should have seen this coming as what is happening to them is just another case of Islamic terrorist groups suffering a big drop in popularity even among Moslems. This was also seen happening with Iraqi Islamic terrorists (ISIL or Islamic State in Iraq and the Levant) who, for the second time since 2007, suffered a major dip in approval ratings because of their seemingly pointless brutality.

 

Back in 2007 it was the "Al Qaeda In Iraq" leadership that was out of control. Back then opinion polls in Moslem countries showed approval and support of al Qaeda plunging, in some cases into single digits. Thus after the 2003 invasion of Iraq al Qaeda managed to take itself from hero to zero in less than four years. Since that low point al Qaeda recovered somewhat but that kinder and gentler approach did not last and by 2013 the Iraqi al Qaeda (now rebranded as ISIL) was again losing popular support. That was quite visible in 2014 when ISIL seized control of parts of Iraq and promptly slaughtered captured Iraqi soldiers and police, mainly because these men were Shia. ISIL put videos of these mass killings on the Internet.

 

Then ISIL declared the parts of Syria and Iraq it controlled were the new Moslem caliphate. Naturally the ISIL leaders are running this new caliphate and are calling on all Moslems to follow them. Most Moslems have responded, according to recent opinion polls, by expressing greater fear rather than more admiration for Islamic terrorist groups, especially ISIL. In the meantime (earlier in 2014) al Qaeda leadership condemned ISIL as completely out of control and not to be trusted or supported.

 

In the last year opinion polls show Moslems becoming more hostile to Islamic terrorists, seeing them as a cause for concern not as defenders of Islam. The same thing happened back in 2007 and now, when Hamas began getting more aggressive towards Israel in June of 2014 they found that there Hama was now considered as pointless, and dangerous to Moslems, as ISIL

 

When al Qaeda showed up in the 1990s as a post-Afghanistan international Islamic terrorist organization they were popular to Moslems in proportion to how far away the al Qaeda violence was. Once al Qaeda began killing people nearby Moslems tended to change their minds and disliked the Islamic terrorists. In 2013 37 percent of Turks were concerned about Islamic terrorism while now it is 50 percent thanks to increased ISIL violence on the Syrian border and some inside Turkey itself. In 2013 54 percent of the people in Jordan were concerned versus 62 percent for the same reason. In Lebanon, where the Syrian violence spilled over quickly after 2011 last year 81 percent were concerned about Islamic terrorism versus 92 percent today.

 

The hostility towards al Qaeda in the region has tainted all forms of Islamic radicalism, including the Shia ones (especially Hezbollah in Lebanon). Yet once Islamic terrorism disappears again (as it does regularly) many Moslems will get nostalgic for those legendary warriors seeking to defend Islam. This is a cycle many Moslems would like to break, but so far the cycle of violence persists.

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:30
Israeli Forces Praise Elbit UAVs in Gaza Op

The IDF's Skylark mini-UAV is used broadly in support of ground forces in the latest Gaza operation. (Israel Defense Forces)

 

Aug. 12, 2014 - By BARBARA OPALL-ROME – Defense News

 

IAF Debuts Hermes 900; IDF Deploys 2 Skylarks With Each Brigade

 

KASTINA ARMY BASE, ISRAEL — Israeli military commanders are crediting unmanned aerial vehicles (UAVs) by Elbit Systems for delivering added operational value in recent combat in Gaza.

 

From the one-ton Hermes 900 debuted by the Israel Air Force (IAF) to the soldier-launched Skylarks supporting ground-force brigades, officers here say assets acquired from the Haifa, Israel-based firm boosted combat effectiveness of Operation Protective Edge.

 

While the Skylark mini-UAV has been operational here since 2008, Protective Edge marked the first time it was used in quantities for high-tempo support of ground forces, said Brig. Gen. Roy Riftin, IDF chief artillery officer.

 

“This was the first time we deployed it broadly,” Riftin said of the system, known here as SkyRider, operated by the Artillery Corps.

 

“Every brigade — even the reserves — got at least two air vehicles and flew them nonstop; at the same time,” he said.

 

In an Aug. 12 interview at a base in southern Israel, Riftin said some 18 systems flew hundreds of hours, generating intelligence and streaming target-acquisition data to myriad shooters on the ground.

 

“It was phenomenal; a real asset,” Riftin said.

 

“We stretched these systems to the edge of their capability,” he said of the 7.5 Skylark and its 1.1 kilogram payload.

 

“They created intel; helped close the loop with other shooters ... and served up targets of opportunity for Tammuz,” the officer said of the electro-optic, precision strike system built by Rafael and operated by IDF gunners.

 

At the opposite end of Elbit’s unmanned portfolio is Hermes 900, which the IAF fielded for the first time during the operation that began July 8 and has not yet officially concluded due to unresolved ceasefire negotiations.

 

Known here as Kochav (Star), Hermes 900 is the newest system to be integrated into the IAF’s unmanned force. With a maximum takeoff weight of 1.1 tons and payload capacity of some 300 kilograms, it’s double the size of Elbit’s Hermes 450S. The 900 model also carries nearly twice the weight and flies some 12 hours longer than its predecessor.

 

“The Kochav was introduced during the operation for unique missions that it could perform in a much better way than Hermes 450,” Capt. Grisha, an officer who managed the operational integration of Hermes 900.

 

In an account published on the IDF’s website, the officer said the Hermes 900 was still undergoing test flights and wasn’t planned for operational deployment until later next year.

 

“In addition to the aircraft itself, the cockpit and flight systems are much more advanced, which enables greater operational flexibility,” said the officer, whose surname was withheld from publication.

 

The IDF officer said that following conclusion of the still ongoing operation, Hermes 900 would resume operational integration and flight testing. “There’s still some significant milestones that need to be met,” he said.

 

Dalia Rosen, a spokeswoman for Elbit, declined comment on company systems deployed in the Protective Edge operation.

 

“It’s always preferable to hear what the customer has to say,” she said.

Partager cet article
Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 21:30
Gaza: une roquette s'abat sur le sud d'Israël avant l'expiration de la trêve

 

13 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Jérusalem - Une roquette de la bande de Gaza s'est abattue mercredi sur le sud d'Israël, sans faire de victime ni de dégât, a indiqué à l'AFP la porte-parole de la police israélienne, deux heures avant l'expiration d'une trêve de 72H.

 

Ce tir est le premier incident signalé depuis l'entrée en vigueur lundi de ce cessez-le-feu, suspendu à d'éprouvantes négociations indirectes entre Israéliens et Palestiniens sous l'égide des Egyptiens qui, deux heures avant une éventuelle reprise des hostilités, n'avaient toujours pas abouti.

 

Depuis le lancement de l'offensive israélienne sur Gaza le 8 juillet, près de 2.000 Palestiniens ont été tués, tandis que l'armée israélienne a recensé près de 4.000 tirs de roquettes depuis Gaza. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri.

 

L'Etat hébreu avait assuré se lancer dans cette opération, aérienne et terrestre, pour faire cesser les tirs de roquettes.

 

En soirée, alors que rien n'avait filtré depuis Le Caire de la position des Palestiniens quant à une prolongation de la trêve, le porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, a affirmé dans un communiqué que la branche armée du mouvement islamiste palestinien continuait à fabriquer des roquettes, y voyant un message disant aux amis comme aux ennemis que les objectifs de l'occupant (israélien) dans cette guerre ont échoué.

Partager cet article
Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 13:30
Cinq morts à Gaza au cours du démantèlement d'un missile

 

13/08/2014 Le Point.fr

 

L'opération de démantèlement d'un missile israélien a tué au moins cinq personnes, dont un journaliste italien, et a fait plusieurs blessés.

 

Au moins cinq personnes ont été tuées, dont un journaliste étranger, mercredi matin à Gaza lors d'une opération de démantèlement d'un missile israélien, selon les secours à Gaza. "Plusieurs experts en explosifs ont été tués alors qu'ils démantelaient un missile israélien à Beit Lahiya", a déclaré à l'AFP Iyad al-Bouzam, porte-parole du ministère de l'Intérieur à Gaza. Les secours ont fait état d'au moins cinq morts, dont quatre Palestiniens et un journaliste étranger qui couvrait l'opération de démantèlement du missile. Cinq Palestiniens ont été blessés, dont un journaliste local.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:30
L'UE renforce son aide humanitaire vers l'Irak et cherche à se coordonner

 

12 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - La Commission européenne a débloqué cinq millions d'euros supplémentaires d'aide aux populations déplacées en Irak et a réfléchi mardi aux moyens de mieux coordonner l'aide humanitaire, mais l'hypothèse d'une livraison d'armes aux Kurdes opposés aux jihadistes n'a pas été retenue.

 

Une réunion des ambassadeurs de l'UE a été organisée pour coordonner les actions en Irak, mais également en Ukraine et dans la bande de Gaza. Elle a permis un échange de vues entre États membres de l'UE sur ces crises.

 

Les ambassadeurs se sont mis d'accord pour renforcer de toute urgence la coordination humanitaire et accéder aux populations déplacées, a indiqué dans un communiqué le service diplomatique de l'UE, mené par Catherine Ashton.

 

La Commission va jouer le rôle de coordinateur et un mécanisme de protection civile a été activé. Il soutient et facilite la mobilisation des services de secours pour répondre aux besoins immédiats des pays frappés par une catastrophe ou qui risquent d'en subir une.

 

Les États membres de l'UE ont en outre salué les efforts des États-Unis et ses partenaires pour contrer l'avancée de l'État islamique et faciliter l'accès à l'aide humanitaire en Irak, même s'ils n'envisagent pas pour l'instant d'imiter Washington en transférant des armes aux combattants kurdes qui tentent de repousser les jihadistes dans le nord du pays.

 

La question de la livraison d'armes est la plus complexe et la plus sensible, souligne un expert. Personne ne peut empêcher un État de livrer des armes, mais la question est de savoir s'il est opportun pour l'UE de répondre favorablement à cette demande?, souligne-t-il.

 

La France est pour, la Suède y est farouchement opposée. Face à ces divergences, les ambassadeurs se sont contentés de prendre note des demandes de soutien militaire des autorités kurdes auprès de certains États membres, indique le communiqué, qui met l'accent sur l'importance de se coordonner avec les partenaires internationaux sur ce point.

 

La France et l'Italie plaidaient pour une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères des 28 pour parler de la livraison éventuelle d'armements aux Kurdes irakiens opposés aux jihadistes.

 

Je sais bien que dans les pays occidentaux c'est la période des vacances mais enfin quand il y a des gens qui meurent, j'allais dire qui crèvent, il faut revenir de vacances, s'est exclamé mardi matin le ministre français, Laurent Fabius.

 

Cette question est de la responsabilité des États membres, c'est à eux de décider, a indiqué la commissaire en charge de l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva, tout en annonçant une aide de 5 millions d'euros en faveur des personnes déplacées en Irak.

 

L'aide de la Commission pour l'Irak s'élève désormais à un total de 17 millions d'euros en 2014.

 

Ce que nous voulons, c'est prêter main forte à des centaines de milliers d'Irakiens y compris les groupes minoritaires déplacés dans les montagnes de Sinjar, a déclaré la commissaire européenne.

 

L'avancée des jihadistes en Irak a jeté des centaines de milliers de personnes sur les routes, notamment des chrétiens chassés de Mossoul et de Qaraqosh, mais aussi des dizaines de milliers de membres de la minorité kurdophone et non musulmane des Yazidis.

 

De 20.000 à 30.000 membres de cette communauté restent piégées par l'insécurité dans les montagnes de Sinjar, sans nourriture, sans eau et sans abri, selon le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés.

 

Nous voulons aider les populations déplacées, a insisté la commissaire, qui brigue le poste de chef de la diplomatie européenne. Elle a précisé que le principal problème était l'accès aux populations concernés et non le financement de l'aide.

 

N'oublions pas que le Kurdistan abrite des réfugiés syriens, une aide sera aussi nécessaire pour cette population, a-t-elle ajouté.

 

La Hongrie a, elle, demandé que le sort des chrétiens d'Irak soit évoqué lors du prochain sommet européen fin août, selon un courrier du Premier ministre Viktor Orban envoyé mardi au président du Conseil, Herman Van Rompuy.

Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 11:30
Israël. L'Homme du Jour : Le Patron du Mossad, Samir Pardo.

 

11.08.2014 IsraelValley

 

Il est invisible actuellement mais son action est constante. Lors d’une discussion avec des entrepreneurs israéliens, l’actuel chef du Mossad Samir Pardo aurait déclaré que la première priorité pour Israël devait être le règlement du conflit israélo-palestinien qui constitue une menace existentielle et non le dossier nucléaire iranien. Interrogé sur ses propos par le Haaretz, Samir Pardo a déclaré qu’il fallait tout faire pour empêcher l’Iran d’avoir la bombe atomique.

 

Tamir Pardo a fait son service dans Tsahal comme officier de liaison dans l’unité de reconnaissance de l’Etat-major et fut, durant l’opération “Yonathan”, le lien personnel du commandant de l’unité de reconnaissance, Yoni Netanyahu. Par la suite, il fut officier de liaison de l’unité ‘Shaldag’. En 1980, Tamir Pardo joignit les rangs du Mossad, remplit diverses fonctions technologiques, sous le commandement de Ouzi Arad, après avoir participé avec succès à une mission opérationnelle, il fut promu et placé au service de diverses fonctions opérationnelles.

 

Durant son service au Mossad, il obtint trois prix à titre personnel concernant la sécurité d’Israël. En 1998, il présida la commission de contrôle après l’échec de l’assassinat du partisan du Hamas Khaled Mashal. Après la capture des agents du Mossad, lors d’une opération en Suisse, et le départ du chef de la branche responsable de l’opération, il fut nommé chef de la branche ‘Nevi’ot’, connue sous le surnom de ‘Keshet’, dont le but est de recueillir des renseignements électroniques également par la dissimulation d’appareils d’écoute secrète.

 

En 2002, avec la nomination de Meïr Dagan comme directeur du Mossad, il fut nommé l’un de ses adjoints et fut placé à la tête de la direction opérationnelle de l’organisme, dont dépendent ses branches et ses unités opérationnelles. En 2006, il fut prêté à Tsahal avec le grade de lieutenant-général, d’abord comme instructeur à l’Ecole de Défense nationale, puis comme conseiller de l’Etat-Major dans le domaine des opérations, principalement dans la région Nord. Il occupait ce poste lors de la Seconde guerre du Liban.

 

Fin 2007, Tamir Pardo revint comme adjoint au directeur du Mossad, Meïr Dagan, et remplit cette fonction jusqu’à sa démission en juin 2009, le mandat de Meïr Dagan ayant été prolongé d’une année. Après son départ, il a travaillé dans une société sous le contrôle de No’am Lanir, dont le but est d’accorder des services médicaux.

 

Le 29 novembre 2010, le Premier ministre, Binyamin Netanyahu fit savoir qu’il avait choisi Tamir Pardo comme directeur du Mossad. Il a pris ses fonctions 6 janvier 2011. Tamir Pardo est titulaire d’une licence en sciences politiques et en histoire de l’université de Tel-Aviv. Il est marié et père d’une fille et d’un fils.

Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:30
Micro Tactical Ground Robot photo Roboteam

Micro Tactical Ground Robot photo Roboteam

 

August 7, 2014: Strategy Page

 

About a week after the current war with Hamas began Israeli staff officers realized that the large number of Hamas tunnels discovered were more complex and dangerous than any previously encountered and a new robot was needed to deal with the situation. Within days a specification was provided to Israeli robot manufacturers and by the end of July a new robot design had been accepted, in production, delivered and in action. The new MTGR (Micro Tactical Ground Robot) was not a major breakthrough, it was simply a better application of design elements that had been developed since the 1990s and suited current Israeli needs. The Israelis have ordered over a hundred MTGRs for delivery ASAP. Based on its success in Gaza MTGR is being offered to other armed forces and police departments around the world.

 

MTGR is a 7.3 kg (16 pound) tracked (or wheeled version weighing 9 kg) robot. Tracks are preferred for getting up stairs and over obstacles. MTGR can carry up to 9 kg of accessories. The basic MTGR comes with five cameras, a microphone, and can carry additional sensors. The cameras have day/night capability, 360 degree views and x10 zoom. One of the more useful accessories is a robotic arm for clearing debris or searching. Another useful item are bright LED lights when you need illumination. MTGR uses GPS and can carry a laser rangefinder to measure dimensions of where it is. The battery lasts 2-4 hours depending how onboard equipment is used. Top speed is 50 meters a minute and max range for the operator is 500 meters.

 

MTGR is designed to be carried in a backpack and an operator can use the handheld control unit to operate several MTGRs at once. The MTGR has been a lifesaver for exploring Hamas tunnels, which are often filled with booby traps and other nasty surprises for advancing Israeli troops. Often MTGR will simply go down, take a lot of measurements and pictures and then withdraw after which explosives will be lowered down and the tunnel collapsed. If MTGR detects documents or electronic devices like laptops, tablets or cell phones, MTGR will carefully survey the area and troops will go down to recover the valuable intel often found on such devices. If MTGR can reach cell phones or small tablets it can pick them up and carry them away.

 

The U.S. Army has been using robots like the MTGR since the 1990s. American designs went through rapid refinement after September 11, 2001 because thousands of these robots were bought and used by American troops in combat. The culmination of all that was expressed in the XM1216 SUGV (Small Unmanned Ground Vehicle). SUGV was designed to be the definitive next generation infantry droid, replacing existing droids like the similar but larger PackBot. Not surprisingly MTGR is based on the same experience but more refined and using some newer technology.  This design was not ready for action until most of the fighting in Iraq and Afghanistan was over. Thus by 2012 only about 200 of these combat robots were in service or on order. It was only in 2011, after more than six years of development, that the army bought its first production model SUGV.

 

Before September 11, 2001, the army didn't expect to have robots like PackBot or SUGV until 2013. But the technology was already there, and the war created a major demand. The robots expected in 2013 were to be part of a new generation of gear called FCS (Future Combat Systems). SUGV is still waiting for some of the high tech FCS communications and sensor equipment (which MTGR used), and appeared in 2011 using off-the-shelf stuff in the meantime. The troops don't care, as long as it worked. These small robots have been quite rugged, having a 90 percent availability rate.

 

The overly ambitious, expensive and much delayed FCS program was cancelled in 2009 but successful bits, like SUGV, were allowed to keep moving. This was a big deal for SUGV, because demand for these small droids collapsed when the Islamic terror offensive in Iraq did in 2008. There were plenty of droids left over for service in Afghanistan, where the Taliban provided a much lower workload for the little bots than did Iraq.

 

SUGV is a 13 kg (29 pound) robot, similar to the slightly older and larger Packbot. SUGV can carry 3 kg (6.6 pounds) of gear, and seven different "mission packages" are available. These include various types of sensors and double jointed arms (for grabbing things.) SUGV is waterproof and shock resistant. It fits into the standard army backpack, and is meant to operate in a harsh environment. The battery powered SUGV is operated wirelessly, or via a fiber optic cable, using a controller that looks like a video game controller with a video screen built in. SUGV can also use an XBox 360 controller, with the right drivers. Like the earlier PackBot and later MTGR, SUGV can climb stairs, maneuver over rubble and other nasty terrain.

 

The SUGV design is based largely on feedback from combat troops. For example, it is rugged enough to be quickly thrown into a room, tunnel or cave, activated and begin sending video, as well as audio, of what is in there. This feature makes it very popular with the troops, who want droids with the ability to see, hear and smell were more acutely. No one likes being the first one going into dark, potentially dangerous, places. Throwing a grenade in first doesn't always work, because sometimes frightened civilians are in there. Despite all these fine qualities, the current generation of robots is not fast enough, agile enough or sensitive enough to compete with human troops doing this kind of work. Sometimes, however, the robots are an adequate, and life-saving, substitute. SUGV is supposed to be better at this sort of thing.

 

SUGV can also perform outpost and listening post work. These are two dangerous jobs the infantry are glad to hand off to a robot. Outposts are, as the name implies, one or two troops dug in a hundred meters or so in front of the main position, to give early warning of an enemy attack. A listening post is similar, but the friendly troops are often much deeper into enemy territory. The SUGV battery enables it to just sit in one place, listening and watching, for eight hours or more. After that, you send out another SUGV with a fresh battery, and have the other one come back for a recharge. No risk of troops getting shot at while doing the same things, and the troops really appreciate that. Again, the problem with this is that the robot sensors are just not there yet. The sensors are getting close, but not close enough for troops to trust their lives to this thing.

 

Other dangerous jobs for the SUGV are placing explosives by a door (to blow it open for the troops), or placing a smoke grenade where it will prevent the enemy from seeing the troops move. Since 2006 users of the older PackBot UGVs filled military message boards with interesting uses they have found for these robots, and new features they could make use of. SUGV and MTGR are the products of all that chatter.

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 12:30
Israel: The Dead End Strategy

 

August 11, 2014: Strategy Page

 

The fighting in Gaza has left nearly 2,000 dead, over 96 percent of them Palestinian. Hamas says it won’t stop fighting until the Israeli-Egyptian blockade is lifted. Israel and Egypt refuse to do that until Hamas drops its support for terrorism and disarms. Since Israeli troops left Gaza (and Hamas took control in 2007) Gaza has become a sanctuary for Islamic terrorists. Most seek the destruction of Israel but a growing number seek to establish a religious dictatorship in Egypt. Hamas does not expect to get the blockade lifted but does see itself gaining respect (and cash donations along with more diplomatic support) in the Moslem world. At the moment Hamas is still designated an international terrorist organization by the UN, most Western nations and even some Moslem ones.

 

Israel has plenty of electronic and video evidence of Hamas using ceasefires to move weapons and personnel and prepare to continue firing on Israel. Broadcasting this evidence is opposed by Israeli intelligence officials because putting the evidence out there enables Hamas to see where and how they are vulnerable to detection. With this knowledge Hamas can better hide its activities in the future.

 

Hamas has fired over 3,300 rockets since July 9th. Some 70 percent landed in Israel but less than four percent hit populated areas (killing three and wounding 85 civilians) . Iron Dome intercepted about a quarter of the rockets fired at Israel as the Iron Dome computers predicted these would land in or near a populated area. About 20 percent of the rockets fired towards Israel were defective and landed inside Gaza or were aimed at targets in Gaza. This included some of the 11 percent of all rockets were fired at Israeli troops inside or near Gaza. Some 69 percent of the rockets were fired from northern Gaza (where most of the Israeli counterstrikes have been) while 13 percent were launched from central Gaza and the rest from southern Gaza. Over 80 percent of the rockets were fired from unpopulated areas but at least 18 percent were fired from locations that were clearly civilian (including schools, Mosques and medical facilities.) Hamas was believed to have had about 10,000 rockets in early July. Since then over 3,000 have been fired and over 4,000 destroyed before they could be fired. Israeli aircraft, helicopters, ships, armored vehicles and ground troops have attacked nearly 5,000 targets in Gaza since July 9th and about a third of those attacks were against rocket launching sites, often while rockets were being prepared for launch. Hamas rockets have killed three Israeli civilians and 64 military personnel (and 670 wounded) so far. Some 82,000 Israeli reservists have been mobilized and most have been sent to the Gaza border. Hamas considers each Israeli they kill a victory and plays that up in their media. The Israeli military casualty rate is about the same as the U.S. suffered at the height of the fighting in Iraq. In other words; historically quite low.

 

Some Israeli leaders want the ground troops to go back in and shut down Hamas once and for all. But that would involve a lot of combat and if Gaza were to be completely cleared of Islamic terrorists hundreds of Israeli troops would die and thousands wounded. Most Israeli politicians do not believe Israelis in general are willing to pay that high a price. Instead Israel will continue using its intelligence capabilities to find Hamas personnel and weapons and attack them with smart bombs and missiles. Other Islamic terrorist groups in Gaza are also being hit. But the Islamic terrorists are hiding among the 1.8 million civilians in Gaza. There are several hundred thousand buildings and hundreds of tunnels and bunkers. Less than one percent of these structures holds terrorist weapons or personnel and the Israelis already know that they cannot watch all of Gaza in great detail all the time. Israeli military leaders point out that there would be a lot of Palestinian civilian casualties because Hamas deliberately surrounds its weapons and key personnel with civilians. While some Palestinians answer the Hamas propaganda and volunteer for this duty, most do not and will flee if given a chance. For Hamas victory is simply surviving and still being able to issue victory statements. Israeli victory is suppressing terrorist capabilities. Ultimate victory is eliminating the terrorist threat but given the massive support for destroying Israel in the Arab world, ultimate victory remains a long term goal, not one that can be won right now in Gaza. Right now most media in the Arab (and Moslem) world portray Hamas as misguided but valiant fighters for a cause (the destruction of Israel) that still has a lot of popular support in the Moslem world. Most Westerners, especially journalists, don’t grasp that aspect of the situation and try to portray Gaza as a humanitarian disaster that only Israel can fix. Most Israelis are exasperated at the attitude of so many non-Moslems overseas and attributes it to ignorance, greed (oil-rich Arab states have spent billions to push the Arab point of view towards Israel) or anti-Semitism.

 

Despite the continued hostile attitude in the Arab world, Israel is seeing some progress. A growing number of Arab states officially classify Hamas as a terrorist organization. The most obvious of these is Egypt. This influences media coverage of the fighting in Arab media. This time around there is more emphasis on the suffering of Gaza civilians and not the Hamas fighters. Many Egyptian journalists and pundits openly call for Israel to destroy Hamas once and for all. A growing number of Arabs are giving up on Islamic radicalism as a solution for anything and many are calling for more international efforts to crush this latest round of Islamic terrorism.

 

Israel also wants to kill the military leadership of the Qassam Brigades (the military/terror portion of Hamas), who are believed to be the prime proponents of constant rocket attacks on Israel, despite ceasefires that the political leaders of Hamas have negotiated. The key Hamas official here is the head of the Qassam Brigades; Muhammad Deif. Israel see Deif the way the Americans did Osama bin Laden, as the one guy responsible for many attacks. There are at least ten key Qassam Brigades personnel Israel consider largely responsible for the persistent (despite five ceasefires) rocket attacks as well as the effort to send Islamic terrorists through tunnels into Israel. A growing number (up to a quarter) of the Hamas rockets are either damaged or launched incorrectly. This indicates the cumulative damage on the rocket supply and the personnel trained to launch them. In addition to a few remaining tunnels into Israel, Hamas is also believed to have several thousand rockets left and hundreds of Qassam Brigades fanatics willing to anything to launch them.

 

The current war between Israel and Hamas was only partly about the persistent rocket attacks against Israel. Israel made it clear, soon after the fighting broke out in early July, that  one of its primary objectives was to find and destroy all the tunnels Hamas had dug into Israel over the last few years. This could only be accomplished if Israeli troops were inside Gaza and able to search for the places where the tunnels started. Hamas boasted about how it had lots of these tunnels and planned to use them to get terrorists into Israel to capture or kill Israelis. So far Israel has found and destroyed 32 tunnels that extended into Israel and several more that were just used inside Gaza. Israeli intelligence, because of the several weeks Israeli troops were inside Gaza, has a better idea where additional tunnels are and Israel is hustling to come up with more effective detection methods. Currently the best method is using a large mobile drill (normally used for digging wells) to go deep dozens of times in an area where a tunnel is suspected until it is found. That method is being used now on the Israeli side of the border but it is slow work. The most obvious opportunity here is for better sensors. One idea is a series of wireless sensors buried a few meters down all along the Gaza border that will broadcast the unavoidable sounds the Hamas men would make as they dug towards the surface to “open” a tunnel on the Israeli side. For obvious reasons the Israelis are giving out any details on this sort of thing but at the moment it’s one of the best potential solution for the tunnel threat. Meanwhile Israel is trying to make the UN and other major Hamas donors (like Arab oil states) understand that a large chunk (over $10 million in the last few years) of their aid money has gone to this enormous tunnel project and that better management of aid to Gaza could reduce the amount being spent on tunnels and terrorism in general.

 

The tunnels are not a new problem. The Palestinians in Gaza have been building tunnels (mainly into Egypt for smuggling) since the 1980s. The Egyptians long tolerated this because the local Egyptian police and soldiers got bribed and that kept everyone happy. But tunnels into Israel were another matter, because these were not for smuggling but for killing or kidnapping Israelis. No bribes involved here, just murder and abduction (for ransom). Israeli combat engineers had been trained to destroy discovered tunnels, which was not easy because Hamas had booby-trapped some of them.

 

Lost amidst all the other stories is the fact that Israeli negotiators are trying work out a deal to get back the bodies of two Israeli soldiers that Hamas made away with. Israel is offering to release 25 Palestinians from prison for the bodies but Hamas wants a whole lot more. Earlier negotiations over the remains of dead Israelis went on for years.

 

Another story that does not get covered is the fact that most of Gaza is unharmed. Despite the thousands of Israeli bombs, missiles  and artillery shells fired into Gaza in the last month over 96 percent of the structures in Gaza are intact. Israel is using smart bombs and guided missiles meaning that most of the attacks destroy or damage individual structures, not entire neighborhoods as in the past (before smart bombs became standard). Images of all those intact Gaza towns and neighborhoods do not attract a lot of eyeballs and are not considered newsworthy. Another bit of non-news is the 40,000 tons of humanitarian aid (most of it food and medical supplies) Israel has allowed into Gaza since July 9th. Also non-news are the thousands of Israeli attacks called off at the last minute because civilians were detected in the target area.

 

In Egypt several thousand additional soldiers and dozens of armored vehicles have been sent to the Libyan border in the last week. This is all to deal with the growing smuggling activity there, much of it involving Islamic terrorist groups bringing in weapons stolen from army warehouses left unguarded during the 2011 revolution. Those weapons have been selling briskly on the black market in Egypt. The customers are gangsters, Islamic terrorists and people seeking some illegal protection. Meanwhile the military revealed that since the end of July soldiers and police had killed 61 Islamic terrorists in Sinai and arrested more than a hundred known or suspected Islamic terrorists there. The raids had also captured large quantities of weapons, ammo and bomb making material. Also seized was 650 kg (1,430 pounds) of marihuana. In the last year over 500 soldiers and policemen have died fighting Islamic terrorists.

 

August 10, 2014: Israel and Hamas agreed to another 72 hour ceasefire to begin at 9 PM GMT (11 PM local time). Hamas has fired over a hundred rockets since the latest ceasefire collapsed on the 8th.

 

August 9, 2014: Hamas managed to fire five more rockets into Israel, but there were no casualties or damage. Israel responded with attacks on at least 20 targets in Gaza. A bomb that hit a mosque killed three people, including a senior Hamas leader. Hamas has fired at least 70 rockets since the latest ceasefire collapsed on the 8th.

 

In Egypt a court dissolved the political wing of the Moslem Brotherhood (which was outlawed last September). This cuts off Moslem Brotherhood members from an legitimate participation in Egyptian politics. Earlier this year Egypt elected another military man, who replaces one who was overthrown in 2011. The government has arrested over 10,000 people since the coup a year ago but now the military is in charge legally. The newly elected president (Abdul al Sisi) is a former general and is determined to crush the Moslem Brotherhood and other more radical Islamic terrorist groups. Hundreds of Islamic radicals have been sentenced to death or long prison terms in the last year. This is all a repeat of what happened twenty years ago during the last Islamic radical uprising against a corrupt and inefficient government. The army promises it will be different this time, but they always do that and it never is. President Sisi has made it clear that he sees Islamic terrorism as the greatest danger the region faces. At the same time Sisi is making moves to get the economy going although it’s doubtful he will do anything about the corruption.

 

August 8, 2014:  Another ceasefire ended with Hamas firing 61 rockets at Israel. These resulted in two Israelis wounded by rocket fragments. Israel promptly responded with attacks on 70 terrorist targets in Gaza. The resumption of fighting was disappointing to Egypt, which is trying to persuade Hamas to make a long-term peace deal. While the Egyptian diplomats can appeal to Hamas as fellow Arabs, Hamas tends to have difficulty of hiding their contempt for Egypt, which Hamas considers traitors for classifying Hamas as a terrorist organization and cracking down on Islamic terrorist groups inside Egypt. Many Egyptians believe Islamic terrorism is a dead end strategy, but Hamas believes just the opposite.

 

In Egypt (along the Gaza border) several army raids left eleven Islamic terrorists dead and several smuggling tunnels destroyed.

 

August 5, 2014: Israel pulled its ground troops out of Gaza as another 72 hour ceasefire went into effect. Hamas announced that former Hamas spokesman Ayman Taha was found dead in a bombed building. Several days later rumors began coming out of Gaza that Taha had been executed. Medical staff and others saw his body at the hospital and morgue and despite orders to keep quiet, began talking. Taha was apparently being punished for secretly supplying Egypt with information on Hamas activities. Unwilling to admit that such a high-ranking official was a traitor, Hamas went with the “killed by an Israeli bomb” angle after putting Taha in front of a firing squad.

 

In Egypt (North Sinai) soldiers killed three Islamic terrorists and captured six others who were being sought. One raid also seized an SUV and sixteen motorcycles used for terrorist attacks. Elsewhere (outside Alexandria) five policemen and four Islamic terrorists died in a clash on a road to the beach.

 

August 4, 2014: Iran openly boasted of sending long range rockets to Gaza and ordered that an effort be made to get modern surface to air missiles into Gaza so Hamas can shoot down Israeli warplanes and helicopters. Actually, the shoulder fired missiles have been in Gaza for some time but Israeli aircraft have effective defenses against these missiles. Iran apparently wants to get larger and more effective anti-aircraft systems into Gaza. Iran has not commented on the fact that the Hamas use of rockets this time around has been a complete failure, with only three Israeli civilian (the main target for these rockets) deaths resulting mainly because of the Israeli Iron Dome anti-rocket system.

 

August 3, 2014: Israel pulled most of its troops out of Gaza.

 

August 2, 2014: Israel announced that one of its soldiers might have been captured. It later turned out that the soldier had been killed in combat while cut off from other troops.

 

August 1, 2014: A ceasefire in Gaza collapsed hours after it began when more rockets were fired at Israel.

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 07:30
Israel, Palestinians Accept Midnight Truce in Gaza

 

Aug. 10, 2014 Defense News (AFP)

 

GAZA CITY, PALESTINIAN TERRITORIES — Israel and the Palestinians agreed Sunday to a new 72-hour Gaza ceasefire, accepting Egypt’s invitation to resume talks to end more than a month of fighting in which more than 2,000 people died.

The agreement, to take effect at one minute past midnight (2101 GMT on Sunday), clinched days of frantic mediation to stem a firestorm of violence that ignited after an earlier truce collapsed on Friday.

“Israel has accepted the Egyptian proposal for a ceasefire,” an official told AFP shortly after a Palestinian source confirmed accepting the initiative.

The Egyptian foreign ministry called for the ceasefire to begin at 00:01 local time (21:01 GMT Sunday) “given the necessity to protect innocent blood”.

It called on both sides to use the lull to “reach a comprehensive and permanent ceasefire.”

Such a deal must lead to the lifting by Israel of its blockade of the Gaza Strip, Hamas chief Khaled Meshaal told AFP in an exclusive interview in Doha on Sunday.

“We insist on this goal,” he said. “In the case of Israeli procrastination or continued aggression, Hamas is ready with other Palestinian factions to resist on the ground and politically,” he added.

Veteran Palestinian negotiator Saeb Erakat arrived in Cairo Sunday night for talks with Egyptian and Arab League officials on behalf of Palestinian president Mahmud Abbas, an airport official said.

Israel said its team would only head out once the truce went into force.

“If there is a full ceasefire on the ground the Israeli delegation will arrive in Egypt tomorrow,” an Israeli government official said Sunday night.

Israel quit a previous round of talks in Cairo on Friday when Hamas refused to extend an earlier ceasefire and fired rockets over the border.

More than a month of bloody fighting in and around Gaza has killed more than 2,000 people; 1,939 Palestinians and 67 on the Israeli side, most of them soldiers.

The UN says just under three quarters of those killed in Gaza were civilians, and around a third of the civilian victims were children.

Seven Gazans were killed, on Sunday, including a woman and two 17-year-olds, in a barrage of Israeli air strikes, and another 10 bodies were pulled from the rubble of previous strikes east of Gaza City, local medics said.

Israeli warplanes hit 41 targets, including a factory in Gaza City used to make cleaning products close to the main hotel where foreign journalists are based.

Militants launched 35 rockets at Israel, 23 of which struck southern Israel and eight of which were shot down, with the rest falling short inside Gaza, the army said.

 
'God Loves Martyrs'

In Deir al-Balah, angry young men bellowed slogans as they carried the bloodied body of one of the teenagers to its grave.

The army described the youth as a “prominent terror operative.”

“God loves martyrs! We will march on Jerusalem in our millions,” chanted mourners.

Since fighting resumed on Friday, the Israeli military said it hit more than 160 targets and killed at least 19 people, while Palestinians fired 110 rockets of which 85 smashed into Israel.

Israel said it closed its Kerem Shalom crossing used to truck supplies into the southern Gaza Strip after it was struck twice by rocket fire.

“We took the exceptional decision to close the crossing in order to protect the lives of workers and traders,” a defense ministry statement said.

For days, Egyptian efforts to broker an end to more than a month of fighting led nowhere.

“Israel will not engage in negotiations under fire,” Prime Minister Benjamin Netanyahu told his cabinet on Sunday, warning the operation would not stop until there was a prolonged quiet.

In the West Bank, an 11-year-old Palestinian boy was shot dead by Israeli troops as he played outside his home in Al-Fawwar refugee camp near the southern city of Hebron, relatives and medics said.

The army said troops had opened fire during a “violent riot” but said it had opened an investigation into the circumstances of the shooting.

Israel’s Gaza operation has triggered a series of almost daily protests across the West Bank, during which 16 Palestinians have been killed, the Ramallah-based health ministry said.

'Overpower Hamas'

The resumption of fighting has put Netanyahu under increased pressure from hardliners to send ground troops back in to Gaza to topple Hamas, the de facto power in the battered Palestinian enclave.

“There is no doubt that the only thing left to do now is to overpower Hamas, clean out the territory and get out as quickly as possible,” said Foreign Minister Avigdor Lieberman.

Public Security Minister Yitzhak Aharonovitch said that if talks to secure a permanent ceasefire led nowhere, going back in to Gaza would be the only option.

“The moment the door closes and negotiations do not bear any fruit and we are faced with continued fire ... there will apparently be no choice, and then we will go in,” he told public radio.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:30
Négociations dans l'impasse: les frappes continuent sur Gaza

 

10.08.2014 Romandie.com (ats)

 

Alors que les hostilités se poursuivent entre Israël et les combattants palestiniens, l'incertitude règne sur les négociations menées au Caire en vue d'une trêve. Le Premier ministre israélien a répété qu'Israël "ne négociera pas sous le feu".

"Nous n'avons à aucun moment déclaré que (l'offensive militaire israélienne) était terminée", a souligné Benjamin Netanyahu. "L'opération va se poursuivre jusqu'à ce que son objectif - le rétablissement du calme pendant une période prolongée - soit atteint. Je l'ai dit au début et pendant toute l'opération: cela va demander du temps, et nous devons faire preuve de persévérance."

Conforté par le soutien de l'opinion publique israélienne, le Premier ministre reste intransigeant dans ses déclarations publiques, refusant de paraître lâcher quelque chose au Hamas. Il s'est en même temps déclaré prêt à voir l'Autorité palestinienne, plus modérée, jouer un rôle.

Plusieurs dizaines d'Israéliens ont toutefois bravé samedi soir l'interdiction de manifester dans Tel Aviv contre la poursuite des opérations militaires dans la bande de Gaza. Le rassemblement avait été interdit par la police invoquant des restrictions militaires dans les villes à portée des roquettes palestiniennes.

 

Pression palestinienne

 

Israéliens et Palestiniens ont été incapables de s'entendre au cours de discussions indirectes organisées au Caire par l'entremise des Egyptiens sur la prolongation du cessez-le-feu de 72 heures entré en vigueur mardi passé.

Les combats meurtriers ont repris vendredi: Israël refuse toujours de lever le blocus qui asphyxie la bande de Gaza depuis 2006. Israéliens et Palestiniens se rejettent la responsabilité de l'échec de ces négociations.

Les chances que les négociations en vue d'une nouvelle trêve aboutissent dans l'immédiat sont "faibles", a résumé dimanche un membre de la délégation palestinienne au Caire.

"Il est possible que la délégation palestinienne rentre pour des consultations avec les leaders" en territoire palestinien, a ajouté Ezzat al-Rishq, un haut responsable du Hamas. Les médiateurs égyptiens devaient rendre compte de la position israélienne en milieu de journée.

 

Nouveaux raids

 

Sur le terrain les hostilités continuaient. La bande de Gaza a subi des frappes israéliennes: des raids ont été menés sur une vingtaine d'objectifs, a indiqué Tsahal dimanche matin. Trois Palestiniens y ont perdu la vie, selon des sources médicales.

Ce qui porte à près de 150 frappes de l'aviation israélienne dans la bande de Gaza depuis la reprise du conflit vendredi matin. Au total, 99 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza depuis lors, a précisé l'armée israélienne, dont deux dimanche matin.

Au moins 14 Palestiniens ont été tués depuis la rupture de la trêve, et côté israélien, un civil et un soldat ont été légèrement blessés vendredi.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 07:30
Israeli Naval Forces Coastal Combat in Gaza

 

August 3, 2014 informationdissemination.net

 

Global demographics shifts will increasingly drive wars towards highly-populated, urbanized coastal areas. Israel's ongoing Operation Protective Edge demonstrates a number of lessons for future littoral warfare in this environment.  As learned in over a decade of COIN operations, perhaps most important is a need for significant intelligence assets - eyes on target - required to engage aimpoints precisely in cities where the enemy is closely embedded with the population.

Despite a large volume of coverage on the conflict in Gaza, very little attention has been paid to the naval side of the war. The IDF has released some interesting combat footage, though.  The first video below demonstrates some of the unique cooperation between the ship (which appears to a be a Sa'ar 4.5 Hetz missile boat talking to its HQ) and Southern Command ground forces as the vessel engages an enemy mortar site with its 75mm gun.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 12:30
Gaza closure (December 2012)

Gaza closure (December 2012)

 

17/07/2014 Par Le Figaro.fr (AFP)

 

Israël et le Hamas auraient trouvé un accord pour un cessez-le-feu à Gaza à compter de vendredi 3h GMT, selon un responsable israélien sous couvert de l'anonymat. Une information qui n'a pas encore été confirmée par le Hamas ou d'autres groupes palestiniens.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 07:35
Gaza : le « Dôme de fer », pièce maîtresse d'Israël contre les tirs

 

10.07.2014 Par Hélène Sallon - Le Monde.fr

 

Le système de défense anti-missile israélien « Dôme de fer » (« kipat barzel », en hébreu) a intercepté, depuis le début de l’opération « Bordure protectrice », des dizaines de roquettes tirées par les mouvements palestiniens depuis la bande de Gaza, dans le sud du pays ainsi que sur les principales villes israéliennes : Tel-Aviv, Jérusalem ou même Haïfa, à 160 kilomètres au nord de l’enclave palestinienne. Ce système, unique au monde, est l’un des éléments centraux du système de défense développé par Israël depuis le milieu des années 1990.

 

UNE TECHNOLOGIE DE POINTE...

 

Le Dôme de fer recourt à de petits missiles guidés par radar, pouvant anéantir en plein vol des roquettes de courte portée − de 4 à 70 kilomètres – et des obus d’artillerie et de mortier. Chaque batterie du Dôme de fer comprend un radar de détection et de pistage, un logiciel de contrôle de tir et trois lanceurs équipés chacun de vingt missiles d’interception. Le système repère la trajectoire de la roquette depuis son lancement. Si elle doit s’abattre sur une zone habitée, il tire un missile pour l’intercepter en vol. Selon les statistiques de l’armée, son taux de réussite oscille entre 75 et 90 %.

 

... QUI A UN COÛT ÉLEVÉ

 

Chaque batterie coûte 500 000 dollars et chaque missile, 60 000 dollars. Le tout pour détruire une roquette dont le coût de production n’est souvent que de 1 000 dollars. La mise en place du système, décidée en 2005, avait d’ailleurs été retardée, pour mieux former le personnel, mais aussi parce qu’il semblait exagérément cher. Israël aurait investi un milliard de dollars dans le développement et la production de ces batteries, confié au groupe d’armement public Rafael Advances Defence Systems.

 

Gaza : le « Dôme de fer », pièce maîtresse d'Israël contre les tirs

Les Etats-Unis le financent en partie. Lors de sa visite à Sderot, en juillet 2008, Barack Obama, encore sénateur à l’époque, avait été ému par la situation des habitants de cette localité du nord de Gaza. Elu président la même année, il a obtenu à peine un an après le vote au Congrès d’une aide de 205 millions de dollars (160 millions d’euros), en plus des trois milliards d’aide militaire octroyée chaque année à Israël. Le Pentagone a prévu un financement de 220,3 millions de dollars pour l’exercice budgétaire 2014 et table sur 176 millons en 2015, après 204 millions de dollars en 2011 et 70 en 2012. En dépit des sommes investies, les Etats-Unis n’ont aucun droit sur la technologie du système.

 

SIX BATTERIES DÉPLOYÉES DANS LE PAYS

 

La première batterie a été installée en mars 2011 dans la région de Bersheeva, à 40 kilomètres de la bande de Gaza et à portée des roquettes Grad de conception russe. Trois autres ont été installées près des villes côtières d’Ashkelon et Ashdod, au sud de Tel-Aviv, et près de Nétivot, à 20 kilomètres de la bande de Gaza. Une cinquième batterie a été installée fin 2012 à Tel-Aviv. Une batterie supplémentaire a été déployée depuis. Ces batteries sont semi-mobiles. Les lanceurs sont posés sur des bases de conteneurs.

 

Une batterie serait à elle seule en mesure de défendre efficacement une ville comme Ashkelon (100 000 habitants). Selon les experts militaires, un total de 13 batteries est nécessaire pour assurer la couverture complète du territoire israélien. Face à des salves simultanées de projectiles, le système risque en effet de saturer en raison du nombre limité de batteries disponibles.

 

Le commandement des batteries est confié à un chef de batterie, qui se réfère à un commandement central. Le temps de prise de décision pour une interception est court, environ deux minutes entre le lancement et l’impact d’un projectile, note Joseph Henrotin, rédacteur en chef de la revue Défense et sécurité internationales (DSI). Cela explique que l’interception se fasse près du point d’impact, une fois que le système s’est verrouillé sur la cible.

 

POLÉMIQUE SUR L’EFFICACITÉ DU DÔME DE FER

 

Selon les Israéliens, le système aurait permis, pendant l’offensive israélienne « Pilier de défense » sur la bande de Gaza en novembre 2012 d’intercepter 85 % des roquettes venues de l’enclave palestinienne. Quelque 1 500 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza. Cette estimation avait été contestée à l’époque par l’expert militaire du quotidien Haaretz, Reuven Pedatzur, qui avançait pour sa part un taux proche de 5 %. Le spécialiste s’appuyait sur les évaluations du professeur américain Theodore Postol, du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Le Pentagone a procédé à ses propres études et conclu que le système n’était pas dénué d’efficacité.

 

La question de l’efficacité du système est complexe, pointe Joseph Henrotin. « Il y a des batteries meilleures que d’autres. La réussite dépendant également de l’entraînement des personnels, de la capacité à identifier les cibles et à réagir rapidement. cela explique que le taux d’interception soit variable d’un jour à l’autre », indique le spécialiste. Le système est sans cesse perfectionné pour améliorer l’algorithme de traitement des trajectoires au niveau de la station radar ou sa capacité à répondre à des salves simultanées.

 

90 % DE RÉUSSITE PENDANT L’OPÉRATION « BORDURE PROTECTRICE »

 

Une roquette tombe près de la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël, mercredi 9 juillet. Une roquette tombe près de la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël, mercredi 9 juillet. | REUTERS/RONEN ZVULUN

 

Selon le journaliste militaire d’Haaretz Amos Harel, le système de défense antimissile Dôme de fer a, entre lundi 7 et mercredi 9 juillet, enregistré un taux de réussite de 90 % lorsqu’il a été activé. Le système n’est activé que lorsque les projectiles se dirigent vers des zones habitées, a indiqué Peter Lerner, le porte-parole de l’armée israélienne. Quarante-cinq projectiles ont ainsi été interceptés entre lundi soir et mercredi, soit 27 % des 180 roquettes tirées par les mouvements palestiniens de la bande de Gaza. Vingt projectiles supplémentaires ont été interceptés dans la journée de mercredi et la nuit suivante sur les 80 tirés depuis la bande de Gaza.

 

UNE PROTECTION « MULTICOUCHES »

 

 

Gaza : le « Dôme de fer », pièce maîtresse d'Israël contre les tirs

 « Depuis le milieu des années 2000, les Israéliens ont un système intégré de surveillance anti-balistique et antiaérien multi-couches », indique Joseph Henrotin. Ce système intégré s’appuie sur des avions de détection aérienne avancée de type RG 550 Eitam, des stations de radar volantes et des radars au sol. « Toutes les informations sont centralisées en temps réel dans un même centre de commandement, poursuit le spécialiste en stratégie militaire. Le Dôme de fer a son propre système de radars, relié également au centre. Il dispose d’un meilleur radar de détection en termes de trajectrométrie. »

 

D'autres dispositifs d’interception complètent ce système. Depuis 2010, les Etats-Unis et Israël développent le système de défense « Baguette magique » et son missile « Fronde de David » (« kala David »). Ce système est dirigé contre les missiles de courte portée (supérieure à 70 km mais inférieure à 250 km), les roquettes de longue portée, les gros calibres (dont les ogives peuvent aller jusqu’à une demi-tonne) et les missiles de croisière. Ce système est toujours en développement. Il a toutefois été intégré à l’une des batteries du Dôme de fer. Il est davantage destiné à être déployé dans le nord d’Israël pour intercepter les roquettes du mouvement chiite libanais Hezbollah, de plus longue portée que celles des mouvements palestiniens de la bande de Gaza.

 

Arrow-3 missile interceptor test

Arrow-3 missile interceptor test

 

Le système « Arrow » (« la flèche » ou « hetz » en hébreu), opérationnel depuis 2000, protège Israël des missiles balistiques d’une portée supérieure à 250 kilomètres. Washington finance la moitié de son coût annuel. Le programme « Arrow II » a été développé par Boeing et Israel Aerospace Industries (IAI), à partir de 1995, pour éliminer les missiles balistiques conventionnels à plus longue portée, en particulier iraniens (d’une portée de plus de 1 600 km). Pour contrer une éventuelle attaque nucléaire de Téhéran, Israël a développé un intercepteur qui peut localiser et entrer en collision avec des missiles balistiques au-delà de l’atmosphère terrestre : « Arrow III ». La conception, confiée à IAI et Boeing, a été lancée en 2008. Il devrait être opérationnel en 2015, estiment les autorités israéliennes.

 

La défense israélienne ne se résume pas à ces dispositifs mais comprend tout un spectre d’action, souligne Joseph Henrotin : frappes aériennes sur les lanceurs et les tunnels de contrebande, interception de livraisons d’armes, ainsi qu’une dimension passive : le respect des mesures de sécurité par la population israélienne en cas de tirs de projectile, notamment les abris antiaériens installés dans les sous-sols de la plupart des immeubles du pays.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 17:30
Capture d'écran

Capture d'écran

 

15/07/2014 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

La télévision du Hamas a montré des images d'un drone filmé en plein vol à l'aide d'une caméra attachée à l'appareil, sur les ailes duquel on peut voir ce qui semble être des missiles. Ces avions sans pilote sont le fruit de la coopération engagée par le Hamas, ses parrains iraniens et le Hezbollah à la fin de la décennie 2000.

 

La dernière surprise du Hamas s'appelle «Ababil», du nom du premier drone utilisé par sa branche militaire contre Israël. Tôt lundi, Tsahal a dû lancer un missile Patriot pour neutraliser un avion sans pilote au-dessus de la ville d'Ashdod, à 40 km au nord de la bande de Gaza. Ababil a été détecté puis abattu, a aussitôt précisé la radio militaire israélienne, tandis que les médias du Hamas affirmaient que d'autres drones avaient survolé le ministère de la Défense à Tel-Aviv d'où «est dirigée l'agression contre Gaza». L'État hébreu a démenti ces derniers vols.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:30
Septième jour d'attaques israéliennes sur la bande de Gaza

 

14.07.2014 Romandie.com (ats)

 

Israël a de nouveau lancé tôt lundi matin des attaques aériennes et des tirs d'artillerie sur la bande de Gaza, au septième jour d'une offensive visant officiellement à neutraliser le Hamas et ses tirs de roquettes. Dans le même temps, les efforts diplomatiques pour dénouer la crise s'intensifient.

 

Ces nouvelles attaques ont atteint notamment des installations des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, mais n'auraient pas provoqué de victimes.

 

Pour la première fois depuis ce nouveau conflit, une roquette tirée de Syrie est tombée sur le Golan occupé par Israël, sans pour autant faire de victime. Tsahal a répliqué par des tirs d'artillerie visant des positions des forces régulières syriennes.

 

L'armée israélienne a en outre affirmé que "plusieurs roquettes avaient été tirées depuis le Liban sur la Galilée occidentale", sans faire de victime. Elle a également précisé avoir riposté par des tirs d'artillerie et a émis une plainte auprès des forces de l'ONU.

 

Israël s'en est aussi pris au Hamas en Cisjordanie arrêtant cinq dirigeants du mouvement à Naplouse et à Djénine, selon des sources de sécurité palestiniennes.

 

Préparatifs en nombre

 

Malgré les appels de la communauté internationale, ni Israël ni le Hamas, qui contrôle Gaza, ne semblaient prêts à négocier la fin des hostilités. Celles-ci ont fait 172 morts et au moins 1130 blessés, en majorité des civils palestiniens depuis le début de l'opération.

 

Israël a multiplié ostensiblement les préparatifs pour une opération terrestre de grande envergure, tout en bombardant la bande de Gaza des airs et depuis la mer. Dimanche à l'aube, un commando de marine israélien a pour la première fois fait une incursion au sol, débarquant sur une plage pour détruire un site de lancement de roquettes.

 

Rencontres agendées

 

Sur le front diplomatique, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a une nouvelle fois souligné lors d'une conversation avec le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu que "les Etats-Unis étaient prêts à faciliter une cessation des hostilités, incluant un retour à l'accord de cessez-le-feu de novembre 2012".

 

Les ministres allemand et italien des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier et Federica Mogherini, sont par ailleurs attendus au Proche-Orient dans les prochains jours.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:30
Gaza : Israël étudie le scénario d'une opération terrestre

 

10/07/2014 Par Marc Henry, Service infographie du Figaro

 

Alors que Tsahal pilonne le Hamas en réponse aux tirs de roquettes, un ministre de Nétanyahou évoque une possible « prise de contrôle temporaire de Gaza ». Dans la nuit et la journée de jeudi, les raids israéliens ont fait au moins 17 morts.

 

Israël et les islamistes palestiniens du Hamas ont franchi un point de non-retour. Les affrontements ont atteint une telle intensité que la situation semble désormais échapper à tout contrôle. Les deux côtés se préparent à frapper encore fort, au point qu'une opération terrestre de l'armée israélienne dans la bande de Gaza apparaît de plus en plus comme un scénario inéluctable. Le Hamas, malgré tous les coups qui lui sont assénés, ne baisse pas la garde. Au contraire, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, après avoir attaqué de nouveau à Tel-Aviv, dont les habitants ont dû se précipiter dans les abris au son des sirènes pour la deuxième journée consécutive, a battu un «record»: il a pour la première fois réussi à tirer une roquette près de Haïfa, soit à une distance de 160 km. Au total, l'armée a annoncé que huit roquettes avaient été tirées de la bande de Gaza dans la nuit sur Israël.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:30
Comment le Hamas a renforcé son impressionnant arsenal de missiles

 

09/07/2014 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

Il y a belle lurette que les artificiers de la police palestinienne n'enterrent plus sur une plage de Gaza les missiles du Hamas, qui faisaient long feu et retombaient piteusement à deux ou trois kilomètres de leur point de lancement. C'était il y a dix ans. Autant dire une éternité. Aujourd'hui, les islamistes règnent en maîtres sur la bande de Gaza. Les policiers de l'Autorité palestinienne ont disparu. Et leurs roquettes atteignent désormais Haïfa, à 160 km au nord de l'enclave palestinienne. Du jamais-vu. Mercredi, deux missiles R-160 sont en effet tombés en mer au large de Haïfa. La veille, les Brigades Ezzedine al-Qassam avaient déjà tiré quatre roquettes M-75 contre «Jérusalem occupée», à 90 km de Gaza, et quatre autres du même type contre Tel-Aviv, à 80 km du territoire palestinien. Mardi toujours, un missile sol-sol M-302 avait frappé Hadera, au nord de Tel-Aviv, atterrissant dans une rue près d'une maison, sans faire de victime. On est très loin des roquettes artisanales Qassam des années 2000. En dix ans, malgré trois offensives de Tsahal contre le Hamas, l'arsenal islamiste s'est considérablement renforcé, à tel point que pratiquement tout le territoire israélien est aujourd'hui à la portée des missiles du mouvement intégriste.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories