Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:50
Ariane 6 : l’Europe à la veille d’une décision historique

 

30.11.2014 Alain Ruello et Thibaut Madelin - lesechos.fr

 

Les ministres de l’Espace vont donner le top départ du projet ce mardi.Le premier tir du lanceur européen est prévu en 2020.
 

Après le vrai-faux départ de Naples fin 2012, les ministres de l’Espace des Etats membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) devraient donner le top départ ce mardi à Luxembourg au lancement d’Ariane 6. Les propos de Sigmar Gabriel, le ministre de l’Economie outre-Rhin, jeudi, à l’occasion de la remise du rapport Enderlein-Pisany-Ferry, ont effacé les derniers doutes, s’ils en étaient, sur la volonté de l’Allemagne de suivre la France pour doter Ariane 5 d’un successeur. Montant de la facture : 4 milliards d’euros sur dix ans, pas de tir inclus. « Ce n’était pas un choix évident pour nos deux économies il y a encore quelques mois (...). Nous avons su évoluer parce que c’est notre intérêt mutuel », a-t-il déclaré en compagnie du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron.

L’Europe spatiale est donc à la veille d’une décision historique, comme lors de la conférence ministérielle de Rome en 1985 quand furent jetées les bases d’Ariane 5. Le lanceur, depuis, a fait du chemin au point d’avoir mis en orbite plus de la moitié des satellites commerciaux dans le monde, affirme Airbus.

Mais, voilà, la donne a changé depuis deux ans : la montée en puissance des satellites à propulsion électrique et surtout l’arrivée fracassante de l’américain Space X et de ses lancements à prix cassés, ont mis l’Europe au pied du mur. « La version actuelle d’Ariane 5 n’est pas en mesure de répondre à toutes les attentes en matière de réduction de prix à long terme », reconnaît Airbus dans la lettre spécialisée TTU. Dit autrement, le lanceur européen est trop cher et trop peu flexible.

Fin 2012 à Naples, lors de la précédente réunion ministérielle de l’ESA, le constat avait été mis sur la table. Les Etats membres avaient alors pris une double décision : poursuivre les travaux d’Ariane 5 ME, une évolution d’Ariane 5, et enclencher ceux d’Ariane 6 en s’assurant que le maximum de technologies soient communes aux deux projets.

 

Apres discussions

Le schéma avait ses vertus, mais il s’est heurté à une double résistance : celle des opérateurs de satellites, qui refusaient la configuration retenue pour Ariane 6, et celle de Berlin, pour des raisons de charge industrielle, de budget et des considérations techniques. Le déclic est venu en juin quand Airbus et Safran ont décider de regrouper leurs actifs dans les lanceurs dans une JV, pour baisser les coûts et proposer une nouvelle configuration.

Déclinée en deux versions, celle-ci a généré pas mal de débats entre la France qui l’a poussée à fond et l’Allemagne qui préférait en passer d’abord par la case Ariane 5 ME. Geneviève Fioraso n’a pas ménagé sa peine pour convaincre son homologue allemande, jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre Paris et Berlin, les deux principaux bailleurs du lanceur européen (50 % et 22 % respectivement, « Les Echos » du 14 novembre). L’accord entre Airbus et OHB a aussi contribué à lever l’opposition de Berlin (lire ci-contre).

« Notre objectif a toujours été de trouver un bon accord, car il y a une signification énorme pour les sites de recherche et l’industrie, en Allemagne comme en France, explique aux « Echos » Brigitte Zypries, secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie allemand. Beaucoup de questions sont réglées  ; d’autres doivent encore être traitées, mais cela fait l’unanimité parmi les Etats signataires » .

 

Ariane 6 : l’Europe à la veille d’une décision historique
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 12:50
EC645 T2 makes its first flight in Germany


28 nov. 2014 Airbus HC

 

The German Armed Forces (Bundeswehr) witnessed the first flight of the EC645 T2 at the Bavarian site of Airbus Helicopters in Germany.

The Bundeswehr has ordered 15 of these military helicopters for the German Air Force.

The EC645 T2 represents a significant addition to the German Air Force’s capabilities and offers a host of features that make it particularly well suited to missions carried out by the Special Forces Command (KSK).

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:54
La Collaboration (1940-1945)  26 nov. 2014 - 2 mars 2015

 

source Archives Nationales

 

Organisée dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire de la libération de la France et de la victoire contre le nazisme, l'exposition La Collaboration (1940-1945) propose une relecture de ce complexe héritage à travers de nombreux documents, pour la plupart inédits, provenant d'institutions patrimoniales françaises et étrangères prestigieuses ainsi que de collections privées.


http://www.le70e.fr

 

Prenant en compte le poids de l'Occupation allemande dans une France défaite militairement, elle cherche ainsi à mieux faire comprendre, au rythme de ces quatre « années noires » et de l'influence du cours de la guerre, toutes les évolutions dans le temps des choix politiques des trois acteurs en présence : les autorités allemandes, dans toute leur pluralité, dont le joug systématique et prégnant ne cessera de peser sur la vie des Français et de déterminer les adhésions et les renoncements des collaborateurs ; le Gouvernement de Vichy qui fait le choix d'entrer à l'automne 1940 dans la voie de la collaboration et de mettre en œuvre la Révolution nationale ; les partis collaborationnistes enfin dont l'engagement idéologique aux côtés de l'occupant dans une vision assumée de la France et de l'Europe constituera, pour le régime de Vichy, parfois un appui, plus souvent un aiguillon pressant et contraignant.
Elle présente aussi, selon une approche thématique, les différentes formes d'expression de la Collaboration qu'elle soit d'ordre politique, administratif, économique, militaire, idéologique ou culturel et aussi toutes ses nuances, avec en filigrane cette question obsédante : quelle a été l'attitude des Français et leur degré d'implication, depuis l'engagement absolu aux côtés de l'occupant jusqu'à l'accommodation plus ou moins franche aux circonstances ?

 

Commissariat scientifique
Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS et président du conseil scientifique du Mémorial de Caen et Thomas Fontaine, chercheur associé au centre d'histoire sociale du XXe siècle, docteur en histoire de l' Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Commissariat associé
Violaine Challéat-Fonck, conservateur du patrimoine, Archives nationales, département de la Justice et de l'Intérieur, Pascal Raimbault, secrétaire de documentation, Archives nationales, département de la Justice et de l'Intérieur et Marion Veyssière, conservateur en chef, Archives nationales, responsable du département de la Justice et de l'Intérieur.


Communiqué de presse {pdf}
Dossier de presse {pdf}

 

Plus d'informations

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:50
German A400Ms to get J-Music DIRCM

 

Nov. 17, 2014 by Arie Egozi – FG

 

The German air force’s Airbus A400M transports are to be equipped with the J-Music mutli-spectral directed infrared countermeasure (DIRCM) system by Elbit Systems.

 

Read more

J-Music System - photo Elbit Systems

J-Music System - photo Elbit Systems

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:50
Desert Rats Leave Bergen After 70 Years

 

2014-11-14 Forces.tv

 

The Desert Rats, the 7th Armoured Brigade, paraded through Bergen before leaving the region after being there for 70 years. Amy Matthews went to the parade. 

 

Facebook Page: 7th Armoured Brigade - The Desert Rats

 
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:35
Close Protection Team: Kabul


14 nov. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 11/2014 14E20205

 

Die Personenschützer der Bundeswehr - im Einsatz gehören sie zu ständigen Begleitern ihrer Schutzperson. Sie stellen das Leben ihrer Schutzperson über das eigenen. In flexibel zusammengestellten Close Protection Teams (CPTs) organisieren sie den Transport und Schutz von Personen, die diesen Schutz benötigen.

Wir begleiten ein CPT auf den Straßen Kabuls und erfahren mehr über das Fahren im hektischen Straßenverkehr der afghanischen Hauptstadt.


Musik: Grand Prix Race von Florian Müller & Frank Fellermeier (Universal Music)
 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 19:50
New European Maritime Mine Counter Measures project launched

 

Brussels - 28 October, 2014 European Defence Agency

 

Five Member States as well as Norway signed a new project arrangement earlier this month to start work on future Maritime Mine Counter Measures (MMCM) capabilities. Called MMCM-NG (New Generation), the project will run until 2017 and prepare the next generation of mine countermeasures ships.

 

Belgium, Estonia, Germany, the Netherlands, Sweden as well as Norway agreed on 8 October 2014 to launch a new research project regarding future Maritime Mine Counter Measures (MMCM) capabilities. Dubbed MMCM-NG (New Generation), the project arrangement was signed at the European Defence Agency’s premises during a Steering Board of the Capabilities Directors. Germany is the project’s lead nation.

 

Easy to deploy and cheap to acquire, maritime mines and other underwater improvised explosive devices pose a real threat to naval forces and civilian ships by restricting freedom of movement in shallow waters, harbours and strategic choke points. Being able to detect, avoid, and defuse these weapons is therefore a key requirement for European navies.

 

Preparing the next generation

 

The MMCM-NG project has a planned duration of 36 months during which contributing Member States, based on an agreed operational concept, will work on a set of common requirements to prepare the future generation of mine countermeasures ships and systems that could become operational in the 2030 timeframe. At the end of this 3-year project, Member States will have gathered enough information to decide on the potential launch of a procurement phase for these new systems.

 

Compared to existing solutions, future MMCM capabilities are expected to bring increased flexibility through a modular “toolbox” comprising a range of systems adaptable to different platforms, environmental, or operational conditions. The use of unmanned vehicles will also be developed and new detection techniques could be introduced. Future MMCM operations are also expected to be conducted with state-of-the-art sensors and effectors carried and deployed from dedicated or hybrid platforms as well as from stationary or mobile shore installations.

 

Based on the different national requirements, several technical solutions will be assessed as part of the project. Standards, protocols and interfaces will be described and agreed upon commonly in order to ensure future interoperability and to enable synergies in the fields of training, logistics, and maintenance.

 

Background

 

The European Defence Agency conducts several activities in the maritime domain. One of the Agency’s largest programmes, called UMS (Unmanned Maritime Systems), brings together all EDA Member States under a single programme arrangement and 15 different coordinated projects that can be joined by any number of countries. EDA is also involved in the Marsur (Maritime Surveillance) project, which has been joined by 17 Member States as well as Norway to date. It has led to the development of a technical solution that connects European navies’ surveillance systems to improve global maritime awareness and enhance interoperability.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 12:50
IMCMS Integrated Mine Countermeasures System - source atlas-elektronik.com

IMCMS Integrated Mine Countermeasures System - source atlas-elektronik.com

 

23 October 2014 iXBlue

 

Navies have a bold vision for future Mine Countermeasures (MCM) operations using un-manned systems. A future unmanned MCM system of systems capability must provide safe operations, highest clearance rates with confidence and the ability to counter new threats. iXBlue SAS and ATLAS ELEKTRONIK (UK & GmbH) share this vision and offer a “new team to a new future” of transformational change in international MCM concepts and doctrine.

 

Lean, agile and engineering orientated, we have formed a consortium that is focused on deliv-ering MCM capability effectively and affordably. Our unmanned MCM solutions are modular with an open systems architecture which maximises the potential for mission module ex-change, component reuse and new system insertion. It brings together proven world leading iXBlue and ATLAS ELEKTRONIK Group products with a track record of system integration and support.

 

Our unmanned MCM solutions are designed to defeat the mine threats from very shallow to deep water. Both mine hunting and mine sweeping operations are conducted securely and safely at a stand-off distance from the command and control station in high sea states and strong water currents.

 

Our unmanned MCM solutions are cost effective, maintainable, scalable and ITAR free. For further information about this “new team to a new future” please come to the iXBlue Stand F64 and the ATLAS ELEKTRONIK stand F52.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 11:50
XP2 (Nexter) - IFV Puma (KMW)

XP2 (Nexter) - IFV Puma (KMW)

 

23 octobre 2014, Par Hassan Meddah – Usine Nouvelle

 

Malgré les restrictions en matière d’exportation d’armes imposées aux fabricants outre-Rhin, le spécialiste français des véhicules blindés Nexter réaffirme l’intérêt de son rapprochement avec l’allemand Krauss Maffei Wegmann. La constitution d’une force commerciale unique à l’international serait le premier chantier du nouvel ensemble. Un premier blindé pourrait voir le jour dans l’année qui suivra le rapprochement.

 

Le rapprochement de Nexter avec Krauss Maffei Wegmann (KMW), annoncé en juillet, peut-il souffrir de la nouvelle volonté allemande de mieux encadrer, voire limiter, les livraisons d’armes par ses champions industriels du secteur de la défense ? La question se pose depuis que le gouvernement d'outre-Rhin a empêché plusieurs contrats d’exportation d’aller à leur terme. Le missilier européen MBDA n’a pu livrer des missiles antichars vers un pays du Golf, Berlin refusant de donner l’autorisation pour la vente des postes de tirs fabriqués en Allemagne. Alors que sa filiale Helicopters pourrait voir son action entravée pour des ventes de machines en Ouzbekistan, le patron du groupe Airbus, Tom Enders, est monté au créneau pour dénoncer "les états d’âmes nationaux" de son pays dans ce domaine.

 

Le fabricant du char Leclerc espère que le gouvernement allemand trouvera une réponse politique et pragmatique. Les récentes autorisations délivrées à Krauss Maffei Wegmann pour la livraison de matériel militaire roulant au Qatar et le feu vert pour négocier un important contrat en Inde montrent que Berlin sait tenir compte des impératifs de cette industrie qui emploie des milliers de personnes dans le pays et occupe le troisième rang mondial en terme d’exportation d’armes. La direction de Nexter réaffirme le calendrier du rapprochement envisagé. "Nous nous sommes engagés à une période d’exclusivité de neuf mois pour étudier et négocier de façon à conclure l’opération début avril 2015", rappelle Philippe Burtin, le PDG.

 

Le troisième acteur en Europe

 

Le nouveau champion européen, baptisé provisoirement Newco, pèserait 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires et constituerait le troisième acteur présent en Europe derrière les divisions de défense terrestre du britannique BAE (3,6 milliards d’euros) et de l’Américain General Dynamics (6,1 milliards d'euros). Côté français, l’État actionnaire devrait apporter 100% des actions de Nexter Systems détenue à 100% par l’entité publique Giat Industries. La famille Wegmann, propriétaire à 100% de KMW, en ferait autant. En échange, chaque partie disposera ainsi de 50% du capital de la nouvelle entité. "Chaque groupe garde son autonomie industrielle, sa marque, son siège, ses usines...", rappelle Philippe Burtin.

 

La société holding donnera des objectifs aux sociétés opérationnelles, reportera aux actionnaires, définira les stratégies produits et industrielle et sera en charge du marketing vers l’export. "Les marchés domestiques seront adressés par les équipes en place. A l'exportation, très rapidement après la création de la nouvelle entité, la volonté est de créer une équipe commune pour la commercialisation en amont. L’important c’est d’avoir une seule tête par rapport aux clients et d’éviter les redondances et les répétitions", souligne le dirigeant.

 

Le pacte d’actionnaires stipule que les deux sociétés s’engagent à conserver leur participation durant cinq ans et que toute décision d’évolution doit être prise d’un commun accord. "S’il y a des discussions pour des cessions d’actifs stratégiques dans le domaine des armes et des munitions en France, l’État français a son mot à dire", précise-t-on du côté Français.

 

Concernant la gamme des produits, tous les véhicules blindés seront conservés au portefeuille quitte à en faire évoluer certains, comme l’Aravis de Nexter, en véhicule ultra blindé, pour mieux le démarquer du Dingo de KMW. Dans le domaine des chars lourds de bataille, Nexter ne capitule pas malgré le succès commercial du Leopard allemand, toujours en production face à son Leclerc qui ne bénéficie plus que d’un programme de rénovation à mi-vie. Pour une raison bien simple. "Nexter entend conserver sa compétence dans le domaine des chars lourds. Dans les années 2020-2025, il faudra sûrement un nouveau char franco-allemand. Pour cela, il faudra deux clients, les deux pays mais également deux industriels en capacité de faire", pronostique le dirigeant français.

Les deux fabricants veulent matérialiser rapidement leur union et lancer un nouveau véhicule blindé dès leur première année de vie commune. "Dans l’industrie, le vecteur de rapprochement, ce sont les produits. Notre vision, c’est d’avoir des nouveaux produits développés à 50/50 avec KMW", précise Philippe Burtin.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 11:45
Industries militaires : M. Ahmed Gaïd Salah inaugure l’usine de la Société algérienne pour la fabrication de véhicules Mercedes-Benz à Tiaret

Inauguration à Sidi Bel-Abbès de la Société commune algérienne de fabrication de systèmes électroniques

 

27-10-2014 elmoudjahid.com

 

L’usine de la Société algérienne pour la fabrication de véhicules Mercedes-Benz (SAFAV-MB) d’Aïn Bouchekif, dans la wilaya de  Tiaret, a été inaugurée, hier, par le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, qui a assisté à la sortie des chaînes de montage, des deux premiers véhicules de cette marque allemande.   

 

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du général major Saïd Bey, commandant de la 2e Région militaire, et du général major Chouaki Rachid, directeur des industries militaires, et d’un grand nombre d’officiers supérieurs de l’ANP. Sur place, le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, a assisté à la sortie de la chaîne de montage, de deux premiers véhicules de cette marque  allemande, et suivi, au niveau de l’atelier-pilote, des explications sur le processus de montage des voitures. Le directeur de la production de cette société a indiqué que dans une première étape, et durant les premières années, l’usine fabriquera différents types de véhicules utilitaires et de 4x4 destinés à des usages civils. La production théorique annuelle de cette usine est de 6.000 véhicules de type Mercedes Spartner destinés à tous les usages, 2.000 véhicules 4x4 de type G. Class de la catégorie G destinés à des usages militaires et paramilitaires. Le représentant du partenaire allemand a évoqué, pour sa part, la technologie  de fabrication des véhicules dans cette usine qui est la même que celle utilisée en Allemagne et en Autriche. Il a également insisté sur le transfert de cette technologie afin qu’elle puisse être adoptée par la main-d’œuvre algérienne. Il est à rappeler que la réalisation de cette usine s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de la relance économique initiée par la Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et l’attention particulière qu’accorde le Commandement de l’ANP au développement et au renforcement des capacités de l’industrie militaire, et à la satisfaction des besoins des forces armées, comme il cela été souligné, lors de la cérémonie d’inauguration. La SAFAV-MB est une société mixte créée en juillet 2012. Elle est composée de trois principaux actionnaires. La partie algérienne détient 51% des actions. Elle est composée de l’Entreprise de développement de l’industrie automobile (EDIV) relevant du MDN (34%) et de la SNVI (17%). Le deuxième actionnaire est représenté par le fonds d’investissement émirati Aabar  (49%). Le groupe allemand Daimler est considéré comme le partenaire technologique. Seize ingénieurs formés en Allemagne veillent sur la formation des techniciens et la bonne marche de l’atelier-pilote qui comprend 7 plateformes pour le montage des véhicules 4x4, et 5 autres pour les véhicules utilitaires. L’usine comprend également un centre de formation dans la technologie automobile. Il est composé d’une salle pédagogique, d’un laboratoire d’apprentissage des langues allemande et anglaise, six salles de cours, une salle des conférences  multimédias, ainsi que des ateliers de mécanique et un bloc administratif. Actuellement, 120 stagiaires diplômés des CFPA suivent une formation au niveau de ce centre dans les spécialités de la mécanique générale, de la mécanique auto, de l’entretien et de la carrosserie. L'usine s’étend sur une superficie de 104 hectares, dont 44 bâtis.

 

... et la Société commune algérienne de fabrication de systèmes électroniques  Sidi Bel-Abbès
Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, a procédé, hier à Sidi Bel-Abbès, à l’inauguration de la Société commune algérienne de fabrication de systèmes électroniques (SCAFSE). Société mixte de droit algérien avec un capital réparti à hauteur de 51% pour la partie algérienne et de 49% pour la partie étrangère partenaire (entreprise allemande), la SCAFSE a pour objectif essentiel de répondre aux besoins de l’ANP en matière de systèmes électroniques. La cérémonie d’inauguration a été marquée par une séance de présentation des missions et activités de la nouvelle Société de production, spécialisée, notamment, dans les radars de surveillance des frontières et les radios tactiques. Les responsables de la SCAFSE ont précisé que la production couvre trois principaux domaines, à savoir «la surveillance et la détection terrestres» (radars), «les systèmes et capteurs de surveillance» (systèmes opto-électroniques) et «les moyens de radio-communication». Le vice-ministre de la Défense nationale a mis en avant le caractère stratégique de la SCAFSE, tout en insistant sur l’importance de la formation au profit des compétences algériennes et ce, «tant au niveau de la chaîne de production que dans la phase préalable qu’est la conception», a-t-il souligné.
Le chef d’état-major de l’ANP a également visité les différents ateliers de production où il a assisté à des démonstrations illustrant la performance des équipements. Auparavant, il a procédé à l’inauguration de l’Entreprise de développement de la fabrication des véhicules à Aïn Bouchekif (Tiaret). Dans la matinée, le vice-ministre de la défense nationale et chef d’etat-major de l’ANP a inauguré l’usine de la Société algérienne pour la fabrication de véhicules Mercedes-Benz (SAFAV-MB) d’Aïn Bouchekif, dans la wilaya de Tiaret, et assisté à la sortie des chaînes des deux premiers véhicules de cette marque allemande. Ces projets obéissent à des normes efficientes dans le domaines du partenariat industriel, telles que la qualité des cadres partenaires technologiques, la formation et la qualification de qualité des cadres et des professionnels, l’intégration stratégique des entreprises nationales, la participation efficace au transfert des technologies et du savoir, la création de nouveaux postes d’emploi au profit des jeunes dans les différentes spécialités de l’industrie mécanique et électronique, indique un communique du MDN.
 Ces réalisations s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du programme de la relance économique initié par le Président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, visant à relancer l’industrie nationale. Elles reflètent également l’importance qu’accorde le Haut Commandement de l’ANP à la promotion du potentielle industrielle militaire dans l’optique de répondre aux besoins des forces armées.

--------------------------------

 

Le partenaire émirati élabore un programme de formation de jeunes Algériens
Un programme de formation et de qualification de jeunes Algériens aux techniques de la production et du montage de véhicules légers et utilitaires a été élaboré par le Fonds d’investissement émirati "AAbar", a indiqué, hier à Tiaret, Mortadha Mohamed El-Hachemi, membre du conseil d'administration. Ce responsable a affirmé à l’APS, en marge de la cérémonie d’inauguration de l’usine de la société algérienne de fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz (SAFAV-MB), que ce programme sera mené en collaboration avec les experts allemands et portera sur des sessions de formation en Algérie, en Allemagne et en Autriche,  dédiées aux techniques de fabrication et de montage de véhicules de la gamme  Mercedes-Benz. "La présence d’experts allemands en Algérie nous permettra d’acquérir un savoir-faire et l’expérience supplémentaires par le biais du transfert de  ces techniques pour être adoptées et utilisées dans les projets en Algérie", a-t-il ajouté. Le même responsable a précisé que la capacité de production de l’usine  d’Aïn Bouchekif est de 2.000 véhicules légers et de 2.000 véhicules utilitaires. En atteignant le taux de production final, l’usine fera appel à 600 nouveaux employés parmi les jeunes de la région, a indiqué le même responsable. L'usine a été inaugurée, hier, par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général  de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, qui a assisté à la sortie des chaînes de montage des deux premiers véhicules de cette marque allemande.  

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 11:50
Close Protection Team - Die Serie: Schießausbildung


24 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 14F1602 10/2014

 

Auf dem Truppenübungsplatz in Bergen werden die Feldjäger des Close Protection Team in allen Facetten des Personenschutzes ausgebildet. Zum anspruchsvollen Lehrgang gehört natürlich auch eine Schießausbildung. Die Soldaten trainieren die Präzision, Flexibilität und Schnelligkeit im Umgang mit der Waffe. Auch eine Nachtschieß-Übung unter Verwendung von Nachtsichtgeräten gehört zum Programm der Ausbildung. Die "Schießausbildung" ist der zweite Teile unserer Serie über das Close Protection Team.

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 16:50
Die Ausbildung der Kampfschwimmer


23 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 14E21502 10/2014

 

Lautlos kommen sie aus dem Meer um am Land zu operieren: die Kampfschwimmer. Ihre Aufträge dienen als Inspiration für viele Drehbücher, doch hinter den Geschichten stehen Männer, die die Öffentlichkeit meiden müssen. Es ist kein Job für Männer mit Geltungsdrang, denn Auszeichnungen bekommen die Elitesoldaten nur hinter verschlossenen Türen.
T. Mittendorp ist Kampfschwimmer. Zu seinen Aufgaben gehört das Trainieren ausgebildeter Kampfschwimmer zu Land, im Wasser und in der Luft - kein Job für schwache Nerven.


 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 10:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

21/10 Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin – LesEchos.fr

 

Le projet bute sur la question des technologies clefs que l’Allemagne veut maîtriser.

 

Le projet Kant de fusion de Nexter avec son concurrent allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) menace d’être pollué par des discussions politiques outre-Rhin. L’enjeu tourne autour de cette nouvelle question : quels équipements militaires sont stratégiques et doivent donc être produits par l’industrie allemande sur le territoire national ? Avec, en toile de fond, des rivalités entre ministres concernés.

 

La réflexion sur les technologies clefs fait suite aux positions du ministre de l’Economie, Sigmar Gabriel, favorable à une politique plus restrictive en matière d’exportation d’armements. Ne serait-ce qu’en termes de calendrier, le processus peut court-circuiter le projet Kant, qui doit être validé par Berlin. « Nous n’avons pas encore de recommandation, car nous sommes au cœur d’un processus pour décider quelles technologies sont stratégiques pour nous, déclare aux “ Echos ”, Henning Otte, député et président du groupe de travail Défense de la fraction parlementaire chrétienne-démocrate (CDU-CSU). La discussion durera aussi longtemps qu’il faudra. » Au bas mot, plusieurs mois…

 

Sur le papier, pourtant, les premières prises de position de la ministre de la Défense semblent favorables au projet. A la surprise de ses troupes, Ursula von der Leyen a en effet exclu de la liste de technologies stratégiques les sous-marins et les blindés, justement fabriqués par KMW. Cette position personnelle doit cependant être complétée par celle d’autres ministères, dont l’Economie, qui n’a pas intérêt à exclure telle ou telle technologie, ne serait-ce que pour des raisons économiques et d’emplois.

 

D’autre part, il est possible que la discussion se transforme en combat larvé entre Sigmar Gabriel, président du Parti social-démocrate (SPD) et candidat naturel à la chancellerie en 2017, et Ursula von der Leyen, qui pourrait prendre la place d’Angela Merkel et concourir pour la CDU…

 

Politique d’exportation allemande restrictive

 

Cette guerre de positions n’arrangera pas les affaires de Nexter, dont le projet de rapprochement avec KMW suscite un accueil circonspect depuis le début à Berlin. Le ministère de l’Economie a fait savoir à Paris que l’opération, si elle aboutit, ne changera rien à sa politique restrictive. Pour preuve, le blocage de plusieurs contrats d’hélicoptères ou de missiles, alors que la réussite de Kant est liée à la liberté des deux groupes à exporter !

 

Pour établir une concurrence loyale entre européens, Sigmar Gabriel espère convaincre ses partenaires d’adopter les standards allemands d’exportations, censés être particulièrement restrictifs . « Il n’est pas possible que la France attire peu à peu toutes nos entreprises, car il est plus facile d’exporter en France », prévient Henning Otte.

 

Ce dernier craint par ailleurs que KMW, société familiale privée, ne se retrouve dominée par Nexter, contrôlé par l’Etat français. Il en veut pour preuve Airbus. « Nous constatons que le siège social est à Toulouse, avance Henning Otte. Il faut parler avec la France d’un partage des compétences équilibré. La coopération doit être bénéfique aux deux parties et ne pas signifier qu’il y a une concurrence entre les partenaires. »

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:50
Contre 1,3 milliard d'euros, Airbus fournira les futurs satellites météorologiques de l’Europe

 

21 octobre 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Le groupe aéronautique et spatial Airbus a décroché le contrat de fabrication de 6 satellites pour un montant de 1,3 milliard d’euros. Ces satellites de nouvelle génération amélioreront la prévision du temps. Les sites de Toulouse et de Friedrichshafen se partagent l’essentiel de la charge industrielle.

 

Le contrat de la décennie en matière de satellites ! Les dirigeants d’Airbus Defence & Space ne cachaient pas leur joie après la signature officielle du contrat le 16 octobre dernier pour un montant de 1,3 milliard d’euros par ses deux clients, l’agence spatiale européenne (ESA) et l’organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques (Eumetsat).

 

L’industriel livrera 6 satellites météorologiques de nouvelle génération (dits MetOp-SG), soit 3 paires de deux satellites complémentaires qui se relaieront durant 21 ans pour offrir des services de météo dès 2021. "Cela nous permettra d’obtenir des données météorologiques plus précises tout en gagnant une journée supplémentaire de prévision", se félicite Alain Ratier directeur général d’Eumetsat. Le dirigeant évalue le bénéfice socio-économique pour l’union européenne à 5 milliards d’euros par an notamment grâce à une meilleure prévision et anticipation des catastrophes naturelles qui conduira à une meilleure protection des individus, des biens et des infrastructures.

 

La genèse du programme a été relativement courte. Les deux agences européennes ont commencé a travaillé ensemble en 2012, Eumetsat définissant le contenu de la mission météorologique, l’ESA se chargeant du développement des satellites. "La compétition a été dure mais limpide. L’offre du groupe Airbus était la plus compétitive sur le plan technique, financier et contractuel", explique-t-on du côté de l’agence spatiale européenne.

 

Le couple franco-allemand

 

Opposé au tandem Thales Alenia Space-OHB, Airbus Defence & Space a joué la carte franco-allemande. "Nos équipes de Toulouse et de Friedrichshafen ont fonctionné comme une seule et même entité. Nous avons mobilisé jusqu’à une cinquantaine de personnes pour bâtir notre proposition", explique Eric Béranger, directeur des programmes de Space Systems, filiale d'Airbus Defence & Space. Le constructeur s’est appuyé sur sa plateforme technique Astrobus qu’il considère comme "un couteau suisse" capable de s’adapter à un large spectre de missions satellitaires, comme les missions d’observation de la Terre (programme Spot) ou de météo .

 

Le site de Toulouse sera chargé de fabriquer les 3 satellites dits de la série A dotés d’instruments optiques et de sondeurs atmosphériques et Friedrichshafen les 3 complémentaires de la série B dotées d’instruments micro-ondes. Pour les sites industriels, cela correspond environ à une charge de travail de 10 ans pour 150 ingénieurs et techniciens.

 

Une facture totale de 4 milliards d’Euros

 

La répartition de travail répond au principe du retour géographique : chaque pays récupère une charge industrielle correspondant à son investissement dans le programme. La France et l’Allemagne ont contribué à hauteur de 27% chacun. "Des industriels dans tous les pays membre de l’agence bénéficieront de ce programme", a toutefois précisé Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA. Ainsi Airbus travaillera avec une centaine de partenaires sous-traitants présents dans les différents pays membres de l’agence européenne en particulier l’Italie et l’Espagne .

 

Il est à noter qu’en fin de vie après 7 années de service environ, les satellites quitteront leur orbite pour se désintégrer durant leur rentrée atmosphérique. "Deux tiers du carburant emporté par les satellites permettra de les désorbiter", a expliqué Jean Jacques Dordain. Au total, la facture pour Eumetsat s’élève à environ 4 milliards d’euros. Outre l’achat des satellites, l’agence devra financer des infrastructures au sol, payer les lanceurs, exploiter les satellites, et traiter les données durant plus de 20 ans…

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 16:50
Erstflug deutscher A400M

 

21 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E29301

 

Der erste deutsche Airbus A400M startete zu seinem Erstflug von Airbus Defence and Space im südspanischen Sevilla.


Der A400M wird die Transall ablösen. Insgesamt 40 Maschinen wird die Luftwaffe erhalten, die dann beim Lufttransportgeschwader 62 in Wunstorf stationiert sein werden.

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 12:50
ILÜ 2014 - Befreiung von Heidedorf


15 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E27902

 

In diesem fiktiven Szenario befindet sich die UN-Schutztruppe OFOR mit zwei Divisionen im Krisengebiet Obsidia. Der kleine Ort Heidedorf wird freigekämpft und die Situation wieder unter Kontrolle gebracht.

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 21:50
Défense : le patron d’Airbus fusille la politique de Berlin

Pour le patron d’Airbus Group, l’Allemagne va s’isoler encore plus en maintenant sa politique restrictive en matière d’exportation d’armements.

 

14/10 Alain Ruello / Chef de service adjoint – LesEchos.fr

 

Nul part en Europe, il n’existe un antagonisme aussi grand entre industrie de défense et politiciens qu’en Allemagne, a déclaré Tom Enders, le patron d’Airbus Group, lors d’une conférence sur la sécurité organisée par le Handelsblatt ce mardi.

 

Fidèle à son habitude, Tom Enders n’y va pas par quatre chemin pour dire ce qu’il pense. Ainsi sur la politique de l’Allemagne - son pays - en matière de défense. « Dans aucun autre grand pays européen que l’Allemagne il n’existeun tel antagonisme entre les industriels de défense et les politiciens », a déclaré le président exécutif d’Airbus Group lors d’une conférence sur la sécurité organisée par le quotidien allemand Handelsblatt ce mardi.

 

Au delà des seuls aspects industriels, c’est l’attitude globale de Berlin que Tom Enders critique sans prendre de gants, n’en déplaise aux élus de la CDU, de la CSU et du SPD. « La demande politique pour plus de coopération en Europe en matière de défense suit une approche très centrée sur l’Allemagne », a-t-il ajouté, prenant le soin de préciser, pour ceux qui n'auraient pas saisi : « En maintes occasions il a été suggéré que les façons de voir allemandes pourraient et devraient simplement s’appliquer au reste de l’Europe. »

 

Ce n’est pas la première fois que Tom Enders s’en prend à la politique du gouvernement d’Angela Merkel. Cette déclaration intervient dans un contexte de tension grandissante entre les industriels allemands et Sigmar Gabriel, le vice-chancelier et ministre de l’économie. « La politique allemande en matière d'exportation, telle qu’elle est menée actuellement, limite très sérieusement les options militaire, industrielle et politique de l’Allemagne en regard de toute coopération européenne future », a-t-il estimé.

 

La France en subit déjà les conséquences car cette politique ébranle les fondements même de la coopération franco-allemande, matérialisée par les accord dit « Debré-Schmidt » des années 70. Après MBDA dont le contrat de vente de missile terrestre Milan au Qatar est bloqué , et Renault Trucks pour des véhicules blindés destinés au même pays, c’est la vente de 14 hélicoptères par Airbus Helicopters à l’Ouzbékistan qui est touchée. Comme pour les missiles de MBDA, ces hélicoptères contiennent des pièces fabriquées en Allemagne, Berlin peut donc interdire leur sortie du territoire.

 

« A la fin, l’Allemagne va s’isoler un peu plus », a déploré Tom Enders. Bluff ou non, le patron de l’ex-EADS a laissé entendre à Reuters qu’il envisageait sérieusement d’implanter ses nouveaux programmes de construction d’hélicoptères en France plutôt qu’en Allemagne. « Nous y réfléchissons, a-t-il dit en marge de la conférence. Avec ces incertitudes sur la politique d’exportation, nous n’avons plus vraiment le choix. »

 

Ariane 6 : fin du psychodrame entre Airbus, Safran et l’Etat

 

Fin de la grève. Airbus et Safran ont ordonné à leurs troupes en charge du projet de création de leur co-entreprise de lanceurs spatiaux de reprendre le travail. Cinq jour après leur avoir enjoint de remiser les souris et d’éteindre les écrans, les deux industriels ont visiblement trouvé un accord avec l’Etat français. Les termes de l’accord, qui porte sur le contrôle des intérêts stratégique de la République (en clair, la dissuasion ), ne sont pas connus.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 19:50
First German Air Force A400M makes its maiden flight

 

14/10/2014 Airbus DS

 

The first Airbus A400M new generation airlifter ordered by the German Air Force has made its maiden flight, marking a key milestone towards its delivery. The aircraft, known as MSN18, took off from Seville, Spain today at 14:30 local time (GMT+1) and landed back on site 4 hours and 58 minutes later.

 

Experimental Test Pilot Thomas Wilhelm, who captained the flight, said after landing: “It is a great privilege to have conducted the first flight of the German Air Force’s first A400M. I am absolutely confident that the combination of strategic range with true tactical capability that it brings will contribute enormously to the service’

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 17:50
Emmanuel Macron et son homologue allemand, Sigmar Gabriel - source electroniques-biz

Emmanuel Macron et son homologue allemand, Sigmar Gabriel - source electroniques-biz

 

14 octobre 2014 par  Jacques Marouani

 

La mission confiée à Henrik Enderlein et Jean Pisani-Ferry s’inscrit dans la volonté de trouver ensemble un « New Deal » pour l’Europe.

 

Le ministre français de l'Economie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand, ministre de l’Economie et de l’Energie, viennent de confier une mission à Henrik Enderlein et Jean Pisani-Ferry dont le but est de définir pour la France et pour l’Allemagne des domaines prioritaires d’investissement, de réformes structurelles et d’actions communes.

 

"Dans un contexte de croissance faible et d’inflation excessivement basse, les deux plus grandes économies de la zone euro ont une responsabilité commune essentielle pour accélérer la reprise et favoriser l’activité", souligne un communiqué de Bercy.

 

La mission confiée à Henrik Enderlein et Jean Pisani-Ferry s’inscrit dans la volonté de trouver ensemble un « New Deal » pour l’Europe, fondée sur un agenda de réformes ambitieux pour lever les blocages et renforcer la compétitivité, et un plan d’investissement qui sera mis en œuvre dans les prochains mois au niveau européen.

 

Leur rapport, qui contiendra des recommandations concrètes, sera remis aux deux ministres mi-novembre.

Note RP Defense : les investissements seront-ils à sens unique ?

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:50
Au premier plan, un hélicoptère Fennec et au second, un Cougar. photo R. Senoussi DICoD

Au premier plan, un hélicoptère Fennec et au second, un Cougar. photo R. Senoussi DICoD

 

10/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon plusieurs sources concordantes, Berlin travaille sur un éventuel blocage de livraisons d'hélicoptères d'Airbus Helicopters vers l'Ouzbékistan. L'Allemagne a déjà bloqué deux contrats signés par le missilier MBDA et par Renault Trucks Défense.

 

Un nouveau contrat d'armement français est dans le collimateur de Berlin, selon plusieurs sources concordantes. L'Allemagne est actuellement en train de réfléchir pour savoir si elle bloque la livraison d'hélicoptères fabriqués par Airbus Helicopters à l'Ouzbékistan. Berlin "se tâte", explique un proche du dossier. "Les Allemands vont vraisemblablement le faire", explique une autre source. Le constructeur de Marignane avait conclu un contrat avec Tashkent portant sur l'acquisition de 10 Fennec et 6 Cougar pour un montant d'environ 180 millions d'euros. Contacté par "La Tribune", Airbus Helicopters n'a pas souhaité faire de commentaire.

Ce n'est pas la première fois que Berlin bloque des contrats en cours de livraison. Ce qui agace fortement Paris et les industriels, y compris Tom Enders. "Alors qu'on parle sans cesse de davantage de coopération et de consolidation du secteur de la défense en Europe, on s'attaque à des décennies de coopération franco-allemande", avait critiqué le président exécutif d'Airbus Group. L'Allemagne, qui pratique une politique de plus en plus restrictive en matière d'exportation sous l'impulsion du ministre de l'Economie allemand SPD Sigmar Gabriel, bloque déjà un contrat de MBDA en cours d'exécution et la finalisation d'une commande de Renault Trucks Defense (RTD).

 

Des livraisons bloquées au Qatar et au Liban

Le missilier est empêché par l'Allemagne de livrer depuis le début de l'année des missiles antichars Milan ER (un programme en coopération) vers un pays du Golfe. Berlin bloquerait les postes de tir fabriqués en Allemagne. Le groupe français Renault Trucks Défense, détenu par le suédois Volvo AB, est également bloqué dans la finalisation d'un contrat avec le Liban pour une commande de VAB Mark3.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:50
SAR-Dienst der Bundeswehr – Marineflieger auf Helgoland


14 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E17901

 

Search and Rescue, kurz SAR, bedeutet Suchen und Retten und ist die Kernaufgabe der Marineflieger im SAR-Dienst. Im Schichtsystem wechseln sich die Besatzungen des Sea King wöchentlich auf Helgoland ab. Für die vier Soldaten einer Hubschrauberbesatzung, sowie zwei Techniker, heißt es, sieben Tage für jeden möglichen Einsatz startklar zu sein. Dazu haben sie am Tag 15 Minuten und in der Nacht eine Stunde Zeit.
 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:50
ILÜ 2014: Die Zugführerin

 

13 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E27903

 

ILÜ 2014: Auf der Informationslehrübung 2014 in Munster wird ein Transportfahrzeug angesprengt. Anschließend erfolgt der Beschuss. Zugführerin Maxi Thomas muss schnell reagieren: Versorgung und Abtransport des Verwundeten, Verstärkung herbeirufen und Gegenmaßnahmen koordinieren. Dabei kann sie sich auf die gute Ausbildung ihres Teams verlassen.

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:55
Commémoration des 100 ans de la première victoire aérienne


09/10/2014 Armée de l'Air

 

L’année 2014, non seulement marquée par les 80 ans de l’armée de l’air, célèbre aussi les 100 ans de la première victoire aérienne. Retour sur deux jours de commémoration organisée les 5 et 6 octobre 2014 sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier en présence du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA).

 

Cérémonie à Jonchery-sur-Vesle

 

Commémoration des 100 ans de la première victoire aérienne
Commémoration des 100 ans de la première victoire aérienne

Le 5 octobre 1914, le sergent aviateur Joseph Frantz et son mécanicien Louis Quenault, signent la première victoire aérienne. Ils rentrent ainsi dans l’histoire en abattant un Aviatik allemand dans la région de Reims. Pour l’historien François Cochet, membre du conseil scientifique national de la mission du centenaire, « les conséquences de cette première victoire aérienne sont considérables et les évolutions de l’arme extraordinaires sur les quatre années de guerre». Un siècle plus tard, le général Mercier et le lieutenant-colonel Oehler, représentant Susanne Wasum-Rainer, ambassadrice d'Allemagne en France, ont dévoilé deux bustes et une plaque commémorative en l'honneur des deux aviateurs. Un geste symbolique en présence des descendants de Joseph Frantz.

 

Démonstration aérienne et exposition statique

Cent ans après la première victoire aérienne, pilotes de Rafale, de Mirage 2000 ou encore d’Extra 330 ont rendu hommage à ces héros. Malgré une météo peu favorable, les spectateurs sont venus en masse pour admirer ces équipages des temps modernes.

 

Symposium « 1914-2014 : regards croisés sur cent ans de combats aériens »

 

Commémoration des 100 ans de la première victoire aérienne

 

Le lendemain, un symposium intitulé « 1914-2014 : Regards croisés sur cent ans de combats aériens » prolongeait cette commémoration. « Il fait un temps de curée, la chasse est ouverte. Quoi de plus approprié que cette expression pour l’ouverture de ce symposium ? Mais je vous invite à y trouver bien plus qu’un jeu de mot. La chasse est ouverte, oui certainement, c’est un esprit d’ouverture qui est entretenu depuis 100 ans », a prononcé le CEMAA. D’autres intervenants ont ensuite pris la parole. Historien, directeur, grand commandeur, ont apporté différents regards sur l’évolution de l’aviation militaire.

 

Retrouvez un article sur cet événement dans le prochain numéro d’Air actualités.

Allocution Général Mercier (format pdf, 114 kB).

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 04:50
France, Germany seek revamp of Schengen laws to fight jihadist exodus

 

Luxembourg  Oct 09, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

France and Germany on Thursday pressed for urgent reforms to the European Union's visa-free Schengen travel zone to counter the increasing number of Europeans leaving to wage jihad in Iraq and Syria.

 

French Interior Minister Bernard Cazeneuve led the impassioned plea to EU counterparts at a meeting in Luxembourg, calling for "a European PNR (Passenger Name Record) ... and a more efficient system of checks at airports.

 

"This is urgent," he said.

 

German Interior Minister Thomas de Maiziere echoed Cazeneuve, saying "three thousand fighters have left Europe to wage jihad and we don't want Europe to become an exporter of terror".

 

"We above all do not want battle-hardened fighters to return to Europe and plan attacks," he said. "We need measures both at the national and European levels."

 

Cazeneuve said a new category of "foreign fighters" should be added to the list of suspect individuals for police at European borders.

 

The current categories include offenders, criminals and fugitives.

 

The Schengen zone comprises 26 European countries, 22 EU members as well as Norway, Switzerland, Liechtenstein and Iceland.

 

France has Europe's biggest Muslim population and is thought to have provided the largest contingent of Western jihadists to the conflict in Syria.

 

Prime Minister Manuel Valls told MPs last month that around 1,000 French citizens are involved in jihadist networks, with an estimated 580 having travelled to fight in Syria and Iraq.

 

A new counter-terrorism law was passed last month banning the departure of those suspected of leaving to join jihadist movements.

 

The ban would see suspects have their passports and ID cards confiscated for six months, renewable for up to two years.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 07:50
ILÜ 2014: Der Munitions- und Betriebsstoff-Feldwebel



8 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E27904

 

Bei der Informationslehrübung (ILÜ) 2014 in Munster muss Feldwebel Kevin Vogel Gefechtsfahrzeuge mit Treibstoff und Munition versorgen. Der Feldwebel führt seinen Transportzug und muss die Versorgung leiten und koordinieren, damit die Schützenpanzer seines Panzergrenadierbataillons ihren Auftrag so schnell wie möglich weiter ausführen können.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories